Navigation – Plan du site

Avant-propos

Bayram Balci
p. 11-13

Texte intégral

1Quand les Cahiers d’Asie centrale ont vu le jour en 1995 au sein de l’Institut français d’études sur l’Asie centrale, l’édition et la publication de cette revue, la seule de langue française consacrée exclusivement à l’Asie centrale, étaient soumises à d’autres difficultés et aléas de réalisation que ceux d’aujourd’hui. Les mutations technologiques, la communication par email, Internet ont révolutionné notre façon de travailler à cette production scientifique entre Tachkent et la France. Les Cahiers d’Asie centrale ont su s’adapter et relever les défis technologiques, mais les « têtes chercheuses » ont conservé intacts leur soif de connaissance, leur enthousiasme à partager, leur esprit critique et analytique pour atteindre nos objectifs communs.

2D’aucuns gardent en mémoire l’acharnement de Pierre Chuvin, fondateur et premier directeur de publication de notre revue, à transmettre les premiers articles par fax. Depuis, la révolution Internet nous a délivrés des caprices de la poste et du fax. Y compris dans les villages les plus reculés du fin fond de l’Asie centrale, le réseau mondial a libéré la parole et le dialogue social, tant au niveau des sociétés locales qu’internationales, et permet aujourd’hui aux chercheurs d’exercer leur métier avec plus de facilité et une plus grande réactivité. Les Cahiers d’Asie centrale ont suivi cette accélération de l’histoire et proposent les recherches de l’Institut en ligne, depuis avril 2009, grâce à Carole Ferret. Cette mise à disposition de nos travaux, sur revues.org, l’un des plus importants portails de revues francophones en sciences humaines et sociales, offre à notre revue une bien plus grande visibilité, avec une fréquentation croissante de 2 000 à 3 800 visiteurs par mois depuis mai 2009. L’objectif à moyen terme est d’intégrer au site internet de la revue les autres publications de l’IFEAC, notamment les dictionnaires ouzbek, kirghize et tadjik, ce à quoi s’emploie déjà Ulugbek Mansourov, notre administrateur du site et bibliothécaire chevronné de la maison.

3En termes de champs d’études, tant géographiques que disciplinaires, les Cahiers d’Asie centrale ont également réussi à faire preuve d’ouverture et de pluralisme, au prix d’efforts constants. Ainsi, support accompagnateur de l’IFEAC dont l’espace de recherche s’étend des cinq républiques issues de l’URSS aux marges tatares, ouïgoures et afghanes de la zone, les Cahiers d’Asie centrale ont consacré des dossiers spéciaux à toutes ces régions, bien que de manière inégale. Depuis le premier numéro – consacré aux liens historiques, politiques et spirituels entre l’Inde et l’Asie centrale –, jusqu’au présent numéro, qui explore les identités, en passant par les volumes relatifs aux montagnards et aux Karakalpaks, la revue reste fidèle à sa vocation initiale : étudier l’ensemble de l’Asie centrale dans toutes ses différences et spécificités, depuis son lointain passé jusqu’à nos jours.

4La pluridisciplinarité, ou plutôt l’interdisciplinarité, indispensable pour comprendre une région aussi complexe et aussi vaste que l’Asie centrale, constitue un des fils conducteurs de la ligne éditoriale de notre revue et de la stratégie du centre de recherche dont elle dépend. La lecture des tables de matières des vingt numéros déjà publiés montre toute la variété et la diversité des sciences humaines et sociales, qui ont été sollicitées pour donner un éclairage nouveau, à la fois solide et original des réalités de l’Asie centrale. Si certaines disciplines phares prévalent et mènent le jeu, notamment l’anthropologie et l’histoire, c’est moins le fait d’une politique éditoriale dirigée en ce sens que du besoin impérieux de combler des lacunes quant à notre niveau de connaissances antérieur de la zone.

5Née dans les locaux de l’IFEAC, la revue est depuis toujours la voix de notre institut, dont elle demeure le principal support de publication. Cela ne nous a pas empêchés, chaque fois que possible, d’associer à sa réalisation et à sa gestion d’autres chercheurs et unités de recherche, en France et ailleurs, travaillant sur l’Asie centrale ou des espaces géographiques proches ou pertinents pour son étude : le monde russe, le monde turc, le monde iranien, le monde indien, et le monde musulman au sens large. C’est dans ce cadre d’ouverture que nous avons récemment réorganisé le comité de rédaction et le comité scientifique international. De même, c’est pour répondre à cet esprit d’ouverture que le numéro précédent, « Le Turkestan russe : une colonie comme les autres ? », a été confié pour tout le travail de coordination éditoriale à des chercheurs extérieurs à l’IFEAC. Nous espérons que cette tendance se confirmera dans l’avenir.

6Le présent numéro, initié par Arnaud Ruffier, pensionnaire scientifique de l’IFEAC de 2006 à 2009, devait être un numéro simple, allégé, et non double, comme le sont la plupart des Cahiers d’Asie centrale. Toutefois, l’intérêt suscité par le sujet et la profusion de contributions reçues nous invitent à consacrer un numéro double (19-20) à la délicate question des identités, qui ne peut être réduite et doit s’exprimer dans sa globalité. Cette tâche ardue a été rendue possible grâce au travail collectif d’Arnaud Ruffier et Carole Ferret, notre actuelle rédactrice en chef. Le thème central de ce volume reste d’une permanente actualité dans toutes les républiques centrasiatiques qui ne cessent de s’interroger sur elles-mêmes, sur leur rapport au monde, à commencer par les États voisins, et sur la façon de concevoir leur place et leur rang dans un environnement de plus en plus mondialisé. Une fois encore, histoire et anthropologie éclairent un pan entier de la réalité centrasiatique, retraçant l’histoire des identités dans toute l’Asie centrale, expliquant le rôle des États dans leur construction tant durant la période soviétique que contemporaine, sans oublier l’observation du fait minoritaire et des différentes dynamiques qui participent à la construction et à l’évolution de ces identités.

7Fidèle à sa tradition d’alternance entre monde ancien et monde contemporain, notre revue consacrera son prochain volume à une discipline fondamentale pour la compréhension de la formation de l’Asie centrale, l’archéologie. Ce numéro sera le reflet du dynamisme de la recherche archéologique française en Asie centrale, une réussite qui a bénéficié d’une longue coopération entre l’IFEAC, la commission des fouilles du Ministère des affaires étrangères et les missions archéologiques françaises présentes sur le terrain. Enfin, le volume suivant englobera le passé et le présent dans un dossier central qui examinera les conceptions centrasiatiques des âges de la vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bayram Balci, « Avant-propos », Cahiers d’Asie centrale, 19-20 | 2011, 11-13.

Référence électronique

Bayram Balci, « Avant-propos », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 19-20 | 2011, mis en ligne le 25 décembre 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/1534

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org