Navigation – Plan du site
Le développement d'une intelligentsia entre plusieurs modèles

Du statut d’allogène à celui de citoyen soviétique : la route des Kazakhs vers une autonomie politique (1905 -1920)

Xavier Hallez
p. 275-342

Résumés

Ce chapitre traite de l’élaboration par les Kazakhs de l’idée d’une autonomie politique au sein d’un État russe. Il reconstruit le processus qui a amené à la proclamation d’une république soviétique autonome kazakhe en 1920. Le point de départ choisi est la révolution de 1905 et les autres moments déterminants sont la rébellion de 1916, puis les deux révolutions de Février et d’Octobre 1917 et enfin la guerre civile. L’accent est mis sur les choix politiques adoptés par les différents courants kazakhs et sur leur évolution. Il apparaît que la volonté d’obtenir une réelle autonomie nationale fut largement partagée par l’ensemble des acteurs kazakhs. Ce projet put aboutir sans pour autant garantir une liberté dans la direction politique de la future entité.

L’autre élément essentiel de ce chapitre est de montrer la concomitance entre des discours appelant à l’unité nationale et la nécessité pour tous les acteurs politiques de s’appuyer sur des solidarités tribales. Les tribus les plus puissantes s’accaparèrent la direction du mouvement national de 1917. Le refus des intelligenty de ces tribus de collaborer avec le pouvoir soviétique offrit la possibilité à des intelligenty de tribus plus minoritaires de prendre le contrôle des organes soviétiques et communistes kazakhs.

Une partie importante du chapitre est aussi consacrée à la construction territoriale de la république autonome au travers de l’activité des organes soviétiques kazakhs, du pouvoir central moscovite et des autorités locales dominées par les Russes.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier chaleureusement Irina Erofeeva pour sa disponibilité et pour son aide si précieuse.

Texte intégral

  • 1 Sejfullin, 1958, pp. 44-45.

« Azamat [citoyen], ne baisse pas la tête, relève-toi, tiens-toi main dans la main avec tes frères.
Pour la liberté et l’égalité, nous irons contre les ténèbres derrière l’étendard rouge.
Notre cri de guerre : en avant ! L’heure de renverser, ceux qui exploitent le peuple, a sonné. [...]
Nous n’attendions rien de bon du Tsar. Nous avions à tort confiance dans les fonctionnaires.
Ils exploitaient notre peuple. Ils nous traitaient comme des chiens. Et pendant des siècles, la classe ennemie a su nous maintenir dans l’ignorance. [...]
Azamat, deviens un soldat dans le régime commun, ouvre les yeux sur le monde. Le drapeau rouge, c’est la force. Tous sous le drapeau rouge ! »
Saken Sejfullin, « La Marseillaise de la jeunesse kazakhe » (1919)1

Introduction

  • 2 Les Kazakhs des steppes septentrionales.
  • 3 Les gouvernorats généraux étaient des administrations militaires réservées aux territoires qui n’av (...)
  • 4 Les Kazakhs furent dénommés kirghizes ou kirgiz-kajsak jusqu’en 1925 dans toutes les publications e (...)

1Les premières sources mentionnant l’existence d’une confédération tribale kazakhe datent de la fin du xve siècle. Cette nouvelle entité politique se forma dans les steppes méridionales de l’actuel Kazakhstan avant de s’étendre à l’ouest et au nord. Malgré une histoire mouvementée, le khanat kazakh préserva son indépendance jusqu’aux conquêtes russes, qui eurent lieu entre le xviiie et le xixe siècle. En 1822, l’administration tsariste promulgua un règlement, qui soumettait les Kazakhs, à l’instar d’autres populations non russes, au statut d’allogène. Il y était noté « la volonté de préserver non seulement la prospérité économique des indigènes, mais aussi leur mode de vie et leurs structures sociales »2. L’intégration administrative des territoires kazakhs à l’Empire russe bouleversa cependant les institutions politiques et sociales kazakhes. Le régime colonial imposa à la fois une autorité régionale exogène et une différence statutaire entre les populations allogène et russe. D’autre part, les institutions impériales dessinèrent la carte administrative de l’Asie centrale non pas dans l’idée d’assurer « la prospérité » des allogènes, mais avec le dessein de favoriser l’incorporation des territoires nouvellement conquis dans le système administratif russe. Il en résulta un découpage arbitraire et changeant des steppes kazakhes entre des guberniâ (provinces) ou des oblast’ (régions) russes et des gouvernorats généraux3. Une certaine stabilité fut atteinte en 1897, lorsqu’un règlement fixa de nouvelles divisions administratives pérennes jusqu’à la révolution de Février 1917. Durant ces vingt années, les Kazakhs furent répartis entre la horde de Bukej incluse dans la guberniâ d’Astrakhan, les oblast’ d’Ouralsk et de Tourgaï sous l’autorité d’un gouverneur militaire siégeant à Orenbourg, le gouvernorat général des steppes, dont le centre administratif était Omsk, et celui du Turkestan, dirigé depuis Tachkent. L’unité politique kazakhe, déjà fragile avant la conquête russe, fut ainsi progressivement dissoute. Même leur ethnonyme avait été modifié par les Russes, les Kazakhs étant désignés sous la fausse dénomination de kirghize4 depuis la fin du xviiie siècle.

2La période étudiée, 1905-1920, qui débuta par la première révolution russe, s’achève avec la constitution d’une république autonome, rêve bien lointain de certains Kazakhs à l’époque des tsars. La recomposition territoriale, qui a donné naissance en 1920 à une nouvelle entité politique, la République socialiste soviétique autonome kirghize, fut le fruit d’un complexe processus politique, auquel participèrent de nombreux acteurs kazakhs et européens. Ce chapitre met l’accent sur l’élaboration politique de l’idée de nation, qui trouva son expression dans les projets d’autonomie nationale défendus par différents groupes kazakhs. La situation politique et les enjeux propres au Turkestan ne seront pas abordés dans cette étude, car les Kazakhs y résidant ne s’impliquèrent que très marginalement dans l’invention d’une nation kazakhe. L’évolution politique de la horde de Bukej, des deux oblast’ d’Ouralsk et de Tourgaï et du gouvernorat général des steppes, formant les steppes septentrionales, fut en effet indépendante de celle du Turkestan. Si le gouvernorat général des steppes disparut en tant qu’entité administrative avec les révolutions de 1917, laissant place aux oblast’ d’Akmolinsk et de Semipalatinsk, le Turkestan continua d’exister jusqu’en 1924.

  • 5 Comme nous le verrons ultérieurement, le Conseil national Alaš orda fut constitué en décembre 1917 (...)
  • 6 Amanžolova, 1994.

3La révolution de 1905 marqua l’entrée en politique de l’intelligentsia kazakhe, dont on observe la montée en puissance jusqu’en 1917. Durant cette période, elle introduisit dans les steppes les idées de nation et de liberté politique sans pouvoir leur donner une réalité. Les deux révolutions de 1917 ouvrirent le champ du politique aux projets élaborés par l’intelligentsia kazakhe, qui conquit alors la direction des destinées de son peuple. Au sein même de cette intelligentsia, deux groupes, dont les contours s’étaient esquissés avant les deux révolutions, se distinguèrent au cours de l’année 1917. Le premier, majoritaire dans les steppes, constitua le Conseil national Alaš orda5 et s’opposa au pouvoir soviétique. À l’inverse, le second, exclu du mouvement national, se rallia aux soviets. Cette distinction entre les deux groupes répercuta l’opposition dans toute la Russie entre les Blancs, hostiles à la révolution d’Octobre, et les Rouges, acteurs de cette révolution. Les relations d’Alaš orda avec les différents groupes blancs durant la guerre civile ne seront pas ici traitées en détail, des publications existant sur ce sujet6. L’accent sera mis sur le rapprochement de certains Kazakhs du pouvoir soviétique et sur les négociations entre Alaš orda et ce même pouvoir autour de la question de l’autonomie kazakhe. Les deux dernières parties de cette étude traitent des deux administrations soviétiques kazakhes créées pour mettre en place les conditions d’une proclamation de l’autonomie et d’une soviétisation des steppes. Il s’agit d’abord du Bureau kirghize central du Commissariat aux nationalités, qui fonctionna de mai 1918 à juillet 1919, et ensuite du Comité révolutionnaire kirghize qui remplaça le précédent en juillet 1919 jusqu’au Congrès constitutif de la République autonome kirghize en octobre 1920.

  • 7 Timofeev, 1935.
  • 8 Zimanov et alii, 1981.
  • 9 Amanžolova, 2004.

4L’historiographie soviétique fut très prolixe sur la constitution des soviets, essentiellement russes, sur les campagnes militaires entre Blancs et Rouges et sur la mise en place du système soviétique à partir de 1920, mais peine à donner une vision pleine des conflits politiques de ces années mouvementées. Seuls certains articles et ouvrages, traitent avec quelques détails les clivages politiques existant au sein de l’administration soviétique et des organes du parti entre 1917 et 1920. L’article de N. Timofeev de 1935 sert en ce sens de référence7. Il faut aussi mentionner les travaux importants du collectif d’auteurs Zimanov, Dauletova et Imagulov, qui donnent une première esquisse des différentes questions auxquelles s’intéresse ce chapitre8. L’historiographie kazakhstanaise, se reposant sur les deux ouvrages classiques de ces auteurs, s’est attachée depuis plus de dix ans à redécouvrir en priorité l’histoire du mouvement national kazakh et de ses prémisses. Aucune analyse nouvelle du processus de création de la République soviétique autonome kazakhe entre 1918 et 1920 n’a été produite, hormis un article de D. Amanžolova9. Par contre, des éléments importants apparaissent de manière éparse dans les nombreuses publications kazakhstanaises concernant cette période.

5Le contexte historiographique depuis les années vingt a eu pour conséquence la reproduction dans la majorité des publications de certaines analyses erronées, de descriptions partielles et partiales des événements et d’erreurs factuelles. L’absence de sources sur de nombreux aspects de l’histoire des Kazakhs de 1905 à 1920 favorisa cette situation et ne nous permet pas de saisir toute la complexité de la période. L’historiographie occidentale et japonaise souffre le plus souvent de ce contexte, peinant à se détacher des contradictions des publications soviétiques et post-soviétiques. L’étude présente se fonde sur la confrontation de cette historiographie et des archives au Kazakhstan, à Moscou et à Tachkent.

Prologue : permanence et transformations des structures politiques kazakhes depuis le xixe siècle

6Tout au long du xixe siècle et jusqu’à la première moitié du xxe siècle, la référence identitaire tribale resta très prégnante dans la société kazakhe. Les tribus kazakhes étaient reparties entre trois Žuz (hordes) – Grande, Moyenne et Petite -, qui chacune occupait des zones géographiques distinctes. La Petite Žuz était présente essentiellement dans l’ouest de l’actuel Kazakhstan, ce qui correspondait alors à la horde de Bukej, aux oblast’ d’Ouralsk et de Tourgaï et à l’uezd (département) de Mangyšlak du gouvernorat du Turkestan. La Žuz Moyenne occupait quant à elle les régions centrales et orientales des steppes kazakhes, à savoir les oblast’ d’Akmolinsk, de Semipalatinsk et de Tourgaï. La Grande Žuz se trouvait dans les régions méridionales incluses dans le gouvernorat du Turkestan. Ainsi, si nous nous intéressons aux Petite et Moyenne Žuz, la Grande, présente seulement au Turkestan, ne sera pas mentionnée dans notre travail.

7La différenciation des Kazakhs selon leur appartenance à l’une des trois Žuz était un élément structurel de la vie politique et sociale kazakhe. Comme le racontait Alikhan Bukejkhanov en 1910 :

  • 10 Bukejkhanov, 1995a, p. 73.

À la question, qui es-tu ? Chaque Kirghize répond : Üš žüzding balasymyn, à savoir je suis un enfant des trois hordes. Si la question est posée par un Kirghize, l’interrogé nomme une des hordes ou l’une des tribus de celles-ci.10

8Le sentiment d’appartenance à un même peuple existait bien, mais il était plus largement supplanté par la conscience des intérêts tribaux. Selon les circonstances et selon les interlocuteurs, les Kazakhs avaient recours à toute une échelle de référents identitaires, au centre desquels était la tribu. Celle-ci jouait donc un rôle prépondérant dans la vie politique. L’engagement des Kazakhs était, le plus souvent, non un choix individuel, mais le résultat d’une décision de la tribu. Rares étaient ceux à pouvoir se départir de l’impératif tribal. Au-delà de leur contenu, les oppositions politiques reproduisaient ainsi les conflits entre les tribus. À partir de la colonisation russe, l’enjeu en fut le monopole des positions de pouvoir.

9Avant l’intégration à l’Empire russe, il n’existait pas de structure étatique stable et continue. Tout en étant régi par des règles établies, le pouvoir n’en était pas moins, avant tout, dépendant de liens personnalisés. À la tête des tribus et des Žuz étaient élus des khans, issus théoriquement du lignage gengiskhanide, dont la reconnaissance du pouvoir résultait d’alliances avec les élites tribales. Élus séparément par des tribus et par des clans, les khans coexistaient dans les steppes. La hiérarchie entre ceux-ci était ensuite régie par le droit d’aînesse. Le principe d’ancienneté ne suffisait cependant pas à affirmer l’unité politique des tribus kazakhes derrière le khan aîné. La représentativité dépendait d’une part des alliances politiques entre les tribus et, d’autre part, d’une reconnaissance populaire acquise dans la défense de l’intérêt général et valorisée par la manifestation de qualités requises.

  • 11 Erofeeva, 2000 ; Erofeeva, 2003.
  • 12 Par exemple, la lignée de Bukej (voir note 17) fut attachée à l’uezd de Karkaralinsk, Tursyn petit- (...)

10Les descendants de khan, appelés Töre, avaient un statut particulier dans la société kazakhe11. Tout Kazakh leur devait le respect. Ils bénéficiaient aussi d’une position politique privilégiée. Seuls les Töre étaient censés avoir le droit d’être élus khan, constituant ainsi une forme d’aristocratie des steppes. De part leur appartenance présumée à la lignée de Gengis-khan, ils n’étaient pas inclus dans le système tribal. La répartition territoriale des Kazakhs et la division entre les trois Žuz ne les concernaient pas. Un Töre pouvait être élu khan par n’importe quelle tribu. Ce statut particulier leur attribuait un rôle fédérateur au sein de la société kazakhe. Cette situation évolua cependant. La stabilisation politique et migratoire commencée dans la deuxième moitié du xviiie siècle et la colonisation russe au xixe siècle ont renforcé leur territorialisation12. Les lignages töre furent ainsi progressivement rattachés à l’une des trois Žuz.

  • 13 Abulkhair (env. 1680-1748), appartenant à la lignée cadette de Džanibek, fut élu khan de la Petite (...)
  • 14 Zimanov, 1982, pp. 15-16.

11Au xviiie siècle, certains khans kazakhs tentèrent de transformer ce système pour instituer un pouvoir central plus fort et plus stable. Le khan de la Petite Žuz, Abulkhair13, essaya notamment de donner à sa lignée le statut de dynastie régnante et imagina d’affranchir le khan de sa trop grande dépendance envers les chefs de tribus. Il espérait atteindre ses objectifs dans une alliance avec l’Empire russe, qui aurait pu par sa puissance militaire soutenir ses desseins. Abulkhair reconnut la souveraineté du tsar russe en 1738 et fut suivi par d’autres khans de la Žuz Moyenne au cours de ce même siècle. Le pouvoir tsariste se refusa cependant à favoriser une centralisation du pouvoir kazakh. Catherine II déclara ainsi au gouverneur d’Orenbourg que « tant que la situation exigeait le maintien de la dignité de khan (...), il fallait s’en tenir à notre idée d’en multiplier le nombre afin que chaque khan ne soit pas puissant et dépende de vous »14. Une nouvelle horde fut créée à Bukej en 1801 sous l’autorité d’un khan de la Petite Žuz. Le xixe siècle conforta cette orientation, favorisant le dispersement politique des Kazakhs et le statut de khan fut finalement aboli au cours de la première moitié du xixe siècle. À partir de ce moment, les seuls représentants kazakhs officiels furent les gouverneurs élus dans chaque volost’ (districts). L’absence de représentants communs à tous les Kazakhs devant le pouvoir russe renforça l’effet centrifuge du rattachement des nomades à plusieurs centres administratifs régionaux (Astrakhan, Orenbourg, Omsk et Tachkent). Le découpage administratif des steppes, qui se mit en place progressivement tout au long du siècle, privilégia en effet la division des Žuz et des tribus.

  • 15 Les dates sont données dans l’ancien style (calendrier julien), à savoir 13 jours en moins que dans (...)

12Cette politique se manifesta notamment sous deux aspects. D’une part, lors des élections des gouverneurs de volost’, de nombreux conflits éclataient entre les tribus qui cherchaient à s’assurer le contrôle de leur district. Le règlement du 21 octobre 186815 insistait d’ailleurs sur une délimitation administrative des volost’ favorisant la mixité des tribus. D’autre part, le pouvoir tsariste tenta d’affaiblir la cohésion tribale afin de renforcer l’intégration des Kazakhs à l’Empire russe. Il fut décidé de débaptiser les volost’ nomades afin d’écarter la référence politique inhérente aux tribus. Dans le règlement du 12 juin 1886, il fut ainsi préconisé de remplacer les dénominations tribales par celles des hivernages.

  • 16 Uyama, 2007.

13Durant le xixe siècle, les autorités tsaristes et ses acteurs russes dans les steppes réfléchirent au mode d’intégration des Kazakhs. Certains groupes lancèrent de vaines tentatives de christianisation et de russification, mais le pouvoir impérial resta le plus souvent très circonspect quant à ces campagnes16. Il adopta plutôt une attitude ambiguë, hésitant à transformer les structures socio-politiques tout en modifiant constamment les règles d’administration. Malgré la diversité des débats, le pouvoir tsariste refusa toujours d’accorder aux Kazakhs les mêmes droits qu’aux Russes, les maintenant sous juridiction militaire jusqu’en 1917.

  • 17 Le aġa sultan, littéralement le sultan aîné, était un gouverneur de district dans les steppes kazak (...)
  • 18 La société tribale kazakhe était divisée en deux groupes distincts : les Os blancs [Aq süek], compr (...)

14Les formes de l’administration locale évoluèrent graduellement tout au long du xixe siècle par des règlements successifs. L’administration des volost’ créés dans les steppes fut tout d’abord déléguée à des agha sultan17, élus parmi les Töre. À partir de 1855, l’élite tribale appartenant à l’Os noir18 fut autorisée à briguer ces postes. Finalement en 1868, les agha sultan furent remplacés par des gouverneurs de volost’, dont le choix n’était plus officiellement déterminé par l’origine sociale. La position des élites tribales avait ainsi été renforcée. Malgré l’abolition officielle de leurs privilèges, les Töre restaient néanmoins les représentants légitimes de la Žuz à laquelle était attachée leur lignée, gardant leur préséance dans les affaires politiques jusqu’aux révolutions de 1917.

La naissance de l’intelligentsia kazakhe

  • 19 Les Qoža représentent le second groupe kazakh en dehors de la structure tribale. Très respectés, il (...)
  • 20 Le pouvoir tsariste avait lancé l’idée de former des Kazakhs dans des instituts russes en 1823. Seu (...)

15Les Töre furent aussi les premiers à intégrer un nouveau groupe social, dénommé « intelligentsia kazakhe », qui commença à se former au sein de la société kazakhe dans la seconde moitié du xixe siècle. Le critère définissant l’appartenance à celle-ci est un parcours scolaire dans des établissements russes. L’Empire russe avait été à l’origine de l’apparition de ce groupe social dont la fonction première était de servir d’intermédiaire entre l’administration tsariste et les steppes kazakhes. L’intelligentsia kazakhe, maîtrisant la langue russe, devait être le relais des idées et de la politique russe au sein de la population nomade. La première génération de ces intelligenty, issus exclusivement des élites kazakhes (Töre, Qoža19 ou chefs de tribu), étudia entre la seconde moitié du xixe siècle et le tout début du xxe siècle20. Numériquement très faible, elle termina pour sa majorité des études supérieures. La seconde, qui accéda aux études de 1905 à 1917, bénéficia du développement des établissements scolaires dans les steppes et en Sibérie au début du xxe siècle. Plus nombreuse mais toujours très minoritaire au sein de la population kazakhe, elle atteignit des niveaux d’études variés – des diplômes d’écoles en deux classes aux titres universitaires. Elle comprenait notamment un important contingent d’instituteurs. Même si elle appartenait majoritairement aux couches les plus aisées de la société kazakhe, elle avait des origines sociales plus hétéroclites. Très souvent protégée et aidée par la première génération, la jeune intelligentsia kazakhe montra un grand respect envers ses aînés.

  • 21 Dudoignon et alii, 1996 et Dudoignon et alii, 1997.

16Introduite dans les milieux politiques et intellectuels russes, l’intelligentsia kazakhe en partagea les réflexions et fut notamment sensible aux débats sur la modernité et sur l’idée nationale, discussions se reflétant aussi sur le mouvement de renouveau musulman21. En effet, au début du xxe siècle, ces questions revêtaient une importance toute particulière devant la grave crise économique et sociale qui touchait les steppes kazakhes. L’intelligentsia en chercha la solution dans la modernisation de la société nomade. Les divisions tribales furent alors perçues comme un frein à celle-ci, qui devait, selon le modèle européen, s’incarner dans la constitution d’un sentiment national.

17À l’aube de la révolution russe de 1905, une nouvelle forme politique se greffa à ce discours. L’idée autonomiste développée par les régionalistes sibériens se diffusa dans l’intelligentsia kazakhe et parmi les musulmans de Russie. Les publications sibériennes, posant les bases d’une critique de la politique coloniale du pouvoir central russe, proposèrent l’autonomie comme alternative. Le principe premier en était la recherche d’une voie de développement propre à la Sibérie, qui rompe à la fois avec la seule exploitation des ressources naturelles et avec la mise en péril des populations non-russes. L’intelligentsia kazakhe s’en inspira pour réfléchir à une existence politique dans le cadre de l’Empire russe qui permette d’assurer la défense des droits du peuple kazakh.

