Navigation – Plan du site
I. Première partie
Diversité des collections de manuscrits

Manuscrits orientaux du Tadjikistan : la collection Semenov

Larisa Dodhudoeva et Lola Dodhudoeva
Traduction de Alié Akimova et Maria Szuppe
p. 39-55

Texte intégral

1Les plus grandes collections de manuscrits de la République du Tadjikistan sont conservées dans les fonds des bibliothèques suivantes : la Bibliothèque nationale de la République du Tadjikistan, le Fonds des Manuscrits orientaux de l’Institut du Patrimoine écrit (Académie des Sciences du Tadjikistan), la Bibliothèque A. Semenov de l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie de l’Académie des Sciences, les bibliothèques de l’Université nationale du Tadjikistan et de l’Institut pédagogique « K. Juraev », et enfin la Bibliothèque régionale de la ville de Khujand.

2Il existe également des collections privées : certaines abritent près de deux cents manuscrits mais, en règle générale, ces collections restent encore inaccessibles. Elles représentent souvent des trésors qui ont été légués, au sein des familles, de génération en génération dans différentes régions du pays, essentiellement dans certaines régions de montagnes (Matcha, Gharm et Badakhshân). On sait qu’au cours de ces dernières années, à la suite des tragiques événements au Tadjikistan, de précieux manuscrits provenant de certaines collections privées ont été vendus à des étrangers mais il est impossible d’établir leur quantité, ni de fournir leurs titres.

3Tout cela entraîne des difficultés pour évaluer le nombre réel de manuscrits de la République du Tadjikistan. Selon des données qui sont loin d’être précises, il existerait plus de 8 000 manuscrits et fragments de volumes, qui ont été réunis en collections avant et après la Seconde Guerre Mondiale, essentiellement dans les années 1950.

4Les catalogues édités nous donnent parfois une idée de la valeur historique et artistique de ces manuscrits. Cependant, la situation politique actuelle n’est pas favorable à la rédaction et à l’édition des nouveaux catalogues de manuscrits. Et pourtant, on espère que, bientôt, les savants des divers pays pourront prendre connaissance de ce riche patrimoine, conservé dans les fonds du Tadjikistan.

5Cet article s’efforce d’une part de faire le point sur l’état du catalogage des manuscrits du Tadjikistan et, d’autre part, de présenter d’une manière détaillée un des fonds de manuscrits demeurés jusqu’à présent quasiment inconnus, avec notamment la collection oubliée de l’éminent spécialiste des manuscrits orientaux que fut A. A. Semenov.

***

Les fonds orientaux conservés dans les bibliothèques du Tadjikistan

Douchanbé

6 Bibliothèque nationale de la République du Tadjikistan « Abû’l-Qâsim Firdawsî », section des manuscrits orientaux, fondée en 1934.
Adresse : Passage Rûdakî 34, 734025 Douchanbé.

7Fonds : 2 206 volumes (1 494 en persan, 546 en arabe, et 166 en langues turques). Tous les manuscrits sont enregistrés dans deux livres d’inventaire. Il y a deux catalogues sur fiches destinés aux lecteurs, qui comportent uniquement le titre et la langue de l’ouvrage.

8Catalogues édités

    • 1 A. Yunusov (éd.), Fihrist-i dastnavis-hâ-yi tâjîkî-fârsî-yi Kitâbkhâna-yi Dawlati-yi R.S.S. Tâjîkis (...)

    Yunusov (éd.)1 : sont décrits 127 manuscrits ; au total 132 textes ou fragments de textes ; thèmes : histoire, hagiographie, biographie, disciplines coraniques, fiqh, éthique, soufisme, poésie, médecine, philosophie, géographie ; index : titres, auteurs, calligraphes, relieurs, date de composition, date de transcription, sceaux, et incipit.

    • 2 N. Karamatulloeva (éd.), Fihrist-i dastnavis-hâ-yi tâjîkî-fârsî-yi Kitâbkhâna-yi Dawlati-yi R.S.S. (...)

    N. Karamatulloeva (éd.), vol. II2 : sont décrits 71 manuscrits ; au total 72 textes ; thèmes : prose littéraire, poésie, mémoires, médecine ; index : titres, auteurs, date de composition, copistes, relieurs, concordance des numéros du catalogue et de la cotation.

    • 3 N. Karamatulloeva (éd.), Fihrist-i dastnavis-hâ-yi tâjîkî-fârsî-yi Kitâbkhâna-yi Dawlati-yi R.S.S. (...)

    N. Karamatulloeva (éd.), vol. III3 : sont décrits 90 manuscrits ; au total 95 textes ; thèmes : poésie des XIVe-XVIIIe siècles ; index : noms propres.

9– Fonds des Manuscrits orientaux « A. Mirzoev » de l’Académie des Sciences de la République du Tadjikistan, Institut du Patrimoine écrit (Institut pis’mennogo nasledija), fondé en 1955.
Adresse : Passage Rûdakî 31, 734001, Douchanbé.

  • 4 M. Sharifov et Larisa Dodkhudoeva, Obraztsy vostochnoj kalligrafii v kollektsii Akademii nauk Respu (...)

10Fonds : 5 044 manuscrits (3 700 en persan, plus de 1 000 en arabe, et 350 en langues turques). Vingt-quatre manuscrits de cette collection sont illustrés et contiennent au total 215 miniatures. Tous les manuscrits sont enregistrés sur un registre d’inventaire. Il existe deux catalogues sur fiches inachevés destinés aux lecteurs ; ils comportent les titres des ouvrages et les noms des auteurs. Une description complète du fonds est en préparation. À l’heure actuelle, cinq volumes du catalogue descriptif des manuscrits arabes amendent d’être édités, ainsi que onze volumes consacrés aux manuscrits tadjiko-persans et turcs dont six ont déjà été publiés. En dehors des catalogues généraux, au cours de ces dernières années, les chercheurs de l’Institut du patrimoine écrit ont rédigé des ouvrages destinés à mettre en valeur leur fonds oriental4. L’Institut du patrimoine écrit de Douchanbé a également préparé la publication de trois catalogues, dont deux se trouvent déjà aux Éditions Donish. Deux autres catalogues sont en cours de préparation.

11Catalogues édités

    • 5 A. M. Mirzoev et A. N. Boldyrev (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, (...)

    A.M. Mirzoev et A.N. Boldyrev (éds), vol. I5 : sont décrits 239 manuscrits (229 tadjiko-persans et 10 turcs), au total 288 textes ; thèmes : histoire, mémoires, biographie, géographie, topographie, voyages, chronogrammes, inshâ’ ; index : titres, incipit, auteurs, titres et noms honorifiques des auteurs, copistes, relieurs, sceaux, dates de transcription, concordance de numéros du catalogue et de la cotation, autographes.

    • 6 A. M. Mirzoev et A. N. Boldyrev (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, (...)

    A.M. Mirzoev et A.N. Boldyrev (éds), vol. II6 : sont décrits 366 manuscrits (360 tadjiko-persans et 6 turcs), au total 469 textes ; thèmes : biographie, poésie des Xe-XVe siècles ; index : titres, incipit, auteurs, titres et noms honorifiques des auteurs, copistes, relieurs, sceaux, dates de transcription, concordance de numéros du catalogue et de la cotation, autographes.

    • 7 A.M. Mirzoev et M. Zand (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, vol. II (...)

    A.M. Mirzoev et M. Zand (éds), III7 : sont décrits 264 manuscrits (208 tadjiko-persans et 56 turcs), au total 559 textes ; thèmes : poésie des XVe-XVIIe siècle ; index : titres, incipit, auteurs, titres et noms honorifiques des auteurs, copistes, relieurs, sceaux, dates de transcription, concordance de numéros du catalogue et de la cotation, autographes.

