Navigation – Plan du site
Hors dossier

Petite histoire des dictionnaires kazakh-russes (1861-2002) : parmi les alphabets arabe, latin et cyrillique

Xavier Hallez
p. 291-316

Texte intégral

  • 1 Le qualificatif de bol’šoj « grand » correspond dans la pratique soviétique à des dictionnaires com (...)
  • 2 Karakalpaksko-russkij slovar’ [30 000 mots], Moscou : GINS, 1958 ; Kirgizsko-russkij slovar’ [40 00 (...)

1Cet article est né de ma recherche pendant plusieurs années d’un grand dictionnaire1 kazakh-russe « imaginaire ». J’étais en effet persuadé de son existence, déduite de la logique de publication soviétique, et personne de me contredire, avant que je ne m’aperçoive qu’il n’avait jamais existé. Le premier ne fut publié qu’en 2002, près de cinquante ans après sa mise en chantier, alors que toutes les autres langues d’Asie centrale et en général de l’URSS purent bénéficier d’un tel dictionnaire durant la période soviétique2. Une question m’est aussitôt venue à l’esprit : quelles étaient les raisons de cette exception kazakhe ?

2Afin de tenter de donner des réponses à cette interrogation, je me suis plongé dans l’histoire de la constitution des dictionnaires kazakh-russes, histoire ayant déjà plus d’un siècle et demi. En la retraçant, nous abordons les trois périodes marquantes de l’histoire contemporaine kazakhe : trois dictionnaires ont été publiés sous l’Empire russe, quatre ont vu le jour dans la période soviétique et sept, de tailles variées, depuis l’indépendance du Kazakhstan en 1991. Les débats, accompagnant la constitution des dictionnaires, ont posé essentiellement deux questions : le choix de l’alphabet et l’origine de la langue kazakhe, qui se décomposait elle-même en plusieurs problèmes (les dialectes, la langue littéraire et la terminologie). La publication des dictionnaires kazakh-russes fut souvent liée à une politique linguistique plus générale, ce qui nous a amené à présenter un contexte politique dépassant la seule histoire de ces dictionnaires.

Il’minskij N., Materialy po izučeniû kirgizskogo narečiâ, 1861.

  • 3 Nikolaj I. Il’minskij (1822-1891), après avoir terminé l’Académie spirituelle de Kazan, y resta en (...)
  • 4 Il’minskij N., Materialy po izučeniâ kirgizskogo narečiâ [Documents pour l’étude de la langue kirgh (...)
  • 5 Les Kazakhs étaient nommés « kirghiz » par les Russes jusqu’en 1925. Dans le texte de l’article « k (...)
  • 6 Il’minskij N., op. cit., p. 3.

3Sous l’Empire russe, trois dictionnaires ont été publiés en 1861, 1883 et 1897. Le premier, comptant environ 1 500 mots, fut composé par Nikolaj Il’minskij3 et comprend une phonétique et une grammaire4. Sa démarche était d’offrir une première méthode d’apprentissage du kazakh se basant sur la langue parlée car, selon lui, les publications kazakhes avaient été au XIXe siècle islamisées et tatarisées, déformant ainsi la langue kazakhe. La diffusion de l’alphabet arabo-tatare dans la steppe en avait été la cause. L’alphabet cyrillique élaboré par Il’minskij sépare voyelles et consonnes, certainement pour appuyer son argument contre l’utilisation de l’alphabet arabo-tatare, qui « ne rendait pas correctement les sons kirghiz5 et tout particulièrement les voyelles »6.

  • 7 Ibray Altynsaryn (1841-1889), kazakh de la tribu Kipčak, était originaire de l’uezd de Nikolaevsk. (...)
  • 8 Lettre d’Altynsaryn à Il’minskij (31 août 1871), dans : Altynsaryn I., Sobranie sočinenij v treh to (...)
  • 9 Lettre d’Altynsaryn à Il’minskij (1862), op.cit., p.22-24

4Altynsaryn7, en réponse à l’idée d’Il’minskij d’introduire l’alphabet russe dans la horde de Bukej, soutenait « qu’en effet, les lettres russes correspondent de manière plus juste aux mots kirghiz et que l’utilisation de l’alphabet tatar [arabo-tatar] pouvait nuire à la pureté et à l’intégrité de la langue kirghize »8, mais il ajoutait que l’influence de l’islam et des madrasa tatares était trop forte pour mener à bien ce projet. Il était, selon Altynsaryn, plus adapté de publier dans un premier temps des livres dans la langue kazakhe populaire en alphabet arabe afin de s’opposer à la tatarisation de la langue. Dans une lettre précédente9, il dit qu’il partageait depuis longtemps le combat d’Il’minskij contre les tatarismes, mais qu’il était tout de même favorable à l’introduction de certains mots persans et arabes lorsque ces termes étaient absents de la langue kazakhe.

  • 10 Lettre de Husain Faizhanov à Valihanov (7 avril 1863), dans : Valihanov Č. Č., Sobranie sočinenij v (...)
  • 11 Čokan Valihanov (1835-1865) appartenait à la lignée du khan kazakh Abïlay. Né sur les bords du Tobo (...)
  • 12 Les tribus kazakhes se divisent en trois žüz ou hordes, qui se repartissent territorialement : la ž (...)

5Il est intéressant de noter que dans son introduction Il’minskij indiqua entre parenthèse pour « la langue kirghize », qazaq tili (la langue kazakhe), alors qu’il employa par la suite uniquement le terme « kirghiz ». Il se devait d’être plus explicite dans son introduction affirmant que la langue kazakhe est « un rameau autonome de la racine turke, rattaché au groupe des dialectes turks septentrionaux ». Dès sa parution, les premières critiques abordèrent la question sensible des rapports entre une langue et ses dialectes. « Les commentaires ne sont pas justes. La définition de nombreux mots se base sur le parler de la Horde intérieure [horde de Bukej] et est tout à fait étrangère à la langue kazakhe »10. Husain Faizhanov demanda ainsi à Valihanov11 d’écrire des textes dans une belle langue kazakhe « pour la linguistique ». Plus tard S. Amanžolov défendit ce dictionnaire justement pour sa richesse dialectologique reposant sur le dialecte de la Horde cadette12.

  • 13 Kirgizsko-russkij slovar’, Orenbourg : Tipo-litografiâ B. A. Breslina, 1897 ; 242 p.
  • 14 Les cinq Kazakhs ayant participé à la constitution du dictionnaire sont : Balgimbaev, M. Bijsenev, (...)

6Ce dictionnaire fut réédité avec de nombreuses corrections et compléments en 1897 sous le sceau du conseil de la confrérie de Saint Georges13. Le but de l’apprentissage du russe pour les Kazakhs et du kazakh pour les Russes était tant pour Il’minskij que pour les nouveaux éditeurs de propager l’orthodoxie et de russifier les steppes kazakhes. L’alphabet utilisé reprit alors l’ordre de l’alphabet russe avec trois lettres ajoutées. Le lexique a été complété par cinq Kazakhs et ne comprenait toujours pas d’emprunt russe14.

  • 15 Lettre d’Altynsaryn à Il’minskij (1862), dans Altynsaryn I., op. cit., p. 22.
  • 16 La définition de l’intelligentsia kazakhe retenue dans cet article entend comprendre les Kazakhs ay (...)

7Les jugements envers ces dictionnaires étaient divergents quant à leur qualité et quant aux intentions de son auteur principal : « Selon moi [Altynsaryn] et selon les habitants de la Horde intérieure eux-mêmes, il est parfaitement composé »15 ; à l’inverse, des personnes proches de Valihanov estimaient que le dictionnaire était très pauvre et lacunaire et ils étaient très circonspects sur les buts d’Il’minskij. Ces différences d’appréciation au sein de l’intelligentsia kazakhe16 correspondaient à la fois à une opposition entre les trois žüz (hordes) et à une perception différente des relations avec l’Empire russe.

  • 17 Bukin Iš-Muhammad, « Russko-kirgizskij i kirgizo-russkij slovar’ », Turkestanskij sbornik, tome 360 (...)
  • 18 Il’minskij I., op. cit., p. 6.
  • 19 Voir Hallez Xavier, « G. N. Potanin et l’intelligentsia kazakhe : entre politique et traditions ora (...)

8Le dictionnaire publié en 1883 est l’œuvre d’un élève kazakh de quatrième année de l’école normale de Tachkent, qui l’a composé pour son mémoire de recherche17. Il ne fut publié que dans Turkestanskij sbornik et n’a jamais été largement diffusé. Ce dictionnaire était en quelque sorte une réponse à l’espoir qu’avait formulé Il’minskij à la fin de son introduction de 1861 : « J’espère que mon travail donnera le désir et un support à de jeunes Kirghiz, étudiant dans les établissements russes, pour étudier et développer de manière autonome leur langue »18. Cependant, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les études proprement linguistiques furent plus généralement délaissées au profit de la collecte de l’orature kazakhe qui était censée servir de fondement à l’évolution de la société kazakhe vers la modernité19.

Kemengerov K., Qazaqša-orïsša tilmäš, 1925

  • 20 Qazaqša-orïsša tilmäš / kazaksko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe]. Sous la direction de (...)
  • 21 Koške Kemengerov (1896-1937) est né dans l’uezd d’Omsk de l’oblast’ d’Akmolinsk. Il entre à l’Insti (...)

9Le premier dictionnaire kazakh-russe soviétique, publié en 1925 à Moscou, fut commandé par les Cours turkestanais d’orientalisme de l’Armée rouge à Tachkent dans le but de favoriser l’enseignement de la langue kazakhe parmi les élèves européens20. Koške Kemengerov21, qui y enseignait alors, fut chargé de la rédaction de ce dictionnaire. La motivation des autorités militaires était de pouvoir former un encadrement européen pour des unités composées de nouvelles recrues kazakhes dont la maîtrise de la langue russe était soit faible soit nulle.

10La démarche des Cours turkestanais de l’Armée rouge correspond à une volonté générale de soviétisation des steppes kazakhes. Il s’agissait de rapprocher les administrations majoritairement russophones de la population autochtone. Dans son introduction Kemengerov précise ainsi que « nous espérons que ce dictionnaire pourra servir de manuel pas seulement pour les auditeurs des écoles militaires mais aussi pour les Européens servant dans la république kazakhe et de même pour les personnes étudiant le mode de vie kazakhe ».

  • 22 La seule référence à la langue kazakhe dans le programme du parti Alaš de 1917 est le droit des Kaz (...)
  • 23 Document N° 2, Âzykovaâ politika v Kazahstane (1921-1990gg.) : sbornik dokumentov [La politique lin (...)

11Cette commande à caractère militaire avait ainsi un écho particulier dans le contexte politique kazakh. Après la création de la république autonome soviétique kirghize en 1921, la politique linguistique s’était avant tout orientée vers le développement d’écoles nationales où l’enseignement avait lieu en kazakh. Il s’agissait de la principale revendication concernant la langue de l’intelligentsia kazakhe avant et après la révolution de 191722. Aucune langue n’avait alors le statut de langue d’état en accord avec la conception marxisteléniniste. Il était seulement indiqué dans un décret du 2 février 1921 que la langue russe devait être utilisée par les administrations centrales et par celles des gubernii [gouvernorats] et que le kazakh était réservé pour les administrations locales où la population était kazakhe23.

  • 24 KPSS v resolûciâh i rešeniâh s"ezdov, konferencij i plenumov CK [La république soviétique socialist (...)
  • 25 Document N° 9 (décret du 22/11/1923), op.cit., pp. 24-25.
  • 26 Saken Sejfullin (1894-1938) était originaire de l’uezd d’Akmolinsk. Il termina l’école russo-kazakh (...)
  • 27 Sejfullin S., « O kirgizskom âzyke [Sur la langue kirghize] », Sovetskaâ step’ [La steppe soviétiqu (...)

