Navigation – Plan du site
Dossier « Boukhara-la-Noble »

Histoire de ‘Ali Tegin, souverain qarakhanide de Boukhara (XIe siècle), vue à travers les monnaies

Boris Kočnev
Traduction de Alié Akimova
p. 19-36

Notes de la rédaction

Traduit du russe par Alié Akimova

Texte intégral

  • 1 Note de la Rédaction : Pour un aperçu général sur les Qarakhanides, voir Encyclopédie de l’Islam2, (...)

1Le célèbre ‘Ali Tegin (‘Ali b. al-Hasan) est l’un des plus illustres représentants de la dynastie des Qarakhanides et un personnage très populaire de l’histoire prémongole de l’Asie centrale1. Les auteurs médiévaux tels Abu’1-Fazl Bayhaqi, Gardizi, Bundari, Fakhr al-Din Râzi, Ibn al-Asir, Juzjâni, Rashid al-Din, Shabânqâra’i, Mirkhwând et beaucoup d’autres l’évoquent. Presque tous les chercheurs qui ont étudié l’histoire des Qarakhanides lui ont consacré des travaux dont les meilleurs sont incontestablement ceux du grand orientaliste russe V.V. Bartol’d qui sut retrouver les données majeures des sources écrites et en faire une analyse critique. Voici l’histoire de ‘Ali Tegin d’après Bartol’d.

  • 2 La forme correcte de ce titre turc devrait être « ilig », mais dans le présent article nous avons g (...)
  • 3 V.V. Bartol’d, « Turkestan v epohu mongolskogo nashestvija », dans V.V. Bartol’d, Sochinenija, vol. (...)

2‘Ali Tegin apparut sur la scène politique vraisemblablement sous le règne du Qarakhanide Nasr b. ‘Ali (m. 403/1012) : Bayhaqi fait dire au vizir ghaznavide, Abu’l-Hasan Maymandi, que, vers 423/1032, ‘Ali Tegin était actif au Mavarannahr depuis trente ans. Selon le récit, non daté, d’Ibn al-Asir, ‘Ali Tegin, capturé par le souverain qarakhanide Arslan-khân, s’évada et s’enfuit à Boukhara où il rejoignit Arslan b. Seljuq ; ensuite, ensemble ils défièrent et battirent l’ilek2, le frère d’Arslan-khân. Plus tard, ‘Ali Tegin attaqua à plusieurs reprises les régions limitrophes de l’État des Ghaznavides, et arrêta des ambassadeurs de Mahmud de Ghazna qui se rendaient chez Qâdir-khân Yûsuf, souverain qarakhanide du Turkestan oriental. En 416/1025, Mahmud traversa l’Amou-Darya, alors que son allié Qâdir-khân envahissait le Mavarannahr. Ils s’affrontèrent non loin de Samarqand. ‘Ali Tegin s’enfuit dans la steppe, tandis que sa femme et ses filles étaient capturées, tout comme Isrâ’il (Arslan) b. Seljuq. Bientôt, les alliés évacuèrent le Mavarannahr et ‘Ali Tegin put récupérer ses domaines. Il resta hostile aux Ghaznavides également après l’arrivée au pouvoir de Mas’ud, fils de Mahmud. Au dire du Khorezm-shâh Altuntâsh, il profitait de chaque occasion pour razzier des territoires ghaznavides restés sans protection. En 423/1032, sur l’ordre de son suzerain Mas’ud, Altuntâsh réunit une grande armée et attaqua ‘Ali Tegin à Dabusiyya. La bataille n’eut pas de résultat décisif, mais le Khorezm-shâh fut grièvement blessé et ne tarda pas à mourir. Selon Barthol’d, il est probable que les actions de Mas’ud poussèrent ‘Ali Tegin à se rapprocher des gens de son lignage, descendants de Qâdir-khân : à Boukhara et à Samarqand, on commence à frapper des monnaies aux noms d’Arslan-khân et de Bughra-khân. ‘Ali Tegin mourut à la fin de 425 ou au début de 426 H., c’est-à-dire à l’été ou à l’automne 10343.

  • 4 R. Vasmer, « Zur Münzkunde der Qarahaniden », Mitteilungen des Seminars für Orientalische Sprachen (...)
  • 5 O. Pritsak, « Karachanidische Streitfragen », Oriens 3/2 (1950), p. 216-224 ; id., « Die Karachanid (...)
  • 6 M.N. Fedorov, « Politicheskaja istorija Karahanidov v konce pervoj i vtoroj chetverti XI v. », dans (...)
  • 7 B.D. Kochnev, « Zametki po srednevekovoj numizmatike Srednej Azii », 2e partie, dans Istorija mater (...)
  • 8 M.N. Fedorov, « Karahanidskaja numizmatika kak istochnik po istorii Srednej Azii konca X – nachala (...)

3Pour son histoire de ‘Ali Tegin, Bartol’d n’utilise que rarement les données numismatiques car l’attribution des monnaies qarakhanides est problématique. R. Vasmer fut le premier à s’y attaquer avec des résultats probants. Entre autres, il établit que ‘Ali Tegin était nommé ‘Ali b. al-Hasan sur les monnaies, mais Tabghach Bughra Qarâ-khâqân sur les dirham (monnaie d’argent) de 423-426/1031-10344. O. Pritsak va encore plus loin. Il pense que sur les monnaies de 411-415/1020-1025 ‘Ali était nommé Bahâ’ al-Dawlat Yanga Tegin, qu’à partir de 415/1024-1025, il reçut le titre d’Arslan-ilek et vers la fin de sa vie de Tabghach Bughra Qarâ-khâqân. Il est mentionné pour la première fois sur les fals (monnaie de cuivre) de Boukhara de 405/1014-1015 ; en 407/1016-1017 son laqab (surnom honorifique) de Bahâ’ al-Dawlat fut inscrit sur les fals de Samarqand. La même année commença à Samarqand la frappe de monnaies mentionnant les noms d’Arslan-khân Mansur b. ‘Ali et de l’ilek Mohammad b. ‘Ali, ce qui veut dire que les frères supplantèrent ‘Ali b. al-Hasan à Samarqand. Ce n’est qu’en 411/1020-1021 que ce dernier put rentrer à Boukhara. Il s’empara de la ville avec le soutien d’Isrâ’il b. Seljuq, défit l’armée de l’ilek Mohammad b. ‘Ali et, ensuite, se réconcilia avec le frère de celui-ci, Mansur. Plus tard, la résidence principale de ‘Ali b. al-Hasan semble avoir été Boukhara ou un camp (ordû) près de Boukhara ; à partir de 417/1026-1027, ce dernier lieu figurait sur les inscriptions monétaires sous le nom de Kharluh/Kharlugh ordû (« camp de Karluk5 »). M.N. Fedorov n’est pas d’accord avec Pritsak sur l’attribution des monnaies à ‘Ali Tegin. Mais, de son côté, il s’est complètement trompé dans l’attribution de la titulature monétaire et, en conséquence, a proposé une version des événements en contradiction avec les indications fournies par les monnaies et les sources écrites6. Il est inutile de rappeler ici cette version, dont nous avons ailleurs démontré l’inconsistance7 – à la suite de quoi Fedorov lui-même l’a abandonnée8. Plus proche de la réalité, la version de Pritsak mérite cependant d’être corrigée et complétée grâce à l’abondant matériel numismatique dont nous disposons aujourd’hui.