    • 8 A.M. Mirzoev et M. Zand (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, vol. IV (...)

    A.M. Mirzoev et M. Zand (éds), vol. IV8 : sont décrits 323 manuscrits (257 tadjiko-persans et 66 turcs), au total 406 textes ; thèmes : poésie des XVIIIe – début du XXe siècles ; index : titres, incipit, auteurs, titres et noms honorifiques des auteurs, copistes, relieurs, sceaux, dates de transcription, concordance de numéros du catalogue et de la cotation, autographes.

    • 9 A.M. Mirzoev et V.E. Bertel’s (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, v (...)

    A.M. Mirzoev et V.E. Bertel’s (éds), vol. V9 : sont décrits 186 manuscrits (96 tadjiko-persans et 90 turcs), au total 429 textes ; thèmes : prose littéraire, folklore, poésie (jung, bayâż) ; index : titres, incipit, auteurs, titres et noms honorifiques des auteurs, copistes, relieurs, sceaux, dates de transcription, concordance de numéros du catalogue et de la cotation, autographes.

    • 10 A.M. Mirzoev et V.E. Bertel’s (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, v (...)

    A.M. Mirzoev et V.E. Bertel’s (éds), vol. VI10 : sont décrits 261 manuscrits (210 tadjiko-persans, 10 turcs et 45 arabo-persano-turcs), au total 444 textes ; thèmes : lexicographie, encyclopédie, grammaire, poésie, prose épistolaire, stylistique, documents, médecine, pharmacologie, mathématiques, astrologie, musique, agriculture, artisanat, médecine vétérinaire ; index : titres, auteurs, copistes, relieurs, sceaux, dates de transcription, concordance des numéros du catalogue et de la cotation.

    • 11 Larisa Dodkhudoeva, Katalog khudozhestvenno oformlennykh vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhi (...)

    Larisa Dodkhudoeva11 : sont décrits 289 manuscrits enluminés dont 24 à peintures (215 miniatures) ; index : auteurs, titres d’ouvrages, calligraphes, peintres et enlumineurs, relieurs, manuscrits à peintures, concordance des numéros d’inventaire et des numéros d’entrée des catalogues correspondants.

12– Bibliothèque A. A. Semenov de l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie de l’Académie des Sciences de la République du Tadjikistan (voir la 2e partie du présent article).

13– Bibliothèque de recherche de l’Université nationale du Tadjikistan.
Adresse : Passage Rûdakî 17, 734001, Douchanbé.
Le fonds possède plus de 300 manuscrits en arabe, persan, turkî, ourdou, pashto. Il n’y a pas de données disponibles sur les particularités de la collection, ni sur les thèmes. Les manuscrits sont enregistrés sur un cahier d’inventaire général mais personne ne s’est attaché à les décrire.

14– Bibliothèque de recherche de l’Institut pédagogique d’Etat « K. Juraev ».
Adresse : Passage Rûdakî 105, 734002, Douchanbé.
Le fonds possède plus de 200 manuscrits en arabe et persan. Il n’y a pas de données disponibles sur les particularités de la collection, ni sur les thèmes, et personne n’a jamais travaillé sur cette collection.

Khujand

15– Bibliothèque régionale de la ville de Khujand « Tâsh Khwâja Asîrî »
Adresse : Rue Khujandî 9, 735700, Khujand.
Le fonds possède environ 300 manuscrits islamiques qui n’ont été ni catalogués ni répertoriés.

***

Le fonds A. A. Semenov (Douchanbé)

16Nous voudrions présenter d’une manière plus détaillée le fonds des manuscrits islamiques réunis par Aleksandr Aleksandrovitch Semenov, conservé aujourd’hui à l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie de l’Académie des Sciences de la République du Tadjikistan (Adresse : Rue Istravshân 18, 734042, Douchanbé).

17Le fonds se compose de 146 manuscrits, dont 141 constituent la collection Semenov proprement dite, les autres ayant été acquis par l’Institut au fil des années ( 136 en persan, 7 en arabe, 3 en turkî). Ils englobent les thèmes suivants : histoire de l’Iran et de l’Asie centrale, biographie, géographie, soufisme et littérature (prose et poésie).

  • 12 Semenov a également travaillé sur l’Iran. Sur lui, voir E.K. Betger, « "Turkestanskij sbornik" i uc (...)
  • 13 A.A. Semenov, « Uzbekistanskie fondy sredneaziatskikh aktov i vostochnykh rukopisej i neobkhodimost (...)

18Aleksandr A. Semenov (1873-1958), membre de l’Académie, fondateur et premier directeur de l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie à Douchanbé, est devenu célèbre par ses ouvrages sur l’historiographie, l’histoire de culture et de religion de l’Asie centrale12. C’est grâce à ses efforts que l’on créa, à Tachkent, l’Institut du patrimoine écrit et l’on entreprit un travail de systématisation et de catalogage des manuscrits conservés à l’Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences de l’Ouzbékistan13.

  • 14 Il a été le premier à s’intéresser aux Ismaïliens du Haut Badakhshân. Dès 1912, à Tachkent, Semenov (...)
  • 15 V.V. Bartol’d, « Otchjot o komandirovke v Turkestan, avgust-dekabr’ 1920 g. », dans : V. V. Bartol’ (...)
  • 16 Sur les écoles de miniature en général, voir B.W. Robinson, « A Survey of Persian Painting (1350-18 (...)

19A. A. Semenov a consacré toute sa vie à réunir des manuscrits. Son intérêt scientifique pour l’histoire du monde islamique, la poésie persano-tadjike et l’ismaïlisme ont déterminé le contenu de sa collection. Celle-ci constitue une véritable bibliothèque de recherche, dont la plus grande partie comprend des ouvrages sur l’histoire et la littérature de l’Asie centrale14. Les données sur l’histoire de cette collection sont assez fragmentaires et n’éclairent pas tous les aspects de la question, bien qu’il en fournisse lui-même des éléments. Certains manuscrits contiennent des notes qu’il avait lui-même rédigées, figurant soit sur la première page de l’ouvrage, soit sur des feuilles libres insérées ensuite dans les manuscrits. Ces notes non seulement donnent une brève description du manuscrit mais aussi les informations relatives aux circonstances de son achat : le lieu et la date de l’achat, ainsi que le prix du volume. D’après ces données, Semenov a surtout acquis les manuscrits entre 1913 et 1953. V. Bartol’d s’intéressa à une certaine époque à ce fonds qui réunit des exemplaires magnifiques aussi bien de point de vue scientifique que de l’histoire de l’art du livre, et il l’étudia avec beaucoup d’intérêt15. Les manuscrits à décor constituent une partie importante de ce fonds de manuscrits16. En dehors de l’enluminure et de la calligraphie, les reliures de certains de ces manuscrits représentent de véritables œuvres d’art (voir ill. 1).

20Il semblerait que seule une partie de la collection originale de Semenov soit conservée actuellement à la bibliothèque de l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie de Douchanbé.

  • 17 Nous avons préparé avec la collaboration d’Oleg Akimushkin (St. Pétersbourg) un ouvrage sur l’histo (...)

21Le fonds Semenov, qui fut intégré à l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie en 1958, n’a jamais été catalogué bien que l’inventaire qui en existe ne soit pas très précis17.

