Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Feuillebois-Pierunek E., Faxr al-Din ‘Erâqi : poésie mystique et expression poétique en Perse médiévale

Téhéran : Institut Français de Recherche en Iran, 2002 ; 347 p.
Rémy Dor
p. 346-347
Référence(s) :

Feuillebois-Pierunek E., Faxr al-Din ‘Erâqi : poésie mystique et expression poétique en Perse médiévale. Téhéran : Institut Français de Recherche en Iran, 2002 ; 347 p.

Texte intégral

1Écrivons-le sans ambages : j’avais autrefois entendu mademoiselle Pierunek sans être convaincu, j’ai lu madame Feuillebois avec un intérêt soutenu et me voilà persuadé. Persuadé de la qualité de son travail, que je me garderai bien toutefois d’évaluer. Par manque, à bien des égards, de compétence. Car l’auteur s’attaque dans la première partie « Métaphysique : de l’Amour » (pp. 1-75) à des notions à propos desquelles je ne saurai, epokhè oblige, que suspendre mon jugement, ayant plutôt la fibre pyrrhonienne. Mais, de toute façon, non à la traduction de rububiyya par « Seigneurerie » (p. 88), sauf si on accepte de rendre ‘uhudiyya par « Servevitude ». À méditer.

2La deuxième partie (« Typologie des personnages », pp. 79-157) et la 3e (« Le cheminement dans la voie », pp. 161-232), témoignent d’une parfaite maîtrise et compréhension d’auteurs difficiles, à commencer par ‘Erâqi lui-même bien sûr, dont les replis, méandres, allusions, évocations, implications sont révélés au lecteur qui, comme moi, se laisse guider dans l’abord d’une œuvre dense et abstruse. Il faudra cependant qu’un jour, Divân pour Divân, un jeune orientaliste courageux fasse contraster ‘Erâqi et Emre. Ou comment, après le mascaret mongol, Iraniens et Turcs aspirent la goulée d’air que, miséricordieusement, leur délivrent des auteurs dont, comme de juste, la vie reste opaque parce que salvatrice. Je l’ai, ailleurs, expliqué pour Emre. Il y a obligation, au terme d’une aporie existentielle, de se défaire, maille à maille, de ce que l’on a été. L’incognito se fabrique.

3La 4e partie («Modes d’expression», pp. 255-302) nous guide vers la contemplation des beaux jeunes gens, après un passage par l’ivresse et le libertinage. Je suis gêné par ce dernier terme. Rendre l’adjectif qalandari par «libertin» n’est pas, en soi, tout à fait condamnable. Cependant ces vocables, libertin, libertinage, sont trop irrésistiblement évocateurs des Salons parisiens du XVIIIe, des petits messieurs à perruque poudrée, à moustache frisottée, tournant galamment un madrigal que, distraitement, reçoit, de derrière son éventail, une marquise fardée en robe de brocart. Rien à faire, je ne peux pas associer le mot «libertin» à l’image du rude malang, du fou d’Allah hirsute et débraillé. Il faudra trouver autre chose…

4Cet ouvrage, pour finir, vademecum de celui qui s’engage sur la voie aride de l’étude du sentier mystique et de ses détours littéraires, guidera avec certitude et précision vers la nécessaire compréhension des textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémy Dor, « Feuillebois-Pierunek E., Faxr al-Din ‘Erâqi : poésie mystique et expression poétique en Perse médiévale », Cahiers d’Asie centrale, 11/12 | 2004, 346-347.

Référence électronique

Rémy Dor, « Feuillebois-Pierunek E., Faxr al-Din ‘Erâqi : poésie mystique et expression poétique en Perse médiévale », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 11/12 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/720

Haut de page

Auteur

Rémy Dor

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org