Navigation – Plan du site
Dossier « Boukhara-la-Noble »

Les manuscrits du Khamsa de ‘Ali Shir Navâ’i et la vie culturelle du khanat de Boukhara sous les Mangits

Aftandil Erkinov
Traduction de Alié Akimova
p. 169-180

Notes de la rédaction

Traduit du russe par Alié Akimova

Texte intégral

  • 1 Par exemple, à Boukhara, Mirzâ Sâdeq Monshi Jândâri (1752-1819), Mirzâ ‘Azm al-din ‘Ayni Sâmi (1837 (...)

1Le milieu littéraire du khanat de Boukhara à l’époque des Mangits, dynastie ouzbèke qui régna de 1747 à 1920, différait grandement de ceux des khanats de Kokand et de Khiva. Dans le khanat de Boukhara, le persan prédominait largement comme langue littéraire, tandis que la littérature turcophone était assez pauvrement représentée. Actuellement, nous ne connaissons que quelques poètes d’importance originaires de cette région qui, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, écrivaient à la fois en persan et en turc chaghatây1.

  • 2 Le recueil de poésies de Navâ’i en chaghatây, composé en quatre divân, intitulé Khazâ’in al-ma’âni (...)

2Après la formation de l’État mangit, la diffusion des œuvres des poètes classiques de l’Orient musulman connaît une augmentation notable par rapport à l’époque astrakhanide tardive. Parmi ces poètes en vogue, citons ‘Ali Shir Navâ’i, particulièrement pour son divân de poésie lyrique2 et son Khamsa en turc chaghatây (écrit entre 1483 et 1485), qui se compose de cinq poèmes épiques : Ḥayrat al-abrâr (Désarroi des justes), Farhâd va Shirin, Layli va Majnun, Sab’a-ye sayyâr (Sept planètes, ou Sept voyageurs), Sadd-e Eskandari (Le mur d’Alexandre).

  • 3 Certains manuscrits ne contiennent pas les cinq poèmes, mais c’est un autre problème ; nous n’avons (...)

3Dans cet article, nous nous proposons d’évaluer l’importance de ce Pentalogue dans la vie culturelle du khanat de Boukhara à partir des manuscrits conservés jusqu’à nos jours. Nous avons étudié 36 manuscrits du Khamsa de Navâ’i copiés sur le territoire du khanat de Boukhara3. Les fonds des manuscrits de Tachkent possèdent 87 exemplaires du texte complet du Khamsa. Nous avons travaillé dans les fonds des institutions suivantes : Institut d’Orientalisme de l’Académie des Sciences de la République d’Ouzbékistan (IO), Institut des Manuscrits (IM) et Bibliothèque de l’Université de Tachkent (UT). La plupart de ces 87 manuscrits furent recopiés au XIXe siècle, dont 36 dans le khanat de Boukhara, 22 dans celui de Khiva et 7 dans le Turkestan oriental. Le lieu de transcription de cinq autres n’est pas indiqué dans le colophon. Essayons maintenant d’en faire une analyse quantitative.

Nombre des volumes

4Le tableau 1 ci-contre montre que, pour l’essentiel, les manuscrits du Khamsa de Navâ’i furent copiés à Boukhara. Comme nous l’avons dit, la littérature en persan prédominait dans cette région et le Khamsa et le divân de Navâ’i compensaient peut-être la faiblesse de la littérature turcophone. En même temps, ce fait reflète les goûts littéraires d’une partie – plutôt importante – des intellectuels urbains et ruraux.

5On trouve des copies du Khamsa transcrites à Boukhara en 1580 (IM, 2630/I, calligraphe inconnu), en 1591 (IM, 2752, calligraphe inconnu) ou bien en 1682 (IO, 1679/II, calligraphe inconnu). Mais le Khamsa a été essentiellement transcrit dans le khanat de Boukhara au XIXe siècle, surtout sous Amir Haydar (1800-1825) et Amir Nasrallâh (1826-1860). En ce qui concerne la répartition géographique des copies existantes, Boukhara et ses environs arrivent en tête avec vingt-deux manuscrits, devant Shahr-e Sabz avec huit. Nous allons examiner ce fait de plus près.

  • 4 Dans ce tableau les manuscrits transcrits par Yâr Mohammad Qâra Shahrisabzi sont signalés par une é (...)

