Navigation – Plan du site
Dossier

Une vue d’ensemble des manuscrits tchagatay du Xinjiang

Amina Abdurahman et Jin Yu-Ping
p. 35-62

Texte intégral

1La langue tchagatay fut utilisée par les Ouïgours, les Ouzbeks et d’autres peuples turcophones entre le XIVe et le XXe siècle. De nombreux écrivains et historiens ont écrit dans cette langue, laissant aux générations futures une abondante documentation en tchagatay, concernant la politique, l’économie, la littérature, l’art, l’histoire, la philosophie, la religion, le système juridique, la morale, l’ethnographie, la langue, la médecine, la géographie, l’astronomie, le calendrier, l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, etc. Ces documents sont d’une très grande valeur, non seulement pour l’étude du Xinjiang, mais aussi pour celle des différents peuples turcophones de l’Asie centrale.

2Les travaux de collecte, de classement, d’étude et de publication de ces documents ont commencé pratiquement dès l’établissement de la République populaire de Chine. Ainsi, à partir de 1953, des spécialistes du groupe de travail préparatoire du Musée du Xinjiang (Musée de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang) ont parcouru tout le pays. De 1955 à 1956, ils sont allés successivement à Ili, Urumtchi et Qumul, et de 1957 à 1958 à Kachgar, Yarkand, Yengisar, Atuch. À chaque fois, ils ont effectué de vastes enquêtes, rassemblant des manuscrits de valeur qui avaient été légués de génération en génération au sein de familles de religieux progressistes, d’anciens intellectuels ou dans des milieux plus modestes. Durant les cinquante dernières années, l’Académie des sciences sociales du Xinjiang (abrégé ici A.S.S.X.), et l’Université du Xinjiang ont également collecté un bon nombre de manuscrits. À présent, les plus grandes collections de manuscrits dans les langues des minorités nationales du Xinjiang sont conservées dans les fonds suivants :

  1. Le fonds du Bureau directeur et planificateur de la collecte, de la mise en ordre et de la publication des livres anciens des minorités nationales de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang (ou Bureau des livres anciens, abrégé ici B.L.A.) ;

  2. le fonds de l’Université du Xinjiang ;

  3. le fonds de l’A.S.S.X. ;

  4. les Bureaux de la culture des différentes Régions.

3En tant qu’organisation spécialisée, le B.L.A. est chargé de la collecte et de la publication des livres anciens des minorités nationales, ainsi que de la direction des bureaux travaillant sur les livres anciens des différentes Régions. Il a progressivement effectué ces tâches depuis sa fondation le 16 septembre 1983. En 1994, il avait collecté des documents en 13 langues différentes, parmi lesquelles le tchagatay, l’arabe, le persan, l’ouïgour ancien, le sibo, le mandchou, le tibétain, le todu-mongol et d’autres, totalisant 3 800 volumes, dont 1 500 dans des catalogues édités, y compris 480 volumes manuscrits en tchagatay. Depuis 1994, le B.L.A. a acquis un certain nombre de manuscrits qui restent encore à classer. Le fonds du Musée du Xinjiang conserve 118 manuscrits tchagatay ; le fonds de la bibliothèque de l’A.S.S.X., 191 manuscrits tchagatay ; l’Institut des religions de l’A.S.S.X., 22. Pour diverses raisons nous n’avons pas pu consulter les manuscrits conservés à l’Institut d’histoire de l’A.S.S.X., et faute d’en connaître le nombre exact, nous ne pouvons que présenter certains documents d’après les données disponibles.

4Le fonds de la bibliothèque de l’Université conserve 27 manuscrits et l’Institut de recherche sur la culture de l’Asie centrale de l’Université du Xinjiang 32 manuscrits. De plus, le Département autonome de l’Ili, la Région de Kachgar, ainsi que les districts d’Uchturpân, Kutcha et autres détiennent également, selon des statistiques incomplètes, au moins 58 volumes de manuscrits tchagatay. Par ailleurs, en plus des nombreux manuscrits qui sont collectés par le B.L.A. (dont le nombre n’est pas connu car ils n’ont pas tous encore été classés), il existe des manuscrits dispersés dans des collections privées, essentiellement dans le sud du Xinjiang. Ainsi, si cet article s’efforce de donner une vue d’ensemble des manuscrits conservés au Xinjiang, avec notamment la collection d’Urumtchi, il ne saurait prendre en compte la totalité des manuscrits existant au Xinjiang.

  • 1 Au cours de ce travail, nous avons obtenu l’assistance chaleureuse du personnel de la bibliothèque (...)

5Comme le contenu de ces manuscrits touche aux questions les plus diverses, nous les présenterons ci-dessous par catégories thématiques1.

I. Littérature et art

6Dans le patrimoine culturel des minorités nationales, notamment ouïgour, la littérature occupe une place importante, en particulier, la poésie, au point que l’on peut dire sans exagération que l’histoire littéraire ouïgoure est celle de sa poésie. À partir du milieu du XVIIIe siècle une grande partie des manuscrits tchagatay conservés au Xinjiang peut être rattachée à ce genre. Avec la fin de la domination Dzoungar et l’étouffement de la rébellion des grands et petit khojas par le gouvernement Tsing, la situation politique devint relativement stable des deux côtés du Tian-Chan. Cette atmosphère favorable permit le développement de l’économie, assurant en même temps l’épanouissement de la culture de toutes les minorités nationales du Xinjiang. À cette époque, de nombreux écrivains se firent remarquer, produisant une grande quantité d’ouvrages littéraires en tchagatay, qui dépassèrent toutes les périodes antérieures par leur nombre et leur variété. La plupart des manuscrits qui ont été préservés datent de la seconde moitié du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle. Nous en donnons un aperçu ci-dessous :

  • 2 Bayâḍ publié par la Maison d’édition populaire du Xinjiang (abrégé ici M.E.P.X) en septembre 1995, (...)

71. Bayâḍ2, mot arabe désignant une anthologie poétique d’un ou de plusieurs poètes. Les Ouïgours possèdent une longue histoire de composition de bayâḍ. Un manuscrit de bayâḍ de 246 p.), conservé au Musée de la Région autonome (n° XMG/0009), a été compilé par le poète ouïgour Âli en 1811 à Qumul. Les poèmes sont de Nawâ’î, Luṭfî, Sa‘dî, Fuḍûlî, Mashrab et 28 autres poètes. Ces poésies comprennent des quintains (mukhammas), sixains (musaddas) et plusieurs autres genres relatifs à l’amour et à la vie sociale.

82. Bahrâm dâstânî, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0137 346 p.). Il raconte la formation du roi Bahrâm à travers l’expérience de l’amour.

93. Farhâd wa Shîrîn, Laylî wa Majnûn, daté de 1792, écrit par ‘Umar Bâqî Yârkandî, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0077, 188 p.). Ce manuscrit, préservé intact, raconte en prose les expériences respectives des deux couples amoureux.

104. Tûrt naẓm, de Mullâ Dâwûd, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0048, 58 p.).

115. Châr dîwân, de ‘Alîshîr Nawâ’î. Il en existe plusieurs copies au Xinjiang. Celle qui est conservée au Musée du Xinjiang (n° XMG/0004) a 988 p. Le B.L.A. conserve quelques copies, dont le n° XKQ/200 (16x19 cm, 182 p.), le n° XKQ/347 (13x20, 292 p.) et le n° XKQ/414 (10x18, 632 p.).

126. Dîwân Zalîlî, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0349, 262 p.), auteur : Zalîlî. Il contient 128 ghazal, 26 rubâ‘î et se termine par 12 mukhammas de Zalîlî.

137. Qiṣaṣ al-anbiyâ, de Nûr ad-Dîn Rabghûzî. Il existe plusieurs copies de cet ouvrage au Xinjiang : – au Musée du Xinjiang (n° XMG/0099, 554 p., 18,5x33 cm), cette copie a été découverte à Kachgar en 1957, traduite du persan en 1697-1698 ; – au B.L.A. (n° XKQ/371, 152 p., 17x24 cm), de date inconnue ; – à l’A.S.S.X. (n° 002914, 414 p.), transcrite par Mullâ Qâsim, date de copie inconnue. Une copie n° 2938, parfaitement préservée, est datée 1109/1697. Cet ouvrage parle des saints et de leurs expériences extraordinaires au cours du développement de l’islam, ainsi que de divers événements et de légendes merveilleuses.

  • 3 Périodique Bulâq, année 1988, n° 2, p. 129-134, Miwalar walî, édité par Ghujahmät Yunus.

148. Mîwalar waṣfî3, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0097, 12x18 cm, 22 p.), début et fin incomplets. L’auteur, Aḥmad Shâh Qarâqâshî (1750-1828) est né dans le district de Qarâqâsh près de Khotan. La copie, découverte à Ili, a été réalisée en 1892-1893 sur du papier de Khotan. L’auteur expose, dans une orthographe irrégulière, les caractéristiques de chaque fruit à l’aide d’un dialogue entre mûre, raisin, datte et treize autres fruits. Il met ainsi en lumière la vie des humains avec des propos humoristiques et se moque de ceux qui ont “une tête de mule” (qui n’en font qu’à leur tête) et de ceux qui sont gonflés d’orgueil.

159. Nawrûz-nâme, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0040, 110 p.), sous forme de poésie, composé par Ṣanûbar Shâh, 1935-1936. Il s’agit de louanges aux quatre saisons.

  • 4 Nizarî lîriklarî, publié par la M.E.P.X. en septembre 1995, édité par l’Association pour la recherc (...)

1610. Nizarî ( ?) Kulliyâtî4, conservé au Musée du Xinjiang. ‘Abd ar-Raḥîm Nizarî (1776-1850), est un auteur prolixe, né au village Bûlaq-bashî près de Kachgar. Il a composé ses poèmes en utilisant 26 alphabets tchagatay différents, chacun étant associé à un rite différent.

