Navigation – Plan du site
Deuxième partie. L’eau, un enjeu de société

L’impact de la pression démographique sur la rivière Ili (Xinjiang)

Yiliminuer Tuerxun et Yalikun Tashi
p. 155-178

Résumés

La surexploitation de la section amont de la rivière Ili située en territoire chinois est largement liée à la forte croissance démographique que connaît la région depuis un demi-siècle. L’augmentation de la population est en partie due à l’arrivée massive de migrants han, surtout installés dans le cadre des unités du Corps de construction et de production du Xinjiang. Les besoins en eau s’accroissent et se diversifient : augmentation du nombre de fermes d’élevage, de la surface irriguée surtout consacrée à la culture du coton, essor de l’industrialisation et de l’urbanisation dans la préfecture d’Ili. Ainsi, à une dégradation quantitative de la ressource en eau s’ajoute une dégradation qualitative. Les rejets industriels et domestiques et l’érosion des sols sont des sources principales de pollution de la rivière. Il est évident qu’en aval, le lac Balkhach situé au Kazakhstan et principalement alimenté par la rivière Ili ne survivra pas sans un retour à l’équilibre environnemental, en harmonie avec une meilleure gestion du développement à l’échelle du bassin de la rivière Ili.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La préfecture d’Ili est distincte de la préfecture autonome kazakhe d’Ili, qui recouvre les préfect (...)

1La population multiethnique de la préfecture d’Ili1 (région autonome ouïgoure du Xinjiang), composée à l’origine d’Ouïgours, de Kazakhs, de Huis, de Kirghizs, de Tatars, d’Ouzbeks, de Mongols et de Tadjiks a augmenté régulièrement du fait de l’implantation massive de migrants. Le Corps de construction et production du Xinjiang, institution paramilitaire créée en 1954 afin de contrôler les territoires frontaliers du Xinjiang et d’assurer le développement par l’ouverture de fronts pionniers, a considérablement modifié la structure et la répartition de la population. Un développement agricole forcené, une urbanisation et une industrialisation spectaculaire ont négligé le principe d’équilibre entre homme et ressources par une méconnaissance du milieu naturel et culturel de la région. Le résultat d’une agriculture importée aux techniques inadaptées parle de lui-même : assèchement des cours d’eaux, gaspillage et pollution de l’eau, épuisement des sols, stérilisation des terres, perte de biodiversité, etc. Le changement climatique a indéniablement un impact sur ces phénomènes, mais les études récentes ont montré que les effets de l’activité humaine étaient beaucoup plus prégnants et immédiats que ceux dus au réchauffement climatique (Yiliminuer, 2009). Dans un rapport sur le bassin de l’Ili, les Nations unies ont alerté les États et l’opinion publique du risque de catastrophe écologique qui pèse sur la région et dont les conséquences les plus spectaculaires seraient l’assèchement complet du lac Balkhach (PNUD, 2004). C’est pourquoi il est important d’analyser la pression exercée par l’homme sur les ressources du bassin amont de la rivière Ili, rivière internationale stratégique car elle contribue aussi au développement agricole et industriel (hydroélectricité) du Kazakhstan oriental et à l’alimentation en eau du lac Balkhach à hauteur de 80 %.

2À partir des données des recensements et des statistiques, nous analyserons dans cet article la corrélation entre l’intensification des activités humaines dans la préfecture d’Ili et la diminution du débit et la pollution de la rivière d’Ili. L’usage de l’eau dans le domaine agricole, urbain et industriel ainsi que les problèmes sociaux provoqués par la diminution de la qualité et de la quantité de l’eau seront abordés.

Les caractères généraux du bassin amont de l’Ili

Le contexte géographique

3Au nord-ouest du Xinjiang, la préfecture d’Ili (Figure 22) s’inscrit au sein de la haute chaîne des Tian Shan. Les montagnes et les collines représentent respectivement 67 % et 9,9 %, les plaines et vallées occupant la surface restante soit 23,1 % (Wang, Yang & Zhang, 2008, p. 13). Les contrastes de relief sont accentués : les altitudes varient entre 580 et 740 m pour les plaines et atteignent 4 000 à 6 000 m pour les crêtes qui cernent le bassin amont d’Ili. Haut et étroit à l’est, le bassin devient bas et large vers l’ouest, où il s’ouvre sur la grande plaine du Jeti Sou située au Kazakhstan. Limité au nord par les massifs Kögürchin et Bolxinur, et au sud par ceux du Narrât et du Halik, il présente la forme d’une gouttière d’une longueur est-ouest de 350 km pour une largeur nord-sud variant entre 60 et 180 km et dont le fond est occupé par la vallée de l’Ili.

Figure 22 : Situation géographique de la préfecture d’Ili

Figure 22 : Situation géographique de la préfecture d’Ili

4Un climat continental règne sur la région. Contrairement au reste du Xinjiang, il est ici plus doux et humide. L’été est chaud mais les canicules sont peu fréquentes, l’hiver est froid mais sans être extrême. La température augmente vite au printemps et chute rapidement en automne. En raison de la complexité du relief, les variations climatiques locales sont importantes. Les plaines et les vallées de l’ouest sont plus chaudes et ensoleillées, mais l’eau y manque. Inversement, les vallées et les collines de l’est sont plus fraîches et arrosées. Les données climatiques pour la région indiquent un ensoleillement moyen annuel de 2 000 à 2 900 heures, un rayonnement solaire global de 56,7 à 58,104 J/cm², une période sans gel de 140 à 180 jours et une température moyenne annuelle comprise entre 2,9 et 9,1°C. Si les précipitations moyennes annuelles du Xinjiang s’élèvent à 167 mm/an (Xinjiang Statistical Book, 2011), elles sont de 200 à 500 mm/an pour la préfecture d’Ili et affichent une forte disparité locale : entre 400 et 600 mm dans les zones montagneuses, qui jouent le rôle de château d’eau. Ainsi, la région est riche en eau avec un écoulement total des eaux de surface de 16,7 km³ par an, soit environ 20 % du volume total du Xinjiang. La ressource en eau est de 9 993 m³ par habitant et par an, soit 1,95 fois plus que celle du Xinjiang (5 130 m³) (Li, Xu, Song et al., 2007, p. 40). Les conditions climatiques régionales uniques et l’abondance des ressources naturelles permettent à la région d’Ili d’être une base importante de production en céréales, huile, sucre et viande. Elle joue un grand rôle dans l’économie de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang.