Tableau 1 : Origine géographique et chronologie des copies du Khamsa transcrites dans le khanat de Boukhara, XIXe siècle4

Boukhara et ses environs

Samarqand

Qarshi

Shahr-e Sabz

date de la copie

lieu de conservation et numéro d’inventaire

1.

+

  

  

  

1801-02

IO, 4358/I

2.

+

  

  

  

1820-22

IO, 4238

3.

+

  

  

  

1822-23

IO, 7412/VII

4.

  

  

  

+

1821-25*

IO, 3592/II

5.

+

  

  

  

1825-26

IO, 185/VI

6.

+

  

  

  

1826-27

IO, 9744/II

7.

  

  

  

+

1828-29*

UT, 179884

8.

  

  

  

+

1829-30

IM, 2913/II

9.

  

  

  

+

1828-31*

IO ,8261

10.

  

  

  

+

1832-33**

IO, 3399/I

11.

  

  

  

+

1833-34*

IO, 13242

12.

  

  

+

  

1834-35

IO, 11301

13.

  

  

+

  

1836-37

IO, 8198

14.

+

  

  

  

1841-42

IO, 9469

15.

+

  

  

  

1841-42

IO, 4438

16.

+

  

  

  

1841-42

IO, 7439

17.

+

  

  

  

1848-49

IO, 6128

18.

+

  

  

  

1845-46

IO, 9751/II

19.

+

  

  

  

1846-49

IO, 4440/I

20.

  

+

  

  

1849-50

IO, 1708

21.

+

  

  

  

1849-50

IO, 9287/I

22.

  

+

  

  

1851-52

IM, 162

23.

+

  

  

  

1851, 1854

IO, 186/I

24.

  

+

  

  

1855

IM, 4047/II

25.

+

  

  

  

1855-57

IM, 142

26.

  

  

  

+

1857-58

IO, 3464

27.

  

+

  

  

1858

UT, 09/825

28.

+

  

  

  

1856-60

IO, 5196

29.

  

  

  

+

1861**

IO,11946/I

30.

+

  

  

  

1865-66

IO, 9743

31.

+

  

  

  

1865-66

IO, 9495

32.

+

  

  

  

1865-66

IO, 5984/II

33.

+

  

  

  

1879,1882

IO, 9471

34.

+

  

  

  

1885

IM, 2101

35.

+

  

  

  

1887-90

IO, 1316

36.

+

  

  

  

1888-1890

IO, 5197

Total

22

4

2

8

  

  

Manuscrits et lieux de transcription

  • 5 Du 5 au 15 août 1997, K. Sadikov, Sh. Vahidov et l’auteur du présent article sont allés en mission (...)

6La transcription de l’ouvrage dépendait jusqu’à un certain point des goûts et besoins littéraires de chaque région. A Shahr-e Sabz, par exemple, huit copies du Khamsa furent réalisées entre 1821 et 1876. Il faut souligner ici le rôle important qu’ont joué dans ce processus les copistes Yâr Mohammad Qâra Shahrisabzi (cinq manuscrits) et Mohammad Yunos Khwâja b. Bâbâjân Khwâja Shahrisabzi (deux manuscrits). La popularité du Khamsa à Shahr-e Sabz a, semble-t-il, une base ethno-culturelle : Shahr-e Sabz est mentionnée dans le troisième des sept récits qui composent le quatrième poème du Khamsa, le Sab’a-ye sayyâr, qui décrit les aventures d’un héros nommé Sa’d pendant son voyage d’Egypte à Shahr-e Sabz. D’où la célébrité particulière du Pentalogue dans la région, qui aurait suscité la transcription de nouvelles copies. D’où, également, la légende répandue chez les habitants de Shahr-e Sabz : Navâ’i, en venant de Hérat à Samarqand en 1465 (il y resta jusqu’à 1469), était certainement passé par Shahr-e Sabz et le col de Takhta-qarâcha5.

7Tout homme reste attaché au lieu de sa naissance et c’est un trait de mentalité fréquent des habitants des provinces d’Asie centrale. Ainsi s’explique, apparemment, le fait que les lecteurs revenaient volontiers à ce récit, amenant du même coup la production de nouvelles copies du Khamsa de Navâ’i. D’autres œuvres de ce poète respecté bénéficiaient également de l’intérêt des lecteurs locaux, intérêt qui ne devait rien au hasard.

  • 6 Au XVIIIe siècle, le poète ‘Andalib créa une version turque de cette légende (IO, n° 6895/I, recopi (...)