12Une nouvelle orientation fut donnée en 1923 par le XIIe congrès du Parti communiste russe. La résolution sur la question nationale exigeait que « des lois spéciales soient émises, garantissant l’utilisation de la langue maternelle dans tous les organes de l’état et dans toutes les administrations »24. Le Comité exécutif central kazakh décréta en novembre 1923, à la suite du XIIe congrès, que les langues kazakhe et russe deviennent langues d’état sur le territoire du Kazakhstan25. Les documents officiels devaient alors être rédigés à la fois en kazakh et en russe et le kazakh devait être utilisé dans les administrations centrales et régionales au même titre que le russe. Sejfullin26 clama dans un article de décembre 1923 que « le Comité exécutif central kirghiz doit obliger tous les dirigeants à apprendre la langue kirghize de manière à ce qu’ils puissent écrire et parler parfaitement en kirghiz »27.

  • 28 Protocole N° 73 (5-6 août 1925) du Bureau du Comité régional kirghiz du PCR(b), AP RK fonds 139/1/1 (...)

13À partir de cette date, de nombreux décrets, règlements et mesures sont pris pour développer l’utilisation de la langue kazakhe dans les administrations de la république autonome. Une commission centrale pour la kazakhisation des administrations fut créée. Elle initia une politique de remplacement du personnel russophone des administrations par des kazakhophones. En août 1925, la commission rendit les conclusions de son travail au bureau du Comité régional kazakh du Parti communiste, qui adopta en conséquence une résolution. Celle-ci exigeait « une directive pour que les dirigeants (européens) des administrations gouvernementales apprennent d’ici six mois la langue kazakhe » et ordonnait au « Commissariat du peuple à l’éducation d’organiser des cours de kazakh au centre et localement pour les fonctionnaires européens »28.

14Mais il n’existait à cette époque ni manuel, ni dictionnaire kazakh-russe pour enseigner le kazakh aux Européens. Le problème ne fut d’ailleurs jamais posé par le Comité régional kazakh du parti entre 1921 et 1926. Une des raisons en était l’aspect en réalité secondaire de cette question pour les communistes kazakhs qui envisageaient la kazakhisation comme un remplacement généralisé des dirigeants et des fonctionnaires russes par des Kazakhs. Les autorités kazakhes ne se sont donc pas alors préoccupées de publier un dictionnaire kazakh-russe. L’argument de la langue était utilisé pour exercer une pression sur les dirigeants européens au Kazakhstan.

  • 29 Filip Gološekin (1876-1941) était membre du Parti social-démocrate depuis 1903 et fut élu au Comité (...)
  • 30 En 1926, les Kazakhs représentaient 58,5 % de la population (3 627 612) et en 1939 37,8 % (2 327 65 (...)

15À l’arrivée de F. Gološekin29 au poste de secrétaire du Comité régional kazakh du parti en septembre 1925, la politique d’indigénisation prit une autre direction. Il ne s’agissait alors plus de kazakhiser les postes de direction mais d’y intégrer progressivement des Kazakhs. Avec ce changement d’orientation, l’idée fut moins de systématiquement remplacer les Européens par des Kazakhs dans l’administration que d’améliorer la connaissance du kazakh. Cette approche perdura jusqu’à la seconde guerre mondiale, malgré une réalité démographique largement en défaveur des Kazakhs après la collectivisation et la sédentarisation30.

  • 31 Ahmet Bajtursunov (1873-1938) était originaire de l’uezd de Kustanaj. Après avoir terminé l’école r (...)

16Durant les années 1920, les débats sur la langue, en dehors de l’aspect strictement politique, se sont concentrés sur l’enseignement dans les écoles kazakhes, le choix de l’alphabet et la terminologie. Les deux derniers concernaient directement la constitution du dictionnaire kazakh-russe. En juin 1924 a eu lieu le premier congrès scientifique kazakh qui a posé l’ensemble de ces problèmes. La question de l’alphabet donna lieu, entre les partisans d’un alphabet arabe réformé et ceux d’un alphabet latin, à une violente polémique, que remportent ces derniers. Le centre académique kazakh, dirigé par Bajtursunov31, fut alors chargé de préparer la latinisation.

  • 32 H. Žubanov (1899-1938), originaire de la région d’Aktûbinsk, étudia entre 1914 et 1915 à la madrasa (...)
  • 33 Kenžebaev K. ; Oralbaj Ä., Hudajbergen Žubanov, Almaty : Ana tili, 2000, p. 68.
  • 34 Nazir Tûrakulov (1892-1937), originaire du Turkestan, étudia de 1900 à 1903 dans une madrasa de Kok (...)
  • 35 Intervention de Tûrakulov au premier congrès soviétique de turcologie à Bakou (3/03/1926), dans : T (...)

17Mais, malgré les décisions très claires en faveur de la latinisation, le débat resta, au Kazakhstan, tout aussi vif jusqu’en 1929. Lors du premier congrès soviétique de turcologie à Bakou en 1926, les différentes positions se sont exprimées mais la latinisation ne fut en aucun cas remise en cause. Il fut au contraire décidé d’unifier les alphabets latins des langues turkes, dont les modalités devaient être préparées par le Comité central du nouvel alphabet turk créé en 1924. Défendant ce point de vue, H. Žubanov32 affirma que l’alphabet latin était utilisé dans le monde entier et représentait l’ère moderne et technique alors que l’alphabet arabe enfermait les populations dans le Moyen Age. Il déclara ainsi que « le passage à l’alphabet latin portait la révolution dans le domaine de la culture pour les peuples orientaux »33. Nazir Tûrakulov34, membre important de ce comité, défendit aussi avec vigueur la latinisation en faveur de laquelle il s’était engagé dès 1922 : « L’ancienne écriture arabe a été jugée par l’Histoire et rejetée pour toujours. (…) Seulement deux alphabets sont en concurrence, ce nouvel alphabet réformé arabe et l’alphabet latin. La nature de cette réforme, qui fut réalisée sur l’alphabet arabe, consiste à compléter artificiellement les signes manquant pour rendre les phonèmes türks en ajoutant des signes diacritiques et cette réforme n’est pas encore aujourd’hui terminée. Dans les républiques et régions turkes, il n’existe pas un unique alphabet »35.

  • 36 « Latïn älippesiniŋ kereksizdigi [L’inutilité de l’alphabet latin] », Enbekši qazaq, 19/11/1926 ; « (...)
  • 37 Bajtursunov A., Älip-bi : žaŋa qural [Abécédaire], Kyzyl Orda, 1926 (Réimprimé : Almaty : Rauan , 1 (...)
  • 38 Ses arguments sont : 90 % des peuples turks utilisent cet alphabet ; l’alphabet arabe réformé compr (...)
  • 39 Rapport de Bajtursunov sur l’alphabet arabe intitulé Älippe aytïsï [Débat sur l’alphabet], publié p (...)

18Au Kazakhstan, A. Bajtursunov représenta ostensiblement le camp opposé et défendit avec ardeur l’alphabet arabe lors des conférences et congrès et dans de nombreux articles36. Il publia en 1926 son nouvel abécédaire kazakh en écriture arabe37, réédité deux fois en 1927 et 1928. En 1927, dans une brochure intitulée Älippe aytïsï [Débat sur l’alphabet], il répond aux attaques contre l’alphabet arabe38 pour conclure que « les lettres de l’alphabet arabe suffisent parfaitement à rendre les sons de la langue kazakhe et conviennent pour l’écriture. L’écriture kazakhe est facile, juste et convient au peuple »39.

  • 40 Rapport de Tûrakulov au premier plénum du Comité central du nouvel alphabet türk à Bakou (3-7/06/19 (...)

19Tûrakulov critiqua en 1927 l’inactivité du Commissariat du peuple à l’éducation et du Centre académique kazakhs, qui n’avaient pris encore aucune mesure pour la mise en place de l’alphabet latin40. Bajtursunov restait en effet très influent dans ces deux administrations qu’il avait lui-même dirigées à différentes périodes.

  • 41 Directeur de l’Institut de linguistique de l’Académie nationale de la république du Kazakhstan depu (...)
  • 42 Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe]. Sous la direction de R. G. Syzdykova et K. S. (...)

20La commande par les Cours turkestanais de l’Armée rouge d’un dictionnaire kazakh-russe utilisant l’alphabet arabe en 1926 était révélateur d’une absence d’unité pour toutes les questions linguistiques au sein des administrations soviétiques, alors que depuis 1924 la décision de l’introduction de l’alphabet latin avait été virtuellement prise. Le dictionnaire fut tiré à 10 000 exemplaires, ce qui correspond à un tirage moyen pour l’époque. Il ne comprend pas de grammaire mais donne une liste de suffixes. La graphie utilisée est un alphabet arabe réformé qui diffère légèrement de celui élaboré par Bajtursunov. Comme l’a noté K. Husain41, avec cet alphabet réformé « la forme orale de la littérature kazakhe a acquis une forme écrite nouvelle, créant la base normative contemporaine de la langue littéraire kazakhe »42. Il s’agit du premier dictionnaire prenant pour référence une langue littéraire kazakhe. Dès 1929, il devint obsolète avec le passage à la graphie latine tout en restant le seul dictionnaire kazakh-russe utilisant l’alphabet arabe.

  • 43 Kemengerov K., « Qazaqša-orïsša tilmäš turalï tusinis [Explications concernant le dictionnaire kaza (...)

21Cependant, les critiques dirigées contre ce dictionnaire ne concernaient pas le choix de l’alphabet mais la terminologie utilisée. Les réponses données par Kemengerov dans un court article montrent bien que cette question était loin d’être close en 192643. La sélection de certains termes lui a été reprochée car « ils ne sont ni kazakhs, ni explicites, ni répandus ». Il se justifie en adaptant sa réponse à chaque exemple. Des termes locaux d’Akmola ont été inclus pour permettre aux nombreux cheminots européens travaillant dans cette région de communiquer avec les Kazakhs. Il est à noter que Kemengerov est lui-même originaire de cette région. Des mots assez rares ou anciens furent aussi sélectionnés car ils se rencontraient dans les œuvres des plus grands écrivains kazakhs ou dans les travaux d’orientalistes comme Radlov. Kemengerov rejetait l’idée d’une pureté de la langue kazakhe en expliquant qu’il n’était pas possible d’ignorer une moitié du lexique kazakh d’origine persane ou arabe. Il est important de noter que son dictionnaire ne comporte pas d’emprunts russes. Les trois thèmes qui animeront le débat sur la terminologie kazakhe jusque dans les années 1950 sont présents ici : les dialectes, les emprunts et la modernisation de la langue.

Begaliev G. ; Gavrilov M., Qazaqca-Orysca Søzdik, 1936

  • 44 Document N° 51 (résolution du 6-8/02/1930 du Commissariat du peuple à l’éducation kazakh), Âzykovaâ (...)

22Le passage à l’alphabet latin fut décrété pour l’année 1929 et de nombreuses mesures furent adoptées pour que la latinisation soit très rapide44. Elle devait être réalisée à 100 % pour les dix ans du Kazakhstan en août 1930. Dès le 15 février 1930, aucune publication à l’exception des journaux, auxquels il était donné quelques mois de plus, ne devait utiliser l’alphabet arabe.

  • 45 Document N° 50 (circulaire du 3/01/1930 aux bureaux locaux de l’éducation sur enseignement obligato (...)
  • 46 Kemengerov K., Učebnik kazahskogo âzyka dlâ evropejcev [Manuel de langue kazakhe pour les Européens (...)
  • 47 Document N° 50 (circulaire du 3/01/1930), Âzykovaâ politika v Kazahstane (1921-1990 gg.), op. cit., (...)
  • 48 Document N° 57 (décret du 1/09/1933), op.cit., pp. 139-141.