Un bassin versant endoréique transfrontalier

5La rivière Ili est une rivière qui prend sa source au Xinjiang et se jette dans le lac Balkhach au Kazakhstan, terminus hydrographique d’un vaste bassin endoréique de 413 000 km² (voir carte en Annexe n° 16). Dans sa partie amont, l’Ili naît de la confluence de trois rivières le Tékes, le Künes et le Kax – issues des monts du Tian Chan. La rivière Tékes prend sa source au Kazakhstan dans l’extrémité orientale de la chaîne du Terskej Ala-Too puis entre en Chine par le bassin Mongol Kura. Longue de 345 km, elle rejoint les rivières Künes et Kax qui ont des longueurs respectives de 258 km et 316 km. La rivière Ili totalise une longueur de 1 439 km, dont 442 km sur le territoire chinois pour une superficie du bassin de 56 382 km². En raison d’une pluviométrie relativement généreuse dans ce contexte continental, l’Ili est l’une des rivières les plus importantes du Xinjiang. Entouré sur trois côtés par des chaînes de montagnes, le haut bassin intra-montagnard est ouvert vers l’ouest de sorte que les flux d’air venus de l’ouest peuvent largement y pénétrer. Les hautes montagnes couvertes de neige et de glace jouent un rôle de château d’eau pour l’alimentation des torrents et des rivières. La superficie des glaciers alimentant le bassin est de 3 052 km², ce qui représente 26,1 % de la surface englacée totale du Xinjiang (Zhang, 2005, p. 143). De plus, le climat continental est ici moins rigoureux que dans la plaine kazakhe car les hautes montagnes situées au nord du bassin font obstacle aux masses d’air froid. Ainsi, la vallée de l’Ili produit en abondance du blé, du coton, du riz, de la lavande, si bien que son agriculture réalise 19,72 % de la production agricole totale du Xinjiang.

6Dans ce bassin, le volume total des eaux de surface est de 22,84 km³ par an, dont 16,97 km³ sont formés en territoire chinois et 5,87 km³ au Kazakhstan. Avec 80 % du volume d’eau se déversant dans le lac Balkhach, l’Ili en est le principal contributeur, le reste provenant des cours d’eau de la partie orientale du bassin – Karatal, Aksu, Lepsi et Ayaköz. Le régime hydrologique de l’Ili est de type pluvio-nival : 51,2 % du débit est observé entre juin et août, 20,2 % de mars à mai, 18,8 % de septembre à novembre et 10,8 % de décembre à février (idem). Particulièrement dépendante des précipitations et de la fonte des neiges, la rivière Ili connaît d’importantes variations interannuelles de son débit.

La dégradation de l’écoulement de la rivière Ili

7L’abondance de l’eau dans la région a, depuis des siècles, attiré les hommes. Les sociétés paysannes composées des communautés ouïgoures, kazakhes, kirghizes, huis, mandchoues, xibes et mongoles ont su maîtriser et exploiter les eaux de l’Ili et créer, notamment sur les piémonts, de nombreuses oasis. Ces sociétés ont développé une économie traditionnelle basée sur l’agriculture et l’élevage. À l’époque de Min guo (1911-1949), les eaux de surface et souterraines étaient largement utilisées pour l’irrigation des oasis. Les cultures de blé, de fruits et de légumes occupaient 182 900 ha de terres arables en 1949 (Annuaire statistique d’Ili, 1998). Le paysage oasien était dominé par le peuplier blanc, un arbre haut de 15 mètres planté sur deux ou trois rangées afin de former un rideau végétal. Aujourd’hui encore, il est l’élément principal des plantations coupe-vent qui bordent les routes, les pistes et les canaux. Il ceinture les parcelles cultivées de maïs, colza, coton et légumes, où il est aussi parfois associé à des saules et à des mûriers.

8L’évolution de l’utilisation des sols et de l’eau dans la préfecture d’Ili a entraîné des changements hydrologiques et écologiques dont les effets se font sentir en Chine mais également au Kazakhstan. Si l’on observe l’utilisation des sols exploités dans la vallée, entre 1985 et 2008, les terres arables et les surfaces boisées sont respectivement passées de 201 200 ha à 250 940 ha et de 10 010 ha à 11 460 ha, soit une augmentation de 19,82 % et de 12,65 %. La superficie des prairies a, quant à elle, diminué de 37,82 %, passant de 265 600 ha à 192 700 ha, en raison du surpâturage et de l’extension des terres labourées. Une exploitation inappropriée de la terre et l’utilisation massive de l’eau pour l’irrigation sans système efficace de drainage a produit la dégradation des sols par salinisation. La désertification s’observe par une augmentation des sols salés et sableux, dont la surface est passée de 15 630 ha à 29 540 ha entre 1980 et 2008 (Chen et al., 2012, p. 553).

9L’augmentation rapide des surfaces irriguées est également à l’origine d’une dégradation hydrologique. L’étude de l’évolution des débits basée sur les trois stations hydrologiques de Yamadu, Kapčagaj et d’Ušžarma, situées respectivement sur le cours amont, moyen et aval de la rivière Ili (voir carte en Annexe n° 16), montre une diminution régulière du débit de l’Ili. Entre 1949 et 1969, les débits annuels moyens enregistrés dans ces trois stations étaient respectivement de 12,2 km³, 14,9 km³ et 15 km³. Durant la période 1970-1986, les débits annuels mesurés ont diminués de 1,7 km³ à Yamadu, de 3,3 km³ à Kapčagaj et de 3,4 km³ à la station d’Ušžarma (Fu & Yang, 2009, p. 19), soit une baisse respective de 14 %, 22 % et 23 % (Figure n° 23).

Figure 23 : Évolution du débit de la rivière Ili

Figure 23 : Évolution du débit de la rivière Ili

Source : Fu & Yang, 2009, p. 19.

10La réduction du débit est particulièrement importante dans la partie aval du bassin, au Kazakhstan. Le débit moyen observé sur l’Ili au niveau de son delta sur le lac Balkhach était de 384 m³/s entre 1930 et 1969, avant la construction du réservoir de Kapčagaj, puis de 318 m³/s entre 1970 et 2009 (Zhakupbay et al., 2012). La dégradation hydrologique de la rivière Ili est essentiellement liée à l’intensification des activités humaines, surtout dans la partie amont de la rivière. Considérée comme abondante, l’eau de l’Ili est utilisée sans aucun plan de gestion durable du fait de la recherche d’une production maximale. D’ailleurs, un projet de transfert nord-sud prévoit à l’horizon 2020 de détourner 2 km³ d’eau par an de la rivière Ili en direction du Xinjiang du Sud, plus aride. La construction d’un canal doit permettre de soutenir le volume de la rivière Tarim dont le débit est largement dégradé par l’intensité des prélèvements liés aux besoins industriels, agricoles et domestiques grandissants.