De la révolution de 1905 à la rébellion de 1916
Montée en puissance de l’intelligentsia kazakhe dans les steppes

  • 22 Les revendications des auteurs de cette pétition portaient notamment sur l’autorisation de construc (...)
  • 23 La pétition rédigée en russe se trouve aux archives historiques centrales d’État de Saint-Pétersbou (...)
  • 24 La pétition en langue kazakhe fut publiée en 1905 : 1905 žylda Oral oblysynyng ħäm Torghaj oblysyny (...)

18La révolution de 1905 fut un vecteur important des transformations du paysage politique kazakh. Suite à l’ukaz du 18 février 1905, qui autorisait l’envoi de pétitions au tsar, les Kazakhs formulèrent leurs revendications à l’instar des autres populations de l’Empire. Modérées dans leur ton, les pétitions abordaient en priorité les questions religieuses et agraires, à savoir la liberté de culte22, l’arrêt de la colonisation paysanne et le retour des terres aux Kazakhs. Initiés par les intelligenty kazakhs, les rassemblements, qui eurent lieu durant l’été dans les steppes, restèrent tout de même dominés par les élites tribales et religieuses. Malgré une relative unité de contenu, les nombreuses pétitions qui y furent établies ne furent pas présentées conjointement et aucun front commun n’exista entre leurs instigateurs. Elles portaient en effet la marque des divisions tribales existant au sein de la société kazakhe, comme en témoignent les deux principales pétitions : celle de Karkaralinsk, signée en juillet 1905 par 14 500 Kazakhs de la Žuz Moyenne23, et celle d’Ouralsk, rassemblant 44 noms de dignitaires de la Petite Žuz24. Elles avaient été rédigées sous l’influence de deux Töre membres de l’intelligentsia, Alikhan Bukejkhanov pour la première et Bakhytžan Karataev pour la seconde. Ils appartenaient chacun à une lignée de khans – de la Žuz Moyenne pour le premier et de la Petite Žuz pour le second.

  • 25 Bukejkhanov décrit les événements de cette période et donne son point de vue dans le chapitre iv de (...)

19Le ton de ces deux pétitions marquait une différence d’appréciation quant à l’importance des revendications religieuses pour le futur de la société kazakhe. L’existence de ces deux perceptions de la place de l’islam eut d’importantes conséquences sur le développement du mouvement national encore inexistant en 1905. D’un côté, Bukejkhanov regrettait l’accent mis sur les problèmes liés à l’islam dans les pétitions. L’essentiel de la question avait été, selon lui, résolu par l’ukaz du 17 avril 1905 sur la tolérance religieuse25. La pétition de Karkaralinsk, dont il fut l’un des principaux auteurs, privilégia ainsi la question agraire, sans pour autant pouvoir omettre l’aspect religieux. À l’inverse, Karataev et les signataires de la pétition d’Ouralsk réclamèrent en premier lieu une totale liberté de culte, affirmant le caractère profondément musulman de la société kazakhe. La première fut d’ailleurs rédigée en russe, tandis que la seconde fut présentée aux autorités tsaristes en kazakh.

20La deuxième étape fut le manifeste du 17 octobre 1905 qui instituait une Douma d’État. La population kazakhe bénéficiait aussi de ces nouvelles libertés politiques accordées par le tsar, ayant reçu le droit d’élire des représentants régionaux pour siéger dans la nouvelle assemblée impériale. Le mouvement révolutionnaire, qui avait touché tout l’Empire, avait forcé le tsar à publier ce manifeste. Certains membres de l’intelligentsia kazakhe avaient participé à cette agitation et espéraient beaucoup de ces nouvelles libertés pour améliorer la situation politique et économique des Kazakhs. Ils traduisirent et diffusèrent ainsi le manifeste dans les steppes afin d’informer la population kazakhe de ses nouveaux droits. L’intelligentsia désirait la sensibiliser à l’idée de liberté politique, qui devait prendre son sens dans la participation à la Douma.

21Des exigences furent aussi formulées à l’intention du pouvoir tsariste. Dans une lettre adressée en 1905 au président du Conseil des ministres russe, Mukhamedžan Tynyšpaev, figure centrale de l’intelligentsia kazakhe, appelait à une révision des règlements tsaristes qui avaient institué un état d’exception pour les steppes. Les gouverneurs militaires des régions kazakhes avaient notamment le droit de récuser tout représentant kazakh élu et de nommer un remplaçant. Cet arbitraire était renforcé par les conflits entre les tribus pour le contrôle des administrations locales (les tribunaux nationaux, le conseil des aqsaqal [les sages] et le poste de gouverneur de volost’). Tynyšpaev dénonçait cette situation dans laquelle les tribus puissantes imposaient leurs volontés à celles plus faibles. Il demandait ainsi l’établissement d’un état de droit analogue à la Russie qui permette de dépasser les rivalités entre les tribus et d’œuvrer à la prospérité du peuple kazakh dans son entier.

22Par ailleurs, le droit électoral n’avalisait que les candidats parlant le russe, ce qui réservait de fait la députation aux seuls membres de l’intelligentsia. Des réunions furent organisées pour préparer les élections à la Douma. Dans leur région respective, Bukejkhanov et Karataev furent très actifs pour promouvoir ces élections. Les manifestations ainsi organisées dans toutes les steppes avaient pour objectif de politiser la population kazakhe, dont l’expérience politique était limitée à deux éléments constitutifs, l’appartenance tribale et l’islam. Leur dessein était de donner un corps politique réel à la nation kazakhe qu’ils étaient en train d’imaginer. Chaque Kazakh devait prendre part à la vie politique nationale au-delà de sa propre tribu. L’activité de figures prestigieuses, comme Bukejkhanov ou Karataev, amena de nombreux membres de l’intelligentsia kazakhe à s’investir dans le futur de leur peuple, constituant ainsi de premiers groupes politiques informels.

23Certains Kazakhs, s’inspirant du modèle du parti constitutionnel-démocrate russe (k.d.), s’étaient réunis pour en créer une filiale nationale. Celle-ci devait représenter la population kazakhe devant la Douma. Cette première tentative de former un parti kazakh eut lieu en décembre 1905, mais le projet avorta faute d’unité. Les principaux acteurs politiques de la Žuz Moyenne ne participèrent pas à la réunion de décembre, n’accordant pas leur soutien effectif à ce premier projet de parti. De son côté, le Comité central du parti k.d. refusa de reconnaître des filiales nationales. Entre 1905 et 1906, les principaux acteurs du mouvement national naissant dans les steppes, Karataev, Bukejkhanov, Bakhytgerej Kulmanov, Khalel Dosmukhamedov [...], tous membres de l’intelligentsia, choisirent néanmoins d’adhérer au parti k.d. Ce dernier paraissait être le parti russe le plus apte à défendre les intérêts kazakhs. Il soutenait notamment le principe de la liberté religieuse et était ouvert à un débat sur la question nationale. Une des critiques très présentes à l’encontre du régime colonial était la politique de christianisation des Kazakhs, qui avait été plus ou moins active selon les périodes.

  • 26 Ce fut le cas notamment de : Ž. Akpaev, A. Bajtursunov,A. Bukejkhanov, Ž. Dosmukhamedov, M. Dulatov (...)

24Suite aux événements révolutionnaires en Russie, l’intelligentsia kazakhe affirma son rôle prépondérant dans l’élaboration d’un discours politique national et dans sa promotion auprès des Kazakhs et du gouvernement tsariste. Les revendications portées par l’intelligentsia, qui insuffla de nouveaux principes politiques dans les steppes, furent dès lors présentées au nom de tous les Kazakhs. L’intelligentsia tentait de fonder un mouvement national, dont la légitimation s’ancrait dans la défense d’un intérêt général des Kazakhs. Ce mouvement prenait son sens dans une critique de la politique coloniale tsariste, dont toute la population nomade subissait les effets. L’unité dans la conscience d’une nation kazakhe était revendiquée par cette intelligentsia, qui peina cependant à la rendre effective. Son discours était encore trop éloigné des préoccupations premières des Kazakhs, qui demeuraient avant tout celles exprimées dans les pétitions de l’été 1905. Par ailleurs, le pouvoir tsariste s’opposa toujours à la constitution d’un mouvement national dans les steppes. Entre 1905 et 1916, plusieurs membres de l’intelligentsia furent ainsi arrêtés ou exclus de leur établissement scolaire pour activités politiques subversives26.

Scission politique de l’intelligentsia autour des polémiques sur la place de l’islam dans la société kazakhe et sur la sédentarisation

  • 27 Pour la iiie et la ive Douma d’État, les allogènes des gouvernorats des steppes et du Turkestan n’e (...)

25Les Kazakhs élirent pour la première fois des représentants régionaux à la Douma d’État, qui siégea d’avril à juillet 1906. Les députés des steppes septentrionales kazakhes et de la horde de Bukej, majoritairement töre, siégèrent aux côtés du groupe k.d. qui dominait largement l’assemblée. La représentation kazakhe changea son orientation politique avec le renouvellement partiel de ses élus à la iie Douma, dont l’existence se résuma, elle aussi, à quatre mois, de février à juin 1907. Les députés kazakhs décidèrent alors de s’associer à la fraction musulmane, se détournant du groupe k.d. La position de ce dernier s’était en effet affaiblie par rapport à la première assemblée. Privés de leurs propres représentants aux iiie et ive Doumas par ukaz impérial, les Kazakhs durent se reposer sur cette fraction jusqu’à la révolution de 1917 pour exprimer leurs préoccupations auprès du pouvoir central russe27.

  • 28 Bukejkhanov, 1995a, p. 77.
  • 29 Barak ( ?-1750), appartenant à la lignée gengiskhanide de Džadik, était sultan de la tribu Najman d (...)
  • 30 Erofeeva 1999, pp. 297-308.

26Ce déplacement des libéraux russes vers une politique commune avec les musulmans de Russie provoqua le mécontentement d’une partie de l’intelligentsia kazakhe, dont Bukejkhanov fut le porte-parole. En 1910, dans son ouvrage Kirgizy [Les Kirghizes], il distinguait deux courants au sein de l’intelligentsia : l’un « national-religieux », dans le sens d’une union des Kazakhs avec les autres musulmans, et l’autre « d’orientation occidentale »28. La division établie entre ces deux courants répercutait celle existant entre les Petite et Moyenne Žuz et l’inimitié opposant certaines lignées de khan des deux Žuz. Le premier courant était en effet incarné par Bakhytžan Karataev et Žikhanša Sejdalin – Töre de la lignée d’Abulkhair, khan de la Petite Žuz – et le second par Bukejkhanov – descendant de Barak29, khan de la Žuz Moyenne. Une hostilité toute particulière existait entre les deux lignées des khans Abulkhair et Barak. Après de longues années de concurrence entre les deux khans, le second avait assassiné le premier en 1748 et fut lui-même empoisonné deux ans plus tard30. Ces inimitiés lignagères, même si elles n’étaient plus aussi vives, restaient présentes et elles eurent des répercussions dans les divisions internes de l’intelligentsia kazakhe.

  • 31 Le djadidisme avait pour but de renouveler la pensée musulmane et d’intégrer dans les écoles corani (...)
  • 32 Sur les contacts entre les membres de l’intelligentsia kazakhe de la Žuz Moyenne et les régionalist (...)

27Cette opposition au sujet de l’islam prenait source dans une conception différente de la société kazakhe entre les intelligentsias des Petite et Moyenne Žuz. La première était proche des milieux musulmans tatars et turkestanais et était influencée par le mouvement de renouveau de l’islam, connu sous le nom de djadidisme31. La seconde avait des contacts privilégiés avec les régionalistes sibériens et défendait à la fois une kazakhisation et une occidentalisation de leur société32. Bukejkhanov rejetait une présence trop forte de l’islam dans la sphère publique, situation associée par ce dernier à ce qu’il définissait comme le conservatisme et l’archaïsme des sociétés d’Asie centrale. Il n’était cependant pas question de remettre en cause l’islamisation des Kazakhs. Les valeurs de l’islam imprégnaient en effet fortement la société kazakhe. Bukejkhanov mettait par contre en doute la validité de l’islam à répondre aux exigences politiques contemporaines. Selon lui, les Kazakhs devaient construire leur avenir en développant les contacts avec le monde européen et par une limitation de l’influence des mollahs à la sphère privée. L’éveil politique des Kazakhs ne devait pas s’exprimer à travers l’idée d’une communauté musulmane mais par l’activation d’une conscience nationale centripète. Bukejkhanov avait notamment dénoncé l’incapacité des députés musulmans à défendre les intérêts kazakhs à la Douma d’État.

28Le premier courant ne défendait pas non plus une conception panmusulmane de l’avenir des Kazakhs, mais insistait sur la place centrale que devait jouer les préceptes religieux dans la vie politique et sociale des Kazakhs. Une des polémiques importantes fut celle de la primauté de la charia sur l’adat (droit coutumier) revendiquée par ce courant qui considérait que l’islam réformé était la voie vers la modernisation de la société. Le ive Congrès pan-russe des musulmans, qui eut lieu en 1914 à Saint-Pétersbourg, cristallisa les conflits entre les délégués kazakhs autour de la place de l’islam. Ces altercations marquèrent une rupture définitive entre les deux courants susnommés. Une de celles-ci est la fameuse déclaration de Bukejkhanov au ton provocateur qui affirmait que les Kazakhs n’étaient pas musulmans ou étaient au mieux à moitié musulmans. Karataev accusa alors Bukejkhanov de soutenir la politique de christianisation et de russification des autorités impériales.

  • 33 La norme d’attribution des terres pour les paysans était de 15 desâtin, soit environ 16 hectares.

29Un autre sujet sensible opposait les deux groupes. La question agraire se posait en effet de manière urgente. Si Karataev et Sejdalin défendaient une sédentarisation rapide des Kazakhs pour préserver les terres fertiles distribuées aux paysans, Bukejkhanov critiquait cet empressement, qui aurait, selon lui, un résultat inverse à celui désiré. Il releva ainsi trois problèmes principaux : les nomades ne pouvaient devenir des paysans sans une éducation prolongée ; les Kazakhs, auxquels ces terres auraient été attribuées, les loueraient ou les vendraient aux paysans européens plus à même de les cultiver, se privant ainsi du bénéfice de ces nouvelles terres ; d’autre part, les normes d’attribution des terres aux paysans33 étant nettement inférieures à celles nécessaires pour l’élevage, la sédentarisation mènerait les Kazakhs à un abandon forcé de leur activité sans proposer de nouvelles alternatives.

Naissance d’une presse kazakhe : écho des luttes politiques et diffusion des idées nouvelles dans les steppes

30Ces clivages politiques n’ont pas pénétré la scène publique avant les années 1910, lorsque deux publications kazakhes firent leur apparition. La revue Ajqap, fondée en 1911, et le journal Qazaq, fondé en 1913, furent une tribune exceptionnelle pour l’intelligentsia kazakhe, qui en était à l’origine. Leurs principaux collaborateurs, qui bénéficiaient d’un prestige dans tous les milieux kazakhs, servirent de modèle pour la nouvelle génération. Les débats, qui y furent soulevés, se diffusèrent dans toute la population, en y promouvant l’idée d’une communauté nationale. Hormis l’actualité de la vie dans les steppes, de nombreux articles concernaient l’histoire, l’orature et la littérature kazakhe comme fondement de l’identité nationale.

31À travers ses écrits, l’intelligentsia tentait de fonder un caractère national et d’édifier les symboles de la future nation. Le nom d’« Alaš » joua en ce sens un rôle central. Dans les généalogies, dont les publications furent nombreuses au début du xxe siècle, Alaš est considéré comme l’ancêtre mythique des Kazakhs. Reflet de leur unité, il est censé avoir été aussi le cri de guerre des Kazakhs au xviiie siècle au moment des difficiles campagnes militaires contre les Djoungars. Au début du xxe siècle, certains l’utilisèrent en tant que synonyme de « kazakh » pour nommer le peuple dans son entier. Ce terme entra ainsi progressivement en usage au sein de l’intelligentsia pour symboliser la nation kazakhe.

32Malgré un fort désir d’unité, l’intelligentsia kazakhe ne parvint cependant pas à éviter les scissions, comme nous l’avons vu précédemment. Ajqap, publiée à Troick de 1911 à 1915, était la seule publication périodique à caractère « national » jusqu’en 1913. Ses collaborateurs appartenaient aux trois Žuz et étaient originaires de toutes les régions kazakhes. Les principales personnalités spirituelles et les plus influents poètes et écrivains kazakhs y ont été publiés. Cependant, l’influence politique de la Petite Žuz et des Töre de la lignée d’Abulkhair s’y fit toujours fortement sentir. À de rares exceptions, les principales figures politiques de l’intelligentsia de la Žuz Moyenne n’y publièrent pas. Suite aux polémiques sur la religion et sur la sédentarisation en 1913-1914, la rupture apparut de plus en plus évidente.

33Le lancement du journal Qazaq en 1913 par Akhmet Bajtursunov marqua un tournant important, car la Žuz Moyenne eut ainsi sa tribune. La composition du collectif d’auteurs ne laisse, en effet, aucun doute sur l’orientation du journal. Les contributeurs appartenaient presque exclusivement à la Žuz Moyenne et plus particulièrement à la tribu Argyn. À l’inverse, les collaborateurs réguliers d’Ajqap, issus de la Petite Žuz, n’apparurent pas dans les pages du journal Qazaq.

34Durant leurs deux années d’existence concomitante, les polémiques publicistes furent nombreuses entre Ajqap et Qazaq. Une de celles-ci s’intègre parfaitement à notre réflexion. Début juin 1913, Sejdalin et Mukhamedžan Seralin, rédacteur en chef d’Ajqap, présentèrent leur projet d’organiser un congrès pan-kazakh entre la fin août et le début septembre. La crise dans laquelle se trouvait la société kazakhe était vivement ressentie par l’ensemble de l’intelligentsia et il apparaissait nécessaire de définir des orientations politiques communes sur les quatre points sensibles : la question agraire ; la religion ; la justice ; le droit à une représentation à la Douma d’État. Sejdalin critiquait fortement le régime colonial institué dans les steppes au xixe siècle.

  • 34 Voir note 34.
  • 35 Sejdalin, 1913, in Ajqap, 1995.

Le peuple kazakh est atteint d’une grave maladie. Cette maladie ne peut être soignée qu’avec des médicaments puissants. Il est inutile de prescrire des remèdes comme les medresse [école coranique], les mektep [école kazakhe] ou l’attribution de 15 desâtin de terre34. [...] Quel est le nom de cette maladie si forte qui touche le peuple kazakh ? C’est un système administratif et judiciaire anormal et l’absence de représentation populaire dans les institutions législatives. Les exigences de l’époque et les particularités du peuple kirghize rendent nécessaire des changements dans ce système.35

35La proposition de Sejdalin et de Seralin consistait en la tenue à Orenbourg d’un congrès rassemblant des représentants des dix régions, où les Kazakhs étaient présents. L’appel était donc lancé dans la horde de Bukej, dans les quatre oblast’ septentrionales d’Akmolinsk, de Semipalatinsk, d’Ouralsk et de Tourgaï, dans celles du Syr-Daria, du Semireč’e, du Ferghana et de Samarcande et dans l’uezd de Mangyšlak du gouvernorat du Turkestan. Le quorum envisagé était de deux délégués par volost’, ce qui aurait porté leur nombre à neuf cents.

36Or, comme nous l’avons vu ci-dessus, il n’existait pas de consensus entre les différentes composantes de l’intelligentsia sur les deux points fondamentaux, à savoir la religion et la politique agraire. Karataev avait écrit vers 1912 une lettre à Bukejkhanov, dans laquelle il lui proposait une entrevue pour rechercher une position unitaire, notamment sur la réforme agraire. Il y reconnaissait l’influence de Bukejkhanov sur les Kazakhs, lui concédant le rôle de leader. Aucune réponse n’est connue à cette lettre. Bukejkhanov publia, en revanche, une « lettre ouverte » dans le journal Ajqap en 1913 en réponse aux articles de Sejdalin. Bajtursunov fit paraître dans Qazaq une « réponse » à la proposition de ce dernier de tenir un congrès. Soutenant le principe d’un congrès pan-kazakh, les deux hommes estimaient que le moment n’était pas propice. Le délai de trois mois entre l’annonce et la tenue effective était selon eux trop court. Ils étaient également persuadés que le gouverneur général des steppes n’autoriserait jamais le rassemblement de 900 délégués kazakhs à Orenbourg. Bukejkhanov expliquait dans son article que

  • 36 Bukejkhanov [1916] 1998 ; 1995b, p. 270.

[...] la tenue d’un congrès n’est pas la seule voie pour favoriser le développement de la nation. Le chemin d’une nation est comparable aux cours des grands fleuves de l’Idil [Oural], du Syr-Daria ou de l’Ertis [Irtych]. Les fondements qui sont à l’origine de ce fleuve qu’est la constitution d’une nation, sont une économie prospère, des medresse de qualité, des chefs d’aul [village ou campement kazakh], des gouverneurs de volost’ et des aqsaqal pensant au bien de leur peuple, des revues et des journaux, des éditions et des congrès. Ces derniers sont utiles, mais leurs résultats sont insuffisants.36

37Les Kazakhs n’étaient pas encore prêts, du moins pas assez pour qu’un tel congrès fût fructueux, d’après Bukejkhanov et Bajtursunov qui rappelaient les difficultés à s’entendre sur des positions communes. Ils affirmaient finalement que le projet proposé n’était pas assez concret. Le refus des deux hommes de soutenir le projet fit avorter la possibilité même de convoquer un congrès.

38Entre 1913 et 1914, le clivage politique s’était cristallisé entre l’intelligentsia des Petite et Moyenne Žuz, malgré l’idée partagée de « nation kazakhe », qui aurait dû abolir les distinctions tribales. L’unité n’a pu être réalisée, car les conceptions de la future société kazakhe moderne étaient différentes. Les polémiques publiques s’arrêtèrent en 1915, lorsque Ajqap dut fermer pour des raisons financières. Qazaq resta alors la seule presse à caractère « national ». Ce journal s’assura un prestige immense dans les steppes, que le choix du titre ne pouvait que renforcer. Il continua d’ailleurs à être l’écho de la vie politique kazakhe après 1917, n’ayant arrêté sa parution qu’en 1918. Le groupe constitué autour du journal Qazaq se consolida dans les années prérévolutionnaires à la différence de celui d’Ajqap, dont la cohésion politique ne put se renforcer.

