Navigation – Plan du site
Partie I : La construction du Turkestan russe

La médecine moderne au Turkestan russe : un outil au service de la politique coloniale

Sophie Hohmann
p. 319-351

Résumés

Le rattachement de l’Asie centrale à l’Empire russe au moment de la colonisation a eu d’importantes conséquences sur les pratiques médicales et leur rôle. Durant le XIXe siècle, le pluralisme médical a laissé place à une rationalité unique et une conviction de plus en plus forte en une supériorité de la médecine occidentale et des sciences connexes (bactériologie, virologie, etc.). En dépit de la mission humaniste et civilisatrice dont ils se prévalaient, les administrateurs russes ont très vite procédé à la séparation des habitats entre colonisés et colonisateurs. Cette ségrégation spatiale était essentiellement motivée par la peur de la contagion dans un contexte sanitaire difficile et au sein d’une population musulmane qui avait ses propres représentations de la maladie. Dans les logiques coloniales de l’époque, le renforcement de l’intervention de l’État, concomitante aux découvertes faites par Pasteur à la fin du XIXe siècle puis au développement de nouvelles disciplines (médecine tropicale), s’est manifesté comme un élément clé de l’entrée dans une phase nouvelle de gestion de la maladie et des rapports entre administrés et administrateurs. Cet article cherche à éclairer le processus de colonisation russe au Turkestan en le comparant à d’autres expériences coloniales dans le monde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Trois positions théoriques se distinguent à l’époque (théorie des miasmes, théorie contagionniste e (...)
  • 2 Rosen, 1993, pp. 107-270. Voir aussi Ackerknecht, 1948, pp. 529-93 ; Moulin (éd.), 1996a, pp. 123-1 (...)
  • 3 Cohen, 1983, pp. 23-26.
  • 4 Dans de nombreuses colonies, notamment en Inde et en Afrique tropicale, la peur des épidémies const (...)
  • 5 Rosenberg, 1962, pp. 191-197.

1Lorsque les administrateurs et officiers russes s’installent au Turkestan après la prise de Tachkent, ils se préoccupent tout d’abord de leur famille en séparant leur habitat de celui des autochtones. Dans cette logique, ils développent un dispositif embryonnaire de structures médicales dans la partie russe de la ville au moment où la théorie des miasmes1 impose une ségrégation spatiale. Le rôle de l’environnement dans le déclenchement des maladies est alors mis en avant et les théories anticontagionnistes2 prennent leur essor. La fièvre, le paludisme3, ainsi que d’autres maladies, sont attribués à différents facteurs environnementaux tels que la végétation, le sol, la qualité de l’air et de l’eau. Comme en Afrique tropicale ou en Inde, la topographie médicale des sols, de la température, des précipitations joue un rôle majeur dans la détermination de l’espace habitable par les colons4. Les théories environnementales de la maladie (dans la lignée d’Aristote) prévalent dans la médecine occidentale jusqu’à la fin du XIXe siècle, époque où se développent les théories étiologiques. La découverte par Koch du Vibrio Cholerae en 1883 et sa théorie de l’étiologie spécifique ont une influence majeure sur les modes de prévention du choléra. Déjà, en 1855, l’Anglais John Snow avait montré que le choléra se transmettait par les eaux impures5, ce qui avait permis, en Europe, de développer des mesures de prévention par le drainage des eaux souillées. C’est pourquoi la partie asiatique de la ville de Tachkent subit une ségrégation comme la plupart des villes coloniales européennes.

2En outre, les deux parties de la ville, séparées par le canal d’Ankhor, sont si proches qu’on estime nécessaire de créer une « police médicale » dans la partie asiatique afin de contrôler les risques d’épidémies et de contamination, d’appliquer des mesures de prévention en terme d’hygiène et de lutte contre les différentes épidémies majoritairement importées d’Inde, d’Afghanistan, d’Iran et de Russie centrale. La séparation des habitats russe et autochtone révèle la peur de la contagion, qui hante les esprits tant que les mesures hygiénistes ne sont pas efficaces.

3Les garnisons sont donc situées à distance des lieux d’habitation autochtone. Connaissant la transmission hydrique du vibrion, les Russes cherchent à contrôler leur mode d’approvisionnement en eau, mais échouent dans leur projet colossal de construction d’un canal. Ils continuent ainsi à se ravitailler en eau à partir des canaux ouverts [aryq], gérés directement par les autochtones qui en ont la charge et le savoir.

  • 6 Cavanaugh, 2001, p. 30.
  • 7 Marcovich, 1988, pp. 107-108.

4L’organisation de la séparation entre l’habitat autochtone et celui des administrateurs russes, militaires et civils, s’explique donc par le « péril environnemental » dans un espace « exotique » où fourmillent des maladies aussi inconnues qu’incurables à l’époque. En Inde par exemple, les Britanniques construisent un véritable cordon sanitaire autour de la communauté blanche et des autochtones les plus proches (domestiques, travailleurs dans les plantations, soldats), par peur d’être contaminés par la variole, le choléra ou la peste. Au Turkestan, les autochtones font parfois l’objet de déplacements forcés6 commandés par l’administration russe afin de laisser l’espace à ce qui va très vite devenir la ville russe par opposition à la vieille ville. En Algérie, les logiques et processus de peuplement des colons français suivent le même schéma : à proximité de l’ancien noyau urbain [médina] on construit une ville de style européen, très vite appelée « la ville nouvelle »7. À Tachkent, la volonté de recréer un embryon de ville européenne participe aux velléités des autorités coloniales de faire de cette ville un exemple dans le projet colonial de la Russie impériale et surtout de démontrer une supériorité spécifique des Russes sur les colonisateurs occidentaux. Bien qu’il n’empêche pas certaines épidémies de se propager, ce cloisonnement des espaces d’habitation constitue bien entendu un obstacle majeur pour l’accès aux soins, les services étant situés dans la ville nouvelle, au Turkestan comme en Algérie.

Prémisses de la construction de structures médicales modernes

  • 8 Le terme fel’dsher, d’origine allemande, désigne, dans la hiérarchie hospitalière russe, une person (...)
  • 9 Le haut degré de centralisation du gouvernement se traduit par l’assignation des gouverneurs milita (...)
  • 10 Soulignons que, dans les années 1880, un médecin est assigné pour un territoire très vaste soit env (...)
  • 11 Anonyme, 1890a.

5Depuis 1867, chaque région doit théoriquement être pourvue d’un médecin-administrateur, d’un médecin traitant et de deux fel’dsher8. Néanmoins, ces postes sont vacants jusqu’en 1878, lorsque les premiers médecins arrivent de Saint-Pétersbourg pour y être affectés9. Ces médecins sont alors très peu nom-breux10 et souvent absents de leur lieu de travail en raison de leurs déplacements auprès des fonctionnaires tsaristes. Il arrive fréquemment que des familles parcourent de longues distances et ne trouvent personne en mesure d’accorder des soins11.

  • 12 Le premier lazaret (« lieu où doit s’effectuer la quarantaine ») est créé à Venise en 1423, après l (...)

6Avant l’arrivée de ces médecins civils, ceux qui créent les premiers établissements de soins sont les médecins militaires qui ont servi dans les unités de combat contre les khanats de Boukhara, Khiva et Kokand, au tout début de la conquête russe du Turkestan. En 1868, un dispensaire militaire [lazaret]12 ouvre ses portes à Tachkent. Vers 1870, ce dispensaire se transforme en hôpital militaire avec une capacité de 40 lits. La création d’un hôpital pour la population à Samarcande est motivée par les épidémies de choléra, ainsi que des maladies infectieuses qui touchent non seulement les autochtones, mais aussi les militaires et les administrateurs, ainsi que leurs familles.

  • 13 Logofet, 1911, p. 387.
  • 14 Ibidem, p. 387.

7La population autochtone aimerait disposer de services de santé en cas de besoin. Un traitement faisant preuve d’efficacité, ne serait-ce qu’une seule fois, peut contribuer à effacer toute suspicion envers la médecine moderne chez les autochtones13. En témoigne la fréquentation des consultations données par les premiers médecins au tout début de la mission diplomatique permanente russe mise en place à Boukhara en 1870. Des médecins militaires effectuent des visites régulières dans les protectorats de Boukhara et de Khiva auprès des dirigeants, de leur famille et de leur cour. Plus de deux cents autochtones viennent aux consultations chaque jour au cours de la première mission. Les médecins russes ont vite acquis une légitimité aux yeux des dirigeants. Suite à cette expérience, en 1871, l’émir de Boukhara somme K. M. Sadovskij, médecin militaire alors en mission à Samarcande, de venir soigner son fils malade14.

  • 15 Zhdankova, 1889, p. 660.

8Toutefois, il faut attendre que des médecins russes prennent l’initiative de se mettre aussi au service de la population locale, dans les années 1880, pour que les autochtones puissent accéder à des consultations le plus souvent organisées chez le médecin lui-même. Ces médecins, souvent de sensibilité progressiste, ont joué un rôle clé au Turkestan russe, car ils ont permis de développer chez la population autochtone, souvent réfractaire à la médecine moderne qui ne leur était d’ailleurs pas destinée au départ, une sensibilité positive. Les premières femmes médecins arrivent au Turkestan de Saint-Pétersbourg et de Moscou, au moment d’une reconfiguration en leur faveur de leur formation supérieure15, l’une des grandes réformes d’Alexandre II. Ces femmes vont jouer un rôle majeur pour la sensibilisation des populations autochtones à la médecine moderne.

  • 16 Il est, par ailleurs, intéressant de noter ici qu’avec l’ouverture de pharmacies, les traitements e (...)
  • 17 Anonyme, 1902a, p. 656.
  • 18 Abdullaev, 1967, p. 35.
  • 19 Aripov, 1964, p. 48.

9En 1874, une première pharmacie ouvre pour le Turkestan à Tachkent, puis une deuxième à Boukhara en 1889-189016. Dans la vieille ville de Tachkent, le premier point médical ambulatoire est créé en 1883, pour les femmes et les enfants, et le second en 1886, pour les hommes17. À Khiva, le premier hôpital pour la population autochtone est créé en 1886, après la mise en place, en 1873, de structures de soins d’accueil « russo-indigènes » (cinq lits). Cependant, entre 1873 et 1920 (date de sa transformation en République populaire du Khorezm), le khanat de Khiva ne dispose que d’un hôpital de cinquante lits où travaillent trois médecins et deux fel’dsher russes18, pour une population de 600 000 habitants environ à la fin du siècle. Deux structures similaires sont fondées dans le khanat de Boukhara. Le premier hôpital, qui s’ouvre en 1891 dans la vieille ville, constitue le premier service de soins « russo-indigène »19, mais ne dispose au début que de quinze lits (dix pour les hommes et cinq pour les femmes), d’un médecin et de trois infirmiers [ fel’dsher]. Le second hôpital s’ouvre bien plus tard, en 1912, dans la nouvelle ville. Les hôpitaux situés dans la ville russe sont destinés aux fonctionnaires et à leurs familles, les autochtones se rendant, quant à eux, dans les dispensaires créés pour eux dans la vieille ville.

  • 20 Ibidem.
  • 21 Girs, 1883, pp. 157-161.
  • 22 En 1897, on enregistre trente lits uniquement pour la partie autochtone de Tachkent (soit 150 000 h (...)

10Ainsi, si l’on veut dresser un bilan des effectifs médicaux en croisant les sources russes et les études soviétiques, on peut noter qu’au tout début de la colonisation, on n’enregistre qu’un lit pour 13 000 habitants au Turkestan, contre un lit pour 1 100 habitants dans la partie européenne de la Russie et un lit pour 2 600 habitants en Sibérie. En 1887, 115 lits sont à la disposition des quelque 750 000 habitants de la région du Ferghana et on n’enregistre alors qu’un médecin pour 356 000 habitants20. En 1882, le personnel médical au Turkestan se compose de 13 médecins de district [uezd] et de villes, 38 fel’dsher et accoucheuses21 pour trois millions et demi d’habitants environ. En 1897, le système médical du Turkestan comprend 38 hôpitaux et dispensaires (d’une capacité de 2 018 lits)22, dans lesquels travaillent 32 médecins et 131 fel’dsher.

  • 23 Rogovoj, 1965, p. 67.
  • 24 Ibidem, p. 68.

