Navigation – Plan du site
Dossier

Le passé et le présent des populations du Pamir occidental

Valentin Buškov et Tohir Kalandarov
Traduction de Kirill Kuzmin
p. 103-118

Texte intégral

1Cet article est consacré à la démographie et à la vie économique et religieuse des populations du Pamir occidental qui vivent de nos jours dans la région autonome du Haut Badakhshân (Gorno-Badahšanskaâ avtonomnaâ oblast’). Ces populations occupent des hautes vallées difficiles d’accès situées sur les affluents droits du Panj et se divisent en : Yazghulâmîs ; Rushânîs, avec le groupe local des Hufîs ; Shughnîs, avec le groupe local des Bajuwîs ; Bartangîs, avec le groupe local des Rôshôrvîs ; Ishkâshimîs et Wakhîs. Il était commun autrefois de définir ces populations comme pripamirskie « cis-pamiriennes » ce qui est inexact à notre avis.

2La situation ethnolinguistique au Pamir occidental est complexe et elle est sujette à des changements constants. Les populations en question ont des langues distinctes qui ne sont pas intercompréhensibles. De nos jours la majorité des Ishkâshimîs parle le tadjik sauf ceux du village de Ryn qui ont conservé leur langue et qui se font appeler Rynîs et non pas Iškošumī, une dénomination réservée à leurs confrères tadjikophones. Les habitants de la vallée du Vanj, les Vanjîs, ont conservé en partie leur identité ethnique bien qu’ils aient été assimilés au milieu du XIXe siècle par les Tadjiks et aient donc adopté leur langue. Les Goronîs qui forment une enclave entre les Shughnîs et les Ishkâshimîs ne sont pas des Pamiriens mais des Tadjiks venus autrefois de l’Afghanistan.

3Les populations du Pamir occidental se répartissent de la façon suivante : les Yazghulâmîs habitent dans la vallée de la rivière Yazgulâm ; les Rushânîs et les Hufîs dans la basse vallée du Bartang et dans la vallée du Huf, un affluent du Bartang ; les Bartangîs vivent dans la moyenne vallée du Bartang tandis que les Rôshôrvîs en occupent la partie haute ; les Shughnîs et les Bajuwîs sont concentrés dans les bassins des rivières Gunt et Šohdara ainsi que dans la vallée du Panj où on trouve aussi les Goronîs ; à l’endroit où le Panj tourne au nord-est et dans les régions qui se trouvent en aval habitent des Ishkâshimîs, tandis que les Wakhîs vivent en amont [cf. Carte].

Carte schématique de la distribution des populations des Pamirs

Carte schématique de la distribution des populations des Pamirs

Aperçu démographique

4D’après les sources, environ la moitié de Pamiriens réside de façon permanente soit dans d’autres régions du Tadjikistan, surtout à Douchanbe, soit en Russie, le plus souvent à Moscou. Le nombre d’habitants du Pamir occidental ainsi que le nombre de foyers pamiriens sont présentés dans les tableaux 1, 2a et 2b.

  • 1 Le tableau a été composé d’après : Latypov 1958, pp. 52-56 ; Muhiddinov 1984, p. 25 ; Iskandarov 19 (...)

Tableau 11
La population du Haut Badakhshân au XXe siècle
(en milliers de personnes)

  

  

ANNÉES

Divisions adminis-
tratives
actuelles

Régions
historiques

1902

1910-

1914

1917

1925

1926

1932

1959

1970

1979

1989

1997

Région autonome
du Haut Badakhshân

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

Région de
Darvoz

Font partie de la principauté

18.7

11.5

  

  

13.1

12.7

  

  

  

17.2

23.2

Région de Vanj

(bekstvo) de Darvâz*

3.8

4.8

  

  

8.5

9.1

  

  

  

21.0

26.6

Région de Rušon

Royaume de Rushân

5.9

  

4.0

5.5

8.2

9.2

  

  

  

18.7

23.4

Région de Šuġnon

Royaume de

5.7

  

11.7

14.3

12.6

13.2

67.6

90.9

118.3

71.1

65.2

Région de Roštqala”a

Shughnan

  

13.3

  

  

  

  

  

  

  

  

24.1

  

Royaume de Goron

1.0

  

1.1

1.7

1.7

2.0

  

  

  

  

  

Région d’Iškošim

Royaume d’Ishkâshim

  

  

  

  

  

  

  

  

  

20.1

24.6

  

Royaume de Wakhân

1.5

  

2.2

3.7

3.8

4.3

  

  

  

  

  

Région de Murġab

Canton (uezd) de Murġab

2.3

2.5

2.7

3.2

2.7

4.7

5.4

6.9

8.5

13.1

16.3

Total

38.9

32.1

21.7**

28.4

50.6

55.2

73.0

97.8

126.8

161.2***

203.4

* Pour la principauté de Darvâz les chiffres concernent la fin du XIXe siècle.
** Ce total est donc exact car nous disposons des données indépendantes pour l’année 1917 qui donnent le chiffre de 22 130 personnes sans tenir compte de la population de Darvâz, cf. Pankov 1925, p. 83.
*** Dans nos sources les chiffres totaux pour les années 1989 et 1997 ne correspondent pas aux calculs par région. Pour 1989 le chiffre total est de 164 300, alors que le calcul par régions donne 161 200; pour 1997, le calcul par régions donne 203 400 personnes alors que le chiffre total est de 204 000. Ces observations critiques s’adressent à l’agence statistique d’état de la république du Tadjikistan.

