Navigation – Plan du site
Dossier

Dynamique et stabilité de la communauté montagnarde du Yaghnob (Tadjikistan du Nord)

A. N. Gunâ
Traduction de Alié Akimova
p. 161-178

Texte intégral

  • 1 Cf. Danilova 1998.
  • 2 La conception du milieu naturel des Yaghnobîs a été décrite dans Gunya 2002.

1La vallée du Yaghnob est située au cœur de l’Asie centrale, à la frontière des montagnes et des plaines désertiques. Grâce à l’isolement géographique et aux difficultés d’accès, un groupe ethnique singulier, les Yaghnobîs, dont la langue est proche du sogdien, s’est maintenu dans sa haute partie. L’étude de cette vallée et de ses habitants présente de l’intérêt à la fois pour les linguistes, les ethnologues, les historiens et les géographes. Elle fournit un modèle d’interactions entre l’homme et la nature ainsi que matière pour l’analyse de la stabilité et la variabilité du milieu naturel, de sa structuration et de ses capacités. Elle permet ensuite d’aborder l’ensemble des problèmes du développement durable des territoires montagnards, où l’on doit tenir compte du savoir écologique de leurs habitants. L’intérêt de l’étude des modes traditionnels d’occupation de l’espace consiste aussi dans le rappel, très actuel, de l’interdépendance de toutes leurs composantes, y compris l’organisation sociale1. Dans cet article nous nous arrêtons en détail sur l’histoire et la situation actuelle du système économique et social des habitants de la vallée du Yaghnob2.

Historique des recherches sur le Yaghnob et ses habitants

  • 3 Mejendorf 1975. Pour l’édition française cf. Meyendorff 1826 (Note de l’éd., Sv. J.)
  • 4 Brežickij 1911.
  • 5 Capus 1883. On peut trouver les matériaux yaghnobîs de Guillaume Capus en français dans Capus 1892 (...)

2Les premiers renseignements détaillés sur le Yaghnob apparaissent dans la deuxième moitié du XIXe siècle quand, lors de l’annexion russe des territoires montagnards d’Asie centrale, sont effectués les premiers relevés topographiques. On peut mentionner tout d’abord les explorations de Meyendorff en 18203, puis celles du naturaliste Lehmann et de l’ingénieur des mines Bogoslovskij, tous les deux membres de l’Expédition de Boukhara organisée en 1841 par Butelev4. Pendant les expéditions militaires et scientifiques ultérieures, des données statistiques sur les habitants du Yaghnob et sur leur économie ont été recueillies par G. A. Aminov (1870), M. M. Virskij (1890, 1906), L. N. Sobolev (1874), A. A. Kun (1881), N. G. Mallickij (1924), H. F. L. Junker (1930) et d’autres. Les premières cartes topographiques de la vallée apparaissent aussi dans la deuxième moitié du XIXe siècle. En 1883 la revue allemande Petermanns geographische Mitteilungen publie un article de G. Capus intitulé « La vallée du Yaghnob et ses habitants5 » où l’auteur met en évidence l’originalité de la vallée et de ses habitants et souligne la nécessité d’entreprendre leur étude détaillée.

3Dans la période qui a suivi la révolution d’Octobre plusieurs savants se sont consacrés à l’étude des Yaghnobîs. Parmi les plus illustres mentionnons M. S. Andreev, dont les journaux complets n’ont été publiés qu’en 1970, A. N. Kandaurov (1940), M. N. Bogolûbov (1956) et A. L. Hromov (1969). Dans l’après-guerre, une rupture entre les études ethnographiques et les études géographiques s’est produite en URSS. Les géographes se désintéressèrent de l’ethnographie et s’orientèrent vers l’élaboration de cartes topographiques et géologiques.

4Ces dernières années la vallée du Yaghnob a attiré souvent l’attention à cause de la parution de plusieurs articles sensationnels sur la prétendue « énigme du Yaghnob ». La motivation politique de ce type de publications est importante et les critiques de l’économie planifiée rappellent avec insistance qu’en 1970 presque tous les Yaghnobîs ont été déportés d’une « zone géodynamique dangereuse » vers les environs de Douchanbe ou vers les régions cotonnières de la Steppe de la Faim.

Situation géographique

5Le caractère singulier de la vallée du Yaghnob est dû en grande partie à sa géographie qui rend difficiles les communications avec le monde extérieur. Le village de Margib, situé à l’entrée de la vallée, est la dernière localité pourvue d’électricité et desservie par une route carrossable (cf. carte 1). En amont de Margib se situe une gorge qui sépare le Yaghnob « sogdien » du reste de la vallée. Les voies de communications du Yaghnob « sogdien » consistent uniquement en sentiers de montagnes qui de surcroît ne sont pas praticables en hiver (voir photographie ci-dessous). Pendant huit mois les habitants de la haute vallée sont donc coupés du reste du monde. Dans les années 1960, les géologues avaient tracé une piste depuis le hameau de Romit jusqu’à Kirënte, au centre de la haute vallée. Elle n’a servie que pendant une courte période puis a été ensevelie par les éboulements. Les restes de cette piste sont parfois encore visibles sur les versants exposés au Nord.

