Navigation – Plan du site
Dossier

L’instruction musulmane et les îshân chez les Karakalpaks du XIXe siècle

Makset Karlybaev
Traduction de Alié Akimova
p. 177-191

Texte intégral

1Malgré l’abondance de publications concernant la vie culturelle des peuples d’Asie centrale, y compris les Karakalpaks, l’histoire de l’instruction dans cette région reste encore trop peu étudiée. L’historiographie soviétique considérait que le niveau de développement culturel en général et de l’éducation traditionnelle en particulier y était très bas. Ainsi, la population aurait été plongée dans l’obscurantisme et l’ignorance. Cela servait la politique qui cherchait à montrer que « le pouvoir soviétique menait les peuples vers un avenir radieux ».

  • 1 Kim P., “Negramotnost’ v Turkestane : mif i fakty âzykom dokumentov [L’analphabétisme au Turkestan  (...)
  • 2 Obzor Syr-dar’inskoj oblasti za 1908 god [Aperçu de la région du Syr Darya en 1908], Tachkent, 1909 (...)

2Considérés sous cet angle, les Karakalpaks vivaient donc dans une société conservatrice et arriérée. Avec une estimation du niveau d’éducation de la population karakalpake à 0,2 % avant 1917, cela reviendrait à dire qu’il y avait une absence totale d’alphabétisation. L’historiographie soviétique ne tenait cependant pas compte de certaines publications d’avant la révolution, parmi lesquelles on peut citer celle de K. P. Kaufmann et P. I. Miŝenko. Dans leurs écrits, ces derniers expliquent au contraire qu’en matière d’éducation au Turkestan, ils n’ont pas eu à imposer l’instruction à une population inculte et analphabète, car il existait déjà un système très organisé d’enseignement dans le milieu musulman1. Avant la période soviétique, en effet, il y avait deux principaux types d’établissements d’enseignement, les maktab “écoles préparatoires” et les madrasa “écoles supérieures”. Un maktab avait été ouvert pratiquement dans chaque village. Sur la rive droite de l’Amou Darya on en comptait près de mille au début du XXe siècle2.

I. Les maktab

3Dans les maktab, les enfants apprenaient les bases de la lecture et de l’écriture. Ces écoles étaient ouvertes auprès des mosquées, mais n’étaient pas à leur charge, les habitants de chaque quartier ou village devaient les entretenir. Les maktab n’étaient donc subventionnés ni par le khan, ni par le Trésor impérial russe. Les enseignants pouvaient être toute personne ayant terminé une madrasa et originaire de l’aoul ou du quartier en question.

4Leur objectif principal était non seulement d’apprendre aux enfants à lire et à écrire, mais aussi d’en faire de bons musulmans. On sait que chaque musulman a trois devoirs envers ses enfants : la circoncision, l’éducation au maktab et l’organisation du mariage. Tout musulman devait savoir lire les textes du Coran et les ḥadîṯ. Le programme du maktab a été conçu en vue de cet objectif : après avoir appris l’alphabet sur des planchettes en bois (les élèves à ce stade étaient appelés takhtakhwân “celui qui apprend sur des planchettes”), et le calcul (abjad), les enfants se mettaient à la lecture du Haftiyak, la septième partie du Coran, spécialement adaptée pour les maktab. À ce stade, on appelait les enfants kitâbkhwân “celui qui apprend dans les livres”. Ensuite, les élèves passaient à une autre étape, la lecture du Coran lui-même. Enfin, ils devaient se familiariser avec les règles de l’éthique islamique exposées dans le Chahâr kitâb et avec les œuvres de Ṣûfî Allâh Yâr, de Navâ’î et de Fuḍûlî. Cette étape pourrait être définie comme la période littéraire.

5Le terme savâd “instruction” était compris par la population comme le cycle complet du maktab ou âltî savâd “les six disciplines” : Haftiyak, le Coran, Chahâr kitâb, Ṣûfî Allâh Yâr, Navâ’î et Fuḍûlî. Seuls les élèves ayant suivi tous ces enseignements étaient considérés comme des gens instruits.

  • 3 Ostroumov N. P., “Musul’manskie maktaby i russko-tuzemnye školy v Turkestanskom krae [Les maktab mu (...)

6Puisque les maktab étaient intégrés aux mosquées, la majorité des auteurs russes et soviétiques prétendaient qu’ils ne servaient qu’un but religieux et qu’ils étaient strictement confessionnels. Tel était aussi l’avis de N. P. Ostroumov3. Pourtant l’activité des maktab n’était pas contrôlée par la mosquée. Au Karakalpakistan, la mosquée avait toujours été multi-fonctionnelle, elle n’était pas seulement un lieu de prière, elle servait aussi pour des réunions (majlis) ou des discussions. L’ouverture d’un maktab lui ajoutait une autre fonction, celle d’instruire.

7La majeure partie des enfants quittait le maktab après la première étape, essentiellement pour des raisons matérielles, se contentant de savoir lire le Coran. Moins de la moitié des élèves terminait le cycle, donnant la possibilité d’entrer dans une madrasa.

II. Les madrasa

  • 4 Karlybaev M., Istoriâ narodnogo obrazovanià v Karakalpakii v XIX – načale XX vv. : AKD [Histoire de (...)
  • 5 Archives centrales d’État de la République d’Ouzbékistan (= CGARU), Fonds I-269, opuscule 1, docume (...)

