Navigation – Plan du site
Dossier

Les parlers karakalpak dans leur contexte

François Jacquesson
p. 93-137

Texte intégral

I. Introduction1

I.1. Les chemins du lac d’Aral

1À l’est du lac d’Aral – ce mot aral signifie “archipel” – il existe deux de ces fleuves d’Asie centrale qui, pour une fois, ne se perdent pas dans les sables. Les fleuves d’Asie centrale, comme le Čüj ou le Zarafšan (le fleuve de Samarcande), généralement avortent. Ils tombent des hautes montagnes pour s’épuiser dans des déserts trop longs. C’est pourquoi les grands lacs de cette région, afin de porter au rang de fleuve ces rivières sans issue, sont promus au rang de mer : la mer Caspienne, la mer d’Aral. Le Syr Darya, l’Amou Darya, l’un au nord l’autre au sud, forment avec leur mer d’Aral un trio compliqué dont les niveaux capricieux au cours des siècles, les cours variables au gré des saisons, sont cependant le cœur pulsatile dont dépend la vie de toutes sortes de bêtes, et des hommes.

2La fosse occidentale de la dépression de l’Aral une fois remplie, l’eau déborde vers l’est et vers le sud en marais et en lagunes où les réseaux des deux deltas viennent transvaser ce qu’il leur reste d’eau. Dans ces biotopes paradoxaux, poche aquatique en plein désert, sorte de Tchad du Nord, des îles plates proliféraient au milieu des roseaux géants et des herbages foncés marquant la zone transitoire entre barque et chariot. Il est probable que l’homme est ancien ici. Les Karakalpak, gens de pêche, de barques et de roseaux, sont pour une part les héritiers de cultures anciennes et fragiles accrochées comme on peut à ces rivages qu’on ne voit pas (ils sont trop plats, trop pleins d’herbes, et maintenant il n’y a plus d’eau) mais qui produisent incidemment des étangs, des bras morts, des “lacs résiduels” où la fourche et le filet ramènent encore de gros poissons gras.

3Comme souvent les cultures fragiles, agrafées sur des milieux naturels encore plus fragiles qu’elles, ne vivent que par les échanges qu’elles font avec les éleveurs alentours, les chasseurs de gazelle de l’Ust-ûrt autrefois, les vastes tribus organisées des steppes plus riches et dont certains clans aboutissaient là. Ces groupes plus forts et plus rapides, gens de cheval, ont imposé depuis longtemps leur langue – le turk – aux rivages de l’Aral, et si autrefois les pêcheurs et cultivateurs des deltas ont eu une langue à eux (comme les Kets de l’Iénisséi, ou les Youkaguirs de la Léna d’autrefois), il y a beau temps qu’ils ont appris le turk. Les Karakalpak ne sont, à tout prendre, qu’une des formes de ce qu’on appelle pieusement un équilibre entre sédentaires et éleveurs. C’est en réalité un déséquilibre. Ils ne doivent, comme on verra, leur pérennité politique qu’à un accident de l’histoire récente où leur rôle est très modeste. Ils sont davantage un écho qu’une sonorité véritable, un détail dans le tableau plutôt qu’une thématique entière.

4Pourtant, nous sommes devenus attentifs aux détails. Ces turkophones atypiques, appuyés sur une mer qui s’enfuit, tributaires des fleuves qui s’assèchent, ont conservé pourtant des parlers à peine différents des autres. Une sorte de singularité minimaliste à quoi ils se sont faits. C’est pourquoi, pour saisir ce que ces parlers représentent, il faudra longuement parcourir les parlers alentour, chercher patiemment ce qui leur reste.

I.2. “Langue”, “dialecte”, “parler”

  • 2 Voir là-dessus la position prudente de Peter Golden (Golden 1992 : 403-4). Cet historien est revenu (...)

5Les gens qu’on appelait autrefois Karakalpak semblent avoir été assez nombreux, mais il n’est pas certain que ce nom ait toujours désigné les mêmes gens, d’autant qu’ils ont vécu dans des régions diverses. Et il est encore moins certain, sinon franchement douteux, que tous ces divers Karakalpak aient utilisé le parler dont provient celui des Karakalpak d’aujourd’hui2. Les parlers karakalpak actuels sont au moins deux, ou l’étaient avant que l’école ne tende à les unifier. Tous deux appartiennent au groupe kıpčak des langues turkes, dont font aussi partie les parlers kazak et ceux de beaucoup des habitants de l’Ouzbékistan. D’une façon générale, tous ces gens se comprennent entre eux, et les différences dont il va être question dans cet article sont de l’ordre de la nuance.

  • 3 Berezin 1848 : 14-15.

6Contrairement à l’idée que tente de répandre tout état, surtout s’il est nouveau et ambitieux, il n’y a pas nécessairement superposition entre “état” et “langue”. Les langues possèdent des trajectoires historiques complexes du fait qu’elles s’apprennent (ou s’oublient) et se modifient aisément. Tous les gens qui parlent aujourd’hui des langues turkes ne sont pas nécessairement “Turks”. On ne peut pas induire d’une communauté linguistique actuelle la certitude d’une longue histoire commune. Le linguiste russe Berezin l’écrivait déjà en 1848, dans un livre écrit en français3 :

7« Je crois que dans la définition du caractère distinctif des différents dialectes turcs-tatares, l’origine des peuplades ne doit pas être considérée comme une raison majeure ; dans le mélange des races, des langues, des religions, des mœurs, des coutumes, qu’avait éprouvé la race turque, en passant à travers les siècles et les événements, il est bien facile de perdre non seulement la physionomie primitive, mais même de changer la langue maternelle. »

8Nous allons étudier ici le cas de la “langue karakalpak”. Comme toutes les langues officielles, elle est une fiction : il existe seulement des parlers karakalpak, qui sont les façons réelles qu’ont des gens de s’exprimer, et qui ne ressemblent pas nécessairement à ce qu’on écrit dans les grammaires et les dictionnaires. On dit souvent que la langue karakalpak n’est qu’un dialecte de la langue kazak. Mais “la langue kazak” elle aussi est une fiction : c’est un choix officiel parmi les différentes façons de parler qui existent dans les nombreuses communautés de ce qu’on appelle aujourd’hui le Kazakstan. En réalité, c’est le kazak officiel qui est un dialecte du kazak, un dialecte soutenu par les grammaires et les dictionnaires officiels, certes, mais un dialecte pourtant. La réalité des parlers est celle des gens qui parlent, et non pas celle des frontières politiques.

9Les différences d’un parler à l’autre tiennent à la prononciation des mots (c’est ce dont il sera question ici), ou au choix de mots ou d’expressions différents, ou à une façon différente de les arranger ensemble. Ces différences servent aux gens qui parlent comme à ceux qui écoutent à se repérer : en écoutant, on apprend que celui qui ne parle pas exactement comme soi vient de telle ou telle région, ou simplement de tel quartier de la ville, ou de telle partie du village. Dans la mesure où ces différences sont reconnues, elles peuvent être soumises à des pressions, conservatrices ou destructrices.

10En théorie, plus on parle pareil, plus on habite près l’un de l’autre : c’est seulement quand on voyage loin de chez soi qu’on trouverait des gens qui parlent une langue qu’on ne comprend pas. Mais dans la réalité, ce n’est pas nécessairement le cas. Car il existe bien des cas de populations déplacées, soit en masse, lors des épisodes douloureux que sont les guerres ou les famines, soit par petits groupes. De sorte qu’on peut trouver près de chez soi des gens qui parlent une langue qu’on ne comprend pas, ou qu’on sent différente de la sienne malgré les ressemblances qu’on entend aussi. Une telle situation, qui est fréquente, n’est pas toujours traumatisante, et peut être au contraire fort bien vécue. En général, cette situation se modifie avec le temps : les moins nombreux, ou ceux qui se sentent plus faibles ou moins arrogants, apprennent à parler comme les autres, du moins en public. Ils peuvent naturellement conserver chez eux, ou entre eux, leur propre parler. Se développent ainsi des situations de bi- ou de pluri-linguisme. La distance n’est pas nécessairement le critère de la compréhension.

I.3. Questions d’orthographe

  • 4 Thomsen (1842-1927) en a raconté les circonstances dans sa première publication (Thomsen 1893), dan (...)

11Les langues turkes ont été, et sont encore, écrites avec des écritures différentes. Elles en ont changé souvent au cours de l’histoire, notamment à l’époque soviétique. En Asie centrale, les premiers textes turks connus sont des inscriptions funéraires gravées sur les monuments de pierre, au moyen d’une écriture dite “runique” (par comparaison avec les runes Scandinaves, qui étaient connues depuis longtemps). Cette écriture “runique” a été déchiffrée par le savant danois Vilhelm Thomsen en 18934.

  • 5 Baskakov 1932 : 11.
  • 6 Dans Baskakov 1932, le karakalpak est dans son nouvel alphabet latin.

12À partir des conquêtes musulmanes, l’écriture majeure des langues turkes a été l’écriture arabe, tant au Proche et au Moyen-Orient qu’en Asie centrale. L’empire russe n’avait rien changé à cette situation (le savant russe Berezin, en 1848, écrit le turk avec l’alphabet arabe), mais le pouvoir soviétique, après une brève période de latence (jusqu’en 1928 pour le karakalpak5), a cherché à promouvoir dans les années 1930 l’écriture latine, jugée “internationale”6. Ensuite, devant l’échec de la révolution internationaliste, l’écriture du russe, l’alphabet cyrillique et “national”, s’est substitué dans les années 1940 à ces tentatives en alphabet latin. La notation des langues turkes en cyrillique, comme nous le verrons dans le cas du karakalpak (section IV.2.), a connu plusieurs phases différentes. Comme l’alphabet cyrillique ne permettait pas de noter des sons propres aux langues turkes, on s’est résolu à y ajouter des lettres particulières, ce qui posait des problèmes concrets : la production de machines à écrire et de fontes typographiques.

13En outre, les inventeurs des orthographes modernes ont proposé des conventions légèrement différentes selon les langues turkes. En kazak et en ouzbek, on différencie dans la graphie la vélaire et l’uvulaire, tandis qu’on ne le fait pas en kırgız et en türkmen. Les solutions actuelles sont celles-ci :

  

sourde

sonore

  

vélaire

uvulaire

vélaire

uvulaire

kırgız

к

Г

türkmen

к

Г

kazak

к

Қ

Г

Ғ

karakalpak

к

Қ

Г

Ғ

ouzbek (cyrill.)

к

Қ

Г

Ғ

ouzbek (latin)

k

q

g

g‘

  • 7 On les trouve reproduites dans Baskakov 1952 : 128-9.
  • 8 Sous le titre Karakalpakskij âzyk, Baskakov lui-même n’a publié que deux volumes : Baskakov 1951 et (...)
  • 9 Ce dictionnaire comporte d’ailleurs une table de correspondances entre les orthographes anciennes e (...)

14Il est vrai que cette question n’est pas simplifiée par les écritures successivement adoptées pour le karakalpak. Il y a eu au moins trois époques de graphies officielles7. La première a commencé avec le voyage de Malov (voir II.2. ci-dessous), mais a tourné court parce que Moscou a décidé que le cyrillique était beaucoup mieux que l’alphabet latin que Malov 1934 et Baskakov 1932 avaient d’abord utilisé (et avec lequel il existe quelques rares publications). La deuxième époque correspond à la première entreprise cyrillique, concrétisée dans le Dictionnaire russe-karakalpak de 1947, qui ne différencie pas /g/ et /k/ dans l’écriture des initiales, ni d’ailleurs les voyelles d’avant et d’arrière comme /u/ et /ü/. Autrement dit, on a employé l’alphabet russe sans aucune modification. Le mot “jour” y est orthographié кун [kun]. La troisième époque commence avec la réforme orthographique de 1950 (le grand ouvrage de Baskakov, Karakalpakskij âzyk, va commencer à paraître en 1951, avec une phonologie, une grammaire et des textes dans plusieurs dialectes8) qui revoie la copie, et donne la graphie actuelle. Celle-ci est normalisée par exemple dans le Karakalpaksko-russkij slovar’ [Dictionnaire karakalpak-russe] de 1958, toujours sous la direction de Baskakov, où l’on trouve күн [kün] pour “jour”9. Le grand dictionnaire russe-karakalpak de 1967, et toujours sous la responsabilité de Baskakov, a encore күн [kün]. Le parler de référence reste celui du NE, le plus proche du kazak (voir IV.2.).

  • 10 API : Alphabet Phonétique International, utilisé par les linguistes du monde entier lorsqu’il s’agi (...)
  • 11 “Postérieur” signifie ici : prononcé plus en arrière dans la bouche, plus vers le fond de la bouche (...)

15Dans une publication sur les langues turkes, on est donc confronté à de nombreux systèmes d’écriture qui, s’ils ne sont pas reproduits tels quels, doivent être transcrits dans l’alphabet de la publication. Deux problèmes surtout se posent : celui des consonnes qu’on appelait autrefois “gutturales”, et celui des voyelles. Phonétiquement, comme on vient de le voir, les langues turkes différencient deux positions de l’appareil phonatoire pour la réalisation des “gutturales” sourdes et sonore : une position au milieu de la bouche qui produit les consonnes classiques dites vélaires [k] et [g], et une position plus en arrière vers le fond de la bouche qui produit les consonnes uvulaires que l’API10 écrit [q] et [G] ; cette dernière, dans la tradition turkologique, est souvent écrite “ğ” ou “γ” (le gamma grec). En réalité, la prononciation de ces quatre positions dépend de la langue turke considérée. Toutefois, le problème se simplifie du fait que, dans les mots proprement turks ou bien turkisés (donc hors des mots récemment empruntés à une autre langue et / ou dont on essaie de copier la prononciation), les consonnes vélaires ne se trouvent que dans les mots contenant des “voyelles antérieures”, tandis que les consonnes uvulaires ne se trouvent que dans les mots contenant des consonnes postérieures11. Les langues turkes dont nous nous occuperons surtout ont quatre voyelles antérieures et quatre postérieures :

postérieures

[q] et [G]

a

ı

o

u

antérieures

[k] et [g]

e

i

ö

ü

16Les graphies de ces huit voyelles sont traditionnelles en turkologie, et ce sont aussi les graphies qui sont employées pour écrire le turc de Turquie, ou du moins sa forme normée, orthographique. Pour le “ı”, on trouve souvent la graphie “ï” qui est moins logique.

