Navigation – Plan du site
Le développement d'une intelligentsia entre plusieurs modèles

Akmolinsk entre histoire et mémoire

Laure du Teilhet
p. 247-274

Résumés

D’Akmolinsk à Astana via Tselinograd et Akmola. Tous ces changements de noms reflètent l’histoire haute en couleur de la région et de la ville, des origines de son peuplement jusqu’à aujourd’hui. À travers ses tribulations historiques, nous découvrons le vrai visage de la région qui a, tour à tour, été sous la coupe de différents pouvoirs et influences. Son histoire mouvementée relève d’une véritable épopée qui lui a permis d’accueillir de nombreuses populations, tout en se développant économiquement et culturellement. Les marques de son histoire sont encore visibles aujourd’hui et ont laissé une empreinte forte dans la mémoire collective de la population du Kazakhstan.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Migrants-défricheurs » : le terme celinnik, formé sur la base du mot celina [terre vierge] est ap (...)

1L’histoire de la région d’Akmolinsk, des origines de son peuplement jusqu’à l’effondrement de l’Union soviétique est, somme toute, peu connue. Pourtant, elle est cruciale pour comprendre le rôle que cette région a joué en tant que frontière, plaque d’échanges commerciaux, lieu d’exil et d’internement et zone de contact pour de nombreux groupes ethniques et populations diverses. L’histoire de cette vaste région au climat inhospitalier constitue à elle seule celle d’une véritable épopée qui a vu se succéder, entre autres, la période des confédérations turciques, de la conquête coloniale par les armées tsaristes, puis les périodes d’une Akmolinsk révolutionnaire et soviétique. Au cours de cette dernière période, la région connut de nombreuses vagues de migrations forcées mais la plus grande d’entre elles eut lieu dans les années 1950, lorsque Khrouchtchev décida le lancement de la campagne de défrichement des terres vierges et en friche. À partir de 1954, la région accueillit environ deux millions de celinniki1. Pendant dix ans, l’afflux de migrants ne cessa pas. Ils défrichèrent plus de vingt-cinq millions d’hectares de terres au Kazakhstan. Cet événement majeur a marqué de son empreinte l’histoire du pays et celle de la région plus particulièrement, en la transformant profondément sur les plans économique et démographique mais aussi culturel. La campagne et l’idéologie qu’elle véhiculait trouvent encore un écho aujourd’hui dans la mémoire collective de l’ensemble de la population du Kazakhstan. C’est sans doute en partie dans celle-ci que le Président Nazarbaev puisa pour décider du changement de capitale d’Almaty à Astana.

Les steppes entre l’Irtyš et l’Išim

  • 2 Poujol, 2000, p. 13.

2Le territoire qui s’étend au sud d’Omsk, entre les fleuves Irtyš à l’est et Išim à l’ouest, fut habité dès le paléolithique inférieur, il y a près de huit cent mille ans. Cependant, ce fut au paléolithique supérieur que se situèrent les premiers groupements humains sur ce territoire2. L’ère du néolithique est liée à l’apparition de l’élevage et de l’agriculture. Durant l’âge du bronze (iiie millénaire av. J.-C.), les vastes étendues steppiques étaient peuplées de tribus qui ont laissé derrière elles une culture originale dite d’Andronovo. C’est à la fin du iie et au début du ie millénaire qu’apparut dans les steppes le nomadisme pastoral. Son émergence dans les steppes kazakhes constituait un exemple frappant des capacités d’adaptation de groupes humains à la vie dans des territoires inhospitaliers. Le long des fleuves, l’agriculture s’est développée. Entre les vie et viiie siècles de notre ère, plusieurs confédérations turciques s’installèrent sur le territoire. C’est au cours des xe et xie siècles que l’islam toucha les populations nomades turciques et remonta progressivement vers le nord. Le pouvoir musulman mit plusieurs décennies avant d’être établi au sud des steppes. Au xie siècle, une puissante confédération de tribus Qypčak étendit son pouvoir sur un territoire qui allait de l’Irtyš à l’Edil’ (Volga). S’ensuivit un processus de consolidation ethnique des différentes tribus (Kangla, Kimak, Toksob notamment) en un peuple uni ayant pour but de se protéger des invasions du dangereux voisin oriental. Pourtant, la confédération Qypčak et le territoire des steppes furent sous influence mongole à partir de 1219 et jusqu’au xve siècle. Au cours de la seconde moitié du xve siècle, le Mongolistan connut une décadence progressive et le khanat kazakh apparut.

  • 3 Le Cosaque Ermak a dirigé une des grandes expéditions russes financée par la riche famille des Stro (...)

3Au xvie siècle, la partie nord-ouest de la région des steppes appartenait au khanat de Sibérie. Son dernier khan, Kučum, combattit le Cosaque Ermak3 pendant plusieurs années, prenant et reperdant la capitale Sibir’ à plusieurs reprises. C’est en 1598, sous Boris Godounov, que Sibir’ fut reprise une dernière fois par les Russes ; une ligne de fortifications fut alors édifiée au nord-ouest de la future région d’Akmolinsk (Tioumen, Tobolsk, Tomsk).

4La partie sud de la région des steppes appartenait au khanat kazakh, fondé au xve siècle. C’est à cette période que correspond la fixation de l’ethnonyme « kazakh ». À la fin du xve siècle, les trois Hordes [Žuz] apparurent : la Grande, la Moyenne et la Petite. Il s’agissait de confédérations tribales qui se fixèrent territorialement sur l’ensemble des steppes kazakhes selon des lieux d’hivernage et d’estivage traditionnels. Pour la première fois depuis la conquête mongole, l’ensemble des terres où nomadisaient les tribus kazakhes se retrouvait sous le même pouvoir, celui du khanat kazakh. Le territoire de la Grande Horde s’étendait du Syr-Daria au Semireč’e, dans l’est de l’actuel Kazakhstan. Le territoire de la Moyenne Horde se situait dans les zones steppiques centrales qui comprenaient les steppes de la région d’Akmolinsk. La Petite Horde vivait à l’ouest, le long des côtes de la mer d’Aral et de la mer Caspienne. L’expansion russe en Sibérie a soigneusement évité les steppes kazakhes à cause de l’infériorité militaire de l’infanterie et du nombre insuffisant de troupes montées de Cosaques face à des armées de nomades à cheval.

5Jusqu’à la première moitié du xviiie siècle, les Kazakhs ne faisaient pas partie de l’Empire russe, mais ce dernier essayait de gagner de l’influence dans la région par le biais de relations diplomatiques plus que par une politique expansionniste. Sous la pression constante liée à la crainte des incursions ennemies, plusieurs khans kazakhs préférèrent signer des traités de protection et d’allégeance formelle avec la Russie en 1731 (Petite Horde), en 1740 (Moyenne Horde) et avec la Chine en 1770.

  • 4 Nurgaliev, 1995, p. 37 ; Ždanko, 1984, p. 327.
  • 5 Kozybaev, 1985, pp. 154-156, 175-185.

6Dans l’historiographie soviétique, cette période fut appelée « l’union volontaire du Kazakhstan avec la Russie »4. Les troupes russes érigèrent une ligne de fortification-frontière au nord des steppes situées entre l’Išim et l’Irtyš (Orsk, Omsk, Petropavlosk, Orenbourg, Semipalatinsk, Oust-Kamenogorsk). La constitution de la ligne de fortification inaugura la « pacification des marges méridionales » de la Russie et Orenbourg devint « la porte et la clé de l’Orient ». La construction d’Orenbourg en 1739 fut suivie en 1742 par la formation de la ligne de fortification d’Orenbourg ou « Ligne amère » [Gorkaâ liniâ]5. Cette frontière reliait entre elles les lignes de l’Oural et de la Sibérie en passant par les fortifications de l’Išim et de l’Irtyš. En 1744, lors de la création du gouvernorat d’Orenbourg, la ligne comptait onze forteresses, trente-trois redoutes et quarante-deux postes militaires, entre lesquels le réseau de « villages-cantonnements » [stanica] cosaques s’était implanté.

Akmolinsk l’impériale

7Dès la fin du xviiie siècle, les forteresses russes devinrent de véritables pôles d’échanges économiques, à travers un dense réseau de foires et de marchés de troc. Cependant, jusqu’en 1782, soit cinquante ans après la signature des premiers traités d’allégeance, l’influence russe ne s’étendait guère au-delà des zones frontalières du territoire kazakh. Il fallut encore attendre presque un siècle pour que l’Empire russe n’exerçât son plein contrôle sur la région après la défaite de Kenesary Kasymov (1837-1847, petit-fils du khan Abylaj).

  • 6 Nurgaliev, op. cit., p. 38.
  • 7 Poujol, op. cit., p. 43.

8En 1822, lors des réformes lancées par Speranski, alors gouverneur général de Sibérie, les crises internes avaient tellement affaibli les khans qu’il y eut peu de résistance à l’abolition de leur autorité politique et à l’imposition d’une administration impériale directe à travers l’Ustav o sibirskikh Kirgizakh [Règlement sur les Kirghizes de Sibérie]6. Le règlement s’appliquait aux Kazakhs de la Petite et de la Moyenne Horde. Les Russes voulaient consolider leur pouvoir et Speranski décida donc, en 1822, de former la région de Sibérie orientale avec Irkoutsk comme centre, et la région de Sibérie occidentale, avec Tobolsk pour capitale régionale, puis, à partir de 1839, Omsk. Les territoires de pâturages de la Moyenne Horde et d’une partie de la Grande Horde furent adjoints à la Sibérie occidentale sous le nom de « région des kirghizes de Sibérie »7. La Sibérie fut donc divisée en deux parties et une administration sibérienne fut créée ainsi qu’une structure administrative impériale. Celle qui était appliquée à la Moyenne Horde était la suivante : oblast’ [région], okrug [arrondissement], volost’ [canton], aul [village]. Chaque okrug comprenait quinze à vingt volost’, lesquels comptaient dix à douze aul. Un village comptait entre cinquante et soixante-dix yourtes mais leur nombre pouvait parfois excéder deux cents. Le village était dirigé par un ancien, staršin ou aksakal, élu pour trois ans et assisté de deux secrétaires nommés par le gouverneur général.

