Navigation – Plan du site
Dossier

Les fortifications karakalpakes aux XVIIe-XIXe siècles

G. Xožanijazov
Traduction de Margarita Filanovič
p. 139-166

Texte intégral

1Au XVIIe siècle les Karakalpaks se trouvaient dans la région des cours moyen et inférieur du Syr Darya. Puis, ils se sont dirigés vers le sud-ouest et, avec les Ouzbeks nomades installés au nord du Khorezm, ils ont créé ensemble une principauté indépendante, appelée principauté de l’Aral. Les sources écrites de la période allant du XVIIe au XIXe siècle mentionnent cette principauté à côté des khanats de Khiva et de Boukhara, ce qui permet de la considérer comme une entité distincte. Les villes de Qoŋyrat et de Šahtemir en étaient les centres principaux et elle a recouvert tout le nord du Karakalpakistan moderne, dans le delta de l’Amou Darya [1, p. 120].

2Au XVIIIe et au début du XIXe siècle, les Karakalpaks ont inclus au nombre de leurs domaines les régions du Quwan Darya et du Žaŋa Darya (bassin du Syr Darya) et ont élargi les limites de leurs terres au sud jusqu’au bas Amou Darya. Les oasis du Žaŋa Darya formaient le centre de la région peuplée par les Karakalpaks, une région qui resta indépendante des khans kazaks comme de ceux de Khiva jusqu’au début du XIXe siècle [2, p. 57].

3Les fortifications karakalpakes ont été élaborées dans un contexte d’insécurité, de risque perpétuel d’incursions ennemies (rivalités avec les khanats kazaks et de Khiva, invasions djoungares) auxquelles les clans karakalpaks ont répondu par la construction de villes fortifiées, ou “qorġan”, comme Qoŋyrat, Šymbaj et Xoželi.

4Les établissements fortifiés des Karakalpaks sont mentionnés dans les chroniques historiques des khans de Khiva [4]. On en trouve également la mention dans le folklore et dans la littérature karakalpake des XVIIe-XIXe siècles (Kün Xoža, Žijen žyraw, Äžinijaz, Berdaq, Öteš, Omar et d’autres).

5De même, de brefs renseignements se rencontrent dans les récits et les notes de voyage des membres des missions scientifiques et militaires, dans les rapports des ambassadeurs russes, ainsi que chez les voyageurs (D. Gladyšev, I. Muravin, G. P. Danilevskij, M. N. Galkin, N. Karazin, A. V. Kaul’bars, V. V. Grigor’ev, N. I. Veselovskij, M. G. Černâev, A. L. Kun, A. Vambery et autres). Des cartes étrangères des XVIIIe-XIXe siècles les indiquent aussi.

6Une contribution considérable à l’étude de l’histoire des Karakalpaks a été apportée par des chercheurs qui participaient à l’Expédition archéologique et ethnographique du Khorezm, dirigée par S. P. Tolstov. En 1945, la création d’une équipe spéciale dans le cadre de cette expédition, confiée à la direction du professeur T. A. Ždanko, a joué un rôle important dans l’étude ethnographique des Karakalpaks. En 1945-1948, cette équipe a travaillé dans l’oasis du Khorezm où elle a étudié l’architecture des XVIIe-XIXe siècles [3, pp. 460-466 ; 5, pp. 567-584]. Puis, en 1948, elle a travaillé sur les sites d’Aqžaġys (Ajdos-qala), de Mexter-qala et sur les manoirs fortifiés (häwli) d’Orynbaj bij, d’Oraz atalyq, d’Äwez atalyq et d’autres [3, p. 474].

7Lors des prospections en 1957 par une équipe d’archéologues et de topographes sur le réseau d’irrigation du Žaŋa Darya (XVIIIle-début du XIXe siècle), on a découvert le fort-refuge d’Aralbaj-qala et les ruines d’autres établissements fortifiés [6, pp. 172-190 ; 7, pp. 3-22]. Le professeur S. K. Kamalov a étudié les documents des archives concernant l’histoire des Karakalpaks de la période dite “du Žaŋa Darya” ainsi que les notes prises lors des recherches de terrain dans la région en question [2, pp. 5-16].

8En 1958-1959, une équipe archéologique, dirigée par V. N. Âgodin et A. V. Gudkova a travaillé dans la partie septentrionale du delta de l’Amou Darya et y a étudié des fortifications karakalpakes [8, pp. 248-273]. Plus tard, dans les années 1970, des ethnographes de Noukous ont exploré sur place des vestiges de villages et d’habitations dont les descriptions ont été publiées en particulier dans les ouvrages de X. Esbergenov [9 ; 10]. Des thèses ont également été soutenues sur ce thème [12]. Dans l’ensemble, la plupart des établissements fortifiés karakalpaks sur les cours inférieurs de l’Amou Darya et du Syr Darya ont ainsi été étudiés et décrits.

9D’après leurs plans et leur architecture, on peut définir trois types parmi ces établissements : villes fortifiées, forts-refuges ou refuges fortifiés et manoirs fortifiés ou häwli. Des tours de guet, également appelés tours-minarets, existaient aussi.

I. Les villes fortifiées

10Etant donné les traits spécifiques de l’économie et du mode de vie des tribus karakalpakes, il y avait très peu de villes à proprement parler dans les territoires qu’ils habitaient. Des bourgs petits et moyens mais possédant quelques unes des fonctions urbaines, comme une forteresse, un centre commercial et artisanal, et parfois un ensemble cultuel, constituaient le type prédominant. Selon F. S. Basiner, membre de la mission du colonel Danilevskij, qui a visité l’oasis du Khorezm en 1842, les cités, ou villes fortifiées, différaient des villages par la présence d’un fonctionnaire du khan et au contraire de ces derniers, elles possédaient des remparts d’argile, plusieurs mosquées et des marchés. Basiner a compté 25 villes en suivant cette définition y compris Qoŋyrat, Xoželi et Šahtemir-Šymbaj [13, pp. 210-211].

11À la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, on peut noter l’existence de villes semblables, remplissant des fonctions semblables, au sud du Khorezm (Hazârasp, Xanqa, Ourgentch, Shâhâbâd, Gurlen, Vazir, Ghâziâbâd et d’autres). Chacune d’elles possédait une enceinte bien fortifiée, pourvue de portes et entourée d’un fossé rempli d’eau [22, p. 85].

12Ces cités urbaines répondent aux critères déterminant “la ville” en Asie centrale : ce sont des centres commerciaux et économiques, voire plus tard industriels, où se situe le siège des fonctionnaires du khan et où se déroule de plus une activité culturelle et religieuse (mosquées, madrasas, qâḍîkhâna).

I.1. Qoŋyrat

13Qoŋyrat a été fondée par des membres de la tribu des Qoŋyrat, qui vivent depuis longtemps dans cette région. Selon les textes du XVIIe siècle, Qoŋyrat était une petite forteresse et ce n’est seulement qu’à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle qu’elle s’est transformée, selon Â. Gulâmov, en une ville à l’importance considérable [14, p. 216]. Qoŋyrat considérait alors les villes de Xoželi, de Maŋġyt et de Qypšaq comme faisant partie de ses possessions [20, p. 106].

14On connaît le récit de la cérémonie du “couronnement” d’Abû al-Ghâzî Bahâdurkhân comme souverain de la principauté de l’Aral, qui a eu lieu probablement dans l’ancienne forteresse de Qoŋyrat en 1643 : « En 1054 de l’hégire, moi, misérable créature, j’ai été promu khan dans la principauté de l’Aral » [15, p. 284]. Peu après, Abâ al-Ghâzî fut proclamé khan de Khiva mais la principauté de l’Aral resta sous son autorité.

15Dans les années quatre-vingts du XVIIe siècle, sous le règne d’Arang Khân (1687-1688), les Maŋġyt et une partie de la population de la ville de Qoŋyrat, dirigés par Muḥammad, contestèrent la tutelle du khan de Khiva de sorte qu’Arang Khân octroya le titre d’atalyq à Muḥammad [14, p. 213].

16Sous le règne de Yâdgâr Khân de Khiva, la principauté de l’Aral était dirigée par Esim, sultan des Karakalpaks [2, p. 65]. Au temps du règne de Shîr Ghâzî Khân de Khiva (1715-1728) les tribus des Qoŋyrat et des Maŋġyt de la principauté de l’Aral, emmenées par Sirdaly bij, élevèrent un fils de Musa Khân, Šahtemir, sur le trône de l’Aral.

17V. Grigor’ev, se référant au récit de Fëdor Grušin, ancien captif à Khiva, et à celui du colonel G. I. Danilevskij, écrit que la principauté de l’Aral exista jusqu’en 1805. Töre Ṣûfî en était alors le gouverneur : il fut tué d’une manière sournoise par un de ses courtisans [19, p. 13] et remplacé sur le trône par Berdibek, son meurtrier, à qui succéda son fils Qutluq Murad bek. Cet événement se place en 1241 de l’hégire (1826), pendant le règne d’Allah Quli Khân (1825-1842). Qutluq Murad bek, bien qu’il ait été nommé dans ses fonctions de ḥâkîm-gouverneur par le souverain de Khiva, était en réalité tout à fait indépendant. Son lien de vassalité ne s’exprimait que par le paiement des impôts, au reste il possédait un pouvoir sans limite. Muḥammad Fen, petit-fils de Töre Ṣûfî, continua cette politique. En 1858, il proclama même son indépendance complète par rapport au khanat de Khiva [19, p. 13]. La ville de Qoŋyrat fut donc gouvernée dans les années quarante du XVIIIe siècle par ses propres notables et, parmi eux, Berdaly bek, Bek Nazar bij, Balta atalyq, Raḥmân Quli bij et ‘Avaz inaq, personnalités que mentionne le lieutenant Gladyšev [16, pp. 15-16].