  • 12 Dans l’ordre alphabétique, elle vient en deuxième position, après le A.
  • 13 Clauson 1972 : 728a.

17Il existe en karakalpak, comme en kazak et d’autres langues turkes, une 9e voyelle, notée “ə” (e à l’envers, dit aussi “chva”) dans l’alphabet cyrillique modifié12 et le plus souvent transcrite “ä”. Cette voyelle se rapproche du “è” (ou mieux “ê”) français, très ouvert, “à la parisienne”. Il s’agit d’une voyelle empruntée, et qui se trouve dans les mots d’origine arabe ou persane. Par exemple känt “ville”, comme dans “Tachkent” ; ce mot känt est un emprunt ancien au sogdien, langue iranienne13.

  • 14 Le mot “kazak” est écrit казах en russe, ce qui se transcrit kazakh ou kazax.

18Comme nous nous occuperons essentiellement de mots turks ou anciennement turkisés, il n’y a pas d’inconvénient à écrire nos consonnes vélaires ou uvulaires avec seulement les lettres “k” et “g”. Il suffit de se rappeler qu’avec les voyelles postérieures elles ont en principe les prononciations [q] et [G]. On voit souvent les mots kazak et karakalpak écrits qazaq et qaraqalpaq : c’est pour cette raison. Nous, nous nous contenterons d’écrire kazak et karakalpak, et nous éviterons les graphies inutilement compliquées comme kazakh, qui sont souvent des transcriptions des mots russes14 adaptés des mots turks.

19Signalons que les mots ouzbeks posent des problèmes spéciaux, parce que dans une partie des parlers ouzbeks – comme nous le verrons plus loin – et aussi dans la norme écrite ouzbèke, le système des voyelles est différent de celui qui vient d’être décrit. Cela est dû à la profonde influence des parlers iraniens sur ces parlers ouzbeks.

20Les autres consonnes ne posent pas de problèmes compliqués. Le cas des consonnes dites fricatives et affriquées peut être résumé dans un petit tableau.

  

la sourde

la sonore

  

ici

français

ici

français

fricatives

š

ch

ž

j

affriquées

tš ou č

tch

dj

  • 15 Cette notation par “j” du son français “y” est une des caractéristique de l’API. Les savants allema (...)

21Comme souvent dans les publications de linguistique, nous utiliserons ici la lettre “j” non pas pour le son de la lettre française, mais pour le son français “y”. Un mot turk écrit jol doit donc être lu “yol”15.

22Reste le problème classique des noms qui ont une orthographe plus ou moins accréditée dans les dictionnaires français. J’ai dit plus haut quelle solution j’adoptais pour Kazak, Kırgız, Karakalpak et d’autres du même genre. Ces mots sont turks, et ne prennent donc pas les accords (féminin ou pluriel) du français. On ne peut pas être aussi rigoureux pour l’ouzbek ou l’ouigour, qui ont des systèmes phonologiques assez différents. Pour éviter les complications inutiles dans le cadre de cet article, où il sera peu question des parlers karluk (les normes officielles ouzbèke et ouigoure sont des parlers de type karluk – ce terme est expliqué plus loin), j’utilise pour ces deux mots les graphies françaises, et donc les accords français. Cela a aussi l’avantage de bien différencier les parlers özbek (certains parlers de l’Ouzbékistan, qui ne sont pas du type karluk) de la norme ouzbèke (qui est du type karluk).

23Enfin : turk et turc. Dans les publications turkologiques françaises, il est d’usage de différencier turk, qui concerne l’ensemble des parlers turks, et turc qui concerne uniquement le parler de Turquie. Ces deux mots s’accordent.

II. Problèmes historiques

II.1. Généralités

  • 16 Cette entreprise consistant à repérer les emprunts est associée surtout aux noms de Gerhard Doerfer (...)

24Les langues turkes se ressemblent beaucoup. À l’exception du tchouvache, on peut dire que leur degré de ressemblance est celui des dialectes italiens, avec cette différence que les langues turkes, étendues sur un très vaste espace, ont emprunté beaucoup de mots à des langues étrangères : selon les cas et les époques, à l’arabe, au persan, au russe, au mongol etc. Quand on étudie les différences entre les langues turkes afin d’essayer de saisir la singularité de l’une d’entre elles, on évite les mots empruntés, et on se concentre sur les mots plus proprement turks, dans la mesure où on peut s’en assurer16.

  • 17 Johanson 1998 : 87.

25En Asie centrale, il existe trois grands types traditionnels de parlers turks qu’il faut signaler tout de suite, car ils reviendront constamment dans cet article. Ce sont les parlers de type oguz, de type kıpčak, de type karluk. Le nom kıpčak sera discuté plus loin. On trouve souvent, dans les ouvrages récents une nomenclature différente, plus géographique, par exemple chez Johanson17 :

oguz

Sud-Ouest

kıpčak

Nord-Ouest

karluk

Sud-Est

26La géographie de ces trois types ne correspond que très approximativement aux frontières modernes, surtout du fait qu’ils peuvent se trouver ensemble dans un même état. Toutefois, pour fixer les idées, nous pouvons proposer le tableau approximatif suivant :

  

oguz

kıpčak

karluk

Kazakstan

  

+

Kırgızstan

  

+

Ouzbékistan

  

+

+

Karakalpakistan

+

+

  

Türkmenistan

+

  

  

27On peut déduire de cela que les parlers turks du Kırgızstan ou du Kazakstan, ou dans un autre registre ceux du Türkmenistan, sont relativement plus homogènes que ceux d’Ouzbékistan et de sa province le Karakalpakistan.

  • 18 Pour le khorezmien, voir Humbach, dans Schmitt 1989. Pour le sogdien, consulter Sims-Williams dans (...)

28Il y a à cela des explications historiques connues. Pour ce qui concerne le Karakalpakistan, il faut tenir compte de la région toute proche, et historiquement associée, du Khorezm, dont les capitales traditionnelles sont Ourgentch et Khiva. Le Khorezm, qui est la région économiquement dominante du bas Amou Darya, était peuplé avant l’an mil surtout d’iranophones. Avant la conquête musulmane (VIe-VIIe siècles), ces iranophones parlaient des langues iraniennes d’un type spécial, dont la principale est le khorezmien, sur quoi il existe des documents assez nombreux18. Cette langue était proche du célèbre sogdien, parlé plus à l’est dans la région de Samarcande. Dans les siècles qui ont suivi les incursions musulmanes, dont les langues de prestige étaient l’arabe et surtout le persan, c’est le persan qui a peu à peu remplacé les langues iraniennes plus anciennes, de sorte que les communautés iranophones dans l’Asie centrale actuelle parlent divers parlers persans connus sous le nom de tadjik. Les derniers témoignages qu’on ait du khorezmien datent du XIVe siècle.

  • 19 Golden 1992 : 195.

29Quant aux parlers turks, ils se sont installés lentement à partir peut-être du Xe siècle. À cette époque en effet, plusieurs groupes turkophones fréquentent le bas Amou Darya, en particulier des gens de parlers oguz, dont une partie seront plus tard les Türkmen. Un peu plus tard, ou en même temps, s’installent plus à l’est (dans l’Ouzbékistan stricto sensu et au-delà vers le sud) des gens chez qui on constatera plus tard des parlers karluk. A cette époque-là, les parlers oguz et karluk devaient être très peu différents. Peter Golden, un des grands spécialistes de l’histoire des Turks, écrit, pour ce qui concerne les groupes repérables du Xe siècle19 :

30« Most of these tribes constituted a linguistic community in which there was mutual intelligibility. Thus, al-Iṣṭaxrî comments, with regard to the Toquz Oğuz, Qırğız, Kimek, Oğuz and Qarluq, that “their languages are one, intelligible to one another.” (ed. de Goege, p. 9). This is borne out by the more detailled analysis of Maḥmûd al-Kâšġarî. »

31L’arrivée du troisième type de parlers, kıpčak, date surtout de l’installation des Özbek historiques dans la région, au XVIe siècle, ceux-là même qui délogèrent Babur et le poussèrent à conquérir l’Inde, fondant ainsi la dynastie des Mogols.

32Il est donc essentiel de bien distinguer les Ouzbékistanais, citoyens de l’état actuel d’Ouzbékistan (que j’écris à dessein à la française), et les Özbek dont ils se réclament souvent. Les Özbek historiques ne sont qu’une des composantes de la population de l’Ouzbékistan. De même, les parlers des descendants de ces Özbek (si l’on ne tient pas compte des nombreux cas de changement de langue de telles régions ou de tels groupes), qui sont des parlers kıpčak, ne sont qu’une des composantes de paysage lingustique de l’Ouzbékistan.

33Au Karakalpakistan, où l’influence des parlers karluk est beaucoup moindre que dans le reste de l’Ouzbékistan (au point que la norme de la langue officielle ouzbèke est surtout tirée d’eux, beaucoup plus que des parlers kıpčak des Özbek !), on rencontre donc surtout des parlers de type oguz, notamment au Khorezm, et des parlers de type kıpčak.

II.2. Caractère politique des définitions actuelles

  • 20 S. E. Malov, Zametki o karakalpakskom âzyke, ed. Baskakov & Nasyrov, Noukous, 1966. Cette trentaine (...)

34Lorsque Sergej Efimovič Malov (1880-1957) arrive en Karakalpakie en juillet 1930, il vient avec une mission bien précise : définir quel sera l’alphabet propre aux Karakalpak, et à cette époque il s’agit d’un alphabet en écriture latine. Nous savons exactement comment tout cela s’est passé, non seulement par le récit de Malov20, mais aussi par le rapport de Baskakov, qui se distingue par son style militaire :

35« En 1930, l’Académie des sciences d’URSS et le Comité central du nouvel alphabet kazak organisèrent le voyage du professeur S. E. Malov pour l’étude de la langue karakalpak et l’établissement d’un alphabet unifié. Pour l’arrivée de celui-ci, on avait réuni à Turtkul’ un détachement de la Section de terminologie scientifique de la Région, qui comportait l’attaché scientifique N. A. Baskakov ; l’attaché du journal Mijnetkeš karakalpak T. Sapiev, le directeur du Musée régional N. V. Torčinskij, et l’enseignant de l’école de Čimbaj, Turdumurat Bekimbetov. Des cinq principaux districts karakalpak, ceux de Čimbaj, Kegejli et Taxta-Kupyr furent inspectés sous l’autorité directe du prof. S. E. Malov, et ceux de Kara-Uzâk et Kungrad furent commissionnés à l’attaché scientifique de la Région, N. A. Baskakov et à son aide, Turdumurat Bekimbetov ».

36Le savant russe Aleksandr Nikolaevič Samojlovič (1880-1938), qui avait lui-même vécu dans la région vers 1910, avait produit pour le nouveau pouvoir soviétique en 1922 une classification des langues turkes, dans le cadre de l’importante Commission des nationalités, et en 1930 il avait une position académique bien plus importante que celle de S. E. Malov, qui s’était de son côté illustré par des voyages parmi les populations turkophones de Chine. Samojlovič était alors le secrétaire du département de Sciences humaines de l’Académie des sciences. Or, Samojlovič ne croyait pas à l’existence propre d’une langue karakalpak, où il voyait simplement un parler de type kazak. Malov, comme il l’a écrit lui-même, ne croit pas en arrivant sur les lieux que la langue d’un si petit peuple ait résisté à la concurrence de ses puissantes voisines : l’özbek, le türkmen, et bien sûr le kazak. Son enquête dans les mois qui suivent lui montre, ajoute-t-il, qu’il existe pourtant une langue karakalpak, en dépit des influences qu’il détaille de la façon suivante :

37« L’influence de la langue türkmen à cet égard est très faible. Si l’on écoute une chanson karakalpak d’origine türkmen, alors, en effet, on peut y entendre plusieurs particularités du türkmen, comme la sonorisation des consonnes sourdes en début de mot, la désinence de datif en -a au lieu de -γa, et d’autres encore empruntées au lexique türkmen, mais c’est que, comme on dit, « dans les chansons, pas un mot ne changeons ». En dehors de ces chansons, des énigmes, et des vers, il y a peu de choses en karakalpak qui soit issu du türkmen. (...) On peut dire la même chose à propos de l’influence du dialecte ouzbek de Khiva sur la langue karakalpak. Bien sûr, il existe en karakalpak des locutions, des mots, qui viennent du khivien [le parler de la ville de Khiva], mais ils n’affectent en rien la structure générale et le caractère du karakalpak dans son ensemble. (...) Des singularités du dialecte ouzbek de Khiva, comme par exemple l’abrègement de la désinence de génitif (-ni), rien ici (...), etc.

38La langue karakalpak a surtout subi l’influence du kazak. Ces deux tribus vivent depuis longtemps côte à côte (...). Mais il faut conserver à l’esprit que ces langues, le karakalpak et le kazak, sont apparentées et proches l’une de l’autre. Il peut paraître que le karakalpak a succombé sous l’influence du kazak, mais en réalité cette ressemblance des deux langues n’est pas le résultat de l’influence de l’une sur l’autre, elle tient à la longue et traditionelle ressemblance de deux dialectes proches d’un groupe occidental, kıpčak, des langues turkes ».

