Navigation – Plan du site
Notes et documents

Nathan Davidoff, industriel du Turkestan russe

Binyamin Ben David
Traduction de Alié Akimova
p. 171-186

Texte intégral

  • 1 Au sujet des premiers juifs de Tachkent, voir Klevan, A., « Juifs en Asie mineure » Recueil de Patr (...)
  • 2 Voir Harel, M., Nahalat Ya‘akov, Tel-Aviv, 1983, p. 185.
  • 3 Zand, M., « Boukhara », Encyclopedia Judaica, Year Book, Jerusalem, 1975/76, p. 186,188.
  • 4 Davidoff, N., Mémoires, manuscrit en russe, traduit partiellement en hébreu par B. Ben David, p. 6, (...)
  • 5 Davidoff, p. 90-92.

1Nathan Davidoff a été l’un des grands acteurs économiques de la communauté juive boukhariote au Turkestan russe. À la fin du siècle dernier et au début du XXe siècle, il a contribué au développement économique du Turkestan tout en se constituant une fortune considérable. Il est né en 1880 à Tachkent dans l’une des premières familles juives installées dans cette ville. Son grand-père, Yehuda Ben David (né vers 1825 à Chahrisiabz) était le kalontar (chef) de la communauté lorsqu’il émigra à Jérusalem en 1896, où il y reçut le titre de Yehuda Nassi1. Il fut d’ailleurs parmi les fondateurs du quartier boukhariote et l’un des six signataires des contrats de la société “Rehovot” pour l’acquisition de maisons de ce quartier2. Yehuda Ben David eut cinq fils dont deux jouèrent un rôle prépondérant dans la constitution de l’entreprise familiale (Torgovyj dom) au Turkestan : Yissakhar, né en 1845 et Yossef né en 1855. Yissakhar, père de Nathan, a commencé, comme nombre de juifs de sa communauté, à vendre des textiles hors des frontières du Turkestan, allant jusqu’à Moscou d’un côté et jusqu’à la frontière chinoise et en Sibérie de l’autre. Son jeune frère s’est associé à ses affaires alors qu’elles étaient déjà solidement établies, mais son ambition et sa détermination en firent la figure dominante de la société, qui finalement porta son nom et non celui de Yissakhar Davidoff. Nathan, élevé dans le cadre d’une entreprise familiale prospère et en pleine croissance qui portait le nom de son oncle, s’y joint comme employé, puis associé en 1896, à l’âge de 16 ans. Il s’y distingua par son énergie et son zèle sans pareils et se vit confier, de ce fait, la difficile mission de voyager chaque année à des milliers de kilomètres pour encaisser les factures des clients. C’est dans ces voyages éprouvants que se trouve le germe de la discorde qui lui fera quitter la société familiale en 1904. L’affrontement entre Yossef Davidoff et son jeune neveu Nathan était, semble-t-il, inévitable, car tous deux étaient de fortes personnalités. Nathan entreprit de développer ses propres affaires mais par la suite, et sous la pression de sa famille, il reprit sa place au sein de la société sans pour autant renoncer à ses affaires propres qui, entre-temps, s’étaient considérablement développées. En 1903, date de la parution du Guide des chemins de fer du Turkestan et de l’Asie centrale à Saint-Pétersbourg, Nathan Davidoff n’était pas encore indépendant, c’est pourquoi seul son oncle Yossef y est mentionné, ce qu’il regrettait. Par ailleurs, l’ambivalence caractérisant l’attitude des autorités russes envers les commerçants juifs boukhariotes3 trouve son expression dans les activités de Nathan et celles de la famille Davidoff en général. D’un côté, Nathan a réussi à maintenir d’excellentes relations avec les nobles, les banquiers, les marchands et les hauts fonctionnaires russes4, mais il ne se heurta pas moins à de grandes difficultés, par exemple pour l’obtention de la concession nécessaire à la construction d’une voie ferrée reliant ses mines de charbon à la gare de chemin de fer la plus proche. De plus, l’année 1911, qui vit le déchaînement d’une campagne antisémite, fut particulièrement difficile pour leur société. Les autorités russes menèrent cette année-là une action judiciaire contre la société et leur argumentation juridique était empreinte d’antisémitisme5. La famille Davidoff l’emporta cependant devant le tribunal et les affaires de la société et celles de Nathan continuèrent de se développer jusqu’à la Révolution. Installé à Moscou entre 1917 et 1923, il collabora avec le gouvernement bolchevik et continua à gérer des affaires importantes et audacieuses, tentant par divers moyens de sauver sa fortune. Puis, lorsque sa sécurité ne fut plus assurée, il émigra en Europe et passa de nombreuses années en France. Vers la fin de sa vie, il émigre en Israël où il décéda en 1978.

  • 6 Dimitriev-Mamonov, op. cit., p. 61, supplément p. 25, 32-33, 186-187, 318, 322, 358, 379, 382-383, (...)

2La vie de Nathan Davidoff permet de découvrir non seulement l’homme lui-même et sa famille, mais également l’élite économique des juifs de Boukhara dans le Turkestan russe à la fin de la période tsariste et dans les premières années de la période soviétique. Selon le Guide du Chemin de fer du Turkestan et d’Asie centrale (1903), 8032 juifs étaient installés dans les cinq grandes villes de la région : Tachkent, Kokand, Namangan, Samarcande et Andijan, sur 419210 personnes. Malgré leur faible nombre (2 % de la population), ils y jouaient un rôle économique important, la plus grande partie du commerce textile se trouvant entre leurs mains. Sur les 61 cardeuses mentionnées dans ce guide, 7 appartenaient à des juifs. Sur 66 annonces de sociétés économiques ayant leur siège à Tachkent, Kokand et Samarcande, 27 appartenaient à des juifs, réparties entre 20 familles6. Il convient de signaler que l’activité économique dans un cadre familial était l’une des caractéristiques des juifs de la région à cette époque.