La rébellion de 1916 dans les steppes kazakhes

39Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, si certains Kazakhs étaient opposés à toute participation à une guerre contre l’Empire ottoman, la majorité de l’intelligentsia enjoignit de soutenir la Russie. Elle espérait en effet que les Kazakhs, privés de toute représentation officielle depuis 1907, bénéficieraient d’un retour politique pour leur contribution à l’effort de guerre. Or, les nomades ne pouvaient qu’apporter une aide financière et matérielle, car, de par leur statut, ils étaient dispensés du service militaire. Le débat sur la remise en question de cette exemption, qui avait déjà été l’objet de discussions avant le déclenchement de la guerre, continua pendant les premières années du conflit, autant dans les ministères tsaristes que parmi l’intelligentsia kazakhe. Celle-ci pensait que l’enrôlement des Kazakhs dans l’armée ouvrirait la voie à une vraie reconnaissance citoyenne au sein de l’Empire. Mais les autorités tsaristes exprimèrent toujours des doutes sur la loyauté des allogènes et ne cachaient pas leur crainte de révoltes armées.

40Bien que l’éventualité et les modalités d’une mobilisation dans l’armée aient été fréquemment soulevées dans les publications kazakhes entre 1914 et 1916, la soudaine décision du tsar d’ordonner la mobilisation des indigènes pour le travail sur le front par ukaz, le 25 juin 1916, ne permit aucune préparation ni psychologique, ni matérielle pour sa réalisation. La motivation en avait été essentiellement la situation critique sur le front, qui nécessitait de libérer les soldats des tâches auxiliaires (brancardiers, terrassiers...). Le gouvernement tsariste ne s’était, en effet, toujours pas résolu à mobiliser les allogènes dans l’armée. Les réactions à l’ukaz furent très diverses dans les steppes kazakhes, où les rumeurs régnaient en maître. La population était dans l’expectative, réfractaire à laisser partir ses jeunes au front. Majoritairement, l’intelligentsia appela au respect de l’ukaz. Bukejkhanov, Bajtursunov et Dulatov, dans plusieurs articles publiés en juillet dans le journal Qazaq, tentèrent de convaincre les Kazakhs de ne pas se rebeller. Tout en faisant appel à un patriotisme « impérial », le plus souvent inexistant, ils assuraient qu’une révolte provoquerait une répression terrible de la part des autorités tsaristes. De leurs côtés, les élites tribales cherchaient à négocier les modalités de la mobilisation, la principale demande étant l’obtention d’un délai. Les revendications, exposées dans les pétitions au pouvoir et dans les journaux, portaient aussi sur le principe du volontarisme, sur l’établissement des listes de mobilisés par les Kazakhs eux-mêmes et sur le regroupement des Kazakhs au front. Toutes ces démarches étaient engagées séparément par les tribus, comme cela avait été le cas en 1905.

  • 37 Ap Rk, f. 811, op. 20, d. 752, l. 9.

41Les autorités tsaristes tinrent peu compte de cette agitation et lancèrent la mobilisation sans informer les Kazakhs ni sur son but et ni sur son déroulement. Critiquant l’impréparation de la mobilisation, l’intelligentsia dénonça l’arbitraire et les brutalités, qui accompagnaient le plus souvent la réalisation du décret, ainsi que la corruption des fonctionnaires kazakhs. Dans ce contexte, la réaction des Kazakhs fut un refus général d’envoyer les jeunes loin de leur patrie participer à une guerre qu’ils estimaient ne pas les concerner. La révolte toucha progressivement toutes les steppes, mais il est difficile de retracer le cours des événements tant les situations furent différentes d’une région à l’autre, voire même d’une tribu à l’autre. Il est en effet impossible de parler d’une rébellion « nationale » ou de l’existence d’un front uni. Comme en témoigne Mendešev en 1931, « la rébellion eut un caractère local. Chaque région avait sa propre organisation. À sa tête, il y avait soit un émir, soit un khan soit juste un chef »37. Dans toutes les steppes, plus de cinquante khans furent ainsi élus au cours de la révolte. Il ne s’agissait donc pas d’un mouvement de libération nationale, tel qu’il fut présenté à partir de la fin des années trente dans les publications kazakhes, mais de la manifestation d’un rejet de la mobilisation sur fond de crise agraire et sociale.

42Le mouvement prit plus généralement la forme d’une désobéissance civile massive orchestrée par chaque tribu indépendamment et non pas celle d’une vraie rébellion armée. Les combats furent d’ailleurs rares et beaucoup plus meurtriers du côté kazakh. Face aux cosaques entraînés et bien équipés, les Kazakhs, armés de piques et de toqpar [massue en bois], ne pouvaient pas offrir de réelles résistances. Au cours de l’été, les regroupements de Kazakhs atteignirent dans certains cas plusieurs milliers voir plusieurs dizaines de milliers de personnes, mais il n’existait ni discipline, ni stabilité dans les effectifs. Ces rassemblements étaient plus impressionnants par leur importance que par le danger qu’ils pouvaient faire encourir au pouvoir russe.

43Le rôle politique des tribus s’affirma avec force durant tout l’été. Aucune action ne fut entreprise sans une consultation des conseils tribaux. L’unité de la tribu resta centrale. L’intelligentsia fut très active dans les steppes pour promouvoir ses idées, mais la décision politique resta dans les mains des élites tribales et religieuses. La réaction de chaque tribu variait en fonction de sa situation. Dans les oblast’ de Semipalatinsk et d’Akmolinsk, les élites politiques appelaient toujours au calme. Le journal Qazaq s’en fit largement l’écho et ses collaborateurs tentèrent de convaincre les Kazakhs de ne pas prendre les armes. Ainsi, ces régions ne virent aucun mouvement d’ampleur. Durant l’été, un khanat avait bien été formé par des clans de la tribu Argyn de la Žuz Moyenne aux frontières des oblast’ de Tourgaï et d’Akmolinsk, mais dès le mois de septembre, le khan élu décida d’arrêter la rébellion. Au début de l’été, plusieurs membres de l’intelligentsia de l’oblast’ de Tourgaï appartenant à la tribu Argyn, notamment Bajtursunov et Dulatov, s’étaient en effet adressés aux Kazakhs et plus particulièrement à leur tribu pour les engager à se soumettre au décret.

  • 38 Les batyr étaient des Kazakhs qui s’étaient distingués par des actes de bravoure.

44Dans la horde de Bukej, les oblast’ d’Ouralsk et de Tourgaï, les membres de l’intelligentsia soutinrent plus ou moins directement la rébellion, après avoir tenté de moduler l’application de l’ukaz. Ce soutien n’impliqua, par contre, que très rarement une participation active à la rébellion armée, domaine réservé des batyr38. L’implication des membres de l’intelligentsia se manifesta par des appels à la rébellion, où la cible principale était l’administration coloniale. De nombreux instituteurs, qui appartenaient à une génération plus jeune et moins socialement marquée que celle des leaders politiques kazakhs, se trouvaient parmi ces « rebelles ». Au cours de l’été 1916, Sejtkali Mendešev et plusieurs de ses collègues instituteurs furent ainsi arrêtés dans la horde de Bukej pour agitation contre l’ukaz et emprisonnés. Les sources sont cependant assez peu explicites sur les réelles activités de l’intelligentsia durant la rébellion et comprennent essentiellement les documents relatifs aux arrestations et des souvenirs publiés a posteriori.

45Dans l’uezd de Tourgaï, la tribu Qypčaq de la Žuz Moyenne fut la seule dans toutes les steppes à réussir à s’organiser de manière suffisamment efficace pour maintenir des effectifs stables, mener quelques opérations d’envergure avec succès et résister jusqu’au printemps 1917. Cette situation est d’autant plus remarquable que l’un des principaux participants, Alibi Džangil’din, fut ensuite le personnage-clé de la soviétisation des steppes kazakhes. Lors du soulèvement, un khanat kipčak fut constitué, qui rassembla au cœur de l’uezd jusqu’à 50 000 hommes. Cependant, même s’il résista aux cosaques durant de nombreux mois, leurs activités restèrent très limitées. Le fait d’armes le plus important fut la prise de Tourgaï, qu’ils durent abandonner très vite devant l’arrivée de troupes russes. Ce soulèvement fut critiqué par le journal Qazaq qui, tout en appelant au calme la population de l’uezd, s’attaqua à la personnalité de Džangil’din.

46La répression s’abattit d’une manière brutale à la fin de l’été 1916. Grâce à des renforts de cosaques et avec l’aide de paysans armés par les soins des autorités locales, la rébellion fut sauvagement réprimée. Les représailles furent sans commune mesure avec la réalité de la rébellion : vols, massacres, confiscations de terres et de bétails. Malgré la rébellion, le gouvernement tsariste atteignit son objectif premier. Les quotas demandés en juin 1916 furent en effet presque remplis. Environ 150 000 Kazakhs furent mobilisés à partir du mois de septembre. Cette expérience marqua fortement la société kazakhe moralement et matériellement. À la répression sans pitié s’ajoutèrent des conséquences économiques désastreuses. En effet, les récoltes furent très partiellement ramassées durant l’été 1916 et une partie importante du bétail fut confisquée par les colons et les cosaques ou abandonnée par les Kazakhs en fuite. L’hiver 1916-1917 marqua ainsi le début de famines récurrentes dans la steppe, qui durèrent jusqu’en 1922.

47Les répercussions politiques furent aussi très importantes. L’attitude des fonctionnaires kazakhs et russes acheva de discréditer le pouvoir tsariste, qui était resté sourd à toutes les demandes kazakhes. Au contraire, la pression du régime colonial sur la population nomade se renforça suite à la violente répression. Le fossé entre les colons européens et les Kazakhs s’était également accru. La divergence des intérêts était apparue de manière évidente et les autorités locales privilégiaient ouvertement les colons. Ces événements furent aussi le baptême politique de la jeune intelligentsia.

  • 39 Les zemtsvo étaient des organes élus de gestion locale accordés par le Tsar en 1864, mais la Sibéri (...)
  • 40 Bukejkhanov [1916] 1998, pp. 341-342.

48Suite à la mobilisation, de nombreux Kazakhs furent arrachés à leur aul pour être projetés dans un autre monde. Afin de les aider, Bukejkhanov rencontra le prince L’vov, président de l’Union des zemstvo39 et futur chef du gouvernement provisoire russe, pour le convaincre d’ouvrir un Bureau pour les allogènes sur le front ouest40. À partir du mois d’octobre 1916, ce bureau, qui devait aider et soutenir les Kazakhs mobilisés, fut constitué à Minsk. Au cours des dix mois d’existence de ce bureau, Bukejkhanov invita de nombreux étudiants kazakhs à y travailler. Ceux-ci, originaires de toutes les régions de l’actuel Kazakhstan, appartenaient aux trois Žuz.

Les révolutions de 1917
Construction politique du mouvement national kazakh et permanence des scissions au sein de l’intelligentsia

  • 41 Ce télégramme fut écrit par Bukejkhanov, Dulatov et douze autres Kazakhs et envoyé le 16 mars 1917 (...)

49La nouvelle de la révolution de Février 1917 se diffusa dans les steppes kazakhes au cours du mois de mars. Elle fut, dans ce contexte, accueillie avec beaucoup d’espoir. Le régime tsariste était la cible des attaques de l’ensemble de l’intelligentsia kazakhe, dont même les plus modérés avaient perdu leurs illusions sur les volontés de l’Empire à prendre en compte les aspirations des allogènes. Le télégramme envoyé le 16 mars 1917 de Minsk par le bureau des allogènes et adressé à de nombreuses personnalités kazakhes dans toute l’Asie centrale commence avec cette phrase : « Le soleil de la liberté, de l’égalité et de la fraternité est apparu pour tous les peuples »41. Ce télégramme appelait aussi à soutenir le nouveau gouvernement provisoire russe. De fait, les premiers actes de celui-ci eurent des conséquences directes sur la situation dans les steppes. Sa déclaration initiale, en date du 6 mars 1917, abordait plusieurs points qui concernaient notamment les Kazakhs : l’amnistie ; la reconnaissance de l’égalité de tous les citoyens ; la promesse d’élections d’organes locaux autonomes et la convocation d’une Assemblée constituante. Par un décret du 14 mars 1917, la mobilisation des allogènes prit fin et la démobilisation commença à partir du mois de mai.

50La fraction musulmane à la Douma russe s’activa dès les premiers jours de la révolution pour défendre les intérêts de ses coreligionnaires. Elle envoya ainsi le 8 mars une déclaration au gouvernement provisoire où, tout en l’assurant de son soutien, elle regrettait que la liberté de culte ne fut mentionnée et appelait à la cooptation de musulmans dans les administrations d’État. En réponse à ces demandes, le gouvernement provisoire décréta le 20 mars l’abolition des discriminations fondées sur la nationalité, la religion et l’origine sociale et créa courant mars le Commissariat musulman du Comité provisoire de la Douma d’État. À travers cette dernière instance, plusieurs musulmans furent choisis pour des postes de commissaire du gouvernement provisoire dans des régions à fortes populations musulmanes. Parmi les premiers, Bukejkhanov fut nommé commissaire de l’oblast’ de Tourgaï le 24 mars 1917. D’autres nominations de Kazakhs suivirent.

51Parallèlement, une conférence des acteurs politiques musulmans fut organisée à Petrograd en mars 1917, où tous les musulmans furent incités à s’investir dans la construction du nouvel État. Il y fut aussi décidé de convoquer un congrès des musulmans de Russie pour mai. Cependant, certains représentants kazakhs – Bukejkhanov et Dulatov en particulier – exprimèrent déjà l’idée de privilégier l’organisation par chaque peuple de son propre congrès, afin de renforcer localement les mouvements nationaux. Cette position était dans la continuation des réflexions antérieures de Bukejkhanov sur l’inadaptation à la situation kazakhe d’un projet politique unitaire des musulmans de Russie. Celui-ci préférait s’engager dans la promotion d’une autonomie nationale au sein d’une fédération russe.

La politisation des steppes à travers la création des premiers organes de représentation kazakhs régionaux

52L’intelligentsia fut confrontée à son échec dans la constitution d’un mouvement unitaire avant 1917. Aucun projet commun n’avait pu être élaboré. L’absence de représentation kazakhe à la Douma impériale avait par ailleurs freiné le développement des forces politiques dans les steppes. Les tentatives de constituer un parti kazakh n’avaient pas pu être réitérées après 1906. Les principales figures de l’intelligentsia avaient ainsi adhéré à des partis russes. Leur préférence était allée au parti k.d. et le seul bolchevik était Alibi Džangil’din. Ces adhésions ne concernaient qu’un nombre très limité d’intelligenty kazakhs, la population nomade y restant totalement étrangère avant la révolution. La conquête de l’autonomie politique était néanmoins conditionnée par la structuration du mouvement national dans les steppes mêmes. Les groupes informels constitués avant 1917 autour de Qazaq, d’Ajqap et des associations étudiantes s’investirent totalement dans cette tâche. Leur pratique politique reposait bien entendu sur les affinités politiques qui s’étaient révélées avant 1917. Pour autant, malgré l’aspiration de l’intelligentsia à générer une conscience nationale dépassant les frontières des tribus, l’activation de soutiens tribaux restait au cœur du jeu politique.

53Suite à la révolution de Février, la steppe était en pleine effervescence. Le changement de pouvoir et les libertés accordées amenèrent la population kazakhe vers une progressive politisation tout au long de l’année 1917. Ce processus s’accompagna de l’affirmation par chaque groupe en formation de sa représentativité quasi exclusive de la population kazakhe. Saken Sejfullin, un des jeunes révolutionnaires kazakhs, raconte ainsi :

  • 42 Sejfullin, 1975, p. 91.

La quantité de rassemblements et de meetings de tout ordre caractérisaient cette période. Presque chaque jour, quelques comités et bureaux étaient réélus. [...] Tous se sont lancés dans la lutte, tous se sont dépêchés de revêtir le rôle de chef au nom du peuple.42

54Les membres de l’intelligentsia jouèrent un rôle prépondérant dans ce phénomène. En effet, comme l’intégration des steppes kazakhes dans une entité politique russe ne fut pas remise en question, la situation des Kazakhs dépendit étroitement des évolutions politiques en Russie même. Le centre russe fut toujours celui qui légitima le pouvoir local. Sous ses différentes formes, il chercha toujours à reconnaître un groupe politique, censé représenter l’ensemble des Kazakhs, et par lequel il puisse s’assurer le contrôle de la région. Seule l’intelligentsia, maîtrisant le russe, pouvait jouer ce rôle et représenter la population kazakhe devant les autorités centrales. À ce titre, elle était la seule à pouvoir briguer des postes de pouvoir, comme en témoignent les nominations de commissaires du gouvernement provisoire.

55Au cours du mois de mars, une première réorganisation de l’administration dans le gouvernorat des steppes eut lieu par la constitution de comités civils, dominés par les Russes. En parallèle, des comités kazakhs furent créés par l’intelligentsia dans les différentes oblast’ pour s’occuper des affaires proprement kazakhes. Sous le régime tsariste, les Kazakhs avaient pu participer à la gestion administrative seulement au niveau des volost’. Les gouverneurs de volost’ kazakh dépendaient alors directement du responsable d’uezd et du gouverneur militaire, tous deux russes. Ce système rompait avec le principe tribal sans toutefois offrir une alternative fédératrice pour les Kazakhs. Après la révolution de Février 1917, la première déclaration du gouvernement provisoire et l’abolition de toutes discriminations nationales ouvraient le débat sur une redéfinition des relations entre européens et « allogènes ». Elles offraient la possibilité aux Kazakhs de créer les premiers organes de représentation régionaux. Les comités kazakhs avaient été constitués dans ce but et posaient les bases provisoires d’une administration autonome régionale. Dès leur formation, ils déléguèrent des membres dans les comités civils d’oblast’, sans que soit pour autant remise en question la séparation politique entre les populations européenne et kazakhe.

56À l’instar de la Russie entière, toutes les questions concernant les changements radicaux à instaurer dans l’administration des steppes kazakhes devaient être résolues par l’Assemblée constituante. La vie politique dans les steppes fut donc marquée par la contradiction entre la nécessité de gérer la situation issue des événements révolutionnaires et l’impossibilité de prendre des décisions. Ce hiatus se ressentit tout particulièrement dans la formation d’organes autonomes kazakhs et dans les relations entre ceux-ci et les administrations russes.

57La création des comités provisoires kazakhs fut la première étape avant la convocation de congrès régionaux, dont la tâche était d’élire des organes légitimes et de définir des orientations politiques. Le principe amenant à l’élection d’organes représentatifs kazakhs reposa non pas sur le système tribal, mais sur le découpage administratif en volost’, uezd et oblast’ hérité de la période tsariste. Comme nous l’avons vu, les Kazakhs ne remirent pas en question leur affiliation à la Russie et leur représentation politique devait donc correspondre au système général russe. Le premier congrès kazakh fut lancé par Bukejkhanov qui, fraîchement nommé commissaire du gouvernement provisoire, arriva fin mars 1917 à Orenbourg, centre administratif de l’oblast’ de Tourgaï. Seuls des délégués des oblast’ d’Ouralsk et de Tourgaï avaient été invités dans l’annonce du journal Qazaq, mais lorsque le congrès se tint du 1er au 8 avril 1917, des délégués des oblast’ d’Akmolinsk, de Semipalatinsk, du Syr-Daria, de la horde de Bukej... s’y présentèrent. L’attente d’un congrès pan-kazakh, dont il avait déjà été question en 1913-1914, était telle que l’annonce de la tenue de ce premier congrès kazakh provoqua une forte agitation dans toute la steppe. Ce congrès eut dès lors une signification qui dépassait son cadre officiellement régional.

58Dès le début du congrès, les clivages au sein de l’intelligentsia ont aussitôt transparu dans les débats. Ainsi, lors de l’élection du président du congrès, Sejdalin s’opposa à la candidature de Bajtursunov, qui fut malgré tout élu. Par ailleurs, le congrès discuta du bien-fondé d’admettre comme députés d’anciens fonctionnaires tsaristes, auxquels il était reproché d’être corrompus et d’avoir abusé de leur fonction. C’est d’ailleurs pour cette raison que Muhamed’âr Tungačin, délégué de l’uezd d’Irgiz, fut exclu du congrès suite aux accusations de Dulatov qui le dénonça comme agent de la police tsariste et interprète corrompu.

59Lors du congrès, un bureau, comprenant huit membres, dont Bukejkhanov, Bajtursunov et Dulatov, fut chargé de la préparation d’un congrès pan-kazakh. La tribu Argyn de la Žuz Moyenne y était surreprésentée et, à l’inverse, Sejdalin, Karataev et leurs partisans étaient absents du bureau et des différentes commissions. Bukejkhanov s’était assuré cette mainmise sur la direction du mouvement national kazakh, ayant réuni autour de lui un groupe solide face à des opposants plus marginalisés et politiquement dispersés. Il avait de plus réussi à se rallier les élites tribales.

60Au cours des mois d’avril et de mai, des congrès furent organisés dans les autres oblast’ « kazakhes ». Ces congrès marquèrent l’exclusion progressive de certains leaders politiques kazakhs au profit d’une part des partisans de Bukejkhanov et d’autre part d’un groupe formé autour de Žikhanša Dosmuhamedov et de Khalel Dosmukhamedov, les premiers représentant la Žuz Moyenne et le second la Petite Žuz. Le leadership du Töre Bukejkhanov était reconnu principalement par la tribu Argyn ; laquelle, puissante et majoritaire dans la Žuz Moyenne, était présente dans les oblast’ de Tourgaï, d’Akmolinsk et de Semipalatinsk. Dans l’oblast’ d’Ouralsk, la situation était différente. Les Töre, Sejdalin et Karataev, avaient en effet été écartés au profit de représentants de la principale tribu de l’oblast’, la tribu Bajuly de la Petite Žuz, à laquelle appartenaient Ž. et Kh. Dosmukhamedov. La horde de Bukej était un peu à l’écart et fut représentée durant toute l’année 1917 par un Töre, Kulmanov, nommé commissaire du gouvernement provisoire pour la horde, et par Vali Tanašev, appartenant à la tribu Bajuly.

