Navigation – Plan du site
II. Deuxième partie
Collections particulières, inscriptions, archives

Une source méconnue pour l’étude de la production de livres à la cour de Muammad Raîm Khân II (Khiva, fin XIXe s.)1

Aftandil Erkinov et Šodmon Vohidov
Traduction de Maria Szuppe
p. 175-193

Texte intégral

  • 1 Nous remercions pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’élaboration de cet article nos collègue (...)
  • 2 Fihrist – correspond au sens européen du terme « catalogue », bien que dans notre cas il s’agisse p (...)
  • 3 Un des plus anciens ouvrages en chaghatây est la description de la vie des prophètes, le Qiṣâṣ al-a (...)
  • 4 Sur une partie de ces livres, voir plus en détail le tableau n° 2 qui accompagne le présent article

1Le Fihrist-i kitab-khâna2, inventaire de la bibliothèque du Khan de Khiva, Muḥammad Raḥîm II (1864-1910), source inédite peu exploitée, présente un grand intérêt. Le khanat de Khiva – situé dans le Khorezm – se distinguait de ses deux voisins centre-asiatiques, le khanat de Kokand (1710-1875) et l’émirat de Boukhara (1757-1920). D’une part, une forte tendance à la turcisation de la langue littéraire, qui prédominait dans le milieu culturel de Khiva depuis l’époque médiévale tardive, a eu pour effet d’éloigner Khiva des centres culturels persanophones, ce qui n’était pas le cas à Boukhara et à Kokand. Le nombre d’ouvrages littéraires (depuis le XIVe s.) et historiques (depuis le XVIe s.) écrits en chaghatây (turc oriental) augmentait toujours plus ; cette langue servait également mais pas exclusivement, à rédiger les ordres officiels (yârliq) dès le XIVe siècle3. D’autre part, les souverains du khanat de Khiva, issus de la dynastie des Qonghirats / Qûnghrâts (1804-1920), prenaient une part active à la vie culturelle et, notamment Muḥammad Raḥîm Khân II, qui écrivait des vers sous le nom de plume « Fîrûz ». Sous son règne, le milieu culturel de la cour a pris de l’importance et s’est enrichi. Le Khan a ordonné la traduction en chaghatây – langue officielle du khanat – et la transcription d’un grand nombre d’ouvrages célèbres dans tout le monde musulman, ainsi que la copie de ceux qui étaient simplement à la mode à Khiva à son époque4. Leur nombre et leur diversité exigeaient bien évidemment un classement systématique. Par ailleurs, l’usage intensif de ces livres par les lecteurs a fait naître le problème de la mise en ordre des volumes conservés dans la bibliothèque et a été à la base de l’établissement de son inventaire (fihrist).

2Le présent article se propose de présenter et de décrire les particularités de ce fihrist.

Le kitâb-khâna (bibliothèque) de Khiva

  • 5 A.B. Khalidov, Arabskie rukopisi i arabskaja rukopisnaja traditsija, Moscou, 1985, p. 244-248. Voir (...)
  • 6 A. Ju. Jakubovskij, « Cherty obshchestvennoj i kul’turnoj zhizni epokhi Alishera Navoi », dans : Al (...)
  • 7 Voir A.A. Semenov, « Sredneaziatskie rukopisnye fondy i vazhnost’ ikh izuchenija », dans : Material (...)
  • 8 Voir A.N. Kononov, Rodoslovnaja Turkmen. Sochinenie Abu-l-Gazi khana khivinskogo, Moscou-Leningrad, (...)

3Dans l’Orient musulman, existaient depuis longtemps des dépôts de livres, notamment dans les cours des souverains et dignitaires5. En ce qui concerne l’Asie centrale, nous pouvons citer, entre autres, les bibliothèques des Sâmânides (819-999) à Boukhara, des Ma’mûnides (seconde dynastie des Khorezmshâhs, 992-1017) à Gurganj (Jurjânîya), des Timourides Mîrzâ Bâyṣûnghur (1397-1433) à Hérat et Mîrzâ Ûlugh Beg (1394-1449) rassemblée dans son observatoire astronomique à Samarcande, ou encore celle des Shaybânides (1500-1598) à Boukhara6. Nous pouvons aussi ajouter à cette énumération les fonds de livres réunis par les souverains des trois Etats tardifs de l’Asie centrale, notamment celui de la cour de l’Émir de Boukhara7. Il faut remarquer que, selon les informations dont nous disposons, le souverain de Khiva Abû’l-Ghâzî Khân (1643-1663), lui-même historiographe, possédait une grande collection d’ouvrages historiques. Il est tout à fait vraisemblable que les manuscrits du fonds d’Abû’l-Ghâzî Khân soient devenus, par voie d’héritages successifs, la base de la bibliothèque de Muḥammad Raḥîm II8.

  • 9 E.A. Akhundzhanov, Ocherki po istorii knigi i knizhnogo dela v Srednej Azii. Drevnost’. Srednie vek (...)

4Les travaux de recherche consacrés jusqu’ici au kitâb-khâna de Khiva ont un caractère très général9. Nous nous efforcerons dans cet article d’apporter de nouveaux détails et de donner un historique de la bibliothèque des Khans de Khiva.

  • 10 M. J. Jöldoshev, Khiva khonligida feodal jer egaligi va davlat tuzilishi, Tachkent, 1959, p. 15-17.
  • 11 Turkestanskie vedomosti, le 18 décembre 1873. Le journal n’imprime qu’une partie de la communicatio (...)

5Au moment de la conquête de Khiva par l’armée russe, en 1873, l’orientaliste A.L. Kun, présent sur les lieux, mentionne les manuscrits de la bibliothèque du Khan ; ceux-ci, tout comme les archives de la cour de Khiva, avaient été alors confisqués puis transférés à Tachkent, et ensuite à Saint-Pétersbourg10. Outre la saisie des manuscrits de la bibliothèque, Kun a fait l’acquisition d’autres manuscrits qu’il a également envoyés à la capitale russe. Par la suite, il a publié une communication dans le journal Turkestanskie vedomosti (« Les Nouvelles du Turkestan ») consacrée à la collection de manuscrits qu’il avait ainsi réunie. Selon son article, leur nombre total était de 300 : 140 volumes parmi lesquels 129 ouvrages sont identifiés par titre, 30 volumes de recueils de vers (Dîvân) de poètes orientaux, 40 volumes consacrés à la religion et à la jurisprudence, 18 Corans et 56 manuels de madrasa11.

  • 12 Bajânij, Shadzhara-i Khârazmshâhij, éd. I. Adizova, Tachkent, 1992, p. 221.

6Nous trouvons une confirmation de ces informations chez l’historiographe de Khiva, Muḥammad Yûsuf Bayânî (1840-1923), qui affirme que, après la prise du palais du Khan, les Russes ont emporté trois cents livres (c.-à.-d. manuscrits)12.

  • 13 Voir A.N. Samojlovich, « Kratkij otchet o poezdke v Tashkent i Bukharu i v Khivinskoe khanstvo v 19 (...)
  • 14 Voir V.V. Bartol’d, « Istorija kul’turnoj zhizni Turkestana », dans : Sochinenija, vol. II/2, Mosco (...)

7En 1908, A.N. Samojlovich a visité la bibliothèque en question lors de son séjour à Khiva. Au cours de sa visite du palais de Muḥammad Raḥîm Khân II, il a pu voir deux bibliothèques : l’une dans l’Ark, résidence officielle du Khan dans la citadelle, et l’autre dans son palais de Tâza-Bâgh où était établi depuis 1874 l’atelier de lithographie du Khan13. Cependant, au début de sa période d’activité, les ouvrages lithographiés n’étaient pas mis en vente mais donnés en cadeau aux proches du Khan14. Voici ce que Samojlovich écrit dans ses mémoires :

  • 15 Il s’agit ici du recueil de poésies intitulé Mukhammasât-i majma’at al-shu’arâ’-yi Fîrûz-shâhî, co (...)
  • 16 Isfandiyâr Khân (r. 1910-1918) était le fils de Muḥammad Raḥîm II.
  • 17 Voir Samojlovich, op.cit., p. 22.

