Navigation – Plan du site
Dossier « Boukhara-la-Noble »

La bibliothèque de Khwâja Mohammad Pârsâ

Lola Dodhudoeva
p. 125-146

Notes de l’auteur

Nous remercions notre collègue Ashirbeg Muminov pour son aide dans la mise au point de cet article.

Texte intégral

  • 1 O.F. Akimushkin, « Zametki o persidskoj rukopisnoj knige i ejo sozdateljah », dans Ocherki kul’tury (...)

1La période timouride, on le sait, a connu un essor culturel extraordinaire ; les chercheurs notent, en particulier, l’élargissement considérable du répertoire littéraire1. Le gigantesque travail de création littéraire originale et de transmission par copie d’oeuvres anciennes accompli alors a de quoi impressionner.

  • 2 Ibid., p. 27.

2Les chercheurs ont essayé de comprendre les raisons de ce « boom » sans précédent dans la fabrication de livres manuscrits : d’abord la personnalité même des princes, érudits cultivés et mécènes, qui donnaient à leur entourage l’exemple du respect et de l’intérêt pour les livres ; ensuite, l’existence de liens très étroits entre des centres culturels parfois fort éloignés les uns des autres et dans des pays différents. L’essor urbain, caractéristique de cette époque tumultueuse, a également joué un grand rôle. O. F. Akimouchkine l’a magistralement démontré : ce phénomène a permis la constitution d’une couche sociale sur laquelle a pu s’appuyer la production à grande échelle de livres. Les ketâbkhâna (ateliers de fabrication des livres) de la cour n’étaient déjà plus, à cette époque, les centres uniques de création et de copie des livres2.

  • 3 Ibid., p. 26. O.F. Akimushkin, « Hanakah », dans Islam. Enciklopedicheskij slovar’, Moscou, 1991, p (...)

3Parmi les nouveaux centres de production des livres, il y avait les khânqâh – « couvents » de derviches (soufis), lieux d’élaboration des répertoires manuscrits les plus importants. Nous sommes cependant encore loin, aujourd’hui, de comprendre l’ampleur du rôle des khânqâh dans le processus général de création des trésors culturels3.

  • 4 Sur l’apparition de ce surnom honorifique, voir A. Muhammedhodžaev, Ideologija naqshbandizma, Douch (...)
  • 5 V.A. Žukovskij, « K istorii persidskoj literatury pri Samanidah », dans Zapiski Vostochnogo otdelen (...)
  • 6 V.D. Gorjacheva et V.N. Nastich, « Epigraficheskie nadpisi Uzgena XII-XX vv. », dans Kirgizija pri (...)
  • 7 Ainsi, par exemple, en Asie centrale on attribuait au traité Al-risala al-maḥbubiyya une force magi (...)

4Parmi toutes les khânqâh que l’on connaît, il en est une qui tient une place particulière : celle d’un des plus importants soufis de l’Asie centrale, Mohammad b. Mohammad b. Mahmud al-Hâfizî al-Bokhârî (1345-1420) plus connu comme Khwâja Mohammad Pârsâ, avec le titre que lui avait valu sa sainteté4. Mohammad Pârsâ a toujours suscité l’intérêt des savants5. Toute éventuelle parenté avec lui était soigneusement consignée dans les généalogies familiales, comme signe de proximité avec une personne touchée par la grâce de Dieu6 ; avoir chez soi l’une de ses oeuvres passait pour protéger des malheurs7.

  • 8 Sur lui, voir O.F. Akimushkin, « Naqshband », dans Islam. Enciklopedicheskij slovar’, p. 186 ; Muha (...)
  • 9 O.F. Akimushkin, « Naqshband », p. 187.
  • 10 Selon DeWeese, « The Eclipse », p. 81, une des causes du déclin de la Kubraviyya au Mavarannahr est (...)
  • 11 A.T. Tagirdžanov, Opisanie tadžikskih i persidskih rukopisej vostochnogo otdela biblioteki Moskovsk (...)
  • 12 Dans son ouvrage Nafâḥât al-uns, Jâmî indique que « la pierre blanche » fut apportée d’Egypte sur l (...)
  • 13 Akimouchkine notait : « La marque ou le sceau du vaqf charitable (khânqâh) de Khwâja Mohammad Pârsâ (...)
  • 14 V.I. Beljaev, « Arabskie rukopisi buharskoj kollekcii Aziatskogo muzeja », dans Trudy Instituta vos (...)

5Mohammad Pârsâ était l’élève préféré et le successeur spirituel de Bahâ’ al-Din al-Bokhâri Naqshband (1318-1389)8, le plus grand représentant du soufisme du Mavarannahr au XIVe siècle. Après la mort de ce dernier, Mohammad Pârsâ joua un rôle éminent « dans la consolidation de l’ordre naqshbandiyya, l’élargissement de son influence et la consolidation de la culture urbaine9 ». Considéré comme l’un des principaux réformateurs du soufisme dans le Mavarannahr10, fondateur de la bibliothèque publique de Boukhara, Mohammad Pârsâ a laissé un héritage littéraire considérable11. Il mourut en 822/1420 au cours de son pèlerinage à La Mecque, le ḥajj, et fut enterré à Médine12. Son fils, Mahmud b. Mohammad al-Hâfizî al-Bokhârî, lui succéda et soutint activement la bibliothèque fondée par son père13. Nous ne disposons pas actuellement d’informations concrètes sur le fonctionnement du khânqâh et de sa bibliothèque, sur le nombre de copistes qui y travaillaient, sur les principes du choix de la littérature, sur la composition des gloses et des sur-gloses14.

  • 15 Muhammedhodžaev, Ideologija, p. 77-78.
  • 16 SVR, vol. III, commentaire au n° 2394.

6Mohammad Pârsâ considérait de son devoir d’enregistrer tout ce qui avait trait à l’activité de son maître spirituel, Bahâ’ al-Din Naqshband, et à celle de ses successeurs, en particulier ‘Alâ’ al-Din ‘Attâr15. Par exemple, Mohammad Pârsâ assigne pour but à son livre Al-Qudsiyya, son œuvre la plus importante, que pendant sa lecture « les élèves voient Bahâ’ al-Din et écoutent directement ses paroles16 ».

  • 17 On considérait comme un grand honneur, même parmi les membres des autres ordres soufis, de recevoir (...)

7Mohammad Pârsâ a laissé des œuvres consacrées à l’histoire et à la théorie du soufisme, ainsi qu’au soufisme en général et à la naqshbandiyya en particulier17. On dénombre quatre traités portant sur ces problèmes : Faṣl al-khiṭâb, analyse de la théorie du soufisme, Al-Qudsiyya, recueil des sentences de Bahâ’ al-Din Naqshband, Anîs al-ṭâlibîn wa ‘âdat al-sâlikîn, exposé détaillé sur la Voie mystique, Tuḥfat al-sâlikîn, approfondissement de la compréhension des dogmes de la naqshbandiyya. Une série de traités de Mohammad Pârsâ, comme nous le verrons plus loin, contient l’interprétation des sourates, prises isolément, du Coran, ainsi que des ḥâdîs.

