Navigation – Plan du site
Dossier

La chronologie et la généalogie des Karakhanides du point de vue de la numismatique

Boris Kočnev
Traduction de Alié Akimova
p. 49-75

Texte intégral

  • 1 St. Lane-Poole, The Mohammadan Dynasties. Chronological and genealogical tables with historical int (...)
  • 2 Cl. E. Bosworth, The Islamic Dynasties. Chronological and Genealogical Handbook. Edinburg, 1967.
  • 3 K. E. Bosvort, Musul’manskie dinastii. Spravočnik po hronologii i genealogii, perevod s anglijskogo (...)
  • 4 Cl. E. Bosworth, The New Islamic Dynasties. Chronological and Genealogical Manual. Edinburg, 1996, (...)

1Pratiquement tous les ouvrages consacrés aux Karakhanides débutent par une même remarque : le manque de sources écrites concernant cette importante dynastie musulmane. Elle est malheureusement justifiée, car les informations sur les Karakhanides dans les sources écrites sont fragmentaires, contradictoires et même fausses. La dynastie a laissé une grande quantité de monnaies, mais jusqu’à récemment, celles-ci ont été peu exploitées dans les études la concernant. C’est pour cette raison que le chapitre qui lui est consacré dans le premier ouvrage de référence sur la chronologie et la généalogie des dynasties musulmanes, dont l’auteur est le célèbre St. Lane-Poole1, a une valeur uniquement anecdotique, comme document historiographique. Le chapitre sur les Karakhanides dans un ouvrage analogue plus tardif écrit par Bosworth2, le grand spécialiste de l’histoire médiévale de la partie orientale du monde musulman, est plus complet et plus précis, grâce notamment aux résultats de données numismatiques de Pritsak qui a étudié les monnaies locales. Ce même chapitre a été enrichi dans la traduction russe par P. Grâznevič qui a utilisé les études numismatiques d’E. A. Davidovič3. Dans la nouvelle édition de son livre, Bosworth y a inséré ces compléments ainsi que les données qu’apporte le nouvel ouvrage en anglais de Davidovič. Ainsi le nombre des souverains karakhanides a été augmenté de moitié4.

  • 5 K. E. Bosvort, Musul’manskie dinastii…, p. 14.

2Dans la préface de la version russe de cet ouvrage, Bosworth a regretté que l’apport très important effectué par les savants soviétiques à l’étude de certaines dynasties musulmanes, restât méconnu5. Hélas, à l’heure actuelle, la situation a très peu évolué, et les chercheurs occidentaux ne connaissent toujours pas d’une façon satisfaisante les ouvrages publiés en russe. Pourtant, depuis quelques décennies, c’est en russe qu’on a publié des dizaines de travaux concernant la numismatique karakhanide et ceux-ci apportent énormément de nouvelles données sur les plans chronologique et généalogique. Tout cela m’a poussé à examiner le chapitre “karakhanide” du nouvel ouvrage de Bosworth et à le compléter par le matériel numismatique que j’ai découvert.

  • 6 O. Pritsak, “Die Karachaniden”, Der Islam. BD. 31/1. Berlin, 1953, pp. 22-58 ; E. A. Davidovich . “ (...)

3Selon Pritsak, l’apparition de la dynastie des Karakhanides remonte à 840, mais à partir de cette date, un siècle et demi de son histoire nous demeurent inconnus. C’est la raison pour laquelle Bosworth place leur règne entre 382/992 et 609/1212. En 380/990-382/992 le Karakhanide Bughrâ-khân Hârûn a conquis pour une très brève période la majorité des domaines samanides en Asie centrale (le terme “Asie centrale” est employé ici dans le sens soviétique traditionnel, appliqué uniquement aux territoires du Turkménistan, du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan, du Kirghizstan et du Kazakhstan du sud). Quelques années plus tard, un autre Karakhanide, Naṣr b. ‘Alî, a répété l’exploit de son prédécesseur, Bughrâ-khân, et à la charnière du Xe-XIe s., le territoire de l’État karakhanide a été défini de façon plus durable. Il comprenait le Mavarannahr, Isfidjab, Taraz, le Semiretchie et la partie ouest du Turkestan oriental. Pendant un certain temps, l’État karakhanide a gardé son unité, mais en 431/1040, il s’est divisé en deux kaghanats : le kaghanat occidental, dont le centre était Samarcande, et le kaghanat oriental avec deux capitales – à Balasaghoun et à Kachgar. En 482/1089, les Seldjoukides ont envahi le kaghanat occidental et, selon les sources écrites, n’ont occupé le kaghanat oriental que d’une manière nominale, en maintenant les Karakhanides au pouvoir. Les infidèles Karakhitay (Khitans) qui, vers 536/1141, ont envahi tous les domaines des Karakhanides, ont suivi la même politique. Gûrkhân, le roi des Karakhitay, a choisi Balasaghoun comme centre de son État, et Kachgar est devenu la seule capitale du kaghanat oriental. Ayant perdu le Semiretchie, les Karakhanides ont agrandi leur territoire en y ajoutant la région de Balkh, des deux côtés de l’Amou Darya. Sous le règne des Khitans, le kaghanat occidental s’est divisé en plusieurs domaines, dont deux deux des plus importants avaient pour centres Samarcande et Ouzgend. Au début du XIIIe siècle, le Khorezmchah Muḥammad b. Tikish, de la dynastie des Anouchteginides, a conquis les Karakhanides de l’Asie centrale et les a réduits à l’état de vassaux. En 609/1212, la dynastie s’est éteinte après l’échec de la révolte du khân samarcandais Uṯmân6.

  • 7 V. V. Bartol’d, “Očerk istorii Semireč’â” [Étude sur l’histoire de Semiretchie], dans : Sočineniâ [ (...)
  • 8 Les monnaies non publiées des collections privées de A. M. Kamšyev et V. G. Koševar (Bichkek, Kirgh (...)
  • 9 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 22
  • 10 Ibid., p. 17

4Bosworth, à la suite de Pritsak, a réparti les souverains karakhanides en 4 groupes :
Les Grands kaghans du kaghanat uni, les Grands kaghans du kaghanat occidental, les Grands kaghans du kaghanat oriental, les kaghans du Ferghana. Selon Pritsak, la dénomination “grand” révèle le système dualiste du pouvoir chez les Karakhanides : deux kaghans se trouvaient en même temps au pouvoir suprême de l’État – le Grand kaghan ou l’aîné, qui avait le titre d’Arslân-khân, et le kaghan co-régent, ou le cadet qu’on appelait généralement Bughrâ-khân. L’existence d’un système dualiste du pouvoir est confirmée par une série de témoignages écrits. En 423/1031-32, après le décès du chef de la dynastie, ses deux fils ont hérité du pouvoir : l’aîné Arslân-khân a obtenu le trône et les domaines de son père, tandis que le cadet, Bughrâ-khân, a hérité d’une partie du Mavarannahr7. Ce fait pourrait signifier que le titre d’Arslân-khân est plus élevé que celui de Bughrâ-khân. Pourtant, le revers (côté honorifique) des dirhems de Quz Urdû (Balasaghoun) de 454/1062 portent le nom d’Ibrâhîm b. Naṣr en lui attribuant le titre de Ṭabghâch-khân, tandis que l’avers (qui est moins honorifique), porte le nom de son vassal ‘Abd al-Khâliq, sous le titre d’Arslân-khân8. Sur les autres monnaies, Ibrâhîm b. Naṣr est nommé Ṭafghâch Bughrâ Qara-khâqân, Ṭabghâch Bughrâ-khân, Bughrâ Qara-khâqân9, et l’on comprend que le titre d’Arslân-khân n’est ni moins, ni plus élevé que celui de Bughrâ-khân. L’analyse générale des titres portant l’élément “khân” démontre que les titres des khâns sont au-delà de toute définition et il est impossible de préciser lequel des khâns régnants occupait la situation la plus élevée10. Pour savoir cela, il est nécessaire d’utiliser d’autres voies de recherche.

5Le système du pouvoir du kaghanat au moment de son unité reposait sur le principe du majorat, et logiquement, c’est l’aîné de la lignée qui devait être le Grand kaghan. Mais on voit là apparaître différents problèmes : il est souvent impossible de déterminer l’ordre des naissances des khâns héritiers, car les sources écrites et le matériel numismatique restent pauvres. D’autre part, nous ignorons quelle aînesse était prioritaire – l’aînesse physique ou bien l’appartenance à la branche “aînée” de la dynastie. Enfin, le pouvoir suprême pouvait être usurpé en dépit du principe de majorat, et les sources écrites ont pu ne pas mentionner ce fait.

  • 11 V V Bartol’d, “Turkestan v èpohu mongol’skogo našestviâ” [Turkestan à l’époque de l’invasion mongol (...)
  • 12 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 24.
  • 13 Ibid., p. 27 ; V. V. Bartol’d, Turkestan…, p. 356.

6Les informations fragmentaires laissent supposer que le kaghanat uni avait deux capitales – Balasaghoun (Quz Ordu), dans la vallée du Tchou, et Kachgar au Turkestan oriental, mais c’est Balasaghoun qui occupait la première place. Ainsi dans les récits des événements du début du XIe siècle, voit-on apparaître en même temps le souverain de Kachgar, Qâdir-khân Yûsuf b. Hârûn et un certain “Grand khân11”. Les monnaies de cette période qui mentionnent deux khâns – Qâdir-khân et Ṭungha-khân Aḥmad b. ‘Alî, démontrent d’une façon tout à fait certaine qu’Aḥmad était le souverain en chef, et Balasaghoun sa capitale12. Plus tard, lorsque Ṭughân-khân II s’est emparé des domaines des Karakhanides en Asie centrale, y compris Balasaghoun, Qâdir-khân considérant son droit de majorat bafoué, a envahi l’Asie centrale. L’objectif et le résultat de cette guerre ne furent autres que la conquête de Balasaghoun13. Mais Kachgar est toujours restée la résidence de Qâdir-khân. Le chef de la dynastie devait posséder Balasaghoun, mais nous ne savons pas si son statut de Grand kaghan était lié à cette possession. Nous voyons donc qu’il est extrêmement difficile de définir le “Grand kaghan” ou “Grand khân”. Il est par conséquent plus cohérent de ne pas employer ce terme dans la description des quatre groupes de Karakhanides définis par Bosworth et de définir le premier groupe par le terme : “Les kaghans du kaghanat uni”.

I. Les kaghans du kaghanat uni

  • 14 V V. Bartol’d, “Bogra-Han”, dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T.2, č.2, M., 1964, pp. 506-507.

7Hârûn (Ḥasan) b. Sulaymân. Ce souverain ne figure pas sur la liste de Bosworth, car son titre de Bughrâ-khân a poussé Pritsak à le considérer comme le Petit et non pas le Grand kaghan. Pourtant Hârûn était non seulement le premier conquérant du Mavarannahr, mais il possédait aussi les deux capitales karakhanides : Balasaghoun et Kachgar14. C’est pour cela qu’il a été le chef de la dynastie jusqu’à sa mort en 382/992.

  • 15 O. Pritsak, Die Karachaniden, p. 25-26.

8‘Alî b. Mûsâ. Selon les sources écrites, il détenait les titres d’Arslân-khân, de Ṭungha-khân et de Qara-khân. Il est mort en 388/998 et a été enterré dans le mausolée de famille non loin de Kachgar15. Il est probable qu’‘Alî soit devenu Grand kaghan après la mort de Hârûn, entre 382-88/992-98.