11Dans ce contexte, il est important de considérer la question de l’évolution démographique et des principales activités économiques de la vallée qui se situe dans la province d’Ili. Des prélèvements en eau toujours plus importants conjugués à une population grandissante aspirant à un niveau de vie plus élevé, représentent un défi majeur pour l’avenir proche du bassin de l’Ili et du lac Balkhach.

Une forte croissance démographique dans la préfecture d’Ili renforce la pression sur la ressource en eau

Des oasis très peuplées

12Entre 1949 et 2011, la population totale du Xinjiang a été multipliée par cinq, passant de 4 333 400 habitants à 22 327 800 habitants ; celle de la préfecture d’Ili a connu une croissance encore plus rapide car elle a été multipliée par sept, passant de 408 300 à 2 884 700 habitants. La densité moyenne de la préfecture d’Ili a augmenté en parallèle de 7,3 à 51 hab/km², bien plus élevée que celle du Xinjiang (2,7 à 14 hab/km² à ces dates) (Annuaire statistique du Xinjiang, 2012).

13Sur la Figure n° 24A, les unités administratives de Ghulja et Kuytun affichent une densité maximale, soit respectivement 690 hab/km² et 263 hab/km² ; la densité minimale se manifeste à Nilka avec 18 hab/km². Cette densité moyenne reste imprécise dans la mesure où le découpage administratif intègre des espaces très faiblement peuplés constitués de montagnes, de steppes et de prairies. La population se concentre pour l’essentiel le long des cours d’eau, la forme du peuplement étant l’oasis, « espace utile » qui abrite les villes et les territoires cultivés. Le calcul de la densité à l’échelle des espaces oasiens (Figure n° 24B) montre des densités de peuplement très élevés, bien sûr dans les districts urbains comme Ghulja avec 1 973 hab/km² ou Kuytun avec 1 008 hab/km², mais aussi dans des districts plus ruraux comme Korghas avec 308 hab/km² ou Tékes avec 267 hab/km².

Figures 24 : Densité générale par unité administrative (A) et densité dans les oasis (B), préfecture d’Ili en 2010

Figures 24 : Densité générale par unité administrative (A) et densité dans les oasis (B), préfecture d’Ili en 2010

Source : Annuaire statistique d’Ili, 2011.

14Ces fortes densités oasiennes s’expliquent par une croissance démographique notable alimentée par l’accroissement naturel et un solde migratoire positif depuis 1949. Pourtant, la mise en place de la politique de limitation des naissances a tenté de freiner l’augmentation de la population. La limitation des naissances est apparue officiellement pour la première fois dans le Programme national pour le développement de l’agriculture du 25 janvier 1956. Le moyen principal alors proposé pour réduire les naissances était le mariage tardif. Le lancement du Grand Bond en avant, en 1958, met un terme à cette première campagne. Une deuxième est lancée en 1962, interrompue à son tour par la Révolution culturelle de 1966. Une troisième campagne, impulsée en 1972, fixe un système de quotas et de règles afin de limiter les naissances. La planification familiale dispose de son slogan : « wan, xi, shao » [tardives, espacées, limitées] (Yiliminuer, 2014). Le troisième plénum du XIe Comité central du Parti communiste chinois demande, en 1978, d’accorder une extrême attention à la planification des naissances dont la finalité est la réduction de la croissance démographique et l’amélioration de la qualité de vie de la population. En 1979, la troisième campagne est transformée en politique pour l’enfant unique. Si les couples des zones rurales peuvent avoir deux, voire trois enfants, les couples urbains ne peuvent en avoir qu’un ; par ailleurs, toute grossesse non déclarée à l’administration doit être stoppée (Yiliminuer, 2014, p. 14).

Figure 25 : Croissance naturelle de la population de la préfecture d’Ili (1978-2005)

Figure 25 : Croissance naturelle de la population de la préfecture d’Ili (1978-2005)

Source : Annuaire statistique d’Ili, 2006.

  • 2 Pour les statistiques, voir Annuaire statistique du Xinjiang, 2012. En 1949, la population totale d (...)

15Cette politique de limitation des naissances a été lancée à partir des années quatre-vingt au Xinjiang, mais les minorités ethniques n’ont pas été soumises à la règle de l’enfant unique et ont pu bénéficier d’une politique de planning familial plus souple leur permettant d’avoir deux enfants pour les couples citadins et trois pour les ruraux. C’est la raison pour laquelle, les taux de natalité et d’accroissement naturel des minorités ethniques sont plus élevés que ceux de la population majoritaire (Figure n° 25). Cependant, l’impact de l’accroissement naturel des minorités nationales doit être relativisé car leur poids dans la population totale n’a fait que reculer au cours des dernières décennies. Si les minorités nationales représentaient 97,99 % de la population totale de la préfecture en 1949 ; elles ne sont plus que 62,83 % en 20102. L’augmentation de la population de la préfecture est donc aussi le fait d’un solde migratoire largement positif, le Xinjiang constituant une terre d’immigration pour les Hans à l’échelle de la Chine.

Un contexte migratoire organisé par l’État central

16Dans la préfecture d’Ili, en 1978, le taux de natalité et de mortalité des Hans était respectivement de 19,38 ‰ et 2,76 ‰, celui des minorités nationales était de 27,04 ‰ et 6,11 ‰. En 1984, juste après le lancement de la politique du planning familial, ces deux taux sont tombés à 6,58 ‰ et 1,44 ‰ pour les Hans, et à 26,06 ‰ et 5,87 ‰ pour les minorités. Malgré cette tendance à la baisse, la population han de la préfecture d’Ili est passée, en chiffres absolus, de 8 200 à 1 066 300 personnes entre 1949 et 2010, ce qui correspond à une évolution de 2 % à 35,22 % de la population totale (Figure n° 26).

Figure 26 : Évolution de la population han et de la population totale de la préfecture d’Ili

Figure 26 : Évolution de la population han et de la population totale de la préfecture d’Ili

Source : Annuaire statistique du Xinjiang, 1949-2011.

