Navigation – Plan du site
Notices brèves

Les lettres autographes de Khwâja ‘Obeydallâh Ahrâr

Asam Urunbaev
Traduction de Alié Akimova
p. 342-346

Notes de la rédaction

Traduit du russe par Alié Akimova

Texte intégral

  • 1 O.D. Chehovich (éd.), préface à Samarkandskie dokumenti XV-XVI vv. (o vladeniyah Hodži Ahrara v Sre (...)
  • 2 Mirza Muhammad Hajdar, Ta’rih-i Rashidi, (trad.) A. Urunbaev, R.P. Dzalilova et L.M. Epifanova, Tac (...)

1Dans la seconde moitié du XVe siècle, ‘Obeydallâh b. Mahmud Khwâja Ahrâr, chef de l’ordre soufi Naqshbandiyya et grand propriétaire foncier, jouissait dans toute la population du Mavarannahr et du Khorassan d’une autorité telle qu’il influença fortement la vie politique, idéologique et sociale de ces régions1. Mirzâ Mohammad Heydar, auteur des mémoires intitulés Târikh-e Rashidi (XVIe siècle), en évoquant le grand prestige qui l’entourait, dit qu’il était d’usage, parmi les sultans de son époque, de se lier avec un des morid (disciples) de Khwâja Ahrâr pour pouvoir l’approcher2. Parmi ses morid citons, entre autres, les Timourides Soltân Abu Sa’id (r. 1451-1469), ‘Omar Sheykh (m. 1494), Soltân Ahmad (1469-1494).

2Grâce à son autorité spirituelle, Khwâja Ahrâr influença la vie politique. En 1454, il participa à la défense de Samarcande assiégée par les troupes du souverain du Khorassan Abu’l-Qâsem Bâbor (r. 1452-1457) et joua le rôle de médiateur entre les défenseurs de la ville et Soltân Abu Sa’id qui s’apprêtait à la livrer. Plus tard, en 1463 à Shâhrokhiya près de Tachkent, Khwâja Ahrâr réconcilia les trois souverains timourides. Il consacra sa vie à sa mission de médiateur de la paix.

  • 3 Nur al-Din ‘Abd al-Rahmân Jâmi, Haft owrang, éd. Aghâ Morteżâ Modarres-e Gilâni, Téhéran, 1370 Sh/1 (...)
  • 4 Ibid, p. 384.
  • 5 Ibid., p. 588.

3Au XVe siècle, ‘Abd al-Rahman Jâmi, poète, penseur et théoricien de la Naqshbandiyya, nota que Khwâja Ahrâr, tout en « contemplant le mystère de l’unité », s’occupait d’affaires séculières, fidèle en cela à la doctrine de Bahâ’ al-Din Naqshband. Par exemple, dans le Selselat al-zahâb Jâmi écrit que Khwâja Ahrâr contraignit les souverains à supprimer les impôts tamghâ et yarg introduits sous les Gengiskhanides au XIIIe siècle, et refusait les impôts qui n’étaient pas prévus par la shari‘a3. Dans le poème Toḥfat al-aḥrâr Jâmi loue les mérites de Khwâja Ahrâr qui fit régner la justice et supprima l’oppression dont le pays était victime depuis l’époque de Gengis Khân4. Dans son roman en vers Yusof va Zolaykhâ, le même auteur décrit l’activité de Khwâja Ahrâr dans le domaine de l’agriculture qu’il considérait comme une garantie de bonheur dans l’au-delà5.

4Les biographies des cheikhs naqshbandis parlent aussi de l’activité politique et sociale de leurs disciples et surtout des chefs : Nafaḥât al-ons de Jâmi, Selselat al-’ârefin de Mohammad Qâzi, Masmu’at de Mir ‘Abd al-Avval-e Nishâpuri, Rashaḥat ‘ayn al-ḥayât de Fakhr al-Din al-Safi, Maqâmat-e Khwâja Naqshbandi de Mohammad Pârsâ etc.

