Navigation – Plan du site
Partie I : La construction du Turkestan russe

Le berceau aryen : mythologie et idéologie au service de la colonisation du Turkestan

Marlène Laruelle
p. 107-131

Résumés

Cet article étudie le rôle joué par le mythe aryen dans les discours de légitimation de la colonisation russe du Turkestan. L’idée d’un berceau aryen en Asie centrale a permis à des milieux intellectuels russes inspirés du slavophilisme de mener une réflexion sur la nature « non coloniale » de l’expansion russe en la présentant comme le simple retour des Aryens dans leur patrie. Ces discours se sont politisés au fur et à mesure de l’installation du pouvoir russe au Turkestan et ont joué un rôle important dans certaines institutions locales basées à Tachkent comme le Cercle d’amateurs d’archéologie du Turkestan.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À la fin du XIXe siècle, l’avancée impériale des puissances occidentales en Asie et en Afrique suscite de nombreux discours de légitimation, usant d’argumentations politiques, économiques, mais aussi culturelles et scientifiques. Administrateurs, colons, missionnaires et explorateurs développent une littérature exaltée sur la mission civilisatrice des Blancs dans le reste du monde. La Russie impériale n’est pas restée hors de ce grand courant européen et a, elle aussi, développé des discours de légitimation justifiant son avancée en Asie centrale et en Extrême-Orient. Les désirs expansionnistes de Saint-Pétersbourg envers le Turkestan, la Mandchourie, le Xinjiang, la Mongolie et le Tibet ont en effet suscité un certain « impérialisme romantique » – qui n’est pas spécifique à la Russie – dont l’un des traits majeurs fut la référence à l’aryanisme. Celui-ci profite de l’institutionnalisation de l’orientalisme comme discipline universitaire spécifique, définitivement accomplie autour de domaines classiques comme les études bibliques, sémitiques ou indiennes. Une grande partie de l’Asie du Nord reste cependant moins bien connue que le monde indien ou moyen-oriental et de nombreux savants européens voudraient définir le rôle de cet espace asiatique central et septentrional dans l’histoire mondiale.

  • 1 Du nom de Japhet, premier fils de Noé, qui fut, selon la Genèse, à l’origine des peuples européens. (...)
  • 2 Ainsi, « cette vaste Tartarie qui est entre la mer Glaciale et le Caucase, entre le Chamchatka [sic (...)

2Les fantasmes sur une « Haute Asie » englobant le Tibet et s’étendant jusqu’en Sibérie se développent alors en s’ancrant dans un discours biblique et mythologique plus ancien : dès le XVIIIe siècle, certains savants faisaient remonter la construction de la Tour de Babel à la dispersion et à l’installation des « Japhétides »1 entre la mer Caspienne et l’Hindou Kouch. L’abbé Bailly (1736-1793), en réponse à Voltaire, affirmait par exemple dès 1779 que l’immense espace central du vieux continent était le lieu de la célèbre Atlantide mentionnée chez Platon2. Les Turkestan russe et chinois vont alors se révéler l’objet de discours scientifiques engagés faisant d’eux le berceau d’une partie de l’humanité : pour certains savants européens, ils seraient le lieu d’origine du monde touranien, donc un espace d’altérité, pour d’autres au contraire, le foyer des premiers Aryens que la plupart des élites de l’époque appréhendent comme les ancêtres des peuples européens. L’Asie centrale, qui a toujours fait partie de cette géographie imaginaire du mythe aryen, occupe donc une place de choix au sein des discours aryanistes français, allemands ou russes qui se développent tout au long du XIXe siècle : lieu d’origine, elle est un espace à reconquérir et à assimiler afin d’affirmer sa propre identité, tout comme l’Inde.

3Cette recherche éperdue des origines ne relève pas exclusivement d’interrogations scientifiques sur le ou les berceaux possibles de l’humanité : elle est également un mode de discours sur soi de la part d’Européens qui cherchent à comprendre leur suprématie politique mondiale et permet donc de légitimer la colonisation. L’aryanisme est en effet un élément clé de la pensée impériale de l’Europe. Comme l’affirmait au début du XXe siècle le comte de Seillière (1866-1955) dans son livre sur Arthur de Gobineau, Le Comte de Gobineau et l’aryanisme historique (Paris : Plon, 1903), l’aryanisme est l’habit théorique de l’impérialisme européen : il étend à l’ensemble des peuples européens une suprématie auparavant accordée aux seuls descendants des invasions barbares. En Russie également, certains intellectuels ne peuvent rester indifférents à cette mode aryaniste alors que l’avancée territoriale de l’empire nécessite de repenser l’identité du pays : État européen ayant des possessions asiatiques, ou État euro-asiatique spécifique ? La domination de l’Asie centrale va donc avoir pour corollaire la naissance d’un courant aryaniste russe : seuls les « Aryens du Nord » que seraient les Russes pourraient redonner au berceau centrasiatique son identité aryenne et effacer son actuel caractère turcique. Moment important et souvent mal connu des sciences russes de la fin du siècle, l’aryanisme éclaire les liens paradoxaux qui se nouent alors entre science et politique.

I. L’aryanisme, un contexte paneuropéen

  • 3 Poliakov, 1994.

4Le mythe aryen est né d’une hypothèse à la fois scientifique et religieuse : les Européens auraient une origine commune et leurs ancêtres seraient venus d’Asie dans une migration épique depuis les hauts plateaux himalayens. Les premiers discours aryanistes se perdent en conjectures sur l’histoire de l’humanité en partant de la filiation noémique, Japhet, Sem et Cham ayant donné naissance aux différents peuples contemporains. Partie intégrante de l’« équipement intellectuel » du XIXe siècle et du début du XXe siècle, le mythe aryen s’est construit en trois phases bien distinctes : une première à l’époque de l’indophilie romantique (1790-1830), une seconde marquée par la racialisation du discours mythologique (1840-1920) et une troisième par son instrumentalisation national-socialiste (1920-1945)3.

  • 4 Olender, 1989.

5Dans sa première phase, le mythe aryen fut avant tout un mode de lecture du monde et une tentative de comprendre les raisons de la domination coloniale occidentale. Les sciences humaines de l’époque, en tant que discours d’un individu sur le monde, ne sont pas dénuées de toute valeur littéraire et inventive : puisque l’histoire est également récit, elle contient une part de création et peut parfois se rapprocher de l’imaginaire ou de la fable4. La recherche génésiaque des origines ne peut que solliciter l’imagination des savants, voire encourager une construction arbitraire de liens de causalité entre différents événements d’un passé obscur. Le mythe aryen nécessite donc de prendre au sérieux, en tant qu’objet d’études, ce qui peut sembler ne rien avoir de scientifique pour le regard contemporain : références bibliques de la filiation noémique, rêve d’une civilisation primordiale aryenne passée ou à venir, attentes millénaristes. Il éclaire la place accordée à la question des origines dans la construction identitaire, l’articulation entre un discours ethnologique sur le peuple et les généalogies, médiévales et modernes, de la monarchie.

  • 5 Celle-ci reste paradoxale puisque les celtomanes de la fin du XVIIIe siècle, qui pensaient que le c (...)
  • 6 C’est le célèbre argument dit du « bouleau », qui se dit de la même manière en sanscrit et dans les (...)
  • 7 Martin, 1837, p. 2.

6La question du berceau aryen a constitué l’un des grands enjeux scientifiques du XIXe siècle, impliquant tant la linguistique que l’anthropologie et l’archéologie, même si certains scientifiques – une minorité – ont toujours récusé l’assimilation langue-ethnie qui a donné naissance au mythe aryen. L’idée d’une origine asiatique de l’humanité, ancrée dans la référence biblique, bénéficie d’une longue tradition formalisée au XVIIIe siècle5. Que ce soit sous la figure de l’Inde, du Tibet ou de la Scythie, l’Asie continue à être affirmée tout au long du siècle suivant comme berceau originel par de nombreux savants. Pour J. C. Adelung (1732-1806), l’auteur du Mithridates (1806), le berceau ne pouvait se trouver qu’au Cachemire : le peuple primitif vient nécessairement des montagnes puisque les eaux du déluge s’en sont retirées en premier. Pour F. A. Pott (1802-1887) également, l’humanité suit le soleil et ne peut donc avoir connu de migrations que d’Est en Ouest. En 1820, l’Allemand J.-G. Rhode, dans Die heilige Sage des Zendvolkes, est le premier, à l’aide des descriptions de l’Avesta, à affirmer un berceau aryen non plus sur les sommets asiatiques mais dans la plaine steppique du vieux continent, entre le cours du Syr Darya et celui de l’Amou Darya. Jules Klaproth (1783-1835) poursuit cette théorie en la dotant d’une argumentation tirée de la géographie botanique6. Dès 1837, l’Arie, « terre sainte des premiers âges », est située par Henri Martin (1810-1883) en Asie centrale7. En 1849, Christian Lassen (1800-1876), dans Indische Alterthumskunde, reprend l’idée énoncée par Rhode d’un berceau aryen au Nord de la Sogdiane. La théorie asiatique se trouve confortée par les références indiennes et persanes à un berceau situé au Nord-Est et par l’idée que la proximité du sanscrit avec la langue indo-européenne originelle suppose également une proximité avec son berceau géographique.