17Cette très forte augmentation des Hans est due à la politique migratoire organisée par l’État chinois depuis les années cinquante et aux migrations spontanées qui se sont multipliées à partir des années quatre-vingt. Le gouvernement central a encouragé la migration des colons han afin d’assurer le développement économique et la stabilité de cette périphérie lointaine du Xinjiang. Pour des raisons stratégiques, il s’agissait de peupler les zones frontières aux faibles densités comme celle de la préfecture d’Ili par le développement de fronts pionniers agricoles et par la construction de villes comme celle de Kuytun créée en 1975.

18Le programme planifié de colonisation a surtout reposé sur le Corps de production et de construction du Xinjiang (CPCX) qui a recruté des jeunes adultes de Shanghai, Pékin, Tianjin, Wuhan et des provinces du Jiangsu et du Zhejiang. Le CPCX est une organisation gouvernementale économique et paramilitaire spécifique à la région autonome du Xinjiang. Après la fondation de la Chine nouvelle en 1949, le gouvernement chinois a décidé d’installer des paysans-soldats pour garder les frontières et défricher les terres. Avant 1975, le Corps était sous la direction de la région militaire du Xinjiang ; depuis 1975, il est placé sous la direction du gouvernement local, et classé dans la catégorie du « service agricole de défrichement ». Aujourd’hui, le CPCX dépend directement du gouvernement central mais conserve toujours sa double mission d’exploitation et de défense. Présent sur l’ensemble du Xinjiang, il s’organise en 14 divisions (zones de défrichement) et possède une autorité administrative sur plusieurs villes de taille moyenne ainsi que sur des villages et des fermes. Il a sa propre structure administrative et remplit des fonctions normalement dévolues au gouvernement, comme la santé ou l’éducation dans les zones sous sa juridiction. Le gouvernement de la région autonome du Xinjiang n’interfère généralement pas avec le Corps dans les zones placées sous son contrôle. Les réformes économiques de 1978 ont entraîné un relâchement du contrôle sur la mobilité des populations.

19Bien que le Xinjiang soit une région moins développée que les provinces côtières, il possède 22 % du pétrole, 28 % du gaz naturel et 40 % du charbon de la Chine. L’investissement de l’État pour le Programme de développement de l’Ouest a permis l’exploitation des nouveaux gisements d’hydrocarbures, la construction d’oléoducs, de gazoducs et de routes, la mise en chantier de complexes pétrochimiques parmi les plus importants de Chine (Dushanzi et Luntai). Tous ces investissements sont des opportunités qui attirent les migrants surtout venus des provinces densément peuplées du Sichuan, du Henan et du Jiangxi, qui ont l’espoir d’améliorer leurs conditions de vie en s’installant au Xinjiang. Cela a entraîné une forte migration spontanée vers le Xinjiang. Dans la préfecture frontalière d’Ili, les migrants sont principalement intégrés dans le CPCX.

L’importance du CPCX dans la préfecture d’Ili

20La préfecture d’Ili est une région particulièrement sensible pour le gouvernement : la 4e division du CPCX y est installée depuis 1954 et la 7e division a été créée à Kuytun en 1957. Depuis son chef-lieu situé dans la ville de Ghulja, la 4e division gère 18 fermes d’État (régiments) dont 5 implantées à la frontière du Kazakhstan, 42 entreprises concernant l’industrie, le bâtiment, les transports et le commerce et des établissements publics tels que 22 hôpitaux, 287 établissements sanitaires, 22 établissements scolaires (écoles primaires, collèges, lycées), 20 organismes divers : chaînes de télévision, organismes de sport, finances, assurances et institutionsjudiciaires3.

21En 2011, la population de la 4e division atteint 223 900 personnes, dont 211 917 permanentes. Cette population se compose de 166 930 Hans, 21 064 Kazakhs, 11 640 Ouïgours, 8 374 Huis, 2 091 Mongols et 1 894 personnes d’autres groupes ethniques. En 2011, leur taux de natalité et de mortalité est respectivement de 6,13 ‰ et 5,31 ‰ ; la population active est de 97 200, dont 70 500 personnes en poste (Annuaire statistique du Xinjiang, 2012). La 7e division implantée dans la ville de Kuytun dépend aussi de la préfecture Ili, elle comprend 206 000 habitants et 10 régiments répartis entre Kuytun (131e régiment) et les préfectures d’Altaï et de Qoqek. La superficie totale détenue par la 4e division est de 664 120 ha. Elle se compose de 114 580 ha de terres cultivées principalement situées dans les plaines alluviales de la rivière Ili et de ces trois affluents, de 6 950 ha de surface de jardin, de 54 310 ha de surface boisée et de 245 080 ha de pâturages (Figure n° 27). En 2011, le produit intérieur brut de la 4e division est de 6,759 milliards de yuans, dont les valeurs des secteurs primaire, secondaire et tertiaire sont respectivement de 2,32 milliards, 2,996 milliards et 1,443 milliard de yuans. Pour cette même année, les principales productions agricoles des fermes du CPCX sont les suivantes : 7 925 t de riz, 135 006 t de blé, 119 150 t de maïs, 11 284 t de betteraves, 21 617 t de coton, 70 574 t d’oléagineux, 124 165 t de fruits et légumes. Un total de 96 200 t d’engrais agricoles ont été consommés pour cette production. Fin 2011, on compte 1 012 900 têtes de bétail.

Figure 27 : Répartition des fermes d’État dans la préfecture d’Ili.

Figure 27 : Répartition des fermes d’État dans la préfecture d’Ili.

22Le CPCX possède six fermes (n° 61, 62, 63, 64, 65 et 66) dans le district de Korghas situé sur la frontière du Kazakhstan. Elles occupent une superficie de 142 340 ha. Plus de 80 500 membres de ces fermes travaillent essentiellement dans l’agriculture et l’industrie. La ferme n° 62 est une zone économique construite pour l’ensemble de la population locale car elle gère des usines agro-alimentaires, des tanneries, des papeteries. Depuis I960, la lavande est cultivée dans la ferme n° 65, sur une superficie actuelle de 30 000 mus (2 000 ha). Le revenu annuel des paysans pour chaque mu de lavande est de 4 000 yuans, ce qui est très rentable. 90 % de la lavande produite en Chine provient des champs de l’Ili, une partie de l’essence de lavande étant exportée vers le Japon et l’Europe. Le district reçoit de plus en plus de touristes grâce au paysage agricole créé par la culture de la lavande, c’est la raison pour laquelle Ili est surnommée la « ville de la lavande chinoise ». Les usines textiles et les sucreries des fermes n° 63 et 66 sont les principales industries de la 4e division.