  • 18 Voir les détails dans O.F. Akimushkin, « Persidskaja rukopisnaja kniga », dans Rukopisnaja kniga v (...)

8Cet article esquisse un aspect des activités de la khânqâh de Khwâja Mohammad Pârsâ à Boukhara. Nous nous attacherons à montrer l’intérêt du khwâja, homme de talent et remarquable bibliophile, pour la conservation et l’accroissement du patrimoine manuscrit de sa fondation. Maintenant que sa bibliothèque est dispersée et partiellement perdue, les données sont éparpillées dans des publications consacrées à tel ou tel manuscrit particulier de la collection. Une étude générale sur l’histoire de la bibliothèque de Khwâja Mohammad Pârsâ s’impose, plusieurs chercheurs l’ont souligné18, mais l’entreprise est si difficile qu’elle nous semble impossible dans un avenir proche. Le savant qui s’attellerait à pareille tâche se heurterait avant tout à la quantité des manuscrits et des catalogues où ils sont décrits, et où les données sur les possesseurs précédents n’apparaissent pas toujours. À quoi s’ajouterait, sur chaque manuscrit, le travail pour repérer les notes dans les marges et sur les feuillets libres précédant ou suivant le texte, qui fournissent le matériel le plus riche sur l’histoire de la copie en question, l’histoire de la circulation des livres, leur valeur, la sigillographie, etc. Enfin, ces données resteraient lacunaires, car les exemplaires conservés dans des fonds privés risqueraient d’échapper à cette recherche.

9Néanmoins, la nécessité de ce travail devient de plus en plus impérieuse. Il est évident que, tant que nous ne comprendrons pas mieux le rôle des « couvents » soufis dans la transcription des livres et la diffusion des connaissances de l’art du livre, notre représentation de la vie spirituelle de la société médiévale musulmane restera incomplète.

  • 19 Lola Dodkhudoeva, « Rukopisi s pechat’ju vakfa Muhammada Parsa iz arabskogo otdela fonda vostochnyh (...)

10Nous serions comblée si le présent travail impulsait la collecte d’informations sur les activités de cette khânqâh. Nous nous sommes limitée, délibérément, à passer en revue les données concernant les manuscrits déjà décrits par les chercheurs russes et soviétiques, en y ajoutant des renseignements sur quatre copies que nous avons vues en 1989 dans la section des manuscrits arabes du fonds des manuscrits orientaux de la Bibliothèque nationale de France à Paris19. Inclure les données sur d’autres fonds aurait, à notre sens, augmenté à l’excès le volume de cet article. Cela fera l’objet de publications ultérieures.

11Après la mort du khwâja, la bibliothèque continua de fonctionner et de s’enrichir, grâce aux efforts de différents religieux. On peut à ce propos se demander quels manuscrits de la bibliothèque appartenaient à la collection privée de Mohammad Pârsâ et lesquels à la bibliothèque du vaqf de la khânqâh. Le fonds privé de Mohammad Pârsâ, constitué par lui en vaqf à sa khânqâh, a servi de base à la bibliothèque semi-publique de Boukhara. Mais seule l’étude minutieuse de visu de toutes les notices figurant dans les marges et sur les feuillets blancs pourra apporter une réponse à cette question.

  • 20 Le cachet, de dimensions 6,5 x 4 cm, a été apposé comme d’habitude dans la marge gauche vers le mil (...)

12Nous savons qu’au début du XIXe siècle la bibliothèque de Mohammad Pârsâ comptait toujours parmi les plus grands fonds de manuscrits au Turkestan. Par bonheur, en 1839, on a apposé sur chaque livre de cette bibliothèque un cachet (ex-libris du vaqf) bien connu des chercheurs : « Az kutub-e vaqf-e Khwâja Mohammad Pârsâ20». Grâce à cet « inventaire », qui reflète du reste une pratique courante dans les bibliothèques iraniennes de cette époque, nous pouvons retrouver et identifier les exemplaires provenant de ce fonds.

  • 21 A.E. Shmidt, « Rukopis’ III toma vsemirnoj istorii Ibn Miskavejha », dans Trudy gosudarstvennoj pub (...)
  • 22 « Spisok rukopisej Aziatskogo muzeja buharskogo sobranija V.A. Ivanova za 1915 g. I : Persidskie ru (...)

13La décision du qâżi-kalân de Boukhara, Sadr al-Din, sous le règne de l’émir Mozaffar (1860-1885), de confisquer les manuscrits et les livres imprimés des bibliothèques publiques, a causé un dommage irréparable. La plus grande partie des manuscrits tomba dans les dépôts de la chancellerie du qâżi-kalân où ils furent conservés sans surveillance particulière et dans la bibliothèque de l’émir lui-même21. Au début du siècle, des exemplaires de cette collection ont été proposés à la vente sur le marché des livres à Boukhara où V.A. Ivanov en a acheté plusieurs22. Il est assez complexe de retracer le destin de cette bibliothèque. À en juger par le nombre considérable de manuscrits portant le cachet dont nous avons parlé, dans les différents fonds du monde entier et dans les collections privées, nous constatons avec grand regret qu’il y a eu un véritable pillage de ce riche fonds de manuscrits.

14À ce jour, nous ne disposons pas de données sur le nombre de manuscrits dans la bibliothèque. Il est d’autant plus difficile de reconstituer les chemins de la dispersion des livres.

  • 23 La collection des manuscrits de M. Decourdemanche a été acquise par la Bibliothèque nationale en pl (...)
  • 24 [V.R.Rozen], « Soobshchenie V.R. Rozena na zasedanii II.Y. 1905 g. », dans Izvestija Rossijskoj Aka (...)

15Concernant les quatre volumes de la Bibliothèque nationale de France, dont nous parlerons plus loin, nous constatons que ces manuscrits faisaient autrefois partie du fonds privé du bibliophile M. Decourdemanche, qui voyagea beaucoup à travers le Proche-Orient, la Turquie et l’Iran23. On ne peut qu’émettre des hypothèses sur la manière dont ces copies se sont retrouvées dans ces pays. La preuve de l’exportation illégale de ces manuscrits est apportée par la découverte par un inspecteur des douanes, Y.Y. Lutche, d’un volume de l’histoire universelle d’Ibn al-Asir provenant de la bibliothèque de Mohammad Pârsâ, que l’on essayait de faire sortir du pays caché parmi des tapis24.

  • 25 Beljaev, Arabskie rukopisi, p. XIV, considérait que les manuscrits de la bibliothèque de Mohammad P (...)
  • 26 Voir SVR, vol. I, p. 3 ; A.A. Semenov, « Sredneaziatskie rukopisnye fondy i važnost’ ih izuchenija  (...)

16Une partie des livres portant l’empreinte du vaqf de Mohammad Pârsâ s’est retrouvée dans la collection de Boukhara du Musée Asiatique de l’Académie Impériale des Sciences, à présent filiale de Saint-Pétersbourg de l’Institut d’Orientalisme de l’Académie des Sciences de la Russie25. D’autre part, après 1920, une autre partie est arrivée d’abord dans la Bibliothèque centrale de Boukhara, avant d’être transférée à Tachkent, d’abord à la Bibliothèque publique d’État, et enfin au fonds des manuscrits de l’Institut d’Orientalisme de l’Académie des Sciences de la République d’Ouzbékistan26.