39Ainsi, Malov considère que le karakalpak, langue à part entière, est un dialecte kıpčak au même titre que le kazak. Nous avons rapporté les raisons qui appuient ce constat, rédigé sur place, parce que deux questions se posent : une question politique d’abord, une question linguistique ensuite.

  • 21 Tolstov S. P. ; Ždanko T. A. et als. (Eds.), Očerki istorii Karakalpakskoj ASSR [Études sur l’histo (...)

40La question politique tient au fait que le statut du karakalpak comme langue était réglé d’avance. La Commission territoriale de 1924 avait déjà décidé de créer une Région (oblast’) autonome de Karakalpakie, et une sous-commission d’enquête pour en définir les frontières. En outre, il avait déjà été décidé de la rattacher au Kazakstan. Les raisons qui ont poussé la Commission à créer une Région administrative karakalpak n’incluaient pas le souci de préserver l’intégrité de l’ethnie karakalpak, puisque Malov lui-même six ans plus tard pensa d’abord que ce peuple avait perdu sa langue, avant de découvrir avec enthousiasme qu’il n’en était rien. Il est plus probable qu’il s’agissait de contrevenir aux prétentions traditionnelles des Khiviens sur les Karakalpak, depuis que le khan de Khiva, en 1810, avait déporté une partie des Karakalpak dans les terres du delta afin qu’il les exploite pour son compte (voir l’article de Sv. Jacquesson). Et comme les Khiviens n’étaient pas bien vus, à cause du “nationalisme bourgeois”21 de la République qu’ils avaient eux-mêmes récemment instituée, le nouveau pouvoir de Moscou pensait qu’il convenait de réduire leurs prétentions, peut-être même de les affaiblir, en se faisant les garants de l’indépendance relative des Karakalpak. On ne saura jamais jusqu’à quel point Malov était sincère en 1930, mais il est certain qu’il était envoyé en Karakalpakie pour trouver une écriture aux Karakalpak, pour lesquels on avait donc déjà décidé en haut lieu qu’ils avaient une langue spécifique. La mission de Malov était de prouver que tel était bien le cas, et de sceller cette vérité par un alphabet non moins spécifique. Sa marge d’action était assez étroite.

II.3. Malov et Samojlovič

41La question linguistique est en effet assez compliquée, comme le rapport de Malov le laisse transparaître. Ce rapport consacre plusieurs pages, intéressantes d’ailleurs, à détailler les auteurs qui ont jusque-là parlé des Karakalpak, et à fustiger ceux qui les ont passés sous silence, comme Samojlovič l’a fait dans sa célèbre classification des langues turkes, publiée d’abord en 1922, puis élaborée en 1926. C’est une des raisons pourquoi ce rapport n’a pas été publié in-extenso à l’époque. Mais au-delà des arguments d’autorité, Malov se trouvait confronté au fait qu’on trouve en karakalpak des traits oguz d’un côté et des traits kıpčak de l’autre. Cela le mettait dans une situation embarrassante, parce que dans la théorie en vigueur les parlers turks étaient ou bien oguz, ou bien kıpčak, et Malov était d’accord avec cette alternative, comme on le voit très bien dans l’extrait cité plus haut.

42Parmi les traits oguz les plus nets, il y a la sonorisation des initiales à quoi il fait allusion : un certain nombre de mots qui normalement commencent par /k/ ou /t/dans les autres langues turkes, en karakalpak commencent par /g/ ou /d/ – comme si nous disions golère et gapable au lieu de colère et capable. Mais les traits kıpčak lui semblent l’emporter.

43On reste perplexe, pourtant, devant l’argument de Malov qui consiste à rejeter à peu près tous les éléments de l’orature traditionnelle d’une ethnie (“les chansons, les énigmes, et les poèmes”, précise-t-il) en décidant qu’il s’agit d’emprunts aux Türkmen. Cette part du feu restera d’ailleurs vaine, puisque N. A. Baskakov, le grand linguiste russe qui s’imposera comme le spécialiste des Karakalpak (et plus généralement des parlers kıpčak), montrera un peu plus tard (voir plus loin la section IV.2.) que la fréquence des initiales sonores n’est pas du tout limitée aux chansons, mais constitue l’un des traits les plus caractéristiques de certains parlers karakalpak. L’idée de Malov, de présenter ce trait comme une série d’emprunts au türkmen, n’avait d’autre but que de faciliter l’identification du karakalpak comme “dialecte kıpčak” aux côtés du kazak – ce qui était aussi l’opinion de Samojlovič, et ce qui correspondait à la décision politique de rattacher le Karakalpakistan nouvellement formé au Kazakstan.

44On a vu plus haut Malov parler du “dialecte ouzbek de Khiva” ou “khivien”, et jusqu’à nos jours, en dépit des recherches dont les résultats sont parfaitement clairs, on continue de parler des “dialectes ouzbeks du Khorezm”. Comme l’a montré F. A. Abdullaev dans son livre Fonetika horezmskih govorov [Phonétique des parlers du Khorezm], 1967, les parlers du Khorezm peuvent se grouper en deux dialectes : au nord-est, un petit tiers de la région utilise des parlers kıpčak, et donc proches du kazak (ou du karakalpak, ou des parlers kıpčak de l’Ouzbékistan) ; au sud, la majorité du terroir utilisait à cette époque des parlers oguz qui avaient, et ont encore parfois, toutes les caractéristiques des parlers türkmen, par exemple l’opposition de longueur chez les voyelles. Il n’y a aucune raison, du point de vue linguistique, d’appeler tous “ouzbeks” ces parlers de divers types. Les gens qui les parlent sont ouzbékistanais certes. Et bien entendu, la norme des écoles ouzbèkes contribue à modeler le paysage linguistique.

II.4. L’histoire des langues, l’économie, le milieu naturel

45Une bonne classification linguistique est une classification qui ouvre une perspective sur l’histoire des langues, qui indique comment (et parfois quand) se sont faites les différences qui ont amené peu à peu, à partir de parlers communs, à des parlers différents. Cependant, les différences actuelles entre les parlers résultent souvent de la disparition de parlers transitionnels : de nos jours encore, entre le français du nord et le catalan, par exemple, il existe toute un série de parlers intermédiaires, et autrefois la frontière était plutôt vers le centre de la France que vers les Pyrénées. À mesure que la gamme de ces parlers disparaît pour ne laisser émerger que des entités franchement contrastées, notre impression que nous sommes en présence de langues distinctes s’affirme.

  • 22 Voir l’article “The Steppe”, de William H. McNeill, dans Encyclopedia Britannica 2001.

46Dans le cas des langues turkes, non seulement les parlers intermédiaires sont très vivants, mais la facilité à se comprendre a favorisé les échanges que le mode de vie des éleveurs rendait par ailleurs naturels : ces gens-là avaient une idée des frontières, mais ce n’est pas l’idée qu’en ont les états modernes, c’était plutôt celle du partage des pâturages, qui variaient avec les saisons et les conditions climatiques. D’autre part, ce cordon des steppes22 est asymétrique : les prairies occidentales, vers l’Ukraine et la Hongrie, sont plus riches que les prairies ou les steppes orientales, qui sont soumises à des écarts climatiques plus intenses – et cela se sait. C’est ce qui explique dans une large mesure les “grandes invasions” successives qu’a connues l’Occident, et les Slaves subissaient en général le premier choc. Quand les conditions de pâture étaient trop rudes en Asie centrale, soit on mourrait, soit on se trouvait un chef assez déterminé pour aller vers l’ouest. Un groupe poussait l’autre, et l’extrémité occidentale subissait une partie de ces effets de vague, parfois amplifiés, parfois affaiblis. Enfin, outre le tropisme occidental qui visait d’abord les prairies plus riches, il y avait le tropisme des cités sédentaires.

47On a d’abord pensé que l’élevage représentait le type archaïque de l’exploitation sociale de la nature. Les éleveurs représentaient donc alors le type archaïque de la société humaine, selon les critères hiérarchiques de cette époque, le plus proche de l’état “sauvage”. Nous savons aujourd’hui que c’est faux, et que l’agriculture est apparue avant l’élevage, du moins avant l’élevage spécialisé des steppes. Ce dernier, historiquement assez tardif puisqu’il est lié à la domestication du cheval, est toujours en relation économique avec les régions agricoles.

48Il est indéniable que ce milieu économique particulier, spécialisé, de l’élevage à grande échelle, a été le contexte formateur d’un espace social où les populations turkophones et mongolophones se sont élaborées. Cela ne signifie pas que ces populations aient eu, du point de vue ethnique (et donc du point de vue de la génétique des populations), la même origine. Cela signifie au contraire que des groupes humains d’origines diverses se sont trouvés fusionner dans ce creuset particulier d’un mode de vie similaire et, à certains égards, uniformisé. C’est ce qui explique qu’on rencontre parmi les turkophones des gens “d’aspect européen ou méditerranéen” comme par exemple les Turcs de Turquie, et des gens “d’aspect oriental” comme certains Kazak ou Kırgız.

  • 23 Voir sur ce thème Jacquesson 1999, 2001.

49C’est ce qui explique aussi l’uniformité de la plupart des langues turkes. Cette uniformité est due à deux causes. D’une part, au fait que ce sont des groupes dispersés sur un vaste espace mais en relations suivies ; or, ces groupes sont généralement plus conservateurs en fait de langue que les groupes denses réunis sur une zone réduite, parce que les innovations linguistiques doivent être avalisées par l’ensemble des co-locuteurs, sous peine de rupture des relations. Cette validation est évidemment plus lente quand elle doit faire le tour de populations répandues sur une espace vaste, alors qu’elle peut être l’affaire de quelques années, ou moins, dans une cité où les nouvelles circulent vite23. D’autre part, les langues turkes sont des langues récentes : si vers le Xe siècle tous ces gens se comprenaient entre eux, cela signifie que le modèle linguistique turk était alors récent.

50Nous ignorons, faute de documents écrits antérieurs aux inscriptions “runiques”, comment s’est faite la singularisation des parlers turks, et c’est un problème très débattu que celui des relations du turk avec le mongol et le toungouse (qui ensemble sont souvent appelées les “langues altaïques”), et a fortiori avec le “modèle ouralien” (c’est-à-dire les langues finno-ougriennes et samoyèdes). Le problème est compliqué précisément parce que les interactions entre ces différentes populations ont dû impliquer autant les emprunts massifs dus à un mode de vie commun, que la supposée communauté d’origine. Les deux faits, et d’autres, sont inextricablement mêlés, comme il est naturel.

II.5. Les critères linguistiques

51Quelques critères linguistiques simples permettent de distinguer, traditionnellement, trois groupes majeurs de langues turkes. Il existe deux autres groupes, minoritaires mais intéressants, que nous laisserons de côté ici parce qu’ils ne concernent pas les Karakalpak. Ces trois groupes majeurs sont le groupe oguz, le groupe kıpčak, et le groupe karluk. Si l’on se borne aux parlers que représentent les langues officielles, certaines différences apparaissent :

  • 24 J’inclus dans ces tableaux les mots tels que G. Clauson les reconstitue dans An Etymological Dictio (...)
  • 25 Les Russes disent “baškir”, et cette prononciation s’est ensuite glissée dans les encyclopédies et (...)

  

  

jour

montagne

Clauson24

  

*gün

*da:ğ

oguz

turc

gün

dag

  

azeri

gün

dag

  

türkmen

gün

daag

kıpčak

baškort25

kön

taw

  

tatar

kön

taw

  

nogaj

kün

taw

  

kazak

kün

taw

  

kırgız

kün

too

  

Codex cumanicus

kün

taw, tag

  

tatar de Crimée

kün

dag

  

karačaj

kün

taw

  

karaïm

kün

tag, dag, taw

karluk

ouzbek

kün

tâg

  

ouigour

kün

tag

521/ Dans de nombreux mots (mais non dans tous les cas), la consonne initiale sonore en oguz correspond ailleurs à une sourde. Dans l’exemple “jour”, le /g/ oguz correspond au /k/ kıpčak ou karluk. Dans l’exemple “montagne”, le /d/ oguz correspond au /t/ kıpčak ou karluk. Si cette règle était absolue, elle impliquerait que l’opposition entre sourde et sonore à l’initiale, vivante en oguz, puisqu’on y trouve aussi bien des mots en k- qu’en g-, serait inexistante ailleurs où l’on n’aurait de mots qu’en k-. Mais nous verrons que cette règle n’est pas absolue, et que l’opposition de sonorité à l’initiale est problématique en dehors de l’oguz (voir plus loin l’exemple de “quatre”). Et spécialement en karakalpak.

532/ Exemple “montagne”. L’uvulaire sonore finale (“g”, mais prononcée /γ/, proche du “r” du français du nord), est réduite à l’approximante [w] dans la majorité des parlers kıpčak, et cette réduction va même en kırgız jusqu’à créer des voyelles longues nouvelles (taγ > taw > too), distinctes des anciennes voyelles longues qui apparaissent encore régulièrement en türkmen (daag). En territoire ouzbékistanais, il existe des parlers kıpčak où “montagne” se prononce /taw/ ou /tau/, et des parlers karluk où ce mot se prononce /tag/.

543/ Un /α/ très postérieur (noté ici “â”, qui ressemble à la prononciation champenoise du “â” de pâte), est typique de la norme ouzbèke, et parfaitement populaire au Ferghana. La graphie ouzbèke officielle l’écrit “o” tant en cyrillique qu’en latin. Ce passage de /a/ à /ɔ/ (un “o ouvert” comme dans port) et en réalité souvent à /α/ semble bien s’être fait à l’imitation du passage de “a long” à /ɔ/ dans les parlers iraniens occidentaux comme le persan/tadjik.

