Navigation – Plan du site
Notes et documents

Alexandre Alexandrovič Semënov (1873-1958)

Un aperçu de sa vie et de son œuvre
Emmanuel Choisnel
p. 161-169

Entrées d’index

Mots-clés :

biographies, Semenov A.

Keywords :

biography, Semenov A.
Haut de page

Texte intégral

1Orientaliste né alors que s’achevait la conquête russe de l’Asie centrale, A. A. Semënov connut la trajectoire contrastée des universitaires ayant exercé aux époques tsariste puis soviétique.

  • 1 Litvinskij B. A., Akramov N. M., Aleksandr Aleksandrovič Semënov (naučno-biografičeskij očerk). Aka (...)

2A. A. Semënov est né le 28 septembre 1873, dans une famille d’anciens serfs, au village de Polnoe Konobeevo du district de Šatsk dans la province de Tambov (Russie)1. Son père étant mort avant qu’il ne naisse, il fut élevé, dit-on, par sa mère. De septembre 1892 à août 1895 il fut directeur de l’École de Konobeevo. Il entra ensuite, en septembre 1895, à l’Institut Lazarev des Langues Orientales à Moscou.

3Alors qu’il était encore étudiant à l’Institut Lazarev, il effectua, en 1897, son premier voyage en Asie centrale. Il prit le bateau à Bakou, en juillet 1897, pour traverser la mer Caspienne jusqu’à Krasnovodsk, puis emprunta le chemin de fer Transcaspien, à travers l’actuel Turkménistan, jusqu’à Boukhara qui se trouvait alors sous protectorat russe. Il y séjourna pendant un mois. Selon les orientalistes russes B. A. Litvinskij et N. M. Akramov, ce fut pour lui un voyage d’une importance capitale qui lui permit de découvrir les coutumes des Tadjiks, d’apprécier pour la première fois la musicalité de leur langue et d’admirer les monuments historiques de la Transoxiane. Cette mission lui permit également de découvrir que le tadjik était alors la langue dominante à Samarcande et particulièrement à Boukhara et non pas le turc comme il l’avait cru jusque-là.

4A. A. Semënov participa à une seconde expédition en Asie centrale en 1898, organisée par la Société des Sciences naturelles, d’Anthropologie et d’Ethnographie, société affiliée à l’Université de Moscou et dirigée par le Comte Alexis A. Bobrinskij, un archéologue et ethnologue de renom. Cette expédition devait visiter la vallée du Haut-Zeravšan et la région du Pamir et avait pour mission de rassembler des collections zoologiques et ethnographiques et observer les habitants de ces territoires. Pour sa part, l’étudiant Semënov avait en charge la partie ethnographique, linguistique et folklorique. L’expédition partit de Samarcande avec des guides et 15 chevaux de trait. Elle devait d’abord longer la chaîne du Zeravšan avant de se diriger vers le lac d’Iskander-Kul. Outre A. A. Bobrinskij et A. A. Semënov, l’équipe scientifique comprenait N. V. Bogoâvlenskij, chargé des recherches anthropologiques, zoologiques et météorologiques et de la photographie. Le journal Les Nouvelles du Turkestan du 20 novembre 1898 publia un compte rendu des travaux de l’expédition, insistant sur l’attention toute particulière portée à l’ensemble de la population tadjike des montagnes.

  • 2 Matériaux pour l’étude des dialectes des montagnards tadjiks d’Asie centrale (Partie I : essai gram (...)

5A. A. Semënov acheva ensuite sa formation à l’Institut Lazarev et en sortit diplômé en mai 1900. Il était devenu trois mois plus tôt membre actif de la Société des Amateurs des Sciences naturelles, d’Anthropologie et d’Ethnographie de Moscou. Ses deux premières expéditions en tant qu’étudiant lui donnèrent matière à trois publications éditées de 1900 à 1903 à Moscou2.

  • 3 Semënov A., “Inscriptions sur le portail de la mosquée de Meched-i-Misrian”. Zapiski Vostok Otd., X (...)
  • 4 Selon Jean-Paul Roux dans L’Asie centrale. Histoire et civilisations (Fayard, Paris, 1997), Ala-al- (...)

