Navigation – Plan du site
De la perestroïka aux indépendances : nouvelles trajectoires et nouveaux enjeux littéraires au Kirghizstan

La littérature du Kirghizstan confrontée aux nouvelles conditions géopolitiques et historico-culturelles : le discours russe

Bakhtiar Kojcuev
Traduction de Arthur Clech
p. 327-357

Résumés

Cet article propose un état des lieux la littérature russophone du Kirghizstan et observe la manière dont elle s’écrit dans le contexte historique et culturel propre à la croisée des xxe et xxie siècles. Pour ce faire, l’article s’appuie sur une analyse des œuvres littéraires les plus représentatives de la production de l’époque.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit du russe par Arthur Clech

Texte intégral

Introduction

1À la charnière des xxe et xxie siècles, les changements sociopolitiques et la reconfiguration ethnique qui ont profondément modifié l’espace public kirghiz, ont également bouleversé la vie culturelle du pays. L’égalité des droits et des chances pour tous les peuples du Kirghizstan est certes reconnue juridiquement et la politique de l’État s’en tient à son mot d’ordre idéologique principal : ‘le Kirghizstan est notre maison commune’. Cependant, les réalités socioéconomiques ont pesé sur la structure ethnique du pays. Pour ce qui est de la population, les Russes occupent aujourd’hui la troisième place alors qu’ils étaient auparavant seconds derrière les Kirghiz. À cette observation quantitative s’ajoute une donnée qualitative : les Russes les plus actifs, ceux dont les compétences étaient les plus recherchées et qui se montraient les plus aptes au travail, ont été les plus nombreux à quitter le Kirghizstan. Ces départs ont affecté en particulier les régions reculées du pays et ont favorisé le monolinguisme au détriment d’un bilinguisme largement répandu auparavant. Alors que cet environnement linguistique s’est étiolé, le niveau de maîtrise de la langue des russophones a chuté. Ces facteurs ne sont pas sans incidence sur le devenir de la littérature russophone du Kirghizstan, et notamment la place qu’elle occupe dans la vie intellectuelle du pays. La culture russe continue en effet de jouer un rôle de premier plan dans l’espace public kirghiz. La littérature en lange russe du Kirghizstan en est une illustration, sans parler de la fonction que remplit à lui seul le ‘verbe russe’ dans la république. S’il ne peut plus influencer comme auparavant le développement de la culture nationale, il continue toutefois à refléter les réalités de la vie d’aujourd’hui, et en premier lieu la recherche d’un système de valeurs supposé procurer des repères dans une période de profonds changements.

2Si l’on en croit les définitions que nous livre la critique littéraire russe contemporaine, le discours se limite toujours à un contexte défini, en fonction des conditions de son existence, et de la perception que le locuteur se fait du monde (Rudnev, 2001). Dans cette étude, nous entendrons ainsi par discours un texte littéraire qui fonctionne certes comme un acte de communication, mais encore qui traduit la conception du monde de l’auteur, vision qui se nourrit du contexte historico-culturel pour puiser dans un répertoire de figures nationales archétypiques, et qui livre également l’interprétation des traducteurs et des lecteurs appartenant à des univers culturels différents.

3L’article dresse un état des lieux et détermine les différentes formes d’écriture en russe de la littérature du Kirghizstan dans le contexte historico-culturel à la charnière des xxe et xxie siècles. Selon notre hypothèse de départ, le discours russe sur la littérature russophone du Kirghizstan met en évidence d’une part la recherche de fondements esthétiques et d’une conception du monde, à l’œuvre dans la littérature kirghize contemporaine et, d’autre part, l’originalité dont font preuve les belles lettres dans une société de l’information à l’époque de la mondialisation. Notre conception sera validée ou non par l’examen des livres publiés en russe au Kirghizstan pour la période considérée, et par l’analyse des publications dans la revue Literaturnyj Kyrgyzstan [Le Kirghizstan littéraire]. Les événements qui se sont enchaînés dans la vie socio-économique et politique, ainsi que le changement de la conscience civique ont affecté non seulement la manière d’aborder les problèmes vitaux de l’existence humaine, mais aussi l’essence même de l’existence spirituelle. Ils ont conduit à changer notre regard sur la place et le rôle de la littérature et de l’art dans la vie de l’homme et de la société. Il faut tenir compte du fait que de nombreuses œuvres littéraires ne sont pas remarquées par le grand public et qu’elles ne font pas vraiment l’objet de véritables réflexions de la part de la critique littéraire, et encore moins de la part des universitaires, à cause de la crise économique et de l’appauvrissement du budget des maisons d’édition. Un panorama de la littérature contemporaine permettrait de soulever les questions d’actualité et de les examiner à la lumière de leur reflet dans la littérature. Aucun n’a été dressé, de même que les travaux portant sur le discours russe de la littérature du Kirghizstan fin xxe – début xxie siècles font aussi défaut, nous avons donc pris en charge cette importante tâche.

Les poètes russophones du Kirghizstan : l’expression d’une époque

  • 1 En 2013, la revue Lettres russes consacrait un numéro à la littérature russophone kirghize contempo (...)

4Dans l’œuvre des poètes russophones du Kirghizstan, la culture centrasiatique n’est pas pensée comme une culture étrangère puisqu’ils vivent au contact de cette tradition et que l’esthétique qu’elle véhicule appartient à la façon dont ils conçoivent et éprouvent le monde (mirooŝuŝenie). Aussi contradictoire soit-elle, la conscience poétique de ces littérateurs s’emploie à fondre le ‘minerai’ des époques et des cultures, à exprimer la manière intime dont le poète ressent le monde, lui qui est laissé à lui-même dans un espace eurasiatique et à une époque de changements socioculturels fondamentaux, propres à la mondialisation. Les œuvres de Viatcheslav Chapovalov, de Svetlana Souslova et d’Alexandre Nikitenko le montrent bien, fruits des poètes russes les plus brillants du Kirghizstan à la croisée des xxe et xxie siècles1.

Le dialogue ethnoculturel dans l’œuvre de Viatcheslav Chapovalov

5L’activité de traducteur, de même que la création littéraire originale de Viatcheslav Chapovalov ne pouvaient avoir pris forme autrement que dans ‘Le Cercle de l’Asie’, titre d’un chapitre de son livre Založnik [L’Otage] (1997), dans lequel même le sonnet traditionnel prend une forme fantasque (pričudlivaâ) :

Čadâŝie liki šumera,
bercovye kosti omara
khajama.
Carica tamara
s kotlom. Ûrty gornââ sfera.

Les visages fumants des sumériens*
les tibias et péronés d’omar
khayyam. La tsarine tamara
Avec un chaudron. La sphère céleste de la yourte.

Gomerovskaâ khimera –
osennim raspadkom otara
okutana oblakom para
grâdet, slovno vysšaâ mera.
Vse èto – kirgizskaâ lira,
splav bednogo paleolita
s latiniceû alfavita,
oplevannaâ
pal’mira,
gde v zerkale vidno polmira,
a pročee – smertno i skryto.

La chimère d’homère :
un troupeau de moutons en automne
enveloppé d’un nuage de vapeur
s’approche pareil à la peine suprême
Tout cela est une lyre kirghize
un alliage du pauvre paléolithe
avec l’alphabet latin,
palmyre couverte de crachat
où dans son miroir on voit la moitié du monde
et le reste est mortel et caché.

(Šapovalov, 1997, p. 11)

*Chapovalov n’emploie pas de majuscule dans ce poème. Nous conservons donc son orthographe. Note du traducteur.

6Cette œuvre est dédiée à Salidžan Džigitov, un remarquable spécialiste de littérature, dont les recherches étaient consacrées notamment à l’étude de la constitution de la littérature kirghize et de son développement, à ses interactions avec les littératures turcophones qui lui sont proches par la langue, ainsi qu’à celles avec la culture russe.

7Depuis l’indépendance du Kirghizstan, on observe un regain d’intérêt politique et scientifique pour les modèles archaïques et classiques de la littérature turcophone, celle-ci étant alors comprise à travers le prisme d’une conception populaire du monde et de la culture, modelée par une véritable idéologie d’État. En tant que chercheur, poète et personnalité publique, Chapovalov a favorisé ce processus. On peut voir rétrospectivement à travers ses travaux tout un pan de l’histoire de la littérature ainsi que de la critique littéraire du Kirghizstan. L’histoire du peuple kirghiz dans la version épique de la tradition Manas et l’entrée de cette épopée dans la littérature mondiale grâce à des traductions littéraires ont fini par constituer l’un des centres d’intérêt scientifiques majeurs de Chapovalov. Dans Konteksty perevodov [Contextes de traductions] (2004), l’écrivain a montré :

kak ot akademikov-orientalistov material perekhodit k professional’nym literaturnym perevodčikam – i vnov’ vozvraŝaetsâ v akademičeskuû sredu interpretacii i perevoda. Možno uvidet’, kak smeŝaetsâ i geografiâ raboty nad èposom: ot Kyrgyzstana v imperskie stolicy – i vnov’ vozvraŝaetsâ na rodinu Manasa.

…comment les sources sont passées des mains des chercheurs orientalistes aux traducteurs littéraires professionnels et comment elles reviennent dans le milieu académique de l’interprétation et de la traduction. On peut voir la géographie du travail sur l’épopée se brouiller : ce travail oscille du Kirghizstan aux capitales de l’empire pour revenir dans la patrie de Manas.

(Šapovalov, 2004, p. 26)

8Le long poème Roždenie manasči [La Naissance d’une barde-manastchi] (1995), traduit la vision de l’auteur à propos de la conscience épique des peuples, à travers notamment l’apparition de la conscience poétique du héros. Dans la trame littéraire de l’œuvre, on retrouve clairement la conception scientifique de l’historien de la littérature, comme celle du poète, qui exprime chacune des étapes de l’évolution de la conscience littéraire du peuple kirghiz dans le contexte d’une culture mondialisée.

  • 2 Les akyn sont des conteurs improvisateurs.