  • 43 Les discussions sur l’autonomie des populations de l’ancien Empire russe reprenaient essentiellemen (...)
  • 44 Rasul-zade, 2003, p. 137.

61Lors des congrès des oblast’ des steppes, des délégués avaient été élus pour représenter les Kazakhs au Congrès musulman pan-russe, qui eut lieu du 1er au 11 mai 1917 à Moscou. Le principal débat qui anima ce congrès fut la question du choix de la forme d’autonomie pour les populations musulmanes. Les « fédéralistes », partisan d’une autonomie nationale territoriale, et les « unitaristes », défenseurs d’une autonomie nationale culturelle, exposèrent leurs points de vue tout au long du Congrès43. Finalement, les premiers, auxquels s’étaient associés les délégués kazakhs, l’emportèrent à une large majorité. Un fédéraliste déclara ainsi : « Nous devons d’abord nous différencier pour nous unir ensuite »44. Les délégués kazakhs insistaient toujours sur la priorité à donner à la convocation d’un congrès pan-kazakh chargé d’élaborer leur future orientation politique. Les Kazakhs des oblast’ septentrionales furent très peu actifs dans le mouvement musulman pan-russe.

Les Congrès pan-kazakhs de juillet et décembre 1917 : de la création du premier parti kazakh à la formulation de l’autonomie nationale

62En 1917, la vie politique dans les steppes se cristallisa autour des deux congrès pan-kazakhs qui se tinrent en juillet et en décembre. Le premier Congrès pan-kazakh siégea du 21 au 28 juillet à Orenbourg. Le bureau élu au Congrès de l’oblast’ de Tourgaï se chargea de son organisation et marqua de son empreinte tout le congrès. Le congrès rassembla 289 délégués de toutes les régions kazakhes, y compris des oblast’ de Ferghana et de Samarcande. Le congrès traita de l’autonomie, de la forme de gouvernement, des questions agraires et religieuses, du choix des députés kazakhs pour l’Assemblée constituante et de la création d’un parti kazakh. Le Congrès se prononça pour une république russe démocratique parlementaire et fédérative, dans laquelle s’insérerait l’autonomie kazakhe à formuler en fonction des particularités nationales et du mode de vie. Ces larges principes furent adoptés sans apporter de plus amples détails. Sur les autres questions, les principales idées avancées étaient : l’arrêt de la colonisation européenne et le passage de l’administration des terres kazakhes aux Kazakhs eux-mêmes.

  • 45 Ferro, 1997, p. 926.

63Le projet de création d’un parti kazakh, dont Bukejkhanov avait été l’instigateur, fut adopté par le Congrès. Cette discussion était motivée par la tenue des élections à l’Assemblée constituante pan-russe, dont la date, fixée par le gouvernement provisoire pour le 17 septembre, avait été annoncée le 14 juin. Cette question était d’autant plus importante que, depuis la première déclaration du gouvernement provisoire russe, il avait été clairement dit que la forme du gouvernement y serait décidée et que « l’Assemblée constituante promulguera les lois fondamentales qui garantissent au pays ses droits inaliénables à la justice, à la liberté et à l’égalité »45. La réforme agraire très attendue avait été de la sorte confiée à la constituante.

  • 46 Kochan, 1967.

64Le choix de créer un nouveau parti kazakh avait été, par ailleurs, dicté par les nouvelles orientations des partis politiques russes après la révolution de Février. Le parti k.d., que plusieurs figures politiques kazakhes influentes avaient rejoint en 1905-1906, était tout particulièrement concerné. Adoptant la ligne politique d’une Russie une et indivisible, les k.d. s’opposèrent à toutes idées autonomistes46. Ce nouveau contexte politique décida Bukejkhanov, membre du Comité central, à quitter le parti k.d. en juillet 1917 et le persuada de la nécessité de fonder un parti pour unifier les forces politiques kazakhes en vue d’obtenir l’autonomie.

65Suite au Congrès pan-kazakh de juillet, Bukejkhanov s’efforça de réaliser son projet de parti unitaire kazakh, qui fut nommé Alaš pour insister sur l’idée d’une unité nationale. Un des objectifs de Bukejkhanov était l’établissement de listes électorales unifiées pour représenter les Kazakhs à l’Assemblée constituante. Toutefois, les listes du parti Alaš ne furent constituées que pour les oblast’ de Semipalatinsk, d’Akmolinsk et de Tourgaï et dans ces mêmes oblast’ d’autres listes furent aussi déposées. Dans l’oblast’ d’Ouralsk et dans la horde de Bukej, il n’y eut pas de listes du parti Alaš, mais des listes établies par les congrès régionaux. Ainsi, malgré les dires du journal Qazaq, le parti Alaš n’existait à la fin de l’année 1917 que dans la Žuz Moyenne. Les élections virent le succès du parti Alaš dans les oblast’ orientales et celui des partisans des Dosmukhamedov dans la partie occidentale.

  • 47 L’autonomie sibérienne fut proclamée le 2 décembre 1917 lors d’un congrès pan-sibérien extraordinai (...)

66Afin de préparer l’Assemblée constituante russe et d’organiser l’autonomie kazakhe, un comité comprenant notamment Bukejkhanov, Dulatov et Bajtursunov, organisa un second Congrès pan-kazakh, qui eut lieu du 5 au 13 décembre 1917 à Orenbourg. La situation politique avait profondément changé depuis le premier Congrès. Les bolcheviks avaient renversé le Gouvernement provisoire russe en octobre et les soviets s’emparaient progressivement du pouvoir dans toutes les régions de l’ancien Empire. D’autre part, le Turkestan et la Sibérie venaient de proclamer leur autonomie à des congrès où des délégués kazakhs avaient été présents47. Dans ce contexte, les organisateurs du congrès pan-kazakh affirmèrent clairement leur opposition à la révolution d’Octobre. Le congrès se tint donc sous la protection des cosaques de l’ataman Dutov. Ces derniers, refusant le nouveau pouvoir soviétique, avaient en effet pris le contrôle d’Orenbourg des mains du soviet local en novembre 1917.

  • 48 Dans la résolution du iie Congrès pankazakh, Alaš orda devait compter quinze membres kazakhs et dix (...)

67Les délégués au congrès vinrent des oblast’ d’Ouralsk, de Tourgaï, d’Akmolinsk, de Semipalatinsk, du Semireč’e, du Syr-Daria, de Samarcande, de la guberniâ de l’Altaï. Les discussions portèrent essentiellement sur les formes et sur l’organisation de l’autonomie kazakhe. L’ensemble des participants s’accordait sur l’intégration de cette autonomie dans une république fédérative russe, mais la prise du pouvoir par les soviets, la convocation incertaine de l’Assemblée constituante et la proclamation des autonomies sibérienne et turkestanaise laissaient planer de nombreuses incertitudes sur l’avenir politique des Kazakhs. Face à cette situation, deux courants se sont opposés au congrès. Le premier, mené par Kh. Kulmanov et Ž. Dosmukhamedov et représentant majoritairement la Petite Žuz, prônait une proclamation immédiate de l’autonomie kazakhe, qui devait s’unir à celle du Turkestan, arguant de leur proximité culturelle et sociale. Celle-ci était d’ailleurs promue par des Kazakhs. Le second courant, animé par Bukejkhanov et représentant la Žuz Moyenne, désirait attendre l’Assemblée constituante avant de s’engager sur la voie de l’autonomie et privilégiait une union avec la Sibérie, considérant que le Turkestan était trop enclin au conservatisme religieux. Un compromis fut finalement atteint. La proclamation même de l’autonomie fut reportée d’un mois, en attendant la décision des Kazakhs du Turkestan sur leur union avec les oblast’ septentrionales. Mais, après ce délai, l’autonomie dénommée « Alaš » devait être proclamée, sinon chaque oblast’ avait alors le droit de choisir indépendamment son avenir politique. Un Conseil national, nommé Alaš orda, qui devait résider à Semipalatinsk, fut formé pour préparer, diriger et organiser l’autonomie. Bukejkhanov fut élu président de ce Conseil national où la Žuz Moyenne était sur-représentée (dix membres sur les quinze48). Le débat houleux, qui agita le congrès au sujet de la délimitation de l’autonomie, montre bien l’extrême fragilité de l’unité nationale kazakhe.

68En janvier 1918, le Congrès kazakh de l’oblast’ du Syr-Daria refusa de s’unir aux oblast’ du nord, préférant rester au sein de l’autonomie turkestanaise proclamée en novembre 1917. La séparation politique entre les régions septentrionales et le Turkestan fut donc maintenue. Même s’il existait une forme de sentiment communautaire parmi les Kazakhs, l’identité turkestanaise et les affiliations tribales restaient tout aussi présentes. La prise du pouvoir par les soviets dans les steppes au début de 1918 ne laissa pas non plus l’opportunité à Alaš orda de proclamer officiellement l’autonomie kazakhe. Toutefois, le Conseil national se maintint et affirma son autorité sur la population kazakhe des cinq oblast’ de Bukej, d’Ouralsk, de Tourgaï, d’Akmolinsk et de Semipalatinsk.

La révolution d’Octobre dans les steppes
Novembre 1917-mars 1918 : les soviets contre Alaš orda

69La révolution d’Octobre bouleversa le paysage politique kazakh issu de la première révolution de 1917. La prise effective du pouvoir par les soviets dans les différentes oblast’ des steppes s’effectua entre novembre 1917 et février 1918, rendant critique la situation d’Alaš orda qui avait toujours refusé de reconnaître le nouveau gouvernement. Le 18 janvier 1918, Orenbourg fut prise des mains des cosaques de Dutov. Le 17 février, les soviets s’imposèrent à Semipalatinsk, centre politique d’Alaš orda. Dans cette première phase, le nouveau pouvoir désirait éliminer le Conseil national kazakh de la scène politique, mais il ne pouvait pas compter sur une organisation révolutionnaire kazakhe structurée. La faiblesse des soviets kazakhs ne permettait pas non plus de poser les bases d’une soviétisation de la société nomade.

  • 49 Après février 1917, de nombreuses organisations sociales-démocrates avaient vu le jour en Russie, s (...)

70Les groupes opposés à Alaš orda étaient trop dispersés face au réseau des comités kazakhs présents dans tous les oblast’ et ne pouvaient rivaliser avec l’influence d’Alaš orda. Marginaux et désunis, ils luttèrent localement contre le Conseil national durant l’hiver 1917-1918 sans pouvoir présenter ni plate-forme unitaire, ni front commun. Cette opposition comprenait certaines figures de l’intelligentsia proche d’Ajqap et des fonctionnaires écartés lors des congrès de 1917 et des jeunes intelligenty opposés aux orientations politiques et sociales du mouvement national kazakh. Une partie de ceux-ci se radicalisa et profita de la prise du pouvoir par les soviets pour rallier le nouveau régime. Ces Kazakhs se retrouvèrent dans des soviets dominés par les Russes, car la population kazakhe restait majoritairement étrangère aux soviets à la fin de 1917. Ils se rapprochèrent aussi des organisations sociales-démocrates49 et certains y adhérèrent entre l’automne 1917 et le printemps 1918. Leur ralliement à la révolution d’Octobre soulève cependant la question du contenu idéologique de leur adhésion aux thèses maximalistes. La plupart n’avait professé aucun attachement aux théories sociales-démocrates avant 1917 et certains y auraient même plutôt été hostiles.

71Le pouvoir bolchevik était d’ailleurs sceptique quant à la loyauté de ces différents groupes, qui n’avaient mené aucune activité révolutionnaire avant 1917. Il existait toujours une certaine tension entre les soviets russes et les Kazakhs ralliés au pouvoir soviétique. Seul Džangil’din, bolchevik depuis 1915, bénéficiait de la confiance des leaders bolcheviks. Il avait été expulsé de l’oblast’ de Tourgaï par Bukejkhanov en juillet 1917, alors qu’il tentait de former des soviets kazakhs dans les uezd. Interdit de séjour dans les steppes, il suivit un stage d’instructeur du parti bolchevik et fut envoyé en Crimée travailler pour le parti.

72Džangil’din rencontra Lénine en décembre 1917 pour préparer la conquête du pouvoir dans l’oblast’ de Tourgaï. Le premier comité révolutionnaire, qui avait été formé à Orenbourg par les soviets le 15 novembre, avait aussitôt été dissout par les cosaques de Dutov. À la suite de ces événements, le pouvoir soviétique central décida d’aider militairement le soviet d’Orenbourg, qui n’avait pas pu résister devant les opposants au nouveau régime. Dans leur discussion, Lénine et Džangil’din abordèrent aussi la situation politique dans les steppes. Suite à ces réunions, le Conseil des commissaires du peuple le nomma commissaire provisoire pour l’oblast’ de Tourgaï à la place de Bukejkhanov. Il avait pour mission d’organiser les soviets kazakhs et d’envoyer des délégués du peuple kazakh à Moscou pour préparer l’autonomie. Dans sa résolution sur la question nationale en mai 1917, le parti bolchevik « exigeait une autonomie régionale large [...] et une délimitation des frontières des oblast’ autonomes réalisée par les populations locales, qui devaient tenir compte des conditions économiques et sociales et de la composition nationale ». Ce principe devait cependant toujours être sous-tendu par « les intérêts de la lutte des classes du prolétariat vers le socialisme ». Cette ligne politique avait été réaffirmée dans la déclaration des droits des peuples de Russie le 2 novembre 1917.

73Dès sa nomination, Džangil’din rassembla un bataillon international sous son commandement, où il mobilisa de nombreux participants à la rébellion de 1916. Aux côtés des troupes rouges, ce bataillon participa activement au combat pour s’emparer d’Orenbourg. Après la victoire, Džangil’din dut recruter des Kazakhs pour organiser les soviets dans l’oblast’. Il raconte dans ses souvenirs, qu’après être entré dans Orenbourg, il s’était adressé à l’intelligentsia et aux anciens fonctionnaires kazakhs pour leur proposer de travailler avec les soviets. Un des premiers à répondre à son appel fut Tungačin, qui fut ensuite rejoint par d’autres opposants au groupe de Bukejkhanov ou à Alaš orda.

74Džangil’din chargea les plus influents de ces intelligenty, qui l’avaient rejoint, d’organiser des soviets kazakhs dans les uezd pour y remplacer les comités kazakhs. Il préparait en effet activement le congrès régional des soviets de l’oblast’ de Tourgaï. L’objectif de Džangil’din était d’amoindrir l’influence d’Alaš orda pour nommer un nouvel organe régional d’obédience soviétique. Afin de prévenir toute intrusion de partisans d’Alaš orda dans les nouvelles instances soviétiques, Džangil’din insista auprès de Moscou pour que le choix des représentants kazakhs fût avalisé par lui. Son projet était de les élire lors du congrès des soviets de l’oblast’ de Tourgaï, qui devait inclure des délégués de tous les uezd. Cette question était très importante car le Commissariat aux nationalités, dirigé par Staline, constituait alors des commissariats nationaux et qu’il était prévu d’en former un pour les Kazakhs. Džangil’din voulait pouvoir contrôler la nomination du commissaire kazakh. Ce dernier serait en effet chargé de traiter toutes les questions concernant la population kazakhe et tout particulièrement de négocier avec Moscou les modalités de l’autonomie.

75Džangil’din parvint à organiser le premier Congrès régional des soviets des paysans, des ouvriers, des soldats et des Kirghizes de l’oblast’ de Tourgaï, qui se tint du 21 mars au 3 avril 1918. Deux questions le préoccupaient : le droit électoral et la composition nationale des futurs organes élus. Les modalités d’éligibilité permettaient d’exclure directement les élites tribales, qui avaient été majoritairement représentées dans les comités kazakhs et dans le conseil national d’Alaš orda : baj (riche kazakh), anciens gouverneurs de volost’, mollah... Mais ces restrictions n’étaient pas appliquées de manière stricte lors des élections des délégués dans les uezd, ni même par la commission de vérification des mandats du congrès. Les exclusions étaient le plus souvent le résultat de jeux de pouvoir. Dix députés kazakhs proches de Bukejkhanov furent ainsi exclus, accusés d’être des éléments contre-révolutionnaires.

76Un nouveau Comité exécutif des soviets de l’oblast’ de Tourgaï fut élu lors de ce congrès. Džangil’din en obtint la présidence et plusieurs Kazakhs y entrèrent. Ce fut notamment le cas de Tungačin. La position des partisans des soviets était cependant très fragile et cette situation se ressentait tout particulièrement dans la population kazakhe. Au milieu du mois d’avril, Džangil’din repartit pour Moscou afin de défendre ses idées pour la soviétisation des steppes kazakhes.

77La prise du pouvoir des soviets se déroula différemment dans les oblast’ d’Ouralsk, d’Akmolinsk et de Semipalatinsk, en raison notamment de la présence très forte des partisans de Dosmukhamedov dans la première et du parti Alaš dans les deux autres. L’oblast’ de Tourgaï était peuplée majoritairement de la tribu Qypčaq de la Žuz Moyenne et des tribus Alimuly et Žetyru de la Petite Žuz, trois tribus minoritaires et peu influentes dans le mouvement national kazakh en 1917. Par contre, dans les trois oblast’ susnommées, les tribus Bajuly de la Petite Žuz et Argyn de la Žuz Moyenne, qui avaient investi l’Alaš orda, dominaient toute la sphère politique, rendant difficile l’implantation des soviets.

78Dans l’oblast’ d’Ouralsk, Karataev (qui était un Töre), Argančeev (de la tribu des Tölengit issue des servants personnels des khans) proche de Karataev, et Ajtiev (de la tribu Žetyru) ne purent agir directement contre le Comité régional kazakh, dominé par les Dosmukhamedov. Ils durent attendre le Congrès des soviets de l’oblast’ d’Ouralsk qui eut lieu du 18 au 24 mars 1918. Alaš orda y fut déclaré contre-révolutionnaire et l’arrestation de ses principaux membres exigée. Le Comité exécutif régional des soviets, issu du congrès, intégra Karataev, Argančeev et Ajtiev, au poste de vice-président, mais il restait dominé par des membres européens à la différence de celui de l’oblast’ de Tourgaï.

79Dans les oblast’ d’Akmolinsk et de Semipalatinsk, le parti Alaš contrôlait les comités kazakhs, comme le montra sa victoire aux élections à l’Assemblée constituante dans ces deux régions. Il fusionna de facto avec le Conseil national Alaš orda après sa constitution. Dans ces régions, les deux furent souvent confondus jusqu’en mai 1918, date à partir de laquelle le parti ne fut plus mentionné. Face à Alaš orda, qui avait clairement exprimé son opposition au régime soviétique, un second parti kazakh, nommé Uš-Žuz (les trois Žuz), fut constitué en octobre 1917 et chercha à se présenter comme porte-parole de la révolution kazakhe. Ce parti n’était cependant représenté que dans deux villes, Omsk et Petropavlovsk, comptant de quatre cents à mille membres selon les estimations. Ses leaders appartenaient aux tribus Najman et Kerej de la Žuz Moyenne, absentes du parti Alaš. Dans l’oblast’ d’Akmolinsk, où les Kerej étaient nombreux, le parti Uš-Žuz parvint à dissoudre le Comité kazakh régional, mais toutes les tentatives furent vaines dans l’oblast’ de Semipalatinsk.

Les soviets à la recherche d’une politique nationale
Négociations avec Alaš orda et déclenchement de la guerre civile, mars-mai 1918

  • 50 La commission d’élaboration de la constitution de la Rsfsr devait comprendre un représentant du Com (...)

80En parallèle, le pouvoir central soviétique avait opéré un changement de stratégie. Abandonnant la politique d’opposition systématique aux mouvements nationaux constitués en 1917, Moscou chercha à s’allier leur concours dans le vaste programme de construction des autonomies nationales initiées en mars 1918. Comme nous l’avons vu précédemment, le Commissariat du peuple aux nationalités était en train de créer des commissariats nationaux afin de préparer la future constitution de la Rsfsr, proclamée en janvier 1918, et d’y intégrer de nouvelles entités nationales50. Mais, il s’était rendu compte de la difficulté de trouver des interlocuteurs représentatifs et politiquement fiables avec lesquels collaborer pour installer le pouvoir soviétique. Le problème était tout particulièrement aigu dans la steppe kazakhe.

  • 51 Télégramme n° 283 (28.03.1918) du Commissariat aux nationalités, Garf, f. 1318, op. 17, d. 26, l. 3 (...)

81Les leaders bolcheviks n’ayant aucune confiance dans la majorité des Kazakhs ralliés aux soviets, Alaš orda apparut comme l’interlocuteur le plus valable de part son caractère national et sa présence sur l’ensemble des régions septentrionales kazakhes. Sans tenir compte des exigences de Džangil’din, Staline, commissaire du peuple aux nationalités, envoya le 28 mars un télégramme à l’adresse d’Alaš orda à Semipalatinsk, lui demandant « d’envoyer sans tarder des représentants pour organiser le Commissariat pour les affaires kirghizes et pour travailler à la réalisation de l’État kirghize »51. Kh. et Ž. Dosmukhamedov furent chargés par Alaš orda de négocier avec le Conseil des commissaires du peuple et se rendirent aussitôt à Moscou. Les pourparlers revêtirent un caractère circonstanciel, car ni les uns ni les autres n’avaient de réelles affinités politiques. Tout en étant forcé de discuter avec les soviets, Alaš orda resta en contact étroit avec tous les opposants au nouveau régime : régionalistes sibériens, députés de la constituante, officiers, cosaques.

  • 52 Stalin, 1918.