8Un autre exemple lié à Shahr-e Sabz doit être cité ici. On y a souvent copié une légende populaire en persan (afsâna), le Qeṣṣa-ye Mirzâ Hamdam (Histoire de Mirzâ Hamdam), qui narre l’amour platonique de ‘Abd al-Rahmân Jâmi pour un jeune homme, Mirzâ Hamdam (IM, 4505/I, copié à Shahr-e Sabz en 1895 par le calligraphe Mollâ Mohammad Amin Bik Mir-âkhwor Khivaki b. Mollâ Dust Mohammad Khivak). Il existe même un manuscrit du Khamsa de Navâ’i où cette histoire apparaît à côté de celle de Mawlânâ Jâmi (m. 14) (IO, 186, copié en 1851 et 1854 à Boukhara par Rahmân-qul Bik Mir-âkhwor). Selon cette légende, Jâmi tombe amoureux d’un jeune homme, sur sa seule description. Déguisé en derviche, il se rend à Samarqand où il est mêlé à une série d’aventures avec le bogdikhân de Chine et le souverain de Hérat, Soltân Hoseyn Mirzâ Bâyqarâ (1469-1506). Là aussi, les habitants de Shahr-e Sabz étaient convaincus que Jâmi avait traversé leur ville pour se rendre de Hérat à Samarqand. C’est pourquoi cette légende se trouve parmi les histoires les plus copiées par les calligraphes de Shahr-e Sabz6.

Manuscrits et souverains

  • 7 Vingt-six volumes manuscrits provenant de ce fonds contenant quarante ouvrages se sont conservés ju (...)
  • 8 Voir, O. Paramonov, Berdiev. Kitob tumani, Tachkent, 1996, p. 43.

9Les gouverneurs de province du khanat de Boukhara s’intéressaient aussi au Khamsa de Navâ’i. À Shahr-e Sabz, le dâdkhwâ(h) (représentant de l’administration du Khan de Boukhara) Jura Bik (1840-1906) collectionnait les manuscrits orientaux et sa bibliothèque, pas très grande, était assez précieuse7. Il commanda au calligraphe Mohammad Yunos Khwâja Shahrisabzi une copie de cette œuvre destinée à son usage8. Celle-ci ne nous est pas parvenue, mais au nombre des manuscrits de sa bibliothèque conservés aujourd’hui se trouve un autre exemplaire du Khamsa de Navâ’i (UT, 09/825, achevé à Samarqand, dans le tumân d’Ankhâr, dans la localité Dimashk-e Numan, le 10 août 1858, par le calligraphe Ruza-qul b. Hâleq Nazar). Visiblement, son attitude à l’égard de cette oeuvre était très particulière.

10Les khans de Boukhara aussi possédaient des exemplaires du Khamsa de Navâ’i dans leurs bibliothèques. En général, la première page de tous les poèmes était enluminée (voir par exemple : IO, 9495, copié en 1865-1866 par Mollâ Safar b. ‘Abd al-Shafi’ ; IO, 9287/I, copié en 1849-1850 par Mirzâ ‘Abd al-Qâder Nasafi ; IO, 1316, copié en 1888 et 1889-1890 par Mirzâ Esmâ’il Bik ; IM, 142, copié en 1885-1887 par Mohammad Qâbel b. Mollâ ‘Avaz-badal ‘Arab-khânagi).

11Un des manuscrits du Khamsa, très artistiquement décoré et copié en 1845-46 à Boukhara par le calligraphe ‘Abd al-Karim (IO, 9751), contient à la fin la généalogie de l’émir de Boukhara, Sayyid Amir Mozaffar Khân (1860-1885). Cette généalogie fut rédigée et commentée par un calligraphe nommé Maqsud de Fathâbâd (lieu non loin de Boukhara) en 1881, c’est-à-dire trente-cinq ans après la transcription du manuscrit. L’apparition de la généalogie de Mozaffar Khân dans ce manuscrit à ce moment est un témoignage de la popularité du Khamsa de Navâ’i.

  • 9 A.A. Semenov, Opisanie rukopisej proizvedenij Navoi, branjashchihsja v Gosudarstvennoj publichnoj b (...)
  • 10 La conservation des lettres et leur composition en recueils séparés finit par devenir une sorte de (...)