  • 6 Ms IO Tachkent, n° inv. 2178.

5À côté de ces ouvrages, les lettres autographes des chefs de la Naqshbandiyya forment une source également fiable sur leur activité dans la vie de la société. Ces lettres font partie d’un manuscrit unique, le Majmu’a-ye morasalât, appelé autrement « Album de Navâ’i » (du poète, destinataire de la plupart des lettres, qui assembla ce recueil), qui se trouve à l’Institut d’Orientalisme de l’Académie des Sciences de la République d’Ouzbékistan6.

  • 7 Les lettres de Jâmi sont publiées, voir A. Urunbaev (trad.), Pis’ma-avtografy Abdarrahmana Džami iz (...)

6Cet album comprend 594 lettres autographes de seize auteurs qui ont vécu à Samarcande (dans le Mavarannahr) et à Hérat (dans le Khorassan), et qui correspondaient avec la cour des Timourides à Hérat. Les lettres, datées entre 1469 et 1492, se trouvaient dans les archives de l’Etat à Hérat. 337 ont été écrites par ‘Abd al-Rahmân Jâmi, le poète et penseur mentionné ci-dessus7, 128 par Khwâja Ahrâr et le reste par ses disciples et des personnalités des milieux intellectuels du Mavarannahr et Khorassan du XVe siècle, tous membres de la Naqshbandiyya.

  • 8 Majmu’a-ye morasalât, ms IO Tachkent, lettres n° 276/231 de Khwâja Ahrâr, n° 64/69 de Jâmi, n° 307/ (...)

7À quelques exceptions près, les lettres ne donnent pas le nom du destinataire. Sept d’entre elles mentionnent Amir ‘Ali Shir (Navâ’i) et, d’après la titulature et la manière de s’adresser au destinataire, on peut supposer que la plupart des autres ont aussi été destinées à ce grand homme, qui occupa des postes importants dans le Khorassan entre 1469 et 1487. Quelques-unes ont été envoyées à Soltân Hoseyn Bâyqarâ, qui gouvernait l’État timouride du Khorassan (1469-1506), et à des fonctionnaires – administrateurs de vaqf. Khwâja Ahrâr expédie certaines lettres à ‘Abd al-Rahmân Jâmi, car celui-ci, partageant ses idées, pouvait l’appuyer dans ses affaires auprès de la cour des Timourides de Hérat. Dans ce cas, Jâmi en référait à la cour et joignait la demande de Khwâja Ahrâr à la sienne. L’existence dans l’Album de deux lettres concernant le même problème témoigne de cette pratique8.

  • 9 Lettres n° 14, 27/38, 52/53, 58, 293/394, etc.

8Les lettres de Khwâja Ahrâr abordent essentiellement les problèmes des relations politiques entre le Mavarannahr et le Khorassan dans la seconde moitié du XVe siècle. À cette époque, des querelles territoriales et des guerres de clans opposaient les Timourides Soltân Mahmud (r. 1459-1494 à Hesâr) et Soltân Ahmad (r. 1468-1493 à Samarcande) à Soltân Hoseyn Bâyqarâ (r. 1469-1506) dans le Khorassan9.

  • 10 Lettres n° 49/50, 301/305, 314/318, etc.

9Une série de lettres de Khwâja Ahrâr sont consacrées aux questions de la religion et du soufisme : ce sont les sermons du cheikh concernant le renforcement de la shari‘a, appel aux souverains pour qu’ils n’usent pas de la force dans les conflits civils sans l’autorisation des autorités spirituelles10.

  • 11 Lettres n° 267/272, 313/317, 500/506, etc.