Les manuscrits de valeur historique (sélection)

22Nous ne prétendons pas ici décrire la collection Semenov dans son intégralité, et nous nous limitons donc à signaler les manuscrits les plus importants. Nous espérons que ce travail pourra à l’avenir enrichir les études des spécialistes travaillant sur des questions similaires.

Les manuscrits les plus anciens

  • 18 Sur ce manuscrit, voir Lola Dodkhudoeva, « Unikal’naja rukopis’ iz kollektsii A.A. Semenova », Izve (...)

23a) Taẕkirat al-awliyâ’ de Farîd al-Dîn ‘Aṭṭâr (n° 103), daté de 700/1301 (voir plus loin le paragraphe consacré aux manuscrits à décor) ;
b) le deuxième rub’ (« ‘Âdât »), du Ihyâ’ ‘ulûm al-dîn d’al-Ghazâlî (n° 44), traduction en persan du célèbre ouvrage, faite par ‘Abd al-Maḥmûd al-Kâfî al-Haravî en 725/1325 à la cour de Ghiyâs al-Dîn Kart18.

Les autographes

  • 19 Sur ce manuscrit, voir U. Karimov, « Zhizn’ i tvorchestvo Mirzo Sodika Munshi (Iz istorii tadzhiksk (...)

24a) Subḥân-Qulî-nâma de Muḥammad Ṣalâḥ Balkhî b. Mullâ ‘Abdallâh Kâtib, 1065/1654-55 (n° 10) ;
b) Dakhma-yi shâhân de Mîrzâ Ṣâdiq, 1235/1819 (n° 26)19 ;
c) Târîkh-i Shughnân, rédigé et copié pour Semenov par Ḥaydar-Shâh, fils de Mubârak-Shah en 1912 (n° 67) ;
d) Târîkh-i Jâmshîdihâ, rédigé et copié pour Semenov par Khân-Âghâ Khân, fils de Yalangtush-Khân Amîn al-Dawla en 1335/1916-17 (n° 68) ;
e) recueil des prières ismaïlites, rédigé et copié pour Semenov par Sayyid Maḥmad-Khân au début du XXe siècle (n° 69).

Les ouvrages rares ou uniques

  • 20 K. Makhsumov et les auteurs de cet article sont en train de préparer une édition facsimilé de ce ma (...)

25a) Nuzhat al-qulûb de Ḥamdallâh Qazvînî (n° 119), produit dans l’atelier (kitâb-khâna) du souverain timouride Shâh-Rukh (première moitié du XVe s.)20, illustré de mappemondes et de tables (voir plus loin nos remarques sur les manuscrits à décor) ;
b) Masnavî-yi ma‘navî (les six daftar) de Jalâl al-Dîn Rûmî (n° 46), copié en Inde par un soufi afghan, Muḥammad Salîm qui, en 914/1508-9, vérifia le texte [sur l’original] et y ajouta le commentaire complet de ‘Abd al-Laṭîf b. ‘Abdallâh ‘Abbâsî, ainsi que la biographie de Rûmî écrite par Jâmî ;
c) Sîrâj al-sâlikîn va laṭâ’if al-‘ârifîn de ‘Ubaydallâh Naqshbandî Samarqandî (1173/1759-60) ;
d) Manâqib-i Mawlânâ Luṭfallâh Chustî (n° 113), copié sur l’autographe en 1173/1759-60.

Les manuscrits copiés du vivant de leurs auteurs

  • 21 Le manuscrit a été édité en fac-similé : Muḥammad Ḥakîm-khân, Muntakhab at-tavârîkh, éd. A.M. Mukht (...)

26a) Sharḥ (commentaire) au Miftâḥ al-‘ulûm (la troisième partie du ‘Ilm ma‘ânî wa-l-bayân), de ‘Alî b. Muḥammad Jurjânî, 812/1409 (n° 95) ;
b) deux Dîvân du célèbre poète de Boukhara, Mushfiqî, 992/1584-85 (n° 94) et 995/1586-87 (n° 29) (pour son décor, voir plus loin) ;
c) Laṭâ’if al-lughât de ‘Abd al-Laṭîf Haravî, écrit en 1047/1637-38 (n° 104) ;
d) Muntakhab al-tavârîkh de Muḥammad Ḥakîm Khân de Kokand, fils de Mas‘ûd Khân, 1260/1844 (n° 63). Cette copie appartenait à l’auteur21.

Manuscrits à décor

271. Taẕkirat al-awliyâ’ de Farîd al-Dîn ‘Aṭṭâr (n° 111), daté 700/1301
Copié le 3 sha’bân 700/14 avril 1301, ce manuscrit monumental représente le trésor de la collection bien qu’il ne soit pas proprement à décor : la calligraphie représente toute sa valeur artistique alors que les titres intermédiaires en grande écriture de type koufique servent d’éléments de rubrication du texte.

28Le tracé d’écriture coulant et harmonieux transforme les lettres en une composition linéaire ornementale. Le principe de frise pour l’organisation de l’écriture sur une page est caractéristique pour les titres [des chapitres]. La calligraphie, devenue un ornement, constitue l’axe de la composition du texte sur page dans ce volume. L’impression du caractère monumental y est encore renforcée par la taille des lettres dans les titres et par leur libre position horizontale. L’espacement du texte, le volume et les dimensions du livre, ainsi que les bandes horizontales du texte semblent annoncer le style décoratif des manuscrits de Chiraz de la première moitié du XIVe siècle, qui auraient pu prendre pour modèle des manuscrits du même type que celui-ci.

29Ce manuscrit possède une magnifique reliure en cuir au motif estampé de pivoine sur l’intérieur et l’extérieur des plats. Ses formes sonts moins géométriques, plus souples et plus fantasques, ce qui permet de dater la reliure du XVe siècle.

  • 22 Sur les écoles de Hérat, voir E.J. Grube, « The School of Herat from 1400 to 1450 », et M. Lukens-S (...)

302. Nuzhat al-qulûb de Qazvînî (n° 119), [c. 1430 ; Hérat]
Le manuscrit est un exemple du style de Hérat du XVe siècle, aussi bien pour sa calligraphie et son enluminure que pour sa reliure22. Il a été produit, vraisemblablement dans les années 1430, dans le célèbre atelier de production de livres manuscrits (kitâb-khâna) du souverain timouride Shâh-Rukh (1405-1447) et calligraphié par ‘Alî b. Fakhr al-Dîn al-Shîrâzî. Il possède deux cartes (f. 191b-192a, et 263b-264a) et quatorze schémas. La tradition de représentation des schémas ne change pratiquement pas tout au long du développement de la miniature orientale. Tout comme les esquisses des peintures, on les traçait à l’encre de Chine et en vermillon, tandis que les eaux des fleuves, des mers et des océans étaient dessinées en employant l’argent qui, avec le temps, souvent s’oxidait et perdait son brillant.

31Enluminures : un frontispice (‘unwân) avec une partie supérieure délicatement enluminé d’or et de lapis-lazuli.

32Le volume a gardé sa reliure originale en maroquin rouge, ornée d’une fleur estampée.

333. Dîvân de Shâhî Qâsimî (n° 117), [milieu XVIe s., Hérat - Asie centrale]
Le manuscrit a été créé au XVIe siècle par l’école de Hérat qui continua d’exister bien que beaucoup de ses grands maîtres aient quitté le Khorassan pour s’installer au Mavarannahr (Transoxiane) ou en Iran.

34Enluminure et décor : les marges sont ornées de couleurs différentes, tradition née à Hérat à la fin du XVe siècle. Leur fond est parfois couvert d’ornements à motif végétal en dessin « ajouré » en or, tandis que tout l’espace de la bordure est couvert de « grillage » rouge. Le frontispice semble avoir été achevé plus tard, vraisemblablement en Asie centrale. Peint d’une manière maladroite, il semble être l’œuvre d’un artiste non-professionnel du XIXe siècle.