6Après son départ de l’Institut Lazarev, A. A. Semënov fut en poste à Achkhabad quelques années en tant que secrétaire du Comité Régional des Statistiques de la région Transcaspienne. De son séjour en pays turkmène, il publia, en 1908, un article sur les inscriptions retrouvées sur le portail de la mosquée de Meched-i-Misrian (“Mest-Debran” selon la prononciation turkmène), ville dont les vestiges se situent sur la commune de Čikišlian, dans le district de Krasnovodsk3. Cette ville avait fait partie du royaume des Khwarezm Chahs, si l’on en croit un fragment d’inscription citant Sulṭân Muḥammad, le dernier souverain de ce royaume4. À partir de 1907, Semënov s’établit ensuite à Tachkent, en poste à la Chancellerie du Gouvernement Général du Turkestan, puis fut nommé vice-gouverneur militaire de la région de Samarcande.

  • 5 Nécrologie de A. A. Semënov dans Problemy Vostokovedeniâ, 1/1959, p. 240-243.
  • 6 Bobrinskij A. A., “Sekta Ismailiâ v Russkih i Buharskih predelah Srednej Azii”, Ètnografičeskoe obo (...)
  • 7 Semënov A., “Iz oblasti religioznyh verovanij Šugnanskih Ismailitov”, Mir Islama, 1, 1912, p. 523-5 (...)
  • 8 Majerczak R., “Les ismaéliens de Chougnan”, Revue du Monde Musulman, Paris, E. Leroux, 1913, Tome X (...)
  • 9 Semënov A. A., “Istoriâ Šugnana”, Protokoli Turkestanskogo Kružka lûbitelej arheologii, Tachkent, 1 (...)

7Selon la tradition orientaliste de l’époque, à l’issue de ses études à l’Institut Lazarev, A. A. Semënov était devenu un spécialiste d’arabe, de persan et de turc. Et il semble avoir très vite tiré parti de ces connaissances pour recueillir des témoignages oraux et traduire des manuscrits. Il fut, selon la notice nécrologique de l’Institut orientaliste de l’Académie des Sciences de l’URSS, le premier iranisant russe à se spécialiser dans l’histoire de l’ismaélisme centrasiatique5. Le comte Alexis Bobrinskij, avec lequel il était allé explorer le Haut-Zeravšan et le Pamir en 1898, était retourné en 1901 au Pamir, dans la région du Šugnân (région située sur la rive droite du haut Amu Daryâ), voyage au cours duquel il avait rencontré quelques pir ismaéliens. Bobrinskij publia un compte rendu de son voyage l’année suivante6 sans toutefois y exposer la doctrine ismaélienne. La première publication de Semënov sur l’ismaélisme remonte quant à elle à 1912. Publiée dans le numéro 4 de la revue Mir Islama, elle s’intitule “Du domaine des croyances religieuses des Ismaéliens du Šugnân” et s’appuie sur des entretiens que Semënov eut à Tachkent avec 24 habitants émigrés de cette région du Pamir7. Cet article fut mentionné l’année suivante dans la Revue du Monde Musulman par la mission scientifique du Maroc8. Il publia également, en 1917, une “Histoire du Šugnân”, fondée sur le manuscrit de Sa‘îd Haydar-Shâh, originaire de la région9.

  • 10 Barthold V. V., “La secte musulmane des Merwanîtes du Pamir”, Revue des Études Islamiques, 1933, Ca (...)

8Dans cet article de 1912, Semënov fut le premier à mentionner l’existence au Pamir de la secte musulmane des Merwânites, dénommée d’après le nom de Merwân b. al-akam, quatrième calife (684-685) de la dynastie omeyyade. Semënov signalait que les adeptes de la secte merwânî reconnaissent Merwân b. al-Hakam comme quatrième calife à la place de ‘Alî. À la suite de cette publication, V. V. Barthold lui demanda d’obtenir plus de renseignements sur cette secte. Mais Semënov ne put avoir que des informations indirectes, de la part d’un lettré ismaélien du Šugnân, par conséquent un des adversaires de la secte. V. V. Barthold publia en 1915 un article sur les Merwânites dans lequel il indique que les derniers vivent principalement au Chitral et au Kandjout (ou Kanjout) et qu’ils se rendent parfois au Šugnân pour s’y livrer au commerce. Cet article publié d’abord dans le Bulletin de l’Académie impériale des Sciences de Russie est disponible en français depuis 193010.