  • 8 Il donne une image idéale d’un peuple aryen jeune et vigoureux installé dans une sorte de paradis t (...)
  • 9 Zaborowski, 1903, pp. 882-887. Pour lui, aucun peuple asiatique n’est passé par la Russie méridiona (...)
  • 10 Renfrew, 1990.

7Le plateau du Pamir étant jugé inhabitable, c’est vers la Bactriane que se tournent les regards. Cette théorie est développée par Max Müller (1823-1900) en Allemagne et François Lenormand en France, puis par l’anthropologue Armand Quatrefages (1810-1892), l’historien et anthropologue Charles de Ujfalvy (1842-1904) et le linguiste Adolphe Pictet (1799-1875). Ce dernier inaugure, dans son Essai de paléontologie linguistique. Les origines indoeuropéennes ou les Aryas primitifs (1859), les recherches en paléontologie linguistique et sollicite le vocabulaire pour reconstituer la vie quotidienne des premiers Aryens8. En 1873, Albert Pike affirme lui aussi, à l’aide d’arguments cette fois-ci astronomiques et mythologiques, que le berceau est en Sogdiane. En 1889, M. H. d’Arbois de Jubainville (1827-1910), à la chaire de celtique du Collège de France, rejette l’idée germanique du berceau européen exprimée par Karl Penka ou Gustav Kossinna : le haut niveau de la civilisation aryenne primitive suppose qu’elle ait été en contact avec les grands empires de la « Haute Asie ». En 1908, le préhistorien français S. Zaborowski, qui affirmait quelques années auparavant, dans Les peuples aryens d’Asie et d’Europe, que les Aryens étaient blonds et nordiques, se rallie à la thèse plaçant le berceau dans le monde des kourganes scythes9. En 1909, d’autres Français comme Jacques de Morgan reviennent eux aussi vers l’hypothèse asiatique. La découverte, au tournant du siècle, d’une langue dite tokharienne inscrite sur des stèles et des manuscrits trouvés au cœur du Turkestan chinois (Xinjiang) joue bien évidemment en faveur du berceau centrasiatique10.

  • 11 Benes, 2004, pp. 117-132.

8La Russie, par sa domination tout aussi bien des pourtours de la mer Noire que de l’Asie centrale, se trouve donc impliquée dans l’ensemble de ces débats européens sur l’emplacement du berceau aryen. Par ailleurs, la science russe est, au XIXe siècle, intrinsèquement liée à la science germanique, ce qui contribue à accentuer le caractère transeuropéen des polémiques. Sans empire sur le modèle français ou britannique, les chercheurs germaniques spécialisés sur les questions indo-européennes ont néanmoins porté une attention toute particulière à l’Asie centrale. Dès le XVIIIe siècle, de nombreux savants germaniques ont trouvé un poste dans les institutions académiques russes. Au XIXe siècle, c’est au tour des orientalistes allemands de s’installer en Russie, à la suite de leur précurseur, Jules Klaproth, nommé en 1804 à la chaire des langues asiatiques de Saint-Pétersbourg. Nombre d’entre eux ont défendu la thèse d’une présence linguistique indo-européenne jusqu’en Chine, associant les Ouïghours aux descendants des anciennes tribus germaniques11.

9Ces réflexions scientifiques sur l’emplacement géographique du berceau aryen tant recherché accompagnent souvent des propos plus politiques légitimant la colonisation européenne. Ainsi, pour nombre de savants occidentaux de l’époque comme le linguiste Adolphe Pictet, la colonisation est positive puisqu’elle annonce les retrouvailles entre Aryens colonisés et Aryens colonisateurs, et le retour, en vainqueur, du fils prodigue occidental dans la famille asiatique. Toutefois, cette rhétorique reste peu utilisée dans les discours colonialistes français, centrés sur l’idée d’une mission civilisatrice légitimée par l’héritage révolutionnaire. Si l’idée d’une supériorité naturelle des Blancs fait partie des évidences de l’époque, l’insistance sur l’aryanité des Français n’est pas au cœur du débat colonial, en partie parce que ce thème aryen est considéré comme spécifique à l’ennemi de l’époque, le monde germanique. Il est en effet utilisé par les pangermanistes du Second Reich afin de prôner une grande Allemagne et de justifier la prise de l’Alsace-Lorraine. Le mythe aryen s’avère par contre bien présent dans le discours colonial britannique, moins marqué par la concurrence avec l’Allemagne et dans lequel les indologues, germaniques comme britanniques, ont joué un grand rôle.

  • 12 Figueira, 2002.

10Dès les années 1850, certains intellectuels et hommes politiques anglais commencent à se servir de l’idée aryenne afin de justifier la domination sur les Indes. Le pouvoir britannique contribue en effet à diffuser l’idée de l’« invasion aryenne », selon laquelle les Aryens étaient une race blanche de conquérants venus du Nord qui auraient soumis les populations indiennes originelles, dravidiennes, à la peau noire, et auraient établi leur nouvelle religion, le brahmanisme. Cette idéologie de la conquête permet au pouvoir colonial de jouer plusieurs cartes. La colonisation britannique est présentée comme la réunification de l’une des plus jeunes branches de la famille aryenne avec la plus ancienne. Les Aryens de la première vague, trop métissés avec les populations dravidiennes, n’auraient pu freiner la décadence politique et culturelle de l’Inde et auraient alors appelé à l’aide leurs frères aryens d’Europe que sont les Britanniques. La théorie aryenne propose donc un discours sur l’absence d’unité nationale de l’Inde, incapable d’unification si ce n’est sous le joug colonial. Elle justifie également la division en castes de la société indienne, établissant un barème de pureté entre les Brahmanes et les intouchables. Elle permet donc de se rallier les élites brahmaniques, dont la domination sur les autres castes se trouve soudain validée par la science européenne12.

  • 13 Greenberger, 1969 ; Parry, 1972.
  • 14 Leopold, 1970, pp. 271-297.

11Cette lecture du mythe aryen a un impact important non seulement sur la littérature britannique13 et le développement des études scientifiques locales, mais également au sein de la société indienne elle-même. Ainsi l’association Arya Samaj, fondée par Maharishi Swami Dayanand Saraswati (1824-1883) en 1875, se donne pour but de faire connaître l’enseignement védique afin de développer le nombre d’« Aryas », c’est-à-dire de personnes nobles. Elle cherche à faire la promotion d’un nationalisme culturel indien et joue par la suite un grand rôle dans la lutte de l’Inde pour son indépendance. Cependant, dès les années 1890, beaucoup de nationalistes indiens anciennement aryanistes comme Bal Gangadhar Tilak (1856-1920) et Sri Aurobindo (1872-1950) sont déçus de l’évolution occidentalo-centrée de l’idée aryenne et la remettent en cause : en excluant les Dravidiens, les Turks, les musulmans et les Juifs, elle ne peut aider à affirmer l’unité de la nation indienne14. La diffusion des théories aryanistes conduit en effet à la naissance d’un séparatisme dravidien, en particulier parmi les populations tamoules du Sud du pays, dont certaines cherchent à présenter le culte de Shiva comme une religion dravidienne spécifique, distincte de l’hindouisme aryen. Émerge également un mouvement « indigène » qui assimile les intouchables à un peuple spécifique, autochtone, qui aurait été privé de tous ses droits par les hautes classes, assimilées aux « envahisseurs » aryens. Le thème aryen constitue donc un élément multiforme et aux ramifications complexes des discours politiques et culturels de l’époque. La Russie ne peut y rester indifférente.

II. La politisation du thème aryen dans les logiques coloniales russes

  • 15 Gratieux, 1939.
  • 16 Dans la Bible, Couch est le nom d’un fils de Cham, père de Canaan. L’Éthiopie, chez les anciens Égy (...)

12En Russie, le principal théoricien du slavophilisme, Aleksej S. Khomjakov (1804-1860) est le premier à construire, dès 1840, une généalogie aryenne des Russes dans son livre, Zapiski o vsemirnoj istorii [Notes sur l’histoire universelle]. Dans la tradition allemande de la philosophie de l’histoire, il dessine, sur plus de 1 500 pages, une immense fresque de l’histoire universelle partant de la filiation biblique de Noé jusqu’aux peuples contemporains. Il tente de trouver la place particulière qu’occupe ou que doit occuper la Russie dans l’histoire mondiale, en particulier face au monde germanique. La philosophie religieuse de Khomjakov reste marquée par la croyance en une dichotomie essentielle entre deux principes, la liberté et la nécessité15. Ces deux principes se seraient incarnés dans l’histoire humaine autour de deux races, l’iranienne et la couchite, une idée qu’il emprunte à la Philosophie der Geschichte de Friedrich Schlegel16. Ils symboliseraient la dichotomie, tant raciale que religieuse et philosophique, du monde : « Blancs » contre « Jaunes », liberté contre nécessité, spiritualité contre matérialisme, monothéisme contre polythéisme, alphabet vocalique contre hiéroglyphes, sens de l’État contre sens artistique.

  • 17 Khomjakov, 1873, vol. 2, p. 17.
  • 18 Ibidem, p. 404.