3Il existe deux documents autobiographiques sur la vie de Nathan Davidoff : l’un constitué par ses Mémoires, manuscrit écrit en russe entre 1950 et 1960 alors qu’il vivait à Paris. L’autre est une lettre non datée écrite en russe à son fils Meïr (le père de Binyamin Ben David), dans laquelle il résume sa vie, ses activités économiques et ses succès. Aucun de ces documents n’a été publié. Les extraits qui suivent proviennent de ces deux documents.

Lettre autobiographique de Nathan Davidoff7

  • 7 Au sujet de cette lettre de Davidoff, dans laquelle il fait brièvement le récit de ses activités éc (...)
  • 8 Une telle affirmation revient souvent dans ses Mémoires, par exemple à propos des bijoux qu’il a ac (...)

4« (…) Dieu soit loué, beaucoup me connaissent et connaissent mon honnêteté. J’ai reçu du Tsar Nicolas II un certificat de « Citoyen d’honneur », j’ai été l’homme le plus riche de Russie8, et j’y ai encore des biens valant certainement de centaines de milliers de dollars. J’ai vécu en seigneur et c’est ainsi que je veux mourir (…). »

  • 9 Sion, fils de Yossef Davidoff, cousin de Nathan.
  • 10 Actuellement au nord est du Tadjikistan; partie tadjike de la vallée de Ferghana.
  • 11 L’accord n’a pas été respecté car Yossef Davidoff, la personnalité dominante de l’entreprise famili (...)
  • 12 Pour accéder à l’indépendance, Nathan s’est servi de la boutique de son beau-frère Eliahu et s’est (...)
  • 13 Cette exigence sur fond de hausse subite des prix à la veille de la guerre russo-japonaise était un (...)

5« Tu te souviens peut-être que de toute la famille Davidoff, j’étais le commerçant le plus énergique et le seul indépendant. Ce ne sont pas là de vaines paroles. En 1905, Sion9 recevait 2 % de la compagnie alors que moi je ne touchais qu’1 %, bien que mon travail fût plus difficile. J’ai demandé une augmentation étant donné que pendant onze mois j’avais été en voyage : pendant six mois j’ai dirigé la cardeuse à Kanibadam10; j’ai remplacé trois mois l’oncle Benjamin à Moscou et je suis resté près de la frontière chinoise pour les besoins de la société, deux mois et demi durant. De ce fait, au cours de toute l’année, je ne me suis trouvé en famille que deux semaines et demie. C’est comme cela que j’ai travaillé pendant quatre ans, après quoi on m’a demandé de partir pour le Sémirechie, à des milliers de kilomètres, à cheval. J’ai demandé (à la compagnie) 50 000 (roubles) et nous avons fini par nous entendre sur 25 000. J’ai particulièrement bien réussi cette mission mais mon oncle Yossef n’a pas respecté l’accord11 et c’est pourquoi j’ai mis fin à mon association avec la société. Ma part du capital était de 125 000 roubles mais ils ne m’ont pas donné ce qui me revenait, ni en argent ni sous forme de marchandises. Ce n’était pas honnête. J’étais associé, mais à la fin j’ai fini par me dire « au diable » et j’ai renoncé à ma part. Mon beau-frère, Eliahou, a ouvert une boutique à côté de celle de mon père. J’ai parlé avec un courtier et un grossiste et j’ai vendu des marchandises pour lesquelles j’ai reçu 100 000 (roubles). Puis je suis parti pour Moscou. Je connaissais déjà bien cette ville. J’y ai acheté pour 800 000 roubles de marchandises à crédit12. J’ai envoyé toute cette marchandise (au Turkestan) et j’ai télégraphié à mon beau-frère Eliahou que je partais pour Berlin et reviendrais à Tachkent après un mois exactement. Lorsque je suis revenu, la guerre russo-japonaise avait éclaté et les prix avaient, de ce fait, considérablement augmenté. J’ai vendu les marchandises en une dizaine de jours et j’ai demandé au courtier et au fournisseur de m’accorder une réduction de 12 %. Mais, ils ont exigé que je leur verse les 800 000 roubles dans les trois jours13. Au terme des accords à venir, la société bénéficiait d’un crédit de douze jours et moi de treize. Eux (la société) ont consenti une réduction de 10 % et moi de 12 %. La société a donné au courtier 0,5 % et à moi 1 % et ainsi de suite. C’est ainsi que je suis allé en un an et demi huit fois à Moscou, que j’ai gagné 1 200 000 roubles et que je suis devenu le grand concurrent de la société. À la suite de quoi, mon oncle Yossef a tout fait pour persuader mon père de me convaincre de revenir au sein de la société. Mon père a littéralement pleuré mais j’ai mis trois conditions à mon retour : premièrement ne pas verser mes fonds à la société : deuxièmement ouvrir une succursale à Kokand, sous ma direction et où je serais entièrement indépendant, sans aucun droit d’intervention d’employés de la société dans mes affaires : troisièmement, avoir le droit de construire des entreprises et usines selon mon propre jugement. La société a accepté les deux premières de mes conditions mais a exigé que la mise à exécution de la troisième soit soumise à son accord. J’ai répondu qu’en cas de refus de la part de la société, j’achèterais avec mon argent toute entreprise nouvelle dont j’aurais envie et qu’elle serait inscrite à mon nom, ce qu’ils ont accepté. »

  • 14 Charikhan est située dans la région de Kokand où Nathan a installé une cardeuse dirigée par Hadj Ab (...)