  • 5 Dîwân-i Ẓuhûrî, idem, édité par Qurban Barat.

1711. Dîwân-i Ẓuhûrî5, conservé au Musée du Xinjiang, 68 p. La biographie de l’auteur, Mîrzâ Ẓuhûr ad-Dîn, est mal connue. On peut penser qu’il vécut entre 1830 et 1850 à Kachgar. La plupart des poèmes du Dîwân-i Ẓuhûrî sont des poèmes d’amour, dans lesquels l’auteur exprime un désir ardent pour l’amour libre, le chagrin de la séparation, ainsi que la souffrance et le bonheur, l’espoir et le désespoir et encore d’autres sentiments contradictoires.

  • 6 Dîwân-i Nâqiṣ, idem, édité par Muhämmät Turdi Mirza Ahmat.

1812. Gulzâr-i bînish, conservé au Musée du Xinjiang, numéro du manuscrit inconnu (78 p., 23x37 cm), 4x20 vers ou 4x30 vers sur chaque page avec une belle écriture. L’auteur, Mullâ Ṣâbir binni ‘Abd al-Qâdir Bînish6, nom de plume Nâqiṣ, est né en 1840 à Yengisar près de Kachgar et mort en 1920. Gulzâr-i bînish est composé de deux parties : les premières 44 pages sont une traduction de l’ouvrage persan Bahâr-i bînish transformé en Gulzâr-i bînish, les dernières 34 pages sont des poésies lyriques, dont 174 ghazal (3 étant en arabe), 21 élégies (marsiya), 5 quatrains (rubâ‘î), 13 morceaux (qit‘a) et deux poèmes d’autres auteurs.

  • 7 Dîwân-i Maḥzun, idem, édité par Tursun Ashur.

1913. Dîwân-i Maḥzun7 (13,5x 21 cm), écrit sur du papier de Khotan, il manque le début et la fin, ainsi que quelques pages au milieu. Le manuscrit est conservé au Musée du Xinjiang, on ignore sa provenance. L’auteur, Ismâ’îl Maḥzun, vécut au XVIIIe siècle à Khotan. Son Dîwân prend l’amour comme sujet, critique la société qui apporte la souffrance et le malheur au peuple, loue les vertus telles que la fidélité et la modestie, condamne les vices tels que l’ingratitude et l’orgueil. Les poèmes mentionnent vingt-sept espèces de melons de Khotan, indication intéressante pour la connaissance de l’agriculture ouïgoure du XVIIIe siècle. Le Dîwân-i Maḥzun est profond et émouvant. Il utilise des techniques expressives variées, ce qui lui confère une grande valeur littéraire.

2014. Bahâr-i dânish, écrit par Muḥammad Qâsim bin Mullâ Naẓar Muḥammad Bukhârî. Il se peut que cet ouvrage ait été traduit d’un ouvrage du même nom en persan de l’écrivain iranien Shaykh Inâyat Allâh, copié en 1897, conservé chez ‘Abd Aḥmad ‘Abd ar-Ra’uf dans le district d’Uch-turpâ.

2115. Ṭâhir wa Ẓuhra, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0063, 16x27,5 cm, 102 p.), découvert au lieu dit Toqquzâq près de Kachgar. Mal préservé, il manque les premières et dernières feuilles du manuscrit, chaque page contient onze vers. On peut penser, d’après le contenu, que le manuscrit a été copié en 1861-1862 ; il raconte l’expérience amoureuse de Ṭâhir et Ẓuhra et leur rejet des règles du mariage de l’époque féodale.

  • 8 Bulâq, année 1986, numéro général 18, p. 107.

2216. Dîwân-î Gumnâm8 (10,5x16,5 cm). Environ la moitié du manuscrit est préservée, mais il manque des feuilles au début, au milieu et à la fin. Gumnâm vécut pendant la première partie du XVIIIe siècle à Kachgar. Son anthologie poétique a été découverte à Yarkand en 1957. L’anthologie comprend 85 ghazal, deux quintains (mukhammas), 25 quatrains (rubâ‘î) et un tarjî‘-band. En 1992, une anthologie complète de Gumnâm fut découverte dans le canton Ustun Atuch du Département autonome kirghize de Qizilsu, par Al‘at Tamûr. Le manuscrit a été copié sur papier de Khotan avec onze vers sur chaque page (8 stiches de rubâ‘î). Il comprend des ghazal, mukhammas, musaddas, maṯnawî, tarjî‘-band, sâqî-nâme, rubâ‘î, qaṣida, etc. (totalisant 5 500 vers), parmi lesquels certains sont en persan. Il s’agit essentiellement de poèmes lyriques, exprimant la nostalgie et l’affection fraternelle, ainsi que des poèmes moraux et philosophiques.

2317. Naṯrî Mîrzâ Muḥammad Ḥusayn Bîk, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0013). L’auteur, Mullâ Ṣâdiq Yarkandî, qui vécut à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, était un poète de talent qui était chargé par le gouverneur de Yarkand, Mîrzâ Muḥammad Ḥusayn Bîk, d’adapter le Khamsa de Nawâ’î en prose. L’ouvrage fut remanié en 1813 par un nommé Naṯrî Mîrzâ Muḥammad Ḥusayn Bîk ou Naṯrî Khamsa Nawâ’î.

  • 9 Bulâq, année 1988, numéro 3, p. 65-90, Shâ’ir Qalandarning yani tâpîlghân ghazallarî, édité par Muh (...)

2418. Dîwân-i Qalandar9, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0228, 192 p.), découvert au sud du Xinjiang, copié en 1221/1807. Il comprend 165 ghazal, 26 mukhammas et autres. De plus, M. Aḥmad Âkhûndûm de Khotan conserve un manuscrit de Dîwân-i Qalandar de vingt pages, auquel il manque le début et la fin et qui comprend soixante poèmes.

  • 10 Bulâq, année 1987, numéro général 21, p. 1-78, Dîwân-i ‘arshî édité par Muhämmät Tursun Bahaeddin.

2519. Dîwân-i ‘arshî10, conservé au Musée du Xinjiang (12,5x21,132 p.) L’auteur, Khwâja Ya‘qub (‘Arshî de son nom de plume), est né à Khodjend en 1685. Le manuscrit a été transcrit sur papier de Khotan, la date de copie est inconnue mais certainement ancienne. Chaque page comporte onze vers de deux rangs d’une belle écriture totalisant 90 ghazal, 8 rubâ‘î, un poème sâqî-nâme, 6 mukhammas, 2 muṯamman, 3 muḥabbat-nâme et un mustahzâd.

  • 11 Bulâq, année 1998, numéro 4, p. 56-85, inséré dans Hasht dâstân édité par Asqar Ḥusayn sous le titr (...)

2620. Îyâ’-yî dâstânlarî tûplamî11, découvert à Kachgar en 1991, 14x25 cm. Il s’agit du chef-d’œuvre de la littérature ouïgoure de l’époque de la prospérité, par Nawrûz Âkhûnd Îḥyâ’-yî, un contemporain de Nazârî. Îyâ-yî dâstânlarî tûplamî contient l’épopée de Îyâ’ et la préface que Nazârî avait écrite pour Châr darwîsh.

  • 12 Bulâq, année 1981, n° 1, p. 35, Gol wa Nawrûz édité par Rähmät Allayari.

2721. Gol wa Nawrûz12, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/7914). L’auteur, Mawlanâ ‘Ubayd-Allâh Luṭfî (1366-1465), naquit à Kachgar, vécut en Transoxiane et passa sa vieillesse à Hérat. Gol wa Nawrûz est un poème narratif de 2 400 vers, écrit en 814/1411 et relatant l’histoire des chagrins et des joies de la princesse Gol et du prince Nawrûz. La copie a été transcrite à Hérat en 914/1508-1509, avant les autres ouvrages de Luṭfî.

  • 13 Bulâq, année 1997, n° 1, p. 48-68, Gol wa bulbul édité par Ahmäd Hamid.

2822. Gol wa bulbul13. Il existe plusieurs copies de cet ouvrage au Xinjiang, dont le n° XKQ/451 conservé au B.L.A. (14x20 cm, 62 p.), dû à Muḥammad Abû Ṣalâhî. Bien qu’il y ait des différences entre les copies, cet ouvrage occupe une place importante dans la littérature ouïgoure. Les poésies vantent l’amour libre, la fidélité désintéressée, la diligence, la vertu etc., elles soulignent le respect des sentiments de l’individu et révèlent impitoyablement les injustices de la société de cette époque.

  • 14 Bulâq, année 1987, numéro général 21, p. 116-129, she‘rlar édité par Jabbar Rähimi d’après Mullâ Dâ (...)

2923. Mullâ Dâwûd she‘rlarî14, conservé dans la collection privée de Chapâr Raḥîmî, comportant 78 p. en papier de Khotan. L’auteur, Mullâ Dâwûd, est né à Qâghiliq près de Kachgar en 1890, et décédé en 1963. Ce recueil de poèmes a été achevé en 1356/1937-1938 et comprend des ghazal, des mukhammas, des mustahzâd etc. soit 90 poèmes en 2044 vers.

3024. Majmû‘a al-’ârifîn, d’Abû-l-Ḥasan, conservé à la Bibliothèque de l’Ili, date de composition inconnue. Il conte les actes et les paroles des anciens sages et saints.

3125. Yûsuf-Zulaykhâ. Il existe au Xinjiang de nombreuses copies manuscrites du même titre, tel que le n° XKQ/641 de Nâṣir ad-Dîn Rabghûzî, conservé au B.L.A. (20x30 cm, 154 p.), et d’autres, comme le n° XKQ/207, et le n° XKQ/1571, auteurs et dates inconnus. Rabghûzî avait traduit le premier Yûsuf-Zulaykhâ du persan en tchagatay. Plus tard les poètes reprirent souvent le même sujet et laissèrent plusieurs copies de l’histoire d’amour de Yûsuf et Zulaykhâ.