11Une charte concernant la nomenclature des établissements de soins en fonction de leur capacité en lits est établie en 1893 par le ministère de l’Intérieur pour l’ensemble de l’Empire russe. Les hôpitaux de plus de 300 lits relèvent de la première catégorie, ceux qui comptent entre 101 et 299 lits passent dans la deuxième catégorie, ceux qui comptent entre 61 et 100 lits passent dans la troisième catégorie, tandis que ceux de la quatrième et dernière catégorie ont une capacité de 16 à 60 lits. Les établissements de soins qui ne totalisent que 6 à 15 lits ne sont pas étiquetés comme hôpitaux, mais comme « infirmeries » [lechebnica], tandis que ceux qui ne dépassent pas 5 lits sont répertoriés comme « salles de réception des malades » [priëmnyj pokoj]23. Cette charte stipule d’ailleurs qu’un « médecin ne doit pas avoir plus de 40 malades sous sa responsabilité » ce qui semble avoir été difficilement réalisable compte tenu de la faiblesse des effectifs des spécialistes, de la quantité des problèmes sanitaires et des grandes vagues d’épidémies qui terrassent alors la population. Les autorités sont conscientes de ces déficits et une circulaire du ministère de l’Intérieur datant du 14 août 1894 fait augmenter le nombre maximal de patients par médecin pour certaines catégories de maladies : aliénation mentale, syphilis, maladies chroniques et incurables24.

La difficile mise en place d’un système de soins cohérent

  • 25 Shvarc, 1909, p. 927.
  • 26 Aripov, 1964, pp. 48-49.

12Au début du XXe siècle, le Turkestan russe n’offre au mieux que des hôpitaux de quatrième catégorie. La plupart des établissements sont davantage des salles d’accueil pour les patients que des établissements de soins. L’aide médicale reste très limitée ; elle est payante pour les hommes, mais gratuite pour les femmes et les enfants25. Jugeant leurs revenus misérables, les médecins ne tardent pas à développer des structures privées. Ainsi, certains d’entre eux ouvrent des hôpitaux privés qu’ils financent eux-mêmes grâce à leurs salaires : le docteur A. N. Predtechenskij ouvre un service de maternité de 5 lits en 1908 et, en 1909, M. Il’ich ouvre avec S. Slonim un hôpital privé de physiothérapie comprenant 12 lits. Selon les statistiques soviétiques, Tachkent compte en 1913 au total 873 lits en service de soins [stacionary] et 78 médecins, alors que dans la vieille ville l’aide médicale reste faible26.

  • 27 CGA RUz, f. I-1, op. 16, d. 443, ll. 1-2.

13La ségrégation spatiale de l’habitat conjuguée à la faiblesse des initiatives émanant des autorités russes se traduit parfois par des interventions locales malheureuses. Ainsi, dans le village de Toj-Tjube, la population décide de construire un hôpital après avoir reçu l’autorisation du gouverneur militaire en 1869, puis un fonds27. L’hôpital est terminé en hiver 1870 et prêt à accueillir ses premiers malades ; cependant, bien que des médicaments et du matériel soient arrivés de Saint-Pétersbourg, l’administration coloniale ne détache sur place ni médecin ni personnel médical. L’un des témoins de l’affaire, G. A. Kolosov, spécialiste d’anthropologie physique, relate cette expérience :

  • 28 Kolosov, 1903, pp. 98-99.

« Le bâtiment est vide depuis déjà cinq ans : aucun médecin et aucune sage-femme n’ont été envoyés pour s’occuper des malades, seul un fel’dsher aide les malades qui se présentent ; une des chambres est occupée par la pharmacie, l’autre est réservée au cas où des fonctionnaires viendraient en représentation »28.

14En construisant cet hôpital, les habitants de Toj-Tjube ont voulu répondre à une situation sanitaire difficile : là où les champs sont envahis par les marécages, les fièvres se développent très rapidement et les épidémies de malaria sont chose courante. Dans de nombreux endroits du Turkestan, la population malade ou mourante ne peut plus assurer le travail des champs et les récoltes, ce qui nuit gravement à l’économie locale.

15Un autre témoignage montre l’étendue des ravages provoqués par les épidémies chez les autochtones :

  • 29 Saklja désigne le logis des montagnards du Caucase.
  • 30 Gejer, 1894.

« Il y avait des jours où, dans le village de Pskent, on enterrait 30 à 40 corps à la fois. Dans les villages de Sait et de Murad-Ali (non loin de Tachkent) presque toute la population mourut. Dans les saklja29 boueux, des enfants et des troupeaux trouvaient refuge, et des orphelins parcouraient les rues tortueuses des kishlak [qishloq] dans l’espoir de trouver un abri chez des habitants généreux. Des dizaines de desjatin [1,09 hectare] de plantations de riz restèrent non récoltées après la disparition de leurs propriétaires qui trouvèrent la mort dans ces mêmes marécages qui auparavant avaient permis de nourrir et de vêtir leur famille »30.

  • 31 Agzamov et Bakiev, 1965, p. 52.

16Ces épidémies dévastatrices requièrent davantage de médecins et de personnel de niveau intermédiaire. Il faut souligner ici que la formation du personnel médical autochtone est inexistante au Turkestan avant la politique d’indigénisation [korenizacija] qui va débuter dans les années 1920. Hormis les autochtones qui vaccinent contre la variole, aucun « indigène » n’exerce de profession médicale à l’époque. Dans quelques cas, de jeunes Turkestanais issus de milieux aisés vont bénéficier d’une formation dans les universités de Tomsk et de Kazan : le gouverneur du Turkestan alloue quelques bourses d’études à ceux qui reviendraient exercer dans leur pays après leurs études31.

Les paradoxes de la santé publique en situation coloniale

17Concernant les modalités d’accès aux soins pour les femmes autochtones, la volonté progressiste, appelant à la libération de la femme se conjugue difficilement avec le désir de ne pas contredire la tradition locale ainsi que ses représentations politiques. Cependant, même si cette situation est loin d’être courante, en 1896 de nombreuses femmes se tournent déjà vers les services de soins, y compris ceux consacrés aux hommes :

  • 32 Anonyme, 1902a, p. 657.

« Quotidiennement, des milliers de femmes viennent se faire ausculter dans le service ambulatoire pour hommes, elles montrent leur visage, se dénudent devant le médecin homme et acceptent assez souvent de subir une opération ou, si besoin est, de procéder à l’examen des parties génitales »32.

  • 33 Ibidem, pp. 656-657 ; Shvarc, 1909, pp. 925-926.
  • 34 Anonyme, 1906.

18Dans la partie autochtone de la ville de Tachkent, le nombre de visites augmente considérablement : il passe de 1 666 en 1886 à 25 764 en 1896 et à 43 828 en 1901. Parmi elles, on enregistre un quart de femmes autochtones33. Néanmoins, le gouvernement officiel, sous prétexte d’éviter des perturbations en s’immisçant dans la tradition et le fonctionnement de la société locale, décide de fermer ces structures pour les femmes, sur l’injonction des autorités locales autochtones, qui reproduisent en réalité les griefs qui leur sont transmis par les autorités religieuses musulmanes34. Les autorités administratives craignent surtout l’émergence de mouvements nationalistes susceptibles de s’opposer au pouvoir colonial. En effet, l’ingérence de l’administration coloniale aurait alors fourni un prétexte pour une réaction nationaliste de lutte contre l’« oppression coloniale », susceptible de se manifester par des mouvements de jihād. Toutefois, certains médecins continuent de soigner secrètement les femmes qui s’adressent à eux.

  • 35 Snesarev, 1973 ; Kadyrov, 1976 ; Garrone, 2000, p. 15.

19Enfin, l’éloignement des structures médicales est souvent dissuasif pour la population locale, renforçant le rôle des guérisseurs qui disposaient déjà d’une grande autorité. Ces derniers bénéficient d’une très large légitimité au sein de la communauté locale et revêtent une fonction tant thérapeutique que spirituelle. Ils empruntent leurs pratiques médicales à la médecine traditionnelle et à ses diverses influences initiales ainsi qu’à d’autres thérapies traditionnelles reposant sur des systèmes de croyances. Le recours aux différentes catégories de guérisseurs est courant et complètement intégré depuis des générations par la population35. Le colonisateur se heurte à des traditions très ancrées, avec lesquelles il doit composer durant une certaine période, jusqu’à ce que cette collaboration mette en péril le système et les idées de santé publique apportées par les Russes, donc la légitimité de son pouvoir et du système colonial.

Tabib et médecins russes : accords et désaccords

  • 36 En 1868, l’émirat de Boukhara est contraint de signer un accord de protectorat avec les Russes.
  • 37 Juldashev, 1967, pp. 58-60. Le tabib s’apparente à un guérisseur herboriste, mais les définitions p (...)
  • 38 La dracunculose est une helminthiase (parasitose causée par les helminthes) afro-asiatique, due à u (...)
  • 39 En 1870, A. P. Fedchenko, voyageur et naturaliste, organise un département turkestanais de la Socié (...)

20À l’arrivée des Russes36 dans l’émirat de Boukhara, l’enseignement des pratiques médicales dans les madrasa est frappé d’interdiction alors que, dans le passé, il côtoyait presque naturellement celui de l’islam. La médecine hippocratique est pratiquée principalement par des médecins traditionnels, les tabib37. Ceux-ci se spécialisent en fonction des problèmes médicaux rencontrés et des épidémies, en réponse aux maladies qu’ils ont identifiées comme notamment la filaire de Médine, la rishta38, qui infeste les bassins [hauz] à proximité des mosquées principalement dans la région de Boukhara où un quart de la population est touchée au moment de la colonisation russe39.

21À l’époque, les « barbiers » [sartorashi] assument, en plus de leur profession, le rôle de chirurgiens traditionnels, pratiquaient les saignées et l’extraction de la rishta, comme le raconte Arminius Vambéry :

  • 40 Vambéry, 1987, p. 165.

« […] Les plus courageux se font extirper la richta au début même de la maladie. Les barbiers de Boukhara sont assez habiles pour tenir lieu de chirurgien dans ces circonstances spéciales. Ils enlèvent en un instant la portion de chair où la démangeaison s’est fait sentir, et, quand le ver est extrait par ce procédé sommaire, la plaie se guérit bientôt toute seule »40.

22Le rôle des barbiers contre ces parasites s’est d’ailleurs pérennisé, comme en témoigne Ella Maillard lors de son long périple en Asie centrale soviétique au tout début des années 1930 :

  • 41 Maillard, 2001, p. 275.

« Boukhara, arrosée par les derniers canaux d’irrigation venus du Zeravchane, avait la plus mauvaise eau du Turkestan ; 95 % des habitants souffraient des fièvres. Au moment de la crue, tous les bassins, les haous, se remplissaient d’eau : c’était le réservoir général autour duquel se déroulait la vie. On venait y puiser l’eau, y faire ses ablutions, on lessivait, lavait les bols à thé… La saleté en était prodigieuse. C’est par l’eau que la plupart des habitants attrapaient l’embryon du ver de Guinée, le richta […]. Les barbiers en débarrassaient progressivement leurs clients : ils tournaient chaque jour quelques centimètres de l’animal sur une allumette ; il fallait procéder avec prudence, sinon le ver se cassait et tout était à recommencer »41.

  • 42 Cavanaugh, 2001, p. 72.
  • 43 En 1864, le gouvernement d’Alexandre II révolutionne les campagnes russes. L’instauration des zemst (...)
  • 44 Voir sur ce sujet Philippot, 1991, p. 91.
  • 45 Bourdelais, 2003, pp. 94-99.
  • 46 Par ailleurs, les problèmes de conservation de la vaccine rendaient le vaccin peu efficace, ce qui (...)
  • 47 Anonyme, 1882, p. 103 ; Anonyme, 1902b, p. 220.