55Dans ce cadre, les parlers karakalpak se comportent exactement comme les parlers kazak. Il faut donc regarder de plus près les parlers kıpčak.

II.6. Le nom “kıpčak” et Klaproth

56Ces trois noms “oguz”, “karluk”, et “kıpčak” ont une histoire compliquée, mais passionnante, et sont importants dans l’histoire des populations comme des langues turkes. Ils sont importants aussi dans l’histoire de la science turkologique. On peut consulter là-dessus Golden 1992, qui écrit surtout en historien, ou bien les intéressants articles de l’Encyclopédie de l’Islam, plus anciens. Je me contenterai de commenter le terme kıpčak.

57Ces noms sont d’abord des noms de groupements ethniques, et non pas de groupes de langues. C’est pourquoi les linguistes modernes essaient parfois de leur substituer des noms géographiques (voir plus haut), qui ont d’autres inconvénients puisque l’opinion générale est que l’efficacité de l’article de Samojlovič (1922) sur la classification des langues turkes tenait au fait qu’il s’émancipait des regroupements géographiques qui avaient dominé jusqu’alors.

58Pourtant, les savants du XIXe siècle avaient déjà largement utilisé les critères linguistiques. Il’â Nikolaevič Berezin, dans sa classification de 1848 en français, donne des critères phonétiques (et d’autres morphologiques et lexicaux) dont la plupart seront repris par Samojlovič. Et il utilise, pour les langues turkes dont il ne sait rien d’autre, les vocabulaires fournis par l’érudit Jules Klaproth, un des grands pionniers de la linguistique de l’Asie.

59Jules Klaproth, ou Julius von Klaproth (1783-1835), fut un des grands orientalistes du début du XIXe siècle. Il était allemand d’origine, mais russophone et francophone aussi bien, et a longtemps vécu en France, où il a été un des fondateurs de la Société asiatique, en 1822. Il a voyagé dans le Caucase, en Russie, en Chine, et a publié en 1823 la 1re édition de son Asia polyglotta (la 2e est de 1831). Il est comme l’articulation entre l’époque des grandes compilations linguistiques et la science ultérieure, qui tendait à distinguer soigneusement les différentes disciplines. Son œuvre se distingue donc des entreprises universalistes comme le Mithridates, oder allgemeine Sprachenkunde mit dem “Vater unser” als Sprachprobe in bey nahe fünfhundert Sprachen und Mundarten de Johann Christoph Adelung (1817), ou l’Atlas ethnographique du Globe, ou classification des Peuples anciens et modernes d’après leurs langues d’Adrien Balbi (1826). C’est Klaproth, semble-t-il, qui utilisa le premier le terme kıpčak dans le domaine linguistique. C’est aussi lui qui redécouvrit le Codex cumanicus. Ce document exceptionnel des parlers kıpčak avait été acquis au début du XIVe siècle par le poète et érudit italien Francesco Petrarca. Pétrarque avait légué ce manuscrit à la Bibliothèque de la basilique Saint-Marc de Venise. Klaproth en avait obtenu une copie, qu’il a publiée (sans jamais voir l’original !) dans le 3e volume de ses Mémoires relatifs à l’Asie, contenant des recherches historiques, géographiques et philologiques sur les peuples de l’Orient (1828). Klaproth est donc le premier savant à avoir eu des langues turkes une vision étendue, personnelle grâce à ses voyages, et historique. En outre, il a composé et publié plusieurs cartes intéressantes de nos jours encore.

  • 26 En particulier Pelliot 1920.
  • 27 Klaproth 1828 : 115-6.

60Je me permets de citer un assez long passage de Klaproth, qui est le premier exposé sur les Kıpčak et les Comans. On y trouve ce style panoramique si caractéristique de l’érudition orientaliste qu’illustrera encore Paul Pelliot plus d’un siècle plus tard26. Une partie des ancêtres de nos Karakalpak, encore indistincts, se trouvent quelque part dans ce tourbillonnement27 :

  • 28 Il s’agit de Guillaume de Rubrouck. Traduction en français : Kappler 1993.

61« Les Comans et les Petcheneghes formaient le peuple appelé Kiptchak ou Kaptchak. Ruysbroeck28 dit que les premiers se donnaient eux-mêmes le nom de Capchat ; dans un autre endroit il les appelle Coman-Capchat. Selon les historiens byzantins, les Petcheneghes (Πατζινακοι, Πετζινακοι, Πετζινακιται) avaient habité originairement près des fleuves Atil (Volga) et Gheikh (Iaïk) ; ils en furent chassés vers l’année 894 ou 899, par les Ouzes et les Khazares réunis. Quelques Petcheneghes retournèrent volontiers chez les Ouzes, et se confondirent avec les vainqueurs ; cependant ils en étaient distingués par un habillement qui leur était propre. Le reste des Petcheneghes passa le Don, et fondit sur les Hongrois, dont une grande partie s’enfuit vers Atelkouzou, aujourd’hui la Moldavie et la Transylvanie. Les Petcheneghes les poursuivirent encore et les poussèrent plus à l’ouest. Depuis ce temps (900 ans après J.-C), ils furent maîtres de toutes les côtes de la mer Noire, depuis le Don jusqu’au Danube. Les Comans habitaient alors plus à l’est, au delà du Don. D’après le témoignage de Constantin Porphyrogénète, les Patsinakites ou Petcheneghes portaient anciennement le nom de Kangar, qui, à ce que cet auteur assure, signifiait dans leur langue générosité et courage. Ce nom se trouve aussi chez Ruysbroeck, sous la forme de Kangle. Ce voyageur partant, en 1253, du camp de Batou-khan, fut conduit à l’est du Volga, et se dirigea à l’orient en traversant le pays des Kangle, qui descendaient des Comans. Il avait alors à sa gauche et au nord la Grande Bulgarie, et à sa droite ou au sud la mer Caspienne. Ces Kangle étaient vraisemblablement les Petcheneghes qui étaient restés parmi les Ouzes, et dont j’ai parlé plus haut. Jean du Plan-Carpin qui, en 1245, ainsi peu de temps avant Ruysbroeck, fut envoyé en Tatarie par le pape Innocent IV, s’explique encore plus clairement : « Le pays de Comanie, dit-il, a immédiatement au nord, après la Russie, les Morduins, les Bilères, c’est-à-dire la Grande Bulgarie ; puis les Parasites et les Samoïèdes, qu’on dit avoir la face de chien, qui sont sur les rivages déserts de l’océan. Au midi, il a les Alains, les Circasses, les Gazares (la Crimée), la Grèce et Constantinople (...) ».

62Les Comans et les Petcheneghes (Kangar, Kangle ou Cangites) ne formaient donc qu’un seul peuple, avec la différence que ces derniers se montrèrent en Europe vers 894, un siècle avant les autres. C’étaient les ﻗﺑﭼﺎﻕ Kibtchâk dont le nom de tribu était ﻘﻧﻗﻟﻰ Kankly ou ﻘﺎﻨﻗﻟﻰ Kânkly qui, selon Abû al-Ghâzî, dérive du bruit que font les roues des voitures, ﻘﺎﻨﻖ kânak, dont ils prétendaient être les inventeurs. Les restes des Comans et des Kankly se sont confondus avec les Turks Nogaj, dont plusieurs hordes portent encore le nom de Kankly.

63Le mot kıpčak est le nom d’une fédération assez lâche de divers groupes dont la majorité étaient turkophones. À cause de l’histoire de ce groupement, le mot kıpčak a aussi désigné une région, qui correspond à peu près aux steppes centrales, non seulement l’actuel Kazakstan mais aussi les régions plus à l’ouest jusqu’à la Crimée. Historiquement, les groupes que les Russes médiévaux appelaient Polovec (“les Pâles”) et les documents byzantins aussi les Comans (d’où le nom du Codex comanicus) faisaient partie de cet ensemble. À l’intérieur de ce vaste ensemble, les petits groupes se déplaçaient en fonction des besoins du moment. Et c’est une des raisons des déplacements probables de nos Karakalpak.

III. À l’intérieur des parlers kıpčak

III.1. Les sous-groupes du kıpčak

  • 29 Plusieurs d’entre eux sont indiqués à la fin de cet article. Le but de ces normes officielles étant (...)
  • 30 Le tatar de Crimée, longtemps, n’a pas eu de dictionnaire parce que cette population a été proscrit (...)

64Cette section est consacrée aux différences entre les divers parlers kıpčak. J’utilise ici les normes officielles des dictionnaires29, sauf pour le tatar de Crimée pour lequel je remercie Alije Akimova30. Pour le karakalpak, où la norme a changé dans les années 1950, j’utilise le dictionnaire russe-karakalpak compilé par N. A. Baskakov et quatre savants karakalpak, publié en 1967.

III.1.1. “inversion” vocalique en tatar et baškort

  • 31 La première description systématique de ce fait semble être dans Vilhelm Grønbech (1902). John Krue (...)
  • 32 Kaare Grønbech (fils de Vilhelm), qui a publié par ailleurs un fac-simile du mss., reconstruit dans (...)

65Les langues kıpčak que nous étudions ici pour nous guider dans l’appréciation du karakalpak se divisent d’abord aisément en deux groupes sur le critère du vocalisme31. J’ajoute les formes que donne le Codex cumanicus d’après le lexique de Grønbech 194232 :

  

veuf

jour

feu

quatre

Clauson

*du:l

*gün

*o:d

? *do:rd

baškort

tol

kön

ut

dürt

tatar

tol

kön

ut

dürt

nogaj

tul

kün

ot

tört

kazak

tul

kün

ot

tört

karakalpak

tullıq

kün

ot

tört

kırgız

tul

kün

ot

tört

Codex cumanicus

tul

kün

ot

tört

karačaj

tul

kün

ot

tört

tatar de Crimée

tul

kün

(ateš)

dört

karaïm

tul

kün

ot

dört

66Il s’agit d’une “inversion” des voyelles arrondies en baškort et en tatar, par rapport à la situation ordinaire en turk : /o/ y devient /u/ et inversement, et de même avec les arrondies antérieures : /ö/ devient /ü/ et inversement.

67Un phénomène similaire a lieu dans certains cas avec le /e/ ordinaire, qui devient /i/ (et inversement) en baškort et tatar :

  

venir

viande

Clauson

*gel

*et

baškort

kil-

it

tatar

kil-

it

nogaj

kel-

et

kazak

kel-

et

karakalpak

kel-

et

kırgız

kel-

et

Codex cumanicus

kel-

et

tatar de Crimée

kel-

et

karaïm

kel-

et

  • 33 Clauson et le türkmen ne sont pas toujours d’accord pour les voyelles longues.

68Il faut prendre garde ici à certaines distinctions. Dans le domaine vocalique de [e-i], il existe une légère différence de traitement, qui concerne le türkmen, selon qu’il s’agit étymologiquement d’un *e bref ou d’un *ee long, d’un *i bref, ou d’un *ii long33. Les deux exemples du tableau précédent concernaient le *e bref. Voici des exemples pour les autres cas. Les langues kıpčak sont encadrées.

  

*ee

*ii

*i

  

rein

tardif

entrer

dent

un

savoir

Clauson

*bé:l

*gé:č

*gir-

*dı:š

*bi:r

*bil

turc

bel

geč

gir-

diš

bir

bil-

azeri

bel

gedž

gir-

diš

bir

bil-

türkmen

biil

giič

giir-

diiš

bir

bil-

baškort

bil

kis

ker-

teš

ber

bel-

tatar

bil

kič

ker-

teš

ber

bel-

nogaj

bel

keš

kir-

tis

bir

bil-

kazak

bel

keš

kir-

tis

bir

bil-

karakalpak

bel

keš

kir-

tis

bir

bil-

kırgız

bel

keč

kir-

tiš

bir

bil-

Codex cuman.

bel

keč

kir-

tiš

bir

bil-

tatar de Crimée

bel

keč

kir-

tiš

bir

bil-

karaïm

bel

keč

kir-

tiš

bir

bil-

ouzbek

bel

keč

kir-

tiš

bir

bil-

ouigour

bäl

keč

kir-

tiš, čiš

bir

bil-

69En baškort et tatar (ou du moins dans les dialectes de ces deux langues qui ont servi de base à leur norme actuelle), on observe donc une “inversion” caractéristique de /o/ et /u/, de /ö/ et /ü/,de /e/ et /i/.

III.1.2. résistance relative des “gutturales”

70Comme nous l’avons vu en II.4., les langues kıpčak ont tendance à affaiblir les “g” en fin de mot (le mot “montagne” tag devient taw), et aussi en position intervocalique. C’est là un dossier difficile qu’il n’est pas question de traiter ici de façon détaillée. Parmi les langues kıpčak, cet amuissement a été mené à des degrés différents selon les parlers.

71L’examen du sort des monosyllabes, comme c’est le cas de nombreuses racines verbales, donne des résultats à peu près homogènes : après une voyelle postérieure le *g étymologique (prononcé comme une spirante /γ/, souvent noté “ğ”) s’amuit en /w/ dans la plupart des parlers kazak-karakalpak et tatar-baškort. Après une voyelle antérieure, ce même *g s’amuit en /j/ dans presque tout le kıpčak. Je donne quelques exemples dans le tableau ci-dessous, où l’on verra que certaines langues ajoutent des suffixes. En outre, j’ai ajouté les formes en “vieux turk”, c’est-à-dire celui des inscriptions sur pierre (VIIIe et IXe siècles).