13Khomjakov situe le berceau des Aryens dans un vaste espace entre l’Euphrate et l’Himalaya, et plus particulièrement en Iran. Ce rameau de l’humanité se serait divisé en trois branches allant d’Ouest en Est et non, comme on le présentait souvent à l’époque, en deux, une au Nord préfigurant les Européens et une au Sud annonçant les Indiens. L’analyse de Khomjakov est en effet plus « horizontale » que « verticale » : le rameau occidental s’est installé dans la zone de rencontre entre Iran et Babylonie, le rameau central dans l’Iran montagneux et le Caucase, le rameau oriental à la lisière des steppes centrasiatiques. Ces trois groupes ont été, d’Ouest en Est, plus ou moins fortement soumis à l’influence du monde couchite qui dominait alors l’ensemble du Moyen-Orient à l’exception de la Judée. Le groupe oriental des Japhétides comprend les peuples dits Vendes, Antes ou bien encore Bactrio-Slaves. Ce n’est que tardivement – au IIIe millénaire avant notre ère, selon Khomjakov – que ce dernier groupe se scinde en deux avec la descente vers le sous-continent indien d’une partie d’entre eux. Les Slaves formeraient ainsi à l’origine une tribu proche des brahmanes et auraient conservé de manière épurée le principe iranien17. Les liens entre Slaves au Nord et Indiens au Sud seraient donc restés particulièrement étroits et aujourd’hui encore perceptibles : « Tous les premiers pas de la philosophie indienne sont jalonnés par des expressions purement slaves »18.

14Le mythe aryen russe reste entièrement pris dans une pensée chrétienne du monde et n’ouvre en aucun cas sur un virtuel néo-paganisme ou sur une remise en question de l’héritage juif du christianisme. Si les intellectuels russes ne cessent d’affirmer une pureté aryenne due à leur filiation scythe, ils n’appellent pas à une division en races ou en peuples supérieurs/inférieurs au sein de l’Europe : malgré leur appartenance au monde couchite, les « Romano-germaniques » tant décriés par les slavophiles restent membres à part entière de la grande famille japhétique et européenne. L’autochtonisme russe ne conduit donc pas aux excès intellectuels de son homologue allemand, probablement par sa non-existence sur le plan religieux, et reste contrebalancé par son ancrage classique dans le christianisme : la fraternité du principe aryen n’est que la préfiguration de la conciliarité [sobornost’] orthodoxe. De cette lecture chrétienne ressortira l’idée de l’universalité de la filiation biblique : tant Fedor M. Dostoïevski (1821-1881) que Nikolaj F. Fedorov (1828-1903) estimeront en effet que l’idéal aryen originel est de ne pas oublier la fraternité qui relie Japhet à Sem et Cham.

15Khomjakov prône cependant un certain autochtonisme national et linguistique : les Slaves sont justifiés historiquement par leurs liens avec la présumée patrie originelle. Se dessine donc une continuité territoriale et nationale en faveur des Russes depuis la Bactriane antique d’Asie centrale jusqu’à la naissance d’un premier État russe à Novgorod et Kiev au IXe siècle de notre ère. Les tenants de l’école historiographique slavophile qui émerge alors dans le sillage de Khomjakov, représentée par l’auteur de manuels scolaires Dmitrij I. Ilovajskij (1832–1920) ou le fondateur du Musée historique de Moscou, Ivan E. Zabelin (1820–1908), cherchent à démontrer la slavité des Scythes, des Huns, des Bolgares, des Khazars, afin d’assurer la continuité ethnique et linguistique entre les premiers Aryens et l’État médiéval russe. Toutefois, alors que Khomjakov ne liait pas l’origine aryenne des Russes à leur expansion territoriale en Asie, ses successeurs vont rapidement politiser le débat autour de l’enjeu colonial.

16Dès les années 1860, parallèlement à la conquête du Turkestan, émerge en Russie un courant intellectuel qui cherche à justifier l’avancée en Asie comme la réalisation de la mission aryenne de la Russie, la délivrance des frères aryens du Sud de la domination du monde turco-mongol. Pour le panslaviste de la première génération Mikhail P. Pogodin (1800-1875), qui compare l’Afrique noire pour les Occidentaux et l’Asie pour les Russes, l’appartenance de la Russie au monde blanc ne fait pas de doute et son colonialisme est des plus classiques :

  • 19 Pogodin, 1860, p. 195.

« Nous avons encore la moitié de l’Asie devant nous, la Chine, le Japon, le Tibet, Boukhara, Khiva, Kokand, la Perse : nous voulons et devons étendre jusque là notre territoire et y transporter l’élément européen, afin que Japhet soit glorifié devant ses frères »19.

17La légitimation du colonialisme reste donc biblique et fait référence au prestigieux mais jamais démodé modèle romain : s’étendre aux quatre points cardinaux du globe est un signe d’impérialité et d’universalisme. Dès la défaite de Crimée en 1855, le ministre des Affaires étrangères d’Alexandre II, le prince A. M. Gorchakov (1798-1883), appelle le tsar à se détourner de l’Europe et à étendre les intérêts russes en Asie. La conquête des steppes kazakhes s’étant avérée difficile et ponctuée de révoltes violentes, la politique russe envers le Turkestan n’est pas particulièrement cohérente et tous, dans les cercles dirigeants, ne souhaitent pas une incorporation de cette nouvelle région dans l’Empire.

  • 20 Sarkisyanz, 1955.
  • 21 Laruelle, 2003, pp. 437-454.

18Toutefois, après le traité de Berlin de 1878, ressenti comme une humiliation en Russie, plusieurs intellectuels déçus du panslavisme se tournent de plus en plus nettement vers l’Orient dans un but ambigu, à la fois pour rechercher de nouveaux alliés et dans une quête purement impérialiste20. Ce groupe dit des « orientaux » [vostochniki] se dédouble en deux tendances politiques, une progressiste avec le libéral Mikhail I. Venjukov (1832-1901), géographe de formation, et l’ancien journaliste populiste Sergej N. Juzhakov (1849-1910), l’autre bien plus conservatrice, représentée par le juriste Feodor F. Martens (1845-1909) et le sinologue Vasilij P. Vasil’ev (1818-1900). Les vostochniki sont les premiers à prendre en compte la réalité impériale dans la définition de l’identité russe. Leurs discours équivoques sur la Russie, l’empire et l’Asie aboutiront à la théorie du « troisième continent » développée par le linguiste Vladimir I. Lamanskij (1833-1914), pour qui la Russie constitue un troisième continent géographique, linguistique et culturel bien différencié de l’Europe comme de l’Asie. Ces théories se retrouveront également dans la vision déjà turcisée de l’identité russe présente chez l’essayiste Konstantin N. Leont’ev (1831-1891) : selon lui, le peuple russe est le moins slave et le plus turcisé de tous les Slaves, de même que la Russie est l’État le plus à même de donner vie à l’idéal byzantin d’un recoupement entre pouvoirs temporel et spirituel21.

19La tendance progressiste des vostochniki, incarnée par Venjukov et Juzhakov, est attirée par l’idée de socialisme agraire et rattache l’identité aryenne aux civilisations agricoles, rejetant les peuples turco-mongols et le nomadisme. Dans leurs publications, l’insistance portée sur le caractère nomade ou touranien de l’Asie centrale n’est qu’une mise en scène dépréciative permettant d’auréoler la venue des Russes en tant qu’Aryens du Nord. Le monde nomade se révèle en effet un double ennemi : ennemi par nature de l’Europe car asiatique, ennemi des sédentaires au sein même des peuples asiatiques :

  • 22 Juzhakov, 1885, p. 114.

« Le Touran dominait toutes les cultures antiques du monde, et c’est sûrement de là que vient la chute totale de la civilisation en Asie, cette incapacité pour le progrès »22.

20L’Europe ne fut donc pas seule à souffrir des invasions nomades et ne peut alors que fraterniser avec son double asiatique, les Aryens sédentaires, unis dans un même rejet du monde des steppes. Les clichés utilisés sont alors des plus classiques : Gengis Khan et Tamerlan incarnent la violence, la barbarie, le sang, le paganisme. Venjukov et Juzhakov dessinent de sombres épopées emplies de meurtres et de pillage menées par des hordes sauvages. Les nomades sont présentés comme les ennemis du travail de la terre, de la nature dans son ensemble, et sont jugés seuls responsables du faible niveau de développement de l’Asie centrale :

  • 23 Ibidem, p. 139.

« La masse bruyante […] des Huns, des Arabes, des Ouïghours, des Seldjoukides, des Mongols, des Tatars, des Turcs, des Ouzbeks est passée par ces pays, détruisant la race antique qui les avait habités et qui avait mené son épanouissement culturel à un haut niveau »23.

21L’islam est lui aussi perçu comme la religion négative par excellence et cette triple assimilation islam – nomadisme – Touran est totale et sans nuances :

  • 24 Vasil’ev, 1873, p. 104.

« Comme les nomades sont les ennemis du bien-être matériel des populations sédentaires, les musulmans sont les ennemis du progrès humain, de la civilisation humaine. […] Nous ne devons pas perdre cela de vue, nous devons nous préparer à cette dernière lutte du bien contre le mal »24.