  • 2 D’après : Tadjikistan 1927, pp. 6, 16-19, 80-82 ; Iz istorii kollektivizacii sel’skogo bozâjstva i (...)

Tableau 2a : Le nombre de foyers dans la région autonome du Haut Badakhshân (RAHB) – 1925-19382

  

1925

1926

1931

1932

1935

1936

1938

Tadjikistan

  

188 398

205 333

213 467

198 875

196 178

198 311

RAHB

  

7 556

7 522

7 820

6 982

10 936

9 404

Pamir occidental sans le Vanj

3 032

3 230

  

3 535

  

  

  

Pamir occidental avec le Vanj

  

4 175

  

4 866

  

  

7 259*

Pamir oriental

678

570

  

987

  

  

  

RAHB

sans le Darvoz

3 710

3 700

4 822

4 522

3 412

5 571

  

Tableau 2b : Proportions en 1926-1938

  

1925

1926

1931

1932

1935

1936

1938

RAHB sur le Tadjikistan

  

4.9 %

  

4.2 %

  

  

4.7 %

Pamir occidental sur le Tadjikistan

  

2.8 %

  

2.4 %

  

  

3.7 %

Pamiriens sur la population de la RAHB

  

50 %

64.1 %

57.8 %

48.9 %

50.9 %

  

*En 1937 la région de Vanj a été incluse dans la RAHB. Cette région avait fait partie de la RAHB entre 1926-1930 lorsqu’elle avait été séparée du district de Garm.

5Il faut souligner le fait qu’il n’existe pas de recensements exacts des Pamiriens. D’après celui de 1939, 37 960 personnes avaient désigné l’une des langues pamiririennes comme langue maternelle, tandis qu’en 1959 ce chiffre s’élevait déjà à 42 400 personnes. À en juger par les résultats du recensement de 1959, le nombre de représentants par population a été calculé de façon approximative. Cette estimation ne peut pas être considérée comme fiable pour deux raisons au moins.

6Premièrement, les Bajuwîs, les Rôshôrvîs et les Ishkâshimîs tadjikophones (Iškošumī) n’avaient pas été pris en compte. Deuxièmement, malgré le fait que le nombre de personnes qui considéraient l’une des langues pamiriennes comme langue maternelle fût connu (42 400), le nombre total de Pamiriens s’avéra égal à 34 000 personnes seulement. La suite des calculs est présentée dans le Tableau 3.

Tableau 3 : Les populations pamiriennes de la région autonome du Haut Badakhshân

  • 3 Dans les colonnes concernant les années 1895-1900 et 1917 le nombre d’habitants a été calculé sur l (...)
  • 4 Le nombre de foyers indiqué par le numérateur, 171, comprend aussi 30 foyers habitant dans la basse (...)

  

ANNÉES

Populations

1895 19003

1917

1926

1932

1943

1959

Yazghulâmîs

133

-

418

462

-

-

  

1 050

-

3 289

2 996

-

1 600

Rushânîs

-

350

614

674

-

-

  

-

2 100

4 351

4 761

-

1 700

Hufîs

68

100

126

146

1714

--

  

408

600

762

849

-

1 200

Bartangîs

-

256

362

376

-

-

  

-

1 536

2 282

2 581

-

2 000

Rôshôrvîs

-

50

58

62

-

-

  

-

300

455

490

-

-

Shughnîs

-

903

1 498

1 672

-

-

  

-

5 418

12 632

13 736

-

20 000

Bajuwîs

19

-

55

62

-

-

  

114

-

353

424

-

-

Rynîs

-

-

35

38

-

-

(Ishkâshimîs)

-

-

258

277

-

500

Goronîs

-

-

106

97

-

-

  

-

-

856

899

-

-

Iškošumī

-

-

81

86

-

-

(Ishkâshimîs)

-

-

648

743

-

-

Wakhîs

-

-

712

869

-

-

  

-

-

5 131

8 011

-

-

Total

-

-

3 959

4 447

171

-

  

-

-

30 161

34 073

-

27 000

Vanjîs

272

-

712

869

-

-

  

3 800

-

5 131

8 011

-

-

Total

-

-

4 777

5 413

-

-

  

-

-

36 148

43 783

-

-

  • 5 D’après : Kuškeki 1926 ; Andreev 1958, pp. 282-283 ; Tadjikistan 1932 ; Monogarova 1972, pp. 11-12  (...)

Le numérateur indique le nombre de foyers et le dénominateur le nombre d’habitants5.

7Une estimation du nombre approximatif de Pamiriens de nos jours peut être faite de deux façons différentes. Premièrement, il est possible de déduire leur nombre du nombre total de la population du Haut Badakhshân. Dans ce cas-là, compte tenu de la proportion connue des populations pamiriennes dans le Haut Badakhshân (environ 55 % en 1931), leur nombre en 1997 avoisinerait 113 300 personnes. Ce nombre paraît correspondre presque exactement au nombre de gens qui ont désigné une des langues pamiriennes comme langue maternelle lors du recensement du 1989, c’est-à-dire plus de 101 000 personnes. L’écart entre les deux chiffres est admissible (moins de 10 %).

  • 6 Divisions administratives actuelles (Note de l’éd.).