8De nombreuses madrasa existaient également auprès des mosquées, ce qui a conduit la population, il est vrai, à ne pas faire de différence précise entre les deux et à dénommer l’ensemble sous le nom de mosquée. Certains chercheurs estiment qu’il n’existait parmi les Karakalpaks avant la révolution ni écoles préparatoires ni écoles supérieures alors qu’on dénombrait en territoire karakalpak vers la fin du XIXe siècle à peu près 70 madrasa4. Pour des raisons diverses, les archives donnent des statistiques peu fiables, faisant varier, selon les documents, leur nombre de quelques-unes à plusieurs dizaines. Les statistiques mentionnent le plus souvent les madrasa jouissant d’importants biens de vaqf. De plus, il n’est pas rare de voir la même madrasa figurer sous deux noms dans des sources différentes. Ainsi, selon des documents d’archives, sur la seule rive droite de l’Amou Darya il y avait, en 1896, 58 madrasa comptant plus de 1 000 élèves (mollah)5. Prenons quelques exemples :

  • 6 Arrondissement dans la division administrative de l’empire russe.
  • 7 Canton ou commune de la même division administrative.

9Dans l’učastok6 de Šymbaj (sauf la volost’7 de Šymbaj et Šymbaj) :
1. volost’ de Tallyq : cinq madrasa,
2. volost’
de Bes-žab : un madrasa,
3. volost’
de Kegejli : un madrasa,
4. volost’
de Qoŋyrat : deux madrasa,
5. volost’
de Kök-özek : six madrasa,
6. volost’
d’Esim : six madrasa,
7. volost’
de Noukous : un madrasa.

10Dans l’učastok de Šuraxan :
1. volost’ de Šuraxan : 24 madrasa,
2. volost’
de Törtkül : 24 madrasa.

  • 8 Xožanijaz uly Ġ. ; Ûsupov O., Qaraqalpaqstandaġy muxxades orynlar [Les lieux saints du Karakalpakis (...)
  • 9 Danilevskij G. I., Opisanie Hivinskogo hanstva [Description du khanat de Khiva], St.-Pétersbourg, 1 (...)
  • 10 Esbergenov X., Qoŋyrat : tarijxyj häm madenij estelikleri [Qoŋyrat : monuments historiques et cultu (...)

11Sur la rive gauche de l’Amou Darya, la madrasa la plus importante était celle de Pirim ishân à Xoželi, personnage qui fut très actif dans la construction de la forteresse de Xoželi8. Une madrasa est attestée au milieu du XIXe siècle9 à Maŋġyt et une autre à Qoŋyrat10.

  • 11 Karazin N. V., “V nizov’âh Amudar’i : putevye očerki [Dans le delta de l’Amou Darya : notes du voya (...)
  • 12 CGARU, Fonds I-181, opuscule 1, document 75, feuille 46.
  • 13 CGARU, Fonds I-1, opuscule 1, document 1725, feuilles 157-158.
  • 14 G. I. Danilevskij, op. cit., p.105.
  • 15 Koŝanov A., Polevye zapisi v Čimbajskom, Mujnakskom, Tahtakupyrskom rajonah v 1969 godu [Notes de t (...)

12Parmi les plus grandes, on peut aussi citer la Tas madrasa, surnommée la madrasa de Khwâja Niyâz Bij. Ses dates de construction varient selon les sources. Ainsi N. Karazin a écrit qu’elle fut fondée à la fin du XVIIIe siècle par le mollah Khwâja Niyâz. Elle était construite en briques cuites avec un fronton en style bouddhique et des coupoles en forme de demi-sphères11. Dans un document, daté de 1904, on trouve la note suivante : « Il existe une madrasa, sur le mont Šylpyq dans la commune rurale n° 1 du canton de Noukous, construite en 1841 avec l’autorisation du khan de Khiva, par Khwâja Niyâz Bij, bek du village de Qypšaq. Dans cette madrasa, de 20 à 30 jeunes hommes étudient »12. Dans un autre document de 1899, il est mentionné que dans le canton de Noukous, il existe à Qypšaq une madrasa « construite en 1857 par Khwâja Niyâz Bij, ancien ḥâkîm “maire” de Qypšaq, qui est entièrement entretenue par les revenus du vaqf. Cette année, 17 élèves y font leurs études »13. Dans les années 40 du XIXe siècle, le colonel Danilevskij a noté que Khwâja Niyâz Bij était le gouverneur de Qypšaq14. Il existe une légende selon laquelle, au moment de l’insurrection de 1855-1856, Bala Ernazar a visité la madrasa de Khwâja Niyâz Bij et y a remis son rapport à un envoyé du khan de Khiva15.

13On suppose que ce n’est pas par hasard que Karazin a daté la madrasa de la fin du XVIIIe siècle. Il est en effet vraisemblable que la madrasa n’ait pas été construite à partir de rien. Etant donné qu’elle se trouve sur la rive droite du fleuve, loin de toute zone d’habitation et également assez éloignée de Qypšaq, qui est situé sur la rive gauche, on peut penser qu’il existait déjà à cet emplacement une mosquée ou même une madrasa. Khwâja Niyâz Bij aurait alors demandé l’autorisation du khan pour construire un nouveau bâtiment en briques cuites à la place de l’ancien.

14Au Karakalpakistan, le programme d’enseignement dans les madrasa comprenait deux stades, les mas’ala et mushkilât. La grammaire arabe était d’abord enseignée, tandis que le second stade portait sur l’étude de la Sharî‘a. Les madrasa formaient les enseignants de maktab, les imâm des mosquées, les qâḍî, etc. Le nombre d’élèves variait d’une dizaine à 40-50 personnes. Ils pouvaient rester à la madrasa 7-8 ans et même certains jusqu’à 15-20 ans.

  • 16 CGARU, Fonds I -1, opuscule 11, document 1725, feuilles 167-172.