12Dans un autre manuscrit de la même œuvre (IO, 1316, copié en 1887-1890 par Mirzâ Esmâ’il Bik), A. A. Semenov trouva une grande lettre, probablement copiée à l’époque, collée sur le premier feuillet précédant le poème Ḥayrat al-abrâr. Il s’agit d’une lettre du Khan de Boukhara Abu’l-Fayz (1711-1747) adressée à Nâder Shâh Afshâr (1736-1747), document d’une grande importance qui met en lumière les relations entre le dernier Astrakhanide et le conquérant de Boukhara9. Ce manuscrit, richement enluminé, fut transcrit sous le règne de l’émir ‘Abd al-Ahad Khân de Boukhara (1885-1910). La personne qui colla la lettre considérait apparemment que le Khamsa offrait un refuge sûr à un document d’importance pour les Astrakhanides. En même temps, ce fait souligne la renommée dont jouissait le Pentalogue dans cette région10.

13Puisque les poèmes du Khamsa de Navâ’i avaient un grand succès dans les milieux du pouvoir, les copistes essayaient d’exprimer à l’aide d’artifices textuels leurs vues personnelles sur l’organisation de l’État, le gouvernement juste, etc. Par exemple, dans le manuscrit copié en 1846-1849 par Niyâz-Bâqi fils de Mollâ Nawruz Hayrâbâdi (IO, 4440/I), les cinq poèmes de Nava’i sont suivis d’un court ouvrage du même auteur, appellé Târikh-e moluk-e ‘Ajam (Histoire des rois d’Iran). Ensuite, pour attirer l’attention des souverains, le copiste consacre deux pages à un extrait du Sadd-e Eskandari de Navâ’i où l’auteur parle de la fragilité du pouvoir royal. Et pour finir, il ajoute la dernière oeuvre de Navâ’i, le poème Lisân al-ṭayr (composé en 1499).

Les copistes

  • 11 A. Murodov, Urta Osija hattotlik san’ati tarihidan, Tachkent, 1971, p. 63-102.
  • 12 M. Hakimov, Navoij asarlarini kuchirgan hattotlar, Tachkent, 1991.
  • 13 Dans certains manuscrits de Boukhara les noms de copistes du Khamsa ne sont pas indiqués (par exemp (...)

14Deux écoles de calligraphie coexistaient dans le khanat, celle de Boukhara et celle de Samarqand11. Les dernières recherches montrent que, du XVIIIeau début du XXe siècle, 137 copistes ont travaillé en Asie centrale à transcrire les œuvres de Navâ’i, dont 55 aux manuscrits du Khamsa12. Parmi ces 137 copistes, 49 (35 %) travaillaient sur le territoire du khanat de Boukhara dont 25 ont pris part à la copie du Khamsa13. Ces chiffres sont assez parlants.

15Dans le khanat, les copistes de Shahr-e Sabz ont été particulièrement productifs. Par exemple, un calligraphe de cette ville, Yâr Mohammad Qâra Shahrisabzi, produit cinq copies complètes du Khamsa au cours des années 1814-1834. Ce qui, sachant que l’œuvre se compose de plus de 25 000 bayt (soit 50 000 miṣra’), représente plus de 250 000 lignes ! Les copistes boukhariotes du Khamsa écrivirent au total plus d’un million huit cent mille vers, dont le septième pour le seul Yâr Mohammad Qâra Shahrisabzi et le reste réparti entre vingt-quatre autres calligraphes. D’après ces chiffres, Yâr Mohammad Qâra Shahrisabzi a dû passer la plus grande partie de sa vie à copier ce Pentalogue de Navâ’i.

16Le propriétaire du cinquième et dernier manuscrit du Khamsa dû à sa plume (IO, 13242) écrivit sur la page de titre : « Le samedi du dixième jour du mois de jomâdâ al-sâni de l’année 1294, j’achetai ce manuscrit du Khamsa de ‘Ali Shir Navâ’i à Shams al-din Bâybacha, fils de ‘Âshur Mohammad, par l’intermédiaire de mon oncle maternel Ishân Shokrallâh Khwâja, en présence de Mollâ Akhund ‘Ebâdallâh Khwâja, Mollâ Sharif Yasâvol-bâshi et ‘Alamiyân Mirzâ ‘Ayyub, contre la somme de [...] ṭillâ ». La somme en chiffres a été effacée pour des raisons inconnues. Cependant, on devine qu’elle dut être très importante, car quatre témoins assistèrent à la conclusion du marché. Visiblement, le travail de ce calligraphe était très apprécié dans les milieux cultivés comme le prouve cet achat, quarante ans après la fabrication du manuscrit (1294/1877).