8En second lieu, le calcul est possible par régions, puisque les conditions géographiques du Haut Badakhshân obligent les Pamiriens à rester isolés dans des vallées difficiles d’accès. En se basant sur ce fait, on peut déterminer le nombre d’habitants de la région d’Iškošim6 qui est peuplée exclusivement de Wakhîs, d’Ishkâshimîs et de Goronîs. Ce nombre est d’environ 25 000 dont 2 500 Goronîs, 3 500 Ishkâshimîs et 19 000 Wakhîs. Dans les régions de Šuġnon et de Roštqal”a, il y avait 65 500 habitants en 1997 dont environ 3 % de Bajuwîs, ce qui représente à peu près 2 000 personnes. Les chiffres ici sont approximatifs, car le nombre d’habitants de Xoruġ, la capitale du Haut Badakhshân, augmentait aussi grâce à l’arrivée des Tadjiks, des Ouzbeks, des Kirghiz et des Russes. Le nombre de Russes n’y est pas important et nous n’en tenons pas compte ici. En supposant que la plupart des Bajuwîs vivent dans la vallée du Bajuw, on peut conclure que la majeure partie des habitants de Xoruġ est constituée de Shughnîs. Ils sont plus de 61 000 dans les vallées du Gunt et du Šohdara, tandis que leur nombre à Xoruġ est d’environ 23 000 ce qui fait un total de 84 000 personnes. Dans la région de Rušon on trouve des Rushânîs, des Hufîs, des Bartangîs et des Rôshôrvîs. En tenant compte de leurs proportions en 1931, on obtient les chiffres suivants pour 1997 : 12 800 Rushânîs, 2 300 Hufîs, 6 900 Bartangîs et 1 400 Rôshôrvîs. Il est fort probable qu’il y ait environ 7 200 Yazghulâmîs et 19 400 Vanjîs dans la région de Vanj qui comptait au total 26 600 habitants en 1997.

9Ainsi, il s’avère que le nombre de Pamiriens en 1997, calculé par la déduction de leur nombre du nombre total d’habitants du Haut Badakhshân, ne correspond pas au nombre de Pamiriens obtenu par le décompte par région. Il est difficile d’expliquer cet écart d’une façon convaincante. Il paraît clair cependant que le nombre de Pamiriens calculé par région est très élevé. Quelle en est la raison ?

10Tout d’abord, dans les années 1950, beaucoup de Pamiriens avaient été transférés de force dans les plaines du Tadjikistan, essentiellement dans la région de Qūrġonteppa. Le nombre de personnes déplacées n’est pas connu, celui des gens qui sont revenus plus tard sur leurs terres d’origine non plus. Ensuite, l’assimilation des montagnards par les Tadjiks s’est poursuivie pendant toute cette période et elle a été particulièrement intense dans les régions de Vanj et de Rušon, ainsi que dans la capitale Xoruġ. Ce processus n’a pas été encore étudié. Enfin, dès le début de la guerre civile au Tadjikistan en 1992 les Pamiriens sont rentrés en masse dans le Haut Badakhshân. Rappelons aussi que dans les années 1990, et surtout après le démembrement de l’URSS et la détérioration de la situation économique, un ralentissement important de l’accroissement naturel de la population a été observé aux Pamirs.

  • 7 Sans tenir compte des régions de Darvoz et de Murġab.

11Compte tenu de tout ce qui a été décrit ci-dessus, il paraît probable que le nombre de Pamiriens qui ont conservé leur identité ethnique et religieuse se situe actuellement entre 120 000 et 130 000 personnes. En 2002, ils habitaient 313 villages et une ville7.

La situation économique

12Le niveau de vie des habitants des Pamirs s’est beaucoup détérioré après le démembrement de l’URSS. Le retour massif d’émigrés à la fin des années 1980 en est l’une des raisons principales. Les données comparatives citées ci-dessous montrent que l’agriculture pratiquée au Pamir occidental au début du XXe siècle était plus rentable qu’à la fin du même siècle. Quoique les sources soient fragmentaires, elles montrent qu’en 1902 la récolte des céréales et des légumineuses au Pamir occidental assurait 150 kg de denrées par personne et par an. Les terres cultivées étaient insuffisantes et chaque habitant disposait en moyenne de 0,23 ha. Toujours en 1902, chaque habitant possédait en moyenne 5,86 têtes de bétail.

13En 1986, la production de céréales ne représentait que 22,6 kg par habitant et on ne comptait que 1,78 têtes de bétail par habitant. Le régime alimentaire par tête d’habitant comprenait 1,13 kg de pommes de terre, 1,5 kg de légumes, 7,7 kg de fruits et de baies, 0,11 kg de raisin, 0,12 kg de plantes potagères, 30,2 kg de viande et 30,7 kg de lait. De 1986 à 1997, le nombre de têtes de bétail dans le Haut Badakhshân baissa encore pour passer de 74 300 à 70 900 pour le gros bétail et de 343 200 à 225 400 pour le petit bétail.

14A titre de comparaison, pour le reste du Tadjikistan en 1997 la production par habitant et par an était de : 86,6 kg de céréales ; 9,68 kg de pommes de terre ; 50,1 kg de légumes ; 18,4 kg de fruits et de baies ; 16,4 kg de raisin ; 8,9 kg de plantes potagères ; 8,4 kg de viande ; 36,5 kg de lait et un œuf par personne et par an.

  • 8 PRDP – Pamir Relief and Development Program.
  • 9 MSDSP – Mountain Society Development Support Program.

