Navigation – Plan du site
Notices brèves

Les Timourides et l’Asie centrale dans quelques chroniques ottomanes tardives

Jean-Louis Bacqué-Grammont
p. 336-341

Notes de la rédaction

Dans cet article le système de transcription est propre à l’auteur.

Texte intégral

1Le Cihân-nümâ* peut être considéré comme la première tentative ottomane d’encyclopédie qui, bien qu’inachevée, prétendait donner au lecteur une vision complète du monde à travers des sources tant islamiques qu’occidentales. Son auteur, Kâtib Çelebî (m. 1657), y consacre à l’histoire de l’Asie centrale quelques pages succinctes mais bien informées. Grâce à l’édition qui en fut donnée en 1732 par Ibrâhîm Müteferrika, introducteur de l’imprimerie à Istanbul, voici, par exemple, ce qui fut pour plus d’un siècle le texte le plus aisément accessible qu’un Ottoman pressé avait à sa disposition au sujet de l’histoire des successeurs de Timour en Asie centrale :

« Parmi les enfants [de Timour] et jusqu’à Mîrzâ Bâbür, vingt et une personnes eurent la royauté sur la Transoxiane et le Khorasan, et elles gouvernèrent jusqu’à l’année neuf cent dix-sept [1511-1512]. Parmi eux, Sulṭân Şâh-Ruḫ, Sulṭân Uluġ Beg Meḥmed, Sulṭân Ebû Sa’îd et Sulṭân Ḥüseyn Bayḳara furent des souverains fameux. En particulier Uluġ Beg qui construisit un observatoire à Samarcande. Il composa ses célèbres Tables astronomiques (zîc), en les commençant avec le savant Ġiyâ-ü-ddîn Cemşîd Kâşî, le vertueux dont l’âme s’est élevée jusqu’à la perfection Ḳâḍî-zâde-i Rûmî et ‘Alî Ḳuşçi, savant de son siècle. Parmi les souverains de l’islam, Uluġ Beg est célèbre pour ce bel ouvrage et il surpasse tous les autres. Sulṭân Ḥüseyn, quant à lui, était un souverain intelligent et vertueux. Il composa un ouvrage élégant appelé Mecâlisü-l-’Uşşâḳ. Il avait un nedîm parfait comme Müllâ Câmî et un vizir vertueux comme Mîr ‘Alî-Şîr. Comme, à la date susdite, l’État şeybekide avait fait son apparition et que le peuple des Özbeks envahit la Transoxiane, Mîrzâ Bâbür était allé s’établir du côté de Ghazna et de Kaboul. Ses fils envahirent l’Inde et s’en emparèrent. L’actuel empereur de l’Inde appartient à cette dynastie.

2Quant aux Şeybekides qui sont des Özbeks, ils sont descendants de Şeybân fils de Cûcî fils de Gengis. Jusqu’à Şeybek Ḫân fils de Şâh Budak, à la sixième génération, les khans s’étaient établis dans le Deşt. Vers neuf cent six [1500-1501], le susdit Şeybek vint envahir certains pays du Turkestan et de la Transoxiane. Il livra plusieurs fois bataille à Mîrzâ Bâbür et vainquit celui-ci. Finalement, Bâbür partit vers l’Inde et Şeybek Ḫân s’empara des royaumes [de Transoxiane et du Turkestan]. Ensuite, il passa le fleuve et s’empara également du Khorasan. Entre temps, Şâh Ismâ’îl était apparu de son côté, et avait envahi l’Azerbaïdjan et l’’Irâḳ. Comme les Ḳizil-Baş de celui-ci avaient marché à plusieurs reprises sur le Khorasan et y avaient été battus par Şeybek Ḫân et ses troupes d’Özbeks, Şâh Ismâ’îl était devenu de toute son âme l’ennemi de celui-ci. En neuf cent seize [1510-1511], il l’attaqua un jour par surprise près de Merv, le mit à mort, fit une coupe de son crâne et arracha le Khorasan des mains des Özbeks. L’oncle paternel de Şeybek, Kückünci Ḫân, garda l’autorité en Transoxiane. Ensuite, ‘Ubeydü-llâh Ḫân, ‘Abdü-l-Mû’min Ḫân, Iskender Ḫân et plusieurs khans régnèrent jusqu’à ce siècle. À présent, la Transoxiane et le Turkestan sont entre leurs mains. Il ne manquent pas d’être continuellement en guerre contre les Ḳizil-Baş. »

3D’autant plus bref qu’il s’adresse à une élite qu’on suppose bien informée du contexte, ce passage présente au moins trois mérites. D’abord, on n’y relève pas d’inexactitude historique ou chronologique flagrante. Ensuite, la part y est faite de ce que les arts et les sciences doivent aux Timourides. Enfin, les conditions dans lesquelles l’autorité sur cette zone géographique passa de ces derniers à la famille de Şeybanî Ḫân ainsi que la manière dont leurs domaines furent partagés par ceux-ci avec les Safavides sont évoquées avec clarté et précision. Derrière ces caractéristiques, on voit poindre l’esquisse d’un’ esprit de synthèse nouveau pour l’époque et la région. De nos jours, un rédacteur professionnel d’articles d’encyclopédies pourrait estimer que ces lignes commençaient à répondre aux exigences du métier : un maximum d’information exposé dans un minimum d’espace, de manière aisée pour l’utilisateur.