15Après la révolte de Dukči ishân à Andižan, à la fin du XIXe siècle, l’administration tsariste se mit à surveiller toutes les institutions religieuses musulmanes du Turkestan. Des listes d’îshân furent régulièrement établies et il a été même tenté de dénombrer leurs murîd “disciples”. Ainsi, à la fin du XIXe siècle, on comptait 93 îshân et 789 murîd dans la région d’Amou Darya16.

16L’ouverture de la majorité des madrasa au Karakalpakistan est liée à des îshân appartenant principalement à la Khufiyya. Dans toutes ces listes, on rencontre un seul nom d’îshân, Isḥâq Tilewbaev, de la Jahriyya.

III. Le rôle des îshân

17Les îshân étaient parmi les plus importantes figures religieuses chez les Karakalpaks. Il était presque obligatoire de devenir murîd et d’avoir son pîr, maître spirituel, afin d’accéder au paradis après la mort. C’est pourquoi l’activité des îshân était liée à toutes les sphères de la vie – politique, sociale, religieuse – ainsi qu’à l’enseignement et même à la médecine.

  • 17 Bendrikov K. E., Očerki po istorii narodnogo obrazovaniâ v Turkestane [Contributions à l’histoire d (...)

18Certains d’entre eux ont ainsi acquis une célébrité qui dépassait les limites du Karakalpakistan. Selon K. E. Bendrikov, les « îshân karakalpaks ayant étudié dans les madrasa de Boukhara nouaient des bandeaux blancs sur leurs hautes coiffures noires et se rendaient en groupes dans les campements des Turkmènes et des Kazaks »17.

19Les îshân les plus célèbres aux XVIIIe-XIXe siècles furent Jântimîr îshân, Imâm îshân, Qaraqum îshân, Aymuḥammad îshân, ‘Abd as-Sattâr îshân, Süjin îshân. Des légendes s’enracinant dans des événements réels ont été préservées dans la population jusqu’à aujourd’hui. Certains îshân ont fondé de grands centres religieux, avec une importante activité économique et scolaire, dont les traces sont encore visibles aujourd’hui.

III.1. Imâm Muḥammad îshân

20Conformément à certains informateurs, Imâm îshân (Imâm Muḥammad îshân), fils de Qajypnazar Bij, était à la tête des tribus karakalpakes au XVIIIe siècle, au moment de leur migration du Syr Darya vers le sud. Une partie des Karakalpaks s’installa à Miskin, où naquit Imâm Muḥammad. Après avoir fait ses études à Boukhara, ce dernier s’arrêta sur le chemin du retour à Šoq-toraŋġyl. Un certain Tölegen Bij ayant appris la venue d’un savant du nom d’Imâm îshân lui rendit visite et lui proposa de s’installer dans son aoul. Tölegen Bij fit construire une madrasa où Imâm îshân resta jusqu’à la fin de ses jours pour apprendre aux jeunes les sciences musulmanes.

21La généalogie (shajara) d’Imâm Muḥammad, établie par ses descendants, remonte à Žanajdar qui vécut à Turkestan (dans la région du bas Syr Darya). On compte 13 générations (ata) depuis Žanajdar jusqu’à son actuelle descendance : Žanajdar atalyq, Minajdar atalyq, Qurbangeldi Bij, Sawyndyq bahâdur (il fut un chef militaire), Qajypnazar Bij, Imâm îshân, ‘Ubayd Allâh îshân, Ṣadr ad-Dîn îshân, Sipatdîn îshân, Mamraddin makhsûm, Bahâ’ ad-Dîn makhsûm, Temirlan.

  • 18 Bregel Û., Dokumenty arhiva hivinskih hanov po istorii i ètnografii Karakalpakov : podbor dokumento (...)
  • 19 CGARU, Fonds I-17, opuscule 1, document 32696, feuille 306.
  • 20 kureng, un mot d’origine mongole, indique le plus souvent, dans les documents des khans des Khiva, (...)

22Imâm îshân fut le premier personnage religieux de cette généalogie. Nous avons peu de données sur sa vie et son activité. Il s’agit essentiellement de sources orales, complétées par quelques documents des archives des khans de Khiva18. Ainsi, son nom apparaît une première fois dans des documents datés de 1851 sous la mention « les gens d’Imâm îshân » dans une liste de personnes exemptées du zakât ; puis sous le nom d’Imâm îshân et d’Imâm des îshân dans des cahiers datés de 1872 et 1879, comptabilisant le montant du zakât. Son nom est également mentionné avec celui d’‘Abdil atalyq (probablement Bekmuḥammad nâ’ib) et, dans un document daté de 1875-1876, il est signalé comme feu Imâm îshân ‘alayh ar-raḥmat19. Dans plusieurs documents des archives des khans de Khiva, le nom d’Imâm îshân ne fait pas concrètement référence à sa personne, mais il est utilisé dans le sens d’un en-tête reprenant l’expression « les gens d’Imâm îshân ». On en conclut que les percepteurs désignaient ainsi les biens appartenant à lui-même ou à sa famille. De plus dans ces listes, son fils aîné ‘Atâ’ Allâh îshân est cité conjointement, dans le même kureng20, comme un gros éleveur. Ces données nous permettent de penser qu’Imâm îshân a vécu entre la fin du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle.

III.2. ‘Aṭâ’ Allâh îshân

  • 21 Usenov E., Išanqala [Ishân-qala], Noukous, 1992, p. 28.