Un sentier dans le Yaghnob

Un sentier dans le Yaghnob

photographie de l’auteur

6Les Yaghnobîs se sont souvent adressés aux autorités pour demander la construction d’une route, mais leurs démarches sont restées sans résultat. Un tracé a été commencé grâce aux donations privées et aux cotisations des habitants. Vers la fin des années 1990 il arrivait jusqu’au centre de la vallée et ne continuait que quelques kilomètres plus loin.

Histoire du peuplement et de la mise en culture du Yaghnob

  • 6 Bartol’d 1926.

7L’histoire des habitants de la vallée est étroitement liée à celle de la Sogdiane (VIe-VIIe siècles av. J.-C. – VIIe siècle après J.-C), comme le prouve la parenté entre le sogdien et le yaghnobî6. L’isolement géographique du Yaghnob aurait aidé à préserver (ou à abriter) des descendants des anciens Sogdiens.

8Les modes d’occupation de la vallée témoignent au moins de cinq périodes différentes : une période ancienne (avant l’annexion à l’empire russe) ; une période coloniale (jusqu’aux années 1920), une période soviétique (jusqu’à l’exode de 1970), l’exode (de 1970 à 1990 lorsque la vallée était pratiquement inhabitée) et la période actuelle quand, à partir des années 1990, les Yaghnobîs ont été autorisés à réintégrer leur vallée.

9En fait, les périodes antérieures sont mieux documentées que la période actuelle où les études se limitent à la langue, à la flore et à la géologie. Les caractéristiques principales de l’appropriation de l’espace – modes de peuplement, agriculture traditionnelle, etc. – se sont mises en place pendant les deux premières périodes (ancienne et coloniale) tandis que les périodes suivantes aident à comprendre la spécificité des tendances actuelles du développement de la vallée du Yaghnob.

La période ancienne

  • 7 Cf. Buškov 1991.

10Les premières mentions de la Sogdiane datent de la fin du VIe et du début du Ve siècle avant J.-C. Avec la Bactriane et le Khorezm, la Sogdiane est l’une des plus anciennes formations étatiques en Asie centrale qui se caractérisaient par une société stratifiée en prêtres, guerriers, cultivateurs et esclaves. Les relations de parenté et de voisinage y avaient une grande importance ; ce type de réseau social est resté prédominant dans la vallée du Yaghnob jusqu’à nos jours à travers les institutions de l’avlod (lignage, famille étendue) et du sada (voisinage, communauté villageoise)7.

  • 8 Correspond à la région de Zafarobad.

11Les premières campagnes arabes en Asie centrale commencèrent au VIIe siècle et elles entraînèrent la destruction non seulement des monuments religieux, c’est-à-dire zoroastriens, mais aussi des lieux habités ce qui a laissé des traces dans les modes du peuplement. Elles intensifièrent aussi les processus migratoires et notamment l’exode des habitants des plaines vers les montagnes. Cependant, dès le rétablissement de la stabilité politique et économique, les exilés avaient tendance à regagner leurs plaines d’origine. La population montagnarde restait donc ethniquement et linguistiquement homogène et les dialectes sogdiens y prédominaient. Les régions isolées du Haut Zeravchan, telles que le Matča, le Falgar8 et le Yaghnob, formaient alors un système économique uni relativement indépendant. L’isolement géographique leur imposait une économie autarcique où l’agriculture était complétée par l’élevage.

  • 9 Cf. Buškov 1988.

12Les migrations d’agriculteurs iranophones (XVIe – début du XIXe siècles) croisaient les trajectoires des mouvements d’éleveurs turcophones qui commençaient à s’installer dans la région de Pendjikent, tout d’abord le long des grands et des petits cours d’eau, ensuite dans d’autres terroirs pourvus en eau. C’est à cette époque que se sont formés plus de 60 % des lieux habités qui ont existé, dans leur majorité, jusqu’à l’annexion de la région à la Russie9.

13Cette période ancienne de l’histoire du Yaghnob a laissé des traces surtout dans les caractéristiques sociales et culturelles de ses habitants. Leur système social régi par les relations de parenté et de voisinage semble répondre à la nécessité de s’adapter aux conditions du milieu naturel.

14Certains auteurs considèrent l’isolement géographique du Yaghnob comme la raison principale de la singularité de sa population. C’est une simplification qui ne peut pas expliquer « le phénomène du Yaghnob ». La notion d’« isolement » est relative dans le temps. Il y a deux cents ans le Yaghnob n’était pas plus isolé que, disons, Matča ou d’autres régions montagnardes voisines. Dans le cas du Yaghnob, nous sommes dans une certaine mesure les témoins d’une sorte de « mutation historique » quand une région paraît beaucoup plus archaïque que ses voisines. Il est normal donc de se demander de quand date la singularité de la vallée et quelles sont les activités humaines qui en sont à l’origine. L’éloignement géographique du Yaghnob semble avoir été accentué par les développements ultérieurs des régions voisines. Ainsi un certain processus de « socialisation » du milieu naturel du Yaghnob apparaît dès la période la plus ancienne.