« Dans le bureau de Son Altesse [= Muḥammad Raḥîm II, N.d.A.] au Tâza-Bâgh, j’ai pu voir de nouvelles copies de différents manuscrits (…). Sur l’ordre du Khan, on m’a remis plusieurs [exemplaires] provenant des éditions du Khan, dont un volume non encore terminé du dernier recueil de 3 200 ghazals des poètes contemporains de Khiva, précédés de 100 ghazals écrits par le Khan lui-même. Aḥmad Ṭabîb est le rédacteur de ce recueil15. (…) Son Altesse le prince héritier, Isfandiyâr-tûra16, m’a fait envoyer à la maison une série de manuscrits pour que je puisse les regarder ; une partie de ceux-ci m’ont été laissés comme cadeau »17.

  • 18 Les collections du Musée Asiatique ont servi de base pour la fondation d’une filiale de l’Institut (...)

8Dans une note, Samojlovich remarque qu’il a transmis sa propre collection de livres lithographiés et de manuscrits au Musée Asiatique (Aziatskij muzej) de Saint-Pétersbourg, et qu’il avait l’intention de consacrer un article spécial à la description de la bibliothèque du Khan18. Malheureusement, Samojlovich ne laissa que des informations générales sur le kitâb-khâna qu’il a visité.

9En 1943, lors de la fondation de l’Institut des manuscrits orientaux à Tachkent, transformé en 1950 en Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences (I.O.T.), une expédition a été organisée à Khiva pour rechercher les manuscrits qui devaient enrichir le fonds du jeune Institut. Le 16 octobre 1945, la Pravda Vostoka a publié un article intitulé « La bibliothèque des manuscrits du khan Muḥammad Raḥîm » (Rukopisnaja biblioteka Khana Mukhammad Rakhima), dans lequel il est dit :

  • 19 Par conséquent, le fonds des manuscrits de Khiva fut divisé en trois parties : 1. Khiva (où on a la (...)

« Récemment, un groupe de collaborateurs de l’Institut des manuscrits orientaux de l’Académie des Sciences d’UzSSR, dirigé par A.I. Ageev, a été envoyé à Khiva pour sélectionner et expédier à Tachkent les manuscrits de la bibliothèque de Muḥammad Raḥîm, avant-dernier Khan de Khiva. Dans les années 1860, une bibliothèque de grande valeur contenant des manuscrits d’auteurs arabes et persans traduits en ouzbek, a été réunie à la cour de Muḥammad Raḥîm. Ce dernier collectionnait aussi beaucoup de recueils de vers (bayaż) des poètes du Khorezm. Muḥammad Raḥîm écrivait également ses propres vers sous le nom de plume de « Fîrûz ». Une partie de cette bibliothèque avait été autrefois emportée par le célèbre orientaliste Kun et se trouve actuellement à Leningrad. Le groupe de collaborateurs de l’Institut des manuscrits orientaux de l’Académie des Sciences d’UzSSR a sélectionné19 et fait envoyer par avion à Tachkent presque 1000 manuscrits importants. Les manuscrits sont en bon état et possèdent tous une reliure en cuir et un papier de qualité. On a également découvert puis envoyé à Tachkent près de dix ouvrages en langues persane et arabe produits au XVe siècle.

10Muḥammad Raḥîm a été l’organisateur des premières éditions lithographiées ouzbèkes. Les collaborateurs de l’Institut des manuscrits orientaux ont découvert 40 livres environ produits dans cet atelier de lithographie, comme par exemple un recueil de Navâ’î, le Khamsa [=Pentalogue]. Au total, près d’une tonne ( !) de livres qui avaient été conservés dans le Musée régional de Khorezm a été expédiée du Khorezm vers Tachkent. Les collaborateurs de l’Institut des manuscrits orientaux ont commencé l’inventaire et l’étude du matériel fourni ».

11Cette citation n’exige pas de commentaire.

12Il faut noter que, même après le départ de Khiva, au XIXe siècle, d’une grande partie de la bibliothèque, un nombre important de manuscrits et de livres lithographiés y seraient apparemment restés. Les lithographies, en particulier, remplacèrent ainsi d’une manière partielle les manuscrits qui avaient été emportés par force après la prise de Khiva.

Le Fihrist-i kitâb-khâna et son système de catalogage

  • 20 Cette liste (fihrist) n’a pas été étudiée à ce jour, et elle est seulement mentionnée dans le Catal (...)

13Un manuscrit, conservé à l’Institut des Manuscrits de l’Académie des Sciences de l’Ouzbékistan, contient la description du fonds de la bibliothèque (fihrist-i kitâb-khâna) du Khan de Khiva, Muḥammad Raḥîm II. Le texte, écrit en chaghatây, représente le livre d’inventaire des ouvrages (originaux et traductions) en langues chaghatây, persane, arabe et turque conservés dans la bibliothèque. Le texte est écrit en nasta‘lîq à l’encre noire sur papier russe de fabrication industrielle. Les dimensions du manuscrit sont de 210 x 350 mm. Il se compose de 25 feuillets, dont les folios la, 8b, 9a, 22b, 23a et 23b sont restés blancs. Le texte n’est pas complet ; il est coupé avant la fin. L’auteur de cet inventaire reste inconnu mais, à en juger par les écritures employées, le texte a été transcrit au moins par deux mains différentes (les folios 16a, 20b et 21 ont été transcrits par la deuxième main). Ce texte a été écrit en 1911-12 ou après, car la dernière date mentionnée dans ce texte est 1329/1911-1220.

  • 21 Ibid., p. 310.

14L’inventaire contient la description de 914 volumes (et non pas 422 comme le dit la courte notice qui lui est consacrée dans le catalogue imprimé21). Il ne représente qu’une partie de la bibliothèque originale étant donné que, d’une part, 300 volumes avaient été déjà emportés à Saint-Pétersbourg et, d’autre part, le fihrist s’arrête avant la fin.

15Parmi les 914 volumes décrits, on trouve 604 manuscrits et 310 livres lithographiés contenant 893 ouvrages au total : 651 ouvrages en manuscrit (106 d’entre eux sont des recueils poétiques, bayâż), et 242 ouvrages lithographiés. Le fihrist mentionne le nom de 47 copistes et 31 traducteurs ; il cite aussi des commanditaires qui, pour la plupart, font partie de la famille du Khan de Khiva (voir le n° 10 de notre description, plus bas).

Les principes de description des manuscrits

16Le fihrist représente un bref catalogue, dans lequel les livres sont regroupés selon neuf thèmes. Chaque partie de l’inventaire porte un intitulé propre, à l’exception des parties II, IV et IX, qui constituent cependant des unités séparées et cohérentes (voir tableau 1).

17Les principes selon lesquelles l’auteur a choisi de décrire les manuscrits sont également facilement repérables, car toutes les descriptions prennent en compte les caractéristiques suivantes :

  1. Titre de l’ouvrage,

  2. Nom de l’auteur,

  3. Type et genre littéraire de l’ouvrage,

  4. Type du livre (manuscrit ou lithographie),

  5. État (âge) du volume,

  6. Langue de l’ouvrage,

  7. Date et lieu de la création de l’ouvrage,

  8. Date et lieu de la transcription de l’ouvrage,

  9. Nom du copiste,

  10. Nom du commanditaire,

  11. Nom du traducteur,

  12. Composition du volume (nombre d’ouvrages),

  13. Particularités du contenu et place du texte sur la page,

  14. Papier,

  15. Reliure,

  16. Dimensions du manuscrit,

  17. Écriture,

  18. Autographe ou non.

18Avant de commencer l’analyse du fihrist, nous voudrions faire quelques remarques sur le système de catalogage utilisé. Le texte lui-même ne fait pas ressortir en parties séparées les 18 caractéristiques que nous venons de citer, mais il nous a été très facile d’établir cette liste en 18 points en nous basant sur les informations livrées systématiquement par l’auteur du fihrist. D’emblée, un rapide coup d’œil sur ces caractéristiques de description permet de voir que nous avons ici le schéma européen (y compris russe) établi pour les besoins du catalogage des fonds de manuscrits. Les principaux éléments de ce système sont toujours en usage actuellement, même pour la préparation de catalogues nouveaux. Mais comment se fait-il que ce schéma de description ait pu parvenir jusqu’à Khiva vers 1911-12 ?

