Navigation – Plan du site
Troisième partie. Vers de nouvelles politiques de l’eau

Amélioration de la politique de l’eau en Asie centrale

Aspect environnemental
Abdurašit Nizamiev
Traduction de Fabien Rothey
p. 179-193

Résumés

Offrant un tableau original du développement historique et socioéconomique de cette région du monde, les pays d’Asie centrale ont parcouru le chemin difficile de leur indépendance. Aujourd’hui, ces pays connaissent des problèmes écologiques analogues, hérités de la politique dilapidatrice des ressources naturelles du pouvoir soviétique. La situation écologique crée une menace réelle pour la sécurité socioéconomique des pays de la région. La crise de la mer d’Aral et ses conséquences forment un problème commun pour l’Asie centrale, puisque ses pays se trouvent dans un même espace écologique. L’accélération de l’intégration des pays est l’unique voie d’avenir pour la résolution des problèmes écologiques. Le développement économique des pays de la région dépend dans l’immédiat de l’approvisionnement des pays en ressources hydriques. C’est pour cette raison que la consommation d’eau des États doit se réaliser sur la base de l’égalité souveraine, du bon voisinage et de la mutualité des avantages. Il est indispensable que soit créé un centre supranational pour l’utilisation des ressources hydriques et que soit élaborée une conception commune basée sur l’unité des intérêts de tous les pays de cette région.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit du russe par Fabien Rothey

Texte intégral

Introduction

1L’Asie centrale postsoviétique est aujourd’hui composée de cinq États souverains : le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan. Il s’agit d’une région du monde originale dans son développement historique et socioéconomique. Sa singularité procède des interactions entre le mode de vie soviétique, une mentalité orientale, une culture islamique et l’influence des tendances contemporaines de la mondialisation. Une nature riche et diversifiée, une terre d’abondance, une histoire ancienne, un peuple travailleur, une culture originale attirent aujourd’hui l’attention des chercheurs et des politiques, des investisseurs et des touristes.

2L’originalité et le contraste des conditions physiques et géographiques sont des traits inhérents à ce territoire. Les plus hautes chaînes montagneuses, avec des glaciers et des neiges permanentes, alternent avec les déserts les plus chauds et les plus secs. L’altitude y varie entre 7 495 m au-dessus du niveau de la mer (le pic Somoni, au Tadjikistan) et 132 m en dessous du niveau de la mer (la dépression de Karagie, au Kazakhstan). Les variations annuelles et journalières de la température de l’air sont importantes (le maximum absolu atteint +50°C dans les déserts, le minimum absolu -50°C dans les montagnes). Enfin, les niveaux de précipitations connaissent des variations notables : très peu de précipitations tombent sur les plaines désertiques (moins de 100 mm par an), tandis que sur la chaîne occidentale du Pamir, elles atteignent plus de 2 000 mm par an.

3L’Asie centrale est une zone de terres irriguées anciennes et nouvelles, où domine depuis longtemps la culture du coton, du riz, du raisin, des fruits et des cucurbitacées. L’abondance de chaleur et de lumière permet d’augmenter leur rendement et d’intensifier leur goût. Le sous-sol de ces pays est riche en ressources minérales variées (pétrole, gaz, charbon, or, cuivre, métaux des terres rares, etc.) tandis que les grands réseaux fluviaux offrent un potentiel hydroélectrique élevé, ce qui favorise le développement des industries à l’échelle locale et régionale. La diversité et la beauté des paysages naturels laissent augurer un essor du tourisme et des activités de détente.

4Durant leur période d’indépendance, les jeunes États d’Asie centrale ont parcouru le chemin difficile de leur indépendance. Les évolutions économiques et politiques ont conduit à des changements considérables dans les différentes institutions ; leurs relations extérieures bilatérales ont acquis un statut international. Bien entendu, après la chute de l’URSS, dans les conditions d’une crise économique aiguë, ces États ont cherché, à tout prix, à stimuler leurs économies. Puisque ces pays produisent en général, pour des raisons historiques et géographiques, la même gamme de produits, la lutte pour les profits économiques s’est développée dès le début de leur souveraineté, en particulier pour le contrôle des ressources hydriques.