22Aucune place n’est ainsi attribuée au monde persan, absent du regard russe et dont la conjonction aryanité, sédentarité et islam ne rentre pas dans les schèmes idéologiques attendus. Toute l’histoire de l’Asie centrale pourrait alors être résumée à la lutte entre les deux principes moteurs du monde, Iran et Touran, le bien et le mal, que Venjukov et Juzhakov symbolisent également par les figures zoroastriennes de Ormuzd et Ahriman. Par son long passé de lutte contre les nomades et le renversement du joug mongol, la Russie aurait prouvé qu’elle était le seul État à avoir la capacité de détruire ce monde touranien. Cette légitimité historique lui donnerait donc droit à l’avancée en Asie dans un même but historique :

  • 25 Venjukov, 1877, p. 55.

« Volontairement ou non, la Russie devait prendre sur elle une mission ingrate, pacifier les pays de l’Asie d’Ahriman et mettre fin une fois pour toutes à la lutte des fils de Ahura Mazda, c’est à dire des peuples civilisés, contre les fils sauvages d’Ahriman »25.

23La mission de la Russie dans cette « Haute Asie » ou « Asie intérieure » est alors de redonner la parole aux frères aryens soumis à la domination touranienne en réduisant à néant le nomadisme au profit du travail de la terre et en affaiblissant l’islam en faveur d’un renouveau des religions mazdéenne et bouddhiste. Ces deux dernières se révéleraient en effet plus compatibles avec le christianisme orthodoxe que l’islam et incarneraient des religions « blanches » face à un islam « jaune ».

24La Russie doit donc s’avancer dans les steppes touraniennes jusqu’à ce qu’elle trouve à ses frontières des peuples aryens de culture sédentaire, Afghans, Persans et Indiens :

  • 26 Idem, 1878, p. 21.

« La géographie physique, en accord avec l’ethnographie, montre clairement que la Russie doit soumettre tous les Turkmènes, les Ouzbeks et les Tadjiks qui vivent dans la dépression aralo-caspienne, et donc que ses voisins doivent être les Perses, les Kurdes, les Afghans, etc. »26.

25L’Empire russe serait donc le chaînon manquant entre Aryens d’Europe et Aryens d’Asie, ce à quoi le prédisposeraient sa situation géographique, la place des langues slaves dans l’arbre généalogique indo-européen, son héritage scythe et surtout, pour Venjukov, son passé grec, puisque son modèle étatique serait celui des États hellénistiques de l’Antiquité :

  • 27 Idem, 1877, pp. 135-136.

« Ce mouvement [russe en Asie centrale] peut être appelé restauration ou expansion de la domination de la race aryenne dans des pays qui ont longtemps été sous domination des peuples de racine turque ou mongole »27.

26Le monde touranien s’était en effet, selon lui, immiscé dans l’unité aryenne depuis des siècles et fut en cela le principal responsable de la division des Aryens en Nord-Sud ou Europe-Asie. L’avancée russe permet de mettre fin à cette division qui entraîne l’incompréhension des deux familles aryennes, voire leur affrontement dans des rapports colonisateur – colonisé.

  • 28 Ibidem, p. 138.

27« Ce “retour” des Slaves dans le voisinage de leur patrie préhistorique »28 ne peut donc être interprété comme une colonisation ou une conquête. Il ne peut être comparé à la domination touranienne puisque la proximité ethnique, linguistique et religieuse effacerait l’opposition entre dominés et dominateurs : c’est ainsi sur le Touran qu’est reporté l’acte colonisateur de la Russie, une métaphore permettant de nier la nature de l’avancée russe en Asie centrale et de contourner tout débat politique sur les « bienfaits » de la colonisation. Cette instrumentalisation du référent aryen dans les discours colonisateurs va trouver une nouvelle ampleur scientifique dans le cadre du Cercle d’amateurs d’archéologie du Turkestan.

III. Le Cercle d’amateurs d’archéologie du Turkestan

  • 29 Carrère d’Encausse, 1962, pp. 374-407.
  • 30 C’est le but des recherches effectuées par Borzhenkov en 1873 et 1883, par Krestovskij en 1884, pui (...)
  • 31 Sur l’identification de Maracanda avec Samarcande voir Gorshenina, 2007, pp. 113, 204, 262.
  • 32 Archéologue et orientaliste de renom, Veselovskij enseigne à l’Université de Saint-Pétersbourg à pa (...)

28À la fin du XIXe siècle, alors que l’avancée russe en Asie centrale se stabilise au niveau du Pamir, certains intellectuels russes, en particulier orientalistes, s’intéressent aux nouvelles zones conquises. Le renforcement des frontières de l’Empire invite à une centralisation des recherches faites en Asie centrale, jusqu’alors dépendantes de différentes institutions aux actions et aux buts parfois contradictoires29. Au début du siècle, elles sont en grande partie gérées par le Comité russe d’études historiques, archéologiques et linguistiques sur l’Asie centrale et orientale, créé en 1902, présidé par Vasilij V. Radlov (1837-1918) et installé à Saint-Pétersbourg. L’archéologie constitue l’une des principales activités de recherche sur l’espace centrasiatique. De nombreuses fouilles ont lieu dans les années 1870-1880 : l’obsession majeure est alors de trouver les traces du passage d’Alexandre le Grand dans l’ancienne Afrāsyab30. Vse-volod Krestovskij est ainsi le premier Russe à associer Samarcande à la Mara-canda d’Alexandre, une idée déjà exprimée en 1775 par le géographe français Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville (1697-1782)31. La Commission archéologique impériale se décide ensuite, en 1885, à envoyer le professeur de Saint-Pétersbourg Nikolaj I. Veselovskij (1848-1918)32, élève du célèbre orientaliste Vasilij V. Grigor’ev (1816-1881), fouiller à Afrāsyab. En 1886, cette même commission décide d’ouvrir une section turkestanaise avec à sa tête Nikolaj P. Ostroumov (1846-1930), missionnaire orthodoxe devenu ethnographe et alors directeur du lycée de Tachkent.

29Différentes structures encadrant les amateurs tentent également d’émerger en province et de se faire reconnaître une certaine valeur scientifique. C’est le cas du Cercle d’amateurs d’archéologie du Turkestan [Turkestanskij kruzhok ljubitelej arkheologii], créé en 1895 et dissout en 1919. Celui-ci poursuit le discours légitimateur sur l’avancée russe au nom de la fraternité aryenne : la Russie se doit de posséder l’Asie centrale, de redonner naissance à son caractère aryen et d’effacer un élément turcique de toute façon pensé comme provisoire et destiné à disparaître.

30Le Cercle a eu pour fondateurs le général-gouverneur du Turkestan le baron Aleksandr B. Vrevskij, Nikolaj P. Ostroumov et le célèbre turcologue historien Vasilij V. Barthold [Bartol’d] (1869-1930). Celui-ci achève ses études à la Faculté des langues orientales de Saint-Pétersbourg en 1891 et y obtient un premier poste en 1896. Ses compétences linguistiques, son savoir historique et sa connaissance des sources primaires lui permettent de publier tout au long de sa carrière plus de 400 travaux sur l’Asie centrale et la Haute Asie. Dans la tradition russe, il s’intéresse également aux auteurs arabes ayant écrit sur les premiers Slaves. Ses recherches sur l’islam, son origine et son histoire en Asie centrale ont également été reconnues hors de Russie et font de lui la grande figure de l’orientalisme russe et soviétique. Il publie également plusieurs travaux d’historiographie de l’orientalisme, organise la revue Mir islama [Le monde de l’islam] en 1912, dirige le Collège des orientalistes après la Révolution et deviendra l’assistant du Président de l’Académie d’histoire de la culture matérielle en 1926.

  • 33 Le nouveau système d’enseignement mis en place par N. I. Il’minskij est à destination des autochton (...)
  • 34 Le général Kaufman, après s’être distingué lors des guerres du Caucase dans les années 1850, obtien (...)
  • 35 Il dirige de nombreuses expéditions archéologiques dans toute l’Asie centrale et en Inde. Il s’inté (...)

31Le parcours de Nikolaj P. Ostroumov est tout autre. Missionnaire orthodoxe, il apprend le tatar et l’arabe dans le cadre de la « mission anti-musulmane » du séminaire ecclésiastique de Kazan. Il conçoit avec Nikolaj Il’minskij (1822-1891) le projet d’un système scolaire russifié à destination des allogènes musulmans de l’Empire33. Il est à ce titre nommé inspecteur des écoles du Turkestan en 1877 et s’installe définitivement à Tachkent. Formé à l’école historiographique de Kazan, il met l’accent, dans ses publications ethnographiques, sur l’anthropologie physique et culturelle et publie de nombreux travaux sur les Sartes. Son point de vue très colonial et ouvertement monarchiste le rapproche du premier général-gouverneur de la région Konstantin P. von Kaufman (1818-1882)34. Il édite ainsi de 1883 à 1917 la Turkestanskaja tuzemnaja gazeta [Gazette indigène turkestanaise], journal en langue ouzbèke reflétant l’opinion du pouvoir tsariste. Il cherche à faire connaître les grandes réalisations musulmanes dont la gloire doit, selon lui, rejaillir sur la Russie, et participe à la fondation du Cercle d’amateurs d’archéologie du Turkestan, dont il sera pendant de longues années le vice-président. Parmi ses membres les plus importants, le Cercle compte également l’archéologue et orientaliste Mikhail S. Andreev35 (1873-1948) et E. A. Smirnov, secrétaire du Comité statistique pour le Turkestan.

  • 36 Pour une histoire du Cercle, on pourra lire Lunin, 1958, et Germanov, 1996, pp. 90-97.