23Certains guérisseurs participent activement aux campagnes de vaccination, de désinfection des maisons, notamment au cours de la grande épidémie de choléra en 1892. Néanmoins, les tabib peuvent aussi avoir une influence négative sur le développement de la médecine moderne. Ils dissuadent la population de se rendre dans les services de soins existant à l’époque et profitent de leur autorité dans la société pour imposer leur avis, par exemple en matière de traitement de la syphilis dont la prévalence était considérable. Ils décrédibilisent les traitements préconisés par les Russes et imposent aux personnes infectées qui ont recours aux médecins russes de cesser le traitement dès que le symptôme disparaît42. De plus, l’influence des tabib et d’autres acteurs thérapeutiques traditionnels peut aussi être très négative lors des grandes épidémies de choléra durant lesquelles ils accusent souvent les médecins russes d’empoisonner les rivières. De même en Russie, à l’époque des zemstvo43, de nombreux paysans rejettent la médecine conventionnelle, croyant que le médecin contamine lui-même l’eau des puits et des rivières avec le vibrion, et que la vaccination est le signe de l’Antéchrist44. En France, de nombreuses rumeurs circulent lors de l’épidémie de choléra de 183245, favorisant les agressions à l’encontre de médecins accusés d’être des empoisonneurs cherchant à assassiner les pauvres ou à disposer de corps pour leurs expériences de recherches médicales. C’est là qu’émerge une lutte de groupes sociaux contre l’injustice grandissante. D’autres rumeurs circulent sur les campagnes de vaccination contre la variole46, disant que les vaccinateurs en profitent pour marquer les populations. Au Turkestan, la vaccination est interprétée comme un moyen de repérer les garçons pour la conscription et les filles pour la prostitution47.

Représentations de la maladie versus biomédecine : l’exemple de la variole

  • 48 Kadyrov, 1976, p. 27.
  • 49 Sur l’histoire de la vaccination jennérienne : Baxby, 1996, pp. 106-114. Jenner inocule pour la pre (...)
  • 50 Les premières mentions de la maladie dateraient du Ve siècle en Chine. Mais c’est sous la dynastie (...)
  • 51 Montagu, 1991 ; Dixon, 1962, p. 236 ; Leung, 1996, pp. 57-70.
  • 52 Clendenning, 1973, pp. 116-125. Consulter aussi Madariaga, 1982.
  • 53 McNeill, 1998, p. 262.

24Les techniques de variolisation sont connues depuis longtemps, au Turkestan comme ailleurs en Orient48, bien avant les découvertes de Jenner49. En effet, diverses méthodes très anciennes et populaires d’inoculation de la variole ont préexisté à la vaccination jennérienne de la fin du XVIIIe siècle. La variolisation en Chine, essentiellement par inhalation, utilise des pustules humaines50. En 1717, Lady Mary Wortley Montagu, l’épouse de l’Ambassadeur d’Angleterre en Turquie s’inocule la variole avec succès et fait part de cette expérience à l’Académie royale de médecine britannique. L’élargissement à plus grande échelle du processus d’inoculation a d’importants effets sur la morbidité et la mortalité par variole (1 à 2 % de mortalité chez les sujets inoculés, alors que la mortalité par variole oscille entre 10 et 30 %)51. En Russie, Catherine II, impératrice depuis 1762, décide de se faire inoculer la variole. Très influencée par les idées des Lumières, elle entretient une correspondance épistolaire importante avec Voltaire, qui a d’ailleurs rédigé en 1731 un essai intitulé « Sur l’insertion de la petite vérole ». Après que cette expérience eut été tentée avec succès sur sa personne par un médecin britannique, Thomas Dimsbale, l’impératrice décide très rapidement de développer cette pratique en créant des institutions spéciales dans les années 1780, d’abord à Saint-Pétersbourg et à Kiev, puis ailleurs52. La variolisation est interdite en Russie en 1805 et dans les Indes britanniques en 1870. La technique jennérienne de vaccination est diffusée en Asie centrale à partir de 1812 par des marchands tatars qui distribuent à Boukhara et à Samarcande des pamphlets imprimés à Kazan, en langues arabe et tchaghatay, décrivant la méthode de Jenner. Cet exemple montre l’effort concédé par le gouvernement russe pour diffuser les techniques préventives dans les territoires orientaux au-delà des frontières de l’empire53.

  • 54 Anonyme, 1882, p. 103 ; Kadyrov, 1976, p. 27.

25La technique de la variolisation se transmet de génération en génération en Asie centrale où les tabib en particulier sont capables d’inoculer la variole et connaissent très bien la nature contagieuse de la maladie. D’ailleurs, les autochtones se tournent vers les inoculateurs traditionnels lorsqu’ils souhaitent se protéger contre la variole, l’acte de la vaccination étant trop associé, à leurs yeux, à un marqueur négatif imposé par le colonisateur. Dès 1872, la vaccination contre la variole constitue le premier programme de santé publique moderne au Turkestan, comme dans l’ensemble des pays colonisés. Le général von Kaufman, gouverneur du Turkestan, crée alors des postes de vaccinateurs contre la variole [ospennyj privivatel’]. Très peu d’informations sont disponibles sur ces vaccinateurs autochtones, nous savons néanmoins qu’il s’agit de volontaires qui sont exonérés d’impôts et à qui l’administration verse une allocation pour se déplacer et se loger en plus d’un salaire régulier. En 1886, 102 vaccinateurs autochtones sont répertoriés54. Ils sont censés travailler sous l’autorité des médecins de districts, ceux-ci devant superviser le processus de vaccination et la conservation de la vaccine. Au Turkestan, les médecins russes décrivent les procédés utilisés pour varioliser :

  • 55 Anonyme, 1902b, p. 221.

« Pour préparer la lymphe variolique, il existe ici un dépôt de variole auquel les Sartes ont accès ; ils [les vaccinateurs autochtones] ont l’habitude de s’occuper de la vaccination contre la variole. Mais visiblement, la population indigène ne se tourne pas particulièrement volontiers vers ces vaccinateurs, et ils ne se préoccupent pas vraiment de la diffusion de la variole parmi leurs compatriotes […] Je [le médecin anonyme auteur de cet article] n’ai pas de renseignement sur les personnes qui ont transmis ce savoir ni sur la manière dont on a enseigné aux inoculateurs sartes les techniques de variolisation, mais il est indéniable qu’ici, ils ne sont pas à la hauteur de leur tâche ; ainsi, par exemple, lorsqu’il m’est arrivé de vacciner contre la variole, j’ai souvent entendu la déclaration suivante : ‘ mais, vous ne vaccinez pas du tout comme les Sartes’, ‘et comment devrais-je vacciner ?’ [demande le médecin], ‘ tu fais cela de manière beaucoup plus simple [lui répond le Sarte interrogé], lorsque l’inoculateur arrive, il retire son couteau de sa botte et sans aucun préparatif il commence à couper, pas comme vous le faites, mais en vrai [sous-entendu ils ne réalisent pas une petite incision pour introduire la vaccine, mais une grande entaille] »55.

  • 56 Arnold, 1988, p. 50.
  • 57 Ranger, 1981, p. 264.

26De même, en Inde, à l’époque coloniale, les équipes d’inoculateurs autochtones, les tikadars (ceux qui marquent)56, accompagnent le processus d’inoculation de rituels religieux en invoquant la déesse Sitala du panthéon hindouiste (considérée comme responsable de la maladie). Celle-ci a une importance fondamentale dans les représentations populaires de la maladie : vénérée, elle donne la force et protège, négligée, elle apporte la maladie, la douleur. Sur le plateau de Makonde au sud-est de la Tanzanie, les autochtones croient en une déité malveillante, connue sous le nom de Nandenga, qui provoque des épidémies de grippe et de variole. Cette croyance s’est exacerbée sur la vague des épidémies, notamment à l’époque de la première guerre mondiale. Néanmoins, les croyances affirment que Nandenga épargne les enfants qui ont une partie de la tête rasée et ne les affligent pas avec ses « récriminations »57. Ici s’expriment des luttes entre les différentes expressions de contrôle de l’individu à travers la santé. La médecine qu’elle soit traditionnelle ou moderne, s’avère être une arme incontournable dans la volonté de gouverner.

  • 58 En Inde, la vaccination contre la variole devient obligatoire à partir de 1877 (Vaccination Act), à (...)
  • 59 Moulin, 1996b, p. 75.
  • 60 Turin, 1971 ; Marcovich, 1988, pp. 107-108.

27La vaccination jennérienne, introduite en Inde en 1802 par un relais d’enfants vaccinés de bras à bras par le cowpox de Bagdad à Bombay, offre une réflexion sur la capacité et les limites des mesures interventionnistes élaborées par l’État colonial en Inde. Le caractère séculier de la vaccination se situe en opposition avec les rituels qui entourent systématiquement la préparation de la population à la variolisation. Le colonisateur s’est très vite heurté à ces pratiques car les inoculateurs indigènes ne comprennent pas cette nouvelle procédure importée, alors que les leurs ont un sens dans l’imaginaire religieux hindou. C’est pourquoi les vaccinateurs autochtones, qui ont été formés par les colons pour initier des campagnes de vaccination, perpétuent en fait secrètement certains rites et invocations pour que la population accepte la vaccination58 et que ce processus n’entre pas en conflit avec leur culture et leurs représentations. Cela montre aussi que les vaccinateurs autochtones, autrefois inoculateurs, ont tout à fait conscience de la nécessité de protéger la population contre la maladie et, par là, de les contrôler aussi. S’ils n’avaient pas cru en la vaccination, ils se seraient bien gardés de l’intégrer à leurs rituels. Cependant, certains inoculateurs poursuivent leurs pratiques d’inoculation. Celles-ci étant jugées efficaces, ils ne voient pas l’intérêt de les modifier pour adhérer à celles du colonisateur. La variolisation dans le monde colonial en vient parfois à symboliser la tradition nationale précoloniale et focaliser sur elle les sentiments hostiles à l’entreprise coloniale. Il est intéressant de noter ici qu’au moment des indépendances, chaque pays a revendiqué sa version autochtone du mythe : « un geste symbolique qui marque la prise d’initiative humaine face au destin naturel »59. En Algérie, par exemple, de nombreux rapports pastoriens indiquent la préférence donnée par les autochtones à la variolisation sur la vaccination60.

  • 61 Arnold, 1988, pp. 55-57.

28David Arnold relate les rumeurs qui ont accompagné la médecine coloniale lors des campagnes de vaccination contre la variole en Inde ; il écrit que la vaccination était alors évoquée comme « un procédé douloureux et funeste » permettant à l’État de « marquer » ceux qu’il avait l’intention de recruter pour les travaux forcés, de convertir au christianisme ou d’offrir en sacrifices à son propre panthéon61. De même, à l’époque de l’épidémie de peste bubonique en Inde à la fin du XIXe siècle,

  • 62 Fourcade, 2003, p. 425 ; Ramasubban, 1988, p. 55.

« alors que le nouvel Epidemic Disease Act permet aux autorités coloniales de détenir et d’isoler les présumés pestiférés, de détruire leurs biens, de démolir les habitations […] des rumeurs se répandent à travers le pays selon lesquelles des patients indiens sont assassinés pour en ‘extraire une huile végétale devant servir d’onguent magique aux Européens’ »62.

  • 63 Arnold, 1993, pp. 43-58.

29Dans la même logique, au moment de la colonisation russe, alors que les épidémies de choléra, de diphtérie, de typhus, de malaria sévissent, les Turkestanais refusent souvent les pratiques médicales russes, préférant s’en remettre aux figures thérapeutiques traditionnelles, détentrices de la légitimité du pouvoir de guérir et appartenant à leur système de représentations socioculturelles, mais aussi en raison de la peur véhiculée par les guérisseurs à l’encontre des médecins russes. Ces comportements traduisent non seulement une méfiance vis-à-vis du colon et de l’avènement de la nouvelle forme de médecine qu’il impose, non encore légitimée par le pouvoir médical local ni par la communauté, mais aussi une rivalité très forte entre ces deux instances thérapeutiques, chacune détentrice d’un savoir thérapeutique spécifique. Il faut également insister sur les limites du processus d’acceptation et d’intégration des pratiques thérapeutiques traditionnelles par le colonisateur russe, qui ne s’est pas opposé à leur permanence jusqu’à ce que ce processus entre dans une nouvelle phase, celle du rejet de la médecine traditionnelle comme non conforme aux pratiques scientifiques de la médecine moderne. Ce processus de « régression » a été observé dans d’autres pays colonisés, notamment en Inde britannique, comme le montre l’exemple des inoculateurs63.

30La colonisation remet en question le rôle du guérisseur, sa légitimité et le statut de la médecine traditionnelle. Ils sont menacés de disparaître car, comme le mentionne l’anthropologue David Landy,

  • 64 Landy, 1977, p. 468.

« c’est la culture à laquelle il appartient qui lui reconnaît son titre de guérisseur et c’est la préservation de ses valeurs et de ses pratiques qui assure la légitimation de son rôle »64.