5Le problème de l’utilisation et de la conservation des ressources hydriques en Asie centrale est conditionné par le fait qu’il existe deux groupes d’États. Le premier groupe réunit le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan, avec d’immenses superficies vouées à l’agriculture et des réserves importantes en ressources hydrocarbonées qui alimentent les recettes d’exportation de ces pays. Ils ont intérêt (en particulier l’Ouzbékistan) à disposer de ressources en eau pour l’irrigation des exploitations agricoles. C’est dans le deuxième groupe – le Kirghizstan et le Tadjikistan – que se trouvent les sources des fleuves principaux de l’Asie centrale. Le développement de l’hydroélectricité est dans leur intérêt, d’autant plus qu’ils ne possèdent pas de réserves significatives d’hydrocarbures.

6Par conséquent, il existe un conflit d’intérêts entre pays de la région. Pour le fonctionnement régulier des centrales hydroélectriques, un régime précis de l’utilisation des ressources hydriques est exigé. Il consiste à les accumuler dans des réservoirs pendant l’été et à les utiliser l’hiver. Pour le premier groupe, au contraire, l’eau est nécessaire l’été pour l’irrigation, pendant la période de croissance des plantes, ce qui nécessite de la stocker dans les réservoirs en hiver. En conséquence, les leaders politiques de l’Asie centrale s’efforcent, aujourd’hui encore, de défendre uniquement les intérêts de leurs propres États, bien que des forums et rencontres se déroulent régulièrement à l’échelle régionale, et que certains accords soient conclus.

Un espace écologique commun

7Les pays de l’Asie centrale, aussi divers soient-ils d’un point de vue géographique et économique, rencontrent les mêmes problèmes écologiques, conséquences d’une politique de gaspillage des ressources naturelles par le pouvoir soviétique. La situation écologique liée à l’assèchement de la mer d’Aral et au réchauffement climatique planétaire représente une véritable menace pour la sécurité socioéconomique des pays de la région. De surcroît, la présence d’immenses déserts, de chaînes montagneuses et l’existence d’un climat extrême rendent les sociétés vulnérables face au milieu naturel. Parmi les risques, on peut citer les brusques variations journalières et saisonnières des températures, les vents secs, les sécheresses ou l’excès ponctuel des précipitations, etc.

8La disparition de la mer d’Aral et ses conséquences sociales, économiques et environnementales pèsent sur l’ensemble de l’Asie centrale. À un degré ou un autre, elles touchent tous les pays et les notions de proche ou lointain ne sont pas pertinentes ici. La sécurité, au fond, est indivisible. La dialectique de la lutte contre les menaces montre clairement que les risques ne peuvent être dissociés les uns des autres, et que la question environnementale ne peut trouver de solution que grâce à des mesures et des actions communes et coordonnées des pays du monde (Turdiev, 2009, pp. 175-176).

9Les pays d’Asie centrale se situent dans un espace écologique commun, ce qui s’explique par une série de facteurs géographiques : une grande partie du territoire s’étend sur la dépression de Touran ; presque toute la région est soumise aux masses d’air océanique venues par l’ouest de l’Atlantique, mais qui ne sont que légèrement humides du fait de l’influence de la conti- nentalité ; le climat de type aride est caractéristique de cette région. Ce n’est pas sans raison que le voyageur russe I.V. Mušketov a décrit cette région comme un continent à part, se situant au milieu d’un autre, plus vaste et différent en tout (Mušketov, 1915, p. 2).

10La crise écologique actuelle exerce une influence manifeste sur le développement économique des pays de la région ; elle se fait sentir essentiellement sur le bien-être social et la qualité de vie des populations. L’accroissement des volumes de consommation d’eau, couplé au niveau croissant de pollution, réduit les possibilités d’accès à l’eau. Par exemple, au Kirghizstan, les cours d’eau des bassins des fleuves Ču et Naryn sont les plus pollués : le premier reçoit en vingt-quatre heures 300 000 m³ d’eau polluée et 50 000 m³ d’eau partiellement épurée. Ces rivières sont essentiellement polluées par les eaux usées du secteur agricole – les eaux de drainage des champs saturées par les produits de la désagrégation des engrais minéraux et des pesticides – mais également par les activités industrielles et domestiques. On relève systématiquement, dans de nombreux fleuves, une concentration croissante d’azote ammoniacal et d’azote nitrique, des composés de cuivre, de zinc, des dérivés du pétrole, des substances organiques et autres substances dangereuses, mais aussi des quantités résiduelles de pesticides du groupe DDT. Par ailleurs, la gravité du problème de la pollution des eaux souterraines par les nitrates s’est accentuée au niveau de la prise d’eau d’Orto-Alyšskij, qui fournit en eau potable 60 % de la ville de Bichkek. Des concentrations accrues en nitrates sont observées à une profondeur de 150 m. Cette pollution est liée au développement de l’agriculture irriguée et au manque de traitement des eaux usées des agglomérations.