10L’album contient également des lettres touchant l’activité économique de Khwâja Ahrâr (achat de terres au Khorassan, commerce, etc.) et des lettres-requêtes en faveur de tiers, qui peuvent être classées d’après leur contenu dans une des trois catégories sus-mentionnées. Par exemple, Khwâja Ahrâr demande la remise en liberté de personnes arrêtées à Hérat pour raisons politiques et leur rapatriement au Mavarannahr. Il soutient le clergé quittant Samarcande pour Hérat ; il défend les droits de propriété et les intérêts commerciaux de ses partisans qui résident, ou qui arrivent, dans le Khorassan11.

  • 12 Asnâd va mokâtebât-e târikhi-ye Iran az Teymur tâ Shâh Esmâ’il, éd. ‘Abd al-Ḥoseyn Navâ’i, Téhéran, (...)

11Les lettres de Khwâja Ahrâr ne restaient pas sans réponse. ‘Ali Shir Navâ’i et Soltân Hoseyn Bâyqarâ correspondaient avec lui. Ainsi nous est parvenue la réponse de Soltân Hoseyn à Khwâja Ahrâr qui lui avait demandé d’autoriser deux émirs retenus à Hérat pour des raisons politiques à regagner Samarcande. Soltân Hoseyn assure Khwâja Ahrâr de son désir d’accéder à toutes ses demandes, y compris celle-ci, bien que, ajoute-t-il, elle ne soit pas raisonnable12.

12L’album mentionne encore neuf noms : il s’agit des fils, beaux-fils et partisans de Khwâja Ahrâr qui, tous, correspondaient avec la cour des Timourides à Hérat. Ainsi son beau-fils et morid Mir ‘Abd al-Avval-e Nishâpuri, auteur d’un célèbre ouvrage hagiographique, Masmu’at, consacré à Khwâja Ahrâr ; Khwâja ‘Ali, son autre beau-fils et morid ; Mowlânâ Qâsem, un des ses plus proches morid, surnommé par ses contemporains « l’ombre de l’Ishân », etc.

  • 13 Lettre n° 490/496.
  • 14 Lettre n° 557/563.
  • 15 Lettre n° 534/590.

13Ces lettres, comme celles de Khwâja Ahrâr, abordent les problèmes de la vie politique, économique et spirituelle de la société, et font souvent référence au maître lui-même. Elles contiennent en outre des demandes personnelles de leurs auteurs en faveur de leurs intérêts privés ou de ceux d’autres membres du clergé. Par exemple, Khwâja ‘Ali demande à Soltân Hoseyn Bâyqarâ de libérer les sujets de Soltân Mahmud faits prisonniers et souligne l’importance de traiter les gens avec clémence13. Il se réfère aux négociations approuvées par Khwâja Ahrâr où les seyyed servent de médiateurs en suivant ses instructions14. Ailleurs, Khwâja ‘Ali exprime sa satisfaction qu’Amir ‘Ali Shir (son correspondant) lui ait communiqué les résultats des pourparlers de paix et d’amitié entre les sultans Timourides. La lettre de ‘Ali Shir a été lue et approuvée par Khwâja Ahrâr15.

  • 16 Lettre n° 336/392.

14Une série de lettres évoquent les démarches entreprises par Khwâja ‘Ali pour régler les problèmes commerciaux de Khwâja Ahrâr. Par exemple, il demande à son correspondant de l’aider à vendre quelques kharvâr (ânées) de papier, de sésame, de riz, de coton et autres marchandises expédiées par Khwâja Ahrâr à Hérat à cet effet16.

15Aussi bien Khwâja ‘Obeydallah Ahrâr qu’‘Abd al-Rahmân Jâmi comptaient, pour réaliser l’idéal humaniste de la Naqshbandiyya, sur leur autre partisan, le poète ‘Ali Shir Navâ’i qui était aussi homme d’état à la cour de Soltân Hoseyn à Hérat. Lorsque Navâ’i s’apprêta à quitter la cour pour se consacrer à la poésie, Khwâja Ahrâr et Jâmi lui écrivirent tous les deux :

  • 17 Jâmi, lettre n° 64/69 ; Khwâja Ahrâr, lettre n° 544.