23Par ailleurs, à partir de 1929, l’enseignement du kazakh devint obligatoire dans les écoles russes du Kazakhstan. « La langue kazakhe doit devenir une des matières principales dont la non-connaissance ne doit pas permettre aux élèves de passer dans le groupe suivant »45. Kemengerov publia ainsi en 1929 un premier manuel de langue kazakhe pour les Européens46. Mais cette politique de généralisation de l’emploi du kazakh restait virtuelle du fait de la carence en manuels et en méthodes d’apprentissage et du manque de moyens accordés tout au long des années 1920. En 1930, le Commissariat du peuple à l’éducation rédigea une circulaire pour insister sur la nécessité d’améliorer l’enseignement obligatoire du kazakh aux non-Kazakhs47. Puis, des mesures incitatives furent prises pour encourager les Européens à apprendre le kazakh. Le décret du 1er septembre 1933 du Comité exécutif central kazakh accorda une préférence à l’emploi, une augmentation de salaire variable de 10 à 15 % aux non-Kazakhs selon leur maîtrise de la langue kazakhe et une augmentation de 25 % aux professeurs ou assistants donnant leurs cours en kazakh48.

  • 49 Document N° 58 (1934), op.cit., pp. 141-144.

24Cette politique linguistique fut accompagnée d’un développement des études sur la langue kazakhe. Un premier cadre institutionnel fut créé en 1933 à l’instigation de l’Académie des sciences de l’URSS : la Commission d’état de terminologie auprès du Commissariat du peuple à l’éducation kazakh. Sous la direction de Žubanov, elle effectua un premier travail de systématisation dans les domaines de l’orthographe, de la terminologie et de l’alphabet. Dès 1934, elle présenta un vaste plan de travail qui prévoyait une collecte lexicale dans tout le Kazakhstan pour la publication de divers dictionnaires terminologiques49. Un petit dictionnaire kazakh-russe était aussi planifié. L’étude des dialectes n’était pas programmée mais l’organisation de la collecte répartissait les choix de termes suivant les spécialisations régionales : les termes industriels devaient être collectés essentiellement entre Karaganda et Semipalatinsk ; les termes de l’élevage entre Aktûbinsk et Ouralsk ; les termes de l’agriculture dans le sud du Kazakhstan.

  • 50 Bûlleten’ Gosterminkoma [Bulletin de la Commission d’état de terminologie], Alma-Ata, N° 2 (1935), (...)
  • 51 Les noms empruntés au russe sont transcrits sans aucune modification (ex. : proletariat, revoluciâ) (...)

25Žubanov indiqua en 1935 l’orientation de son travail : « la terminologie kazakhe doit être constituée d’un coté de désignations internationales unifiées et d’autre part de termes formés sur la base de mots kazakhs »50. Les termes internationaux étaient adoptés dans leur inscription russe. En 1936, Žubanov publia un dictionnaire terminologique utilisant ces principes qui continuent aujourd’hui de marquer la terminologie kazakhe51. Lors du premier congrès kazakh des acteurs de la construction culturelle en 1935, ces principes furent confirmés par les résolutions adoptées.

  • 52 G. B. Begaliev (1888 – 1966), originaire du Kazakhstan occidental, termina en 1902 le séminaire de (...)

26Sa réflexion sur la terminologie amena Žubanov à proposer une réforme de l’alphabet latin afin de transcrire plus fidèlement les termes empruntés. En novembre 1934, il convoqua une réunion, à laquelle participèrent T. Žurgenev (commissaire du peuple à l’éducation) et G. B. Begaliev52, pour discuter de ses projets d’ajouts de lettres et de nouvelles règles d’orthographe. Il proposa d’inclure les lettres « f » et « h » pour les termes russes « fizika », « himiâ », « filosofiâ », (…) qui étaient alors transcrits de la manière suivante : « pizika », « kimiâ », « pilosopiâ ». Il désirait aussi simplifier l’orthographe en remplaçant les diphtongues « uv », « yu », « ïy » et « ij » par deux seules lettres « u » et « i ». Toutes ses propositions furent alors refusées, ce qui ne l’empêcha pas de continuer à les promouvoir jusqu’en 1937.

  • 53 Begaliev G. B. ; Gavrilov M. F., Kazaksko-russkij slovar’. Qazaqca-Orysca søzdik [Dictionnaire kaza (...)

27Le dictionnaire kazakh-russe en alphabet latin fut préparé par l’équipe Žubanov au sein de la Commission d’état de terminologie53. Publié en 1936, il ne répercuta cependant pas les projets de Žubanov sur l’alphabet et l’orthographe, mais il fut composé en utilisant la terminologie élaborée par la Commission. Il faut remarquer que les emprunts russes étaient largement absents. Comme celui de 1926, il ne comporte pas de grammaire mais une liste de suffixes. Tout comme ce dernier, il perdit vite de son utilité avec le passage à l’alphabet cyrillique en 1940.

  • 54 S. Amanžolov (1903-1958), originaire du Kazakhstan oriental, termina en 1916 l’école russo-kazakh d (...)

28Dans l’introduction G. Begaliev et M. Gavrilov indiquent qu’il serait nécessaire de compléter le dictionnaire en tenant compte des particularités dialectales. L’étude des dialectes commença à se développer seulement à la fin des années 1930. S. Amanžolov54 débuta son travail en dialectologie en 1935 et se servit d’ailleurs largement du dictionnaire d’Il’minskij. Il effectua ses recherches dans le cadre de l’Institut de la culture nationale, créé en 1934 et devenu en 1937 le Secteur de la langue de la filiale kazakhe de l’Académie des sciences de l’URSS. Amanžolov, à la tête de ce Secteur, organisa les premières expéditions de collecte en 1937, 1939 et 1940.

  • 55 Rapport d’Amanžolov à la conférence scientifique consacrée aux vingt ans de la république kazakhe ( (...)
  • 56 Op. cit., p. 597.

29L’objet de ses recherches était « d’amener l’étude de la langue kazakhe à devenir une science »55 et ainsi de guider la formation d’une langue nationale kazakhe et d’une langue littéraire. En effet, selon Amanžolov, le processus d’unification linguistique n’était pas encore abouti. L’étude des dialectes était nécessaire « en premier, pour la connaissance du passé d’un peuple et pour l’histoire de sa langue et, en second, pour déterminer les richesses lexicales d’un peuple en ayant à l’esprit de diriger justement la croissance et le développement de la langue nationale et d’utiliser avec justesse le lexique des dialectes, parfois absent des langues littéraires »56.

  • 57 Op. cit., p. 598.
  • 58 Abaj Kunanbaev (1845-1904), kazakh de la tribu Arghyn, était originaire de l’uezd de Semipalatinsk. (...)

30Amanžolov critiquait fermement les dialectismes qui nuisaient à la pureté de la langue nationale. Mais, il affirmait parallèlement que « la langue de l’ancien oblast’ de Semipalatinsk devait être adoptée comme fondement de la langue littéraire »57. Il justifiait ce choix par un décret du Comité exécutif central kazakh de 1934, qui faisait d’Abaj Kunanbaev58 le fondateur de la langue littéraire kazakhe. Abaj étant originaire de la région de Semipalatinsk, il était parfaitement logique de conclure que le dialecte de cette région en était la source. Cette orientation était bien différente de celle présentée par Žubanov dans le plan de travail de la Commission de terminologie.

Mahmudov H., Musabaev G., Kazahsko-russkij slovar’, 1954.

  • 59 Constitution de 1936, chapitre VIII, article 99, dans : Kazahstan : ètapy gosudarstvennosti [Kazakh (...)
  • 60 Documents N° 65 (décret du 5/04/1938 sur l’enseignement obligatoire du russe dans les écoles kazakh (...)
  • 61 Document N° 90 (décret du 14/07/1941), op. cit., p.221

31La politique linguistique favorisant la langue kazakhe fut remise en question à la fin des années 1930 et la seconde guerre mondiale accéléra le changement d’orientation. La constitution de 1937 de la nouvelle république soviétique kazakhe n’accordait à aucune langue le statut de langue d’état et ne mentionnait que le droit à un enseignement dans la langue maternelle59. En 1938, plusieurs décrets insistaient sur le caractère obligatoire de l’enseignement du russe dans les écoles kazakhes : organisation de cours préparatoires pour des enseignants de russe, prévision de publications (manuels, méthodes d’apprentissage, dictionnaire russe-kazakh,…), nombre d’heures de russe obligatoires dans les écoles60. En 1941, les avantages accordés par le décret du 1er septembre 1933 furent annulés61.

32En 1940 un important changement intervint faisant écho à cette nouvelle orientation. L’alphabet cyrillique remplaça l’alphabet latin. Ce processus, débutant en 1936, eut lieu progressivement pour tous les peuples de l’URSS sur la base d’un « volontariat ». Les nouveaux alphabets furent composés localement et non pas à Moscou. La motivation première fut d’accompagner et de faciliter l’enseignement de la langue russe, en plein essor parmi les populations non-russes.

  • 62 Document N° 65, op. cit., p.152

33Ces décisions furent aussi liées à l’imminence de la guerre qui imposait d’intégrer au plus vite et massivement les recrues non-russophones, avec un encadrement restant majoritairement russophone. En 1938, le décret du Comité central exécutif kazakh sur l’enseignement obligatoire du russe en donna les trois motifs. Parmi ceux-ci, « la connaissance de la langue russe est rendue indispensable pour la mobilisation réussie au service militaire dans l’Armée rouge des travailleurs kazakhs »62.

  • 63 Amanžolov S., Proekt novogo kazahskogo alfavita i orfografii na baze russkoj grafiki [Projet des no (...)
  • 64 Amanžolov S., op. cit., p. 6.

34Amanžolov était un des principaux acteurs de ce passage au nouvel alphabet kazakh et estimait qu’Il’minskij en était le précurseur. Il présenta son projet dans une brochure de 194063, dont les principes furent à la base de l’alphabet et de l’orthographe adoptés par décret du Conseil suprême du Kazakhstan le 10 novembre 1940. Il défendit cet alphabet d’une manière assez classique : « notre alphabet (sur la base des lettres russes) répercute totalement toutes les finesses existantes des dialectes de la langue kazakhe »64. La différence était la mention des dialectes, qui faisait référence à une autre conception de la langue et donnait donc au nouvel alphabet une autre ampleur. Cet alphabet kazakh comportait en plus de toutes les lettres de l’alphabet russe neuf lettres ajoutées, ce qui le différenciait des alphabets cyrilliques adoptés pour d’autres populations lors de la première vague entre 1936 et 1939. Ces derniers n’avaient aucune lettre ajoutée.

  • 65 Begaliev G., Kazahsko-russkij slovar’, Alma-Ata, 1945, 230 p.
  • 66 Cette expression, traduite par la grande migration ou le grand malheur, correspond à un événement h (...)

35En 1945, Begaliev publia un dictionnaire kazakh-russe utilisant ce nouvel alphabet65. Il s’agissait d’une version complétée et légèrement modifiée du dictionnaire de 1936. Les principales différences, qui vont marquer par la suite les dictionnaires et la langue kazakhe elle-même, concernaient l’apparition massive de mots russes et l’introduction de lettres dont les sons n’existaient pas dans la langue kazakhe : « v », « f », « h », « c », « č », « è ». Les modifications de définition étaient très idéologiques. Le terme pereselenie « déplacement de population, migration », qui rappelait les politiques staliniennes de déportation, fut supprimé et l’expression aqtaban šubïrïndi66 n’était plus traduite comme pereselenie mais comme bedstvie « malheur ». Le mot bay « riche » entra par contre dans le dictionnaire associé à l’expression bay-qulaqtar « riches et koulaks ».