  • 1 L’édition, la traduction et le commentaire de ce texte exigeant un espace qui serait excessif dans (...)

4Ces constatations étant faites, nous nous sommes demandé comment des contemporains moins novateurs de Kâtib Çelebî avaient traité du même sujet et si la comparaison pouvait offrir quelque intérêt. Le premier nom qui nous est venu à l’esprit est celui de Ḥüseyn Hezâr-fenn, mort en 1691, et dont les œuvres, volontiers mêlées d’anecdotes, jouirent longtemps de la faveur du public ottoman. Dans les deux manuscrits de son Tenḳîḥü-ttevârîque conserve la Bibliothèque nationale de France, le passage correspondant à celui qu’on vient de voir tient en sept folios assez denses1 et s’en distingue par la conception même du récit. On a ici affaire à une histoire privilégiant la chronologie et des faits nivelés dans un tel état de nudité qu’il n’est guère possible d’en apprécier ni l’importance respective, ni les rapports de cause à effet.

5En fait, la comparaison de ces deux textes, rapprochés ici de manière assez aléatoire, semble bien offrir un exemple éclairant de deux conceptions radicalement différentes à la même époque de la manière d’offrir au lecteur, sous une forme condensée, les informations historiques qu’il recherche. Familier de la littérature savante européenne, Kâtib Çelebî présente d’ores et déjà – et son œuvre entière le montre – les principaux traits d’un encyclopédiste à la manière occidentale. De son côté, Hezâr-fenn, dont il ne conviendrait pas de sous-estimer pour autant les mérites, continue ici la tradition du compendium, forme illustrée de longue date dans la plupart des littératures islamiques. Issus à l’origine des versions abrégées des grandes chroniques, puis des compilations de celles-ci, ces résumés de faits classés selon un ordre rigoureusement chronologique montrent, dans le cas du Tenḳîḥü-ttevârî, les défauts qu’ils peuvent présenter lorsque la forme finit par primer sur le fond. Mis à part le cas d’Uluġ Beg, dont l’œuvre scientifique capitale n’aurait pu être passée sous silence, il n’y est fait aucune mention des aspects culturels sans lesquels la période post-timouride ne serait qu’une suite monotone d’affrontements familiaux confus et sans grand intérêt. De ce point de vue, Hezâr-fenn n’est certes pas le seul auteur du passé dont l’attitude nous surprend aujourd’hui. Dans une communication récente, nous avons souligné celle de Bâbür lui-même, qui ne manque pas de surprendre puisque nous y avons vainement cherché le moindre indice de la conscience de ce que peut être le mécénat, alors qu’il en voyait les résultats de ses yeux et qu’il le pratiquait lui-même : « C’était une époque extraordinaire que celle du Mîrzâ. Tout le Khorasan et surtout Hérat étaient remplis d’hommes de talent incomparables ». On a l’impression que, pour des raisons imprécises, des générations spontanées de littérateurs et d’artistes apparaissent périodiquement et que la Samarcande de Timour et d’Uluġ Beg ou le Hérat de Şâh-ruḫ, d’Abu-1-Kâsim Bâbür et de Sulṭân Ḥüseyn Mîrzâ ne s’expliquent pas par le patronage de ces souverains. Les listes qui peuvent être éventuellement données de leurs œuvres personnelles, de leurs constructions ou de leurs libéralités ne s’accompagnent pas, à notre connaissance, du constat qu’il y avait quelque relation entre une telle attitude du pouvoir et la coïncidence d’une « époque extraordinaire ».

6Sur ce point, on aurait mauvaise grâce à reprocher à Hezâr-fenn de ne pas faire mieux que ses illustres devanciers. Mais plus grave est l’addition de données inexactes qui finit par donner de certaines périodes cruciales une idée totalement fausse. Par exemple, on relève à deux reprises qu’à la fin de son deuxième règne à Samarcande, Bâbür fut vaincu par Şeybânî alors que son armée disposait d’une écrasante supériorité numérique (60 000 hommes !), ce qui est contraire à ce qu’écrivent les sources du temps, mais pourrait s’appliquer à la troisième bataille du futur grand Moghol contre les Uzbeks, celle de Ġac-Davân où il n’était que le comparse du vakîl°-ssalṭane safavide, Nacm-e Ṯânî, apparemment inconnu de l’auteur. Nous pourrions multiplier les observations de ce genre, qui s’ajoutent aux inexactitudes quant aux dates, aux noms et à la nature des faits rapportés, mais nous proposons de n’en retenir que le plus cocasse : Hezâr-fenn a inventé de toutes pièces un prince moghol dont l’existence aurait pu être justifiée par la logique du nom :

« [Hümâyûn] laissa des fils nommés Celâlü-ddîn Ekber et Celâlü-ddîn Aşġar. Il y eut plusieurs batailles pour le sultanat entre les deux frères. Finalement, Sulṭân Celâlü-ddîn Ekber fut empereur indépendant sur le trône du sultanat ».