11De plus, le système irrationnel d’irrigation et une consommation trop importante d’eau dans l’industrie et le secteur public conduisent à la perte d’une immense quantité de ressources hydriques. L’agriculture des pays de la région repose encore aujourd’hui sur une agriculture irriguée utilisant une technique traditionnelle, c’est-à-dire un système d’irrigation par canaux où les pertes en eau sont de 20 à 25 % en montagne, et jusqu’à 50 % dans les zones arides de plaine. En 1992 déjà, le bilan du Programme des Nations unies pour l’environnement dans la région d’Aral invitait à examiner l’état sanitaire, à prendre des mesures de réduction des rejets d’eaux polluées dans les rivières, et également à réaménager les systèmes d’irrigation et de distribution d’eau. De nouvelles techniques agricoles ont été proposées, ainsi que des méthodes et des stratégies d’utilisation des sols, prévoyant le passage de la monoculture à l’agriculture complexe (Novikov, 2001). L’agriculture intégrée doit être caractérisée par la combinaison et l’interaction rationnelle des composantes agraires et par une gestion optimale des processus agrotechniques, mais aussi par l’usage plus rationnel des ressources hydriques et des sols, et la combinaison productive des cultures.

L’intégration régionale, une solution pour résoudre les problèmes écologiques

12Il est temps de reconnaître clairement que l’accélération de l’intégration des pays d’Asie centrale est la seule voie valable pour la résolution des problèmes écologiques. En premier lieu, il est nécessaire d’organiser une large coopération au niveau régional. L’analyse consacrée à l’étude du développement des menaces écologiques montre que les solutions les plus efficaces pour lutter contre elles sont les actions collectives fondées sur le principe de la coopération régionale et de l’échange d’expérience et d’informations. Il est hors de doute que cela permettrait la mise en place de plans de réduction des risques écologiques, des plans de sécurité régionale, et des plans d’amélioration du système de gestion des ressources hydriques à l’échelle régionale.

13Cependant, ce n’est pas la direction choisie à l’heure actuelle. L’égoïsme politique et économique des États empêche de prendre des mesures efficaces et coordonnées pour faire baisser les risques écologiques. Le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, luttant pour le leadership de la région, se trouvent en concurrence politique et semblent se contenter de la devise : « Advienne que pourra ». Le Kirghizstan et le Tadjikistan, à l’important potentiel en ressources hydriques, mais dont les possibilités économiques et politiques sont limitées, agissent selon la maxime : « nous sommes petits, mais fiers ». Et le Turkménistan, comme toujours, reste neutre et ne fait pas de déclarations retentissantes. Une telle approche engendre une tendance aux actions unilatérales concernant l’utilisation des ressources hydriques des rivières transfrontalières. Chacun suit ses intérêts nationaux, se préoccupant peu de ceux de ses voisins et des conséquences sur la situation de la région.

14Jusqu’à présent, les pays de la région n’ont pas élaboré d’approche commune pour l’exploitation des ressources hydroélectriques ni pour la résolution de leurs problèmes écologiques. Plus précisément, ils n’ont toujours pas fixé les contours d’une nouvelle politique économique dans le domaine de l’usage régional des eaux, approche pourtant nécessaire pour mener des stratégiques politiques à long terme.