La période coloniale

15Tout au long du XIXe siècle le Yaghnob, ainsi que ses territoires voisins, ont vécu dans une instabilité politique constante à cause des luttes perpétuelles entre l’émir de Boukhara et le khan de Kokand ainsi qu’entre les gouverneurs (bek) des domaines montagnards (Matča, Falgar, Yaghnob et autres). Lorsque l’empire russe avait annexé le Yaghnob en 1870, aucun changement n’était intervenu et les autorités tsaristes s’étaient contentées de prélever les impôts déjà existants : le xirâj (impôt foncier sur les terres irriguées), le tanâb (impôt foncier sur les terres non irriguées) et le zakât (taxe sur le bétail). Ce n’est qu’une vingtaine d’années plus tard que le système d’imposition subit certaines modifications : ainsi, en 1887, une taxe sur l’habitation fut introduite ; les impôts fonciers furent augmentés notamment à cause du prélèvement d’une taxe supplémentaire sur les pâturages. La solvabilité des couches moyennes de la population fut donc mise à l’épreuve. Les rendements de l’agriculture pluviale étaient très aléatoires et ils n’arrivaient pas à pourvoir en blé les habitants. La forte densité de population et les rudes conditions naturelles freinaient l’introduction de nouvelles technologies agricoles.

16Sous l’impulsion des autorités coloniales les habitants de la vallée entreprirent leurs premières migrations saisonnières pour rechercher du travail et ils rompirent ainsi leur long isolement. Dès lors, les Yaghnobîs commencèrent à apprendre le tadjik. Les rétributions gagnées ailleurs leur permirent de survivre pendant les années de mauvaises récoltes. Les liens avec le monde extérieur étaient cependant centrifuges et ils n’eurent que peu de conséquences sur l’isolement et l’introversion de la communauté autochtone.

La période soviétique

17Avec la création de la république du Tadjikistan dans les années 1930 le Yaghnob voit apparaître les trois mandataires du pouvoir soviétique : le parti communiste, le conseil de délégués (sovet’) et les kolkhoz. Une première exploitation agricole collective du nom d’Engels fut organisée dans la basse vallée, une autre, du nom d’Ordžonikidze, occupait sa partie haute. Le changement de régime bouleversa surtout les formes de propriété foncière. Quoique cette période soit très mal documentée, on sait que les premiers kolkhoz étaient pauvres car la vallée ne disposait pas de grandes surfaces propices à la mécanisation du travail et en plus elle n’était pas desservie par une route. Si les premières écoles primaires ont été ouvertes pendant cette période et si l’on peut deviner leur rôle progressiste, on ne peut pas passer sous silence les conséquences désastreuses de la politique culturelle, surtout dans le domaine religieux.

18La période d’après-guerre mit à l’ordre du jour la politique de subventions des kolkhoz pauvres, de leur spécialisation dans l’élevage et de l’augmentation excessive du cheptel. Dès lors les champs non irrigués, situés sur les versants, furent abandonnés car il était plus facile d’acheter le blé que de le cultiver. C’est pendant cette période que l’intégration des Yaghnobîs aux sociétés tadjike et russe donna les premiers résultats : les hommes appelés à faire leur service militaire au sein de l’armée soviétique commencèrent à parler le russe.

19L’amélioration de l’infrastructure dans les régions voisines (électrification, construction d’une route de Leninabad à Douchanbe) incita les habitants du Yaghnob à s’adresser aux autorités soviétiques pour demander la construction d’une route. Ce manque de voies de communications était aussi fortement ressenti par le pouvoir central qui jugeait que la vallée échappait à son contrôle. Mais plutôt que d’investir dans la construction d’une route, les autorités décidèrent d’évacuer la vallée.

L’exode

20Le prétexte officiel de l’exode de 1970 fut l’évacuation d’une zone géodynamique dangereuse comme le démontre la décision du comité exécutif régional datée du 27 février 1970. Les vraies raisons étaient cependant différentes : tout d’abord le souhait de se débarrasser des régions qui échappaient au pouvoir central ; ensuite le manque de volonté pour investir dans l’infrastructure régionale ; enfin, le besoin de main d’oeuvre dans les nouvelles régions cotonnières.

21Plus de trois mille personnes furent expulsées de la vallée du Yaghnob. À peu près cinq cents familles furent envoyées dans la Steppe de la Faim (région de Zafarobad) tandis que deux cents autres familles se retrouvaient dans les environs de Douchanbe. La diaspora yaghnobî prit de cette façon une envergure qui annonçait l’assimilation sinon la disparition de ses membres. Cela n’a pas eu lieu grâce aux changements démocratiques du début des années 1990 lorsque les Yaghnobîs ont fait l’objet d’une attention particulière. Une théorie courante selon laquelle les Tadjiks septentrionaux seraient des descendants des Sogdiens est un élément important dans la réhabilitation des Yaghnobîs. Pendant un temps le mot « Yaghnobî » a été volontairement remplacé par celui de « Sogdien ». Des écoles ont été créées où on enseignait en yaghnobî, de multiples publications et études ont été consacrées à la vallée et à ses habitants. La situation politique des années 1990, marquée par la confrontation des différentes régions et par l’éviction des Tadjiks septentrionaux des postes dirigeants dans la république, a joué aussi son rôle. Le rétablissement du prestige du Tadjikistan du Nord reposait en partie sur la mise en avant de ses caractéristiques régionales. Ce n’est pas un hasard si la région de Leninobad, loyale au régime communiste, fut rebaptisée alors en « région de Sogd ».

