Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ališer Il’hamov, Etničeskij atlas Uzbekistana [Atlas ethnique de l’Ouzbékistan]

Tachkent : Open Society Institute Assistance Foundation Uzbekistan, 2002 ; 452 p.
Marlène Laruelle
p. 348-349
Référence(s) :

Ališer Il’hamov, Etničeskij atlas Uzbekistana [Atlas ethnique de l’Ouzbékistan]. Tachkent : Open Society Institute Assistance Foundation Uzbekistan, 2002 ; 452 p.

Texte intégral

1Ce livre se propose de faire le point sur la question nationale en Ouzbékistan sur un mode descriptif. Il est divisé en deux parties. La première est une classification, par ordre alphabétique, des peuples vivant en Ouzbékistan. Elle comprend environ 70 entrées, certains peuples comme les Juifs, les Tatars ou les Tsiganes bénéficiant de plusieurs entrées. Les auteurs ont eu comme parti pris de présenter non seulement les peuples « traditionnels » du pays (ceux, autochtones, comme les Dounganes, Juifs de Boukhara, Karakalpaks, Kazakhs ou Ouïghours, ceux du monde soviétique comme les Russes, Polonais, Allemands ou Arméniens) mais également les Occidentaux (savants du XIXe siècle ayant voyagé dans la région, représentants contemporains des ONG, etc.). Toutes les entrées ne présentent donc pas le même intérêt pour une meilleure connaissance de l’Ouzbékistan.

2Chaque entrée propose un résumé historique de la présence de chaque minorité sur le territoire ouzbek et dispose d’une petite bibliographie ainsi que des chiffres officiels tirés des divers recensements soviétiques. Bien que le pays n’ait effectué aucun recensement depuis son indépendance, les auteurs ont tenté de présenter des données réactualisées pour le début de la décennie 2000. Certaines semblent discutables : il est par exemple peu probable qu’il reste encore 1,2 million de Russes dans le pays (ce qui supposerait que seulement 400 000 d’entre eux aient quitté la république depuis 1989) et les Tadjiks sont très nettement sous-représentés avec seulement 1,2 millions de personnes. Cette partie est complétée par un article sur les centres culturels des minorités reconnus par l’Etat et sur les cimetières dits « ethniques ».

3La deuxième partie, d’environ 150 pages, est consacrée aux seuls Ouzbeks et propose plusieurs articles sur des thématiques plus ou moins classiques : leur « ethnogenèse », selon la terminologie soviétique (divisée selon l’auteur en trois phases, les Kiptchaks, les Tchagatays et les Sartes), la constitution de la nationalité ouzbèke contemporaine à l’époque soviétique (formation de la république et d’une langue littéraire unifiée), la dialectologie de la langue ouzbèke, les principaux clans ou dénominations collectives en vigueur parmi les Ouzbeks. L’ouvrage se conclut sur une série de cartes ethniques par nationalité effectuées selon les résultats du recensement de 1989.

4Un tel sujet n’aurait probablement pas vu le jour sans le soutien de la fondation Sörös : en phase de « construction nationale », l’État ouzbek ne prend pas vraiment en compte ses minorités et ne cherche pas à les mettre en valeur. Le peu de publications scientifiques dans l’ensemble du pays n’encourage pas non plus à s’intéresser à des sujets difficiles et politiquement courageux comme celui-ci. On regrettera toutefois que le livre ne tente pas de réfléchir aux différentes formes de collectivité nationale qu’il recense, qu’il s’agisse des « minorités », de la « majorité » ou bien des « clans » composant cette dernière. Bien qu’écrit sur un mode plus descriptif qu’analytique, cet ouvrage, outre sa valeur quasi politique, permet de faire le point sur les groupes nationaux présents en Ouzbékistan et peut ouvrir plusieurs pistes de recherches par la bibliographie et les données collectées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Laruelle, « Ališer Il’hamov, Etničeskij atlas Uzbekistana [Atlas ethnique de l’Ouzbékistan] », Cahiers d’Asie centrale, 11/12 | 2004, 348-349.

Référence électronique

Marlène Laruelle, « Ališer Il’hamov, Etničeskij atlas Uzbekistana [Atlas ethnique de l’Ouzbékistan] », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 11/12 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/724

Haut de page

Auteur

Marlène Laruelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org