19L’inventaire lui-même ne contient pas de réponse directe à cette interrogation, ni à d’autres questions de ce type. Il nous faut examiner les circonstances de la rédaction et d’autres caractéristiques pour y donner une réponse au moins partielle. Nous rappelons que le fihrist a été écrit après ou en 1911-12, c’est-à-dire sous le règne du dernier Khan de Khiva, Isfandiyâr Khân (1910-1918). Ce souverain s’est distingué parmi les autres par sa volonté d’introduire dans la vie du khanat des « nouveautés » européennes (russes). Ainsi, il a fait construire un hôpital moderne, des télégraphes, une banque, une école du type européen, etc. Ces institutions étaient en quelque sorte génératrices de changements dans la vie sociale et économique locale, et influençaient partiellement l’organisation de l’État. Il semble évident que le fihrist de la bibliothèque du feu Muḥammad Raḥîm II, père d’Isfandiyâr Khân, ait pu être écrit sur ordre de son successeur pour enregistrer la totalité du contenu de la bibliothèque de son père.

20Cependant, une autre question se pose : est-ce l’auteur lui-même qui a établi le schéma de la description ou bien connaissait-il le système du catalogage européen ? Peut-être a-t-il utilisé ce système sur la recommandation directe d’Isfandiyâr Khân ? Nous ne pouvons pas exclure l’hypothèse selon laquelle le Khan aurait pu concevoir ce projet avec l’aide de l’un des nombreux orientalistes russes qui séjournaient à Khiva. Il ne faut pas non plus oublier que le Khan avait fait plusieurs voyages à Saint-Pétersbourg et à Moscou, où il aurait également pu rencontrer de savants orientalistes.

21Même dans le cas où nous répondrions par l’affirmative à toutes ces questions, nous ne devons pas négliger une dernière possibilité : le schéma de la description, notamment la plus grande partie des points énumérés, pourrait représenter un schéma traditionnel utilisé en Orient depuis longtemps. Certaines caractéristiques cependant, telles que la qualité du papier ou de la reliure, n’avaient pas d’importance pour le kitâb-khâna ou même pour le bibliothécaire (kitâbdâr) et ont pu être mentionnées, par exemple, pour faciliter une estimation du prix.

22Nous pensons toutefois que le fihrist a été composé par un auteur d’origine locale, mais en utilisant selon toute vraisemblance les principes européens (russes) de catalogage employés à cette époque. Cependant, soit en raison de son manque d’expérience, soit en raison de la spécificité du fonds, l’auteur ne suit pas toujours à la lettre toutes les rubriques de la description.

231. Le titre de l’ouvrage est la caractéristique par laquelle commence chaque description. Si le même ouvrage existe dans un autre manuscrit, on ajoute la mention va yana (« et aussi »). Il y a plusieurs façons de donner le titre de l’ouvrage :
a) si l’ouvrage ne possède qu’un seul titre, celui-ci est mentionné sans commentaire ;
b) si l’ouvrage possède un second titre, on le mentionne séparément, par exemple : Mir’ât al-rijâl. Daqâ’iq al-ḥaqâ’iq ham ânîng bir ismidûr (« Le Mir’ât al-rijâl. Son second titre est le Daqâ’iq al-ḥaqâ’iq ») (f. 4b).
c) sans titre, en mentionnant seulement le nom de l’auteur, par exemple : Vâṣifîni tarjima qilghan (« [il] a traduit Vâṣifî », c’est-à-dire le Badâ’i‘ al-vaqâ’i‘ de Vâṣifî) (f. 13a).

242. Le nom de l’auteur est mentionné après le titre de l’ouvrage. Il s’y trouve presque toujours lorsque l’auteur est connu. Parfois, cependant, le nom de l’auteur manque (même pour des ouvrages célèbres, ou peut-être exactement pour cette raison ?), comme dans le cas du Anwâr-i suhaylî (f. 13a).

253. Le type et le genre littéraire de l’ouvrage est donné en termes suivants :
a) nasr (prose) : indiqué presque dans tous les cas ;
b) naẓm (poésie) : également, pratiquement partout. On ajoute parfois le nom du genre du recueil en question : dîvân (recueil des poésies d’un même auteur, f. 2a), bayaż (recueil des poésies de plusieurs auteurs, f. 2a, 3b), qaṣîda-yi Jâmî (f. 4b), intikhâb (par exemple, Intikhâb-i masnavî-yi Rûmî, f. 15a) ;
c) naẓm va nasr (f. 4b) : poésie et prose (mélangées).

264. Le type du livre est toujours indiqué, lorsqu’il s’agit d’un manuscrit, par le mot qalamî (manuscrit). Dans certains cas, on indique même qu’il s’agit d’un brouillon (musawwada) de manuscrit, comme par exemple : Tuḥfat al-mu’minîn-ning musawwadasi, f. 17a). Les livres lithographiés, designés par le terme qâlipî (lithographié), sont regroupés dans la partie VIII et IX de l’inventaire (voir tableau 1).

275. L’âge du volume est indiqué par les termes : ancien (kuhna) et récent (tâza).
a) kuhna (ancien) : dans la plupart de cas, ce terme désigne les manuscrits médiévaux (voir tableau 1, partie V, et les f. 13b-16b du fihrist).Souvent, le genre du manuscrit ancien est aussi précisé, par exemple, kuhna kullîyât (« un recueil des œuvres complètes ancien ») (f. 3a) ;
b) tâza (récent) : par exemple, tâza yâzilghan bayaż (« un recueil qui vient d’être terminé ») (f. 2a).

286. La langue de l’ouvrage est précisée avant ou après l’indication concernant l’âge du manuscrit. L’inventaire contient des ouvrages en quatre langues : ‘arabî (arabe), fârsî ou pârsî (persan), turkî (chaghatây, le Dîvân-i Ṭabîbî, f. 2a) et rûmîcha turkî (turc ottoman, f. 4b, 19b).

297. La date et le lieu de la création de l’ouvrage sont indiqués dans un certain nombre de descriptions. La date peut être mentionnée directement, par exemple : Ta’rîkh-i Firishta 998 yilda taṣnîf itilghan (« le Ta’rîkh-i Firishta, écrit en 998/1590-91 ») (f. 11a), ou indirectement en l’associant aux noms des souverains régnants ou de poètes célèbres, par exemple, Mawlânâ Jâmî (…) bila ham‘aṣr Sulṭân Ḥusayn Mîrzâ zamânida (…) taṣnîf qîlghan (« écrit… à l’époque de Sulṭân Ḥusayn [Bâyqarâ] qui vécut à l’époque de Mawlânâ Jâmî ») (f. 3b).

308. La date et le lieu de la transcription du manuscrit sont indiqués dans presque tous les cas. Pour la date, en année de l’hégire, nous rencontrons plusieurs cas :
a) la date est indiquée avec précision en chiffres : sana-yi 1322 (« en l’an 1322/1904-05 », f. 13a), ou / et en toutes lettres : mîng uch yûz yîgîrma sakkizda …, (« en mille trois cent huit / 1910-11 ») ;
b) la date peut être indiquée de façon imprécise avec des expressions du type : - tâzadan yâzilghan (« transcrit récemment », f. 2b), parfois avec des précisions ajoutées par l’auteur même du fihrist (certainement sur la base des caractéristiques codicologiques du manuscrit), comme par exemple : Dîvân-i Navâ’î tâza (…) qaysi zamânda yâzilghani ma’lûm îrmas (« Le Dîvân de Navâ’î, transcrit récemment, date de la transcription inconnue », f. 7a). La date peut également être suggérée par l’indication du nom du commanditaire, par exemple Muḥammad Raḥîm Khân II (voir tableau 3).

31En ce qui concerne le lieu de la transcription, cette information apparaît très rarement dans l’inventaire. Nous pouvons cependant considérer d’une façon presque sûre que, si le manuscrit a été transcrit sur la commande de Muḥammad Raḥîm II, il est très probable qu’il a été transcrit à Khiva.

32Enfin, dans le cas où il n’existe aucune information sur le lieu et la date de la transcription, l’auteur du fihrist le reconnaît par les mots : qâysi vaqtda yâzilghan va kîmning yâzghani ma’lûm îrmas (« il n’est pas connu quand et par qui [ce manuscrit] a été transcrit ») (f. 5b).