  

voyelle postérieure

voyelle antérieure

  

lien, cordon

naissance

humide, cru

toucher

Clauson

*ba:ğ

*duğ-

*čig

*deg-

turc

bag

dog-um

čig

(dokun-)

azeri

bag

dog-um

čij

(toxun-)

türkmen

baag

dog-luš

čiig

deg-mek

baškort

baw

tıw-ıw

sej

tej-ew

tatar

baw

tuu

či

tij-ü

nogaj

baw

tuw-uw

šij

tij-üw

kazak

baw

tuw-uw

šij-ki

tij-üw

karakalpak

baw

tuw-ıw

šij-ki

tij-iw

kırgız

boo

tuu

čij-ki

tij-üü

Codex cuman.

baw-, bag-

tow-, tog-

čijik

tej-, teg-

tatar de Crimée

bag

dog-ma

čij

tij-

karačaj

baw

tuw-uw

čij

tij-erge

karaïm

baw, bag

tog-ırma

čij

tij-

ouzbek

bâg

tug-liš

(xâm)

teg-mâk

ouigour

bag

tug-uš

(xam)

g-mäk

vieux türk

baag

tog-um

či

teg

72L’introduction des suffixes dans certaines langues montre que la situation est analogue pour les bisyllabes qui sont formés sur des racines monosyllabiques.

73Mais dans d’autres bisyllabes, de formation plus ancienne sans doute, ou en tout cas qui ne paraissaient pas décomposables au moment où l’amuissement de cette consonne finale s’est fait sentir, la consonne a souvent mieux résisté. La conséquence est que dans les bisyllabes où *g est intervocalique, les résultats sont plus variés :

  

arbre

fils

courir

Clauson

*ığa(:)č

*oğul

*jügür

turc

agač

ogul

(koš-)

azeri

agač

ogul

jüjür-

türkmen

agač

ogul

jüvür-

baškort

agas

ogul, ul

jöger-

tatar

agač

ul

jöger-

nogaj

agaš

ul

jör-

kazak

agaš

ugul, uul

žügir-

karakalpak

agaš

ul

žuwır-ıw

Codex cuman.

agač

ogul

jügür-

tatar de Crimée

agač

ogul, owul

jövür-

karaïm

agač

ogıl, ogul, owul

juwur-

karačaj

agač

ul

džür-

kırgız

džıgač

uul

džügür-

ouzbek

(däräxt)

ogıl

jügür-

ouigour

jagač

ogul

jügri-

74Si l’on s’en tient au -g final après voyelle postérieure, on constate chez les langues du sous-groupe “coman”, dit aussi “kıpčak-polovec” une résistance relativement plus grande à l’amuissement du -g.

75C’est une des raisons pour quoi on peut diviser le domaine kıpčak en trois sous-groupes, en fonction d’une part de “l’inversion vocalique”, de l’autre de la résistance à l’amuissement du -g final. Nous verrons bientôt qu’il existe d’autres raisons à cette sub-division.

  

  

o

-ig

-ag

kıpčak-bulgar

tatar

u

-ij

-aw

  

baškort

u

-ej

-aw

kıpčak-nogaj

nogaj

o

-ij

-aw

  

karakalpak

o

-ij

-aw

  

kazak

o

-ij

-aw

kıpčak-polovec

Codex cumanicus

o

-ij

-ag/w

  

tatar de Crimée

o

-ij

-ag

  

karaïm

o

-ij

-ag/w

  

karačaj

o

-ij

-aw

kırgız

  

o

-ij

-oo

III.2. Réduction des affriquées sourdes en kıpčak

76Une importante caractéristique des parlers kıpčak est le traitement des fricatives (/ž/ et /š/) et affriquées (/dž/ et /tš/, ce dernier aussi écrit /č/). Nous avons parlé de ces sons dans l’introduction. Nous allons d’abord considérer le sort de l’affriquée sourde/č/.

77Regardons le tableau suivant, où les mots entre parenthèses sont empruntés à d’autres langues non turkes (c’est pourquoi nous donnons en bas les mots iraniens tadjiks) :

  

humide, cru

fleur

cheveu

Clauson

*čig

*čéčeg

*sač

turc

čig

čiček

sač

azeri

čij

čičäk

s

türkmen

čiig

(gül)

s

baškort

sej

säskä

säs

tatar

či

čäčäk, čäčkä

čäč

nogaj

šij

šešekej

šaš

kazak

šijki

šešek

šaš

karakalpak

šijki

(gül)

šaš

kırgız

čijki

čeček

čač

Codex cuman.

čijik

čiček

sač

tatar de Crimée

čij

čeček

sač

karačaj

čij

čiček

čač

karaïm

čij

čiček, cecek

sač, cac, čač

ouzbek

(xâm)

čečäk

sâč

ouigour

(xam)

čečäk

čač, sač

(tadjik)

xom

gul

  

78Les langues kıpčak sont encadrées. On voit avec “humide, cru” et “fleur” que certaines langues ont simplifié l’affriquée (č > š). Dans le sous-groupe baškort-tatar, le baškort a /s/. Dans le sous-groupe du nogaj, on a /č/. Dans le troisième sous-groupe, on a /š/. C’est une autre des raisons pour lesquelles N. A. Baskakov, que j’ai évoqué plus haut, divisait les langues kıpčak en trois sous-groupes (Baskakov 1962), mais il met le kırgız à part :

kıpčak-bulgar

tatar

kıpčak-polovec

Codex cumanicus

  

baškort

  

tatar de Crimée

kıpčak-nogaj

nogaj

  

karaïm

  

karakalpak

  

kumık

  

kazak

  

karačaj et balkar

79L’exemple “cheveu” est intéressant, parce qu’une dissimilation s’est produite en oguz, dans la plupart des parlers karluk, et même dans quelques parlers kıpčak : l’origine est bien *čač, mais dans ces langues le premier des deux /č/a été simplifié en /š/ puis en /s/ pour le différencier du second. Dans les parlers kıpčak, cette simplification en général n’a pas eu lieu (on la voit dans le Codex cumanicus, en tatar de Crimée, et dans certains parlers karaïm). Cela signifie peut-être que les parlers oguz et karluk n’ont pas toujours été séparés les uns des autres, comme ils le sont aujourd’hui, par les parlers kıpčak.

80Nous sommes donc en mesure de caractériser nos sous-groupes kıpčak :

  

  

*e

kıpčak-bulgar

baškort

i

s

  

tatar

i

č

kıpčak-nogaj

nogaj

e

š

  

kazak

e

š

  

karakalpak

e

š

kıpčak-polovec

tatar de Crimée

e

č

  

karaïm

e

č

  

karačaj

e

č

  

Cod. Cuman.

e

č

  

kırgız

e

č

81Les changements qui affectent l’affriquée dans certains parlers kıpčak (en particulier ceux qui ont servi à définir la norme écrite en baškort et en kazak) posent un problème intéressant. Il y avait en turk ancien, selon toute vraisemblance, un *č, un *š, et un *s. Le passage de *č à /š/ en kazak pouvait donc aboutir à une confusion dans cette langue de *č et de *š. Mais il se trouve que ce *š est devenu /s/ dans le sous-groupe nogaj et dans une partie du karaïm, et c’est donc une convergence entre *š et *s qui s’est produite en réalité. Voici ce qui est arrivé au *š :

  

trouer

trou

âne

écouter

Clauson

*del-/teš-

*delük/tešük

*ešgek

*éšid-

turc

del-

delik

(merkep)

išit-

azeri

l-

lik

eššäk

ešit-

türkmen

deš-

dešik

ešek

ešit-

baškort

?

tišek

išäk

išet-

tatar

tiš-

tišek

išäk

išet-

nogaj

tes-

tesik

ešek

esit-

kazak

tes-

tesik

esek

esit-

karakalpak

tes-

tesik

ešek

esit-

Codex cuman.

teš-

tešik

ešek

ešit-

tatar de Crimée

teš-

tešik

ešek

ešit-

karačaj

teš-

tešik

ešek

ešit-

karaïm

teš-, tes-

tešik, tesik

ešek, esek

ešit-, esit-

kırgız

teš-

tešik

ešek

ešit-

ouzbek

teš-

tešık

ešäk

ešit-

ouigour

täš-

töšük

ešäk

išit-

82Ce tableau montre en outre que le *š en kıpčak (et en karluk) a sans doute deux origines différentes, puisqu’il a des correspondances distinctes (/š/, mais aussi /l/) dans certains parlers oguz. Il est cependant homogène en kıpčak, où il passe à /s/ dans tous les cas dans le sous-groupe du nogaj. Cette régularité montre que les formes /ešek/ pour “âne” en karakalpak et nogaj sont des emprunts. En karakalpak, la forme /ešek/ est un emprunt à l’ouzbek.

  • 34 Du moins dans la norme, qui correspond ici aux parlers du sud-est. Il existe plusieurs parlers bašk (...)

83Et en baškort, où le *č devient /s/, y a-t-il confusion avec *s ? Non plus, car dans cette langue, le *s est passé à /h/ !34 :

  

os

vache

mot

Clauson

? *süŋük

*sıġır

*sö:z

turc

(kemik)

(inek)

(kelime)

azéri

sümük

(inäk)

(kälmâ)

türkmen

süŋk

sıgır

söz

baškort

höjäk

hıjır

hüz

tatar

söjäk

sıjır

süz

nogaj

süjek

sıjır

söz

kazak

süjek

sıjır

söz

karakalpak

süjek

sıjır

söz

Codex cuman.

?

sıgır

söz

tatar de Crimée

süjek

sıgır

söz

karačaj

süjek

sıjır

söz

karaïm

süjek, süwek

sıgır, sıjır

söz

kırgız

söök

(inek)

söz

ouzbek

süjäk

sigir

söz

ouigour

süjäk, söŋäk

sijir

söz

84On peut résumer l’essentiel de la façon suivante pour le domaine kıpčak (les langues où *č a évolué sont encadrées) :

  

*e

*s

baškort

i

s

š

h

tatar

i

č

š

s

nogaj

e

š

s

s

kazak

e

š

s

s

karakalpak

e

š

s

s

Codex cuman.

e

č

š

s

tatar de Crimée

e

č

š

s

karaïm

e

č

š

s

karačaj

e

č

š

s

kırgız

e

č

š

s

III.3. Création d’affriquées sonores

  • 35 Certains linguistes, dont Ŝerbak, pensent qu’il ne s’agit pas exactement d’une innovation, mais qu’ (...)

85Le sous-groupe kazak-karakalpak (pas la norme nogaj), certains parlers ouigours, et le kırgız sont bien connus pour une innovation importante35, au regard des autres langues que nous étudions. Là ou les autres langues ont un /j/(le son “y” du français, comme dans yatagan) en début de mot, ces langues ont développé une affriquée sonore /dž/ (le “dj” français comme dans djinn). Puis le kazak et le karakalpak, de même qu’ils réduisaient /č/ (= /tš/) à /š/ (tch- à ch-), ont réduit /dž/ à /ž/ (dj- à j-) :

  

serpent

année

visage

cœur

Clauson

*djıla:n

*jıl

*ñu:z

*jürek

turc

jılan

(sene)

(bet)

jürek

azeri

ilan

il

üz

üräk

türkmen

jılaan

jıl

jüz

jürek

baškort

jılan

jıl

jöz

jöräk

tatar

jılan

jıl

jöz

jöräk

nogaj

jılan

jıl

jöz

jörek

kazak

žılan

žıl

žüz

žürek

karakalpak

žılan

žıl

žüz

žürek

Codex cuman.

jılan

jıl

jüz

jürek

tatar de Crimée

jılan

jıl

jüz

jürek

karaïm

jılan, ilan

jıl, il

jüz, jiz, iz

jürek, jirek

karačaj

?

džıl

džüz

džürek

kırgız

ılan

ıl

džüz

ürök

ouzbek

ilân

jil

jüz

jüräk

ouigour

žlan

žıl / jıl

jüz

j / žüräk

86C’est le trait le plus facile pour identifier un parler kazak ou kırgız (et pour les différencier entre eux), à condition de se souvenir par exemple des dialectes ouigours homologues. Par analogie avec les parlers slaves qui présentent le même phénomène, on parle souvent à ce propos de “dialectes yé-kaviens” (avec /j/initial), “djé-kaviens” (avec /dž/), ou “jé-kaviens” (avec /ž/).

87Ces nouvelles affriquées sont sonores, à la différence des précédentes qui sont sourdes. Il n’y a pas d’affriquées ni de fricatives sonores étymologiques en turk, du moins au niveau envisagé ici, de sorte que la création de ces sonores n’amenait aucune confusion avec d’autres sons préexistants.

88Il existe cependant des fricatives sonores dans des emprunts arabo-persans, sur quoi il est intéressant de jeter un coup d’œil :

  

âme

djinn

turc

džan

džin

azeri

džan

džin

türkmen

džaan

džın

baškort

jän

jin

tatar

džan

džin

nogaj

jan

?

kazak

žan

žın

karakalpak

žan

žin

tatar de Crimée

džan

džin

karaïm

džan, dzan

?

karačaj

džan

džin

kırgız

džan

džin

ouzbek

džân

džin

ouigour

džan

džin

(tadjik)

džân

džin

89On voit que kazak et baškort ont transformé l’affriquée du mot d’origine, parce qu’on ne peut pas la prononcer dans ces langues. La réduction est différente dans les deux langues, et s’apparente à celle qui a eu lieu pour la sourde correspondante :

  

*dž

  

*dž

baškort

j

s

tatar de Crimée

nogaj

j

š

karaïm

kazak

ž

š

karačaj

karakalpak

ž

š

kırgız

tatar

III.4. Synthèse des critères de classement

  • 36 Benzing et Menges dans Deny 1959, Baskakov dans Baskakov 1962.