18Qoŋyrat, à la fin du XVIIIe siècle, atteignit une importance comparable à celle dont jouissait Gurganj (Ourgentch) à l’époque médiévale [17, p. 187 ; 18, p. 41]. Les hypothèses sur sa localisation s’appuient sur un plan du site relevé par Zelenin, sous-officier et topographe de deuxième classe, membre de la mission du colonel G. I. Danilevskij. C’est un document très important qui aide à restituer le plan général et la topographie intérieure de cette ville.

19Par ailleurs, la description faite par Danilevskij aide à mieux comprendre les relevés effectués par Zelenin : « Qoŋyrat, à 204,5 verstes au nord-ouest de Khiva, comprend une demeure du khan, entourée de vieux jardins [carte 2,1], les maisons du gouverneur et celles de deux de ses assistants [carte 2,3], ainsi que sept mosquées, 315 boutiques [carte 2,2] et quelques maisonnettes. Le remblai de la muraille, long de 4 verstes, court entre le Khân-jab “canal du Khan” et l’Amou Darya. À côté, plus près du fleuve, est élevé un autre mur qui forme une sorte du rectangle irrégulier dont les extrémités touchent la rive [carte 2,4] ».

20À l’époque, ces murs appartenaient aux remparts de l’ancienne ville de Qoŋyrat qui, encore au début du règne de Muḥammad Raḥîm Khân, était indépendante de Khiva et était gouvernée par ses propres töre. De la sorte, la morphologie urbaine et la topographie de Qoŋyrat facilitaient la défense de la ville : l’Amou Darya à l’est, le canal Khân-jab à l’ouest et des remparts au nord et au sud [20, p. 106 ; carte 2). Sa superficie n’était pas très grande, le bâti était compact, ce qui la différenciait des autres cités du khanat dont les habitations étaient clairsemées. M. N. Galkin, qui a visité Qoŋyrat en 1858-1859, y a noté la présence d’un caravansérail. Au marché, on vendait de la poterie, des fruits, du pain, du feutre, des peaux de mouton, des vêtements traditionnels fabriqués avec des tissus locaux. Galkin a recensé près de cent boutiques. Il a vu aussi les vestiges des remparts qui descendaient autrefois vers le fleuve [21, p. 183 ; 5, p. 24].

21Au début des années soixante du XIXe siècle, A. Vambery, orientaliste hongrois, a également visité Qoŋyrat. D’après lui, les marchés de cette ville étaient réputés. Des nomades des environs y vendaient beaucoup de bétail, ils y apportaient le beurre, le feutre, la laine de chameau et de mouton. Outre cela, Qoŋyrat faisait du commerce avec les autres parties du khanat et en particulier les fournissait en poisson séché de la mer d’Aral [22, p. 129]. Outre le gouverneur, il y avait dans la ville des atalyq, des žüzbašy, des xoža, des bažman ainsi que des nöker. Lorsque le khan de Khiva commençait une campagne militaire, les habitants de Qoŋyrat recrutaient 600 nöker dirigés par Qutluq Murad bek. La ville avait aussi une prison.

22Les riches citadins de Qoŋyrat faisaient construire des manoirs fortifiés (häwli), semblables à ceux de Khiva. C’étaient des petites forteresses rectangulaires, entourées de hauts murs en pisé munis sur les angles de demi-tourelles et d’une porte du côté sud. Il y avait à l’intérieur une cour, des habitations et des dépendances. Alors que la façade principale avait une décoration plus abondante, les murs et les demi-tourelles étaient couverts d’ornements simples, sculptés ou estampés sur l’enduit d’argile mouillé. Des créneaux décoratifs surmontaient la porte [51, p. 107]. Le häwli était entouré de champs et de petits jardins.

23On ne connaît pas le nombre exacte d’habitants de la ville de Qoŋyrat et de ses environs, les “Araliens”. Dans les années quarante du XVIIIe siècle, selon Gladyšev, la principauté de l’Aral était peuplée de 40 000 personnes approximativement [16, p. 45]. V. Grigor’ev donne, en 1859, le chiffre de 100 000 personnes [19, p. 11]. A. Vambery écrit que quatre aouls – Qyjat, Noġaj, Sarsar, Saqar – dépendaient de Qoŋyrat. N. Veselovskij estime que la population de la ville de Qoŋyrat et de ses alentours atteignait 100 000 personnes à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle [23, p. 257]. Une telle croissance de la population au milieu du siècle s’explique peut-être par l’arrivée de nombreux Karakalpaks du Syr Darya [24, p. 24-25]. Le colonel M. G. Černâev, qui a participé à la campagne de Khiva en 1873, a dénombré à Qoŋyrat trois milles yourtes [26].

I.2. Šymbaj

24La ville de Šymbaj, qui était l’un des établissements les plus importants de la rive droite de l’Amou Darya, jouait aussi son rôle dans la vie politique et économique des Araliens. Elle servait de relais à Khiva dans ses relations politiques et commerciales avec les Karakalpaks de l’Amou Darya et les Kazaks de la Petite Horde. Šymbaj était ainsi une des villes de contacts entre communautés sédentaires, nomades et semi-nomades des régions araliennes à l’époque étudiée [27, p. 55].

25On identifie ici Šahtemir à Šymbaj [14, p. 223 ; 28, pp. 79-248 ; 11, pp. 20-27 ; 27, pp. 45-59 ; 29, pp. 83-84]. Une colonie d’artisans et de marchands se forme près de la forteresse de Šahtemir dans les années 70 du XIXe siècle. Selon L. V. Sobolev, cette colonie, qui est devenue plus tard une ville, a été fondée par un certain Šymbaj, un homme riche qui habitait sur la rive gauche du Kegejli et la ville a reçu le nom de son fondateur [32 ; 27, p. 90]. Ainsi, au premier tiers du XIXe siècle, la ville de Šahtemir a perdu son nom d’origine et dès lors a été appelée dans les textes “Šymbaj”. Selon les sources, la population de la principauté de l’Aral, désirant obtenir l’indépendance, proclama khan Šahtemir en 1715 ; lui-même avait sa résidence sur le canal de Kegejli, d’où le nom de Šahtemir donné à ce lieu.

26En 1715, après une invasion destructrice de Shîr Ghâzî Khân de Khiva contre Qoŋyrat, la ville de Šahtemir devint le centre de la principauté aralienne. Cela est confirmé par le fait qu’elle soit indiquée sur la carte du géodésiste Muravin comme le centre de la principauté. Lorsque Artuq bek et ses frères reçurent Gladyšev et Muravin à Šahtemir, il n’était pas seulement le ḥâkîm de cette ville mais déjà le gouverneur de toute la principauté de l’Aral. Pendant l’audience entre Artuq bek, le khan de Khiva Abû al-Khayr Khân et Nâdir Shâh, au Quartier général de celui-ci dans la ville de Xanqa, Muravin rencontra également Muḥammad bek, ancien souverain de la principauté de l’Aral [16, pp. 76-78].

27Le qorġan de Sasyq bij est un des monuments de cette époque à Šahtemir-Šymbaj [9, p. 21 ; fig. 3,3]. Ce monument à plan rectangulaire de 200 x 105 m de dimension est situé dans le faubourg nord-est de la ville actuelle. À l’intérieur de son enceinte, il n’y a pas de traces d’habitations, ce qui laisse supposer qu’il était utilisé comme refuge par les habitants du voisinage en cas de danger. Lors des recherches menées en 1976-1977, on a découvert des fragments de céramique de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècles [30, p. 46].

28Une plaque de marbre, trouvée en 1978 dans une vieille mosquée, a été datée de cette même période. Cette plaque rectangulaire de 69 x 50 x 10 cm de dimension porte une inscription en persan. Composée de 48 lignes, elle mentionne un certain Bekpolat, probablement atalyq de Šymbaj, appartenant au clan Ujġur [11, pp. 22, 29-30].

29Après l’annexion de la rive droite de l’Amou Darya à l’Empire russe en 1873, la ville de Šymbaj est devenue le centre du District de Šymbaj de la Région de l’Amou Darya [11, p. 9]. D’après la documentation et les dernières études de terrain, il y avait à Šymbaj à la fin du XIXe siècle des artisans appartenant à 145 corps de métiers différents et 442 boutiques avec un grand assortiment de marchandises. D’après N. Karazin, « en hiver tous se réunissent à l’intérieur de l’enceinte de Šymbaj, et le nombre de yourtes monte à quarante mille ». La ville avait aussi un marché, une mosquée, une madrasa et un qâḍîkhâna.

I.3. Xoželi

30La ville de Xoželi est une des plus anciennes villes de la région de l’Aral. Son histoire commencerait il y a 2 400 ans selon les données actuelles. La mémoire de son nom antique – Mizdahkan – a été conservée dans les nombreuses mentions qu’en font les géographes arabes médiévaux (ibn Rusta, al-Iṣṭakhrî et d’autres). Mais le site a été abandonné entre le XIVe et le milieu du XVIe siècles à cause du changement du cours de l’Amou Darya, qui se déversait alors dans la dépression du Saryqamyš. On sait que le fleuve a retrouvé son cours principal vers l’Aral dans la deuxième moitié du XVIe siècle. Le retour de ces flots puissants a permis l’installation de nouvelles communautés, non sur les emplacements précédents, mais au nord-est des limites actuelles de la ville moderne [35, pp. 3-6]. Xoželi est né.