  • 16 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 25-26.

9Aḥmad b. ‘Alî. Selon l’opinion de Pritsak, que Bosworth partage, il est devenu le chef de la dynastie après le décès de son père en 388/998. Cette date est bien plausible, mais elle n’est pas incontestable, au contraire de la date de son décès (408/1017-18), qui est confirmée par les sources et les monnaies. On ne sait pas non plus si Aḥmad est resté au pouvoir jusqu’à sa mort, car en 405/1014-15 ou en 406/1015-16, il a perdu Balasaghoun16. Le titre d’Arslân-Qara khân est attribué à Aḥmad b. ‘Alî par Pritsak, qui est persuadé que ce titre est systématiquement attribué au Grand kaghan. Pourtant, aucun document n’indique qu’il a porté ce titre, même pas les monnaies.

10Manṣûr b. ‘Alî. Bosworth pense qu’il n’est devenu le chef du kaghanat qu’après le décès d’Aḥmad b. ‘Alî en 408/1017-18. Pourtant on trouve son titre d’Arslân-khân sur les monnaies de 404/1013-14. Depuis 406/1015-16 et jusqu’à sa mort en 415/1024-25, il possédait Balasaghoun.

  • 17 B. D. Kočnev, “Svod nadpisej na karahanidskih monetah : antroponimy i titulatura”, (č.1), dans : Vo (...)

11Muḥammad b. Ḥasan/Hârûn. Les monnaies centrasiatiques de 415-18/1024-28 portent de nouveau le titre de Ṭughân/Ṭungha-khân. Bosworth met en doute l’attribution de ce titre à Aḥmad b. Ḥasan et se demande s’il ne s’agit pas de son frère, Muḥammad b. al-Ḥasan Ṭungha khâqân17. Les inscriptions de certains dirhems confirment cette seconde version.

  • 18 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 22, 26-27.
  • 19 B. D. Kočnev, “Svod…”, p. 247, n° 622, 623, p. 249, n° 657.
  • 20 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 357.

12Yûsuf b. Hârûn /Ḥasan. Pour ce souverain, Bosworth propose les dates de 417-424/1026-1032. Les monnaies démontrent qu’il fut khân (Qâdir-khân) dès 395/1004-05. Il est difficile de prouver la date à laquelle il est devenu le chef de la dynastie, mais on peut faire certaines suppositions. En 415/1024-25 après le décès d’Arslân-khân Manṣûr, des guerres intestines ont éclaté au cours desquelles le trône de Balasaghoun fut usurpé par Muḥammad b. Ḥasan. Yûsuf b. Hârûn avait le titre de khân à l’époque où Muḥammad n’était qu’un des princes (Ṭungha-tigîn), il était par conséquent plus âgé18. Selon les lois de légitimité karakhanide, il avait davantage droit au titre de chef de la dynastie et pouvait se proclamer tel après la mort du souverain précédent, Arslân-khân Manṣûr, ou bien après la proclamation de Muḥammad b. Ḥasan en 415/1024-25. Dans ce cas, les deux khâns auraient été considérés comme “Grands”. Nous ignorons la réalité des faits, mais en 415/1024-25, Balasaghoun a été envahi par Muḥammad et en 416/1025-26, cette ville est passée entre les mains de Yûsuf19. C’est pourquoi il est préférable de dater le début du règne de Yûsuf b. Hârûn en 416/1025-26. La date de sa mort est 423/1031-32, selon ibn al-Aṯîr, et, selon Jamâl al-Qarshî, au début 424/fin 1032. Mais puisque le fils et successeur de Yûsuf frappait ses monnaies à Kachgar dès 423, la première version paraît plus probable20.

13Sulaymân b. Yûsuf. Selon Bosworth, Yûsuf b. Hârûn est le dernier Grand kaghan du kaghanat uni, mais comme on le verra, la division de l’État n’a eu lieu qu’en 431/1040, par conséquent le dernier chef de la dynastie fut Sulaymân, le fils aîné et l’héritier de Qâdir-khân. Sulaymân garde le pouvoir entre 423/1031 et 431/1040.

  • 21 Collection de A. M. Kamšyev.
  • 22 B. D. Kočnev, “Svod…”, p. 247, n° 634. La date est précisée par la monnaie de la collection de V. A (...)

14‘Alî b. Naṣr. Un dirhem unique de Quz Ordu, daté de 427/1035-36, a été émis non par Arslân-khân Sulaymân, mais par un certain Ṭungha-khâqân ‘Alî21. Excepté la légende de cette monnaie, le nom de Ṭungha-khâqân ‘Alî n’est mentionné nulle part, et sa provenance reste donc inconnue. On peut seulement supposer que ce nom est identique à celui d’Abû b. Naṣr (fils du second conquérant du Mavarannahr Naṣr b. ‘Alî b. Mûsâ), qu’on rencontre sur les fels frappés en 412/1021-22 à Khumrak22, une des villes de l’oasis de Tachkent. Puisque les sources n’en parlent pas du tout, et qu’il existe très peu de monnaies portant le nom de Ṭungha-khâqân ‘Alî, on suppose qu’il s’agit d’un souverain éphémère qui a régné très peu de temps. Malgré cela, il doit être considéré comme un des kaghans du kaghanat uni.

II. Les kaghans du kaghanat occidental

  • 23 B. Kochnev, “Histoire de ‘Ali Tegin, souverain qarakhanide de Boukhara (XIe siècle) vue à travers l (...)
  • 24 Abu-l-Faḍl Bayhaqî, Istoriâ Mas‘ûda (1030-1041). Perevod s persidskogo, vvedenie, kommentarii i pri (...)
  • 25 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 22, 27-28.

15Selon Bosworth, ‘Alî-tigîn b. Hârûn/Ḥasan (411/1020-21 – 425/1034) fut le premier Grand kaghan du kaghanat occidental. Ses deux fils, Yûsuf et Arslân-tigîn (425/1034 – vers 433/1042) lui succédèrent et régnèrent ensemble. L’auteur de cet article a déjà écrit dans les Cahiers d’Asie Centrale que ‘Alî b. Ḥasan est monté sur le trône de Boukhara en 411/1020-21 et a régné au Mavarannahr central jusqu’à 426/1034. Il y a fondé une souveraineté assez indépendante, mais n’est resté que prince. Il a été d’abord tigîn, ensuite Arslân-ilek, ce qui signifie “le premier parmi les princes23”. Ce n’est que trois ans avant son décès qu’il obtint le titre de khân et monte une marche supplémentaire de l’échelle hiérarchique ; c’est en effet à ce moment que le chef de la dynastie, Qâdir-khân, est mort. Le fait que Bosworth a inclu le fils cadet d’‘Alî-tigîn parmi les souverains du Mavarannahr central (en plus des Grands kaghans du kaghanat occidental) s’avère être un malentendu : il n’est mentionné sur aucune monnaie, et c’est son frère Yûsuf qui, avant de devenir ilek, frappait ses monnaies avec le titre d’Arslân-tigîn. Il n’était pas souverain et régnait en commun avec son frère Yûsuf (selon Bayhaqî, après le décès de ‘Alî-tigîn « c’est son fils aîné qui a hérité du royaume24 »). En ce qui concerne Yûsuf b. ‘Alî, il n’a hérité que du trône de Samarcande, sans le titre de khân, et il est resté Arslân-ilek pendant son règne25. ‘Alî b. Ḥasan et Yûsuf b. ‘Alî, quelque indépendants qu’ils aient été, ont donc été obligés de respecter le système du pouvoir et la hiérarchie des Karakhanides. Autrement dit, ils ont suivi le principe d’aînesse propre au kaghanat uni et, par conséquent, ne peuvent pas être considérés comme les premiers souverains du kaghanat occidental.

  • 26 E. A. Davidovič, “O dvuh karahanidskih kaganatah” [De deux kaghanats karakhanides], Narody Azii i A (...)

16Bosworth pense également que Muḥammad b. Naṣr (vers le 433/1042 – vers 444/1052) fut le chef de cet État. Il est en accord avec Pritsak qui attribue à Muḥammad le titre d’Arslân-khân, et en conclut que celui-ci a été le premier Grand kaghan du kaghanat occidental, tandis que son frère Ibrâhîm n’était que son co-régent et le kaghan cadet. Pourtant Mme Davidovič a prouvé d’une manière tout à fait convaincante qu’entre 430 et 440 c’est Sulaymân b. Yûsuf qui a porté le titre d’Arslân-khân, et pas Muḥammad b. Naṣr, qui est resté toute sa vie un des princes apanagés. C’est son frère Ibrâhîm qui fut le premier chef du kaghanat occidental26.

  • 27 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 28, 30.

17Ibrâhîm b. Naṣr b. ‘Alî. Selon Bosworth, il était à la tête du kaghanat occidental entre 444/1052 et 460/1068. Les monnaies démontrent qu’Ibrâhîm s’est proclamé khân en 431/1040, par conséquent la date de la formation du kaghanat occidental remonte à cette année et à l’année suivante. Il a régné comme souverain absolu jusqu’en 460/1067-68. On a cru que c’était l’année de son décès. Or, le matériel numismatique démontre qu’en 461/1068-69, il était encore en vie et régnait en qualité de co-régent de son fils et successeur, Shams al-Mulk Naṣr27.

  • 28 Al-Ḍahabî, Kitab duwal al-islam (Les dynasties de l’islam). Traduction annotée des années 447/1055- (...)
  • 29 B. D. Kočnev, “Svod nadpisej na karahanidskih monetah : antroponimy i titulatura”, (č.2), dans : Vo (...)
  • 30 Ibid, p. 257, n°973-978.

18Khiḍr b. Ibrâhîm. Bosworth estime la fin de son règne à 473/1080-81, en considérant cette date comme douteuse. Ahabî, auteur du XVIe siècle, mentionne 479/1086-8728. Il est probable que cette date indique la dernière année de son règne. Un dirhem de Samarcande de 479 porte la légende anonyme de « al-khâqân al-mu’aẓẓam sulṭân29 ». Le titre de sultan est présent sur l’émission d’Aḥmad b. Khiḍr, mais pas sur celle de son père30, ce qui nous amène à la conclusion que ce dirhem de 479 aurait été frappé par Aḥmad.

  • 31 O. Karaev, Istoriâ…, pp. 153-156.

19Aḥmad b. Khiḍr. Selon les données des sources historiques, le sultan seldjoukide Malik-Shâh a conquis Samarcande en 482/1089, il a capturé Aḥmad et l’a envoyé à Ispahan. En 485/1092, le sultan a rendu le trône de Samarcande à Aḥmad qui, en 488/1095, a été exécuté suite à un complot de son cousin Mas‘ûd b. Muḥammad b. Ibrâhîm31. Ce dernier est ainsi monté sur le trône. Bosworth n’indique pas que le règne d’Aḥmad b. Khiḍr est divisé en deux périodes, avec un intervalle entre elles.

  • 32 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 31 ; B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 257-258, n° 980-981. Le (...)

20Muḥammad b. Ibrâhîm b. Naṣr. Bosworth écrit que Ya‘qûb b. Sulaymân a succédé à Aḥmad b. Khiḍr. Mais selon les données monétaires, c’est l’oncle d’Aḥmad, Muḥammad b. Ibrâhîm, qui fut son successeur. Les dinars de Samarcande de 482-83/1089-91 portent son nom32. Outre Muḥammad, on y trouve le nom du Seldjoukide Malik-Shâh, qui a sans aucun doute placé ce Karakhanide sur le trône de Samarcande.