6« En 1907, nous (la famille) sommes passés à Kokand. J’ai rapidement organisé la première entreprise et acheté, avec mon argent, par suite du refus de la société, une affaire à Charikhan. Cette fabrique nous a fait vivre avec ma mère pendant deux ans, puis j’ai acheté ou construit neuf nouvelles entreprises, dont un moulin à blé, une entreprise de séchage de cocons de vers à soie (encore 2 500 hectares de terre à Charikhan14), une mine de charbon qui a coûté trois millions de roubles, et cela malgré les nombreux obstacles dressés par mes cousins qui refusaient que ces acquisitions se fassent par l’intermédiaire de la société. En fait, ils m’ont ainsi aidé à m’enrichir. »

7« En 1910, ma fortune personnelle s’élevait à 6 millions de roubles. En 1913, elle s’élevait, y compris la mine de charbon, à 9 millions de roubles et dépassait le capital général de la société, lequel était, en 1907 de 7 millions de roubles et en 1913 de 8,5 millions de roubles. »

La mine de charbon de Nathan Daviddoff15

Été 1907

  • 16 Au nord est du Tadjikistan.
  • 17 L’une des conditions du retour de Nathan Davidoff au sein de la compagnie familiale « Torgovyj Dom  (...)

8« En été 1907, mon ami Elia Markovitch Sloutzki et moi-même sommes allés à Kanibadam dans la région d’Isfara16 pour chercher des champs de pétrole et de charbon. Nous sommes partis pour Isfara en voiture, puis nous avons continué dans un attelage à trois chevaux. Nous avons emporté des provisions dans une petite glacière car la chaleur était insupportable. Nous sommes arrivés peu après, dans un grand cratère de 26 mètres de diamètre où, à côté d’un arbre, se trouvait un écriteau : “Ici, il n’y a pas de charbon”. Monsieur Sloutzki était un homme d’une grande intelligence, mais il avait un défaut : il était incapable d’achever une affaire entreprise. C’était un révolutionnaire et avait été exilé pour cette raison de Kokand, après la Révolution de 1905. Il avait de nombreux amis parmi les fonctionnaires russes et grâce à de gros pots-de-vin, j’ai réussi à le ramener à Kokand et à le loger chez moi. Donc, en arrivant à ce cratère, au pied de la montagne, nous avons décidé de grimper au sommet et d’examiner les alentours. Et en croyant y arriver, nous nous sommes aperçus que la montagne s’étendait encore sur quatre kilomètres et qu’il y avait sur les côtés les mines de charbon (à ciel ouvert) des familles Vodiaev et Potilakhoff. J’ai dit à mon ami que je ne pensais pas qu’il puisse y avoir des mines en exploitation en haut de la montagne et que plus bas, près du cratère, il n’y avait pas de charbon. Il y avait à mon avis une erreur, lui dis-je. Sloutzki me donna raison. Nous sommes descendus et avons examiné le cratère. Après cette exploration, j’ai décidé d’aller au service des mines de charbon et de vérifier à qui appartenait le terrain. Lorsque j’ai trouvé le propriétaire, je lui ai proposé de lui acheter le terrain, ce que j’ai fini par acquérir pour un montant de 75 000 roubles. J’ai télégraphié la nouvelle à notre société, mais comme ils en avaient l’habitude, ils n’ont pas enregistré l’achat au nom de la société et je me suis donc retrouvé propriétaire de ce bien17. »

  • 18 Benjamin Abramoff, frère de la mère de Nathan, était le représentant permanent de « Torgovyj Dom » (...)

9« J’ai commencé à organiser la prospection. J’ai engagé un jeune ingénieur, acheté des wagons, des rails, deux chevaux qui faisaient tourner une roue, laquelle faisait monter la terre extraite. J’ai mené les recherches pendant treize mois, persuadé de trouver du charbon. Plus nous descendions, plus il était difficile de creuser. Au début, les ouvriers travaillaient six heures par jour, puis ils sont arrivés à une demi-heure de travail, car à cette profondeur, l’oxygène est rare. J’ai télégraphié à l’oncle Benjamin à Moscou18 de m’envoyer des machines excavatrices afin de pouvoir creuser aux quatre coins du terrain en même temps. Les journaux ont rapporté sur un ton moqueur que les familles Vodiaev et Potilakhoff extrayaient chaque jour du charbon tandis que Davidoff ne creusait que pour ramener de l’argile… »

10« Nous sommes arrivés à une profondeur de 280 mètres sans trouver de charbon. J’ai commencé à désespérer tout en restant persuadé que le charbon était plus en profondeur. Les frais augmentaient vite. J’avais déjà investi 250 000 roubles, y compris l’achat de l’équipement. J’ai donné l’ordre de chercher, tous les deux mètres sur les côtés également. Mes concurrents ainsi que mes cousins se réjouissaient déjà de cet échec. Mais je n’avais pas perdu tout espoir et j’ignorais la joie de ceux qui me souhaitaient du mal. En mon cœur, je croyais en ma chance et en Dieu. Jusqu’ici, tout ce que j’avais entrepris avait réussi et il n’y avait pas de raison, pensais-je, qu’il n’en soit pas de même cette fois-ci. Ma confiance n’a pas été démentie. À une profondeur de 293 mètres, nous avons trouvé du charbon (…). »

  • 19 D’après le témoignage de Sonia Yissakharoff, il s’agissait d’un Allemand.