31À l’époque du règne d’Asfandiyâr Khân (1623-1642), la résidence du gouverneur de Khiva fut temporairement déplacée sur la rive gauche de l’Amou Darya dans la forteresse de Xoželi [14, p. 192]. Cela est confirmé par Abû al-Ghâzî Bahâdurkhân qui écrit que cette forteresse existait déjà au début du XVIIe siècle. La forteresse de Xoželi était, selon les chroniques khiviennes, bien défendue au début de XIXe siècle et elle servait d’avant-poste aralien face au khanat de Khiva. Par conséquent, quand Eltüzer, le khan de Khiva, s’empara de cette forteresse en 1804, il donna l’ordre de détruire ses murs. Son armée eut besoin de trois jours pour y arriver [14, p. 211].

32Xoželi, situé près d’un des principaux passages sur le fleuve, un peu en amont du confluent du Kök-özek et de l’Amou Darya, devint rapidement un centre économique à la rencontre des routes commerciales terrestres et fluviales, à mi-chemin entre l’Aral et le Khiva et à proximité d’un des grands sanctuaires du Khorezm [27, p. 43-44].

33Basiner, qui l’a visité en 1842, compte Xoželi parmi les 25 villes du Khorezm et note la présence de quartiers d’artisans et de commerçants avec au moins 150 boutiques [36, p. 210]. Xoželi rapportait aussi d’importants droits de douane [14, p. 211].

II. Les forts-refuges

34Le deuxième type de fortifications des Karakalpaks comprend les forts-refuges ou refuges fortifiés. Le colonel A. V. Kaul’bars, membre de la mission de Khiva qui a visité la région de l’Aral en 1873, en a compté quarante environ, construits pour donner refuge pendant des razzias ennemies. D’après Kaul’bars, tous ceux qui avaient participé à la construction de ces refuges fortifiés, au signal donné, rassemblaient leurs biens et s’y réfugiaient [31, p. 543]. Ils ont été bâtis conformément aux normes de leur temps et on choisissait leur futur emplacement en fonction des impératifs de défense. Les constructeurs karakalpaks tiraient le meilleur profit du relief et, dans la mesure du possible, les construisaient sur des lieux élevés. À défaut, ils choisissaient des tertres qui étaient constitués par les ruines d’anciens bâtiments, datant des périodes antiques ou médiévales.

35Le fort-refuge de Bestam-qala se trouve à 2 km au nord-est d’Orynbaj-qala et date de la période étudiée ici (XVIIIe-début du XIXe siècle), mais il est situé sur un site médiéval. Il s’est substitué à une fortification des XIIe-XIVe siècles d’une superficie de 390 x 390 m, dont les murs ont été renouvelés, renforcés et réutilisés. Le fossé a été approfondi et des remparts extérieurs ont été érigés [7, pp. 16-18 ; 6, p. 187].

36On peut compter Kâfir-qala, Bijrjuk-qala, Sasyq bij et d’autres, qui datent de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle, parmi les refuges fortifiés.

37Kâfir-qala se trouve dans la région du Qara-özek et a été décrite une première fois par le professeur Â. G. Gulâmov sous le nom de Gâur-qala [14, p. 206]. C’est un rectangle de 220 x 180 m de dimension, entouré d’un mur en pisé qui repose sur un épais remblai. Le mur n’a conservé qu’une hauteur de 3 m ; les saillies arrondies sur chaque angle évoquent l’existence de tours. Ce site couvre une superficie de 5,5 à 6 hectares, il est largement occupé par des champs et, par endroits, traversé par des canaux. Presque en son centre, on trouve les vestiges de constructions en argile. Les remparts sont construits en argile battue de mauvaise qualité et le mur sud avait un couloir intérieur. Une coupe archéologique et un nettoyage des murs ont montré que l’édifice a subi un incendie puissant et a été détruit par le feu. On voit encore partout les traces de celui-ci sur les murs restants [8, pp. 267-268].

38Bijrjuk-qala se trouve à 15 km approximativement au nord-est de Sejxaman, dans de la région de Bozataw. Ce site a un plan rond irrégulier qui est déterminé par les accidents du relief naturel [fig. 3,1]. Il est délimité par un fossé et un rempart de terre mais il ne comporte pas de vestiges d’habitations à l’intérieur, bien qu’on y trouve partout des traces d’incendie. V. N. Âgodin estime que Bijrjuk-qala et Kâfir-qala appartiennent au nombre de petits forts-refuges mentionnés par Gladyšev et Muravin [8, pp. 268-269]. Dans la partie sud-est de Dawqara on trouve aussi d’autres forts-refuges, mais dans un bien meilleur état de conservation, comme Qylyč-qala et Mexter-qala, distantes l’une de l’autre d’un demi-kilomètre [14, p. 205].

39Sasyqbij est situé près de la ville de Šymbaj. C’est un ensemble construit à l’écart, probablement la résidence de Šahtemir. De forme rectangulaire, il est étendu d’est en ouest, entouré d’un fossé de 5 à 7 m de large et de 0,5 m de profondeur et couvre une superficie de 200 x 105 m environ [fig. 3,3]. Ses remparts faits en pisé sont devenus maintenant une sorte du remblai de 7 à 9 m et, par endroits, de 1,5 à 2 m d’épaisseur. Bien qu’on puisse discerner une ouverture au milieu du mur est, l’espace intérieur est dépourvu de toute trace de construction. Ce site est traversé du sud au nord par un canal [9, p. 21].

40Le puissant refuge fortifié connu sous le nom d’Aqžaġys est daté de la première moitié du XVIIIe siècle [14, p. 211]. Le terme karakalpak “žaġys” se traduit par “passage”, d’où Aqžaġys, “le Passage blanc”, qui désigne le petit embarcadère qui se trouvait là. Avant le XIXe siècle, un canal qui portait le nom d’Aqžaġys se jetait dans la partie est du lac de Qaratereŋ). Cette partie du lac s’appelait à cette époque Tampy ajaġy et elle donnait naissance à la rivière de Žaŋa-su. Le fort-refuge d’Aqžaġys, devenue par la suite Ajdos-qala, se situait près du coude formé par le canal Kök-özek, sur sa rive droite, là où une route caravanière menait de l’oasis du Khorezm au Žaŋa Darya. Ce site a une forme trapézoïdale s’étendant du sud ou nord le long de la rivière [fig. 3,4]. Les dimensions de ce “trapèze” sont de 830 x 370 x 772 x 254 m. Son mur d’enceinte fait en pisé, maintenant détruit, s’est transformé en une sorte de remblai de 2 m de hauteur. Le site est divisé en deux parties inégales. Selon des informateurs, ces remparts étaient auparavant tellement hauts que des yourtes montées dans l’enceinte n’étaient pas visibles de l’extérieur. Du côté du “passage” sur le fleuve, le site était défendu par un double rempart. À l’intérieur, on ne trouve aucun vestige de construction. Il possédait par ailleurs deux portes, l’une au nord et l’autre au sud. D’après une légende, on trouvait ici assez de place pour abriter deux mille yourtes.

41En occupant une position stratégique avantageuse dans la partie est du delta de l’Amou Darya, Aqžaġys était devenu au début du XIXe siècle un avant-poste important du khanat de Khiva face à la principauté de l’Aral. En même temps, c’était le point de départ des expéditions militaires de Khiva (1809-1811) contre les Karakalpaks du Žaŋa Darya [27, p. 75].

42Aralbaj occupe une place centrale dans l’oasis de Qyly. C’est un rectangle irrégulier (180 x 204 x 180 x 188 m) entouré d’un rempart et d’un fossé [fig. 3,5]. Le rempart en argile n’est pas haut et il possède des tourelles rondes sur les angles, d’où l’on pouvait faire feu. Il a 60 à 70 cm d’épaisseur au pied, 30 à 40 cm au sommet et 2,3 m de hauteur (3,2 m s’il est mesuré à partir du fossé). Son côté nord est percé d’une ouverture. Pour la construction, le pisé a été renforcé par endroits avec des troncs de saxaoul. À 300 m au nord d’Aralbaj-qala il existe un cimetière et, au sud, on trouve des vestiges de jardins et de champs [6, pp. 179-180].

43Dans l’oasis de Sazlyqudyq, à 15 km au nord-est du site de Qyly, on a découvert deux grands refuges, dont le plan rappelle celui d’Aralbaj-qala. Ils se trouvent entre deux lignes de dunes sablonneuses du Qyzylqum. Le refuge sud a la configuration d’un losange dont les côtés mesurent 126 x 111 x 112 x 125 m. La trace d’un rempart de 0,5 à 0,7 m de hauteur et de 2,5 m d’épaisseur est bien visible. On peut distinguer deux ouvertures sur les côtés sud-ouest et nord-est. Le tout a été entouré d’un fossé. Près du mur sud-ouest des deux côtés de la baie, il y a des traces de constructions. À l’extérieur du site, juste en face de l’entrée, on trouve les ruines d’un bâtiment à deux pièces [6, pp. 185-186].

44Žaŋa-qala a été étudiée en 1946 au moyen de prospections aériennes effectuées par l’Expédition du Khorezm. En 1957, V. N. Âgodin, N. I. Igonin et A. V. Gudkova ont décrit ce site en détail, tout en recueillant des informations historiques et des légendes auprès de la population locale.

45L’enceinte carrée (168 x 168 m de côtés) est orientée selon les points cardinaux. Elle a trois ouvertures de 4 m de large dans chacun des murs nord-ouest, sud-ouest et sud-est. Le mur d’enceinte construit en pisé est flanqué de tours semi-circulaires, situées sur les quatre angles [37, pp. 164-165]. Il existe un autre monument s’appelant Žaŋa-qala mais qui porte également le nom de “la forteresse du vieux Šumanaj”. Elle est carrée (250 x 350 m de dimension), entourée de murs de 2,5 à 2,7 m de hauteur et d’un fossé de 5 à 6 m de large [38, pp. 79-80].