23Le nom d’‘Atâ’ Allâh îshân était aussi très connu, associé à la fondation d’un grand centre religieux et d’enseignement à Qum-özek (région de Kegejli). Ce complexe est connu sous le nom d’Ishân-qala et comprend des habitations et des institutions religieuses et scolaires entourées de murs en pisé. ‘Aṭâ’ Allâh îshân aurait vécu, selon certains auteurs, entre 1801 et 187721. Sur la liste des contribuables de l’année 1287 de l’hégire (1870-1871), il figure comme un important éleveur (1 000 vaches et 1 000 moutons) du kureng de Bekmuḥammad nâ’ib et d’‘Âdil atalyq. Un autre document témoigne qu’en 1281 de l’hégire (1864-1865), ‘Aṭâ’ Allâh îshân a fait un don de deux lots de terre de 700 ṭanâb chacun au vaqf de sa madrasa. Un de ces lots était situé à Žalpaq-özek et l’autre à Qum-özek, non loin de la madrasa et du cimetière de Šiblij-ata. D’après ces données, il apparaît que vers le milieu du XIXe siècle, ‘Aṭâ’ Allâh îshân était un îshân puissant qui avait érigé sa mosquée et sa madrasa. Une source nous rapporte l’importance de cette madrasa comme en témoigne par exemple son personnel qui se composait de mudarris “enseignants”, de muaḏḏin « celui qui appelle à la prière », de farrâsh “gardiens”, de sartarâsh “barbiers” et des serviteurs du ṭahâratkhâna. Les revenus du vaqf servaient à payer le personnel, à prendre en charge les étudiants et à entretenir les bâtiments. L’enseignement était divisé en trois niveaux – ‘adnâ “primaire”, ‘avsaṭ “moyen” et a‘lâ “supérieur” – qui différaient par les disciplines enseignées.

24J’ai étudié le sceau personnel d’‘Aṭâ’ Allâh îshân préservé par un des descendants d’Imâm îshân, Ma‘mûr ad-Dîn makhsûm. Il porte l’inscription suivante : Khalîfa ‘Aṭâ’ Allâh ibn Imâm Muḥammad îshân Khwârazmî. La date du sceau n’a pas pu être établie, mais je pense qu’il a dû être fait dans la première moitié du XIXe siècle, car ‘Aṭâ’ Allâh îshân est déjà signalé comme un important îshân à la moitié du siècle.

III.3. Qutlugh khwâja îshân

  • 22 Op. cit., p. 6.
  • 23 Notes de terrain de l’auteur de 1995, N° 12, région de Qanly-köl.
  • 24 Notes de terrain de l’auteur de 1997, N° 11, région de Bozataw.

25Qutlugh khwâja îshân fut un autre représentant célèbre du soufisme chez les Karakalpaks au XIXe siècle. Il existe beaucoup de légendes, parfois contradictoires, le concernant. Dans la population il est fréquemment appelé Qutym khwâja. Selon l’une de ces légendes, Imâm îshân rentrant de Boukhara découvre dans des buissons un bébé. Sur le conseil de ses compagnons de voyage, il l’adopte et lui donne le nom de Qutlugh khwâja îshân signifiant “le maître du bonheur”. Ici, Qutlugh khwâja îshân est le fils adoptif d’Imâm îshân22. Selon une autre version, Qutlugh khwâja îshân était le fils de Mämbetnazar, dastûrkhânchî dans la mosquée-madrasa d’Aḥmad Yasawî à Turkestan. Lorsque les Karakalpaks ont quitté la région du Žaŋa Darya, Mämbetnazar s’est installé à Žem, sur le plateau de l’Ust-ûrt. Sa tombe se trouve là-bas. Lors de nos enquêtes, nous avons découvert une troisième version concernant l’origine de Qutlugh khwâja îshân, selon laquelle son père s’appelait Allâhbîrdî ‘Azîz et était imâm chez les Balġaly de la tribu des Qoŋyrat23. Une légende raconte qu’un jour, son père l’amène chez Ârziqul, bij des Balġaly, dont le fils était malade. Alors que Qutlugh khwâja îshân joue avec l’enfant, ce dernier guérit. Le fils de l’imâm reçut alors le nom de Qutlugh khwâja, « celui qui apporte le bonheur », qui lui resta désormais24.

26Récemment on a découvert plusieurs sources écrites qui confirment certaines informations orales. Ainsi, la généalogie de Qutlugh khwâja îshân comprend ‘Abû al-Khayr shaykh, Mollah Khayr shaykh, Mollah Süjiniš shaykh, Tângâtar shaykh, Meŋli shaykh, ‘Abbâs shaykh, ‘Abd al-Mubârak shaykh, Muḥammad Ṣalâḥ âkhund, ‘Azîz, ‘Azîzbîrdî, Qutlugh shaykh, Sirâj ad-Dîn îshân, Idrîs îshân, Raḥmat Allâh, sa fille, son petit-fils et son arrière-petit-fils.

27‘Azîz était le père de trois fils, dont le deuxième s’appelait Raḥmânbîrdî, qui eut à son tour un fils, Allâhbîrdî. Notre informateur a dû confondre son nom avec celui du père de Qutlugh khwâja îshân. Il convient de mentionner une autre légende, attestée aussi bien par les sources écrites que par les traditions orales, selon laquelle Qutlugh khwâja îshân était originaire de Turquie ou même d’Arabie. Pourtant les noms de ses ancêtres montrent leur ancrage local et correspondent parfaitement aux noms turks traditionnels, qui se rencontrent encore aujourd’hui au Karakalpakistan : Tângâtar, Süjiniš, Meŋli, etc.