32L’idée d’un Cercle d’amateurs d’archéologie avait été lancée dès 1893 au sein de la Section turkestanaise de la Société impériale des amateurs des sciences naturelles, d’anthropologie et d’ethnographie par Vrevskij, mais ne fut concrétisée que deux années plus tard, dans le cadre des ministères de la Culture et des Affaires étrangères et sous le haut patronage du tsar. Très lié au pouvoir tsariste, le Cercle ne survit pas aux événements révolutionnaires de février 1917. Son dernier protocole, daté du 2 mars 1917, prévoit la réorganisation de l’association. En 1919, le Cercle entre – et disparaît – dans le Département turkestanais de la Société de géographie mais certains de ses membres, comme Andreev, poursuivront une brillante carrière sous le régime sovié-tique36. Le Cercle fut toujours critiqué par les spécialistes pour son amateurisme : la « science régionale » [kraevedenie] n’a pas de réel statut disciplinaire et le Cercle fait concurrence à la section locale de la Société de géographie, ouverte en 1896, bien que de nombreuses personnalités locales soient en fait membres des deux associations. Cette accusation d’amateurisme recouvre une autre réalité, celle de l’instrumentalisation politique du Cercle. Ce dernier reste en effet aux mains du baron Vrevskij, qui le finance en grande partie et veut en faire l’instrument de justification de la colonisation russe autour du thème aryen. S’organise donc une lutte entre les deux tendances présentes dans le Cercle, l’une plus scientifique, l’autre plus idéologique : la première veut spécialiser l’institution sur la culture musulmane de l’Asie centrale, la seconde sur sa version aryenne.

  • 37 Bartol’d, 1896.

33Face au discours aryaniste du Cercle, nombre de scientifiques s’en détachent. C’est par exemple le cas de l’archéologue Vasilij L. Vjatkin (1869-1932), fondateur du Musée de Samarcande et découvreur de l’observatoire d’Ouloug-Beg en 1908-1909, qui juge le Cercle trop politisé et refuse d’y adhérer. Barthold lui-même, qui en est élu membre honorifique en 1900, se désolidarise rapidement de son action. Il s’était pourtant fait l’apôtre d’une science orientaliste russe consciente de sa proximité avec les possessions [vladenija] asiatiques de l’Empire : la contiguïté territoriale entre métropole et périphérie doit pour lui avoir des implications scientifiques. Cependant, dans plusieurs articles, il condamne la surveillance effectuée par les hommes politiques sur le Cercle alors que celui-ci devrait plutôt être patronné par les institutions et les académies scientifiques. Dès 1896, il affirme que, si l’Asie centrale fut bien le centre d’une culture aryenne depuis de nombreux siècles, rien ne prouve qu’elle en fut le berceau : l’idée que le Turkestan aurait joué un rôle fondamental dans les migrations des premières races reste une hypothèse non démontrée37.

34Barthold regrette donc la focalisation du Cercle sur l’étude des langues iraniennes, largement minoritaires dans la région, son désintérêt pour les grandes constructions timourides alors qu’elles sont en ruines et sa préférence donnée à une préhistoire pauvre en monuments face à la richesse architecturale de l’époque islamique. Il dénonce également la turcophobie générale régnant dans les cercles politiques russes :

  • 38 Bartol’d, 1974b, p. 529.

« Une représentation sur-idéalisée des capacités culturelles des Aryens et de la barbarie des Turks ne pouvait qu’influer sur l’appréhension des missions scientifiques de la Russie au Turkestan. Ainsi, en 1895, lors de l’ouverture d’un cercle archéologique local sous la direction du pouvoir russe dans la zone, on a proposé d’étudier la culture aryenne ancienne de la région, anéantie par les barbares turciques et connaissant son renouveau sous la domination d’autres Aryens, les Russes »38.

  • 39 Idem, 1974a, p. 516.
  • 40 Protokoly TKLA, 16 août 1902, p. 34.

35Barthold doit pourtant reconnaître que, malgré sa politisation, le Cercle a joué un rôle majeur dans les grandes découvertes archéologiques centrasiatiques de la fin du siècle39 et se félicite tout particulièrement que l’institution ait été la première à attester de la présence de l’écriture de l’Orkhon au Turkestan40.

36Le Cercle se sent confirmé dans ses postulats aryanistes par les découvertes de la fin du siècle. Si l’idée d’une Asie centrale comme berceau aryen avait plus ou moins disparu dans les années 1880 en Occident, elle connaît un nouvel essor avec les découvertes linguistiques faites au Turkestan chinois : en 1890, le lieutenant anglais Hamilton Bower trouve au sud de Koutcha des stèles et un manuscrit sanscrit sur écorce de bouleau. Quelques années après lui, Aurel Stein découvre, murés dans une grotte du bassin du Tarim, de nombreux textes en plusieurs langues indo-européennes. Deux de celles-ci sont inconnues et se verront attribuer le nom de tokharien A et B. Classé à l’époque comme plus proche de la branche européenne que de la branche asiatique des langues indo-européennes, le tokharien relance l’idée de la présence en Asie centrale de « proto-Germaniques ».

  • 41 Protokoly TKLA, 1er mai 1902, p. 20.
  • 42 Ibidem, p. 24.
  • 43 Jagello penche plutôt pour ce qu’il appelle la « théorie méditerranéenne » : les liens entre civili (...)

37Le Cercle relate en détail, dans ses Protocoles, l’expédition d’Aurel Stein en 1907, parti d’Inde pour rejoindre Khotan afin d’y acquérir les stèles découvertes par Bower. Il se félicite de ces textes rupestres et des manuscrits trouvés en « caractères brahmaniques [braminskie pis’mena] de type indien septentrional »41, qui sont pour lui la preuve irréfutable que « le territoire de Khotan était conquis et colonisé par des populations venant du Pendjab du Nord »42 bien après notre ère, ce qui retarderait la date d’arrivée des peuples turco-mongols dans la région. L’un des secrétaires du Cercle, I. D. Jagello, approuve cette prise de conscience de l’ampleur de la civilisation aryenne dans le Turkestan russe et chinois et de son maintien jusqu’à l’arrivée de l’islam. Il affirme cependant que c’est l’Inde qui a peuplé l’Asie centrale depuis le Pendjab et non le contraire : si l’Asie centrale a bien connu une brillante civilisation aryenne, elle n’en est pas le berceau43.

  • 44 Poslavskij, 1903, pp. 36-51. Poslavskij suppose que les squelettes découverts nettoyés de leur chai (...)
  • 45 Les mêmes divisions se retrouvent sur la question de la nationalité des Huns. D. Strunin, dans son (...)

38C’est bien évidemment dans le champ archéologique que les raisonnements aryanistes du Cercle sont les plus affirmés. La Russie aurait ainsi pour mission de préserver l’ensemble des kourganes scythes et des ossuaires aryens découverts par Il’ja T. Poslavskij, l’un des vice-présidents de l’association44. Certains membres du Cercle découvrent également plusieurs ossuaires zoroastriens dans la région de Tachkent, qui renforcent Vrevskij et Ostroumov dans leurs discours aryanistes puisque le zoroastrisme est vu en Russie comme l’un des symboles religieux du monde indo-aryen. La présence de monuments bouddhistes à la datation difficile (bouddhisme ancien ou bouddhisme djoungare des XVIIe-XVIIIe siècles) attesterait même, selon Vrevskij, du passage de cette religion par le Nord dans sa diffusion de l’Inde vers la Chine et des liens étroits qui devaient alors exister entre populations bactrienne et indienne. Le Cercle prend également part aux polémiques sur les stèles anthropomorphiques [kamennye baby] car plusieurs sont découvertes dans la région d’Aulie-Ata alors qu’on les avait pensées spécifiques à la Sibérie. L’influence de Vasilij M. Florinskij (1834-1899), universitaire de Tomsk qui affirmait que la patrie des Slaves et des Aryens était en Sibérie, se fait sentir sur cette question : la plupart des officiels du Cercle affirment en effet que l’origine des stèles est slave ou tout au moins aryenne, tandis que d’autres, par exemple V. A. Mustafin, les déclarent turciques45.

Page de titre des Protocoles du TKLA, Tachkent, 1904

Page de titre des Protocoles du TKLA, Tachkent, 1904

Babas en pierre de la steppe kazakhe, d’après J.-A. Castagné, 1910

Babas en pierre de la steppe kazakhe, d’après J.-A. Castagné, 1910
  • 46 Protokoly TKLA, 17 décembre 1903, pp. 55-57.
  • 47 Fut ainsi constituée par Jean Chaffanjon et Pantusov une collection anthropologique d’une vingtaine (...)
  • 48 Protokoly TKLA, 16 août 1902, p. 34.