  • 9 Ch.M. Fraehn, Recensio numorum muhammedanorum Academiæ Imperialis Scientiarum Petropolitani, Saint- (...)
  • 10 Le fals de Boukhara de 405/1014-15 étudié et publié par Fraehn est conservé à Saint-Pétersbourg, Dé (...)
  • 11 B. Dorn, « Über die Münzen der Ileke oder ehemaligen Chane von Turkistan », Mélanges Asiatiques, vo (...)
  • 12 F. Soret, « Lettre à M. Dorn », Revue de Numismatique Belge, VI, 2e série, Bruxelles, 1856, p. 31, (...)
  • 13 B.D. Kochnev et A.H. Atahodžaev, « Dva klada kuficheskih monet iz Uzbekistana », dans Bartol’dovski (...)

4Selon Pritsak, la monnaie la plus ancienne de ‘Ali Tegin est un fals de Boukhara de 405/1014-1015, publié par Ch.M. Fraehn, sur lequel ce dernier lut l’inscription « ‘Ali al-ajall9 ». En réalité, l’inscription doit être lue comme « Khân al-ajall10 », le « Khan glorieux », titre donné au grand khâqân de l’époque, chef de la dynastie qarakhanide, Ahmad b. ‘Ali (m. 406/1015). Pritsak attribue aussi à ‘Ali Tegin un fals de Samarqand, prétendument émis en 407/1016-1017, en se référant à B. Dorn11 qui, à son tour, se réfère à F. Soret12. Cette monnaie n’étant pas accessible, nous n’avons pu vérifier si, comme nous le supposons, la description faite par Soret est fausse : dans le grand trésor de monnaies de Koychili-tepa de la région de Samarqand, les monnaies en cuivre de Samarqand frappées dans les années 400-415/1009-1025 (1 990 pièces), y compris l’année 407/1016-1017 (61 pièces), sont très largement représentées. Cependant, on n’y trouve aucun fals qui pourrait être rapproché de celui décrit par Soret. Les fals de Samarqand de 404/1013-1014 répondraient mieux à cette description, mais ils ne portent pas le laqab de Bahâ’ al-Dawlat propre à ‘Ali b. al-Hasan. Donc, aucune monnaie émise avant 411/1020-1021 n’a été trouvée et, à l’heure actuelle, l’on ignore tout de la vie de ‘Ali Tegin avant son emprisonnement par Arslan-khân13.

  • 14 Étant donné la diversité et l’abondance de la frappe de ‘Ali b. al-Hasan, nous n’avons pas inclus d (...)

5Les émissions monétaires incontestablement attribuées à ‘Ali-b. al-Hasan, des années 411-426/1020-1034, sont présentées dans deux tableaux (voir plus loin, tableaux 1 et 2)14. Le premier porte le nom des monnaies, l’année et le lieu d’émission, les noms et les éléments les plus importants de la titulature des émetteurs (lorsque des mentions des émetteurs figurent l’une sur une face de la monnaie et l’autre sur l’autre, ou l’une sur le pourtour et l’autre dans le champ, elles sont séparées par une barre oblique). L’appartenance des éléments du titre est établie pour une part par Pritsak et pour une autre par nous-même, comme on le voit essentiellement dans le tableau 1.

Tableau 1 : Les émissions qarakhanides du Mavarannahr, 410-426/1019-1035

valeur

date en A.H.

lieu d’émission

« émetteurs »

1.

dirham

410

Boukhara

Arslan-khân, ilek al-manṣur

2.

dirham

410

Samarqand

Arslan-khân, ilek al-manṣur

3.

dirham

411

Boukhara

Arslan-khân, ilek al-manṣur, Ahmad b. ilek

4.

dirham

411

Boukhara

Malik al-mashriq Qâdir-khân, Bahâ’ al-Dawlat Yanga Tegin

5.

dirham

411-413

Boukhara

Arslan-khân, Bahâ’ al-Dawlat Yanga Tegin

6.

fals

411, 412

Soghd

Arslan-khân

7.

fals

412

Samarqand

Khân, Niẓâm al-Dawlat Yinal Tegin

8.

dirham

413-415

Boukhara

Arslan-khân, Yanga Tegin / Bahâ’ al-Dawlat

9.

fals

412-415

Boukhara

Bahâ’ al-Dawlat Yanga Tegin

10.

fals

413, 414

Kushâniyya

Arslan-khân, Ahmad b. al-Hasan

11.

fals

415

Boukhara

Tongha-khân, Bahâ’ al-Dawlat Arslan-ilek

12.

dirham

415

Samarqand

Tongha-khân, ilek Abu’l-Hasan

13.

dirham

415, 416

Shâsh

Toghan Khân / ilek

14.

dirham

415

Shâsh

Nâṣir al-Ḥaqq, ilek al-’âdil Bahâ’ al-Dawlat

15.

dirham

415

Tunket

Nâṣir al-Ḥaqq, ilek al-’âdil ‘Ali b. al-Hasan

16.

dirham

415

Khojand

Toghan Khân, Bahâ’ al-Dawlat ilek

17.

fals

415

Kushâniyya

Bahâ’ al-Dawlat / Arslan ilek

18.

dirham

416

Boukhara

Toghan-khân, Abu’l-Muzaffar ilek

19.

fals

416

Boukhara

ilek

20.

fals

416

Kushâniyya

ilek

21.

fals

416

Soghd

Toghan-khân Muḥammad b. al-Hasan

22.

dirham

417, 418

Akhsikat

Tonga Khân, ilek

23.

fals

417, 418

Boukhara

ilek / tegin

24.

fals

418, 419, 422

Boukhara

Yûsuf b. ‘Ali

25.

fals

419, 420, 422

Boukhara

ilek

26.

fais

418

Soghd

Qâdir-khân malik al-mashriq

27.

fals

419

Ishtikhân

Nâṣir al-Ḥaqq wa-l-Dîn / malik al-mashriq wa-l-Sin

28.