46Xudajbergen-qala a été construite vers le milieu du XIXe siècle. Elle se trouve sur la rive orientale d’une des branches du Köne Darya, dans la région de Qoŋyrat. D’après les relevés de T. A. Ždanko, faits en 1957, ses murs ont été très abîmés et sont devenus des remblais aplatis où, par endroits, on peut discerner des blocs de pisé. Dans le mur sud, on peut voir une ouverture et les vestiges d’une construction associée à la porte. Ceint d’un fossé, ce fort-refuge non plus n’entourait pas d’habitations [37, p. 164-167].

47Molla Pirim-qala, dans la région de Mojnaq, en aval du canal Tallyq, servait comme abri pendant les razzias incessantes des Turkmènes. Une légende, notée en 1946 par T. A. Ždanko, raconte que cette forteresse a été construite par un héros populaire de la tribu des Qytaj [3, p. 496].

48Seren-qala, dans la région du Qara-özek, est construite sur le coude du Kök Darya (rive gauche) et elle pouvait ainsi contrôler le passage sur cette rivière aujourd’hui asséchée. Elle est de forme rectangulaire (190 x 90/95 m de côtés) et s’étend du nord-ouest au sud-est [fig. 3,6]. L’enceinte repose sur une sorte du remblai recouvert de branches et de roseaux, elle est munie de quatre tours sur les angles et d’une tour au milieu de la façade nord-est, donnant sur la rivière. L’ensemble comprend deux cours, séparées d’un mur construit de la même façon. Ce mur médian avait une porte, l’autre porte se trouvait dans le rempart sud-est.

49Au sommet du mur il y avait une galerie, pour les hommes d’armes, qui courait le long du mur, du côté intérieur. La population locale raconte que cette forteresse a été construite par le karakalpak Seren sur les ordres du khan de Khiva pour le protéger de la flotille de Butakov.

50V. N. Âgodin et A. V. Gudkova ont identifié Seren-qala à Mexter-qala, ou Küjik-qala, décrite par Kaul’bars, Stenkevič et Giršfel’d [8, p. 270]. Cependant il n’est pas exclu que la forteresse de Seren-qala ait été édifiée bien avant 1858, date à laquelle la flottille de Butakov se trouvait sur la mer d’Aral. Sa partie nord-ouest a probablement été bâtie à l’époque où la principauté de l’Aral existait encore. Au milieu du XIXe siècle, de nouvelles constructions ont été édifiées du côté sud-est de la forteresse avec l’objectif de protéger la capitale contre l’armée russe. Les événements postérieurs ont montré l’utilité de ce choix stratégique pour la défense du khanat [fig. 3, 6],

51Il y a encore un autre site karakalpak du même type. C’est l’enceinte d’Ernazar-qala [fig. 3,8], située à 14 km au nord-est du village de Quralpa, dans la la région du Qara-özek. Une légende lie sa construction à l’activité d’un héros populaire, Ernazar, du clan Qoldawly, qui fut à la tête d’une révolte contre Khiva en 1855-1856. Cette forteresse est entourée d’un fossé rempli d’eau par endroits.

52Les chroniques de Khiva mentionnent une forteresse-refuge qu’elles appellent Aq-qala “La forteresse blanche”, située au nord-ouest de l’emplacement supposé de Nuquz et construite par Šahtemir Khân et Širdaly bij. D’après ces chroniques, la résidence des Maŋġyt dans les années quatre-vingts du XVIIIe siècle s’appelait Maŋġyt-qala. Le Maŋġyt Žan Murad inaq prit cette forteresse après être arrivé de Boukhara en 1787. Il fit ‘Abd ar-Rahmân sultan des Karakalpaks et fit creuser un canal pour la forteresse de Nuquz [14, p. 206]. Selon Â. Gulâmov, la forteresse de Maŋġyt-qala se trouve dans la région de Qalaköl, ou Qallyköl, juste au sud des collines de Qubataw et Qusqanataw [14, p. 207]. En 1787 les soldats de Khiva assiégèrent la forteresse de Nuquz et vainquirent définitivement les Maŋġyt. Sur l’ordre de Muḥammad ‘Amîn inaq, tous les habitants de Maŋġyt-qala furent déportés sur les terres arrosées par le canal Atalyq-arna où une nouvelle forteresse des Maŋġyt fut érigée, d’où le fait que le canal ait été rapidement appelé aussi Maŋġyt-arna [14, p. 208].

53Les sources écrites mentionnent aussi plusieurs forts-refuges qui ne se sont pas conservés jusqu’à nos jours. Dans les notes de Gladyšev et Muravin concernant leur itinéraire en 1740-1741, on trouve la mention, par exemple, du “fort de Nuquz”, situé à 28 verstes au sud-ouest de Šahtemir-Šymbaj [16, p. 62]. Selon N. Karazin ce fort était bien protégé car il était destiné à contenir une garnison [34, p. 220]. D’après A. Levšin, il y avait au XVIIIe siècle des dizaines de forts-refuges karakalpaks sur la rive droite du Quwan Darya, par exemple Žeti-qala, Žigit-qala, Qum-qala, Quwan-qala, Qulčuk-tam et d’autres [39, pp. 213-214].

III. Les manoirs fortifiés ou häwli

54Les féodaux karakalpaks habitaient dans des manoirs individuels fortifiés. Chaque manoir était entouré de très hauts murs légèrement inclinés et de champs appartenant au propriétaire. Des colonnes encastrées en argile, placées à un intervalle de 4 à 5 sažen’ (1 sažen’ = 2,13 m), jouaient le rôle de contreforts sur la façade et aux angles. Elles étaient couronnées d’une sorte de bulbe. Comme exemple typique du häwli karakalpak, on peut citer Orynbaj-qala, Oraz atalyq, Ishân-qala et d’autres.

55Orynbaj-qala appartenait au Maŋġyt Orynbaj bij, connu grâce aux mentions du chroniqueur M’unis. Il était contemporain de la conquête de l’el karakalpak du Žaŋa Darya, effectuée par Muḥammad Raḥîm Khân de Khiva, et du déplacement forcé des tribus soumises dans le bassin du Kegejli. Les ruines d’Orynbaj-qala se trouvent dans le lit asséché du Žaŋa Darya. Sa configuration rappelle le plan d’un château du haut Moyen âge. Dans l’ouvrage de V. Kallaur, Orynbaj-qala est indiquée sous le nom de “Qaraqalpaq-qala” [40, pp. 56-59]. Le manoir se présente comme un bâtiment occupant une superficie de 30 x 20 m. Les murs ont conservé 4 à 6 niveaux de pisé. Le bâtiment comprend huit pièces d’habitation aux niches triangulaires dont les parois sont décorées d’un ornement géométrique estampé sur l’enduit frais. Il y a aussi un ayvân où on plaçait en hiver une yourte. La mosquée domestique possédant un grand miḥrâb était près de l’ayvân. Le manoir avait deux entrées : l’une donnait accès à l’ayvân, l’autre s’ouvrait sur un couloir appelé dahlîz qui menait à la cour fermée et aux pièces à vivre. Le manoir était entouré d’un fossé de 5 m de largeur et de 1,5 à 2 m de profondeur.

56Un réservoir (ḥavḍ) et un petit canal étaient creusés devant le bâtiment. Le manoir possédait aussi un enclos pour le bétail, un carré de vignoble et un potager avec des melons. Tout l’ensemble, avec ses dépendances, était entouré d’un mur d’enceinte et couvrait une superficie de 300 x 250 m. Etant donné ses dimensions considérables, le manoir pouvait abriter en cas de menace ennemie les yourtes des vassaux du puissant bij des Maŋġyt [6, pp. 522-524 ; fig. 6].

57Dans la région du Qara-özek, les ruines d’Oraz atalyq sont situées sur une hauteur. Le site est en mauvais état de conservation. On a réussi à restituer son plan général en associant l’étude des ruines de ce bâtiment disparu au milieu du XIXe siècle aux récits des vieux habitants du cru. Son plan rappelle celui d’Orynbaj bij [3, pp. 524-525 ; fig. 5, 2].

58Arzy-qala est située à 9 km de Šejxaman sur la route de Zajr dans la région de Bozataw. C’était une résidence d’hiver d’Arzy atalyq. Ce häwli est étendu du sud au nord et doit sa forme ovale au relief naturel. Selon V. N. Âgodin, il couvre une superficie de 12 hectares approximativement. Le bâtiment était entouré d’un rempart de 10 m d’épaisseur, au pied duquel se trouvait un fossé [fig. 5,4]. Muzappar, petit-fils d’Arzy atalyq, nous a informé que son grand-père vivait dans la deuxième moitié du XIXe siècle et qu’il mourut en 1894. Le manoir n’était habité qu’en hiver au moment où, le canal étant gelé, la menace d’une incursion turkmène se précisait. Les gens y installaient leurs yourtes et les charrettes barraient l’accès au domaine. La maison de l’atalyq était la seule construction à l’intérieur des murs [34, pp. 269-270].