15En dépit de certaines ententes périodiques et d’accords interétatiques, il n’y a aucun mécanisme efficace de gestion commune des ressources hydriques. La question de l’utilisation mutuellement avantageuse des ressources hydriques des rivières transfrontalières de l’Asie centrale reste le problème clé des pays de la région. Aujourd’hui, alors que l’eau est considérée comme une ressource naturelle extrêmement rare et précieuse, sa consommation dans le monde s’accroît chaque année. Au début du XXIe siècle, plus de 70 % de la population mondiale vit dans des pays à fort stress hydrique. À titre de comparaison, en 1950, pas un seul pays dans le monde n’était en situation de stress hydrique élevé. Le stress hydrique se rapporte à une situation de déficit en eau, d’une mobilisation de plus de 40 % des ressources hydriques, d’une consommation souvent intense ne permettant pas le renouvellement naturel de l’eau. Le déficit en eau limite alors le développement économique du pays. Selon les prévisions, la situation en 2025 pourrait s’aggraver et 80 % de la population mondiale vivrait dans des pays où le stress hydrique serait élevé ou extrêmement élevé (Shiklomanov & Rodda, 2003, p. 16).

16Il convient ici de remarquer que le Kazakhstan, apparemment prospère du point de vue économique, est également soumis à ces menaces d’approvisionnement en eau. Ainsi, selon l’Institut géographique du Kazakhstan, qui a lancé un programme scientifique intitulé « Évaluation des ressources et prévision de la consommation des eaux naturelles du Kazakhstan dans des conditions de variations d’origine climatique et anthropique », le pays pourrait connaître une augmentation des températures moyennes et une réduction des précipitations moyennes annuelles à long terme. En tenant compte de ces tendances climatiques actuelles, les écoulements de surfaces du pays devraient diminuer. Les ressources des eaux superficielles totales de la république ont été évaluées pour la période 1974-2008 à 91,3 km³, dont 44,3 km³ proviennent des États limitrophes et 47 km³ de l’écoulement des bassins internes. En 2020, les écoulements de surface ne seraient plus que de 81,6 km³ par an, dont 33,2 km³ pour l’écoulement transfrontalier et 48,3 km³ pour l’écoulement interne. En 2030, les écoulements de surface devraient tomber à 72,4 km³. Le rapport, fait ressortir que cette baisse prévue des ressources des cours d’eau du Kazakhstan pourrait entraîner des changements notables dans la structure et l’importance de la consommation d’eau. Par ailleurs, un renforcement des conflits et des oppositions entre les consommateurs d’eau est possible, et notamment une tension accrue des relations internationales dans les bassins transfrontaliers (Kurtov, 2013).

17Les pays d’Asie centrale abordent les questions de consommation d’eau et de résolution des problèmes écologiques selon des points de vue géographique et économique divergents. D’un côté se trouvent les pays où se forment les ressources hydriques : Kirghizstan et Tadjikistan. Le Kirghizstan, par exemple, est l’un des premiers pays du monde par l’importance de sa couverture en glaciers de montagne : leur superficie s’élève à 8 094,5 km², ce qui équivaut à 4,2 % du territoire du pays (ou 37 % de toutes les réserves de glace de montagne de la CEI). Ils servent d’immense réserve d’eau douce pour toute la région. D’un autre côté, on trouve les pays qui sont les principaux consommateurs des ressources hydriques (Kazakhstan, Turkménistan et Ouzbékistan) et qui, dans une large mesure, dépendent de l’eau provenant des territoires des États limitrophes. C’est le cas de l’Ouzbékistan et du Turkménistan, en particulier, dont 80 à 90 % des ressources hydriques renouvelables proviennent de l’extérieur. Le Kazakhstan aussi est un pays en situation de dépendance hydrique, c’est la raison pour laquelle le problème de l’utilisation des rivières transfrontalières est également vital pour lui (Kožkenov, 2005).