  • 67 G. G. Musabaev (1907-1981), originaire d’Omsk, termina l’Institut pédagogique à Alma-Ata en 1936. I (...)
  • 68 H. H. Mahmudov (1909- ?), né dans la région d’Orenbourg, termina en 1937 l’Université de Saint Pete (...)
  • 69 Mahmudov H. H. ; Musabaev G. G., Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], Alma-Ata : A (...)
  • 70 Op. cit., p. 411.

36Tous les dictionnaires précédents, d’après les auteurs eux-mêmes, avaient été constitués dans la hâte. Celui de 1954 fut au contraire préparé par Musabaev67 et Mahmudov68 avec beaucoup d’attention69. Il était censé être la première étape vers un grand dictionnaire kazakh-russe, qui était alors en préparation, « car jusqu’à présent il n’y a pas eu et il n’y a pas de dictionnaire kazakh-russe de cette taille ». Les auteurs, qui s’assurèrent la collaboration de Begaliev, prirent comme base le dictionnaire de 1945. Le même alphabet fut utilisé et son choix par rapport aux autres alphabets fut justifié dans l’introduction : « L’alphabet kazakhe moderne sur la base des lettres russes fut composé en tenant compte des particularités du système phonétique de la langue kazakhe. L’alphabet kazakhe, basé sur les lettres arabes, ne tient pas compte du vocalisme et du consonantisme de la langue kazakhe. L’alphabet kazakh latinisé ne rendait pas de manière satisfaisante le système phonétique de la langue kazakhe »70.

37Le dictionnaire comprenait une grammaire de la langue kazakhe rédigée par Mahmudov. Il y insistait sur « l’influence importante et bénéfique tout à fait visible de la langue littéraire moderne russe » sur la langue littéraire kazakhe. Les changements les plus forts subis par la langue kazakhe concernaient le lexique. De nombreux mots russes furent ajoutés par rapport à la version précédente notamment dans les domaines des terminologies politiques, économiques et techniques. Mais, des formes phraséologiques furent aussi empruntées au russe.

  • 71 Nigmet Sauranbaev (1910-1958) fit ses études à l’Institut pédagogique de Moscou, puis à l’Institut (...)

38Ce dictionnaire fut publié sous l’égide de l’Institut de langue et de littérature de l’Académie des sciences du Kazakhstan, qui était l’héritier de l’Institut de la culture nationale. Au début des années 1950, une vive polémique agitait le milieu des linguistes kazakhs. La question était de savoir quelle était l’origine de la langue kazakhe et donc de déterminer si elle possédait des dialectes. Amanžolov défendait l’existence des dialectes sur lesquels il travaillait depuis près de vingt ans, alors que Nigmet Sauranbaev71 supposait l’unicité de la langue kazakhe.

  • 72 Vestnik AN KazSSR, N° 12 (1948), Alma-Ata, p. 17.

39L’hypothèse de Sauranbaev était que « la langue moderne kazakhe était la continuation de l’ancienne langue kiptchak dans de nouvelles conditions. La langue monolithique des Kazakhs s’était formée et avait existé avant le Xe siècle quand le peuple, parlant le kiptchak, commença à s’appeler kazakh »72. Sauranbaev utilisa, pour imposer son point de vue, sa position à l’Académie des sciences dont le praesidium décréta en 1953 l’absence de dialectes dans la langue kazakhe.

  • 73 Musabaev G., Stanovlenie i razvitie kazahskogo literaturnogo âzyka i vorposy kazahskoj dialektologi (...)

40Musabaev avait émis l’hypothèse d’une origine ujsun tout en soutenant l’idée d’une langue monolithique : « Le dialecte ujsun est à la base de la langue kazakhe au Ve siècle et depuis, les dialectes y ont disparu et une langue commune unique kazakhe s’est constituée »73. Le dictionnaire de 1954 ne mentionnait donc pas l’origine dialectale des mots.

  • 74 S. E. Malov (1880-1957) était un turcologue spécialiste des populations turkes de Chine et des anci (...)
  • 75 N. K. Dmitriev (1898-1954) dirigea ses recherches sur les langues turkes et sur les liens entre les (...)
  • 76 Amanžolov S., « O dialektah kazahskogo âzyka [À propos des dialectes de la langue kazakhe] », Vopro (...)
  • 77 Amanžolov S., Voprosy dialektologii i istorii kazahskogo âzyka [Questions de dialectologie et d’his (...)

41Le changement s’est effectué à la fin des années 1950 avec le soutien de turcologues moscovites, notamment S. E. Malov74 et N. K. Dmitriev75, qui avaient été les professeurs d’Amanžolov. Ainsi, l’article de ce dernier, « O dialektah kazahskogo âzyka », refusé au Kazakhstan, fut publié en 1953 à Moscou76. Sa monographie fut renvoyée pour corrections trois fois dans les années 1950, pour être finalement acceptée en 195777.

  • 78 Begaliev G. B. ; Mahmudov H. H. ; Musabaev G. G., Kratkij kazahsko-russkij slovar’ [Petit dictionna (...)
  • 79 Op. cit., p. 5.

42En 1957, une nouvelle réforme de l’alphabet kazakh eut lieu, ce qui poussa l’Institut de langue et de littérature à publier un petit dictionnaire kazakh-russe prenant en compte ces changements78. Sorti en 1959, il comporte 7 000 mots, alors que celui de 1954 présentait plus de 15 000 mots. Les lettres proprement kazakhes ne sont plus placées à la fin de l’alphabet russe mais y sont intégrées : « Dans le système des signes, la lettre « h » est abandonnée, car le nombre de mots avec une signification pratique commençant par cette lettre est très limité »79.

  • 80 Le groupe de préparation comprenait, hormis les deux cités, V. A. Isengaliev, E. N. Šipova, L. G. Ž (...)
  • 81 K. K. Ûdahin (1890-1975) a terminé l’Institut oriental du Turkestan en 1925. De 1928 à 1936 il a tr (...)

43Dans le courant des années 1950 débuta le long travail de composition pour un grand dictionnaire kazakh-russe. La première version fut élaborée sous la direction de Musabaev avec la collaboration de nombreux linguistes kazakhs, dont Begaliev80. Ils se sont beaucoup inspirés de dictionnaires publiés pour d’autres langues turkes et tout particulièrement du dictionnaire kirghiz-russe de K. K. Ûdahin81, qui reste encore aujourd’hui un modèle.

  • 82 K. M. Musaev, linguiste et membre-correspondant de l’Académie des sciences de l’URSS et de la Russi (...)
  • 83 Musaev K. M., O âzykah narodov SSSR [Sur les langues des peuples de l’URSS], Moscou : Nauka, 1978, (...)

44Cette première ébauche fut refusée lors de son passage à la commission de rédaction à Moscou. Les principaux arguments furent les faiblesses lexicographiques et l’absence de méthode confirmée. Il est certain que les débats tant sur les dialectes que sur la terminologie en général restaient forts au Kazakhstan, empêchant de construire une politique définie dans ces domaines. La question de l’existence de dialectes ne fut jamais réellement résolue. K. Musaev82 écrivait en 1978 : « Dans la langue kazakhe, il n’y a pas de dialectes, mais il existe dans les parlers des régions kazakhes des différences peu significatives concernant essentiellement le lexique et la phonétique »83. Il rattache le kazakh au groupe kiptchak oriental des langues turkes avec le kirghiz, le karakalpak et le nogay.

45D’autre part, la direction de rédaction du dictionnaire kazakh-russe était confiée à des linguistes kazakhs, à la différence des autres dictionnaires des langues d’Asie centrale. Le dictionnaire tadjik-russe fut rédigé sous la direction de M. B. Rahimi et L. V. Uspenskaâ, le turkmène-russe et le karakalpak-russe sous la direction de N. A. Baskakov, l’ouzbek-russe sous la direction de A. K. Borovkov et le kirghiz-russe sous la direction de K. K. Ûdahin. Cette situation était défavorable aux Kazakhs lors des discussions de la commission de rédaction aux éditions des dictionnaires étrangers et nationaux, puis aux éditions des encyclopédies soviétiques. Les grands dictionnaires n’étaient en effet publiés qu’à Moscou.

  • 84 Document N° 94 (décret du 4/06/1955), op.cit., pp. 225-226.
  • 85 Document N° 106 (règlement du comité central du parti communiste kazakh du 3/03/1987), op. cit., p. (...)

46Dès les années 1950, nous observons un abandon de la politique de « kazakhisation » des populations européennes du Kazakhstan. En 1955, le conseil des ministres kazakh ordonne la fin de l’obligation d’étudier la langue kazakhe dans les écoles russes84. Les répercussions de la campagne des terres vierges lancée par Khrouchtchev en 1954 se firent sentir sur la part de chaque nationalité au Kazakhstan et donc sur la place de la langue kazakhe. Avec seulement un tiers de délégués kazakhs au congrès du Parti communiste en 1964, il devint évident que la maîtrise du kazakh n’était plus un élément comptant dans la classe dirigeante. Dans les oblast’ du centre, du nord et du nord-est, la population kazakhe était en réalité assez isolée. De plus, la langue des études supérieures était avant tout le russe, donnant de fait un statut inférieur au kazakh. « Une tendance à la baisse de prestige de la langue kazakhe se remarquait fortement parmi la population autochtone »85. Cette constatation de 1987 était le résultat d’un long processus qui avait en grande partie pour origine le changement de politique linguistique à la fin des années 1930.

  • 86 Constitution du Kazakhstan de 1978, chapitre 5, article 34, dans Kazahstan : ètapy gosudarstvennost (...)
  • 87 Document N° 103 (décret du conseil des ministres kazakh du 13/07/1979), op. cit., pp. 242-243.

47Cette situation perdura jusqu’aux années 1980. La nouvelle constitution de 1978 accorde les mêmes droits à l’éducation dans la langue maternelle que celle de 1936 et ajoute seulement le droit d’utiliser la langue maternelle ou toute autre langue. Aucun statut particulier n’est alors accordé au kazakh86. En 1979, un décret introduit l’enseignement du russe obligatoire dès 5 ans87.

  • 88 Russko-kazahskij terminologičeskij slovar’, Alma-Ata, 1961 ; Russko-kazahskij slovar’, 2 tomes, sou (...)

48Dans ce contexte, la publication d’un dictionnaire kazakh-russe était loin d’être une priorité. Après le rejet de la première version le travail fut interrompu car aucun budget ne fut accordé pour le poursuivre. La publication de dictionnaires terminologiques et de dictionnaires russe-kazakhs fut largement favorisée88. Dans les années 1970, le projet revient à l’ordre du jour. La première ébauche est reprise et retravaillée mais les désaccords à l’Institut de langue et de littérature avaient perduré et la deuxième version fut aussi refusée.

  • 89 Changement de la Constitution de 1978, article 70, dans Kazahstan : ètapy gosudarstvennosti, op. ci (...)
  • 90 Loi sur la création du poste de président de la république soviétique kazakhe du 24/04/1990, articl (...)

49Le contexte politique évolua dans la deuxième moitié des années 1980 : une tribune plus large fut offerte à la défense des droits des nations éponymes et les Kazakhs redeviennent majoritaires au Kazakhstan. La constitution de 1978 fut modifiée en 1989 pour donner le statut de langue d’état au kazakh, en relation avec une loi de 1988 concernant toutes les républiques de l’URSS89. Le russe devint langue de communication entre les nationalités. Un poste de président de la république soviétique kazakhe fut créée en 1990 et celui-ci devait maîtriser le kazakh et le russe pour être élu90.