  • 15 Bulâq, dans le numéro général 9 a fait paraître Dîwân-i Khastedîn pârchalar édité par Nimatulla Uba (...)

3226. Dîwân-i Khaste15. Il s’agit d’un recueil de poésies de ‘Abd Allâh Âkhûn Sharîf Âkhûn-ûghlî, de Yarkand (1854-1907), au nom de plume de Khaste. Le manuscrit fut découvert dans le district de Karikash au début des années 80, il comprend 2 musaddas, 10 mukhammas, 10 murabba‘, 50 ghazal, soit 72 poèmes en 2 793 vers.

  • 16 Dîwân-i Shawqî a publié Dîwân-i Nîyâzî par Asqar Ḥusayn et Wahitjan Ghopur.

3327. Dîwân-i Nîyâzî16, découvert dans le village Opal du district de Kachgar Kunâshahar (15x23 cm, 126 p.), il manque cinq ou six feuilles, 12 ou 13 doubles vers sur chaque page, auteur : Mullâ Nîyâzî. Le manuscrit a été copié par Mullâ Fatîḥ Qumûlî en 1257/1841, on estime qu’il a été écrit dans la première moitié du XIXe siècle ou plus tôt. Les poèmes de Nîyâzî, riches de significations, sont composés dans un style élégant. Le manuscrit est conservé par Asqar Ḥusayn Wâḥid Jân Ghafûr.

  • 17 Bulâq, numéro général 13, p. 238-244, Kulkûn, édité par Muhämmät Ali.

3428. Kelkûn17. L’auteur, Ali Dâmullâ Ḥâjim Nîẓâm ad-Dîn ûghlî, a pris comme sujet une inondation qui a eu lieu à Atuch et dont il fait une description minutieuse en vers. A présent le manuscrit est conservé par son fils Muḥammad Âli.

3529. Muḥabbat dâstânlarî, par ‘Abd ar-Raḥîm Nizârî. Conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0090, 20x29 cm, 450 p.), il est mal préservé. Le texte se compose de Laylî-u Majnûn, Farhâd-u Shîrîn, Bahrâm-u Dilârâm, Châr darwîsh et autres.

  • 18 Bulâq, année 1988, n° 3, p. 122. Dîwân-i Nawbatî édité par la M.E.P.X. en septembre 1995.

3630. Dîwân-i Nawbatî18, conservé au B.L.A. (n° XKQ/596, 16x21 cm, 88 p.) Il existe une copie au Musée du Xinjiang, de 56 pages, écrite à Kachgar. Nawbatî vécut à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe, ses poèmes au style agréable, émouvant et facile à comprendre, parlent de l’amour, de la vie sociale, de la connaissance religieuse etc. Cet auteur avait reçu un bon accueil du public.

3731. Muḥabbat-i nâm wa minat-i kâm, achevé en 1670, est conservé au Musée du Xinjiang (18x11x3,198 p.). L’auteur, Muḥammad Amîn Khâjam-Qulî ûghlî (1634-1724) au nom de plume de Khirqatî, raconte comment le vent du matin servit d’intermédiaire entre le rossignol et la rose et se dévoua pour leur amour. Il exprime ainsi l’idée qu’il faut payer cher pour trouver la vérité et gagner le bonheur. Le poète critique les mauvaises mœurs de la société, exalte les vraies valeurs d’une façon qui témoigne d’une pensée courageuse.

  • 19 Bulâq, dans le numéro général 16, p. 325-373, a publié le Kitâb-i gbarîb, édité par Abdarashid Isla (...)

3832. Kitâb-i gharîb19, conservé au Musée du Xinjiang, 50 pages, écrit dans les années 1840 à Kachgar, par Tûrdî Akhûn Gharîb. L’auteur présente trente sortes de métiers et leurs relations les uns avec les autres, sujet nouveau dans la littérature ouïgoure.

3933. Mabûb al-qulûb, de ‘Alîshîr Nawâ’î, conservé à la bibliothèque de l’Université du Xinjiang (n° 34, 266 p.) Une copie manuscrite est conservée au B.L.A. (n° XKQ/844, 234 p., 13x20 cm). Elle fut copiée en 1192/1772-1773 par Gumnâm. Cet ouvrage, dans lequel Nawâ’î expose ses opinions philosophiques, vise en réalité les questions sociales et constitue un bilan de la vie de l’auteur. Le texte comprend trois parties, la première traite des différentes couches sociales et émet des idées humanistes ; la deuxième partie met en scène des questions de qualité morale et de savoir-vivre, etc. ; la troisième partie, qui est la plus riche du texte, comprend des informations sur la société et des réflexions philosophiques sur les choses de la vie, des maximes, des aphorismes, etc.

4034. Manṭiq aṭ-ṭayr, de ‘Alîshîr Nawâ’î, conservé à la bibliothèque de l’Université du Xinjiang (n° 15, 212 p.). Les questions de la vie et de l’amour sont illustrées par les discours des oiseaux.

4135. Takira-yi Zû-l-funûn, conservé au B.L.A. (n° XKQ/230, 19x23 cm, 308 p.), date inconnue. L’auteur est probablement Firdaws. Le livre comprend deux parties, dont la première concerne la biographie de Zû’1-funûn, et la deuxième contient Ât aqîda qiṣṣa écrit par Aḥmad Shâh Qarâqâshî et d’autres poèmes.

  • 20 Jahân-nâme, publié par la M.E.P.X. en 1985, édité par Abdushukur Turdi (rédacteur responsable, Mirs (...)

4236. Jahân-nâme20, conservé au fonds de manuscrits de l’A.S.S.X. (10,5x16 cm, 112 p.), 13 distiques par page. Il fut découvert en 1981 par Qâdir-Bulâq qui travaillait à la librairie de Kachgar. Les poèmes sont écrits à l’encre noire avec des titres en rouge, sur du papier de Khotan. Plusieurs personnes ont participé à la rédaction du manuscrit dont certaines fautes de sens et d’orthographe laissent penser qu’il ne s’agit pas d’un original mais d’une copie. L’ouvrage fut écrit en 939/1532, par Âyâz Shikaste, dont la date de naissance n’est pas connue. Selon son autobiographie, il fut au service de Sa‘îd Khân en 1514 et participa au renversement du pouvoir de Abû Bakr Mîrzâ à Kachgar. On peut donc penser qu’il vivait pendant la première partie du XVIe siècle et se consacrait à la création littéraire et artistique. Le Jahân-nâme raconte l’histoire d’amour entre le prince Fîrûz Shâh et la princesse Parî-zâd. Il est écrit dans un style élégant qui conserve beaucoup d’éléments d’ouïgour ancien, ce qui en fait une référence précieuse pour l’étude de la langue, la littérature et l’art ouïgours.

  • 21 Ṭûtî-nâme, publié par la M.E.P.X. en 1992, programmé par le B.L.A. des livres anciens du Xinjiang, (...)

4337. Ṭûtî-nâme21, conservé au B.L.A. (n° XKQ/398, 16x23 cm, 420 p.), auteur et date inconnus. Ṭûtî-nâme appartient à la littérature populaire et a été transcrit par Mawlana Nahsha’i, un poète indien connu. Plus tard cet ouvrage devint connu dans la population et il fut traduit en tchagatay. Le Ṭütî-nâme traite sous un angle philosophique une série de questions sur les hommes et la société, la nature, la morale, l’amour etc. Beaucoup de conceptions philosophiques, de maximes et d’aphorismes qu’on y trouve ont été transmis jusqu’à nos jours.

  • 22 Ghazaliyât, publié par la M.E.P.X. en 1986, édité par Muḥammadkhan Kamal et Tursun Ziraddin.

4438. Ghazaliyât22, par le poète Mullâ Bilâl bin Mullâ Yûsuf (1823-1900) du village Qâzânchî, région de l’Ili, rédigé en 1851. Le manuscrit fut copié plus tard par ‘Abd al-Muta‘lî Khelfem et il est conservé dans la collection privée de Muḥammad Khân Mahdûm Kamâlî. Ce recueil comprend 136 ghazal, 4 mukhammas, 3 musaddas, 2 mustahzâd, ainsi qu’une brève introduction de l’auteur.

4539. Jamshîd-nâme, conservé au B.L.A. (n° XKQ/628, 20x29 cm, 110 p.) raconte l’histoire du roi Jamshîd.

4640. Châr darwîsh. Il existe plusieurs copies manuscrites du même nom au Xinjiang, dont l’une est conservée au Bureau de la culture du district de Kutcha et fut traduite du persan par Mullâ Yûnus de Yarkand, une autre étant conservée au B.L.A. (n° XKQ/666,16x27 cm, 304 p.). Châr darwîsh conte une histoire dans laquelle Azâdam et Bakhtî, désirant avoir des descendants, se déguisent en mendiants et se rendent sur les tombeaux de saints en pleine nuit. Dans un mausolée, ils voient quatre derviches qui leur racontent leurs expériences extraordinaires. Pour finir, leur vœu est exaucé.

4741. Khwâja Aḥmad Yasavî ikmatlârî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/776, 14x23 cm, 358 p.). Le manuscrit fut copié en 1300/1880-1881. Il s’agit des propos de sagesse d’Aḥmad Yasavî, qui mettent notamment l’accent sur les idées de charité et d’entraide.

4842. Dâstân-i Târîkh-i Amîna, conservé au B.L.A. (n° XKQ/317, 14x20 cm), de ‘Umar Muḥammad Qârî, daté 1282/1862-1863. Il fut écrit conformément au Târîkh-i Amîna de Mullâ Mûsâ Sayrâmî.