17L’énumération, donnée en appendice, des manuscrits qui appartenaient à la bibliothèque de Khwâja Mohammad Pârsâ permet de tirer quelques conclusions.

18Chronologiquement, ils embrassent une période assez large, de la fin du XIe siècle, pour la copie la plus ancienne, au XIXe siècle, pour les plus tardives.

19Écrits à des époques différentes et en des lieux différents du monde musulman, ces manuscrits fournissent un matériau précieux pour l’étude de nombreux aspects de l’histoire du livre musulman (l’histoire des écritures, de la production du papier, de la mise en page du texte et du codex lui-même, etc.). Ils nous font connaître des calligraphes de diverses écoles. Ils nous informent sur les relations entre les régions et sur les voies de circulation et d’acquisition des livres.

  • 27 Ceci infirme aussi l’hypothèse sur le déclin du soufisme au XIIIe siècle et son oubli des valeurs m (...)
  • 28 Akimushkin, « Naqshband », p. 186, 187.

20Dans ce fonds, les livres à caractère théologique prédominent (exégèse coranique, recueils de légendes, kalam, soufisme de la période ancienne), c’est-à-dire qu’il s’agit d’abord de la conservation consciencieuse et de la transmission de l’héritage musulman classique27. Ce sont ces manuscrits, semble-t-il, qui constituaient le noyau de la bibliothèque. Les efforts des cheikhs de la Naqshbandiyya pour diffuser et renforcer l’islam sunnite « chez les nomades et les semi-nomades turcs qui s’étaient alors fixés en Asie centrale » sont considérés comme un mérite particulier des membres de cet ordre28. La consultation d’ouvrages qui constituent un « fonds d’or » de la culture musulmane permettait aux soufis instruits de mettre au point dans tous leurs aspects et au niveau qui convenait les questions de la théorie et de la pratique de l’islam pour leurs contemporains et de contribuer à la diffusion de l’idéologie musulmane chez les nouveaux convertis.

  • 29 Justement, l’appel créatif à l’accomplissement des sciences musulmanes spéculatives, selon certains (...)

21Les œuvres mentionnées dans notre liste peuvent, à notre avis, être considérées de deux points de vue à l’égard de l’histoire musulmane. De façon statique, comme un tout rassemblant les connaissances de base nécessaires à un musulman cultivé d’une époque donnée, et de façon dynamique, comme un maillon dans la chaîne ininterrompue de la tradition théologico-littéraire de transmission de l’information intellectuelle29.

  • 30 P.A. Grjaznevicha (éd.), Istorija kalifov anonimnogo avtora XI v., Moscou, 1967.
  • 31 Beljaev, Arabskie rukopisi, p. 13-14.
  • 32 I. Ju. Krachkovskij, « Novaja rukopis’ V toma istorii Ibn Miskavejha », dans I. Ju. Krachkovskij, I (...)
  • 33 Voir, par exemple, le commentaire d’A.A. Semenov sur le n° 3102 (SVR, vol. IV, p. 228-229), et sur (...)

22Toute une série de manuscrits (une Histoire anonyme du XIe siècle30, le Tatimmat al-irshâd li’l- ‘amîdî31) ont été formellement reconnus par les chercheurs soit comme des copies faisant autorité, qui peuvent être utilisées dans des éditions critiques32, soit comme des copies collationnées avec les variantes d’auteur, etc.33

  • 34 Ainsi, par exemple, nous connaissons un traité qui a été composé entièrement à partir des notes de (...)

23La bibliothèque vécut et servit les intérêts des intellectuels de l’Asie centrale durant la période qui va du XVe au XIXe siècle, en répandant parmi eux la notion des valeurs éternelles. Mais chaque volume de ce fonds portait l’empreinte des époques passées. L’évolution de la pensée et la compréhension nouvelle, propre à chaque époque, des questions éternelles se reflètent dans les notes marginales et sur les feuillets libres des manuscrits formant parfois des gloses et des sur-gloses, qui ont leur intérêt et leur importance propres34.

  • 35 Semenov, « Sredneaziatskie », p. 913. Il estimait que « beaucoup de manuscrits de ce fonds étaient (...)

24Sur les feuillets des manuscrits, des mentions précisent comment ils se sont retrouvés dans la bibliothèque. Par exemple, on apprend que deux manuscrits ont été achetés contre du grain provenant d’un village de Khwâja Mohammad Pârsâ, nommé Khutfar (appendice, n° 5 et 6). Les chercheurs pensaient que Mohammad Pârsâ avait acquis la plupart des manuscrits durant son pèlerinage dans les villes saintes, La Mecque et Médine, donc juste avant sa mort35. Cependant, l’un des manuscrits contenant le commentaire à la sunna d’al-Farrâ’ al-Baghawî mentionne que le volume a été versé dans le vaqf de la khânqâh des derviches alors que Mohammad Pârsâ était encore en vie (n° 46). Sur les quarante premiers feuillets des Maqâmat d’al-Harîrî de la Bibliothèque nationale de France (ARABE 6382), nous trouvons la traduction littérale du texte arabe en persan. L’œuvre de Harîrî fut appréciée à toutes les époques avant tout pour la beauté et la grâce de son style ; on sait qu’elle servait de modèle pour se perfectionner dans la langue arabe. Il est difficile de décider si nous avons ici le témoignage d’un travail de traduction dans sa phase préparatoire ou d’un travail d’étude de langue, qui aurait été accompli, d’après la notice sur le folio 217a, du vivant de Mohammad Pârsâ. Cette copie fournit en tout cas une information unique sur la vie de l’ouvrage littéraire le plus populaire dans le milieu linguistique non-arabe. Toutes ces notices dans les marges et entre les lignes donnent matière à réflexion sur les divers aspects de la vie spirituelle de la société à différentes étapes de son développement.

25Les chercheurs ont souvent soulevé le problème de l’édition des œuvres qui entraient à la khânqâh : jusqu’où allait la réécriture, les copies des versions canoniques différaient-elles beaucoup de celles qui circulaient dans les milieux mystiques ? On ne pourra répondre à cette question qu’après comparaison minutieuse des textes. C’est un travail difficile, mais nous sommes en droit d’en attendre des informations de premier ordre sur l’histoire de l’écriture des ouvrages de Mohammad Pârsâ lui-même comme de ses compagnons et disciples.

  • 36 Voir le commentaire de Semenov au ms n° 2278 dans SVR, vol. III. On sait que Mohammad Pârsâ composa (...)
  • 37 Ch. G.-A. Bajburdi, « Novye dannye o pererabotke pis’mennyh pamjatnikov v hanaka Hodza Muhammada Pa (...)
  • 38 Ibid., p. 154.
  • 39 Cette même année parut un ouvrage dû à Mohammad Pârsâ, I’tiqadat, recueil d’extraits de son grand p (...)