28Après avoir terminé le maktab, Qutlugh khwâja îshân devint l’élève d’Imâm îshân puis, sur sa recommandation, il devint le murîd de Muḥammad Sharîf îshân, connu aussi sous le nom de Mašarip îshân, qui vivait à Šekke, non loin d’Ourgentch. Qutlugh khwâja îshân devint îshân auprès de ce dernier. L’actuelle descendance de Qutlugh khwâja îshân a conservé le Nisbatnâma-i khwâjagân naqshbandiyya, un document certifiant son appartenance à la Naqshbandiyya. Son nom est précédé par celui de Muḥammad Sharîf. Cela confirme la légende selon laquelle Mašarip îshân était d’origine noġaj et permet de démentir la version de certains chercheurs, qui rattachent Qutlugh khwâja îshân à la Yassaviyya.

29Nous avons également étudié les sceaux personnels de Qutlugh khwâja îshân et de ses descendants. Nous disposons de 11 sceaux dont 2 ont appartenu à Qutlugh khwâja îshân. L’un d’entre eux se présente comme un octaèdre et l’autre, en cuivre, a une forme ovale. Le premier est daté de 1269 et le second de 1284 de l’hégire. Les deux sceaux sont sans poignée et portent l’inscription suivante : Qutlugh khwâja îshân kafâ bi-l-mavti vâ‘iẓan « Qutlugh khwâja îshân. La mort est la meilleure prêcheuse ». Les autres sceaux appartenaient à Sirâj ad-Dîn îshân, son fils, à Idrîs îshân, son petit-fils et à d’autres religieux.

  • 25 Notes de terrain de H. Esbergenov, N° 21, 1957 dans : Polevye materialy istoriko-lingvističeskoj èk (...)

30Les légendes racontent que Qutlugh khwâja îshân avait fait construire des mosquées en différents lieux. Comme la dernière fut érigée sur les sables, il reçut aussi le surnom de Qaraqum îshân, qui continua à être utilisé pour toute sa descendance. Cette mosquée fut construite au milieu du XIXe siècle. Qutlugh khwâja îshân est décédé à l’âge de 80 ans, en 1867, cinq ans avant la conquête du khanat de Khiva par la Russie25. Sa date de naissance serait donc vraisemblablement 1787. Il eut cinq fils qui devinrent tous îshân : Sirâj ad-Dîn îshân, Tâj ad-Dîn îshân, Muḥammad ‘Azîz îshân, ‘Id Muḥammad îshân et Sa‘îd Muḥammad îshân. Les deux derniers sont plus connus sous les noms de Qyjtžân et de Zajtžân. Muḥammad ‘Azîz et les descendants de Qyjtžân s’installèrent sur la rive gauche de l’Amou Darya à Kökli-köl et sur les bords du canal Žiŋiške.

  • 26 Op. cit., p. 102.

31Le complexe fondé par Qutlugh khwâja îshân devint célèbre surtout sous la direction de ses fils. Il était fréquenté non seulement par des étudiants karakalpaks, mais aussi turkmènes et kazaks. Nous connaissons le cas du fils d’un commerçant kazak de Šalqar (Kazakstan du nord), venu faire ses études dans la madrasa de Qaraqum îshân. Des spécialistes ont fait le plan de ce complexe qui comprend plus de 300 pièces, dont 2 madrasa, une bibliothèque, une mosquée, des ḥujra “cellules” pour les étudiants, des bâtiments auxiliaires, des locaux qui servaient d’huilerie (juvâzkhâna), de minoterie (kharâzkhâna), etc26. À l’époque, le complexe était entouré de nombreuses terres vaqf que les îshân et leurs disciples travaillaient. Grâce aux revenus du vaqf, il était possible d’entretenir les madrasa, la mosquée, les étudiants et la bibliothèque où étaient amenés des livres de Kazan, de Tachkent et de Turquie.

III.4. Aymuḥammad îshân

32Un autre des grands îshân karakalpaks du XIXe siècle était Aymuḥammad îshân, connu dans le peuple sous le nom d’Ajymbet îshân. La madrasa-mosquée qu’il dirigeait se trouvait dans l’actuelle région de Šymbaj.

  • 27 Notes de terrain de l’auteur de 1997, N° 13.

33Nous avons retracé sa généalogie d’après des sources orales. Elle commence à Žarekej, puis de génération en génération, Dosym, Majlybaj shaykh, Ötewli, Berdimuḥammad et Aymuḥammad. Une légende indique que « Žarekej s’est installé, il y a 300 ans, parmi les Karakalpaks. Ces derniers se sont alors divisés en deux groupes : l’un, avec à leur tête Žarekej et Qabylazy (ou Qabylazar), s’est dirigé vers le bas Amou Darya, tandis que l’autre est parti vers Nurata et Boukhara. Le premier groupe s’est installé autour d’Hajwan-qala. On ne connaît pas l’endroit où Žarekej a été enterré, mais on sait que Majlybaj shaykh repose au cimetière de Šiblij-ata et les autres sont enterrés dans la région de Šymbaj, au cimetière d’Aymuḥammad îshân »27. Nous avons également découvert une autre généalogie commençant à Arslanbap, mais nous n’avons pas pu établir ses sources :

  • 28 Ibidem.

34« On connaît 24 ou 25 générations (ata) après Arslanbap : Arslanbap, ‘Abd al-Manṣûr shaykh, ‘Abd Allâh shaykh, ‘Abd al-‘Azîz shaykh, Pirim baba, Asan Qajġy, Atqyšyl Abat, Köregen shaykh, Bekmuḥammad shaykh, Takmuḥammad-shaykh, Žylqyajdar shaykh, Qazan shaykh, Er Žarekej shaykh, Dosum shaykh, Majlybaj shaykh, Ötewli, Berdimuḥammad, Aymuḥammad îshân, Khwâja Niyâz îshân, ‘Abd ar-Raḥîm îshân, Muptilla makhsûm, sa fille Minajxan et son fils Tobyaj (né en 1975) »28.