82Le Conseil national kazakh avait émis deux revendications principales : la libération de tous ses membres arrêtés et la reconnaissance de l’autonomie Alaš, telle qu’elle avait été énoncée au Congrès pan-kazakh de décembre 1917. De son côté, Moscou était prêt à de larges concessions, si les Kazakhs acceptaient de donner une forme soviétique à l’autonomie. Il semble qu’un accord ait été atteint sur la base de ces exigences. Alaš orda reconnaissait l’autorité du Conseil des commissaires du peuple et assurait que l’autonomie Alaš devait s’intégrer dans la Rsfsr en échange de son maintien. La partie kazakhe compléta cet accord d’une série de propositions concrètes. Le territoire de l’autonomie, qui y était délimité, correspondait exactement à celui établi au congrès de décembre 1917 : les oblast’ de Semipalatinsk, d’Akmolinsk, de Tourgaï, d’Ouralsk, du Syr-Daria, du Ferghana, du Semireč’e, de Bukej, l’uezd d’Ordama-Gyšlen de l’oblast’ de Transcaspie, l’uezd de Džizak de l’oblast’ de Samarcande, le district de l’Amu-Daria et les Kazakhs des uezd de Bijsk, de Slavgorog et de Zmeinogorsk de la guberniâ de l’Altaï. De plus, le Conseil national demandait de préserver son autorité jusqu’à la tenue d’un congrès pan-kazakh des soviets. Celui-ci devait transférer le pouvoir à des soviets élus selon une représentation proportionnelle des nationalités. Malgré l’insistance d’Alaš orda, aucune réponse ne fut donnée à ces demandes par Staline. La coopération entre Alaš orda et Moscou resta théorique et aucun représentant du Conseil national kazakh ne fut délégué au Commissariat aux nationalités ou dans une autre administration soviétique centrale. Des divergences politiques cruciales étaient d’ailleurs aussitôt apparues. Contrairement à l’une des revendications d’Alaš orda, le Commissariat aux nationalités affirma, dans un article de la Pravda du 9 avril, son refus d’une représentation proportionnelle dans les soviets, qui devaient être constitués selon le principe de classe52.

83Néanmoins, le parti Uš-Žuz pâtit lourdement de ces négociations. Son sort fut scellé au mois d’avril 1918 et Alaš orda joua un rôle certain dans sa fin tragique. Des accusations de corruption et d’abus de pouvoir portées à l’encontre des principaux leaders furent largement relayées par Alaš orda dans le but de compromettre définitivement le parti Uš-Žuz aux yeux des soviets. Ces dénonciations portèrent leurs fruits et, le 23 avril 1918, les membres du Comité central du parti furent arrêtés par le Soviet d’Omsk. Sans être reconnus coupables, ils restèrent en prison, où ils se trouvaient encore lorsque les Blancs reconquirent la région. Ils furent exécutés en 1919, mais dès la fin avril 1918 le parti Uš-Žuz avait été de facto décapité.

  • 53 Semipalatinsk fut prise par les Blancs le 11 juin 1918.

84Le déclenchement de la guerre civile entre avril et mai 1918 ne permit pas la concrétisation de l’accord minimal conclu entre Moscou et Alaš orda. Les cosaques avaient commencé à se soulever à la fin du mois de mars dans l’Oural. Dès le 29 mars, Ouralsk fut reprise par les cosaques blancs et les soviets dispersés. Au cours des deux mois suivants, l’ensemble des stanica cosaques suivirent l’exemple. L’instabilité de la situation associée à l’absence de position claire de Moscou amena à un éloignement progressif des deux parties. Dès le 1er mai 1918, Ž. et Kh. Dosmukhamedov engagèrent leurs troupes aux côtés des cosaques de l’Oural contre le pouvoir soviétique. Dans les deux oblast’ orientales, la rupture eut lieu dans le courant du mois de mai, suivant la progression des Blancs qui reprenaient les villes aux soviets53. De même, les oblast’ d’Ouralsk et de Tourgaï furent conquises par les forces blanches entre mai et juillet 1918, à l’exception des villes de Tourgaï, d’Irgiz et d’Aktioubinsk totalement encerclées.

Le Bureau kirghize du Commissariat du peuple aux nationalités
Les premières tentatives vers une autonomie soviétique kazakhe (mai 1918-juillet 1919)

La création du Bureau kirghize du Commissariat du peuple aux nationalités, avril-juillet 1918

85Peu après le départ de Kh. et de Ž. Dosmukhamedov de Moscou, Džangil’din s’y rendit pour un séjour qu’il prolongea jusqu’au 16 mai 1918. Il rencontra les leaders soviétiques, Sverdlov, Staline et Lénine, pour discuter de la constitution du futur Bureau kirghize du Commissariat du peuple aux nationalités. Comme nous l’avons vu ci-dessus, sa création fut le résultat d’un difficile processus politique lié au projet d’autonomie kazakhe, dont Lénine et Džangil’din avaient déjà discuté peu après la révolution d’Octobre. Avant même de définir les frontières et les compétences de l’autonomie, Lénine et Staline hésitaient fortement sur le choix des interlocuteurs kazakhs pour la préparer. Dès ses premières entrevues, Džangil’din avait proposé sans succès plusieurs candidatures. Le 26 avril, il assista en tant que représentant d’un Commissariat kirghize alors inexistant à une réunion du collège du Commissariat aux nationalités, présidée par Staline. Ce dernier et Lénine avaient alors abandonné l’idée de coopérer activement avec Alaš orda. Finalement, sur recommandation de Džangil’din, Tungačin fut nommé le 11 mai à la tête du nouveau bureau kazakh.

86Le Bureau kirghize central s’organisa lentement et eut une activité très réduite jusqu’en juillet 1918, manquant de moyens et de personnel. Les tâches du Bureau kirghize fixées par le Commissariat aux nationalités étaient de traiter des questions concernant les Kazakhs et de préparer l’autonomie administrative et territoriale kazakhe sur la base de la constitution soviétique. Avant même la création de ce Bureau kirghize, des commissariats ou des bureaux nationaux avaient été créés dans certaines oblast’ « kazakhes » sous l’autorité des soviets locaux. Leur principale fonction était de défendre dans les soviets les intérêts des Kazakhs. Ils étaient en quelque sorte les premiers organes de représentation kazakhe soviétique, bien que ses membres ne fussent pas élus mais cooptés. Le nouveau Bureau kirghize central était censé servir d’intermédiaire entre les autorités centrales et les bureaux locaux, dont il devait favoriser le développement dans l’ensemble des régions kazakhes. Ces bureaux nationaux n’avaient pas vocation à remplacer les autorités locales, mais à s’y fondre en attendant la convocation d’un congrès pan-kazakh. En effet, aucune définition territoriale n’avait été donnée, le texte officiel se contentant de fixer le cadre de ses compétences par l’expression « le peuple kirghize ».

  • 54 La précédente autonomie du Turkestan, dite de Kokand, avait été formée en novembre 1917 sous la dir (...)
  • 55 Télégramme de Džangil’din aux soviets des oblast’ du Syr-Daria, du Semireč’e et du Ferghana du 28/0 (...)

87À son retour à Orenbourg en mai 1917, Džangil’din relança les préparatifs pour la convocation d’un futur congrès pan-kazakh des soviets, qui était seul légitime à proclamer l’autonomie et à former un exécutif soviétique kazakh. Il envoya un télégramme aux soviets des oblast’ du Syr-Daria, du Semireč’e et du Fergana demandant si : « les uezd kirghizes étaient définitivement entrés dans l’autonomie du Turkestan54 ou [si] les comités exécutifs estimaient souhaitable l’union de tous les territoires kirghizes »55. Le reflux des soviets dans les steppes devant l’offensive blanche et la rupture consécutive des relations avec le Turkestan reporta la possible convocation du congrès pan-kazakh.

L’oblast’ de Bukej, fer de lance de la soviétisation des steppes (août 1918-janvier 1919)

88Hormis le Turkestan coupé des autres oblast’ kazakhes, seule l’oblast’ de Bukej resta sous le contrôle des soviets durant l’été 1918. L’absence de stanica cosaques fut un des facteurs qui facilita la permanence du pouvoir soviétique. L’autre fut l’orientation pro-soviétique de certains Kazakhs qui s’y était dessinée progressivement au cours de l’année 1917. Profitant du départ des deux principaux leaders, Kulmanov et Tanašev, pour le second congrès pan-kazakh, des membres de l’intelligentsia kazakhe aidés par des bolcheviks russes ont dissout le Comité kazakh régional dès le 1er décembre 1917. À sa place, un Comité révolutionnaire fut constitué, qui fonctionna jusqu’à la fin du mois de mars 1918. Un Comité exécutif provisoire des soviets fut alors constitué pour consolider la position des soviets dans la région et préparer la tenue d’un congrès, qui eut lieu du 1er au 8 mai 1918.

89Dans ce contexte général, Bekentaev, membre de l’équipe de Džangil’din dans l’oblast’ de Tourgaï et nommé vice-directeur du Bureau kirghize, fut envoyé au tout début août à Bukej, où le rejoignit peu après Tungačin. Aucun travail ne pouvait en effet être mené depuis Moscou. Tous deux avaient reçu des mandats du Commissariat aux nationalités pour organiser des bureaux locaux kazakhs auprès des soviets et préparer ainsi l’autonomie future. Le centre de gravité du Bureau kirghize central se déplaça alors à Bukej. Cette région fut le fer de lance de la soviétisation des steppes jusqu’au début 1919, comme l’indiquait Tungačin dans un rapport envoyé au Commissariat aux nationalités :

  • 56 Tungačin Muhamed’âr, 1963, p. 151.

Étant donné l’impossibilité de traverser la ligne de front, nous avons dû limiter nos activités à la seule horde de Bukej et, selon le déplacement du front et la reprise de villes et d’oblast’ par les troupes soviétiques, [...] nous diffuserons et organiserons le pouvoir soviétique local. À cette fin, nous préparons dans notre bureau local des cadres.56

90Les leaders kazakhs de Bukej se retrouvèrent dès lors impliqués dans la construction de l’autonomie soviétique, que les Kazakhs de l’oblast’ de Tourgaï s’étaient auparavant appropriés.

La reconquête d’Ouralsk et d’Orenbourg par l’Armée rouge et la convocation en suspens d’un congrès pan-kazakh des soviets, février-avril 1919

91Entre la fin de l’année 1918 et le début de 1919, l’Armée rouge mena une large offensive pour regagner le contrôle d’Orenbourg et d’Ouralsk, qui furent reprises respectivement les 22 et 24 janvier 1919. Des cadres kazakhs, formés par le bureau local kazakh de l’oblast’ de Bukej, accompagnèrent la reconquête rouge de l’oblast’ d’Ouralsk pour aider à la reconstitution des soviets kazakhs dans les zones nouvellement recouvrées. Par ailleurs, les Kazakhs arrêtés par les Blancs furent libérés et ceux qui avaient refusé de rallier Alaš orda purent sortir de la clandestinité. Ils rejoignirent les soviets reformés dans la région et certains adhérèrent au parti communiste.

92Džangil’din, toujours président du Comité exécutif des soviets de l’oblast’ de Tourgaï se préoccupa de réorganiser les soviets dans les uezd kazakhs suivant l’avancée du front dans son oblast’, car il désirait convoquer le plus tôt possible un congrès pan-kazakh. Dès février 1919, Džangil’din et Tungačin, qui s’étaient rendus à Moscou, profitèrent de ces victoires pour demander une nouvelle fois l’accord des autorités centrales sur l’organisation de ce congrès, où seraient représentées les régions de Bukej, d’Ouralsk et de Tourgaï. La reconquête progressive de ces oblast’ impliquait la formation de nouvelles autorités sur ces territoires, mais le contexte politique n’était pas propice à une décision rapide.

93Au même moment, la politique nationale du parti communiste était en effet l’enjeu de conflits importants au sein de l’équipe dirigeante bolchevik, qui préparait un nouveau programme du parti pour le VIIIe Congrès. D’un côté, Boukharine et Pâtakov récusaient le droit des nations à l’autodétermination, fidèles à l’idée que le principe national devait être abandonné au profit de celui de classe. De l’autre, Lénine soutenait la création d’autonomies nationales soviétiques. Cette polémique trouvait un écho direct dans les comités régionaux d’Ouralsk et d’Orenbourg, qui s’associaient en grande partie aux positions de Boukharine et de Pâtakov. De nombreux communistes russes locaux estimaient à l’instar de Petrovskij, membre du Comité exécutif de l’oblast’ d’Ouralsk, que

  • 57 Déclaration faite lors du congrès de l’oblast’ d’Ouralsk fin février 1919, in Timofeev, p. 73.

[...] le prolétariat russe est bien plus révolutionnaire et expérimenté que les pauvres Kirghizes, quasiment incapables de gérer les affaires d’État. Ces remarques montrent le danger que, par sa future autonomie, la région kirghize donne le pouvoir non pas aux pauvres et aux classes prolétariennes mais à la bourgeoisie kirghize.57

  • 58 Lenin, 1989a, p. 462.
  • 59 Ibid., p. 461.
  • 60 La République autonome bachkire fut justement proclamée le dernier jour du viiie Congrès.

94Lors du VIIIe Congrès du parti communiste, qui se tint du 18 au 23 mars 1919, Lénine défendit son projet pour le nouveau programme du parti. Il réaffirma la justesse de promouvoir des entités nationales et donc l’existence même d’une politique nationale. Il déclara ainsi que « toutes les nations ont droit à l’autodétermination »58, celle-ci restant la pierre angulaire de la politique nationale du parti communiste affichée dans le nouveau programme. Lénine y insista au Congrès : « Nous avons des Bachkirs, des Kirghizes et d’autres peuples et nous ne pouvons pas refuser de les reconnaître »59. Il confirma ainsi le soutien du pouvoir soviétique au processus de proclamation des républiques autonomes60.

95Ce débat sur les autonomies nationales n’était pas absent au sein du camp blanc, auquel s’était rallié Alaš orda. Ses membres étaient ainsi depuis décembre 1918 confrontés à un difficile dilemme. Le gouvernement sibérien blanc s’était alors clairement opposé à toute forme d’autonomie, se réappropriant l’idéologie blanche originelle d’une Russie une et indivisible. Les Kazakhs blancs avaient dès lors commencé à discuter d’un changement d’alliance avec les leaders bachkirs, qui se trouvaient dans une situation analogue. Mais à la fin de l’année 1918, la situation militaire et politique n’était pas encore favorable à un tel retournement.

  • 61 Džangil’din, 1975, p. 115.
  • 62 Amanžolova, 1994, op. cit., p. 129.

96Suite au viiie Congrès du parti communiste et à la proclamation de la République autonome bachkire le 23 mars, plusieurs représentants d’Alaš orda commencèrent à négocier leur ralliement avec le pouvoir soviétique. Les leaders d’Alaš orda de l’oblast’ de Tourgaï, Bajtursunov et Dulatov, entrèrent en contact avec Karaldin, président du Soviet de l’uezd de Tourgaï, afin de négocier ce changement d’alliance. Le ralliement prochain d’Alaš orda donnait un argument supplémentaire aux partisans de la convocation d’un congrès pan-kazakh. Džangil’din envoya, dès le 25 mars, un radiogramme à Lénine, où il annonçait qu’« avait enfin commencé l’union de tout le peuple kirghize des travailleurs derrière le drapeau rouge du gouvernement des ouvriers et des paysans »61. Karaldin avait aussi insisté sur la nécessité d’unir « les Kirghizes de tous les oblast’ »62 pour construire la future autonomie. Cette union et l’intégration consécutive de l’intelligentsia kazakhe apparaissaient aussi nécessaires pour contrebalancer la prédominance russe aussi bien au parti communiste que dans les administrations soviétiques. Cependant, les Kazakhs, qui s’étaient investis dans la construction soviétique, comptaient fermement préserver leurs prérogatives d’avant-garde révolutionnaire kazakhe par rapport aux partisans d’Alaš orda.

97Afin de concrétiser un accord entre Alaš orda et le pouvoir soviétique, Bajtursunov, Džangil’din et Karaldin partirent pour Moscou, où ils arrivèrent le 1er avril. Profitant de ces négociations, Džangil’din et Tungačin réitérèrent leur demande de convoquer un congrès pan-kazakh et obtinrent satisfaction dans ce nouveau contexte politique et militaire. La situation militaire semblait bien plus favorable aux Rouges au début du mois d’avril, après plusieurs mois d’offensives victorieuses. Ainsi, le Comité exécutif central pan-russe annonça le 4 avril 1919 la tenue prochaine d’un congrès constitutif de l’autonomie kazakhe à Orenbourg et accorda une amnistie aux membres d’Alaš orda.

98Le lendemain, le Commissariat aux nationalités constitua un groupe d’initiative chargé de la préparation du congrès. Quatre réunions du groupe eurent lieu à Urda, centre administratif de l’oblast’ de Bukej, entre le 25 avril et le 29 avril. Les participants y abordèrent les questions de l’organisation proprement dite du congrès pan-kazakh, qui fut prévu pour le mois de juin à Orenbourg. La délimitation des frontières de la future autonomie fut discutée, sans arriver à un tracé explicite. Suite à ces réunions, Džangil’din fut appelé à Moscou par Staline au début du mois de mai, afin de déterminer les modalités d’une proclamation de l’autonomie kazakhe.

La création du Comité révolutionnaire kirghize (Kirrevkom)
Dernière étape vers la proclamation d’une république autonome kazakhe juillet (1919-octobre 1920)

99Cependant, l’offensive des Blancs en mai 1919 va une fois de plus reporter la tenue du congrès pan-kazakh. Les premiers jours du mois de mai, les Blancs encerclèrent les villes d’Ouralsk et d’Orenbourg. Tourgaï tomba entre les mains des cosaques et des troupes d’Alaš orda. Le changement sur le front interrompit les négociations entre Alaš orda et Moscou et seul Bajtursunov rallia alors le pouvoir soviétique. Ce contexte militaire et politique tendu amena les dirigeants soviétiques à réfléchir à une nouvelle stratégie. Les discussions eurent lieu entre la fin du mois de mai et juillet 1919 au sein du Commissariat aux nationalités. À la demande de Staline, Džangil’din resta à Moscou pour définir la nouvelle ligne politique. La solution envisagée fut la création d’un comité révolutionnaire [Kirgizskij Revolûcionnyj komitet – Kirrevkom], qui aurait autorité sur les steppes kazakhes. Il devait être chargé d’instaurer des conditions acceptables pour la convocation d’un congrès pan-kazakh, qui serait ainsi à même de proclamer la République autonome kazakhe. Durant deux mois, de nombreuses réunions eurent lieu à Moscou pour définir à la fois l’étendue des compétences de ce comité dans des régions, où il existait une forte minorité russe, et les frontières territoriales de son autorité, dont la définition aurait une incidence sur la future autonomie kazakhe.

100Préparé par le Bureau kirghize, le projet fut étudié dans une commission mixte le 25 juin 1919 et y fut approuvé avec quelques changements concernant les frontières. Le projet initial prévoyait d’inclure les oblast’ turkestanaises du Syr-Daria et du Semireč’e dans le domaine de compétence du Comité révolutionnaire ; le règlement final les en exclut provisoirement. Autorité lui fut donc donnée sur les oblast’ de Tourgaï, d’Ouralsk, de Semipalatinsk, d’Akmolinsk et sur les territoires kazakhs de la guberniâ d’Astrakhan. Si le domaine de compétence du Bureau kirghize du Commissariat aux nationalités était le « peuple kirghize », définition non territoriale, celui du Comité révolutionnaire kirghize positionnait clairement son activité dans la création prochaine d’une république autonome, en dénommant les oblast’, où il avait autorité. Celles-ci furent d’ailleurs appelées « oblast’ kirghizes » par les Kazakhs, afin d’y affirmer leur légitimité. Cette transposition du domaine de compétence avait néanmoins nécessité l’insistance de Džangil’din, qui exigea à deux reprises, début avril et début mai 1919, la mention des oblast’ et des guberniâ placées sous l’autorité de l’organe central kazakh. Finalement, la légitimité politique du Kirrevkom, donnée par Moscou, se posa bien en termes territoriaux.

  • 63 Article 3 du règlement provisoire du Sovnarkom sur le Kirrevkom (10 juillet 1919). Voir Kurpeisov e (...)

101Cependant, les frontières de la future république n’avaient pas été définitivement tracées. La rédaction de l’article correspondant ajoutait ainsi la formule « jusqu’à la délimitation du territoire kirghize en accord avec la république du Turkestan, le Congrès kirghize et le pouvoir soviétique central »63. Cette remarque montrait bien l’indétermination de Moscou à définir clairement un territoire kazakh, dont la forme politique n’avait pas encore été fixée. La formulation de l’article permettait aussi d’envisager un rattachement futur à la république kazakhe des oblast’ du Semireč’e et du Syr-Daria et de l’uezd de Mangyšlak, qui n’avaient pas été inclus dans le domaine de compétence du Kirrevkom suite au refus des représentants turkestanais en juillet 1919. Les leaders kazakhs soviétiques avaient en effet essuyé le même refus qu’Alaš orda au début de l’année 1918.

102Créé officiellement le 10 juillet par le Conseil des commissaires du peuple, le Comité révolutionnaire kirghize remplaça le Bureau central kirghize, qui devint alors sa représentation à Moscou. Il se composait de sept personnes nommées par Moscou, mais ceux-ci avaient le droit de coopter de nouveaux membres. Les pouvoirs accordés à ce comité furent larges. Il était notamment autorisé à amender toutes décisions des soviets locaux. Le travail du Comité révolutionnaire commença au début du mois d’août 1919, après l’arrivée de ses membres à Orenbourg, sa ville d’attache. Dans sa première mouture, il était composé de Pestkovskij (président), vice-commissaire aux nationalités, Tungačin, Džangil’din, Lukašev, Bajtursunov, Karataev, Mendešev et Karaldin (secrétaire). Une des premières difficultés, à laquelle fut confronté le Comité révolutionnaire kirghize, était d’assurer son autorité sur un territoire, qui restait éclaté en juillet 1919 entre de nombreux centres administratifs et politiques, et dont une grande partie était encore sous contrôle des Blancs.