26Les études linguistiques peuvent devenir un axe pour des recherches ultérieures. Toute une série d’ouvrages sont écrits en arabe, langue tenue en haute estime par Mohammad Pârsâ36. Plusieurs œuvres en persan de la bibliothèque ont attiré l’attention des philologues et des historiens de la littérature tadjiko-persane37. Ainsi, selon l’opinion tout à fait justifiée de Tch. G.-A. Baïbourdi, « c’est à la réfection accomplie à la khânqâh, autrement dit à l’adaptation de textes dont la langue avait vieilli en un langage vivant utilisé aux XIVe-XVIe siècles, que nous devons la conservation jusqu’à nous de nombreux monuments littéraires de l’époque samanide38 ». Parmi eux, l’Al-sawâd al-a’ẓam fî’l-kalâm et l’I’tiqad du célèbre théologien Abu’l-Qâsim al-Samarqandi, traduits à l’époque samanide en persan et « retravaillés » dans la khânqâh de Mohammad Pârsâ en 795/139339. Dans sa conclusion, d’une importance capitale, Baïbourdi affirme que la tradition de l’adaptation linguistique des œuvres les plus importantes des époques passées ne s’est pas interrompue à la mort du khwâja. Même dans les œuvres qui ont été copiées (et traitées, conformément à la tradition) dans la khânqâh 120 ans après la mort de Mohammad Pârsâ, nous notons des changements considérables dans la langue. Tout cela laisse espérer des résultats concrets d’une recherche ultérieure sur les ouvrages recopiés dans la khânqâh.

  • 40 Bajburdi, « Novye dannye », p. 154. Sur les lettres de Khwâja Mohammad Pârsâ à Shâhrokh, souverain (...)
  • 41 La « victoire » de la Naqshbandiyya sur d’autres ordres soufis en Asie centrale a été déterminée, d (...)

27Nous nous proposions de donner un aperçu des problèmes d’histoire culturelle que pose l’étude de la collection des livres de Khwâja Mohammad Pârsâ. Chaque copie énumérée sur notre liste, considérée individuellement, et toutes, prises ensemble, témoignent des centres d’intérêt variés de l’homme qui les avait rassemblées. La personnalité de Khwâja Mohammad Pârsâ nous amène à nuancer la représentation traditionnelle du théologien mystique comme un personnage qui perçoit la réalité de façon passive et qui agit dans un milieu limité. Khwâja Mohammad Pârsâ – érudit qui correspondit avec les princes et les souverains40, bibliophile qui ouvrit sa bibliothèque à tous, homme de lettres dont les ouvrages grossirent l’héritage classique musulman, autorité religieuse reconnue qui développa la théorie et la pratique de l’islam – s’impose à nous non seulement comme un fils de son époque brillante, mais comme une personnalité activement engagée dans la transformation de celle-ci41.

Table 1

Titre

Nom d’auteur

Sujet

Bibliographie

Date et lieu de copie

Particularités du manuscrit

1.

Mîzân al-’uqûl fî natâ’ig al-’uqûl

‘Alâ’ al-Dîn Shams al-Islâm Abû Bakr Muḥammad b. Aḥmad al-Samarqandî (écrit après 540/1145)

Fiqh

SVR, N° 3062

C. VIIe/XIIIe s., Asie centrale

264+1 fol. ; 15x20 cm ; très rare, seulement deux copies en Asie centrale

2.

même ouvrage

même auteur

Fiqh

SVR, N° 3063

697/1298, Asie centrale

1+208+2 fol ; 15,5 x 18 cm ; cachet de 1250/1835.

3.

Minhâj al-wuṣûl ilâ ‘ilm al-uṣûl

Abû Sa’îd ‘Abdallâh b. ‘Umar b. Muḥammad b. ‘Alî Abû-l-Khayr Nâṣir al-Shîrâzî al- Bayḍawî

Fiqh

SVR, N° 3190

734/1334

68 fol ; 12x16 cm ; cachet de 1250/1834

4.

Ma’ârij al-dirâya fî sharḥ al-hidâya

Muḥammad b. Muḥammad b. Aḥmad al-Khabâzî Qawâm al-Kâkî (m. 749/1348)

Fiqh

SVR, N°3100

748/1347

395 fol ; 18,5x26,5 cm

5.

Ghâyat al-bayân wa nâdirat al-zamân fî al-âkhir al-awân, (première partie)

Qawâm al-Dîn Amîr al-kâtib b. Amîr ‘Umar al- Itqânî al-Farâbî

Fiqh

SVR, N°3102

765/1364

448 fol. ; 16x26 cm ; cachet de 1239/1823-24 ; vérifié d’après la copie autographe ; acquis contre du grain d’un village de Muḥammad Parsâ

6.

même ouvrage, (troisième partie)

même auteur

Fiqh

SVR, N° 3103

Xe/XVIe s.

620 fol. ; 17x27 cm copiste : le fils d’Ibn ‘Arab-Shâh Tâj al-Dîn ‘Abd al-Wahhâb b. Aḥmad ; acquis contre du grain d’un village de Muḥammad Parsâ

7.

Kitâb al-uṣûl

Isḥâq b. Ibrâhîm al-Shâshî al-Samarqandî (m. 325/937)

Fiqh

SVR, N° 3036

773/1371

77 fol. ; 14x17 cm

8.

Tatimmat al-fatâwâ

Burhân al-Dîn Maḥmûd b. Aḥmad b. ‘Abd al-’Aziz b. ‘Umar Mâze al-Bukhârî (m. 570/1174)

Fiqh

SVR, N° 3058

VIIIe/XIVe s.

1+614+2 fol. ; 13x17,5 cm. ; gloses datant des différentes époques

9.

même ouvrage

même auteur

Fiqh

SVR, N° 3056

VIIIe/XIVe s.

1+614+2 fol. ; 13 x 17,5 cm ; cachet 1224/1809

10.

‘Ajûbat al-fatwâ

compilé par ‘Alâ’ al-Dîn Abû Bakr al- Ḥasan al-Dînârî al-Samarqandî (écrit c. 540/1145)

Fiqh

SVR, N° 5849

Xe/XVI s.

204 fol. ; 17x28 cm ; cachet additionnel du vaqf de ‘Abdallâh Khân (Sheybanide)

11.

al-Hidâya (deuxième volume d’une série de quatre)

Burhân al-Dîn ‘Alî b. Abû Bakr b. ‘Abd al-Jalîl al-Farghânî al-Marghinânî al-Rishtânî (m. 597/1197)

Fiqh

SVR, N° 3096

XIIIe/XIXe s., Inde du Nord ( ?)

739 fol. ; 11x24 cm ; dans les marges, commentaire anonyme

12.

Tafsîr-i ‘Abd al-Qâhir

Anonyme

Tafsîr

SVR, N° 2867

647/1250

253 fol. ; 19,5x30,5 cm

13.

Taysîr fi al-tafsîr

Najm al-Dîn Abû Ḥafṣ ‘Umar b. Muḥammad b. Aḥmad b. Luqmân al-Nasafî al-Mâturîdî al-Ḥanafî (m. 534/1142)

Tafsîr

SVR, N° 2872

648/1250, Khujand

323 fol. ; 14,5x19 cm. ; rare

14.