  • 8 Strel’cova, 1996d, p. 6.
  • 9 Samigulin, 2005, pp. 44-48.

9Le 28 mai 1830, sous le commandement du lieutenant-colonel Šubin, un détachement militaire de deux cents hommes avec des chariots chargés de stocks de vivres pour deux mois, se rendit dans la steppe kazakhe pour y asseoir les fondements d’une forteresse au bord du fleuve Išim. Le détachement, en provenance de la forteresse de Petropavlosk, s’arrêta près du passage de Kara-Utkul’ sur le fleuve Išim, à l’endroit où, cet été-là, le sultan Konur-Kul’dža Khumajmendin nomadisait8. Sur la rive droite du fleuve, le détachement se mit à construire une caserne de quatre salles et d’autres bâtiments comprenant notamment l’économat. Les premiers bâtisseurs de la forteresse étaient des Cosaques de Sibérie. On comptait parmi eux, Fedor Ladygin, Dmitrij Konûkhov, Nikolaj Šestakov, Grigorij Verevkin, le clairon Ivan Aleksandrov, Mikhajl Plotnikov et l’aide-médecin Gavril Ûdin. Le 22 août 1832, à peine deux ans après l’arrivée du détachement, l’inauguration solennelle de la forteresse d’Akmolinsk eut lieu et l’arrondissement d’Akmolinsk, qui faisait partie de la région d’Omsk en Sibérie occidentale, fut ouvert9. L’arrondissement était géré par un sultan local ayant un rang impérial. Le premier sultan, Konur-Kul’dža Khumajmendin, était un homme riche qui avait milité en 1829 en faveur de la création de l’arrondissement pour obtenir la protection de l’Empire russe contre les razzias de bétails et les incursions étrangères.

  • 10 Olcott, 1995, pp. 65-67.
  • 11 Strel’cova, 1996b, p. 6.

10La réaction de la Moyenne Horde ne tarda pas et prit la forme d’une révolte qui dura plus de dix ans. Elle était menée par le sultan Kenesary Kasymov. Celui-ci voulait abolir le système des arrondissements et réunir les trois hordes en un État unique. L’historiographie soviétique décrivit Kasymov comme un aristocrate réactionnaire qui n’avait pas le soutien de la population alors que les écrivains kazakhs le présentèrent comme un héros national, symbole de la lutte contre l’Empire russe. Au faîte de sa puissance, Kasymov, qui avait été élu khan par les représentants des trois hordes, contrôlait une armée de vingt mille hommes et la majeure partie des steppes centrales à l’exception des lignes de fortifications se trouvant le long des fleuves10. Le 26 mai 1838, il attaqua la forteresse d’Akmolinsk qui était défendue par quatre-vingts Cosaques. Il brûla cinq maisons dans le village et, après six jours de siège, il se replia en ayant volé douze mille chevaux au sultan Konur-Kul’dža Khudajmendin et à sa famille11.

11La deuxième moitié du xixe siècle fut marquée par l’expansion et la consolidation de l’Empire russe au Kazakhstan. En 1845, cent familles de Cosaques s’installèrent à Akmolinsk. Un grand village tatar, un autre de soldats et une stanica furent créés à côté de la forteresse.

12En 1860, un bureau de poste fut ouvert dans la forteresse, laquelle était devenue un point commercial névralgique pour les caravanes en provenance de Boukhara et de Tachkent au sud et d’Omsk et Petropavlosk au nord. Akmolinsk, située sur une route caravanière, commença à jouer un rôle important dans le développement des relations commerciales russo-kazakhes.

13En 1861, une fonderie de cuivre fut installée et, en 1862, la stanica d’Akmolinsk fut élevée au rang de « ville-ceinture ». Une mosquée de bois fut construite pour les marchands de passage puis, en 1863, une école d’éducation religieuse. L’école était fréquentée par quarante garçons asiatiques aux origines diverses. Des marchands russes et tatars s’installèrent à Akmolinsk et deux églises russes furent construites. En 1864, la ville comptait 1 777 âmes.

14En 1868, l’oblast’ d’Akmolinsk fut créé avec Omsk en son centre. Son territoire, qui couvrait 530 000 km², s’étendait du Syr-Daria au sud jusqu’à Tobolsk et Omsk au nord. Akmolinsk devint chef-lieu de district. La forteresse d’Akmolinsk se développa et se transforma rapidement en ville et, le 25 mai 1874, le statut de ville lui fut donné.

15Entre 1870 et 1900, la région d’Akmolinsk devint une zone majeure d’échanges commerciaux entre Russes et Kazakhs. Des douzaines de nouvelles foires furent ouvertes. Le volume des marchandises échangées sur les marchés tripla entre 1882 et 1900 et le montant des échanges passa de 6,6 millions à 18,5 millions de roubles.

16En 1876, des internats pour garçons kazakhs furent ouverts à Akmolinsk, Petropavlosk et Kokčetav. Akmolinsk comptait 5 640 habitants en 1890. La stanica comprenait, quant à elle, 386 foyers et 2 855 habitants.

  • 12 Olcott, op. cit., p. 92.

17À la fin du xixe et au début du xxe siècle, la région devint l’une des destinations principales des paysans russes, spécialement durant les années 1890 et, après 1907, lors des réformes de Stolypine. En 1891, le gouvernorat général des steppes fut créé et l’oblast’ d’Akmolinsk fut divisé en différents districts : district d’Omsk, d’Akmolinsk, d’Atbasar, de Petropavlovsk et de Kokčetav. Après l’adoption de ce nouveau « statut des steppes » et la saisie des terres de pâturages aux Kazakhs, les steppes kazakhes devinrent très attirantes pour les paysans russes. Les nouveaux migrants s’approprièrent les meilleures terres du nord de la steppe (le long des points d’eau), lesquelles étaient utilisées par les troupeaux durant l’été. Ces changements désorganisèrent l’élevage extensif des Kazakhs. Durant cette période, de nombreux Kazakhs furent sédentarisés et durent se lancer dans l’agriculture en plus de leur activité habituelle qui était l’élevage. D’autres résistèrent et furent déplacés vers des terres plus arides12.

  • 13 Strel’cova, 1996a, p. 6.
  • 14 Davies & Sabol, 1998, pp. 473-491.

18En 1893, la ville d’Akmolinsk comptait 6 428 âmes, trois églises, cinq écoles et lycées et trois usines. Dans l’oblast’ d’Akmolinsk, on dénombrait 530 475 âmes parmi lesquelles, 279 207 hommes et 251 268 femmes. Les Kazakhs étaient estimés à 356 054 et les Cosaques, à 72 94013. Le plus grand nombre d’implantations de Russes eut lieu en 1906, lors de la vigoureuse réforme agraire de Stolypine, alors Premier ministre. Ce dernier espérait que les steppes seraient largement cultivées et qu’elles produiraient des excédents de céréales qu’il serait possible d’écouler en Russie et à l’étranger. L’afflux de migrants a fondamentalement changé la composition ethnique de la région d’Akmolinsk et plus largement, du Kazakhstan. En effet, entre 1896 et 1916, un million et demi de Russes s’étaient installés au Kazakhstan. Plus d’un demi-million d’entre eux avaient élu domicile dans l’oblast’ d’Akmolinsk entre 1897 et 1920. La part de Russes et d’Ukrainiens augmenta rapidement, passant de 11 à 13 %, jusqu’à représenter 57,2 % de la population de la région en 1920. Bien que la population kazakhe ait crû de 427 389 à 445 347 durant cette même période, elle ne représentait que 62,6 % en 1897 et 37,5 % en 1920 de la population totale de la région14.

  • 15 Nurgaliev, op. cit., pp. 43-44.

19À la fin du xixe siècle, la région fut aussi un lieu d’exil. Les bannis n’étaient qu’une petite douzaine, mais ils ont influencé la vie culturelle des villes durant les années quatre-vingts en formant des cercles culturels illégaux et révolutionnaires auxquels participaient les Kazakhs et les Tatars locaux. Cependant, leur influence a sans doute été exagérée par l’historiographie soviétique, notamment en ce qui concernait la révolution de 1905. En octobre, une grève générale éclata dans toute la Russie et les employés du bureau de poste et télégraphe d’Akmolinsk y prirent part durant plusieurs mois. En 1906, l’état militaire d’urgence fut instauré dans la région. En 1911 et 1912, les exilés révolutionnaires aidèrent à organiser des grèves répétées dans différentes mines et fonderies de cuivre du district d’Atbasar15.