4943. Dâstânî Rabi‘a Sa‘dîn, conservé au B.L.A. (n° XKQ/458, 15x20 cm, 58 p.), de ‘Abd al-Raḥîm Nizârî (1770-1848), sans date. Il raconte l’amour sincère de Rabi‘a Sa‘dîn et comporte à la fin des poèmes sur les règles de la prière.

5044. Rawdat az-zahrâ’, conservé au B.L.A. (n° XKQ/1513, 271 p.), par Aḥmad Khuthûrî de Lukchun. Ces poésies narratives comprennent trois parties : Durr al-Imâm, Rawḍat az-zahrâ, Sulṭân Muḥammad Afrîdûn.

  • 23 Dîwân-i Shawqî, voir Bulâq année 1987, numéro général 20, p. 1-69, par Nimatulla Ubaydulla et Ubayd (...)

5145. Dîwân-i Shawqî23, conservé au Bureau de la culture du district de Yarkand, 192 p., par Muḥammad Rasûl, né en 1270/1853, dont le nom de plume est Shawqî. Le manuscrit comprend des ghazal, des rubâ‘î, des mukhammas et des musaddas. Ces poèmes, essentiellement religieux, expliquent les règles et les principes de l’islam. D’autres parlent d’amour ou reflètent des événements historiques et sociaux.

5246. Dîwân-i Kharâbâtî, dont deux versions sont conservées au B.L.A. : le n° XKQ/429 (13x19 cm, 198 p.) et le n° XKQ/1152 (18x24, 154 p.), date de rédaction inconnue. L’auteur, Muḥammad bin ‘Abd Allâh Kharâbâtî, dont le nom de plume est Kharâbâtî, est né à Aqsu en 1638 et est décédé en 1730. Ses poésies critiquent courageusement la politique, la société, ainsi que les coutumes de l’époque, et bien sûr, traitent de l’amour.

5347. Dîwân-i Nawâ’î. Plusieurs copies sont conservées au B.L.A., mais la plupart ne sont pas datées. L’une d’elle, considérée comme la plus ancienne (n° XKQ/05, 14x20 cm, 135 p.), est datée de 1200/1780-1781.

5448. Maṯnawî-yi Kharâbâtî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/152, 15x22 cm, 242 p.) écrit en 1776. L’auteur, Muḥammad bin ‘Abd Allâh Kharâbâtî, s’attaque au mal et soutient la justice, sous la forme de poésie sapientiale.

5549. Shâh-nâme, épopée du fameux poète persan Abû’l-Qâsim Firdawsî (934-1025). La première partie fut traduite en tchagatay par Mullâ Shâh Hijrân en 1687, la seconde par Mullâ Khâmûsh Âkhûn de Yarkand en 1791. Par la suite Shâh Muḥammad bin Khwâja Nîẓâm ad-Dîn de Kharkhash la traduisit intégralement en prose. Cet ouvrage raconte l’histoire de l’empire persan, l’expédition de Tûrân Shâhî Afrâsyâb et des fragments de l’histoire concernant la Chine. Il existe une copie conservée dans les archives de district de Yarkand (442 p.) ; une autre copie (n° XKQ/676, 26x36 cm, 571 p.), datée de 1331/1911-1912, est conservée au B.L.A.

5650. Mîwalar munâẓarasî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/501,12x18 cm, 48 p.), auteur et date inconnus. Le texte se divise en deux parties : la première expose les caractères de divers fruits de façon dialectique, la seconde est composée de fables didactiques, comme par exemple, celle du cheval et du chameau qui se croient supérieurs aux autres et se disputent honneurs et privilèges.

5751. Naẓm-i kitâb, conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 003020, 77 p.). L’auteur, Ibrâhim Khâjî de Khotan, raconte ses expériences durant un voyage fait en vue d’un pèlerinage.

5852. Dîwân-i Sa‘d Allâh, conservé au B.L.A. (n° XKQ/137, 12x20 cm, 180 p.). Mullâ Muḥammad Sa‘d Allâh exprime son expérience de la vie à travers ce recueil de poèmes.

5953. Khamse. Les ouvrages de Nawâ’î ont eu une grande diffusion et influence, si bien qu’il en existe plusieurs copies manuscrites conservées au B.L.A. du Xinjiang, à l’Institut de l’Asie centrale de l’Université du Xinjiang, à l’A.S.S.X. etc. Celui qui est conservé à l’Institut de la religion de l’A.S.S.X. (n° 295) est de grande valeur car il est intégralement préservé et a été copié dans un style élégant en 1293/1876.

II. Histoire et géographie

601. Yûsuf Aḥmad, conservé au Musée du Xinjiang (21x17 cm, 192 p.), incomplet, il manque le début et la fin. Ce livre raconte en prose les expériences de deux frères, Yûsuf Bik et Aḥmad Bik. Un exemplaire est conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 003032, 120 p.).

612. Abâ Muslîm, conservé au Musée du Xinjiang (n° XMG/0129 (24x38 cm, 1034 p.). Ouvrage en prose qui raconte l’histoire de la conquête islamique.

623. Haft-i Ghazât, le B.L.A. conserve plusieurs copies de cet ouvrage, dont le n° XKQ/660 (17x25 cm, 469 p.), auteur : Muḥammad Miskîn et le n° XKQ/670 (20x26 cm, 89 p.), auteur Sa‘îd Muḥammad Amîn Âkhûnd, daté de 1330/1910-1911. Ces textes en prose relatent différents épisodes de guerre.

634. Ẓafar-nâme, conservé à l’A.S.S.X. (n° 002848, 204 p.) L’auteur, Mullâ Shâkir ibn Mullâ Ṭâhir, né à Aykul Bazar (Aqsu), est poète et historien ; il est un des grands représentants de la littérature ouïgoure moderne. Son Ẓafar-nâme, rédigé en 1283/1866, raconte essentiellement un soulèvement de paysans à Uchturpân, et consigne dans tous les détails le processus du soulèvement et ses motivations, reflétant la sympathie profonde de l’auteur pour cette cause. Le texte a une grande valeur non seulement littéraire, mais aussi historique. Il était, à l’origine, écrit en persan, pour éviter d’irriter les gouvernants et de susciter de trop fortes réactions. Malgré cela le texte fut remarqué par un officiel et son auteur fut exilé à Uchturpân, où il passa les dernières années de sa vie durant lesquelles il réécrivit son Ẓafar-nâme en tchagatay.

645. Târîkh-i Tîmûr-lang, conservé aux archives de l’Ili, 409 p., auteur inconnu. Le manuscrit, qui fut rédigé en Asie centrale, raconte la vie et les faits d’armes de Tamerlan, ainsi que la manière dont il devint roi.

656. Afâq khwâjam taẕkirasî, conservé aux archives du district de Kachgar. Rédigé à Kachgar, par un auteur inconnu. Il raconte la naissance et la biographie de Afâq khwâjam, ainsi que de ses descendants, notamment les expéditions de Isâq.

667. Taẕkira-yi tûrt Imâm-i zabî‘u Allâh, conservé aux archives du district de Yarkand, 134 p., date imprécise, rédigé dans le district de Chiriya. L’auteur Mullâ Nîyâz Khotanî, raconte les actes de quatre imams qui périrent au cours de la guerre islamique à Khotan au XIe siècle, à l’époque du souverain de la dynastie qarakhanide Yûsuf Qâdîr Khân. Une copie est conservée à la bibliothèque de l’Université du Xinjiang (n° 11, 114 p.), son contenu est identique.

678. Arslân Khân târîkhî, conservé au Musée du Xinjiang, 326 p., rédigé en 1266/1850 à Kachgar par Mullâ Qûtlûq. Il raconte les activités religieuses de Satûq Bughrâ Khân, qui fut le premier kachgari à se convertir à l’islam, ainsi que la vie de son petit-fils Sa‘îd Arslân, et ses expéditions au cours de l’expansion musulmane. Le livre a une grande importance pour l’étude de la diffusion de l’islam au Xinjiang.

  • 24 Taẕkira-yi ‘Azîzân publié par les Éditions de Kachgar en version ouïgoure en 1988.

689. Taẕkira-yi ‘Azîzân24, conservé au Musée du Xinjiang, 326 p., rédigé en 1182/1768-1769 à Kachgar par Muḥammad Ṣâdiq Kâshgharî, né à Kachgar en 1740 et décédé en 1849. Ce document, qui rapporte les activités de Isâq Khwâja, Âfâq Khwâja, ainsi que leur descendance, est important pour étudier les khwâja au Xinjiang. Par ailleurs la partie qui concerne les activités des Dzoungares peut servir de référence pour les historiens qui travaillent sur cette question. Malgré des inexactitudes qu’il convient de repérer, l’ouvrage comble l’insuffisance des matériaux concernant l’histoire de l’Asie centrale entre le XVIe et le milieu du XVIIIe siècle.

6910. Kâshgharî khâṭirasî, conservé au Musée du Xinjiang, 58 p., Kachgar, 1930. Il s’agit d’un journal de voyage d’un auteur inconnu, rédigé alors qu’il voyageait à Kachgar en 1930. Il décrit les conditions et les mœurs locales à cette époque.

7011. Taẕkira-yi Taklamakân, conservé au Musée du Xinjiang, 24 p., auteur inconnu. Il raconte la formation du désert du Taklamakân, ainsi que la façon dont Jalâl ad-Dîn Katkî persuada Tûghlûq Tîmûr Khân de se convertir à l’islam.

7112. Ilî târîkhî, conservé au Musée du Xinjiang, 24 p., auteur et date inconnus, écrit à Ili. Il décrit les événements historiques qui se sont déroulés à Ili.