I’jâz al-bayân fî sharḥ ba’ḍ asrâr umm al-Qur’ân

ṣadr al-Dîn Muḥammad b. Isḥâq al-Qunawî (m. 672/1273)

Tafsîr

SVR, N° 2884

668/1269, Kunya

137 fol. ; 18x24,5 cm ; manque introduction

15.

Tafsîr al-Qur’ân

‘Alâ’ al-Dawla al-Simnânî (m. 736/1336)

Tafsîr

Khalidov C 1147

734/1334, avant la mort de l’auteur

224 fol.

16.

Kashshâf ‘an ḥaqâ’iq al-tanzîl (sourates I-IV)

Maḥmûd b. ‘Umar Abû-1-Qâsim Zamakhsharî

Tafsîr

Khalidov C 1541

898/1493

176 fol.

17.

même ouvrage (sourates I-VI)

même auteur

Tafsîr

BNF, Arabe 6313

VIIe/XIVe s.

141 fol. ; 15x17 cm

18.

même ouvrage (sourates XI-XVII)

même auteur

Tafsîr

Khalidov, A 852

123 fol.

19.

Sharḥ al-ta’wîlât ‘alâ tafsîr Muḥammad Pârsâ

même auteur

Tafsîr

BNF, Arabe 6349

Xe/XVIe s., copie contemporaine à l’auteur

196 fol. ; 16x20 cm

20.

Madârik al-tanzîl wa ḥaqâ’iq al-ta’wîl

Ḥâfiẓ al-Dîn Abû-l-Barakât ‘Abdallâh b. Aḥmad b. Maḥmûd al-Nasafî (m. 710/1310)

Tafsîr

SVR, N° 2886

965/1558

476 fol. ; 16x26,5 cm ; première partie de l’ouvrage

21.

même ouvrage

même auteur

Tafsîr

SVR, N° 2887

1063/1653

490 fol ; 23x33 cm

22.

Ta’rîkh al-khulafâ’

Anonyme

Histoire

Khalidov, C 1911

VIIe/XIIIe s.

296 fol. ; manque introduction ; lacunes

23.

Tajârib al-umam

Abû ‘Alî Aḥmad b. Muḥammad b. Ya’qûb b. Miskawayh (m. 421/1030)

Histoire

Khouri

VIe/XIIe s.

pas d’information

24.

al-Kâmil fî’l-tâ’rîkh

Ibn al-Athîr

Histoire

KAR, III

686/1287, Syrie ( ?)

pas d’information

25.

Tarjoma-ye Yamînî

Mas’ûd b. Muḥammad b. Tughrîl al-Kâtib (traduit en 698/1299)

Histoire

SVR, N° 5623

VIIe/XIIIe s., copie contemporaine à l’auteur

70 fol. ; 11,5x17 cm ; manque fin ; lacunes ; notes marginales intéressantes

26.

— Sans titre —

Anonyme

Histoire

Khalidov, N579

VIIe/XIIIe s.

296 fol ; manque début ; deux lacunes

27.

Traité d’histoire sainte ( ?)

Anonyme

Histoire sainte

BNF, Arabe 6318

VIIIe/XIVe s.

197 fol. ; 21 xl7cm

28.

al-Amad al-aqṣâ

Abû Zayd ‘Ubaydallâh b. ‘Umar b. ‘Îsâ al-Dabûsî (m. 430/1039)

Soufisme

SVR, N°2110

677/1278

97 fol. ; 16,5x25 cm

29.

Kitâb al-iṣtilâḥât

Kamâl al-Dîn ‘Abd al-Razzâq Kâshânî (m. 730/1329)

Soufisme

SVR, N°2129

783/1381

70 fol. ; 14x17 cm

30.

Sharḥ-i manâzil al-sâ’irîn ilâ al-ḥaqq

‘Abdallâh Anṣârî (m. 481/1088)

Soufisme

SVR, N°2128

783/1381

282 fol. ; 14x17 cm ; feuillets en désordre

31.

Kanz al-sâlikîn

même auteur

Soufisme

Collection Baybourdi

966/1558-59

pas d’information

32.

Iḥyâ’ ‘ulûm al-dîn

Muḥammad b. Muḥammad al-Ghazâlî (m. 505/1111)

Kalam

Khalidov, D338

606/1209-10

283 fol.

33.

même ouvrage, 4e partie

même auteur

Kalam

SVR, N° 3256

fin VIe-déb. VIIIe s./ fin XIIIe-déb. XIVe s.

1+401+2 fol.

34.

même ouvrage, 9e et 10e parties

même auteur

Kalam

SVR, N° 3258

9e partie : VIIIe/XIVe s., 10e partie : 716/1316

373 fol. ; 24x31 cm

35.

Taqwîm al-adilla fî’1-uṣûl

Abû Zayd ‘Ubaydallâh b. ‘Umar b. ‘Îsâ al-Dabusî (m. 430/1039)

Biographie (ouléma)

SVR, N° 3046

487/1094, contemporaine à l’auteur

249 fol. ; 17,5x28 cm ; cachet, 1255/1839

36.

Kanz al-wuṣûl ilâ ma’nfat al-uṣûl

‘Alî b. Muḥammad b. al-Ḥusayn b. ‘Abd al-Karîm al-Nasafî al-Bazdawî (m. 482/1089)

Biographie (ouléma)

SVR, N° 3047

776/1376

238 fol. 17,5x28 cm. ; cachet, 1255/1839

37.

même ouvrage

même auteur

Biographie (ouléma)

SVR, N° 3048

VIIe-VIIIe s./ XIIIe-XIVe s.

291 fol. ; 17,5x27,5 cm

38.

Maqâmât

Abû Muḥammad al-Harîrî (463-521/1054-1122)

Belles lettres

Khalidov, A 835 KAR, I, N° 44

IXe/XVe s.

pas d’information

39.

même ouvrage

même auteur

Belles lettres

BNF, Arabe 6382

6[...]/XIIIe s.

217 fol. ; 14x18 cm ; cachet additionnel de ‘Abd al-Karîm Mîr Sheybanide, 1275/18

40.

al-Ḥamâsa

Abû Tammâm (IIIe/IXe s.)

Belles lettres

Khalidov, N 597

41.

ṣirâm al-suqṭ fî sharḥ al-suqṭ lî Abî al-’Alâ’

Abû-l-’Alâ’ al-Ma’arri (m. 450/1058)

Belles lettres

Khalidov, D 328

  

7 fol. ; début du texte uniquement

42.

al-’Iqd al-farîd (15e et 16e parties)

Abû ‘Umar Aḥmad b. Muḥammad b. ‘Abd Rabbih (m. 328/940)

Belles lettres

SVR, N°748

première moitié du VIIe/XIIIe s.

249 fol. ; 27x31,5 cm

43.

Muntahâ al-idrâk fî taqâsim al-aflâk

Muḥammad b. Ahmad al-Ḥusaynî al-Kharaqî (m. 533/1139)

Astrologie

SVR, N° 7095

733/1333

134 fol. ; 19x30 cm ; manque début ; lacune de 30 feuillets au milieu du texte

44.