  • 33 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 379-380.

21Ya‘qûb b. Sulaymân b. Yûsuf b. Hârûn. Ce représentant des Karakhanides orientaux, qui possédait Atbâsh (une ville du Tian Shan), a reçu le trône de Samarcande grâce à un émir rebelle qui s’est révolté après le départ de Malik-Shâh du Mavarannahr, mais qui fut bientôt obligé de fuir à Atbâsh, après le siège de Samarcande par le sultan seldjoukide33. Nous ignorons les dates de ces événements, mais les données monétaires déjà mentionnées laissent supposer que Ya‘qûb est venu à Samarcande avant 483/1090-91 ou peut-être cette année-là. Il est possible que les dinars de Samarcande de 483/1090-91 portant le nom de Malik-Shâh, aient été frappés après sa seconde conquête du kaghanat occidental. Dans ce cas, le bref règne de Ya‘qûb à Samarcande daterait de 483/1090-91.

  • 34 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 48.
  • 35 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 313.

22Sulaymân b. Dâvûd b. Ibrâhîm. Bosworth lui donne le titre de Qâdir Ṭafghâch-khân, suivant Pritsak, qui lui attribue les monnaies portant le nom de Sulaymân Qâdir Ṭafghâch-khân34. En réalité ces monnaies sont émises par un autre souverain à une autre époque (XIIe siècle35) et les monnaies de Sulaymân b. Dâvûd ne sont pas encore connues.

  • 36 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 49.
  • 37 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 22.

23Maḥmûd. Selon les historiens seldjoukides, Maḥmûd est monté sur le trône de Samarcande grâce au sultan seldjoukide Berquyaruk. Ibn al-Aṯîr écrit : « Le grand-père de Maḥmûd était issu de ces rois (Seldjoukides), il était sourd ». Barthold a compris que le sourd en question était Maḥmûd, mais Pritsak pense que c’était le grand-père qui devait être sourd car ‘Utbî évoque le sourd Arslân-khân (Manṣûr b. ‘Alî ). Or, celui-ci était le grand-père de Maḥmûd36. Cependant, tous les protégés seldjoukides sur le trône de Samarcande ont appartenu à la descendance d’Ibrâhîm b. Naṣr, ce qui veut dire que les Seldjoukides ont respecté le droit au pouvoir des descendants du chef de la dynastie du kaghanat occidental. De plus, les fels de Maḥmûd portent son laqab ‘Imâd ad-Davla, qui était populaire dans cette famille et que nous trouvons chez Ibrâhîm b. Naṣr, Muḥammad b. Ibrâhîm et Aḥmad b. Khiḍr b. Ibrâhîm37. C’est pour cela qu’il nous semble que ce n’est pas Manṣûr b. ‘Alî qui était l’ancêtre de Maḥmûd (comme l’assurent Pritsak et Bosworth), mais bien Ibrâhîm b. Naṣr.

  • 38 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 258, n°982-984.
  • 39 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 49.
  • 40 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 381.

24Les mêmes auteurs datent le règne de Maḥmûd de 490/1097 à 492/1099. La première date est mentionnée par les sources écrites, elle figure aussi sur toutes les monnaies datées de Maḥmûd38. La seconde date est “calculée” par Pritsak en considérant que Jibra’il b. ‘Umar fut le successeur de Maḥmûd et qu’il possédait effectivement Samarcande en 492/109939. Pourtant les historiens seldjoukides considèrent Hârûn40 comme le troisième protégé de Berquyaruk. Le règne de Maḥmûd et de Hârûn se situe donc entre 490/1097-492/1099.

  • 41 Ibid.

25Jibra’il b. ‘Umar. Pritsak a tenté sans justification de l’identifier à Hârûn. Mais Hârûn, tout en restant le protégé des Seldjoukides, était apparenté aux Karakhanides occidentaux, tandis que Jibra’il appartenant aux kaghans orientaux – on parlera plus tard de sa généalogie – a envahi le Mavarannahr et a péri dans la lutte contre le Seldjoukide Sanjar b. Malik-Shâh en 495/110241.

  • 42 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 31.
  • 43 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 382-383.
  • 44 Muntajab ad-Dîn Badî‘ Atabîk al-Juvaynî, Stupeni soveršenstvovaniâ katibov (‘Atabât al-kataba), per (...)

26Muḥammad b. Sulaymân b. Dâvûd b. Ibrâhîm. La seule monnaie datée de Jibra’il est un fels boukhariote de 494/1100-1101. La même date est indiquée sur les premières monnaies de Muḥammad b. Sulaymân. On pourrait donc remettre en question la date de la transition du pouvoir de l’un à l’autre, mais l’émission d’Ibrâhîm, datée de 494, n’étant connue que par un seul dirhem, il est possible que la date ne soit pas authentique42. La révision de la datation traditionnelle soutenue par Bosworth nous paraît anticipée. Il est difficile de déterminer la date de la fin du règne de Muḥammad. À la fin de son règne, il fut atteint de paralysie et son fils Naṣr devint co-régent. Après la mort de Naṣr, son second fils Aḥmad a occupé ce poste. En 524/1130, Sanjar envahissait Samarcande, déportait Muḥammad b. Sulaymân et le remplaçait par un autre Karakhanide43. Bosworth a inclus Naṣr et Aḥmad dans la liste des khâns du kaghanat occidental. Il n’y a aucune donnée confirmant que Naṣr a détenu le titre de khân, alors qu’Aḥmad est nommé khân dans les sources manuscrites et monétaires. Par ailleurs, Muntajab ad-Dîn Juvaynî, contemporain de ces événements et porte-parole officiel des Seldjoukides, date la prise de Samarcande vers 524/1130. Muḥammad b. Sulaymân était considéré par les Seldjoukides comme le seul souverain de Samarcande44. Par conséquent, cette date détermine la fin de son règne.

  • 45 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 259, n° 1000.

27Aḥmad b. Muḥammad b. Sulaymân. Sur les fels de Samarcande de 523 et 524, il est nommé khâqân et il est le seul à frapper ses monnaies45. Il est souverain absolu de la capitale du kaghanat occidental et par conséquent, de tout l’État. Nous avons donc suffisamment de raisons pour l’inclure dans la liste des khâns du kaghanat occidental.

  • 46 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 52.
  • 47 Muntajab ad-Dîn…, p. 24.
  • 48 V. V. Bartol’d, Turkestan v èpohu mongol’skogo našestviâ [Le Turkestan à l’époque de l’invasion mon (...)
  • 49 Les monnaies d’Ibrâhîm b. Sulaymân ne sont pas connues, mais on connaît bien l’émission d’Ibrâhîm b (...)
  • 50 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 53.
  • 51 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 298.

28Ḥasan b. ‘Alî b. ‘Abd al-Mu’min. C’est par ce nom que l’appelle Ibn al-Aṯîr, sans noter l’origine de ‘Abd al-Mu’min. G. Hovers, en s’appuyant sur les données du Ta’rîkh-i Alfî (fin du XVIe siècle), a conclu que Ḥasan était le descendant d’‘Alî-tigîn. Pritsak a supposé qu’‘Abd al-Mu’min était le fils de Yûsuf b. ‘Alî, fils d’‘Alî-tigîn46. Pourtant Muntajab ad-Dîn Juvaynî, le contemporain le mieux informé de Ḥasan, pense qu’il est le fils de l’oncle de Muḥammad b. Sulaymân47. Dans ce cas, Ḥasan et Muḥammad devaient avoir un grand-père commun, mais les sources manuscrites disent qu’‘Abd al-Mu’min était le grand-père du premier, tandis que le grand-père du second fut Dâvûd b. Ibrâhîm. De deux choses l’une, ou bien ‘Abd al-Mu’min et Dâvûd sont deux fils d’Ibrâhîm b. Naṣr, ou bien c’est une seule et même personne qui portait deux noms : le nom musulman ‘Abd al-Mu’min et celui, biblique, de Dâvûd. Dans les deux cas, Ḥasan et Muḥammad sont les arrière-petits-fils d’Ibrâhîm. Selon Bosworth, Ibrâhîm b. Sulaymân est le successeur de Ḥasan. Ce nom ne figure que sur un seul document48, mais le texte de ce document étant très abîmé, on peut supposer que ce Karakhanide n’a pas existé49. Bosworth croit que le règne du kaghan occidental suivant Maḥmûd b. Muḥammad b. Sulaymân commence en 526/1132, bien que les sources manuscrites le mentionnent pour la première fois en 531/113750. C’est plutôt le titre que portent les dirhems de Samarcande de 530/1135-36 qui peut être attribué à Maḥmûd51. Le règne de Ḥasan n’a donc pas dépassé cette date.

  • 52 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 54.
  • 53 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 262, n° 1047.
  • 54 M. Fedorow, L. Ilisch, “Qarakhanid Gold Coins…”, p. 36, note 9.
  • 55 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, (1963), p. 397.

29Maḥmûd b. Ḥusayn b. Ḥasan b. ‘Alî. Les sources manuscrites appellent ‘Alî b. Ḥasan52 le successeur d’Ibrâhîm b. Muḥammad (536/1141-551/1156). Selon Bosworth il a régné vers 551/1156 – 556/1161. Mais les monnaies de Samarcande de 552/115753 et de 553/115854 sont émises par Maḥmûd b. Ḥusayn. En 553/1158, ‘Alâ ad-Dîn Juvaynî mentionne déjà ‘Alî b. Ḥasan55 et c’est donc à cette date que doit avoir eu lieu la passation du pouvoir de Maḥmûd à ‘Alî.

  • 56 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 55.
  • 57 Dr. Busso Peus Nachf. Münzhandlung. Katalog 291. Auction 30. März – 1. April 1977, n° 1339-1341.
  • 58 En fait, j’ai attribué (sans en être tout à fait sûr) à ‘Alî b. Ḥasan b. ‘Alî le fels samarcandais (...)

30‘Alî b. Ḥasan b. ‘Alî. Son règne s’est achevé avant 556/1160-61, au moment où le khân Mas‘ûd, son successeur, est arrivé au pouvoir56. Dans un catalogue d’une vente aux enchères, on a attribué à ‘Alî b. Ḥasan les dinars portant les nom des califes Mustarshid (512/1118-529/1135) et Muqtafî (530/1136-555/116057). Si cette attribution s’avérait correcte, il faudra remettre en question toute la chronologie des Karakhanides du second tiers du XIIe siècle. Pourtant le nom de celui qui a émis ces dinars (“malik ‘Alî”) exclut toute appartenance aux Karakhanides, qui avaient une autre titulature monétaire et incluaient le titre de khân/khâqân. Aucune monnaie émise par Alî b. Ḥasan b. ‘Alî n’est connue à ce jour58.

  • 59 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 263, n° 1050-1055.
  • 60 B. Kochnev, “The Samarqand coins of the rebel Husain b. Abdarrahman (12th Century)”, dans : XIIth I (...)