  • 23 Sur l’école de Boukhara, voir M.M. Ashrafi-Aini, « The School of Bukhara to c. 1550 », dans : B. Gr (...)

354. Anîs al-ṭâlibîn va ‘âdât al-sâlikîn de Charkhî (n° 125), 919/1513 [Boukhara]
Le manuscrit appartient à l’école de Boukhara du premier quart du XVIe siècle. Il a été créé avec la contribution importante d’artistes du Khorassan émigrés en Inde et en Asie centrale23. Les feuilles sont en papier épais, utilisé souvent par les maîtres boukhariotes.

36Enluminure et décor : le volume est orné de sept frontispices dont les détails sont travaillés en filigrane. Certaines vignettes (f. 133b, 189b) ont une forme originale en rectangle courroné de trois cartouches d’or triangulaires avec le décor végétal, au lieu d’un seul, ce qui est habituel. Le cadre du frontispice contient un motif original, qui est absent des autres manuscrits du Mavarannahr, composé des fleurs liées par une ligne droite. Le peintre l’a complété avec une combinaison de figures pour marquer sa propre originalité. La vignette traditionnelle à cartouche central au-dessus de la base inférieure du frontispice est caractéristique de l’œuvre d’un autre peintre.

  • 24 Notre collègue F. Richard nous signale aimablement que ce copiste est notamment connu pour avoir co (...)

375. Dîvân d’Amîr Sa‘îd Qâsim(î) (n° 136), [XVe-déb. XVIe s., Hérat]
Son décor somptueux reflète la pureté du style et du savoir-faire artistique qui remontent vraisemblablement à l’école de Hérat de la seconde moitié du XVe siècle ou du début du XVIe siècle. Le volume fut copié par Muḥammad b. Muḥammad, connu comme (mashhûr bi) Baqqâl24.

38Enluminure et décor : le livre possède un shamsîya (rosette, f. 1a), cinq frontispices (f. 1b, 2a, 493b, 560a, 606b) et les doubles pages artistiquement décorées (f. 489b-490a, 539b-540a).

39L’enluminure de ce manuscrit semble être la somme des plus hauts achèvements artistiques de l’époque (voir ill. 2). Les motifs décoratifs se développent d’une façon illimitée et les couleurs sont très raffinées ; les détails des motifs décoratifs et la complexité de leurs combinaisons sont amples et fonctionnels. L’emploi de l’or, du bleu outre-mer avec du lapis-lazuli, du noir et du cinabre dans le décor des frontispices est exceptionellement généreux. Les motifs habituels de la décoration du livre, tels que la tige d’or aux points noirs et boutons multicolores, les fleurs rouges et « la peau d’hermine » (alternance des figures blanches et noires dans un cadre), apparaissent dans des nouvelles configurations. Chaque partie du livre est séparée par une vignette à shamsîya, et les doubles pages comportent des décorations et inscriptions dans les angles.

406. (a) Dîvân de Mushfiqî (n° 94), 992/1584 [Boukhara] et (b) Dîvân de Mushfiqî (n° 29), 995/1586-87 [Boukhara]
Ces deux manuscrits, copiés du vivant du poète, auraient pu être produits dans le même atelier, vraisemblablement à Boukhara, et présentent beaucoup de points communs.

41Le premier (n° 94), a été calligraphié par Muḥammad Riżâ b. Sulṭân Muḥammad al-Haravî en 992/1584. Il possède un frontispice à la forme plutôt traditionnelle. Le texte des feuillets 1b-2a est divisé en deux parties par un cadre à fleurs d’or.

42Le décor du second (n° 29) est encore plus somptueux. Le texte principal est couché en deux colonnes et encadré par un texte écrit dans les marges. Au feuillet 66b, le peintre a dessiné une paire de vignettes : la première rectangulaire au début du texte principal, et la seconde dans l’angle au début du texte marginal. Au feuillet 79b, le début du chapitre est encadré par deux blocs représentant l’image de volutes (islimî) sur le fond noir. Les intercalations du texte marginal représentent souvent une tige d’or aux fleurs rouges et jaunes sur un fond bleu.

437. Ma‘ârij al-nubûwa fî madârij al-futûwa de Kâshifî (n° 140), [fin XVIe s., Boukhara]
Cet autre manuscrit apparenté par le style aux deux précédents a été copié par le calligraphe Mu‘înî ( ?). Le travail d’enluminure n’a pas été terminé et, mis à part ses trois frontispices (f. 1b, 69b, 168b), la copie ne porte aucun ornement. C’est l’utilisation du motif en feuilles et pétales, dans les encadrages, et l’élargissement de la gamme de couleurs qui le rapprochent des deux manuscrits précédents.

448. Nafaḥât al-uns de ‘Abd al-Raḥmân Jâmî (n° 132), 986/1578 [Boukhara ou Khorassan]
Ce volume, copié en jumâdâ I 986/juillet-août 1578, se rattache également au style d’enluminure des trois manuscrits précédemment décrits, et appartient à l’école khorassano-mavarannahraise du dernier quart du XVIe siècle.

45Dans les années 1570-1580, le décor en feuilles et pétales placé à l’intérieur d’un cadre devient caractéristique pour les manuscrits du Khorassan et de Boukhara. Nous savons que la composition complexe comportant des motifs végétaux des frontispices et des sarlawḥ des manuscrits musulmans est considérée comme le symbole du jardin de paradis. Outre les motifs géométriques, les peintres utilisaient souvent les motifs végétaux en tant que cadre ou séparation (clôture autour du jardin).

46On utilisait surtout un motif décoratif aux contours habituellement esquissés en or qui se composait de deux feuilles légèrement inclinées et d’un pétale dont le dessin formait souvent aux angles des cadres une palmette à trois palettes. Le cœur du pétale était peint en rouge, l’intérieur des feuilles en vert ou, plus rarement, en bleu.

47Ce motif avait en quelque sorte remplacé les bandes traditionnelles des entrelacés géométriques. En même temps, il a acquis les qualités nécessaires pour pouvoir contraster avec les dessins floraux principaux : le dessin incliné correspondait à l’inclinaison de l’écriture et la rigidité des contours rendait sa forme graphiquement précise.

489. Silsilat al-ẕahab de ‘Abd al-Raḥmân Jâmî (n° 64), [Iran ou Boukhara, et Inde, XVIe s.]
Le volume est apparemment l’œuvre de plusieurs maîtres différents (voir ill. 3). Son décor est plutôt original et réunit plusieurs styles. Le colophon, apparemment falsifié, attribue sa copie au légendaire calligraphe (khaṭṭâṭ) iranien, Mîr ‘Imâd.

49Les marges de ce beau livre sont en papier épais rose à motifs, caractéristique de la production des livres de Boukhara de la deuxième moitié du XVIe siècle. Mais les formes arrondies des fleurs sur le fond d’or et les intercalations rouge-émeraude démontrent qu’il est proche des modèles indiens. Le dessin de volutes y est moins dense que dans les manuscrits iraniens et centre-asiatiques. Par contre, le motif végétal est simplifié et se compose de boutons ronds, en petit nombre, et de feuilles noires pointues.