11« Je me suis consacré alors au second forage qui devait assurer l’aération de la mine. Je me suis adressé à cette fin à un grand ingénieur19 et lui ai demandé de calculer les mesures exactes pour atteindre la couche de charbon et ne pas la manquer. Le deuxième forage a dévié de huit mètres de la couche et il a donc fallu réparer cette erreur en faisant un forage de côté. Lorsque le travail a été terminé, j’ai commandé un moteur pour remplacer les deux chevaux et j’ai fait construire deux bâtiments : un grand pour les bureaux et un pour les employés. J’en ai fait construire un troisième pour loger les ouvriers et leurs familles. J’ai ouvert près de ces logements une épicerie et une boucherie, car au début, 300 ouvriers travaillaient dans la mine en trois équipes, faisant huit heures chacune. On avait l’habitude alors de transporter le charbon dans des charrettes tirées par des chevaux jusqu’à Kachgar, dans le voisinage, où l’on s’en servait pour le chauffage domestique. J’ai fait savoir, en langue musulmane, à tous les villages des environs que je vendais du charbon non au poids, mais à la charrette, 25 roubles la charrette. Le client pouvait charger sa charrette autant qu’elle pouvait supporter, 50 pouds ou 500… J’avais tout intérêt à le faire car je ne disposais pas d’un endroit pour stocker le charbon (…). Les mines de Vodiaev et Potilakhoff étaient à quatre kilomètres plus haut à flanc de montagne. Je disposais donc d’un emplacement privilégié car aucun cocher ne voulait éreinter ses chevaux en leur faisant grimper la côte (…). La hauteur de la couche dans ma mine était de trois mètres environ et il y avait une réserve de deux milliards de pouds selon les estimations des gens du service des mines. Cette estimation a été confirmée par le Professeur Ignassoff (…). »

Janvier 1909

12« (…) Je suis allé à ma mine de charbon où les deux bâtiments sont prêts, y compris les alentours. Il en est de même pour les logements des ouvriers et pour les boutiques. La mine fonctionne à plein régime mais l’organisation du travail et la vente laissent à désirer. Il est possible d’améliorer l’exploitation et nous continuons à vendre suivant la méthode du début, à 25 roubles la charrette. Il y a certes des centaines de charrettes par jour, mais cela n’est pas suffisant. Il me faut trouver une autre méthode de vente, commercialiser de façon plus efficace, même sans bénéfice, de façon à disposer d’un endroit où stocker le charbon. J’ai donc décidé de vendre aux chemins de fer deux millions de pouds à 12 kopeks le poud. (…). Ce qu’il y avait de mieux à faire, c’était de construire une voie ferrée privée entre ma mine et la gare la plus proche. J’ai invité mon frère ainé (Avraham) pour le consulter à ce sujet. Mon idée était de créer une société par actions, au capital de 2 millions de roubles, appelée « société de transport de charbon du Turkestan du commerçant de la première guilde, Nathan Davidoff ». Nous avons convenu qu’il y avait lieu de construire une voie ferrée bien que ce ne fût là qu’une démarche purement formelle car j’étais, en fait, le propriétaire de la mine et il était normal que la voie ferrée fut ma propriété. J’ai acheté le terrain nécessaire à la construction de la voie ferrée : 180,000 m², sur une longueur de 40 km, de la mine jusqu’à la gare la plus proche. J’ai acheté une partie des terrains à l’État et l’autre à des particuliers. J’ai publié un avis d’adjudication à Londres pour la pose des rails et au bout d’un mois, j’ai reçu une lettre de la société « Martin » me faisant part de son accord et se déclarant prête à envoyer ses représentants. Quelque temps après, un ingénieur, un fondé de pouvoir et une autre personne sont arrivés pour établir les plans de la voie ferrée. Ils ont parcouru tout le trajet que j’avais prévu. »

Décembre 1910

13« (….) J’ai écrit à mon frère de se préparer à me remplacer à partir du 15 décembre, car je voulais aller à Saint-Pétersbourg pour hâter l’octroi de la concession pour la construction de la voie ferrée. Cette question dont s’occupe l’avocat de cette ville traîne depuis trois ans sans issue prévisible. Les autorités ne sont pas prêtes à me transférer la concession appartenant à un noble russe qui n’en fait aucun usage. Je suis donc arrivé à la conclusion qu’une affaire aussi sérieuse ne serait résolue que si je me rendais personnellement sur place (…). »

  • 20 Cette personne appartenant à la noblesse russe a accepté de prendre sur elle la direction de la voi (...)