15L’aide aux populations des Pamirs commença dès 1993 quand, malgré les conditions éprouvantes de la guerre civile, une représentation de la Fondation Aga Khan ouvrit ses portes à Xoruġ. Un premier plan d’action, le « Programme d’aide et de développement des Pamirs8 », fut suivi par le « Programme d’aide au développement des régions montagneuses9 ». L’aide humanitaire commença à être acheminée et elle arriva au bon moment, car pendant la guerre civile au Tadjikistan les Pamiriens s’étaient trouvés de facto isolés du reste du pays. En 1998, 12 tonnes de farine avaient été distribuées, ainsi que 1 500 tonnes d’huile, 2 135 tonnes de lait en poudre, 987 tonnes de lentilles et 178 tonnes de blé. Il est à noter que ces denrées étaient destinées non seulement aux ismaéliens mais aussi aux représentants des autres religions, notamment aux musulmans sunnites et aux chrétiens.

16De nos jours la population du Haut Badakhshân n’arrive pas à subvenir à ses besoins alimentaires. Vers la fin des années 1990, il s’est avéré que les programmes du développement ne donnaient guère de résultats : l’extrême fractionnement des parcelles de terre labourable rendait impossible l’utilisation des technologies agricoles modernes. Les habitants des Pamirs devaient affronter plusieurs problèmes : la migration saisonnière des travailleurs, qui existait déjà par le passé, mais aussi l’immigration, même s’il ne reste plus de terrains inoccupés qui conviennent à l’agriculture. Dès 1992, le nombre de chômeurs dans le Haut Badakhshân avait atteint 40 000 personnes sur les 175 000 qui y habitaient. Une proportion importante de la population travaille actuellement de façon quasi-permanente en Russie et au Kazakhstan. D’après les estimations de l’association « Noor », fondée par la communauté ismaélienne de Moscou, le nombre d’immigrants ismaéliens dans la capitale russe avoisinait 5 000 personnes en juillet 2002 et elles étaient employées le plus souvent sur les chantiers de construction. Même si la situation des travailleurs étrangers dans les villes russes est très difficile (harcèlement par les forces de l’ordre, agressions par les membres de groupes nationalistes ou néonazis, etc.), leur nombre ne diminue pas, car le travail en Russie leur fournit au moins des moyens d’existence. De plus, pour la plupart des travailleurs immigrés c’est la seule façon de sauver de la misère leurs familles restées aux Pamirs.

  • 10 Niâzi 1997, p. 22.

17De nos jours, malgré le calme relatif qui s’est instauré dans le Tadjikistan, le niveau de vie des ismaéliens reste très bas. En même temps, leur nombre s’accroît grâce à une forte natalité. Ces dix dernières années, il y a eu plus d’une vingtaine de décrets sur le développement social et économique des Pamirs, mais aucun n’a donné de résultats pratiques10.

Les parcours de l’ismaélisme pamirien

  • 11 Cf. Semenov 1912 , 1919, 1926, 1927 ; Zarubin 1917 ; Bertel’s 1959 ; Petruševskaâ 1966 ; Arabzoda 1 (...)

18Mis à part un certain nombre de Yazghulâmîs et de Vanjîs, les populations du Pamir occidental sont ismaéliennes. L’ismaélisme y a été introduit aux Xe-XIe siècles. L’un de ses plus fervents propagateurs fut le philosophe persan Nâsir-i Khusraw (1004-1088) connu au Pamir occidental comme « l’apôtre ». Ce rameau du chiisme a joué, et joue encore de nos jours, un rôle important dans la quête identitaire des montagnards. L’histoire de l’ismaélisme et sa doctrine religieuse ont été décrites dans les travaux des chercheurs tadjiks, russes et occidentaux11 et nous ne traiterons ici que des événements qui peuvent aider à mieux comprendre les particularités confessionnelles des gens du Pamir occidental.

19Les ismaéliens, de même que les chiites dans leur ensemble, soutiennent qu’après la mort du Prophète, son cousin et gendre ‘Alî devint le premier imâm « guide spirituel de la communauté musulmane » et que l’imâmat, c’est-à-dire la direction spirituelle, revient aux descendants d’‘Alî. Conformément à la doctrine et à la pratique chiites, c’est l’imâm qui choisit son successeur parmi ses descendants. L’imâm ismaélien actuel, Aga Khan IV a hérité l’imâmat le 11 juin 1957 de son grand-père.

20Dès l’apparition de l’ismaélisme, ses adeptes ont été soumis à des persécutions de la part des musulmans sunnites. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, la situation des ismaéliens du Pamir occidental est restée très peu connue à cause de l’inaccessibilité de leur pays. Ce n’est qu’après l’annexion des Pamirs à l’empire russe en 1895 que les renseignements sur cette région se sont fait plus nombreux.

21En 1918-1919, les Soviets instaurent leur pouvoir aux Pamirs. Comme ailleurs, ils s’engagent dans une lutte contre la religion en essayant d’éradiquer l’idéologie et les pratiques ismaéliennes. Des guides religieux ainsi que de simples adeptes ont été soumis à des répressions injustifiées qui se sont poursuivies même après l’intégration des Pamirs à la république du Tadjikistan en 1925.

22L’année 1936 marque un nouveau tournant dans l’histoire des ismaéliens. Le pouvoir central à Moscou, ainsi que le parti communiste et le gouvernement du Tadjikistan, particulièrement inquiets de la proximité géographique avec l’Afghanistan, ferment la frontière ce qui entraîne la rupture des liens familiaux, culturels et religieux des habitants du Pamir occidental avec le reste du monde ismaélien.