18L’inégalité de la répartition des ressources hydriques dans la région conditionne les conflits d’intérêts entre fournisseurs d’eau et consommateurs ; elle joue également sur le potentiel conflictuel lié au statut de l’eau. En condition plus avantageuse, le Kirghizstan et le Tadjikistan considèrent l’eau comme une ressource nécessaire aux installations hydroélectriques et ce, dans le but de produire de l’électricité commercialisée dans le pays et à l’étranger. Par ailleurs, ces pays doivent résoudre la question du statut de l’eau : dans les conditions actuelles, doit-elle être considérée comme une ressource naturelle ou comme un bien commercial, ce qui lui donne- rait alors une valeur marchande ? Pour le Kazakhstan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan, il est indispensable que soit garanti l’approvisionnement en eau pour l’agriculture irriguée, sachant que le milieu rural considère l’eau comme un don de la nature. Ils exigent des volumes nécessaires, sans éprouver le besoin de s’affranchir d’une compensation, ne serait-ce que partielle, pour les dépenses d’entretien des barrages et des systèmes d’irrigation qui assurent l’approvisionnement en eau de leur territoire. À cause de ces divergences économiques, la résolution des problèmes écologiques régionaux est sans cesse remise à plus tard.

19Les pays de la région, quelle que soit leur position géographique, en amont ou en aval, ne doivent pas oublier qu’il existe encore un autre utilisateur important d’eau : la mer Aral (ou ce qu’il en reste). De son remplissage dépendent aujourd’hui l’état écologique de tous les territoires, leur bien- être socioéconomique et leur entente politique. La situation écologique de la région est aussi très inquiétante en amont, en particulier sur les monts Tian Chan et le massif du Pamir. Les processus de dégradation de l’environnement s’intensifient en raison du réchauffement climatique global, de la diffusion de ce qu’on appelle « la poussière d’Aral » – qui entraîne la pollution et la fonte des glaciers – et de l’action anthropique : réduction de la superficie des massifs forestiers, salinisation, pollution et érosion des sols qui entraînent une baisse des rendements agricoles, etc.

20Le changement climatique se manifeste par deux facteurs. Premièrement, durant tout le XXe siècle, la température annuelle moyenne de l’air au sol au Kirghizstan a continuellement augmenté : 1,6°C sur un siècle, soit 16 % de hausse. Sur la même période, les précipitations sur tout le territoire ont augmenté, de manière négligeable, de 23 mm, soit 6 %. Comme on peut le constater, durant tout le siècle dernier, un processus d’aridification du climat de la république s’est déroulé de manière claire, dépassant de deux fois le niveau mondial (Bokonbaev, 2007, p. 4). Deuxièmement, chaque année, dans la mesure où le fond de la mer Aral se découvre, 70 à 100 millions de tonnes de sel et de pesticides sont diffusées dans l’atmosphère. Si la superficie exondée continue à augmenter sous l’effet de l’assèchement de l’Aral, la pollution des glaciers par les poussières, le sel et autres microparticules ne peut que s’intensifier, ce qui conduira à une intensification de la fonte des glaciers. Ainsi, on estime que sur la période 1957-2010, les glaciers ont perdu de 28 à 38 % de leur masse de glace, et dans les dernières années, le rythme de leur fonte s’élèverait à environ 1 % par an. Parallèlement, on a enregistré durant les dernières décennies une baisse des débits fluviaux liée à l’action anthropique : dans le bassin de la mer d’Aral jusqu’à 102,2 km³/ an ; dans les bassins des rivières Syr Daria et Amou Daria, respectivement, jusqu’à 35,5 et 66,7 km³/an (Khadžamberdiev et al.).

21Ces dernières années, on observe aussi au Kirghizstan un processus (que l’on retrouve dans d’autres installations hydrauliques) de brusque baisse du niveau du lac de barrage de Toktogul, le plus grand réservoir artificiel d’eau d’Asie centrale. Si ce réservoir est capable de stocker jusqu’à 19,5 km³ d’eau, il n’en contient aujourd’hui que 6,8 km³. Si la tendance à la baisse se poursuit, cela peut mener à un arrêt de l’usine de Toktogul, la plus grande centrale hydroélectrique du Kirghizstan avec une puissance de 1 200 mégawatts. Ce phénomène signifierait un effondrement énergétique d’ampleur régionale.