59Ishân-qala se présente comme un complexe de monuments historiques – forteresse, mosquée, madrasa et cimetière – de périodes différentes. Ishân-qala avait une forme rectangulaire de 68 x 35 m de côtés [fig. 5,5]. Le mur nord-est, de 9 x 25 m, était en saillie et le mur nord comportait deux grandes portes. Dans l’ensemble les murs étaient très hauts et soigneusement construits de neuf couches de pisé. Pourvus de colonnes semi-circulaires, ils étaient abondamment décorés sur l’enduit d’argile frais. Des habitations avaient été construites, adossées au rempart. Leurs toitures étaient pourvues d’installations pour l’évacuation de l’eau de pluie dont les gargouilles étaient en forme de fentes rappelant des meurtrières. Au sud de la forteresse, sur une colline sablonneuse, se trouvaient une mosquée, une madrasa et un cimetière ; un verger et un bosquet se situaient à l’est [37, pp.167-171].

60On peut conclure que les häwli des bij et des atalyq karakalpaks du XVIIIe et du début du XIXe siècle avaient un aspect d’enclos carrés, entourés de très hauts murs et possédaient des dimensions variées. Au centre de certains d’entre eux, comme par exemple à Orynbaj-qala, il y avait la résidence du notable [fig. 6]. Cependant, dans la majorité des cas, les habitations et leurs dépendances étaient construites le long du rempart, comme à Ishân-qala [fig. 5,5]. On peut trouver également des manoirs où ces constructions sont dispersées. Leshäwli, à la différence des forts-refuges, étaient utilisés par des groupes de parenté, dont chacun se devait d’avoir son manoir entouré de son mur en pisé.

IV. Les tours de guet ou tours-minarets

61Des tours de guet qui jalonnent les voies terrestres et fluviales reliant l’oasis du Khorezm à celles du Žaŋa Darya et du Syr Darya faisaient partie d’un système de défense commun. La population locale les appelle aujourd’hui “minarets”. Ces dernières années, on a découvert plusieurs de ces tours dans la région aralienne. Ce sont Taq Minar, Qos Minar, Murât Shaykh, Sejit Nesip et d’autres. De semblables “minarets” ont été remarqués par des voyageurs au XIXe et au début du XXe siècle (Kaul’bars, Stankevič, Giršfel’d, Galkin et d’autres). Les tours ont une forme de cône ou de pyramide tronquée. Elles sont construites en briques crues et ont une toiture plate. Par exemple le fût du “minaret” de Taq Minar a une maçonnerie de briques crues carrées de 26 x 26 x 5,5 à 29 x 29 x 7 cm de côtés. La construction repose sur six ou sept couches de briques cuites de semblables dimensions. Le diamètre au sol de la tour est de 4,25 m, et elle a conservé une hauteur de 6,5 m. Elle comporte deux niveaux. Au rez-de-chaussée il y a une pièce ronde de 2,7 m de diamètre et de 4,5 m de hauteur. Chaque niveau a son entrée indépendante, située du côté sud. L’ouverture du rez-de-chaussée a 0,5 m de large et 4,5 m de hauteur [fig. 7,1].

62À sept kilomètres approximativement à l’ouest de Taq Minar, on trouve les deux tours de Qos Minar, “Deux minarets”, également situées sur la rive droite du lit asséché du Qaraköl. D’après V. N. Âgodin et A. V. Gudkova, qui ont fait des prospections dans cette région en 1958, ces “minarets” avaient de 15 à 20 m de hauteur et 11 m de circonférence. Ils ont également une forme de cônes tronqués mais sont surmontés d’une petite tête entourée d’une sorte de chemin de ronde étroit sans rampe. Pour monter en haut du “minaret”, on utilisait des troncs de saxaoul, posés verticalement et encastrés dans le mur.

63La tour de Sejit Nesip, comme celle de Murât Shaykh, est devenue un tertre de 6 m de hauteur et de 14 m de diamètre. On peut toutefois remarquer, vers le milieu, des restes de murs, qui étaient faits de briques crues et cuites de 30-31 x 30 x 31 x 5-6 cm de dimension.

64Toutes ces tours font partie des ensembles défensifs des XVIIIe-XIXe siècles [18, pp. 271-272]. Elles restent bien visibles dans le paysage de la région et forment comme une chaîne qui s’étend de Taq Minar à Tuq.

65On trouve aussi une tour semblable, Jan Ghâzî Khân, dans la région de Bestöbe. Elle fut construite sur une hauteur près de l’ancienne route qui allait de Šuraxan à Noukous. Cette tour de 4 x 4 m de superficie au sol a 3,5 m de hauteur. Elle est faite en briques crues dont les dimensions sont de 32 x 35 x 5 cm et 32 x 35 x 7 cm.

66On connaît l’existence de telles tours dans la région de Tašauz, au Turkménistan, où elles sont appelées ding ce qui signifie “tour”. Ces hautes tours peuvent être soit isolées, soit construites dans l’espace des bâtiments domestiques. Elles avaient généralement deux étages et les chercheurs pensent qu’elles servaient à faire le guet et permettaient ainsi de signaler l’approche d’ennemis [43, p. 109]. On trouve des ding au nord comme au sud du Turkménistan [41, pp. 118-121 ; 42, p. 449]. Leur apparition remonte à l’antiquité, tant sur le territoire de l’Asie centrale qu’au Caucase.

V. Conclusions

V.1. La réutilisation des sites

67Les cas de réutilisation de sites sont nombreux. Ainsi, les Karakalpaks choisissaient d’habitude les ruines d’une forteresse bien située pour réutiliser ses constructions, ce qui s’explique, comme l’a justement remarqué S. P. Tolstov, par la nécessité de se défendre contre les incursions ennemies. Se faisant, on renouvelait ou bien on renforçait les anciens mur d’enceinte [7, p. 18]. Ce mode de reconstruction des anciens édifices fortifiés est également connu dans le sud de l’oasis du Khorezm. Le fort de Šuraxan (XVIIIe-XIXe siècles) par exemple se trouve sur les ruines d’une ville de l’Antiquité et du Moyen Age. Cette tradition est encore plus ancienne : les châteaux fortifiés de Bürkit-qala, d’Uj-qala, de Jakke Parsan et d’autres, qui datent du haut Moyen Age, ont été érigés sur les vestiges de cités antiques [52, p. 54] ; les remparts médiévaux de la ville de Khiva ont aussi été érigés sur un mur d’enceinte antique. Une autre méthode de construction des remparts mérite également notre attention : le mur d’enceinte de Seren-qala par exemple a été construit sur une sorte du remblai spécialement aménagé et aux dimensions de 2,5 à 3 m de hauteur et de 4 à 5 m de largeur.

V.2. La topographie des fortifications

68Les Karakalpaks construisaient souvent leurs fortifications sur les coudes ou bien aux confluents des défluents. Ces cours d’eau, étant dépourvus de ponts, constituaient un obstacle considérable pour des ennemis. Cependant, en contrôlant le cours supérieur des bras du delta, il était facile de priver les fortifications de leur approvisionnement en eau et d’obtenir ainsi leur soumission. Le rempart de presque toutes les fortifications karakalpakes aux XVIIe-XIXe siècles était ceint d’un fossé rempli d’eau qui constituait un des meilleurs moyens défensifs en cas de guerre.

69Le principal obstacle rencontré par l’ennemi, ensuite, était les murs d’enceinte faits de blocs de 5 à 10 m de hauteur. À Ishân-qala sont conservées neuf couches de pisé, sur une hauteur de plus de 8 m. L’aspect extérieur des murs reflète la bonne facture de toute la construction, qui laisse voir des lignes horizontales délimitant les couches de pisé dont l’épaisseur se réduit de bas en haut. Pour le soubassement des murs, l’utilisation d’une couche intermédiaire (de 30 à 35 cm au-dessus du sol) faite de roseaux et de gros morceaux de bois mérite d’être mentionnée. D’après l’explication d’informateurs âgés, ces couches intermédiaires préservent les murs de l’action du sel et renforcent leur solidité. On s’est servi d’une méthode analogue sur les sites de Seren-qala et de Žaŋa-qala à Šumanaj [38, p. 79 ; 44, p. 48]. Son utilisation dans un but d’hydro-isolation est attestée à des époques plus anciennes encore, en particulier sur les sites de Mizdahkan [45, p. 197] et de Žanpyq-qala [16, p. 61]. Les trous de 7 à 11 cm de diamètre, qu’on trouve dans la maçonnerie des murs des fortifications, indiquent que ces derniers comportaient des poutres. On retrouve ces techniques utilisées dans la plupart des édifices décrits ici [47, p. 30 ; 48, pp. 136-137].

V.3. Les matériaux de construction

70On utilisait d’habitude des matériaux de construction locaux, outre le pisé, des briques crues fabriquées à partir du lœss. Elles étaient utilisées bien souvent dans la construction des tours-minarets (Taq Minar, Sejit Nesip, Murât Shaykh et d’autres) ainsi que dans la maçonnerie des édifices à fonction sociale et cultuelle érigés à l’intérieur des enceintes [6, p. 185].

71Les portes, les poutres et plus rarement les fûts de colonnes étaient fabriqués en bois de saule. Pour l’aménagement des intérieurs, on utilisait surtout du mûrier. Le bois n’était pas seulement un matériau de construction, il était aussi utilisé dans la décoration. Des ornementations sculptées décoraient l’intérieur des habitations ainsi que les battants de portes (Ishân-qala).

V.4. Les tours

72La présence de tours à fonction défensive dans les ensembles fortifiés des Karakalpaks était très rare. Parmi plus de 30 fortifications qui nous sont connues, deux seulement comportent de telles tours : Aralbaj-qala et Žaŋa-qala à Qoŋyrat. Ainsi, à Aralbaj-qala, quatre tours rondes renforçaient les angles de l’enceinte et chaque mur était coupé au milieu par une tour [6, p. 18]. Žaŋa-qala était aussi défendue par des tours similaires [37, p. 167]. Il est probable que les angles de l’enceinte de Kâfir-qala aient été également fortifiés avec des tours [8, p. 208]. A. A. Roslâkov, spécialiste des fortifications turkmènes des XVIIIe-XIXe siècles, décrit des tours plus ou moins similaires mais à fonction décorative [53, p. 223].