23Les fermes n° 67, 68 et 69 sont installées dans le district autonome Xibo de Qapqal. Elles occupent une superficie de 78 900 ha. Plus de 22 000 personnes travaillent sur 11 400 ha pour la culture du coton et des céréales. Ces fermes sont dotées d’industries agroalimentaires, dont des brasseries et des minoteries (farine de riz).

24Installée dans le district de Ghulja, la ferme n° 70 est réputée pour la viticulture. Depuis 1983, elle produit des vins rouges et blancs locaux, la marque Yizhu est connue en Chine et s’exporte vers Pékin, Shanghai, Guangzhou, Lanzhou et Xian. Le groupe Yili Te, implanté dans la ferme n° 72 du district de Künes, produit de l’alcool de blé Yili Te qui est la fierté de la préfecture d’Ili.

25Les fermes n° 74, 75, 76 et 77 sont implantées dans le district plus montagnard de Monggolkure à la frontière du Kazakhstan. Elles sont principalement orientées vers l’élevage des chevaux, des moutons à laine fine d’Ili, des bovins, mais également des porcins. Elles sont dotées d’industries agroalimentaires consacrées aux produits laitiers : production de thé au lait, de lait allégé, de lait en poudre, de lait d’amande, de lait à la gelée royale, de lait de soja.

26Le CPCX contrôle aussi la ville de Kuytun, chef-lieu de la 7e division. Entre 1975 et 1981, Kuytun était rattachée administrativement à la préfecture autonome kazakhe d’Ili à la suite de la dissolution du CPCX par le gouvernement central. Mais en 1981, après la restauration du CPCX, la ville de Kuytun a été intégrée à la préfecture d’Ili dont le siège est à Ghulja. Aujourd’hui, la 7e division détient la ferme régiment n° 131 consacrée à la production de coton. En 2013, la superficie cultivée en coton était de 9 080 ha pour une production de 19 100 t (Annuaire statistique de Kuytun, 2014). Mais Kuytun se distingue surtout par ses industries (agroalimentaire, filature de coton) qui jouent un rôle important à l’échelle économique du Xinjiang.

L’impact de la croissance démographique sur les ressources naturelles

27Afin de répondre aux besoins d’une population en pleine croissance, la préfecture connaît un essor économique important lié à l’extension des terres irriguées, au développement des usines hydroélectriques, de l’industrialisation et de l’urbanisation ; ce qui exerce une forte pression sur les ressources naturelles.

Le développement économique et urbain et la dégradation hydrologique de l’Ili

28Dans la préfecture d’Ili, les serozioms, les sols châtains, les tchernozioms, les sols de marais, les sols de prairie et les sols salins représentent respectivement 40 %, 16,47 %, 14,39 %, 11,69 %, 16,09 % et 1 % de la superficie de la préfecture (Pei, Zhang & Wang, 2008, p. 18).

29Malgré des potentialités agronomiques très inégales, de grandes surfaces de terre en friche ont été transformées en terres cultivées dans les nouvelles zones pionnières du CPCX. Les progrès de la mécanisation et l’afflux de migrants ont rendu possible l’extension des exploitations agricoles. En 1949, la superficie des terres arables était de 182 900 ha, elle atteint 423 970 ha en 1960, soit une augmentation de 231 070 ha. À partir des années quatre-vingt, la superficie des terres arables régresse passant de 333 630 ha à 279 930 ha entre 1985 et 2004 (Figure n° 28). Cette diminution est liée à l’épuisement et à l’érosion des sols. À Monggolkure, en l’espace de 25 ans, 56,6 % des sols fertiles (tchernozioms) ont été dégradés par la perte de matière organique et la déminéralisation : l’azote et le phosphate ont diminué respectivement de 41,2 % et 36,3 % (idem). Afin de faire face à la baisse de la fertilité des sols et d’accroître la production agricole, l’utilisation d’engrais chimiques (azote, phosphore et potassium) a augmenté (Yang et al., 2008, p. 304). Alors que la superficie cultivée n’a que très faiblement progressé entre 2010 et 2012, la consommation d’engrais chimiques n’a cessé de croître : 97 067 t en 2010, 103 266 t en 2011 et 105 482 t en 2012 (Annuaire statistique du Xinjiang, 2011, 2012, 2013).

Figure 28 : Evolution de la superficie des terres arables et celles des cultures dans la préfecture d’Ili (1949-2012)

Figure 28 : Evolution de la superficie des terres arables et celles des cultures dans la préfecture d’Ili (1949-2012)

Source : Xinjiang Wushi Nian et Annuaire statistique du Xinjiang 2011-2013.

30Selon les données statistiques, en 2010, la superficie des terres arables est de 565 725 ha soit 285 795 ha de plus qu’en 2004, ce qui témoigne de l’intense effort de bonification des terres. Dans la préfecture, les prélèvements en eau pour l’irrigation s’élèvent à 5,517 km³, soit une moyenne de 12 000 m³/ha de surface irriguée contre une moyenne de 9 300 m³/ha pour l’ensemble du Xinjiang (Annuaire statistique du Xinjiang, 2011). Cette forte consommation est due à un système d’irrigation gravitaire qui perd et gaspille de grandes quantités d’eau par infiltration et par évaporation.

31La plupart des réseaux d’irrigation ont été construits dans les années soixante et soixante-dix, si bien que les ouvrages sont aujourd’hui endommagés et occasionnent des pertes d’eau importantes. Sur une longueur totale de 5 920 km de canaux, l’efficience d’irrigation est de seulement 50 % (He & Yang, 2008, p. 15). Au lieu des 746 333 ha théoriquement prévus, le réseau n’irrigue que 452 000 ha en raison de défauts techniques et du manque de drainage. De plus, la forte demande en eau s’explique par la culture du coton qui est grosse consommatrice : pour produire 100 kg de coton, il faut environ 400 à 800 m³ d’eau (Qiu et al., 2000, p. 52). En 2013, la superficie en coton est de 139 647 hectares ce qui correspondrait à une consommation de 1,82 km³ d’eau (Annuaire statistique du Xinjiang, 2014).

32Malgré cette mauvaise gestion de l’eau, le plan du gouvernement envisage d’augmenter encore les terres irriguées et les prélèvements d’eau d’ici 2030, ce qui se traduira par une diminution du volume d’eau délivré au Kazakhstan, d’où un risque de tension lié à la dégradation économique et environnementale de la partie aval du bassin de l’Ili (Tableau n° 12).