  • 14 Mohammad Yunos Khwâja excellait surtout en écriture shekasta et fut connu comme calligraphe spécial (...)

17Un autre calligraphe de Shahr-e Sabz, Mohammad Yunos Khwâja b. Bâbâjân Khwâja Shahrisabzi, produit trois copies du Pentalogue de Nava’i ; un de ses manuscrits fut copié à Tachkent en 1872 (IO, 9350/I). Mohammad Yunos était un calligraphe célèbre à son époque ; il copia une trentaine d’ouvrages, dont la moitié sont des œuvres de Navâ’i14.

Autres particularités des manuscrits du Khamsa

  • 15 D.S. Lihachev désigne par ce terme [dans le texte original russe : « konvoj »] les œuvres réunies d (...)

18Les manuscrits du khanat de Boukhara se distinguent par le fait qu’ils font toujours partie de volumes composites15. On copiait souvent le Khamsa avec des œuvres d’autres auteurs. Un des volumes contient, par exemple, les ouvrages suivants (IO, 7412, copié en 1822-1823 à Boukhara par Rahim-qul b. Qâder-qul) :

  1. ‘Ali Shir Navâ’i, Târikh-e anbiyâ ;

  2. ‘Ali Shir Navâ’i, Târikh-e moluk-e ‘Ajam ;

  3. ‘Ali Shir Navâ’i, Majâles al-nafâyes ;

  4. ‘Ali Shir Navâ’i, Maḥbub al-qolub ;

  5. Oghuz-nâma ;

  6. Yusof va Zulaykhâ (en chaghatây, attribué à Durbek, XIVe siècle) ;

  7. ‘Ali Shir Navâ’i, Lisân al-ṭayr ;

  8. ‘Ali Shir Navâ’i, Khamsa ;

  9. Farid al-din ‘Aṭṭâr, Resâla-ye ‘Aṭṭâr.

19Voici le contenu d’un autre volume, copié en 1888 et 1889-1890 à Boukhara (IO, 6197) :

  1. Dictionnaire persan des mots turcs (sans titre) ;

  2. ‘Ali Shir Navâ’i, Khamsa ;

  3. Fożuli, Bang va bada ;

  4. Fożuli, Sâqi-nâma-ye fârsi (ou : Haft jâm-e Fożuli) ;

  5. Fożuli, Layli va Majnun.

20Nous pouvons remarquer que ces volumes associent, en général, des ouvrages en langue turque au Khamsa de Navâ’i. Le deuxième volume dont nous avons détaillé le contenu était vraisemblablement destiné à donner à des lecteurs persanophones une idée de la littérature turcophone, d’où le lexique initial. Puisque Navâ’i et Fożuli (Fuḍûlî) (1498-1556) occupaient une place particulière dans la littérature turque de l’Asie centrale, les manuscrits de leurs œuvres sont beaucoup plus nombreux que les ouvrages des autres poètes chaghatây.

21Une autre particularité tient aux manuscrits où les titres des poèmes ne sont pas indiqués. Bien que l’on en trouve dans les manuscrits des autres régions, on les rencontre plus souvent dans le khanat de Boukhara (IO, 185/VI, copié en 1826-27 à Boukhara par Mohammad Nazir ; IO, 11301, copié en 1834-35 à Qarshi ; IO, 9469, copié en 1841-42 à Boukhara ; IO, 4438, copié à Boukhara par Qarâchagi). De tels manuscrits ne sont pas rares parmi les volumes copiés à Shahr-e Sabz. Parfois, à la place des titres, le copiste énumère les parties de l’ouvrage (IO, 3592/I, copié en 1821-1825 à Shahr-e Sabz par Yâr Mohammad Shahrisabzi ; IO, 8261, copié dans la même ville par le même calligraphe). Chaque poème est en quelque sorte précédé de son « numéro d’ordre » – daftar-e avval, daftar-e dovvom, etc. (premier cahier, deuxième cahier, etc.). Mais, par exemple dans le volume copié par Mohammad Yunos Khwâja b. Bâbâjân Khwâja Shahrisabzi, les poèmes n’ont pas de titre (IO, 3599/I, copié en 1823-1833). C’est une preuve de la grande popularité du Pentalogue de Navâ’i dans cette région, car l’auteur et son œuvre étaient à ce point connus qu’on n’avait pas besoin d’indiquer les titres des poèmes. Une autre preuve de cette popularité est la fréquence avec laquelle l’ouvrage était copié (autre manuscrit dépourvu du titre des poèmes : IO, 6128, copié en 1848-49 à Shahr-e Sabz par Tura Khwâja b. Sâbir Khwâja Kishi).