V.5. Les meurtrières

73Le fort-refuge de Seren-qala est le seul qui permet d’imaginer le type de meurtrière existant dans ces fortifications, car les murailles des autres forts ne se sont pas conservées à une hauteur suffisante. Les meurtrières de Seren-qala sont percées dans les remparts à 1,2 m ou 1,3 m au-dessus de l’endroit où étaient postés les tireurs. Elles sont distantes de 0,9 cm à 1 m l’une de l’autre. Un groupe de meurtrières en forme d’éventail (1 simple, 2 latérales) alternait avec une série de 7 à 8 meurtrières ordinaires. Chaque embrasure de 15 x 15 cm de dimension comportait des barres de bois [50, pp. 25-26]. On a trouvé ces meurtrières dans les murs de Žaŋa-qala à Šumanaj [38, pp. 79-80].

74Il n’est pas exclu que bon nombre de fortifications ait été muni d’un “chemin de ronde” destiné aux tireurs, malgré l’épaisseur assez limitée du haut des murs. On pouvait aussi utiliser dans ce but les toitures plates des constructions adossées à ces derniers, comme par exemple à Ishân-qala.

V.6. Les portes

75Le nombre et l’emplacement des portes d’une ville constitue l’une des questions les plus importantes de l’étude historique de la topographie urbaine en Asie centrale. La porte est un des éléments les plus solides et parmi ceux qui se conservent le mieux de l’ensemble urbain. Dès l’Antiquité, le choix de leur emplacement a été dicté par les directions des chemins principaux qui reliait la ville à ses alentours proches et lointains. Les fortifications karakalpakes possèdent généralement une seule porte, comme Kâfir-qala, Ernazar-qala, Aralbaj-qala, Orynbaj-qala, Sasyq bij, Erežep-qala et d’autres. Cependant, il y a des sites avec deux portes (Aqžaġys) et même avec trois portes. Par exemple la forteresse de Žaŋa-qala, à Qoŋyrat, était accessible de trois côtés : nord-est, nord-ouest et sud-ouest [fig. 4]. C’était le cas des forteresses du vieil Ourgentch et de Tašauz datées de la même époque. En les visitant en 1873, A. Kun a remarqué trois portes dans chacune d’elles [54, pp. 213, 245].

76On peut d’ailleurs distinguer deux types de porte. Dans le premier type, deux tours flanquent la porte. Les participants à l’expédition russe qui étudiaient la possibilité de construire un chemin de fer depuis Aleksandrov-Gaj à Čaržow en ont photographié une dans la ville de Qoŋyrat en 1899 [55, pp. 38-39]. Dans le deuxième type, il y avait un petit couloir, formé par deux pylônes massifs en saillie (Aralbaj-qala, Žaŋa-qala) ou semi-circulaires (Ishân-qala). Parfois deux corps de gardes étaient associés à deux murs à l’intérieur du couloir (Žaŋa-qala). Les pans de portes étaient toujours faits de bois, comme ceux des forteresses de Khiva.

V.7. La qualité de la construction

77En comparant la qualité de la construction et la capacité de défense des édifices anciens et de ceux qui sont plus tardifs, on peut constater une certaine régression de la qualité et des modes de construction. Les murs plus tardifs sont essentiellement en pisé, sans briques. Ils ont la même épaisseur qu’à l’époque antique et médiévale mais la maçonnerie est plus légère et de moindre qualité. Les passages à l’intérieur du mur, ainsi que les cellules de tireurs des parapets et les tours sont placés maintenant de manière irrégulière et parfois irrationnelle. La construction des portes est devenue plus simple, le pan est beaucoup plus petit. Les tours elles-mêmes ont plutôt une fonction décorative. On peut observer la même situation partout en Asie centrale [42, p. 434].

78Chez les Karakalpaks, comme chez les autres peuples d’Asie centrale aux XVIIe-XIXe siècles, les fonctions de défense étaient toujours prépondérantes dans les projets de construction, des manoirs aussi bien que des villes. Les matériaux décrits ci-dessus montrent que nombre d’éléments de la structure des fortifications karakalpakes aux XVIIe-XIXe siècles vient d’un lointain passé. Cela concerne l’emplacement de la construction, le plan de la fortification ainsi que des détails tels que la porte, le fossé, le rempart, la triple meurtrière, les murs en pisé etc. [56, pp. 77-80 ; 57, pp. 246-252 ; 58, pp. 43-56]. Même si les ensembles fortifiés des Karakalpaks aux XVIIe-XIXe siècles semblent posséder les mêmes caractéristiques que les constructions semblables de toute l’Asie centrale à l’époque des khanats, la plupart d’entre eux attendent encore une étude spécifique.

Carte 1 : Les fortifications des Karakalpaks aux XVIIe-XIXe siècles

Carte 1 : Les fortifications des Karakalpaks aux XVIIe-XIXe siècles

1. Bijrjuk ; 2. Kâfir-qala ; 3. Sasyqbij ; 4. Aqžaġys ; 5. Žaŋa-qala de Qoŋyrat ; 6. Seren-qala ; 7. Orynbaj-qala ; 8. Arzy atalyq ; 9. Oraz atalyq ; 10. Išan-qala ; 11. Aralbaj-qala ; 12. Ernazar-qala (Qyrgy-qala) ; 13. Manġyt-qala ; 14. Nuquz ; 15. Žaŋa-qala de Šumanaj ; 16. Kökča-qala ; 17. Aq-qala ; 18. Molla-Pirim-qala ; 19. Azbergen-qala ; 20. Mexter-qala ; 21. Qylyč-qala ; 22. Toq Minar ; 23. Qos Minar ; 24. Sejit Nesip ; 25. Murat shaykh ; 26. Minar près de Toq-qala ; 27. Aq-qala de Mojnaq ; 28. Ernazar-qala (Izim-qala) ; 29. Bestal-qala ; 30. Xatyn-qala ; 31. Žaŋa-qala ; 32. Buzyq-qala ; 33. Jangikent ; 34. Žaman-qala ; 35. Žangyzy minar ; 36. Qozybaj-qala.

Carte 2 : La ville de Qoŋyrat en 1842. Levé de plan au jugé par Zelenin, sous-officier et topographe de deuxième classe, membre de la mission du colonel G. I. Danilevskij.

Carte 2 : La ville de Qoŋyrat en 1842. Levé de plan au jugé par Zelenin, sous-officier et topographe de deuxième classe, membre de la mission du colonel G. I. Danilevskij.

1. La demeure du khan

2. L’emplacement du bazar

3. La demeure du gouverneur de la ville

4. Le remblai de la muraille

Figure 3 : Les forts-refuges

Figure 3 : Les forts-refuges

1. Bijrjuk-qala ; 2. Kâfir-qala ; 3. Sasyq-bij ; 4. Aqžaġys ; 5. Aralbaj-qala ; 6. Seren-qala ; 7. Erežep-qala ; 8. Ernazar qala ; 9. Žaŋa-qala de Qoŋyrat ; 10. Qozybaj-qala.

Figure 4 : Plan du fort-refuge de Žaŋa-qala de Qoŋyrat

Figure 4 : Plan du fort-refuge de Žaŋa-qala de Qoŋyrat

Figure 5 : Les manoirs fortifiés

Figure 5 : Les manoirs fortifiés

1. Orynbaj-qala ; 2. Oraz-atalyq ; 3. Äwez aqsaqal ; 4. Arzy-atalyq ; 5. Ishân-qala

Figure 6 : Orynbaj-qala

Figure 6 : Orynbaj-qala

A – Plan général du manoir :
1. pièces d’habitation ; 2. enclos pour le bétail ; 3. réservoir d’eau ; 4. dépendances ; 5. fossé ; 6. mur d’enceinte ; 7. canal ; 8. route actuelle.
B – Plan de la partie centrale du manoir

Figure 7 : Tours de guet (sans échelle)

Figure 7 : Tours de guet (sans échelle)

1. Taq-Minar ; 2. Qos-Minar ; 3. Sejit Nesip ; 4. Murat Shaykh.

Haut de page

Bibliographie

1. Kamalov S. K., “K voprosu o formirovanii karakalpakskogo naroda [À propos de la formation du peuple karakalpak]”, Vestnik KKF AN UzSSR, n° 4, 1997 ; pp. 113-122.

2. Kamalov S. K., Karakalpaki v XVIII-XIX vekah : k istorii vzaimootnošenij s Rossiej i sredneaziatskimi hanstvami [Les Karakalpaks aux XVIIIe et XIXe siècles : contribution à l’histoire de leurs relations avec la Russie et les khanats d’Asie centrale], Tachkent : Fan, 1968 ; 325 p.

3. Ždanko T. A., “Karakalpaki Horezmskogo oazisa [Les Karakalpaks de l’oasis du Khorezm]”, THAEE, vol. I, Moscou : AN SSSR, 1952 ; pp. 461-566.

4. Materialy po istorii karakalpakov [Matériaux sur l’histoire des Karakalpaks], Moscou-Leningrad : AN SSSR, 1935 ; 299 p. (Trudy Instituta vostokovedeniâ AN SSSR [Travaux de l’Institut d’orientalisme de l’AS d’URSS], vol. VII).