  • 11 Barthold V. V, “Curriculum Vitae d’Alexandre Alexandrovitch Semënov”, Bulletin de l’Académie des Sc (...)
  • 12 Semënov A. A., “Opisanie Ismailitskih rukopisej, sobrannyh A. A. Semënovym”, Izvestiâ Russkih. Nauk(...)
  • 13 Ivanow W.; “Notes sur l’’Umm al-Kitâb des Ismaéliens de l’Asie centrale”, Revue des Études Islamiqu (...)
  • 14 Introduction à la traduction du Livre réunissant les deux sagesses (Kitâb-i Jami‘ al-Ḥikmatayn) de (...)
  • 15 Cf. note 8.

9Immédiatement après la révolution d’Octobre, Semënov semble avoir été dans une situation délicate, si l’on en juge par le fait que l’académicien V. V. Barthold prit l’initiative de faire paraître, dans le procès-verbal de la 8e séance de la Section des Sciences historiques et de Philologie de l’Académie des Sciences de Russie (du 29 (16) mai 1918), un curriculum vitae de A. A. Semënov, dans lequel il est indiqué qu’il est alors à la disposition du Résident russe à Boukhara11. Cette même année, Semënov publia dans le Bulletin de l’Académie russe une description des manuscrits ismaéliens, qu’il avait lui-même rassemblés et déposés cette même année au Musée Asiatique de Saint-Pétersbourg12. Parmi eux on trouve un exemplaire de l’’Umm al-kitâb13, une copie du Qalam-i pîr, livre attribué à Nasir-e Khosraw mais écrit en fait au XVIe siècle par Khayr Khwah de Hérat14, ainsi qu’un exemplaire du Vajh-i Dîn de Nasir-e Khosraw15.

  • 16 Semënov A. A., “Regard sur le Coran dans l’ismaélisme oriental”, L’Iran, vol. I, 1927, p. 59-72.

10Semënov quitte le Turkestan à temps pour éviter d’être fusillé, ce qui n’apparaît pas dans sa biographie officielle. Mais d’après son autobiographie il fut envoyé à Moscou par le Sovnarkom (Conseil des commissaires du peuple) de la république du Turkestan, pour obtenir l’ouverture d’une université à Tachkent, ce qui fut fait en 1920 avec, se réjouit-il, l’arrivée du premier corps professoral de l’université nationale du Turkestan. Réinstallé à Tachkent, Semënov reprit son travail scientifique et ses publications sur l’ismaélisme, avec notamment, “Regard sur le Coran dans l’ismaélisme oriental”, paru dans un ouvrage collectif consacré à l’Iran16. Il y cite notamment le philosophe ismaélien Nasir-e-Khosraw, dont il publia par ailleurs plusieurs traductions.

  • 17 Cf. note 1.
  • 18 Cf. note 1.

11Le début des années 1930 semble avoir été pour lui une période difficile. Il fut obligé, en octobre 1930, de superviser la réalisation d’un projet de dictionnaire tadjik-russe, après avoir participé à des conférences sur l’alphabet et l’orthographe de la langue tadjike qui s’étaient tenues à Douchanbé (R.S.S. du Tadjikistan) en juin et août de cette année. En décembre, il fut envoyé pour six mois à Douchanbé, à l’Institut Général National de Recherche Scientifìque de la R.S.S. du Tadjikistan, afin d’effectuer des recherches lexicales, dans le cadre de la préparation de ce dictionnaire. Mais ce dictionnaire tadjik-russe, réalisé à partir du fichier constitué par l’équipe de chercheurs qu’il avait réunie autour de lui, fut violemment critiqué par l’académicien E. E. Bertel’s, lors de la Première Conférence consacrée à l’étude des forces de production de la R.S.S. du Tadjikistan, tenue en avril 1933. “Bertel’s critiqua la méthodologie employée et reprocha l’absence d’articles de presse, le suremploi d’une terminologie religieuse, l’insertion systématique de mots tirés de vieux dictionnaires persans, etc.17” Le fichier ainsi créé et complété par la suite servit toutefois à mettre au point un dictionnaire tadjik-russe en deux volumes, dont le premier ne fut publié qu’en 1946, sous la co-signature de E. E. Bertel’s. Une des collaboratrices de Semënov à cette époque, R. L. Nemenova, devait, bien plus tard, déclarer que le travail minutieux accompli par A. A. Semënov sur la documentation du dictionnaire tadjik-russe est largement utilisé dans le cadre des recherches lexicographiques effectuées aujourd’hui au Tadjikistan18.