90Au terme de cette exploration des critères phonétiques pour le classement des langues turkes – ou du moins d’une partie importante d’entre elles –, il est possible de faire un essai de synthèse. Nous avons d’abord (II.4.) esquissé les grandes différences entre parlers oguz, kıpčak et karluk. Ensuite, tout en conservant un œil sur les autres, nous nous sommes concentré sur les sub-divisions des parlers kıpčak. Nous avons considéré la question des voyelles (III.1.1.) qui permettent d’identifier les parlers “kıpčak-bulgar” ; puis celle des -g en fin de mot étymologique (III.1.2.) qui permettent de mettre à part le cas des langues “kıpčak-polovec”, vérifiant ainsi le bien-fondé des classifications courantes (Benzing, Menges, Baskakov36). Enfin, nous avons abordé le problème du traitement des fricatives et affriquées sourdes (III.2.), puis sonores (III.3.), qui concernent tout spécialement le sous-groupe du “kıpčak-nogaj”, où il apparaît que justement le nogaj d’une part, et kazak et karakalpak de l’autre ont des traitements différents.

  

d/t-

*o

-ag

*c

*j-

turc

dag

o

-ag

č

j-

azeri

dag

o

-ag

č

ø-

türkmen

daag

o

-ag

č

j-

baškort

taw

u

-aw

s

j-

tatar

taw

u

-aw

č

j-

nogaj

taw

o

-aw

š

j-

kazak

taw

o

-aw

š

ž-

karakalpak

taw

o

-aw

š

ž-

Codex cuman.

taw, tag

o

-ag

č

j-

tatar de Crimée

dag

o

-ag

č

j-

karaïm

dag, taw

o

-ag/w

č

j-

karačaj

taw

o

-aw

č

dž-

kırgız

too

o

-oo

č

dž-

ouzbek

tâg

o

-ag/w

č

j-

ouigour

tag

o

-ag/w

č

j-

91La conclusion en est que, sur tous ces critères, le karakalpak ne se distingue en rien du kazak. N’y a-t-il donc aucune bonne raison, au plan linguistique, pour identifier des parlers comme spécifiquement karakalpak ?

IV. L’énigme karakalpak

IV.1. Le problème du “papillon”

  • 37 Il existe deux descriptions du karakalpak en anglais. La première est de Menges 1947. Karl Menges a (...)
  • 38 Op. cit., pp. 58-59.

92La singularité la plus frappante de la langue des Karakalpak (du moins dans certains parlers) est l’abondance des occlusives sonores initiales37. Ž. Aralbaev, dans son étude de 1988, Qazaq fonetikasy bojynša êtjudter [Études sur la phonétique kazak], donne de longues listes de mots où le karakalpak a une sonore initiale, et le kazak une sourde. Donnons seulement quelques-uns de ses exemples38 :

karakalpak

kazak

  

gedej

kedej

pauvre

gereŋ

kereŋ

sourd

gewde

kewde

corps

göže

köže

brouet fermenté

göbelek

köbelek

papillon

göne

köne

vieux

gübi

kübi

baratte en bois

gümis

kümis

argent

gün

kün

jour

gürek

kürek

pelle en bois

güres

küres

lutte (sport)

güriš

küriš

riz

güz

küz

automne

  • 39 Le Projet NSH, de son nom complet “Echanges linguistiques et génétiques entre Orient et Occident au (...)

93Ce trait est connu des Karakalpak eux-mêmes, qui savent que dans ces cas-là les Kazak prononcent la sourde correspondante. Par exemple dans le cas remarquable du mot “papillon”, que les Karakalpak prononcent göbelek. Lors d’une enquête en novembre 2000, faite dans le cadre du Projet NSH du CNRS39, nous avons demandé à une vingtaine de personnes, interrogées dans diverses localités du delta de l’Amou Darya, de prononcer toute une série de mots, parmi lesquels “papillon”. Le résultat est le suivant :

  

köbelek

göbelek

Kazak

6

0

Karakalpak

1

14

94Ce résultat a été confirmé lors d’une enquête plus extensive en avril 2001, menée aussi dans le cadre du Projet NSH, mais l’enquête était cette fois menée auprès de plusieurs dizaines de Karakalpak de la région de Mojnak (tous disent göbelek) et de Kazak et d’Ouzbeks de la région de Koŋırat, dont voici les résultats par village :

KAZAK

kepelek

köbelek

göbelek

Kök Darya

7

8

4

Kızılkuš

0

3

0

Rawšan

3

20

1

TOTAL (sur 46)

10

31

5

  

  

  

  

OUZBEK

kepelek

köbelek

göbelek

Adebijat

0

0

3

Kıtaj

0

0

7

Kök Darya

0

0

8

Kızılkuš

0

0

9

Örnek

1

0

5

Sajat

0

0

3

TOTAL (sur 36)

1

0

35

95On s’aperçoit que le fameux trait de sonorité, dans ce cas du moins, n’est donc pas caractéristique des Karakalpak, puisque les Özbek du Karakalpakistan l’ont aussi.

IV.2. Contrastes de sonorité

IV.2.1. deux hypothèses extrêmes pour les sonores initiales

96Le problème paraît donc être le suivant : les langues oguz, le turc par exemple, et le karakalpak ont des initiales sonores et sourdes, tandis que le kazak n’a que des sourdes. Dans cette perspective deux hypothèses classiques se présentent.

97Ou bien l’opposition de sonorité est ancienne, “proto-turk”, et les sonores initiales du karakalpak sont héritées de cette opposition ancienne, de même que celles des langues oguz comme le turc. On doit alors retrouver en karakalpak les mêmes sonores qu’en turc, à peu près pour les mêmes mots : c’est l’hypothèse “conservatrice”. Un argument dans ce sens est la prononciation gün “jour”, en karakalpak comme en turc : dans ce cas, le karakalpak est “conservateur”.

98Ou bien l’opposition de sonorité est une innovation récente, qui s’est produite indépendamment en oguz et en karakalpak. Le kazak et les langues kıpčak “ordinaires” témoignent alors d’un stade plus ancien. Dans cette hypothèse, il est probable qu’on ne trouvera pas les initiales sonores dans les mêmes mots qu’en turc : c’est l’hypothèse “innovatrice”. Un argument est la prononciation göbelek, que le karakalpak partage avec l’ouzbek local, mais pas avec les langues oguz : on ne peut pas expliquer cette prononciation par la conservation d’une opposition ancienne.

IV.2.2. corrélation des voyelles longues et de la sonore qui suit

  • 40 Ligeti explique dans son article qu’il a signalé sa découverte dès 1936, juste avant de partir pour (...)

99La complication de la question des sonores turkes est en partie due à la “sous-question” particulière des sonores de fin de syllabe, et à l’histoire de ce thème dans la discipline turkologique. La première langue turke à être connue en Occident était évidemment le turc de Turquie, longtemps dit “ottoman”. En 1851, l’essai de O. Böhtlingk, Über die Sprache der Yakuten, a commencé d’attirer l’attention sur des langues turkes nettement différentes. Puis sont venus les débats autour du Codex cumanicus et, à la fin du XIXe siècle, les premières publications sur la langue tchouvache. Cela explique que le premier ouvrage véritablement rigoureux de comparaison des langues turkes ne date que de 1902. Il s’agit du Forstudier til tyurkisk lydhistorie [Études préliminaires sur l’histoire des sons turks], de Vilhelm Grønbech. Malheureusement, cet important ouvrage était écrit en danois, et n’a eu que très progressivement l’impact qu’il méritait (il n’a été traduit en anglais qu’en 1979). De sorte que les idées de V. Grønbech sur la corrélation entre les voyelles longues perceptibles en yakoute et la sonorisation des consonnes qui suivent la voyelle longue (j’insiste sur le fait qu’il ne s’agit donc pas des consonnes initiales) a été longtemps ignorée. Il a fallu attendre l’article du turkologue hongrois Louis Ligeti, paru en français dans le Journal asiatique de 193840, pour que cette corrélation apparaisse sur le devant de la scène ; en même temps en Russie, le turkologue E. D. Polivanov faisait des observations similaires. À vrai dire, ce renouveau d’intérêt était largement provoqué par la récente publication, en 1929 à Achkhabad, de la première étude systématique de la langue türkmen, Rukovodstvo dlâ izučeniâ turkmenskogo âzyka [Guide pour l’étude de la langue türkmen] de A. M. Poceluevskij.

100En tükmen en effet, comme nous l’avons remarqué dès notre section II.4., il existe une opposition très claire entre des voyelles longues et des voyelles brèves. Or, ces voyelles longues du türkmen correspondent à celles dont témoigne le yakoute et, dans certaines autres langues comme le turc “ottoman” où ces voyelles longues ne sont plus sensibles, correspondent cependant à la sonorisation de la consonne qui suit. V. Grønbech avait ainsi remarqué les corrélations suivantes :

  

turc

yakoute

yakoute

turc

  

  

longue

brève

  

nom

ad

aat

at

at

cheval

feu

od

uot

ot

ot

herbe

affamé

adž

aas

as

atš

ouvert

cuisse

bud

buut

  

  

  

lait

süd

üüt

  

  

  

garder

güd

küüt

  

  

  

101On allait ensuite retrouver sporadiquement des traces diverses de ces anciennes voyelles longues, y compris dans les “dialectes ouzbeks du Khorezm”, qui sont en fait des parlers oguz très proches du türkmen.

102Toutefois, si la réalité de la corrélation était prouvée, le débat s’installait en même temps pour savoir si c’étaient les voyelles longues, proto-turkes, qui avaient provoqué la sonorisation des consonnes suivantes, au point que bien souvent cette sonorisation restait la seule trace des anciennes voyelles longues, ou bien à l’inverse si les sonores étaient plus anciennes et avaient été la cause de l’allongement des voyelles.

IV.2.3. les deux dialectes karakalpak selon Baskakov et selon Nasyrov

  • 41 Baskakov 1951 : 4.

103Dans son ouvrage fondamental, Karakalpakskij âzyk, N. A. Baskakov a décrit les critères qui différencient selon lui les dialectes karakalpak41. Ces dialectes sont deux, et la ligne de partage suit une oblique descendante à travers le delta : il existe donc un dialecte “nord-est” (cantons de Mojnak, Taxtaköl, Kara-özek) et un dialecte sud-ouest (les autres cantons). Deux des critères de Baskakov recoupent les nôtres :
/ž/au NE, contre /dž/ au SW (kazak /ž/)
/t/ et /k/ au NE, contre les sonores correspondantes au SW, en début de syllabe

104Ce qu’on peut résumer de la façon suivante, en rapprochant les faits NE de ceux du kazak :

  

karakalpak

kazak

  

SW

NE

(norme)

affriquées

ž

ž

initiales

d - g

t - k

t - k

ex. “sel”

duz

tuz

tuz

ex. “jour”

gün

kün

kün

105Pour ce qui concerne la sonorité, les parlers du NE sont donc proches du kazak (officiel), tandis que ceux du sud-ouest sont plus originaux. C’est parce que les parlers du NE ont d’abord été choisi comme norme karakalpak (par exemple dans le dictionnaire de 1967 dont nous avons parlé) que la singularité du karakalpak a souvent été occultée.

106Cette question dialectale a connu un rebondissement passionnant avec un article de D. S. Nasyrov, “O rudimentah âzyka rodoplemennyh ob"edinenij v dialektah i govorah karakalpakskogo âzyka” [Les traces de la langue des groupes claniques dans les dialectes et parlers de la langue karakalpak], (Nasyrov 1974). Cet article montre, en reprenant et affinant les critères de Baskakov, que le partage dialectal correspond bien aux deux grands ensembles en quoi sont divisés les Karakalpak, les Koŋırat d’une part, les On tört uruw de l’autre.

107Les Karakalpak se divisent en effet en deux ensembles nommés arıs, ce qui signifie “brancard (de la célèbre charrette karakalpak)”, et évoque leur association indéfectible. L’arıs des On tört uruw (voir l’article de S. Jacquesson) est divisé en 4 ülken uruw “grands clans”. L’arıs des Koŋırat est divisé en deux sections, Žawıngır et Šüllik, dont la seconde est divisée en 8 ülken uruw. Et naturellement chaque ülken uruw est divisé en uruw“clans”, qui sont souvent à leur tour sub-divisés. Les Karakalpak sont de nos jours l’un des rares peuples turks où l’exogamie clanique est très vivante. Les petits enfants, dès leur plus jeune âge, savent leur clan (celui de leur père), et l’appartenance clanique est toujours indiquée sur la tombe des défunts.

108La répartition dans le delta des On tört uruw et des Koŋırat est différente. Les Koŋırat sont dispersés sur presque tout le delta, même si l’on en trouve des concentrations dans et autour de la ville qui porte leur nom. Les On tört uruw sont au contraire bien groupés dans la partie orientale du delta.