339. Le nom du copiste est mentionné de plusieurs façons :
a) le nom propre plus ou moins complet : Dâmullâ Âtâ-jân b. Mullâ Muḥammad Karîm yâzghan (« écrit par Dâmullâ Âtâ-jân, fils de Mullâ Muḥammad Karîm ») (f. 9b) ;
b) le laqab : Muḥammad Ya‘qûb Dîvân mulaqqab bi-Kharrâṭ (« Muḥammad Ya‘qûb Dîvân dont le laqab est Kharrâṭ ») (f. 2b) ;
c) le traducteur et le copiste sont une seule et même personne : ‘Abdallâh Khwâja tarjima qilib ûzi yâzghan (« traduit et copié par ‘Abdallâh Khwâja ») (f. 15b) ;
d) le nom du copiste manque, ce qui est noté par : kâtibi nâ-ma’lûm (« copiste inconnu ») (f. 16a).

3410. Le commanditaire est parfois mentionné. Dans la plupart de cas, il s’agit de Muḥammad Raḥîm II lui-même qui passait commande pour la transcription ou pour la traduction de tel ou tel ouvrage (voir tableaux 2 et 3). Mais, il y a d’autres commanditaires, également, issus pour la plupart d’entre eux de la dynastie régnante : Muḥammad Raḥîm Khân Ier (1806-1825), mentionné à plusieurs reprises (par exemple, f. 16a, pour le Lubb-i lavâ’iḥ al-qamar) ; Allâh-Qulî Khân (1826-1842), f. 11b ; Muḥammad Amîn Khân (1846-1855) sur l’ordre duquel plusieurs parties du Rawżat al-ṣafâ’ de Mîrkhwând (1433-1498) ont été traduites.

3511. Les traducteurs mentionnés dans l’inventaire, au nombre de 31, étaient originaires du khanat de Khiva et y vivaient à des périodes différentes. Parmi ceux qui travaillaient au début du XXe siècle et qui sont donc contemporains de la constitution du fihrist, nous trouvons notamment des poètes renommés, comme Mu’nis (m. 1829) ou Âgahî (m. 1874). Voir aussi tableau 2.

3612. La composition du volume est soulignée d’une façon particulière lorsqu’il est composite. On utilise les expressions suivantes lorsqu’il s’agit de :
a) plusieurs ouvrages manuscrits en un volume : îkkî asar bir mujallad-da (« deux ouvrages dans un volume ») (f. 3b) ;
b) plusieurs ouvrages manuscrits et lithographiés en un volume : Dîvân-i Shâhî qalamî va Jilâ-yi ruḥ qaṣîda-yi Jâmî qalamî Chihil ḥadîs-i Jâmî, ammâ qâlipî uchâvi bir kîchîk mujallad (« Le Dîvân-i Shâhî, manuscrit ; le Jilâ-yi ruḥ [qui contient] les qaṣîda de Jâmî, manuscrit ; le Chihil ḥadîs-i Jâmî, lithographie ; [rassemblés] tous dans un petit volume ») (f. 13b) ;
c) une partie d’un ouvrage : birînchi daftar (« premier cahier ») (f. 10b, 11a) ;
d) le genre du volume : recueil de type majmû‘a (f. 2a), recueil des poésies de type bayâż (f. 2a), recueils des poésies classées par genre (bayâż-i mukhammasât ou bayâż-i rubâ‘îyât, f. 2a, etc.), recueils des œuvres complètes (kullîyât-i dîvân, f. 25b).

37Lorsqu’il s’agit d’un seul ouvrage dans plusieurs volumes, ce fait est noté par les mots du type : bîsh kîchîk mujallad (« cinq petits volumes ») (f. 2a).

3813. Les particularités du contenu et de l’emplacement du texte, ainsi que l’existence d’éléments décoratifs sont parfois indiquées de la manière suivante :
a) le contenu du texte : Muntakhab al-‘aqâ’id, i‘tiqâdât bayânida (« Le Muntakhab al-‘aqâ’id, on y parle des croyances », f. 4b), ou Lubb-i lavâ’iḥ al-qamar, ây va kûnlar bayânida (« Le Lubb-i lavâ’iḥ, on y parle des mois et des jours », f. 16a) ;
b) l’emplacement du texte et le décor : la mention d’un texte dans les marges (ḥâshiyasigha rubâ‘î yâzilghan, « un quatrain écrit dans les marges », f. 1b), ou la mention du cadre qui entoure le texte (jadval va lavḥli, « avec un encadrement », f. 3a).

3914. Le papier n’est mentionné que dans quelques cas particuliers selon les caratéristiques suivantes :
a) le traitement : afshân kâghaẕli (« papier teinté ») (f. 11a) ;
b) la couleur : kûk kâghaz (« papier bleu ») (f. 14a).

4015. La reliure est parfois mentionnée selon les caractéristiques suivantes :
a) le type de matériau seul : khâm mujalladli (« reliure en cuir non travaillé », f. 2b), ou amrikân qâfli (« cuir américain » : il s’agit du cuir européen chromé de haute qualité, f. 6b, 17b) ;
b) le type de matériau et sa qualité : qaṭ’î kalân khâm mujallad (« grande reliure dure en cuir non travaillé ») (f. 13b) ;
c) l’existence d’un matériau supplémentaire en plus du cuir : kûk makhmal mujalladli (« reliure avec du velours bleu », f. 1b, 24b), ou kûk makhmal tâshli (« recouvert de velours bleu », f. 13b).

4116. Les dimensions du livre sont indiquées uniquement pour certaines lithographies et seulement lorsque les dimensions de celles-ci étaient particulièrement grandes, par les mots : nuskha-yi kalân (« grande copie ») (f. 18b).

4217. L’écriture est indiquée dans certains cas, par exemple :
a) shikasta-nimâ (« un type d’[écriture] shikasta », f. 7b) ;
b) maktûb bi-khaṭṭ-i Qur’ânî (« écrit en écriture du Coran », c.-à.-d. naskh, f. 14b, 15b).

4318. Les autographes des poètes contemporains sont indiqués dans plusieurs cas, avec les termes suivants : Dîvân-i Asad, Dîvân-i ‘Âqil (…) kâtiblari ûzlari (« le Dîvân-i Asad, le Dîvân-i ‘Âqil (…) sont des autographes », f. 24b).

44Parmi les 18 points mentionnés ci-dessus, les 12 premiers apparaissent le plus régulièrement. L’auteur du fihrist tentait, apparemment, d’inclure dans ses descriptions toutes les informations en sa possession même si elles n’étaient pas très complètes, comme c’était souvent le cas.

Le fihrist et le milieu littéraire de Khiva

  • 22 Les manuscrits du Dîvân-i Fîrûz (ou du Ghazalîyât-i Fîrûz, premier nom donné à ce recueil) sont con (...)

45Comme nous l’avons déjà dit, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, un milieu littéraire d’une certaine importance s’était constitué autour de la personne de Muḥammad Raḥîm II, Khan et poète, dont il nous reste un Dîvân de poésies, compilé plus tard22. Le fihrist apparaît comme une source de grande valeur sur ce milieu. Il fournit notamment des informations sur les poètes, ainsi que sur les traducteurs et les copistes travaillant à Khiva à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Il contient des données sur les activités culturelles de la cour : les traductions, les premières lithographies, etc. Il représente non seulement une source précieuse pour l’étude de l’histoire du livre et de la vie littéraire mais il apporte également des éléments d’information sur le fonctionnement et le contenu de la bibliothèque princière à Khiva. Toutes ces données n’ont pas encore été exploitées par les chercheurs.

  • 23 Il existe quelques études sur tel ou tel poète du milieu littéraire de Khiva du début du XXe siècle (...)

46La première partie du fihrist semble particulièrement intéressante. On y mentionne les manuscrits des ouvrages (poésie et prose) en langue chaghatây copiés sur l’ordre de Muḥammad Raḥîm II (voir tableau 1, partie I). Ces données, tout comme celles concernant les autres manuscrits de la bibliothèque, permettent de compléter l’étude du milieu littéraire de Khiva à la fin du XIXe siècle23.

  • 24 Voir N. Kamilov, « Khorezmijskaja shkola perevoda (problemy tipologii i sopostavitel’noe issledovan (...)