31Mas‘ûd b. Ḥasan. On connaît des monnaies émises par ce khân à Samarcande pour la période allant de 558 à 56659. Durant son règne (556-566) on a aussi émis des dirhems de Samarcande sans date précise, mais portant le nom du calife de Mustanjid (555-566) et de Malik al-‘Umarâ al-Ḥusayn b. ‘Abd ar-Raḥmân. Le titre de celui qui les a émis, qui n’est pas du tout typique des Karakhanides, désigne leur origine non-karakhanide. C’est pourquoi on peut identifier al-Ḥusayn b. ‘Abd ar-Raḥmân à l’émir karlouk Ḥusayn Ayyâr-bîk, qui s’est révolté contre Mas‘ûd et s’est emparé de la capitale, Samarcande, après quoi il fut défait et exécuté60. Dans les sources écrites, la date de cette révolte n’est pas indiquée, mais on suppose qu’elle a eu lieu en 561 ou en 562, car avant 561, Mas‘ûd a émis des dirhems d’un certain type, et après 562, d’un autre type.

  • 61 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 268-264, n°1058-1064.

32Muḥammad b. Mas‘ûd. Selon Bosworth, il mourut en 569/1174, bien que le début du règne de son successeur, le khân Ibrâhîm, soit daté de 574/1178. Jamâl al-Qarshî écrit que 569 est la date du décès de Muḥammad b. Mas‘ûd. Mais cette date est fausse, comme en témoignent les monnaies frappées entre 566 et 57461.

  • 62 Ibid., p. 264, n° 1065.

33‘Abd al-Khâliq b. Ḥusayn b. Ḥasan. Le nom de ce Karakhanide inconnu des auteurs médiévaux (ainsi que de Pritsak et de Bosworth), existe sur un dirhem de Samarcande dont la date est perdue, mais qui mentionne le calife Mustadi (566/1170-575/118062). Le nombre très réduit de ces monnaies indique que son règne fut bref, entre celui de Muḥammad b. Mas‘ûd et celui d’Ibrâhîm.

  • 63 Ibid., pp. 302-303.
  • 64 Ibid. ; pp. 268-269 ; n° 1105-1106.

34Ibrâhîm b. Ḥusayn. Bosworth pense qu’il a régné jusqu’en 600, mais le matériel numismatique témoigne que son règne a pris fin un an avant cette date63. Selon Bosworth, Ibrâhîm a régné au Ferghana jusqu’en 574, puis à Samarcande. En réalité, après l’avènement d’Ibrâhîm sur le trône de Samarcande (576), c’est son fils Aḥmad qui est monté sur le trône du Ferghana64.

III. Les kaghans du kaghanat oriental

  • 65 V. V. Bartol’d, “Bogra-Han, upomânutyj v Kutadgu bilik” [Bughrâ-khân, mentionné dans Qutadghu bilik (...)
  • 66 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 280-281, n° 1227-1229, 1242-1245.

35Sulaymân b. Yûsuf. Selon les sources manuscrites, au cours de guerres intestines Arslân-khân Sulaymân b. Yûsuf fut capturé par son frère Bughrâ-khân Muḥammad, qui n’a régné que 15 mois. L’épouse de Bughrâ-khân a alors assassiné les deux frères en 44965. Des monnaies portant le nom d’Arslân-khân ont été frappées jusqu’en 447, et dans certaines cours monétaires, on a frappé les dirhems d’abord du nom d’Arslân-khân, et ensuite du nom de Bughrâ-khân66. Ces faits témoignent de ce que le règne de Sulaymân s’est achevé à la fin de 447/début de 1056, et non en 448, comme le pensent certains chercheurs, dont Bosworth. Arslân-khân mourut en 449/1057.

  • 67 B. D. Kočnev, “Svod…” č.1, pp. 257-258, n° 797, 798, 808.

36Muḥammad b. Yûsuf. Les monnaies montrent qu’il a accepté le titre de Bughrâ-khân en 426/1034-3567, mais c’est en 447/1056-449/1057 qu’il est devenu le chef du kaghanat oriental.

  • 68 V. V. Bartol’d, “Bogra-Han…”, p. 419-420.
  • 69 B. D. Kočnev, “Togryl-han i Togryl-tegin (Numizmatičeskie dannye k istorii Vostočnyh Karahanidov vo (...)
  • 70 M. N. Fedorov, A. M. Mokeev, “Serebrânaâ čaša XI v. iz Kyrgyzstana”, Rossijskaâ arheologiâ, 1995, n (...)

37Les ouvrages d’ibn al-Aṯîr nous fournissent une information concernant les successeurs de Bughrâ-khân. Cette information est présente dans trois récits différents. Dans le récit du règne d’Arslân-khân, on raconte que la femme de ce dernier a tué son mari en 439 et a installé sur le trône son fils, Ibrâhîm, qui périt au cours de la guerre contre le souverain de Barskhân. Dans le récit suivant, concernant Ṭafghâch-khân Ibrâhîm b. Naṣr, on raconte que celui-ci a cédé le pouvoir à son fils Shams al-Mulk, après quoi ce dernier a été attaqué par Bughrâ-khân Hârûn et Tughrîl Qara-khân, qui ont envahi toutes ses terres, y compris le Ferghana jusqu’à Khodjent. Dans le récit concernant Kachgar et Turkestan (v. XI, p.213), on raconte que Kachgar a appartenu à Arslân-khân, ensuite c’est Bughrâ-khân qui y a régné pendant 15 mois. Tughrîl-khân lui a succédé et il est resté au pouvoir à Balasaghoun pendant 16 ans, son fils Tughrîl-tigîn a ensuite régné pendant deux mois. Bughrâ-khân Hârûn lui a succédé. Il a envahi Kachgar, Khotan et Balasaghoun et il est resté au pouvoir pendant 29 ans (jusqu’en 496). Barthold a étudié et analysé les données d’Ibn al-Aṯîr et ayant trouvé une certaine disparité chronologique et généalogique, il a essayé de les corriger à l’aide d’autres sources manuscrites. Dans son article de 1923, il a proposé la chronologie suivante des successeurs de Bughrâ-khân Muḥammad : Ibrâhîm b. Muḥammad de 449 à 451 ; Tughrîl-khân Yûsuf, 451-467 (16 ans) ; Tughrîl-tigîn, 467 (2 mois) ; Bughrâ-khân (Ṭabghâch Bughrâ Qara-khâqân) Hârûn (Ḥasan) b. Sulaymân 467-496 (29 ans68). Les études de Barthold ont été acceptées par la majorité des spécialistes, y compris Pritsak et Bosworth. En 1923, les monnaies de ces souverains n’étaient pas encore connues, et l’information écrite les concernant a été découverte beaucoup plus tard. L’auteur de ces lignes a étudié du matériel numismatique non publié et dans son article de 1988, a conclu qu’il existe une certaine disparité dans la chronologie courante69. M. Fedorov n’a pas accepté cette conclusion et a proposé de reprendre la chronologie traditionnelle, confirmée par un spécialiste de l’envergure de Barthold70. Tout en rendant hommage à ce grand orientaliste, aujourd’hui je suis plus convaincu que jamais qu’il faut réviser ses études chronologiques, car on a trouvé depuis de nouvelles et importantes monnaies.

  • 71 Un dirhem semblable a été publié par M. N. Fedorov (M. N. Fedorov, “Očerk istorii Vostočnyh Karahan (...)
  • 72 B. D. Kočnev, “Svod…” Č.2, p. 286, n° 1315, 1321.
  • 73 Ibid., p. 286, n° 1316-1317 ; M. Fedorov, “Some Unknown Qarakhanid Appanage Rulers of North Kirghiz (...)

38Les émissions d’Arslân-khân Ibrâhîm b. Muḥammad sont connues grâce aux dirhems de Quz Ordu de 45371 et de Taraz de 449 et 45472. Puisqu’en 450 et en 451 les monnaies de Quz Ordu ont été émises par un certain Tungha-khân73 (il correspond probablement à Naṣr, dont le nom figure sur les mêmes monnaies), Ibrâhîm ne se serait pas emparé de Balasaghoun immédiatement après son accession au trône, mais plus tard, entre 451 et 453. En 454, c’était déjà un autre Karakhanide oriental, ‘Abd al-Khâliq, qui portait le titre d’Arslân-khân, ce qui signifie qu’à cette date, Ibrâhîm Muḥammad avait péri dans la guerre contre le souverain de Barskhân. Le pouvoir d’Ibrâhîm donc ne s’étendait pas jusqu’à Barskhân et Kachgar (c’est probablement pour cette raison qu’il n’a pas été mentionné par Ibn al-Aṯîr dans sa liste des souverains de Kachgar). Ainsi Ibrâhîm b. Muḥammad a régné de 448/1057 à 454/1062, et ce n’est que de 451 à 454 qu’il a tenu la capitale Balasaghoun et a pu prétendre au titre de Grand kaghan.

  • 74 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 250-253.
  • 75 Vèj Lântao, L’histoire de la dynastie Karakhanide (en chinois), Urumchi, 1986, p. 145.
  • 76 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 287-288, n° 1328-1342.

39Comme les monnaies le démontrent, en 454-460, tous les domaines centrasiatiques des Karakhanides, y compris Balasaghoun, ont fait partie du kaghanat occidental74. Par conséquent les Karakhanides orientaux ne possédaient que le Turkestan oriental. C’est là que devaient se trouver Bughrâ-khân Hârûn et Tughrîl-khân Yûsuf. Ce dernier a occupé une place hiérarchique plus élevée : selon une source chinoise, en 1063 c’était Tokelouer75, c’est à dire Tughrîl-khân, qui était le régent des Karakhanides. Le récit d’Ibn al-Aṯîr (3e passage), nous permet de conclure qu’il est devenu le maître de Kachgar à une époque antérieure, peu de temps après la mort de Bughrâ-khân Muḥammad en 449/1057. Selon l’émission de Tughrîl-khân (dirhem de Marghînân de 461, de Chach de 462, de Taraz de 462, 467, 468 et 472)76, après l’arrivée de Shams al-Mulk au pouvoir à Samarcande, il a remporté la victoire dans la lutte contre les Karakhanides occidentaux et a restitué tous les anciens domaines des Karakhanides orientaux en Asie centrale. Les récits des sources, concernant les guerres intestines au kaghanat occidental liées au règne de Shams al-Mulk, laissent supposer que Balasaghoun, qui se trouvait à proximité du Turkestan oriental, a été envahi par Tughrîl-khân Yûsuf vers 460 (mais pas plus tard que 462). Selon Ghars an-Ni‘ma, en 473/1080-81 le Mavarannahr a été attaqué par Tughrîl-tigîn ‘Umar (b. Yûsuf), ce qui démontre que son père Tughrîl-khân était encore en vie. Que le commencement du règne de Tughrîl-khân remonte à 449/1057 (la date de la mort de Bughrâ-khân Muḥammad), à 454/1062 (la mort d’Ibrâhîm b. Muḥammad), ou à 1063 (la mention de Tughrîl-khân dans la source chinoise), de toute manière son règne a duré plus de 16 ans. Le texte d’Ibn al-Aṯîr (3e passage) nous engage à conclure que ces 16 années comprenaient aussi la période durant laquelle il a dominé Balasaghoun et fut le Grand kaghan. Si tel est le cas, il n’a pu décéder qu’entre 476 (460+16) et 478 (462+16). Alors, la date des deux mois du règne de Tughrîl-tigîn ‘Umar b. Yûsuf reste indéterminée.

  • 77 V. V. Bartol’d, “Bogra-Han, upomânutyj v Kutadgu bilik…”, pp. 419-420.
  • 78 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 288, n° 1343-1345.
  • 79 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 42.
  • 80 Ibid, p. 49 ; V. V. Bartol’d, “Očerk…”, p. 45.
  • 81 V. V. Bartol’d, “Očerk…”, p. 45.
  • 82 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 42, 49.