9Les stades du développement de cette conscience poétique se dégagent dans les lignes consacrées non seulement à Saâkbaj et Sagymbaj  les porteurs et créateurs de la conscience poétique folklorique – mais aussi au premier turcologue, Maḥmūd al-Kashgharī qui a présenté dans son Dīwān lughat at-Turk [Recueil des parlers turcs] les modèles folkloriques et caractéristiques des auteurs de la littérature turque, ou encore dans les passages dédiés à Toktogul, le représentant de la poésie akyn2, où s’est s’éveillée la conscience individuelle d’un auteur et les premières lueurs d’une production littéraire professionnelle. On discerne, dans la poésie de Chapovalov, un fondement scientifique qui permet d’observer le développement du verbe poétique qui s’est produit à des périodes charnières de l’histoire, celui de l’inspiration artistique, comme celui des destins personnels des créateurs que sont les poètes. Les traductions de la littérature kirghize faites par Chapovalov permettent certes aux lecteurs de se familiariser plus largement avec la littérature nationale, elles expriment aussi les tendances à l’œuvre dans le développement de la culture du xxe siècle. La traduction du poème lyrico-épique de Kasym Tynystanov Džanyl-myrza, écrit en 1924, a permis de fixer en russe l’émergence d’une littérature d’un nouveau type : une littérature à la fois personnelle et professionnelle. Le Recueil des vers de Kasym, qui se trouve aux sources de la littérature kirghize professionnelle, a vu le jour en russe en 2001 grâce aux efforts de Chapovalov. Cet ouvrage est alors aussitôt devenu une rareté bibliographique. À la veille du xxie siècle, dans le cadre de ses recherches, Chapovalov soumet la littérature nationale à la critique littéraire dans son article « Kasym Tynystanov, miroir de la révolution culturelle » (2001). Il tire des conclusions assez pessimistes :

V otsutstvii interesa i kakogo-to, skažem, graždanskogo samopožertvovaniâ v otnošenii k nacional’nomu literaturnomu naslediû segodnâ (sud’ba Tynystanova), k vykhodu ètogo naslediâ na mnogonacional’nye mirovye orbity (sud’ba tvorčestva Tynystanova v neizdannykh russkikh perevodakh), v svâzannom s ètim stagnacionnom sostoânii črezmerno politizirovannoj i lišennoj vozmožnosti izdaniâ literatury (i kyrgyzoâzyčnoj, i russkoâzyčnoj) mne viditsâ bezotradnoe buduŝee. Vo vsâkom slučae, russkaâ literatura Kyrgyzstana segodnâ faktičeski ne suŝestvuet, a ee skoraâ i takaâ seren’kaâ smert’ pokazyvaet, vo-pervykh, čto kul’turu legko zadušit’ – nado tol’ko lišit’ ee vozdukha, i, vo-vtorykh, čto monokul’tura – tože nežiznesposobnyj organizm. Â dumaû, čto kirgizskaâ literatura projdet čerez mučitel’noe sostoânie bezvremen’â i umiraniâ, prežde čem vozroditsâ k žizni – no uže v drugikh pokoleniâkh, v drugoj istorii, s drugim nravstvennym opytom.

J’entrevois un avenir bien sombre, dans la mesure où l’on observe aujourd’hui une absence d’intérêt et, disons, de sens du sacrifice pour l’héritage littéraire national (si l’on songe au destin de Tynystanov), pour que cet héritage puisse sortir sur la scène mondiale (si l’on songe au destin de l’œuvre de Tynystanov, qui n’a pas été publiée en russe), qui se conjugue avec une situation qui stagne, trop politisée, et dans laquelle il n’y a pas de possibilité de publier de la littérature (ni en kirghiz, ni en russe). Quoi qu’il en soit, il n’existe presque plus aujourd’hui de littérature russe du Kirghizstan. Sa mort adviendra dans une grisaille absolue. Or, cette mort montre d’abord qu’il est facile d’étouffer la culture, car il suffit de la priver d’air. Ensuite, cette mort prouve à quel point la monoculture n’est pas un organisme viable. Je pense qu’il faudra que la littérature kirghize passe aussi par des états douloureux d’intemporalité et d’agonie avant qu’elle ne puisse renaître, mais alors avec de nouvelles générations, une autre histoire, une autre expérience morale.

(Šapovalov, 2001, pp. 62-69)

10Le sentiment d’une crise de la culture prise dans l’étau de la mondialisation et du pragmatisme de la civilisation post-industrielle transparaît dans l’œuvre de Chapovalov. Dans sa poésie, à la fracture de deux siècles, on trouve des réalités exprimées littérairement avec véracité, cynisme, mais révélant aussi une véritable profondeur psychologique. L’apocalypse des fins de siècle y est dépeinte sous un mode pathétique et tragique. Les rêves nostalgiques sur le temps passé viennent troubler le regard. Dans un article de Tchinguiz Aïtmatov et Semen Lipkin qui ouvre l’anthologie des œuvres de Chapovalov, on peut lire :

Segodnâ govorit’ ob ètoj knige – značit govorit’ obo vsej poèzii Vâčeslava Šapovalova, nastol’ko točno on nanes na belyj list pod odnoj obložkoj vsû liniû svoej poètičeskoj žizni. Èta kniga o nem, no kuda bol’še – o bezzaŝitnom starenii kul’tury xx veka. I to, čto poèziâ napolnena realiâmi soveršenno, inogo mira, uprâtannogo za vysokimi gorami, eŝe bolee rezko ottenâet ee smysly: navernoe, èto svoeobraznyj plač po kul’ture.

Parler de ce livre aujourd’hui, c’est dire avec quelle précision son auteur a couché par écrit sur une feuille blanche et sous la seule couverture de ce livre toute la ligne de sa vie poétique. C’est un livre sur lui, mais plus encore, sur l’inexorable vieillissement de la culture du xxe siècle. Et que la poésie regorge des réalités d’un tout autre monde, que nous cachent de hautes montagnes, cela ne fait que souligner les sens dont elle est chargée : il s’agit sans doute d’une complainte singulière sur la culture.

(Ajtmatov & Lipkin, 2003, pp. 7-8)

11La poésie de Chapovalov représente le requiem d’une culture traditionnelle agonisante sous la forme d’une polyphonie puissante. Dans ses figures vives et poétiques, l’écrivain a exprimé le ressenti du monde d’un homme qui marche nu à la lisière entre le bien et le mal, déchiré entre Dieu et Satan, et qui cherche la vérité et une issue dans le verbe poétique. Le poète se sent dramatiquement déraciné de sa patrie historique, sans pour autant verser dans le provincialisme dans sa poésie. Il s’ouvre au contraire à tout le monde poétique en créant son destin dans l’espace eurasiatique.

12Dans son recueil de poèmes Čužoj altar’ [L’Autel étranger] (2011), Chapovalov dépeint :

Čelovek, na izlome tysâčeletij terâûŝij svoj dom, otečestvo, veru, sily, izgnannyj iz raâ za čužie grekhi – osnovnoj geroj i sûžet ètoj knigi. V nastoâŝem dlâ nego iskažen oblik buduŝego. Rossiâ, Kirgiziâ – geografičeskie simvoly utraty rodiny, i ètim čuvstvom pronizano tvorčestvo russkogo poèta na Vostoke.

L’homme qui, à la fracture de deux millénaires, cherche sa demeure, sa patrie, sa foi, ses forces ; chassé du paradis pour des péchés que d’autres ont commis, cet homme est le héros et le sujet de ce livre. Dans le présent, il voit l’apparence déformée du futur. La Russie et le Kirghizstan sont les symboles géographiques de la perte de la patrie, l’œuvre du poète russe d’Orient est pénétré de ce sentiment.

(Šapovalov, 2011, p. 3)

13Le livre se divise en deux parties : ‘Le Parc de la période jurassique’ et ‘L’Âge de l’inintelligible’ qui tracent à grands traits les lignes du sujet et de la conception poétique de l’auteur. L’‘alliage’ du monde kirghiz avec l’alphabet cyrillique et avec l’âme baudelairienne, nostalgique et élégiaque, dramatique et lyrique, est cultivé dans ‘Le Parc de la période jurassique’, où l’on voit dans le miroir la moitié du monde, et le reste est mort et caché.

14Le monde poétique de Chapovalov, du poète et du savant, est celui de l’intertextualité dans la mesure où il se nourrit des traditions de la littérature mondiale, et en particulier des cultures occidentale, russe et turque, tout en préservant sa profonde individualité. Il exprime le caractère dramatique de l’expérience du monde propre au poète, qui crée à la charnière de l’Orient et de l’Occident, de la Russie et du Kirghizstan, et à la ligne de rupture de deux époques. On mesure combien le processus de l’insertion de la culture russe dans ‘Le Cercle de l’Asie’ (« un croissant et une croix au-dessus de l’épaule ») est long et dramatique (« la moitié du monde à traverser ») ; ce que confirment la lecture des poèmes Prževalski, Exegi monumentum [En mémoire des traducteurs], Ètnografika, La Troie russe, Auprès de la statue Semenov-Tân-Šanskij, La Trace russe, Requiem pour un pèlerinage russe au Kirghizstan, Le Bruit des cloches du soir, et la fin de La Route :

Èpokha iskhoda:
narody ukhodât –
čtob ne vstrečat’sâ vnov’

C’est l’époque de l’exode :
Les peuples s’en vont
Pour n’avoir plus à se revoir.

(Ibid., p. 11)

15L’exode russe vers la patrie historique est évoqué dans les poèmes Ruskaâ Troâ [La Troie russe], Nedoimmigrant [Celui qui n’est même pas immigrant] et Večer poèzii v dome otdykha [Soirée poétique dans la maison du repos] :

A Rossiâ, khranima v serdcakh,
nesprosta solov’em zapevaet,
o razbrosannykh v mire ptencakh
kak kukuška legko zabyvaet.
My vinovny l’, kol’ gnezda tesny,
Kol’ âzyk nam darovan dlâ pen’â
Daleko ot rodimoj strany?

Or, la Russie qui reste dans nos cœurs,
ne chante pas sans raison comme un rossignol,
sur ses oiselets disséminés aux quatre coins du monde
mais elle oublie vite comme le coucou.
Sommes-nous coupables d’avoir des nids étroits,
Du fait que la parole nous fut donnée pour chanter
Loin de notre cher pays natal ?

(Ibid., p. 75)

  • 3 On se souvient de la conception de Hésiode dans Les Travaux et les jours pour lequel l’âge de fer v (...)

16L’Antiquité est ressentie par l’homme de l’époque postmoderne comme le contrepoint de la culture dans Roždestvo v Vifleeme [Noël à Bethléem], Roždestvo v Taš-Rabate [Noël à Taš-Rabat] et Na razvalinakh khrama Artemidy [Sur les ruines du temple d’Artémis]. Pour Tchinguiz Aïtmatov, la complainte résonne comme une ‘élégie impériale’, dans ce xxe siècle qu’il qualifie d’âge de fer3 :

Železnogo veka vetra proletaût, pronizyvaâ!
On, syn Ala-Too, prošel po planete i večnosti,
Za kosmosom čuždym on molča providel Kirgiziû,
V rečen’âkh dalekikh on blizkoe slyšal otečestvo.

