Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Identité nationale et gestion du fait minoritaire en Asie centrale : analyse des affrontements  interethniques d’Och en juin 2010

National identity and minority issue in Central Asia: Analysis of ethnic clashes in Osh in June 2010
Bayram Balci
p. 470-484

Résumés

Perçu comme le plus ouvert et le plus paisible de tous les pays d’Asie centrale, le Kirghizstan a été le théâtre, en juin 2010, de très violents pogroms anti-ouzbeks dans la région d’Och et de Jalalabad. S’inscrivant dans un contexte d’instabilité politique qui a démarré avec la chute du président Bakiev deux mois auparavant, ces pogroms démontrent l’échec total de la politique identitaire nationale menée depuis l’indépendance du pays, qui a engendré un fort nationalisme kirghize incapable de composer avec certaines minorités ethniques du pays. Manipulé par les partisans du président déchu, ce nationalisme, sur fond d’État absent ou livré aux forces criminelles et mafieuses, a conduit à des événements tragiques qui marqueront à jamais l’histoire du Kirghizstan. Cette recherche en cours s’inscrit dans une étude plus large, qui analysera la gestion du fait minoritaire ethnique dans le cadre des politiques centrasiatiques de création d’États-nations.

Haut de page

Texte intégral

1Considéré comme le pays le plus paisible de toute l’Asie centrale et érigé en modèle de transition vers la démocratie (Anderson 1999, p. 18), le Kirghizstan entretient les meilleures relations avec les pays occidentaux. Pourtant, il a été le théâtre de violents affrontements interethniques dans la ville d’Och et de Jalalabad, du 10 au 14 juin 2010. Ces combats ont provoqué la mort de plusieurs centaines de personnes et la destruction de nombreux quartiers, majoritairement ouzbeks (International Crisis Group 2010). Suivant le même scénario que les affrontements qui s’étaient déroulés dans la même région vingt ans auparavant, en juin 1990, ces tueries entre Ouzbeks et Kirghizes ont donné lieu aux interprétations les plus diverses, de la lecture purement ethniciste aux interprétations les plus invraisemblables, mettant en cause une hypothétique alliance entre Al Qaïda et plusieurs organisations islamistes locales pour déstabiliser le Kirghizstan et ses voisins.

2Partant du postulat que la récente tragédie d’Och est avant tout le signe d’un échec de la construction nationale et citoyenne au Kirghizstan, notre recherche en cours poursuit des objectifs modestes : apporter quelques éclaircissements sur ces événements et, à partir de cette analyse, lancer des pistes de recherches ultérieures sur la construction de l’État-nation en Asie centrale et sur la gestion du fait minoritaire dans les cinq républiques ex-soviétiques, toutes confrontées au même dilemme de création d’un État-nation unifié dans un contexte multiethnique.

3Ces violences, aussi subites que brutales, ne peuvent être appréhendées sans une analyse du contexte politique intérieur kirghize récent, notamment depuis la chute du président Kourmanbek Bakiev, en avril 2010. Par ailleurs, une description analytique des politiques identitaires menées par l’État kirghize depuis son indépendance et de la manière dont elles ont été perçues par la plus grande minorité ethnique du pays, la communauté ouzbèke, nous paraît indispensable pour une meilleure compréhension de la tragédie d’Och, qui marquera sans doute l’histoire de toute l’Asie centrale postsoviétique.

Enfant traversant la frontière kirghizo-ouzbèke, juin 2010

Enfant traversant la frontière kirghizo-ouzbèke, juin 2010

Photographies de l’auteur

Chronologie et contexte des affrontements d’Och

4Le 7 avril 2010, cinq ans après son arrivée au pouvoir, à la suite d’une “révolution” qu’il a d’emblée vidée de ses idéaux, Kourmanbek Bakiev a vu son régime s’effondrer pour les mêmes travers qui avaient eu raison du précédent, les mêmes causes produisant les mêmes effets (Hiro 2010). Accumulation de pratiques corruptives, népotisme et injustices économiques ont provoqué la rage désespérée et la colère revendicative d’une population qui s’est révoltée, semble-t-il spontanément, sans chef de file, sans plan de mobilisation ni objectif précis. Certains manifestants ont été eux-mêmes surpris des effets obtenus. A posteriori, il est facile de constater à quel point la chute du régime Bakiev était inhérente à sa pratique corrompue du pouvoir, dans une conjoncture politique et socio-économique inchangée.

5Le premier facteur de contestation et levier de mobilisation est sans conteste l’aggravation des difficultés économiques, que le gouvernement n’a su ni juguler ni surmonter. La pénurie des produits de consommation et l’augmentation des prix des matières premières, d’autant plus pénibles en raison des deux derniers hivers, particulièrement longs et rigoureux, ont cristallisé les mécontentements. En outre, depuis plusieurs semaines, la télévision russe, très regardée dans tout le Kirghizstan (dont certaines régions ne captent même pas la chaîne nationale), n’a cessé de diffuser des documentaires et des reportages négatifs, mais ô combien réels, sur la corruption et le népotisme de la famille Bakiev, canalisant toute la rancœur d’un peuple en détresse.