39Le Cercle participe enfin aux réflexions sur les pétroglyphes et les inscriptions runiques découvertes dans la région (par exemple dans la plaine du fleuve Talas), ses membres se divisant là aussi sur leur origine : turcique, finno-ougrienne ou slave46. En 1892, Nikolaj N. Pantusov (1849-1909), futur membre du Cercle, découvre vers Pichkek une pierre tombale avec des inscriptions en écriture arménienne et/ou syrienne, ce qui relance la polémique sur la présence de chrétiens arméniens, nestoriens ou syriaques en Asie centrale. Selon une vision typique de l’époque qui assimile plus ou moins consciemment peuples de tradition chrétienne et d’origine aryenne, les nestoriens étaient souvent considérés comme une « race » ou un groupe ethnique appartenant aux Aryens47. La prise de conscience que l’alphabet ouïghour, employé selon le Cercle avant celui de l’Orkhon, viendrait du syrien et attesterait d’une présence nestorienne jusqu’en Mongolie, renforce le discours sur le passé aryen de la zone48. Le Cercle participe enfin aux polémiques sur les liens entre cultures bactrienne, sumérienne et chinoise, une supposition évoquée lors de l’expédition américaine de Pampelli au début du siècle, au moment de la découverte du kourgane d’Anau en Transcaspie.

  • 49 Schwarz, 1900, p. XVI.
  • 50 Schwarz, 1894, chapitre « Urheimat der Indogermanen », pp. 294-360.
  • 51 Ujfalvy, 1873, par exemple la carte pp. 184-185 et le texte p. 196.

40Face aux critiques des orientalistes, les dirigeants du Cercle cherchent un soutien occidental à leurs théories. Ils font tout particulièrement référence à l’astronome allemand Franz von Schwarz, invité par le premier général-gouverneur, K. P. Kaufman, et installé à la tête de l’Institut météorologique turkestanais pendant son séjour à Tachkent de 1874 à 1890. Dans deux de ses livres, Sintfluth und Völkerwanderungen (1894) et Turkestan. Die Wiege der Indogermanischen Völker (1900), Schwarz tente de justifier scientifiquement les allégations de Kaufman et de Vrevskij sur l’Asie centrale comme protopatrie des Aryens. Il conjugue dans ce but des thèmes germaniques, bibliques et homériques, et affirme que le Turkestan est le berceau des peuples indo-germaniques49 – qui auraient rejoint l’Europe via la Russie – avant de devenir celui du Touran : les anciennes sources chinoises ne parlent-elles pas de populations voisines blondes aux yeux bleus50 ? Les Slaves sont pour lui des Aryens qu’il classe sous le nom de « Vendes » comme un peuple germanique proche des « Allemands » et des « Goths », selon sa terminologie. Vrevskij se réfère également souvent à l’universitaire français d’origine hongroise Charles de Ujfalvy, qui affirme que les Slaves sont venus du berceau himalayen par l’Asie centrale51.

  • 52 Protokoly TKLA, 11 décembre 1896, p. 4.

41Le Cercle poursuit donc une tradition ancienne constituée avec les Notes sur l’histoire universelle de Khomjakov, réactualisée par les travaux de Florinskij – dont le livre est présenté comme un « manuel »52 – et appliquée aux connaissances scientifiques et à la situation coloniale turkestanaise du moment. La référence biblique n’est pas absente des réflexions et discussions du Cercle. I. T. Poslavskij reprend par exemple à son compte les propos de A. Chajkovskij qui, dans une brochure intitulée Un nivellement important du Turkestan [Vazhnaja nivellirovka Turkestana], ( 1908), présente l’Asie centrale comme un lieu biblique décrit dans l’Ancien Testament. Chajkovskij propose de niveler le sol de la région afin de redonner la possibilité au lac Issyk Koul de se déverser dans la rivière Tchou, celle-ci rejoignant par la suite l’Amou Darya, l’Ouzboï, puis la Caspienne en suivant le cours aujourd’hui tari de l’ancien fleuve.

  • 53 Poslavskij, 1909, pp. 3-17. L’auteur s’appuie également sur Elena P. Blavatsky qui affirme avoir tr (...)
  • 54 Ibidem, p. 10.
  • 55 Myl’nikov, 1996.

42Si Poslavskij semble sceptique sur la réalisation technique de ce projet, il partage les vues historiques de Chajkovskij : ce cours fut celui du grand fleuve biblique Assour qui traversait alors l’ensemble du Turkestan et dont on trouve une description chez le prophète Ézéchiel puis chez les auteurs antiques classiques53 : « L’Assour d’Ézéchiel se trouve ici, dans notre Turkestan, et non pas à l’Ouest, en Mésopotamie »54. Et puisque les prophètes de l’Ancien Testament racontent la dispersion des Japhétides installés près d’Assour vers le bassin de l’Indus, Poslavskij y lit une justification historique à la théorie d’un berceau aryen situé dans le Turkestan russe. Celui-ci serait alors le pays de Magog, l’un des fils de Japhet, revendiqué comme ancêtre fondateur par les Allemands, les Scandinaves mais également les Slaves55 : son installation dans la dépression aralo-caspienne confirmerait l’idée d’un berceau aryen en Asie centrale d’où seraient sortis les futurs Russes.

43Dès sa fondation, le Cercle affiche donc sa vocation aryenne et n’en cache pas les conséquences sur le plan politique : les Russes sont les nouveaux Aryens et eux seuls peuvent mettre à jour le passé oublié de l’Asie centrale et le faire revivre. Le général-gouverneur Vrevskij, président d’honneur du Cercle, espère que celui-ci aura des liens particulièrement étroits avec les autres centres de recherche installés en Inde, en particulier avec la Société asiatique de Calcutta. Tous devraient coopérer dans l’Hindou Kouch et l’Himalaya à la recherche des premiers Aryens. Il reconnaît ainsi publiquement la vocation politique de l’organisation :

  • 56 Discours du baron Vrevskij du 11 décembre 1895 prononcé lors de l’inauguration du Cercle, Protokoly (...)

« À présent, le destin nous a conduits, nous, les Aryens, en ces lieux mêmes d’où sont autrefois partis nos ancêtres. Pour cette raison, nous avons le devoir sacré de réunir et de conserver les monuments historiques de ces contrées où, jadis, fleurissait une culture aryenne que nous sommes appelés à rétablir »56.

Conclusion : les mythes aryens russe et britannique, idéologies de la colonisation ?

44Lors d’une réunion du Cercle, N. P. Peterson, disciple de Nikolaj Feodorov et précepteur des enfants de Lev Tolstoï, propose que le XIIe Congrès archéologique russe de 1899 ait lieu en Asie centrale, à Tachkent, Samarcande ou Merv, afin d’affirmer l’aryanité de la Russie. Ce congrès a, selon lui, des buts scientifiques mais également :

  • 57 Protokoly TKLA, III, 1899, pp. 99-103.

« un but pratique : les recherches sur le Pamir et les autres lieux supposés de la patrie générale des peuples aryens réconcilieront le slavophilisme et l’occidenta-lisme dans une unité supérieure, l’ariophilie [ariosofil’stvo] »57.

45L’avancée russe en Asie centrale aurait donc une mission intrinsèquement nationale, celle de donner une nouvelle et indiscutable identité à la Russie, une identité qui permette de se dire à la fois Européen et Asiatique sans plus différencier l’« État russe » de l’« Empire russe ».

46Le mythe de l’Asie blanche, incarnée historiquement par la Scythie, ne peut en effet que correspondre aux besoins d’intellectuels russes qui doivent résoudre la contradiction entre l’affirmation de leur européanité et une puissance russe se réalisant en Asie, entre volonté d’européanité et revendication d’une spécificité nationale. Il s’agit pour eux de trouver l’élément qui permette d’englober l’Europe sans s’y limiter, voire même de renverser le discours : la Russie n’est pas partie d’un tout, l’Europe ; c’est au contraire l’Europe qui est partie d’un tout, celui du monde aryen, dans lequel la Russie occupe une position dominante puisqu’elle seule a gardé le souvenir du berceau asiatique originel et qu’elle seule reste liée à lui. L’aryanisme permet de se définir par rapport à l’Europe à la fois comme semblable et différent : sans représenter une altérité absolue – comme l’Asie touranienne – la Scythie aryenne renie l’assimilation pure et simple à l’Occident.

47Les réflexions russes autour du berceau aryen permettent donc à leurs auteurs d’affirmer qu’il existe des liens identitaires intrinsèques entre le centre colonial et les nouveaux territoires conquis. La référence aryenne offre en effet, indirectement, la possibilité d’une réflexion sur la « nature » de l’empire : l’expansion est appréhendée comme un phénomène naturel, justifié par la continuité territoriale entre le « centre » et la « périphérie », et légitimé par l’histoire. L’idée d’un retour des Aryens dans leur patrie justifie donc le caractère naturellement euro-asiatique de la Russie tsariste puisque l’aryanisme transcende l’opposition entre deux continents, Europe et Asie. À ce titre, la Russie ne serait pas un empire comme les autres : son avancée en Asie ne serait pas comparable au colonialisme des puissances occidentales, régulièrement décrié dans les publications russes de l’époque. L’intériorisation de l’argumentation impériale par le biais du mythe aryen laisse toutefois deviner des appréhensions politiques et culturelles : la turcophobie et le mépris de l’islam constituent un arrière-fond idéologique équivoque dans l’appréciation des peuples conquis.