47La question des traductions de l’arabe et du persan en chaghatây semble être particulièrement pleine de signification dans la vie culturelle du khanat de Khiva. Les ouvrages traduits, mentionnés dans l’inventaire de la bibliothèque du Khan, ne constituent bien évidemment qu’une partie du corpus total des traductions, dont l’étude a déjà été amorcée par N. Kamilov24. Cet auteur a notamment établi une liste des ouvrages traduits à Khiva à la fin du XIXe et au début du XXe siècles. Son tableau contient 130 volumes renfermant 148 ouvrages. Il a travaillé sur la base des matériaux conservés dans le fonds de manuscrits orientaux de l’I.O.T. Dans son commentaire, il souligne que cette liste n’est pas exhaustive car, pour chaque ouvrage donné, elle ne prend en compte qu’une seule copie, alors que l’ouvrage en question existe le plus souvent en plusieurs copies manuscrites.

  • 25 Le dernier volume de cet ouvrage monumental a été terminé par Khwândamîr (1473/76-1534), petit-fils (...)

48Nous devons ajouter que l’I.O.T. conserve d’autres copies d’ouvrages traduits en chaghatây, qui ne figurent ni dans la liste de Kamilov ni dans le fihrist de la bibliothèque du Khan. Nous pouvons citer, pour exemple, les copies du Rawżat al-ṣafâ’ de Mîrkhwând25. Plusieurs de ces manuscrits ont été copiés à Khiva ; quant aux autres, le lieu de leur transcription n’est pas connu. Dans tous les cas, un recensement précis du corpus des traductions en chaghatây provenant du khanat de Khiva, conservé dans de divers fonds, reste encore à faire.

49Le fihrist cite 26 ouvrages, rassemblés en 56 volumes, traduits sur l’ordre de Muḥammad Raḥîm II. Bien que ce nombre soit beaucoup moins élevé que celui des ouvrages recensés par Kamilov, l’inventaire contient certains ouvrages qui ne se trouvent pas dans le tableau établi par ce dernier. Les données du fihrist, et les tableaux que nous avons établis sur leur base (voir tableaux 2 et 3), apparaissent ainsi comme complémentaires des matériaux publiés par Kamilov. Elles apportent des informations supplémentaires et, une fois analysées, elles permettront d’esquisser une image plus complète de la vie littéraire et, notamment, de l’activité de traduction. Dans ce sens, le présent article peut être considéré comme faisant suite au travail de Kamilov.

50Enfin, il faut souligner que, indépendamment de leur origine, les principes du catalogage utilisés par l’auteur du fihrist témoignent de l’existence dans l’Orient musulman d’un système bien établi pour la description des livres au début du XXe siècle. À l’avenir, une édition en fac-similé du texte, accompagné d’une traduction commentée, devrait être préparée pour être publiée.

Tableau 1 : Les regroupements thématiques apparaissant dans le fihrist

Classement thématique selon le fihrist

Nomenclature française

N° feuillet

I

Jannat maqâm sânînîng amr-i ‘âlîlari bîla maktûb bûlghân turkî naẓm kitâblar

Ouvrages de poésie en langue turkî copiés sur l’ordre de [Muḥammad Raḥîm II]

1b-2b

II

  

(les belles lettres et livres divers)*

3a-8a

III

amr-i ‘âlîlari bîla maktûb bûlghân tavârîkh va siyar va taẕkiralar

Ouvrages historiographiques, biographiques (sur le Prophète Muḥammad) et taẕkira (biographies et anthologies de vers), copiés sur l’ordre de Muḥammad Raḥîm II **

9b- 12a

IV

  

(Ouvrages sur le soufisme et l’islam)

12b- 13b

V

Kuhna qalamî nuskhalar

Manuscrits anciens

13b- 16b

VI

Tibb kitablari

Livres sur la médecine

16b- 18a

VII

Qâlipî kitâblar nasr

Livres lithographiés, prose

18b-20b

VIII

Qâlipî kitâblar, naẓm

Livres lithographiés, poésie

20b - 22a

IX

  

(Manuscrits des ouvrages poétiques)

24a - 25a

X

Kuhna qalamî naẓm kitâblar

Manuscrits anciens des ouvrages poétiques

25b - (fin manque)

51* Nous mettons entre parenthèses les intitulés que nous avons ajoutés.

52** Pour une raison inconnue, l’intitulé est indiqué vers la fin de la partie du texte qui le concerne, entre deux descriptions au feuillet 11b.

53Tableaux 2 et 3 :
Pour les tableaux 2 et 3, nous avons utilisé les matériaux du fihrist, ainsi que les travaux suivants sur l’activité de traduction à Khiva : Zh. Shapirov, Özbekistonda tardjima tarikhidan (revoljutsijadan oldingi davr), Tachkent, 1965, p. 105-133 ; F. Ghanikhodzhaev (éd.), Ogahij asarlarining tavsifi (katalog), Tachkent, 1986 ; N. Kamilov, « Khorezmijskaja shkola perevoda » (voir n. 24). Les données regroupées dans ce tableau, permettent de voir le niveau de la littérature traduite, populaire dans le milieu littéraire de Khiva, ainsi que de définir le champ des intérêts et les goûts littéraires du Khan de Khiva, Muḥammad Raḥîm II. Le tableau indique aussi le destin de certains manuscrits, notamment ceux qui sont conservés actuellement à l’I.O.T. Malheureusement, une partie des traductions ne sont pas préservées : bien que la plus grande partie du kitâb-khâna de Khiva y ait été transférée, un certain nombre de manuscrits n’existe pas à l’I.O.T. Lors de l’identification des manuscrits dans le fonds de l’I.O.T., nous avons pris en compte surtout la mention du nom du copiste. Étant donné le fait qu’il existe souvent plusieurs copies de la même traduction, seules la comparaison du nom du copiste et de la date de la copie ont permis d’identifier les manuscrits de Khiva dans le fonds de l’I.O.T Dans le cas où ces caractéristiques manqueraient, nous avons mis un point d’interrogation dans la colonne correspondante. Les données qui apparaissent entre parenthèses, ainsi que la détermination du genre, de certains noms d’auteur et de la langue des ouvrages ont été introduites par nous-mêmes.

54Abréviations : A = arabe ; Khw. = Khwâja ; M. = Muḥammad ; P = persan ; s.= siècle ; I.O.T. = Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences de l’Ouzbékistan

Tableau 2 : Ouvrages traduits en chaghatây sur ordre de Muḥammad Raḥîm II, mentionnés dans le fihrist

Titre

Auteur

Date de la création

Langue

Genre

Traducteur

Date de la traduction

Copiste

Date de copie

Fihrist, n° de feuillet, n° de ligne

N° inv. I.O.T.

[al-] Aghrâż al-ṭibbîya

 ?

 ?

 ?

médecine ?

M. Amîn Muftî

 ?

 ?

 ?

17a/5

 ?

Akhlâq-i Muḥsinî

Ḥusayn Vâ’iẓ Kâshifî, 1440-1505

XVes.

P

prose, éthique

M. Riżâ Âgahî (poète, 1809-1874)

1275/1858-59

Dâmulla Âtâjân Shaharlî

1322/1904-05

13a/ 1

8446

[Badâ’i‘ al-vaqâ’i‘]

Zayn al-Dîn Vâṣifî (1485-1551/56)"

923/1517

P

prose avec des vers

Âgahî

 ?

Jum’a Niyâz Dîvân

1320/1902-03

13a/4

1093

Durar al-naẓîm

Ibn Ḥajar al-‘Asqalânî

 ?

 ?

 ?

Dâmulla M. Raḥîm Âkhûnd

1309/1891-92

Dâmulla M. Raḥîm Âkhûnd

1309/1891-92

15b/ 10

 ?

Irshâd al-ṭâlibîn

Âkhûnd Darvîza Nangaharî

 ?

P

prose

Sayyid ‘Abdallâh Khw.

 ?

Sayyid ‘Abdallâh Khw.

 ?

15b/9

1213

Khazînat al-aṣfiyâ’

Ghulâm M. Lâhûrî

1280/1862-63

P

prose, hagiographie

M. Ya‘qûb Âkhûnd Khâliṣ (poète, déb. XXe s.)

1323/1905-06

Dâmulla Ismâ‘îl, fils de ‘Avaż Niyâz Ṣûfî

 ?