23La vie spirituelle des Pamiriens est régie par des khalîfa qui sont les guides spirituels des communautés locales. Leurs compétences s’étendent à tous les rites de passage : naissances, mariages, funérailles. Dans les années 1930, les autorités interdirent aux khalîfa d’être présents aux funérailles et d’y lire les prières. Les ismaéliens croient cependant que sans rite et sans prière l’âme du défunt ne trouve pas de repos. Des agents des services de sécurité et de simples dénonciateurs veillaient à ce que les khalîfa ne puissent pas accomplir leur mission. Malgré le risque d’être dénoncés, ces derniers enfreignaient souvent cette interdiction. Un témoignage curieux nous a été raconté à ce propos par Savlatmo Šonabieva, née en 1945, du village de Bidiz, région de Roštqal”a. Le père de Gulbek, khalîfa actuel du village, s’appelait Šofozil et était, lui aussi, un khalîfa. Il ne refusait jamais son soutien spirituel. Une fois, il fut appelé dans une maison où il y avait un défunt et où il devait assurer les rites et les prières. Šofozil comprenait bien que si un dénonciateur le voyait se rendre à une maison en deuil, il risquait d’avoir beaucoup d’ennuis. C’est alors que les parents du défunt trouvèrent une solution : ils mirent le khalîfa dans une grande corbeille qui servait d’habitude à transporter des objets lourds, et l’apportèrent à la maison. Plusieurs récits de ce genre témoignent du courage des khalîfa pendant la période stalinienne.

24De 1930 à 1960, quand la lutte contre la religion a été particulièrement virulente, toute écriture arabe découverte dans la maison d’un ismaélien pouvait servir de prétexte pour l’accuser « d’actions anti-soviétiques ». Les habitants devaient donc cacher leurs livres et manuscrits religieux et ils les enterraient d’habitude aux abords des villages. Certaines de ces richesses ensevelies réapparaissent de nos jours. En 1998, les habitants du village de Tavdem, région de Roštqal”a, se mirent à la recherche de matériaux pour construire une tombe. En soulevant une pierre, l’un d’entre eux découvrit une caisse en bois qui contenait des livres et manuscrits religieux.

25Selon la tradition ismaélienne, on escorte l’âme du défunt en chantant avec accompagnement des instruments traditionnels tels que le rubâb, le tanbûr (tous les deux sont des instruments à cordes) et le daf (un instrument à percussion). Le rituel est appelé madohoni, ce qui veut dire « éloge », et il est obligatoire pour les ismaéliens du Pamir occidental.

26Le madohoni comprend quatre parties. La première partie (zil) se caractérise par des chants lents accompagnés au rubâb ; un chanteur (madohon) interprète des éloges (qasida) adressées au prophète Mohammed, à ses quatre parents vénérés par les ismaéliens, aux imâms et aux défenseurs de la foi. Les éloges les plus répandus parmi les Pamiriens sont ceux consacrées aux guerres d’‘Alî contre les infidèles et à ses victoires sur les « géants » (dev).

27La seconde partie (haydari) se distingue par des chants plus rapides avec accompagnement au tanbûr et au daf. Le madohon est rejoint par d’autres chanteurs qui reprennent le refrain avec lui. Ils peuvent parfois chanter en alternance, par exemple l’un chante la première strophe de l’éloge, une autre la deuxième et ainsi de suite. Pendant cette partie on chante surtout des poèmes panégyriques (madhiâ) des auteurs classiques (Shamsi Tabrîz, Jalâl ad-Dîn Rûmî, Hâfiz) ou bien des oeuvres des poètes locaux (Šofitur et Muborak Vaxonî).

28Lorsque les chanteurs atteignent le point culminant, ils changent brusquement de rythme et passent à la troisième partie pendant laquelle on chante des ruboī, quatrains dédiés aux saints ismaéliens. De l’interprétation des ruboī, on passe harmonieusement à la quatrième partie appelée sitoiš « glorification » qui comprend, comme la deuxième partie, des poèmes panégyriques qui ont cependant des mélodies différentes. À la fin du rituel, les gens de l’assistance engagent des conversations sur des sujets religieux ou commentent les chants. Il est possible que sur leur demande les madohon entament un deuxième cycle de chants en choisissant des thèmes différents.

29À l’époque soviétique, lorsque la pratique de la religion était interdite, les madohoni représentaient le moyen unique de propagation des valeurs spirituelles et religieuses. Les autorités locales avaient fait plusieurs tentatives pour les éradiquer, sans y parvenir dans la pratique. Elles décidèrent alors de substituer au contenu religieux des textes faisant l’éloge du parti communiste et du régime soviétique. Cette expérience a échoué, en laissant derrière elle beaucoup d’anecdotes, et il convient d’en citer une. Lors d’un madohoni, un chanteur célébrait Nâsir-i Khusraw, l’apôtre des ismaéliens du Pamir occidental. Soudain, des inconnus entrèrent dans la maison. Sans hésitation, le chanteur remplaça le nom de Khusraw par celui de Lénine.

30Avec la Perestroïka, les rapports de l’État avec la religion ont changé et après le démembrement de l’URSS la lutte contre la religion s’est d’abord affaiblie pour disparaître ensuite. L’espace post-soviétique a connu une renaissance religieuse qui a pris des formes différentes d’une région à l’autre. Dès le début des années 1990 elle se manifesta aussi aux Pamirs. L’intérêt des Ismaéliens envers leur culture traditionnelle et leurs croyances ancestrales devint encore plus prononcé.

  • 12 ITREC – Ismaili Tariqa and Religious Education Committee.

31La visite de l’imâm Aga Khan en mai 1995 marqua une étape nouvelle dans la vie religieuse des ismaéliens. En 1995, il ouvrit à Xoruġ un bureau de coopération dans le domaine de l’éducation et créa un Comité de la voie ismaélienne et de l’éducation religieuse12, responsable de la coopération avec les guides spirituels, la collecte des manuscrits et l’aide pédagogique et religieuse aux écoles secondaires du Haut Badakhshân.