14« À Saint-Pétersbourg, j’ai constaté que la confrontation entre mon avocat et le Ministère au sujet de la concession se poursuivait. Si j’avais eu les liens nécessaires, l’affaire aurait été réglée depuis longtemps en ma faveur. Mais j’ai des principes très stricts. J’attendrai donc encore. (….) J’ai consulté mon frère au sujet de la voie ferrée. Je lui ai expliqué que je pouvais enfin obtenir la concession mais que cela dépendait d’une certaine dame et que cela me déplaisait. Mon frère a répondu que mon attitude n’était pas commerçante car l’installation de la voie ferrée permettrait une augmentation importante des ventes de charbon. De plus, la région de la mine est également une région de culture de riz et d’abricots et il existe aussi un problème de transport de ces denrées. Bref, mon frère a réussi à me persuader et m’a demandé si nous n’avions pas « raté le train » (…) J’ai répondu non, car j’ai entre les mains une lettre de cette dame de qualité20 qui est prête à assurer elle-même la direction formelle de la voie ferrée. (…) Après accord de mon frère, j’ai demandé à cette dame, par écrit, si elle pensait pouvoir affronter le duc Svetopolkovski et je lui ai donné des directives précises au sujet des documents de travail se trouvant chez mon avocat. Trois semaines plus tard, j’ai reçu une réponse par télégramme m’annonçant sa victoire, mais que je ne pourrais obtenir la concession que dans deux ans, délai au terme duquel la concession actuelle viendrait à expiration. À son avis, il n’y avait pas à craindre que le duc fasse jouer ses droits car il n’avait pas encore de mine de charbon et il n’avait pas l’argent nécessaire pour mener à bien un projet comme celui de la voie ferrée. De plus, les terres sur lesquelles devait passer la voie ferrée étaient déjà ma propriété. Par conséquent, à son avis, il n’avait pas la moindre chance d’exploiter sa concession, bien que sur un plan juridique il eût la préférence. Elle ajoutait que la lutte juridique était très difficile et que le Ministère faisait tout pour sauvegarder les droits du duc. »

Hiver 1911

15« J’ai informé la direction de la mine de mon arrivée en compagnie de la future directrice du chemin de fer pour une visite de onze jours. À cette époque, 2 800 personnes travaillaient dans les mines, dont 100 employés en trois équipes. Les ouvriers m’aimaient beaucoup car je les traitais généreusement et avec amitié. Lorsqu’ils ont appris notre arrivée, ils ont organisé une vraie fête. Sur trois kilomètres, d’Isfara à la mine, ils ont répandu des herbes le long du chemin sur lequel nous devions passer. Une charrette avec cinq musiciens nous précédait. Près de 3 000 ouvriers nous ont accueillis avec des pancartes « bienvenue ». Le président du Comité d’entreprise a prononcé un long discours et a affirmé que grâce à mon comportement humanitaire, les ouvriers vivaient dans de bonnes conditions. Dans mon allocution de remerciement, j’ai répondu que j’appréciais leur dévouement et les remerciais pour leur attitude envers moi. J’ai ajouté que tant que je vivrais, je veillerais sur eux et leurs familles et m’efforcerais d’améliorer chaque année leurs conditions de vie. Je leur ai annoncé la construction prochaine de la voie ferrée qui faciliterait leur vie aussi et cela grâce à l’honorable dame se trouvant à mes côtés (…). »

  • 21 Ceci est lié à l’émigration en Israël prévue par Yissakhar et Yossef Davidoff en 1914.

16« En 1913, il y eut une crise économique grave. Les clients n’étaient pas en mesure de payer. À la même époque, l’oncle Yossef se méfiait de ses enfants et décida de créer un système de remboursement des dettes par des garanties. Tous ses employés travaillaient (dans la société) à salaire plein et ils sont venus me proposer ce système21. Je leur ai répondu : « prenez les clés et faites selon votre bon plaisir, ou bien vous acceptez une réduction de 30 % et j’achète tout ce qui appartient à la société ». Ils ont marchandé mais ont fini par accepter une réduction de 25 %. J’ai payé et acheté toutes les affaires de la société dans la région de Ferghana, bien qu’il m’ait été difficile de gérer l’ensemble de ces affaires tout seul. Mais je crois en Dieu et il m’a toujours aidé. »

  • 22 Archine, mesure de longueur russe égale à 0,71 m. Poud, mesure de poids égale à 16 kg.

17« En 1914, lorsque la guerre éclata, mes affaires prospérèrent. En 1915, ma fortune s’élevait à 20 millions de roubles. Pour de nombreuses raisons, je fus obligé d’aller à Moscou où mes affaires étaient dix fois plus importantes qu’en Asie. J’ai rassemblé tous mes proches, je leur ai donné 20 % des gains et des directives sur la façon de gérer les affaires. En même temps, j’ai expédié à Moscou 150 wagons de coton, 75 wagons de beurre, 25 wagons de fil de coton et je suis parti à Moscou avec (mon frère) Avraham. En arrivant, j’ai loué un appartement de cinq chambres et le lendemain je me suis rendu chez le banquier Knop à qui j’avais expédié la marchandise. Et par son entreprise, j’ai acheté 2 500 hectares de forêt avec une scierie où travaillaient 350 ouvriers. Cela pour assurer ma sécurité économique. Entre temps, toute la marchandise (que j’avais amenée) a été vendue et avec l’argent j’ai acheté 43 millions d’archines de toile et mille pouds de fils bruts22. Ne disposant pas d’argent, j’ai payé Knop à crédit pour un an, avec un taux d’intérêt de 5 %. J’ai immédiatement remis les toiles et les fils à des ateliers pour la fabrication de tissu à motifs de style asiatique. Et c’est ainsi que je suis devenu un grand fabricant dans ce domaine. La chance m’a souri : j’avais deux banquiers à mon service et tous deux étaient mes amis. »