10a/8

 ?

Mahfil-ârâ(ler vol.)

Mumtâz Barkhûrdâr al-Farâhî

[XVIIes.]

P

prose

 ?

 ?

Muḥ. Sharîf

1322/1904-05

13a/6

 ?

Mukhtaṣar al-viqâya

‘Ubaydallâh b. Mas‘ûd

[XIVes.]

A

fiqh

 ?

 ?

Dâmulla M. Sharîf Âkhûnd

1326(1908)

13a/9

 ?

Murûj al-ẕahab

Abû’l-Ḥasan Mas‘ûdî

[Xes.]

A

prose

Dâmulla Adam Makhdûm b. Dâmulla Ârtûq

1326(1908)

Dâmulla Adam Makhdûm b. Dâmulla Ârtûq

1326(1908)

10a/4

 ?

Nafaḥât al-uns

‘Abd al-Raḥmân Jâmî (1414-1492)

883/1478-79

P

prose, soufisme

Bâbâjân Akhûnd, et Raḥmân-Qulî Karîm

 ?

M. Sharîf Âkhûnd Chaghalî

1324/1906-07

12b/4

 ?

Rashaḥât ‘ayn al-ḥayât

‘Alî Ṣafî b. Vâ’iẓ Kâshifî

889/1484

P

soufisme

Dâmulla Khudâybirgân Ashtî

1297/1879-80

Dâmulla Khudâybirgân Ashtî

1297/1879-80

12b/ 1

632

Rawżat al-manâẓir

M. b. Shihna-Khafî

806/1403-04

A

prose

Dâmulla Adam Makhdûm

1327/1909

Dâmulla Adam Makhdûm

1327/1909

10a/5

 ?

Ṣaḥâ’if al-akhbâr (daftar 1 et 2)

Mawlânâ Darvîsh Aḥmad

[1092/1681

P

prose

Muḥ. Yûsuf Bayânî

 ?

Sayyid ‘Abdallâh

1322/1904-05

11a/ 11

6785

même ouvrage, daftar 3

même auteur

même

P*

prose

Dâmullâ Qalandar

 ?

Dâmullâ Qalandar

1326/1908

11b/ 1

6785

Ṣalât-i Mas‘ûdî (1erdaftar)

Mas‘ûd Samarqandî

 ?

P

fiqh

Ḥabîballâh Akhûnd Muftî

1293/1874-75

Dâmullâ M. Riżâ

1327/1909

11b/2

8434

même ouvrage, daftar 2

même auteur

 ?

P

fiqh

Raḥmân-Qulî Akhûnd Qârî

1283/1866-67

Dâmullâ M. Riżâ

1327/1909

11b/3

8434

même ouvrage, daftar 3

même auteur

 ?

P

fiqh

Dâmullâ ‘Abd al-Qâdir Dîvân

 ?

Dâmullâ M. Riżâ

1327/1909

Mb/4

 ?

Sharḥ-i avrâd

Shaykh Kibâr

 ?

 ?

 ?

Dâmullâ M. Raḥîm Akhûnd

1309/1891-92

Dâmullâ M. Raḥîm Akhûnd

1309/1891-92

15b/ 11

 ?

Sharḥ-i avrâd-i Quṭbî

?

 ?

 ?

 ?

Îshân Akhûnd

 ?

Dâmullâ Adam Akhûnd

1308/1890-91

14b/ 14

 ?

Sharḥ-i dalâ’il al-khayrât

 ?

 ?

 ?

ḥadîs

M. Yûsuf Bîk

 ?

Maḥmûd Akhûnd

1325/1907-08

13a/5

 ?

Siyar-i Sharîf (muqaddima)

[Ṭayyibî]

 ?

 ?

ḥadîs

M. Yûsuf Bîk

 ?

Îshân Khw. b. Qubâd Khw.

1327/1909

11b/5

 ?

Taẕkira-yi Dawlat-Shâhî (Taẕkirat al-shu’arâ’)

Dawlat-Shâh Samarqandî (1435-1495)

[892/1486-87]

P

prose, taẕkira

Rafî’ Akhûnd

1318/1900

Rafî’ Akhûnd

1318/1900

15b/ 14

7016

Târîkh-i Firishta (Gulshan-i Ibrâhîmî), partie 1

M. Qâsim Firishta

998/1589-90

P

prose, histoire universelle

M. Ya‘qûb Akhûnd

1325/1907-08

Dâmullâ Ismâ‘îl

1327/1909

11a/ 6

826

même ouvrage, partie 2

même auteur

-"-

-"-

-"-

‘Aṭâ’allâh Akhûnd

1325/1907-08

Mullâ Sayyid Niyâz Khw.

1326/1908

11a/…

826

Târîkh-i kâmil (1erdaftar)

Ibn al-Asîr

(628/1230-31)

A

prose, histoire

M. Sharîf Akhûnd Shaharli

1321/1903-04

Sayyid ‘Abdallâh Khw

1324/1906-07

10a/ 10

824

même ouvrage, daftar 2

même auteur

- " -

-"-

- " -

M. Rafî’ Akhûnd b. Nûrallâh Makhdûm

 ?

(Sayyid) ‘Abdallâh Khw

1325/1907-08

10a/12

824

même ouvrage, daftar 3

même auteur

-"-

-"-

-"-

Dâmullâ ‘Ibâdallâh Makhdûm

 ?

Sayyid ‘Abdallâh Khw

1324/1906-07

10b/ 1

824

même ouvrage, daftar 4

même auteur

-"-

Khudâybirgân Akhûnd

 ?

Dâmullâ M. Sharîf Khw. b. ‘Abd al-Raḥmân Khw.

1325/1907-08

10b/3

824

même ouvrage, daftar 5

même auteur

-"-

-"-

-"-

M. Ya‘qûb Akhûnd

1321/1903-04

Mullâ Sayyid Niyâz Khw.

1325/1907-08

10b/5

824

même ouvrage , daftar 6

même auteur

-"-

-"-

-"-

‘Aṭâ’ Niyâz Âkhûnd

 ?

Dâmullâ Âtâjân

1325/1907-08

10b/7

824

même ouvrage, daftar 7

même auteur

–"–

-"-

‘Ibâdallâh Khw. Âkhûnd, et Dâmullâ Âdam Âkhûnd

1322/1904-05

Mullâ Sayyid Niyâz Khw.

1325/1907-08

10b/9

825

même ouvrage, daftar 8

même auteur

-"-

-"-

-"-

Jum‘a Niyâz Awliyâ’ Âkhûnd

1325/1907-08

Sayyid Niyâz Khw.

1327/1909

10b/ 11

825

même ouvrage, daftar 9

même auteur

-"-

-"-

-"-

Dâmullâ Ḥabîballâh Chirkasli

1324/1906-07

Sayyid Niyâz Khw.

1324/1906-07

10b/ 13

825

même ouvrage, daftar 10

même auteur

-"-

-"-

-"-

Jum‘a Niyâz Awliyâ’ Âkhûnd

1323/1905-06

Sayyid ‘Abdallâh Khw

1326/1908

lia/ 1

825

même ouvrage, daftar 11

même auteur

-"-

-"-

-"-

Dâmullâ Valî Niyâz

1325/1907-08

Sayyid Niyâz (Khw.)

1326/1908

11a/2

825

même ouvrage, daftar 12

même auteur

-"-

-"-

-"-

Dâmullâ Âtâ-jân Âkhûnd

1322/1904-05

Dâmullâ Âtâ-jân Shaharlî

1326/1908

11a/4

825

Ṭibb

 ?

 ?

 ?

médecine

 ?

 ?

 ?

 ?

17a/6

 ?

Tuḥfat al-‘âshiqîn

 ?

 ?

 ?

soufisme

Raḥmân-Qulî Âkhûnd

1296/1878-79

 ?

 ?

17a/ 14

 ?

Tuḥfat al-mu’minîn

M. Mu’min b. M. Zamân

 ?

P

pharmacologie

Yûsuf Khw. Âkhûnd

 ?

Yûsuf Khw. Âkhûnd

1301/1883-84

16b/9

 ?

55* Cet ouvrage a été traduit en chaghatây à partir d’une traduction turque.