32Les activités de ce comité dans le domaine de l’éducation se multiplient de jour en jour. Dès la deuxième année de leurs études secondaires, les écoliers suivent un cours spécifique, intitulé Ta”lim « Éducation », où est enseignée une nouvelle matière Axloq va ma”rifat « Éthique et études ». Les manuels pour ce cours sont publiés à Londres par l’Institut d’études ismaéliennes et diffusés gratuitement dans les écoles du Haut Badakhshân. La nouvelle matière est enseignée une ou deux fois par semaine. Les enseignants suivent des cours de formation organisés par le Comité de la voie ismaélienne. Il est à noter que les enseignants sont des volontaires qui ne perçoivent pas de rémunération supplémentaire pour leur participation à ce programme.

33Donnons un aperçu du contenu du manuel pour les élèves en deuxième année d’études secondaires. Le manuel porte le titre Xudoī ofarinanda « Dieu créateur » et il comprend trois chapitres dont le premier est intitulé Ofarinanda « Créateur » et contient un récit de la création de l’Univers par Dieu. Il s’y trouve une citation de la sourate 22 du Coran comme preuve que toute la nature chante la gloire du Dieu. Le second chapitre s’appelle Xudoī bahšanda « Dieu miséricordieux » et porte sur la clémence du Dieu envers les humains. Il donne également des citations du Coran. Le troisième chapitre est intitulé Xudoī âkto « Dieu unique » et il prend la forme d’un recueil de citations du Coran démontrant le caractère unique du Dieu. Les textes du manuel sont écrits dans une langue accessible aux enfants des classes primaires et ils sont accompagnés de dessins. La réalisation du programme décrit ci-dessus est un signe du regain d’intérêt envers la doctrine ismaélienne.

  • 13 La Fondation soutient déjà des étudiants à qui elle octroie des bourses pour poursuivre leurs étude (...)

34La Fondation Aga Khan projette d’ouvrir à Xoruġ une université des études des populations montagnardes13. Les exigences académiques de cette université, son programme d’études, son corps d’enseignants et d’étudiants seront conformes aux normes internationales. Une attention particulière sera portée à l’enseignement à distance, à l’utilisation des nouvelles technologies d’information et de communications. Les professeurs, les étudiants et les membres du personnel technique seront soigneusement sélectionnés. L’enseignement sera dispensé essentiellement en anglais. Le programme de maîtrise sera centré sur le développement durable de la région avec des cours en géologie, industrie minière, hydrologie, séismologie, écologie de la montagne, gestion et protection des ressources naturelles, agriculture de haute montagne et économie. Un programme pluridisciplinaire (cursus de licence) comprendra des cours sur des matières aussi variées que la sylviculture, l’ingénierie de l’environnement, l’agronomie, le génie civil, l’industrie minière, l’énergétique, l’informatique, l’économie, la gestion d’une entreprise, la comptabilité, la sociologie, les langues régionales, l’anthropologie, l’histoire, la philosophie et l’éthique.

  • 14 Communiqué de presse diffusé à l’occasion de la rencontre entre le Président du Kirghizstan A. Akae (...)

35Les populations des régions montagneuses, d’après Aga Khan, traversent une période d’extrême misère et d’isolement où les libertés de choix sont très limitées. Mais elles sont porteuses d’un pluralisme linguistique, culturel, ethnique et religieux qui démontre une résistance hors pair face aux conditions de vie très dures14.

Haut de page

Bibliographie

Andreev 1958 : Andreev M. S., Tadžiki doliny Huf (verbov’â Amu-Dar’i) [Les Tadjiks de la vallée du Huf (Haut Amou Darya)]. Stalinabad : AN Tadžikskoj SSR, 1958, fasc. 2.

Arabzoda 1997 : Arabzoda N., Ismailitskaâ filosofiâ Nosira Husrava [La philosophie ismaélienne de Nâsir-i Khusraw]. Douchanbe, 1997.

Bertel’s 1959 : Bertel’s A. E., Nasir-i Hosrov i ismailizm [Nâsir-i Khusraw et l’ismaélisme]. Moscou, 1959 ; 290 p.

Daftary 1990 : Daftary F., The Isma’ilis : History and Doctrines. Cambridge University Press, 1990 ; 804 p.

Dodihudoev 1987 : Dodihudoev H. D., Filosofiâ krest’ânskogo bunta : o roli srednevekovogo ismailizma v razvitii svobodomysliâ na musul’manskom Vostoke [La philosophie de la révolte paysanne : le rôle de l’ismaélisme médiéval dans le développement de la pensée libérale en Orient musulman]. Douchanbe : Irfon, 1987 ; 428 p.

Iskandarov 1981a : Iskandarov B. I. ; Ûsupov Š. T., « Prisoedinenie Pamira k Rossii i ego progressivnoe značenie [L’annexion du Pamir à la Russie et ses conséquences progressistes] » dans : Očerki po istorii sovetskogo Badahšana [Essais sur l’histoire du Badakhshân soviétique]. Douchanbe, 1981 ; vol. 2.

Iskandarov 1981b : Iskandarov B. I. ; Ûsupov Š. T., « Politiko-administrativnoe i social’no-èkonomičeskoe položenie Pamira nakanune Velikoj Oktâbrskoj Socialističeskoj Revolûcii [La situation politique, administrative et socio-économique du Pamir à la veille de la Révolution d’Octobre] » dans : Očerki po istorii sovetskogo Badahšana [Essais sur l’histoire du Badakhshân soviétique], Douchanbe, 1981 ; vol. 2.