20Après quarante ans d’immigrations régulières dans la région d’Akmolinsk, le plus grand nombre de paysans s’était installé le long des fleuves. Une bande de villages s’étendait au nord-ouest d’Akmolinsk, le long du fleuve Išim, tandis qu’au sud de la ville, les implantations étaient rassemblées en grappe le long du fleuve Nura. La masse des paysans implantés dans la région n’exerçait pas une grande influence sur sa vie culturelle. Leurs contacts avec les Kazakhs étaient avant tout d’ordre économique. Malgré tout, leur seule présence a profondément transformé la vie des populations locales. Au début du xxe siècle, la question sociale la plus explosive de la région était celle qui concernait la répartition et l’utilisation de la terre.

Akmolinsk la révolutionnaire

  • 16 « Représentants des peuples non-russes » : appellation officielle utilisée en Russie jusqu’en 1917. (...)
  • 17 Saken Sejfullin : 1894-1938. Enseignant, poète et écrivain kazakh, originaire de la région d’Akmoli (...)

21Le mécontentement des Kazakhs s’exprima durant la Première Guerre mondiale lors des fameuses émeutes de 1916. La région d’Akmolinsk devint l’un des centres d’une insurrection nationale kazakhe qui fut la plus importante cause à court terme des révolutions de 1917. Le facteur déclenchant des émeutes fut un décret impérial de juin 1916 qui, outre les réquisitions de bétail, de fourrage, de produits alimentaires et l’augmentation des taxes, décrétait la mobilisation de cinq cent mille recrues inorodcy16 âgées de dix-neuf à quarante-trois ans. Auparavant, c’était précisément leur statut d’inorodcy qui les écartait des obligations militaires. Les recrues kazakhes des steppes, au nombre de 390 000, devaient effectuer des travaux de construction et de fortification sur la base arrière du théâtre des opérations tout en étant armées de pelles et non d’armes, ce qui acheva de blesser leur amour-propre. Partout où ce décret fut annoncé, il déclencha de grandes révoltes qui embrasèrent les steppes. Dans la région d’Akmolinsk, où le décret fut annoncé le 29 juin, les émeutes étaient menées sous la conduite de Saken Sejfullin17. En juillet et août, il y eut plusieurs agressions de fonctionnaires kazakhs, russes ainsi que de colons russes dans tout le Kazakhstan. Le 16 juillet, une assemblée d’aksakaly de quatre différents districts se tint à Atbasar. Ils décidèrent d’envoyer loin dans la steppe, hors d’atteinte des officiels, tous les hommes en âge d’être appelés sous les drapeaux. Un fonctionnaire russe a rapporté que « dans les districts d’Akmola et d’Atbasar les Kazakhs, en âge de remplir leurs obligations militaires, quittaient leurs villages. Ils ont commencé à se rassembler dans la steppe par milliers et ont annoncé ouvertement qu’ils allaient résister. Ils mourront dans la steppe plutôt que de venir au travail ». À la fin de l’été, presque trente mille kazakhs armés se réunirent dans la région d’Akmolinsk. Les événements arrivèrent à leur terme au cours des mois de septembre et octobre. Des groupes de combattants kazakhs attaquèrent Akmolinsk trois fois entre le 27 septembre et le 6 octobre sans prendre la ville. Puis, en octobre, ils furent finalement défaits par une expédition punitive partie d’Omsk et par les troupes cosaques. À Atbasar, estimant que des hommes armés se cachaient partout, les troupes cosaques brûlèrent des dizaines de campements kazakhs et tuèrent tous les hommes kazakhs qu’ils pouvaient trouver, même ceux qui étaient seuls, désarmés, et qui avaient la malchance de se trouver sur leur chemin. Peu à peu, la résistance armée s’affaiblit et, vers la fin de l’année, 43 316 hommes furent enrôlés à Akmolinsk.

22Les émeutes de 1916 furent plus violentes encore dans l’oblast’ du Semireč’e, à l’est d’Akmolinsk. Un afflux rapide de migrants et la confiscation des terres laissèrent de nombreux éleveurs kazakhs sans ressources, incapables de nourrir leurs troupeaux. L’hostilité des autochtones se retourna contre les colons russes, de simples paysans. Plus de trois mille colons furent tués et dix mille maisons détruites. Le décret et sa mise en application vinrent s’ajouter à une longue liste de griefs des autochtones contre les autorités et ils furent le facteur déclenchant qui poussa les Kazakhs à agir.

  • 18 Poujol, op. cit., p. 48.

23Au sud du Kazakhstan et au Turkestan, des membres du clergé musulman lancèrent un djihad contre les Russes. À cette occasion, presque toute la population kazakhe s’unit et montra clairement qu’elle ne désirait plus être un sujet du tsar. Cependant, pour les Kazakhs, les révoltes de 1916 furent un désastre en termes économiques et humains. Cette année-là, les troupeaux furent réduits de moitié. De plus, de nombreux Kazakhs périrent au cours des expéditions punitives qui suivirent les émeutes et environ deux cent mille Kazakhs s’enfuirent en Chine et en Mongolie, laissant l’ensemble de la zone en pleine confusion jusqu’aux révolutions de 191718.

  • 19 Olcott, op. cit., p. 129.
  • 20 Nurgaliev, op. cit., p. 48.

24La Révolution de février qui éclata à Petrograd fut suivie d’une période d’incertitude. La nouvelle de l’abdication du tsar fut connue le 3 mars 1917 à Akmolinsk et elle souleva l’enthousiasme de toutes les couches de la société. La population considérait que cet événement marquait le début d’une nouvelle ère19. Le chef de l’intelligentsia nationale kazakhe, Ali khan Bukejkhanov (1869-1932), qui se trouvait à Minsk lors des événements, s’adressa à la population en ces termes : « Kazakhs, citoyens libres d’une Russie nouvelle » pour les exhorter à soutenir le gouvernement provisoire, garant de l’unité, de la justice et au nom d’une future république démocratique qui devrait restituer les terres volées aux Kazakhs par le pouvoir tsariste. Des manifestations, auxquelles participèrent paysans et bergers des aul et villages des environs, eurent lieu à Akmolinsk. Le 1er mai, la fête du travail fut célébrée pour la première fois à Akmolinsk. Le pope orthodoxe de l’église locale Alexandre Nevskij organisa une contre-manifestation en faveur de Nicolas II. Il défila, icônes en main en récitant des prières pour le tsar20.

25Le 3 mars, un gouvernement provisoire fut formé. Durant les mois de mars et d’avril, un réseau de comités de soutien au nouveau gouvernement apparut dans les grandes villes, notamment à Akmolinsk. Certains fonctionnaires tsaristes furent remplacés tandis que d’autres étaient reconduits dans de nouvelles fonctions. Les prisonniers politiques furent libérés. Les comités de soutien ne partageaient pas le pouvoir avec les soviets comme à Petrograd ou à Moscou, mais ils occupèrent la scène politique à partir du mois de mars et jusqu’à la fin de l’année. Parallèlement, les premiers soviets de députés ouvriers et soldats russes, ukrainiens, tatars ou même de députés kazakhs apparurent dans les grandes villes et le long de la voie ferrée. En avril, les organisations de députés ouvriers-paysans et soldats étaient au nombre de vingt-cinq. Des comités de coalition furent également formés. Ils réunissaient des mencheviks, des socialistes révolutionnaires ainsi que de grands négociants et des fonctionnaires. Le congrès de la coalition des Kazakhs d’Akmolinsk se tint à Omsk entre la fin du mois d’avril et le 5 mai 1917.

  • 21 Poujol, op. cit., p. 55.

26En 1917, la nouvelle structure qui prévalait dans les steppes n’était pas celle d’un double pouvoir mais plutôt celle d’un triple, voire d’un quadruple pouvoir réparti entre le gouvernement provisoire, les soviets d’ouvriers-paysans et de soldats russes, ukrainiens, tatars et kazakhs. Dans un premier temps, les différents réseaux du pouvoir acceptèrent une certaine forme de collaboration. Cependant, après la publication par Lénine des Thèses d’avril dans lesquelles il appelait à la fin du compromis à travers le mot d’ordre « Tout le pouvoir aux Soviets », la situation se détériora ainsi que la paix civile et de nombreux éléments contre-révolutionnaires vinrent trouver refuge dans les steppes kazakhes21.

  • 22 Poujol, 2001, p. 18.

27Du 21 au 28 juillet 1917, se déroula le premier congrès pan-kazakh au cours duquel fut créé l’Alaš Orda, un nouveau parti politique kazakh. Ce parti autonomiste se voulait être l’héritier, à la fois du premier parti politique kazakh (le Parti constitutionnel démocrate kazakh fondé en 1905) et de la communauté des intellectuels progressistes regroupés autour du journal Qazaq22. Il avait à sa tête Ali khan Bukejkhanov. L’historiographie soviétique décrivait l’Alaš Orda comme « le parti du leadership clérical et petit bourgeois » et des « riches éleveurs et négociants ». Un des objectifs du parti était d’enrayer les implantations de Russes et de rendre aux Kazakhs les terres qui avaient été réquisitionnées lors de la colonisation tsariste. L’aile radicale de l’échiquier politique était représentée par le parti Uč Žuz [Trois Hordes]. Celui-ci fut formé à l’automne 1917 et ses dirigeants, Ajpekov et Togusov, auparavant pan-islamistes, anti-russes et anti-tatars devinrent pro-bolcheviks et adhérèrent au parti communiste. En plus de ces partis politiques, des groupes radicaux de jeunes furent formés par des étudiants kazakhs. À Akmolinsk, Saken Sejfullin fonda un tel groupe, Žaz Qazaq [Jeune Kazakh] ainsi que le journal Tiršilik d’orientation révolutionnaire et démocratique. Sejfullin devint l’un des révolutionnaires les plus connus de la région de l’Išim et, après la prise du pouvoir par les Soviétiques, il fut nommé Commissaire régional pour l’éducation. Cependant, il fut l’une des victimes des purges staliniennes des années trente.