22Les copistes de certains manuscrits adaptaient leurs ouvrages au niveau intellectuel des lecteurs. Par exemple, le calligraphe anonyme d’un manuscrit du Khamsa (IO, 4238, copié en 1820-1822 à Boukhara) commente, entre les lignes, certains noms, des allusions « cachées » et les épithètes des héros, et met en relief, en les surlignant, les versets du Coran. À la fin de chaque poème apparaît l’indication du nombre des pages. Pourtant le titre des poèmes manque, remplacé par des épigraphes, en bayt. Ce manuscrit particulier fournit beaucoup d’informations pour l’herméneutique du texte.

Décoration et dimensions des manuscrits

23Nous devons ajouter quelques mots sur la décoration et les dimensions des manuscrits du Khamsa de Navâ’i. De nombreux manuscrits, probablement destinés aux souverains et aux gens aisés, étaient richement décorés. Les premières pages de chaque poème portent alors un frontispice (‘unvân) enluminé (par exemple, IO, 186/I, copié en 1851, 1854 à Boukhara ; IO, 9287/I, copié en 1849-50 à Boukhara par le calligraphe Mirzâ ‘Abd al-Qâder Nasafi ; IO, 9495, copié en 1865-66 à Boukhara par Mollâ Safar b. ‘Abd al-Shafi’). Le dessin du frontispice d’un manuscrit comporte le cadran avec aiguilles d’une montre européenne – objet que le peintre local estima assez « exotique » et original pour en décorer le manuscrit (IO, 9743, fol. 69b, copié en 1865-66 à Boukhara par Mollâ ‘Abd al-Vahâb Makhdum Bukhari b. Dâmlâ Ernazar).

24À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les dimensions des manuscrits du Pentalogue dans le khanat de Boukhara augmentent en même temps que le rapport entre la surface écrite et la taille des pages. Pour agrandir le manuscrit, le copiste élargissait aussi les marges. Le tableau comparatif ci-dessous le montre :

Tableau 2 : Rapport entre les dimensions du texte sur page et du manuscrit

Numéro du manuscrit

Dimensions de la page (en mm)

Dimension du texte (en mm)

IM, 162

525 x 300

310x170

IO, 9287/I

510x290

300x165

IO, 186/I

515x305

310x180

IO, 1708

510x310

300x170

  • 16 Un exemplaire rare du Coran a les mêmes dimensions, 500 x 300 mm, et compte 20 feuillets. Il est co (...)

25La différence saute aux yeux. C’est aussi une preuve de respect envers les œuvres de Navâ’i. Très peu de manuscrits de Boukhara atteignent les dimensions de 500 sur 300 mm16.

Conclusion

26Les oeuvres de Navâ’i étaient hautement appréciées par les intellectuels du khanat de Boukhara. Elles ont reçu une place de choix dans les bibliothèques, ont été lues et ont circulé à l’égal de celles des auteurs classiques de la littérature persane. Les copies étaient produites avant tout à la cour des souverains ou sur commande de gens aisés. Néanmoins circulaient aussi des manuscrits pour lecteurs « ordinaires », comme en témoignent les manuscrits de Boukhara et de Shahr-e Sabz décorés simplement, donc peu chers et accessibles. Le Khamsa a connu une faveur particulière dans la région de Shahr-e Sabz, où l’auteur et ses œuvres étaient tenus dans la plus grande estime. Dans leur activité, certains copistes revenaient plusieurs fois au Khamsa. En ce qui concerne les manuscrits de Boukhara, tous sont inclus dans des volumes composites, sont de dimensions relativement grandes, richement décorés et soigneusement confectionnés.

27Ces observations, déduites de tableaux statistiques établis après étude d’un grand nombre de manuscrits, en fournissant des données que l’on ne trouve pas dans d’autres sources, permettent ainsi de mieux comprendre différents aspects de la vie culturelle dans le khanat de Boukhara au XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, à Boukhara, Mirzâ Sâdeq Monshi Jândâri (1752-1819), Mirzâ ‘Azm al-din ‘Ayni Sâmi (1837-1906), Sadr al-din ‘Ayni (1878-1957), à Samarqand, Siddiqi ‘Ajzi (1864-1927), Behbudi (1857-1919), etc.