Tableau 3 : Ouvrages traduits en chaghatây, copiés sur ordre de Muḥammad Raḥîm II

Titre

Auteur

Date de la création

Langue de l’original

Genre

Traducteur

Date de la traduction

Copiste

Date de copie

Fihrist, n° feuillet /n° ligne

N° inv. I.O. Tachkent

Rawżat al-aḥbâb

‘Aṭâ’allâh b. Fayżallâh Shîrâzî

1106/1694-95

P*

prose

M. Yûsuf Bîk b. Bâbâ Bîk Bayânî (poète, 1840-1923)

1322/1904-05

Îshân Khw.

1326/1908

10a/ 1

6910

Rawżat al-ṣafâ’, 1er daftar

M. Khâwandshâh « Mîrkhwând » (1433-1498)

terminé par Khwândamîr, 929/1522-23

P

prose, histoire universelle

Mu’nis (poète, 1778-1829)

1236/1821

Îshân Khw. b. Qubâd Khw.

1326/1908-09

9b/4

7307

même ouvrage, daftar 2

même auteur

-"-

-"-

-"-

Mu’nis, et M. Riżâ Âgahî

(1848)

Dâmullâ Atâ-jân b. Mullâ M. Karîm

1327/1909)

9b/5

7305

I même ouvrage, daftar 3

même auteur

-"-

-"-

-"-

M. Riżâ Âgahî

(1848)

Dâmullâ Atâ-jân b. Mullâ M. Karîm

1326/1908

9b/8

7414

même ouvrage, daftar 4

même auteur

-"-

-"-

-"-

M. Yûsuf Râjî

 ?

Dâmullâ Qalandar Khânaqâhlî

1326/1908

9b/9

1813

même ouvrage, daftar 5

même auteur

-"-

-"-

-"-

M. Yûsuf Râjî

 ?

 ?

 ?

9b/ 11

même ouvrage, daftar 6

même auteur

-"-

-"-

-"-

M. Yûsuf Râjî

 ?

Sayyid Niyâz Khw.

1326/1908

9b/ 13

même ouvrage, daftar 1

même auteur

-"-

-"-

-"-

M. Yûsuf Râjî

 ?

Sayyid Niyâz Khw.

1326/1908

9b/ 13

Rawżat al-ṣafâ’, 1erdaftar

même auteur

-"-

-"-

-"-

 ?

 ?

M. Riżâ Akhûnd, et Âtâ-jân Âkhûnd Shaharlî

1323, 1325 / 1905-06, 1907-08

12a/ 1

 ?

même ouvrage, daftar 2

même auteur

-" -

-"-

- " -

 ?

 ?

Dâmullâ M. Karîm Îshân Khw.

1323, 1325 / 1905-06, 1907-08

12a/2

7303

même ouvrage, daftar 3

même auteur

-"-

-"-

-"-

 ?

 ?

Dâmullâ Rûz-M.

1323/1905-06

12a/4

1812

même ouvrage, daftar 4

même auteur

-"-

-"-

-"-

 ?

 ?

M. Sharîf Dîvân Tarrâ

1322/1904-05

12a/4

 ?

même ouvrage, daftar 5

même auteur

-"-

-"-

-"-

 ?

 ?

M. Sharîf Dîvân Tarrâ

1322/1904-05

12a/5

 ?

même ouvrage, daftar 6

même auteur

-"-

-"-

-"-

 ?

 ?

M. Sharîf Dîvân Tarrâ

1322/1904-05

12a/5

 ?

même ouvrage, daftar 7

même auteur

-"-

-"-

-"-

 ?

 ?

M. Sharîf Dîvân Tarrâ

1323/1905-06

12a/6

7309

Siyar-i sharîf

 ?

 ?

 ?

ḥadîs

 ?

 ?

M. Ya‘qûb Dîvân

1322/1904-05

Mb/5

 ?

56* Traduction en chaghatay à partir d’une traduction turque.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’élaboration de cet article nos collègues Maria Szuppe (Institut Français d’Etudes sur l’Asie centrale, Tachkent), Bakhtiyar Babajanov (Département d’islamologie de l’I.O.T.), Ashirbek Muminov (Chaire d’islamologie de l’Institut des Langues orientales de l’Université d’État de Tachkent) et Dilnavâz Farmânova (Chaire de littérature ouzbèke classique de l’Université d’Etat de Tachkent).

2 Fihrist – correspond au sens européen du terme « catalogue », bien que dans notre cas il s’agisse plutôt d’un livre d’inventaire dans lequel sont décrits les manuscrits de la bibliothèque, et c’est dans ce sens que nous utilisons ce terme. O.F. Akimushkin utilise le terme de kitab-khâna pour désigner les bibliothèques du monde musulman, tout en soulignant qu’une bibliothèque orientale représente plus qu’un lieu de conservation de livres et qu’il est difficile de traduire ce terme. Ce chercheur considère que le terme kitâb-khâna était appliqué aux dépôts spéciaux de livres (khazînat al-kutub) où travaillaient les copistes et d’autres spécialistes de l’art du livre (voir O.F. Akimushkin, « O pridvornoj kitabkhane Sefevidov pri Takhmaspe I v Tebrize », dans : Srednevekovyj Vostok, Moscou, 1980, p. 5, 15.

3 Un des plus anciens ouvrages en chaghatây est la description de la vie des prophètes, le Qiṣâṣ al-anbiya de Nâṣir al-Dîn Rabghûzî (1327), tandis qu’un ouvrage appartenant au genre « nâma » (lettre), le Muḥabbat-nâma, a été écrit en 754/1352-53 par un auteur dont nous ne connaissons que le nisba : Khwârazmî. Dans l’historiographie, le Ta’rîkh-i Dust Sulṭân, écrit en 1550, est le premier ouvrage historique en chaghatây. L’unique exemplaire de ce texte est conservé dans la bibliothèque de Zeki Velidi Togan (voir H.F. Hofman, Turkish literature : A bio-bibliographical survey. Section III/1 (Authors, vol. 1-6), Utrecht, 1969, vol. 6, p. 72 ; voir aussi A.Z.V. Togan, Tarihde usul, Istanbul, 1950, p. 47, 241). Ainsi, à partir du règne du Khan de Khiva, Abû’l-Ghâzî (1643-1663), jusqu’à l’époque de poètes et d’historiens tels que Mu’nis (1778-1829) ou Âgahî (1809-1874), les ouvrages historiques étaient écrits en chaghatây. Selon une information obtenue oralement du Dr Qâsim-Jân Ṣâdiqov, les yârliq de Khiva étaient émis en langue chaghatây dès le XIVe siècle, alors que dans les autres khanats de l’Asie centrale c’est l’arabe et le persan qui étaient traditionnellement les langues des documents officiels. Pour d’autres aspects de la vie culturelle de la région du Khorezm, voir S. Navruzov, « Sotsial’no-ekonomicheskaja i kul’turnaja zhizn’ Khivinskogo khanstva v istoricheskoj, istoriko-geograficheskoj literature XIX-XX v. », thèse de doctorat en sciences historiques, Académie des Sciences de l’Ouzbékistan, Tachkent, 1991, inédit.

4 Sur une partie de ces livres, voir plus en détail le tableau n° 2 qui accompagne le présent article.

5 A.B. Khalidov, Arabskie rukopisi i arabskaja rukopisnaja traditsija, Moscou, 1985, p. 244-248. Voir aussi, Akimushkin, op.cit., pour l’époque safavide (1501-1736), et L.V. Zhukova, « Iz istorii osmanskikh bibliotek », dans : Srednevekovyj Vostok, Moscou, 1980, p. 145-147, pour l’époque ottomane (1281-1924).

6 A. Ju. Jakubovskij, « Cherty obshchestvennoj i kul’turnoj zhizni epokhi Alishera Navoi », dans : Alisher Navoi. Sbornik statej, Moscou-Leningrad, 1946, p. 20 ; V.V. Bartol’d, « Ulugbek i ego vremja », dans : Sochinenija, vol. II/2, Moscou, 1964, p. 122 ; O.F. Akimushkin, « Biblioteka Shibanidov v Bukhare XVI veka », dans : I. Baldauf et M. Friedrich (éds), Bamberg Zentralasienstudien, Konferentzakten ESCAS IV, Bamberg, 1991, p. 325-342.