Tableau 12 : Plan de l’exploitation des ressources en eau de la rivière Ili

  

Superficie irriguée

Eau d’irrigation

Eau prélevée supplémentaire

Volume d’eau délivré au Kazakhstan

2010

600 000 ha

5,52 km³

1,5 km³

9,87 km³

2020

676 700 ha

6,06 km³

3,5 km³

7,04 km³

2030

866 700 ha

6,37 km³

3,5 km³

6,47 km³

Source : Zhang, 2005.

33La préfecture d’Ili est aussi la première région d’élevage du Xinjiang. Le nombre de têtes de bétail, toutes espèces confondues (yaks, bœufs, moutons, chèvres, chevaux), ne cesse d’augmenter (6,17 millions de têtes en 2010). La superficie en prairie est de 3 593 333 ha, dont 31,2 % de pâturages de printemps-automne et 26,45 % de pâturages d’hiver. Selon les estimations théoriques, les prairies de l’Ili peuvent recevoir environ 5 900 000 têtes de bétail, chargement largement dépassé dans la réalité. Le surpâturage est visible dans l’appauvrissement floristique de ces écosystèmes naturellement fragiles. En 2003, 380 000 ha de prairies dégradées entraînaient un risque de désertification (Zhang, 2005, p. 145). Actuellement, dans le bassin d’Ili, 50 % des prairies sont surchargées tandis que le fourrage manque. En 2014, 2 134 400 hectares de steppes et environ 3,95 millions de têtes de bétail ont souffert de la sécheresse4. Cette situation entraîne un essor récent des surfaces fourragères irriguées constituées par 2 150 ha de luzerne et 89 350 ha de maïs en 2010. Comme pour l’agriculture, le développement de l’élevage contribue sans aucun doute à l’érosion des sols et à augmenter la pression sur les ressources en eau.

34L’industrialisation très récente de la région de l’Ili est indissociable de la croissance démographique et de la mise en valeur des ressources énergétiques et minières. Ces industries concernent surtout l’exploitation du charbon pour les centrales thermiques, les papeteries et l’agroalimentaire (fabrication de boissons, textile et traitement du cuir). Elles sont fortement consommatrices de charbon (3 598 797 t en 2010) mais aussi d’hydroélectricité produite par 14 barrages.

35L’urbanisation encouragée par le gouvernement s’est traduite par une augmentation de la population urbaine de la préfecture, passant de 19 % de la population totale en 1949 à 41,63 % en 2010. Depuis 2010, la province de Jiangxi soutient le développement des infrastructures de la préfecture d’Ili. Ces dernières années, les grands groupes chinois comme Henan Construction, Hunan Jinlong, Qinghua énergie de Chine (Pékin) ont racheté les terres agricoles. La pression urbaine est très forte sur les espaces verts et les jardins des villes mais aussi en périphérie ou de gros projets immobiliers gagnent sur les champs. La perte de terres agricoles due à l’urbanisation atteint 76 520 ha entre 1985 et 2012, la surface bâtie passant de 14 980 ha à 91 500 ha pour l’ensemble de la préfecture.

36Cependant les ressources diminuent rapidement car la capacité d’approvisionnement journalière était de 102 300 m³ en 2010, soit 200 000 de moins que dans les années quatre-vingt-dix. L’exploitation massive des ressources souterraines entraîne une diminution rapide du niveau des nappes phréatiques. Il y a peu, les forages avaient une profondeur de 20 à 30 m, tandis qu’aujourd’hui il faut aller chercher l’eau jusqu’à 300 m de profondeur5. De plus, la diminution de la capacité d’approvisionnement en eau de la ville est aussi liée à la contamination des nappes souterraines par l’infiltration des eaux polluées qui sont rejetées sans traitement.

Une dégradation qualitative de la ressource en eau

37À la dégradation quantitative des cours d’eau s’ajoute une dégradation qualitative due à l’essor économique de la région. Parmi les différentes sources de pollution, la première concerne l’agriculture intensive caractérisée par un recours massif aux pesticides et aux engrais chimiques. Dans la préfecture d’Ili, entre 1996 et 2011, la quantité d’engrais chimiques utilisée est passée de 77 880 t à 103 266 t. Il en résulte une forte pollution aux nitrates et aux phosphates des eaux. À cela s’ajoute la sédimentation dans les cours d’eau en raison d’une grave érosion des sols. Selon les statistiques, chaque année, la surface de sol érodé est de 70 200 ha, ce qui représente 11,7 % de la superficie irriguée (Du & Fan, 2002, p. 143). Lors des précipitations intenses, l’érosion est très forte car environ 19 220 000 t de sédiments arrivent dans les rivières. Actuellement, le couvert forestier de la région est de seulement 28 %. Le déboisement, la diminution de la qualité des steppes sous l’effet de l’essor de l’agriculture et de l’élevage accélèrent l’érosion des sols.

38La pollution est aussi liée aux rejets industriels car la vallée de l’Ili accueille plus de 700 entreprises. Il s’agit d’industries alimentaires, textiles, mécaniques, du bois (papeterie et meuble), de cimenteries, de mines d’extraction de charbon et d’or. Elles sont généralement regroupées à la périphérie des grandes oasis, sur des terres naguère cultivées. La papeterie et l’extraction du charbon pour les centrales thermiques sont des activités fortement polluantes. Dans les mines de charbon d’Ili exploitées par les grands groupes chinois, chaque tonne de charbon produite consomme 2,5 tonnes d’eau. Selon les données officielles, chaque année, entre 41 et 47 millions de tonnes d’eaux usées sont rejetées à la rivière sans aucun traitement. Comme dans le reste de la Chine, l’exploitation du charbon se fait à grande échelle dans la vallée de l’Ili car cette matière première, qui fournit une énergie peu coûteuse et des emplois nombreux, constitue une source importante de revenu. Son exploitation se fait sans prendre en considération l’impact sur l’environnement et la santé humaine.

39Enfin, les eaux domestiques sont le plus souvent rejetées sans traitement préalable. Chaque année entre 30 et 34 millions de tonnes d’eaux polluées sont déversées dans la rivière Ili sans aucun traitement (Du & Fan, 2002, p. 143). En été, les rejets urbains de la ville de Ghulja s’infiltrent dans le sol et contaminent les nappes souterraines. La consommation de l’eau contaminée augmente ainsi le taux de cancers et d’autres maladies.