28La grande majorité des Cosaques de la région d’Akmolinsk, soit plus de quatre-vingt mille personnes, vivait dans le Nord, à Petropavlosk et Kokčetav. Environ quatre mille Cosaques résidaient à Atbasar et un millier d’autres à Akmolinsk. Ces derniers restèrent sous le contrôle de leur Ataman jusqu’en 1918. Les Cosaques pauvres commencèrent à former des soviets trois mois après la révolution d’Octobre. Toutefois, pendant la guerre civile, ils soutinrent les troupes blanches et matèrent les révoltes paysannes locales.

29En avril-mai 1917, un soviet d’ouvriers, de soldats et de paysans fut créé à Akmolinsk. Les mencheviks et les socialistes révolutionnaires y étaient majoritaires. Jusqu’à ce que la ville d’Akmolinsk ne fût traversée par une ligne de chemin de fer et n’eût d’industries majeures, les révolutionnaires russes ne trouvèrent pas de réelle base sociale stable sur laquelle appuyer leur légitimité. Il fallut attendre l’implantation d’ouvriers russes et la prise du pouvoir par les bolcheviks pour que le soviet jouât un rôle véritable à Akmolinsk. Tout au long de l’année, il y eut de nombreux conflits qui prirent la forme de vols, de razzias et autres conflits armés entre les Kazakhs, les Cosaques et les colons.

  • 23 L’Armée rouge fut officiellement créée le 23 février 1918.
  • 24 Olcott, op. cit., pp. 153-154.

30Le 25 octobre 1917, les bolcheviks s’emparèrent du pouvoir en Russie et l’insurrection toucha immédiatement les principales villes des steppes. En décembre, les bolcheviks prirent Omsk. Au bout de quatre mois, soit en mars 1918, les soviets se rendirent maîtres de la situation. Cependant, très vite, la guerre civile et la période dite du communisme de guerre commencèrent. En avril-mai 1918, les troupes blanches, sous la direction de l’amiral cosaque Kolčak et soutenues par certains militants de l’Alaš Orda, reprirent plusieurs régions à l’Armée rouge23, notamment celle d’Akmolinsk en juin 1918. Les membres des soviets furent alors arrêtés et interrogés pendant plusieurs mois par une commission d’investigation qui répondait aux ordres de Kolčak. En janvier 1919, cinquante-sept prisonniers furent transférés à Omsk où des dizaines d’entre eux furent tués. En novembre, l’Armée rouge reprit la ville d’Akmolinsk aux troupes blanches sans aucun combat. En effet, ces dernières avaient battu en retraite, laissant derrière elles un grand nombre de soldats blessés et une grave épidémie de typhus24.

Akmolinsk la soviétique

31Le 25 novembre 1919, quand l’Armée rouge entra à Akmolinsk, elle restaura le pouvoir bolchevik sous la forme d’un comité révolutionnaire régional, le RevKom. Le décret du 26 août 1920, signé par Lénine et Kalinine, proposait un premier découpage administratif de la République soviétique socialiste autonome kirghize (Rssa kazakhe) dans le cadre de la Rsfsr, avec Orenbourg pour capitale. Son territoire s’étendait sur deux millions de km² et comptait environ cinq millions d’habitants. Parallèlement, les bolcheviks déclenchèrent une véritable « terreur rouge » en réquisitionnant le grain. Les réquisitions furent particulièrement sévères en 1920 et 1921 alors que la région d’Akmolinsk souffrait de la famine, à l’instar de la Russie centrale, et était inondée par l’afflux de nombreux réfugiés qui venaient des régions voisines et qui mouraient de faim. Grâce à la Nouvelle politique économique (Nep), lancée au cours du printemps 1921, la vie économique recommença à s’animer, mais la tâche était rude car la production industrielle s’était effondrée. Les bouleversements révolutionnaires eurent également de lourdes répercussions sur l’élevage et l’agriculture, avec pour cette dernière, une chute spectaculaire des rendements due à la réduction sensible des surfaces ensemencées. En 1921, alors que le lancement de la Nep était déjà annoncé, les réquisitions forcées de grains menèrent à des soulèvements de Russes et de Kazakhs à Akmolinsk, Atbasar et dans le village d’Alekseevka. Ils furent circonscrits par les formations de l’Armée rouge et par les časti osobogo naznačeniâ (Čon) [détachements pour objectifs spéciaux] de bolcheviks et de komsomols locaux.

32L’effet le plus important de la Nep dans la région résidait dans le fait qu’une partie des terres des aul kazakhs leur fut rendue. Il s’agissait des terres choisies pour y installer des migrants et que les Cosaques et les colons s’étaient appropriées. La réforme agraire de 1921-1922 se voulait être la réponse politique à la catastrophe économique qui frappait la région alors qu’elle en était une des causes. Il s’agissait d’appliquer sur un terrain spécifique, avec un très faible prolétariat et une classe paysanne « non fixée sur une terre », les théories de la dictature du prolétariat et de la lutte contre les séquelles du colonialisme. Pourtant, entre 1922 et 1927, la production agricole atteignit de nouveau son niveau d’avant-guerre. Le négoce et les marchés (toujours sous la forme de foires) reprirent également de l’importance. La foire annuelle d’Atbasar retrouva son statut de foire la plus vaste et la plus visitée du Kazakhstan de la période d’avant la révolution.

  • 25 Hudžum : « offensive », mouvement pour l’émancipation des femmes musulmanes dans les républiques d’ (...)
  • 26 Kalym : « prix de la fiancée » ou compensation matrimoniale prenant la forme d’une multitude de cad (...)
  • 27 Chariat : loi musulmane regroupant la totalité des commandements de Dieu, tels qu’ils sont énoncés (...)

33Sur le front culturel, l’idéologie soviétique qui n’était pas en reste, tenta de « liquider l’arriération culturelle » de la population locale et de promouvoir les Kazakhs dans les administrations régionales. Les autorités lancèrent une grande campagne d’alphabétisation. Grâce à l’action des comités de Likbez (comités de « liquidation de l’analphabétisme »), le taux d’alphabétisation qui était de 22,8 % en 1926, passa à 76,3 % en 1939. Des bibliothèques mobiles et des « yourtes rouges » itinérantes furent créées ainsi qu’un réseau scolaire d’écoles élémentaires et techniques impliquant la formation de nouveaux pédagogues. La politique culturelle soviétique s’intéressait également de près à l’un des aspects les plus décisifs du développement socio-économique de la région : le statut de la femme. Dans les steppes, les femmes qui étaient superficiellement islamisées n’étaient ni cloîtrées, ni voilées et participaient activement à la vie économique de la région. Elles ne pouvaient donc guère être la cible idéologique privilégiée du mouvement de libération prôné par les autorités : le Hudžum25. En revanche, leur statut juridique fut modifié, conformément aux nouveaux décrets pris par le pouvoir et concernant l’ensemble des musulmans de l’Union, désormais soumis à la loi soviétique. L’interdiction de la polygamie et du Qalym26 devint effective en 1921, de même que l’âge du mariage fut repoussé à seize ans pour les filles et à dix-huit ans pour les garçons. Le droit de vote des femmes fut promulgué. En 1924, les tribunaux coraniques appliquant la chariat27 furent supprimés ainsi que les adat (tribunaux de droit coutumier). Certaines femmes profitèrent des nouvelles possibilités que ces lois leur offraient et n’hésitèrent pas, dès lors, à s’opposer au pouvoir des mollahs et des paysans patriarches. Plusieurs d’entre elles le payèrent de leur vie. Le cas local le plus tragique fut celui de la poétesse Šolpan Imanbaeva qui s’enfuit à Akmolinsk pour échapper à un mariage forcé avec un vieil homme. Elle y resta quelques années, étudiant et écrivant des poèmes jusqu’à ce qu’elle y fût assassinée en 1926. Une « yourte de femmes » itinérante se déplaçait dans la région. Son rôle était d’informer les femmes sur leurs nouveaux droits et de leur fournir une aide médicale. Cette yourte fut une véritable source de contestation car certaines femmes kazakhes parcouraient des centaines de kilomètres afin d’y trouver de l’aide dans le règlement de problèmes juridiques, notamment dans celui de leurs divorces.

34Le processus de korenizaciâ (action de favoriser les « racines endogènes »), qui consistait à promouvoir les Kazakhs aux postes de l’administration, connut également un certain succès. À la fin des années vingt, plus de deux cents postes étaient occupés par des autochtones. Les langues administratives officielles utilisées étaient le kazakh et le russe. Toutefois, dans certaines régions, la seule langue employée était le kazakh.

  • 28 Baj : dans la typologie sociale traditionnelle kazakhe, le baj est un grand propriétaire de bétail. (...)
  • 29 Nurgaliev, op. cit., pp. 52-53.