« C’est déjà un grand bien d’être auprès d’un puissant sultan et de pouvoir le persuader d’adopter votre opinion. Votre devoir est de consacrer votre temps et votre existence aux intérêts des musulmans, d’écarter le mal qui vient des méchants et des persécuteurs17 ».

16« L’album de Navâ’i » contenant les lettres de Khwâja ‘Obeydallah Ahrâr et de ses morid, représente ainsi une source unique pour l’étude de la vie de la société centre-asiatique au XVe siècle, aussi bien spirituelle que sociale, politique et culturelle. Il montre combien les principes proclamés par Bahâ’ al-Din Naqshband au XIVe siècle, tels que l’humanisme, l’amour du travail, la justice, le souci de l’homme, restaient vivaces chez ses adeptes au XVe siècle. L’autorité que lui conférait son statut de chef d’un ordre spirituel permit à Khwâja Ahrâr d’exercer une grande influence sur la vie économique et politique du pays, d’arrêter les guerres de clans et de propager une politique de paix, selon les règles de la Naqshbandiyya. Tout cela servit de base spirituelle au développement culturel de l’Asie centrale timouride du XVe siècle.

Haut de page

Notes

1 O.D. Chehovich (éd.), préface à Samarkandskie dokumenti XV-XVI vv. (o vladeniyah Hodži Ahrara v Sredney Azii i Afganistane), (documents en fac-similé, et texte critique avec traduction), Moscou, 1974, p. 19 ; Mir ‘Abd al-Avval-e Nishâpuri, Masmu’at, manuscrit Institut d’Orientalisme de l’Académie des Sciences de l’Ouzbékistan, Tachkent [ci-après IO Tachkent], n° inv. 3735/II, fol. 226a-b.

2 Mirza Muhammad Hajdar, Ta’rih-i Rashidi, (trad.) A. Urunbaev, R.P. Dzalilova et L.M. Epifanova, Tachkent, 1996, p. 237.

3 Nur al-Din ‘Abd al-Rahmân Jâmi, Haft owrang, éd. Aghâ Morteżâ Modarres-e Gilâni, Téhéran, 1370 Sh/1991, p. 153-161.

4 Ibid, p. 384.

5 Ibid., p. 588.

6 Ms IO Tachkent, n° inv. 2178.

7 Les lettres de Jâmi sont publiées, voir A. Urunbaev (trad.), Pis’ma-avtografy Abdarrahmana Džami iz “Al’boma Navoi”, Tachkent, 1982.

8 Majmu’a-ye morasalât, ms IO Tachkent, lettres n° 276/231 de Khwâja Ahrâr, n° 64/69 de Jâmi, n° 307/310 de Khwâja Ahrâr, n° 64/69 de Jâmi. Pour d’autres numéros de lettres, voir plus loin.

9 Lettres n° 14, 27/38, 52/53, 58, 293/394, etc.

10 Lettres n° 49/50, 301/305, 314/318, etc.

11 Lettres n° 267/272, 313/317, 500/506, etc.

12 Asnâd va mokâtebât-e târikhi-ye Iran az Teymur tâ Shâh Esmâ’il, éd. ‘Abd al-Ḥoseyn Navâ’i, Téhéran, 1341 Sh/1963, p. 390-393.

13 Lettre n° 490/496.

14 Lettre n° 557/563.

15 Lettre n° 534/590.

16 Lettre n° 336/392.

17 Jâmi, lettre n° 64/69 ; Khwâja Ahrâr, lettre n° 544.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Asam Urunbaev, « Les lettres autographes de Khwâja ‘Obeydallâh Ahrâr », Cahiers d’Asie centrale, 5/6 | 1998, 342-346.

Référence électronique

Asam Urunbaev, « Les lettres autographes de Khwâja ‘Obeydallâh Ahrâr », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 5/6 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 27 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/551

Haut de page

Auteur

Asam Urunbaev

Institut d’Orientalisme, Académie des Sciences, Tachkent. Ouzbékistan

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org