6En effet, dès son installation au pouvoir, la famille du président et notamment ses deux frères, Marat et Žaniš, se sont rendus maîtres des postes-clés de l’État. À Jalalabad, dans la région sud dont il est originaire, Bakiev plaçait amis et connaissances à des postes importants de l’administration locale et provinciale.

7Parallèlement, le musellement de la presse et de l’opposition, dont trois leaders ont été arrêtés le 6 avril 2010, a également précipité la chute du régime, en entraînant la contestation populaire dans le seul champ de la révolte violente. Durant les cinq ans qu’a duré le règne de Bakiev, plus de dix personnalités politiques importantes ont été assassinées dans des conditions jamais élucidées.

Magasin détruit à Och…

Magasin détruit à Och…

… en dépit du slogan Miru mir! ... “La paix pour le monde !”

… en dépit du slogan Miru mir! ... “La paix pour le monde !”

Juin 2010. Photographies de l’auteur

8Dès la chute de Bakiev, un gouvernement provisoire s’est mis en place, sous la présidence de Roza Otunbaeva, diplomate expérimentée pour avoir représenté son pays aux États-Unis et en Grande-Bretagne durant les premières années de l’indépendance du Kirghizstan. Farouche opposante du président Bakiev, dont elle a toujours dénoncé les dérives autoritaires, elle a eu du mal à cacher la faiblesse de son gouvernement provisoire qui, et c’est essentiel pour comprendre la suite des événements, n’a pas su imposer son autorité dans l’ensemble du territoire national, notamment dans le Sud, fief du président déchu. En effet, même après le départ en exil au Belarus de l’ancien président, suivant une semaine de “résistance” dans son village natal, le gouvernement provisoire n’a pu empêcher des affrontements entre partisans et opposants de l’ancien régime, affrontements limités mais déjà annonciateurs de la tragédie du mois de juin.

9Ainsi, le 13 mai, dans la ville de Jalalabad, des heurts entre les deux camps ont fait deux morts et 63 blessés. D’autres affrontements ont eu lieu au lendemain même de la chute de Bakiev, le 19 avril, dans le village de Maevka, à la sortie de Bichkek, quand des Kirghizes ont essayé de s’emparer de champs agricoles appartenant à des Meskhètes. Lors de ces incidents, le caractère ethnique des rivalités était déjà visible puisque l’origine des familles avait été indiquée par des inscriptions sur leurs maisons, sans doute par des Kirghizes décidés à s’emparer de terres qui ne leur appartenaient pas.

Les causes des affrontements : rivalités économiques et politiques sur fond de différend ethnique latent

10Inutile d’attendre les résultats d’une hypothétique enquête internationale indépendante pour affirmer que les tueries d’Och étaient bien des pogroms visant la communauté ouzbèke, et non des affrontements interethniques, qui auraient supposé une participation à part égale ou du moins comparable des deux parties. Les témoignages, les documents sonores et visuels recueillis durant les événements, l’analyse des lieux attaqués presque exclusivement ouzbeks, le marquage des portes avec les indications « ouzbek » ou « kirghize » pour faciliter le travail des agresseurs et le faible nombre de victimes kirghizes ne laissent pas place au doute. De plus, malgré leur soudaineté, ces attaques avaient été organisées et planifiées avec le concours des forces de l’ordre locales : armée, police, et même autorités politiques et administratives (International Crisis Group 2010). Ainsi, les affrontements étaient bien des pogroms à caractère ethnique, en tout cas identitaire, même si d’autres facteurs, mafieux et/ou provocateurs liés à l’ancien régime ont contribué au déclenchement des hostilités. En d’autres termes, les événements d’Och démontrent l’échec du régime kirghize qui, depuis vingt ans, en dépit de toutes les apparences, n’a pas su fonder un État capable de réconcilier l’ethnie titulaire avec les autres communautés du pays.

11Situées dans une zone frontière entre les peuplements nomades kirghizes et les centres urbains du khanat de Kokand, les villes d’Och et de Jalalabad abritent depuis longtemps une population ouzbèke. Proches par la langue et la religion, Ouzbeks et Kirghizes se différenciaient surtout par leur mode de vie et de production : sédentaire, fondé sur l’agriculture ou le commerce chez les Ouzbeks, et principalement pastoral, nomade ou semi-nomade chez les Kirghizes. L’annexion de ces territoires dans l’empire russe modifia peu à peu le mode de subsistance des populations, en particulier celui des Kirghizes, contraints de se sédentariser. Sous le régime soviétique, ce processus de sédentarisation s’accéléra mais les zones de peuplement kirghize demeurèrent encore largement les régions montagneuses, tandis que les centres urbains restaient très majoritairement ouzbeks (Fumagalli 2007, pp. 567-590). Cependant, de nouvelles villes soviétiques parfois presque exclusivement kirghizes furent fondées, comme Gulča, à 80 kilomètres d’Och.