35Cependant, ces changements ne représentaient que peu de chose face aux souffrances ressenties par la population locale lors de la collectivisation forcée de l’agriculture. Il y eut trois phases distinctes dans l’application de la collectivisation : la confiscation des biens des baj28 et des koulaks, la sédentarisation forcée des aul qui étaient restés nomades ou semi-nomades et la création forcée des fermes collectives. La collectivisation commença à la fin 1927 avec un système de taxes punitives appliqué aux paysans aisés et à leurs troupeaux. Parallèlement aux violentes campagnes de réquisitions de grains menées dans la région en 1928-1929 et en 1929-1930, les arrestations massives de dizaines de milliers de personnes furent organisées. La confiscation des biens des baj commença en septembre 1928. La collectivisation et la sédentarisation des aul restés nomades furent menées simultanément entre 1929 et 1933. Tout ce processus s’accompagna d’une grande violence et d’excès étonnants comme, par exemple, l’établissement de villes-colonies sous forme de carrés dans lesquels étaient alignées des rangées de centaines de yourtes. La population rurale, kazakhe ou non, résista et il y eut des centaines de soulèvements (plus de 400 membres du parti communiste furent tués au Kazakhstan). Certains abattirent leur cheptel avant d’entrer dans les fermes collectives. La réaction des autorités ne se fit pas attendre et plus de cinq mille personnes furent arrêtées. Plus d’un million de nomades kazakhs s’enfuirent alors en Chine, en Iran, en Afghanistan et dans d’autres régions de l’Union soviétique29.

  • 30 Abylkhožin, Kozybaev & Tatimov, 1989.

36Cette politique eut pour résultat, entre 1931 et 1933, une terrible famine qui s’abattit sur les régions rurales du Kazakhstan et dont les victimes furent surtout des Kazakhs. On estime le nombre de morts à 2,1 millions (1,75 million de Kazakhs) sur une population totale de 6,2 millions de personnes30.

  • 31 Nurgaliev, op. cit., p. 52.

37Outre les paysans qui résistaient à la collectivisation, de nombreux leaders religieux (toute obédience confondue) et intellectuels kazakhs furent arrêtés et accusés de résistance à la socialisation de la société. Les membres du Parti communiste du Kazakhstan ne furent pas épargnés tout comme d’anciens membres du parti de l’Alaš Orda, des écrivains, des scientifiques et des fonctionnaires. Ils étaient tous accusés de trotskisme ou de nationalisme. Certains furent fusillés, d’autres envoyés dans des camps de détention, surtout au cours des années 1928-1930 et 1937-1938. Deux camps furent ouverts au Kazakhstan, l’un dans la région de Karaganda, l’autre à Akmolinsk. On ne sait pas précisément combien de victimes firent ces purges dans la région d’Akmolinsk mais des dizaines de personnes, Kazakhs et non-Kazakhs, furent arrêtées dans chaque village. En revanche, on sait avec certitude que des dizaines de milliers d’habitants moururent de faim à Akmolinsk. Entre 1926 et 1939, la population des districts ruraux qui composait l’oblast’ d’Akmolinsk (dans ses nouvelles frontières de 1939) avait chuté de 421 000 à 283 000 personnes31.

  • 32 Alexandre Alexandrovitch Blok : 1880-1921. Poète, il fut considéré comme le plus pur représentant d (...)
  • 33 Mikhajl Nikolajevič Tukhaševskij : 1893-1937. Maréchal de l’URSS, officier de carrière dans l’armée (...)
  • 34 Komarov, 1988a, p. 2 ; 1988b, p. 4 ; 1989, p. 2.

38Dans les années trente, le nord du Kazakhstan devint un lieu majeur de camps de détention. En 1931, le tristement célèbre complexe de camps, le KarLag, fut créé dans le district d’Osakarovka, non loin de Karaganda, à environ cent cinquante kilomètres d’Akmolinsk. L’une de ses sections était située dans le village de Malinovka, à une trentaine de kilomètres à l’ouest d’Akmolinsk. Le camp Točka n° 26 était un camp de femmes et d’enfants, plus connu sous le nom de Alžir : Akmolinskij lager ‘žen izmennikov rodiny [Camp d’Akmolinsk pour les femmes des traîtres à la patrie]. Il exista de 1937 à 1956. 6 000 à 8 000 femmes et 400 enfants y furent incarcérés. Elles devaient effectuer des travaux agricoles et trois mille d’entre elles travaillaient dans une usine de vêtements. Les femmes de nombreuses victimes connues des purges staliniennes furent envoyées dans ce camp. Il y eut notamment la belle-sœur d’Alexandre Blok32, la veuve de Mikhajl Tukhaševskij33, les épouses de fonctionnaires du Parti, de Komsomols et d’autres femmes issues de milieux sociaux privilégiés. Mais, il y eut également des trains entiers de paysannes ukrainiennes et de criminelles qui furent déportées dans le camp Alžir34.

Akmolinsk : foyer de migrations forcées

  • 35 Sur les déportations : Nekrich, 1978 ; Zemskov, 1990, pp. 3-17 ; Karžaubaeva, 2000, pp. 151-155 ; B (...)
  • 36 Dans les années trente, la catégorie des specposelency ou specpereselency [colons spéciaux] regroup (...)
  • 37 Zemskov, op. cit., pp. 3-17.
  • 38 Peyrouse, 2003, p. 169.
  • 39 Funk, 1991, pp. 37-40.
  • 40 Sur les déportations du Caucase nord : Pykhalov, 2002, pp. 72-98.
  • 41 Zemskov, 1991, pp. 5-26.
  • 42 Werth & Moullec, op. cit., pp. 376-377.
  • 43 Peyrouse, op. cit., p. 169.
  • 44 Caratini, 1990, pp. 24-25.
  • 45 Funk, op. cit., p. 39 ; Peyrouse, op. cit., p. 169.
  • 46 Karžaubaeva, op. cit., pp. 153-154.
  • 47 Zemskov, op. cit., 1990, p. 10.

39Le Kazakhstan et la région d’Akmolinsk particulièrement servirent également, à l’époque de Staline, de « prison des nations » et de lieu d’exil35. En 1930-1931, les premiers des nombreux groupes à être déportés au Kazakhstan furent les victimes de la dékoulakisation36. Ces déportations ont touché 46 091 familles, soit 180 015 personnes. Ces familles venaient de la Volga (29 569), de l’oblast’ de Central’no-Černozemnaâ (10 544 familles), du kraj de Nižegorodskij (cinquante familles), de l’oblast’ de Moscou (2 972 familles), de l’Asie moyenne (159 familles), du Kazakhstan (6 765 familles) et du Caucase (870 familles)37. Puis, entre 1936 et 1952, des peuples entiers y furent déplacés. Soumis au statut de specposelenie [déplacés spéciaux], ils leur était interdit de vivre dans les villes des oblast’ où ils avaient été déportés38. Il s’agissait de Polonais et de Coréens en 1936-1937, des Allemands de la Volga39 en septembre 1941, puis entre novembre 1943 et novembre 1944, ce fut au tour des Karatchaïs, Kalmuks, Tchétchènes, Ingouches, Balkars, Meskhetes, Tatars, Grecs, Arméniens et Bulgares de Crimée d’être déportés. Les deux plus grands groupes de personnes déportées dans la région d’Akmolinsk furent les Allemands soviétiques et les Caucasiens40. La majorité des Tchétchènes (141 745 personnes sur 176 408), des Ingouches (36 831 personnes sur 38 882) et des Karatchaïs (17 335 personnes sur 30 100) fut déportée du Caucase au Kazakhstan et plus particulièrement dans la région d’Akmolinsk41. Quant aux Allemands, ils connurent plusieurs vagues de déportations : la première concernait 5 535 familles allemandes d’Ukraine en juin 1936, soit 26 778 personnes42, la seconde touchait les Allemands de la Volga et du Caucase nord en 1941 (1,2 million de personnes au total dont 462 000 au Kazakhstan43 et entre 56 000 et 70 000 dans l’oblast’ d’Akmolinsk) ; enfin, la troisième vague, qui eut lieu après la guerre, concernait les Allemands de Crimée, d’Ukraine et des régions occupées de la Pologne et de l’est de l’Allemagne par l’Armée rouge. En septembre 1941, lors de la seconde vague de déportation, 366 000 à 388 000 Allemands de la Volga, des descendants des colons invités en Russie par Catherine II et installés sur les rives de la Volga entre 1764 et 1768, furent envoyés en Sibérie et en Asie centrale tandis que la Rssa allemande de la Volga, créée en 1924, était dissoute la même année44. Déjà, entre 1906 et 1910, lors des réformes agraires de Stolypine, de nombreux Allemands avaient été encouragés à émigrer vers les terres vierges du Kazakhstan et du sud de la Sibérie. Puis, en 1915, les autorités tsaristes avaient déplacé les Allemands qui se trouvaient à moins de cent cinquante kilomètres de la frontière germano-russe, ainsi que des colons de la Volga45. Les autorités se méfiaient de leur sympathie éventuelle avec l’Allemagne ennemie. En 1945, on comptait 713 105 personnes déportées au Kazakhstan dont 95 745 dans la région d’Akmolinsk46. En 1949, le nombre de specposelency déportés en Union soviétique s’élevait à 2 300 223 dont 820 165 au Kazakhstan47.

  • 48 Bil’, 1989, p. 3.