Ivanow 1952 : Ivanow W., Nasir-i Khusraw and Ismailism. Bombay ; Leiden : Ismaili Society, 1952.

Kuškeki 1926 : Burhan-ud-Din-i Kuškeki, Kattagan i Badahšan : dannye po geografii strany, estestvenno-istoričeskim usloviâm, naseleniû, ekonomike i putâm soobŝeniâ [Le Qataghan et le Badakhshân : données sur la géographie, les conditions naturelles et historiques, la population, l’économie et les voies de communications]. Tachkent : ODIT, 1926.

Latypov 1958 : Latypov N., « Ekonomičeskoe sostoânie Darvazskogo bekstva i osnovnye zanâtiâ ego naseleniâ [La situation économique de la principauté de Darvâz et les occupations principales de sa population] », Učenye zapiski Kulâbskogo gosudarstvennogo pedagogičeskogo instituta [Bulletin de l’Institut pédagogique de Kûlâb]. Kûlâb, 1958 ; fasc. IV.

Monogarova 1972 : Monogarova L. F., Preobrazovaniâ v bytu i kul’ture pripamirskih narodnostej [Les transformations du mode de vie et de la culture des populations du Pamir]. Moscou, 1972.

Muhiddinov 1984 : Muhiddinov I., Osobennosti tradicionnogo zemledel’českogo hozâjstva pripamirskih narodnostej v XIX – načale XX v. [Les caractéristiques de l’agriculture traditionnelle des populations pamiriennes au XIXe et au début du XXe siècles]. Douchanbe, 1984.

Niâzi 1997 : Niâzi A., « Tadžikistan : konflikt regionov na fone social’no-èkonomičeskogo krizisa [Le Tadjikistan : le conflit régional sur le fond de la crise socio-économique] » dans : Èkologiâ, obsestvo i tradiciâ : social’nye i političeskie krizisy v SNG v kontekste razrušeniâ prirodnoj sredy (Tadžikistan i Rossijskij Sever) [Écologie, société et tradition : les crises sociales et politiques en CEI face à la détérioration de l’environnement (le Tadjikistan et le Nord de la Russie]. Moscou, 1997.

Pankov 1925 : Pankov A., « Naselenie Tadžikistana : demografičeskij očerk [La population du Tadjikistan : étude démographique] » dans : Tadžikistan : sbornik statej s kartoj [Le Tadjikistan : recueil d’articles avec une carte], Tachkent, 1925.

Petruševskij 1966 : Petruševskij I. P., Islam v Irane v VII-XV vekah [L’islam en Iran aux VIIe-XVe siècles]. Moscou, 1966 ; 400 p.

Semenov 1912 : Semenov A. A., « Iz oblasti religioznyh verovanij šugnanskih ismailitov [Les croyances religieuses des ismaéliens du Shughnan] », Mir islama [Le monde musulman]. St. Pétersbourg, 1912 ; vol. 1, N° 4, pp. 523-561.

Semenov 1919 : Semenov A. A., Opisanie ismailitskih rukopisej, sobrannyh A. A. Semenovym [Description des manuscrits ismaéliens recueillis par A. A. Semenov]. Petrograd, 1919 (Tiré à part de Iran, série VI, vol. 12, N° 87, pp. 2171-2202).

Semenov 1926 : Semenov A. A., K dogmatike pamirskogo ismailizma [Le dogme de l’ismaélisme pamirien]. Tachkent : Vostkazgosizdat, 1926 ; 51 p.

Semenov 1927 : Semenov A. A., « Vzglâd na Koran v vostočnom ismalizme [Le regard sur le Coran dans l’ismaélisme oriental] » dans : Iran : sbornik statej [Iran : recueil d’articles]. Leningrad, 1927 ; vol. 1, pp. 59-72.

Stern 1955 : Stern S. M., On Nizary History and Doctrine in the Alamūt Period. The Hague, 1955.

Tadjikistan 1927 : « Poselennye itogi Tadžikskoj ASSR [Les résultats du recensement par lieux habités dans la république autonome soviétique socialiste du Tadjikistan] » dans : Materialy vsesoûznoj perepisi naseleniâ 1926 g. v Uzbekskoj SSR [Les résultats du recensement général de 1926 dans la république soviétique socialiste de l’Ouzbékistan]. Samarkand, 1927, vol 2.

Tadjikistan 1932 : Spisok naselennyh punktov Tadžikskoj SSR [Liste des lieux habités de la république soviétique socialiste du Tadjikistan]. Stalinabad, 1932.

Tadjikistan 1959 : Itogi vsesoûznoj perepisi naseleniâ 1959 g. : Tadžikskaâ SSR [Les résultats du recensement général de 1959 : la république soviétique socialiste du Tadjikistan]. Moscou, 1963.

Tadjikistan 1970 : Itogi vsesoûznoj perepisi naseleniâ 1970 g. [Les résultats du recensement général de 1970]. Tom 4 : Nacional’nyj sostav naseleniâ SSSR [Vol. 4 : La composition nationale de la population de l’URSS]. Čast’ 1 : Raspredelenie naseleniâ SSSR, soûznyh i avtonomnyh respublik, oblastej i nacional’nyh okrugov po nacional’nosti i âzyku [Partie 1 : La répartition de la population de l’URSS, des républiques soviétiques et autonomes, des régions et des districts autonomes d’après la nationalité et la langue], Moscou, 1972-1978.