7213. Taẕkira-yi Abu Naṣr Sâmânî, conservé au Musée du Xinjiang, 272 p., écrit à Kachgar, auteur et date inconnus. Le texte raconte comment Abu Naṣr Sâmânî, à la tête d’une expédition, est arrivée à Atuch, a rencontré Satûq Bughrâ Khân, et l’a convaincu de se convertir à l’islam, après quoi l’islam s’est répandu dans tout le Xinjiang.

7314. Taẕkira-yi Yûsuf Qâdir Khân, conservé au Musée du Xinjiang, 518 p., écrit à Kachgar par un auteur inconnu. Le texte narre la vie et les activités du souverain qarakhanide Yûsuf Qâdir Khân. Un autre texte, conservé au B.L.A. du Xinjiang (n° XKQ/84, 9x12 cm, 881 p.), raconte comment Yûsuf Qâdir Khân se rendit à Kachgar et rapporte les événements historiques qui s’y déroulèrent.

7415. Manshûr-nâme, conservé au Musée du Xinjiang, 142 p., auteur et date inconnus, écrit à la résidence princière de Qumul. Le texte recueille des actes de propriété foncière, des documents divers et des édits de la résidence princière de Qumul.

  • 25 Bughrâ Khânlar taẕkirasî publié par les Éditions de Kachgar en version ouïgoure, en 1988.

7516. Bughrâ Khânlar taẕkirasî25, conservé au B.L.A. du Xinjiang (n° XKQ/176, 14x22 cm, 110 p.), par Khwâja Muḥammad Sharîf, sans date. La première partie du texte contient des hymnes funèbres écrits pour des hommes éminents, la suite rapporte des faits historiques.

7617. Taẕkira al-Ghaws, conservé au B.L.A. du Xinjiang (n° XKQ/256, 15x22 cm, 346 p.), rédigé par Mîr Muḥammad Ṣâdiq Sa‘îdî, copié par Mullâ Khâmush Yârkandî en 1223/1803-1804. Il relate la vie et les activités de ‘Abd al-Qâdir Jîlânî (Ghawṯ al-’aẓam).

7718. Taẕkira al-hidâyat, conservé au B.L.A. (n° XKQ/987, 11x18 cm, 353 p.). Il s’agit d’une biographie de Âfâq Khwâja, rédigée par Mullâ ‘Alî Mirzâ bin Mullâ Nûr ad-Dîn Khalfat.

  • 26 Les Mongols, ainsi que de nombreux autres peuples de l’Altaï, se servaient des cinq éléments (bois, (...)

7819. Ta‘rîf-i Naqshbandîya, conservé au B.L.A. (n° XKQ/476, 13x21 cm, 50 p.), auteur et date inconnus. Il raconte comment Ishân Qârî Khâjam, qui vécut avant 1196 (selon la désignation des années mongoles26) développa la confrérie Naqshbandîya et les règles auxquelles les adeptes se conformaient.

7920. Taẕkira-yi awlîyâ’, conservé au B.L.A. (n° XKQ/652, 26x40 cm, 624 p.), rédigé par Muḥammad Ṣâdiq Khotanî. Il s’agit des biographies de quatre-vingt-treize saints et leurs aphorismes.

8021. Taẕkira-yi Bughra Khân wa ‘Abd ar-Rashîd Khân, conservé au B.L.A. (n° XKQ/1249, 19x23 cm, 108 p.), auteur et date inconnus. Ce texte raconte l’histoire des sultans Satûq Bughra Khân et ‘Abd ar-Rashîd Khân.

8122. Taẕkira-yi majmû‘a, conservé au B.L.A. (n° XKQ/423, 15x23 cm, 79 p.). Cette œuvre décrit les événements historiques sous le règne du sultan Satûq Bughra Khân et mentionne des personnages historiques avec leur généalogie. Elle contient aussi un texte intitulé Kîyik-nâme, dans lequel les exploits des sages sont mis en valeur.

8223. Taẕkira-yi haft Muḥammad, conservé au B.L.A. (n° XKQ/585, 18x28 cm, 141 p.). Cet ouvrage relate l’histoire du Prophète de l’islam et de ses descendants, ainsi que l’entretien de Muḥammad Sharîf Khwâja avec Satûq Bughra Khân à Kachgar, et d’autres choses.

8324. Taẕkira-yi nasab-nâme, conservé au B.L.A. (n° XKQ/318, 12x20 cm, 188 p.), auteur inconnu, écrit en 1241/1821-1822. La fin du texte est en persan, le reste en tchagatay. Il commence par expliquer le dogme islamique, puis présente la généalogie et finit par expliquer les règles que les croyants doivent respecter.

8425. Taẕkira-yi Satûq Bughra Khân, conservé au B.L.A. (n° XKQ/283, 14x21 cm, 168 p.), auteur et date de rédaction inconnus, calligraphié par Muḥammad Ya‘qub Khwâja ibn ‘Abd ar-Razzâq en 1231/1811-1812. Cette œuvre décrit la biographie de Satûq Bughra Khân et la manière dont il se convertit à l’islam, s’empara du pouvoir et choisit Kachgar pour capitale.

8526. Taẕkira asan Bughra Khân, conservé au B.L.A. (n° XKQ/793, 11x17 cm, 88 p.), auteur et date de rédaction inconnus. Le texte relate l’histoire de Ḥasan Bughra Khân et ses actions à Kachgar, ainsi que de Sa‘îd Arsalân Khân et ses descendants.

8627. Taẕkira al-Imâmîn, conservé au B.L.A. (16x22 cm, 250 p.), par Muḥammad Harîrî. Ce manuscrit, qui fut transcrit par Mullâ Yûlbârs ibn Ḥabîb Allâh de Aqsu en 1264/1844-1845, raconte comment les prophètes, de Abraham à Muḥammad et jusqu’aux Imâm Ḥasan et Ḥusayn, se sacrifièrent pour l’expansion de l’islam.

8728. Sayr-i Sharîf, conservé au B.L.A. (n° XKQ/656, 20x30 cm, 666 p.), non daté. Il s’agit de la traduction ouïgoure (de 1695) par Muḥammad Raḥîm Kâshgharî de l’ouvrage en persan Ma‘âyirîn nabawîn de Mawlânâ Muḥî ad-Dîn (Khorassan, XVe siècle). Il relate des anecdotes de vingt-quatre sages et grands hommes arabes.

8829. Fattâ al-qulûb, conservé au B.L.A. (n° XKQ/83, 14x22 cm, 572 p.), auteur inconnu. L’ouvrage fut traduit du persan par Mullâ Âkhûnd Mû‘mîn en 1199/1779-1880, à Yarkand. Il concerne la légende de la naissance et la mort de Moïse.

8930. ikâyat-nâme, conservé au B.L.A. (n° XKQ/121, 14x18 cm, 116 p.), auteur et date inconnus. Le texte est parsemé de persan, la première partie concerne l’histoire des prophètes Moïse et Muḥammad, la deuxième partie concerne la science de l’astronomie.

9031. Imâm Ḥasan-Ḥusayn taẕkirasî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/655, 20x30 cm, 558 p.), par Muḥammad Raḥîm Miskîn, sans date. Le manuscrit, copié par Mullâ ‘Abd Allâh ibn Mullâ Abû al-’Aîrî en 1225/1805-1826, concerne l’histoire de la lutte de Imâm Ḥasan et Imâm Ḥusayn, ainsi que de leurs descendants.

9132. Ajâ’ib-i makhlûqât gharâ’ib-i mawjûdât, conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 002927, 308 p.), auteur et date inconnus. Il traite de géographie, d’astronomie, des minéraux, des plantes, etc. Deux manuscrits du même nom (n° XKQ/1413, n° XKQ/01) et deux manuscrits (n° XKQ/1426, n° XKQ/1495) intitulés ‘Ajâ’ib-i makhlûqât, qui sont conservés aussi au B.L.A., dont le n° XKQ/1426 (820 p., 20x30 cm), relèvent de l’astronomie, de la géographie et des sciences de la nature. L’auteur est peut-être Mullâ Ḥasan Âq-sûyyî.

9233. Kitâb-i shîrqîrân, conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 002838, 206 p.), auteur et date d’écriture inconnus. C’est une biographie des khwâja qui vécurent au Xinjiang.

9334. ‘Ilm-i aqîqat, conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 002967, sans folio). Cet ouvrage de Bakrî Ṣiddîq sur l’univers, la nature et la géographie, fut transcrit en 1308/1890.

9435. Imâm Muḥammad Ghazalî taẕkirasî, conservé à l’Institut de la religion de l’A.S.S.X. (n° 0786, 165 p.), auteur et date inconnus. Ce manuscrit bien préservé fut copié par Muḥammad Niyâz bin Jamâl, dans une calligraphie difficile. Il présente le célèbre penseur musulman Imâm Ghazalî et raconte comment il a quitté son pays natal pour Khotan.

9536. Taẕkira-yi Imâm Ja‘farî ṭayirân wa taẕkira-yi Imâm Afta, conservé à l’Institut de la religion de l’A.S.S.X., 175 p., fin incomplète, auteur et date inconnus. Il se divise en deux volumes : – Taẕkira-yi Imâm Ja‘farî ṭayirân qui présente la vie du personnage à Khotan et les activités qu’il y avait menées ; – Taẕkira-yi Imâm Afta raconte comment l’islam se diffusa au Xinjiang sous la dynastie des Qârakhânides et se répandit à Khotan sous Yûsuf Qârakhân. Il évoque aussi le sacrifice de quatre imams dans la voie de la foi.

9637. Ṭabî‘î jughrâfiya, conservé aux archives de Yarkand, écrit au Xinjiang assez tardivement, auteur inconnu. Il contient des données intéressantes sur les montagnes, les rivières et la végétation du Xinjiang, ainsi que la géographie du monde.