48L’instrumentalisation du référent aryen dans les discours coloniaux britanniques et russes envers l’Inde et l’Asie centrale repose sur les mêmes arguments : affirmation de l’incapacité politique de la zone conquise à se gérer seule ; insistance sur sa diversité ethnique interne, son manque d’unité et de conscience de soi ; division des colonisés en alliés (les Brahmanes pour les Britanniques, les Tadjiks pour les Russes) et en ennemis (les Dravidiens, les Turks), et enfin, justification de la présence coloniale comme un événement répondant au cours naturel des choses. Dans ces deux expériences historiques de colonisation, la russe et la britannique, qui par ailleurs diffèrent sur de nombreux points, se retrouve donc l’usage d’un même mythe identitaire à des fins de domination politique et d’affirmation d’une autorité pensée comme naturelle.

Haut de page

Bibliographie

BAILLY, 1779 : Lettres sur l’Atlantide de Platon et sur l’ancienne histoire de l’Asie, Paris.

BARTOL’D [BARTHOLD] Vasilij V. , 1896 : « Neskol’ko slov ob arijskoj kul’ture v Srednej Azii [Quelques mots sur la culture aryenne en Asie centrale] », conférence lue à la réunion du Cercle turkestanais des amateurs d’archéologie le 3 juin 1896 et publiée dans le Sredne-Aziatskij vestnik [Le Messager de l’Asie centrale], Tachkent.

BARTOL’D, 1974a : « Sostojanie i zadachi izuchenija istorii Turkestana [L’état et les buts de l’étude de l’histoire du Turkestan] », republié in Sochinenija [Œuvres], Moscou : Nauka, Izdatel’stvo vostochnoj literatury, t. IX, pp. 510-521.

BARTOL’D, 1974b : « Zadachi russkogo vostokovedenija v Turkestane [Les missions de l’orientalisme russe au Turkestan] », republié in Sochinenija [Œuvres], Moscou : Nauka, Izdatel’stvo vostochnoj literatury, t. IX, pp. 522-533.

BENES Tuska, 2004 : « Comparative Linguistics as Ethnology : In search of Indo-Germans in Central Asia, 1770-1830 », Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, vol. 24, n° 2, pp. 117-132.

CARRÈRE D’ENCAUSSE Hélène, 1962 : « La politique culturelle du pouvoir tsariste au Turkestan (1867-1917) », Cahiers du monde russe et soviétique, vol. III, n° 3-4, pp. 374-407.

FIGUEIRA Dorothy M., 2002 : Aryans, Jews, Brahmins : Theorizing Authority Through Myths Of Identity, New York : University Press of New York, 2002.

GERMANOV Valerij A., 1996 : « Turkestanskij kruzhok ljubitelej arkheologii : primat nauki ili geopolitiki ? [Le cercle d’amateurs d’archéologie du Turkestan : le primat de la science ou de la géopolitique ?] », Vestnik Karakalpakskogo otdelenija Akademii Nauk Respubliki Uzbekistan, Nukus, n° 1, pp. 90-97.

GORSHENINA Svetlana et Claude RAPIN, 2001 : De Kaboul à Samarcande. Les archéologues en Asie centrale, Paris : Gallimard.

GORSHENINA Svetlana, 1999 : « Premiers pas des archéologues russes et français dans le Turkestan russe (1870-1890) », Cahiers du monde russe, n° 3, pp. 365-384.

GORSHENINA, 2007 : De la Tartarie à l’Asie centrale : le coeur d’un continent dans l’histoire des idées entre la cartographie et la géopolitique, Thèse de doctorat, Paris I – Université de Lausanne.

GRATIEUX Albert, 1939 : A. S. Khomiakov et le mouvement slavophile, Paris : Cerf.

GREENBERGER Allen J., 1969 : The British Image of India : a Study in the Literature of Imperialism 1880-1960, London : Oxford University Press.

JAGELLO D. I., 1903 : « Po voprosu ob arijskoj teorii proiskhozhdenija narodov Evropy [À propos de la théorie aryenne sur l’origine des peuples de l’Europe] », Protokoly TKLA, 15 janvier.

JUZHAKOV Sergej N., 1885 : Afganistan i sopredel’nye strany. Politiko-istoricheskij ocherk [L’Afghanistan et les pays voisins. Essai politico-historique], Saint-Pétersbourg.

KHOMJAKOV, 1873 : Zapiski o vsemirnoj istorii [Notes sur l’histoire universelle], Moscou : Tipografija Lebedeva, t. 2.

LARUELLE Marlène, 2003 : « A-t-il existé des précurseurs au mouvement eurasiste ? L’obsession russe pour l’Asie au tournant du siècle », Revue des études slaves, vol. LXXV, n° 4, pp. 437-454.

LARUELLE, 2005 : Mythe aryen et rêve impérial dans la Russie du XIXe siècle, préface de Pierre-André Taguieff, Paris : CNRS-Éditions.

LEOPOLD J., 1970 : « The Aryan Theory of Race in India, 1870-1920 : Nationalist and Internationalist Visions », The Indian Economic and Social Review, n° 2, pp. 271-297.

LUNIN Boris V. , 1958 : Iz istorii russkogo vostokovedenija i arkheologii v Turkestane. Turkestanskij kruzhok ljubitelej arkheologii (1895-1917) [De l’histoire de l’orientalisme et de l’archéologie russes au Turkestan. Le Cercle d’amateurs d’archéologie du Turkestan (1895-1917)], Tachkent : Akademija nauk Uzbekistana.

MALLORY James P, 1989 : À la recherche des Indo-Européens. Langue, archéologie, mythe, Paris : Seuil.

MARTIN Henri, 1937 : Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, Paris, t. I.

MYL’NIKOV A.S., 1996 : Kartina slavjanskogo mira. Vzgljad iz Vostochnoj Evropy. Etnogeneticheskie legendy, dogadki, protogipotezy XVI-nachala XVIII veka [L’image du monde slave. Regards d’Europe orientale. Légendes ethnogénétiques, suppositions et proto-hypothèses du XVIe au début du XVIIIe siècle], Saint-Pétersbourg : Rossijskaja Akademija Nauk.

OLENDER Maurice, 1989 : Les langues du Paradis. Aryens et Sémites : un couple providentiel, préface de Jean-Pierre Vernant, Paris : Seuil-Gallimard.

PARRY Benita, 1972 : Delusions and discoveries : Studies on India in the British Imagination 1880-1930, Berkeley, Berkeley University Press.

POGODIN Mikhail P., 1860 : Politische Briefe aus Russland, Leipzig.

POLIAKOV Léon, 1994 : Le mythe aryen. Essai sur les sources du racisme et des nationalismes, Paris : Calmann-Lévy.

POSLAVSKIJ Il’ja T., 1903 : « K voprosu o glinjanykh grobakh [La question des tombes en argile] », Protokoly TKLA, 22 septembre.

POSLAVSKIJ, 1909 : « O vosstanovlenii biblejskoj reki Gikhon [La restauration du fleuve biblique Gikhon] », Protokoly TKLA, 31 mars, pp. 3-17.

Protokoly TKLA : Protokoly Turkestanskogo kruzhka ljubitelej arkheologii [Comptes rendus du Cercle d’amateurs d’archéologie du Turkestan], Tachkent, publiés annuellement de 1895 à 1917.

RENFREW Colin, 1990 : L’énigme indo-européenne. Archéologie et langage, Paris : Flammarion.

SARKISYANZ Emanuel, 1955 : Russland und der Messianismus des Orients, Sendungsbewusstsein und politischer Chiliasmus des Ostens, Tübingen : J.C.B. Mohr.

SCHWARZ Frantz von, 1894 : Sintfluth und Völkerwanderungen, Stuttgart : Ferdinand Enke.

SCHWARZ, 1900 : Turkestan. Die Wiege der Indogermanischen Völker, Freiburg im Breisgau : Herdersche Verlagshandlung.

UJFALVY Charles de, 1873 : Les migrations des peuples et particulièrement celle des Touraniens, Paris : Maisonneuve.

VASIL’EV V. P., 1873 : Sovremennye voprosy [Questions contemporaines], Saint-Pétersbourg.

VENJUKOV Mikhail I., 1877 : Rossija i Vostok. Sobranie geograficheskikh i politicheskikh statej [La Russie et l’Orient. Recueil d’articles géographiques et politiques], Saint-Pétersbourg.

VENJUKOV, 1878 : Ocherk politicheskoj etnografii stran, lezhashchikh mezhdu Rossiej i Indiej [Essai d’ethnographie politique des pays se trouvant entre la Russie et l’Inde], Saint-Pétersbourg.

ZABOROWSKIJ S., 1903 : « Comment est résolue la question d’origine des peuples aryens de l’Asie », Comptes rendus de l’association française pour l’avancement des sciences, Paris, pp. 882-887.

Haut de page

Annexe

Abréviation

Protokoly TKLA : Protokoly Turkestanskogo kruzhka ljubitelej arkheologii [Procès-verbaux du Cercle d’amateurs d’archéologie du Turkestan]

Haut de page

Notes

1 Du nom de Japhet, premier fils de Noé, qui fut, selon la Genèse, à l’origine des peuples européens. Ses deux frères Sem et Cham donnèrent quant à eux respectivement naissance aux peuples sémites et chamites (ou africains).

2 Ainsi, « cette vaste Tartarie qui est entre la mer Glaciale et le Caucase, entre le Chamchatka [sic] et la Russie » serait le berceau de l’humanité : Bailly, 1779, p. 156. Pour lui, les Atlantes étaient autrefois installés vers le Spitzberg ou la Sibérie puis sont descendus vers la région du bassin Ob-Iénisséi. De là, sous le nom de Scythes, ils ont rayonné sur tout le vieux continent, donnant naissance aux cultures chinoise, indienne, perse, égyptienne et grecque et inaugurant les premiers cultes solaires, culte nordique et hyperboréen par excellence.