40Il est plus difficile encore de concilier le récit d’Ibn al-Aṯîr concernant la durée du règne de Bughrâ-khân Hârûn (Ḥasan b. Sulaymân) avec les autres témoignages. Le texte du poème Qutadghu bilig consacré à Ḥasan démontre qu’il était déjà le khân de Kachgar en 462/1069-7077. Il est fort probable qu’il ne soit devenu le souverain absolu de Kachgar qu’après la montée de son frère Tughrîl-khân sur le trône de Balasaghoun, en 460/1067-68. Comme le démontrent les monnaies (dirhems de Taraz de 481 et de Kâsân dont la date est perdue78), plus tard, entre 473 et 481 (ou entre 476 et 481 ou bien 478-81) Ḥasan a étendu son pouvoir sur les anciens domaines de Tughrîl-khân, dont Balasaghoun. Il est devenu non seulement le souverain suprême, mais aussi le seul khân du kaghanat oriental. Si le règne de Ḥasan commence dès 473, cela fait moins de 29 ans jusqu’à 496, et s’il a débuté son règne à Kachgar vers 460, mais pas après 462, il reste une période indéterminée. Dans les deux cas, les paroles d’Ibn al-Aṯîr concernant la durée du règne des Karakhanides orientaux pour la deuxième moitié du XIe siècle, ainsi que les chiffres cités ne concordent pas avec l’information des sources numismatiques, lesquelles sont très sûres. Et si l’on peut mettre en doute l’authenticité de la date de base – 496, comme celle de la mort de Ḥasan b. Sulaymân, sa mort n’a pu avoir lieu après cette date, car c’est en 498 qu’Aḥmad b. Ḥasan, l’autre khân de Kachgar, ayant hérité du trône de son père après sa mort, a envoyé l’ambassade au calife79. Dans tous les cas, en 492, Qâdir-khân Jibra’il b. ‘Umar b. Yûsuf (petit-fils de Tughrîl-khân) était le souverain de Taraz et de Balasaghoun80, villes qui, en 481, appartenaient à Ḥasan b. Sulaymân. Malheureusement, on ne sait pas si Jibra’il est arrivé au pouvoir grâce à ses conquêtes militaires ou suite à la mort ou à la captivité de Ḥasan. Cette dernière supposition est la plus probable. Ibn al-Aṯîr dans son récit sur “l’insoumission de Samarcande” (v. X, p. 114-115), énonce que peu après la seconde conquête du Mavarannahr par le Seldjoukide Malik-Shâh (probablement en 483), un certain Tughrîl b. Yinâl a attaqué le khân de Kachgar et l’a capturé. Le nom et le titre de khân ne sont pas mentionnés, mais Barthold, en se basant sur la date de la mort de Hârûn en 496, a conclu que ce khân était Hârûn/Ḥasan b. Sulaymân, qui a été ensuite remis en liberté81. Selon Pritsak, Tughrîl b. Yinâl correspond à Jibra’il b. ‘Umar82. Rien ne confirme, ni n’infirme que Jibra’il ait pu s’emparer de Taraz bien avant 492/1098-99, entre 481/1088-89 et 483/1090-91.

  • 83 Ibid, p. 41.
  • 84 B. D. Kočnev, “Togryl-han…”, p. 62-63.

41Quoiqu’il en soit, la chronologie n’est pas correcte. Il y a aussi des contradictions dans les données généalogiques, en particulier en ce qui concerne l’origine de Tughrîl-khân Yûsuf qu’on appelle tantôt le fils de Qâdir-khân Yûsuf b. Hârûn, tantôt le frère de Bughrâ-khân Hârûn, fils de Ṭafghâch Bughrâ-khân. Pritsak a adopté la première version83, mais elle ne semble pas authentique : Abû al-Faḍl Bayhaqî, le contemporain de ces événements, qui était bien informé sur les Karakhanides, a connu et mentionné deux fils de Qâdir-khân : Arslân-khân et Bughrâ-khân. Dans ce cas, Tughrîl-khân n’est pas l’oncle mais le frère de Bughrâ-khân Hârûn/Ḥasan b. Sulaymân. Pritsak pense que c’est Niẓâm ad-Davla Maḥmûd qui détient le titre de Tughrîl-khân. Ce nom figure effectivement sur certaines monnaies de 460, mais ce personnage n’était qu’un des princes apanagés et ne correspond pas à Tughrîl-khân84. Ainsi, contrairement à Pritsak et Bosworth, je pense que c’est Yûsuf b. Sulaymân qui correspond à Tughrîl-khân et pas Maḥmûd b. Yûsuf.

  • 85 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 42.
  • 86 Ibid, p. 43.
  • 87 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, pp. 427, 431.

42La chronologie des derniers Karakhanides orientaux n’est pas suffisamment précise, car les dates manquent dans les sources manuscrites, et les monnaies ne sont pas connues ou ne portent pas de dates. Selon Bosworth, le règne d’Aḥmad Ḥasan va jusqu’à 522/1128, même si Pritsak a eu raison de déclarer qu’Aḥmad avait dû mourir entre 522/1128 et environ 535/114085. La date de la fin du règne de son fils et successeur Ibrâhîm86 citée par Pritsak est approximative, et non la date mentionnée par Bosworth qui est en revanche précise. Pritsak ignorait la date d’accession au trône de Yûsuf b. Muḥammad b. Ibrâhîm. Les émissions monétaires de ce souverain éclaircissent en partie ce problème : elles portent la mention du calife Nâṣir (575/1180-622/1225) ; les monnaies de son père portent le nom des califes Mustanjid (555/1160-566/1170) et Mustaḍî’ (566/1170-575/1180), ce qui veut dire que Yûsuf a remplacé Muḥammad vers 575/1179-80. Yûsuf b. Muḥammad est décédé en 601/1205, et son fils Arslân-khân Muḥammad est mort en 607/1210-11 sans avoir accédé au trône de Kachgar87. On ignore si un Karakhanide parvient à ce trône entre 601 et 607. Il reste difficile de savoir si Pritsak et Bosworth ont raison lorsqu’ils affirment que Muḥammad b. Yûsuf fut le dernier khân oriental car il possédait le titre royal d’Arslân-khân, alors qu’en fait il ne gouverna jamais.

  • 88 V. V. Bartol’d, “Bogra-Han…”, p. 422.

43Pritsak et Bosworth citent le second nom d’Aḥmad b. Ḥasan, Hârûn. On suppose que Pritsak a utilisé les données du document de 474/1082, qui évoque le souverain de la région de Yarkand, nommé à ce poste par le Ṭafghâch Bughrâ Qara-khâqân Ḥasan b. Sulaymân et par son fils Chaghrî-tigîn Hârûn. Mais ce dernier n’est pas nommé comme le successeur et selon Barthold, qui a publié ce document, il y est mentionné comme le souverain direct de Yarkand88. Ainsi, Aḥmad et Hârûn seraient les deux fils de Ḥasan.

IV. Les kaghans du Ferghana

  • 89 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 57.
  • 90 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 27.
  • 91 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 57 ; E. A. Davidovič, “Numizmatičeskie materialy dlâ hronologii i (...)
  • 92 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 31.
  • 93 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 259, n° 1008, 1009 ; p. 268, n° 1102, 1103.
  • 94 V. V. Bartol’d, “Drevnetûrkskie nadpisi i arabskie istočniki” [Les inscriptions anciennes turques e (...)
  • 95 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 386.

44Pritsak pense que l’État indépendant karakhanide (selbstandiges karachanidisches Reich) avec pour capitale Ouzgend, s’est formé dans la vallée du Ferghana vers 536/1141, après la conquête de l’Asie centrale par les Karakhitay (Khitans89). Bosworth place en tête de la liste des kaghans du Ferghana le nom de Naṣr b. ‘Alî b. Mûsâ (386/996-403/1013), suivi de Manṣûr b. ‘Alî (403/1013-415/1024), de Muḥammad b. Naṣr (vers 432/1041-444/1052) et Ibrâhîm b. Naṣr (à partir de 451/1069). Pourtant, ni Naṣr b. ‘Alî, ni Muḥammad b. Naṣr n’ont été khân. Manṣûr et Ibrâhîm ont certes détenu le titre de khân, mais le premier était à la tête du kaghanat uni, tandis que le second était le chef du kaghanat occidental et non pas du kaghanat du Ferghana. Tous les quatre contrôlaient le Ferghana, mais au XIe siècle, cette région se trouvait encore entre les mains de toute une série de souverains, y compris des khâns dont les domaines se limitaient à cette vallée (Qâdir-khân Sulaymân, Ṭughân-khân Muḥammad b. Ḥasan en 43090). Mais aucun d’eux n’a installé au Ferghana une souveraineté héréditaire, ni une entité étatique. La liste des kaghans du Ferghana par Bosworth comprend aussi, mais sans justification, ‘Abd al-Mu’min et ‘Alî b. ‘Abd al-Mu’min. On ignore si ces Karakhanides ont jamais régné. Ces deux noms sont suivis de ceux de Ḥasan b. ‘Alî b. ‘Abd al-Mu’min, lequel obtint le trône de Samarcande et non pas d’Ouzgend, et de Ḥusayn b. Ḥasan qui, selon Pritsak et Davidovič, fut le premier khân du Ferghana91, ce qui est tout à fait juste. Selon les monnaies, bien avant l’avènement de Ḥusayn, il y eut dans la vallée du Ferghana un apanage qui appartenait à Qâdir-khân Aḥmad b. Muḥammad b. Sulaymân92. Les inscriptions monétaires le décrivent souvent comme le vassal de son père, chef du kaghanat occidental. D’autre part, il n’a pas légué son domaine à sa descendance et ne peut donc pas être fondateur du kaghanat indépendant du Ferghana. En ce qui concerne Tughrîl-khân Ḥusayn, on sait qu’il a légué à son fils le trône d’Ouzgend et le titre de khân. À partir de là, il y eut transmission du pouvoir de père en fils. Ce n’est donc que sous le règne de Ḥusayn b. Ḥasan que le Ferghana s’est transformé en un domaine héréditaire dirigé par ses propres khâns et a pris le nom de kaghanat du Ferghana. Sur les monnaies, émises du vivant de son père, Ḥusayn est appelé le vassal de celui-ci, mais il avait alors déjà le titre de Tughrîl-khân. Plus tard, probablement après le décès de Ḥasan b. ‘Alî, il a émis son propre monnayage93. Par conséquent, Ḥusayn est monté sur le trône d’Ouzgend entre 524/1130 et 530/1135-36, d’abord comme souverain vassal du khân de Samarcande, et ce n’est qu’ensuite qu’il a obtenu son indépendance. Bien que Pritsak pense que le kaghanat du Ferghana a été fondé après la bataille de Katvan en 536/1141, quand les Karakhanides se sont emparés de tout le Mavarannahr, la séparation du Ferghana a dû avoir lieu avant cette date. Selon Abû Ḥafṣ ‘Umar Nasafî (mort en 537/1142-43), les domaines du souverain de Samarcande ne dépassaient pas le Syr Darya (âb-i Khujand94). Il est probable que Ḥusayn b. Ḥasan a cessé d’obéir au khân de Samarcande après la bataille de Khodjent en 531/1137, lorsque les Khitans ont défait le kaghan occidental Maḥmûd b. Muḥammad95, ou bien même avant cette date.

  • 96 Les monnaies karakhanides tardives portent le nom arabisé du centre de frappe – Uzjand.
  • 97 E. A. Davidovič, “Numizmatičeskie materialy…”, p. 118.
  • 98 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 32.
  • 99 Ibid.