50Début 1987, le Comité central du Parti communiste kazakh et le Conseil des ministres rédigèrent un règlement « sur l’amélioration de l’enseignement de la langue kazakhe ». Ils constatèrent la situation déplorable du kazakh dans la république en remarquant notamment l’absence de programme d’enseignement du kazakh pour les non-Kazakhs et de dictionnaires satisfaisants. Dès 1987 ils indiquèrent la nécessité de publier pour les personnes apprenant le kazakh des dictionnaires kazakh-russes de tailles différentes et des méthodes d’apprentissage.

  • 91 Kajdarov A. T., Instrukciâ po sostavleniû kazahsko-russkogo slovarâ, Alma-Ata : Nauka, 1986, 58 p.

51Dans ce nouveau climat, le projet d’un grand dictionnaire kazakh-russe renaît. B. Hasanov y travailla à Moscou et A. Kajdarov publia en 1986 une brochure intitulée Instrukciâ po sostavleniû kazahsko-russkogo slovarâ [Instruction pour la constitution du dictionnaire kazakh-russe]91. Ils furent aussi parmi les principaux instigateurs des lois sur la langue édictées dans les années 1980 et 1990 au Kazakhstan.

52Il n’y eut pas de financements ni de délai suffisant pour la publication du premier grand dictionnaire kazakh-russe, mais en 1988, le dictionnaire de Mahmudov et Musabaev fut réédité avec les compléments de S. Isaev et S. Kaskabasov. Ce dictionnaire fut depuis 1954, et est resté pendant les années 1990, le principal outil pour les personnes apprenant le kazakh. Il fut même réédité en 2000.

Syzdykova R. ; Husain K., Kazahsko-russkij slovar’, 2002.

  • 92 Chapitre 4, article 6 de la loi sur les langues dans le république du Kazakhstan du 11/07/1997, Osn (...)

53La politique linguistique suivie dans les années 1990 présente une image assez similaire à celle promue dans les années 1920 et 1930. La constitution de 1993, puis celle de 1995, réaffirmaient le statut de langue d’état pour le kazakh. Dans la loi sur les langues de 1997, il était affirmé que le kazakh était la langue des administrations gouvernementales, de la législation, des tribunaux et des écrits officiels, mais le droit d’utiliser le russe était préservé. Ainsi, « chaque citoyen a le droit d’employer sa langue maternelle »92.

  • 93 Ordonnance du président de la république du Kazakhstan du 4/11/1996 N° 3186, « sur la conception de (...)
  • 94 Chapitre 1, article 4 de la loi sur les langues dans la république du Kazakhstan du 11/07/1997, op. (...)

54L’évolution sensible au cours de ces années concernait la langue russe qui s’était vue reconnaître le statut de langue de communication entre les nationalités en 1993 mais dont la mention fut supprimée dans la nouvelle constitution de 1995. Dans une ordonnance du président Nazarbaev de 1996, il était indiqué que « la langue kazakhe doit devenir progressivement la langue de communication entre les nationalités »93. Cette nouvelle orientation conduit à une inversion radicale de la position des langues russe et kazakhe. « Le devoir de chaque citoyen est la maîtrise de la langue d’état »94, alors que dans la période soviétique chaque Kazakh devait parler le russe.

  • 95 Programme de fonctionnement et de développement des langues pour 2001-2010 du 7/02/2001, op. cit., (...)

55Cependant tous les documents officiels constatent que, malgré les mesures prises, les objectifs de la politique linguistique n’arrivent pas à être remplis. Le programme de fonctionnement et de développement des langues pour 2001-2010 reconnaît que « parmi les fonctionnaires, il existe peu de spécialistes maîtrisant suffisamment la langue d’état pour l’exercice de leurs fonctions dans cette langue »95.

56Plusieurs problèmes sont identifiés : une base terminologique kazakhe insuffisante pour répondre aux besoins ; la répartition très inégale de l’enseignement en kazakh dans les écoles et les universités entre les régions d’une part et entre les villes et la campagne de l’autre ; la soutenance des mémoires en kazakh largement minoritaire (14 %).

  • 96 Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], sous la direction de R. G. Syzdykova et K. S. (...)

57Après la fin de l’URSS, les publications n’obéirent plus à un impératif idéologique. En dix ans, des dictionnaires kazakh-russes variés furent édités mais le grand dictionnaire kazakh-russe, en préparation depuis les années 1950, ne fut publié qu’en 2002 malgré une volonté politique affichée de favoriser le kazakh96. La raison principale de cette attente depuis 1991 était financière. En 1995, le ministère de l’éducation libéra finalement les fonds nécessaires à l’aboutissement de ce projet de plus de quarante ans.

  • 97 K. Bektaev (1920 – 1996), originaire du sud du Kazakhstan, travailla de 1946 à 1996 à l’Institut pé (...)
  • 98 Bektaev Kaldybaj, Bol’šoj kazahsko-russkij, russko-kazahskij slovar’ [Grand dictionnaire kazakh-rus (...)
  • 99 Tažutov A. K., Ülken qazaqša-orïsša sözdik : 10 tomdïq [Grand dictionnaire kazakh-russe en 10 tomes (...)

58Face à cette attente, plusieurs projets voient le jour. K. Bektaev97, qui publia un grand dictionnaire kazakh-russe et russe-kazakh en 1995, dit dans son introduction que « le collectif de l’Institut de linguistique de l’Académie nationale de la république travaille depuis de longues années sur un dictionnaire kazakh-russe, mais [que] nous ne savons pas à quel stade se trouve sa préparation. Cependant, la publication d’un nouveau dictionnaire kazakh-russe est aujourd’hui indispensable »98. En 1998, A. Tažutov lance un grand dictionnaire kazakh-russe en 10 tomes, dont seulement trois tomes ont été édités avant 200299.

  • 100 Recteur de la Faculté de philologie de l’Université nationale d’état du Kazakhstan.
  • 101 «Novyj dvuâzyčnij slovar’ [Le nouveau dictionnaire bilingue] », Kazahstanskaâ Pravda, 11/06/2002.

59La publication du dictionnaire kazakh-russe par l’Institut de linguistique en 2002 fut donc un événement important et « attendu ». Dans un article de Kazahstanskaâ Pravda consacré à la sortie du dictionnaire, le professeur D. Sulejmanova100 déclare que « le dictionnaire prétend au rôle d’ouvrage de référence et [que] il aidera sûrement à la codification et à la normalisation du corpus de la langue kazakhe, augmentant l’adaptation du discours kazakh à toutes les sphères de son application »101.

  • 102 Membre-correspondant de l’Académie des sciences du Kazakhstan.

60Les rédacteurs du dictionnaire, R. Syzdykova102 et K. Husain, se sont appuyés sur les différentes versions préparées depuis les années 1950, ce qui explique la présence dans le collectif d’auteurs de linguistes ayant travaillés sur les versions antérieures. Mais les épreuves surchargées de corrections ont dû être très largement retravaillées. La construction en lui-même du dictionnaire s’est basée sur les indications données par Kajdarov dans sa brochure de 1986.

61Selon ce dernier, le dictionnaire devait avoir un caractère normatif et montrer avant tout la richesse lexicale de la langue littéraire contemporaine. Mais, la langue n’étant pas un objet figé, il était important de donner aussi certaines particularités régionales, des termes archaïques ou exprimant une réalité nationale ou ethnographique. Des annexes et notamment une grammaire de la langue kazakhe étaient aussi considérées comme indispensable. L’édition de 2002 n’en a pas inclut pour des raisons financières.

62En 1986, Kajdarov parle de particularités régionales et non de dialectes, qui restaient un sujet polémique. Dans la réédition du dictionnaire de Mahmudov et Musabaev de 1988, les termes dialectaux sont annotés comme oblast’noj « régional » et ils sont très peu nombreux. Dans celui de 2002, ces termes sont définis comme dialektizm « mot dialectal » ou dialektno-literaturnoe slovo « mot littéraire appartenant à un dialecte » et sont bien plus fréquents. Les origines des dialectes ne sont pas indiquées.

  • 103 Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], sous la direction de R. G. Syzdykova et K. S. (...)

63K. Husain, dans son introduction, adopte une position neutre : « Génétiquement la langue kazakhe appartient au groupe kiptchak des langues turkes. (…) La langue kazakhe nationale possède les formes suivantes : littéraire, familière ou populaire et dialectale, parmi lesquelles la forme littéraire domine et se suffit à elle-même »103.

  • 104 Kazahsko-russkij, russko-kazahskij terminologičeskij slovar’, Almaty : Rauan, 2000 ; 31 tomes.

64La nouvelle terminologie kazakhe fut incluse dans le dictionnaire qui compte environ 50 000 mots. La Commission terminologique d’état avait confirmé, en 2001, 610 nouveaux termes et publia une série de 31 tomes de dictionnaires terminologiques kazakh-russe et russe-kazakh, classés par domaines généraux (histoire, culture et art, chimie, droit, agriculture…)104.

65Publié à 2 500 exemplaires, la portée du dictionnaire de Syzdykova et Husain doit en être d’autant réduite, en comparaison avec les 40 000 exemplaires de celui !de 1954, les 80 000 de celui de 1959 ou les 100 000 de sa réédition de 1988 et même avec les 5 000 du dictionnaire de Bektaev. Les fonds investis dans ce type de publications sont largement inférieurs aujourd’hui par rapport à la période soviétique.

  • 105 Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], sous la direction de R. G. Syzdykova et K. S. (...)

66Le but mis en avant par les auteurs était de permettre au kazakh de remplir la fonction politique qui lui avait été donnée et de changer profondément sa perception par les non-kazakhophones : « pour des raisons objectives et subjectives, la langue kazakhe, sa richesse lexicale, l’histoire du peuple kazakh, sa culture, sa mentalité, reflétées dans la langue ne sont pas encore accessible de manière satisfaisante pour les porteurs d’autres langues, à cause de l’absence d’un grand dictionnaire kazakh-russe »105.

Liste des dictionnaires kazakh-russes parus classés selon les dates de parution

671861 – Il’minskij N., Materialy po izučeniû kirgizskogo narečiâ [Documents pour l’étude de la langue kirghize], Kazan : Univ. Tipografiâ, 1861 ; 199 p. [transcription cyrillique].

681883 – Bukin Iš-Muhammed, « Russko-kirgizskij, kirgizsko-russkij slovar’ », Turkestanskij sbornik, tome 360, pp. 1-363, Tachkent, 1883 [transcription cyrillique].

691897 – Kirgizsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kirghize-russe], Orenbourg : Tipo-litografiâ B. A. Breslina, 1897 ; 242 p. [transcription cyrillique].

701926 – Qazaqša-orïsša tilmäš/kazaksko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], sous la direction de Kemengerov. Moscou : Turkestanskie kursy vostokovedeniâ PKKA, 1926 ; 224 p. [alphabet arabe réformé].

711936 – Begaliev G. B. ; Gavrilov M. F., Kazaksko-russkij slovar’/ Qazaqca-Orysca søzdik [Dictionnaire kazakh-russe], Alma-Ata Kaz. Izdat., 1936 ; 266 p. [alphabet latin].

721945 – Begaliev G. B., Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], Alma-Ata : Kaz. Ob"ed. Gos. Izdat., 1945 ; 230 p. [alphabet cyrillique].

731954 – Mahmudov H. H. ; Musabaev G. G., Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], Alma-Ata : AN KazSSR, 1954 ; 574 p. (rééditions complétées en 1987, 1995 et 2000) [alphabet cyrillique].

741959 – Begaliev G. B. ; Mahmudov H. H. ; Musabaev G. G., Kratkij kazahsko-russkij slovar’ [Petit dictionnaire kazakh-russe], Alma-Ata : AN KazSSR, 1959 [alphabet cyrillique].