7 Voir A.A. Semenov, « Sredneaziatskie rukopisnye fondy i vazhnost’ ikh izuchenija », dans : Materialy pervoj Vsesojuznoj nauchnoj konferencii vostokovedov v Tashkente, Tachkent, 1958, p. 913 ; O. Qosimova, Özbekistonda kutubkhonachilik tarikhi, Tachkent, 1992, p. 11.

8 Voir A.N. Kononov, Rodoslovnaja Turkmen. Sochinenie Abu-l-Gazi khana khivinskogo, Moscou-Leningrad, 1958, p. 21 ; S.A. Azimdzhanova et D.G. Voronovskij, « Sobranie vostochnykh rukopisej AN UzSSR », dans : Vostokovednye fondy krupnejshikh bibliotek Sovetskogo sojuza, Moscou, 1963, p. 112.

9 E.A. Akhundzhanov, Ocherki po istorii knigi i knizhnogo dela v Srednej Azii. Drevnost’. Srednie veka, Tachkent, 1993, p. 52-67 ; eodem., « Istoriko-tipologicheskoe issledovanie istorii knigi i knizhnogo dela v Turkestane : Drevnost’. Srednie veka », thèse de doctorat en sciences historiques, Académie des Sciences de l’Ouzbékistan, Tachkent, 1998, inédit, p. 151-160 ; A. Jazberdiev, « A.N. Samojlovich o dorevoljutsionnykh khivinskikh knigokhranilishchakh i knigopechatanii », Obshchestvennye nauki v Uzbekistane, 11-12 (1997), p. 83-85.

10 M. J. Jöldoshev, Khiva khonligida feodal jer egaligi va davlat tuzilishi, Tachkent, 1959, p. 15-17.

11 Turkestanskie vedomosti, le 18 décembre 1873. Le journal n’imprime qu’une partie de la communication de Kun, dont le texte complet est conservé à l’Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences de la Russie, fonds 33, dossier 16. Malheureusement, nous n’avons pas encore eu la possibilité de prendre connaissance de ce dossier.

12 Bajânij, Shadzhara-i Khârazmshâhij, éd. I. Adizova, Tachkent, 1992, p. 221.

13 Voir A.N. Samojlovich, « Kratkij otchet o poezdke v Tashkent i Bukharu i v Khivinskoe khanstvo v 1908 godu », dans : Izvestija Russkogo komiteta dlja izuchenija Srednej i Vostochnoj Azii v istoricheskom, arkheologicheskom, lingvisticheskom i etnograficheskom otnoshenijakh, n° 9, Saint-Pétersbourg, 1909, p. 21-22.

14 Voir V.V. Bartol’d, « Istorija kul’turnoj zhizni Turkestana », dans : Sochinenija, vol. II/2, Moscou, 1963, p. 415.

15 Il s’agit ici du recueil de poésies intitulé Mukhammasât-i majma’at al-shu’arâ’-yi Fîrûz-shâhî, compilé en 1908 par Aḥmad Ṭabîbî (1869-1910), poète de la cour de Khiva, voir le manuscrit de l’I.O.T n° 1134 (rédigé et transcrit en 1326/1908). Cet ouvrage a été cité dans le fihrist qui est l’objet de notre description ici (f. 1b). La date de la transcription indiquée dans le fihrist est identique à celle donnée dans le manuscrit I.O.T. n° 1134. Le fihrist indique également le nom du copiste : Muḥammad Ya‘qûb Dîvân dont le laqab était Kharrâṭ. Cependant, le manuscrit n° 1134 ne possède pas de nom de copiste. Vraisemblablement, nous avons là deux copies contemporaines du même texte. Cependant, nous ne pouvons pas exclure l’éventualité selon laquelle l’auteur du fihrist aurait indiqué le nom du copiste, qu’il connaissait, mais que ce dernier n’a pas mentionné son nom dans le colophon du texte qu’il avait transcrit, comme c’est souvent le cas.

16 Isfandiyâr Khân (r. 1910-1918) était le fils de Muḥammad Raḥîm II.

17 Voir Samojlovich, op.cit., p. 22.

18 Les collections du Musée Asiatique ont servi de base pour la fondation d’une filiale de l’Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences de l’Union soviétique à Saint-Pétersbourg (en 1930). Malheureusement, nous n’avons pas pu découvrir l’existence de l’article annoncé, et il est possible que Samojlovich ne l’ait jamais écrit.

19 Par conséquent, le fonds des manuscrits de Khiva fut divisé en trois parties : 1. Khiva (où on a laissé seulement une partie de livres) ; 2. Tachkent (Institut d’orientalisme) ; 3. Saint-Pétersbourg (actuellement la filiale de l’Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences de la Russie).

20 Cette liste (fihrist) n’a pas été étudiée à ce jour, et elle est seulement mentionnée dans le Catalogue de l’Institut des Manuscrits. À partir du 1er septembre 1998, cet Institut a été fermé et ses divers départements rattachés à trois institutions scientifiques (toutes à Tachkent) : 1. I.O.T. ; 2. Institut de langue et littérature « Navâ’î » ; 3. Musée de littérature « Navâ’î ». Dans le fonds de ce dernier, le fihrist porte le titre approximatif de Kitâblar röjkhati (« Liste des livres ») et le numéro d’inventaire 269 (voir Katalog fonda Instituta rukopisej, vol. I, Tachkent, 1989, p. 310, n° 996).

21 Ibid., p. 310.

22 Les manuscrits du Dîvân-i Fîrûz (ou du Ghazalîyât-i Fîrûz, premier nom donné à ce recueil) sont conservés à l’I.O.T. : n° 3448 (copié en 1295/1878-79 par Khudâybirgân Dîvân), n° 12066 (copié en 1312/1894-95 par Ibn Ustâd Muḥammad-panâh Khwârazmî), n° 8724 (copié en 1323/1905-06 par Muḥammad Amîn), n° 6961 (copié en 1325/1907-08 par Muḥammad Amîn). Édition : G. Ismailova, Elga shohu ikka qul (divan Mukhammad Rakhima Firuza), Tachkent, 1994.

23 Il existe quelques études sur tel ou tel poète du milieu littéraire de Khiva du début du XXe siècle, voir par exemple S. Hasanov, Khorazm ma‘rifati - olam közgusi, Tachkent, 1996 ; N. Kobulov, Khorazm adabij muhiti, Urganch, 1992. Les données fournies par le fihrist n’ont pas été utilisées par les auteurs de ces travaux. Voir aussi Laffasij, Tazkiratush shuaro, éd. P. Babajanov, Urganch, 1992 ; et Aḥmad Ṭabîbî (compilateur), Taẕkirat (Majma’at) al-shu’arâ’-yi Fîrûzshâhî, manuscrits de l’I.O.T. : 3450 (copié en 1327/1909), et 7320 (copié en 1322/1904-05, par Mullâ Bâbâjân).

24 Voir N. Kamilov, « Khorezmijskaja shkola perevoda (problemy tipologii i sopostavitel’noe issledovanie istorii perevoda XIX v.) », thèse de doctorat d’Etat en sciences philologiques, Académie des Sciences de l’Ouzbékistan, Tachkent, 1987, inédit.

25 Le dernier volume de cet ouvrage monumental a été terminé par Khwândamîr (1473/76-1534), petit-fils de Mîrkhwând. Voir les manuscrits de l’I.O.T, n° 1716, n° 3446, n° 3738, n° 6768, n° 7303, n° 7415, et d’autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aftandil Erkinov et Šodmon Vohidov, « Une source méconnue pour l’étude de la production de livres à la cour de Muammad Raîm Khân II (Khiva, fin XIXe s.) », Cahiers d’Asie centrale, 7 | 1999, 175-193.

Référence électronique

Aftandil Erkinov et Šodmon Vohidov, « Une source méconnue pour l’étude de la production de livres à la cour de Muammad Raîm Khân II (Khiva, fin XIXe s.) », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 25 mars 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/576

Haut de page

Auteurs

Aftandil Erkinov

Chaire de littérature ouzbèke classique, Université d’État de Tachkent, Tachkent 700095, Ouzbékistan

Articles du même auteur

Šodmon Vohidov

Chaire d’historiographie et muséologie, Université d’État de Tachkent, Tachkent 700095, Ouzbékistan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org