45Bosworth pense qu’après le décès de Ḥusayn en 551/1156, son fils Maḥmûd lui a succédé, mais celui-ci possédait Ouzgend et non pas Samarcande, et c’est donc son autre fils, Ibrâhîm, qui a dû hériter du trône. Sa frappe monétaire96 est connue par les monnaies de 559-574/1163-117997. Après Ibrâhîm, Bosworth place Naṣr b. Ḥusayn et Muḥammad b. Naṣr, mais Muḥammad et peut-être même Naṣr, étaient souverains de Kâsân et non pas d’Ouzgend98. Selon le matériel numismatique, Ibrâhîm b. Ḥusayn, étant monté en 574/1179 sur le trône de Samarcande, a transmis celui d’Ouzgend à son fils Qâdir-khân Aḥmad qui a émis des monnaies jusqu’en 607/1210-121199.

  • 100 E. A. Davidovič, “Numizmatičeskie materialy…”, p. 99-100.
  • 101 B. D. Kočnev, “Novye numizmatičeskie dannye po istorii Karahanidov vtoroj poloviny XII-načalo XIII (...)
  • 102 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, pp. 428, 431.

46Davidovič a depuis longtemps élucidé l’origine de Qâdir-khân100, et les doutes de Bosworth qui hésite à le considérer soit comme le fils de Ḥusayn, soit comme le fils de Naṣr, sont sans fondement. Son règne, selon Bosworth, a duré jusqu’en 606 environ, et celui de son successeur Maḥmûd b. Aḥmad jusqu’en 610. Maḥmûd a laissé des dirhems d’Ouzgend portant deux dates : la première, 608, qui ne suscite pas de doutes, et la seconde pour laquelle on hésite entre 607 ou 609. Je serais plutôt en faveur de la première date101, car Maḥmûd a succédé à son père sur le trône d’Ouzgend en 607/1210-11 et il a perdu le pouvoir en 608/1211-12 ou en 609/1212-13. Bosworth considère Maḥmûd comme le vassal du Khorezmchah et ensuite comme celui de Kutchluk. La première assertion se déduit des inscriptions de monnaies datées de 607(609 ?), qui mentionnent non seulement le nom du khân karakhanide, mais également celui de son suzerain, le sultan anouchteginide Muḥammad b. Tikish. Les dirhems datés de 608 ne portent pas le nom du Khorezmchah, d’où la conclusion de Bosworth à propos de la domination de Kutchluk, qui fut le chef non musulman des Naymans, et qui, en 607/1210-11, pilla le trésor du Gûrkhân karakhitay à Ouzgend et qui avait capturé celui-ci102. La lutte entre le sultan et Kutchluk eut des résultats mitigés et les circonstances auraient pu forcer le souverain musulman (dont les monnaies portent le laqab Jalâl ad-Dunyâ va-d-Dîn, ce qui signifie “grandeur du monde et de la foi”) à se soumettre à l’infidèle Kutchluk. Il n’y a aucun document concret qui puisse confirmer ou infirmer le point de vue (plus précisément – l’hypothèse) de Bosworth.

  • 103 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 270-275.

47Dans la liste des kaghans du Ferghana de Bosworth, on a trouvé 14 personnes, mais comme nous l’avons démontré, il n’y a en fait que quatre noms qui puissent y figurer. Deux des quatorze personnes étaient des souverains de Kâsân – un apanage au nord de la vallée du Ferghana apparu durant la deuxième moitié du XIIe siècle. Les monnaies révèlent aussi les autres apanages karakhanides dont les centres étaient Marghînân, Binâkat, Parab (Otrar), Termez, Vakhch, Balkh103. Les souverains de ces apanages ont non seulement frappé leurs monnaies, mais ils ont porté le titre de khân. Leur statut est donc tout à fait comparable à celui des souverains d’Ouzgend. Et dans ce cas, il serait plus logique d’intituler cette rubrique “Les souverains d’Ouzgend” et non “Les khâns du Ferghana”, en y ajoutant encore quelques rubriques selon le nombre d’apanages. Ainsi, il en va de la dynastie des Ayoubides qui, dans les ouvrages de référence de généalogie et de chronologie, comprend outre la branche principale en Egypte, plus de cinq autres branches. Quant à moi, je me contenterai des rubriques proposées par Bosworth, parce que l’émission de la majorité des apanages karakhanides est beaucoup moins étudiée que celle de Samarcande et d’Ouzgend. Il n’y a pas de doute que du nouveau matériel numismatique éclairera certains problèmes. Dans les années à venir, les ouvrages de chronologie et de généalogie des dynasties musulmanes seront certainement complétés par de nouvelles données, sans parler des modifications des rubriques traditionnelles.

  • 104 Voir : B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 21-23 ; B. D. Kočnev, “Svod…” č.1, 2

48Il est possible de présenter l’ensemble de ce qu’on vient d’énoncer sous forme de tables chronologiques et généalogiques (nous n’indiquerons que la titulature monétaire, car cet article n’est basé que sur du matériel numismatique104).

Les cours monétaires karakhanides (d’après B. D. Kotchnev)

Les cours monétaires karakhanides (d’après B. D. Kotchnev)
Haut de page

Annexe

Les kaghans du kaghanat uni

Hârûn (Ḥasan) b. Sulaymân (?-382/992). Bughrâ-khân, Turk-khâqân, Malik al-Mashriq, Shîhâb ad-Davla, Ẓâhir ad-Da‘va.

‘Alî b. Mûsâ (382/992-388/998). Pas de monnaies connues.

Aḥmad b. ‘Alî (388/998-408/1017-18, à Balasaghoun jusqu’en 405/1014-15 ou 406/1015-16). Ṭughân Qara-khâqân, Qara-khâqân/khân ; Quṭb ad-Davla (va) Naṣr al-Milla, Sayf ad-Davla, Nâṣir al-Ḥaqq, al-Mu’ayyid al-‘Adl ; Abû Naṣr, Abû al-Muẓaffar.

Manṣûr b. ‘Alî (404/1013-14-415/1024-25 ; ) Balasaghoun à partir de 405/1014-15 ou 406/1015-16). Arslân-khân/khâqân/Qara-khâqân ; Shams ad-Davla, Nûr ad-Davla (va) Shams al-Milla, ‘Umdat ad-Dîn ; Abû al-Muẓaffar.

Muḥammad b. al-Ḥasan/Hârûn (415/1024-25-418/1027-28, à Balasaghoun en 415-416/1024-26). Ṭughân/Ṭungha-khân/khâqân, Qara-khâqân ; Malik al-Mashriq, Niẓâm ad-Davla, Nâṣir al-Ḥaqq ; Abû al-Muẓaffar.

Yûsuf b. Hârûn al-Ḥasan (avant 395/1004-05-423/1031-32 ; à Balasaghoun à partir de 416/1025-26). Qâdir-khân/khâqân ; Malik al-Mashriq (va-ṣ-Ṣîn), Nâṣir ad-Davla, Nâṣir ad-Dîn, Nâṣir al-Ḥaqq (va-d-Dîn).

Sulaymân b. Yûsuf (423/1031-32-431/1040). Arslân-khân/khâqân/Qara-khâqân ; Malik al-Mashriq (va-ṣ-Ṣîn), Sharaf ad-Davla, Fakhr al-Milla, ‘Izz ad-Dîn, Nâṣir Amîr al-Mu’minîn ; Abû Shujâ‘, Abû al-Muẓaffar.

‘Alî (b. Naṣr?) (à Balasaghoun en 427/1035-36 et certaines années suivantes ?) Ṭughân khâqân.

Les kaghans du kaghanat occidental

Ibrâhîm b. Naṣr (431/1040-460/1067-68 ; en 460/1067-68-461/1068-69 cohabitation avec son fils Naṣr). Ṭabghâch/Ṭafghâch/Ṭamghâch Bughrâ-khân/Qara-khâqân, Ṭabghâch/Ṭafghâch/Ṭamghâch-khân, Bughrâ Qara-khâqân ; Malik al-Mashriq (va-ṣ-Ṣîn), al-Mu’ayyid al-‘Adl, Nâṣir al-Ḥaqq, ‘Imâd ad-Davla (va) Tâj al-Milla, ‘Izz al-Umma (va) Kahv al-Muslimîn, Sayf Khalîfat Allâh ; Abû Isḥâq.

Naṣr b. Ibrâhîm ‘460/1067-68-472/1080 ; en 460/1067-68-461/1068-69 cohabitation avec son père). Sultân al-Mashriq/ash-Sharq va-ṣ-Ṣîn, Sulṭân Arḍ ash-Sharq ; Shams al-Mulk, Nâṣir al-Ḥaqq va-d-Dîn.

Khiḍr b. Ibrâhîm (472/1080-479/1086-87(?)). Ṭabghâch/Ṭafghâch/Ṭamghâch khân ; Burhân ad-Davla.

Aḥmad b. Khiḍr, le premier règne (479/1086-87(?)-482/l089). Sulṭân ; al-Mu’ayyid al-‘Adl, ‘Imâd ad-Davla, Sayf Khalîfat Allâh.

Muḥammad b. Ibrâhîm (482/1089-483/1090-91). Arslân-khân, Qîlîch Arslân-khân ; Sulṭân ; Mu’ayyid al-‘Adl, ‘Imâd ad-Davla va Tâj al-Milla.

Ya‘qûb b. Sulaymân (Karakhanide de l’Est ; 483/1090-91(?)). Pas de monnaies connues.

Aḥmad b. Khiḍr, le deuxième règne (485/1092-488/1095).

Mas‘ûd b. Muḥammad (488/1095-490/1097 (?)). Arslân-khâqân, al-Mu’ayyid al-‘Adl.105

Sulaymân b. Dâvûd (490/1097). Pas de monnaies connues.

Maḥmûd (490/1097-avant 492/1099). Ṭafghâch-khân ; ‘Imâd ad-Davla ; Abû al-Qâsim.

Hârûn (environ 490/1097-492/1099). Pas de monnaies connues.

Jibra’il b. ‘Umar (Karakhanide de l’Est ; avant 492/1099-495/1102). Ṭabghâch-khân.

Muḥammad b. Sulaymân (495/1102-524/1130 ; en 523/1129-524/1130 cohabitation avec son fils Aḥmad). Arslân-khân, Ṭabghâch/Ṭafghâch-khân ; ‘Alâ’ ad-Davla.

Aḥmad b. Muḥammad (en 523/1129-524/1130, cohabitation avec son père). Qâdir-khân.

Al-Ḥasan b. ‘Alî (524/1130-avant 530/1135-36). Qara-khân.

Maḥmûd b. Muḥammad (avant 530/1135-36-536/1141). Pahlavân ash-Sharq ; ‘Alâ’ ad-Davla, Nâṣir ad-Dîn, Nuṣrat al-Ḥaqq va-d-Dîn.

Ibrâhîm b. Muḥammad (536/1141-551/1156). Rukn ad-Dunyâ va-d-Dîn ; Abû al-Muẓaffar.

Maḥmûd b. al-Ḥusayn (551/1156-553/1158) ; Ṭughân-khân, Qâdir Ṭughân-khân ; Jalâl ad-Dunyâ va-d-Dîn ; Abû al-Muẓaffar.

‘Alî b. al-Ḥasan (553/1158-556/1160-61).