7On peut penser que l’auteur aurait pu aisément trouver dans les riches bibliothèques des mosquées et medrese d’Istanbul bon nombre de sources indispensables pour son propos, auxquelles nous aurions aujourd’hui aussitôt recours : Mîr Ḫwând, Ḫwând Amîr, Bâbür dont on voit que les œuvres y étaient représentées de longue date. Rédigé à la fin du XVIe siècle, le monumental Künhü-l-abâr de ‘Âlî de Gallipoli contient une compilation de ce qu’on savait à cette époque sur l’histoire de la Transoxiane, mais Hezâr-fenn ne semble pas en avoir eu connaissance. Or, ce dernier note à la fin du chapitre sur la dynastie de Şeybânî Ḫân, qui s’achève avec le règne de ‘Abdu-llâh Ḫân : « C’est tout ce que nous avons trouvé dans la Chronique de Monseigneur Cenâbî ». Nous avons donc aussitôt consulté la chronique de Cenâbî, mort en 1590, mais n’y avons pas trouvé jusqu’à présent la trace des passages qui nous intéressent. Toutefois, nous poursuivrons ces recherches car c’est évidemment là qu’on doit trouver l’origine du témoignage suivant, dont l’intérêt efface toute les insuffisances que nous avons pu relever jusqu’à présent et qui, comme un examen plus approfondi devrait le confirmer, doivent provenir en grande partie du texte de Cenâbî. Que ne pardonnerait-on pas au fils d’un homme qui, de ses propres yeux, a vu un fils de Bâbür ?

« À la fin de neuf cent soixante [1552-1553], l’empereur Hümâyûn livra bataille à son frère Kâmrân Mîrzâ et l’emporta. Il captura Kâmrân Mîrzâ et fit passer l’aiguille rougie devant ses yeux. Avant cette date, la guerre avait eu lieu seize fois entre les deux frères. En neuf cent soixante et un [1553-1554], le susdit Kâmrân Mîrzâ vint par mer à La Mecque la vénérée avec son épouse Selîme, fille de Şâh Ḥüseyn, sultan du Sind, et il devint résident permanent. Le noble père de Cenâbî Efendî, objet de la Miséricorde, le vertueux cadi Seyyid Ḥasan-i Ḥüseynî était à cette date le cadi de La Mecque la vénérée – que Dieu, qu’il soit exalté ! l’honore ! – Le susdit Kâmrân Mîrzâ le pria de représenter sa pauvreté et sa misère, le besoin dans lequel il se trouvait et les mérites qui étaient les siens, auprès du Seuil de félicité du héros des siècles, du sultan des Arabes, des Persans et des gens d’Asie mineure, Süleymân Ḫân le Combattant de la Foi. Il écrivit lui-même une lettre au style humble, contenant toutes ses plaintes sur [les rigueurs de] l’époque ainsi que l’exposé de sa situation, et il fit la représentation des nécessités [qu’il devait affronter] en exprimant les vicissitudes de son abaissement ainsi que sa demande de compassion. Il écrivit alors ce distique et l’inclut dans la lettre. Vers :

teşne-lab sû-ye nevâ-ye ẓell-e Elâh âmâde-îm
sâye-ye marḥamatî poşt-e panâh âmâde-îm

« Les lèvres assoiffées, je suis venu à l’appel de l’ombre de Dieu.
Je suis venu derrière le refuge, à l’ombre de ta miséricorde ».

Ensuite, le susdit objet de la Miséricorde, Seyyid Ḥasan-i Ḥüseynî, prit la responsabilité d’exposer lui aussi la réalité des faits le concernant auprès du Seuil du sultan du monde. Du fait des charismes de ses bontés et des compassions de ses présents, l’objet de la Miséricorde, l’Empereur aux généreuses dispositions, doté de qualités chevaleresques et d’un pur lignage, attribua au susdit une allocation de dix mille aspres par jour, conformément à la sentence ‘arḥanû ‘azîzun ḳawmin ḏillin. En neuf cent soixante-quatre [1556-1557], alors que, accomplissant le pèlerinage, le susdit Kâmrân Mîrzâ descendait du mont ‘Arafât et arrivait à Mînâ, il décéda de mort subite. »

8  

Haut de page

Notes

1 L’édition, la traduction et le commentaire de ce texte exigeant un espace qui serait excessif dans le présent recueil, nous en réservons le dossier pour une prochaine publication de l’IFÉAC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Bacqué-Grammont, « Les Timourides et l’Asie centrale dans quelques chroniques ottomanes tardives », Cahiers d’Asie centrale, 5/6 | 1998, 336-341.

Référence électronique

Jean-Louis Bacqué-Grammont, « Les Timourides et l’Asie centrale dans quelques chroniques ottomanes tardives », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 5/6 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 23 avril 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/550

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Bacqué-Grammont

CNRS, Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org