fals

419

Samarqand

Khân malik al-mashriq wa-l-Sin / Arslan-tegin

29.

fals

419, 421

Samarqand

Arslan-ilek

30.

fals

419, 422

Soghd

ilek

31.

fals

419, 420

Ishtikhân

Arslan-ilek / Qilich-âghâ

32.

fals

420

Karmina

ilek

33.

fals

420, 421

Samarqand

Arslan-khân

34.

fals

421

Boukhara

tarkhân / ilek

35.

fals

421-423

Boukhara

ilek / Shams al-Dawlat Arslan Tegin

36.

fals

421

Ishtikhân

Arslan-ilek / Qilich-âghâ ilek

37.

fals

421

Soghd

Qilich-âghâ / ilek

38.

fals

421

Soghd

tarkhân / ilek

39.

fals

423, 426

Boukhara

Arslan Tegin / Shams al-Dawlat

40.

fals

423

Samarqand

ilek / tarkhân

41.

fals

423

Soghd

Arslan-ilek

42.

dirham

423-426

Qutlugh-ordû

Tabghach Bughra Qarâ-Khâqân ‘Ali (ou ‘Ali b. al-Hasan)

43.

fals

424

Boukhara

Tafghach-khân / Tafghach-khân

44.

fals

424-426

Boukhara

Tafghach-khân Shams al-Dawlat

45.

fals

424

Dabusiyya

Qutb al-Dawlat wa Naṣr al-Millat Tabghach Bughra Qarâ-Khâqân

46.

fals

424

Samarqand

Tabghach Bughra-khân

(ou Tafghach Bughra-khâqân)

47.

fals

425

Boukhara

Tabghach-khân, Arslan Tegin / Shams al-Dawlat

48.

fals

425

Dabusiyya

Qutb al-Dawlat wa Naṣr al-Millat Tabghach Bughra Qarâ Khâqân / ‘Ali b. al-Hasan

49.

fals

425

Ishtikhân

Tabghach Bughra Qarâ Khâqân / Savinj ( ?)-âghâ

50.

fals

425

Samarqand

Tabghach (ou Tafghach) Bughra-khân

51.

fals

425

Samarqand

Tabghach-khân (ou Tafghach-khân)

52.

fals

425 ( ?)

Khojand

Tabghach-khân / ‘Ali b. al-Hasan

53.

dirham

426

Samarqand

Tabghach Bughra Qarâ Khâqân

54.

fals

426

Boukhara

Tabghach Bughra Qarâ Khâqân / Shams al-Dawlat

55.

dirham

426

Boukhara

al-Mu’ayyid al-’adl Arslan ilek/Yusûf

Tableau 2 : Identification des « émetteurs » des monnaies qarakhanides du Mavarannahr, 410-426/1019-1035, mentionnés dans le tableau 1.

Date A.H.

lieu d’émission

« émetteur »

1.

410

Boukhara

Manṣur b. ‘Ali, Muḥammad b. ‘Ali

2.

411

Boukhara

Manṣur b. ‘Ali, Muhammad b. ‘Ali, Ahmad b. Muhammad

3.

411

Boukhara

Yûsuf b. al-Hasan, ‘Ali b. al-Hasan

4.

411-415

Boukhara

Manṣur b. ‘Ali, ‘Ali b. al-Hasan

5.

415, 416

Boukhara

Muhammad b. al-Hasan, ‘Ali b. al-Hasan

6.

416

Boukhara

‘Ali b. al-Hasan

7.

417, 418

Boukhara

‘Ali b. al-Hasan, Yûsuf b. ‘Ali

8.

418, 419

Boukhara

Yûsuf b. ‘Ali

9.

419-421

Boukhara

‘Ali b. al-Hasan

10.

421, 422

Boukhara

‘Ali b. al-Hasan, Yûsuf b. ‘Ali

11.

422

Boukhara

‘Ali b. al-Hasan

12.

422, 423

Boukhara

Yûsuf b. ‘Ali

13.

423, 424

Boukhara

‘Ali b. al-Hasan, Yûsuf b. ‘Ali

14.

424

Boukhara

‘Ali b. al-Hasan

15.

424-426

Boukhara

‘Ali b. al-Hasan, Yûsuf b. ‘Ali

16.

426

Boukhara

Yûsuf b. ‘Ali

17.

410

Samarqand

Manṣur b. ‘Ali, Muhammad b. ‘Ali

18.

412

Samarqand

Manṣur b. ‘Ali, Muhammad b. al-Hasan

19.

415

Samarqand

Muhammad b. al-Hasan, ‘Ali b. al-Hasan

20.

419

Samarqand

Yûsuf b. al-Hasan, Sulaymân b. al-Hasan

21.

419-421, 423-426

Samarqand

‘Ali al-Hasan

22.

411, 412

Soghd

Manṣur b. ‘Ali

23.

416

Soghd

Muhammad b. al-Hasan

24.

418

Soghd

Yûsuf b. al-Hasan

25.

419, 421-423

Soghd

‘Ali b. al-Hasan

26.

419

Ishtikhân

Yûsuf b. al-Hasan

27.

419-421, 425

Ishtikhân

‘Ali b. al-Hasan

28.

413, 414

Kushâniyya

Manṣur b. ‘Ali, Ahmad b. al-Hasan

29.

415, 416

Kushâniyya

‘Ali b. al-Hasan

30.

423-426

Qutlugh-ordû

‘Ali b. al-Hasan

31.

424, 425

Dabusiyya

‘Ali b. al-Hasan

32.

420

Karmina

‘Ali b. al-Hasan

33.

415

Khojand

Muhammad b. al-Hasan, ‘Ali b. al-Hasan

34.

425 ( ?)

Khojand

‘Ali b. al-Hasan

35.

417, 418

Akhsikat

Muhammad b. ‘Ali-Hasan, ‘Ali b. al-Hasan

36.

415, 416

Shâsh

Muhammad b. ‘Ali-Hasan, ‘Ali b. al-Hasan

37.

415

Tunket

Muhammad b. ‘Ali-Hasan, ‘Ali b. al-Hasan

6Ainsi, on peut considérer comme certain que le « Arslan-khân » était Mansur b. ‘Ali, l’ilek – Mohammad b. ‘Ali (dans les années 410-411/1019-1021), le Qâdir-khân – Yûsuf b. Hârun/al-Hasan, le Nizâm al-Dowlat Inal Tegin et Toghan/Tongha Khân – Muhammad b. al-Hasan. Le titre « Arslan Tegin », inscrit sur les fals de Samarqand de 419/1028 (tabl. 1, n° 28), se rapporte probablement à Sulaymân b. Hârun. Plus tard, sur les monnaies des 421-426/1030-1034, le même titre désigne sans aucun doute le fils de ‘Ali b. al-Hasan, Shams al-Dawlat Yûsuf b. ‘Ali, qui, sur les fals de Boukhara des 417-418/1026-1028, est nommé simplement « tegin » et sur les dirham de Boukhara de 426/1034-1035, « Arslan-ilek ».