22La diaspora yaghnobî a entraîné néanmoins l’anéantissement du noyau historique. Jusqu’à la fin des années 1980 la vallée n’était habitée que par quelques familles autochtones qui avaient échappé à l’exode. Elles assuraient des fonctions importantes en surveillant les lieux saints (mazor) et en accueillant leurs confrères qui venaient se recueillir devant les tombes des ancêtres. Les terres désertées de la vallée avaient été partagées entre les kolkhoz des districts voisins de Matča, de Ganča et de Nov dont les habitants avaient accru les troupeaux de moutons en profitant du surplus de pâturages libres (cf. carte 2, tableau 1 et photographie ci-dessous).

Les ruines d’un village yaghnobî

Les ruines d’un village yaghnobî

Photographie de l’auteur

Tableau 1 : Système du peuplement dans la vallée du Yaghnob (1870-1995)

Nombre de foyers selon les années

Numéro sur la carte 2

Nom du village

Altitude (m)

Exposition

Déclivité (en degrés)

1870

1887

1904

1927

1941

1969

1995

1

Xišortov

2 320

S

15

200

35

48

40

80

170

5

2

Farkov

2 400

S

10

0

5

4

3

0

0

0

3

Vorsovut

2 380

N

20

30

12

8

7

20

20

0

4

Muštef

2 400

NE

15

0

0

9

4

0

12

0

5

Margtimayn

2 480

NE

15

20

8

?

5

13

9

1

6

Vaginzoy

2 580

NE

15

30

8

  

4

14

16

1

7

Bidev

2 580

SO

25

15

7

10

7

12

20

2

8

Šaxsara

2 500

N

10

50

10

11

2

6

10

0

9

Šôveta

2 520

N

10

25

13

13

6

18

28

2

10

Dumzoy

2 480

N

20

40

10

10

6

10

12

0

11

Xisokidavr

2 500

N

20

25

12

14

6

17

20

0

12

Čukkat

2 520

NE

15

28

6

6

5

8

12

0

13

Numetkon

2 500

N

15

30

13

14

10

27

7

4

14

Pullarovut

2 750

S

25

11

7

8

12

16

15

2

15

Kaše

2 600

S-SO

25

11

8

8

8

16

20

3

16

Tagi-Činor

2 600

SO

25

27

12

13

13

17

14

6

17

Petep

2 620

S

20

30

17

17

12

29

40

2

18

Garmen

2 700

SO

20

0

0

0

15

22

48

6

19

Simič

2 620

SE

25

0

0

0

10

8

3

0

20

Sokan

2 700

O

20

0

27

4

  

19

13

0

21

Kūl

2 760

S

15

  

22

26

25

40

  

9

22

Dahana

2 620

SE

10

0

0

0

6

9

5

0

23

Piskon

2 560

NE

15

35

36

38

30

29

40

7

24

Navamayn

2 530

NE

15

20

0

0

0

6

  

0

25

Debaland

2 600

N

20

50

14

15

25

37

32

4

26

Tagob

2 640

S

20

0

13

13

15

30

  

0

27

Kanse

2 600

S

20

22

13

26

40

60

100

4

28

Kirënte

2 620

S-SE

20

18

37

40

40

82

90

12

29

Dehkalon

2 680

S

15

40

22

25

20

47

  

0

30

Navobod

2 700

S

20

4

5

7

8

48

  

0

La période actuelle

23Dans les années 1980, certains habitants de la vallée commencèrent à regagner leurs terres natales. Ils y vécurent tout d’abord de façon presque illégale puisque officiellement ils étaient domiciliés ailleurs. Quand les articles de presse consacrés au caractère singulier des Yaghnobîs commencèrent à se multiplier, le comité exécutif régional publia un décret, daté du 30 janvier 1990, qui autorisa le retour dans la vallée.

24Les vingt années d’exil avaient cependant marqué les Yaghnobîs : une nouvelle génération avait été élevée loin de la vallée et elle s’était bien adaptée à la vie dans les régions d’accueil et notamment dans la région de Zafarobad. La plupart des exilés ne cherchait plus à retourner dans la vallée et se contentait simplement de visites estivales en tant que bergers, invités ou pèlerins. Ceux qui prirent la décision de s’y installer définitivement ne reçurent aucun soutien. Après le démembrement de l’URSS et la cessation des subventions leur situation devint intenable.

25Au milieu des années 1990 une configuration économique stable s’était établie dans le Yaghnob : 300 personnes y vivaient et y travaillaient en permanence ; en été elles étaient rejointes par les bergers d’à peu près 23 troupeaux de moutons, de 500 à 600 têtes chacun, qui appartenaient à 700 familles de la région de Zafarobad ; toujours en été la vallée était visitée, pour des durées plus ou moins longues, par environ 300 personnes dont un tiers y possédait un lopin de terre et dont les deux tiers venaient aider leurs parents pendant les travaux agricoles.

26Malgré la grande quantité de terres désertées, les Yaghnobîs restaient très attachés aux parcelles où se trouvaient jadis les maisons et les champs de leurs ancêtres. La quantité de terres disponibles dépassait de loin les capacités des habitants à les cultiver. C’est pour cette raison qu’ils mirent en culture seulement les parcelles d’une superficie satisfaisante, situées sur des pentes douces et proches des habitations.