12En 1926 est créée la république socialiste soviétique autonome de Kirghizie. Dans le cadre de la politique soviétique de redéfinition des identités ethniques et territoriales en Asie centrale, la ville d’Och et ses alentours, historiquement inclus dans la sphère culturelle ouzbèke, sont intégrés à la jeune République soviétique kirghize, dont les caractéristiques agroclimatiques associées à la haute montagne, nécessitaient officiellement, aux yeux des autorités soviétiques nationales et centrales, l’attribution d’une région de plaines arables et de centres urbains au sud du pays (Roy 1997, p. 65). Durant toute la période soviétique, cette cohabitation entre Kirghizes et Ouzbeks est restée globalement paisible, grâce à des activités complémentaires qui préservaient la répartition des prérogatives économiques des uns et des autres : l’élevage aux Kirghizes, l’agriculture et le commerce aux Ouzbeks. Cette coexistence pacifique se trouvait surtout contrainte par la nature autoritaire du régime soviétique, qui imposait une idéologie transcendant les clivages ethniques et nationaux et un ordre social des plus coercitifs.

13L’accès à l’indépendance et la rapide nationalisation “kirghizocentrée” de la République kirghize ont rompu cet équilibre. Ainsi, en juin 1990 éclatent de sanglants affrontements entre les deux communautés, suite à une vague rumeur concernant la redistribution des terres (Tishkov 1995, pp. 133-142).

14Maîtrisé grâce à l’intervention de l’armée soviétique, le conflit est réprimé, du moins le croyait-on puisque, vingt ans plus tard, les mêmes atrocités se répètent, montrant l’actualité de ces problèmes, enfouis mais non résolus. Il est à noter qu’entre les deux conflits de 1990 et 2010, vingt ans de politique tendant constamment vers un plus grand nationalisme kirghize n’ont fait que renforcer les antagonismes entre le peuple titulaire et les autres minorités, au premier rang desquelles figurent les Ouzbeks.

15Ainsi, les pogroms de juin 2010 ne s’expliquent ni par de prétendues provocations islamistes (tel que l’affirme le pouvoir officiel kirghize) ni par les agissements des partisans de l’ancien président (Dooletkeldieva 2010, Ferrando 2010), certes réels mais insuffisants pour expliquer un tel niveau de violence. Il nous paraît indéniable que ces événements découlent d’un vrai problème nationaliste kirghize, même s’il demeure des parts d’ombre dans leur déclenchement et leur exaspération.

16À l’instar de toutes les autres républiques ex-soviétiques, le Kirghizstan s’est attaché à doter le pays d’une nouvelle historiographie et d’une nouvelle idéologie nationale pour remplacer l’idéologie et l’identité soviétiques (Tchoroev 2002, pp. 351-374).

17La tâche n’était pas simple puisqu’il fallait créer une nouvelle identité nationale kirghize qui justifie les frontières de l’État et la prééminence du peuple titulaire, sans exclure les importantes minorités du pays, vitales pour son développement économique. Mettant à contribution tous les savants de l’Académie des sciences, le premier président, Askar Akaev, initiait cette nouvelle politique, fondée sur trois idées essentielles (Marat 2009, pp. 1123-1136). D’abord, afin de rassurer les populations non kirghizes du pays : Russes, Ouzbeks, Dounganes, Ouïgours, Caucasiens, le président, s’appuyant sur le slogan « Le Kirghizstan, notre maison commune », lança une politique de gestion de la diversité ethnique, incarnée par l’Assemblée des peuples du Kirghizstan, qui rassemblait en son sein les centres culturels de la plupart des minorités du pays. Bien que dépourvue de tout pouvoir réel et fonctionnant comme une chambre consultative au service de la politique présidentielle, cette institution avait le mérite de donner la parole aux représentants des minorités, qui avaient ainsi le sentiment d’être associés à la construction du nouvel État en tant que citoyens à part entière.

18Parallèlement, l’État mettait l’accent sur plusieurs symboles identitaires, jugés indispensables à la formation, la consolidation et la légitimation d’une idéologie nationale kirghize. L’initiative ne pouvait que susciter le ressentiment des minorités du pays, qui ne s’y reconnaissaient pas. Parmi ces symboles, il convient d’en présenter brièvement trois, qui nous paraissent les plus caractéristiques de l’échec d’une politique nationaliste qui n’a pas su fédérer les différents peuples du Kirghizstan.