Mas‘ûd b. al-Ḥasan (556/1160-61-566/1170-71). Qîlîch Ṭabghâch/Ṭafghâch khâqân/khân, Qîlîch-khâqân ; Rukn ad-Dunyâ va-d-Dîn ; Abû al-Muẓaffar.

Al-Ḥusayn b. ‘Abd ar-Raḥmân, rebelle d’origine non-karakhanide (561/1155-56-562/1156-57?). Malik al-‘Umarâ, Nuṣrat ad-Dunyâ va-d-Dîn.

Muḥammad b. Mas‘ûd (566/1170-71-574/1178-79). Qîlîch Ṭafghâch-khân/khâqân, Igdish Ṭafghâch-khân/khâqân ; Ghiyâṯ ad-Dunyâ va-d-Dîn ; Abû al-Muẓaffar.

‘Abd al-Khâliq b. Ḥusayn (574/1178-79 ?). Qutlugh Bilga-khân ; Ghiyâṯ ad-Dunyâ va-d-Dîn ; Abû al-Muẓaffar.

Ibrâhîm b. al-Ḥusayn (574/1178-79-599/1202-03). Arslân-khân/khâqân, Kuch Arslân-khân, sulṭân, ulugh sulṭân, sulṭân as-salâṭîn, ulugh sulṭân as-salâṭîn ; Nuṣrat ad-Dunyâ va-d-Dîn.

‘Uṯmân b. Ibrâhîm (599/1202-03-609/1212). Sulṭân, ulugh sulṭân as-salâṭîn ; Nuṣrat ad-Dunyâ va-d-Dîn.

Les kaghans du kaghanat oriental

Sulaymân b. Yûsuf (431/1040-447/1056).

Muḥammad b. Yûsuf (447/1056-449/1057, khân à partir de 426/1034-35). Bughrâ-khân/khâqân/Qara-khân, Malik al-Mashriq, Malik al-Islâm ; Qavâm ad-Davla, Sulṭân ad-Davla, Mushayyid ad-Davla (va) Mu’ayyid al-Milla, Zayn ad-Dîn, Sharaf al-Islâm, Valî Khalîfat Allâh Ṣafî Amîr al-Mu’minîn.

Naṣr (?) (environ 449/1057-451/1059-60). Ṭungha/Ṭughân-khân/khâqân/ Qara-khâqân ; Zayn ad-Davla va Mu‘în al-Milla, Jamâl ad-Dîn.

Ibrâhîm b. Muḥammad (449/1057-454/1062, à Balasaghoun plus tard qu’en 451/1059-60). Arslân-khâqân/Qara-khâqân, Malik al-Islâm, Abû al-Muẓaffar.

Yûsuf b. Sulaymân (449/1057 (?) – après 473/1080-81, à Balasaghoun à partir de 460/1068( ?)). Ṭughrîl Qara-khâqân, ‘Imâd ad-Davla.

‘Umar b. Yûsuf (deux mois entre 473/1080-81 et 481/1088-89). Sharaf ad-Davla, Zayn ad-Dîn.

Al-Ḥasan (Hârûn) b. Sulaymân (460/1068 (?) – 496/1102-03, à Balasaghoun avant 481/1088-89 – avant 492/1098-99).

Jibra’il b. ‘Umar (à Balasaghoun avant 492/1098-99-495/1102). Ṭabghâch-khân.

Aḥmad b. al-Ḥasan (Hârûn) (496/1102-03 – entre 522/1128 et 535/1140). Arslân-khân.

Ibrâhîm b. Aḥmad (entre 522/1128 et 535/1140 – environ 553/1157-58). Pas de monnaies connues.

Muḥammad b. Ibrâhîm (environ 553/1157-58 – environ 575/1179-80). Arslân-khân.

Yûsuf b. Muḥammad (environ 575/1170-80-601/1205). Arslân-khân.

Les kaghans de Ferghana (Ouzgend)

Al-Ḥusayn b. al-Ḥasan (environ 531/1137-551/1156). Tughrîl-khân, Jalâl ad-Dunyâ va-d-Dîn.

Ibrâhîm b. al-Ḥusayn (551/1156(?)-574/l 178-79). Arslân-khâqân/khân, Nuṣrat ad-Dunyâ va-d-Dîn.

Aḥmad b. Ibrâhîm (574/1178-79-607/1210-11). Qâdir-khâqân/khân, ulugh sulṭân, Jalâl ad-Dunyâ va-d-Dîn.

Maḥmûd b. Aḥmad (607/1210-11-608/1211-12 ou 609/1212-13). Kuch Arslân-khâqân, Mu‘izz ad-Dunyâ va-d-Dîn, Jalâl ad-Dunyâ va-d-Dîn.

Les cours monétaires des Karakhanides

Les cours monétaires karakhanides pourraient faire l’objet d’un article106 à part entière. Notre objectif cependant est beaucoup moins ambitieux. Il s’agit de recenser tous les noms des cours monétaires qui sont lisibles sur les monnaies karakhanides de la fin du Xe siècle au début du XIIIe siècle, et d’accompagner cette liste, si nécessaire, de brefs renseignements sur la localisation des villes et des districts concernés.

La liste comprend 58 noms, mais elle ne reflète pas tout ce qui est inscrit sur les monnaies, car la lecture définitive de certains noms de cours monétaires n’est pas encore établie. Parmi les villes mentionnées dans la liste, deux ne faisaient pas partie du khanat karakhanide, notamment Nichapour et Herat. Cependant, au début du XIe siècle, elles ont été conquises par les Karakhanides pendant une courte période durant laquelle ces derniers ont eu le temps d’y battre leur monnaie, ce qui nous donne une raison formelle pour les intégrer dans la présente liste :

  1. Adakhkat

  2. Akhsîkat (Khshîkat, Akhsî)

  3. Balasaghoun

  4. Balkh

  5. Barskhân

  6. Binâkat

  7. Binkat

  8. Budukhkat

  9. Boukhara

  10. Jinânjikat

  11. Dakhkat

  12. Dabûsiyya

  13. Îl Urdû

  14. Ferghana

  15. Ghannâj

  16. Haftdih

  17. Hirât

  18. Îlâq

  19. Ishtikhan

  20. Isbîjâb

  21. Karmîna

  22. Kâsân

  23. Kâshghar

  24. Kish

  25. Kushânî

  26. Kharashkat (Kharajkat)

  27. Khujanda

  28. Khumrak

  29. Al-Khuṭṭalân

  30. Madînat al-Bayda

  31. Madînat al-Maḥfûẓa

  32. Marghînân

  33. Navkat

  34. Nîshâbûr

  35. Urdû

  36. Bârâb

  37. Qubâ

  38. Quz Urdû (Quz Urdûkand)

  39. Qutlugh Urdû (Khutlugh Urdû, Khutlukh Urdû)

  40. Rishtân

  41. Ṣaghâniyân

  42. Samarcande

  43. Sughd

  44. Shâsh

  45. Shaljî

  46. Tarâz

  47. Termez

  48. Tûnkat

  49. Ûj (Ûch)

  50. Ûsh

  51. Usrûshana (Ustrûshana, Sutrûshana, Surûshana)

  52. Ûzgand (Ûzjand, Ouzgend)

  53. Vakhsh

  54. Valvâlij

  55. Yârkand

  56. Zâmin

  57. Junkat(?)

  58. Khuqand (?)

Certaines cours monétaires sont mentionnées sous deux noms différents : Balasaghoun = Quz Urdû ; Isbîjâb = Madîna al-Baida ; Samarcande = Madîna al-Maḥfûẓa ; Dabûsiyya = Qutlugh Urdû.

Environ deux dizaines de localités ont gardé jusqu’à nos jours, intégralement ou en partie, leurs noms de l’époque : Balkh, Boukhara (Ouzbékistan), Ishtikhân (= Ichtikhan, dans la région de Samarcande, Ouzbékistan), Kâsân (= Kasansay, dans la vallée de Ferghana, Ouzbékistan), Karmîna (= Karmana, Ouzbékistan), Kachgar (Xinjiang), Khujanda (= Khodjend, ex-Leninabad, Tadjikistan), Marghînân (= Marghilan, Ouzbékistan), Qubâ (= Quva, Ouzbékistan), Rishtân (dans la vallée de Ferghana, Ouzbékistan), Samarcande (Ouzbékistan), Tarâz (ex-Djamboul, Kirghizstan), Termez (= Termez, Ouzbékistan), Ûch (= Ûch-Turfân, au Xinjiang), Ûsh (= Och, dans la vallée de Ferghana, Kirghizstan), Ûzgand ( = Ouzgend, dans la vallée de Ferghana, Kirghizstan), Yârkand (au Xinjiang), Zâmin (dans la région de Djizak, Ouzbékistan).

Certains des noms mentionnés correspondent à des localités précises, tandis que pour d’autres, la localisation n’est qu’approximative :

1. Adakhkat – ville du nord de la région de Taraz.
2. Akhsîkat – ville au sud-ouest de l’actuel Namangan, près du village de Sahand, sur l’une des rives du Syr Darya.
3. Balasaghoun – ville à 10 km au sud, sud-ouest de l’actuel Tokmak (vallée du Tchou).
5. Barskhân – ville à l’embouchure de la rivière Barskhân sur le lac Issyk-koul.
6. Binâkat – ville à l’ouest de l’actuel Almalyk, à 5 km à l’ouest du village Shâhrûhiya, à la confluence de l’Ahangaran et du Syr Darya.
7. Binkat – ville située sur le territoire de l’actuelle vieille ville de Tachkent.
8. Budukhkat – ville entre Isbîjâb et Taraz, à 50 km environ de l’actuel Chymkent.
10. Jinânjikat – ville proche de l’actuelle vieille ville de Cinaz.
11. Dakhkat – ville située à l’emplacement de l’actuel Dukent, à 15 km à l’ouest d’Angren.
12. Dabûsiyya – ville légèrement à l’est de l’actuel Ziâddin (Ziëvuddin), dans la région de Samarcande.
13. Îl Urdû – probablement situé dans la vallée du Tchou.
14. Ferghana – région qui correspond à la vallée du Ferghana, la monnaie avec l’inscription « Ferghana » étant battue à Ouzgend, la capitale karakhanide de la région, ainsi qu’à Akhsîkat, Marghînân, Qubâ.
15. Ghannâj – ville de la région de Chach.
16. Haftdih – localité de la partie nord-est de la vallée du Ferghana.
18. Ilâq – région du bassin de la rivière Ahangaran ; la cour monétaire « Îlâq » se situant probablement à Navkat.
20. Isbîjâb – ville située légèrement à l’est de l’actuel Chymkent, près du village de Sajram.
24. Kish – ville à l’emplacement de l’actuel Chahr-i Sabz.
25. Kushânî – ville située entre Ištihan et Dabûsiyya.
26. Kharashkat (Kharajkat) – ville située à 10 km environ au sud de l’actuel Akkurgan (région de Tachkent).
28. Khumrak – ville qui se trouvait probablement à 15 km environ à l’est de Binâkat.
29. Al-Khuṭṭalân – région dont le centre se trouvait à Hulbuk (près de l’actuel village de Kurban-Šaid, à 7 km au nord-ouest de Kolhozabad, au Tadjikistan).
33. Navkat – ville située au sud de l’actuel Tachkent, près de Tojtepa, sur le réservoir de Tuâbuguz.
35. Urdû – ville qui se situait probablement à 5 km au nord-ouest de Balasaghoun.
36. Bârâb – ville située à 10 km à l’ouest de la station ferroviaire Timur, près du village de Talapty.
41. Ṣaghâniyân – district du bassin du fleuve Sourkhan Darya. Le chef lieu du même nom se trouve à 6 km au sud-est de l’actuel Denau.
43. Sughd – région dont le centre se trouvait à Samarcande, où se situait probablement la cour monétaire « Sughd ».
44. Shâsh – région située dans le bassin de la rivière Čirčik. Le chef-lieu le plus probable au XIe siècle serait Binkat.
45. Shaljî – région en amont de la rivière Talas et ville près de l’actuel village de Kirovskoe
48. Tûnkat – ville à 15 km à l’est, nord-est de l’actuel Almalyk.
51. Usrûshana (Ustrûshana, Sutrûshana, Surûshana) – région entre Samarcande et Khodjent.
53. Vakhsh – région dans le bassin de la rivière Vakhsh, sa capitale était à Halavard (site de Lagman près du village Uzun, sur la rive gauche du Vakhsh, à 12 km de Kolhozabad).
54. Valvâlij – ville voisine de l’actuel Kunduz (Afghanistan).
57. Junkat – la lecture n’est pas définitive, mais il est certain que la ville se situait dans la vallée de Ferghana, dans sa partie nord-est le plus vraisemblablement.
58. Khuqand – ville située certainement dans la vallée de Ferghana, identifiée à l’actuel Kokand.