  • 15 À commencer par Vasmer, les spécialistes citent un autre laqab tardif de ‘Ali b. al-Hasan – « ‘Adud (...)
  • 16 Pritsak, « Die Karachaniden », p. 30-35 ; B.D. Kochnev, « Karahanidskie monety : istochnikovedchesk (...)
  • 17 Les titres « tarkhân/tarkân » et « ilek » se trouvent sur deux faces différentes des monnaies, mais (...)

7La titulature de ‘Ali b. al-Hasan lui-même changeait aussi fréquemment : en 411-415/1020-1024, il est mentionné comme « Bahâ’ al-Dawlat Yanga Tegin » ; en 415-423/1024-1032, il devient « Arslan-ilek » ou « ilek » tout court ; en 423-426/1032-1034 on l’appelle « Quṭb al-Dawlat wa Naṣr al-Millat15 Tabghach/Tafghach Bughra Qarâ-Khâqân », « Tabghach/Tafghach Bughra Khân/Khâqân », ou bien « Tabghach/Tafghach Khân16 ». Il est vraisemblable que les titres turcs « qilich-âghâ » et « tarkhân/tarkân17 », inscrits sur les monnaies de 421-423/1030-1032 se rapportaient aussi à ‘Ali b. al-Hasan. Le tableau 2 reflète fidèlement ces identifications et donne les noms de ceux qui apparaissent sur les monnaies du tableau 1.

  • 18 Voir Materialy po istorii Turkmen i Turkmenii, vol. I, Moscou-Leningrad, 1939, p. 366.

8Ces tableaux montrent que, jusqu’en 411/1020-1021, nous ne connaissons pas de mentions incontestables de ‘Ali b. al-Hasan sur les monnaies, tandis qu’à partir de 411/1020-1021 et jusqu’en 426/1034, son nom figure sur les légendes de monnaies chaque année. Pritsak avait de toute évidence raison de dater la prise de Boukhara par ‘Ali Tegin de 411/1020-1021. Ibn al-Asir parle ainsi de cet événement (d’après la traduction de I.N. Lemanov) : « ‘Ali Tegin était emprisonné par Arslan-khân, frère d’Ilek-khân. Il s’évada, arriva à Boukhara, s’en empara et s’allia à Arslan b. Seljuq ; ensuite, tous deux, ils se séparèrent [des Qarakhanides] et leur alliance se consolida. Ilek, le frère d’Arslan-khân, se porta contre eux, mais ils le défirent en bataille et restèrent à Boukhara18 ». Selon Pritsak, ‘Ali Tegin prit Boukhara avec l’aide d’Isrâ’il (Arslan) b. Seljuq et l’accord entre eux fut conclu au plus tard en 411/1020-1021. Pourtant, dans le récit d’Ibn al-Asir, l’ordre des événements est différent : ‘Ali Tegin s’empare de Boukhara, s’allie à Arslan et seulement après ils « se séparèrent ». La logique même des événements rend les deux versions possibles : ‘Ali Tegin put s’emparer de Boukhara soit seul, avant l’accord avec Arslan (Isrâ’il), soit avec lui. Mais, comme il n’y a qu’un seul témoignage, dont la véracité ne peut pas être vérifiée, mieux vaut suivre la version d’Ibn al-Asir. En ce cas, l’alliance avec Arslan aurait pu être conclue même après 411/1020-1021.

9Les matériaux numismatiques éclairassent également cette question. Nous pensons ici aux dirham de Boukhara de 411/1020-1021, qui portent mention des noms de Qâdir-khân, souverain qarakhanide du Turkestan oriental, et de Yagan Tegin, c’est-à-dire ‘Ali b. al-Hasan. Par cette frappe, ‘Ali manifeste son refus officiel de se reconnaître vassal d’Arslan-khân Mansur b. ‘Ali et proclame Qâdir-khân Yûsuf son suzerain. Ainsi se manifesta dans les inscriptions sur les monnaies ce qu’Ibn al-Asir avait défini par « se séparèrent », c’est-à-dire que ‘Ali Tegin et Arslan (Isrâ’il) firent sécession d’Arslan-khân, dont le pouvoir s’étendait sur tous les domaines qarakhanides en Asie centrale, l’oasis de Boukhara comprise. Par conséquent, l’expression de Lemanov (« ils se séparèrent [des Qarakhanides] ») doit être récusée.

10Sur les monnaies de Boukhara de 410/1019-1020 et en partie sur celles de 411/1020-1021 on rencontre, outre le nom d’Arslan-khân (Mansur b. ‘Ali), celui de l’ilek Muhammad b. ‘Ali, mais ce dernier disparaît dès que la titulature de ‘Ali b. al-Hasan apparaît. Cela signifie que ‘Ali priva Muhammad de ses droits sur l’oasis de Boukhara et des revenus de cette riche région – déclenchant apparemment la campagne désastreuse de l’ilek décrite par Ibn al-Asir. Il est évident que c’est la campagne de Muhammad b. ‘Ali qui contraignit ‘Ali b. al-Hasan à chercher un compromis avec l’adversaire, c’est-à-dire le frère de l’ilek, Mansur. Cette réconciliation signifiait, en partie, que ‘Ali b. al-Hasan reconnaissait Mansur comme suzerain, d’où l’émission à Boukhara, entre 411-415/1020-1024, de dirham portant la titulature d’Arslan-khân. Si la supposition sur les raisons du compromis est correcte, la défaite de l’ilek face aux alliés date de 411/1020-1021.

  • 19 Fedorov, « Karahanidskaja numizmatika », p. 11.
  • 20 F. Soret, « Lettre à M. Sawelief », Revue de la Numismatique Belge, IV, 2e série (Bruxelles, 1954), (...)