Une peur bleue du choléra : les ambiguïtés de la politique coloniale

  • 65 Lapeyssonie, 1988, pp. 257-260.
  • 66 Anonyme, 1909, pp. 923-924.
  • 67 Evans, 1988, pp. 123-146.
  • 68 Sur la révolte du choléra de juin 1892 : Sahadeo, 2005. Sur les aspects épidémiologiques de cette é (...)
  • 69 Turkestanskie vedomosti, 2 juin 1892, n° 22, pp. 10-11.

31Comme les Britanniques en Afrique65, les Russes au Turkestan tentent d’éviter toute interférence dans la vie quotidienne des autochtones, afin de ne pas bouleverser leurs modes de fonctionnement et de maintenir un certain point d’équilibre entre la société locale et les autorités coloniales, notamment entre les différents acteurs thérapeutiques (modernes et traditionnels). Toutefois, l’épidémie de choléra de 1892 modifie cette politique et l’administration coloniale prend très vite des mesures de prévention afin de lutter contre la maladie, entravant les rites funéraires et allant à l’encontre des croyances locales qui pouvaient favoriser la propagation des maladies66, comme ce fut souvent le cas lors de telles épidémies en Europe67. Cet épisode68 permet de saisir la complexité des interactions entre l’État, les administrateurs, les médecins et les populations à travers les mouvements de violence, parfois jugée légitime, marquant l’incompréhension et le refus de la coercition. En 1892, le choléra suscite une véritable révolte, durant laquelle les colonisateurs et les colonisés s’affrontent violemment. Comme dans de nombreuses autres situations coloniales, la violence reste un outil incontournable de la domination coloniale, malgré les découvertes bactériologiques de l’époque et la circulation de ce savoir scientifique. En effet, en 1892, alors que l’épidémie de choléra progresse par l’Afghanistan et la Perse, les autorités tsaristes ainsi que les médecins sont parfaitement informés de son imminence : le journal officiel du Turkestan [Turkestanskie vedomosti] daté du 2 juin 189269 relate cette réalité et informe de la nécessité de respecter les mesures préventives et de lire les informations sur le choléra [o kholere] distribuées en langues russe et locales. Par ailleurs, les découvertes de Pasteur et de Koch y sont mises en avant non seulement afin de rassurer la population, mais surtout pour montrer l’importance de la « foi en la science moderne » pour lutter contre la maladie. Néanmoins, la preuve de l’efficacité de la médecine moderne n’étant pas apportée, les populations autochtones gardent leurs superstitions et considèrent cette maladie comme une arme au service de la domination coloniale. Lorsqu’ils décident de lever les mesures anti-épidémiques obligatoires, les Russes accusent explicitement les autochtones de ne pas vouloir se « civiliser », sans remettre en cause leur propre incapacité à gérer la situation. Ils ont échoué, alors qu’ils avaient à leur disposition les outils de la science européenne pour combattre le choléra.

  • 70 Turkestanskie vedomosti, 14 juillet 1892, n° 28. Le taux de mortalité durant cette épidémie s’élève (...)
  • 71 Shvarc, 1911, pp. 127-142.
  • 72 Sahadeo, 2007, pp. 106-107.

32En effet, en juillet 1892, alors que l’épidémie de choléra se répand rapidement (selon les statistiques officielles, 30 personnes infectées par jour en moyenne dans la partie russe de la ville de Tachkent et 150 dans la partie autochtone durant les deux premières semaines de juillet correspondant au pic de l’épidémie70), les administrateurs décident de ne plus intervenir dans la vie quotidienne des autochtones de la partie asiatique de la ville, et y lèvent donc les mesures coercitives mises en œuvre pour lutter contre le choléra. Le médecin Shvarc condamne « le retard des Centrasiatiques jugés coupables de leur ignorance et de ses conséquences, leur refus du progrès, leur incapacité à accepter la civilisation »71. Cette politique ambiguë suscite de fortes dissensions au sein même des rangs tsaristes. Cet événement majeur montre aussi que la foi en la science en tant qu’objet de transformation de la société turkestanaise et, plus généralement, des sociétés colonisées, s’efface devant la crainte de possibles violences ethniques72.

Un argument stratégique de la lutte contre les épidémies : l’instrumentalisation de la « peur de la contagion »

  • 73 Magzumov, 1967, pp. 30-34 ; Galiev, 1970, p. 64 ; Patterson, 1994, pp. 1171-1191.

33Peu à peu, le processus de colonisation intègre la santé des autochtones, car les épidémies ne tardent pas à infecter les Russes, malgré la séparation des habitats entre colons et autochtones. Au début, les médecins russes au Turkestan, de même que, par exemple, les médecins hollandais au Cap (Afrique du Sud), ou à Batavia (Djakarta), ne se préoccupent que des chefs et dirigeants autochtones, même si cette pratique n’est pas fréquente en raison du fait que ces spécialistes sont assignés avant tout à la protection des colonisateurs. Cette préoccupation concerne les « colonisés » ou, plus précisément, d’abord certains représentants des classes supérieures, essentiellement ceux qui constituaient les piliers de la légitimité communautaire, puis le reste de la population. Alors qu’elle n’a pas été programmée au départ, cette tâche prend rapidement de l’importance par le biais de la rationalité du projet de colonisation et attire de plus en plus l’attention des métropoles. Face à cet ennemi de taille que représente la maladie dans le processus d’expansion coloniale, l’absence d’infrastructures de soins ne peut bien entendu avoir que des conséquences catastrophiques comme le prouvent les épidémies répétées de choléra qui se déclenchent au cours du XIXe et jusqu’au début du XXe siècle73. Ce sont précisément ces épidémies dévastatrices qui vont changer la donne. Les autorités médicales savent pertinemment qu’il est impossible d’empêcher totalement les contacts entre colons et autochtones. L’immigration s’accélère au Turkestan et nécessite des services de santé adéquats pour la survie de ces colons souvent pauvres. Cependant, la création de ces postes médicaux dépend des impôts perçus sur les revenus locaux et du budget accordé par le département médical du ministère des Affaires intérieures russe.

  • 74 Arnold, 1988, pp. 7-8. Voir aussi, sur la justification médicale de la ségrégation raciale, le disc (...)
  • 75 CGA RUz, f. I-17, op. 1, d. 28962.
  • 76 CGA RUz, f. I-17, op. 1, d. 28962.
  • 77 Zairov, Bolkunov et Chapirov, 1979, p. 12.

34Au XIXe siècle, conformément aux idées coloniales de l’époque, la maladie est presque systématiquement assimilée par les colonisateurs à l’incontournable preuve du retard des peuples colonisés. Le manque d’hygiène et la mauvaise qualité de l’alimentation, associés à l’absence de surveillance sanitaire et à la faiblesse des traitements, favorisent la multiplication des cas de tuberculose et des maladies vénériennes. La syphilis et le pian sont tout particulièrement associés au caractère « primitif » de ces peuples et à leur retard « social et mental »74. Dans la partie russe de Tachkent, le développement de la prostitution touche de nombreuses couches de la société coloniale, quelles que soient la classe sociale et la « race ». Ce phénomène est exacerbé par l’accroissement du nombre de migrants pauvres venant travailler au Turkestan dans les usines de coton, sur les terres agricoles ou à la construction du chemin de fer. Les mesures sanitaires prises afin de combattre les flambées épidémiques s’avèrent peu efficaces en raison du manque de moyens et d’hommes. Elles deviennent de plus en plus organisées au début du XXe siècle, avec la révolution pasteurienne. Les descriptions faites du Turkestan par les Russes dans les années qui suivent la colonisation imposent une vision « arriérée » de peuples vivant dans un « état de saleté épouvantable […] dans leurs cours gisent des amas de fumier et d’excréments qui ne sont pas ramassés »75. À Tachkent en 1876, « seule la rue principale de la ville nouvelle, où se trouvait l’habitat des colons vers le bazar central, était pavée. Les conduites d’eau ainsi que les systèmes de canalisation étaient totalement absents »76. À l’époque, la mortalité générale chez les colons (russes et européens) est de 50,9 pour 1 000 habitants, la plus élevée de tout l’Empire russe, ce qui laisse imaginer un taux de mortalité bien supérieur dans la population autochtone pour laquelle les données sont absentes77.

  • 78 Ibidem, pp. 12-13.
  • 79 CGA RUz, f. I-17, op. 1, d. 28947, l. 5.
  • 80 Otchët o sanitarnom sostojanii, 1913, p. 94.

35Les problèmes d’insalubrité apparaissent comme la cause de nombreuses pathologies dont les plus courantes sont les infections intestinales, diarrhéiques, les dysenteries, la typhoïde et le choléra. Entre 1893 et 1908, la morbidité par typhoïde au Turkestan est en moyenne de 11,6 pour 1 000 habitants, soit deux fois plus que dans l’armée russe (5,9). Elle atteint son niveau le plus haut dans les villes où l’absence de structures sanitaires minimales se conjugue avec une forte densité de la population. À Tachkent, le taux de morbidité moyen sur dix ans, entre 1907 et 1916, s’élève à 250 pour 100 000 habitants avec des variations allant de 116 cas à 761 cas pour 100 000, mais l’enregistrement n’est pas systématique à l’époque. Les indicateurs de morbidité pour les régions de Syr Darya, Ferghana et Samarcande varient respectivement de 20 à 113, de 5 à 103 et de 3 à 9 cas pour 100 000 habitants78. De même, les épidémies de dysenterie sont diverses fois répertoriées par les autorités entre 1872 et 1917, avec un taux de morbidité variant de 40 à 1 448 cas pour 100 000 habitants. Bien souvent, les malades se cachent pour échapper aux politiques de quarantaine, de désinfection, de destruction des effets personnels, etc., d’où la difficulté d’effectuer des enregistrements reflétant la réalité. De plus, l’absence de diagnostic efficace ne permet pas de combattre ces épidémies à l’époque79. Selon les rapports des médecins militaires80, la courbe des épidémies de dysenterie prend une forme plus régulière, en hausse, à partir de 1906, sans doute en raison de l’amélioration des diagnostics et donc d’un meilleur enregistrement des malades. La hausse de cet indicateur s’explique par ailleurs par l’augmentation, à partir du début du XXe siècle, de l’immigration vers les nouvelles terres colonisées.

Le rôle des médecins « progressistes » dans la lutte contre la maladie

  • 81 Il s’agit d’un établissement où l’on procure des soins à des malades qui non hospitalisés (hôpital (...)
  • 82 Zhdankova, 1889, n° 30, p. 660 ; eadem, 1889, n° 31, pp. 686-688. Entre 1884 et 1885, 4 056 femmes (...)
  • 83 Lunin, 1962, p. 249.
  • 84 Zhdankova, 1889, n° 31, p. 688. Dans cette polyclinique en 1886, 2 022 femmes et 1 020 enfants (sur (...)

36Au Turkestan, malgré l’absence d’un réseau de santé publique organisé pour les autochtones, des médecins russes de sensibilité progressiste prennent l’initiative de créer des services de soins pour la population « indigène » afin de lui venir en aide. En octobre 1882, trois femmes médecins, Natalija N. Gundius, Anna C. Poslavskaja et Evgenija N. Mandel’shtam, transmettent un rapport au général-gouverneur Chernjaev, accompagné d’une déclaration indiquant leur volonté de soigner gratuitement les femmes et les enfants, et lui demandant l’autorisation de créer une polyclinique [ambulatorija]81 pour les femmes dans la partie autochtone de la ville. Celle-ci ouvre ses portes en 1883, il s’agit là du premier hôpital spécialisé pour les femmes autochtones au Turkestan82. Ces trois femmes médecins ont été informées, durant leurs études de médecine à Saint-Pétersbourg, par d’autres médecins ayant travaillé au Turkestan, des conditions catastrophiques des femmes turkestanaises en matière d’accès aux soins83. Après les points de santé créés à Tachkent, on ouvre une polyclinique pour femmes et enfants à Samarcande en 188684, ainsi que d’autres structures de soins à Khodjent et à Kokand en 1887 (grâce à M. I. Shishova, femme médecin très influencée, comme toutes les autres, par les idées progressistes et notamment par Nikolaj Chernyshevskij), à Marguilan en 1891 et à Namangan en 1889. À Andidjan, un premier hôpital et un service ambulatoire pour femmes et enfants (20 lits) ouvrent le 12 septembre 1887 sur ordre du général-gouverneur du Turkestan. En 1891, on enregistre 10 femmes médecins russes au Turkestan, principalement des médecins d’État, mais certaines d’entre elles travaillent dans le secteur privé, encore très embryonnaire. La presse spécialisée triomphe :

  • 85 Vrach, 1889, n° 31, p. 687.