103Avant l’entrée en fonction du Kirrevkom à l’été 1919, le Bureau kirghize central avait déjà réussi à implanter des bureaux locaux dans les oblast’ d’Ouralsk et de Tourgaï et dans la horde de Bukej, mais tous dépendaient des soviets locaux et ne s’occupaient que des questions concernant les Kazakhs. La situation devait être inversée par le Kirrevkom et, malgré une situation loin d’être évidente, il allait parvenir à imposer progressivement son autorité sur les territoires qui lui avaient été accordés. Dans les conflits de compétences l’opposant aux administrations régionales russes, le Kirrevkom put en effet s’appuyer sur Moscou, qui était bien décidée à accorder une autonomie aux Kazakhs. Le processus de construction territoriale du Kazakhstan fut cependant long et ne s’arrêta pas avec la proclamation officielle de la république autonome en octobre 1920.

Ralliement d’Alaš orda aux soviets

  • 64 La commission turkestanaise du Vcik et du Snk fut créée en février 1919 pour raffermir le pouvoir s (...)

104Après l’échec des négociations entreprises en mars 1919, le pouvoir soviétique tenta à nouveau durant l’automne de convaincre Alaš orda de le rejoindre pour construire l’autonomie kazakhe. L’Armée rouge était en effet en train de vaincre définitivement les troupes blanches. Bajtursunov, membre du Kirrevkom, défendit notamment l’idée d’une nouvelle amnistie des membres d’Alaš orda pour les associer à la direction politique. Le pouvoir central y était plutôt favorable, persuadé que la soviétisation des steppes ne pourrait se réaliser, du moins dans un premier temps, sans leur participation. De passage à Orenbourg, Šalva Eliava et Grigorij Brojdo, membres de la commission turkestanaise du Vcik et du Snk64, soutinrent Bajtursunov et proposèrent de convoquer une conférence où seraient invités les « travailleurs actifs » [aktivnye rabotniki] kazakhs soviétiques et non-soviétiques. L’objectif de cette conférence était de poser les bases pour une participation de toute l’intelligentsia kazakhe au processus de soviétisation. L’amnistie fut promulguée en novembre et la conférence se tint en janvier 1920. Acceptant les conditions offertes, la branche orientale d’Alaš orda, derrière Bukejkhanov, choisit de rallier les soviets dès le mois de décembre et deux de ses membres, Ermekov et Gabbasov, intégrèrent le comité révolutionnaire de l’oblast’ de Semipalatinsk. La branche occidentale ne se résolut pas à abandonner ses prérogatives et fut dissoute par le Kirrevkom en mars 1920. Kh. et Ž. Dosmuhamedov furent alors exilés à Moscou.

  • 65 Protocole n° 19, 31 mars 1920, §.5, Kurpeisov et alii, op. cit., pp. 81-82.

105Malgré la ligne édictée par le Comité central du parti bolchevik, la plupart des communistes kazakhs et russes locaux furent opposés à une trop forte implication des anciens membres d’Alaš orda dans les affaires politiques. Bajtursunov dénonça cette situation en mars 1920, obtenant l’assurance de l’intégration dans les services du Kirrevkom de Kazakhs « de la partie orientale de la région kirghize »65. La distinction entre parties occidentale et orientale était justifiée par la mainmise des Kazakhs des oblast’ de Tourgaï, d’Ouralsk et de Bukej sur le nouveau pouvoir. Reproduisant le schéma du clivage tribal, le Kirrevkom et les organisations communistes régionales étaient dominés par la tribu Žetyru de la Petite Žuz et par la tribu Qypčaq de la Žuz Moyenne. À l’inverse, la tribu Argyn de la Žuz Moyenne, omniprésente dans Alaš orda, y fut très peu représentée entre 1919 et 1920. La réclamation de Bajtursunov avait pour but d’inclure en premier lieu des membres de cette dernière tribu.

106Peu après, le paysage politique kazakh fut profondément modifié par la création du Bureau régional kirghize du parti communiste, suite à la réunion le 12 avril 1920 de la fraction communiste du Kirrevkom. Le centre décisionnel kazakh se déplaça progressivement du Kirrevkom à l’organe régional du parti. Bajtursunov en comprit tout de suite la signification. Il organisa à Semipalatinsk une réunion pour discuter des liens à entretenir avec le parti communiste. Il cherchait à convaincre les autres membres de l’ancien conseil national de l’intérêt d’adhérer massivement au parti, de manière à l’infiltrer et à pouvoir ainsi influer sur les orientations données à l’autonomie. Son projet échoua, car la majorité s’y refusa.

107Pendant l’été 1920, certains anciens membres d’Alaš orda défendirent toutefois aux côtés des communistes kazakhs un projet commun pour la délimitation des frontières kazakhes, mais ils furent toujours écartés de la direction des affaires politiques. Alors que le Kirrevkom et le parti communiste étaient très marginaux dans les steppes, le pouvoir soviétique, militairement victorieux, réussit à dissoudre Alaš orda sans réelles contreparties politiques, ouvrant la voie à la création d’une république autonome soviétique.

Conflits territoriaux et politiques entre le Kirrevkom et les administrations soviétiques régionales

108Le Comité révolutionnaire kirghize rencontra l’opposition la plus forte dans la mise en place de son autorité auprès des administrations soviétiques et des organisations communistes locales, à majorité russe. Le règlement de juillet 1919 notifiait la soumission des soviets des oblast’ kazakhes au Comité révolutionnaire, mais il était précisé que dans les uezd mixtes les soviets devaient se diviser en deux sections, russe et kazakhe. D’autre part, il n’était pas fait mention explicitement de la population russe, ni d’une participation des soviets régionaux russes à la délimitation du territoire kazakh. L’absence de déclaration claire, à laquelle s’ajoutait la permanence de rapports tendus entre Russes et Kazakhs, provoqua des conflits importants et longs au sujet de la légitimité du Kirrevkom. L’intégration des Russes à une autonomie territoriale kazakhe avait déjà été une cause de polémique au second Congrès pan-kazakh en 1917 et ce problème s’est posé de même en 1919-1920.

109Les soviets à majorité russe avaient du mal à comprendre pourquoi l’autorité du Kirrevkom devait s’étendre à eux. Son activité était censée, selon eux, concerner seulement la population kazakhe. La faible représentation des Kazakhs dans les soviets et au parti bolchevik ne pouvait que renforcer cette idée. Le pouvoir politique du Kirrevkom mit longtemps à se faire reconnaître par les soviets russes. L’absence d’un organe kazakh du RkP(b) posait aussi la question de la direction politique, qui était censée être assurée par le parti communiste. Localement, les comités exécutifs régionaux des soviets étaient de facto, en 1919, contrôlés par les comités d’oblast’ du parti. Il existait un dédoublement de pouvoir entre les comités d’oblast’ soumis au Comité central à Moscou et les comités exécutifs dépendant officiellement du Kirrevkom.

110Cette situation est résumée par Ermekov au Congrès constitutif de la république autonome en 1920.

  • 66 Učreditel’nyj s’ezd sovetov Kirgizskoj (Kazakhskoj) Assr (Congrès constitutif des soviets de la Rss (...)

111Naturellement, tout le travail du Kirrevkom dut se concentrer avant tout sur l’unification des différentes parties de la Kirghizie, car il n’avait même pas de territoire sur lequel effectuer son travail. Pour atteindre cette unification, les membres du Kirrevkom durent laisser leur travail à Orenbourg pour se rendre dans les oblast’ voisines. Le pouvoir dans ces oblast’ ignorait les exigences légales du Kirrevkom, refusant de coopérer et entravant même la formation de la république kirghize66.

112Les communistes russes locaux défendaient notamment l’idée d’État mononational, exigeant une nouvelle délimitation des zones sous l’autorité du Kirrevkom. Entre 1919 et le début de 1920, plusieurs tentatives furent faites par des organisations soviétiques et communistes locales pour détacher des oblast’ kazakhes certains uezd considérés comme russes. Ce fut notamment le cas pour la partie septentrionale des oblast’ d’Ouralsk, d’Akmolinsk et de Semipalatinsk et pour l’uezd de Kustanaj. L’absence d’une administration kazakhe structurée et les contextes locaux particuliers issus de la guerre civile provoquèrent la fronde de certaines organisations soviétiques régionales, qui refusèrent de se soumettre à un comité révolutionnaire kazakh faible et politiquement suspect. Jusqu’en février 1920, près de la moitié de ses membres n’étaient pas communistes.

113Les deux oblast’ d’Akmolinsk et de Semipalatinsk, qui avaient été incluses dans la sphère politique du Kirrevkom en juillet 1919, furent reconquises tardivement entre novembre 1919 et avril 1920. Le Kirrevkom ne put alors faire valoir son autorité, car le Comité révolutionnaire sibérien s’était attribué la direction de ces deux oblast’. Les comités révolutionnaires, formés en novembre et décembre 1919 respectivement dans les oblast’ d’Akmolinsk et de Semipalatinsk, dépendaient directement du Comité révolutionnaire sibérien et ne comprenaient pas de Kazakhs dans leur première composition. Par la suite, on créa des sections kazakhes et des membres kazakhs furent intégrés dans les organes soviétiques régionaux. En 1920, Omsk et Orenbourg s’occupèrent chacun séparément des populations russes et kazakhes, créant ainsi un double pouvoir dans les deux oblast’.

114Les relations étaient tendues entre le Kirrevkom et le Comité révolutionnaire sibérien. En janvier 1920, ce dernier décida seul de réorganiser l’oblast’ d’Akmolinsk, afin de rattacher les uezd de Petropavlovsk, d’Omsk et de Kokčetav à la guberniâ d’Omsk. Cette résolution ne fut cependant pas confirmée par le pouvoir soviétique central. En avril, une commission du Kirrevkom fut envoyée à Omsk pour discuter des modalités de transfert des régions « kazakhes » sous son autorité, comme le décret du 10 juillet 1919 le signifiait. Mais les autorités sibériennes refusèrent tout au long de l’année 1920 de céder, tentant toujours de récupérer des zones peuplées de Russes et de cosaques.

  • 67 Télégramme du Kirrevkom au Commissariat aux nationalités du 8/12/1919 (Orenbourg), Cga Rk, f. 14, o (...)

115Les rapports entre les organisations régionales d’Ouralsk et le Kirrevkom étaient encore plus conflictuels. Dès février 1919, le Comité régional du parti s’était opposé au projet d’autonomie kazakhe. Dans la continuité de ce dernier, le Comité révolutionnaire d’Ouralsk refusa de reconnaître l’autorité du Kirrevkom et traita directement avec les administrations centrales, Le Kirrevkom envoya un télégramme en décembre 1919 au Commissariat aux nationalités, demandant d’intervenir car « le Comité révolutionnaire de la guberniâ d’Ouralsk [...] n’estime pas être sous la tutelle du Comité révolutionnaire [kirghize] »67. La situation n’évolua cependant pas. Bien qu’il acceptât de faire dépendre les Kazakhs d’une administration autonome nationale, le comité d’Ouralsk insistait pour que la population russe de la région relevât directement des autorités centrales moscovites. En avril 1920, ce projet fut soumis à l’approbation de Moscou. Puis, lors de la IIe conférence du parti de la région en mai, la décision fut prise de séparer la guberniâ d’Ouralsk du territoire kazakh. La commission du Comité central pour la question kazakhe, présidée par Staline, rejeta les demandes des organisations d’Ouralsk, confirmant la légitimité politique du Kirrevkom sur la région. S’appuyant sur cette décision, le Comité révolutionnaire kirghize réorganisa à la fin mai les comités révolutionnaires des uezd et de l’oblast’ d’Ouralsk, y nommant des Kazakhs. L’intégration de la région dans le futur Kazakhstan et la direction politique du Kirrevkom furent ainsi assurées. Le Kirrevkom obtint toujours in fine le soutien de Moscou pour ses revendications territoriales face aux comités révolutionnaires régionaux, même si certains conflits ont duré pendant toute l’existence du Kirrevkom.

Un centre politique pour la future république kazakhe

116Le choix d’Orenbourg pour accueillir le tout nouveau Kirrevkom avait été dicté par sa qualité de centre administratif pour les régions occidentales kazakhes et par la situation militaire. Ouralsk n’avait été reconquise qu’en juillet 1919 et toutes les autres villes des steppes étaient encore aux mains des Blancs. Au début du mois d’août, les membres du Kirrevkom s’installèrent donc à Orenbourg dans un large bâtiment alloué par le comité local des soviets, sans que soit réellement discutée la localisation du centre politique kazakh.

  • 68 Ibid, p.75.

117La question fut posée dès septembre, alors que les Rouges s’enfonçaient victorieusement dans les steppes kazakhes. Dans le règlement de juillet 1919, Orenbourg et la guberniâ correspondante n’avaient pas été incluses dans le domaine de compétence du Kirrevkom. Le choix d’Orenbourg ne convenait ni aux communistes russes locaux, ni à la frange dite « nationaliste » du Kirrevkom. Si les premiers demandaient le rattachement des régions russes de la guberniâ d’Ouralsk et de l’uezd d’Aktioubinsk à la guberniâ d’Orenbourg, en renvoyant « le gouvernement kirghize dans les profondeurs de la Kirghizie »68, les seconds récusaient de même l’option d’Orenbourg, qu’ils percevaient comme une limitation de l’autonomie des Kazakhs. L’emprise russe y était trop forte. Ainsi, bien qu’Orenbourg eût été un lieu crucial pour le mouvement national kazakh, ayant accueilli le journal Qazaq depuis 1913 et les deux congrès pan-kazakhs de 1917, Semipalatinsk lui fut préférée en décembre 1917 pour installer le Conseil national d’Alaš orda.

  • 69 Timofeev, op. cit., p. 74.

118Des discussions vives eurent lieu au sein du Kirrevkom. Pestkovskij défendit fermement la solution d’Orenbourg. Lors des réunions du début septembre, il déclara que « la tâche d’Orenbourg est d’être le centre, défendant la construction soviétique et du parti »69. Il soulignait en effet que le nouvel organe kazakh nécessitait « au moins un centre prolétarien » pour mener à bien la politique nationale du parti communiste. En l’absence de villes importantes dans les steppes, Orenbourg semblait la ville la plus apte à remplir les fonctions de centre politique. La présence des influents Comité du parti bolchevik et Comité exécutif des soviets et du Conseil militaire révolutionnaire du Front turkestanais permettait par ailleurs d’assurer un meilleur contrôle de l’activité du Kirrevkom. Les administrations soviétiques locales devaient appuyer la mise en place de la nouvelle administration kazakhe. Celle-ci, manquant cruellement de cadres kazakhs formés, dut compter, pendant toute son existence, sur des collaborateurs russes d’Orenbourg. Les réunions de septembre 1919 finirent pas imposer cette ville pour accueillir le Kirrevkom.

119Le débat sur l’emplacement de la capitale de la future république kazakhe fut réactivé au printemps et à l’été 1920, alors que la convocation du congrès pan-kazakh était intensément préparée. Hormis Tachkent et Orenbourg, les villes d’Ouralsk, de Semipalatinsk et d’Aktioubinsk avaient été proposées. Les centres administratifs tsaristes pour les steppes kazakhes avaient toujours été situés dans des zones excentrées, tout comme les villes centrasiatiques. La future république autonome se trouvait donc dépourvue d’une capitale « naturelle ». Le mode de vie nomade et la structure même du pouvoir kazakh n’avaient pas favorisé l’apparition d’un centre politique. La ville de Turkestan, lieu de pouvoir des khans kazakhs et site funéraire située au sud de l’actuel Kazakhstan, était très modeste et le Kirrevkom ne pouvait envisager de renouer avec une tradition alors associée au « féodalisme ». Les réunions se succédèrent jusqu’en août 1920 sans qu’aucune décision ne soit prise.

120En l’absence d’un consensus, le décret du 26 août 1920, proclamant la République autonome soviétique kirghize, dessina les frontières de cette nouvelle entité, sans mentionner sa capitale. Orenbourg fut finalement choisie par défaut un mois après dans un ajout au décret, qui inclut aussi six districts de l’ancienne guberniâ d’Orenbourg dans les frontières de la nouvelle république. L’histoire du Kazakhstan, marquée par trois changements de capitale en 80 ans d’existence, montre bien l’extrême sensibilité de cette question : Kzyl-Orda de 1925 à 1929, Alma-Ata de 1929 à 1998 et Astana (Akmola) depuis 1998.

Conférence d’août 1920 : l’élaboration finale du décret pour la création d’une République autonome soviétique kazakhe

121Bien que le Kirrevkom ait toujours reçu le soutien de Moscou pour faire reconnaître son autorité sur l’ensemble des territoires officiellement sous sa compétence, plusieurs administrations régionales restaient hostiles à l’idée de se soumettre à une entité politique kazakhe. Malgré les blocages persistants, le Kirrevkom parvint, en mai 1920, à mettre au point les instructions relatives au futur congrès constitutif de la république autonome kazakhe. Moscou décida alors de convoquer une conférence pour fixer les frontières de cette nouvelle république. Toutes les administrations concernées furent invitées à envoyer leur projet territorial en vue d’une conférence au mois d’août à Moscou. Le Kirrevkom constitua sa commission pour la délimitation des frontières. Dans le rapport rendu par celle-ci en juin, l’existence même de la république est justifiée, en premier lieu, par une situation géographique et économique particulière par rapport aux autres régions de la Russie soviétique. Les second et troisième points constatent la localisation des centres politiques et industriels du territoire kazakh sur ces confins : Astrakhan, Ouralsk, Orenbourg, Koustanaï, Omsk, Semipalatinsk et Tachkent. En conséquence, il y est déclaré :

  • 70 Garf, f. 1318, op. 1, d. 643, l. 197.

Il est nécessaire pour délimiter les frontières et pour résoudre la question des uezd disputés de se fonder sur le principe d’une préservation des liens existants entre ces uezd et la steppe, étant donné que sa partie septentrionale est le support de l’ensemble des populations nomades et semi-nomades des terres méridionales arides et infertiles70.

122Le 28 juin, une commission de spécialistes fut formée par le Comité éxécutif central panrusse pour s’occuper tout particulièrement de la question des frontières, qui devaient être déterminées selon des critères historiques, ethnographiques et économiques.

  • 71 Le terme « Ouzbéko-sarte » sert ici à dénommer les populations sédentaires de l’Asie centrale, habi (...)

123La conférence, qui se tint les 9 et 10 août, fut très houleuse. Même si un consensus de principe existait sur l’union de tous les oblast’ kazakhes dans une république, les délégués s’opposèrent sur la justesse d’une union immédiate devant la faiblesse du Comité révolutionnaire kirghize. Le Kirrevkom n’était pas jugé mûr politiquement pour soviétiser un territoire, qui s’augmenterait des deux oblast’ du Turkestan et de ceux d’Akmolinsk et de Semipalatinsk. Les représentants du Turkestan et de la Sibérie y étaient particulièrement opposés. Ceux-ci ajoutèrent qu’une union précipitée entraînerait des conflits entre Kazakhs et Russes au nord et entre Kazakhs et Ouzbéko-sartes71 au sud. A contrario, Bajtursunov déclara :

  • 72 Garf, f. 1318, op. 1, d. 4, l. 71.

Si le territoire kirghize ne peut se diriger lui-même, cela signifie que la république n’est pas encore mûre et qu’il n’y a pas encore les conditions pour sa formation. Alors, on n’en parle pas. Si l’on pense que sa création est nécessaire, il faut s’en donner les moyens et alors elle existera.72

124L’ensemble de la délégation kazakhe était de l’avis de Bajtursunov. Le décret final « sur la création de la République autonome socialiste soviétique kirghize » préparé par le Commissariat aux nationalités fut officialisé le 26 août 1920 après avoir été visé par Lénine. Il officialisa le rattachement des oblast’ de Semipalatinsk et d’Akmolinsk à la nouvelle république, mais pas celui de deux oblast’ du Turkestan. Le congrès constitutif de la République autonome soviétique kirghize put enfin avoir lieu du 4 au 12 octobre 1920 pour élire ses premiers organes centraux, le comité exécutif central kirghize des soviets et le conseil des commissaires du peuple. Proclamée officiellement le 12 octobre 1920, la république kirghize comprenait de jure cinq guberniâ et un uezd : les guberniâ de Semipalatinsk, d’Akmolinsk, de Tourgaï, d’Ouralsk, de Bukej et l’uezd Adaj. À l’exception des deux oblast’ du Semireč’e et du Syr-Daria, les revendications territoriales kazakhes avaient toutes été reçues favorablement par Moscou.

Autonomie nationale ou régionale ?

  • 73 Point 20, chapitre iii : « Izbiratel’nye prava » (Droits électoraux), Instrukciâ po sozybu Vseobŝeg (...)

125L’aprêté des discussions autour de la délimitation des frontières était due à des visions concurrentes sur la forme que devait revêtir l’autonomie kazakhe. Deux questions concomitantes étaient au cœur du débat : le droit électoral et la redéfinition des rapports entre les populations européenne et kazakhe. La rédaction des « instructions pour la convocation du congrès général du territoire kirghize » en mai 1920 fut en ce sens un moment crucial pour le Kirrevkom, au sein duquel s’affrontèrent une position dite « nationaliste » et celle accusée de « chauvinisme grand-russe ». La première, défendue par Bajtursunov, privilégiait le principe national, estimant que les droits civiques devaient être accordés à tous les citoyens sans considération de classes. L’accent était mis sur l’union de tous les Kazakhs dans une entité administrative autonome qui leur serait propre. Sous l’impulsion en particulier de Karataev, cette conception fut finalement rejetée aux réunions du Kirrevkom entre avril et mai 1920 au profit d’une confirmation de la primauté du principe de classe, le seul acceptable par le pouvoir soviétique central. Le nouveau droit électoral accordait ainsi « le droit d’élire et d’être élu à tous les citoyens des deux sexes ayant atteint 18 ans et appartenant à la classe des travailleurs, indépendamment de leur religion, de leur nationalité et de leur sédentarisation »73.