18« En 1916, ma fortune s’élevait à 16 millions de roubles et vers la fin de l’année j’ai acheté des objets de valeur pour plusieurs millions de roubles. Mais un peu plus tard, Kerensky – que son nom soit maudit – qui était l’instrument des Bolcheviks, est apparu, puis ces derniers ont pris le pouvoir et naturellement tous mes biens en Asie ont été perdus. C’est-à-dire : usines, maisons, terres, mines de charbon, marchandises et argent, que les Bolcheviks ont confisqués. Alors qu’une partie de mes affaires prospérait à Moscou, le reste connaissait une fin catastrophique. Je gérais toutes mes affaires financières et mes marchandises avec mon ami banquier de Saint-Pétersbourg, directeur de la « Banque internationale » et mes affaires de cotonnades avec Knop. Je transférais tout à l’étranger par l’intermédiaire de Seryoja. C’est ainsi que j’ai transféré 2 500 000 dollars (le taux était de 2 roubles et 20 kopecks le dollar) mais je n’ai pas réussi à transférer 3 autres millions car entre temps on a interdit l’exportation de capitaux. Et ces 3 millions sont restés dans les coffres. »

19« Quelque six mois avant la prise du pouvoir par les Bolcheviks, Seryoja m’a proposé d’acheter une maison à la campagne, des vêtements de paysans pour ma femme et moi et de m’y rendre une fois par semaine pour que les voisins s’habituent à nous. Il a également proposé d’y transférer les dollars et les bijoux, les nôtres et les siens, en prévision de l’arrivée au pouvoir des Bolcheviks et de nous installer dans le village. Il était très fiable et honnête et voici que lui-même, sa femme et son enfant ont disparu. Ils ont sûrement été exécutés après une surveillance de notre maison à la campagne. J’ai également appris qu’un jeune garçon que j’avais envoyé là-bas avec des dollars et des bijoux a été arrêté et tous ces biens ont été perdus. De plus, j’ai transféré, il est vrai, 2 500 000 dollars à l’étranger, mais je n’ai pas pu obtenir les documents nécessaires. J’espérais recevoir cet argent en arrivant à Riga. J’ai donné là-bas 2 000 dollars à un certain banquier pour qu’il recherche mon argent à travers le monde. Mais la mission s’est avérée impossible. En 1918, la guerre civile battait son plein et une épidémie de choléra fit de nombreuses victimes dans les rangs de l’armée bolchevique. On manquait, en particulier, de savon. Je possédais à Kanibadam une colline dont le sol contenait 9 % de matières grasses. J’ai donné l’ordre d’extraire 500 pouds de cette terre et engagé deux chimistes auxquels j’ai demandé de fabriquer du savon avec ces graisses minérales. Ce savon avait également des qualités antiseptiques. Cela a bien marché. Tout d’abord j’ai essayé le savon sur moi-même, puis, ensuite, j’ai écrit à la Croix Rouge que je disposais d’un savon antiseptique. Le lendemain matin j’ai reçu la visite de cinq personnes qui ont amené des vêtements infestés d’insectes nuisibles ; des femmes, ayant revêtu des gants, ont trempé les vêtements dans de l’eau savonneuse et immédiatement les insectes ont été détruits et ont flotté, morts, à la surface. Les cinq représentants de la Croix Rouge étaient très satisfaits et m’ont demandé si je pouvais fournir ce savon rapidement. Je leur ai répondu que cela dépendait d’eux. Ils m’ont demandé ce qu’ils devaient faire et je leur ai dit qu’il me fallait vingt wagons vides que l’on n’arrêterait pas en route. Toutes mes demandes ont été satisfaites. Ils ont envoyé à Kanibadam 10 000 sacs et 20 wagons vides. J’y ai envoyé, par ce train, un homme de confiance avec de l’argent pour mon ancien agent. Les pierres de la colline ont commencé à arriver à la cadence de cinq wagons. Entre temps, j’ai préparé dans l’usine un emplacement pour le séchage du savon et 28 jours plus tard j’expédiais le premier envoi sérieux, 500 pouds de savon, et il en restait un stock. Cela m’a valu en témoignage de reconnaissance, le titre de “Professeur” Davidoff… J’ai noté dans mon journal la méthode de production. Et en un an et demi, j’ai ainsi gagné 190 millions de roubles. Ils ne m’ont jamais demandé ce qu’étaient les coûts de fabrication, ils payaient comptant ou en chèque, les yeux fermés. »

  • 23 Petite bouteille d’un quart de litre, signifiant littéralement “petit salaud”.
  • 24 Ces deux entreprises à Moscou n’ont pas été nationalisées au début de la révolution d’Octobre.
  • 25 La société « Itipak » (en ouzbek union, association), nom révolutionnaire très répandu à Tachkent, (...)