  • 10 Les grands villages (Kirënte, Kanse) situés à l’extrême est de la vallée sont des villages tadjiks.

27Les hameaux dans la vallée étaient formés le plus souvent d’une ou deux familles10 qui se chargeaient du maintien des tombes et de l’accueil des visiteurs. Chaque famille cultivait à peu près 2 ha de terre. Le rendement moyen de la terre était de 10 quintaux par hectare, ce qui signifie que la production locale ne couvrait pas les besoins des habitants qui achetaient un tiers du blé consommé ailleurs.

28Grâce à la politique « sogdienne », pendant une courte période au début des années 1990, les familles qui revenaient eurent droit à des subventions pour reconstruire ou rénover leurs maisons. Les vols réguliers des hélicoptères avaient repris et un magasin, où on pouvait acheter des produits alimentaires et vendre de la laine et des peaux, avait été rouvert. Mais le démembrement de l’URSS mit fin à ces développements.

29D’une façon générale la diaspora continue à croître tandis que le noyau d’habitants autochtones de la vallée se rétrécit. Les terres yaghnobîs d’autrefois sont exploitées par les bergers venant des régions voisines. Les différences saisonnières dans la vie des habitants s’accentuent. Si quelques familles ne quittent pas la vallée en hiver c’est parce qu’elles doivent s’occuper des troupeaux. La surface des terres cultivées en altitude a diminué, le peuplement est devenu moins dense et les pacages se sont rapprochés des habitations et des parcelles cultivées. La transhumance s’avère plus rentable et beaucoup de Yaghnobîs viennent dans la vallée en été, pour y garder les troupeaux de la région de Zafarobad, mais redescendent en hiver. Ce mode de vie semble plaire aux Yaghnobîs et ils ne sont plus enclins à vivre dans la vallée pendant toute l’année.

La dynamique et la stabilité du milieu du Yaghnob

30La dépendance forte des modes de production au milieu, l’éloignement et l’accès difficile ont entravé le développement du Yaghnob notamment en ce qui concerne la mécanisation et la diversification des activités économiques et le développement d’une infrastructure. L’analyse de l’histoire de l’économie et du peuplement de la vallée montre qu’elle représente un exemple typique de développement périphérique où les interactions entre les activités économiques de l’homme et le milieu naturel sont dans une phase initiale.

31L’équipement de l’agriculture dans la vallée est limité à la houe et à la charrue. L’emploi des tractions animales ou mécaniques est rendu difficile par les pentes raides et les superficies réduites des parcelles cultivées. Rappelons que les essais d’utilisation de machines agricoles avaient déjà échoué à l’époque des subventions soviétiques.

32Les produits agricoles ne sont pas commercialisés. L’économie de subsistance est prédominante et elle sous-tend tout le système de relations entre l’homme et son environnement. L’introduction de l’élevage à petite échelle et la création des petites coopératives laitières dans les années 1960 n’avaient pas donné de résultats. Ces initiatives avaient échoué en grande partie à cause de la longue durée de l’hiver qui imposait la création d’une base fourragère importante afin d’assurer la nourriture du bétail gardé dans des étables.

33L’absence d’infrastructure fait de la vallée du Yaghnob un phénomène unique. Même à l’heure actuelle il n’y a ni électricité, ni routes, ni téléphone, ni télégraphe. Pour aller à l’hôpital ou au marché, les habitants sont obligés soit de marcher à pied soit de monter les ânes pour s’engager dans les sentiers de montagne qui, rappelons-le, ne sont praticables que de mai à octobre. Chaque année pendant six mois la vallée du Yaghnob est coupée du reste du monde et les tentatives pour y entrer ou en sortir pendant cette période sont très risquées à cause des avalanches. Le rêve de tout habitant du Yaghnob reste la construction d’une route reliant la vallée aux régions voisines. L’isolement n’a pas seulement freiné le développement économique du Yaghnob, il a aussi empêché ses habitants d’avoir accès à l’information, à l’instruction et aux soins médicaux.

34L’agriculture pratiquée par les habitants reste très peu diversifiée. Ils cultivent le blé, les petits pois et l’orge qui occupe 90 % des terres. Il n’y a ni horticulture, ni cultures maraîchères. Ce n’est que dans les années 1970 que les Yaghnobîs ont commencé à cultiver les pommes de terre, bien que les premières tentatives datent de 1930. L’élevage continue à jouer un rôle important car il pourvoit les habitants en produits laitiers et en viande, mais son développement est condamné à cause des besoins en fourrage.

35La stratification sociale des habitants est très faible par rapport aux régions voisines. La richesse dépendait traditionnellement tout d’abord de la qualité des terres possédées et ensuite seulement de leur quantité. On considérait comme bonnes les terres qui se trouvaient à proximité des habitations, qui occupaient des terrains à pente douce et qui étaient irriguées. L’inégalité économique a toujours été en quelque sorte neutralisée par les relations familiales (avlod) et par les rapports de voisinage (sada).

36L’isolement extrême a servi de protection face aux cataclysmes sociaux qui secouaient les territoires voisins. Ainsi, au début des années 1990, quand une pénurie de pain s’était installée partout au Tadjikistan, les habitants de la vallée n’en avaient pas souffert car ils cuisaient depuis toujours leur pain et d’une façon générale ils produisaient à peu près 80-90 % des aliments qu’ils consommaient.