126Par ailleurs, le Kirrevkom s’était vu attribué un territoire comprenant une minorité russe. Or, le règlement de juillet 1919 n’apportait aucune précision particulière à propos de la nature de son autorité sur les Russes locaux, qui contrôlaient plusieurs administrations régionales. Devant l’ambiguïté de Moscou quant à la forme de la future république autonome, ceux-ci refusèrent de se soumettre à une direction kazakhe et tentèrent en vain de promouvoir l’idée d’État mononational. Jusqu’en août 1920, les membres non-kazakhs du Kirrevkom, toujours minoritaires en son sein, avaient été soit délégués par le pouvoir central, soit détachés du commandement du Front turkestanais. Au printemps 1920, l’affirmation des compétences du

127Kirrevkom sur l’oblast’ d’Ouralsk et sur la guberniâ d’Orenbourg eut pour conséquence d’associer la minorité russe à la construction de l’autonomie kazakhe. Des représentants russes de ces deux régions furent ainsi intégrés d’abord au Bureau régional kirghize du parti communiste en mai et ensuite au Kirrevkom en juillet-août. Ils participèrent à la dernière phase de l’élaboration de l’autonomie, renforçant la position des partisans d’une autonomie régionale. Le caractère proprement national de l’autonomie fut ainsi atténué.

128Dans le rapport mentionné précédemment « sur le territoire et les frontières du territoire kirghize », la commission du Kirrevkom débutait sa présentation en explicitant les raisons de la délimitation des frontières qu’il avait proposée.

  • 74 Garf, f. 1318, op. 1, d. 643, l. 197.

129La république autonome kirghize, comme partie de la Rsfsr, ne se constitue pas seulement dans le but de résoudre la question nationale kirghize dans les meilleures conditions pour nous, mais aussi parce que ce territoire, de par sa situation géographique et économique particulière et radicalement différente des autres régions de la république [Rsfsr], exige une administration propre. De plus, tant pour les questions territoriales et économiques que nationales, nous devons nous appuyer sur les principes de la rationalité économique et de la préservation des intérêts de la république et du prolétariat74.

130La référence à la question nationale passait ici au second plan pour privilégier l’idée d’une cohésion territoriale et économique des territoires revendiqués pour la future république kazakhe. L’intitulé même des « instructions pour la convocation du congrès général du territoire kirghize », définitivement adoptées en août, notait ce changement en abandonnant le terme de pan-kazakh pour qualifier le futur congrès.

  • 75 Point 2, chapitre I. « obŝoe položenie » (règlement général ), Instrukciâ po sozybu Vseobŝego S’ezd (...)

131Le droit de représentation au Congrès général du territoire kirghize était donné à tous les travailleurs des oblast’ d’Ouralsk, de Semipalatinsk, de Tourgaï, d’Akmolinsk, de la partie kirghize de la guberniâ d’Astrakhan et des terres du territoire kirghize qui y seraient incluses au moment des élections75.

132Ni dans ces instructions, ni dans le règlement d’octobre 1920 il n’était fait mention d’un statut privilégié des Kazakhs dans la future république, Russes et Kazakhs bénéficiant des mêmes droits. Ce principe était inscrit dans l’article 22 de la constitution de la Rsfsr adoptée en 1918.

  • 76 Abdulatipov, 2000, p. 135.

133Cette dernière, reconnaissant des droits égaux pour tous les citoyens indépendamment de leur race ou de leur nationalité, déclare contraires aux lois fondamentales de la république « l’établissement de privilèges ou d’avantages sur cette base ; l’oppression des minorités nationales ou la limitation de leurs droits subies [dans l’ancien système] ne peuvent pas être prises en compte »76.

  • 77 « Tezisy o Kirgizskom voprose » (Thèses sur la question kirghize) du Bureau régional kirghize du Rk (...)
  • 78 Dans ses remarques pour le iie Congrès des organisations communistes des peuples d’Orient rédigées (...)
  • 79 « Tezisy o Kirgizskom voprose » (Thèses sur la question kirghize) du Bureau régional kirghize du Rk (...)

134L’existence de problèmes particuliers aux Kazakhs n’était pas pour autant niée. La politique nationale fut ainsi abordée durant l’été 1920 par le pouvoir communiste sous l’angle de la « question kirghize ». Dans les thèses étudiées au Bureau régional kirghize à cette période, transparaissait l’idée que cette « question kirghize » ne pouvait être résolue que par la disparition des antagonismes existant entre les populations russe et kazakhe. La position officielle du Bureau régional était ainsi que « la libération politique, économique et de droit des travailleurs kirghizes » devait se réaliser par « un rapprochement et une uniformisation des différentes nationalités »77. Il y était cependant ajouté que ce processus serait long. En attendant, la législation soviétique devait s’adapter au mode de vie kazakh, laissant une part d’aménagement national pour l’administration de la future république. Les instructions, publiées en août 1920, maintenaient une certaine souplesse dans la définition de l’autonomie. S’alignant sur les recommandations de Lénine, un élément de l’autonomie extra-territoriale avait été retenu78. Les Kazakhs, habitant hors des frontières de la république autonome, bénéficiaient du droit d’élire des délégués ayant une voix consultative. La possibilité de réunir toutes les terres kazakhes dans une unique république avait par ailleurs été laissée ouverte. Le pouvoir soviétique, déterminé à résoudre ce qu’il dénommait la « question kirghize », appelait toutes les administrations soviétiques et tous les organes du parti communiste « à participer au processus de l’autodétermination nationale des Kirghizes »79. Jamais ne fut remise en question la dénomination de république « kirghize », qui devint « kazake » en 1925, puis « kazakhe » en 1936. Par ailleurs, le caractère national de la république autonome était alors garanti par une population kazakhe majoritaire.

Conclusion

135Retraçant quinze ans de la vie politique dans les steppes kazakhes, ce chapitre a tenté d’esquisser un cadre général pour l’étude de cette période. À partir de la première révolution russe en 1905, l’intelligentsia s’est érigée en porte-parole du peuple kazakh. En effet, l’absence d’un autre interlocuteur dans les steppes pour le pouvoir central russe lui a permis d’accaparer la représentation politique. Aussi bien le pouvoir tsariste que les soviets durent s’appuyer sur elle pour s’assurer le contrôle administratif et politique de la population kazakhe. La nature des relations entre le pouvoir central et le monde kazakh se transforma profondément après la révolution de Février 1917. L’Empire tsariste avait imposé un régime colonial aux Kazakhs qui, sous leur statut d’allogènes, n’étaient pas considérés comme des citoyens à part entière. Entendant rompre avec cette politique, la Russie révolutionnaire abolit ce statut et accorda à toutes les populations de l’ancien Empire le droit d’élire des organes locaux autonomes. L’intelligentsia s’investit aussitôt dans cette tâche, dont le but ultime était la proclamation de l’autonomie nationale au sein d’une fédération russe.

  • 80 Le mouvement vaisiste est né dans la deuxième moitié du xixe siècle parmi les Tatars de la Volga. F (...)

136Les Kazakhs des steppes septentrionales revendiquèrent une autonomie construite autour d’une idée nationale kazakhe. Ils ne s’investirent pas dans le mouvement musulman pan-russe. L’identité musulmane ne fut pas mobilisée ou que très marginalement par les différents groupes constitués après la révolution de Février, bien que son activation ait été au cœur de la construction du paysage politique kazakh avant 1917. Cette situation est d’autant plus remarquable que les plus ardents défenseurs de l’islam kazakh rejoignirent souvent le pouvoir soviétique athée, contrairement à Bukejkhanov et à ses partisans. Cette situation n’est pas sans rappeler le cas des Vaisistes tatars80. Par contre, le système tribal, décrié par les membres de l’intelligentsia, resta toujours sous-jacent. Il était un vecteur puissant pour l’activation de soutiens politiques.

137Le pouvoir soviétique ne remit à aucun moment en question l’attribution d’une autonomie aux Kazakhs. Lénine insista par contre toujours sur le modèle soviétique à suivre. Il désirait garder une forme unique pour toutes les nouvelles entités administratives, afin de favoriser une uniformisation ultérieure. La proclamation des autonomies nationales était vue comme une première étape dans la soviétisation des nationalités de l’ancien Empire et concernait tout particulièrement celles censées être « les moins avancées » – ce qui signifiait, dans le discours bolchevik, celles n’ayant pas de prolétariat formé. Lénine prêtait ainsi une importance toute relative aux frontières, car elle ne servait qu’à délimiter des entités administratives d’un même ensemble soviétique. Les réflexions sur les frontières étaient d’ordre stratégique par rapport aux populations concernées. Leurs objets étaient, d’une part, d’éviter tout conflit et, d’autre part, d’empêcher toutes les recompositions territoriales ou nationales qui pouvaient affirmer un modèle concurrent au modèle soviétique.

138La création de la république kazakhe fit partie d’un processus général de constitution d’entités nationales autonomes au sein de la Rsfsr. La forme et la délimitation des frontières de l’autonomie kazakhe furent un des principaux enjeux des luttes politiques pour les différents organes kazakhs. Le résultat fut une autonomie régionale fortement teintée de caractères nationaux. Même si la primauté du principe de classe fut réaffirmée, l’idée nationale, défendue notamment par Alaš orda, avait été en partie préservée. Les revendications territoriales furent aussi très largement entendues. La proclamation officielle en octobre 1920 ne mit pas un terme à la construction territoriale de la république kazakhe. Le décret du 26 août incluait les oblast’ d’Akmolinsk et de Semipalatinsk dans la nouvelle république, mais l’administration en était laissée provisoirement à la charge du Comité révolutionnaire sibérien. Le transfert des pouvoirs dans les deux oblast’ eut lieu en avril 1921. Le Vcik entérina en même temps le rattachement à l’oblast’ de Semipalatinsk de 26 volost’ de l’uezd de Zmeinogorsk de la guberniâ de l’Altaï, dont la population kazakhe avait « demandé » à être réunie à la république autonome.

139L’étape suivante fut le réaménagement territorial du Turkestan et des républiques populaires de Boukhara et du Khwarezm entre 1924 et 1925. À leur place furent constitués les deux républiques socialistes soviétiques ouzbèke et turkmène, les deux républiques autonomes kirghize et tadjike et la nouvelle oblast’ autonome karakalpak. Les oblast’ du Semireč’e et du Syr-Daria furent rattachées à la république kazakhe, ainsi que l’oblast’ autonome karakalpake jusqu’en 1930. Le dernier changement important eut lieu en 1936, lorsque certaines républiques autonomes furent promues au rang de république statutaire de l’URSS. Le Kazakhstan quitta la Rsfsr pour devenir l’une des onze républiques soviétiques constituant l’URSS à cette date. Loin d’amener à une fusion des nationalités, la mise en place des républiques nationales fixa les identités nationales, d’autant plus que la nationalité fut inscrite dans les passeports de tout citoyen soviétique.

Haut de page

Bibliographie

Abdulatipov R., 2000, Nacional’nyj vopros i gosudarstvennoe ustrojstvo Rossii [La question nationale et la construction de l’État russe], Moskva : Slavânskij dialog.

Abdullina P. A., Bejsenov S. S. & Kireev F. N., 1971, Sovety i revkomy v Kazakhstane (oktâbr’ 1917-1920 gg.) [Les soviets et les comités révolutionnaires au Kazakhstan. Octobre 1917-1919], Alma-Ata : Kazakhstan.

Ajqap, 1995, « Qazaq ènciklopediâsy », Almaty.

Akiner Shirin, 1995, The Formation of Kazakh Identity from Tribes to Nation State, London : The Royal Institute of international affairs.

Allworth E. (ed.), 1989, Central Asia, 120 Years of Russian Rule, Durham, London: Duke University Press.

Amanžolova D. A., 2004, « Kazakhskaâ avtonomiâ : ot zamysla nacionalov k samo-opredeleniû po-sovetski » [L’autonomie kazakhe : du projet des nationaux à l’autodétermination soviétique], Acta Slavica Iaponica 21, Hokkaïdo : Hokkaïdo University, pp. 115-143.

—, 1994, Kazakhskij avtonomizm i Rossiâ [L’autonomisme kazakhe et la Russie], Moskva : Rossiâ molodaâ.

Bajtursunov Akhmet, 1919, « Revolûciâ i Kirgizy » [La révolution et les Kirghizes], Žizn’ nacional’nostej 29(37), 3/08.

Balland Daniel, 1997, « Diviser l’indivisible : les frontières introuvables des États centreasiatiques », Hérodote 84, pp. 77-123.

Barthold V. V., 1934, « Sart », The Encyclopaedia of Islam, tome IV, Leiden-London : E.J. Brill, pp. 175-176

Bejsembaev S., Pakhmurnyj P. M. & Elagin A. S., 1960, Kazakhstan v ogne graždanskoj vojny (vospominaniâ učastnikov Velikoj oktâbrskoj socialističeskoj revolûcii i graždanskoj vojny v Kazakhstane) [Le Kazakhstan dans le feu de la guerre civile (souvenirs des participants de la grande révolution socialiste d’octobre et de la guerre civile au Kazakhstan)], Alma-Ata : Kaz. Gos. Izdat.

Bennigsen Alexandre & Lemercier-Quelquejay Chantal, 1964, La Presse et le mouvement national chez les Musulmans de Russie avant 1920, La Haye : Mouton éd.

Bočagov A. K., 1927, Alaš orda. Kratkij istoričeskij očerk o nacional’no-buržuaznom dviženii v Kazakhstane perioda 1917-1919 gg. [Alaš orda. Petit essai historique sur le mouvement national-bourgeois au Kazakhstan entre 1917 et 1919], Kzyl-Orda : Kaz. Gos. Izdat.

Brajnin S. & Šafiro Š., 1935, Očerki po istorii Alaš ordy [Essais sur l’histoire d’Alaš orda], Alma-Ata : Kazkrajizdat.

Bukejkhanov A. [Bukejhanov Ä.], 1995a, « Kirgizy » [Les Kirghizes], in A.  Bukejhanov, Taŋdamaly [Œuvres choisies], « Qazaq ènciklopediâsy », Almaty, p. 73.

—, 1995b, Taŋdamaly [Œuvres choisies], Almaty : Qazaq ènciklopediâsy.

—, 1916, « Mäskeu haty » [Lettre de Moscou], Qazaq 203 [rééd. Qazaq, 1998, « Qazaq ènciklopediâsy », Almaty].

—, 1913, « Ašyq hat » [Lettre ouverte], Ajqap 16.

—, 1910, « Kirgizy » [Les Kirghizes], in I. I. Kostelânskij (red.), Formy nacional’nogo dviženiâ v sovremennykh gosudarstvakh [Les formes du mouvement national dans les États contemporains], Sankt Peterburg, pp. 577-600.

Carrère d’Encausse H., 1987, Le Grand défi, bolcheviks et nations. 1917-1930, Paris : Flammarion.

Dudoignon Stéphane (ed.), 1996, « Le réformisme musulman en Asie centrale : du premier renouveau à la soviétisation 1788-1937 », Cahiers du monde russe 37(1-2) (janvier-juin).

Dudoignon S., Ishaqov D. & Möhämmätshin R. (eds.), 1997, L’Islam en Russie, conscience communautaire et autonomie politique chez les Tatars de la Volga et de l’Oural depuis le xviiie siècle, Paris : Maisonneuve et Larose.

Džangil’din A. [Žankeldin Ä.], 1975, Dokumenter men materialdar [Documents], Alma-Ata : Qazaqstan.

—, 1919, « Haliq komissarlary sovetìnìg predsedatelì V. I. Leninge radiogramma » [Radiogramme au président du Conseil des commissaires du peuple], Taškent, 25/03/.

El’keev B., 1991, « Partiâ Uš-žuz i eë deâtel’nost’ v period ustanovleniâ Sovetskoj vlasti v Kazakhstane » [Le parti Uš-žuz et son activité durant l’établissement du pouvoir soviétique au Kazakhstan], in Ž.B. Abylkhožin, Istoriâ Kazakhstana : belye pâtna. Sbornik stat’ej [Histoire du Kazakhstan : les taches blanches. Recueil d’articles], Almaty : Kazakhstan, pp. 49-76.

Elagin A. S., 1966, Socialističeskoe stroitel’stvo v Kazakhstane v gody graždanskoj vojny (1918-1920 gg.) [La construction soviétique au Kazakhstan durant les années de guerre civile. (1918-1920)], Alma-Ata : Nauka.

Eleuov T. E., 1961, Ustanovlenie i upročenie Sovetskoj vlasti v Kazakhstane [La mise en place et le renforcement du pouvoir soviétique au Kazakhstan], Alma-Ata : Nauka.

Erofeeva Irina V., 2003, Rodoslovnye kazakhskikh khanov i koža xviii-xix vv. [Les généalogies des khans et Qoža kazakhs xviiie-xixe siècles], Almaty : Print-S.

—, 2000, « Kazakhskoe khanstvo i vlast’ v tradicionnom obŝestve Kazakhov » [Le khanat kazakh et le pouvoir dans la société traditionnelle kazakhe], Istoriâ Kazakhstana. Narody i kul’tury [Histoire du Kazakhstan. Peuples et cultures], Almaty : Dajk-Press , pp. 113-190.

—, 2000, Istoriâ Kazakhstana : narody i kul’tury [Histoire du Kazakhstan : peuples et cultures], Almaty : Dajk-press.

—, 1999, Khan Abulkhair : polkovodec, pravitel’ i politik [Le khan Abulkhair : général, gouvernant et politique], Almaty : Sanat.

Farrant Amanda, 2006, « Mission impossible : the politico-geographical engineering of Soviet Central Asia’s republican boundaries », Central Asian Survey 25(1-2), March-June, pp. 61-74.

Fedorov E., 1935, « Učreditel’nyj s’’ezd sovetov Kassr » [Le Congrès constitutif des soviets de la Kassr], Bol’ševik Kazakhstana 9-10, pp. 97-110.

Ferro Marc, [1976] 1997, La Révolution de 1917, Paris : Albin Michel.

Gorshenina Svetlana, 2005, « La delimitazione delle frontiere in Asia Centrale tra 1920 e 1930 : Realizzazione di uno schema coloniale o conformazione ad una realtà oggettiva », in Franco La Cecla & Maurizio Tosi (ed.), La frontiere dell’Afghanistan, Bologne : Bologna U. P., pp. 155-247.

Kozybaev M. K. (ed.), Groznyj 1916 god. Dokumenty i materialy [La terrible année 1916. Documents], 1997, Almaty : Kazakhstan, 2 tomes [en russe et en kazakh].

Hallez Xavier, 2002, « G. N. Potanin et l’intelligentsia kazakhe : entre politique et traditions orales », Cemoti 34, pp. 12-41.

Hirsch Francine, 2000, « Toward an Empire of Nations: Border making and the formation of soviet national identities », The Russian Review 59(2), pp. 201-226.

Imanov Amangel’dy, 1973, Stat’i, dokumenty i materialy [Articles, documents et matériaux], Alma-Ata : Kazakhstan.

Ishakov S. M., 2003, Rossijskie musul’mane i revolûciâ [Les musulmans de Russie et la révolution], Moskva : Institut ross. Istorii Ran.

Ivanova N. A. & Želtova V. P., 2004, Soslovno-klassovaâ struktura Rossii v konce xix-načale xx veka [La structure des statuts et des classes en Russie entre la fin du xixe et le début du xxe siècle], Moskva : Nauka.

Kappeler A., 1994, La Russie, empire multiethnique, Paris : Institut d’études slaves.

Kendirbay Gulnar, 1997, « The national liberation movement of the Kazakh intelligentsia at the beginning of the 20th century », Central Asian Survey 16(4), pp. 487-515.

Kireev F. N. & Abdullina P. A., 1977, 1917 god v Kazakhstane, dokumenty i materialy [L’année 1917 au Kazakhstan, documents], Alma-Ata : Kazakhstan.

Kochan Lionel, 1967, « Kadet policy in 1917 and the constituent assembly », Slavic and East European Review xlv (104), janvier, pp. 183-192.

Koigeldiev Mambet [Qojgeldiev M. K.], 2007, « Alash Orda and the soviet government : A difference of positions », in T. Uyama, Empire, Islam, and Politics in Central Eurasia, Sapporo: Slavic Research Center, Hokkaido University, pp. 153-184.

Kurpeisov K., Grigor’ev V. K., Elagin A. S. & Mitropol’skaja T. B., 1993, Protokoly Revolûcionnogo komiteta po upravleniû kazakhskim kraem (1919-1920). Sbornik dokumentov [Protocoles du Comité révolutionnaire pour l’administration de la région kazakhe (1919-1920). Recueil de documents], Almaty : Ġylym.

Lenin V. I., 1989a, « viii s’ezd Rkp(b) 18-23 marta 1919g. : O partijnoj programme 19 marta » [viii congrès du Rkp(b) 18-23 mars 1919 : Au sujet du programme, 19 mars], in V. I. Lenin, O nacional’nom voprose i nacional’noj politike [Sur la question nationale et la politique nationale], Moskva : Izdat. Polit. Literatury.

—, 1989b, « Zametki na soveščenii delegatov ii vserossijskogo s’ezda kommunističeskikh organizacii narodov vostoka » [Remarques à la conférence des délégués du iie congrès pan-russe des organisations communistes des peuples d’Orient], in V. I. Lenin, op. cit., pp. 472-473.

Martynenko N., 1992, Alaš orda (1929). Sbornik dokumentov [Alaš orda. Recueil de documents], Almaty : Ajqap.

Mendešev S., 1926, Moi ličnye vospominaniâ o mobilizacii kazakhskogo naseleniâ na tylovye raboty v 1916 g. [Mes souvenirs personnels sur la mobilisation de la population kazakhe pour les travaux sur le front en 1916], Kzyl-Orda : Trudy obŝestva izučeniâ Kazakhstana (t. viii-vyp. ii).

Nurpejsov K. N., 1987, Stanovlenie sovetov v Kazakhstane (mart 1917g. – iûn ‘ 1918g.) [La constitution des soviets au Kazakhstan. Mars 1917-juin 1918], Alma-Ata : Nauka.

Olcott Martha, 1995, The Kazakhs, Hoover Institution Press, Stanford.

Ozganbaj Omirzak, 2000, Gosudarstvennaâ Duma Rossii i Kazakhstan (1905-1917) [La Douma d’État russe et le Kazakhstan (1905-1917)], Almaty : Arys.