50Le frontispice du folio 43, formé d’une bande noire étroite à l’ornement végétal, est lui aussi inhabituel. Sa partie supérieure est ornée de figures vertes et jaunes, procédé qui le rapproche des ouvrages des peintres moghols de l’Inde de la fin du XVIe et du XVIIe siècles. Étant donné que c’est la couleur or, et non le bleu, qui sert de fond au sarlawḥ et aux frontispices, ce qui était souvent pratiqué en Iran et en Asie centrale, nous pouvons supposer que le manuscrit a été enluminé en Inde. Le « semis d’or », zar-afshân, qui orne le texte, rend le manuscrit encore plus somptueux.

51Le mélange de différents styles et manières artistiques dans le même manuscrit témoignent de la coopération des différents peintres. Il nous paraît vraisemblable que ce manuscrit ait été conçu et copié en Iran mais que son décor enluminé ait été terminé en Inde, probablement à la cour moghole. Cependant, une autre hypothèse ne peut pas être exclue : il est tout à fait probable que ce manuscrit ait été produit dans l’atelier de Boukhara par les maîtres centre-asiatiques et indiens.

  • 25 Le style de peinture delhîqalam apparaît vers la seconde moitié du XVIe siècle en Inde et devient p (...)

5210. Kitâb rusul va mulûk d’Abû’l-Muḥsin Ḥalîm al-Ḥaqq (n° 76), [Inde, XVIe s.]
Ce volume est un exemple d’enluminure dans le style dehlî qalam25. Le fond en or de son frontispice (f. 1b) est orné, comme c’était le cas pour le Silsilat al-ẕahab décrit plus haut, d’une tige noire souple portant des boutons ronds et des fleurs. La vignette, très abîmée avec le temps, a été restaurée. Tout comme le livre précédent, il aurait pu être enluminé en Inde dans le dernier quart du XVIe siècle.

5311. (a) Ma‘ârij al-nubûwa fî madârij al-futûwa de Kâshifî (n° 128), 1114/1702 : copié par Mullâ Ḥusayn Muṭahharî ( ?), le 7 jumâdâ I 1114/29 septembre 1702.
(b) Risâla-yi Makhdûm-i A’ẓam (n° 79), 1142/1729 : copié le 14 ṣafar 1142/8 septembre 1729 par le calligraphe Muḥammad Isḥâq b. Muḥammad Khwâja Jûybârî.

54Ces deux manuscrits ont vraisemblablement été produits dans un même centre artistique, voire dans un même atelier, car ils ont plusieurs détails communs. Ils appartiennent à un nouveau style apparu au début du XVIIe siècle, influencé par l’art de l’Inde et de l’Europe, appelé le style « jardinier ». La composition linéaire des motifs végétaux subit d’importantes modifications qui entraînent un changement dans la forme même du frontispice. Les manuscrits de cette époque, noyés dans le décor floral qui garde des liens étroits avec le dessin textile, sont d’un grand intérêt. À la même époque, on s’intéresse plus à la nature et on l’étudie d’une façon plus intensive : les images des oiseaux et des plantes représentées d’une manière réaliste deviennent à la mode.

55Le manuscrit n° 128 surpasse l’autre par la beauté de son décor enluminé pour lequel l’or est employé d’une façon particulièrement généreuse. Le frontispice en double page (f. 1b-2a) se compose de trois cartouches arrondis aux fleurs roses et mauves, et des médaillons dont le milieu est de couleur cerise. Les autres frontispices (f. 36b, 55b, 100b, etc.), sont présentés en forme de vignette dont le dessin décoratif est tracé en or. Dans leur partie inférieure, la formule islamique traditionnelle d’invocation de Dieu (bismillâh ou « basmalah ») est encadrée de pousses d’or. Ces frontispices du même type ont une forme inhabituelle car ils ne possèdent pas de cartouche principal mais représentent une image plus ou moins régulière des plantes. Dans le cadre du panneau décoratif, on y trouve une tige couverte de boutons, de fleurs et de feuilles, caractéristique du style « jardinier ».

5612. Coran (n° 73), [XVIIIe-XIXe s.], Cachemire
Dans le décor de ce manuscrit, caractéristique de l’art du Cachemire des XVIIIe-XIXe siècles qui suivait sa propre tradition d’enluminure, domine le dessin de fleurs – surtout de lotus d’or – au contour tracé de couleur framboise. Le fond bleu foncé du sarlawḥ (f. 1b-2a) est décoré de fleurs de couleurs blanche, rose et cerise dont les tiges sont aussi blanches. Le texte est décoré de rosettes d’or et de signes de vocalisation noirs et rouges (voir ill. 5).

57La reliure en laque du Coran comporte des représentations des fleurs, autre détail caractéristique témoignant, à cette époque, de l’abandon progressif de la composition linéaire des motifs végétaux. L’extérieur des plats est décoré avec un bouquet dans un vase, tandis que l’intérieur des plats représente un arbre couvert des mêmes fleurs (voir ill. 4).

5813. Dictionnaire encyclopédique de la langue darî (n° 114), 1199/1784-1785, Cachemire
Le manuscrit possède un autre exemple de ce type de reliure. L’extérieur des plats est décoré de trois médaillons. Un bouquet de fleurs est représenté à l’intérieur du médaillon central ; les médaillons latéraux contiennent des fleurs isolées. Sur le fond sombre de l’intérieur des plats, il y a l’image d’un narcisse qui pousse du sol.

5914. (a) Farhang-i Rashîdî de ‘Abd al-Rashîd Ḥusaynî Madanî (n° 59), [XIXe s.], Inde
(b) Nasab-nâma-yi a’imma-yi ma’ṣûmîn de Ja‘far b. Ḥusayn Ghâzî (n° 123), daté 1247/1831-32, Inde

60Deux exemples de manuscrits indiens à décor tardifs avec les frontispices à plusieurs niveaux, abondamment décorés de fleurs somptueuses. Le type le plus répandu du décor végétal des manuscrits du XIXe siècle est ainsi représenté par les fleurs doubles, les feuilles lancéolées et les pivoines qui remplacent les boutons. Dès le XVIIe siècle, la pratique d’ajouter des motifs floraux sur les marges des manuscrits des époques antérieures se répand. Ces ajouts étaient peints, soit à la demande du propriétaire du manuscrit, soit par le propriétaire lui-même. Sur les marges, entre les colonnes du texte et dans les frontispices et les sarlawḥ, apparaît le dessin d’un arbrisseau épais ou d’un grand bouquet fourni, complément essentiel du dessin traditionnel de la page.

6115. ‘Ajâ’ib al-ṭabaqât (n° 118), daté 1248/1832-33, [Asie centrale]
Le volume a été calligraphié par Mîrzâ Muṭî’, fils d’Ibrâhîm Bukhârî.

62Consacré aux climats et aux biographies des personnalités remarquables, il constitue un exemple du type d’ouvrage très demandé aux XVIIe-XIXe siècles : de compendiums contenant à la fois des descriptions universelles, des sujets légendaires et mythiques de la vie de saints, des éléments des sciences exactes et des informations pratiques sur la géographie ou l’astronomie.

  • 26 Une autre image répandue dans ce type d’ouvrages était celle de la sandale du Prophète, voir, par e (...)

63Enluminure et décor : un cachet [d’une maison] de commerce de Glasgow est collé sur le frontispice de ce manuscrit (f. 1b). Sur les feuillets 107b et 108b, on a peint en cinabre les schémas de l’emplacement des tombes de soufis. Ces dessins miniatures peuvent être rapprochés de ceux trouvés dans des ouvrages du « cycle de pèlerinage » qui existaient dans tout l’Orient musulman26.

6416. Ḥamla-yi Ḥaydarî (n° 55), 1269/1853, Khiva
Copié par Mîrzâ Muḥammad Rafî’ Bâẕil le 16 jumâdâ I 1269/25 février 1853.