« Les femmes médecins Gundius, Poslavskaja, Varshavskaja, Gracheva-Garnovskaja travaillent très bien sur nos confins, chez ceux qui ne connaissent pas encore l’aide médicale : les Sartes, les Tatars, les Kirghizes, les Perses et les autres »85.

  • 86 Ibidem, n° 30, p. 662.

« […] Dans nos périphéries et nos gouvernorats musulmans et étrangers, les habitantes ne se tournent jamais vers les médecins hommes en raison de toutes sortes de préjugés et de croyances religieuses. Le gouvernement lui-même a organisé des dispensaires avec des femmes-médecins afin d’accueillir les femmes et les enfants à Tachkent, à Samarcande et à Khodjent […] »86.

37Le docteur O. I. Solnyshkina, qui a dirigé le service ambulatoire pour femmes et enfants à Andidjan durant dix ans, fait partie de ces médecins progressistes qui ont considérablement aidé la population autochtone à l’époque tsariste. Entre le 8 février 1888, lorsque débute l’accueil des malades, et le 10 août de la même année, le service ambulatoire a reçu 1 339 femmes et 640 enfants et a organisé environ 4 290 visites à domicile. En 1889, 12 588 personnes sont venues en consultation. En 1898, une correspondance dans le journal Turkestanskie vedomosti relate ainsi le travail de O. I. Solnyshkina :

  • 87 Aliev, 1986, pp. 73-74.

« Donne à notre kraj, mon Dieu, davantage de médecins aussi désintéressés que Madame Solnyshkina, pour laquelle la satisfaction de l’accomplissement de sa tâche est véritablement une récompense unique pour son action, tout comme pour les travailleurs, qui comme elle, ont durant tout ce siècle risqué leur vie, utilisé leurs forces et leur santé et finalement restent complètement démunis au cours de leur vieillesse ou lorsque leur santé défaillit, perdant toute possibilité de travailler »87.

  • 88 Makhmudov, 1988, pp. 68-70.

38En 1914, quarante-cinq femmes médecins sont présentes au Turkestan, mais la plupart d’entre elles repartent en Russie au moment où éclate la première guerre mondiale. Une autre femme prend alors la relève : A. A. Shorokhova (de Saint-Pétersbourg elle aussi), arrivée en 1916 à Tachkent. Ces véritables pionnières jouent un rôle incontestable de sensibilisation des femmes et des enfants aux pratiques hygiéniques de base88.

39De nombreux médecins progressistes, qui recherchent une autonomie professionnelle et une liberté politique, se mobilisent alors pour développer un accès aux soins de base pour les autochtones. Ils soignent les hommes dans les hôpitaux militaires et mettent en place à Tachkent en 1896 la première polyclinique pour hommes autochtones. L’administration coloniale leur demande d’ailleurs de les soigner et de leur distribuer des médicaments gratuitement, pour les convaincre de se tourner vers la « médecine moderne et la civilisation ».

40À cet égard, un autre exemple éclairant mérite d’être cité. Le médecin D. S. Polienko, qui exerce la chirurgie dans l’hôpital pour hommes de la vieille ville de Tachkent, écrit en 1890 dans un discours officiel :

  • 89 Aripov, 1964, p. 47.

« […] en qualité de membre fondateur du service de chirurgie de notre établissement de soins, je me considère non seulement en droit, mais aussi dans l’obligation de m’exprimer sur la situation du service chirurgical. Ce sujet soulève des questions importantes et exige une discussion urgente. J’espère que ma déclaration attirera votre attention bienveillante »89.

41En effet, à l’époque, de nombreux malades se tournent vers les services de soins avec des besoins urgents, mais il est impossible de les soigner par manque de lits. Sur l’initiative du docteur D. S. Polienko, deux lits en chirurgie sont déployés et il est décidé de ne pas refuser les cas extrêmes. Toutefois, le rapport de ce médecin n’a guère de succès, comme le montre le fait que le maire convainc l’administration de l’établissement de soins en question de « l’insuffisance du bien-fondé, de l’incapacité et de l’inopportunité de cette requête ». D. S. Polienko soigne pourtant des malades avec des calculs urinaires, des hernies étranglées, etc., alors que les conditions de l’établissement ne répondent pas aux exigences de base d’une intervention chirurgicale. Dans ses rapports sur le travail de l’établissement, il écrit :

  • 90 Ibidem.

« […] je regarde ces deux lits comme un moindre mal inévitable et je me réconcilie avec eux [les deux lits – l’absence de moyens] seulement pour éviter encore un plus grand mal, celui de rester sans recours chirurgical possible pour ce malade qui, dans le cas contraire, serait condamné à une mort certaine »90.

42Ces médecins qui se disent progressistes, hommes et femmes, jouent un rôle considérable au Turkestan à l’époque tsariste. Parallèlement aux idéaux humanistes qu’ils se fixent, ils appartiennent souvent à des mouvements libéraux, cadets, révolutionnaires. Ils en arrivent à condamner la politique coloniale et, en butte à une réalité quotidienne difficile, ils critiquent l’absence de moyens et d’organisation rationnelle émanant des autorités tsaristes.

43En outre, ces médecins participent activement à la compréhension et à la réception de la médecine moderne par les autochtones, modifiant leurs représentations, basées essentiellement sur des explications personnalistes de la maladie, explications qui contredisent les buts et l’essence de la médecine moderne. Ces modifications d’une partie des sociétés locales ont permis d’asseoir la légitimité de la médecine moderne et des programmes de santé publique que les Bolcheviks vont initier à partir des années 1920.

Circulation du savoir et réflexion sur les pratiques médicales dans le contexte colonial

  • 91 Créée en 1883 en Russie, la société Pirogov incarnait la discipline hygiéniste comme une particular (...)
  • 92 Parmi elles, la revue médicale russe Vrach [Le médecin] (puis Russkij Vrach [Le médecin russe] qui (...)
  • 93 Rasmussen, 2001, pp. 213-230.

44L’épidémie de choléra de 1892 va pousser les médecins à s’organiser pour lutter contre cette maladie meurtrière et coordonner les mesures anti-épidémiques. La création de trois sociétés de médecins concomitante à ces grandes vagues épidémiques exprime la nécessité d’élaborer un cadre institutionnel solide, au sein duquel les médecins puissent réfléchir et travailler ensemble. Suivant le modèle de la société Pirogov91, la société des médecins du Ferghana est ainsi créée en 1892, celle des médecins du Transcaspien en 1896, puis celle des médecins du Turkestan (sise à Tachkent) en 1899. Cette dernière compte 90 médecins, vétérinaires et pharmaciens. Cette assemblée se donne pour but de contribuer à l’amélioration de tous les domaines de la médecine, de mettre en place des bibliothèques de médecine et d’histoire de la médecine, des laboratoires, des polycliniques et des établissements de soins, ainsi que de publier des travaux scientifiques et des brochures, en langues russe et locale, relatives aux questions portant sur l’hygiène. Liées aux 33 autres sociétés de médecins de l’Empire russe, elles jouent un rôle très positif dans la promotion d’une véritable conscience professionnelle du corps médical, dans la recherche de traitements, dans l’étude des expériences médicales qui ont alors lieu dans le monde colonial. Cela permet aux médecins non seulement de suivre les progrès scientifiques, mais aussi de réfléchir à leurs modes d’action en s’inspirant des expériences coloniales européennes. En plus des publications médicales éditées à Saint-Pétersbourg, cette circulation de savoir s’effectue également par le biais de revues92 médicales locales et des rapports produits par ces sociétés. Par ailleurs, il faut souligner également l’importance, à partir de 1851, des grands congrès internationaux d’hygiène et de médecine, ainsi que les conférences sanitaires93.

  • 94 Hutchinson, 1985, pp. 428-429. Ce conflit entre hygiénistes et bactériologistes, à la fin du XIXe s (...)

45Ces congrès internationaux ont une importance majeure, car ils constituent un excellent instrument de liaison entre les médecins et la classe politique, mais permettent aussi de partager les expériences coloniales dans une optique médicale. Ces congrès ont largement participé à la fabrication de la raison scientifique, à la construction d’une cause, celle de l’hygiène universelle (au moment où les débats entre les hygiénistes et les bactériologistes prennent une tournure idéologique94), en direction des milieux politico-administratifs et de l’opinion publique, ainsi qu’à leur circulation jusqu’aux confins du Turkestan grâce aux actions de médecins « éclairés » et progressistes, qui jouent un rôle important dans la diffusion des idées et des pratiques médicales et hygiénistes.

Conclusion

  • 95 La colonisation européenne prend néanmoins des formes différentes à travers le travail des missionn (...)
  • 96 Moulin (éd.), 1996a, pp. 95-105.
  • 97 Philipps and Killingray (ed.), 2003.

46L’instrumentalisation de la médecine à des fins politiques se retrouve dans les politiques impériales de nombreux pays colonisés95. Au tout début du XIXe siècle, les résultats de la vaccination jennérienne96 fournissent pour la première fois la preuve que l’homme peut dominer la maladie, ce qui par la suite sera instrumentalisé par les pouvoirs coloniaux. Cependant, l’épidémie mondiale de grippe espagnole qui débute en 1918 va remettre en cause ce paradigme et imposer une nouvelle organisation administrative et sanitaire des sociétés97. Avant la seconde moitié du XIXe siècle, l’étiologie spécifique est un concept inconnu, le diagnostic même des maladies est difficile à établir en raison des ressemblances entre maladies à symptômes similaires (association entre la malaria et la fièvre jaune ou le typhus par exemple). Ce vide explicatif est la porte ouverte à de multiples interprétations par les médecins qui s’efforcent (ou sont convaincus) d’expliquer la maladie par des concepts contagionnistes ou anticontagionnistes. Ainsi, jusqu’aux découvertes de Pasteur, l’inconnu et l’indicible de la maladie et de ses causes constituent un obstacle de taille pour la plupart des administrations coloniales. Koch lance un véritable défi à la thèse environnementale lorsqu’il affirme dans la Revue scientifique en 1888 que :

  • 98 Koch, 1888, p. 563.

« Les maladies infectieuses, et spécialement les épidémies militaires, ne sont jamais produites par la saleté, par la viciation de l’air provenant de l’entassement des hommes, par la faim, la pauvreté, les privations, ni par la somme de tous ces facteurs »98.

  • 99 Anonyme, 1890b.

47Ces découvertes fondamentales ont joué un rôle majeur dans la « mission civilisatrice » que s’est octroyée la Russie impériale dans son projet de colonisation au Turkestan, que ce soit du point de vue des administrateurs ou de celui des médecins, même si leur raisonnement et leurs objectifs immédiats diffèrent. Le prisme de la médecine permet d’aborder la complexité des interactions entre les colonisateurs eux-mêmes. Ils avancent la nécessité de « sauver » la population autochtone (« sans nous, leur sort aurait été bien pire »99, disent-ils par exemple) et s’appuient surtout sur une argumentation scientifique pour légitimer une coercition née du rapport de forces dans lequel ils se trouvent.

  • 100 Rudolph Virchow (1821-1902), une des figures les plus célèbres de l’histoire de la médecine au XIXe(...)
  • 101 Arnold, 1988, p. 7.

48À un autre niveau, les traitements médicaux introduits par le colonisateur représentent le pouvoir qui s’oppose à la médecine traditionnelle, définie comme irrationnelle et dangereuse. Les caractères sociaux, économiques et environnementaux de la maladie sont largement occultés au profit de sa seule explication biologique, qui justifie les méthodes d’intervention coloniales. Rudolph Virchow100 illustre le contexte colonial en disant que la politique n’est « rien d’autre que de la médecine à grande échelle ». Dans son ouvrage sur la médecine impériale, David Arnold va plus loin et qualifie la médecine coloniale de la fin du XIXe et du début du XXe siècle de « [politique] à une échelle de masse »101. La médecine et la santé publique font partie du domaine d’activité du politique qui, à travers elles, cherche à définir ses modes de légitimation et ses règles de fonctionnement.