40Ces derniers représentaient plus du quart de la population de la région. En 1946, Akmolinsk comptait 136 625 colons spéciaux pour une population totale de 508 000 personnes. La majorité des déportés vivaient dans des spectrudposelki [villages de travaux spéciaux] et certains dans les fermes collectives déjà existantes. Ils étaient forcés de travailler jusqu’à l’épuisement, particulièrement en période de guerre, souvent sous la menace, les coups et les humiliations. Ils étaient surveillés par une force de police spéciale, la 4e section spéciale du ministère de l’Intérieur. Ils devaient se présenter à l’enregistrement une fois par mois, procédure qu’ils détestaient et n’étaient autorisés à quitter leur village qu’avec une permission spéciale. Les speckomendanty [commandants spéciaux] pouvaient rendre la vie des détenus plus ou moins pénible en les laissant sans nourriture, en les battant, en les arrêtant arbitrairement, en prononçant de sévères sentences d’emprisonnement ou encore en imposant des obstacles aux procédures de mariage. Un polonais, déporté dans les années trente racontait : « Il y avait différentes sortes de commandants. Certains profitaient de leur pouvoir et prenaient plaisir à nous humilier mais d’autres, plus humains, faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour alléger notre sort »48. De nombreux anciens déportés insistent sur le fait que les Kazakhs les traitaient avec compassion et gentillesse et les ont ainsi sauvés de la famine quand personne d’autre ne les aidait. Certaines familles kazakhes ont même adopté ou nourri des enfants orphelins qui avaient perdu leurs parents pendant la déportation.

41Les déportés d’Akmolinsk se sont adaptés de manières très diverses aux conditions locales, suivant leur lieu et leur ethnie d’origine. Selon les rapports du ministère de l’Intérieur, 8,9 % des Allemands déplacés au Kazakhstan sont morts en déportation entre 1944 et 1949, 10,1 % des Tatars de Crimée, 20,7 % des Kalmuks, 23,3 % des Tchétchènes, de nombreux Ingouches et d’autres membres de peuples montagnards sont morts peu après leur arrivée en déportation. Selon la police, la raison principale de ces nombreux décès parmi les peuples montagnards résidait dans le fait qu’ils étaient tout à fait incapables de travailler. La seconde raison était liée à une épidémie de typhus (non limitée aux seuls peuples caucasiens) qui fit des ravages parmi ces populations durant les mois d’avril et de mai 1944. Durant les années qui suivirent, les Tchétchènes et les Ingouches refusèrent de travailler et résistèrent à toutes les formes d’arrangement, alors que les Allemands travaillaient aussi dur qu’ils le pouvaient pour survivre.

42Alexandre Soljenitsyne, qui fut exilé dans les années cinquante dans l’oblast’ de Džambul dans le sud du Kazakhstan, disait que les Allemands étaient les déportés les plus appliqués en exil, retrouvant la prospérité quelques années seulement après avoir été déportés.

  • 49 Soljenitsyne, 1974, pp. 400-401.

Les Allemands ont commencé à s’installer, pas de manière temporaire jusqu’à la prochaine amnistie, ... mais pour toujours... Ils ne se décourageaient pas et même à cet endroit-là, ils se mettaient au travail de façon aussi méthodique et raisonnable que toujours [... ] Dans les mines, dans les stations de machines agricoles et de tracteurs, dans les fermes d’État [...] Les chefs ne trouvaient pas les mots suffisants pour faire l’éloge des Allemands. Ils n’avaient jamais eu de meilleurs ouvriers.49

43À Akmolinsk, les Allemands étaient considérés comme des ouvriers dignes de confiance et le ministère de l’Intérieur les préférait aux travailleurs des fermes fournis par la police et par les camps de travaux forcés. Il semble même que le ministère rémunérait les travailleurs allemands.

44Soljenitsyne était exaspéré par les exilés qui, comme les Allemands, n’éprouvaient pas de ressentiment à l’égard des autorités et se refusaient à adopter une attitude hostile envers elles. Selon lui, les exilés tchétchènes étaient les seuls specposelency animés d’un esprit de résistance.

  • 50 Zek : abréviation de zaklûčennyj [détenu].
  • 51 Soljenitsyne, op. cit., pp. 401-402.

Je voudrais dire que de tous les colons spéciaux, seuls les Tchétchènes se présentaient zek50 de cœur. Ils avaient été traîtreusement arrachés à leurs maisons et, depuis ce jour, ils ne croyaient plus en rien. [...] Les Tchétchènes n’ont jamais cherché à plaire où à s’insinuer dans les bonnes grâces de leurs chefs ; leur attitude était toujours hautaine et ouvertement hostile [...] pour les sauver de la corruption, ils n’envoyaient pas leurs filles à l’école, ni même leurs garçons. Ils n’auraient pas permis à leurs femmes de travailler dans les kolkhozes. Eux-mêmes ne voulaient pas non plus travailler comme des esclaves dans les kolkhozes.51

45S’agissant des colons spéciaux qui avaient été des membres de l’intelligentsia, ils essayaient de travailler en tant qu’enseignant, comme le fit Soljenitsyne. Ils étaient considérés néanmoins comme des « individus anti-soviétiques » même s’ils ne montraient aucun signe évident d’activité politique. L’atmosphère politique à Akmolinsk est restée étouffante et opprimante jusque dans les années cinquante. Avant leurs promotions, des enquêtes étaient menées sur les communistes kazakhs. On voulait s’assurer que leurs oncles ou leurs pères n’avaient pas été baj ou membre de l’intelligentsia kazakhe, purgée en 1937, et on surveillait de près les moindres signes de sentiment nationaliste ou de corruption.

Akmolinsk la laborieuse

46La rapide industrialisation et le développement économique marquèrent également la région au cours du xxe siècle. Le développement économique toucha en premier lieu d’autres régions du Kazakhstan. La région de Karaganda en était un bon exemple car elle devint une zone minière et industrielle majeure. Les changements les plus importants dans la région survinrent en 1929, lorsqu’Akmolinsk fut reliée au chemin de fer. La ligne reliait Akmolinsk à Borovoe, puis à Petropavlosk et Omsk au nord. En 1931, elle se prolongeait vers le sud-est, en direction de Karaganda et du lac Balkach. En 1939-1940, la ligne Akmolinsk-Kartaly à l’ouest (près de Magnitogorsk) fut terminée et, en 1952, le tronçon Akmolinsk-Pavlodar à l’est fut achevé.

47L’année 1939 marqua une nouvelle étape dans le développement de la région, quand la ville d’Akmolinsk devint la capitale régionale du nouvel oblast’ d’Akmolinsk dont faisaient partie les territoires actuels des régions de Koktčetav et de Turgaj. La région d’Akmolinsk n’était plus aussi vaste qu’auparavant lorsqu’elle s’étirait d’Omsk au Syr-Daria, mais elle demeurait fort étendue. Même sans les territoires de Koktčetav (cette région fut détachée en 1944), la région d’Akmolinsk s’étendait sur plus de 152 000 km².

  • 52 Nurgaliev, op. cit., pp. 57-58.

48Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la production industrielle augmenta de 63 % dans la région d’Akmolinsk et de 37 % dans la république. Grâce aux nouvelles lignes de chemin de fer qui la traversaient, Akmolinsk servit de base pour les transports militaires, ainsi que de centre de mobilisation et d’évacuation. Plus de quatre-vingt mille soldats de la région d’Akmolinsk furent mobilisés. On comptait parmi eux 32 415 ouvriers, essentiellement des colons spéciaux, qui étaient enrôlés dans la trud Armiâ [armée du travail]. Quatre divisions militaires furent formées à Akmolinsk et la région envoya des dizaines de milliers de chevaux et des tonnes de grains au front. Plus de soixante mille personnes furent évacuées dans la région, dont quinze mille enfants52. Plusieurs grandes usines de machines furent transférées dans la région d’Akmolinsk. Le nombre d’entreprises industrielles passa de quatre-vingt-quatorze à cent quarante-neuf entre 1941 et 1945. L’exploitation des mines de cuivre et de charbon, qui étaient déjà en activité avant la révolution et détenues par des compagnies étrangères, s’est également quelque peu développée.

49La main-d’œuvre industrielle de la région et celle de toutes les entreprises a presque triplé entre la révolution et les années cinquante, passant de huit mille personnes en 1912 à vingt-deux mille en 1953 (dont douze mille mineurs). Néanmoins, la région d’Akmolinsk restait en premier lieu une région agricole. Cette particularité sera amplifiée dès les années cinquante par le lancement du programme de mise en culture des terres vierges et en friche. La région connut à cette époque un véritable essor économique et démographique, avec l’arrivée et l’installation de nombreux migrants (environ 270 000 entre 1954 et 1958) venant des quatre coins de l’Union soviétique.

  • 53 Zemlânka : du russe zemlâ. Simple trou creusé dans la terre et recouvert de branchages.
  • 54 Mazanka : maisonnette crépie d’argile.

50Le développement urbain fut rapide et la ville d’Akmolinsk en représentait un parfait exemple. Avant le lancement de la campagne des terres vierges, les conditions de vie y étaient précaires. La population vivait dans de petites maisons : zemlânki53 ou mazanki54 et rien n’existait pour faire face à une nouvelle vague de migration. Ce sont les nouveaux migrants qui, à partir de 1954, commencèrent à construire de leurs mains une véritable ville. Petit à petit, la vie devint moins difficile et plus prospère pour toutes les nationalités à Akmolinsk. Les magasins étaient bien achalandés.

51Lorsque les « migrants-défricheurs » arrivèrent dans la région, celle-ci était déjà habitée par des victimes du régime stalinien mais aussi par une population endogène, décimée et privée de presque tous ses leaders, victimes de la famine, des guerres et de la répression stalinienne. Les premières années du début de la campagne coïncidèrent avec les multiplications de libérations et de réhabilitations de détenus politiques (1956) et avec les réhabilitations de certaines nationalités déportées à l’époque de Staline (1957). Alors que le parti envoyait, à grand frais, des « volontaires » peupler les régions des terres vierges, d’autres réformes permirent parallèlement à des dizaines de milliers de personnes de quitter ces mêmes régions. C’est pourquoi, la situation dans la région d’Akmolinsk devint turbulente, voire chaotique.