19De la même manière que les Ouzbeks ont élevé au rang de héros national Tamerlan – et les Kazakhs, Abylaï Khan –, les autorités kirghizes ont choisi l’épopée de Manas, dont le héros est considéré comme l’ancêtre des Kirghizes. À partir de 1995, date du millénaire supposé de l’épopée, une vaste politique de communication est lancée à la mémoire de Manas, présenté comme un exemple de courage, de fraternité, de tolérance, mais aussi de combat pour la patrie contre les envahisseurs (Van der Heide 2008). L’instrumentalisation de Manas répond avant tout à un objectif politique : Askar Akaev veut démontrer à ses rivaux qu’il peut fédérer derrière lui toute la population dans un État authentiquement kirghize. Aussi ce choix s’inscrit davantage dans le cadre d’une stratégie politique, pour contrer les attaques de ses détracteurs, que dans une perspective purement nationaliste et chauviniste, mais le résultat est le même : il favorise l’émergence d’un nationalisme kirghize de plus en plus intolérant.

20Outre la référence à Manas, qui a suscité l’indifférence et parfois l’inquiétude des populations non kirghizes, l’État s’est attaqué à deux autres chantiers identitaires : la commémoration des 2 200 ans du prétendu “premier État kirghize”, avec le jubilé de la ville d’Och. Confiée à une équipe d’archéologues et d’historiens de l’Académie des sciences, la mission a été couronnée de succès : une multitude de séminaires et de conférences, suivis de publications, ont montré que les nomades kirghizes étaient aussi des bâtisseurs d’État et que la République kirghize actuelle s’inscrivait dans la continuité de ce glorieux passé d’organisation politique et étatiste (Elebaeva & Nurbek 2000, pp. 343-349). Simultanément, comme dans les autres pays de la région, où l’on a multiplié les anniversaires des villes et des figures historiques des nouvelles nations pour démontrer l’ancienneté et la grandeur de leur civilisation, le Kirghizstan a célébré en 2000 les 3 000 ans de la ville d’Och, l’inscrivant ainsi dans la construction nationale kirghize, alors que la ville abrite de longue date une pluralité de peuples.

21En réalité, ces symboles nationaux et identitaires n’ont pas atteint leur objectif d’unification de la nation kirghize, car le “clanisme” a perduré et la coupure entre Kirghizes du Nord et Kirghizes du Sud s’est renforcée. La gestion du pays, différentes mesures politiques et administratives quotidiennes ont participé au divorce et à l’affrontement entre Kirghizes et Ouzbeks dans la ville d’Och.

22Élevé au rang de langue officielle dès l’indépendance, le kirghize –qui n’était pourtant pas maîtrisé par tous ceux qui ont voté cette loi – est devenu un outil de discrimination envers les non-kirghizophones et surtout les non-Kirghizes. La loi a servi d’outil pour assurer à tous les échelons la prééminence du peuple titulaire dans l’administration du pays. Face au mécontentement exprimé par les populations européennes et par souci de ne pas inquiéter la Russie, le gouvernement a accordé à la langue russe en 2001 le statut de deuxième langue officielle du pays. Si la solution a satisfait les Russes, elle n’a pas rassuré les Ouzbeks, qui représentent 14 % de la population totale, soit un peu plus que les Russes (Ferrando 2008, pp. 489-520). Pour les Ouzbeks, dont certains demandent un statut équivalent pour leur langue, la nouvelle politique nationale kirghize est aussi dénoncée en ce qu’elle exclut de l’État les non-Kirghizes. Dans le sud du pays, même si les Ouzbeks continuent d’avoir des écoles, des centres culturels et des médias dans leur langue, ils vivent très mal le fait d’être sous-représentés au parlement. Ils sont également peu nombreux dans l’armée, la police, les services de sécurité, au ministère de la Justice, y compris dans certains districts où ils sont pourtant majoritaires.

  • 1 Ishak Razzakov, Premier secrétaire du parti communiste de la République socialiste kirghize de 1950 (...)

23Moins enclin que son prédécesseur aux débats sur l’idéologie nationale et sur l’ancrage historique de la nation kirghize, Kourmanbek Bakiev a cependant poursuivi une politique nationaliste, désormais plus pratique que démonstrative. Ainsi, il a renoncé aux “grands-messes” autour de symboles nationaux comme Manas ou d’autres célèbres figures de l’histoire kirghize, Kurmanžan Datka ou Ishak Razzakov1. Il a délaissé l’Assemblée des peuples du Kirghizstan et peu tenu compte des revendications culturelles et identitaires de la communauté ouzbèke.

24Largement dû aux échecs de la politique nationale et identitaire, l’antagonisme qui a conduit aux pogroms anti-ouzbeks à Och s’explique également par un enchaînement de circonstances et d’événements entre le 7 avril, chute de Bakiev, et le 10 juin, début des pogroms. Comme chaque crise politique majeure au Kirghizstan, celle-ci a vu la résurgence du clivage entre le Nord et le Sud, qui résulte de siècles d’histoire tourmentée.