2 Le recueil de poésies de Navâ’i en chaghatây, composé en quatre divân, intitulé Khazâ’in al-ma’âni (1491-1498), fut aussi fréquemment recopié. L’Institut des Manuscrits de l’Académie des Sciences de la République d’Ouzbékistan, à lui seul, en possède plus de 114 exemplaires complets ou fragmentaires. Voir M. Hakimov, Navoij asarlari kuljozmalarining tavsifi, Tachkent, 1983, p. 42-114.

3 Certains manuscrits ne contiennent pas les cinq poèmes, mais c’est un autre problème ; nous n’avons utilisé ici que les manuscrits complets.

4 Dans ce tableau les manuscrits transcrits par Yâr Mohammad Qâra Shahrisabzi sont signalés par une étoile (*). En dehors de ceux-ci, il existe un autre manuscrit copié par ce calligraphie en 1914, conservé à l’Université de Samarqand, n° 1008817. Deux étoiles (**) signalent les manuscrits copiés par Mohammad Yunos Khwâja b. Bâbâjân Khwâja Shahrisabzi. Du fait que son troisième exemplaire du Pentalogue a été copié à Tachkent (IO, n° 9350/I), il n’apparaît pas dans cette liste.

5 Du 5 au 15 août 1997, K. Sadikov, Sh. Vahidov et l’auteur du présent article sont allés en mission paléographique à Shahr-e Sabz, dans la province de Kashka-Daryâ. Monsieur Luṭfûllâ(h) ‘Ubaydullaev (né en 1919), l’ex-directeur de l’atelier de restauration de la ville, nous conta des légendes locales selon lesquelles Navâ’i passa par Shahr-e Sabz lorsqu’il retournait à Herât. ‘Ubaydullaev écrivit un article dans le journal local, le Shabrisabz tongi (22 juin 1996), où il affirme qu’une colline appelée par la population locale « Navâ’i Tepa » (colline de Navâ’i) se trouve au sud de la ville de Shahr-e Sabz. Il ajoute que, d’après les vieillards, Navâ’i écrivit le troisième récit contenu dans le Sab’a-yi sayyâr sur cette colline, assis sous une tente (châdir).

6 Au XVIIIe siècle, le poète ‘Andalib créa une version turque de cette légende (IO, n° 6895/I, recopié en 1869-70 ; édition lithographique, 1912 à Kagan, non loin de Boukhara). À l’occasion de la mission mentionnée dans la note précédente, nous avons pris connaissance du fonds des manuscrits d’un calligraphe local, Rawnaqi Fayzallâh Khwâja Shahrisabzi (1890-1980). Un des volumes de sa collection mentionne également cette légende. Le fonds, qui comprend 75 volumes manuscrits, n’est pas décrit. L’auteur de cet article, en collaboration avec Sh. Vahidov, travaille actuellement sur le catalogue annoté de ce fonds.

7 Vingt-six volumes manuscrits provenant de ce fonds contenant quarante ouvrages se sont conservés jusqu’à nos jours. Voir, V.V. Bartol’d, « Rukopisi Džurabeka », dans : Zapiski Vostochnogo Otdelenija Imperatorskogo Rossijskogo Arheologicheskogo Obshchestva, vol. XV, (St-Pétersbourg, 1904), p. 232-260, et vol. XXI, p. 36-37.

8 Voir, O. Paramonov, Berdiev. Kitob tumani, Tachkent, 1996, p. 43.

9 A.A. Semenov, Opisanie rukopisej proizvedenij Navoi, branjashchihsja v Gosudarstvennoj publichnoj biblioteke, Tachkent, 1940, p. 25. Voir aussi, Sobranie vostochnyh rukopisej Akademii Nauk Respubliki Uzbekistan, vol. II, Tachkent, 1954, notice 203, n° 1236. Cette lettre, qui est une réponse, contient les informations suivantes : 1) Abu’1-Fayz Khân informe son protecteur de la nomination de Mohammad Rahim Khân (1747-1758) au poste d’âtâliq (régent) de son État à la place de son père, Mohammad Hakim Bey (1740-1743). L’auteur de la lettre prie le Chah de laisser partir ce prince (khânzâda) à sa cour ; 2) réponse sur les résultats de l’enquête au sujet du vol des biens de Khwâja Kalân Khwâja ‘Ulfat pour la somme de 12000 nâderi ; 3) plainte envers Mohammad Amin Khwâja qui, de force, a emmené de Boukhara en Iran (« sur l’autre rive de l’Amou Daryâ ») quelques centaines de familles des tribus Uva, Hasan et Salur, ainsi que les habitants de Qarâvol. La lettre exprime la fidélité et la soumission de l’expéditeur à Nâder Shâh (sur les relations de ces deux souverains, voir : M.R. Arunova et K.Z. Ashrafjan, Gosudarstvo Nadir-shaha Afshara, Moscou, 1958, p. 218-219).