III. Religion et philosophie

971. Jami‘ al-ḥuqûq, conservé au Musée du Xinjiang, 1721 p., rédigé par ‘Abd Allâh, transcrit en 1900. Il traite de la question du pouvoir et de la condition humaine.

982. ‘Aqâ’îd-i haẓmiya, de ‘Alîshîr Nawâ’î, conservé à la Commune du drapeau rouge d’Ili, de date inconnue. Il traite de la foi musulmane sous forme de composition rimée.

993. Tuḥfat al-’Abidîn, conservé au Bureau de la culture du district de Yarkand. L’auteur, ‘Abîd-jân Khûqandî [Quqandi], l’acheva en 1889 à Qoqand. Il s’agit de poèmes concernant la connaissance de l’islam.

1004. Tûsh ta‘bîri, conservé au Musée du Xinjiang. Traité d’interprétation des rêves, auteur et date inconnus.

1015. Ḥikmatlâr, conservé au B.L.A. (n° XKQ/1018, 11x19 cm, 35 p.), date de composition inconnue. Le poète, Qûl ‘Ubaydî, traite des bons usages et de la morale.

1026. Kitâb-i fatwâ, conservé au Musée du Xinjiang. Texte, d’un auteur inconnu, sur les jugements des qâzis musulmans.

1037. Qânûn-i sharî‘at, conservé au Musée du Xinjiang, rédigé par Mullâ Ṭâl’î, en 1334/1915. Il expose les règles de l’islam concernant la société, l’économie, les rites religieux, etc.

1048. Rawḍat al-wâ‘iẓîn, conservé à la bibliothèque de l’Université du Xinjiang, n° 83, rédigé et traduit du persan à une date inconnue. L’ouvrage traite de morale et de solidarité.

1059. Zubdat al-masâ’il, conservé à l’Institut de la religion de l’A.S.S.X., 376 p., bien préservé. Écrit par Mullâ Muḥammad Ṣidiq Kâshgharî en 1248/1832-1833 à Kachgar. Il traite de la connaissance du dogme et du credo de l’islam. Il semble que le Bureau de la sécurité de Kachgar conserve aussi une copie de ce livre.

10610. ikmat, conservé à l’Institut de la religion de l’A.S.S.X., 22 p., quelques feuilles manquantes au début et à la fin, auteur et date inconnus. Le texte expose un point de vue philosophique sur le soufisme.

10711. Zubdat al-ma‘nî, conservé à l’Institut d’histoire de l’A.S.S.X. (n° 055104, 14,5x22,5cm, 115 p.), écrit en 1912, transcrit en 1940. L’auteur est Qûl ‘Alîm ‘Aṣîm Naḥîf, dont le nom de plume (takhallus) est ‘Amî Ḍa‘îf. Il traite de diverses formes d’interdits.

10812. Khwâja Du‘âyi ism-i ‘aẓam, conservé à l’Institut de la religion de l’A.S.S.X., 12 p., auteur et date de rédaction inconnus. Le texte présente les cérémonies et les prières, interdites par l’islam, dont se servent les chamanes et les devins (bâkhshî et parikhûn).

10913. ‘Aqâ’id-i jawhari, conservé à l’Institut de la religion de l’A.S.S.X., 48 p., écrit à Kachgar par Dâmullâ Ḥajî Ṣâbit Kâmilî Kâshgharî, date inconnue. Le texte présente des questions concernant la croyance, la prière et d’autres pratiques religieuses.

11014. Muṣibat-nâme, conservé à l’Institut de la religion de l’A.S.S.X., 20 p., auteur et date inconnus. Le texte relate la mort du prophète Muḥammad, il comporte des lamentations et des élégies.

11115. Muhîmat al-muslimîn, conservé à l’Institut de la religion de l’A.S.S.X. Il concerne les dogmes de l’islam, les rites religieux, la prière, le ramadan et la méthode pour calculer les dates religieuses.

11216. Waṣiyat-nâme. Deux copies de l’ouvrage sont conservées à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 002906, 150 p., et n° 003043). Ce texte concerne principalement les règles de l’islam et de la morale.

11317. Shar-i Golshan, conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 003030, 75 p.), auteur et date inconnus. Il concerne la morale et les rites musulmans.

11418. Qâbûs-nâme. Il en existe deux copies, l’une à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 002923, 80 p.), l’autre à la bibliothèque de l’Université du Xinjiang. Il concerne la morale et les rites musulmans.

11519. Nûr-i majâlis, conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 003030). Traduit du persan en 1251/1835 à Yarkand, par un traducteur inconnu. Ce livre rapporte diverses histoires religieuses, légendes et proverbes.

11620. Majûb-nâme, conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 003087). Cet ouvrage de Mawlânâ Majẕûb de 1335/1916, 166 p., illustre les paroles et les actions des soufis et imams d’Asie centrale.

11721. Munâjat kitâbî, conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 002995, 360 p.), auteur et date inconnus, il présente divers types de prières.

11822. Bar-i durrî, conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 003001, 144 p.), transcrit par Mullâ Alâ ad-Dîn. Il décrit les signes et les scènes de la fin du monde. Une autre copie du même nom est conservée au B.L.A. (n° XKQ/636, 20x31 cm, 121 p.), auteur et date inconnus. Elle présente des maximes qui incitent les gens à la courtoisie et à la moralité.

11923. Âdâb al-muslimîn, conservé au B.L.A. (n° XKQ/407, 13x20 cm, 116 p.), attribué à l’Imâm Ja‘far-i Ṣâdiq, sur les rites musulmans.

12024. Mubayyîn, écrit à Kachgar par Khujasta, copié par Mullâ ‘Abd Allâh en 1290/1869-1870 (12x18 cm, 238 p.). Il expose en vers les règles de l’islam. Le B.L.A. conserve plusieurs copies de cet ouvrage dont les contenus sont pour l’essentiel identiques (n° XKQ/159, daté 1235/1815-1816).

12125. ‘Aqâ’id-i ḍarûrîya, de ‘Abd al-Qâdir bin ‘Abd al-Wâriṯ Kâshgharî. Le B.L.A. conserve plusieurs copies manuscrites de cet ouvrage, dont la plus complète est le n° XKQ/767 (17x26 cm, 185 p.), transcrite par Imâm al-Dîn Mullam ibn Qûtlûq Mullam Kâshgharî en 1355/1935-1936. Ce livre se compose de trois parties : – ‘Ibâdat-i Islâm sur les dévotions ; – Tajwîd-i Qur’ân sur la récitation du Coran ; – ‘Aqâ’id-i ḍarûrîya sur les dogmes islamiques essentiels.

12226. Bakht-nâme, conservé au B.L.A. (n° XKQ/533, 11x13 cm, 50 p.), traduction d’un ouvrage du même nom en arabe, auteur et date de rédaction inconnus. Il traite du respect dû à Dieu, de la façon de demander son pardon et d’accéder au bonheur.

12327. Pâl-nâme, manuel de divination par Ghulâm Muḥammad Nûr adDîn Kâshgharî. Plusieurs copies manuscrites sont conservées au B.L.A., tel que le n° XKQ/477 (12x19 cm, 286 p.) ; le n° XKQ/762 (20x28 cm, 108 p.) ; le n° XKQ/846 (11x17 cm), dont l’auteur est Shaykh Ẓuhûr.

12428. Daqâ’iq al-’ilm, conservé au B.L.A. (n° XKQ/289, 13x21 cm, 232 p.), auteur et date inconnus. Le livre se compose de trois parties : – Daqâ’iq al-’ilm, pour l’approfondissement des connaissances ; – Muṣtanad ‘aqâ’id, commentaire religieux ; – Šarḥ-i faqîh Kaydanî sur les dogmes religieux, en persan.

12529. Pâl-nâme wa yûldûz-nâme, conservé au B.L.A. (n° XKQ/532, 13x18cm, 78 p.), auteur et date de rédaction inconnus. Il explique les relations entre la divination et l’astrologie.

12630. Du‘â-yi majmû‘a, conservé au B.L.A. (n° XKQ/419, 13x18cm, 78 p.), auteur et date inconnus. Le texte explique comment soigner un malade et rendre facile ce qui est difficile en récitant le Coran.

12731. Durr al-’ajâyîb. Plusieurs copies manuscrites sont conservées au B.L.A. La majorité est en persan mais le n° XKQ/331 est en tchagatay (10x20cm, 431 p.). L’auteur est Ḥâjî Qurbân Dawlat-bây, son livre daté de 906/14861487. Les 30 chapitres traitent de morale, de bonnes manières, d’indulgence, de piété filiale, etc.

12832. Râḥat al-qulûb, plusieurs copies manuscrites sont conservées au B.L.A., telles que le n° XKQ/330 (14x2lcm, 162 p.), le n° XKQ/1281 (15x19cm, 273 p.), écrit par Muḥammad Fayḍ Allâh en 1338/1918-1919, etc. Ces ouvrages présentent tous la méthode religieuse par laquelle les gens libèrent leurs âmes.

12933. Risâla-yi tuḥfat al-muslimîn, conservé au B.L.A. (n° XKQ/72, 16x21 cm, 43 p.), rédigé par Quṣûrî, sans date, le texte explique les obligations dont les musulmans doivent s’acquitter d’après la loi religieuse.

13034. Zubdat al-ânwâr, par Mullâ Muḥammad Sharîf, fut écrit en 1222/1802-1803, conservé au B.L.A. (n° XKQ/217, 3x23 cm, 133 p.). Il s’agit d’un traité de divination.