  • 2 Il convient de préciser que le terme Ouzbek avait, à l’époque du khanat de Kokand, une acception po (...)

25Proche du khanat de Kokand, dont il subissait de manière récurrente la domination politique et culturelle, le sud du pays, qui compte les villes d’Och, Jalalabad et Batken, est plus conservateur, plus musulman et davantage marqué par le mode de vie sédentaire du fait de cette longue cohabitation avec les “Ouzbeks”, groupe dominant dans le khanat de Kokand2. Le Nord, c’est-à-dire les régions de la Čuj, de Talas, de Naryn, de l’Issyk-koul et de Bichkek, est plus nomade, entré plus tôt en contact avec la colonisation russe et en a ressenti davantage les influences culturelles. Pendant la période soviétique, ce clivage jouait un rôle important dans la vie politique du pays, si bien que les autorités centrales veillaient toujours à équilibrer le pouvoir entre les élites du Nord et celles du Sud. Avec l’accession du pays à l’indépendance, ce clivage n’a pas disparu, même s’il a tendance à s’effacer du fait de la mobilité et de l’exode rural vers Bichkek, où les offres d’emploi sont plus nombreuses. En réalité, ce clivage est d’abord inscrit dans les mentalités : les Kirghizes du Nord ont tendance à surestimer le caractère musulman et conservateur de leurs frères kirghizes du sud, qu’ils jugent même “ouzbékisés” à cause d’une longue cohabitation avec les Ouzbeks. De la même manière, les Kirghizes du Sud considèrent leurs frères du Nord trop “russifiés”. Ces incompréhensions mutuelles nourrissent la méfiance et la concurrence pour l’accès aux ressources, phénomènes constants de la vie politique dans les pays de l’ex-URSS.

26La chute de Bakiev a ranimé la rivalité et même les hostilités entre les Kirghizes du Nord, incarnés par le gouvernement provisoire de Roza Otunbaeva, et les Kirghizes du Sud, partisans de l’ancien président Bakiev. Dans cette configuration duale, les Ouzbeks, soucieux de défendre leurs intérêts, ont rejoint les rangs du gouvernement provisoire installé à Bichkek et ont contribué à asseoir son autorité dans le sud du pays. En effet, durant les semaines qui ont précédé les pogroms, à trois reprises, à Jalalabad, Och et Batken, au moment où des partisans de l’ancien régime tentaient de s’emparer de certains bâtiments publics, ce sont non pas les forces de l’ordre, échappant au contrôle du gouvernement provisoire, mais des milices ouzbèkes privées qui ont permis de reprendre la situation en main.

27La communauté ouzbèke du Kirghizstan est traditionnellement légitimiste afin de préserver ses intérêts, manifestant volontiers sa loyauté envers l’État et le pouvoir. Au moment de la crise, les leaders ouzbeks ont tout de suite affiché leur fidélité aux autorités centrales de Bichkek. Aussi quand, en mai, les milices du leader ouzbek, Qadyržan Batyrov, homme influent du Sud, ont prêté main-forte au gouvernement provisoire pour rétablir l’ordre, les relations se sont envenimées entre Ouzbeks et Kirghizes dans les villes d’Och et de Jalalabad. Cette “alliance” entre les Ouzbeks et les autorités centrales a éveillé une double méfiance au sein de la communauté kirghize du Sud, vis-à-vis du nouveau pouvoir qui avait destitué Bakiev et vis-à-vis des Ouzbeks “collaborateurs” du régime. Par ailleurs, à la veille de ces affrontements, certains responsables associatifs ouzbeks, dont Qadyržan Batyrov, avaient discrètement évoqué leur intention de demander à Bichkek un certain nombre de droits, voire une forme d’autonomie pour les Ouzbeks.

28À cela s’ajoutent des actions de provocation et de déstabilisation orchestrées par des forces mafieuses et criminelles restées fidèles à l’ancien président, et on comprend comment rapidement, à la suite de simples rumeurs de viols et d’attaques menées par des Ouzbeks contre des Kirghizes, les quartiers ouzbeks ont été mis à feu et à sang par des bandes kirghizes, sans doute épaulées et guidées par certaines forces gouvernementales locales, motivées par le maintien ou l’accroissement de leur pouvoir dans le sud du pays.

29Au lendemain de la tuerie, les analystes et observateurs se sont interrogés sur la manière de qualifier les événements d’Och et de Jalalabad. Conflit ethnique pour certains, lutte d’intérêts économiques et/ou politiques pour d’autres, le débat n’est pas clos car les recherches sur ces faits sont encore en cours et seul le recul permettra d’en mesurer toutes les conséquences. Présent à Bichkek depuis plusieurs mois, je suis arrivé sur les lieux des affrontements, à Och et Jalalabad, deux jours à peine après la cessation des hostilités et suis resté désemparé devant tant de violences et d’atrocités aussi inexplicables qu’injustifiables.