  • 102 Michel Foucault fait l’hypothèse qu’un bio-pouvoir est né au XVIIIe siècle, en tant que rapport ent (...)
  • 103 La leishmaniose cutanée (parasitose) a été identifiée pour la première fois au Turkestan russe par (...)
  • 104 Brojdo, 1902, p. 1853.
  • 105 Eadem, 1906, pp. 1055-1057.

49C’est à cette même époque que la population commence à faire l’objet d’une réelle attention de la part de l’administration dans le monde colonisé. L’importance donnée à la médecine tropicale et aux recherches en parasitologie va modifier les raisonnements coloniaux concernant la couverture médicale de la population autochtone. Cette politique s’annonce comme celle d’un biopouvoir, notion que Foucault théorisera en 1976 dans La volonté de savoir comme instrument de contrôle et de régulation des populations102. Elle se traduit par la nomination de commissions spéciales et la création d’instituts. Parallèlement des médecins experts sont envoyés sur place, dans certaines colonies européennes d’Asie et d’Afrique, pour étudier les maladies tropicales peu connues et très invalidantes : dracunculose [rishta], paludisme et leishmaniose103 au Turkestan (dans les années 1890), la maladie du sommeil en Ouganda (1902), la peste en Inde (1890), ou le paludisme au Malawi (1912). C’est aussi la grande période des instituts de médecine coloniale, et la Russie va s’inspirer de différentes expériences européennes dans ce domaine104. Elle enverra notamment plusieurs de ses médecins à l’étranger, y compris des femmes. L’une d’elles, S. Brojdo, passera deux années en Algérie et en Tunisie auprès des populations musulmanes. Ces médecins s’appuieront ensuite sur ces expériences et sur l’organisation du système de santé français, par exemple, pour mettre en œuvre des modes d’action et de gestion de la santé adaptés chez les populations musulmanes de l’Empire russe105.

50La médecine apparaît comme un outil fondamental dans l’évolution des rapports de pouvoir, de loyauté et in fine de légitimation d’un système politique. Le processus colonial l’a démontré dans la plupart des territoires colonisés. La médecine figurait comme une arme conférant un pouvoir de choix aux colonisateurs, même si les matériaux et données disponibles sur la colonisation dans le monde ne donnent pas toujours la preuve de cette assertion.

  • 106 Sur la production du discours orientaliste chez les intellectuels russes, consulter Laruelle, 2005, (...)
  • 107 Dostoïevski, 1972, p. 1462.

51L’auto-définition du colonisateur participe de cette approche qui part de l’interrogation suivante : en fonction de quoi et par rapport à qui se définit-on106 ? Fëdor Dostoïevski, dans son Journal d’un écrivain, répond partiellement à ce questionnement pour l’avancée russe en Asie : « En Europe nous avons été des Tatars, en Asie nous serons à notre tour des Européens »107. Cet imaginaire européen, qui nous relie aux propos d’Edward Saïd, auteur de l’interprétation post-moderne de l’orientalisme, apparaît en filigrane lorsque l’on se concentre sur cette rhétorique de la « mission civilisatrice » qu’un pouvoir, qu’un empire s’octroie pour le « bien » subjectif de l’Autre et l’amélioration de sa condition, articulant sa pensée et son discours autour d’une vision purement binaire de Soi par rapport à l’Autre.

52L’enjeu médical, marqué par le regard posé par le colonisateur sur le colonisé, garde son caractère opérationnel si l’on accepte le cadre colonial comme schéma descriptif d’intégration à l’URSS.

Haut de page

Bibliographie

ABDULLAEV A. A., 1967 : « Razvitie zdravookhranenija v Khorezmskoj oblasti [Le développement de la santé publique dans l’oblast’ du Khorezm] », Medicinskij zhurnal Uzbekistana [La revue médicale d’Ouzbékistan], n° 11, pp. 35-36.

ACKERKNECHT Erwin H., 1948 : « Anticontagionism between 1821 and 1867 », Bulletin of the History of Medicine, n° 22, pp. 529-593.

AGZAMOV B. S. et A. B. BAKIEV, 1965 : « Iz istorii podgotovki medicinskikh kadrov v Uzbekistane [De l’histoire de la préparation des cadres médicaux en Ouzbékistan] », Sovetskoe zdravookhranenie [Santé publique soviétique], n° 3, pp. 51-55.

ALIEV M. M., 1986 : « Rol’ russkikh vrachej v razvitii zdravookhranenija v Ferganskoj doline [Le rôle des médecins russes dans le développement de la santé publique dans la vallée du Ferghana] », Sovetskoe zdravoohranenie [Santé publique soviétique], n° 9, pp. 73-74.

ANDERSON Warwick, 2003 : The Cultivation of Whiteness : Science, Health and Racial Destiny in Australia, New York : Basic Books.

ANONYME, 1882 : « Sanitarnoe sostojanie Turkestanskogo kraja v 1880 godu [La situation sanitaire du kraj du Turkestan en 1880] », Turkestanskie vedomosti [Bulletins turkestanais], le 6 juin, n° 26, p. 103.

ANONYME, 1890a : « Medicinskie nabroski o Turkestane [Les contours médicaux au Turkestan] », Vrach [Le médecin], n° 36, pp. 853-854.

ANONYME, 1890b : « Na okrainakh (medicinskie nabroski o Turkestane) [Sur les confins. Les contours médicaux au Turkestan] », Vrach [Le médecin], n° 36, pp. 827-828.

ANONYME, 1902a : « Tuzemnaja chast’ gor. Tashkenta. Otnoshenie eja naselenija k russkoj medicine [La partie indigène de la ville de Tachkent. La relation de sa population avec la médecine russe] », Russkij vrach [Le médecin russe], n° 17, pp. 656-657.

ANONYME, 1902b : « Pis’ma iz Tashkenta. O tabibakh. Èpidemii ospy. Ospoprivivateli tuzemcy [Lettre de Tachkent. Sur les tabib. Les épidémies de variole. Les inoculateurs indigènes] », Russkij vrach [Le médecin russe], n° 1, vol. 1, pp. 220-221.

ANONYME, 1906 : « V Dume [À la Douma] », Turkestanskie vedomosti [Bulletins turkestanais], n° 119.

ANONYME, 1909 : « Medicinskaja pomoshch’ tuzemnomu neseleniju goroda Tashkenta [L’aide médicale à la population indigène de la ville de Tachkent] », Russkij vrach [Le médecin russe], n° 27, pp. 923-924.

ARIPOV M. A., 1964 : « K istorii bol’nichnogo fonda v dorevoljucionnom Uzbekistane (1867-1917 gg.) [De l’histoire des hôpitaux en Ouzbékistan prérévolutionnaire] », Medicinskij zhurnal Uzbekistana [La revue médicale d’Ouzbékistan], n° 11, pp. 47-49.

ARNOLD David, 1988 : Imperial medicine and Indigenous societies, Manchester : Manchester University Press.

ARNOLD David, 1993 : Colonizing the Body : State Medicine and Epidemic Disease in Nineteenth-Century India, Berkeley : University of California Press.

BAXBY Derrick, 1996 : « Edward Jenner et l’introduction du vaccin antivariolique », in A.-M. MOULIN, 1996a, pp. 106-114.

BOURDELAIS Patrice (éd.), 2001 : Les hygiénistes : enjeux, modèles et pratiques, Paris : Belin.

BOURDELAIS Patrice (éd.), 2003 : Les épidémies terrassées, une histoire des pays riches, Paris : Éditions de la Martinière.

BROJDO S., 1902 : « Otkrytie Instituta kolonial’noj mediciny [L’ouverture de l’Institut de médecine coloniale] », Vrach [Le médecin], n° 50, p. 1853.

BROJDO S., 1906 : « Organizacija podachi medicinskoj pomoshchi tuzemcam vo francuzskikh kolonijakh [L’organisation de l’aide médicale destinée à la population indigène dans les colonies françaises] », Russkij vrach [Le médecin russe], n°34, pp. 1055-1057.

BUTCHART Alexander, 1998 : The Anatomy of Power : European Construction of the African Body, London : Zed Books.

CASTIGLIONI André, 1931 : Histoire de la médecine, Paris : Payot.

CAVANAUGH Cassandra M., 2001 : Backwardness and biology : medicine and power in Russian and Soviet Central Asia, 1868-1934, Ph.D. Dissertation, Columbia University.

CLENDENNING Philip, 1973 : « Dr. Thomas Dimsbale and Smallpox Inoculation in Russia », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, vol. 28, Avril, pp. 109-125.

COHEN William B., 1983 : « Malaria and French imperialism », Journal of African History, n° 24, pp. 23-36.

CRUM Nancy F., 2005 : « History of U. S. Military Contributions to the Study of Parasitics Diseases », Military Medicine, n° 170, p. 17.

CURTIN Philip D., 1985 : « Medical Knowledge and Urban Planning in tropical Africa », The American Historical Review, n° 90, pp. 594-613.

DEBONO Ludovic et G. RENAUD, 2000 : « La médecine des zemstvos », Santé publique, vol. 12, n° 4, pp. 457-469.

DIXON Cyril W., 1962 : Smallpox, Londres : Churchill.

DOSTOÏEVSKI Fëdor, 1972 : Journal d’un écrivain, 1873-1881, Paris : Gallimard.

DUSHMANOV S. Kh., 1987 : « Zemskaja medicina v Zapadnom Kazakhstane [La médecine des zemstvos dans le Kazakhstan occidental] », Sovetskoe zdravookhranenie [Santé publique soviétique], n° 4, pp. 68-71.

EVANS Richard J., 1988 : « Epidemics and Revolutions : Cholera in nineteenth-century Europe », Past and Present, n° 120, pp. 123-146.

FOURCADE Marie, 2003 : « Les Britanniques en Inde (1858-1947) ou le règne du ‘cyniquement correct’ », in Marc FERRO, Le livre noir du colonialisme, Paris : Éditions Robert Laffont, pp. 401-466.

FOUCAULT Michel, 1976 : La volonté de savoir. Histoire de la sexualité, Paris : Gallimard, t. 1.

FOUCAULT Michel, 1997 : Il faut défendre la société, Paris : Gallimard/Seuil, coll. « Hautes Études ».

FRIEDEN Nancy Mandelker, 1981 : Russian physicians in an era of reform and revolution, 1856-1905, Princeton : Princeton University Press.

GALIEV V. Z., 1970 : « Vrachi-revoljucionery o golode i kholere 1892 g. v Kazakhstane [Les médecins révolutionnaires à propos de la famine et du choléra en 1892 au Kazakhstan] », Sovetskoe zdravookhranenie [Santé publique soviétique], n° 8, pp. 74-78.

GARRONE Patrick, 2000 : Chamanisme et islam en Asie centrale. Monde Causasien et Tatar - Asie Centrale et Haute Asie, Paris : Librairie d’Amérique et d’Orient.

GEJER I., 1894 : « Ot Tashkenta do Gavy [De Tachkent à Gava] », Turkestanskie vedomosti [Bulletins turkestanais], 22 novembre, n° 10.

GIRS F., 1883 : « Otchët revizirujushchego Turkestanskogo kraja [Rapport de l’inspection du kraj du Turkestan] », Saint-Pétersbourg.

HOHMANN Sophie, 2007 : « Santé et changement social en Ouzbékistan : recours thérapeutiques et politiques sanitaires », Thèse de doctorat, Paris, EHESS.

HUTCHINSON John F., 1985 : « Tsarist Russia and the Bacteriological Revolution », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, n° 40, pp. 428-429.

JULDASHEV SH. G., 1967 : « Russkie vrachi v dorevoljucionnoj Bukhare [Les médecins russes dans la Boukhara révolutionnaire] », Medicinskij zhurnal Uzbekistana [La revue médicale d’Ouzbékistan], n° 9, pp. 26-28.

KADYROV A. A., 1976 : Stanovlenie i razvitie sovetskogo zdravookhranenija v Uzbekistane [Formation et développement de la santé publique soviétique en Ouzbékistan], Tachkent : Medicina.

KOCH Robert, 1888 : « Les maladies infectieuses et l’armée », La Revue scientifique, p. 563.

KOLOSOV G. A., 1903 : « Medicinskaja pomoshch’ inorodcam Turkestana i ikh otnoshenie k russkim vracham [L’aide médicale destinée aux allogènes du Turkestan et leurs relations avec les médecins russes] », Trudy Antropologicheskogo obshchestva [Travaux de la Société d’Anthropologie], Saint-Pétersbourg, t. VI.