109Nasyrov s’est demandé si ces groupements recoupaient les critères linguistiques qu’avait autrefois découvert Baskakov. Nasyrov avait parmi ses critères d’enquête un critère n° 8 qui concerne l’opposition g / k à l’initiale. Ses résultats sont les suivants (nous les donnons presque au complet, afin de susciter la curiosité de nos lecteurs), le n° 8 est bien net :
3. /a/ ou /ə/ au lieu de /e/ : kasa “bol, tasse”, səkkiz et non segiz “huit”
4. harmonie vocalique labiale plus dense : tülkünün balası mıršaj
5. n + l > nn : katınnar “femmes” ; künnör et non künler “jours”
6. s et non š : jesek “âne”, samal “vent, tempête”, mısık “chat”
7. suffixe -mıs (et non -mız) :balamıs “notre fils”, üjüŋüs “votre maison”.
8. g- et non k- :göpür “pont”, geme “barque”, gindik “nombril”, garga “corneille”, garbız “arbouse”.
9. (clan kırık des Kıtaj) -p- au lieu de -w- au passé : kar žaptı “il a neigé” et non kar žawdı
10. présent en -ıj- et non en -a- :tisim awrıjdı « mes dents (me) font souffrir »
11. chute de -l- devant le suff. négatif : kımajdı et non kılmajdı « il n’écoute pas, il n’obéit pas »
12. cas de /č/ au lieu de /š/ : čakkı (ou čappa) “couteau pliant”, čeker “seau”

arıs

  

ülken uruw

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

On tört uruw

  

Kıtaj

+

  

  

  

  

+

+

+

+

  

  

  

Kıpčak

+

  

  

  

  

+

  

+

+

  

  

  

Keneges

  

  

  

  

  

+

  

  

+

  

  

  

Maŋgıt

  

  

  

  

  

+

  

  

+

  

Koŋırat

Zawıngır Šüllik

Kıjat

  

+

  

+

+

  

  

  

  

  

  

  

Ašamajlı

  

+

  

+

+

  

  

  

  

  

  

  

Koldawlı

  

+

+

+

+

  

  

  

  

  

  

  

Kos-tamgalı

  

+

  

  

+

  

  

  

  

  

  

  

Balgalı

  

+

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

Kandekli

  

+

  

  

+

  

  

  

  

+

  

  

Karamojın

  

+

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

Müjten

  

+

+

+

+

  

  

  

  

  

110Ce qui signifie que les sonores initiales /g/ sont caractéristiques des On tört uruw, beaucoup plus que des Koŋırat.

111Ce type d’analyse est intéressant parce qu’il est plus fin que celui de Baskakov. Si Nasyrov a raison, il est possible de rapprocher ce que nous savons de l’histoire des groupes karakalpak et les tendances de leur prononciation.

IV.2.4. tendance aux sonores initiales dans l’ouest

112Les spécialistes distinguent trois grands types de parlers kazak : le dialecte du NE de l’actuel Kazakstan, sur quoi la norme officielle a été établie, celui du sud qui est frontalier du Kırgızstan et aussi de l’Ouzbékistan, enfin celui de l’ouest qui occupait autrefois la région à l’occident d’une ligne entre l’Oural et la mer Caspienne, et donc géographiquement plus proche de langues kıpčak occidentales comme le nogaj et le tatar. Depuis les travaux, maintenant un peu vieillis, de Särsen Amanžolov, notamment son livre Questions de dialectologie et d’histoire de la langue kazak (1958, rééd. 1997), on sait que les parlers occidentaux du Kazakstan présentent une tendance à la sonorisation des /k/ et /t/initiaux. On peut aussi étudier le détail dans Nurmagambetov 1978, Kazak tili govorlarının batıs tobı, qui décrit les parlers kazak occidentaux.

113Ce penchant du kazak occidental pour les sonores initiales doit être rapproché d’une remarque de Baskakov, selon qui le karakalpak et le nogaj se distinguent ensemble du kazak (la norme kazak) par les traits suivants :

114a/ absence de l’alternance conditionnée 1/d/t, notamment pour le suffixe -lar du pluriel, caractéristique du kazak :

  

nogaj & karak.

kazak

pierres

tas-lar

tas-tar

filles

kız-lar

kız-dar

115b/ des traits morphologiques, comme l’existence du nom verbal -adžak / -edžek, absent en kazak.

  • 42 Je remercie Amantur Džaparov, secrétaire scientifique de la Section des sciences humaines de l’Acad (...)
  • 43 Nasyrov 1975 et 1983.

116Il existe donc un ensemble de traits, parmi lesquels le goût des réalisations sonores à l’initiale tient une place centrale, qui est caractéristique des parlers kıpčak occidentaux : le kazak occidental, le nogaj et dans une moindre mesure le tatar – et le karakalpak. L’existence de réalisations sonores des initiales apparaît donc comme un trait sporadique en kıpčak, plus fréquent dans l’ouest, mais attesté jusqu’en kırgız. Dans cette dernière langue en effet, un mot comme “bleu, ciel”, orthographié kök avec une sourde initiale, est le plus souvent prononcé gök42. L’atlas dialectologique kırgız n’a jamais été publié, pas plus d’ailleurs que l’atlas dialectologique karakalpak, pourtant évoqué dans plusieurs articles43, de sorte que nous ne pouvons pas connaître le détail des faits.

117La plupart des langues kıpčak révèlent à l’examen un petit nombre, variable selon les parlers, de mots commençant par un d- ou un g-.

118Pour le kumık, Johannes Benzing citait (in Deny 1959 : 396) une petite série de mots à intiales d- :dala ‘Ebene, Steppe’, de- ‘sagen’, deŋ(ŋ)iz ‘Meer’, doŋuz ‘Schwein’, dögürek ‘rund’, dön- ‘sich umwenden’, dört ‘vier’, dügü ‘Reis’ ; et à initiale g- :gibek ‘Franse’, gibin Tliege’, gij- ‘sammeln’, guw- ‘waschen’.

119Pour le baškort, Maksûtova (1976 : 36) cite dans le dialecte oriental quelques mots en d- qui sont en t- dans la norme : dulkın ‘vague’, dugaj ‘prairie’, dulaw ‘se battre’, etc. Et inversement cite des exemples de mots qui ont d- dans la norme et t- dans le dialecte méridional : daga ‘fer à cheval’, doŋja ‘monde’, därt ‘vieillesse’, došman ‘ennemi’, döröč ‘vérité’, dürt ‘quatre’.

  • 44 Bakinova 1959 : 34-36.
  • 45 Bakinova 1956 : 36-38.

120Certains dialectes kırgız présentent de tels faits, y compris celui de la vallée du Čüj44 ou de la région d’Oš45. J’ai déjà évoqué le cas de gök, écrit kök dans les dictionnaires.

IV.2.5. les sonores initiales karakalpak et les autres

121Prenons pour base le dictionnaire karakalpak-russe de Baskakov (1958), et cherchons la proportion des sonores et des sourdes. Cela signifie que nous comptons les entrées de dictionnaire commençant par d-, g-, ğ-, k-, q-, t-. Nous excluons du décompte les mots copiés du russe (gastronom ou gigant, traktor ou turist, etc.). Nous comptons toutes les entrées comportant une traduction en russe, c’est-à-dire que nous incluons non seulement les racines mais tous les composés. Dans les grilles ci-dessous, on trouve les initiales en abscisse, les voyelles qui suivent en ordonnée. Suivent à chaque fois cinq colonnes numérotées de (a) à (e) :

122(a) donne le total des occurrences de la ligne. Par exemple il existe 1 mot en ga-, 135 en ğa-, 3 en ka-, 1 052 en qa-, soit au total pour les mots en “gutturale” + voyelle /a/ : 1 191.

123(b) donne le pourcentage du total de la ligne par rapport au total général du tableau. Par exemple, les 1 191 cas de gutturale + /a/ représentent 30,53 % de tous les mots commençant par une gutturale.

124(c) fait la somme de ces pourcentages pour les voyelles postérieures, puis antérieures, puis /ä/. Ici, les gutturales + voyelle postérieures représentent donc 61,42 % des cas de mots commençant par une gutturale, tandis qu’il n’y a que 33,04 % de mots en gutturale + voyelle antérieure.

125(d) donne le pourcentage des initiales sonores sur l’ensemble de la ligne. Par exemple, sur les 1191 mots commençant par gutturale+/a/, ceux qui commencent par une sonore (g- ou ğ-) sont 1+135 : 11,4 %

126(e) fait la moyenne (et non pas la somme) des pourcentages de mots en sonores pour les voyelles postérieures, puis antérieures, puis /ä/. On constate qu’il existe une grande différence entre la relative rareté des sonores+voyelle postérieure (5 %), et la relative abondance (presque 30 %, 6 fois plus) des sonores+antérieure.

127Bien entendu, il convient de prendre avec prudence ce relevé, d’abord parce qu’il dépend du dictionnaire choisi ; ensuite parce que, malgré l’exclusion des emprunts récents au russe, les emprunts de diverses origines demeurent très nombreux, comme on peut le constater avec les mots en /ä/ ; enfin parce que le décompte comprend les composés, et gonfle donc abusivement l’importance des formes verbales. En effet, ce type de dictionnaire donne dans des entrées distinctes les divers composés verbaux.

128Un dernier point préliminaire important est que ce dictionnaire donne parfois plusieurs orthographes d’un mot. Il donne par exemple pour “papillon” : göbelek et gübelek ; mais l’entrée göbelek renvoie à l’entrée gübelek qui seule comporte une traduction, et donc est seule prise en compte dans les tableaux. Ces entrées multiples reflètent des différences dans les divers parlers karakalpak.

  

g-

ğ-

k-

q-

TOT

%

%

  

  

  

  

  

  

  

(a)

(b)

(c)

(d)

(e)

-a-

1

135

3

1 052

1 191

30,53

  

11,4

  

-ı-

0

19

0

479

498

12,77

61,42

3,8

5,0

-o-

0

9

0

309

318

8,15

  

2,8

  

-u-

0

8

0

381

389

9,97

  

2,1

  

-e-

97

0

389

0

486

12,46

  

20,0

  

-i-

29

0

108

0

137

3,51

33,04

21,2

29,6

-ö-

25

0

279

0

304

7,79

  

8,2

  

-ü-

249

0

113

0

362

9,28

  

68,8

  

-ä-

17

32

40

126

215

5,51

5,51

22,8

22,8

TOT

418

203

932

2 347

3 900

100

100,00

  

  

%

11

5

24

60

100

  

  

  

  

129  

  

d-

t-

TOT

%

%

%

%

  

  

  

(a)

(b)

(c)

(d)

(e)

-a-

197

527

724

29,1

  

27

  

-ı-

34

156

190

7,6

55,9

22

24

-o-

43

217

260

10,5

  

20

  

-u-

61

155

216

8,7

  

28

  

-e-

48

177

225

9,0

  

21

  

-i-

80

154

234

9,4

34,0

34

30

-ö-

31

72

103

4,1

  

30

  

-ü-

100

186

286

11,5

  

35

  

-ä-

154

97

251

10,1

10,1

61

61

TOT

748

1 741

2 489

100,0

100,0

  

  

%

30

70

100

  

  

  

  

130On peut extraire de ces tableaux les remarques suivantes :
1/ les formes en sonore initiale sont plus fréquentes chez les dentales (d- 30 %) que chez les gutturales (g- + ğ- 16 %)
2/ elles sont plus fréquentes devant voyelle antérieure, en général.

131Est-il possible de cerner le statut historique de ces réalisations sonores à l’initiale en karakalpak ? Il suffirait en principe de comparer des mots karakalpak à sonore initiale avec les mots analogues des autres langues turkes. Voici des exemples :

  • 46 « Almost certainly an early loan-word from some Indo-European language, probably Tokharian (...) », (...)
  • 47 « Obviously a very old etymological connection with kö:z “eye” », Clauson 1972: 736a.

  

corps

lutte

oie

pelle

aveugle

Clauson

*gövdöŋ ?

*güreš

*ka:z46

*kürge:k

*gör-47

  

G1

G2

G3

G4

G5

turc

gövde

müdžaadele

kaz

kürek

kör

azeri

gövdä

müdžaadilä

gaz

küräk

kôr

türkmen

gövre

göreš

gaaz

kürek

köör

baškort

gävdä ?

köräš

kaz

köräk

(hukır)

tatar

gäüdä

köräš

kaz

köräk

(sukır)

nogaj

kevde

küres

kaz

?

(sokır)

kazak

kevde

küres

kaz

kürek

kör

karakalpak

gewde

güres

gaz

gürek

gör

kırgız

(tulku)

küröš

kaz

kürök

kör

ouzbek

gävdä

küräš

gâz

küräk

kör

ouigour

gävdä

küräš

gaz

küräk

kör

132  

  • 48 La graphie est t-, mais la prononciation commune est d-.

  

porc

genou

enfiler

piège

sel

Clauson

*doŋuz

*di:z

*diz-

 ? *duzak

? *du:z

  

D1

D2

D3

D4

D5

turc

domuz

diz

diz-

tuzak

tuz

azeri

donuz

diz

düz-

duzag

duz

türkmen

doŋuz

dıız

düz-

duzak

duz

baškort

duŋgız

tez

tiz- ?

tozak

toz

tatar

duŋgız

tez

tez-

tozak

toz

nogaj

doŋız

tiz

  

tuzak

tuz

kazak

doŋız

tize

tiz-

tuzak

tuz

karakalpak

doŋuz48

dize

diz-iw

duzak

duz

kırgız

tongız

tize

tiz-

tuzak

tuz

ouzbek

toŋguz

tizzä

tiz-

tuzâk

tuz

ouigour

tiz

tiz-

tozak

tuz

133À première vue, de telles listes seraient favorables à l’hypothèse “conservatrice” : la plupart des mots cités correspondent à des réalisations sonores en oguz. Toutefois G4 et G5 font exception, et d’autres aussi, comme “papillon” göbelek. En outre, en G1 et D1 presque toutes les langues ont une sonore initiale, ce qui révèle une situation transitionelle. Cela signifie que dans presque toutes les langues turkes, à des degrés très divers, les locuteurs sentent une différence de prononciation entre sourde et sonore initiale. Quand les cas sont très minoritaires, il ne peut pas s’agir d’une réelle opposition phonologique, où par exemple un mot **das s’opposerait par ce seul trait de sonorité initiale à un mot **tas. Nos ** marquent que ces “mots” sont fictifs. Il est même très difficile de trouver de tels exemples, et toujours quand on en trouve l’un des deux est un emprunt à une langue non-turke qui possède beaucoup d’initiales sonores, comme le persan ou l’arabe ou le russe. Un exemple classique est en karakalpak (ou en kazak) l’opposition de kül “cendre” et gül “fleur”, ce dernier étant un emprunt persan.