30Toutefois, les observations sur le terrain, les témoignages recueillis auprès des deux communautés et l’attentisme des autorités de Bichkek, qui ont refusé de condamner explicitement les massacres anti-ouzbeks et ont fait le silence sur toute poursuite en justice des responsables, montrent que ces pogroms sont le résultat d’une crispation identitaire et d’une concurrence interethnique anciennes, exacerbées par la politique nationale sclérosante menée par les régimes successifs. Sans jamais avoir été remise en cause, celle-ci n’a eu pour résultat que de creuser davantage le fossé entre les deux communautés dans le sud du pays.

31Le refus dans le camp kirghize, toutes tendances confondues, d’admettre la gravité des événements et l’ampleur des injustices commises envers la minorité ouzbèke se nourrit de fausses idées et de préjugés racistes. Beaucoup de Kirghizes continuent de voir dans les Ouzbeks des étrangers arrogants, inféodés au puissant voisin qu’est l’Ouzbékistan, trop riches, phagocytant les richesses nationales kirghizes. Les Ouzbeks considèrent leurs voisins Kirghizes comme des nomades sans culture ni religion, peu raffinés, pilleurs, paresseux, vandales, irrespectueux du travail et de l’ordre. Les Kirghizes, forts de l’idéologie nationale et nationaliste qui fait du Kirghizstan la patrie des seuls Kirghizes, considèrent, au mépris de la réalité historique, les Ouzbeks comme une population “invitée”, étrangère, tenue de respecter les coutumes et traditions de leur pays d’accueil. Ces perceptions et sentiments, déjà forts avant le conflit, ne font que se renforcer depuis les derniers événements tragiques.

32Plus grave encore, l’attitude du gouvernement provisoire qui, depuis, échoue à rompre avec la spirale nationaliste dans laquelle il est pris pour asseoir sa légitimité, semble être de mauvais augure pour l’avenir du pays. En effet, la présidente par intérim, Roza Otunbaeva, paraît consciente de la gravité de la situation et des injustices perpétrées envers la minorité ouzbèke, mais également de la force du nationalisme populaire dans le Sud. Ce mouvement, incarné par le maire de la ville d’Och, Melis Mirzahmetov – accusé d’avoir pris part à l’organisation des pogroms, ou tout au moins d’avoir laissé faire (Pannier 2010) – oblige le gouvernement central provisoire, pour sa propre survie et pour éviter l’éclatement du pays, à composer avec lui à défaut de pouvoir le stopper. Ainsi, aujourd’hui, plus de trois mois après la tragédie, la présidente par intérim n’a toujours pas réussi à révoquer ce très controversé maire d’Och, soutenu localement par les nationalistes kirghizes, ni pu faire de geste de solidarité envers ses compatriotes ouzbeks, par crainte de réveiller les violences.

33Preuve qu’une vraie vague nationaliste est en train d’envelopper le pays, les élections parlementaires du 10 octobre 2010 ont, ironie du sort, vu le parti le plus nationaliste, Ata Žurt “Patrie”, vitrine légale du Ak Žol, le parti politique du président déchu Bakiev, arriver en tête du scrutin. Dirigé par un duo (Kamčybek Tašiev et Nariman Tuliev) qui a mené campagne avec le slogan « La Kirghizie aux Kirghizes », ce parti obtient trente sièges dans le nouveau parlement (Gaüzère 2010), ce qui lui donne une sérieuse chance d’être l’élément central dans le prochain gouvernement de coalition. Et c’est dans le sud du pays que cette formation politique a obtenu les meilleurs scores. Dans ce contexte, les voix de la communauté ouzbèke se sont orientées vers les deux formations politiques les moins nationalistes : le SDPK, Parti social-démocrate du Kirghizstan d’Almazbek Atambaev, qui représente le gouvernement provisoire, et le parti Ar Namys “Honneur et Dignité” de Feliks Kulov, qui semble avoir achevé sa traversée du désert, avec une campagne axée sur la nécessité d’un régime politique fort, d’une alliance approfondie avec la Russie mais aussi un discours d’ouverture envers les minorités ethniques. En tout état de cause, le gouvernement qui est en train de se former, à l’heure où j’écris ces lignes, devra tenir compte des aspirations nationalistes, pour ne pas aggraver un clivage qui, à terme, pourrait provoquer une partition du pays.