35Ajymbet îshân appartient au clan karakalpak des Mänžüwli. De nombreuses figures historiques sont rattachées à sa lignée, comme Asan Qajġy. Cependant, il est difficile de pouvoir vérifier ces informations. Nous disposons aussi de certaines données sur la généalogie soufie d’Ajymbet îshân, selon lesquelles il appartenait à la Naqshbandiyya et qu’il fut le murîd de Muḥammad Sharîf îshân Bulghârî Khwârazmî. Le Nisbatnâma-i khwâjagân est conservé chez ses descendants.

36Les informations sur la madrasa-mosquée d’Ajymbet îshân ne permettent pas de dater précisément sa construction. On raconte qu’un riche commerçant kazak, Qajmaqbaj, en a financé les travaux. Quand ce dernier eut un fils, il demanda à Ajymbet îshân de lui donner un nom. Celui-ci bénit l’enfant et lui donna son propre nom afin qu’il devînt le futur “Ajymbet îshân”. Le plus étonnant dans cette histoire est le fait que ce garçon soit effectivement devenu un des îshân les plus célèbres de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Il fut le murîd d’‘Abd as-Sattâr îshân de la tribu karakalpake des Yrġaqly et s’installa dans la région de Taxta-köpir.

  • 29 Koŝanov A., Polevye zapisi N° 10 za 1968 goda [Notes de terrain de 1968, N° 10], (Archives de la Bi (...)

37Selon les renseignements de Muptilla makhsûm, Aymuḥammad îshân a vécu entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle. Le fils de Qajmaqbaj a fait construire sa mosquée-madrasa vers 188029. Muptilla makhsûm raconte que la madrasa a fonctionné pendant 70 ans, puis a été fermée les 70 années suivantes. En 1928, le pouvoir soviétique a fermé les madrasa et les mosquées dans tout le Karakalpakistan. Donc, on peut dater sa construction du milieu du XIXe siècle. Les descendants d’Ajymbet îshân ont conservé les seaux personnels de Khwâja Niyâz îshân et d’‘Abd ar-Raḥîm îshân, ses fils et petit fils. Un de ces sceaux porte l’inscription : “kafâ bi-l-mavti vâ‘iẓan Khwâja Niyâz”, et l’autre “‘Abd ar-Raḥîm makhdûm”.

38Les îshân ont beaucoup contribué à la propagation de l’instruction et de la science musulmane parmi les Karakalpaks avant le XXe siècle. Khwâja Niyâz îshân, ‘Aṭâ’ Allâh îshân, etc. furent des enseignants célèbres. Ils ont joué un rôle important dans l’éducation et certains d’entre eux agissaient aussi dans les autres sphères de la vie, sociale, politique et religieuse.

Sceau de Qutlugh khwâja îshân 1269 de l’hégire (1853)

Sceau de Qutlugh khwâja îshân 1269 de l’hégire (1853)

Qutlugh khwâja îshân kafâ bi-l-mavtî vâ‘iẓan 1269.
2,9 x 2,9 cm.

Provenance : kolkhoz Piržan Sejitov, district de Šymbaj, Karakalpakistan.

Sceau de Qutlugh khwâja îshân 1284 de l’hégire (1866)

Sceau de Qutlugh khwâja îshân 1284 de l’hégire (1866)

Kafâ bi-l-mavtî vâ‘iẓan yâ Qutlugh khwâja 1284.
2,8 x 1,8 cm.

Provenance : kolkhoz Piržan Sejitov, district de Šymbaj, Karakalpakistan.

Sceau de Sirâj ad-Dîn b. Qutlugh khwâja îshân

Sceau de Sirâj ad-Dîn b. Qutlugh khwâja îshân

Kafâ bi-l-mavtî vâ‘iẓan yâ Sirâj ad-Dîn.
2 x 1,6 cm.

Provenance : kolkhoz Piržan Sejitov, district de Šymbaj, Karakalpakistan.

Sceau de Idrîs îshân petit-fils de Qutlugh khwâja îshân 1338 de l’hégire (1919)

Sceau de Idrîs îshân petit-fils de Qutlugh khwâja îshân 1338 de l’hégire (1919)

Yâ Muḥammad Idrîs kafâ bi-l-mavtî vâ‘iẓan 1338.
2 x 1,4 cm, sous forme de bague.

Provenance : kolkhoz Piržan Sejitov, district de Šymbaj, Karakalpakistan.

Sceau de Khwâja Niyâz b. Aymuḥammad îshân de Šymbaj

Sceau de Khwâja Niyâz b. Aymuḥammad îshân de Šymbaj

Kafâ bi-l-mavtî vâ‘iẓan yâ Khwâja Niyâz.
2,5 x 2 cm.