L’âge de fer souffle de ses vents pénétrants !
Lui, le fils d’Ala-Too, a fait le tour de la planète et de l’éternité
Derrière le cosmos étranger, il devine en silence l’existence du Kirghizstan,
Dans des paroles lointaines, il a senti près de lui la patrie.

(Ibid., p. 27)

17Chapovalov a consacré six sonnets à Bakhyt Kenžeev, poète dissident et émigré. L’intitulé qu’il donne à son cycle de sonnets revêt un caractère symbolique : Akyn Islambel a composé cette chanson, en quittant la steppe Sary Arka. « Le collier en or de la steppe affamée » exprime l’état ambivalent du héros lyrique : « entre deux patries et désormais entre deux pays étrangers, il commença légèrement à pleuvoir des conceptions étranges » (Ibid., p. 31).

18Chapovalov a inclus dans son recueil de poèmes les improvisations nées de ses traductions et qui correspondaient au pathos élégiaque et dramatique de L’Autel étrange : Starinnye vrata [Les Portes antiques] de Lûben Lûbenov, Le Verbe turc de Maḥmūd Ḥusayn al-Kashgharī, Pesnâ lužicy [La Chanson de la flaque] de Ramis Ryskulov, et Chanson d’automne de Paul Verlaine :

zlaâ groza
glânet v glaza
čas označit
prošlym dyša,
gasnet duša
molča plačet

L’orage furieux
Te regardera dans les yeux
Te désignera ton heure
En respirant le passé,
L’âme s’éteint
Et pleure en silence.

(Improvisations sur la poésie de Paul Verlaine [Ibid., p. 145])

19Le chronotope Krugosvetki [Voyages autour du monde] de Chapovalov englobe différents siècles et pays sur le fonds intertextuel qu’offre la poésie mondiale (Ibid., p. 35). Le Bateau ivre d’Arthur Rimbaud a exprimé l’époque de la décadence de la fin du xixe siècle, qu’incarnaient les symbolistes français Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Stéphane Mallarmé, et dont l’influence s’est faite sentir sur le monde poétique de Chapovalov. Sa représentation du monde passe par l’évocation d’une nouvelle marche de l’histoire, à une nouvelle décadence postmoderne à la croisée des xxe et xxie siècles. Les visages de l’Asie s’insèrent dans une ‘architectonique bioethnosphèrique’ des poèmes dans le contexte de l’histoire. L’historisme poétique de Chapovalov se fonde sur une base culturologique d’artefacts de l’Orient et de l’Occident, de réalités sociales de l’âge de fer, mais le poète voit plus en profondeur : il a la vision de l’essence intemporelle de l’homme, englobant sa lignée. Ses poèmes sont pénétrés par un début d’extase et de contemplation, de la vie et de la mort, sur un mode dionysiaque et apollinien et à travers une couche sociale d’existence terrestre. L’actualité fait son entrée dans ses poèmes Oda cvetnym revolûciâm [Ode aux révolutions de couleurs], Gosudarstvennoe tango [Le Tango de l’État], Khronika kul’turnoj žizny [Chronique d’une vie culturelle], Kirgizskij diskurs 2010 [Le Discours kirghiz 2010], Sonet 666 [Sonnet 666]. Les mots y sont colorés d’un pathos satirique, qui prend parfois la forme d’un rictus sarcastique.

  • 4 Ancien nom de Bichkek à l’époque soviétique. Note du traducteur.

20La deuxième partie de son livre, ‘L’Âge de l’inintelligible’, reflète un caractère lyrico-autobiographique. Il est significatif d’y trouver de nombreux poèmes dédiés à ceux qui ont joué un rôle déterminant dans son itinéraire poétique, comme Mikhail Gasparov, Lev Šejman, Evgenij Ozmitel’, Andreï Voznessenski, Svetlana Souslova, Alexandre Nikitenko, Anes Zarif’ân et aux poètes de la ville de Frounzé4 du siècle dernier. Le poète poursuit son entretien sur la nature humaine qu’il aborde sans détours, sur les perspectives pessimistes qui attendent l’homo sapiens qui s’exprime dans des appels rhétoriques à Dieu, dans des prières, brillantes d’un point de vue stylistique, qu’il prononce près de L’Autel étranger.

21Doroga [La Route] qui mène de l’illumination de l’âme au vide de la création terrestre est exprimée dans un lyrisme philosophique, avec comme motif principal le caractère périssable de l’existence terrestre, la nostalgie pour ce qui n’est plus et ce qui n’a pas été réalisé. Le poète retranscrit sa perception du monde avec une grande maîtrise, recourant à divers procédés littéraires : le sonnet, l’élégie (la complainte, la nécrologie poétique), le requiem, la romance, la chanson. Chapovalov préfère le vers qui s’étend, un ‘flux de conscience’ poétique particulier où la syntaxe normative est détruite puisqu’elle le dérange.

  • 5 Citation d’Ernest Hemingway dans Pour qui sonne le glas. Note du traducteur.

22Le recueil de poèmes L’Autel étranger est créé par la main d’un tailleur de pierre expérimenté, qui sculpte à partir du minerai des mots un monument en vers, qui résonne comme les cloches de John Donne et Joseph Brodsky avec des notes pessimistes et angoissées : « n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi »5. La main du maître est dure, et seul son regard devient plus cruel, et le cœur souffre davantage des pertes irremplaçables du ‘Parc de la période jurassique’ et des espoirs déçus de ‘L’Âge de l’inintelligible’. Il ne reste plus qu’une chose à faire : lever plus haut la main, battre plus fort avec l’enclume des mots pour sonner le tocsin, avertir les anciens cieux de la recherche vaine du sens de la vie, se disputer encore brièvement avec Dieu …

La poésie de Svetlana Souslova : l’inscription dans la tradition de la littérature mondiale

23Les traditions philosophiques et méditatives de la poésie orientale, et en particulier centrasiatique, résonnent d’une façon nouvelle dans l’écriture de Svetlana Souslova. L’enseignement soufi, selon Souslova, permet de trouver une harmonie intérieure et de se sauver des événements négatifs de la vie extérieure. Il préserve, en outre, toute l’humanité de la menace que représente l’absence de spiritualité et de sa disparition. Il stimule la création dont la source éternelle reste l’amour et la soif de créer.

  • 6 Ainsi les termes ‘maintenant’, ‘instant magnifique’, ‘présent sans lendemain’ sont proposés pour la (...)

24Bien qu’imprégnée de cette philosophie, Souslova emploie des moyens d’expression différents de ceux des poètes soufis. Elle préfère s’exprimer directement, sans aucun voile, sans recourir à un langage allégorique, intentionnellement codé et propre à la poésie soufie, caduc dans un contexte historico-culturel qui a changé. Cependant, on trouve dans sa poésie des métaphores et des symboles dans lesquels sont codés certains postulats du soufisme. Si on les ignore, il est impossible de comprendre entièrement ses poèmes. Elle n’utilise pas de clichés poétiques : toutes les images et tous les symboles sont relativement autonomes6, ou sont des transformations, des adresses libres issues d’images et de symboles classiques (par exemple, le papillon et le feu). On y propose également une voie originale pour atteindre Dieu : c’est l’amour terrestre qui mène à la fusion avec Dieu ; l’être aimé n’est pas la manifestation de la beauté divine, mais un égal, un être terrestre non déifié. Il est en outre l’émanation de Dieu, et l’union mène à la réalité. Les motifs et les images soufies sont disséminées dans les deux recueils Molčanie ryb [Le Silence des poissons] et Lestnice let [L’Escalier des années] ; ils alternent avec des vers abordant une thématique opposée ou une toute autre thématique. La poésie de Souslova exprime très nettement le contenu de la philosophie soufie, de son courant, qui embrasse des valeurs universelles humanistes et, partant, éternelles.

25Le Silence des poissons (2006) fait la synthèse des traditions des interprétations idéologiques et esthétiques orientales et occidentales :

Pust’ Zapad tešit razum Kolizeâmi.
Vostok – reki tekučaâ duša.

Que l’Occident amuse la raison avec ses Colisées,
L’Orient, lui, est l’âme ruisselante du fleuve*

(Suslova, 2006, p. 1)
* Traduction de Catherine Brémeau, dans Lettres russes, 2013. Note du traducteur.

26Le livre est dense sur le plan philosophique et éclaire dans une forme poétique convaincante les limites et les instants de l’existence :

Vse, čto pridumano v mire, imeet načalo,
Čto ne pridumano, to ne imeet konca

Tout ce qui a été inventé dans le monde a un début,
Tout ce qui n’a pas été inventé n’a pas de fin

(Idem)

27La musique des mots du poète raconte le monde d’Alexandre Pouchkine et de Mikhaïl Lermontov, de Paul Verlaine et d’Arthur Rimbaud, des poètes soufis suivant une voie mystique, l’amour, la foi, les attentes et l’espoir, les angoisses et les déceptions, les profondeurs de la création terrestre. Il suffit de saisir et de comprendre ce que « taisent les poissons ».

28C’est un rapport intuitif et mystique qui caractérise le lien au monde et à la nature de la création poétique que l’on trouve dans l’univers littéraire de Svetlana Souslova. Il était tout simplement impossible de formuler publiquement ce type de vision du monde à l’époque soviétique. Une telle vision est exprimée alors entre les lignes et les symboles. Le discours poétique de la littérature centrasiatique de Souslova se distingue de la poésie russe orientalisante composée en Russie, hors des régions orientales, dans son rapport particulier à la littérature orientale. En l’occurrence, cette littérature appartient à part entière à l’âme et au monde poétique de l’auteure.

29Souslova a inclus dans son recueil Akvareli osennego neba [Aquarelles d’un ciel d’automne] (2009) des vers que les éditeurs avaient retirés en raison de la censure. Ceux publiés dans des recueils plus tardifs ont été restitués dans leur rédaction initiale et à la date de leur création. S’adressant aux lecteurs, les éditeurs du livre notent :

Razmyšlâûŝij čitatel’, k kotoromu obraŝena èta poètičeskaâ ispoved’, smožet zrimo predstavit’ portret «vremeni peremen», napisannyj v akvarel’nykh tonakh – bez osuždeniâ i voskhvaleniâ. Točnym poètičeskim âzykom avtor peredaet vse tonkosti istoričeskogo pereloma, ego vliânie na čelovečeskuû psikhologiû.

Le lecteur qui réfléchit et à qui cette confession poétique est adressée pourra se représenter concrètement le portrait du ‘temps des changements’, écrit dans des tons pastel, sans jugement ni éloge. C’est avec une langue poétique qui se distingue par une grande précision que l’auteure transmet toutes les finesses du tournant historique et de l’influence qu’il a eue sur la psychologie humaine.