11Selon M.N. Fedorov, après avoir conquis Boukhara, ‘Ali s’empara aussi de Kushaniyya (monnaies de 413/1022-1023) et de Samarqand (monnaies de 414/1023-1024)19. En ce qui concerne Kushaniyya, ville dans le Soghd samarcandais, il y a un malentendu évident : sur les fals de Kushaniyya de 413/1022-1023 ne figurent que les noms d’Arslan-khân et d’Ahmad b. al-Hasan. Le second cas est plus compliqué. Fedorov parle d’un fals qui, comme nous pouvons le juger d’après la publication de Soret, fut frappé à Samarqand en 414/1023-1024 et porte le laqab « Bahâ’ al-Dawlat » et le titre « Arslan-ilek20 ». Pourtant, dans le trésor déjà évoqué de Koychili-tepa, qui contient à peu près deux mille fals de Samarqand des années 400-415/1009-1025, il n’y a pas de monnaie comparable. Le contraire serait du reste impossible : en 414/1023-1024 Bahâ’ al-Dawlat ‘Ali b. al-Hasan portait encore le titre de Yanga/Yagan Tegin et il ne devint « Arslan-ilek » qu’en 415/1024-1025. Nous devons admettre que la description de Soret est erronée et que ‘Ali ne détenait alors aucun pouvoir à Samarqand.

12Les fals de 412/1021-1022 témoignent que Samarqand appartenait alors à Muhammad, frère de ‘Ali b. al-Hasan. La ville était déjà sienne en 401-404/1010-1014, mais après cette date, son nom disparaît des monnaies de Samarqand jusqu’en 412/1021-1022. Il n’est pas mentionné non plus sur les fals du Soghd de 411-412/1020-1022. Nous supposons que Muhammad b. al-Hasan reprit Samarqand en 412/1021-1022, non sans l’aide de son frère ‘Ali. Il est tout à fait possible que ‘Ali b. al-Hasan ait aussi aidé son troisième frère, Ahmad, à s’emparer de Kushaniyya où ce dernier fit frapper les fals en 413-414/1022-1024. Quelles que soient les voies qui ont amené Ahmad et Muhammad en Soghd samarcandais, une chose est certaine : vers 415/1024-1025, toute la vallée du Zarafshân, la partie la plus développée économiquement du khanat qarakhanide, se trouvait entre les mains de ‘Ali b. al-Hasan et de ses deux frères.

13Il est clair que ces circonstances contribuèrent pour beaucoup aux succès de ‘Ali et Muhammad dans la guerre intestine commencée en 415/1024 après la mort d’Arslan-khân Mansur. Muhammad s’établit sur le trône de Balâsâghûn et accéda au rang de khan : il devint « Toghan/Tonga Khân ». ‘Ali aussi grimpa quelques échelons dans la hiérarchie officielle et devint « Arslan-ilek », rang inférieur à celui du khan. Le pouvoir suprême de Muhammad fut reconnu dans tous les domaines centre-asiatiques des Qarakhanides, mais ‘Ali élargit de beaucoup son apanage. Si, avant 415/1024-1025, il se contente de l’oasis de Boukhara, maintenant il y ajoute Samarqand, Ilak [vallée d’Angren], Shâsh, Khojand et, dès 417-418/1026-1028, Akhsikat dans la vallée du Ferghana.

14Les succès de Muhammad et ‘Ali ne furent pas durables : une attaque de Mahmud Ghaznavi et de Qâdir-khân Yûsuf les priva de tous leurs domaines. Mais, dès le retrait de Mahmud, ‘Ali b. al-Hasan retourna à Boukhara. La date reste incertaine : 417/1026-1027 ou encore 416/1025-1026, juste après le départ des troupes ghaznavides (il est impossible de déterminer si les monnaies de Boukhara de ‘Ali b. al-Hasan de 416/1025-1026 furent émises avant ou après l’arrivée des ennemis). Quoi qu’il en soit, les données numismatiques attestent clairement que dans les années 417-426/1026-1034 ‘Ali b. al-Hasan était au pouvoir dans l’oasis de Boukhara. Quant au Soghd samarcandais, son histoire diffère. D’après l’étude des monnaies, la région est restée aux mains de Qâdir-khân Yûsuf jusqu’en 419/1028 inclus (voir tabl. 2, n° 20, 24, 26), mais la même année ‘Ali b. al-Hasan y prit le pouvoir : sur les fals de Samarqand de 420-421/1029-1030 la titulature de ‘Ali est suivie du mot « victoire » (fatḥ), ce qui prouve que Samarqand fut conquise par la force. Ce n’est pas non plus un hasard si, précisément à partir de 419/1028, ‘Ali b. al-Hasan commence à se donner sur les légendes monétaires le titre de « roi victorieux » (al-malik al-muẓaffar).

15Comme en témoignent les données numismatiques, après 419/1028 la situation politique du khanat qarakhanide s’est stabilisée pendant plusieurs années, dans le sens que la lutte entre Qâdir-khân Yûsuf et ‘Ali, vraisemblablement, a cessé et les frontières entre leurs domaines respectifs furent établies. Comme auparavant sous Toghan-khân, ‘Ali garda son rang d’ilek, c’est-à-dire qu’il ne prétendait pas au titre de khan et reconnaissait la supériorité de Yûsuf comme chef de la dynastie, le grand khâqân. Cependant, nous n’avons pas de monnaie de ‘Ali b. al-Hasan des années 419-423/1028-1032 qui mentionnerait Qâdir-khân. Tant que Toghan-khân Muhammad restait en scène, ‘Ali faisait frapper aussi bien les dirham que les fals ; dans les inscriptions sur les dirham (monnaie d’argent) il se reconnaissait son vassal. L’émission des monnaies d’argent de ‘Ali b. al-Hasan s’arrêta au moment où le nom de Toghan-khân disparut des légendes pour ne reprendre qu’après la mort de Qâdir-khân, en 423/1032. Autrement dit, pendant plusieurs années ‘Ali renonça à l’émission de dirham, non par manque d’argent, car il y en avait suffisamment et avant et après cet événement, mais pour ne pas se reconnaître officiellement vassal de Qâdir-khân. Il arrêta donc la frappe des dirham sur lesquels il aurait dû désigner son ennemi comme suzerain, tandis que les fals (monnaie de cuivre), de statut inférieur aux dirham, pouvaient être émis sans mention du souverain suprême.

16Après la mort de Qâdir-khân Yûsuf, son fils Arslan-khân Sulaymân devint grand khâqân. À ce moment, ‘Ali b. al-Hasan monta encore dans la hiérarchie, en devenant khan avec le titre de « Tabghach Bughra Qarâ Khâqân ». Profitant de changements aux échelons supérieurs du pouvoir, il élargit les frontières de son apanage, en s’emparant entre 423-426/1032-1034 de Khojand et, par conséquent, de l’Ustrûshana.

  • 21 Bartol’d, « Ali-tegin », p. 491.
  • 22 Quand l’émir ghuzz Bakhtiyâr demanda au Seljuqide Sultân Sanjar, prisonnier des Ghuzz, de lui donne (...)
  • 23 Kochnev, « Karahanidskie monety », p. 28.