Les conséquences géopolitiques du développement du haut bassin de l’Ili

40La croissance démographique, l’essor économique et l’urbanisation demandent toujours plus d’eau dans la région aride du Xinjiang. La rivière Ili est une rivière internationale importante à la fois pour la Chine et pour le Kazakhstan. Du côté chinois, l’utilisation et le transfert de l’eau de la rivière Ili est une solution non négociable pour résoudre le problème de pénurie qui affecte le bassin du Tarim. Du côté kazakh, l’eau de la rivière Ili est une source indispensable pour maintenir l’existence du lac Balkhach et l’économie kazakhe fortement liée aux secteurs de l’agriculture, de la pêche, de l’hydroélectricité et de la métallurgie. Depuis 1998, la Chine et le Kazakhstan ont engagé des négociations sur le sujet du partage de l’eau. Le gouvernement chinois affirme comprendre les revendications du droit à l’eau du Kazakhstan et assure que le problème du partage de l’eau devra être résolu dans un respect mutuel. Il existe un ensemble de traités et d’accords entre la Chine et le Kazakhstan sur les cours d’eau transfrontaliers, les deux plus importants étant l’Accord Chine-Kazakhstan de 2001 sur la coopération dans l’utilisation et la protection des rivières transfrontières et celui de 2011 sur la protection de la qualité des eaux transfrontalières (Baizakova, 2015, p. 3). Une Commission mixte sino-kazakhe sur l’utilisation et la protection des rivières transfrontalières a été créée à la suite de l’Accord de 2001 (PNUD, 2011). De 2001 à 2013, il y a eu dix réunions de cette commission mixte, la principale réalisation étant l’Accord de 2010 pour la construction de la centrale hydroélectrique de Dostyk sur la rivière Khorgos dont l’utilisation et la gestion est conjointe aux deux pays. La construction a commencé en 2011 et a été achevée en 2013. Ce fut le premier accord sur le partage de l’eau et le Kazakhstan espère conclure des accords similaires sur les rivières Irtych et Ili dans le futur6. Aucune des deux parties ne peut empêcher l’application du principe de « l’utilisation rationnelle et équitable » énoncé à l’article 4 de l’Accord de 2001 (Baizakova, 2015, p. 4). Cependant, l’un des principaux problèmes vient du fait qu’aucun document juridique ne prévoit les mécanismes institutionnels nécessaires pour mettre en œuvre cette disposition. La Chine fonctionne selon un principe de souveraineté territoriale, qui lui permet d’utiliser, et éventuellement de réutiliser, autant d’eau que nécessaire si la source est située sur son territoire (Wouters & Chen, 2013, p. 234). Le Xinjiang étant actuellement en plein développement, l’augmentation des prélèvements en eau sur la rivière Ili constitue bel et bien une menace pour la région du Kazakhstan oriental.

Conclusion

41Le Xinjiang connaît actuellement une croissance économique de 10 % par an dans le cadre notamment de la Grande stratégie de développement de l’Ouest menée par le gouvernement chinois au cours des dernières décennies. Les investissements massifs dans les infrastructures, l’essor des bases industrielles, l’expansion rapide des terres agricoles et l’accroissement démographique spectaculaire ont inévitablement engendré une forte pression sur la demande en eau dans l’une des régions les plus arides de Chine. Les prélèvements systématiques d’eau dans la rivière Ili ont entraîné une diminution considérable des livraisons d’eau au Kazakhstan et dans le lac Balkhach. L’augmentation de la pollution des eaux et de la concentration des polluants toxiques dans le lac Balkhach est également une conséquence directe de l’industrialisation rapide du Xinjiang. Le développement de la région d’Ili est une priorité pour les autorités chinoises qui le considèrent comme un gage de stabilité dans un Xinjiang en proie à la contestation. Si ce développement à un coût environnemental et humain pour l’ensemble de la population de l’Ili, son impact dépasse aussi largement les frontières – ce qui est source de tension avec le Kazakhstan voisin. L’arrivée massive des migrants, la croissance urbaine et l’industrialisation pèsent de plus en plus sur les ressources en eau du bassin de l’Ili. La priorité donnée au développement par le gouvernement chinois risque de faire payer très cher les erreurs de gestion des ressources naturelles, à l’image de ce qui s’est produit dans le bassin de l’Aral. Aujourd’hui, ce modèle économique, prôné sans tenir compte de la fragilité des écosystèmes, est le triste reflet d’un développement non durable.

Haut de page

Bibliographie

Annuaire statistique d’Ili, 1998, 2006, Ili : Bureau des statistiques d’Ili.

Annuaire statistique de Kuytun, 2014, Mairie de Kuytun.

Annuaire statistique du Xinjiang, 2005, 2011, 2012, 2013, 2014, Urumqi : Éditions des statistiques de Chine.

Baizakova Zhulduz, 2015, "The Irtysh and Ili Transboundary Rivers: the Kazakh-Chinese Path to Compromise," Voices from Central Asia 21, pp. 1-12.

bnsc – Bureau national de la statistique de Chine, 2012, «Zhongguo 2010 nian renkou pucha ziliao» [Données du recensement de 2010 en Chine], Pékin : Éditions des statistiques de Chine.

Chen Zhongsheng, Chen Yaning, Chen Yapeng et al., 2012, «Xinjiang yili hegu xin kenqu shengtai xushui dui tudi liyong bianhua de yingxiang» [Impact de l’exigence d’eau écologique sur le changement de l’utilisation des terres dans la zone nouvellement récupérée du bassin de la rivière Ili dans le Xinjiang], Revue d’étude du désert 32(2), pp. 551-557.

Du Xinxian & Fan Feng, 2002, «Yilihe liuyu shui wuran ji shuitu liushi fangzhi diaocha» [Enquête sur la pollution de l’eau et la prévention de l’érosion des sols de la rivière Ili], Surveillance de l’environnement aride 16(3), pp. 142-145.

Fu Yingxin & Yang Shu, 2009, «Sulian shiqi hasakesitan yili baerkashihu liuyu kaifa shuping» [Commentaire sur le développement du bassin Ili-Balkhach du Kazakhstan pendant la période soviétique], Revue de l’Université de Lanzhou (Sciences sociales) 37(4), pp. 16-24.

He Guanghua & Yang Long, 2008, «Yili he liuyu guangai qu kaifa he jianshe de yiyi» [Importance du développement et de la construction des zones d’irrigation dans le bassin de la rivière Ili], Ressources en eau 3, pp. 15-17.

Li Jianlin, Wang Yan, Guo Qiaoling et al., 2010, «luzhou fenbu bili de fenxing yanjiu» [Étude de l’importance et de la distribution du système oasien en Chine], Acta Prataculturae Sinica 19(3), pp. 63-69.