12Vers la même époque, la faculté orientale de l’Université Nationale d’Asie centrale à Tachkent (Semënov faisait partie de son corps professoral) fut interdite et fermée. Elle ne devait rouvrir ses portes qu’en 1944. Semënov partit alors pour Kazan, où il passa les années 1932 et 1933. Il fut de retour à Tachkent en 1934, entrant alors à l’Institut marxiste-léniniste de recherches scientifiques en Asie centrale, en qualité de collaborateur en surnombre. Il y travailla, semble-t-il, d’abord à la traduction d’extraits de textes juridiques (waqf) consacrés à l’irrigation et à l’économie rurale. Puis, lorsque, en 1936, l’Institut National d’Asie centrale sur les Projets Hydrauliques envisagea d’effectuer d’importants travaux d’aménagement pour l’irrigation dans la région de Ferghana, Semënov travailla à une reconstitution historique des techniques d’irrigation employées dans la plaine du Ferghana et dans certaines régions d’Ouzbékistan.

  • 19 Semënov A. A., Katalog rukopisej Istoričeskogo otdela Buharskoj Central’noj biblioteki, Tachkent, 1 (...)
  • 20 Semënov A. A., Opisanie persidskih, arabskih i tûreckih rukopisej Fundamental’noj Biblioteki Sredne (...)
  • 21 Nikitine B., “Comptes-rendus”, Journal Asiatique, janvier-mars 1937, p. 162-163.

13Homme de bibliothèque, Semënov joua un rôle fondamental dans le recensement et la mise en ordre des manuscrits en persan, en arabe et en tchagatay des bibliothèques de la république d’Ouzbékistan. Il publia notamment en 1925 le catalogue des manuscrits de la section historique de la bibliothèque centrale de Boukhara19. Il publia également, en 1935, après son retour à Tachkent, un catalogue descriptif des manuscrits persans, arabes et turcs de la bibliothèque principale de l’Université de l’Asie centrale à Tachkent20, soit en tout 140 manuscrits (75 en persan, 34 en arabe et 31 en turc). Cette publication fut signalée par Basile Nikitine dans le numéro de janvier-mars 1937 du Journal Asiatique publié à Paris21.

14La fondation, le 3 novembre 1943, de l’Académie des Sciences de la R.S.S. d’Ouzbékistan fut suivie par la création d’un Institut d’études des manuscrits orientaux (aujourd’hui Institut d’Orientalisme Al-Bîrûnî), au sein duquel furent regroupés le fonds de la section des manuscrits orientaux de la Bibliothèque publique d’État d’Ouzbékistan (anciennement Bibliothèque publique de Tachkent, fondée en 1870, puis Bibliothèque publique du Turkestan), les collections de manuscrits de la Bibliothèque fondamentales de l’ex-Université de Tachkent (devenues Académie des Sciences de la R.S.S. de l’Ouzbékistan) et des reliquats de la bibliothèque des Khans de Khiva et de quelques autres institutions religieuses de cette ville.

  • 22 Žukovskij V. A., Zapiski Vostok Otd., Tome XIII, 1901.

15Une fois constitué, cet Institut reçut plusieurs centaines de manuscrits. Le fonds provenant de la Bibliothèque publique du Turkestan comprenait, d’une part, un peu plus de 300 manuscrits à son catalogue (en persan, arabe et turc), d’autre part une collection qui fut d’abord possession du chef de l’insurrection d’Andijan (à la fin du XIXe siècle), Mohammed Alî Sâbirov, puis confisquée par le gouvernement du Tsar et remise à cette bibliothèque en 1898. Cette dernière collection, constituée de 194 manuscrits (il en existe un catalogue manuscrit, rédigé par Semënov en 1912), était considérée par V. A. Žukovskij, célèbre iranisant russe, comme étant d’un grand intérêt pour l’histoire de soufisme et des sectes musulmanes22.

  • 23 Semënov A. A., Sobranie vostočnyh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR. Akademiâ Nauk Uzbekskoj SS (...)
  • 24 Semënov A. A., Sobranie vostočnyh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR. Akademiâ Nauk Uzbekskoj SS (...)