17Selon Bartol’d, Samarqand et Boukhara étaient les capitales de ‘Ali Tegin21. Les sources écrites, surtout l’Histoire de Mas’ud de Bayhaqi, le confirment. Pourtant, de nouveau, le matériel numismatique apporte quelques corrections. Après la conquête du Soghd samarcandais par ‘Ali en 419/1028, les monnaies furent régulièrement frappées à Boukhara et à Samarqand. Mais, sur une grande partie des fals de Boukhara, le nom du souverain est Yûsuf b. ‘Ali (dont le nom apparaît seul ou avec celui de son père), tandis que sur les monnaies de Samarqand, Soghd, Ishtikhân, Dabusiyya et Qutlugh-ordû figure le nom de ‘Ali sans que celui de son fils soit mentionné. Autrement dit, Yûsuf b. ‘Ali jouissait d’un pouvoir relativement grand, puisqu’il pouvait émettre sa propre monnaie de cuivre. Cependant, les traditions de l’époque prémongole interdisaient de concéder la capitale à quiconque22. Donc, entre 419-426/1028-1034, c’est Samarqand qui fut la capitale de ‘Ali b. al-Hasan et la ville garda son statut sous son fils et successeur Yûsuf ; ce n’est pas par hasard que Buri Tegin Ibrâhîm b. Nasr, s’étant emparé de Samarqand en 431/1040, se proclama souverain indépendant avant même d’avoir conquis Boukhara23. Ainsi, Boukhara, capitale du Mavarannahr sous les Samanides (IXe-Xe siècles), céda la place à Samarqand non sous le règne d’Ibrâhîm, mais une douzaine d’années plus tôt, sous ‘Ali b. al-Hasan.

  • 24 Dorn, « Über die Münzen », p. 737.
  • 25 B.D. Kochnev, « Zametki po srednevekovoj numizmatike Srednej Azii (10e partie) », dans Istorija mat (...)

18À la lumière de ce qui vient d’être exposé, il est difficile de suivre Pritsak lorsqu’il considère Boukhara et, surtout, « le camp de Karluk », non loin de Boukhara, comme principaux lieux de résidence de ‘Ali b. al-Hasan. Les spécialistes lisaient le nom de ce dernier atelier de frappe de différentes façons : Qarlugh-ordû/Kharlugh-ordû/Kharlukh-ordû. Mais, déjà B. Dorn proposa la lecture « Qutlugh-ordû24 » qui semble être la bonne. Nous avons étudié quelques dizaines de dirham et de fals, et trouvé trois formes du nom de cet atelier de frappe : Qutlugh-ordû/Khutlugh-ordû/Khutlukh-ordû, ce qui signifie « Camp heureux ». Sur les monnaies des années 423-428/1032-1037 on appelait ainsi Dabusiyya, une ville du Soghd samarcandais, située sur la route menant à Boukhara. En 423/1032, près de Dabusiyya eut lieu la bataille entre ‘Ali Tegin et l’armée ghaznavide commandée par Altuntâsh, bataille au cours de laquelle ce dernier fut mortellement blessé et son armée contrainte de battre en retraite bien que l’issue de la bataille ne fût décisive pour aucune des parties. L’attribution à cette ville, en 423/1032, du surnom de « Camp heureux » atteste clairement que les Qarakhanides considéraient cette bataille comme un grand succès. L’inscription sur les monnaies de 423-428/1032-1037 reflète le point de vue officiel des Qarakhanides sur la bataille de Dabusiyya25.

  • 26 Bartol’d, « Turkestan », p. 358.
  • 27 E.A. Davidovich, « Klad saganianskih monet vtoroj chetverti XI v. kak istoricheskij istochnik », da (...)
  • 28 A.K. Markov, Inventarnyj katalog musulmanskih monet Imperatorskogo Ermitaža, Saint-Pétersbourg, 189 (...)
  • 29 Kochnev, « Svod nadpisej », p. 254, n° 744, p. 273.

19Il est indiscutable que Bartol’d se trompe en affirmant que la campagne ghaznavide contraignit ‘Ali Tegin à se rapprocher de sa parenté et à reconnaître la primauté des fils de Qâdir-khân Yûsuf, Arslan-khân Sulaymân et Bughra-khân Muhammad, dont les noms apparurent sur les monnaies du Mavarannahr26. E.A. Davidovich a démontré que Bartol’d attribue à Bughra-khân Muhammad des monnaies qui, en fait, mentionnent Tabghach Bughra Qarâ Khaqân, c’est à dire ‘Ali b. al-Hasan27. En ce qui concerne le titre d’Arslan-khân, le catalogue d’A.K. Markov (abondamment utilisé par Bartol’d) le cite effectivement dans sa description d’un fals de Boukhara de 423/1031-103228, mais en réalité cette monnaie porte l’inscription « Arslan Tegin » et non « Arslan-khân29 ».

  • 30 Bartol’d, « Turkestan », p. 361 ; id., « Ali-tegin », p. 491-492.

20En se basant sur les données de Bayhaqi, Bartol’d place la mort de ‘Ali Tegin vers la fin de 425 ou vers le début de 426 H., c’est-à-dire vers l’été ou l’automne de 103430. Cependant, existent des monnaies de ‘Ali b. al-Hasan frappées en 426 H. à Boukhara (deux types), à Samarqand (deux types) et à Qutlugh-ordû. Puisque la coïncidence de l’utilisation d’une matrice non-contemporaine dans tous ces cas semble impossible, nous devons admettre que la chronologie de Bayhaqi est partiellement erronée et que la mort de ‘Ali b. al-Hasan doit être placée au début de l’année 426/fin 1034.

  • 31 B. Dorn, Institut des Langues Orientales, IV. Inventaire des Monnaies des Khalifs Orientaux etc., X (...)

21Il y a plus d’un siècle, Dorn écrivait qu’à elle seule, l’histoire des Qarakhanides suffirait à faire apprécier l’importance de la numismatique pour les études historiques31. La « biographie numismatique » de ‘Ali Tegin, qui surpasse sa riche « biographie manuscrite » remplit déjà pleinement cette fonction. Effectivement, seules les monnaies permettent de dater certains événements importants, de suivre les modifications des frontières des domaines de ‘Ali b. al-Hasan et les changements de son statut officiel, d’établir sa capitale, même d’éclairer sa propre appréciation de la bataille de Dabusiyya, etc. Mais il est trop tôt pour mettre le point final. Nous espérons que le matériel numismatique à découvrir pourra compléter la biographie de cette personnalité peu ordinaire.