65Le volume est remarquable par sa solidité et sa sobriété mais son frontispice n’est que tracé à l’encre de Chine. Ce manuscrit, tout comme le suivant, a été produit dans le style de Khiva et représente un exemple inestimable pour l’étude de l’histoire de la production de manuscrits de cette école (voir plus loin).

  • 27 Il faut noter que le fonds de l’Institut du patrimoine écrit de l’Académie des Sciences du Tadjikis (...)

6617. Dîvân de Shîr Muḥammad Mu’nis (n° 37), 1321/1903, Khiva Copié par Muḥammad Ya‘qûb en 1321/1903 (n° 37), en ouzbek.
Sur un feuillet supplémentaire de ce manuscrit, on trouve une dédicace à Sayyid Muḥammad Raḥîm Bahâdur-Khân, c.-à.-d. le Khan de Khiva, Muḥammad Raḥîm II (1865-1901) ; le manuscrit lui était vraisemblablement destiné27. Il est très probable que le calligraphe s’est mis au travail du vivant du souverain mais, lorsque le manuscrit fut terminé, le Khan n’était déjà plus en vie.

67Enluminure et décor : dans ce manuscrit, la couleur de la feuille du papier sert de fond pour l’ornement, pratique largement répandue en Asie centrale dès le début du XVIIe siècle. La double page (f. 9b-10a) porte un décor assez disparate en or, rose et blanc d’argent. Sur les marges, des deux côtés de la composition principale, il y a un élément décoratif aux motifs végétaux ressemblant à une tour, dans le style de l’époque. Au XVIIIe-XIXe siècles, les peintres introduisent souvent dans le dessin du frontispice des formes architecturales, telles que des bâtiments à coupole, des arcs, des minarets, etc.

68Les éléments végétaux sont utilisés pour la décoration de tous les éléments du manuscrit. Dans le Dîvân de Mu’nis, ainsi que dans les autres manuscrits de Khiva, les figures cruciformes au-dessus du frontispice sont décorés de petits boutons et de fleurs, ce qui était visiblement typique pour l’ornementation du Khorezm. Le frontispice du feuillet 203b représente une grille de tiges. Tous les éléments sont peints en aquarelle, y compris les peintures de bronze et d’aluminium, tandis que la double page est peinte en or liquide.

Production des manuscrits à bon marché

69Parmi les livres de l’Asie centrale du XIXe, siècle on trouve beaucoup d’exemplaires de production de masse, destinés à un large public. Ils sont d’habitude décorés de motifs « populaires » qui sont cependant d’un grand archaïsme, tels que des petits cercles, des zigzags, des losanges, des fleurs splendides, etc. Les créateurs de ces manuscrits sont pour la plupart des calligraphes et des peintres d’origine populaire. Les manuscrits simples et peu coûteux, à décor modeste, étaient produits en quantité importante dans les grandes villes mais en dehors de la cour.

70Parmi les livres à décor modeste, voire non professionnel, nous pouvons citer les manuscrits suivants de la collection Semenov : - Maslak al-‘ârifîn de Muḥammad b. Aḥmad b. Sayyid al-Bukhârî, copié par Mullâ Bâbâkhân b. Khwâja ‘Abd al-Ḥayy Tâshkandî en 1213/1798-99 (n° 60), - Manâqib-i ḥażrat-i Ṣâḥib al-Qirân de Khwâja Ḥasan Khwâjam Pâdshâh (n° 131), daté entre la fin du XVIIe et le XXe siècles, - Bahâristân de ‘Abd al-Raḥmân Jâmî (n° 86), - Sharḥ Miftâḥ al-‘ulûm de ‘Alî b. Muḥammad Sayyid Sharîf (n° 95), copié le 12 jumâdâ I 812/22 septembre 1409, - « Traité de grammaire arabe » (n° 80), daté entre la fin du XVIIe et le XIXe siècles, etc. Le manuscrit n° 95 a une belle reliure à recouvrement, décorée d’un élégant ornement estampé en relief, qui aurait été produite au XVe siècle.

Manuscrits ottomans

71Dans les collections du Tadjikistan, on rencontre rarement les manuscrits turcs ottomans. C’est pourquoi la copie du Kashf al-ẓunûn ‘an asâmî al-kutub wa-l-funûn de Kâtib Chelebî (Ḥâjjî Khalîfa), datée de 1140/1727-28, provenant de la collection Semenov (n° 58) constitue une notable exception. Le manuscrit peut être rattaché à l’école de Levni et de ses disciples (XVIIIe s.) qui représente, en fait, la dernière étape du développement de la synthèse irano-turque.

72Son frontispice (f. 1b) possède un ornement végétal aux lignes rouges sur le fond d’or. Les peintres cherchaient à diversifier le fond en or en piquant sa surface avec une aiguille, grâce à quoi sa facture avait une apparence veloutée et intensifiait le jeu de rehaut. Par contre, les parties polies de l’ornement avaient une surface mate et diffusaient la lumière. La grande et large partie supérieure du frontispice est encadrée d’un cartouche étroit. La tige souple d’islimî est peinte d’une manière libre et légère. Chaque feuillet du manuscrit est orné d’un cadre doré. Le fleuron est beaucoup plus grossier et a été probablement réalisé un siècle plus tard. La reliure en peau de chagrin estampée et dorée avec un ornement de couleur cerise, décorée de formes végétales souples, est assez remarquable. Mais le manuscrit n’est pas très travaillé et semble avoir été produit en dehors des ateliers de la cour des souverains ottomans.

***

73Bien que, dès la fin du XIXe siècle, les traditions de décoration des manuscrits déclinent et que l’art de l’enluminure commence à être considéré comme anachronique, la calligraphie demeure toujours l’une des plus importantes composantes du livre.

74Pour beaucoup de manuscrits médiévaux préservés jusqu’à nos jours, l’attribution demeure une affaire assez compliquée. Pourtant, ces livres revêtent une importance exceptionnelle pour l’étude de l’histoire de la région, notamment pour les relations établies entre les divers centres culturels de l’Orient musulman. Les déplacements des maîtres-artisans et artistes, et la circulation des manuscrits ont favorisé la production des livres dans lesquels nous pouvons trouver les caractéristiques de diverses écoles artistiques.

75La collection Semenov possède un nombre important de manuscrits précieux, dont certains ont été produits dans les ateliers royaux (kitâb-khâna) des souverains timourides (XVe s.) ou des Khans de Khiva (XIXe s.). Témoignages de l’art des maîtres calligraphes, peintres et relieurs iraniens, centre-asiatiques et indiens, ils constituent des exemples de styles artistiques régionaux à l’intérieur même de l’Asie centrale (Boukhara, Khiva) où les écoles locales de calligraphie et de miniature se développent tout en restant attachées aux traditions de la culture du livre arabo-persan.

  • 28 Les volumes les plus intéressants de ce fonds ont été décrits séparément dans une série de publicat (...)