Tadjikistan 1989 : Narodnoe hozâjstvo Tadžikskoj SSR v 1989 g. : statističeskij sbornik [L’économie de la république soviétique socialiste du Tadjikistan en 1989 : recueil de statistiques]. Douchanbe, 1991.

Tadjikistan 1990 : Osnovnye pokazateli èkonomičeskogo i social’nogo razvitiâ oblastej, gorodov i rajonov Tadžikskoj SSR za gody dvenadcatoj pâtiletki : statističeskij sbornik [Les indices du développement économique et social des régions, des villes et des cantons de la république soviétique socialiste du Tadjikistan pendant le 12e plan quinquennal : recueil de statistiques]. Douchanbe, 1990.

Tadjikistan 1997 : Social’no-ekonomičeskoe položenie respubliki Tadžikistan : v razreze oblastej, rajonov, gorodov (1995-1997) : kratkij statističeskij sbornik [La situation socio-économique de la république du Tadjikistan par régions, par cantons et par villes (1995-1997) : recueil de statistiques]. Douchanbe, 1997.

Zarubin 1917 : Zarubin I. I., « Materialy i zametki po ètnografii gornyh tadžikov : dolina Bartanga [Notes et matériaux sur l’ethnographie des Tadjiks montagnards : la vallée du Bartang] », Sbornik Muzeâ Antropologii i Ètnografii pri Rossijskoj Akademii nauk [Recueil du Musée d’anthropologie et d’ethnographie de l’Académie des sciences de la Russie]. Petrograd, 1917 ; vol. V, fasc. 1, pp. 97-148.

Haut de page

Notes

1 Le tableau a été composé d’après : Latypov 1958, pp. 52-56 ; Muhiddinov 1984, p. 25 ; Iskandarov 1981a, pp. 42, 46 ; Iskandarov 1981b, p. 158 ; Tadjikistan 1927 ; Tadjikistan 1932, p. 6 ; Tadjikistan 1959, p. 122 ; Tadjikistan 1970, vol. 2, p. 808, vol. 3, p. 127 ; Tadjikistan 1989, p. 14 ; Tadjikistan 1990, pp. 26-27 ; Tadjikistan 1997, pp. 128-148.

2 D’après : Tadjikistan 1927, pp. 6, 16-19, 80-82 ; Iz istorii kollektivizacii sel’skogo bozâjstva i kolhoznogo stroitel’stva v Tadžikskoj SSR 1926-1937 : sbornik dokumentov i materialov [Histoire de l’agriculture et de la collectivisation dans la république soviétique socialiste du Tadjikistan : recueil de documents et matériaux], Douchanbé, 1973, vol. 1 (années 1926-1937), pp. 47, 459-460, 642-644 ; Douchanbe, 1985 ; vol. 2 (années 1938-1958), p. 47.

3 Dans les colonnes concernant les années 1895-1900 et 1917 le nombre d’habitants a été calculé sur la base de six personnes par foyer même si certains savants considèrent que pour le début du XXe siècle la taille moyenne d’une famille pamirienne était de 12-20 personnes. Le nombre d’habitants de Yazghulâm dans la première colonne se rapporte à l’année 1892 tandis que le nombre de Rûshânîs pour l’année 1917 inclut aussi les Bajuwîs.

4 Le nombre de foyers indiqué par le numérateur, 171, comprend aussi 30 foyers habitant dans la basse vallée du Huf en 1950.

5 D’après : Kuškeki 1926 ; Andreev 1958, pp. 282-283 ; Tadjikistan 1932 ; Monogarova 1972, pp. 11-12 ; Latypov 1958, pp. 53-55.

6 Divisions administratives actuelles (Note de l’éd.).

7 Sans tenir compte des régions de Darvoz et de Murġab.

8 PRDP – Pamir Relief and Development Program.

9 MSDSP – Mountain Society Development Support Program.

10 Niâzi 1997, p. 22.

11 Cf. Semenov 1912 , 1919, 1926, 1927 ; Zarubin 1917 ; Bertel’s 1959 ; Petruševskaâ 1966 ; Arabzoda 1997 ; Dodihudoev 1987 ; Ivanow 1952 ; Stern 1955 ; Daftary 1990.

12 ITREC – Ismaili Tariqa and Religious Education Committee.

13 La Fondation soutient déjà des étudiants à qui elle octroie des bourses pour poursuivre leurs études à Bichkek et à Moscou. Le montant global des bourses pour l’année académique 2000/2001 représente 233 661 USD (Information communiquée par Yurij Hušonboev, directeur du bureau de la Fondation Aga Khan à Moscou).

14 Communiqué de presse diffusé à l’occasion de la rencontre entre le Président du Kirghizstan A. Akaev et Aga Khan, Bichkek, le 30 août 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte schématique de la distribution des populations des Pamirs
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Buškov et Tohir Kalandarov, « Le passé et le présent des populations du Pamir occidental », Cahiers d’Asie centrale, 11/12 | 2004, 103-118.

Référence électronique

Valentin Buškov et Tohir Kalandarov, « Le passé et le présent des populations du Pamir occidental », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 11/12 | 2004, mis en ligne le 26 juin 2009, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/692

Haut de page

Auteurs

Valentin Buškov

Valentin Buškov est directeur du Département de l’Asie centrale et du Kazakhstan à l’Institut d’ethnologie et d’anthropologie de l’Académie des sciences de Russie, Moscou.

Tohir Kalandarov

Tohir Kalandarov est chercheur à l’Institut des sciences humaines de la filiale pamirienne de l’Académie des sciences du Tadjikistan, Xoruġ.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org