(Suslova, 2009, p. 7)

  • 7 Sobornost’ désigne en russe une communauté spirituelle de personnes vivant ensemble. Incarnation de (...)

30La sobornost7 du monde poétique de Souslova concentre les recherches religieuses et philosophiques de l’humanité sur le chemin terrestre, les avancées culturelles et esthétiques des différents peuples et époques, ce qui confère à ses œuvres une profondeur philosophique particulière :

Kak razglâdet’ v mercanii cvetov
Gomera, Gejne, Puškina, Khafiza?…
Vot slepok, otražen’e paradiza,
Gde net plodov, čto mir vkusit’ gotov.

Comment discerner dans le scintillement des couleurs
Homère, Heine, Pouchkine, Hafiz?...
… Voici le masque mortuaire qui reflète un paradis,
Où il n’y pas de fruits que le monde soit prêt à goûter.

(Ibid., p. 246)

31Le poème Èj, Sorbon [Holà, Sorbonne] est caractéristique de l’expression du monde poétique de Souslova. L’auteure prend comme point de départ et leitmotiv de son œuvre le célèbre ghazal de Saadi :

«Èj, karavanŝik, zamedli khod!»
S miloj duša moâ tože ujdet…

« Holà, caravanier, pas si vite ! »
Mon âme s’en va aussi avec ma bien-aimée…

32À l’aide de la méditation, le héros lyrique de son poème comprend que sa vie prend place dans le cours inexorable du temps :

Karavanŝik stegaet konej –
Žizn’ vraŝaetsâ spicami dnej.
Slovno plennica v korobe let,
Oglânut’sâ ne smeû v otvet:
Tam duša moâ, drevnij poèt,
Plačet, rvetsâ za mnoû vosled…

Le caravanier fouette les chevaux :
La vie tourne par la roue des jours.
Telle une prisonnière dans le coffre des années,
Je n’ose pas regarder en arrière :
Au loin mon âme, poête ancien,
Pleure et se précipite après moi…

(Ibid., p. 179)

33On peut saisir dans ses vers le motif bouddhiste de la roue du Saṃsāra. La manière avec laquelle Souslova recourt au célèbre ghazal de Saadi confère à son poème une profondeur philosophique et psychologique qui permet d’effleurer dans un élan poétique les premiers fondements de l’existence humaine.

34Le genre du ghazal est souvent comparé au diamant puisqu’il chatoie à la lumière en présentant les facettes les plus diverses. L’une des particularités du ghazal est le palimpseste qu’il constitue en présentant, à sa façon, différentes couches successives prêtant à l’interprétation. Chaque bayt [distique] du ghazal porte souvent une pensée en soi. C’est en employant pleinement les possibilités dont dispose ce genre, les traditions d’images et de symboles caractéristiques de la poésie classique orientale, ainsi qu’en leur donnant une interprétation qui les actualise, que Souslova donne à ses créations une résonnance polyphonique et une profondeur philosophique (les vers de la seconde strophe sont ceux empruntés à Saadi) :

Saadi čerez desât’ vekov
Ne oslabil zvenâŝikh okov.
Karavan zaterâlsâ v peskakh.
Tol’ko golos ne gasnet v vekakh,
Golos, mnoû lûbimyj do slez,
Dušu ranit padeniem zvezd:

Dix siècles après, Saadi
N’a pas atténué l’emprise des fers qui résonnent.
La caravane s’est égarée dans les sables.
Seule la voix ne s’éteint pas dans les siècles,
Une voix que j’aime jusqu’aux larmes,
Blesse mon âme comme la chute des étoiles :

– Ne speši, Karavanŝik, prošu,
Ved’ lûbov’ v svoem serdce nošu –
Celyj mir umeŝaû v grudi,
Ne gubi ètot mir, podoždi!
Karavanŝik, zamedli khod!
Žizn’ moâ s karavanom ujdet…

– Ne te hâte pas, caravanier, je te prie
Puisque je porte l’amour dans mon cœur –
J’accueille le monde entier dans ma poitrine,
Attends, ne fais pas périr ce monde !
Caravanier, ralentis le pas !
Ma vie partira avec la caravane…

(Idem)

35En 2010, Souslova publie Predrassvetnyj polet strekozy [L’Envol de la libellule avant l’aube], un récit lyrique à caractère ouvertement biographique et dans lequel on perçoit nettement le sous-entendu renvoyant au destin du poète lyrique. Le récit constitue une œuvre proso-métrique dans laquelle une série d’événements sont exposés dans un style prosaïque tandis que la signification émotionnelle et symbolique est exprimée par une prosodie qui fait la part belle au rythme. Il faut noter que de telles pratiques prosaïques sont les héritières de longues traditions appartenant à la littérature orientale, et en particulier, celles qui renvoient à l’Histoire des dix princes, roman de la littérature antique indienne de Dandin, aux récits japonais de l’époque de Heian tels que les Contes d’Ise et les Notes de chevet ainsi qu’au saj (genre prosométrique dans la littérature orientale), dont l’œuvre la plus connue est Gulistān [Jardin des roses] de Saadi. Ce livre présente une chronique familiale sous la forme d’un journal intime avec en toile de fond un large contexte historique qui est compris comme une symbolique émotionnelle et mystique des enseignements que l’Orient propose. Cela est particulièrement visible lorsque l’on compare ce livre avec Čužoj krest’ [La Croix étrangère], le roman d’Alexandre Ivanov, dont les lignes du sujet font écho à L’Envol de la libellule avant l’aube.

Le tableau social du monde d’Alexandre Nikitenko

36Alexandre Nikitenko appartient à la pléiade des auteurs qui ont fait carrière à l’époque soviétique durant la seconde moitié du xxe siècle. En 2006, Nikitenko a publié les recueils de poèmes Zimnââ raduga [L’Arc-en-ciel hivernal] et Perevoračivaâ mir [En renversant le monde]. Le second ouvrage constitue une édition unique de palindromes qui inclut, outre les poèmes, un dictionnaire alphabétique de l’auteur, fait assez rare dans ce genre de la littérature contemporaine. L’Arc-en-ciel hivernal est un recueil qui offre au verbe poétique une palette riche en couleurs, en idées, en genres. Il narre l’existence sociale quotidienne, les péripéties des destins et les aspirations d’une pensée et d’une âme créatrices sur la route terrestre froide d’un homme illuminé par un arc-en-ciel d’inspiration créatrice. L’âme du poète est traversée par la rupture des époques. Le poète est « brûlé par un feu céleste ». Or, cette rupture est fixée dans le livre éponyme d’Alexandre Nikitenko Razryv [Rupture] (2009) :

No glagolû, i viždû, i vnemlû.
Ostavat’sâ ne vprave nemym znak prepinaniâ?
Kto s nebes opustilsâ na zemlû,
opalennyj ognem nezemnym.

Mais je parle, et je vois et j’entends.
La ponctuation n’a-t-elle pas le droit de rester muette ?
Celui qui est descendu des cieux sur terre,
est brûlé par un feu céleste.

(Nikitenko, 2009a, p. 115)

37Le fait que le premier chapitre du livre porte le nom du dernier vers ‘Brûlé par un feu céleste’ n’a rien de fortuit. Un pathos social et critique caractérise les œuvres de Nikitenko. En cela, il perpétue les traditions humanistes et esthétiques de la littérature classique russe des xixe et xxe siècles. Son court poème Dvadcat’ četyre [Vingt-quatre] s’inscrit dans cette ligne en se faisant l’écho des événements historiques du 24 mars 2005, qui se sont soldés par un changement de pouvoir au Kirghizstan. L’épigraphe du long poème d’Alexandre Blok Les Douze sert d’introduction à l’œuvre de Nikitenko :

V belom venčike iz roz –
Vperedi –
Iisus Khristos

D’un pas plané, en cadence,
Couronné de roses blanches,
À leur tête s’avance, Jésus-Christ*.

* Ces vers ont été traduits du russe par Serge Romoff. Note du traducteur

38L’intertextualité avec l’œuvre d’Alexandre Blok est revendiquée dès les premiers vers :

I â ne Blok, i Kyrgyzstan – ne Rus’
Poètomu za èpos ne berus’

Et je ne suis pas Blok, et le Kirghizstan n’est pas la Rus
C’est pourquoi je ne me charge d’une épopée.

39Ainsi que dans la paraphrase de conclusion :

Selfmejdmeny vsekh sistem
Vperedi – liš’ dâdâ Sèm.

Les self-made-men de tous les systèmes
À leur tête s’avance, seul l’oncle Sam.

(Ibid., p. 126)

  • 8 Noter le palindrome dès le titre en russe.

40Avec ‘La Zone du palindrome’, titre du troisième chapitre du livre, Nikitenko poursuit ses recherches poétiques et élargit cette forme à des genres de la littérature mondiale qui l’ignoraient et s’avère l’un des maîtres de ce procédé peu pratiqué. Le poème dédié à Kolesnikov Sebe nebes8 [Les Cieux à soi] n’est pas dénué d’intérêt. Nikitenko parvient à exercer sa maîtrise poétique en créant un sonnet rythmé en forme de palindrome sans sacrifier le contenu. Le sonnet est dédié au poète russe du Kirghizstan Evgeni Kolesnikov et à sa femme Amina, ainsi qu’à la relation qui les unit. Pour comprendre ce couple, il le décrit dans une langue poétique en recourant au procédé du palindrome :

Amina rano kak ona ranima,
An, Ženâ nežen, nežen, â nežna.

Tôt comme Amina est vulnérable,
Mais Ženâ est tendre, tendre, moi je suis tendre.

(Ibid., p. 146)

41Dans son recueil de vers au titre éloquent Nestabil’nost’ [Instabilité] (2009), Nikitenko met l’accent sur la source philosophique et méditative caractéristique du lyrisme du paysage :

I pakhnet terpkim medom, ârkim znoem
I kratkost’û zemnogo bytiâ.

Et se dégage l’odeur d’un miel âpre, d’une chaleur vive
D’une brièveté de l’existence terrestre.

(Nikitenko, 2009b, p. 62)

42C’est la sensation d’une crise, du crépuscule de la culture dans l’éclat du veau d’or des temps à venir qui domine dans ce recueil. Ne craignant pas de montrer ses partis pris, Nikitenko aborde dans ses poèmes des motifs nostalgiques du passé, d’une culture qui quitte ce monde, de son rapport très critique et sans compromis à l’égard des réalités de la vie sociale. Nikitenko fut l’un des auteurs les plus productifs du Kirghizstan. En 2011, il publiait deux recueils de poèmes SMS et Černyj âŝik [La Boîte noire], dans lesquels le poète reste fidèle à sa muse, renchérissant ainsi à sa réputation d’auteur tendancieux tout en continuant de suivre la tradition de la culture poétique russe et en s’engageant dans une thématique sociale. La Boîte noire est éloquent à cet égard. Le projet de ce livre serait né, si l’on en croit le poète, des premiers vers qui ouvrent le recueil :

Moi stročki – černye âŝiki
Kogda rukhnu – v nikh k vam pridu.