751991 – Bektaev K. ; Ahabaev A. ; Kerimbaev E. ; Moldabekov K., Qïsqaša qazaqša-orïsša sözdik [Petit dictionnaire kazakh-russe], Almaty, 1991 [alphabet cyrillique].

761992 – Isaev S. M. ; Raimbekov M. A. ; Šojbekov R. N. ; Omarova S. B., Qazaqša-orïsša žäne orïsša-qazaqša sözdik [Dictionnaire kazakh-russe et russe-kazakh], Almaty, 1992 [alphabet cyrillique].

771993 – Bekturov Š. K. ; Bekturova A. Š., Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], Almaty : Rauan, 1993 ; 159 p. [alphabet cyrillique].

781998 – Tažutov A. K., Ülken qazaqša-orïsša sözdik : 10 tomdyq [Grand dictionnaire kazakh-russe en 10 tomes], Almaty : Sözdik-slovar’. Parus jusqu’à présent : tomes 1 et 2 (1998), tome 3 (1999) [alphabet cyrillique].

792001 – Bekturov Š. K. ; Bekturova A. Š., Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], Astana : Foliant, 2001 ; 316 p. [alphabet cyrillique].

802001 – Bektaev K., Bol’šoj kazahsko-russkij, russko-kazahskij slovar’ [Grand dictionnaire kazakh-russe et russe-kazakh], Almaty : Altyn qazyna, 2001 ; 704 p. [alphabet cyrillique]

812002 – Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe]. Sous la direction de R. G. Syzdykova et K. Š. Husain. Almaty : Dajk-press, 2002, 1008 p. [alphabet cyrillique].

Tableau des alphabets kazakhs

Tableau des alphabets kazakhs

Sources

82Archives du président de la République du Kazakhstan (AP RK), fonds 139-141.

83Interviews en novembre 2002 de K. S. Husain, directeur de l’Institut de linguistique de l’Académie nationale du Kazakhstan et de B. Hasanov, linguiste et académicien.

Haut de page

Bibliographie

Altynsaryn I., Sobranie sočnenii v treh tomah [Œuvres complètes en 3 volumes], Alma-Ata : Nauka, 1978.

Amanžolov S., Voprosy dialektologii i istorii kazahskogo âzyka [Questions de dialectologie et d’histoire de la langue kazakhe], Almaty : Sanat, 2001 ; 608 p. (première édition, 1959).

Âzykovaâ politika v Kazahstane (1921-1990 gg.) : sbornik dokumentov [La politique linguistique au Kazakhstan (1921-1990) : recueil de documents], Almaty : Kazak. Universitet, 1997 ; 325 p.

Hanazarov K. H., Rešenie nacional’no-âzykovoj problemy v SSSR [La résolution des problèmes des langues nationales en URSS], Moscou : Izdat. Polit. Literatury, 1982 ; 224 p.

Hasanov B., Âzyki narodov Kazahstana i ih vzaimodejstvie [Les langues des peuples du Kazakhstan et leurs influences réciproques], Alma-Ata : Nauka, 1976 ; 215 p.

Hudajbergen Žubanov i kazahskoe sovetskoe âzykoznanie [H. Žubanov et la linguistique soviétique kazakhe], Alma-Ata : Nauka, 1990 ; 368 p.

Kajdarov A. T., Instrukciâ po sostavleniû kazahsko-russkogo slovarâ [Instructions pour l’élaboration d’un dictionnaire kazakh-russe], Alma-Ata : Nauka, 1986 ; 58 p.

Kazahstan : ètapy gosudarstvennosti [Kazakhstan : les étapes de la constitution de l’État], Almaty, 1997 ; 493 p.

Kemeŋgerulï Qoške, Taŋdamalï [Œuvres choisies], Almaty : Qazaqstan, 1996 ; 296 p.

Kenžebaev K. ; Oralbaj Ä., Hudajbergen Žubanov, Almaty : Ana tili, 2000 ; 280 p.

Moldabekov K. M., Osvoenie russkih i internacional’nyh slov v sovremennom kazahskom âzyke [L’intégration des mots russes et internationaux dans la langue contemporaine kazakhe], Almaty : Mektep, 1989 ; 119 p.

Musaev K. M., Âzyki i pis’mennosti narodov Evrazii [Les langues et les écritures des peuples d’Eurasie], Almaty : Ghylym, 1993 ; 242 p.

Musaev K. M., O âzykah narodov SSSR [Sur les langues des peuples de l’URSS], Moscou : Nauka, 1978 ; 222 p.

Osnovnye zakonodatel’nye akty o âzykah v Respublike Kazahstan [Principaux actes législatifs sur les langues de la république du Kazakhstan], Almaty : Ûrist, 2003 ; 54 p.

Valihanov Č. Č., Sobranie sočinenij v pâti tomah [Œuvres complètes en 5 volumes], Alma-Ata Nauka, 1968.

Žubanov H., Issledovaniâ po kazahskomu âzyku [Recherches sur la langue kazakhe], Alma-Ata Nauka, 1966 ; 362 p.

Haut de page

Notes

1 Le qualificatif de bol’šoj « grand » correspond dans la pratique soviétique à des dictionnaires comportant le plus généralement 40 000 mots. Les « petits » dictionnaires (kratkij) ne dépassent pas les 10 000 mots.

2 Karakalpaksko-russkij slovar’ [30 000 mots], Moscou : GINS, 1958 ; Kirgizsko-russkij slovar’ [40 000 mots], Moscou : ISE, 1965 ; Tadžiksko-russkij slovar’ [40 000 mots], Moscou : GINS, 1954 (réédité en 1986) ; Turkmensko-russkij slovar’ [40 000 mots], Moscou : ISE, 1968 ; Uzbeksko-russkij slovar’ [50 000 mots], Moscou : GINS, 1959 (réédité en 1988). « ISE » est un sigle pour Izdatel’stvo « Sovetskaâ ènciklopediâ » [Édition « Encyclopédie soviétique »] tandis que GINS en est un pour Gosudarstvennoe izdatel’stvo nacional’nyh slovarej [Édition d’état pour les dictionnaires nationaux].

3 Nikolaj I. Il’minskij (1822-1891), après avoir terminé l’Académie spirituelle de Kazan, y resta en tant que professeur. Entre 1851 et 1854, il partit pour l’Egypte, la Palestine et la Syrie pour y étudier l’islam. À son retour, il enseigna les langues orientales à l’Université et à l’Académie spirituelle de Kazan. Il fut à l’origine de la création en 1863 de l’école de Kazan pour les Tatars convertis, puis en 1872 de l’école normale russo-indigène dont il fut le directeur jusqu’à sa mort. Il fut le premier à mettre au point un alphabet cyrillique pour les langues türkes de l’Empire.

4 Il’minskij N., Materialy po izučeniâ kirgizskogo narečiâ [Documents pour l’étude de la langue kirghize], Kazan : Universitetskaâ Tipografiâ, 1861, 199 p. Le dictionnaire se trouve aux pages 36-199.

5 Les Kazakhs étaient nommés « kirghiz » par les Russes jusqu’en 1925. Dans le texte de l’article « kirghiz » en italique marque l’emploi de ce mot lorsqu’il désigne « kazakh ».

6 Il’minskij N., op. cit., p. 3.

7 Ibray Altynsaryn (1841-1889), kazakh de la tribu Kipčak, était originaire de l’uezd de Nikolaevsk. Il étudia à l’internat d’Orenbourg de 1850 à 1857. Il travailla par la suite comme interprète auprès de l’administration d’Orenbourg qui le chargea de créer une école russo-kazakhe à Turgaj. L’école fut ouverte en 1864 et il y enseigna le russe. À partir de 1879, il fut nommé inspecteur des écoles de l’oblast’ de Turgaj. Il réussit à créer une dizaine d’écoles pour les Kazakhs.

8 Lettre d’Altynsaryn à Il’minskij (31 août 1871), dans : Altynsaryn I., Sobranie sočinenij v treh tomah, Alma-Ata : Nauka, 1978 ; tome III, p. 30.

9 Lettre d’Altynsaryn à Il’minskij (1862), op.cit., p.22-24

10 Lettre de Husain Faizhanov à Valihanov (7 avril 1863), dans : Valihanov Č. Č., Sobranie sočinenij v pâti tomah, Alma-Ata : Nauka, 1968 ; tome IV, p. 107.

11 Čokan Valihanov (1835-1865) appartenait à la lignée du khan kazakh Abïlay. Né sur les bords du Tobol, il passa son enfance à Sïrïmbet (région de Kokšetaw). À l’âge de 12 ans, son père l’envoya compléter sa formation au Corps des cadets d’Omsk dont il sortit en 1853. Il fut alors nommé adjudant auprès du commandant du corps sibérien, Gasfort. Sa première expédition dans le Semireč’e a lieu en 1855. Il réitéra l’année suivante, en poussant jusqu’au lac Ïssïk-köl. En 1858, il est envoyé en mission à Kachgar. En 1860, il part pour étudier à Saint Petersbourg mais revint l’année suivante dans les steppes pour des raisons de santé. En 1864, il participa à la campagne militaire de Černaev dans le Turkestan oriental mais en profond désaccord sur les méthodes il le quitta et resta dans le Semireč’e jusqu’à sa mort.

12 Les tribus kazakhes se divisent en trois žüz ou hordes, qui se repartissent territorialement : la žüz aînée peuple l’actuel Kazakhstan méridional, du Kyzyl-Kum à la frontière chinoise ; la žüz moyenne, la plus nombreuse, occupe tout le centre et l’est de l’actuel Kazakhstan jusqu’à la Sibérie ; la žüz cadette réside dans l’ouest depuis la mer d’Aral et la région d’Aktûbinsk jusqu’à la mer Caspienne et la région d’Astrakhan. De 1801 à 1876, la horde de Bukeï ou horde intérieure, créée avec le soutien de l’Empire russe, exista entre les fleuves de l’Ural et de la Volga. Elle fut constituée de 5.000 familles kazakhes appartenant à la žüz cadette.

13 Kirgizsko-russkij slovar’, Orenbourg : Tipo-litografiâ B. A. Breslina, 1897 ; 242 p.

14 Les cinq Kazakhs ayant participé à la constitution du dictionnaire sont : Balgimbaev, M. Bijsenev, Sarybatyrov, Džumaliev et Sultan Bahtigireev.

15 Lettre d’Altynsaryn à Il’minskij (1862), dans Altynsaryn I., op. cit., p. 22.

16 La définition de l’intelligentsia kazakhe retenue dans cet article entend comprendre les Kazakhs ayant étudié dans des écoles, des instituts ou des universités russes.

17 Bukin Iš-Muhammad, « Russko-kirgizskij i kirgizo-russkij slovar’ », Turkestanskij sbornik, tome 360 (1883), pp. 1-363.

18 Il’minskij I., op. cit., p. 6.

19 Voir Hallez Xavier, « G. N. Potanin et l’intelligentsia kazakhe : entre politique et traditions orales », CEMOTI, N° 34 de 2002, pp. 12-41.

20 Qazaqša-orïsša tilmäš / kazaksko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe]. Sous la direction de Kemengerov. Turkestanskie kursy vostokovedeniâ PKKA, Moscou, 1926, 224 p. Buralkiev, Bajtasov, Bajgoskin, Bajmakanov, Dauletbekov, Temirbekov et Sarsenbaev ont travaillé sur ce dictionnaire avec Kemengerov.