13135. Qiriq tûrt bayân, de Muḥammad Ṣâdiq Khalfarim Jârûbkash et Mawlânâ Wâ’ḥid Ḥusayn Kâshifî, écrit en 1199-1201/1779-1781, conservé au B.L.A. (n° XKQ/732, 23x33 cm, 405 p.). L’ouvrage se compose de 40 chapitres en trois parties. La première expose le respect dû à Dieu, la façon d’acquérir des connaissances, de devenir juge, de faire de l’agriculture, etc. ; la deuxième est un Naṣîḥatnâme (livre de conseils) dont l’auteur est Muḥammad Ṣâdiq Khalfarim Jârûbkash ; la troisième partie, Akhlâq al-muḥsîn, rédigée par Mawlânâ Wâḥid Ḥusayn Kâshifî, fut traduite du persan en tchagatay par Mullâ Tîmûr Kâshgharî.

13236. Kitâb al-akhlâq, par Khaste, daté de 1254/1834-1835, conservé au B.L.A. du Xinjiang (n° XKQ/396, 16x24 cm, 294 p.). Concerne les coutumes religieuses en les accompagnant de conseils moraux et d’anecdotes.

13337. Majmû‘a al-muḥaqiqîn, achevé par Mullâ Muḥammad Ṣâdiq Yârkandî en 1108/1688-1689 et transcrit par Mullâ Ḥasan ibn Mullâ Ṣâlih Khalfat en 1237/1817-1818. Conservé au B.L.A. du Xinjiang (n° XKQ/831, 13x20 cm, 167 p.). Cet ouvrage traite du soufisme et de ses représentants.

13438. Munajjim kitâbî. Conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X. (n° 003095, 86 p., des feuilles manquantes au début et à la fin), il indique les positions du soleil et de la lune qui sont favorables à différents types d’entreprises.

IV. Linguistique et éducation

135Parmi les manuscrits en tchagatay qui sont conservés au Xinjiang, ceux qui s’inscrivent dans la catégorie linguistique et éducative sont très rares. De plus, certains livres n’ont pas de titre. Par exemple, sur une grammaire arabe de 111 pages conservées à l’Institut de la religion de l’A.S.S.X., il manque les cinq premiers feuillets, de sorte que l’auteur et la date de rédaction sont inconnus. Pour cette raison, nous ne pouvons présenter que les deux manuscrits suivants :

1361. Lughat majmû‘asî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/535, 10x13 cm, 128 p.), auteur et date non précisés. Il s’agit d’un dictionnaire de tchagatay avec traduction arabe et persane en regard, comprenant des termes musicaux, des noms d’instruments de musique, d’animaux et autres.

1372. Ṣarf naḥu, grammaire conservée au B.L.A. (n° XKQ/449, 12x18 cm, 122 p.), auteur et date inconnus.

V. Astronomie et calendrier

1381. Yîl-nâme, conservé au Musée du Xinjiang, 110 p., auteur et date non précisés. Il s’agit d’un calendrier qui donne les règles pour calculer le nouvel an, ainsi que les aspects du soleil et de la lune.

1392. Nawrûz-nâme, conservé aux archives du district de Yarkand, ce livre écrit par Tûkhtî-Qurbân Yârkandî en 1900 est un calendrier solaire et lunaire qui permet de calculer le moment du nouvel an. Il existe également quelques manuscrits au titre de Nawrûz-nâme conservés au B.L.A., parmi lesquels le n° XKQ/226 (15x22 cm, 126 p.) rédigé par Mawlânâ Ṣadr ad-Dîn Qarâqâshî à une date inconnue. Il traite du soleil, de la lune, des saisons, des tremblements de terre, etc. et se termine par une évocation des sciences divinatoires.

1403. Astrânûmîyaga ‘âyîd kitâb, conservé à la bibliothèque de l’Académie du Xinjiang (n° 002978, 80 p.), auteur et date inconnus (probablement du XXe siècle). Il présente les principes de l’abjad, l’arithmosophie qui repose sur les valeurs chiffrées des lettres de l’alphabet arabe.

1414. Saba’ sayâra, deux copies du livre sont conservées au B.L.A., pourtant les contenus de chacune sont différents. L’une (n° XKQ/492, 14x20 cm), dont l’auteur et la date de composition sont inconnus, renferme des connaissances sur sept étoiles. L’autre (n° XKQ/1185, 13x18 cm, 118 p.), d’auteur inconnu, écrite en 1322/1903, présente des connaissances d’astronomie et d’arithmosophie abjad ḥisâbî.

1425. Shakl-nâme, conservé au B.L.A. (n° XKQ/101, 14x20 cm, 72 p.), auteur et date inconnus, traite des constellations.

1436. Kûn-nâme, conservé au B.L.A. (n° XKQ/600, 16x25 cm, 46 p.), auteur et date inconnus, il expose les croyances sur les éclipses du soleil et de la lune.

1447. Majmu’a al-aḥkâm, conservé au B.L.A. (n° XKQ/353, 15x20 cm, 108 p.). Traité d’astronomie par Muḥammad Awa Ibn Mawlânâ Ṣadr ad-Dîn Qarâqâshî, date non précisée.

VI. Loi et documents

1451. Fatwâ-yi Zahrî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/133, 15x24 cm, 632 p.), auteur et date inconnus. Le texte, mélangé d’arabe, expose diverses règles islamiques qui définissent le caractère licite ou illicite d’un acte etc.

1462. Chihil ḥâl, conservé au B.L.A. (n° XKQ/838, 14x26 cm, 154 p.), auteur inconnu. Le texte, traduit de l’arabe par ‘Alî Muḥammad Bârchuq en 1220/1800-1801, formule les règles qui régissent la distribution des propriétés.

1473. Durru sharî‘at, conservé au B.L.A. (n° XKQ/205, 13x19 cm, 234 p.), par Muḥammad Ibrâhîm, daté de 1184/1764-1765. Traite du droit pénal et des actes passibles de peine de mort.

1484. Ḥujjat al-mîrâṯ, conservé au B.L.A. (n° XKQ/31, 14x22 cm, 27 p.), auteur et date inconnus. Il traite des contrats sur l’héritage et comprend également des actes de vente.

VII. Médecine

1491. Ṭibbî khâṭira, conservé à l’Institut de l’A.S.S.X. L’auteur et la date de rédaction sont inconnus, mais des indices paléographiques permettent de penser que ce livre fut écrit au XXe siècle. Le texte présente des questions médicales en rapport avec la vie quotidienne, ainsi que les traitements de diverses maladies.

1502. Shifâ’at al-qulûb, conservé au village Tâsh-kûrûk de la région de l’Ili, dont l’auteur est Badr ad-Dîn Kâshgharî. Rédigé à Kachgar, le texte présente diverses maladies et méthodes de traitement. Le B.L.A. conserve aussi un ouvrage du même nom (n° XKQ/545, 18x28 cm, 329 p.), dont l’auteur est Badr ad-Dîn Ṣûfî, copié en 1314/1894-1895, date de rédaction inconnue. Il compte douze chapitres concernant les maux de tête, la paralysie, les affections otorhino-laryngologiques, des dents, de la langue et de la bouche, des poumons, intestins, foie, reins et des organes génitaux, la fatigue, la typhoïde, les maladies de peau, les traumatismes, l’intoxication, les maladies pédiatriques.

1513. Ṭibbî Yûsufî, conservé au Musée du Xinjiang, auteur Ḥakîm Yûsuf. Les connaissances concernant l’anatomie et diverses maladies, ainsi que les méthodes de traitements sont présentées dans ce texte.

1524. Darûgharlîk qullanmasî, conservé à la bibliothèque de l’A.S.S.X., début et fin manquants, 88 p. Il présente des méthodes de traitement pharmaceutique dans la médecine ouïgoure.

1535. Dastûr al-’ilâj, par ‘Abd ar-Raḥmân ibn Raḥmat Allâh, date de rédaction inconnue, conservé au B.L.A. (n° XKQ/243, 10x25 cm, 343 p.). Il concerne principalement le diagnostic des maladies et la méthode pour établir une prescription médicale.

1546. Risâla-yi ‘ilâj-i chahâr-pâyî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/327, 17x24 cm, 72 p.). Il présente les méthodes de traitement des maladies des animaux.

1557. Risâla-yi ḥikmat, par Badr ad-Dîn Ṣûfî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/708, 19x29 cm, 257 p.). L’ouvrage, divisé en 9 chapitres, décrit la façon d’établir un diagnostic et une ordonnance, il concerne aussi les maux de tête, la paralysie, les maladies des yeux et des oreilles, de l’abdomen et de l’estomac, les œdèmes, ainsi que les affections générales.

VIII. Agriculture, élevage, artisanat et autres

1561. Risâla-yi charmgarlîk, conservé a l’Institut de l’A.S.S.X., 44 p., auteur Imâm Ja‘far-i Ṣâdiq, écrit au sud du Xinjiang. Le texte décrit la transformation du cuir de toutes sortes d’animaux et la fabrication d’articles en cuir.

1572. Âshpazlîk risâlasî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/810, 9x11 cm, 80 p.), écrit par l’Imâm Ja‘far-i Ṣâdiq, daté de 1352/1932-1933.

1583. Bûyâqchîlîq risâlasî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/814, 8x13 cm, 174 p.).

1594. Bûzchîlîk risâlasî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/1397, 7x10 cm, 57 p.).

1605. Tûqûmâchilîq wa kîyim tîkîsh risâlasî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/803, 10x12 cm, 78 p.), écrit par l’Imâm Ja‘far-i Ṣâdiq.

1616. Tîrichîlîk risâlasî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/1285, 9x12 cm, 100 p.), écrit par l’Imâm Ja‘far-i Ṣâdiq, en 1290/1870-1871. Il concerne les méthodes de transformation du cuir.

1627. Tûmûrchîlik risâlasî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/1564, 11x19 cm, 39 p.), l’auteur est l’Imâm Ja‘far-i Ṣâdiq.