Mes vers sont des boîtes noires
Quand je m’effondrerai, je viendrai vous y trouver.

(Nikitenko, 2011, p. 4)

43Dans La Boîte noire, le programme poétique de Nikitenko se retrouve dans le poème Moj golos [Ma Voix], dans lequel il mentionne les noms de ceux qui ont formé sa conscience poétique :

 Evtušenko, Smelâkov, Tvardovskij,
Esenin, Mandel’štam i Maâkovskij,
Žigulin, Voznesenskij i Rubcov,
Nekrasov, Baratynskij, Fet, Kol’cov,
Uitmen, Ril’ke, Lorka i Neruda!
I frunzenskikh poètov – Aksel’ruda,
Kolesnikova – prinâl â čerty,
Moj rot oret, kogda orut ikh rty!
 Zabolockij, Pasternak, Svetlov,
Akhmatova i Bella Akhmadulina,
est’ daže dukh Rygora Borodulina,
Olžasa Sulejmenova vo mne,
Abaâ, Navoi i Toktogula…
***
 – sintez poètičeskikh imen,
Živoj, a ne dukhovnaâ mogila.

Je suis Evtouchenko, Smelâkov, Tvardovski,
Essenine, Mandelstam et Maïakovski,
Žigulin, Voznessenski et Rubtsov
Nekrassov, Baratynski, Fet, Koltsov,
Whitman, Rilke, Lorca et Neruda !
Et des poètes de Frounzé – Akselrud,
Kolesnikov – j’ai pris les traits,
Ma bouche hurle quand hurlent les leurs !
Je suis Zabolotski, Pasternak, Svetlov,
Akhmatova, et Bella Akhmadoulina,
Il y a même en moi l’esprit de Rygor Borodulin,
D’Olžas Sulejmenov,
D’Abaï, de Navoï et de Toktogul…
***
Je suis la synthèse de ces figures poétiques,
Une tombe vivante et non pas spirituelle.

(Ibid., p. 82)

44Les deux derniers distiques révèlent la poétique que comporte le nom de l’œuvre Ma Voix. Le poète revendique s’être imprégné de la tradition mondiale du mot poétique en indiquant les noms des poètes appartenant à différentes époques et à différents courants littéraires. Le poète affirme néanmoins qu’il a sa propre voix, qu’il crée sa poésie. On retrouve dans ses écrits un trait caractéristique de la culture du postmodernisme : le lien spirituel qu’elle entretient avec la tradition classique et avec la poétique des textes où le discours poétique de l’époque actuelle se révèle dans son
intertextualité avec la poésie du passé. Les horizons poétiques de La Boîte noire sont esquissés à l’aide d’une certaine structure par l’intitulé des chapitres :

  1. Privkus neba na brennykh gubakh [L’arrière-goût du ciel sur des lèvres des mortels] ;

  2. Otkuda rodom â navek [Je suis pour toujours ce d’où je viens] ;

  3. Kniga molčaniâ [Le livre du silence].

45Le monde poétique de La Boîte noire offre une poésie méditative, où le monde est contemplé à travers le prisme du ressenti lyrique, et la nostalgie pour une jeunesse disparue, pour une ‘petite patrie’ quittée et pour un grand pays perdu. Une intonation ‘à la Essenine’ se dévoile dans les poèmes consacrés à ses pénates :

Doma – â videl i povyše.
No počemu vsego milej
Mne èti vymokšie kryši
I metly golykh topolej?

Des maisons, j’en ai vu des plus hautes.
Mais pourquoi me sont-ils si chers
Ces toits trempés
Avec ces balais de peupliers dénudés ?

(Ibid., p. 102)

  • 9 Vers tiré de la chanson Poka gorit sveča [Quand la bougie brûle]

46Nikintenko éprouve le mot à sa façon, telle qu’il l’exprime dans ses écrits. Ses poèmes présentent une sonorité musicale particulière qui s’entend dans les assonances, les allitérations, les répétitions ainsi que les rimes bien choisies et notamment les rimes intérieures. Lorsque le poète est à court de mots, il s’adresse à la poésie visuelle dont l’expression prend des formes hypertrophiées dans le chapitre ‘Le Livre du silence’ qui couronne la publication de La Boîte noire. Cela n’est pas sans évoquer les vers de la chanson d’Andrej Makarevič : « Le Silence est le début de tous les débuts »9.

47Le recueil de poèmes La Boîte noire est lyrique et autobiographique, à la limite même de la confession. Le poète appréhende la crise de la culture à la croisée des deux siècles comme un drame personnel :

Bez prežnej celi, bez dukhovnykh brat’ev
 po čužoj obočine pobrel.
Svoû byluû rodinu utrativ,
Drugoj takoj â bol’še ne obrel.

Sans aucun but, sans frères spirituels,
J’erre à la marge sur un chemin étranger.
Ayant perdu ma patrie d’antan,
Je n’en ai pas trouvé de pareille.

(Ibid., p. 122)

  • 10 Le bêta est la deuxième lettre de l’alphabet grec. Note du traducteur.
  • 11 Le poète Alexandre Nikitenko est mort le 16 juin 2014. Note du traducteur.

48On peut retrouver ces mêmes traits caractéristiques de la poésie de Nikitenko dans les livres  beta10 tebâ [Je suis le béta pour toi] et Nebo v nas samikh [Le Ciel est en nous]. Celui-ci, publié en 2014, contient le dernier mot secret du poète11.

49Les œuvres des poètes russes du Kirghizstan comme Svetlana Souslova, Alexandre Nikitenko et Viatcheslav Chapovalov témoignent de la qualité d’une poésie qui se trouve confrontée aux nouvelles collisions de l’histoire.

L’époque actuelle dans la prose russophone du Kirghizstan

50Au xxe siècle, la littérature du Kirghizstan a connu d’intenses développements qui l’ont menée au début du xxie siècle à un nouveau stade de réflexion artistique. Les spécialistes de littérature n’ont pas encore saisi toute l’ampleur de ce changement.

51La place qu’occupe l’individu dans un mouvement public et culturel reste une question débattue. L’essence humaine est complexe, du fait de ses relations multidimensionnelles avec le monde qui l’entoure, tant et si bien que cette complexité se prête difficilement à une compréhension exhaustive. On trouve pourtant des personnalités qui ont su transmettre, à travers des symboles artistiques et des métaphores, les signes de leur temps ainsi que les destins historiques de leur nation.

La Fiancée éternelle de Tchinguiz Aïtmatov

52L’itinéraire artistique de Tchinguiz Aïtmatov fait partie intégrante de la culture nationale du Kirghizstan au xxe siècle. Il est constitué des conflits classiques et des aspirations romantiques, mais aussi des collisions entre l’évolution de l’histoire et la problématique psycho-philosophique du caractère tragique de l’existence humaine dans le monde.

53L’univers artistique de Tchinguiz Aïtmatov témoigne du fait que les couches culturelles des temps passés ne disparaissent pas sans laisser de trace. Elles restent dans la mémoire longue du peuple, tel un héritage historico-culturel qui s’est transmis de génération en génération au moyen de la parole et sur lequel se gravent les époques révolues.

  • 12 Pour être précis, le père d’Aïtmatov a été victime des purges en 1937 après avoir occupé des foncti (...)

54Le dernier roman de Aïtmatov Kogda padaût gory (Večnaâ nevesta) [Quand tombent les montagnes (la Fiancée éternelle)] (2006), témoigne directement de cette conception. C’est le testament d’un écrivain issu d’une culture traditionnelle alors en crise. L’auteur se revendiquait dans ses allocutions comme un écrivain du xxe siècle. Il est à la fois victime, reflet d’une certaine avancée (dostiženie) et vecteur de l’expression artistique de cette époque dramatique. Ce fut un orphelin plongé dans le creuset de la révolution alors que se constituait le pouvoir soviétique12. Son adolescence s’est consumée dans la flamme de la Grande Guerre patriotique. Il a résisté, s’est endurci et a marché d’un même pas avec son époque, quitte à la devancer puisqu’il pressentait les changements futurs.

55Dans la structure de l’œuvre Quand tombent les montagnes plusieurs couches se superposent : la nature, la mythologie et la religion, la couche classique, la couche de la détermination sociale, celle de la mondialisation et de l’information. Or, la multitude de strates éclectiques dans la structure de l’œuvre correspond pleinement à la culture du postmodernisme. Ce roman jette une lumière sur la trajectoire qu’a prise l’œuvre de l’écrivain qui se trouvait alors à la fin sa vie. Comme dans le reflet d’un lac de montagne, on voit se fixer dans le chemin emprunté par l’auteur les pages de la culture du peuple kirghiz dans le contexte de la mondialisation.

56La verve poétique, déjà mise à l’honneur dans les œuvres antérieures de l’écrivain kirghiz, est à nouveau célébrée dans l’architectonique de la structure de Quand tombent les montagnes. Dès les premières pages, on trouve la confrontation polaire du monde – nature contre civilisation – et la description des figures principales les personnifiant :

Edinstvennoe, čto možno bylo by predpoložit’, pytaâs’ vse že postič’ nepostižimoe, razve, – tak èto nekuû astrologičeskuû vzaimosvâz’ dvukh suŝestv, o kotorykh budet povestvovanie, ikh kosmičeskoe rodstvo, v tom vsego liš’ smysle, čto mogli oni rodit’sâ, voleû vse tekh že sudeb, pod odnim znakom zodiaka. A čto, moglo byt’ i tak…

La seule chose que l’on pouvait supposer, en essayant de comprendre ce qui dépasse notre entendement, c’est un certain lien astrologique entre deux créatures dont on fera le récit, leur parenté cosmique, ce qui veut juste dire qu’ils pouvaient naître, de par la volonté d’un même destin, sous un seul signe du zodiaque. Mais bon, il pouvait en être ainsi…

(Ajtmatov, 2008, p. 20)

  • 13 Rod signifie la lignée en russe. Note du traducteur.