3 Poliakov, 1994.

4 Olender, 1989.

5 Celle-ci reste paradoxale puisque les celtomanes de la fin du XVIIIe siècle, qui pensaient que le celtique ou le bas-breton était la langue première de l’humanité, lui cherchaient une origine asiatique et ne préfiguraient pas les théories autochtonistes germaniques. Ainsi, le bénédictin breton Pezron, premier celtomane français, place le berceau des Celtes entre « la Médie et la Tartarie » : cité in Poliakov, 1994, p. 45.

6 C’est le célèbre argument dit du « bouleau », qui se dit de la même manière en sanscrit et dans les langues slaves. Pour plus de détails : Mallory, 1989.

7 Martin, 1837, p. 2.

8 Il donne une image idéale d’un peuple aryen jeune et vigoureux installé dans une sorte de paradis terrestre, professant le monothéisme malgré un polythéisme apparent et disposant d’une civilisation pastorale très avancée : Olender, 1989, pp. 129-135.

9 Zaborowski, 1903, pp. 882-887. Pour lui, aucun peuple asiatique n’est passé par la Russie méridionale avant les Scythes et il n’existe pas de peuple proto-aryen en Asie centrale. Il insiste surtout sur la dualité ethnique des peuples indo-européens, tant dolichocéphales (comme les Achéménides) que brachycéphales (Mèdes, Celto-Slaves).

10 Renfrew, 1990.

11 Benes, 2004, pp. 117-132.

12 Figueira, 2002.

13 Greenberger, 1969 ; Parry, 1972.

14 Leopold, 1970, pp. 271-297.

15 Gratieux, 1939.

16 Dans la Bible, Couch est le nom d’un fils de Cham, père de Canaan. L’Éthiopie, chez les anciens Égyptiens, est présentée comme le foyer couche, d’où l’assimilation rapide faite entre couchitisme et « peuples de couleur ». Aujourd’hui, le terme est encore employé pour définir un groupe de langues dites cou-chitiques parlées dans la Corne de l’Afrique.

17 Khomjakov, 1873, vol. 2, p. 17.

18 Ibidem, p. 404.

19 Pogodin, 1860, p. 195.

20 Sarkisyanz, 1955.

21 Laruelle, 2003, pp. 437-454.

22 Juzhakov, 1885, p. 114.

23 Ibidem, p. 139.

24 Vasil’ev, 1873, p. 104.

25 Venjukov, 1877, p. 55.

26 Idem, 1878, p. 21.

27 Idem, 1877, pp. 135-136.

28 Ibidem, p. 138.

29 Carrère d’Encausse, 1962, pp. 374-407.

30 C’est le but des recherches effectuées par Borzhenkov en 1873 et 1883, par Krestovskij en 1884, puis finalement par Veselovskij en 1885-1886. Sur le sujet, voir Gorshenina, 1999, pp. 365-384 ; Gorshenina et Rapin, 2001, pp. 29-41.

31 Sur l’identification de Maracanda avec Samarcande voir Gorshenina, 2007, pp. 113, 204, 262.

32 Archéologue et orientaliste de renom, Veselovskij enseigne à l’Université de Saint-Pétersbourg à partir de 1890. Spécialiste de l’Asie centrale, il participe et organise de nombreuses fouilles au Turkestan, tout particulièrement sur le site d’Afrāsyab, et travaille également dans les kourganes de Russie méridionale. Amoureux de Samarande, il publie un album dédié aux monuments archéologiques et historiques musulmans de la ville.

33 Le nouveau système d’enseignement mis en place par N. I. Il’minskij est à destination des autochtones, en particulier musulmans, déclarés d’emblée hostiles aux projets tsaristes. Les cours sont dispensés par des professeurs autochtones et en langue vernaculaire. Le programme conjugue des matières techniques et générales, des cours de langue (le russe est bien évidemment obligatoire) et de catéchisme orthodoxe, le tout dans un esprit de loyauté envers l’Empire tsariste et sa dynastie.

34 Le général Kaufman, après s’être distingué lors des guerres du Caucase dans les années 1850, obtient la direction du commandement des armées du Turkestan dès 1867. Il réussit à soumettre Samarcande en 1868 et à faire céder le khanat de Khiva, qui devient en 1873 un protectorat russe. Nommé général-gouverneur du Turkestan de 1867 à 1881, il est resté dans les mémoires pour avoir tenté de limiter l’ingérence russe dans le fonctionnement de la société ouzbèke, de peur d’une forte réaction religieuse des musulmans contre le pouvoir colonial.

35 Il dirige de nombreuses expéditions archéologiques dans toute l’Asie centrale et en Inde. Il s’intéresse tout particulièrement aux Tadjiks et aux peuples iranophones comme les Yagnobis et les Pamiris. Il sera nommé premier académicien de la république d’Ouzbékistan (membre correspondant en 1929 et membre actif en 1943) et meurt à Douchanbé (actuel Tadjikistan) en laissant une très riche bibliothèque.

36 Pour une histoire du Cercle, on pourra lire Lunin, 1958, et Germanov, 1996, pp. 90-97.

37 Bartol’d, 1896.

38 Bartol’d, 1974b, p. 529.

39 Idem, 1974a, p. 516.

40 Protokoly TKLA, 16 août 1902, p. 34.

41 Protokoly TKLA, 1er mai 1902, p. 20.

42 Ibidem, p. 24.

43 Jagello penche plutôt pour ce qu’il appelle la « théorie méditerranéenne » : les liens entre civilisations européenne et indienne ne sont pas dus à l’arrivée d’Aryens asiatiques en Europe mais à leur berceau commun, la Méditerranée, dont la population originelle aurait peuplé tant l’Europe que l’Asie : Jagello, 1903, pp. 49-51.

44 Poslavskij, 1903, pp. 36-51. Poslavskij suppose que les squelettes découverts nettoyés de leur chair sont d’origine aryenne et fait pour cela référence à V. V. Grigor’ev.

45 Les mêmes divisions se retrouvent sur la question de la nationalité des Huns. D. Strunin, dans son « Tysjacheletie iz zhizni tatar » [Mille ans de la vie des Tatars], un résumé commenté de A Thousand years of the Tatars de E. H. Parker, cite des auteurs russes comme Ilovajskij, Zabelin et Florinskij, partisans de la slavité des Huns, mais critique la faiblesse de leurs argumentations philologiques : Protokoly TKLA, 17 février 1897, p. 59. Les thèses aryanistes ne font donc pas systématiquement l’unanimité au sein du Cercle.

46 Protokoly TKLA, 17 décembre 1903, pp. 55-57.

47 Fut ainsi constituée par Jean Chaffanjon et Pantusov une collection anthropologique d’une vingtaine de crânes définis comme nestoriens. Consulter Gorshenina, 1999, p. 383.

48 Protokoly TKLA, 16 août 1902, p. 34.

49 Schwarz, 1900, p. XVI.

50 Schwarz, 1894, chapitre « Urheimat der Indogermanen », pp. 294-360.

51 Ujfalvy, 1873, par exemple la carte pp. 184-185 et le texte p. 196.

52 Protokoly TKLA, 11 décembre 1896, p. 4.

53 Poslavskij, 1909, pp. 3-17. L’auteur s’appuie également sur Elena P. Blavatsky qui affirme avoir trouvé de nombreuses références au fleuve Assour dans d’anciennes légendes indiennes.

54 Ibidem, p. 10.

55 Myl’nikov, 1996.

56 Discours du baron Vrevskij du 11 décembre 1895 prononcé lors de l’inauguration du Cercle, Protokoly TKLA, 1895, p. 2.

57 Protokoly TKLA, III, 1899, pp. 99-103.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Page de titre des Protocoles du TKLA, Tachkent, 1904
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/1175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Babas en pierre de la steppe kazakhe, d’après J.-A. Castagné, 1910
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/1175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Laruelle, « Le berceau aryen : mythologie et idéologie au service de la colonisation du Turkestan », Cahiers d’Asie centrale, 17/18 | 2009, 107-131.

Référence électronique

Marlène Laruelle, « Le berceau aryen : mythologie et idéologie au service de la colonisation du Turkestan », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 17/18 | 2009, mis en ligne le 26 mai 2010, consulté le 22 avril 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/1175

Haut de page

Auteur

Marlène Laruelle

Marlène Laruelle est docteur de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Paris), chercheur associé au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (EHESS, Paris) et membre de l’Observatoire des États post-soviétiques (INALCO, Paris). Elle a séjourné cinq ans en Asie centrale dans le cadre de l’Institut français d’études sur l’Asie centrale. Elle travaille en philosophie politique sur les idéologies nationalistes du monde russe et post-soviétique. Elle a publié six livres et de nombreux articles scientifiques, entre autres, L’Idéologie eurasiste russe ou comment penser l’empire (1999), Mythe aryen et rêve impérial dans la Russie du XIXe siècle (2005), La Quête d’une identité impériale. Le néo-eurasisme dans la Russie contemporaine (2007), etc.
Page web : http://marlenelaruelle.tripod.com/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org