22Le réchauffement prévu du climat, le manque d’eau et l’augmentation des autres risques naturels vont aggraver la situation écologique de la région. Ces perspectives, en particulier celle de l’utilisation des ressources hydriques, pourraient engendrer des menaces d’ordre géopolitique, comme le fait remarquer E. Rakhmatullaev, qui considère que :

dans ce contexte, la réalisation d’une diplomatie préventive et d’une force politique des États de la région devient manifestement nécessaire. La reconnaissance de cette élite politique de l’Asie centrale donnerait la possibilité non seulement d’assurer le calme et la stabilité dans la région, mais elle créerait aussi les conditions d’une croissance économique continue (Rakhmatullaev, 2007, p. 41).

23Le développement économique des pays d’Asie centrale dépend de l’approvisionnement en ressources hydriques, dans la mesure où se sont constituées historiquement et géographiquement des activités consommatrices en eau : culture du coton et du riz, hydroélectricité, métallurgie non ferreuse (aluminium, or, cuivre). C’est pourquoi, pour garantir leur développement à long terme, les pays doivent participer pleinement à l’intégration régionale qui leur est mutuellement avantageuse. De plus, en tant que signataires de divers accords internationaux de protection de la nature prenant en compte le changement climatique, la protection de la biodiversité, la pollution transfrontalière, ils se doivent d’agir en accord avec les normes et les lois internationales. La consommation en eau des États doit se réaliser sur la base de l’égalité souveraine, du bon voisinage et de la réciprocité des avantages. La convention de l’ONU pour la conservation et l’utilisation des cours d’eau transfrontaliers et des lacs internationaux (1992), la convention sur le droit de l’utilisation des cours d’eau internationaux, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies (1997), préconisent une utilisation rationnelle et juste des eaux transfrontalières, qui tienne tout particulièrement compte de la spécificité de toute activité transfrontalière ou susceptible de l’être. De ce point de vue, les glaciers jouent un rôle significatif : tous les pays de la région – et pas seulement ceux où sont situés ces glaciers – doivent se soucier de leur conservation qualitative et quantitative. Dans le cas où il leur serait porté atteinte, des mesures coordonnées pour éviter leur disparition ou leur diminution doivent être prises.

24Il serait faux de dire que les dirigeants des pays d’Asie centrale n’ont entrepris aucune tentative de régulation de l’utilisation des ressources hydriques de la région. Lors de la conférence internationale de Nukus en Ouzbékistan, le 20 septembre 1995, les chefs d’État ont solennellement proclamé leur adhésion aux idées d’égalité en droit et de coopération interétatique pour les problèmes hydriques. Dans la Déclaration de Nukus, les présidents des cinq États de la région ont confirmé leurs obligations de coopération complète à un niveau régional sur la base du respect mutuel, du bon voisinage et de la résolution des problèmes hydriques de l’Asie centrale. Cette proclamation a été suivie par la déclaration des chefs d’État à Bichkek le 6 mai 1996, où, pour la première fois, a été reconnue la nécessité d’accélérer l’élaboration d’une nouvelle stratégie de la répartition de l’eau et des méthodes économiques de gestion des ressources hydriques et énergétiques. En 1998, un accord a été adopté sur la coopération dans le domaine de la protection de l’environnement et de l’exploitation rationnelle des ressources naturelles. La nécessité de la création d’un consortium hydroénergétique à l’échelle de l’Asie centrale y était soulignée. Cependant, la création de ce consortium est encore aujourd’hui freinée. Les différends, la réticence à faire des compromis, la crise de confiance et la rivalité politique régionale empêchent la réalisation d’un tel projet. Les ressources hydriques en Asie centrale, qui assurent l’approvisionnement en eau potable, l’irrigation et la production hydroélectrique, sont réparties inégalement, et elles sont de surcroît utilisées par les États dans des conditions de concurrence. Or, avec la croissance démographique de l’Asie centrale, la détérioration du climat et de l’environnement, cette concurrence ne fait que s’accentuer. En 2006, un sommet informel des dirigeants des pays d’Asie centrale s’est tenu à Astana. Les problèmes de l’utilisation régionale des ressources hydriques de la région ont été à nouveau passés en revue. Cependant, aucune décision pratique n’a été prise, les parties ayant seulement souligné, une énième fois, la nécessité de résoudre de façon concertée les problèmes de l’utilisation et de la consommation des ressources hydriques à l’échelle interétatique (Kirsanov, 2006). Malheureusement, les ambitions politiques des dirigeants des pays de l’Asie centrale prévalent pour l’instant sur les intérêts communs. Dans la mesure où l’eau de l’Asie centrale est une richesse naturelle primordiale, la question des ressources en eau est prioritaire et doit être résolue par les chefs d’État au niveau le plus élevé. On ne peut pas la résoudre autrement.