57La pensée de l’auteur s’écoule posément en partant des sources, de la nature (pri–rod13–a), d’une culture primitive qui trouve à s’exprimer dans les mythes et les rites, pour en venir à la civilisation pragmatique du xxie siècle. C’est dans ce contexte qu’il rend évident l’image sainte de la Fiancée éternelle :

[ona] prebyvaet v večnom pokaânii za lûdskoj mir, i v ètom glubina i sila ee lûbvi i gorâ… v nej vyplesnulsâ mučeničeskij klik vselenskogo stradaniâ… nostal’gičeskij motiv lûbvi…

[elle] est en perpétuelle pénitence pour l’humanité, et c’est en cela que se trouvent la profondeur et la force de son amour et de son affliction… elle irradie par son cri de martyre les souffrances de l’humanité… le motif nostalgique de l’amour…

(Ibid., p. 86)

58La réflexion narrative si propre à Tchinguiz Aïtmatov imprègne tout le roman. Elle contient en soi une profonde source philosophique. Aïtmatov comprend le monde de la nature et de la civilisation dans leur unité initiale et leur lutte pour l’existence, dans la création de la vie et dans la survie. On reconnaît le style expressif du peintre animaliste qui aime scruter les habitudes des animaux. De toute évidence, ce sont les échos d’une mentalité nomade qui retentissent à travers ces pages, de même que le savoir professionnel du zootechnicien. À la fin de sa vie, la vieille panthère aguerrie se bat encore pour l’existence en se souvenant du battement de la vie palpitante de la jeunesse et de la création d’une nouvelle vie – la ‘musique universelle de la vie’ – qui, pour exister, demande qu’on lui sacrifie la sienne. Et c’est pourquoi elle a ‘mugi et rugi’ en déversant sa rage, sa douleur et sa nostalgie du passé. Ce fut son requiem pour la vie.

59Le héros du roman, Arsen Samančin, est un idéologue. Il ressemble en cela à la figure d’Avdij Kallistratov dans le roman I dol’še veka dlitsâ den’ [Une journée plus longue qu’un siècle]. Comme Avdij, c’est un proscrit idéologique en quête de vérité et de la Fiancée éternelle. C’est bien à Arsen Samančin que l’auteur confie l’expression de ses pensées philosophiques ainsi que celles qu’il peut avoir sur la vie politique et sociale. Dans le roman Plakha [Dans les rêves de la louve] Avdij Kallistratov cherche son Dieu avant tout en lui-même. Arsen Samančin est le porteur d’une mémoire génétique, d’un ethnos qui s’exprime en l’occurrence dans la légende de la Fiancée éternelle. Grâce à elle, l’auteur dirige la pensée du lecteur sur le chemin de l’histoire du peuple kirghiz dans lequel se dégagent différents stades culturels. Le destin des Kirghiz est dramatique, à l’image de cette longue route qui l’a mené à la formation d’un État. Ce caractère dramatique se reflète dans la façon dont l’auteur décrit un rituel consacré à la Fiancée éternelle que l’on observe des deux côtés du sommet de la montagne : du côté chinois comme du côté kirghiz. Les frontières étatiques ainsi que les péripéties dramatiques de son destin historique, la lutte pour la survie de l’ethnos ont divisé le peuple kirghiz. En lui brûle néanmoins une flamme, allumée lors de l’aurore de la pensée humaine dans une forme poétique et mythologique. Enrichi par la pensée du legs artistique de la culture classique du monde entier, ce feu brûle dans l’âme d’Arsen Samančin. Il rêve de mettre en scène à l’opéra la légende de la Fiancée éternelle. Cependant, à l’époque de la culture de masse, son rêve est impossible à réaliser.

  • 14 En Russie, la culturologie est censée appartenir aux sciences humaines (voir Laruelle Marlène, « La (...)

60Ainsi, la réflexion culturologique14 de l’auteur englobe les couches culturelles suivantes : celles de la nature (pri-rod-nyj) et du peuple (na-rod-nyj), celles de la culture classique et de la culture de masse. Un style de récit correspond à chacune d’elles. L’auteur les fait alterner en suivant une méthode de montage cinématographique, élaborant ainsi sa propre conception artistique. Le mythe de la Fiancée éternelle est relaté dans un discours rythmé, et la chanson qui lui est consacrée est construite selon les lois de la chanson populaire lyrique, avec des procédés figuratifs tels que les métaphores, les personnifications et les anaphores. Il faut noter que la tradition populaire du récit épique (skaz) se manifeste clairement dans la façon dont Tchinguiz Aïtmatov construit sa narration dans tout le roman. C’est particulièrement visible dans son emploi d’anaphores, dans son anticipation des actions du sujet du livre, dans une construction donnant à l’œuvre une structure rythmique, spatiale et temporelle qui lui est propre. Ses actes discursifs commencent dans le roman par des conjonctions destinées à garder la plasticité et à donner une impression de continuité au récit.

  • 15 Istina est la vérité absolue. Pravda est à la fois vérité et justice. Note du traducteur.

61La façon dont Arsen Samančin relate ses légendes et ses paraboles sur la Fiancée éternelle se trouve être une description originale d’un libretto d’opéra, un constat corroboré par l’avènement de l’art musical et dramatique kirghiz. Un travail complémentaire serait nécessaire pour mieux comprendre les sources de la légende de la Fiancée éternelle dans la conscience créatrice de Aïtmatov. On se contentera de remarquer que le sujet ressemble à ceux des premières œuvres dramatiques de la littérature kirghize : Karačač de Kasymaly Džantošev, Goremyčnaâ Kakej [Pauvre Kakej] de Moldogazy Tokobaev, V osennej noči [Dans une nuit d’automne] de Sydika Karačeva, ou encore Tajna melodii [Le Secret d’une mélodie] de Aaly Tokombaev. En outre, il faut remarquer que contrairement à ces auteurs kirghiz, Aïtmatov gomme dans le sujet légendaire l’élément social afin de mettre en avant un caractère intemporel. Cela est cependant largement compensé par sa représentation des réalités actuelles de la vie socioéconomique. La narration prend un caractère journalistique. L’auteur n’y cache pas son ironie qui vire parfois au sarcasme. C’est dans les réflexions du héros principal sur l’actualité qu’on découvre l’ironie mordante de l’écrivain. À partir de la moitié du roman, le rythme de la narration s’accélère, les dialogues y sont plus fréquents, la trame du récit gagne en dynamisme. L’auteur inclut un élément aventureux dans l’intrigue du roman avec la problématique très actuelle du terrorisme. Le montage fait se succéder plus rapidement les épisodes, il transforme parfois en clips les cadres qui doivent transmettre l’idée de l’auteur aux lecteurs. Là-bas, dans la grotte du sommet de la montagne, d’où provient le peuple natal (rodnoj), la panthère solitaire des neiges et l’homme proscrit de la société, le représentant d’une époque finissante, se sont rencontrés à la fin de leur vie. Ils sont revenus aux sources pour que la Fiancée éternelle leur dise l’office des morts mais aussi pour comprendre, à la dernière heure, qu’il n’y a pas de justice (pravda) mais seulement un long chemin de vérité (istina)15. Et c’est la raison pour laquelle on entend, comme dans la légende de l’oiseau Donenbaj du roman Une journée plus longue qu’un siècle, l’appel de la Fiancée éternelle : « le cri de martyr de la souffrance de l’humanité, le motif nostalgique de l’amour » pour ce qui relève de l’inaccessible (Ibid., p. 87). Un récit est apposé en guise d’épilogue : Tuer, ne pas tuer (Ubit’ – ne ubit’). Il prend ainsi place dans la structure du roman, pensé et conçu comme une œuvre en soi, qui ne détonne pas avec les idées et le contenu que l’auteur souhaitait donner à son roman lorsqu’il souligne la question du choix moral qui se pose à tout homme depuis la nuit des temps. Le postscriptum semble perspicace tant au regard du récit qu’au regard du roman Quand tombent les montagnes :

No čitateli ostaûtsâ vsegda, kak pri žizni avtora, tak i – eŝe bol’še – posle ego smerti… I slyšu â zov Večnoj nevesty o kotoroj tak mnogo rasskazyval pokojnyj Arsen Samančin! I â s nej…

Mais il y aura toujours des lecteurs, du vivant de l’auteur, et – encore plus – après sa mort… Et j’entends l’appel de la Fiancée éternelle dont le défunt Arsen Samančin a tant parlé ! Et je suis avec elle…

(Ibid., p. 264)

62Plus d’une génération de lecteurs est familière de l’œuvre de Tchinguiz Aïtmatov. Il a pu incarner en elle l’histoire du peuple kirghiz du xxe siècle et demeurera dans son histoire de plein droit tant que le verbe restera inépuisable. Avec la Fiancée éternelle, Aïtmatov est allé de nouveau à la recherche des sources spirituelles de l’humanité, cherchant à apporter son obole à la longue route menant à la vérité, au sens de l’existence terrestre. Tchinguiz Aïtmatov aborde les problèmes qui se posent à l’échelle planétaire à travers une vision du monde qui reste ancrée dans un territoire propre, sa patrie. Il pose les questions ‘maudites’ au moyen du verbe, ces questions qui n’ont pas d’âge, afin de comprendre le sens de la mort. Et c’est ce qui rend éternelle son œuvre.

L’originalité du genre et du thème des romans d’Ilimkan Lajlieva

63La confrontation de différentes orientations idéologiques et la relative liberté d’expression – si l’on compare avec l’époque soviétique – ont conduit à une pluralité d’éditions qui reflètent les besoins intellectuels et spirituels des différents groupes d’opinion et groupes sociaux. Le diapason de la littérature contemporaine du Kirghizstan en matière de genre, de thème et d’esthétique s’est élargi.

64Au début du xxie siècle, on a vu se propager dans la presse et au cinéma des essais sur la justice et la criminalité, sur le quotidien, des traités et des articles religieux et mystiques, des récits érotiques, qui sont l’expression d’une demande de la part du lecteur-type de la littérature de masse. En effet, ce lecteur est orienté vers une conscience hédoniste et consumériste et cherche des nouveaux repères moraux dans des conditions de troubles idéologiques et spirituels.

  • 16 Il s’agit d’une série littéraire, dirigée par un comité de rédaction, et consacrée aux ‘personnes r (...)

65La multiplication des possibilités d’expression sans détour, la fin du poids de la censure sur les maisons d’édition, la libéralisation du regard sur la société, la situation du ‘bilan du siècle’, tout cela favorise le développement d’une littérature de mémoires et de biographies. La série Žizn’ zamečatel’nykh lûdej Kyrgyzstana16 [La vie des personnes remarquables du Kirghizstan] est révélatrice de cette tendance. Le processus littéraire actuel témoigne de la variété des recherches à venir des écrivains russophones du Kirghizstan et, ne craignons pas de l’affirmer, la qualité de cette littérature s’est renouvelée.