Jawâmi’ aḥkâm al-nujûm

Abû-1-Hasan ‘Alî b. Zayd al-Bayhaqî (m. 499/1105-06)

Astrologie

SVR, N° 4289

1071/1660

306 fol. ; 15,5x22 cm

45.

Kifâyat al-ta’allum fî ṣinâ’at al-nujûm

Ẓahîr al-Ḥaqq Abû Muḥammad b. Mas’ûd b. Zakî al-Ghaznawî (m. vers le XIVe s.)

Astrologie

Douchanbé, N° 2322

XIIe/XVIIIe s.

137 fol. ; 16,5 x 25 cm ; cachet de vaqf, 1209/1794-95

46.

Sharḥ al-sunna

Abû Muhammad b. al-Husayn b. Mas’ûd al-Farrâ’ al-Baghawî (m. 516/1122)

Ḥadis

SVR, N° 2984

VIIe/XIIIe s., Asie centrale

353 fol. ; 19,5x31 cm ; copie ayant appartenu à Muhammad Pârsâ, donnée par celui-ci en vaqf à sa khânqâh

47.

même ouvrage (rédaction plus complète)

même auteur

Ḥadis

SVR, N° 2985

VIIe/XIIIe s., Asie centrale

210 fol. ; 16,5x21 cm ; manque le premier et le dernier feuillets

48.

Sans titre (en 2 parties)

1e partie : ‘Umar b. Muhammad b. Muhammad Nakhshabî ; 2nde partie : Najm al-Dîn b. ‘Umar al-Nasafî

Ḥadis

Fondation des manuscrits, Douchanbé, N° 4496

743/1342-43

Volume composite : 1)144 fol. ; 2) 105 fol. ; 13,5 x 16 cm

49.

Sharḥ al-irshâd fî ‘ilm al-khilâf

Ahmad b. Khalîl al-Juwaynî

Philosophie

Khalidov, A 768

34 fol. ; 24x28,5 cm ; unicum

50.

Sharḥ fuṣûl Buqrâṭ

Abû-1-Qâsim ‘Abd al-Raḥmân b. ‘Alî b. Abû Ṣâdiq (m. 460/1068)

Philosophie

SVR, N° 4050

691/1288

165 fol. ; 11,5x17 cm

51.

al-Yawâqît fî’l-al-muwâqît

Najm al-Dîn Abu Ḥafṣ ‘Umar b. Muhammad al-Nasafî (m. 537/1142)

Rituel

SVR, N° 3297

première moitié du VIIe/XIIIe s.

193 fol. ; 18x30,5 cm ; très rare ; note de l’élève de Nasafî, Muhammad Kâshgharî

52.

même ouvrage

même auteur

Rituel

SVR, N°3298

849/1445

400 fol. ; 18x26 cm. ; même rédaction, mais plus complète

53.

Masâ’il al-ṭibb

Fakhr al-Dîn Abû ‘Abdallâh Muhammad b. ‘Umar b. al-Husayn al-Râzî (m. 606/1209)

Médecine

SVR, N°7121

VIIIe/XIVe s.

147 fol. ; 16x24,5 cm. ; tables de pulsation (fol. 53-56)

54.

Khawâṣṣ al-ashyâ’

Anonyme

Pharmacologie-

Collection privée Baybourdi

Xe/XVIe s.

4 fol. (135 à 139) ; 12,5x18 cm

55.

al-Zuhûr al-muqtaṭifa min tâ’rîkh Makka al-musharrafa

Taqî al-Dîn Abû-1-Ṭayyib b. Muhammad b. ‘Alî al-Fâsî al-Makkî al-Mâlikî (m. 831/1428)

Géographie historique

SVR, N°699

IXe/XVe s.

96 fol ; 15,5x18 cm ; copie du vivant de l’auteur, peut-être autographe ; note de la main de Muhammad Pârsâ

56.

al-Sawâd al-a’ẓam fî’l-al-kalâm

al-Qâsim Ḥakîm al-Samarqandî (m. 330/953)

Théologie privée Baybourdi

Collection

795/1393

  

57.

I’tiqâdât

même auteur

Dogmatique

Collection privée Baybourdi

795/1393

  

58.

Sharḥ al-najdîyât

‘Umar b. Qawâm

Commentaire poétique

SVR, N° 3602

733/1332

244 fol. ; 15 x 17,5 cm

59.

Sharḥ ‘alâ’ al-luma’ fî’1-al-nahw

‘Abdallâh al-Ukbarî (m. 616/1219)

Grammaire

Khalidov, C 1530

655/1257

206 fol.

60.

Zîj-i jadîd-i Muhammad Shâhî

Compilé par Saway Daway Singh (première moitié du XVIIe s.)

Sciences naturelles

SVR, N° 517

fin XIIe-déb. XIIIe/ fin XVIIIe-déb. XIXe s.

195 fol ; 22x31,5 cm

Haut de page

Annexe

Abréviations

Baybourdi – Ch. G.-A. Baybourdi, Collection privée.

KAR I – Katalog arabskib rukopisej Instituta narodov Azii Akademii nauk SSR, vol. I : « Proza », Moscou, 1960.

KAR III – Katalog arabskih rukopisej Instituta narodov Azii Akademii nauk SSR, vol. III : « Istorija », Moscou, 1965.

Khalidov – Arabskie rukopisy Instituta vostokovedenija Akademii Nauk SSSR. Kratkij katalog, A. Halidov (éd.), Moscou, 1964.

Khouri – A. Huri, Doklady Akademii Nauk, Vostokovedenie, Moscou-Leningrad, 1924, p. 183-185.

SVR – Sobranie vostochnyh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR, vol. I-VIII, Tachkent, 1952-1967.

Tadjik – Katalog vostochnyh rukopisej Akademii Nauk Tadžikskoj SSR, vol. VI, Douchanbé, 1969.

Haut de page

Notes

1 O.F. Akimushkin, « Zametki o persidskoj rukopisnoj knige i ejo sozdateljah », dans Ocherki kul’tury srednevekovogo Irana. Pis’mennost’ i literatura, Moscou, 1984, p. 25-26.

2 Ibid., p. 27.

3 Ibid., p. 26. O.F. Akimushkin, « Hanakah », dans Islam. Enciklopedicheskij slovar’, Moscou, 1991, p. 272-273.

4 Sur l’apparition de ce surnom honorifique, voir A. Muhammedhodžaev, Ideologija naqshbandizma, Douchanbé, 1991, p. 75.

5 V.A. Žukovskij, « K istorii persidskoj literatury pri Samanidah », dans Zapiski Vostochnogo otdelenija russkogo arheologicheskogo obshchestva, vol. XII (1899), p. 4-7 ; V.V. Barto’ld, « Ulugbeg i ego vremja », dans V.V. Bartol’d, Sochinenija, vol. II/2, p. 120, 140 ; et du même, « Xalil’-Sultan », dans V.V. Barthol’d, Sochinenija, vol. II/2, p. 533 ; Muhamemedhodžaev, Ideologija, p. 75-77 ; F. Babinger, « Zur Frühgeschichte des Naqshbandi ordens », Der Islam 13 (1923), p. 281-283 ; D. DeWeese, « The Eclipse of the Kubraviya in Central Asia », Iranian Studies 21/1-2 (1988), p. 64, 80, 81 et suiv.