25Les États d’Asie centrale restent unis par leur histoire et leur imbrication ethnique, ce qui est favorable au développement de divers processus d’intégration. L’histoire générale du développement, la langue, une culture fondée sur les traditions de l’islam, la similarité des types dominants d’agriculture et d’exploitation minérale constituent des facteurs d’intégration. Les nombreux problèmes économiques, sociaux, politiques et écologiques de chaque pays sont si importants et interdépendants que l’émergence d’une coopération et d’une collaboration régionale peut être considérée comme l’unique plateforme constructive d’un développement futur (Umaraliev et al., 2012a, p. 142). Les tendances au renforcement de la coopération régionale, à l’intégration et au partenariat pourraient devenir un motif d’espoir pour la croissance économique de tous les pays et permettraient à l’Asie centrale d’acquérir un statut politique plus important sur la scène internationale (Umaraliev et al., 2012b, p. 60).

Conclusion

26Dans les pays d’Asie centrale, la qualité de la gestion et de l’utilisation des ressources hydriques transfrontalières doit être améliorée, l’égale participation de tous les acteurs de la région mérite encore d’être développée. Il est indispensable que toutes les actions soient menées afin d’obtenir une coopération totale de tous les États de la région et en vue de l’utilisation écologique et économique des ressources hydriques. Celles-ci ne doivent pas être une source de tension, mais le moyen d’un partenariat et d’une coopération. Nous devons comprendre que la sécurité écologique est la condition sine qua non du bien-être de toute l’Asie centrale. Nonobstant l’échec des tentatives de coopération sur cette question, il faut néanmoins parvenir à la création d’un centre supranational d’utilisation et de conservation des ressources hydriques, de collecte, d’élaboration et de diffusion des informations, d’échanges transdisciplinaires et interétatiques, de conduite de recherches scientifiques communes.

27Le temps est venu d’élaborer et de réaliser une conception commune fondée sur : a) la communauté des intérêts de tous les pays d’Asie centrale pour le développement durable et l’exploitation écologique des ressources naturelles ; b) la garantie d’un apport commun en eau à la mer d’Aral ; c) la mise en œuvre d’une coopération financière afin de réaliser les investissements nécessaires et de partager les dépenses d’entretien des réservoirs et autres systèmes d’irrigation du domaine public (compensation commune) ; d) la coordination avec d’autres pays et les institutions internationales (ONU, OCS, OSCE, FMI, etc.).

28Dans cette logique, il convient également d’examiner les mesures d’urgence à prendre. La reconstruction complète des systèmes obsolètes d’irrigation et de drainage est indispensable pour prévenir les pertes en eau dues à l’infiltration et à l’évaporation dans tous les bassins. Il est nécessaire de ne plus permettre la suralimentation en eau des canaux et d’installer et d’élargir l’usage des systèmes d’irrigation goutte à goutte et par aspersion. Il faut donc prendre en compte l’utilité des méthodes et des technologies économes en eau dans le secteur agricole et industriel. La protection contre les coulées de boue et les inondations, la consolidation des rives, l’augmentation des surfaces de reboisement pour une régulation naturelle de l’eau (retenue et accumulation) sont des mesures indispensables pour faire face aux risques environnementaux. Il est urgent d’améliorer la qualité de l’eau, d’approvisionner la population en eau potable. Il est important également d’assurer la stabilité des écosystèmes fluviaux, de préserver leurs équilibres et leurs biocénoses.

Haut de page

Bibliographie

Bokonbaev K., 2007, «Global’noe izmenenie klimata i vodnaâ politika v Central’noj Azii : novye vyzovy i ugrozy» [Changement climatique global et politique de l’eau en Asie centrale : nouvelles perspectives et menaces], Journal Èrkin too 64, 7 septembre.