20« Tu sais certainement que les Russes aiment boire du thé. Le thé véritable avait disparu. Le prix d’un paquet, au marché noir, était de 1 000 roubles. J’ai entrepris la fabrication d’un concentré de thé liquide et on pouvait faire avec 25 gouttes de cet extrait un samovar de vingt litres de thé. Il fut un temps où l’on vendait des petites bouteilles de vodka appelées « Merzavtchik23 » et les moujiks, qui étaient les consommateurs de cette vodka, en faisaient sauter le bouchon d’un coup de paume. Entre 1919 et 1921, j’ai fourni à l’Armée rouge 15 000 bouteilles de thé de ce genre par jour et 25 000 par jour à la « Centrosoyouz ». La bouteille me coûtait cinq roubles et je la vendais vingt-cinq. Le thé était surtout fait de sucre brûlé et j’achetais le vrai thé au marché noir avec l’autorisation des autorités. De plus, j’avais alors à Moscou deux entreprises de textiles24 produisant des tissus à motifs asiatiques. Toutes les provinces asiatiques se fournissaient chez moi : les gens de Tachkent, Kokand, Samarcande et Boukhara m’achetaient des tissus. Chaque mois, je vendais en Asie centrale entre 1 500 et 2 000 rouleaux de tissus. Yona, fils de Yossef Davidoff et Hadj Hochanan Davidoff achetaient ces tissus chez moi. Entre temps, les récoltes de coton en Russie étaient catastrophiques. Elles avaient diminué d’environ 20 %. Les Bolcheviks se sont alors adressé à moi car ils n’avaient semble-t-il personne d’autre. Après de longues négociations, ils ont fini par accepter mes conditions. Au début, ils voulaient que je travaille pour leur compte, ce qui était dangereux car ils pouvaient toujours me soupçonner et m’arrêter. Je leur ai dit : le coton est encore sous terre et je dois déjà vous garantir la récolte. Pour mon travail et mes frais, je demande 145 archines de cotonnade pour chaque poud de coton brut que je fournirai. Ils ont fini par accepter 140 archines. Par chance, la récolte a été bonne. La première année elle a atteint 95 % de la moyenne habituelle et l’année suivante 105 %. Je recevais chaque jour entre trente et quarante wagons de cotonnades. Je suis devenu le roi des tissus de coton. J’ai donné à tous les acheteurs la possibilité de faire des bénéfices ; j’ai installé mon frère à Tachkent et j’ai créé pour lui une société, « Itipak25 ». Du début de l’année 1920 et jusqu’à janvier 1923, j’ai gagné uniquement par mes affaires de coton près de 2 milliards de roubles. »

  • 26 Ce capital a été amassé après la Révolution, après la perte d’une partie importante des biens que N (...)
  • 27 Avraham Davidoff n’a pas pu agir selon les instructions de Nathan car dans la nuit qui a suivi la f (...)

21« Lorsque j’ai quitté (la Russie), j’ai laissé derrière moi un capital de 2 150 000 000 de roubles et j’ai emporté 150 000 livres sterling26. Je ne pouvais pas emporter davantage, car je suis parti dans les 24 heures. Lorsque j’ai appris le danger qui me menaçait, je suis parti pour Riga dans la journée. Je m’y suis attardé en espérant que la proximité de la frontière de l’URSS me permettrait peut-être de sauver une partie de mes biens. Lorsque je suis parti pour Riga, j’ai télégraphié à mon frère : « Obligé de partir aujourd’hui. Je te prie de tout abandonner et de venir en avion ». Mais au lieu d’agir comme je le demandais, il a préféré ne pas fuir car sa fortune (un million ou un million et demi de roubles) était dispersée27. S’il était venu chez moi, comme je le lui avais demandé, ma fortune aurait été sauvée car j’avais laissé chez lui une lettre pour le Directeur Général de “L’Union centrale” avec lequel j’ai travaillé près de trois ans, avant l’arrivée des Bolcheviks au pouvoir, ainsi que pour le Directeur Général du Ministère de l’Économie d’Union Soviétique, tous deux de vieux amis. Tu pourrais te demander pourquoi je n’ai pas utilisé moi-même et directement ces relations. Eh bien la responsabilité retombe sur mes propres employés. Il semble que l’on ait surveillé mon bureau pendant trois jours et, selon les règles de la Tchéka (police secrète) d’alors, on arrêtait le quatrième jour les suspects. C’est au troisième jour seulement de cette surveillance que Protopopoff m’a averti. Si j’avais été immédiatement mis au courant de la surveillance, j’aurais obtenu l’arrestation des policiers car je n’avais qu’un seul ennemi. C’est l’homme qui a arrêté mon frère à trois reprises à Tachkent et à chaque fois, j’ai réussi à le faire libérer dans les cinq ou six heures suivantes. Je m’étais plaint à son sujet auprès des autorités bolcheviques et il a été exécuté. C’est pourquoi ces dernières tenaient à me faire passer la frontière le plus rapidement possible et nous ont fourni dans les 24 heures un passeport, un visa et un billet d’avion. C’est ainsi que nous avons pu partir… »

22« Tu te souviens du seul objet de valeur que tu m’avais envoyé, une toile du Titien. Les Bolcheviks ont cru que c’était une copie. Toi-même, tu l’as vue et avais déclaré qu’elle valait dix roubles, mais c’était un original (…). »

Haut de page

Notes

1 Au sujet des premiers juifs de Tachkent, voir Klevan, A., « Juifs en Asie mineure » Recueil de Patrimoine, Brochure 25, 1978, p. 183-185 (en hébreu); Eschel, M., Galerie de portraits de notables juifs de Boukhara, Israël, 1904, p. 99, 116, 142, 148 (en hébreu); Dimitriev-Mamonov, A. I., Putevoditel’ po Turkestanu i Sredne-aziatskoj Železnoj dorogi, Saint-Pétersburg, 1903, p. 322; Asherov, Sh., De Samarkand à Pétah-Tikva, souvenirs d’un immigrant boukhariote, Tel-Aviv, 1977, p. 79 (en hébreu); sur Yehuda Ben David, voir Eshel, p. 99.