Haut de page

Annexe

Note additionnelle

Des progrès significatifs ont été accomplis récemment dans l’étude de la dynastie turque des Qarakhanides, mais ne sont encore diffusés que dans un milieu restreint de chercheurs, comme le prouve la toute dernière édition de la chronologie et de la généalogie des dynasties musulmanes, due à une autorité reconnue, C. E. Bosworth (The New Islamic Dynasties : A Chronological and Genealogical Manual, Edinburgh University Press, 1996). La partie qarakhanide (p. 181-183) de ce manuel si utile et si nécessaire demande des compléments ou plutôt des remaniements. Il n’est donc pas inutile de rappeler au lecteur certains points essentiels de l’histoire des Qarakhanides.

Cette dynastie remonte, apparemment, aux environs de 840 et joue un rôle de premier plan vers la fin du Xe siècle. À la charnière des Xe-XIe siècles, les Qarakhanides conquièrent les domaines centre-asiatiques des Samanides et créent un grand État qui comprend le Mavarannahr, le Sémiretchié, le Tien-Shan et la moitié occidentale du Xinjiang. Leur pouvoir est anéanti vers le début du XIIIe siècle.

L’État des Samanides formait une monarchie centralisée, sous l’autorité d’un souverain unique, transmise de père en fils. Le khanat des Qarakhanides, à l’époque de ‘Ali Tegin (premier tiers du XIe siècle), reposait sur des principes entièrement différents. Comme dans bien d’autres Empires fondés par des nomades, l’Etat appartenait à la totalité de la famille régnante. Il existait un système de double pouvoir : à côté du grand khaqan (l’aîné), se tenait un co-souverain, le khaqan cadet (il pouvait y en avoir plus d’un). C’est le grand khaqan qui était considéré formellement comme le chef de l’Etat, mais il ne possédait pas un pouvoir absolu. Le khaqan cadet était également souverain et pouvait frapper monnaie sans mentionner le nom du chef de la dynastie. Le pouvoir suprême ne passait pas de père en fils mais était dévolu par ordre d’ancienneté, du frère aîné au cadet, ou de l’oncle cadet au neveu aîné. En attendant de monter sur le trône, les membres de la dynastie régnante recevaient des apanages et chaque prince (au moins en théorie) pouvait s’élever dans les degrés de la hiérarchie et même devenir grand khaqan. Les six degrés supérieurs correspondaient aux titres de grand khaqan, khaqan cadet, arslan ilek, yinal tegin, arslan tegin, yanga / yagan tegin. Les autres princes (tegin) occupaient les degrés inférieurs. Autrement dit, la titulature turque d’un membre de la famille régnante changeait au fur et à mesure qu’il avançait dans la hiérarchie. Cette promotion ne dépendait pas de ses mérites mais avait un caractère automatique, au fur et à mesure que mouraient les détenteurs des titres supérieurs. Cela s’applique pleinement à ‘Ali Tegin dont la titulature turque changea plus d’une fois.

Sur les Qarakhanides, voir O. Pritsak, "Die Karakhaniden", Der Islam, vol. 31/1, Berlin, 1953, p. 17-68 ; B. D. Kochnev, "Struktura vlasti v Karaxanidskom kaganate : bor’ba kochevicheskix i osedlyx tradicij", dans Vzaimodejstvie kochevyx i osedlyx kul’tur na Velikom Shelkovom puti [résumés des communications au séminaire international de l’UNESCO], Almaty, 1991, p. 78-79 ; id., Karaxanidskie monety : istochnikovedcheskoe i istoricheskoe issledovanie, résumé de thèse, Moscou, 1993, p. 23-38.

Haut de page

Notes

1 Note de la Rédaction : Pour un aperçu général sur les Qarakhanides, voir Encyclopédie de l’Islam2, Leyde, 1954-, art. « Ilek-Khâns » (par C.E. Bosworth). Dynastie tribale d’origine turque qarluq qui avait adopté l’islam vers le milieu du Xe siècle, les Qarakhanides ont occupé Boukhara, la capitale samanide, à la fin du Xe siècle. Alliés à Mahmud de Ghazna (388-421/998-1030), ils ont éliminé les Samanides de la scène politique et repris leurs territoires jusqu’à la ligne de l’Amû-Daryâ. Les territoires des Qarakhanides comprenaient le Mavarannahr (le khanat occidental, avec les principaux centres à Boukhara, Samarqand, Khojand) et le Turkestan oriental jusqu’à la Kashgharie (le khanat oriental avec Tashkent, Bâlâṣâghûn). – Voir aussi en fin d’article la Note additionnelle de l’Auteur.

2 La forme correcte de ce titre turc devrait être « ilig », mais dans le présent article nous avons gardé la forme « ilek », utilisée traditionnellement par V.V. Bartol’d et beaucoup d’autres chercheurs russes et soviétiques.

3 V.V. Bartol’d, « Turkestan v epohu mongolskogo nashestvija », dans V.V. Bartol’d, Sochinenija, vol. I, Moscou, 1963, p. 342-364 ; id., « Ali-tegin », dans Sochinenija, vol. II/2, Moscou, 1964, p. 491-492.

4 R. Vasmer, « Zur Münzkunde der Qarahaniden », Mitteilungen des Seminars für Orientalische Sprachen zu Berlin, XXXIII, Berlin, 1930, p. 95-98.

5 O. Pritsak, « Karachanidische Streitfragen », Oriens 3/2 (1950), p. 216-224 ; id., « Die Karachaniden », Der Islam 31/1 (1953), p. 31-32, 34-35.

6 M.N. Fedorov, « Politicheskaja istorija Karahanidov v konce pervoj i vtoroj chetverti XI v. », dans Numizmatika i epigrafika 11, Moscou, 1974, p. 161-174.

7 B.D. Kochnev, « Zametki po srednevekovoj numizmatike Srednej Azii », 2e partie, dans Istorija material’noj kul’tury Uzbekistana, vol. 15, Tachkent, 1979, p. 131-136.

8 M.N. Fedorov, « Karahanidskaja numizmatika kak istochnik po istorii Srednej Azii konca X – nachala XIII vv. », résumé détaillé (avtoreferat) de thèse de doctorat en histoire, Novosibirsk, 1990, p. 11 (brochure polycopiée).

9 Ch.M. Fraehn, Recensio numorum muhammedanorum Academiæ Imperialis Scientiarum Petropolitani, Saint-Pétersbourg, 1826, p. 129, n 27.

10 Le fals de Boukhara de 405/1014-15 étudié et publié par Fraehn est conservé à Saint-Pétersbourg, Département de Numismatique, Ermitage (inventaire n° 3001). Pour les corrections des lectures de Fraehn, voir B.D. Kochnev, « Svod nadpisej na karahanidskih monetach : antroponimy i titulatura (1re partie) », dans Vostochnoe istoricheskoe istochnikovedenie i special’nye istoricheskie discipliny, vol. 4, Moscou, 1995, n° 382, p. 230 et commentaire p. 272.