21 Koške Kemengerov (1896-1937) est né dans l’uezd d’Omsk de l’oblast’ d’Akmolinsk. Il entre à l’Institut agricole d’Omsk en 1913 et participe à l’association Birlik « Unité » avec de nombreux jeunes kazakhs dont S. Sadvakasov, S. Sejfullin et M. Samatov. En 1917, il part pour Akmolinsk où il participe activement aux évènements politiques. Il devient membre du Comité kazakh de l’oblast’ d’Akmolinsk, puis membre du mouvement Alaš de 1917 à 1919, tout en terminant ses études à Omsk. En 1920, il est instituteur dans l’uezd de Petropavlovsk, il enseigne ensuite la littérature aux cours « des instituteurs rouges » à Omsk. À partir de 1921, il vit à Tachkent où il collabore au journal Aq žol [La voie blanche]. Il enseigne parallèlement à la Faculté de médecine de l’Université d’Asie centrale et aux Cours turkestanais de l’Armée rouge. À partir de 1928, il reprend ses études à la Faculté d’orientalisme mais il est arrêté en 1930. Libéré deux ans plus tard, il est exilé en Ukraine. Il sera à nouveau arrêté et exécuté en 1937.

22 La seule référence à la langue kazakhe dans le programme du parti Alaš de 1917 est le droit des Kazakhs à bénéficier d’un enseignement dans leur langue maternelle (article 9). Cf. Kazahstan : ètapy gosudarstvennosti [Kazakhstan : les étapes de la constitution de l’État], Almaty : Žeti žarġy, 1997.

23 Document N° 2, Âzykovaâ politika v Kazahstane (1921-1990gg.) : sbornik dokumentov [La politique linguistique au Kazakhstan (1921-1990) : recueil de documents], Almaty : Kazakhskij Universitet, 1997 ; pp. 14-15.

24 KPSS v resolûciâh i rešeniâh s"ezdov, konferencij i plenumov CK [La république soviétique socialiste kazakhe selon les résolutions et les décisions des congrès, des conférences et des plénums du Comité central], Moscou : 1970 ; tome 2, p. 441.

25 Document N° 9 (décret du 22/11/1923), op.cit., pp. 24-25.

26 Saken Sejfullin (1894-1938) était originaire de l’uezd d’Akmolinsk. Il termina l’école russo-kazakhe d’Akmolinsk et partit étudier à l’école normale d’Omsk. Il collabora au journal Ayqap. En 1918, il entra au Parti communiste et fut membre du comité révolutionnaire de l’oblast’ d’Akmolinsk. De 1922 à 1925, il fut nommé président du Conseil des commissaires du peuple de la république kirghize. Il est considéré comme un des écrivains soviétiques kazakhs les plus doués.

27 Sejfullin S., « O kirgizskom âzyke [Sur la langue kirghize] », Sovetskaâ step’ [La steppe soviétique], 15/12/1923, Orenbourg.

28 Protocole N° 73 (5-6 août 1925) du Bureau du Comité régional kirghiz du PCR(b), AP RK fonds 139/1/121 la, p. 52.

29 Filip Gološekin (1876-1941) était membre du Parti social-démocrate depuis 1903 et fut élu au Comité central bolchevik en 1912. En octobre 1917 il travailla au Comité révolutionnaire militaire de Petrograd. Pendant la guerre civile, il fut envoyé dans l’Oural et en Sibérie. Il fut, au début des années 1920, membre de la Commission turkestanaise du Comité exécutif central de la RSFSR. De 1925 à 1932, il fut secrétaire du Comité régional kazakh du parti et un des responsables de la collectivisation et de la sédentarisation catastrophiques des nomades kazakhs.

30 En 1926, les Kazakhs représentaient 58,5 % de la population (3 627 612) et en 1939 37,8 % (2 327 652) pour 53 % d’Européens.

31 Ahmet Bajtursunov (1873-1938) était originaire de l’uezd de Kustanaj. Après avoir terminé l’école russo-kazakhe de Turgaj il entra à l’école normale d’Orenbourg en 1891. Il devint instituteur. Ses écrits concernent la linguistique et l’éducation. Il fut le rédacteur en chef du journal Qazaq et une des principales figures du mouvement Alaš. Il rallia les soviets en 1919 et devint membre du Comité révolutionnaire kirghiz. En 1921, il fut nommé commissaire du peuple à l’éducation. Il fut arrêté en 1929 et fusillé en 1938.

32 H. Žubanov (1899-1938), originaire de la région d’Aktûbinsk, étudia entre 1914 et 1915 à la madrasa Husajniâ d’Orenbourg, puis il entra en 1916 dans l’école russo-kazakhe de Ternir où il resta jusqu’à son départ pour Aktûbinsk en 1925. Il collabora à de nombreux journaux. Il travailla depuis le début des années 1920 dans les bureaux locaux du Commissariat du peuple à l’éducation. En 1925, il fut envoyé à Moscou pour participer aux travaux du Comité central du nouvel alphabet turk. À partir de 1927, il étudia la langue russe et les langues turkes à l’Université de Leningrad. À son retour à Alma Ata en 1932, il devint professeur à l’Institut pédagogique. De 1932 à 1937, il dirigea le secteur des programmes, des manuels et de la pédagogie du Commissariat du peuple à l’éducation. En 1933, il prit la tête de la nouvelle Commission d’état de terminologie kazakhe. Il travailla aussi, avant d’être arrêté en 1937, à la filiale kazakhe de l’Académie des sciences de l’URSS.

33 Kenžebaev K. ; Oralbaj Ä., Hudajbergen Žubanov, Almaty : Ana tili, 2000, p. 68.

34 Nazir Tûrakulov (1892-1937), originaire du Turkestan, étudia de 1900 à 1903 dans une madrasa de Kokand et ensuite à l’école russo-indigène. Il termina en 1913 l’Institut commercial de Kokand et entra ensuite à la Faculté économique de l’Institut commercial de Moscou, dont il sortit en 1916. Sur le front en 1916, il dirigea l’organisation Erkin dala « La steppe libre ». Il fut délégué au premier congrès pankazakh en 1917. Après avoir été président du Comité révolutionnaire de l’oblast’ de Ferghana, il devint en 1920 commissaire du peuple à l’éducation. Entre 1920 et 1922, il fut président du Comité exécutif central du Turkestan et occupa aussi le poste de secrétaire du Comité central du Parti communiste du Turkestan. En décembre 1922, il fut élu président de la commission sur le nouvel alphabet turk. Il participa au premier congrès de turcologie de 1926. En 1928, il fut coopté dans la commission centrale pour le passage à l’alphabet latin. De 1928 à 1936, il fut le représentant diplomatique de l’URSS en Arabie Saoudite. Il fut arrêté et exécuté en 1937.

35 Intervention de Tûrakulov au premier congrès soviétique de turcologie à Bakou (3/03/1926), dans : Tûrakulov N., Sočineniâ [Œuvres], Almaty : Kazahstan, 1997, pp. 125-126.

36 « Latïn älippesiniŋ kereksizdigi [L’inutilité de l’alphabet latin] », Enbekši qazaq, 19/11/1926 ; « Latïn ärpin aluw turalï [Au sujet de l’adoption de l’alphabet latin] », Enbekši qazaq, 30/12/1926 ; Žaŋa älippe [Le nouvel alphabet], Kyzyl Orda, 1927, 116 p. ; « Dïbïstardï žiktew turalï [Au sujet de la classification des sons] », Žaŋa mektep, N° 9 (1928), pp. 23-31 ; « Emle turalï [Au sujet de l’écriture] », Enbekši qazaq, 27/03/1929.

37 Bajtursunov A., Älip-bi : žaŋa qural [Abécédaire], Kyzyl Orda, 1926 (Réimprimé : Almaty : Rauan , 1998), 116 p.

38 Ses arguments sont : 90 % des peuples turks utilisent cet alphabet ; l’alphabet arabe réformé comprend moins de lettres ajoutées que l’alphabet latin ; l’impression est plus courte ; les mots ne sont pas changés avec les suffixes ; l’écriture est plus reposante et plus facile à apprendre.

39 Rapport de Bajtursunov sur l’alphabet arabe intitulé Älippe aytïsï [Débat sur l’alphabet], publié pour la première fois sous forme de brochure à Kyzyl Orda en 1927, repris dans : Ulttïŋ ulï ustazï : A. Baytursïnov [Un grand maître de la nation : A. Bajtursunov], Almaty : Bibliothèque scientifique centrale, 2001, p. 127.

40 Rapport de Tûrakulov au premier plénum du Comité central du nouvel alphabet türk à Bakou (3-7/06/1927), dans : Tûrakulov N., op. cit., pp. 131-135.

41 Directeur de l’Institut de linguistique de l’Académie nationale de la république du Kazakhstan depuis 1995.

42 Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe]. Sous la direction de R. G. Syzdykova et K. S. Husain, Almaty : Dajk-press, 2002, p. 5.

43 Kemengerov K., « Qazaqša-orïsša tilmäš turalï tusinis [Explications concernant le dictionnaire kazakh-russe] », publiées une première fois dans Enbekši qazaq de 24/11/1926, puis dans Kemengerov K., Taŋdamalï [Oeuvres choisies], Almaty : Kazahstan, 1996, pp. 182-183.

44 Document N° 51 (résolution du 6-8/02/1930 du Commissariat du peuple à l’éducation kazakh), Âzykovaâ politika v Kazahstane (1921-1990 gg), op. cit., pp. 106-108.

45 Document N° 50 (circulaire du 3/01/1930 aux bureaux locaux de l’éducation sur enseignement obligatoire du kazakh dans les écoles russes), op. cit., p. 105.

46 Kemengerov K., Učebnik kazahskogo âzyka dlâ evropejcev [Manuel de langue kazakhe pour les Européens], Kyzyl Orda, 1929, 194 p.

47 Document N° 50 (circulaire du 3/01/1930), Âzykovaâ politika v Kazahstane (1921-1990 gg.), op. cit., pp. 103-106.

48 Document N° 57 (décret du 1/09/1933), op.cit., pp. 139-141.

49 Document N° 58 (1934), op.cit., pp. 141-144.

50 Bûlleten’ Gosterminkoma [Bulletin de la Commission d’état de terminologie], Alma-Ata, N° 2 (1935), p. 8.

51 Les noms empruntés au russe sont transcrits sans aucune modification (ex. : proletariat, revoluciâ). Les adjectifs sont transcrits sans leur terminaison adjectivale (ex. : buržuaz pour buržuaznaâ). Le « a » en final fut supprimé dans certains cas : aksiom (russe, aksioma), problem (russe, problema). Les listes et les règles étaient publiées dans le bulletin de la Commission d’état de terminologie.

52 G. B. Begaliev (1888 – 1966), originaire du Kazakhstan occidental, termina en 1902 le séminaire de la madrasa Muhammediâ de Kazan. Il enseigna dans des aouls entre 1910-12 avant de continuer ses études aux cours pédagogiques d’Orenbourg jusqu’en 1918. De 1918 à 1922, il enseigna à Ouralsk puis, entre 1922 et 1924, à l’Institut pédagogique d’Orenbourg. Dans les années 1930, il travailla à l’Institut de culture nationale, puis à l’Académie des sciences kazakhe. Il devint « candidat de philologie » en 1943. Entre 1946 et 1962, il occupa le poste de collaborateur scientifique principal de l’Institut de langue et de littérature.

53 Begaliev G. B. ; Gavrilov M. F., Kazaksko-russkij slovar’. Qazaqca-Orysca søzdik [Dictionnaire kazakh-russe], Kaz. Izdat., 1936, 266 p.