Provenance : kolkhoz “Šymbaj”, district de Šymbaj, Karakalpakistan

Plan schématique du complexe de Qaraqum îshân

Plan schématique du complexe de Qaraqum îshân

Madrasa d’Idrîs îshân (petit-fils de Qutlugh khwâja îshân)
1, 2 : étables
3 : grainier
4 : pièces d’hôtes
5, 6 : petites cours
7 : cour
8 : étable
9 : couloir
10-12 : pièces d’habitation
10a-12a : ayvân
13 : couloir
14-20 : pièces d’habitation
21 : cuisine
22 : ayvân
22a-22e : pièces d’hôtes
22j : entrée
23, 24 : pièces d’habitation
25 : salle d’attente
26 : bibliothèque
27 : grainier
28-33 : pièces d’habitation
34 : emplacements pour les yourtes
34a : dépendances
35 : cour en plein air
36 : toilettes
37 : couloir couvert de la mosquée
38 : huilerie
39-40 : dépendances 292-293 : dépendances
41 : passage découvert

Bâtiments annexes construits par Sayyid îshân (fils de Qutlugh khwâja îshân)
42 : dépendances
43 : huilerie
52-54 : pièces d’habitations

Madrasa de Qaraqum îshân (Qutlugh khwâja îshân)
51 : emplacements pour les yourtes
50, 49 : pièces d’habitations
49a-50a : ayvân
48, 48a : dépendances
45, 46 : pièces d’habitations
55, 56 : cour

Ancienne partie de la madrasa de Qaraqum îshân
57-59, 61 : cellules des îshân
60 : bibliothèque
66 : mosquée
66a : ayvân
79 : ayvân couvert
68-78 : cellules des étudiants
65 : couloir
62, 63 : cellules des étudiants

Nouvelle partie de la madrasa de Qaraqum îshân
80 : cour où on déposait les défunts jusqu’à l’enterrement
82-97 : cellules des étudiants
81 : passage
162-168 : dépendances
103-101 : locaux pour les serviteurs de la mosquée et pour les croque-morts

Bâtiments annexes construits par Zajtžân îshân (fils de Qutlugh khwâja îshân)
169, 170 : étables
171-180 : cours
172, 173, 181 : pièces d’hôtes
174 : grainier
180a :ayvân
176, 178 : pièces d’habitation
177 : emplacements pour les yourtes
162-186 : pièces d’habitation
183 : emplacements pour les yourtes
183a : ayvân
187-190 : dépendances
191-192 : étables

Bâtiments annexes construits par Qyjtžân îshân (fils de Qutlugh khwâja îshân)
202 : cour
203, 204 : étables
195-200, 211-217 : pièces d’habitation
201 : cour intérieure
205 : passage en plein aire
207 : emplacements pour les yourtes
208, 209, 112 : grainier
215a, 214a : ayvân

Madrasa de Vays îshân
210, 210a : couloir de la mosquée
209 : passage vers le grainier
222 : ayvân couvert
218-223 : pièces d’hôtes
224 : dépendances
225 : huilerie
226 : pièce d’huilier
227 : passage
228 : ayvân
229 : cour
230-232 : pièces d’habitation
233 : cuisine
237a : passage
238 : couloir
239 : emplacements pour les yourtes
240 : dortoir
241 : couloir
242 : cabinet
239a : couloir couvert
243 : la salle d’études du fils de Vays
244-250 : pièces d’habitation
246 : petite cour découverte
251-252 : couloirs
253 : emplacements pour les yourtes
254a, b, v : restes des dépendances
256 : grainier
357 : couloir couvert
258 : huilerie
259, 260 : étables
294, 295 : dépendances
296 : huilerie
297, 298 : pièces d’habitation
299 : ayvân

D’après Šalekenov U., Očerki po istorii kul’tury sovetskoj Karakalpakii [Esquisses de l’histoire de la culture de la Karakalpakie soviétique], Noukous, 1960.

Haut de page

Notes

1 Kim P., “Negramotnost’ v Turkestane : mif i fakty âzykom dokumentov [L’analphabétisme au Turkestan : mythe et réalités des documents]”, Pravda Vostoka, 13.07.1991.

2 Obzor Syr-dar’inskoj oblasti za 1908 god [Aperçu de la région du Syr Darya en 1908], Tachkent, 1909, p. 68.

3 Ostroumov N. P., “Musul’manskie maktaby i russko-tuzemnye školy v Turkestanskom krae [Les maktab musulmans et les écoles russes pour indigènes au Turkestan]”, dans : Turkestanskij sbornik [Recueil du Turkestan], vol. 418, 1907, p. 53.

4 Karlybaev M., Istoriâ narodnogo obrazovanià v Karakalpakii v XIX – načale XX vv. : AKD [Histoire de l’éducation publique au Karakalpakistan au XIXe et au début du XXe siècle : résumé de thèse], Noukous, 1995.

5 Archives centrales d’État de la République d’Ouzbékistan (= CGARU), Fonds I-269, opuscule 1, document 83, feuilles 6-7 ; document 107, feuilles 24-25.

6 Arrondissement dans la division administrative de l’empire russe.

7 Canton ou commune de la même division administrative.

8 Xožanijaz uly Ġ. ; Ûsupov O., Qaraqalpaqstandaġy muxxades orynlar [Les lieux saints du Karakalpakistan], Noukous : Poligrafist, 1994, p. 49.

9 Danilevskij G. I., Opisanie Hivinskogo hanstva [Description du khanat de Khiva], St.-Pétersbourg, 1851, p. 108.

10 Esbergenov X., Qoŋyrat : tarijxyj häm madenij estelikleri [Qoŋyrat : monuments historiques et culturels], Noukous : Bilim, 1993, p. 75-78.

11 Karazin N. V., “V nizov’âh Amudar’i : putevye očerki [Dans le delta de l’Amou Darya : notes du voyage]”, Vestnik Evropy [Messager de l’Europe], vol. 50, n° 2, 1875 ; p. 222.

12 CGARU, Fonds I-181, opuscule 1, document 75, feuille 46.

13 CGARU, Fonds I-1, opuscule 1, document 1725, feuilles 157-158.

14 G. I. Danilevskij, op. cit., p.105.

15 Koŝanov A., Polevye zapisi v Čimbajskom, Mujnakskom, Tahtakupyrskom rajonah v 1969 godu [Notes de terrain prises dans les régions de Šymbaj, de Mojnaq et de Taxta-köpir en 1969], N° 10, p. 50 (Archives de la Bibliothèque fondamentale de la FK de l’AS de la République d’Ouzbékistan).