66On peut légitimement considérer Ilimkan Lajlieva comme étant à l’origine de la ‘prose féminine’ russophone du Kirghizstan. On trouve dans les œuvres littéraires de la fameuse spécialiste de littérature Sladkaâ žizn’ kak ona est’ [La Belle Vie comme elle est en vrai], Uikènd v Čikago [Week-end à Chicago], Zvezda nočnogo èfira [La Star du soir à la télévision], tout une série de personnages et de caractères de ses contemporaines qui s’affirment comme des personnalités libres et cherchent leur place sous le soleil à l’époque trouble des changements. Dans le roman Polet babočki [Le Vol du papillon] (2007), Lajlieva continue à sculpter l’image de la femme actuelle. Le vol du papillon attire le regard de l’homme. Elle choisit peut-être le papillon parce qu’il s’agit d’un insecte qui incarne clairement les métamorphoses de la vie. La transformation d’un cocon immobile en une créature, volant librement et réunissant les couleurs du monde environnant, est remarquable. Ce n’est pas un hasard si le papillon est devenu l’une des images préférées de la littérature mondiale, en particulier de la poésie orientale. Elle a vu en lui le symbole de la vie, d’une vie passionnée, aux couleurs vives, d’une vie changeante, éphémère et périssable. Dans la littérature d’Asie centrale, l’image du papillon brûlant dans la flamme de la bougie représente l’amour passionné, et dans la symbolique soufie, cette image renvoie à l’unité extatique avec l’essence divine.

67La maîtrise du verbe consiste non seulement à avoir sa propre vision des faits, mais aussi à percevoir dans l’ordinaire une haute esthétique et ainsi à la rendre visible au lecteur. Dans Le Vol du papillon, Lajlieva perçoit l’image traditionnelle du papillon comme l’incarnation du destin féminin, aspirant à la tendresse et à l’amour, du rêve exaucé, malgré l’agitation de la vie. Les lecteurs de l’œuvre de Lajlieva peuvent voir dans le bruissement des pages – les ailes du livre – la vie actuelle qu’elle reflète dans ses diverses manifestations. Dans ce roman, on retrouve les réalités socio-politiques de la vie du Kirghizstan et la sensibilité féminine de la vision du monde, ainsi que le rêve romantique d’une autre vie.

68Ilimkan Lajlieva est une écrivaine qui s’intéresse aux problèmes aigus de l’existence sociale de l’homme et qui essaie de relever les nouveaux défis de la vie nationale. En témoigne le roman Migranty, ili Everything is possible [Les Migrants ou Everything is possible] (2010) qui relève à la fois de la littérature et du journalisme social et politique, puisqu’il évoque le destin des contemporains de l’auteur. Le roman est construit sur le principe du collage : plusieurs sujets parallèles offrent un large panorama de la vie sociale et politique du Kirghizstan dans le contexte de la mondialisation. Lajlieva intègre dans son roman des articles journalistiques, des analyses politiques et économiques, des réflexions lyriques et sociales. Le roman correspond bien sous ce rapport à l’éclectisme de la culture postmoderniste. Cependant, le style même de l’écrivain demeure assez traditionnel, et les caractères sont étudiés du point de vue du déterminisme social. Les différents sujets convergent seulement dans l’épisode final qui se déroule dans l’aéroport Manas. De surcroît, un dénouement heureux attend tous les héros comme la littérature de masse actuelle l’affectionne.

La Croix étrangère d’Alexandre Ivanov

69Alexandre Ivanov participe pleinement de ce nouveau processus littéraire dans la mesure où il intègre divers genres. Les récits, écrits à des époques différentes, se distinguent par un psychologisme et une dramatisation du sujet qui en rapprochent certains du genre de la nouvelle.

70Un roman couronne cette ambition : Čužoj krest’ [La Croix étrangère], publié en 2009. Il s’agit ici de l’œuvre la plus aboutie d’Ivanov parmi la dizaine de livres qu’il a publiés. On sent dans le roman un fond biographique. En relatant le destin des héros principaux, l’auteur retrace les péripéties historiques du xxe et du xxie siècle qui ont fait peser une lourde croix sur le destin des gens, dont le sort a décidé qu’ils devaient porter leur croix au Golgotha. Même si l’on peut penser que faire porter la croix à d’autres ne permet à personne d’échapper à l’expiation ou au karma. Bien qu’il s’agisse d’une narration réaliste, Ivanov emploie d’autres procédés littéraires. L’un d’entre eux est l’allégorie :

Tem vremenem angely, učastvuûŝie v vosniknovenii ikh soûza i okhranâûŝie ikh ot napadok temnykh sil, poterâli bditel’nost’ i to li vzdremnuli so skuki, to li otlučilis’ kuda-to. A svâto mesto pusto ne byvaet. Besy davno uže potirali ručki, slušaâ, kak razmetalis’ èti dvoe, kak prikidyvaût oni plany otnositel’no svoej bezoblačnoj žizni. Značit, im malo toj napasti, kotoruû oni podstroili Nike? Čto ž, budut eŝe i eŝe besovo plemâ vklûčat’ v igru po polnoj programme.

Entretemps, les anges qui participent à la naissance de leur union et qui les protègent des attaques des forces obscures ont perdu leur vigilance ou bien se sont endormis à cause de l’ennui, ou bien sont partis ailleurs. Qui part à la chasse perd sa place. Les démons se sont depuis longtemps frotté les mains en entendant comment rêvaient ces deux-là, comment ils concevaient des projets sur leur vie sans nuages. Ce qui veut dire qu’ils ne se sont pas satisfaits des malheurs qu’ils ont infligés à Nika ? Allons donc, ils vont sans cesse intégrer dans le jeu une tribu infernale pour que rien ne manque.

(Ivanov, 2009, p. 426)

71L’écrivain ne s’écarte pas de la mystique qui est la forme originale d’une expression plus profonde de la mentalité des héros et du mystère de la vie. Les lignes qui servent de conclusion coïncident parfaitement avec la littérature contemporaine postmoderne :

A po dorogam planety, gde šossejnym, a gde železnodorožnym, okhvatyvaâ kak možno bol’še obžitogo lûd’mi prostranstva, bezostanovočno mčitsâ veselyj, razudalyj poezd, vkotorom angely stanovâtsâ čertâmi, čerti angelami – v zavisimosti ot obstoâtel’stv. Kto-to iz nikh selitsâ na vremâ v tom ili inom kraû, čtoby vse pozaputat’ v lûdskom soobŝestve, dovesti do krakha, a potom isčeznut’, smyt’sâ i vozniknut’ v drugoj časti sveta s temi že zadačami i celâmi. Mčitsâ i mčitsâ poezd, nesâ bol’šie i malye potrâseniâ, postepenno rasšatyvaâ našu Zemlû, sdvigaâ ee s osi. I vse tak že na podnožke sredinnogo vagona maâčit razmašistaâ figura Žen’ki Veprikova, pokhožego na politruka Kločkova, bessmyslenno ugrožaûŝego nebesnym passažiram granatoû…

Sur les chemins de la planète, que ce soit sur les routes ou les chemins de fer, s’emparant d’un maximum d’espace habité par les hommes, un train file sans s’arrêter, joyeux, téméraire, et dans lequel les anges deviennent des diables et les diables des anges, en fonction des circonstances. L’un d’entre eux s’installera dans telle ou telle contrée pour désorienter la communauté humaine, la mener au chaos, et puis disparaître, s’éclipser pour réapparaître dans un autre coin de la planète avec les mêmes tâches et les mêmes buts. Le train file encore et encore, secoue, bouleverse notre terre chancelante, quitte à ce qu’elle perde ses repères. Et il en va de même sur le marchepied du wagon du milieu où se profile la large silhouette de Žen’ka Veprikov semblable à l’instructeur politique Kločkov*, qui menace absurdement les passagers célestes d’une grenade…

(Ibid., p. 524)
* Vasilij Georgievič Kločkov (1911-1941).
Référence au héros soviétique qui meurt avec des grenades à la main.

72En 1991, Alexandre Ivanov avait publié le récit Verkhom na oblake [À cheval sur le nuage] qui a eu un large écho dans le pays. Selon toute vraisemblance, son nouveau roman devrait occuper une place notable dans la littérature contemporaine, dans la mesure où il exprime des réalités historiques et littéraires et des recherches esthétiques à la charnière des deux siècles. Il faut noter que le roman La Croix étrangère se distingue par une expression de soi, libre et créatrice, ce qui est l’une des avancées principales de la littérature de la fin du xxe siècle et du début du xxie siècle.

Conclusion

73À la croisée des xxe et xxie siècles, la société kirghize s’est retrouvée confrontée au choix historique de son développement socio-économique et politique, de ses repères moraux, idéologiques mais aussi spirituels. Cela se reflète nécessairement dans la diversité des tendances idéologiques et esthétiques du processus littéraire de la fin du xxe siècle. Ces tendances se manifestent tant dans la recherche de moyens figuratifs et expressifs novateurs que dans la quête d’un appui moral et idéologique qu’on trouverait dans le passé historique et légendaire des Kirghiz.

74Dans le bilan que nous tirons de ces années, les bouleversements de la vie sociale et les recherches spirituelles de la conscience publique ont eu une influence capitale sur la production littéraire contemporaine kirghize en langue russe. La précarité économique conjuguée à l’incertitude du lendemain renforce au Kirghizstan les manifestations de la crise sociale et politique. Tout cela se reflète sur le contenu thématique et idéologique dans lequel les motifs du ‘déclin de la culture’ résonnent de façon de plus en plus visible et dramatique. Cependant, il faut remarquer que ces motifs s’incarnent dans certaines œuvres de haut niveau et témoignent du fait que le ‘mouvement de la vie’ s’exprime comme avant dans le verbe, qui cherche les sens de la vie dans les nouvelles formes de ses manifestations.

75La littérature russophone du Kirghizstan se distingue par un fonctionnement original qu’elle tire des conditions d’existence dans le ‘Cercle de l’Asie’ à la frontière des époques et des traditions culturelles. Cette littérature est née dans un environnement géopolitique et ethnographique à la charnière des traditions culturelles russes et du quotidien asiatique qui ne manquent pas de laisser leur empreinte sur l’expérience des écrivains qui ont construit leur vie et leurs œuvres au sein des espaces eurasiatiques. La littérature d’Asie centrale n’apparaît pas comme une littérature étrangère pour les écrivains russophones du Kirghizstan. Ils vivent en effet dans cette tradition culturelle centrasiatique qui a fini par devenir une partie de leur expérience du monde. Le thème de l’Orient dans la poésie russe du Kirghizstan de la fin du xxe siècle et du début du xxie siècle reçoit un éclairage tout à fait nouveau : social et lyrique dans les vers d’Alexandre Nikitenko, philosophique et esthétique pour Svetlana Souslova, postmoderne pour la poésie de Chapovalov.