134Il est indéniable que beaucoup de mots turks à initiale sonore sont des emprunts, et que dans les langues où ces emprunts ont été massifs, il a pu se créer un clivage nouveau, dont on peut parfaitement concevoir qu’il ait gagné même des mots d’origine turke. Voici des exemples de mots turcs (de Turquie) qui sont certainement des emprunts :

turc

karakalpak

tadjik

  

gaga

(tumsık)

(nuul)

bec (d’oiseau)

gam

(kajgı)

γam

chagrin, regret

gıdžık

kıtıkla-w

qitiq

irritation de la gorge

gıdžır

(kajraw)

γidžirrosi

gomme à mastiquer

gıda

(ajkat)

γizo

aliment, portion

gına

(kurgın)

(xušholii)

chant, contentement

gır < arabe

  

  

jaserie, mensonge

gırtlak

kegirdek ?

(rohi nafas, gardan)

gosier, gorge

gijap

(žoklık)

γajp

absence, défaut

godžuk

(ton, postın)

(puustin)

pelisse grossière

gurup

(batıw)

γurub

coucher du soleil

gurur

ar (šıllıq)

γurur

orgueil, présomption

135On remarquera que ceux qui ne sont pas directement d’origine arabe ressemblent de près à des mots persans (ici la forme tadjike – ces mots iraniens pouvant eux-mêmes être empruntés à l’arabe), et d’ailleurs qu’ils sont souvent absents du lexique kıpčak, ici représenté par le karakalpak.

136Cette sensibilité aux réalisations sonores, pour être “secondaire” et créée ou développée par des emprunts, explique certainement que dans des conditionnements phonétiques particuliers certaines consonnes aient pris l’allure des sonores d’abord étrangères. Car de tels phénomènes se produisent même dans la norme kazak, qui est certainement une des moins riches en initiales sonores. Dans les trois exemples ci-dessous, la sonorisation de l’initiale est probablement liée à la consonne labiale (w, b, p) qui suit :

  • 49 Clauson 1972 : 446a signale « a wide range of phonetic changes », à commencer par t-/d-.

  

voix

sac

balle, ballon

Clauson

*tawıš49

?

*to:b

turc

sedaa

torba

top

azeri

sädaa

torba

top

türkmen

sedaa

toorba

top

baškort

tawıš

torba tok

tup

tatar

tawıš

(kapčık)

tup

kazak

dıbıs

dorba

dop

karakalpak

dawıs

?

top

kırgız

dobuš

torbo

top

ouzbek

tovuš

torvä

top

ouigour

tavuš

torva

top

tadjik

sado

tuurba

tuub

vieux türk

  

  

top

V. L’énigme turke et la contribution karakalpak

  • 50 Ŝerbak 1970.

137Selon Aleksandr Mihajlovič Ŝerbak, le grand spécialiste russe de la linguistique turke comparée50, il n’existe tout simplement pas de sonore initiale étymologique en proto-turk. Celles qui existent en oguz sont la conséquence d’un développement plus intense d’une tendance répandue partout, et pour laquelle il ne donne pas d’explication.

138Je ne sais pas si l’on peut être aussi radical. Dire que les initiales sonores sont “secondaires”, c’est-à-dire un résultat ultérieur, et ne pas proposer de conditionnement historique qui les ait produites (ce qu’on a fait au contraire pour les sonores qui suivent les voyelles longues), aboutit à une impasse. Il faut donc se résoudre à une solution mixte, et envisager à la fois des sonores empruntées et des sonores originales.

139Il ne fait aucun doute qu’une partie des sonores initiales soit le résultat d’emprunts, parfois massifs, ni que ces emprunts massifs aient entraîné une prononciation “sonore”, dans quelques cas, de mots d’origine turke.

  • 51 Clauson 1962 : 170-1.

140Mais il reste beaucoup de cas, en oguz et ailleurs, et surtout quand il existe une corrélation entre oguz et karakalpak (de même qu’autrefois Ligeti mettait en évidence celle qui unissait le türkmen et le yakoute pour les voyelles longues), où les initiales sonores paraissent plus anciennes que les emprunts d’époque musulmane. Clauson admet la présence de *d- et *g- en “pre-eighth century turkish”51.

141Enfin, à mi-chemin entre ces sonores étymologiques qu’il faut admettre, puisqu’on ne saurait les expliquer autrement, et des sonores empruntées avec les mots qui les portent, il existe aussi, diversement selon les parles, des initiales sonores dont l’apparition repose sur le croisement d’un “terrain” général favorable aux sonores initiales (à cause des emprunts par exemple) et des conditionnements phonétiques particuliers (des sonores intervocaliques par exemple). C’est sans doute dans ce cadre qu’il faut comprendre notre “papillon” karakalpak, göbelek. En se souvenant que de tels mots sont souvent aussi ceux des Özbek du delta.

  • 52 Johanson 1992.

142Un des faits les plus étonnants qui apparaît, à mesure qu’on connaît moins mal la diversité des langues turkes, qui sont si proches les unes des autres, c’est que cette proximité est elle-même énigmatique52. Certes, comme nous l’avons vu plus haut, la proximité entre elles s’explique en partie par leur “conservatisme” relatif, qui tient lui-même à la dispersion des locuteurs et donc à leur mode de vie. Mais même si la démographie des populations turkophones d’autrefois rend compte de cette proximité continuée, il reste qu’il y a eu une époque, sans doute vers le début de l’ère chrétienne, où les langues turkes formaient un réseau intercompréhensible. Pour dire les choses d’une façon plus frappante : les langues turkes sont récentes.

143Les historiens romantiques voyaient naguère les tribus sauvages qui déferlaient sur l’Europe comme l’émergence d’êtres venus de la nuit des temps. Mais pour le linguiste, c’est le contraire qui saute aux yeux. Sans qu’il puisse préjuger des mouvements complexes de peuples, leurs unions et leurs ruptures sur un si vaste espace, il est clair que la formation des langues turkes – quant à elles – est un phénomène relativement récent. La dispersion, le mode de vie, les épisodes historiques dramatiques que leur histoire connaît rendent largement compte de l’extension et des recoupements qu’on observe d’un bout à l’autre de la zone actuelle de leurs parlers.

144On a parfois suggéré que le proto-turk avait pu être un sabir des steppes, une lingua franco qui a eu du succès, ce qui expliquerait sa présence parmi des populations par ailleurs assez différentes, sa réceptivité aux emprunts ; et aussi sa formation récente. Naturellement, un créole a aussi des sources, ce qui repousse la discussion dans d’autres régions (les Mongols, les Toungouses, les parlers ouraliens orientaux). Et une mixité est aussi une histoire. Mais il est certain que lorsqu’on remonte par la comparaison des langues l’histoire des parlers turks, on arrive assez vite à un horizon sur quoi l’on butte et l’histoire des sonores initiales en est un exemple : avec elle, et avec les sonores des Karakalpak du sud-ouest, nous touchons à cet horizon. Si le long débat toujours ouvert sur le statut historique du lien entre langues turkes, mongoles et toungouses (les langues dites ensemble “altaïques”) et aussi avec certaines au moins des langues ouraliennes ne parvient pas à se conclure, c’est pour la même raison.

145Il est probable que l’histoire des sonores initiales du turk, pour difficile qu’elle soit, et encore largement mystérieuse, repose sur le chevauchement de plusieurs époques. Celles où les sonores progressaient, celles où elles régressaient et se confinaient dans certains mots et chez certaines ethnies. Le conservatisme ethnique des Karakalpak est des plus remarquables. J’ai déjà souligné qu’ils sont, avec les Türkmen sans doute, parmi les populations turkes d’aujourd’hui qui ont conservé de façon très vivante leur structure clanique. Cela n’est pas décisif, mais c’est certainement un élément du dossier. Car même si le linguiste souligne toujours que l’histoire des langues, parce qu’elles s’aprennent et s’oublient, suit des voies différentes de celle des groupes humains qui les parlent à un moment de leur histoire, il reste vrai bien sûr que l’histoire des langues et celle des populations sont intimement mêlées.

146Ainsi, isolés aujourd’hui dans une région que tous proclament sinistrée, derniers tenants des anciennes cultures riveraines de la mer d’Aral, les Karakalpak témoignent avec leur faible voix de la sonorité maintenue de certaines intiales. On pourrait sourire de ce détail fragile, de ce “papillon” presque perdu, comme d’une note légèrement décalée dans un concert orchestré par d’autres puissances. Mais la persistance de ce détail n’est pas seulement émouvante, car elle fait écho à d’autres voix, chez les Oguz notamment, et cette résonnance acquiert par les rapprochements une valeur unique dans cette enquête sur l’horizon historique des peuples de l’Asie centrale.

Haut de page

Bibliographie

Abdullaev 1967 : Abdullaev F. A., Fonetika horezmskih govorov [Phonétique des parlers du Khorezm], Tachkent, 1967.

Amanžolov 1997 [1958] : Amanžolov S., Voprosy dialektologii i istorii kazahskogo âzyka [Questions de dialectologie et d’histoire du kazak], Almaty, 1997 ; 607 p.

Aralbaev 1988 : Aralbaev Ž., Qazaq fonetikasi bojınša etjudter [Études sur la phonétique kazak], Almaty, 1988 ; 142 p.

Bajšev 1955 : Bajšev T., Baškirskie dialekty v otnošenii k literaturnomu âzyku [Les dialectes baškort (baškirs) en relation avec la langue littéraire], Moscou, 1955 ; 112 p. et cartes.

Baskakov 1932 : Baskakov N. A., Kratkaâ grammatika karakalpakskogo âzyka [Petite grammaire de la langue karakalpak], Turtkul’, 1932 ; 150 p.

Baskakov 1951 : Baskakov N. A., Karakalpakskij âzyk I : materialy po dialektologii [La langue karakalpak I : matériaux de dialectologie], Moscou, 1951 ; 411 p.

Baskakov 1952 : Baskakov N. A., Karakalpakskij âzyk. II : fonetika i morfologiâ [La langue karakalpak II : phonétique et morphologie], Moscou, 1952 ; 543 p.

Baskakov 1962 : Baskakov N. A., Vvedenie v izučenie tûrkskih âzykov [Introduction à l’étude des langues turkes], Moscou, 1962 ; 332 p.

Baskakov 1995 : Baskakov N. A., Karakalpakskij âzyk III : morfologiâ, slovoizmenenie, sintaksis, slovosočetanie i predloženie [La langue karakalpak III : morphologie, morpho-phonologie, syntaxe, composition nominale et énoncé], Noukous, 1995 ; 291 p.

Berezine 1848 : Berezine E., Recherches sur les dialectes musulmans I : Système des dialectes turcs, Casan [Kazan], 1848 ; 95 p.

Clauson 1962 : Clauson G., Türkish and Mongolian Studies, London : Royal Asiatic Society, 1962 ; 261 p.

Deny 1959 : Deny J. ; Grønbech K. ; Scheel H. ; Togan Z. V. (Eds.), Philologiae Turcicae Fundamenta I, Aquis Mattiacis : Steiner, 1959 ; 813 p.

Gabain 1959 : Gabain Annemarie von, “Die Sprache des Codex cumanicus”, dans : Deny 1959 ; pp. 46-73.

Gabain 1974 : Gabain Annemarie von, Alttürkische Grammatik, 3 Aufl., Berlin, 1974 ; 398 p.

Golden 1992 : Golden P. B., An Introduction to the History of the Turkic Peoples, Wiesbaden : Harrassowitz, 1992 ; 483 p.

Golden 1996 : Golden P. B., “The Černii Klobouci”, dans : Berta A.; Brendemoen B. ; Schönig C. (Eds.), Symbolae Turcologicae : Studies in Honour of Lars Johanson, Stockholm : Swedish Research Institute in Istanbul, 1996 ; 246 p. (Transactions, vol. VI)

Grønbech 1902 : Grønbech V., Forstudier til tyrkisk lydhistorie, Copenhagen, 1902 ; 122 p. Traduction anglaise par John R. Krueger, Preliminary Studies in Turkic Historical Phonology, Bloomington, 1979, 162 p. (Uralic and Altaic Series, vol. 135)

Humbach 1989 : Humbach H., “Choresmian”, dans : Schmitt 1989 ; pp. 193-203.

Jacquesson 1999 : Jacquesson F., “L’évolution des langues dépend-elle de la densité des locuteurs ?”, Études Finno-Ougriennes, n° 31 ; pp. 27-34 (Actes du Colloque Gyarmathi).

Jacquesson 2001 : Jacquesson F., “Pour une linguistique des quasi-déserts”, dans A. M. Loffler-Laurian (Ed.), Études de linguistique générale et contrastive : hommage à Jean Perrot, pp. 199-216.

Johanson 1992 : Johanson L., Strukturelle Faktoren in türkische Sprachkontakten, 1992.

Johanson 1998 : Johanson L. & Csató É. Á. (Eds), The Turkic Languages, London ; New York : Routledge, 1998 ; 474 p. (Routledge Language Family Descriptions)

Kappler 1993 : Kappler Claude-Claire & René, Guillaume de Rubrouck : voyage dans l’empire mongol, 1253-1255, Paris : Imprimerie nationale, 1993 ; 301 p.

Klaproth 1828 : Klaproth J.-von, Mémoires relatifs à l’Asie, contenant des recherches historiques, géographiques et philologiques sur les peuples de l’Orient III, Par