LANDY David, 1977 : Culture, disease and healing : Studies in medical anthropology, New York : Macmillan.

LAPEYSONNIE, 1988 : La médecine coloniale. Mythes et réalités, Paris : Éditions Seghers.

LARUELLE Marlène, 2005 : Mythe aryen et rêve impérial dans la Russie du XIXe siècle, Paris : CNRS Éditions.

LEUNG Angela Ki-Che, 1996 : « Variolisation et vaccination dans la Chine prémoderne (1570-1911) », in A.-M. MOULIN, 1996a, pp. 57-70.

LOGOFET D. I., 1911 : Bukhara pod russkim protektoratom [Boukhara sous le protectorat russe], Saint-Pétersbourg : Berezovskij, t. 1.

LUNIN B. V., 1962 : Nauchnye obshchestva Turkestana i ikh progressivnaja dejatel’nost’ [Les sociétés scientifiques du Turkestan et leur rôle progressiste], Tachkent : FAN.

MADARIAGA DE Isabella, 1982 : Russia in the Age of Catherine the Great, London : Weidenfeld and Nicolson.

MAGZUMOV B. Kh., 1967 : « Materialy k istorii kholernykh èpidemij v Turkestanskom krae v 1872-1921 gg. [Matériaux sur l’histoire de l’épidémie de choléra dans le kraj du Turkestan en 1872-1921] », Medicinskij zhurnal Uzbekistana [La revue médicale du Turkestan], n° 11, pp. 30-33.

MAILLARD Ella, 2001 : Des Monts Célestes aux Sables Rouges, Paris : Petite bibliothèque Payot.

MAKHMUDOV M., 1988 : « Pervye zhenshchiny-vrachi v dorevoljucionnom Turkestane [Les premières femmes-médecins dans le Turkestan pré-révolutionnaire] », Sovetskoe zdravookhranenie [Santé publique soviétique], n° 8, pp. 68-70.

MARCOVICH Anne, 1988 : « French colonial medicine and colonial rule : Algeria and Indochina », in MACLEOD R. and L. MILTON, Disease, medicine and empire : perspectives on Western medicine and the experience of European expansion, Londres : Routledge, pp. 103-117.

MCNEILL William H., 1998 : Plagues and Peoples, New York : Anchor Books Editions.

MONTAGU Lady Mary, 1991 : L’islam au péril des femmes : une Anglaise en Turquie au XVIIIe siècle, Introduction, traduction et notes de Pierre CHUVIN et Anne-Marie MOULIN, Paris : La Découverte,

MOULIN Anne-Marie (éd.), 1996a : L’aventure de la vaccination, Paris : Fayard.

MOULIN Anne-Marie (éd.), 1996b : « La variolisation en Occident », inA.-M. MOULIN, 1996a, pp. 71-85.

OTCHËT O SANITARNOM SOSTOJANII, 1913 : Otchët o sanitarnom sostojanii russkoj armii za 1911 g. [Rapport sur la situation sanitaire de l’armée russe en 1911], Saint-Pétersbourg.

PATTERSON David K., 1994 : « Cholera diffusion in Russia, 1823-1923 », Social Science and Medicine, vol. 38, n° 9, pp. 1171-1191.

PHILIPPOT Robert, 1991 : « Société civile et État bureaucratique dans la Russie tsariste, les Zemstvos », Cultures et sociétés de l’Est, Institut d’Études Slaves.

PHILIPPS Howard and David KILLINGRAY (ed.), 2003 : The Spanish Influenza Pandemic of 1918-1919, New York : Routledge.

RAMASUBBAN Radhika, 1988 : « Imperial health in British India, 1857-1900 », in R. MAC Leod and L. MILTON, 1988 : Disease, medicine and empire : perspectives on Western medicine and the experience of European expansion, Londres : Routledge, pp. 38-60.

RANGER Terence O., 1981 : « Godly medicine : the ambiguities of medical mission in southeast Tanzania », Social Science and Medicine, n° 15, pp. 261-277.

RASMUSSEN Anne, 2001 : « L’hygiène en congrès (1852-1912) : circulation et configurations internationales », in P. BOURDELAIS (éd.), 2001, pp. 213-230.

ROGOVOJ M. A., 1965 : « Ob organizacii truda medicinskogo personala v shtatakh gorodskikh bol’nic dorevoljucionnoj Rossii [Sur l’organisation du travail du personnel médical et sur l’état des hôpitaux urbains dans la Russie pré-révolutionnaire] », Sovetskoe zdravookhranenie [Santé publique soviétique], n° 1, pp. 67-69.

ROSEN Georges, 1993 : A History of Public Health, Baltimore : The Johns Hopkins University Press.

ROSENBERG Charles E., 1962 : The cholera years, Chicago : The University of Chicago Press.

SAHADEO Jeff, 2005 : « Epidemic and Empire : Ethnicity, Class, and ‘Civilization’ in the 1892 Tashkent Cholera Riot », Slavic Review, vol. 64, n° 1, pp. 117-139.

SAHADEO Jeff, 2007 : Russian Colonial Society in Tashkent, 1865-1923, Bloomington : Indiana University Press.

SAID Edward, 1980 : L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris : Seuil.

SHVARC A., 1909 : « Medicinskaja pomoshch’ tuzemnomu neseleniju goroda Tashkenta [L’aide médicale dédiée à la population indigène de la ville de Tachkent] », Russkij vrach [Le médecin russe], n° 27, pp. 923-928.

SHVARC A., 1911 : « Medicinskaja pomoshch’tuzemnomu neseleniju goroda Tashkenta [L’aide médicale dédiée à la population indigène de la ville de Tachkent] », Srednjaja Azija [Asie centrale], n° 8, pp. 127-142.

SNESAREV Gleb P., 1973 : Pod nebom Khorezma [Sous le ciel du Khorezm], Moscou : Mysl’.

TURIN Yvonne, 1971 : Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale : écoles, médecins, religion, 1830-1880, Paris : Maspero.

VAMBERY Arminius, 1987 : Voyages d’un faux derviche dans l’Asie centrale, Paris, Editions You-Feng.

VAUGHAN Megan, 1991 : Curing their ills : Colonial Power and African Illness, Stanford : Stanford University Press.

ZAIROV K. S., V. F. BOLKUNOV et M. K. CHAPIROV, 1979 : « Zabolevaemost’ kishechenymi infekcijami v Turkestanskom krae v 1872-1917 gg. [La morbidité par infections intestinales dans le kraj du Turkestan entre 1872 et 1917] », Medicinskij zhurnal Uzbekistana [La revue médicale d’Ouzbékistan], n° 1, pp. 11-15.

ZHDANKOVA D.N., 1889 : « O zhenshchinah-vrachakh [À propos des femmes-médecins] », Vrach [Le médecin], n° 30, pp. 660-663 ; n° 31, 1889, pp. 686-688.

Haut de page

Annexe

Abréviations

CGA RUz Central’nyj gosudarstvennyj arkhiv respubliki Uzbekistan / O’zbek Respublikasi Markaziy Davlat Arxivi [Archives centrales d’État de la République d’Ouzbékistan]

Archives

CGA RUz fond I-1, Kanceljarija Turkestanskogo General-Gubernatora [Chancellerie du général-gouverneur du Turkestan].

fond I-17, Syr-Dar’inskoe oblastnoe upravlenie [Administration de la région du Syr Darya].

Haut de page

Notes

1 Trois positions théoriques se distinguent à l’époque (théorie des miasmes, théorie contagionniste et théorie anticontagionniste) et les grands développements sanitaires mis en œuvre notamment par Edwin Chadwick dans l’Angleterre du XIXe siècle s’inscrivent dans le prolongement de cette théorie des miasmes : Rosen, 1993, pp. 81, 163-166. En s’attaquant à l’insalubrité de l’eau dès la fin du XVIIIe siècle, la théorie des miasmes apporte de profonds changements sur le principe même des fièvres et des contagions. Elle vise déjà des sources présumées d’infection, mais sans toutefois circonscrire clairement leur mode de transmission. Or, les découvertes de Pasteur ont développé une autre « mécanique », celle qui permet de saisir le visible par l’invisible : la compréhension du microbe.

2 Rosen, 1993, pp. 107-270. Voir aussi Ackerknecht, 1948, pp. 529-93 ; Moulin (éd.), 1996a, pp. 123-191.

3 Cohen, 1983, pp. 23-26.

4 Dans de nombreuses colonies, notamment en Inde et en Afrique tropicale, la peur des épidémies constitue la base de cette topographie médicinale qui tire généralement ses recettes de préjugés, parfois mêlés d’observations correctes, notamment en ce qui concerne la malaria. Voir Curtin, 1985, pp. 594-613.

5 Rosenberg, 1962, pp. 191-197.

6 Cavanaugh, 2001, p. 30.

7 Marcovich, 1988, pp. 107-108.

8 Le terme fel’dsher, d’origine allemande, désigne, dans la hiérarchie hospitalière russe, une personne ayant reçu une formation médicale assez conséquente, entre l’infirmier et le médecin.

9 Le haut degré de centralisation du gouvernement se traduit par l’assignation des gouverneurs militaires au niveau des régions et des districts sur l’unique décision du général-gouverneur. Cette forte centralisation se reflète également dans l’organisation des structures militaires et civiles [voenno-narodnye] de santé qui sont subordonnées à la seule Inspection générale militaire médicale du Turkestan, sous le contrôle du ministère de la Guerre. En Russie européenne, les médecins d’État sont subordonnés au puissant ministère des Affaires intérieures créé au début du XXe siècle.

10 Soulignons que, dans les années 1880, un médecin est assigné pour un territoire très vaste soit environ 10 000 km carrés, ce qui équivaut alors à une population de 300 000 à 400 000 personnes. En 1897, on compte un médecin pour 120 000 habitants : Agzamov et Bakiev, 1965, p. 53.

11 Anonyme, 1890a.

12 Le premier lazaret (« lieu où doit s’effectuer la quarantaine ») est créé à Venise en 1423, après la grande peste de 1347 : in Bourdelais (éd.), 2001, p. 8.

13 Logofet, 1911, p. 387.

14 Ibidem, p. 387.

15 Zhdankova, 1889, p. 660.

16 Il est, par ailleurs, intéressant de noter ici qu’avec l’ouverture de pharmacies, les traitements employés par les tabib et autres acteurs thérapeutiques traditionnels s’enrichissent de nouveaux médicaments tels que la quinine, l’aspirine, etc.

17 Anonyme, 1902a, p. 656.

18 Abdullaev, 1967, p. 35.

19 Aripov, 1964, p. 48.

20 Ibidem.

21 Girs, 1883, pp. 157-161.

22 En 1897, on enregistre trente lits uniquement pour la partie autochtone de Tachkent (soit 150 000 habitants).

23 Rogovoj, 1965, p. 67.

24 Ibidem, p. 68.

25 Shvarc, 1909, p. 927.

26 Aripov, 1964, pp. 48-49.

27 CGA RUz, f. I-1, op. 16, d. 443, ll. 1-2.

28 Kolosov, 1903, pp. 98-99.

29 Saklja désigne le logis des montagnards du Caucase.

30 Gejer, 1894.

31 Agzamov et Bakiev, 1965, p. 52.

32 Anonyme, 1902a, p. 657.

33 Ibidem, pp. 656-657 ; Shvarc, 1909, pp. 925-926.

34 Anonyme, 1906.

35 Snesarev, 1973 ; Kadyrov, 1976 ; Garrone, 2000, p. 15.

36 En 1868, l’émirat de Boukhara est contraint de signer un accord de protectorat avec les Russes.

37 Juldashev, 1967, pp. 58-60. Le tabib s’apparente à un guérisseur herboriste, mais les définitions peuvent être très hétéroclites et contradictoires, le qualifiant par exemple comme une sorte de devin guérisseur. Surtout, les tabib peuvent conjuguer plusieurs formes de savoirs ou de thérapies, relevant de la médecine hippocratique, mais aussi d’autres systèmes de croyances de type magico-mystique ou chamaniste.

38 La dracunculose est une helminthiase (parasitose causée par les helminthes) afro-asiatique, due à un nématode appelé Dracunculus medinensis, « filaire » de Médine, ver de Guinée ou dragonneau.