5. Andrianov B. V., “Ak Džagyz : k istorii formirovaniâ sovremennoj ètničeskoj territorii karakalpakov nizov’â Amudar’i [Aqžaġys : contribution à l’histoire de la formation du territoire ethnique des Karakalpaks dans le delta de l’Amou Darya]”, Moscou : AN SSSR, 1952 ; pp.567-585 (THAEE, vol. I).

6. Andrianov B. V., “Izučenie karakalpakskoj irrigacii v bassejne Žanydar’i v 1956-1957gg. [Recherches sur l’irrigation des Karakalpaks dans le bassin de Žaŋa Darya en 1956-1957]”, Moscou : AN SSSR, 1960 ; pp. 172-190 (MHE, vol. IV).

7. Tolstov S. P., Vorob’eva M. G., Rapoport Û. A., “Raboty Horezmskoj arheologo-ètnografičeskoj èkspedicii v 1957 g. [Les travaux de l’Expédition archéologique et ethnographique du Khorezm en 1957]”, Moscou : AN SSSR, 1960 ; pp. 3-63 (MHE, vol. IV).

8. Gudkova A. V, Âgodin V. N., “Arheologičeskie issledovaniâ v pravoberežnoj časti priaral’skoj del’ty Amudar’i v 1958-1959 gg. [Études archéologiques sur la rive droite du delta aralien de l’Amou Darya en 1958-1959]”, Moscou, 1963 ; pp. 248-273 (MHE, vol. VI).

9. Ždanko T. A. ; Kamalov S. K. (Eds.), Ètnografiâ karakalpakov XIX-načalo XX veka : materialy i issledovaniâ [L’ethnographie des Karakalpaks au XIXe et au début du XXe siècle : matériaux et études], Tachkent : Fan, 1980 ; 203 p.

10. Esbergenov X., Qoŋyrat : tarijxyj häm madenij estelikleri [Qoŋyrat : monuments historiques et culturels], Noukous : Bilim, 1993 ; 104 p.

11. Šahtemir-Čimbaj : tezisy dokladov naučno-praktičeskoj konferencii [Šahtemir-Šymbaj : résumés des communications de la conférence scientifique et pratique], Noukous, 1995 ; 39 p.

12. Kudiârov A. R., Istoriâ goroda Čimbaj (XIX – načalo XX vv.) : istoriko-ètnologičeskoe issledovanie. Avtoreferat kandidatskoj dissertacii [Histoire de la ville de Šymbaj au XIXe et au début du XXe siècle : étude historique et ethnologique. Résumé de thèse], Noukous, 1999.

13. “Putešestvie g. Bazinera čerez Kirgizskuû step’ v Hivu [Voyage du monsieur Basiner à travers la steppe kirghize jusqu’à Khiva]”, Izvestiâ Russkogo geografičeskogo obŝestva [Bulletin d’informations de la Société russe de géographie], fasc. IV, pp. 157-171 ; fasc. V, pp. 206-213 ; fasc. VI, pp. 240-242, St.-Pétersbourg, 1849.

14. Gulâmov Â. G., Istoriâ orošeniâ Horezma s drevnejših vremen do nasih dnej [Histoire de l’irrigation du Khorezm depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours], Tachkent : AN UzSSR, 1957 ; 313 p.

15. Abulgazi Bahadurhan, Rodoslovnoe derevo tûrkov, perevod s predisloviem G. S. Sablukova [Arbre généalogique des Turks. Traduction et introduction de G. S. Sablukov], Kazan, 1905-1906 (Izvestiâ obŝestva arheologii, istorii i ètnografii pri Kazanskom universitete [Mémoires de la Société d’archéologie, d’histoire et d’ethnographie de l’université de Kazan], vol. XXI, fasc. V-VI ; vol. XXII, fasc. VI)

16. “Poezdka iz Orska v Hivu i obratno, soveršennaâ v 1740-1741 godah poručikom Gladyševym i geodezistom Muravinym [Voyage d’Orsk à Khiva effectué en 1740-1741 par le lieutenant Gladyšev et le géodesiste Muravin]”, Geografičeskie izvestiâ, 1851, section II, pp. 519-599.

17. Bartol’d V. V, “K istorii orošeniâ Turkestana [Contribution à l’histoire de l’irrigation au Turkestan]”, Sočineniâ [Œuvres], vol. III, Moscou, 1965 ; pp. 97-233.

18. Kamalov S. K. ; Ubbiniâzov Ž. U. ; Koŝanov A. K., Iz istorii vzaimootnošenij karakalpakov s drugimi narodami Srednej Azii i Kazahstana v XVII – načale XX vv. [Contribution à l’histoire de relations des Karakalpaks avec les autres peuples de l’Asie centrale et du Kazakstan au XVIIe et au début du XXe siècle], Tachkent : Fan, 1988 ; 106 p.

19. Grigor’ev V, “Opisanie Hivinskogo hanstva i dorogi tuda iz Sarajčikovskoj kreposti [Description du khanat de Khiva et de la route qui y mène depuis la forteresse de Sarajčik]”, Zapiski imperatorskogo russkogo geografičeskogo obŝestva [Mémoires de la Société impériale russe de géographie], vol. II, 1861 ; pp. 105-138.

20. Danilevskij G. I., Opisanie Hivinskogo hanstva [Description du khanat de Khiva], St.-Pétersbourg, 1851 (Zapiski Russkogo geografičeskogo obŝestva [Mémoires de la Société russe de géographie], vol. V, pp. 62-139).

21. Galkin M. N., Ètnografičeskie i istoričeskie materialy po Srednej Azii i Orenburgskomu kraû [Matériaux ethnographiques et historiques sur l’Asie centrale et sur la région d’Orenbourg], St.-Pétersbourg, 1869 ; 336 p. (Zapiski Russkogo geografičeskogo obŝestva po otdelu ètnografii [Mémoires de la Société russe de géographie. Section d’ethnographie], vol. I).

22. Vamberi A., Putešestvie po Srednej Azii [Voyage en Asie centrale], Moscou, 1867.

23. Veselovskij N., Očerk istoriko-geografičeskih svedenij o Hivinskom hanstve [Esquisse de matériaux historiques et géographiques sur le khanat de Khiva], St.-Pétersbourg, 1877 ; 366 p.

24. Ryčkov P. I., Topografiâ Orenburgskoj gubernii [Topographie du gouvernerai d’Orenbourg], Orenbourg, 1862 ; 312 p.

25. Vamberi A., Putešestvie po Srednej Azii [Voyage en Asie centrale], Moscou, 1867.

26. Černâev M. G., “Nizov’â Amudar’i do Kungrada [Le delta de l’Amou Darya jusqu’à Qoŋyrat]”, Turkestanskie vedomosti [Bulletin du Turkestan], n° 3, 1873.

27. Andrianov B. V, “Ètničeskaâ territoriâ Karakalpakov v Severnom Horezme XVIII-XIX vv. [Le territoire ethnique des Karakalpaks dans le Khorezm du Nord aux XVIIIe-XIXe siècles]”, THAEE vol. III, Moscou : AN SSSR, 1958 ; pp. 7-117.

28. Ivanov P. P., “Očerk istorii karakalpakov [Essai d’histoire des Karakalpaks]” dans : Materialy po istorii karakalpakov [Matériaux sur l’histoire des Karakalpaks], pp. 9-91.

29. Esbergenov H. ; Bočin V. A., “Gorodiŝe Bagdat – pamâtnik svâzannyj s istoriej karakalpakov [Le site de Baġdad : un monument lié à l’histoire des Karakalpaks]”, Vestnik KKF AN UzSSR, n° 2, 1978 ; pp. 82-84.

30. Kamalov S. K. ; Esbergenov H. ; Mambetullaev M., “Osnovanie i razvitie goroda Čimbaâ [La fondation et le développement de la ville de Šymbaj]”, Vestnik KKF AN UzSSR, n° 1, 1986 ; pp. 46-50.

31. Kaul’bars A. V, Nizov’â Amudar’i, opisannyâ po sobstvennym issledovaniâm v 1873 [Le delta de l’Amou Darya décrit d’après les observations de l’auteur], St.-Pétersbourg, 1881 ; 630 p. (Zapiski Imperatorskogo russkogo geografičeskogo obŝestva po obŝej geografii [Mémoires de la Société impériale russe de géographie], vol. IX).

32. Sobolev L. N., “Očerki Amudar’inskogo otdela [Description de la région de l’Amou Darya]”, Turkestanskie vedomosti [Bulletin du Turkestan], n° 2, 1875.

33. Kudiârov A. R., “Remeslo v Čimbae [Les corps de métiers à Šymbaj]”, Vestnik KKF AN Uz SSR, n° 1-2, 1997 ; pp. 105-106.

34. Karazin N. V., “V nizov’âh Amudar’i : putevye očerki [Dans le delta de l’Amou Darya : notes du voyage]”, Vestnik Evropy [Messager de l’Europe], vol. 50, n° 2, 1875 ; pp. 651-691.

35. Âgodin V. N., “Hodžejli – drevnejšij gorod respubliki Karakalpakstan [Xoželi – la ville la plus ancienne de la république du Karakalpakistan]”, dans : Hodžejli – drevnejsij gorod respubliki Karakalpakstan [Xoželi – la ville la plus ancienne de la république du Karakalpakistan], Xoželi, 1998 ; 31 p.

36. “Putešestvie g. Bazinera čerez Kirgizskuû step’ v Hivu [Voyage du monsieur Basiner à travers la steppe kirghize jusqu’à Khiva]”, Izvestiâ Russkogo geografičeskogo obŝestva [Bulletin d’informations de la Société russe de géographie], fasc. IV, pp. 157-171 ; fasc. V, pp. 206-213 ; fasc. VI, pp. 240-242, St.-Pétersbourg, 1849.