16A. A. Semënov entreprit la publication exhaustive du catalogue du fonds de manuscrits de l’Institut d’orientalisme (plus de 13 000 manuscrits), dont le premier tome parut en 1952, à Tachkent23. Le dernier tome (tome XI) parut en 1987, bien après sa mort24. Enfin, après la guerre, Semënov permit l’acquisition du fonds de Musa Saidžanov de Boukhara par l’Institut des manuscrits.

  • 25 La bibliographie détaillée de Semënov peut être consultée dans Litvinskij B. A., Akramov N. M., op. (...)

17La contribution de Semënov à l’étude de l’histoire sociale et économique du khanat de Boukhara est remarquable également. Alexandre Alexandrovič a traduit en russe des sources des périodes chaybanide et djanide, qui sont parmi les moins connues de ce khanat et a publié des études qui restent dans l’historiographie de l’Asie centrale post-timouride25.

18Ce n’est qu’en avril 1951 que l’Académie des Sciences de la R.S.S. du Tadjikistan (elle succédait à la filiale tadjike de l’Académie des Sciences de l’URSS) fut instituée par décret du Praesidium du Soviet Suprême de l’URSS. Le 14 avril, Semënov fut nommé membre actif de cette nouvelle Académie (arrêté n° 222 du Conseil des Ministres de la R.S.S. du Tadjikistan), puis, le 4 juin, directeur de l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie créé au sein de cette Académie. Semënov quitta alors Tachkent pour Stalinabad (Douchanbe) et fut par la suite élu député du Soviet Suprême du Tadjikistan.

  • 26 Sbornik stat’ej po istorii i filologii narodov. Institut istorii, archeologii i ètnografii, Trudy X (...)
  • 27 Dodhudoeva L. et L., “Manuscrits orientaux du Tadjikistan : la collection Semënov”, Cahiers d’Asie (...)
  • 28 Cf. note 5.

19À l’occasion de son 80e anniversaire lui fut offert un recueil d’articles sur l’histoire et la philologie des peuples d’Asie centrale26. La liste des publications de Semënov jusqu’à cette date, préparée par D. G. Voronovskij, figure également dans ce recueil. Alexandre Alexandrovič Semënov est mort le 16 novembre 1958. Il existe à Douchanbe une bibliothèque regroupant le fonds Semënov qui se compose en particulier de 146 manuscrits. Ce fonds a été récemment décrit par Larissa et Lola Dodhudoeva27. Sa notice nécrologique se conclut ainsi : « A. A. Semënov participa activement à l’émergence des cultures nationales des peuples d’Asie centrale. Il se montra un formateur doué, sensible et attentif. Au prix d’efforts inépuisables, il constitua parmi la jeunesse tadjike et ouzbèke des équipes de chercheurs de haut niveau28 » Plus de moitié de ses œuvres sont encore sous forme de manuscrits à Douchanbé et attendent leur publication.

Haut de page

Notes

1 Litvinskij B. A., Akramov N. M., Aleksandr Aleksandrovič Semënov (naučno-biografičeskij očerk). Akademija Nauk S.S.S.R., Moscou, 1971, 180p. Il est d’une famille de Tatars russifiés.

2 Matériaux pour l’étude des dialectes des montagnards tadjiks d’Asie centrale (Partie I : essai grammatical et monuments d’art populaire, 1900, partie II : monuments d’art populaire et dictionnaire, 1901), Essais ethnographiques sur les montagnes du Zeravšan, du Karategin et Darvaz (médaille d’or de la Société des amateurs des sciences naturelles, d’anthropologie et d’ethnographie auprès de l’Université de Moscou,1903).

3 Semënov A., “Inscriptions sur le portail de la mosquée de Meched-i-Misrian”. Zapiski Vostok Otd., XVIII, 1908, p. 154-157.

4 Selon Jean-Paul Roux dans L’Asie centrale. Histoire et civilisations (Fayard, Paris, 1997), Ala-al-Din Muḥammad, fils du Sultan Takach (1172-1200), régna sur l’empire du Khwarezm de 1200 à 1220. Vaincu cette année-là par Gengis Khan, Muḥammad Shâh mourut, épuisé, dans une petite île de la mer Caspienne, en décembre 1220 ou janvier 1221.