39 En 1870, A. P. Fedchenko, voyageur et naturaliste, organise un département turkestanais de la Société des amateurs d’anthropologie, d’ethnographie et des sciences naturelles dans lequel se trouvent des médecins. Ils s’intéressent alors aux pathologies locales et notamment à la dracunculose. A. P. Fedchenko est le chef de file de la mission épidémiologique sur la dracunculose dès 1869 : Kadyrov, 1976, p. 36.

40 Vambéry, 1987, p. 165.

41 Maillard, 2001, p. 275.

42 Cavanaugh, 2001, p. 72.

43 En 1864, le gouvernement d’Alexandre II révolutionne les campagnes russes. L’instauration des zemstvos va marquer le début d’un système d’organisation décentralisé. Un grand nombre de questions d’intérêt local entre dans les attributions du zemstvo : la perception des taxes foncières, l’instruction publique, la voirie, les assurances, les réserves alimentaires en cas de disette, la protection contre les incendies, la gestion des établissements de bienfaisance et d’autres moyens d’assistance, l’économie, la santé et la gestion des prisons. On distingue le zemstvo de district et le zemstvo de province, le second étant soumis au premier. Les zemstvos sont instaurés dans 34 des 50 provinces de la Russie d’Europe. En sont exclues les provinces des frontières de l’Empire (dont le Turkestan), qui continuent d’être directement administrées par un gouverneur à la liberté d’action d’autant plus étendue qu’il est loin de Saint-Pétersbourg. Le système des zemstvos effraie le pouvoir central et, après l’assassinat d’Alexandre II en 1881, Alexandre III cherche à freiner les réformes. Ainsi, en 1890, les zemstvos sont profondément modifiés. La révolution et la guerre civile enterrent le zemstvo, mais c’est à partir de ses structures que l’URSS va bâtir son système de santé publique. Voir Dushmanov, 1987, pp. 68-71 ; Debono et Renaud, 2000, pp. 457-469. Sur le rôle des zemstvos dans la lutte contre la malaria en Russie et le renforcement des gouvernements locaux, voir Frieden, 1981, p. 241.

44 Voir sur ce sujet Philippot, 1991, p. 91.

45 Bourdelais, 2003, pp. 94-99.

46 Par ailleurs, les problèmes de conservation de la vaccine rendaient le vaccin peu efficace, ce qui faisait monter la colère contre les Russes chez les autochtones certains d’avoir été trompés.

47 Anonyme, 1882, p. 103 ; Anonyme, 1902b, p. 220.

48 Kadyrov, 1976, p. 27.

49 Sur l’histoire de la vaccination jennérienne : Baxby, 1996, pp. 106-114. Jenner inocule pour la première fois le cowpox en 1790.

50 Les premières mentions de la maladie dateraient du Ve siècle en Chine. Mais c’est sous la dynastie des Song (XIe-XIIIe siècle) que d’éminents pédiatres ont rédigé, pour la première fois, de véritables livres médicaux sur la variole : Moulin (éd.), 1996a, p. 57.

51 Montagu, 1991 ; Dixon, 1962, p. 236 ; Leung, 1996, pp. 57-70.

52 Clendenning, 1973, pp. 116-125. Consulter aussi Madariaga, 1982.

53 McNeill, 1998, p. 262.

54 Anonyme, 1882, p. 103 ; Kadyrov, 1976, p. 27.

55 Anonyme, 1902b, p. 221.

56 Arnold, 1988, p. 50.

57 Ranger, 1981, p. 264.

58 En Inde, la vaccination contre la variole devient obligatoire à partir de 1877 (Vaccination Act), à la même époque débute l’enregistrement des naissances : Arnold, 1988, p. 60.

59 Moulin, 1996b, p. 75.

60 Turin, 1971 ; Marcovich, 1988, pp. 107-108.

61 Arnold, 1988, pp. 55-57.

62 Fourcade, 2003, p. 425 ; Ramasubban, 1988, p. 55.

63 Arnold, 1993, pp. 43-58.

64 Landy, 1977, p. 468.

65 Lapeyssonie, 1988, pp. 257-260.

66 Anonyme, 1909, pp. 923-924.

67 Evans, 1988, pp. 123-146.

68 Sur la révolte du choléra de juin 1892 : Sahadeo, 2005. Sur les aspects épidémiologiques de cette épidémie : Hohmann, 2007, pp. 193-121.

69 Turkestanskie vedomosti, 2 juin 1892, n° 22, pp. 10-11.

70 Turkestanskie vedomosti, 14 juillet 1892, n° 28. Le taux de mortalité durant cette épidémie s’élève à 11 ‰.

71 Shvarc, 1911, pp. 127-142.

72 Sahadeo, 2007, pp. 106-107.

73 Magzumov, 1967, pp. 30-34 ; Galiev, 1970, p. 64 ; Patterson, 1994, pp. 1171-1191.

74 Arnold, 1988, pp. 7-8. Voir aussi, sur la justification médicale de la ségrégation raciale, le discours colonial et la médecine : Curtin, 1985, pp. 594-613 ; Vaughan, 1991 ; Butchart, 1998 ; Anderson, 2003.

75 CGA RUz, f. I-17, op. 1, d. 28962.

76 CGA RUz, f. I-17, op. 1, d. 28962.

77 Zairov, Bolkunov et Chapirov, 1979, p. 12.

78 Ibidem, pp. 12-13.

79 CGA RUz, f. I-17, op. 1, d. 28947, l. 5.

80 Otchët o sanitarnom sostojanii, 1913, p. 94.

81 Il s’agit d’un établissement où l’on procure des soins à des malades qui non hospitalisés (hôpital de jour).

82 Zhdankova, 1889, n° 30, p. 660 ; eadem, 1889, n° 31, pp. 686-688. Entre 1884 et 1885, 4 056 femmes et 2 645 enfants (sur un total de 15 797 patients) se sont rendus dans les services ambulatoires de Tachkent où consultaient des femmes médecins.

83 Lunin, 1962, p. 249.

84 Zhdankova, 1889, n° 31, p. 688. Dans cette polyclinique en 1886, 2 022 femmes et 1 020 enfants (sur un total de 7 910 visites) sont allés se faire ausculter en dix mois et demi.

85 Vrach, 1889, n° 31, p. 687.

86 Ibidem, n° 30, p. 662.

87 Aliev, 1986, pp. 73-74.

88 Makhmudov, 1988, pp. 68-70.

89 Aripov, 1964, p. 47.

90 Ibidem.

91 Créée en 1883 en Russie, la société Pirogov incarnait la discipline hygiéniste comme une particularité de la situation sanitaire atypique de la Russie. L’un de ses principaux objectifs était la reconnaissance du statut des médecins et leur accession à une véritable autonomie. Sur la société Pirogov consulter Frieden, 1981, et sur les conflits entre bactériologistes et hygiénistes (représentés par la puissante société Pirogov), consulter Hutchinson, 1985, pp. 428-429.

92 Parmi elles, la revue médicale russe Vrach [Le médecin] (puis Russkij Vrach [Le médecin russe] qui lui succède à partir de 1902 jusqu’en 1918). Cette presse médicale relate également des correspondances scientifiques, des critiques de traitements, les résultats des grands congrès médicaux et des grands congrès d’hygiène, des recensions d’ouvrages fraîchement parus en Europe, des statistiques épidémiologiques et démographiques.

93 Rasmussen, 2001, pp. 213-230.

94 Hutchinson, 1985, pp. 428-429. Ce conflit entre hygiénistes et bactériologistes, à la fin du XIXe siècle, s’exprime en particulier à travers deux grandes figures scientifiques : Friedrich Erismann, membre influent de la Société Pirogov, théoricien de la médecine des zemstvos, grand défenseur de la pensée hygiéniste et de l’approche statistique et sociologique de la maladie ; et le darwinien Il’ja Mechnikov, célèbre bactériologiste qui mit au point un sérum anticholérique en 1892 à Paris. Mechnikov prônait la bactériologie avant tout et voulait imposer un bactériologiste à la tête de la chaire d’hygiène sociale de chacune des écoles de médecine de Russie. Il présentait les hygiénistes comme des incompétents à l’heure des grandes découvertes bactériologiques. Or, il n’était pas possible pour Erismann d’abandonner la mission hygiéniste au profit d’une science de laboratoire. L’arrogance de Mechnikov amplifia considérablement le conflit entre ces deux disciplines et il fallut attendre la Révolution de 1905 pour que la société Pirogov se dégage de son scepticisme vis-à-vis de la bactériologie et de l’immunologie. Ces disciplines furent reconnues comme des spécialités médicales à part entière lors du Congrès extraordinaire de la Société Pirogov de lutte contre le choléra, en mars 1905, principalement grâce aux réussites du professeur Gabrichevskij dans la lutte contre l’épidémie de diphtérie de 1893-1894 à Moscou et la reconnaissance de la médecine communautaire. Le choléra était une maladie qui imposait justement une conjonction des savoirs et des techniques aussi bien bactériologiques qu’hygiénistes. Les élèves de Mechnikov et d’Erismann luttèrent donc ensemble contre l’épidémie de 1905, conscients de la nécessité de conjuguer leurs savoirs.

95 La colonisation européenne prend néanmoins des formes différentes à travers le travail des missionnaires, par le biais desquels l’Église et l’État vont chercher à étendre leur domination essentiellement en milieu rural, l’État se chargeant des grands centres urbains plus stratégiques.

96 Moulin (éd.), 1996a, pp. 95-105.

97 Philipps and Killingray (ed.), 2003.

98 Koch, 1888, p. 563.

99 Anonyme, 1890b.

100 Rudolph Virchow (1821-1902), une des figures les plus célèbres de l’histoire de la médecine au XIXe siècle, est le fondateur de la pathologie cellulaire. Révolutionnaire, son œuvre a renversé le vieil édifice de la théorie humorale qui dominait la médecine depuis plus de vingt siècles : Castiglioni, 1931, pp. 568-570 ; Arnold, 1988, p. 18.

101 Arnold, 1988, p. 7.

102 Michel Foucault fait l’hypothèse qu’un bio-pouvoir est né au XVIIIe siècle, en tant que rapport entre le pouvoir et la vie. Cette notion suppose que le pouvoir se sent obligé de régler un certain nombre des problèmes économiques et politiques qui concernent les conditions d’existence de la population et invente à cette fin des techniques appropriées (notamment hygiénistes). La biopolitique ne s’adresse plus simplement au corps, mais « à la multiplicité des hommes comme masse globale affectée de processus d’ensemble qui sont propres à la vie ». Cette notion a été initialement formulée dans La volonté de savoir et dans les cours donnés au Collège de France : Foucault, 1976 ; idem, 1997.

103 La leishmaniose cutanée (parasitose) a été identifiée pour la première fois au Turkestan russe par le médecin militaire P. F. Borovskij en 1898. Il fut l’un des trois médecins ayant travaillé à Tachkent à l’époque coloniale qui enseigna à l’Université d’État d’Asie centrale (SAGU), au début des années 1920 : in Crum, 2005, p. 17. Sa politique sanitaire a d’ailleurs été récemment redécouverte par l’OMS et des spécialistes ont été envoyés à l’Institut de médecine tropicale de Samarcande.

104 Brojdo, 1902, p. 1853.

105 Eadem, 1906, pp. 1055-1057.

106 Sur la production du discours orientaliste chez les intellectuels russes, consulter Laruelle, 2005, p. 133 et suivantes.

107 Dostoïevski, 1972, p. 1462.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Hohmann, « La médecine moderne au Turkestan russe : un outil au service de la politique coloniale », Cahiers d’Asie centrale, 17/18 | 2009, 319-351.

Référence électronique

Sophie Hohmann, « La médecine moderne au Turkestan russe : un outil au service de la politique coloniale », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 17/18 | 2009, mis en ligne le 26 mai 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/1240

Haut de page

Auteur

Sophie Hohmann

Sophie Hohmann est docteur en sciences sociales. Elle a soutenu sa thèse « Santé et changement social en Ouzbékistan : recours thérapeutiques et politiques sanitaires » à l’EHESS (Paris) en 2006. Actuellement ATER à l’EHESS, et chercheur associé au Centre des mondes russe, caucasien et est-européen (CERCEC /EHESS), elle travaille sur le rapport à la santé et aux pratiques médicales depuis la colonisation russe et sur le rôle des acteurs thérapeutiques en Ouzbékistan et au Tadjikistan post-soviétiques.
so_hohmann@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org