Khadžamberdiev I., Šablovskij V, Ponomarev V. et al., s.d., «Vodnye pro- blemy Central’noj Azii» [Les problèmes hydriques de l’Asie centrale], portail ÈkoDelo [http://ecodelo.org/4304-vodnye_problemy_tsentralnoi_azii-kompleksnoe_upravlenie_rechnymi_basseinami]

Kirsanov I., 2006, «Bitva za vodu v Central’noj Azii» [Bataille pour l’eau en Asie centrale], Fond Nasledie Evrazii [http://www.fundeh.org/publications/ articles/48/].

Kožkenov S., 2005, «Transgraničnye reki. Strategičeskij resurs vodoopespečeniâ Kazakhstana» [Les rivières transfrontalières. Ressource stratégique de l’approvisionnement en eau du Kazakhstan], Agence d’information KazInform, 21 octobre [https://ca-news.info/2005/10/21/22].

Kurtov A., 2013, «Vodnye resursy kak pričina konfliktov v Central’noj Azii» [Les ressources hydriques comme facteur de conflits en Asie centrale], Svobodnaâ Mysl’ [Pensée libre], vol. 3 [http://svom.info/entry/350-vodnye-resursy-kak-prichina-konfliktov-v-centralno].

Mušketov I.V., 1915, Turkestan [Turkestan], 2e édition, vol. 1, Saint-Pétersbourg.

Novikov R., 2001, «Ekologičeskie programmy OON dlâ Central’noj Azii» [Les programmes environnementaux de l’ONU pour l’Asie centrale], Mirovaâ èko- nomika i meždunarodnye otnošeniâ [Économie mondiale et relations internationales], vol. 5, pp. 15-22.

Rakhmatullaev È., 2007, «Nužna li Central’noj Azii preventivnaâ diploma- ciâ?» [L’Asie centrale a-t-elle besoin d’une diplomatie préventive ?], Mirovaâ èkonomìka i meždunarodnye otnošeniâ [Économie mondiale et relations internationales], vol. 10.

Shiklomanov I.A & John C. Rodda (eds), 2003, World Water at the Beginning of the 21st Century, Cambridge University Press.

Turdiev T.I., 2009, Ekologo-èkonomičeskaâ bezopasnost’ Kyrgyzskoj respubliki [Sécurité économico-environnementale du Kirghizstan], Och: Obltipografiâ.

Umaraliev R.A., Khetagurova V.Sh., Moura R. et al., 2012a, «Central’naâ Aziâ : regional’naâ ugroza stikhijnykh bedstvij i tempy social’no- èkologičeskogo razvitiâ» [Asie centrale : menace régionale des catastrophes naturelles et du rythme de développement socio-environnemental], Actes de la 6e conférence annuelle de recherche russe, dédiée à la journée de l’écriture slave «Rol’ i značenie russkogo âzyka v integracii étnosov, konfessij i kul’tur na mnogonacional’nom prostranstve Sodružestva nezavisimykh gosudarstv (SNG)» [Rôle et signification de la langue russe dans l’intégration des ethnies, confessions et cultures dans l’espace multiethnique de la Communauté des États indépendants (CEI)], Dedovsk : RGSU.

—, 2012b, «Central’naâ Aziâ: voprosy social’no-ékonomičeskogo razvitiâ» [Asie centrale : les questions du développement socioéconomique], Ènergiâ [Énergie], vol. 9, Moscou : RAN.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdurašit Nizamiev, « Amélioration de la politique de l’eau en Asie centrale », Cahiers d’Asie centrale, 25 | 2015, 179-193.

Référence électronique

Abdurašit Nizamiev, « Amélioration de la politique de l’eau en Asie centrale », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 22 décembre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/3168

Haut de page

Auteur

Abdurašit Nizamiev

Nizamiev Abdurašit Gumarovič, docteur en sciences géographiques. Depuis 2011, il dirige le département des relations internationales de l’université d’État d’Och. Il a soutenu sa thèse sur l’économie du tourisme, et sa thèse post-doctorale sur la géographie du tourisme. Spécialiste en économie et géographie du tourisme, en géographie économique, sociale et politique, en écologie, en économie régionale, en marketing, il est l’auteur de plus de cent travaux scientifiques et scolaires, dont deux monographies et six manuels. Contact : rashit-eco@mail.ru

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org