  • 55 Nouveau nom donné à la ville en 1961. Littéralement, « Ville de la terre vierge ».

52Les personnes vivant dans la région mirent l’accent sur le nombre de changements qui se sont produits dans la région et plus particulièrement dans la vie des habitants de Celinograd55, ainsi que sur la prospérité qu’elles connurent pendant et après les années 1960.

En guise de conclusion : d’Akmolinsk à Astana

  • 56 Dil’dyaev, 1993, p. 1.

53En 1992, peu après l’indépendance, lorsque le président Nazarbaev décida le changement de nom de la ville de Celinograd au profit d’Akmola, son choix reflétait un désir de réévaluation de la campagne des terres vierges. Puis, Nazarbaev reprit l’idée émise par Khrouchtchev en son temps lorsqu’il parlait de changer de capitale au profit d’Akmola. Il souhaitait que la capitale soit située dans le centre du pays et qu’elle soit géographiquement plus proche des régions ayant un fort développement industriel. Il estimait également que le fait de déplacer la capitale plus au nord où vit la majorité des Slaves permettrait d’harmoniser et d’améliorer les relations entre populations aux origines ethniques diverses56. Le fait que le choix de la nouvelle capitale se soit arrêté sur l’ancienne Celinograd et non sur une autre ville, démontre bien la reconnaissance officielle du fort potentiel humain et économique de la région et de l’aspect positif de la transformation survenue comme une conséquence de la campagne des terres vierges.

  • 57 Huttenbach, 1998, p. 581.

54La décision de Nazarbaev sera entérinée en grande pompe et en fanfare le 10 décembre 1997, conformément au décret signé par le Président en 1995 à Almaty57. Pour que l’installation se passât bien, le montant minimum des dépenses fut évalué à quatre cent millions de dollars. Un fonds spécial pour financer le transfert de la capitale fut créé. Un décret présidentiel fit d’Akmola une zone socio-économique spéciale dotée de privilèges douaniers et fiscaux pour les entreprises étrangères qui décideraient de s’y implanter.

  • 58 Borissov, 1998.
  • 59 Sur les débats concernant les différentes acceptions du nom « Akmola », voir les articles suivants  (...)
  • 60 Sergeev, 2001, pp. 1, 3.

55Cependant, très vite, la question du changement de nom se posa. Kunaev, lorsqu’il était premier secrétaire du Parti communiste du Kazakhstan, raconta que c’est Khrouchtchev qui, le premier, avait eu l’idée de faire d’Akmola la nouvelle capitale kazakhe en la rebaptisant Celinograd. Un jour, alors qu’ils voyageaient ensemble dans un wagon gouvernemental, Khrouchtchev lui aurait demandé ce que signifiait Akmola en kazakh. En entendant la réponse « Tombe blanche », il aurait failli s’étouffer et aurait alors donné l’ordre de changer ce nom58. Ce sera Nazarbaev qui le fera finalement car, même si des linguistes kazakhs ont trouvé d’autres acceptions à ce nom comme « Minaret blanc » ou « Mosquée blanche », l’idée d’habiter une tombe n’est guère réjouissante ou confortable59. Le maire de la ville, Džaksybekov, soumit alors l’idée au Président de renommer la ville Astana. Les arguments qu’il avança étaient les suivants : le sens de ce mot est clair puisqu’il signifie capitale en kazakh ; il n’est porteur d’aucune interprétation historique ou politique négative ; il évoque parfaitement la fonction de la ville et son nom est mélodieux60. Ses arguments ont apparemment convaincu puisque le 6 mai 1998, Nazarbaev entérina le changement de nom de la ville au profit d’Astana. Depuis lors, la ville ne cesse de changer de visage, se développant à vive allure grâce aux pétrodollars. Lorsque le premier train, bondé de fonctionnaires du ministère des Transports et Télécommunications, est arrivé en gare d’Astana, il fut accueilli par un chant lourd de sens puisqu’il symbolise l’arrivée des premiers celinniki en 1954, « Edem my, druz’â v dalnye kraâ... » [« Amis, nous allons dans les régions lointaines... »]. Dans l’esprit de la population, cette ville est redevable à ces courageux celinniki qui n’ont pas craint la difficulté du travail. Cependant, fallait-il voir dans cette représentation très symbolique, un unique désir de rendre hommage au courage des défricheurs, ou une manière de s’identifier à eux, en se considérant, comme eux en leur temps, des pionniers venant se consacrer à un « projet grandiose » ? L’événement majeur que fut la Celina a posé son empreinte dans l’histoire du pays et plus particulièrement dans celle de la région et de la ville d’Astana. Aujourd’hui, la ville d’Astana se veut être un lien entre l’Est et l’Ouest, avec en son centre « l’œuf de l’indépendance » déposé au sommet de la tour Bajterek, haute de 97 mètres, 1997 étant l’année où fut décidé le transfert de la capitale.

Haut de page

Bibliographie

Abylkhožin Ž., Kozybaev M. & Tatimov M. (éds), 1989, « Kazakhstanskaâ tragediâ » [La tragédie kazakhe], Voprosy Istorii 7.

Bil’ L., 1989, « Obretaâ buduŝee » [L’avenir apprivoisé], Celinogradskaâ Pravda, 4 juillet, p. 3.

Borissov S., 1997, « Le président Nazarbaev l’a décidé : la capitale kazakhe déménage », Courrier international, 16 janvier.

Bugaj N., 1991, « 40-e gody : "Avtonomiû nemcev povolž’â likvidirovat’..." » [Les années 40 : « Il faut liquider l’autonomie des Allemands de la Volga... »], Istoriâ Sssr 2, pp. 172-180.

Caratini Roger, 1990, Dictionnaire des nationalités et des minorités en Urss, Paris : Larousse.

Chentalinski Vitali, 1993, La Parole ressuscitée dans les archives littéraires du Kgb, Paris : Robert Laffont.

Davies Sue & Sabol Steven O. (éds.), 1998, « The importance ofbeing ethnic : Minorities in post-soviet States – The case of Russians in Kazakstan », Nationalities Papers 26(3), pp. 473-491.

Dil’dâev G., 1993, « Stolica dolžna nakhodit’sâ v centre gosudarstva » [La capitale doit se trouver au centre de l’État], Aziâ 36, p. 1.

Dubitskij A., 1995, « Nadumannye tolki » [Des rumeurs inventées], Lad 9, p. 12.

Džaksybaev S., 1995, « Akmola - Belyj kupol » [Akmola : coupole blanche], Kazakhstankaâ Pravda 194, 06 octobre, p. 3.

Funk A., 1991, « Nemeckij etnos v Sssr » [L’ethnie allemande en Urss], Niva 1, pp. 37-40.

Galata L., 1995, « Čto takoe Akmola ? Gde eë istoki ? » [Qu’est-ce qu’Akmola ? Où sont ses origines ?], Celinnaâ Magistral’, 10 juin, p. 6.

Huttenbach H., 1998, « Whither Kazakstan ? Changing capitals : from Almaty to Aqmola/Astana » Nationalities Papers 26(3), pp.581-587.

Karžaubaeva A., 2000, « Migracionnye processy v Kazakhstane v gody Velikoj otečestvennoj vojny : 1941-1945 gg, » [Les processus migratoires au Kazakhstan durant les années de la deuxième guerre mondiale], Vdenis-Poisk 1, pp. 151-155.

Komarov V.,1989, « Dvadcat’ šestaâ i drugie » [La vingt-sixième et les autres], Leninskaâ Smena, 23 juin, p. 2.

—, 1988a, « Pravda "Alžira" » [La vérité sur « Alžir »], Leninskaâ Smena, 02 juin, p. 2.

—, 1988b, « Tak čej že eto spor ? » [Ainsi, à qui donc est ce débat ?],

Leninskaâ Smena, 06 décembre, p. 4.

Kozybaev M. (éd.), 1985, Kazakhskaâ Ssr, kratkaâ enciklopediâ tom 1 [La Ssr kazakhe, petite encyclopédie volume 1], Alma-Ata : Kazakhskaâ sovetskaâ enciklopediâ.

Laruelle Marlène & Peyrouse Sébastien, 2004, Les Russes du Kazakhstan, Paris : Maisonneuve & Larose.

Nekrich Alexander M., 1978, The Punished Peoples : the Deportation and Fate of Soviet Minorities at the End of the Second World War, New-York : W.W. Norton.

Nurgaliev P. (éd.), 1995, Akmola ènciklopediâ [Encyclopédie d’Akmola], Almaty : Atamura.

Olcott Martha Britt, 1995, The Kazakhs, Stanford : Hoover Institution Press.

Ožegov, 2004, Dictionnaire du russe unilingue, Sankt-Peterburg : Norint.

Peyrouse Sébastien, 2003, Des Chrétiens entre athéisme et islam : regards sur la question religieuse en Asie centrale soviétique et post-soviétique, Paris : Maisonneuve & Larose/Ifeac.

Poujol Catherine, 2001, Dictionnaire de l’Asie centrale, Paris : Ellipses.

Poujol Catherine, 2000, Le Kazakhstan, Paris : Puf, « Que sais-je ? ».