34En guise de conclusion, il nous paraît crucial d’apporter une nuance à l’analyse que nous venons d’exposer. Dans cette étude en cours, donc par définition inachevée, nous avons insisté sur le nationalisme kirghize que nous jugeons principal responsable des récentes tragédies d’Och. Néanmoins nous ne voulons nullement évacuer les autres causes, plus structurelles et impliquant la responsabilité de la communauté internationale dans l’évolution dramatique de ce pays, ancien modèle d’ouverture et de démocratie devenu subitement un contre-exemple à ne pas suivre pour les autres pays de l’ex-URSS. Depuis le début des années 1990, les politiques de développement tant économique que politique, suggérés par le FMI et les bailleurs de fonds internationaux, en privilégiant la “thérapie de choc” et en court-circuitant l’État au profit d’une multitude d’ONG prétendument représentatives de la société civile, ont affaibli les structures étatiques officielles qui, en période de crise, s’avèrent incapables de faire régner l’ordre et la stabilité (Pétric 2008, pp. 91-109 ; Pétric 2010). Elles n’ont pas su susciter la modernisation de l’État (Starr 2006, p. 13) qui, affaibli, est devenu plus perméable aux forces criminelles et mafieuses, surtout dans le Sud, où les milices privées inféodées à des potentats locaux utilisent les forces de l’État à des fins privées. En définitive, la lecture de la crise du Kirghizstan par l’impact du nationalisme ne doit pas se passer d’une combinaison avec les idéologies développementalistes qui ont eu cours en Asie centrale au début des années 1990.

Pour aller plus loin dans ces recherches

35La récente crise d’Och montre l’échec de la construction ex nihilo d’un État-nation, pour une société qui se voulait démocratique et capable de rassembler de façon égalitaire des citoyens de différentes appartenances ethniques. Une étude plus approfondie devra vérifier les hypothèses évoquées ci-dessus, car il nous paraît primordial, pour une meilleure connaissance des sociétés centrasiatiques contemporaines, d’inclure ces dimensions dans l’observation des liens complexes entre identités nationales et fait minoritaire en Asie centrale.

36Les autres États de la région, issus de la même trajectoire, construits politiquement de façon analogue et héritiers au même titre du pouvoir soviétique, ne sont pas à l’abri d’une dérive similaire. Le même problème de coexistence entre une ethnie titulaire majoritaire et des minorités s’observe dans les républiques voisines. Ainsi, au Tadjikistan, où prédomine le même modèle de construction nationaliste de l’État-nation, il n’est pas exclu que des affrontements éclatent entre Tadjiks majoritaires, soi-disant glorieux successeurs de la dynastie des Samanides, et la très forte minorité ouzbèke, qui représente le quart de la population du pays. En effet les rivalités dans l’accès aux ressources et les antagonismes régionaux existent tout autant au Tadjikistan. Le Kazakhstan semble à l’abri de ce genre de risques grâce à sa stabilité politique et à sa bonne santé économique... pour l’instant.

37Par ailleurs, si l’instabilité politique liée à la chute de Bakiev fut un élément déclencheur des hostilités entre Kirghizes et Ouzbeks, il demeure essentiel de poursuivre une réflexion sur les liens entre le degré d’ouverture du pays, le niveau de démocratisation et le mode de cohabitation des différentes communautés ethniques. À la lumière de cette recherche, il sera plus aisé de comprendre si, dans les autres pays d’Asie centrale, la bonne cohabitation interethnique est le signe d’une politique nationale, citoyenne et identitaire réussie ou si, au contraire, l’harmonie n’est qu’une façade qui cache des tensions interethniques sous-jacentes, rendues invisibles par la nature autoritaire du régime politique.

38Enfin, une autre piste de recherche analysera utilement la dissémination de la population ouzbèke en dehors de l’Ouzbékistan : au Tadjikistan, au Turkménistan et au Kazakhstan, où se trouvent d’importantes minorités ouzbèkes, pas toujours intégrées et associées à la gestion des affaires politiques et économiques. Au-delà de l’étude de chaque cas, il conviendra d’accorder une attention particulière aux relations entre ces Ouzbeks et l’Ouzbékistan. Bien que, jusqu’à présent, le président Islam Karimov n’intègre pas les communautés ouzbèkes de l’étranger dans sa politique régionale, il se pourrait que Tachkent finisse par les utiliser à des fins politiques d’influence régionale.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON John
1999 Kyrgyzstan. Central Asia’s Island of Democracy?, Amsterdam, Harwood Academic Publishers.

DOOLETKELDIEVA Asel
2010 « Derrière le masque de l’ethnique », CERI/Alternatives Internationales, article en ligne sur http://www.ceri-sciencespo.com/archive/2010/juillet/art_ad.pdf (dernier accès le 17 octobre 2010).

ELEBAYEVA Ainura, Nurbek OMURALIEV & Rafis ABAZOV
2000 « The Shifting identities and loyalties in Kyrgyzstan: the evidence from the field », Nationalities Papers vol. 28 n° 2, pp. 343-349.