10 La conservation des lettres et leur composition en recueils séparés finit par devenir une sorte de tradition dans l’émirat de Boukhara. Il existe plusieurs recueils de lettres d’Amir Haydar (IO, 2120/II ; IO, 292/I ; IO, 1961/11), d’Amir Nasrallâh (IO, 1998), de lettres officielles d’Amir Mozaffar (IO, 407). Dans notre cas, la lettre est conservée parce qu’elle était collée sur une page d’un manuscrit du Khamsa.

11 A. Murodov, Urta Osija hattotlik san’ati tarihidan, Tachkent, 1971, p. 63-102.

12 M. Hakimov, Navoij asarlarini kuchirgan hattotlar, Tachkent, 1991.

13 Dans certains manuscrits de Boukhara les noms de copistes du Khamsa ne sont pas indiqués (par exemple, IO, 4238).

14 Mohammad Yunos Khwâja excellait surtout en écriture shekasta et fut connu comme calligraphe spécialisé dans la copie des oeuvres de Bedil (1644-1721) ; on le connaît sous le surnom de « Bedil-nevis », celui qui copie les œuvres de Bedil (voir Murodov, Urta Osija, p. 125). Le fonds de l’Institut d’Orientalisme de Tachkent possède quatre divân de Bedil copiés par ce calligraphe (IO, 3399/III, copié en 1874-75 ; IO, 3012/I, copié en 1878 ; IO, 3839 et 2135, copiés au XIXe siècle). Il faut noter que les ancêtres de Bedil étaient originaires de Shahr-e Sabz. Ainsi se justifierait le penchant du calligraphe pour les œuvres de ce poète.

15 D.S. Lihachev désigne par ce terme [dans le texte original russe : « konvoj »] les œuvres réunies dans le même volume (D. S. Lihachev, Tekstologija : na materiale russkoj literatury X-XVII vv., Moscou – Leningrad, 1962, p. 236).

16 Un exemplaire rare du Coran a les mêmes dimensions, 500 x 300 mm, et compte 20 feuillets. Il est conservé dans le mausolée Katta Langar du district de Kamashi de la province de Kashka-Daryâ. Le manuscrit comprend 13 feuillets avec les versets de la sourate « In’am » et d’autres. Les feuillets seraient en peau de cerf. Selon certains chercheurs, ce Coran fut copié par Shaykh Abu’l Hasan (m. 1491-92) en écriture dite coufique, sans signes diacritiques (voir T. Bojmirov, Langar ota, Qarshi, 1997, p. 7). Cependant, à notre sens, ce manuscrit est plus ancien. Déjà en 1983, notre collègue B. Babajanov l’a examiné sur place, à l’occasion de son travail sur l’épigraphie funéraire du mausolée Katta Langar. À cette date, l’exemplaire avait encore plus de 40 feuillets. Selon les renseignements que nous a aimablement fournis B. Babajanov, le Coran possédait à la fin plusieurs colophons avec les nisba des copistes (par exemple, Bukhâri). Les historiens et paléographes locaux (dont Sh. Vahidov) et étrangers (notamment J.-J. Witkam) faisant partie de la mission de l’Institut Français d’Études sur l’Asie Centrale de Tachkent à Katta Langar (octobre 1997) nous ont confirmé que, d’après ses caractéristiques paléographiques, cet exemplaire doit être daté du Xe, peut-être même du VIIIe siècle (IVe, ou même IIe siècle de l’hégire).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aftandil Erkinov, « Les manuscrits du Khamsa de ‘Ali Shir Navâ’i et la vie culturelle du khanat de Boukhara sous les Mangits », Cahiers d’Asie centrale, 5/6 | 1998, 169-180.

Référence électronique

Aftandil Erkinov, « Les manuscrits du Khamsa de ‘Ali Shir Navâ’i et la vie culturelle du khanat de Boukhara sous les Mangits », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 5/6 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/539

Haut de page

Auteur

Aftandil Erkinov

Faculté de Philologie ouzbèke, Université d’État de Tachkent, Tachkent. Ouzbékistan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org