Pykhalov I., 2002, « Severnyj Kavkaz, pričiny deportacii 1943-1945 gg. » [Le Caucase nord : les raisons des déportations des années 1943-45], Molodaâ Gvardiâ 10, pp. 72-98.

Samigulin I., 2005, « Akmolinsk - Celinograd - Akmola - Astana », Istoriâ Kazakhstana prepodavanie v škole 6, pp. 44-48.

Sergeev N., 2001, « Astana - simvol nadeždy. Čto v imeni tvoem ? » [Astana : symbole d’espoir. Qu’y a-t-il dans ton nom ?], Kazakhstankaâ Pravda, 3 mars, pp. 1, 3.

Soljenitsyne Alexandre, 1974, L’Archipel du Goulag, Paris : Seuil.

Strel’cova N., 1996a, « Ot Akmoly - čerez Akmolinsk i Celinograd k Akmole » [D’Akmola à Akmola en passant par Akmolinsk et Tselinograd], Info-Tses 8, 23 février, p. 6.

—, 1996b, « Istoriâ kraâ v cifrakh i faktakh » [L’histoire du district en chiffres et par les faits], Info-Tses 13, 29 mars, p. 6.

—, 1996c, « Istoriâ kraâ v cifrakh i faktakh » [L’histoire du district en chiffres et par les faits], Info-Tses 13, 12 avril, p. 6.

—, 1996d, « S čego načinalas’ Akmola » [À partir de quoi Akmola a-t-elle démarrée ?], Info-Tses, 12 avril, p. 6.

Thoraval Yves, 1995, Dictionnaire de civilisation musulmane, Paris : Larousse.

Werth Nicolas & Moullec Gaël, 1994, Rapports secrets soviétiques, 19211991 : la société russe dans les documents officiels, Paris : Gallimard.

Ždanko T. (éd.), 1984, Strany i narody, Sovetskij Soûz, Respubliki Zakavkaz’â, Respubliki srednej Azii, Kazakhstan [Les pays et les peuples, l’Union soviétique, les Républiques du Caucase, les Républiques de l’Asie moyenne, le Kazakhstan], Moskva : Mysl’.

Zemskov V., 1991, « Massovoe osvoboždenie specposelencev i ssyl’nykh : 1954-1960 gg. » [La libération massive des colons spéciaux et des déportés : 1954-1960], Sociologičeskoe issledovaniâ 1, pp. 5-26.

Zemskov V., 1990, « Specposelency » [Les colons spéciaux], Sociologičeskoe issledovaniâ 11, pp. 3-17.

Haut de page

Notes

1 « Migrants-défricheurs » : le terme celinnik, formé sur la base du mot celina [terre vierge] est apparu dans le langage courant au début des années soixante. Il sert à désigner les personnes défrichant les terres vierges.

2 Poujol, 2000, p. 13.

3 Le Cosaque Ermak a dirigé une des grandes expéditions russes financée par la riche famille des Stroganov contre le khanat de Sibérie en 1579. Sa victoire, même s’il meurt ensuite au combat en 1585, signe le début de la conquête de la Sibérie occidentale par la Russie d’Ivan le Terrible. Laruelle & Peyrouse, 2004, p. 74.

4 Nurgaliev, 1995, p. 37 ; Ždanko, 1984, p. 327.

5 Kozybaev, 1985, pp. 154-156, 175-185.

6 Nurgaliev, op. cit., p. 38.

7 Poujol, op. cit., p. 43.

8 Strel’cova, 1996d, p. 6.

9 Samigulin, 2005, pp. 44-48.

10 Olcott, 1995, pp. 65-67.

11 Strel’cova, 1996b, p. 6.

12 Olcott, op. cit., p. 92.

13 Strel’cova, 1996a, p. 6.

14 Davies & Sabol, 1998, pp. 473-491.

15 Nurgaliev, op. cit., pp. 43-44.

16 « Représentants des peuples non-russes » : appellation officielle utilisée en Russie jusqu’en 1917. Elle servait habituellement à désigner les minorités nationales des confins de l’Empire russe. Définition tirée du dictionnaire unilingue Ožegov, 2004.

17 Saken Sejfullin : 1894-1938. Enseignant, poète et écrivain kazakh, originaire de la région d’Akmolinsk, il fut le fondateur de l’Union des écrivains du Kazakhstan.

18 Poujol, op. cit., p. 48.

19 Olcott, op. cit., p. 129.

20 Nurgaliev, op. cit., p. 48.

21 Poujol, op. cit., p. 55.

22 Poujol, 2001, p. 18.

23 L’Armée rouge fut officiellement créée le 23 février 1918.

24 Olcott, op. cit., pp. 153-154.

25 Hudžum : « offensive », mouvement pour l’émancipation des femmes musulmanes dans les républiques d’Asie centrale soviétique, impulsé le 12 juillet 1927 et prônant l’égalité entre hommes et femmes. Poujol, op. cit., 2001, p. 123.

26 Kalym : « prix de la fiancée » ou compensation matrimoniale prenant la forme d’une multitude de cadeaux que la famille du futur époux verse au clan familial de l’épouse pour « le prix du lait ». Poujol, ibid, p. 146.

27 Chariat : loi musulmane regroupant la totalité des commandements de Dieu, tels qu’ils sont énoncés dans le Coran et les Traditions, selon les principes analytiques des quatre écoles juridiques orthodoxes. C’est elle qui régit les sociétés d’Asie centrale jusqu’à son interdiction par la loi soviétique. Durant la période coloniale, elle restait appliquée en cas de litiges entre autochtones. Poujol, ibid, p. 73 ; Thoraval, 1995, p. 67.

28 Baj : dans la typologie sociale traditionnelle kazakhe, le baj est un grand propriétaire de bétail. Pour les sociétés sédentaires, il désigne un riche propriétaire foncier. Poujol, op. cit., 2001, pp. 49-50.

29 Nurgaliev, op. cit., pp. 52-53.

30 Abylkhožin, Kozybaev & Tatimov, 1989.

31 Nurgaliev, op. cit., p. 52.

32 Alexandre Alexandrovitch Blok : 1880-1921. Poète, il fut considéré comme le plus pur représentant du symbolisme. Arrêté en 1919 par la Tcheka, puis relâché mais surveillé de près, il mourut deux ans plus tard. Chentalinski, 1993, pp. 356, 429, 433.

33 Mikhajl Nikolajevič Tukhaševskij : 1893-1937. Maréchal de l’URSS, officier de carrière dans l’armée impériale, il se rallia à la révolution et reçu le commandement de la première Armée rouge. De 1921 à 1923, il réprima les révoltes des marins de Cronstadt, puis celles des paysans de la Volga. Chef d’état-major en 1928, promu maréchal en 1935, il fut la principale victime de l’épuration de l’armée ordonnée par Staline en 1937. Accusé de trahison, il fut fusillé. Ibid, pp. 448-449.

34 Komarov, 1988a, p. 2 ; 1988b, p. 4 ; 1989, p. 2.

35 Sur les déportations : Nekrich, 1978 ; Zemskov, 1990, pp. 3-17 ; Karžaubaeva, 2000, pp. 151-155 ; Bugaj, 1991, pp. 172-180.

36 Dans les années trente, la catégorie des specposelency ou specpereselency [colons spéciaux] regroupait les familles de koulaks déportées dans le Grand Nord, le Kazakhstan, la Sibérie, l’Oural et l’Extrême-Orient. À partir de 1940, les peuples déportés furent assimilés à cette catégorie. Voir Werth & Moullec, 1994, pp. 356, 648.

37 Zemskov, op. cit., pp. 3-17.

38 Peyrouse, 2003, p. 169.

39 Funk, 1991, pp. 37-40.

40 Sur les déportations du Caucase nord : Pykhalov, 2002, pp. 72-98.

41 Zemskov, 1991, pp. 5-26.

42 Werth & Moullec, op. cit., pp. 376-377.

43 Peyrouse, op. cit., p. 169.

44 Caratini, 1990, pp. 24-25.

45 Funk, op. cit., p. 39 ; Peyrouse, op. cit., p. 169.

46 Karžaubaeva, op. cit., pp. 153-154.

47 Zemskov, op. cit., 1990, p. 10.

48 Bil’, 1989, p. 3.

49 Soljenitsyne, 1974, pp. 400-401.

50 Zek : abréviation de zaklûčennyj [détenu].

51 Soljenitsyne, op. cit., pp. 401-402.

52 Nurgaliev, op. cit., pp. 57-58.

53 Zemlânka : du russe zemlâ. Simple trou creusé dans la terre et recouvert de branchages.

54 Mazanka : maisonnette crépie d’argile.

55 Nouveau nom donné à la ville en 1961. Littéralement, « Ville de la terre vierge ».

56 Dil’dyaev, 1993, p. 1.

57 Huttenbach, 1998, p. 581.

58 Borissov, 1998.

59 Sur les débats concernant les différentes acceptions du nom « Akmola », voir les articles suivants : Galata, 1995, p. 6 ; Dubitskij, 1995, p. 12 ; Džaksybaev, 1995, p. 3.

60 Sergeev, 2001, pp. 1, 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure du Teilhet, « Akmolinsk entre histoire et mémoire », Cahiers d’Asie centrale, 23 | 2014, 247-274.

Référence électronique

Laure du Teilhet, « Akmolinsk entre histoire et mémoire », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/2647

Haut de page

Auteur

Laure du Teilhet

Laure du Teilhet est titulaire d’une thèse de l’Institut des langues et civilisations orientales. lduteilhet@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org