37Quant à la situation linguistique on peut la résumer ainsi : à côté d’une langue yaghnobî, il existe « un dialecte yaghnobî » tadjikisé qui est parlé dans les villages à l’ouest et à l’est du centre « sogdien » de la vallée. Le tadjik est la langue des régions de Falgar et de Matča où les toponymes ont pourtant des racines sogdiennes.

38Le mode de peuplement est peu évolué. Les hameaux de la vallée étaient constitués, avant 1970, de dix à douze maisons avec leurs parcelles de terre cultivée. À titre de comparaison, dans les régions voisines, par exemple dans la vallée du Zeravchan et du Karategin, les localités habitées se caractérisent par une stratification altitudinale et se divisent le plus souvent en trois parties – haute (bolo), moyenne (miyona) et basse (poyon) – dont chacune tend à devenir un village à part. Le village de Kūl, qui possède déjà quelques éléments de stratification altitudinale, est une exception dans la vallée du Yaghnob.

39L’univers rude de la montagne laisse très peu de place aux modifications intentionnelles du milieu naturel. L’agriculture est déjà très bien adaptée aux conditions locales. Jusqu’à l’exode de 1970, les habitants de la vallée exploitaient, en fonction des années sèches ou pluvieuses, les différentes expositions des versants pour y créer des champs de cultures pluviales. Jusqu’à nos jours les champs irrigués sont « inscrits » dans le paysage d’une façon qui permet d’éviter les processus d’érosion ou d’éboulement. Ceci est aussi vrai pour les habitations : les hameaux sont situés près de la ligne de faîte et ne sont pas menacés d’avalanches ; ils sont éloignés de la rivière où la neige reste très longtemps et où l’humidité est importante ; ils occupent le plus souvent le versant nord qui est en pente douce et qui est bien pourvu en eau.

40Malgré une longue tradition agricole et des pratiques locales adaptées aux conditions naturelles, les Yaghnobîs font face à plusieurs menaces écologiques. Il existe tout d’abord un risque climatique. Les chutes de neige aux mois de mars et d’avril constituent à peu près 55 % des précipitations annuelles et sont donc un obstacle aux semailles du printemps. En même temps, la quantité infime de précipitations de juin à septembre (10-15 % des précipitations annuelles) et leur répartition inégale aussi bien à l’intérieur des mois que des années (une forte sécheresse se manifeste tous les 4-5 ans) menacent les cultures pluviales qui ont été largement dominantes jusqu’à 1970. Les rendements très bas de ce type de culture (de 8 à 10 quintaux de blé par hectare) rend inévitable la pénurie pendant les années sèches qui affectent également l’élevage dont les produits auraient pu fournir des moyens pour acheter le blé manquant. Si une sécheresse durait quelques années de suite, elle provoquait, à la fin du XIXe et au début du XXe siècles, une émigration spontanée. La prédominance de cultures pluviales est souvent fatale aux villages situés dans la partie haute de la vallée, tandis que l’équilibre entre cultures pluviales et cultures irriguées assure une certaine stabilité aux habitants du centre de la vallée.

41Les chutes de neige de mars – avril provoquent des avalanches. Les glissements de terrain sont aussi fréquents et aussi dangereux surtout qu’ils sont amplifiés par de fréquents tremblements de terre. Le surpâturage est à l’origine de la dégradation de la couverture herbeuse et du tassement du sol ce qui renforce les facteurs érosifs. Ce phénomène mérite une attention particulière. De nos jours, selon nos estimations, les pâturages dans la vallée du Yaghnob accueillent chaque été plus de cent troupeaux de moutons dont un quart seulement appartient aux Yaghnobîs ou à leurs descendants. La couverture herbeuse est particulièrement appauvrie le long des pistes empruntées par les troupeaux transhumants, dans la partie basse de la vallée, de Bidev à Xišortov. Autrefois, le nombre de bêtes dans la vallée dépendait des possibilités d’affouragement en hiver et donc de l’étendue des prairies fauchées qui était cependant limitée. La transhumance ne connaît pas de telles restrictions. Les risques d’avalanches et d’éboulements de même que les processus d’érosion sont donc amplifiés par les activités humaines.

42À l’heure actuelle la vallée n’est pas menacée de surpeuplement car le retour de ses anciens habitants s’est pratiquement arrêté. Si la terre arable est abondante, c’est la main d’oeuvre qui manque. Pourtant le risque d’épuisement des terres existe car les Yaghnobîs qui repeuplent la vallée ne respectent plus les pratiques de l’agriculture traditionnelle. S’ajoute aussi un risque de tension sociale qui se manifeste dans la confrontation entre les modes traditionnels de l’utilisation de l’espace et les innovations importées par la jeune génération qui oublie l’expérience centenaire de ses ancêtres.