76Le discours russe de la littérature du Kirghizstan fait ressortir, d’une part, la quête de cette littérature, qui cherche des fondements esthétiques et des fondements d’une conception du monde propre, et d’autre part, l’originalité dont font preuve les belles lettres dans une société de l’information à l’époque de la mondialisation. La montée de la conscience nationale et le développement prochain des interactions entre différents peuples stimulent les recherches des écrivains du Kirghizstan. Dans la société de l’information, les processus d’interpénétration des cultures se produisent avec plus d’intensité. En outre, l’orientation vers un large public conduit vraisemblablement à la naissance des nouvelles formes d’art qui seront fondés sur des modèles informatifs dépassant les cadres nationaux. Mais les couches profondes de la vision ethnoculturelle du monde resteront dans la mémoire et la pratique des littératures nationales.

77Dans un contexte historique et culturel où l’expression de la conscience littéraire est capitale, la littérature russophone du Kirghizstan du début du millénaire a inscrit sa marque dans les questionnements sur la place qu’elle occupe dans le monde. La thématique sociale y est largement présente, surtout dans la prose. En même temps, la poésie exprime plus nettement l’individualisation et l’aliénation de la personnalité dans le monde contemporain de la mondialisation et de la crise de la culture. La littérature contemporaine du Kirghizstan exprime une époque en crise à la croisée de deux siècles. Il est possible qu’elle en sorte ravivée spirituellement tout en préservant les traditions de la culture mondiale ou encore qu’elle reflète la nouvelle société industrielle source de catastrophes écologiques (tekhnogennoe) de la culture de masse.

78Une chose est certaine : la vie suit son cours et le verbe l’interprètera et tentera d’en saisir la portée. Le verbe cherche les sens dont la vie est chargée, il transmet une expérience et une vision du monde de génération en génération, il crée une histoire et une culture des peuples. L’examen de la littérature russophone du Kirghizstan au début du xxie siècle témoigne du fait que le verbe poétique continue d’exprimer le ‘mouvement en émoi de la vie’. Ainsi, il rend la vie immédiate éternelle et enflamme d’une lumière céleste la vanité de l’existence humaine.

Haut de page

Bibliographie

Ajtmatov Čingiz, 2008, Kogda padaût gory (Večnaâ nevesta) [Quand tombent les montagnes (La Fiancée éternelle)], Saint-Pétersbourg: Azbuka-klassika.

Ajtmatov Čingiz & Lipkin Semen, 2003, Poèziâ v čelovečeskom prostranstve, V. Šapovalov v Azijskom kruge [La Poésie dans l’espace humain, V. Šapovalov dans le cercle de l’Asie], Vol. 1, Bichkek: Arkhi.

Chapovalov Viatcheslav, 1995, La Naissance d’une barde-manastchi, présenté et transcrit par R. Dor, traduit par G. Imart, Paris [http://magazines.russ.ru/druzhba/avt/shapovalov/shap1.html].

Ivanov Aleksandr, 1991, Verkhom na oblake [À cheval sur le nuage], Bichkek: Adabiât.

—, 2009, Čužoj krest’ [La Croix étrangère], Bichkek: Prosveŝenie.

Lajlieva Ilimkan, 2007, Polet babočki [Le Vol du papillon], Bichkek: Aât.

, 2010, Migranty, ili Everything is possible [Les Migrants ou Everything is possible], Bichkek: Bijiktik.

Lettres russes, 2013, n° 47 consacré à la littérature kirghize contemporaine en langue russe [http://literatura.kg/uploads/lettres_russes_2013.pdf consulté en février 2015].

Nikitenko A.S., 2006, Zimnââ raduga [L’Arc-en-ciel hivernal], Bichkek: Prosveŝenie.

—, 2009a, Razryv [Rupture], Bichkek: Salam.

—, 2009b, Nestabil’nost’ [Instabilité], Bichkek: Salam.

—, 2011, Černyj âŝik [La Boîte noire], Bichkek: Salam.

Rudnev Ûrii, 2001, Koncepciâ diskursa kak èlementa literaturovedčeskogo metaâzyka [Le Concept de discours comme élément de métalangage littéraire], Bichkek : Naučnyâ zapiski iz” želtago doma [http://zhelty-dom.narod.ru/literature/txt/discours_jr.htm, consulté le 15 mai 2014].

Suslova Svetlana, 2006, Molčanie ryb [Le Silence des poissons], Bichkek : Prosveŝenie.

—, 2009, Akvareli osennego neba. Stikhotvoreniâ [Les Aquarelles d’un ciel d’automne. Poèmes], Bichkek: Prosveŝenie.

—, 2010, Predrassvetnyj polët strekozy [L’Envol de la libellule avant l’aube], Bichkek: Prosveŝenie.

Šapovalov Vâčeslav, 1997, Založnik [L’Otage], Bichkek: Vesta.

—, 2001, «Kasym Tynystanov kak zerkalo kul’turnoj revolûcii» [Kasym Tynystanov, miroir de la révolution culturelle], Sbornik. Kasym Tynystanov i otečestvennaâ kul’tura istorii xx. veka: Materialy ûbilejnoj naučnoj konferencii, posvâŝennoj 100-letiû K. Tynystanova [Collection. Kasym Tynystanov et l’histoire de la culture russe du xxe siècle : actes de la conférence consacrée au 100e anniversaire de K. Tynystanov], Bichkek: knu.

—, 2004, Konteksty perevoda. Stat’i raznyh let [Contextes de traductions. Articles de différentes années], Bichkek: Prosveŝenie.

—, 2011, Čužoj altar’ [L’Autel étranger], Vol. 1, Bichkek: Turar.

Tynystanov Kasym, 2001, Kasym yrlarynyn žyjnagy [Recueil des vers de Kasym], edité par A.Č. Kakeev et V.I. Šapovalov, traduit par V.I. Šapovalov et M.A. Rydov, Bichkek.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 En 2013, la revue Lettres russes consacrait un numéro à la littérature russophone kirghize contemporaine avec des traductions de Viatcheslav Chapovalov (Le Cercle de l’Asie, trad. de Claude Frioux et Irène Sokologorsky), de Svetlana Souslova (Poèmes, trad. de Catherine Brémeau), de Tourousbek Madylbaï, (Les Souffrances de Berdi, trad. de Jacqueline Paudrat), de Soultan Raev (Le Réalisme socialiste, trad. de Maria-Luisa Bonaque), d’Oleg Bondarenko (Une Tasse de café, trad. de Bernard Birkan), de Danïar Derkembaïev (Une étoile prénommée Assel, trad. de Richard Roy), de Dmitri Achtcheoulov (Balthazar Neverro, trad. de Jacqueline Paudrat Chauds, Les petits pâtés, chauds !, trad. de Simon Piazza et Neige Rochant). Note du traducteur.

2 Les akyn sont des conteurs improvisateurs.

3 On se souvient de la conception de Hésiode dans Les Travaux et les jours pour lequel l’âge de fer venait remplacer un passé bienheureux.

4 Ancien nom de Bichkek à l’époque soviétique. Note du traducteur.

5 Citation d’Ernest Hemingway dans Pour qui sonne le glas. Note du traducteur.

6 Ainsi les termes ‘maintenant’, ‘instant magnifique’, ‘présent sans lendemain’ sont proposés pour la transmission d’un état extatique.

7 Sobornost’ désigne en russe une communauté spirituelle de personnes vivant ensemble. Incarnation de l’idéal d’une communauté fraternelle pour des slavophiles tels qu’Alexis Khomiakov, la sobornost’ déborde le registre de langue appartenant à l’église orthodoxe russe pour dénoter une conception philosophique hostile à l’individualisme. Note du traducteur.

8 Noter le palindrome dès le titre en russe.

9 Vers tiré de la chanson Poka gorit sveča [Quand la bougie brûle]

10 Le bêta est la deuxième lettre de l’alphabet grec. Note du traducteur.

11 Le poète Alexandre Nikitenko est mort le 16 juin 2014. Note du traducteur.

12 Pour être précis, le père d’Aïtmatov a été victime des purges en 1937 après avoir occupé des fonctions importantes dans la république socialiste de Kirghizie. Note du traducteur.

13 Rod signifie la lignée en russe. Note du traducteur.

14 En Russie, la culturologie est censée appartenir aux sciences humaines (voir Laruelle Marlène, « La discipline de la culturologie : un nouveau ‘prêt-à-penser’ pour la Russie ? », Diogène 4/2003 (n° 204), pp. 25-45). Il s’agirait, si l’on en croit le dictionnaire Efremov, d’une « discipline scientifique qui étudie la culture spirituelle du peuple, de la nation et les lois objectives de développement d’une culture ». Note du traducteur.

15 Istina est la vérité absolue. Pravda est à la fois vérité et justice. Note du traducteur.

16 Il s’agit d’une série littéraire, dirigée par un comité de rédaction, et consacrée aux ‘personnes remarquables’ du Kirghizstan. Les ouvrages sont publiés périodiquement dans différentes maisons d’édition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bakhtiar Kojcuev, « La littérature du Kirghizstan confrontée aux nouvelles conditions géopolitiques et historico-culturelles : le discours russe », Cahiers d’Asie centrale, 24 | 2015, 327-357.

Référence électronique

Bakhtiar Kojcuev, « La littérature du Kirghizstan confrontée aux nouvelles conditions géopolitiques et historico-culturelles : le discours russe », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 24 | 2015, mis en ligne le 10 mars 2016, consulté le 28 août 2016. URL : http://asiecentrale.revues.org/3048

Haut de page

Auteur

Bakhtiar Kojcuev

Docteur en lettres, Bakhtiâr Kojčuev est directeur du département d’histoire et théorie de la littérature de l’Université slave russo-kirghize (krsu). Ses centres d’intérêts scientifiques sont l’histoire de la littérature d’Asie centrale, le dialogue des littératures orientale et russe, la production d’une littérature contemporaine au Kirghizstan. Parmi ses nombreuses publications en russe : La Littérature centrasiatique comme contexte plurinational : l’histoire du discours russe (des temps anciens jusqu’au xxie siècle), Bichkek : krsu, 2010 ; Les Motifs persans de S.A. Essenine : le dialogue des cultures, Bichkek : krsu, 2011 ; La Littérature russe du Kirghizstan du début du xxie siècle : miroir réfléchissant de l’état social, spirituel et moral de la société, Moscou : mgu, 2009. Contact : sufibah@mail.ru

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org