2 Voir Harel, M., Nahalat Ya‘akov, Tel-Aviv, 1983, p. 185.

3 Zand, M., « Boukhara », Encyclopedia Judaica, Year Book, Jerusalem, 1975/76, p. 186,188.

4 Davidoff, N., Mémoires, manuscrit en russe, traduit partiellement en hébreu par B. Ben David, p. 6, 72-78, 80-81.

5 Davidoff, p. 90-92.

6 Dimitriev-Mamonov, op. cit., p. 61, supplément p. 25, 32-33, 186-187, 318, 322, 358, 379, 382-383, 385, 391, 396.

7 Au sujet de cette lettre de Davidoff, dans laquelle il fait brièvement le récit de ses activités économiques, des compléments d’information ont été apportés par le frère de Nathan Davidoff (David) et sa fille (Sonia Yissakharoff) et surtout grâce au texte plus élaboré des Mémoires de Nathan Davidoff lui-même. La lettre publiée ici comporte quelques omissions. L’original est en la possession de l’auteur.

8 Une telle affirmation revient souvent dans ses Mémoires, par exemple à propos des bijoux qu’il a achetés en 1916 à une noble et dont la valeur est « inestimable ».

9 Sion, fils de Yossef Davidoff, cousin de Nathan.

10 Actuellement au nord est du Tadjikistan; partie tadjike de la vallée de Ferghana.

11 L’accord n’a pas été respecté car Yossef Davidoff, la personnalité dominante de l’entreprise familiale, craignait que Nathan ne quitte la société et ne l’affaiblisse.

12 Pour accéder à l’indépendance, Nathan s’est servi de la boutique de son beau-frère Eliahu et s’est associé à lui. Le voyage de Nathan à Moscou était le premier d’une série d’actes audacieux en tant que commerçant indépendant. Le montant de ses achats à Moscou témoigne de ce qu’il a rapidement conquis une place respectable parmi les grands commerçants juifs. Voir Klevan, p. 183-185.

13 Cette exigence sur fond de hausse subite des prix à la veille de la guerre russo-japonaise était une violation de l’accord préalable en matière de crédit. Le courtier en question était un Ouzbek du nom d’Ulam Bek.

14 Charikhan est située dans la région de Kokand où Nathan a installé une cardeuse dirigée par Hadj Abdurahmanov.

15 Les textes suivants sont extraits des Mémoires de Nathan Davidoff. On y trouve le récit de l’expansion de sa mine de charbon dans la région d’Andijan, du début des prospections en 1907 jusqu’à son exploitation régulière en 1911. Selon le témoignage de Sonia Yissakharoff, fille de Nathan Davidoff, il y avait dans cette région d’autres mines appartenant à des entrepreneurs juifs. Nathan lui-même raconte que les familles Vodiaev et Potilakhoff y possédaient des mines, mais la sienne était la plus développée et la plus moderne.

16 Au nord est du Tadjikistan.

17 L’une des conditions du retour de Nathan Davidoff au sein de la compagnie familiale « Torgovyj Dom » était qu’en cas de refus de la part de la société d’acheter une quelconque entreprise, il serait autorisé à le faire pour son propre compte, voir supra.

18 Benjamin Abramoff, frère de la mère de Nathan, était le représentant permanent de « Torgovyj Dom » à Moscou.

19 D’après le témoignage de Sonia Yissakharoff, il s’agissait d’un Allemand.

20 Cette personne appartenant à la noblesse russe a accepté de prendre sur elle la direction de la voie ferrée uniquement de façon formelle, afin de surmonter les obstacles dressés par les autorités devant Nathan Davidoff.

21 Ceci est lié à l’émigration en Israël prévue par Yissakhar et Yossef Davidoff en 1914.

22 Archine, mesure de longueur russe égale à 0,71 m. Poud, mesure de poids égale à 16 kg.

23 Petite bouteille d’un quart de litre, signifiant littéralement “petit salaud”.

24 Ces deux entreprises à Moscou n’ont pas été nationalisées au début de la révolution d’Octobre.

25 La société « Itipak » (en ouzbek union, association), nom révolutionnaire très répandu à Tachkent, a commencé à fonctionner sous la direction d’Avraham Davidoff, frère de Nathan, après le premier envoi d’un wagon de cotonnades blanches vers cette ville.

26 Ce capital a été amassé après la Révolution, après la perte d’une partie importante des biens que Nathan avait accumulés auparavant. Cette activité commerciale a été rendue possible grâce à la Nouvelle Politique Économique (NEP) du gouvernement russe commencée en 1921. Les sommes énormes mentionnées ici sont le résultat de l’inflation en URSS à l’époque.

27 Avraham Davidoff n’a pas pu agir selon les instructions de Nathan car dans la nuit qui a suivi la fuite de Nathan, la police secrète a effectué une perquisition minutieuse au domicile et dans les bureaux de Nathan à Moscou, établi un inventaire de tous les biens et fait saisir les livres de comptabilité. Toute l’activité commerciale de Nathan Davidoff a été bloquée et soumise à la délivrance d’autorisations spéciales de la police. Par ailleurs, la société « Itipak » avait un associé du nom de Fedor Dimitrov qui était directeur de banque avant la Révolution. Les événements rapportés dans la Lettre et la note ci-dessus ont provoqué la rupture définitive entre Nathan et les membres de sa famille restés en URSS. Son frère Avraham a été tué en Iran en essayant de partir pour Israël en 1933.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Binyamin Ben David, « Nathan Davidoff, industriel du Turkestan russe », Cahiers d’Asie centrale, 8 | 2000, 171-186.

Référence électronique

Binyamin Ben David, « Nathan Davidoff, industriel du Turkestan russe », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 8 | 2000, mis en ligne le 05 février 2010, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/604

Haut de page

Auteur

Binyamin Ben David

Petit fils de Nathan Davidoff, vivant en Israël.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org