5 Nécrologie de A. A. Semënov dans Problemy Vostokovedeniâ, 1/1959, p. 240-243.

6 Bobrinskij A. A., “Sekta Ismailiâ v Russkih i Buharskih predelah Srednej Azii”, Ètnografičeskoe obozrenie, Société Impériale d’Anthropologie et d’Ethnographie de l’Université de Moscou, 1902, Vol. II, p. 1-20.

7 Semënov A., “Iz oblasti religioznyh verovanij Šugnanskih Ismailitov”, Mir Islama, 1, 1912, p. 523-561.

8 Majerczak R., “Les ismaéliens de Chougnan”, Revue du Monde Musulman, Paris, E. Leroux, 1913, Tome XXIV, p. 202-218.

9 Semënov A. A., “Istoriâ Šugnana”, Protokoli Turkestanskogo Kružka lûbitelej arheologii, Tachkent, 1917, XXI, p. 1-24. — Minorskij V. : article “Shughnan”, Encyclopédie de l’Islam, Tome 4, 1934, p. 404-406.

10 Barthold V. V., “La secte musulmane des Merwanîtes du Pamir”, Revue des Études Islamiques, 1933, Cahier II, p. 295-300.

11 Barthold V. V, “Curriculum Vitae d’Alexandre Alexandrovitch Semënov”, Bulletin de l’Académie des Sciences de Russie, 1918, p. 1491-1492.

12 Semënov A. A., “Opisanie Ismailitskih rukopisej, sobrannyh A. A. Semënovym”, Izvestiâ Russkih. Nauk, VI, t. XII, Petrograd, 1918, p. 2171-2202.

13 Ivanow W.; “Notes sur l’’Umm al-Kitâb des Ismaéliens de l’Asie centrale”, Revue des Études Islamiques, P. Geuthner, Paris, 1932, Cahier IV, p. 419-482.

14 Introduction à la traduction du Livre réunissant les deux sagesses (Kitâb-i Jami‘ al-Ḥikmatayn) de Nasir-e Khosraw par Isabelle de Gastines, Fayard, Paris, 1990, p. 17-18.

15 Cf. note 8.

16 Semënov A. A., “Regard sur le Coran dans l’ismaélisme oriental”, L’Iran, vol. I, 1927, p. 59-72.

17 Cf. note 1.

18 Cf. note 1.

19 Semënov A. A., Katalog rukopisej Istoričeskogo otdela Buharskoj Central’noj biblioteki, Tachkent, 1925.

20 Semënov A. A., Opisanie persidskih, arabskih i tûreckih rukopisej Fundamental’noj Biblioteki Sredneaziatskogo Gosudarstvennogo Universiteta, Série 11 Orientalia, fasc. IV, 1935, 88 p.

21 Nikitine B., “Comptes-rendus”, Journal Asiatique, janvier-mars 1937, p. 162-163.

22 Žukovskij V. A., Zapiski Vostok Otd., Tome XIII, 1901.

23 Semënov A. A., Sobranie vostočnyh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR. Akademiâ Nauk Uzbekskoj SSR, tome I, Tachkent, 1952, 440p.

24 Semënov A. A., Sobranie vostočnyh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR. Akademiâ Nauk Uzbekskoj SSR, tome II, 1954, 590p.; tome III, 1955; tome IV, 1957, 566p.; tome V, 1960, 544p.; tome VI, 1963, 738p.; tome VII, 1964; tome VIII, 1967, 799p.; tome IX, 1971; tome X, 1975; tome XI, 1987.

25 La bibliographie détaillée de Semënov peut être consultée dans Litvinskij B. A., Akramov N. M., op. cit.

26 Sbornik stat’ej po istorii i filologii narodov. Institut istorii, archeologii i ètnografii, Trudy XVII, Akademiâ Nauk Tadžikskoj SSR, 1953, 218.

27 Dodhudoeva L. et L., “Manuscrits orientaux du Tadjikistan : la collection Semënov”, Cahiers d’Asie centrale, n° 7, 1999, p. 39-55.

28 Cf. note 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Choisnel, « Alexandre Alexandrovič Semënov (1873-1958) », Cahiers d’Asie centrale, 8 | 2000, 161-169.

Référence électronique

Emmanuel Choisnel, « Alexandre Alexandrovič Semënov (1873-1958) », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 8 | 2000, mis en ligne le 05 février 2010, consulté le 27 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/602

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org