Pokrovskij S. N. & Vilenskij E. L., 1957, Obrazovanie Kazakhskoj Assr (sbornik dokumentov i materialov) [La création de la Rssa kazakhe (recueil de documents)], Alma-Ata : Nauka.

Qojgeldiev M. K., 1995, Alaš qozġalysy [La révolte d’Alaš], Almaty : Sanat.

Rasul-zade, 2003, « Utro Rossii » [Le matin de la Russie], 4 mai 1917, in S. M. Ishakov, Rossijskie musul’mane i revolûciâ [Les musulmans de Russie et la révolution], Moskva : Institut ross. istorii Ran, p. 137.

Sejdalin Ž., 1913, « Azyp-tozyp ketpeske ne amal bar » [Que faire pour ne pas se désunir], Ajqap, n°11, in Ajqap, 1995, « Qazaq ènciklopediâsy », Almaty, pp. 243-247.

Sejfullin Saken, 1958, Izbrannye [Œuvres choisies], Alma-Ata : Kaz. Gos. Izdat.

, 1975, Ternistyj put’ [Le chemin épineux], Alma-Ata : Žazušy.

Smith Jeremy, 1999, The Bolsheviks and the National Question 1917-23, London : Macmillan Press Ltd, 281 p.

Stalin I. V., 1918, « Odna iz očerednyh zadač » [Une des tâches à l’ordre du jour], Pravda, 9/04.

Subhanberdina U., 1999, Qazaq halqynyŋ atamuralary : mazmundalġan bibliografiâlyq körsetkìš [L’héritage des ancêtres du peuple kazakh: index bibliographique commenté], Almaty : Ortalyq ġylymi kitaphana.

Suny R. G. & Martin T. (eds.), 2001, A State of Nations: Empire and Nation-Making in the Age of Lenin and Stalin, Oxford : Oxford University Press.

Tažen Eleuov E. & Saparovič Khamid I., 1963, Inostrannaâ voennaâ intervenciâ i graždanskaâ vojna v Srednej Azii i Kazakhstane [L’intervention militaire étrangère et la guerre civile en Asie centrale et au Kazakhstan], Alma-Ata : Nauka, 2 tomes.

Timofeev N., 1935, « Bor’ba Kazakhskoj partijnoj organizacii na dva fronta s uklonami v nacional’nom voprose » [La lutte de l’organisation du parti kazakhe sur deux fronts avec les déviations sur la question nationale], Bol’ševik Kazakhstana 9-10, pp. 72-95.

Tungacin, 1963, « Dokladnaâ zapiska zaveduûŝego kirgizskim otdelom pri Narkomnace v Narodnyj komissariat po delam nacional’nostej o položenii v Bukeevskoj stepi » [Rapport du Bureau kirghize au Commissariat du peuple aux nationalités sur la situation dans la steppe de Bukej], 8/09/1918, Innostrannaâ voennaâ intervenciâ i graždanskaâ vojna v Srednej Azii i Kazakhstane [L’intervention militaire étrangère et la guerre civile en Asie centrale et au Kazakhstan], Alma-Ata : Izdat. An Kaz.ssR, tome 1.

Učreditel’nyj s"ezd sovetov Kirgizskoj (Kazakhskoj) ASSR [Congrès constitutif des soviets de la RSSA kirghize (kazakhe)], 1936, Alma-Ata : Kaz. Kraevoe Izdat.

Uyama Tomohiko, 2007, « A particularist Empire: the Russian Policy of Christianization and Military Conscription in Central Asia », in T. Uyama, ed., Empire, Islam, and Politics in Central Eurasia, Sapporo: Slavic Research Center, Hokkaido University, pp. 23-63.

—, 2001, « Two attempts at Building a Qazaq State : The revolt of 1916 and the Alash Movement », in Stéphane Dudoignon & Komatsu Hisao (eds.), Islam in Politics in Russia and Central Asia (Early Eighteenth to late Twentieth Centuries), London : Paul Kegan, pp. 77-97.

, 2000, « The Geography of Civilizations : A Spatial Analysis of the Kazakh Intelligentsia’s Activities, from the Mid-Nineteenth to the Early Twentieth Century », in Kimitaka Matsuzato (ed.), Regions: A Prism to View the Slavic-Eurasian World: Towards a Discipline of «Regionology», Sapporo : Slavic Research Center, Hokkaido University, pp. 70-99

Varlamov P., 1935, « O 1917 gode v Bukeevskoj orde » [Au sujet de l’année 1917 dans la horde de Bukej], Bol’ševik Kazakhstana 9-10, pp.118-126.

Zimanov S. Z., 1982, Rossiâ i Bukeevskoe khanstvo [La Russie et le khanat de Bukej], Alma-Ata : Nauka.

Zimanov S., Dauletova S. & Ismagulov M., 1981, Kazakhskij revoljucionnij komitet [le Comité révolutionnaire kazakh], Alma-Ata : Nauka.

—, 1975, Kazakhskij otdel Narodnogo Komissariata po delam nacional’nostej Rsfsr [Le bureau kazakh du Commissariat aux nationalités de la Rsfsr], Alma-Ata : Nauka.

Žolymbet Baišev, 1997, Kazakhstan : Ètapy gosudarstvennosti. Konstitucionnye akty [Kazakhstan : les étapes de la construction étatique. Actes constitutionnels], Almaty : Žeti žarghy.

Haut de page

Annexe

Liste des abréviations

k.d. : constitutionnel-démocrate

Kirrevkom : Comité révolutionnaire kirghize

Rkp(b) : Parti communiste russe (bolchevik)

Rsfsr : République soviétique fédérative socialiste de Russie

Snk : Conseil des commissaires du peuple

Vcik : Comité exécutif central pan-russe des soviets

Haut de page

Notes

1 Sejfullin, 1958, pp. 44-45.

2 Les Kazakhs des steppes septentrionales.

3 Les gouvernorats généraux étaient des administrations militaires réservées aux territoires qui n’avaient pas encore été intégrés au régime général impérial russe. Ils furent créés en Sibérie et en Asie centrale, dont les populations dépendaient le plus souvent du statut d’allogène.

4 Les Kazakhs furent dénommés kirghizes ou kirgiz-kajsak jusqu’en 1925 dans toutes les publications et les sources en russes. Dans le texte du chapitre, kirghize en italique marque l’emploi de ce mot lorsqu’il désigne les Kazakhs.

5 Comme nous le verrons ultérieurement, le Conseil national Alaš orda fut constitué en décembre 1917 lors du iie Congrès pan-kazakh afin de diriger la future autonomie kazakhe. Il sera en fonction jusqu’à la fin 1919-début 1920.

6 Amanžolova, 1994.

7 Timofeev, 1935.

8 Zimanov et alii, 1981.

9 Amanžolova, 2004.

10 Bukejkhanov, 1995a, p. 73.

11 Erofeeva, 2000 ; Erofeeva, 2003.

12 Par exemple, la lignée de Bukej (voir note 17) fut attachée à l’uezd de Karkaralinsk, Tursyn petit-fils de Bukej, y ayant été nommé agha sultan (« sultan aîné » à la tête de l’administration locale kazakhe) par l’administration tsariste en 1824. Les descendants de Kenesary Kasymov, de la lignée d’Abylaj, résidaient après la révolte de leur ancêtre au milieu du xixe siècle dans l’oblast’ du Semireč’e. Les descendants de Vali, de la lignée d’Abylaj, s’étaient installés dans l’uezd de Kokčetav. Les descendants d’Abulkhair se trouvaient majoritairement dans l’ouest de l’oblast’ de Tourgaï, dans l’oblast’ d’Ouralsk et dans la horde de Bukej.

13 Abulkhair (env. 1680-1748), appartenant à la lignée cadette de Džanibek, fut élu khan de la Petite Žuz en 1710, puis devint khan « aîné » des trois Žuz vers 1719. Fin politique et stratège, il fut très respecté dans les steppes et s’allia trois influents batyr (voir note 39). Il sut notamment unir les trois Žuz sous son commandement dans le combat contre les Djoungars entre 1727 et 1729. En 1730, il fut le premier à reconnaître la souveraineté russe, espérant ainsi instituer une stabilité de l’unité des trois Žuz. Jusqu’en 1748, il fut en conflit aigu avec Barak, sultan de la Žuz Moyenne, qui l’assassina. Sur ce sujet, voir Erofeeva, 1999.

14 Zimanov, 1982, pp. 15-16.

15 Les dates sont données dans l’ancien style (calendrier julien), à savoir 13 jours en moins que dans le calendrier grégorien, jusqu’au 1er février 1918, date à laquelle le pouvoir soviétique adopta le calendrier grégorien.

16 Uyama, 2007.

17 Le aġa sultan, littéralement le sultan aîné, était un gouverneur de district dans les steppes kazakhes et dans l’échelle des rangs de l’Empire tsariste il correspondait au grade militaire de major. Le titre de sultan était donné dans la société kazakhe à des descendants de khan ayant autorité sur une ou des tribus.

18 La société tribale kazakhe était divisée en deux groupes distincts : les Os blancs [Aq süek], comprenant les Töre [descendants des khans] et les Qoža [« descendants » des quatre premiers califes] ; et les Os noirs [Qara süek], qui regroupaient tous les autres Kazakhs, dépendant de l’organisation tribale.

19 Les Qoža représentent le second groupe kazakh en dehors de la structure tribale. Très respectés, ils sont censés descendre des premiers califes.

20 Le pouvoir tsariste avait lancé l’idée de former des Kazakhs dans des instituts russes en 1823. Seuls étaient alors concernés les Töre. Mais les Kazakhs, dans un premier temps, ne répondirent pas favorablement à cette proposition. Il fallut attendre les années 1840 pour que de jeunes Kazakhs commencent à intégrer les établissements russes.

21 Dudoignon et alii, 1996 et Dudoignon et alii, 1997.

22 Les revendications des auteurs de cette pétition portaient notamment sur l’autorisation de construction de mosquées, le droit d’ouvrir des écoles religieuses et la liberté de réaliser le pèlerinage à la Mecque. Un autre point fut ajouté par la suite : la demande de reconnaître le vendredi comme jour férié pour les musulmans de Russie.

23 La pétition rédigée en russe se trouve aux archives historiques centrales d’État de Saint-Pétersbourg, Cgiap : fonds 396/2/2053, pp. 54-55.

24 La pétition en langue kazakhe fut publiée en 1905 : 1905 žylda Oral oblysynyng ħäm Torghaj oblysynyng Peterburgha deputat bolyp barghan ìzgì išanlarynyng ħäm bilerìnìng dìn turasyndaghy ħëm žer turasyndaghy hër ministrlerge usynghan sözderì-dur (Pétition de bi et d’išan des oblast’ d’Ouralsk et de Tourgaï en 1905 à l’intention des ministres à la Terre et aux Affaires religieuses), « Matbäghä-i K. M. Tukhfetullin », Ouralsk, 1905, 44p.

25 Bukejkhanov décrit les événements de cette période et donne son point de vue dans le chapitre iv de son ouvrage : Bukejkhanov, 1910, pp. 577-600.

26 Ce fut le cas notamment de : Ž. Akpaev, A. Bajtursunov,A. Bukejkhanov, Ž. Dosmukhamedov, M. Dulatov, A. Džangil’din, A. Imanov, V. Tanašev et K. Togusov [...]. Il ne s’agissait pas d’affaires en lien avec la rébellion de 1916, que nous aborderons plus tard.

27 Pour la iiie et la ive Douma d’État, les allogènes des gouvernorats des steppes et du Turkestan n’eurent pas le droit d’élire des députés.

28 Bukejkhanov, 1995a, p. 77.

29 Barak ( ?-1750), appartenant à la lignée gengiskhanide de Džadik, était sultan de la tribu Najman de la Žuz Moyenne. Vers 1720, il commanda une armée contre les Djoungars. À partir des années 1730, il fut en concurrence avec Abulkhair et leurs relations furent très tendues. Barak envoya son fils en otage au huntajdži djoungar en 1742, ménageant à la fois celui-ci et le pouvoir russe. En 1748, après de nombreuses années de conflits, Barak assassina Abulkhair. Mais isolé dans les steppes et menacé de vengeance par Nuraly, le fils d’Abulkhair, il se réfugia avec ses tribus dans le sud, entre Tachkent et Turkestan, où il fut élu khan. Finalement, il fut empoisonné en 1750 et de nombreux membres de sa famille et ses proches furent assassinés peu après.

30 Erofeeva 1999, pp. 297-308.

31 Le djadidisme avait pour but de renouveler la pensée musulmane et d’intégrer dans les écoles coraniques l’enseignement de matières non religieuses (histoire, géographie, langues,...). Ce mouvement fut largement porté dans l’Empire russe par les milieux religieux tatars, mais il fut aussi présent au Turkestan et parmi les Kazakhs. Les principales figures du djadidisme étaient les Tatars Šigabutdin Mardžani, Musa Bigiev, les Turkestanais Munavvarkari Abdurašidkhanov, Makhmudkhodža Bekhbudi et parmi les Kazakhs Gumar Karašev, originaire de la Horde de Bukej et appartenant à la Petite Žuz.

32 Sur les contacts entre les membres de l’intelligentsia kazakhe de la Žuz Moyenne et les régionalistes sibériens, voir Xavier Hallez, 2002.

33 La norme d’attribution des terres pour les paysans était de 15 desâtin, soit environ 16 hectares.

34 Voir note 34.

35 Sejdalin, 1913, in Ajqap, 1995.

36 Bukejkhanov [1916] 1998 ; 1995b, p. 270.

37 Ap Rk, f. 811, op. 20, d. 752, l. 9.

38 Les batyr étaient des Kazakhs qui s’étaient distingués par des actes de bravoure.

39 Les zemtsvo étaient des organes élus de gestion locale accordés par le Tsar en 1864, mais la Sibérie et l’Asie centrale en furent privées.

40 Bukejkhanov [1916] 1998, pp. 341-342.

41 Ce télégramme fut écrit par Bukejkhanov, Dulatov et douze autres Kazakhs et envoyé le 16 mars 1917 à vingt-cinq personnalités et membres de l’intelligentsia kazakhe, notamment à Turlybaev à Omsk, Tynyšpaev à Černaev, Dosmukhamedov à Uil et Karaldin à Tourgaï (Qazaq, n° 223 [1917]).

42 Sejfullin, 1975, p. 91.

43 Les discussions sur l’autonomie des populations de l’ancien Empire russe reprenaient essentiellement la distinction entre autonomie nationale-culturelle et autonomie nationale-territoriale. La première accordait une autonomie à une population selon le principe d’une « communauté culturelle » sans lui assigner de territoire propre. La seconde définissait l’autonomie selon le principe d’une « communauté nationale » habitant un territoire délimité.

44 Rasul-zade, 2003, p. 137.

45 Ferro, 1997, p. 926.

46 Kochan, 1967.

47 L’autonomie sibérienne fut proclamée le 2 décembre 1917 lors d’un congrès pan-sibérien extraordinaire à Tomsk. L’autonomie turkestanaise, le plus souvent appelée autonomie de Kokand, fut proclamée le 28 novembre 1917 lors du ive congrès des musulmans du Turkestan, qui s’était tenu dans la ville de Kokand.

48 Dans la résolution du iie Congrès pankazakh, Alaš orda devait compter quinze membres kazakhs et dix places étaient réservées pour les autres nationalités présentes sur le territoire de l’autonomie kazakhe. Aucune de ces dix places ne fut finalement attribuée et seuls les membres kazakhs prirent leur fonction.

49 Après février 1917, de nombreuses organisations sociales-démocrates avaient vu le jour en Russie, sans être forcément enregistrées auprès d’un des partis. Les bolcheviks cherchèrent à les unifier en mars 1918 par la création du Parti communiste russe (bolchevik).

50 La commission d’élaboration de la constitution de la Rsfsr devait comprendre un représentant du Commissariat aux nationalités, avec une voix de décision, et un représentant de chaque commissariat national avec une voix consultative.

51 Télégramme n° 283 (28.03.1918) du Commissariat aux nationalités, Garf, f. 1318, op. 17, d. 26, l. 34.

52 Stalin, 1918.

53 Semipalatinsk fut prise par les Blancs le 11 juin 1918.

54 La précédente autonomie du Turkestan, dite de Kokand, avait été formée en novembre 1917 sous la direction de leaders turkestanais musulmans et fut dissoute par les soviets en février 1918. L’autonomie du Turkestan, dont parle Džangil’din est celle proclamée le 30 avril 1918 par le Ve Congrès des soviets du Turkestan, à savoir la république autonome soviétique du Turkestan.

55 Télégramme de Džangil’din aux soviets des oblast’ du Syr-Daria, du Semireč’e et du Ferghana du 28/05/1918 (Orenbourg), Izvestiâ Turgajskogo oblast’nogo ispolnitel’nogo komiteta sovetov (les nouvelles du Comité exécutif des soviets de l’oblast’ de Tourgaï), 2/07/1918.

56 Tungačin Muhamed’âr, 1963, p. 151.

57 Déclaration faite lors du congrès de l’oblast’ d’Ouralsk fin février 1919, in Timofeev, p. 73.

58 Lenin, 1989a, p. 462.

59 Ibid., p. 461.

60 La République autonome bachkire fut justement proclamée le dernier jour du viiie Congrès.

61 Džangil’din, 1975, p. 115.

62 Amanžolova, 1994, op. cit., p. 129.

63 Article 3 du règlement provisoire du Sovnarkom sur le Kirrevkom (10 juillet 1919). Voir Kurpeisov et alii, 1993, p. 14.

64 La commission turkestanaise du Vcik et du Snk fut créée en février 1919 pour raffermir le pouvoir soviétique au Turkestan, isolé du centre pendant plusieurs mois. Elle dut notamment faire face aux conflits entre les organisateurs des soviets au Turkestan opposés à une participation forte des allogènes à la direction politique et un groupe de communistes musulmans et russes, qui voulaient instaurer une nouvelle politique. Elle soutint les seconds. En octobre 1919, une nouvelle commission fut nommée sous la direction d’Eliava, qui fut chargée d’encadrer la préparation d’un projet d’autonomie pour le Turkestan. Elle poursuivit son activité jusqu’en août 1922.

65 Protocole n° 19, 31 mars 1920, §.5, Kurpeisov et alii, op. cit., pp. 81-82.

66 Učreditel’nyj s’ezd sovetov Kirgizskoj (Kazakhskoj) Assr (Congrès constitutif des soviets de la Rssa kirghize [kazake]), Kaz. Kraevoe Izdat., Alma-Ata, 1936, p. 27.

67 Télégramme du Kirrevkom au Commissariat aux nationalités du 8/12/1919 (Orenbourg), Cga Rk, f. 14, op. 3, d. 9, l. 210.

68 Ibid, p.75.

69 Timofeev, op. cit., p. 74.

70 Garf, f. 1318, op. 1, d. 643, l. 197.

71 Le terme « Ouzbéko-sarte » sert ici à dénommer les populations sédentaires de l’Asie centrale, habitant essentiellement dans les actuels Ouzbékistan, Tadjikistan et dans certaines parties méridionales de l’actuel Kazakhstan. Voir Barthold, 1934.

72 Garf, f. 1318, op. 1, d. 4, l. 71.

73 Point 20, chapitre iii : « Izbiratel’nye prava » (Droits électoraux), Instrukciâ po sozybu Vseobŝego S’ezda Kirgizkogo Kraâ (Instructions pour la convocation du congrès général du territoire kirghize), « Izdat. Voen. Rev. Komiteta po uprav. Kirg. Kraem », Orenbourg, 1920, in Pokrovskij & Vilenskij, 1957, p. 199.

74 Garf, f. 1318, op. 1, d. 643, l. 197.

75 Point 2, chapitre I. « obŝoe položenie » (règlement général ), Instrukciâ po sozybu Vseobŝego S’ezda Kirgizkogo Kraâ, op. cit., p. 195.

76 Abdulatipov, 2000, p. 135.

77 « Tezisy o Kirgizskom voprose » (Thèses sur la question kirghize) du Bureau régional kirghize du Rkp(b) envoyées en juillet-août 1920 au Commissariat aux nationalités, Garf, f. 1318, op. 1, d. 643, l. 192-196.

78 Dans ses remarques pour le iie Congrès des organisations communistes des peuples d’Orient rédigées en décembre 1919, Lénine avait noté l’importance d’unir les principes des autonomies territoriales et extraterritoriales. Voir Lenin, 1989b, pp. 472-473.

79 « Tezisy o Kirgizskom voprose » (Thèses sur la question kirghize) du Bureau régional kirghize du Rkp(b) envoyées en juillet-août 1920 au Commissariat aux nationalités, Garf, f. 1318, op. 1, d. 643, l. 192.

80 Le mouvement vaisiste est né dans la deuxième moitié du xixe siècle parmi les Tatars de la Volga. Fondé par Vaisov, il appelait ses « soldats de dieu » à refuser les lois de l’Empire russe pour se conformer au Coran et à la charia. Après la révolution de 1905, le mouvement élabora l’idée d’un socialisme musulman. Les Vaisistes reconnurent le pouvoir soviétique en octobre 1917 et combattirent aux côtés de l’Armée rouge durant la guerre civile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Hallez, « Du statut d’allogène à celui de citoyen soviétique : la route des Kazakhs vers une autonomie politique (1905 -1920) », Cahiers d’Asie centrale, 23 | 2014, 275-342.

Référence électronique

Xavier Hallez, « Du statut d’allogène à celui de citoyen soviétique : la route des Kazakhs vers une autonomie politique (1905 -1920) », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/2668

Haut de page

Auteur

Xavier Hallez

Xavier Hallez, docteur en histoire, a soutenu sa thèse à l’Ehess sur le sujet : « Communisme national et mouvement révolutionnaire en Orient : parcours croisé de trois leaders soviétiques orientaux (Mirsaid Sultan-Galiev, Turar Ryskulov et Elbegdorž Rinčino) dans la construction d’un nouvel espace géopolitique 1917-1926 ». Travaux actuels sur l’histoire politique et administrative de l’Asie centrale xixe-xxe siècles. xnjhallez@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org