6 V.D. Gorjacheva et V.N. Nastich, « Epigraficheskie nadpisi Uzgena XII-XX vv. », dans Kirgizija pri Karahanidah, Frounze, 1983, épitaphe n° 8, p. 161-164.

7 Ainsi, par exemple, en Asie centrale on attribuait au traité Al-risala al-maḥbubiyya une force magique, voir Sobranie vostochnyh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR [plus loin cité comme SVR], vol. III, Tachkent, 1955, commentaire au n° 2428.

8 Sur lui, voir O.F. Akimushkin, « Naqshband », dans Islam. Enciklopedicheskij slovar’, p. 186 ; Muhammedhodžaev, Ideoligija, p. 59-81.

9 O.F. Akimushkin, « Naqshband », p. 187.

10 Selon DeWeese, « The Eclipse », p. 81, une des causes du déclin de la Kubraviyya au Mavarannahr est liée à l’absence d’un intellectuel de la stature de Mohammad Pârsâ parmi cet ordre.

11 A.T. Tagirdžanov, Opisanie tadžikskih i persidskih rukopisej vostochnogo otdela biblioteki Moskovskogo Gosudarstvennogo Universiteta, vol. I : « Istorija, biografija, geografija », Leningrad, 1962, p. 286-288, 305-307.

12 Dans son ouvrage Nafâḥât al-uns, Jâmî indique que « la pierre blanche » fut apportée d’Egypte sur le tombeau de Khwâja Mohammad Pârsâ, voir ms n° 92 du fonds A.A. Semenov (Institut d’archéologie, d’ethnographie et d’histoire de Tadjikistan), fol. 258b. Dans une copie du Rashaḥat al-’ayn (Leningradskij Gosudarstvennyj Universitet, n° 293, fol. 38b) il est noté que Mohammad Pârsâ fut enterré près du tombeau d"Abbâs, voir Tagirdžanov, Opisanie, vol. I, p. 286. Ch. S. Storij (Storey), Persidskaja literatura. Bio-bibliograficheskij obzor, complété et retravaillé par Ju. E. Bregel’, Moscou, 1972, p. 118 n. 37.

13 Akimouchkine notait : « La marque ou le sceau du vaqf charitable (khânqâh) de Khwâja Mohammad Pârsâ pose tout de suite une série de problèmes à l’historien du texte. L’un d’eux est le suivant : est-ce que le texte contenu dans le volume donné avait subi la rédaction dans la khânqâh ? » (O.F. Akimushkin, « Arheografija i kodikologija », dans Archæographia orientalis. Materialy vsesojuznogo rabochego soveshchanija po problemam vostochnoj arheografii, Moscou, 1990, vol. I, p. 6).

14 V.I. Beljaev, « Arabskie rukopisi buharskoj kollekcii Aziatskogo muzeja », dans Trudy Instituta vostokovedenija Akademii Nauk SSR, Leningrad, 1932, vol. II, p. XIV.

15 Muhammedhodžaev, Ideologija, p. 77-78.

16 SVR, vol. III, commentaire au n° 2394.

17 On considérait comme un grand honneur, même parmi les membres des autres ordres soufis, de recevoir une « ijâza » de Mohammad Pârsâ. Les citations de ses œuvres dans les travaux de l’ordre kubraviyya sont plus fréquentes que celles d’ouvrages émanant des membres de leur propre ordre, voir DeWeese, « The Eclipse », p. 64, 82. Voir Muhammedhodžaev, Ideologija, p. 77, au sujet de chacune de ces œuvres et leurs éditions.

18 Voir les détails dans O.F. Akimushkin, « Persidskaja rukopisnaja kniga », dans Rukopisnaja kniga v kul’ture narodov Vostoka, vol. I, Moscou, 1987, p. 401-402. Voir aussi l’étude récente de A. B. Khalidov, « Rukopisi iz biblioteki Muhammada Pârsâ », Peterburskoe Vostokevedenie 6 (1994), p. 506-519 (avec résumé en anglais).

19 Lola Dodkhudoeva, « Rukopisi s pechat’ju vakfa Muhammada Parsa iz arabskogo otdela fonda vostochnyh rukopisej Nacional’noj biblioteki Francii », dans Kniga v razvitii kul’tury narodov Vostoka : istorija i sovremennost’. Tezisy dokladov meždunarodnogo simpoziuma, Douchanbé, 1990, p. 31-33.

20 Le cachet, de dimensions 6,5 x 4 cm, a été apposé comme d’habitude dans la marge gauche vers le milieu du feuillet. On retrouve l’empreinte du cachet sur chacun des quatre ou cinq premiers folios, ensuite tous les dix folios. Certaines copies possèdent des sceaux plus anciens, voir plus loin.

21 A.E. Shmidt, « Rukopis’ III toma vsemirnoj istorii Ibn Miskavejha », dans Trudy gosudarstvennoj publichnoj biblioteki Uzbekskoj SSR, vol. I, Tachkent, 1936, p. 120.

22 « Spisok rukopisej Aziatskogo muzeja buharskogo sobranija V.A. Ivanova za 1915 g. I : Persidskie rukopisi », Bjulleten’ Arhiva vostokovedenija Instituta narodov Azii Akademii Nauk SSSR, vol. 2, Leningrad, 1961, p. 115 et suiv.

23 La collection des manuscrits de M. Decourdemanche a été acquise par la Bibliothèque nationale en plusieurs fois : en 1905, 1908, 1911 et 1916. Elle est décrite dans trois livres d’inventaire. Les manuscrits que nous mentionnons dans notre article sont arrivés à la Bibliothèque nationale avec le deuxième lot, en 1908 (n°s 6309-6395). Leur provenance dans le fonds Decourdemanche n’est pas indiquée. Voir E. Blochet, Catalogue des manuscrits arabes des nouvelles acquisitions (1884-1924), Paris 1925, p. II. Dans Archives Marocaines XV (1909), p. 207-229, ne sont mentionnés que trois manuscrits avec le cachet du vaqf de Mohammad Pârsâ, les n° 6325, 6349 et 6382, à l’exception du 6318 qui n’apparaît pas dans cet ouvrage.

24 [V.R.Rozen], « Soobshchenie V.R. Rozena na zasedanii II.Y. 1905 g. », dans Izvestija Rossijskoj Akademii Nauk, série 5, vol. XXII (1905), p. XIX-XX.

25 Beljaev, Arabskie rukopisi, p. XIV, considérait que les manuscrits de la bibliothèque de Mohammad Pârsâ conservés à Leningrad étaient les plus nombreux. Cependant, nos données permettent de nuancer cette affirmation. Ainsi, sur 60 copies que nous avons pu identifier, 37 se trouvent à Tachkent et 12 à Saint-Pétersbourg. En outre, M. O. F. Akimouchkine nous a aimablement appris que le Musée des Arts des Peuples d’Orient à Moscou possède une partie du Coran (sourates XVIII à XX), n° 1720-11, datée du XIVe siècle, avec neuf empreintes de sceau qui, bien que fortement effacées, peuvent être rapprochées d’après leur contour et leur dimension du cachet de la bibliothèque du vaqf de Mohammad Pârsâ dont cette copie ferait aussi partie. Ces données n’apparaissent pas dans notre appendice, car nous avons pensé que ce serait prématuré avant d’avoir pu étudier la copie et les empreintes.