43Quoiqu’arrachés à leur milieu naturel par l’exode de 1970, les Yaghnobîs n’aient pas disparu comme groupe ethnique car ils ont su préserver leur réseau social et culturel dans les nouvelles conditions de vie. Cet exode a donc créé un précédent qui apporte matière à réflexion sur les rôles du milieu naturel et du milieu social dans la vie de l’individu. Dans le cas des Yaghnobîs, les composantes sociales se sont avérées plus importantes que les composantes naturelles. Tout en vivant ailleurs, dans des régions éloignées de leur vallée, les Yaghnobîs sont étroitement liés spirituellement et culturellement à leur région d’origine.

Les perspectives de développement

44Les facteurs de développement dont dépend l’avenir de la vallée sont de deux types : intérieurs et extérieurs. Le développement de l’intérieur, qui consisterait en une augmentation de la surface soit des terres cultivées soit des pâturages, ne mènerait qu’à une dégradation encore plus forte du milieu naturel des Yaghnobîs. Le statu quo de la vallée, basé sur une économie de subsistance écologiquement très adaptée, ne serait plus maintenu. L’implantation « douce » de nouvelles techniques agricoles non appropriées aux conditions locales et l’apparition d’une nouvelle génération qui ne veut plus vivre à l’ancienne en seraient les facteurs principaux.

45La construction d’une route pourrait être un facteur extérieur très puissant de développement. Mais elle menacerait à son tour le mode de vie traditionnel des habitants de la vallée. Selon un premier scénario, la nouvelle route approvisionnerait les Yaghnobîs en denrées peu chères (notamment en farine) et elle contribuerait ainsi au déclin de l’agriculture et à l’essor de l’élevage. Mais face à l’impossibilité de nourrir un nombre accru de bêtes en hiver, l’élevage traditionnel serait toujours en position faible face à l’élevage transhumant. Ce dernier a déjà deux conséquences importantes : l’invasion temporaire des terres des Yaghnobîs par des « étrangers » en été et la dégradation des pâturages. Rappelons que plus de 70 % du territoire de la vallée est utilisé comme pacage pour le bétail des régions voisines (Matča, Falgar, etc.). Selon le deuxième scénario la construction d’une route servirait au développement du tourisme. La vallée du Yaghnob deviendrait dans ce cas une sorte de site ethnoculturel grâce auquel les habitants pourraient éventuellement bénéficier d’un meilleur niveau de vie. La singularité de la langue « sogdienne » est déjà devenu un enjeu politique alors que les conditions de vie de ceux qui s’obstinent à rester dans la vallée ne font que se détériorer. Le Yaghnob est transformé actuellement en un réservoir de pâturages pour les troupeaux des régions voisines et une grande quantité de terres arables est abandonnée ou détournée en prairies naturelles. La route tant convoitée, qui n’a été construite qu’à moitié, a été transformée en une piste pour les troupeaux transhumants. La décision officielle d’autoriser le retour des Yaghnobîs dans leur vallée ne répond guère aux revendications de ses habitants. La nouvelle génération n’exprime plus le désir de rester dans la vallée pendant l’hiver et n’est donc plus intéressée par l’économie traditionnelle de subsistance.

  • 11 Buzurukov ; Gunya, 1998.

46Dans ce contexte, les projets visant à la protection du groupe ethnique des Yaghnobîs comme, par exemple, celui de la création d’une réserve ethnique et culturelle dans la vallée11, ne peuvent pas être réalisés sans un plan du développement durable pour la région. En attendant, les Yaghnobîs, comme la plupart de leur compatriotes au Tadjikistan, résistent aux maigres rendements de l’économie de subsistance grâce aux formes traditionnelles de solidarité : la famille étendue et le voisinage.

Carte 1 : Zeravchan, le Yaghnob, et alentour

Carte 1 : Zeravchan, le Yaghnob, et alentour

Carte 2

Carte 2

Sources : Cartes topographiques et observations de l’auteur

Haut de page

Bibliographie

Aminov 1873 – Aminov G. A., Voenno-topografičeskie zametki o mestnosti issledovannoj Iskander-kul’skoj ekspediciej v 1870 godu [Notes topographiques et militaires sur la région prospectée par l’expédition d’Iskanderkūl en 1870]. St. Petersbourg, 1873 ; 105 p.

Andreev 1970 – Andreev M. S. Materialy po etnografii Âgnoba [Matériaux sur l’ethnographie du Yaghnob]. Douchanbe, 1970 ; 192 p., 30 pl.

Bartol’d 1964 – Bartol’d V. V. “K voprosu o âzykah sogdijskom i toharskom [Sur les langues sogdienne et tokharienne]” dans : Sočineniâ [Oeuvres]. Moscou, 1964 ; vol. 2, partie 2 ; pp. 461-770.

Bogolûbov 1956 – Bogolûbov M. N., Âgnobskij (novosogdijskij) âzyk : issledovaniâ i materialy [Le yaghnobî ou néo-sogdien : études et matériaux]. Thèse de doctorat. Leningrad, 1956 ; 1 082 p.

Brežickij 1911 – Brežickij I. A., Kratkie statističeskie dannye [Brèves données statistiques], [s.l.], 1911.

Buškov 1988 – Buškov V. I., Naselenie severnogo Tadžikistana : formirovanie i rasselenie [La population du Tadjikistan du nord : formation et modes d’occupation du territoire]. Thèse du doctorat, Moscou, 1988.