16 CGARU, Fonds I -1, opuscule 11, document 1725, feuilles 167-172.

17 Bendrikov K. E., Očerki po istorii narodnogo obrazovaniâ v Turkestane [Contributions à l’histoire de l’instruction publique au Turkestan], Moscou, 1960, p. 32.

18 Bregel Û., Dokumenty arhiva hivinskih hanov po istorii i ètnografii Karakalpakov : podbor dokumentov, vvedenie, perevod, primečaniâ i ukazateli Û. Bregelâ [Documents des archives des khans de Khiva concernant l’histoire et l’ethnographie des Karakalpaks : choix de documents, introduction, traduction, notes et index d’Û. Bregel], Moskva : Nauka, 1967 ; 539 p.

19 CGARU, Fonds I-17, opuscule 1, document 32696, feuille 306.

20 kureng, un mot d’origine mongole, indique le plus souvent, dans les documents des khans des Khiva, l’unité imposable sur laquelle était prélevé le zakât. On suppose ensuite que les kureng étaient des forts-refuges où on mettait les biens et le bétail en cas d’incursions ennemies, cf. l’article de Xožanijazov dans le présent volume. Pour des renseignements plus amples sur les kureng, cf. Bregel 1967 : pp. 41-45 – Note de l’éditeur, Sv. J.

21 Usenov E., Išanqala [Ishân-qala], Noukous, 1992, p. 28.

22 Op. cit., p. 6.

23 Notes de terrain de l’auteur de 1995, N° 12, région de Qanly-köl.

24 Notes de terrain de l’auteur de 1997, N° 11, région de Bozataw.

25 Notes de terrain de H. Esbergenov, N° 21, 1957 dans : Polevye materialy istoriko-lingvističeskoj èkspedicii karakalpakskogo kompleksnogo NII AN UzSSR [Notes de terrain de l’expédition historique et linguistique de l’Institut de recherche karakalpak de l’AS d’Ouzbékistan], 1957, pp. 41-104 (Archives de la Bibliothèque de la FK de l’AS d’Ouzbékistan).

26 Op. cit., p. 102.

27 Notes de terrain de l’auteur de 1997, N° 13.

28 Ibidem.

29 Koŝanov A., Polevye zapisi N° 10 za 1968 goda [Notes de terrain de 1968, N° 10], (Archives de la Bibliothèque de la FK de l’AS d’Ouzbékistan).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sceau de Qutlugh khwâja îshân 1269 de l’hégire (1853)
Légende Qutlugh khwâja îshân kafâ bi-l-mavtî vâ‘iẓan 1269.2,9 x 2,9 cm.
Crédits Provenance : kolkhoz Piržan Sejitov, district de Šymbaj, Karakalpakistan.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Sceau de Qutlugh khwâja îshân 1284 de l’hégire (1866)
Légende Kafâ bi-l-mavtî vâ‘iẓan yâ Qutlugh khwâja 1284.2,8 x 1,8 cm.
Crédits Provenance : kolkhoz Piržan Sejitov, district de Šymbaj, Karakalpakistan.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/664/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Sceau de Sirâj ad-Dîn b. Qutlugh khwâja îshân
Légende Kafâ bi-l-mavtî vâ‘iẓan yâ Sirâj ad-Dîn.2 x 1,6 cm.
Crédits Provenance : kolkhoz Piržan Sejitov, district de Šymbaj, Karakalpakistan.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/664/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Sceau de Idrîs îshân petit-fils de Qutlugh khwâja îshân 1338 de l’hégire (1919)
Légende Yâ Muḥammad Idrîs kafâ bi-l-mavtî vâ‘iẓan 1338.2 x 1,4 cm, sous forme de bague.
Crédits Provenance : kolkhoz Piržan Sejitov, district de Šymbaj, Karakalpakistan.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/664/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Sceau de Khwâja Niyâz b. Aymuḥammad îshân de Šymbaj
Légende Kafâ bi-l-mavtî vâ‘iẓan yâ Khwâja Niyâz.2,5 x 2 cm.
Crédits Provenance : kolkhoz “Šymbaj”, district de Šymbaj, Karakalpakistan
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/664/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Plan schématique du complexe de Qaraqum îshân
Légende Madrasa d’Idrîs îshân (petit-fils de Qutlugh khwâja îshân)1, 2 : étables3 : grainier4 : pièces d’hôtes5, 6 : petites cours7 : cour8 : étable9 : couloir10-12 : pièces d’habitation10a-12a : ayvân13 : couloir14-20 : pièces d’habitation21 : cuisine22 : ayvân22a-22e : pièces d’hôtes22j : entrée23, 24 : pièces d’habitation25 : salle d’attente26 : bibliothèque27 : grainier28-33 : pièces d’habitation34 : emplacements pour les yourtes34a : dépendances35 : cour en plein air36 : toilettes37 : couloir couvert de la mosquée38 : huilerie39-40 : dépendances 292-293 : dépendances41 : passage découvert
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/664/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Makset Karlybaev, « L’instruction musulmane et les îshân chez les Karakalpaks du XIXe siècle », Cahiers d’Asie centrale, 10 | 2002, 177-191.

Référence électronique

Makset Karlybaev, « L’instruction musulmane et les îshân chez les Karakalpaks du XIXe siècle », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 10 | 2002, mis en ligne le 28 août 2009, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/664

Haut de page

Auteur

Makset Karlybaev

Département d’histoire, Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie, Filiale karakalpake de l’Académie des sciences d’Ouzbékistan

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org