26 Voir SVR, vol. I, p. 3 ; A.A. Semenov, « Sredneaziatskie rukopisnye fondy i važnost’ ih izuchenija », dans Materialy pervoj vsesojuznoj nauchnoj konferencii vostokovedov v Tashkente (4-11 juin 1957), Tachkent, 1958, p. 912-913.

27 Ceci infirme aussi l’hypothèse sur le déclin du soufisme au XIIIe siècle et son oubli des valeurs musulmanes classiques, voir A.I. Arberry, Sufism : An Account of the Mystics of Islam, Londres, 1950, p. 22-23.

28 Akimushkin, « Naqshband », p. 186, 187.

29 Justement, l’appel créatif à l’accomplissement des sciences musulmanes spéculatives, selon certains auteurs, aurait fait du soufisme « la dominante de la vie religieuse de la communauté musulmane du XIIIe siècle et des siècles suivants », A. Knych, « Soufism », dans Islam. Istoriograficheskie ocherki, Moscou, 1991, p. 175.

30 P.A. Grjaznevicha (éd.), Istorija kalifov anonimnogo avtora XI v., Moscou, 1967.

31 Beljaev, Arabskie rukopisi, p. 13-14.

32 I. Ju. Krachkovskij, « Novaja rukopis’ V toma istorii Ibn Miskavejha », dans I. Ju. Krachkovskij, Izobrannye sochinenija, vol. VI, p. 373-382. Sur le manuscrit de l’histoire universelle d’Ibn al-Asir, voir A.I. Mihajlova, Katalog arabskih rukopisej Instituta narodov Azii Akademii Nauk SSSR, vol. 3 : « Istorija », ms D-373. Nous avons supposé que le manuscrit du premier volume de l’histoire d’Ibn al-Asir, conservé dans le fonds A.A. Semenov, n° 41 (Institut d’Histoire, d’Archéologie et d’Ethnographie de l’Académie des Sciences du Tadjikistan, Douchanbé), appartient au même exemplaire. Voir Lola Dodkhudoeva, « Rukopis "Al-kamil fi-t-tarih" Ibn al-Asira iz sobranija A.A. Semenova », Izvestija Otdelenija obshchestvennyh nauk Akademii Nauk Tadžikistana 2 (Douchanbé, 1991), p. 21-26.

33 Voir, par exemple, le commentaire d’A.A. Semenov sur le n° 3102 (SVR, vol. IV, p. 228-229), et sur d’autres copies. Les n° 2128, 3096, 5849 et autres sont soit des rédactions rares, soit des variantes faisant autorité d’ouvrages célèbres. Pratiquement chaque exemplaire cité dans notre liste est unique à tel ou tel égard.

34 Ainsi, par exemple, nous connaissons un traité qui a été composé entièrement à partir des notes de Mohammad Pârsâ éparpillées dans les marges de différents ouvrages consacrés à la notion de l’amour mystique envers Dieu. Voir O.F. Akimushkin, V.V. Kushev, N.D. Mikluho-Maklaj et al., Persidskie i tadžikskie rukopisi Instituta narodov Azii Akademii Nauk SSSR (kratkij alfavitnyj katalog), Moscou, 1964, ms A 1539/786.

35 Semenov, « Sredneaziatskie », p. 913. Il estimait que « beaucoup de manuscrits de ce fonds étaient d’origine occidentale », voir SVR, n° 2884. Sur le marché des livres, voir A.B. Hamidov, « Knižnaja kul’tura », dans Ocherki istorii arabskoj kul’tury V-XV vv., Moscou, 1982, p. 265-267. D’après Akimouchkine, I.O. Shebunin pensait que le célèbre Coran "d’Osmân" avait été apporté d’Alep par Mohammad Pârsâ (communication privée).

36 Voir le commentaire de Semenov au ms n° 2278 dans SVR, vol. III. On sait que Mohammad Pârsâ composa en persan plusieurs manuels de grammaire de la langue arabe, voir par exemple A.A. Semenov, Opisanie tadzikskih, persidskih i tjurskih rukopisej Fundamentalnoj Biblioteki Sredne-Aziatskogo Gosudarstvennogo Universiteta im. VI. Lenina, vol. II, Tachkent, 1956, n°s 43, 44.

37 Ch. G.-A. Bajburdi, « Novye dannye o pererabotke pis’mennyh pamjatnikov v hanaka Hodza Muhammada Parsa », dans VI Vsesojuznaja nauchnaja konferencija po aktual’nym problemam iranskoj filologii (tezisy dokladov), Tbilisi, 1970, p. 154-155.

38 Ibid., p. 154.

39 Cette même année parut un ouvrage dû à Mohammad Pârsâ, I’tiqadat, recueil d’extraits de son grand prédécesseur avec les commentaires du khwâja. Voir Tagirdžanov, Opisanie, n° 368 K, fol. 243-256b. Il nous semble que la comparaison des ouvrages de ce type peut compléter les travaux menés sur l’histoire de la théologie musulmane. Le fonds de Semenov contient un manuscrit (n° 124) écrit en 1269/1852-53 d’après la copie de 897/1491-92 qui comporte l’ouvrage célèbre d’al-Samarqandi, Sawad al-a’zam, dans une autre rédaction (sur cette œuvre, voir W. Madelung, « The Spread of Maturidism and the Turks », dans Actas IV Congreso de Estudios Arabes e islamicos, Coimbre-Lisboa 1968, Leyde, 1977, p. 30). Le nom du rédacteur reste inconnu mais, de façon très significative, le rôle important de Mohammad Pârsâ dans la préservation et la diffusion des textes anciens les plus importants pour la communauté musulmane est souligné dans l’introduction. À notre sens, c’est un témoignage éclatant du fait que le nom de Mohammad Pârsâ était indissolublement lié, pour les intellectuels de l’Asie centrale, à la perpétuation des traditions classiques.

40 Bajburdi, « Novye dannye », p. 154. Sur les lettres de Khwâja Mohammad Pârsâ à Shâhrokh, souverain timouride de Hérat (1405-1447), voir Barthol’d, « Ulugbeg i ego vremja », p. 87.

41 La « victoire » de la Naqshbandiyya sur d’autres ordres soufis en Asie centrale a été déterminée, d’après DeWeese, « The Eclipse », p. 76 et suiv., par le dynamisme et la mobilité sociale extraordinaires de cette fraternité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lola Dodhudoeva, « La bibliothèque de Khwâja Mohammad Pârsâ », Cahiers d’Asie centrale, 5/6 | 1998, 125-146.

Référence électronique

Lola Dodhudoeva, « La bibliothèque de Khwâja Mohammad Pârsâ », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 5/6 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/536

Haut de page

Auteur

Lola Dodhudoeva

Académie des Sciences du Tadjikistan, Douchanbé. Tadjikistan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org