Buškov 1991 – Buškov V. I., “Tadžikskij avlod tysâčeletie spustâ [Le avlod tadjik mille ans plus tard]”, Vostok [Orient], N° 5, 1991.

Buzurukov 1997 – Buzurukov A. ; Gunya A., “At Critical Juncture” in : Surviving Together, vol. 15, issue 1, spring 1997 ; pp. 25-27.

Capus 1883 – Capus G., “Das Jagnau-Thal und seine Bewohner”, Petermanns geographische Mitteilungen, 29, 1883 ; pp. 93-102.

Capus 1892 – Capus G., À travers le royaume de Tamerlan (Asie centrale). Paris : A. Hennuyer, 1892 ; 434 p. Pour les matériaux yaghnobîs, cf. pp. 258-279.

Danilova 1998 – Danilova L. V., “Tradicionnyj opyt prirodopol’zovaniâ i sovremennost’ [Les modes traditionnels d’exploitation du milieu naturel et la modernité]” dans : Tradicionnyj opyt prirodopol’zovaniâ v Rossii [Les modes traditionnels d’exploitation du milieu naturel en Russie]. Moscou : Nauka, 1998 ; pp. 4-17.

Gunya 2002 – Gunya A., The Yaghnob Valley : Nature, History and Chances of a Mountain Community Development in Tadjikistan. Moscow : KMK Scientific Press Ltd., 2002 ; 108 p.

Hromov 1969 – Hromov A. L., Istoriko-lingvističeskie issledovaniâ Âgnoba i verhnego Zeravšana [Études historique et linguistique du Yaghnob et du haut Zerafchan]. Thèse de doctorat, Douchanbe, 1969.

Junker 1930 – Junker H. J., Arische Forschungen. Yaghnobi-Studien I. Die sprachgeographische Gliederung des Yaghnob-tales. Leipzig, 1930.

Kun 1881 – Kun A. A., “Svedeniâ o Âgnobskom narode [Renseignements sur le peuple du Yaghnob]”, Turkestanskie vedomosti [Bulletin du Turkestan], N° 3-4, 1881.

Mallickij 1924 – Mallickij N. G., “Âgnobcy [Les Yaghnobîs]”, Izvestiâ Turkestanskogo otdela Russkogo Geografičeskogo Obŝestva [Bulletin de la section turkestanaise de la Société russe de géographie], tome 17, 1924 ; pp. 165-178.

Mejendorf 1975 – Mejendorf G., Putešestvie iz Orenburga v Buharu [Voyage d’Orenbourg à Boukhara], Moscou : Nauka, 1975, 180 p.

Meyendorff 1826 – Meyendorff G., Voyage d’Orenbourg à Boukhara, fait en 1820… rédigé par M. le baron Georges de Meyendorff. Édité par Pierre Jaubert. Paris : Dondey-Dupré père et fils, 1826 ; 508 p.

Sobolev 1874 – Sobolev L. N., Geografičeskie i statističeskie svedeniâ o Zeravšanskom okruge s priloženiem spiska naselënnyh mest okruga [Renseignements géographiques et statistiques sur le district du Zeravchan avec une liste des lieux habités]. St. Petersbourg, 1874 ; 561 p.

Virskij 1890 – Virskij M. M., Sbornik materialov dlâ statistiki Samarkandskoj oblasti za 1887-1888 god [Recueil de matériaux statistiques sur l’oblast’ de Samarkand pour les années 1887-1888]. Samarkand, 1890 ; 444 p.

Virskij 1906 – Virskij M. M., Spisok naselënnyh mest Samarkandskoj oblasti v 1904-1905 gg. [Liste des lieux habités de l’oblast’ de Samarkand en 1904-1905]. Samarkand, 1906 ; 117 p.

Haut de page

Notes

1 Cf. Danilova 1998.

2 La conception du milieu naturel des Yaghnobîs a été décrite dans Gunya 2002.

3 Mejendorf 1975. Pour l’édition française cf. Meyendorff 1826 (Note de l’éd., Sv. J.)

4 Brežickij 1911.

5 Capus 1883. On peut trouver les matériaux yaghnobîs de Guillaume Capus en français dans Capus 1892 (Note de l’éd., Sv. J.)

6 Bartol’d 1926.

7 Cf. Buškov 1991.

8 Correspond à la région de Zafarobad.

9 Cf. Buškov 1988.

10 Les grands villages (Kirënte, Kanse) situés à l’extrême est de la vallée sont des villages tadjiks.

11 Buzurukov ; Gunya, 1998.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Un sentier dans le Yaghnob
Crédits photographie de l’auteur
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Les ruines d’un village yaghnobî
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Carte 1 : Zeravchan, le Yaghnob, et alentour
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Carte 2
Crédits Sources : Cartes topographiques et observations de l’auteur
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/697/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

A. N. Gunâ, « Dynamique et stabilité de la communauté montagnarde du Yaghnob (Tadjikistan du Nord) », Cahiers d’Asie centrale, 11/12 | 2004, 161-178.

Référence électronique

A. N. Gunâ, « Dynamique et stabilité de la communauté montagnarde du Yaghnob (Tadjikistan du Nord) », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 11/12 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/697

Haut de page

Auteur

A. N. Gunâ

Chercheur à l’Institut de géographie de l’Académie des sciences de Russie, gunyaa@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org