76Ainsi, outre les manuscrits cités dans cet article, presque tous les volumes de ce fonds présentent un caractère unique28. Il est donc indispensable de constituer un catalogue descriptif des manuscrits provenant de la collection Semenov. La publication de cette collection permettrait en effet de faire découvrir un patrimoine peu connu et d’une grande richesse.

ill. 1. Reliure du Masnavî-yi ma‘navî de Jalâl al-Dîn Rûmî, XVIe s. ( ?), Inde, coll. Semenov n° 46.

ill. 1. Reliure du Masnavî-yi ma‘navî de Jalâl al-Dîn Rûmî, XVIe s. ( ?), Inde, coll. Semenov n° 46.

ill. 2. Shamsîya du Dîvân d’Amîr Sayyid Qâsimî, XVIe s. ( ?), Hérat, coll. Semenov n° 136.

ill. 2. Shamsîya du Dîvân d’Amîr Sayyid Qâsimî, XVIe s. ( ?), Hérat, coll. Semenov n° 136.

il. 3. Décor de page du Silsilat al-ẕahab de ‘Abd al-Raḥmân Jâmî, XVIe s., Iran ou Boukhara, et Inde, coll. Semenov n° 64.

il. 3. Décor de page du Silsilat al-ẕahab de ‘Abd al-Raḥmân Jâmî, XVIe s., Iran ou Boukhara, et Inde, coll. Semenov n° 64.

il. 4. Motif sur l’intérieur des plats, Coran, XVIIIe-XIXe s., Cachemire, coll. Semenov n° 73.

il. 4. Motif sur l’intérieur des plats, Coran, XVIIIe-XIXe s., Cachemire, coll. Semenov n° 73.

ill. 5. Double page du Coran, XVIIIe-XIXe s., Cachemire, coll. Semenov n° 73.

ill. 5. Double page du Coran, XVIIIe-XIXe s., Cachemire, coll. Semenov n° 73.
Haut de page

Notes

1 A. Yunusov (éd.), Fihrist-i dastnavis-hâ-yi tâjîkî-fârsî-yi Kitâbkhâna-yi Dawlati-yi R.S.S. Tâjîkistân bâ nâm-i Abû’l-Qâsim Firdawsî, vol. I., Douchanbé, 1971.

2 N. Karamatulloeva (éd.), Fihrist-i dastnavis-hâ-yi tâjîkî-fârsî-yi Kitâbkhâna-yi Dawlati-yi R.S.S. Tâjîkistân bâ nâm-i Abû’l-Qâsim Firdawsî, vol. II, Douchanbé, 1974.

3 N. Karamatulloeva (éd.), Fihrist-i dastnavis-hâ-yi tâjîkî-fârsî-yi Kitâbkhâna-yi Dawlati-yi R.S.S. Tâjîkistân bâ nâm-i Abû’l-Qâsim Firdawsî, vol. III, Douchanbé, 1983.

4 M. Sharifov et Larisa Dodkhudoeva, Obraztsy vostochnoj kalligrafii v kollektsii Akademii nauk Respubliki Tadzhikistan, Douchanbé, 1990, (sous presse) [Spécimens de la calligraphie orientale dans la collection de l’Académie des Sciences de la République du Tadjikistan] : sont décrits 868 qiṭ’a (fragments) – spécimens de la calligraphie des XVe-XXe siècles ; index des noms propres. Larisa Dodkhudoeva, Miniatjurnaja zhivopis’ v sobranii Akademii nauk Respubliki Tadzhikistan, Douchanbé, 1992. L’ouvrage contient 100 photos des miniatures inédites, peintes au cours des XVe au XXe siècles en Inde, Iran et Asie centrale, tirées de 24 manuscrits illustrés de la collection de l’Institut du Patrimoine écrit de l’Académie des Sciences de la République du Tadjikistan.

5 A. M. Mirzoev et A. N. Boldyrev (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, vol. I, Stalinabad, 1960.

6 A. M. Mirzoev et A. N. Boldyrev (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, vol. II, Douchanbé, 1968.

7 A.M. Mirzoev et M. Zand (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, vol. III, Douchanbé, 1988.

8 A.M. Mirzoev et M. Zand (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, vol. IV, Douchanbé, 1970.

9 A.M. Mirzoev et V.E. Bertel’s (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, vol. V, Douchanbé, 1974.

10 A.M. Mirzoev et V.E. Bertel’s (éds), Katalog vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, vol. VI, Douchanbé, 1978.

11 Larisa Dodkhudoeva, Katalog khudozhestvenno oformlennykh vostochnykh rukopisej Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, Douchanbé, 1986.

12 Semenov a également travaillé sur l’Iran. Sur lui, voir E.K. Betger, « "Turkestanskij sbornik" i uchastie v nem A.A. Semenova », Trudy Akademii Nauk Tadzhikskoj SSR, vol. XVII, Tachkent, 1953, p. 44-47 ; G.N. Chabrov, « Aleksandr Aleksandrovich Semenov kak knigoved », dans : Kniga. Issledovanija i materialy, vol. III, Moscou, 1960, p. 413-414 ; B.V. Lunin, Ocherki po istorii russkogo vostokovedenija, vol. VI, Moscou, 1963, p. 326-340 ; B.A. Litvinskij et N.M. Akramov, Aleksandr Aleksandrovich Semenov (nauchno-biograficheskij ocherk), Moscou, 1971 ; B.I. Iskandarov, « A.A. Semenov kak istorik », et R.L. Nemenova, « A.A. Semenov – lingvist i leksikograf », dans : Pamjati Semenova A.A., Douchanbé, 1980, respectivement p. 34-59 et 60-72.

13 A.A. Semenov, « Uzbekistanskie fondy sredneaziatskikh aktov i vostochnykh rukopisej i neobkhodimost’ ikh izuchenija i izdanija », 1949, texte inédit, fol. 16, Archives d’A.A. Semenov (op. I, d. 14), 1956. Semenov est aussi l’auteur des huit premiers volumes du catalogue des manuscrits orientaux de l’Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences, Tachkent, le Sobranie vostochnykh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR, vols. I-VIII, Tachkent, 1952-1967, devenu depuis l’ouvrage de référence.

14 Il a été le premier à s’intéresser aux Ismaïliens du Haut Badakhshân. Dès 1912, à Tachkent, Semenov se lie d’amitié avec les Ismaïliens du Haut Badakhshân et leur commande la copie d’un recueil de prières ismaïlites utilisé à l’époque. Outre cela, il demande à Mullâ Ḥaydar-Shâh (Mullo Khajdar-Sho), fils de Mubârak-Shâh (Muborak-Sho), de lui écrire des commentaires sur certains ouvrages ismaïlites. Ces témoignages sur la compréhension et l’interprétation d’ouvrages anciens chez les Ismaïliens de la fin du XIXe et du début du XXe siècles, ont été conservés au sein de la collection Semenov (mss n° 67, 68, 69).

15 V.V. Bartol’d, « Otchjot o komandirovke v Turkestan, avgust-dekabr’ 1920 g. », dans : V. V. Bartol’d, Sochinenija, vol. VIII, Moscou, 1973.

16 Sur les écoles de miniature en général, voir B.W. Robinson, « A Survey of Persian Painting (1350-1896) », dans : C. Adle (éd.), Art et Société dans le Monde iranien, Paris, A.D.P.F., 1982, p. 13-89 (Bibliothèque iranienne, 26).

17 Nous avons préparé avec la collaboration d’Oleg Akimushkin (St. Pétersbourg) un ouvrage sur l’histoire de la collection Semenov dans lequel nous évoquons sa valeur scientifique et artistique. Cet ouvrage comprend l’inventaire de tous les manuscrits, ainsi que les notes rédigés par Semenov.

18 Sur ce manuscrit, voir Lola Dodkhudoeva, « Unikal’naja rukopis’ iz kollektsii A.A. Semenova », Izvestija Otdelenija Obshchestvennykh Nauk Akademii Nauk Tadzhikskoj SSR, Série : « Vostokovedenie, istorija, filologija », vol. 1(5), Douchanbé, 1987, p. 65-74.