11 B. Dorn, « Über die Münzen der Ileke oder ehemaligen Chane von Turkistan », Mélanges Asiatiques, vol. VIII, Saint-Pétersbourg, 1880, p. 720, n° 50.

12 F. Soret, « Lettre à M. Dorn », Revue de Numismatique Belge, VI, 2e série, Bruxelles, 1856, p. 31, n°47.

13 B.D. Kochnev et A.H. Atahodžaev, « Dva klada kuficheskih monet iz Uzbekistana », dans Bartol’dovskie chtenija, dixième année, résumés des contributions, Moscou, 1993, p. 63.

14 Étant donné la diversité et l’abondance de la frappe de ‘Ali b. al-Hasan, nous n’avons pas inclus dans le tableau 1 toutes ses monnaies, mais uniquement celles qui donnent une idée de l’étendue de ses domaines et des changements majeurs de sa titulature. Nous avons ajouté quelques monnaies qui ne mentionnent pas ‘Ali b. al-Hasan, mais sont essentielles à la compréhension de la situation de l’époque. La frappe de ‘Ali b. al-Hasan est représentée dans sa totalité dans Kochnev, « Svod nadpisej », p. 241-258.

15 À commencer par Vasmer, les spécialistes citent un autre laqab tardif de ‘Ali b. al-Hasan – « ‘Adud al-Din », mais sur les monnaies à la place des trois lettres du mot, « ‘ayn », « dâd » et « dâl », apparaissent seulement deux, « ‘ayn » et « dâl ». Donc, la première partie du laqab est transmise avec une erreur, mais laquelle ? Ou bien effectivement on a oublié le « dâd », alors le laqab est réellement ‘Aḍud al-Din, ou à la place du « za » on a tracé le « dâl », et le laqab est alors ‘Izz al-Din.

16 Pritsak, « Die Karachaniden », p. 30-35 ; B.D. Kochnev, « Karahanidskie monety : istochnikovedcheskoe i istoricheskoe issledovanie », résumé détaillé (avtoreferat) de thèse de doctorat en histoire, Moscou, 1993, p. 21-22 (brochure polycopiée).

17 Les titres « tarkhân/tarkân » et « ilek » se trouvent sur deux faces différentes des monnaies, mais peut-être doivent-ils être lus « tarkhân (tarkân)-ilek » ou « ilek-tarkhân (tarkân) », tout comme les mots « arslan » et « ilek » mis sur deux faces des fals représentent le titre « Arslan-ilek ». À ce propos, il faut rappeler le récit de Juvayni qui dit que, dans les années 1130, le gurkhân Qarâ-Kitây, ayant pris Bâlâsâghun, battit un souverain qarakhanide et ordonna que l’on s’adresse à lui dorénavant non par son titre de khan, mais par celui d’ilek. Le titre d’ilek est suivi d’un autre mot qui, dans certains manuscrits est transcrit comme « turkmen », et dans d’autres, comme « turkân » (V.V. Bartol’d, « Ocherk istorii turkmenskogo naroda », dans Sochinenija, vol. II/l, Moscou, 1963, p. 549). D’Ohsson adopta une autre lecture, en comprenant l’expression « ilek-turkân » comme « le chef des Turcs » (C. d’Ohsson, Histoire des Mongols, depuis Tchinguiz-Khan jusqu’à Timour bey ou Tamerlan, vol. I, La Haye-Amsterdam, 1834, p. 442). Bartol’d, comme beaucoup d’autres spécialistes, préféra la première version, c’est-à-dire « ilek-turkmen » (Bartol’d, « Turkestan », p. 397 ; id., « Ocherk », p. 549). À la lumière des inscriptions sur les monnaies de ‘Ali b. al-Hasan nous pouvons proposer une troisième version, « ilek-tarkân » (les mots « turkân » et « tarkân » ne se différencient pas dans la graphie arabe).

18 Voir Materialy po istorii Turkmen i Turkmenii, vol. I, Moscou-Leningrad, 1939, p. 366.

19 Fedorov, « Karahanidskaja numizmatika », p. 11.

20 F. Soret, « Lettre à M. Sawelief », Revue de la Numismatique Belge, IV, 2e série (Bruxelles, 1954), p. 33, n. 44.

21 Bartol’d, « Ali-tegin », p. 491.

22 Quand l’émir ghuzz Bakhtiyâr demanda au Seljuqide Sultân Sanjar, prisonnier des Ghuzz, de lui donner Marv, Sultân Sanjar répondit que puisque Marv était la capitale, elle ne pourrait être concédée (‘iqtâ’), voir Materialy po istorii Turkmen i Turkmenii, p. 388.

23 Kochnev, « Karahanidskie monety », p. 28.

24 Dorn, « Über die Münzen », p. 737.

25 B.D. Kochnev, « Zametki po srednevekovoj numizmatike Srednej Azii (10e partie) », dans Istorija material’noj kul’tury Uzbekistana, vol. 24, Tachkent, 1990, p. 207-209.

26 Bartol’d, « Turkestan », p. 358.

27 E.A. Davidovich, « Klad saganianskih monet vtoroj chetverti XI v. kak istoricheskij istochnik », dans Pis’mennye pamjatniki Vostoka. Istoriko-filologicheskie issledovanija, année 1968, Moscou, 1970, p. 90-91.

28 A.K. Markov, Inventarnyj katalog musulmanskih monet Imperatorskogo Ermitaža, Saint-Pétersbourg, 1896, p. 251, n° 381.

29 Kochnev, « Svod nadpisej », p. 254, n° 744, p. 273.

30 Bartol’d, « Turkestan », p. 361 ; id., « Ali-tegin », p. 491-492.

31 B. Dorn, Institut des Langues Orientales, IV. Inventaire des Monnaies des Khalifs Orientaux etc., X-XXV, Saint-Pétersbourg, 1881, p. 198.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Kočnev, « Histoire de ‘Ali Tegin, souverain qarakhanide de Boukhara (XIe siècle), vue à travers les monnaies », Cahiers d’Asie centrale, 5/6 | 1998, 19-36.

Référence électronique

Boris Kočnev, « Histoire de ‘Ali Tegin, souverain qarakhanide de Boukhara (XIe siècle), vue à travers les monnaies », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 5/6 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 27 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/529

Haut de page

Auteur

Boris Kočnev

Institut d’Archéologie de l’Académie des Sciences, Samarcande, Ouzbékistan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org