Li Jimei, Xu Hailiang, Song Yudong et al., 2007, «Yili he liuyu shui ziyuan chengzaili de zonghe pingjia», [Évolution de la capacité de charge des ressources en eau dans le bassin de la rivière Ili], Ressources et Environnement des zones arides 21(3), pp. 39-43.

Pei Sha, Zhang Yushu & Wang Lixin, 2008, «Yilihe liuyu huangdi ziyuan kaifa zhang’aixing yinsu fenxi» [Analyse des contraintes à l’exploitation des terres en friches dans le bassin de la rivière Ili], Sciences agricoles du Xinjiang 45(S3), pp. 17-20.

pnud – Programme des Nations unies pour le développement, 2004, Water as a Key Factor of Human Development in Kazakhstan, Almaty: onu.

—, 2011, Intergovernmental Water Relations in Ile-Balkhash Basin, Almaty: onu.

Qiu Jianjun, Xiao Yingnan & Xin Dehui, 2000, «2000 nian Xinjiang lianmian xietiao fazhan de zhongzhiye xianxing guize» [Étude du programme de planification consacré au développement des cultures de coton et céréales du Xinjiang pour l’année 2000], Sciences des ressources 22(1), pp. 50-54.

Tuerxun Yiliminuer, 2009, Dynamique de la population et son impact sur l’environnement dans la région autonome ouighour du Xinjiang de Chine, Thèse de doctorat de l’ephe.

—, 2014, « La Chine, championne du monde de la gérontocroissance ? », Population & Avenir 721, pp. 14-16.

Wang Xiuhong, Yang Yang & Zhang Hongqi, 2008, «Xinjiang Yili diqu tudi liyong bianhua tedian fenxi» [Caractéristique de l’évolution de l’utilisation du sol à Ili au Xinjiang], Sciences agricoles du Xinjiang 45(S3), pp. 13-16.

Wouters Patricia & Chen Huiping, 2013, "China’s ‘Soft-Path’ to Transboundary Water Cooperation Examined in the Light of Two un Global Water Conventions – Exploring the ‘Chinese Way,’" The Journal ofWater Law 22(6), pp. 229-247.

Xinjiang wushi nian [Les 50 ans du Xinjiang, 1955-2005], 2005, Urumqi: Éditions des statistiques de Chine.

Yang Jinjuan, Wahafu Halike & Shi Diwen, 2008, "Research of Fertilizer Inputs and Grain Yield Potential in Xinjiang, " Xinjiang Agricultural Sciences 45(2), pp. 302-306.

Zhakupbay Dostay, Alimkulov Sayat, Tursunova Aisulu et al., 2012, "Modern Hydrological Status of the Estuary of Ili River," Applied Water Science 2(3), pp. 227-233.

Zhang Junming, 2005, «Yili he liuyu dibiaoshui ziyuan youshi ji kaifa liyong qianli yanjiu» [Étude sur l’avantage de l’eau de surface et de son potentiel d’exploitation dans le bassin de la rivière Ili], Ressources et Environnement des zones arides 19(7), pp. 142-146.

Haut de page

Annexe

Annexe n° 16

Le bassin versant de la rivière Ili

Le bassin versant de la rivière Ili
Haut de page

Notes

1 La préfecture d’Ili est distincte de la préfecture autonome kazakhe d’Ili, qui recouvre les préfectures d’Ili, de Qoqek et d’Altay. La préfecture d’Ili comprend les villes de Ghulja et de Kuytun, le district autonome Xibo de Qapqal, et les districts de Ghulja, de Korghas, de Künes, de Tékes, de Monggolkure, de Tokkustara et de Nilka, soit deux villes, sept districts et un district autonome. Dans cet article, la préfecture d’Ili prise pour cadre d’étude correspond au territoire du haut bassin de l’Ili.

2 Pour les statistiques, voir Annuaire statistique du Xinjiang, 2012. En 1949, la population totale de la préfecture est répartie ainsi : 44,15 % de Kazakhs, 37,26 % d’Ouïgours, 3,8 % de Huis et 2,01 % de Hans ; en 2010, les Hans représentent 37,17 % de la population de la préfecture, contre 25,08 % d’Ouïgours, 21,05 % de Kazakhs et 10,79 % de Huis (ibid).

3 Données du site officiel du gouvernement de la 4e division [http://www.nssh.gov.cn/].

4 Données du site officiel du gouvernement de la préfecture d’Ili [http://www.yili.gov.cn/].

5 Données du site http://www.yili.gov.cn/.

6 http://www.inform.kz/eng/article/2571963.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 22 : Situation géographique de la préfecture d’Ili
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/3151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Figure 23 : Évolution du débit de la rivière Ili
Crédits Source : Fu & Yang, 2009, p. 19.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/3151/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figures 24 : Densité générale par unité administrative (A) et densité dans les oasis (B), préfecture d’Ili en 2010
Crédits Source : Annuaire statistique d’Ili, 2011.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/3151/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 25 : Croissance naturelle de la population de la préfecture d’Ili (1978-2005)
Crédits Source : Annuaire statistique d’Ili, 2006.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/3151/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 26 : Évolution de la population han et de la population totale de la préfecture d’Ili
Crédits Source : Annuaire statistique du Xinjiang, 1949-2011.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/3151/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 27 : Répartition des fermes d’État dans la préfecture d’Ili.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/3151/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 28 : Evolution de la superficie des terres arables et celles des cultures dans la préfecture d’Ili (1949-2012)
Crédits Source : Xinjiang Wushi Nian et Annuaire statistique du Xinjiang 2011-2013.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/3151/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Le bassin versant de la rivière Ili
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/3151/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yiliminuer Tuerxun et Yalikun Tashi, « L’impact de la pression démographique sur la rivière Ili (Xinjiang) », Cahiers d’Asie centrale, 25 | 2015, 155-178.

Référence électronique

Yiliminuer Tuerxun et Yalikun Tashi, « L’impact de la pression démographique sur la rivière Ili (Xinjiang) », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 22 décembre 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/3151

Haut de page

Auteurs

Yiliminuer Tuerxun

Géographe, démographe, chercheur associé à L’UMR 8586 PRODIG CNRS. Thèmes de recherche : population et environnement dans les zones arides et semi-arides (Xinjiang, Chine). Contact : ilminur2006@gmail.com

Yalikun Tashi

Ingénieur de Recherche à l’UMR 8586 PRODIG CNRS. Contact : tyalikun@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org