1638. Chârwâchîliq-dihqânchîlîq risâlasî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/450, 15x18 cm, 48 p.), il expose les connaissances et règles d’agriculture et d’élevage.

1649. Dihqânchîlîq risâlasî, par Mullâ ‘Isâ ibn ‘Abd ar-Raḥîm en 1261/1844. Diverses copies manuscrites sont conservées au B.L.A. (n° XKQ/402, 13x20 cm, 19 p.).

16510. Risâla-yi Mûzadûzlûq, conservé au B.L.A. (n° XKQ/298, 9x15 cm, 186 p.).

16611. Risâla-yi Kâsib-kâr, conservé au B.L.A. (n° XKQ/454, 13x16 cm, 56 p.), auteur et date de rédaction inconnus, le texte présente les usages que les artisans doivent connaître.

16712. Risâla-yi bûstân, conservé au B.L.A. (n° XKQ/1387, 11x18 cm, 44 p.), attribué à l’Imâm Ja‘far-i Ṣâdiq, écrit en 13399/1919-1920.

16813. Kîghîzchîlîk risâlasî, conservé au B.L.A. (n° XKQ/1560, 13 p.), attribué à l’Imâm Ja‘far-i Ṣâdiq.

169En dehors des traités présentés ci-dessus, le B.L.A. conserve aussi des manuscrits concernant les autres artisanats, par exemple : la boucherie, la construction, la culture des fruits, la fabrication du savon, le commerce, l’élevage des moutons, la bijouterie, la boulangerie, la charpenterie, etc. Ces ouvrages, écrits entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe, sont intéressants pour étudier le développement de l’artisanat ouïgour.

Conclusion

170Nous avons présenté ci-dessus une vue d’ensemble des manuscrits tchagatay conservés au Xinjiang. À l’heure actuelle, la recherche est arrivée à l’étape du classement. Le périodique Bulâq, publié par la Maison d’édition populaire du Xinjiang, a fait paraître soixante-neuf numéros depuis sa fondation en 1980, jusqu’en 1999. Cela a permis d’éditer un grand nombre d’ouvrages littéraires classiques ouïgours, dont les principaux sont Dîwân-i Makhrun, Dîwân-i Adâ’î, Dîwân-i Nawbatî, Dîwân-i Qârî, Dîwân-i Nîyâz, Dîwân-i Ẓuhûri, Dîwân-i Qalandar et 15 autres ouvrages, plus les poésies narratives Safar-nâme, Kitâb-i Gharîb, Ẓafar-nâme, Manṭiq aṭ-ṭayr, Jankûzâ Yûsuf khân et quarante-six poèmes. À part cela, le périodique a inséré beaucoup de poèmes lyriques, tels que Sakkâkî ghazallari, Ghazalîyât, ainsi que les ghazal et rubâ‘î de ‘Aṭâyî, Fuẓûlî, Gumnâm, etc. Le B.L.A. de la Région autonome du Xinjiang, fondé en 1983, a classé, traduit et publié un certain nombre de manuscrits de grande valeur, tels que Târîkh-i ḥamîdîya, Bughrâ khânlâr taẕkirasî, Sa‘dîya khânliqî târîkhî, Taẕkira-yi ‘Azîzân, Iskandar-nâme, Dîwân-i mashḥûrî, Nazârî dâstânlârî, Jahân-nâme, Zalîlî dâstânlârî, Khamsa (édité par fascicules, totalisant cinq tomes). De plus, Muḥâkimat al-lughatayn, Ṭûtî-nâme, Ghazaliyât et d’autres textes tchagatay ont également été classés et publiés. Bien que la recherche sur les documents de la république de Chine ait été couronnée de succès, les résultats sont encore modestes pour les documents en tchagatay. Nous espérons donc que, dans le futur, la recherche dans ce domaine avancera à grands pas en étroite collaboration avec les savants de tous les pays.

Haut de page

Annexe

Références principales

1. Catalogue des livres anciens en ouïgour, ouzbek et tatar édité par la Maison d’édition de Kachgar par le B.L.A., août 1989.

2. Catalogue de livres du Xinjiang, polycopié par le B.L.A.

3. Histoire de littérature ouigoure, de Abdukarim Rahman, publié par la M.E.P.X. en 1998.

4. Introduction aux écritures et documents ouïgours, par Niu ru-ji, publiée par la M.E.P.X. en août 1997.

5. Histoire de littérature ouigoure, par Li Guo-Xiang, édité par la Maison d’édition de l’Université de Lan Zhou.

6. Les territoires de l’Ouest et la civilisation ancienne, par Abdukheyim Khoja, publié par la M.E.P.X. en 1995.

Haut de page

Notes

1 Au cours de ce travail, nous avons obtenu l’assistance chaleureuse du personnel de la bibliothèque de l’Institut des religions de l’A.S.S.X., ainsi que du Musée du Xinjiang, de la bibliothèque de l’Institut pour la recherche sur la culture de l’Asie centrale de l’Université du Xinjiang, ainsi que celui du B.L.A. Nous tenons ici à leur exprimer nos remerciements les plus sincères.

2 Bayâḍ publié par la Maison d’édition populaire du Xinjiang (abrégé ici M.E.P.X) en septembre 1995, programmé par l’Association pour la recherche sur la littérature classique ouïgoure de la Région autonome du Xinjiang, édité par Muhämmät Tursun Bahaeddin.

3 Périodique Bulâq, année 1988, n° 2, p. 129-134, Miwalar walî, édité par Ghujahmät Yunus.

4 Nizarî lîriklarî, publié par la M.E.P.X. en septembre 1995, édité par l’Association pour la recherche sur la littérature classique ouïgoure de la Région autonome du Xinjiang, édité par Muhämmät Tursun Bahaeddin.

5 Dîwân-i Ẓuhûrî, idem, édité par Qurban Barat.

6 Dîwân-i Nâqiṣ, idem, édité par Muhämmät Turdi Mirza Ahmat.

7 Dîwân-i Maḥzun, idem, édité par Tursun Ashur.

8 Bulâq, année 1986, numéro général 18, p. 107.

9 Bulâq, année 1988, numéro 3, p. 65-90, Shâ’ir Qalandarning yani tâpîlghân ghazallarî, édité par Muhämmät Qasim Akram et Muhämmät Turdi.

10 Bulâq, année 1987, numéro général 21, p. 1-78, Dîwân-i ‘arshî édité par Muhämmät Tursun Bahaeddin.

11 Bulâq, année 1998, numéro 4, p. 56-85, inséré dans Hasht dâstân édité par Asqar Ḥusayn sous le titre Îḥyâ’-yî dâstânlarî tûplamî.

12 Bulâq, année 1981, n° 1, p. 35, Gol wa Nawrûz édité par Rähmät Allayari.

13 Bulâq, année 1997, n° 1, p. 48-68, Gol wa bulbul édité par Ahmäd Hamid.

14 Bulâq, année 1987, numéro général 21, p. 116-129, she‘rlar édité par Jabbar Rähimi d’après Mullâ Dâwûd she‘rlarî.

15 Bulâq, dans le numéro général 9 a fait paraître Dîwân-i Khastedîn pârchalar édité par Nimatulla Ubaydulla, p. 210-230.

16 Dîwân-i Shawqî a publié Dîwân-i Nîyâzî par Asqar Ḥusayn et Wahitjan Ghopur.

17 Bulâq, numéro général 13, p. 238-244, Kulkûn, édité par Muhämmät Ali.

18 Bulâq, année 1988, n° 3, p. 122. Dîwân-i Nawbatî édité par la M.E.P.X. en septembre 1995.

19 Bulâq, dans le numéro général 16, p. 325-373, a publié le Kitâb-i gbarîb, édité par Abdarashid Islami.

20 Jahân-nâme, publié par la M.E.P.X. en 1985, édité par Abdushukur Turdi (rédacteur responsable, Mirsultan Usmanof)

21 Ṭûtî-nâme, publié par la M.E.P.X. en 1992, programmé par le B.L.A. des livres anciens du Xinjiang, édité par Nijat Mukhli et Ahmät Hamid.

22 Ghazaliyât, publié par la M.E.P.X. en 1986, édité par Muḥammadkhan Kamal et Tursun Ziraddin.

23 Dîwân-i Shawqî, voir Bulâq année 1987, numéro général 20, p. 1-69, par Nimatulla Ubaydulla et Ubaydulla Muyieddin.

24 Taẕkira-yi ‘Azîzân publié par les Éditions de Kachgar en version ouïgoure en 1988.

25 Bughrâ Khânlar taẕkirasî publié par les Éditions de Kachgar en version ouïgoure, en 1988.

26 Les Mongols, ainsi que de nombreux autres peuples de l’Altaï, se servaient des cinq éléments (bois, feu, terre, métal et eau), divisés entre Ying et Yang et des noms de douze animaux (rat, vache, tigre, lièvre, dragon, serpent, cheval, mouton, singe, coq, chien et cochon) pour désigner les années. L’association entre les cinq éléments et les douze animaux permet de désigner soixante années, elles-mêmes divisées en deux (le système est similaire à celui des dix trônes célestes et des douze rameaux terrestres utilisé par le calendrier lunaire chinois). Par exemple l’année bois-rat, qui est divisée en l’année Ying bois-rat et l’année Yang bois-rat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amina Abdurahman et Jin Yu-Ping, « Une vue d’ensemble des manuscrits tchagatay du Xinjiang », Cahiers d’Asie centrale, 8 | 2000, 35-62.

Référence électronique

Amina Abdurahman et Jin Yu-Ping, « Une vue d’ensemble des manuscrits tchagatay du Xinjiang », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 8 | 2000, mis en ligne le 05 février 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/589

Haut de page

Auteurs

Amina Abdurahman

Jin Yu-Ping

Université d’Urumtchi, Chine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org