19 Sur ce manuscrit, voir U. Karimov, « Zhizn’ i tvorchestvo Mirzo Sodika Munshi (Iz istorii tadzhikskoj literatury vtoroj poloviny XVIII i nachala XIX vv.) », résumé détaillé (avtoreferat) de la thèse de doctorat, Moscou, 1969, p. 20-24.

20 K. Makhsumov et les auteurs de cet article sont en train de préparer une édition facsimilé de ce manuscrit.

21 Le manuscrit a été édité en fac-similé : Muḥammad Ḥakîm-khân, Muntakhab at-tavârîkh, éd. A.M. Mukhtarov, Douchanbé, 1983, 2 volumes.

22 Sur les écoles de Hérat, voir E.J. Grube, « The School of Herat from 1400 to 1450 », et M. Lukens-Swietochowski, « The School of Herat from 1450 to 1506 », dans : B. Gray (éd.), The Arts of the Book in Central Asia, 14th-16th centuries, Paris-Londres, UNESCO, 1979, respectivement p. 147-178 et 179-214. Voir aussi : T. Lentz et G.D. Lowry, Timur and the Princely Vision, Persian Art and Culture in the Fifteenth Century, Washington-Los Angeles, 1989, et leur bibliographie.

23 Sur l’école de Boukhara, voir M.M. Ashrafi-Aini, « The School of Bukhara to c. 1550 », dans : B. Gray (éd.), The Arts of the Book in Central Asia, 14th-16th centuries, Paris-Londres, UNESCO, 1979, p. 249-272. Voir également O.F. Akimuškin et A.A. Ivanov, « Une école artistique méconnue, Boxârâ au XVIIe siècle », dans : C. Adle (éd.), Art et société dans le monde iranien, Paris, A.D.P.F., 1982, p. 127-139 (Bibliothèque Iranienne, 26) ; Y. Porter, « Farhad le peintre. A propos des ateliers de peinture de Boukhara à l’époque de ‘Abd al-‘Azîz Khan (1645-1680), Cahiers d’Asie centrale, 3-4 (1997), p. 267-278 ; Y. Porter, « Remarques sur la peinture de Boukhara au XVIe siècle », Cahiers d’Asie centrale, 5-6 (1998), p. 147-167 ; et Y. Porter, « Le kitâb-khâna de ‘Abd al-‘Azîz Khân (1645-1680) et le mécénat de la peinture à Boukhara », dans le présent volume. Voir enfin, B. Schmitz, « Bukhara. VI », dans : Encyclopædia Iranica, E. Yarshater (éd.), vol. IV/5, New-York, 1989, p. 527-530.

24 Notre collègue F. Richard nous signale aimablement que ce copiste est notamment connu pour avoir copié un manuscrit de Niẓâmî, en 1460 (M. Bayânî, Khûshnivîsân, vol. III, Téhéran, 1348 Sh./1969, n° 923, p. 662).

25 Le style de peinture delhîqalam apparaît vers la seconde moitié du XVIe siècle en Inde et devient petit à petit un élément de différenciation entre le style artistique persano-tadjik, îrânî qalam, et l’art moghol. D’une manière générale, on peut dire que le style dehli qalam en est venu à désigner la peinture moghole et correspondait au style appelé sabk-i hindi dans la littérature persane de l’Inde. Sur la peinture moghole, voir, par exemple, S.C. Welch, India, Art and Culture, 1300-1900, New York, Metropolitan Museum, 1985 ; J. Losty, The Art ofthe Book in India, Londres, British Library, 1982 ; M.C. Beach, The Imperial Image, Washington, Freer Gallery, 1981 ; M.C. Beach, The Great Mogul, Williams-town, Art Institute, 1978 ; (etc.).

26 Une autre image répandue dans ce type d’ouvrages était celle de la sandale du Prophète, voir, par exemple, le Kitâb-i Khwâja Abû’l-Qâsim de Khwâja Abû’l-Qâsim Ḥakîm Samarqandî, copié le 26 ramażân 1249/1833 (Semenov, n° 124). L’image de la sandale (na’t) ferme, parfois, les ouvrages du « cycle de pèlerinage », les guides des lieux saints, Futûḥ al-ḥaramayn, ou bien les traités de théologie, comme celui de Dalâ’il al-khayrât d’al-Simlâlî. Ces images sont liées à une idée antique de la signification magique d’une empreinte de pied ; les reliques de ce genre deviennent l’objet de l’adoration des fidèles.

27 Il faut noter que le fonds de l’Institut du patrimoine écrit de l’Académie des Sciences du Tadjikistan possède un autre manuscrit copié par Muḥammad Ya‘qûb, qui porte la même dédicace (n° 954/1). Il s’agit du Dîvân d’Ibn Yamîn Shiburghânî, copié par « le kâtib Ya‘qûb Dîvân Kharrâṭ b. Qurbân Niyâz Khwârazmî », sur commande du khan de Khiva Sayyid Muḥammad Raḥîm. Pour une autre mention de ce copiste, voir, dans le présent volume, A.Erkinov et Sh. Vahidov, « Une source méconnue pour l’étude de la production des livres à la cour de Muḥammad Raḥîm Khân II (Khiva, XIXe s.) ».

28 Les volumes les plus intéressants de ce fonds ont été décrits séparément dans une série de publications, voir Fidâ’î, Kitâh bi-hidâyat al-mu’minîn al-ṭalibîn, éd. et commentaire A.A. Semenov, Moscou, 1959 ; A.M. Mukhtarov, « Mu‘allif-i Tamm al-tavârîkh kî bûd ? », Kitâb, Kaboul, 1979 ; Lola Dodkhudoeva, « Rukopis’ "al-Kâmil fî-t-ta’rîkh" Ibn al-Asîra iz kollektsii A.A. Semenova », Izvestija Otdelenija Obshchestvennykh nauk Akademii nauk Tadzhikskoj SSR, Série : « Vostokovedenie, istorija, filologija », vol. 2, Douchanbé, 1991, p. 34-37 ; Larisa et Lola Dodkhudoeva, « Shuhrat-i jâvdânî-yi Mîr ‘Imâd », Sîmurgh (Téhéran, 1994), p. 113-120 ; Larisa et Lola Dodkhudoeva, « The Turkish manuscript from A.A. Semenov’s collection », Daryâ n° 2 (1996), p. 12-14.

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1. Reliure du Masnavî-yi ma‘navî de Jalâl al-Dîn Rûmî, XVIe s. ( ?), Inde, coll. Semenov n° 46.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/564/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre ill. 2. Shamsîya du Dîvân d’Amîr Sayyid Qâsimî, XVIe s. ( ?), Hérat, coll. Semenov n° 136.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/564/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre il. 3. Décor de page du Silsilat al-ẕahab de ‘Abd al-Raḥmân Jâmî, XVIe s., Iran ou Boukhara, et Inde, coll. Semenov n° 64.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/564/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre il. 4. Motif sur l’intérieur des plats, Coran, XVIIIe-XIXe s., Cachemire, coll. Semenov n° 73.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/564/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre ill. 5. Double page du Coran, XVIIIe-XIXe s., Cachemire, coll. Semenov n° 73.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/564/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larisa Dodhudoeva et Lola Dodhudoeva, « Manuscrits orientaux du Tadjikistan : la collection Semenov », Cahiers d’Asie centrale, 7 | 1999, 39-55.

Référence électronique

Larisa Dodhudoeva et Lola Dodhudoeva, « Manuscrits orientaux du Tadjikistan : la collection Semenov », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 25 mars 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/564

Haut de page

Auteurs

Larisa Dodhudoeva

 

Lola Dodhudoeva

Académie des Sciences de la République du Tadjikistan, Douchanbé, Tadjikistan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org