54 S. Amanžolov (1903-1958), originaire du Kazakhstan oriental, termina en 1916 l’école russo-kazakh de Čingis. Il suivit ensuite les cours pédagogiques à Semipalatinsk. Il devint alors instituteur dans l’uezd d’Ust’-Kamenogorsk, puis secrétaire du Comité exécutif de l’uezd. En 1926, il partit étudier à Tachkent et termina, en 1930, la Faculté pédagogique de l’Université d’Asie centrale avec la mention « langue kazakhe et littérature ». En 1931, il fut appelé à l’Institut pédagogique à Alma-Ata. De 1937 à 1958, il y dirigea la Faculté de langue kazakhe ; de 1934 à 1936 l’Institut de la culture nationale ; et de 1937 à 1942 il y fut responsable du secteur de la langue et de la littérature. À partir de 1946, il travailla à l’Institut de la langue et de la littérature. Il fut à l’origine de la dialectologie kazakhe et le premier kazakh à obtenir un titre universitaire.

55 Rapport d’Amanžolov à la conférence scientifique consacrée aux vingt ans de la république kazakhe (20-27/12/1940), dans : Amanžolov S., Voprosy dialektologii i istorii kazahskogo âzyka [Questions de dialectologie et d’histoire de la langue kazakhe], Almaty : Sanat, 2001 (première édition, 1959), p. 594.

56 Op. cit., p. 597.

57 Op. cit., p. 598.

58 Abaj Kunanbaev (1845-1904), kazakh de la tribu Arghyn, était originaire de l’uezd de Semipalatinsk. Il étudia dans une mektep (école primaire musulmane) et dans une école russo-kazakhe. En 1875, il fut élu chef de son district mais il démissionna en 1898. Il se lia d’amitié avec des exilés politiques à Semipalatinsk, Dostojevski et E. P. Mikhaelis. Il fut et reste considéré comme le principal poète et penseur moderne kazakh.

59 Constitution de 1936, chapitre VIII, article 99, dans : Kazahstan : ètapy gosudarstvennosti [Kazakhstan : les étapes de la constitution de l’État], Almaty : Žeti žarġy, 1997, p. 287.

60 Documents N° 65 (décret du 5/04/1938 sur l’enseignement obligatoire du russe dans les écoles kazakhes), N° 66 (décret du 5/04/1938 sur les mesures pour appliquer le décret précédent), N° 67 (décret du 12/04/1938 sur l’organisation de cours préparatoires pour les enseignants de russe), op. cit., pp. 152-162.

61 Document N° 90 (décret du 14/07/1941), op. cit., p.221

62 Document N° 65, op. cit., p.152

63 Amanžolov S., Proekt novogo kazahskogo alfavita i orfografii na baze russkoj grafiki [Projet des nouveaux alphabet et orthographe kazakhs sur la base des lettres russes], Alma-Ata, 1940.

64 Amanžolov S., op. cit., p. 6.

65 Begaliev G., Kazahsko-russkij slovar’, Alma-Ata, 1945, 230 p.

66 Cette expression, traduite par la grande migration ou le grand malheur, correspond à un événement historique du XVIIIe siècle, lorsque les Kazakhs durent abandonner leurs pâturages devant les invasions djoungares.

67 G. G. Musabaev (1907-1981), originaire d’Omsk, termina l’Institut pédagogique à Alma-Ata en 1936. Il travailla de 1937 à 1939 à la section de littérature et d’art de la filiale kazakhe de l’Académie des sciences de l’URSS. Parti sur le front de 1941 à 1945, il réintégra à son retour l’Institut de langue et de littérature dont il devint vice directeur de 1948 à 1952. Ses spécialités étaient la lexicologie et l’histoire de la langue kazakhe.

68 H. H. Mahmudov (1909- ?), né dans la région d’Orenbourg, termina en 1937 l’Université de Saint Petersbourg où il continua ses recherches jusqu’en 1940. À partir de 1940 il partit travailler à l’Institut pédagogique du Kazakhstan, devenant en 1945 directeur de la Faculté de langue russe. En 1962, il fut nommé à la direction de la section de philologie russe et générale de l’Académie des sciences. Il était spécialiste des langues russe et turkes.

69 Mahmudov H. H. ; Musabaev G. G., Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], Alma-Ata : AN KazSSR, 1954, 574 p.

70 Op. cit., p. 411.

71 Nigmet Sauranbaev (1910-1958) fit ses études à l’Institut pédagogique de Moscou, puis à l’Institut de recherches scientifiques du Commissariat du peuple à l’éducation de RSFSR. De 1939 à 1941, il remplit les fonctions de secrétaire de la Commission de terminologie kazakhe. À partir de 1941, il dirigea l’Institut de la langue et de littérature de l’Académie des sciences du Kazakhstan et devint vice-président de l’Académie des sciences en 1951.

72 Vestnik AN KazSSR, N° 12 (1948), Alma-Ata, p. 17.

73 Musabaev G., Stanovlenie i razvitie kazahskogo literaturnogo âzyka i vorposy kazahskoj dialektologii [Constitution et développement de la langue littéraire kazakhe et questions de dialectologie kazakhe], Alma-Ata, 1952, p. 12.

74 S. E. Malov (1880-1957) était un turcologue spécialiste des populations turkes de Chine et des anciens textes turks. Il fut membre de l’Académie des sciences de l’URRS à partir de 1939.

75 N. K. Dmitriev (1898-1954) dirigea ses recherches sur les langues turkes et sur les liens entre les langues slaves et turkes. Il fut membre de l’Académie des sciences de l’URSS à partir de 1943. Il publia de nombreux textes turks avec ses commentaires.

76 Amanžolov S., « O dialektah kazahskogo âzyka [À propos des dialectes de la langue kazakhe] », Voprosy âzykoznaniâ, N° 6 (1953), Moscou.

77 Amanžolov S., Voprosy dialektologii i istorii kazahskogo âzyka [Questions de dialectologie et d’histoire de la langue kazakhe], Almaty : Sanat, 2001 (première édition, 1959), p. 594.

78 Begaliev G. B. ; Mahmudov H. H. ; Musabaev G. G., Kratkij kazahsko-russkij slovar’ [Petit dictionnaire kazakh-russe], Alma-Ata : AN KazSSR, 1959.

79 Op. cit., p. 5.

80 Le groupe de préparation comprenait, hormis les deux cités, V. A. Isengaliev, E. N. Šipova, L. G. Žigžanova, O. Nakisbekov, Z. Sejdualiev, B. A. Sulejmanov, R. A. Urekenova, G. Tursunova, A. Esengulov.

81 K. K. Ûdahin (1890-1975) a terminé l’Institut oriental du Turkestan en 1925. De 1928 à 1936 il a travaillé sur les nouveaux alphabets pour les peuples de l’URSS puis, à partir de 1944, à l’Institut de langue et de littérature de la filiale kirghize de l’Académie des sciences de l’URSS. En 1952, il devint membre de l’Académie des sciences d’Ouzbékistan. Il a publié des dictionnaires ouzbek-russe, ouïghour-russe et kirghiz-russe : Kirgizsko-russkij slovar’, Moscou, 1940 et une version complétée (973 p.) publiée par les éditions « Sovetskaâ énciklopediâ » en 1965.

82 K. M. Musaev, linguiste et membre-correspondant de l’Académie des sciences de l’URSS et de la Russie, enseigne aujourd’hui la langue kazakhe à l’Université d’état de Moscou.

83 Musaev K. M., O âzykah narodov SSSR [Sur les langues des peuples de l’URSS], Moscou : Nauka, 1978, p. 115.

84 Document N° 94 (décret du 4/06/1955), op.cit., pp. 225-226.

85 Document N° 106 (règlement du comité central du parti communiste kazakh du 3/03/1987), op. cit., p. 252.

86 Constitution du Kazakhstan de 1978, chapitre 5, article 34, dans Kazahstan : ètapy gosudarstvennosti, op. cit., p. 302.

87 Document N° 103 (décret du conseil des ministres kazakh du 13/07/1979), op. cit., pp. 242-243.

88 Russko-kazahskij terminologičeskij slovar’, Alma-Ata, 1961 ; Russko-kazahskij slovar’, 2 tomes, sous la direction de Sauranbaev en 1954, puis en 1978 et 1981 sous la direction de Musabaev ; Qazaq tiliniŋ tusindirme sözdigi [Dictionnaire raisonné de la langue kazakh], 10 tomes, Almaty, 1974-1986.

89 Changement de la Constitution de 1978, article 70, dans Kazahstan : ètapy gosudarstvennosti, op. cit., p. 351.

90 Loi sur la création du poste de président de la république soviétique kazakhe du 24/04/1990, article 114, op. cit., p. 355.

91 Kajdarov A. T., Instrukciâ po sostavleniû kazahsko-russkogo slovarâ, Alma-Ata : Nauka, 1986, 58 p.

92 Chapitre 4, article 6 de la loi sur les langues dans le république du Kazakhstan du 11/07/1997, Osnovnye zakonodatel’nye akty o âzykab v Respublike Kazahstan [Principaux actes législatifs sur les langues de la république du Kazakhstan], Almaty : Ûrist, 2003, p. 8.

93 Ordonnance du président de la république du Kazakhstan du 4/11/1996 N° 3186, « sur la conception de la politique linguistique de la république du Kazakhstan », op.cit., p. 12.

94 Chapitre 1, article 4 de la loi sur les langues dans la république du Kazakhstan du 11/07/1997, op. cit., p. 8.

95 Programme de fonctionnement et de développement des langues pour 2001-2010 du 7/02/2001, op. cit., p. 19.

96 Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], sous la direction de R. G. Syzdykova et K. S. Husain, Almaty : Dajk-press, 2002, 1008 p.

97 K. Bektaev (1920 – 1996), originaire du sud du Kazakhstan, travailla de 1946 à 1996 à l’Institut pédagogique de Chimkent. Il dirigea aussi le groupe de travail sur l’automatisation et les recherches statistico-linguistique de l’Institut de linguistique de l’Académie nationale.

98 Bektaev Kaldybaj, Bol’šoj kazahsko-russkij, russko-kazahskij slovar’ [Grand dictionnaire kazakh-russe et russe-kazakh], Almaty : Altyn qazyna, 2001, p. 15.

99 Tažutov A. K., Ülken qazaqša-orïsša sözdik : 10 tomdïq [Grand dictionnaire kazakh-russe en 10 tomes], Almaty : Sözdik-slovar’. Parus jusqu’à présent : tomes 1 et 2 (1998), tome 3 (1999).

100 Recteur de la Faculté de philologie de l’Université nationale d’état du Kazakhstan.

101 «Novyj dvuâzyčnij slovar’ [Le nouveau dictionnaire bilingue] », Kazahstanskaâ Pravda, 11/06/2002.

102 Membre-correspondant de l’Académie des sciences du Kazakhstan.

103 Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], sous la direction de R. G. Syzdykova et K. S. Husain, Almaty : Dajk-press, 2002, p. 5.

104 Kazahsko-russkij, russko-kazahskij terminologičeskij slovar’, Almaty : Rauan, 2000 ; 31 tomes.

105 Kazahsko-russkij slovar’ [Dictionnaire kazakh-russe], sous la direction de R. G. Syzdykova et K. S. Husain, Almaty : Dajk-press, 2002, pp. 5-6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau des alphabets kazakhs
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Hallez, « Petite histoire des dictionnaires kazakh-russes (1861-2002) : parmi les alphabets arabe, latin et cyrillique », Cahiers d’Asie centrale, 11/12 | 2004, 291-316.

Référence électronique

Xavier Hallez, « Petite histoire des dictionnaires kazakh-russes (1861-2002) : parmi les alphabets arabe, latin et cyrillique », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 11/12 | 2004, mis en ligne le 26 juin 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/705

Haut de page

Auteur

Xavier Hallez

Étudiant en thèse d’histoire à l’École des hautes études en Sciences sociales, Paris, xnjhallez@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org