37. Ždanko T. A., “Raboty karakalpakskogo ètnografičeskogo otrâda Horezmskoj èkspedicii v 1957g. [Travaux de l’équipe ethnographique karakalpake de l’expédition du Khorezm en 1957]”, Moscou : AN SSSR, 1960 ; pp. 146-171 (MHE, vol. IV).

38. Ûsupov O., “Žaŋa-qala (Šumanaj rajony) [Žaŋa-qala de Šumanaj]”, Vestnik KKFAN UzSSR, n° 3, 1983 ; pp. 79-81.

39. Levšin A., Opisanie kirgiz-kazač’ih, ili kirgiz-kajsackih ord i stepej [Description des steppes et des hordes kirghizes-kazakes], St.-Pétersbourg, 1832 ; 1er vol.

40. Kallaur V, “Razvaliny drevnih krepostej po Ânydar’e [Les vestiges des anciennes fortifications le long du Žaŋa Darya]”, Protokoly Turkestanskogo kružka lûbitelej arheologii [Procès-verbaux du cercle des amateurs d’archéologie du Turkestan], vol. IX, section II, Tachkent, 1904 ; pp. 105-138.

41. Pugačenkova G. A., “Materialy k istorii Horezmskogo zodčestva [Matériaux pour l’histoire de l’architecture du Khorezm]”, Moscou : AN SSSR, 1963 ; pp. 118-138 (MHE, vol. VII).

42. Pugačenkova G. A., Puti razvitiâ arhitektury Ûžnogo Turkmenistana pory rabovladeniâ i feodalizma [Le développement de l’architecture du Turkménistan du sud aux époques d’esclavage et de féodalisme], Moscou : AN SSSR, 1958.

43. Halpahč’ân O. H., “Stroitel’naâ kul’tura Armânskogo nagor’â s drevnejših vremen po XII v. [L’architecture du plateau arménien depuis l’Antiquité jusqu’au XIIe siècle]”, dans : Arhitekturnoe nasledie [Héritage architectural], Moscou : Strojizdat, 1983.

44. Man’kovskaâ L. ; Bulatova V., Pamâtniki zodčestva Horezma [Monuments architecturaux du Khorezm], Tachkent : Gafur Gulâm, 1978 ; 190 p.

45. Âgodin V. N., “K izučeniû topografii i hronologii drevnego Mizdahkana [Contribution à l’étude de la topographie et de la chronologie de l’ancien Mizdahkan]”, dans : Istoriâ, arheologiâ i ètnografiâ Srednej Azii [Histoire, archéologie et ethnographie de l’Asie centrale], Moscou : Nauka, 1968 ; pp. 189-197.

46. Manylov Û. P. ; Kdyrniâzov M. Š., “Gorodiŝe Džanpyk kala [Le site de Žanpyq-qala]”, Arheologiâ Priaral’â, vol. II, Tachkent : Fan, 1984 ; pp. 3-7.

47. Tolstov S. P., “Raboty Horezmskoj arheologo-ètnografičeskoj èkspedicii AN SSSR v 1949-1953 gg. [Travaux de l’Expédition archéologique et ethnographique du Khorezm de 1949 à 1953]”, THAEE, vol. 2, Moscou : AN SSSR, 1958 ; pp. 7-259.

48. Pugačenkova G. A., “Materialy k istorii Horezmskogo zodčestva [Matériaux pour l’histoire de l’architecture du Khorezm]”, Moscou : AN SSSR, 1963 ; pp. 118-138 (MHE, vol. VII).

49. Šperk V. F., Istoriâ fortifikacii [Histoire des fortifications], Moscou, 1948 ; 1er vol.

50. Hožaniâzov G., Otčet o rabotah severo-karakalpakskogo arheologičeskogo èkspedicionnogo otrâda 1990 goda [Rapport d’activité de l’équipe archéologique du Karakalpakistan du Nord en 1990], Naučnyj arhiv otdela arheologii IIAE KKF AN UzSSR [Archive scientifique de la section d’archéologie de l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie de la FK de l’AS d’Ouzbékistan], Noukous, 1991.

51. Istoriâ Horezma s drevnejših vremen do naših dnej, Tachkent : Fan, 1976.

52. Nerazik E. E., Sel’skie poseleniâ afrigidskogo Horezma [Les habitations rurales du Khorezm Afrighid], Moscou : AN SSSR, 1966 ; 153 p.

53. Roslâkov A. A., “Osnovnye čerty turkmenskoj fortifikacii XVIII-XIX vv. [Les traits caractéristiques des fortifications turkmènes aux XVIIIe-XIXe siècles]”, dans : Issledovaniâ po istorii kul’tury narodov Vostoka [Recherches sur l’histoire de la culture des peuples d’Orient], Moscou-Leningrad : AN SSSR, 1960 ; pp. 219-226.

54. Kun A., “Ot Hivy do Kungrada [De Khiva à Qoŋyrat]”, dans : Materialy dlâ statistiki Turkestanskogo kraâ : ežegodnik [Matériaux pour les statistiques du Turkestan : revue annuelle], fasc. IV, St.-Pétersbourg, 1876 ; pp. 203-222.

55. Žukova L. ; Levteeva L., “Dnevnik učastnika èkspedicii 1899 g. zanimavšiesâ izučeniem vozmožnosti prokladki železnodorožnoj linii Aleksandrov-Gaj-Čaržou [Journal du membre de l’expédition de 1899 consacrée à l’étude des possibilités de construction d’un chemin de fer entre Aleksandrov-Gaj et Čaržou] ”, Vestnik KKF AN UzSSR, n° 4, 1975 ; pp. 75-84.

56. Tolstov S. P., Drevnij Horezm : opyt istoriko-arheologičeskogo issledovaniâ [L’ancien Khorezm : essai d’une étude historique et archéologique], Moscou : MGU, 1948 ; 352 p.

57. Tolstov S. P., Po drevnim del’tam Oksa i Âksarta [Le long des anciens deltas de l’Oxus et du Jaksart], Moscou : Vostočnaâ Literatura, 1962 ; 324 p.

58. Xožanijazov G., “Istoriâ razvitiâ fortifikacii antičnogo Horezma [Histoire du développement des fortifications de l’ancien Khorezm]”, Sovetskaâ arheologiâ, n°2, 1981 ; pp. 43-47.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les fortifications des Karakalpaks aux XVIIe-XIXe siècles
Légende 1. Bijrjuk ; 2. Kâfir-qala ; 3. Sasyqbij ; 4. Aqžaġys ; 5. Žaŋa-qala de Qoŋyrat ; 6. Seren-qala ; 7. Orynbaj-qala ; 8. Arzy atalyq ; 9. Oraz atalyq ; 10. Išan-qala ; 11. Aralbaj-qala ; 12. Ernazar-qala (Qyrgy-qala) ; 13. Manġyt-qala ; 14. Nuquz ; 15. Žaŋa-qala de Šumanaj ; 16. Kökča-qala ; 17. Aq-qala ; 18. Molla-Pirim-qala ; 19. Azbergen-qala ; 20. Mexter-qala ; 21. Qylyč-qala ; 22. Toq Minar ; 23. Qos Minar ; 24. Sejit Nesip ; 25. Murat shaykh ; 26. Minar près de Toq-qala ; 27. Aq-qala de Mojnaq ; 28. Ernazar-qala (Izim-qala) ; 29. Bestal-qala ; 30. Xatyn-qala ; 31. Žaŋa-qala ; 32. Buzyq-qala ; 33. Jangikent ; 34. Žaman-qala ; 35. Žangyzy minar ; 36. Qozybaj-qala.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Carte 2 : La ville de Qoŋyrat en 1842. Levé de plan au jugé par Zelenin, sous-officier et topographe de deuxième classe, membre de la mission du colonel G. I. Danilevskij.
Légende 1. La demeure du khan
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/660/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 3 : Les forts-refuges
Légende 1. Bijrjuk-qala ; 2. Kâfir-qala ; 3. Sasyq-bij ; 4. Aqžaġys ; 5. Aralbaj-qala ; 6. Seren-qala ; 7. Erežep-qala ; 8. Ernazar qala ; 9. Žaŋa-qala de Qoŋyrat ; 10. Qozybaj-qala.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/660/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 4 : Plan du fort-refuge de Žaŋa-qala de Qoŋyrat
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/660/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 5 : Les manoirs fortifiés
Légende 1. Orynbaj-qala ; 2. Oraz-atalyq ; 3. Äwez aqsaqal ; 4. Arzy-atalyq ; 5. Ishân-qala
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/660/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 6 : Orynbaj-qala
Légende A – Plan général du manoir :1. pièces d’habitation ; 2. enclos pour le bétail ; 3. réservoir d’eau ; 4. dépendances ; 5. fossé ; 6. mur d’enceinte ; 7. canal ; 8. route actuelle.B – Plan de la partie centrale du manoir
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/660/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 7 : Tours de guet (sans échelle)
Légende 1. Taq-Minar ; 2. Qos-Minar ; 3. Sejit Nesip ; 4. Murat Shaykh.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/660/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Xožanijazov, « Les fortifications karakalpakes aux XVIIe-XIXe siècles », Cahiers d’Asie centrale, 10 | 2002, 139-166.

Référence électronique

G. Xožanijazov, « Les fortifications karakalpakes aux XVIIe-XIXe siècles », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 10 | 2002, mis en ligne le 28 août 2009, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/660

Haut de page

Auteur

G. Xožanijazov

Département d’archéologie, Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie, Filiale karakalpake de l’Académie des sciences d’Ouzbékistan.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org