FERRANDO Olivier
2008 « Manipulating the census: ethnic minorities in the nationalizing states of Central Asia », Nationalities Papers vol. 36 n° 3, pp. 489-520.
— 2010 « Violences au Kirghizstan : l’ethnicité a bon dos ! », Le Monde, 18.06.2010.

FUMAGALLI Matteo
2007 « Framing ethnic minority mobilisation in Central Asia: The cases of Uzbeks in Kyrgyzstan and Tajikistan », Europe-Asia Studies vol. 59 n° 4, pp. 567-590.

GAÜZÈRE David
2010 « Douche froide après les élections kirghizes », Mediapart, 15.10.2010, http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/151010/douche-froide-apres-les-elections-kirghizes

HIRO Dilip
2010 « Kyrgyzstan’s Second Tulip Revolution », The Guardian, 8.4.2010, http://www.guardian.co.uk (dernière consultation le 16 octobre 2010).

International Crisis Group
2010 « The Pogroms in Kyrgyzstan », Asia Report n° 193, 23.08.2010, http://www.crisisgroup.org (dernière consultation le 16 octobre 2010).

MARAT Erica
2009 « Nation branding in Central Asia: a new campaign to present ideas about the State and the Nation », Europe-Asia Studies vol. 61 n° 7, pp. 1123-1136.

PANNIER Bruce
2010 « Kyrgyz Mayor Challenges Interim Government », Radio Free Europe, 20.08.2010, http://www.rferl.org/content/Kyrgyz_Protesters_Rally_In_Osh_Attack_Labor_Minister/2132849.html (dernière consultation le 1er septembre 2010).

PÉTRIC Boris
2008 « Observation électorale et réseaux d’ONG transnationaux : le cas du Kirghizstan », Tiers Monde n° 193, pp. 91-109.
— 2010 « Pogroms contre les Ouzbeks à Och au Kirghizstan. Des dangers de la manipulation politique du nationalisme ethnique », Hérodote vol. 3 n° 138, pp. 56-68.

ROY Olivier
1997 La nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations, Paris, Le Seuil.

STARR S. Frederick
2006 « Clans, authoritarian rulers and parliaments in Central Asia », Silk Road Paper.

TCHOROEV Tyntchtykbek
2002 « Historiography of Post-Soviet Kyrgyzstan », International Journal of Middle East Studies n° 34, pp. 351-374.

TISHKOV Valery
1995 « “Don’t kill me, I am a Kyrgyz!”: an anthropological analysis of violence in the Osh ethnic conflict », Journal of Peace Research vol. 32 n° 2, pp. 133-149.

VAN DER HEIDE Nienke
2008 Spirited Performance. The Manas Epic and Society in Kyrgyzstan, Amsterdam, Rozenberg Publishers.

ZÜRCHER Erik & Wilhelm VAN SCHENDEL
2001 Identity Politics in Central Asia and the Muslim World: Nationalism, Ethnicity and Labour in the Twentieth Century, London, Tauris.

Haut de page

Notes

1 Ishak Razzakov, Premier secrétaire du parti communiste de la République socialiste kirghize de 1950 à 1961, est considéré par l’historiographie du Kirghizstan postsoviétique comme un héros national. Il a largement promu, durant son passage à la tête de l’État, l’enseignement de la langue et de l’histoire du peuple kirghize dans les écoles de la république. Quant à Kurmanžan Datka (1811-1907), elle est une héroïne de la région Alaï, dans l’actuel sud du pays, rendue célèbre pour avoir pris les armes et mené le combat contre l’annexion de sa région par la Russie impériale.

2 Il convient de préciser que le terme Ouzbek avait, à l’époque du khanat de Kokand, une acception polysémique désignant aussi bien des turcophones que des persanophones, des sédentaires urbains ou ruraux, ou des tribus de transhumants, et qu’il était concurrencé dans les villes par le terme Sarte. Ce dernier a été de nouveau utilisé durant les pogroms d’Och pour désigner, avec une connotation très péjorative, la population ouzbèke. On a pu constater que ce mot avait été inscrit sur des maisons et des commerces appartenant à des Ouzbeks, dans le but de faciliter le travail des agresseurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Enfant traversant la frontière kirghizo-ouzbèke, juin 2010
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/1521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Crédits Photographies de l’auteur
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/1521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Magasin détruit à Och…
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/1521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre … en dépit du slogan Miru mir! ... “La paix pour le monde !”
Crédits Juin 2010. Photographies de l’auteur
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/1521/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bayram Balci, « Identité nationale et gestion du fait minoritaire en Asie centrale : analyse des affrontements  interethniques d’Och en juin 2010 », Cahiers d’Asie centrale, 19-20 | 2011, 470-484.

Référence électronique

Bayram Balci, « Identité nationale et gestion du fait minoritaire en Asie centrale : analyse des affrontements  interethniques d’Och en juin 2010 », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 19-20 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/1521

Haut de page

Auteur

Bayram Balci

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org