Haut de page

Notes

1 St. Lane-Poole, The Mohammadan Dynasties. Chronological and genealogical tables with historical introductions. London, 1894. À Samarcande, où j’ai rédigé cet article, je n’ai eu accès qu’à la version russe de cet ouvrage. : St. Len-Pul’, Musul’manskie dinastii. Hronologičeskie i genealogičeskie tablicy s istoričeskimi vvedeniâmi [Dynasties musulmanes. Tables chronologiques et généalogiques avec une introduction historique]. Traduction et notes de Barthold. St. Peterbourg, 1899. La partie consacrée aux Karakhanides est complétée et enrichie par le traducteur, mais même avec ces compléments, elle est déjà dépassée.

2 Cl. E. Bosworth, The Islamic Dynasties. Chronological and Genealogical Handbook. Edinburg, 1967.

3 K. E. Bosvort, Musul’manskie dinastii. Spravočnik po hronologii i genealogii, perevod s anglijskogo âzyka P. A. Grâzneviča [Dynasties musulmanes. Guide de généalogie et de chronologie. Traduction de l’anglais de Grâznevič] M., 1971, pp. 156-160.

4 Cl. E. Bosworth, The New Islamic Dynasties. Chronological and Genealogical Manual. Edinburg, 1996, pp. 181-183.

5 K. E. Bosvort, Musul’manskie dinastii…, p. 14.

6 O. Pritsak, “Die Karachaniden”, Der Islam. BD. 31/1. Berlin, 1953, pp. 22-58 ; E. A. Davidovich . “The Karakhanids”, dans : History of Civilizations of Central Asia. Vol. IV. Pt 1. Ed. M. S. Asimov, Cl. E. Bosworth. Paris, 1998, pp. 119-136 ; O. Karaev, Istoriâ karahanidskogo kaganata (X-načalo XIII vv.) [Histoire du kaganat karakhanide (Xe-début du XIIIe)], Frunze, 1983, pp. 94-196 ; B. D. Kočnev, Karahanidskie monety : istočnikovedčeskie i istoričeskoe issledovanie, avtoreferat doktorskoj dissertacii M., 1993, pp. 23-34.

7 V. V. Bartol’d, “Očerk istorii Semireč’â” [Étude sur l’histoire de Semiretchie], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T.2, č.l, M., 1963, pp. 43-44.

8 Les monnaies non publiées des collections privées de A. M. Kamšyev et V. G. Koševar (Bichkek, Kirghizstan).

9 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 22

10 Ibid., p. 17

11 V V Bartol’d, “Turkestan v èpohu mongol’skogo našestviâ” [Turkestan à l’époque de l’invasion mongole], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T.1, M., 1963, pp. 332, 335.

12 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 24.

13 Ibid., p. 27 ; V. V. Bartol’d, Turkestan…, p. 356.

14 V V. Bartol’d, “Bogra-Han”, dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T.2, č.2, M., 1964, pp. 506-507.

15 O. Pritsak, Die Karachaniden, p. 25-26.

16 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 25-26.

17 B. D. Kočnev, “Svod nadpisej na karahanidskih monetah : antroponimy i titulatura”, (č.1), dans : Vostočnoe istoričeskoe istočnikovedenie i special’nye istoričeskie discipliny, Vyp. 4, M., 1995, p. 248, n° 643.

18 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 22, 26-27.

19 B. D. Kočnev, “Svod…”, p. 247, n° 622, 623, p. 249, n° 657.

20 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 357.

21 Collection de A. M. Kamšyev.

22 B. D. Kočnev, “Svod…”, p. 247, n° 634. La date est précisée par la monnaie de la collection de V. A. Kalinin (Moscou).

23 B. Kochnev, “Histoire de ‘Ali Tegin, souverain qarakhanide de Boukhara (XIe siècle) vue à travers les monnaies”, Cahiers d’Asie centrale, n° 5-6, Tachkent – Aix-en-Provence, 1998, p. 19-36.

24 Abu-l-Faḍl Bayhaqî, Istoriâ Mas‘ûda (1030-1041). Perevod s persidskogo, vvedenie, kommentarii i priloženie A. K. Arendsa [Histoire de Mas‘ûd (1030-1041). Traduction de l’anglais, l’introduction, les commentaires et les notes par A. K. Arends], M., 1969, p. 570.

25 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 22, 27-28.

26 E. A. Davidovič, “O dvuh karahanidskih kaganatah” [De deux kaghanats karakhanides], Narody Azii i Afriki [Les Peuples d’Asie et d’Afrique], 1968, n° 1, pp. 69-76.

27 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 28, 30.

28 Al-Ḍahabî, Kitab duwal al-islam (Les dynasties de l’islam). Traduction annotée des années 447/1055-6 à 656/1258. Introduction, lexique et index par A. Nègre. Damas, 1979, p. 36, note 2.

29 B. D. Kočnev, “Svod nadpisej na karahanidskih monetah : antroponimy i titulatura”, (č.2), dans : Vostočnoe istoričeskoe istočnikovedenie i special’nye istoričeskie discipliny, Vyp. 5, M., 1997, p. 257, n° 979.

30 Ibid, p. 257, n°973-978.

31 O. Karaev, Istoriâ…, pp. 153-156.

32 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 31 ; B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 257-258, n° 980-981. Le numéro 980 contient la description du dinar de 482. Le dinar de 483 a été publié par M. N. Fedorov et L. Iliš, mais on l’a par erreur attribué à Aḥmad b. Khiḍr (M. Fedorow, L. Ilisch, “Qarakhanid Gold Coins of the 11th century A.D.”, ]armouk Numismatics. Vol. 8. Irbid, 1996, p. 31-32).

33 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 379-380.

34 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 48.

35 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 313.

36 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 49.

37 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 22.

38 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 258, n°982-984.

39 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 49.

40 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 381.

41 Ibid.

42 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 31.

43 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 382-383.

44 Muntajab ad-Dîn Badî‘ Atabîk al-Juvaynî, Stupeni soveršenstvovaniâ katibov (‘Atabât al-kataba), perevod s persidskogo, vvedenie i kommentarii G. M. Kurpalidisa [Les degrés de perfectionnement des katib (‘Atabat al-kataba). Traduction du persan, introduction et commentaires par G. M. Kurpalidis], M., 1985, p. 24.

45 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 259, n° 1000.

46 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 52.

47 Muntajab ad-Dîn…, p. 24.

48 V. V. Bartol’d, Turkestan v èpohu mongol’skogo našestviâ [Le Turkestan à l’époque de l’invasion mongole], č.1, Teksty, SPb. 1898, p. 24.

49 Les monnaies d’Ibrâhîm b. Sulaymân ne sont pas connues, mais on connaît bien l’émission d’Ibrâhîm b. Muḥammad b. Sulaymân qui a régné plus tard. Sa titulature est complètement identique à celle qui est mentionnée dans ce document. Je pense qu’il y manque le nom du père, il faut lire « Ibrâhîm b. Muḥammad b. Sulaymân » et non pas « Ibrâhîm b. Sulaymân ». Par manque de place, il m’est impossible d’approfondir cette hypothèse, car il faudrait faire avant tout une étude textologique détaillée du document.

50 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 53.

51 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 298.

52 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 54.

53 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 262, n° 1047.

54 M. Fedorow, L. Ilisch, “Qarakhanid Gold Coins…”, p. 36, note 9.

55 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, (1963), p. 397.

56 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 55.

57 Dr. Busso Peus Nachf. Münzhandlung. Katalog 291. Auction 30. März – 1. April 1977, n° 1339-1341.

58 En fait, j’ai attribué (sans en être tout à fait sûr) à ‘Alî b. Ḥasan b. ‘Alî le fels samarcandais sans date, et portant le nom d’‘Alî b. Ḥasan (B. D. Kočnev, Svod…” č.2, p. 262, n° 1046, p. 300), mais maintenant je crois qu’il faut l’attribuer à ‘Alî b. Ḥasan Sulaymân (‘Alî-tigîn), qui a régné au XIe siècle. Le shahâda se trouve des deux côtés de cette monnaie, comme c’était le cas sur les frappes du XIe siècle, tandis que sur les émissions du second tiers du XIIe siècle, le shahâda est ou bien absent, ou bien présent sur un seule côté du cercle monétaire.

59 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 263, n° 1050-1055.

60 B. Kochnev, “The Samarqand coins of the rebel Husain b. Abdarrahman (12th Century)”, dans : XIIth International Numismatic Congress. Abstracts of Papers. Berlin, 1997, p. 199.

61 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 268-264, n°1058-1064.

62 Ibid., p. 264, n° 1065.

63 Ibid., pp. 302-303.

64 Ibid. ; pp. 268-269 ; n° 1105-1106.

65 V. V. Bartol’d, “Bogra-Han, upomânutyj v Kutadgu bilik” [Bughrâ-khân, mentionné dans Qutadghu bilik], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T.5, M., 1968, pp. 419-420.

66 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 280-281, n° 1227-1229, 1242-1245.

67 B. D. Kočnev, “Svod…” č.1, pp. 257-258, n° 797, 798, 808.

68 V. V. Bartol’d, “Bogra-Han…”, p. 419-420.

69 B. D. Kočnev, “Togryl-han i Togryl-tegin (Numizmatičeskie dannye k istorii Vostočnyh Karahanidov vo vtoroj polovine XI v.)” [Togryl-khan et Togryl-tegin (Le matériel numismatique concernant l’histoire des Karakhanides de l’est à la deuxième moitié du XIe siècle) ], Èpigrafika Vostoka [Épigraphie de l’Orient], XXIV. L., 1988, pp. 57-67.

70 M. N. Fedorov, A. M. Mokeev, “Serebrânaâ čaša XI v. iz Kyrgyzstana”, Rossijskaâ arheologiâ, 1995, n° 1, pp. 171-173. La version allemande de l’article a paru plus tard : M. N. Fedorov, A. M. Mokeev, “Eine silberne Schale des 11. Jahrunderts aus Kyrgyzstan”, Eurasia Antiqua. Zeitschrift für Archäologie Eurasiens. Bd. 2. Berlin, 1996, pp. 485-492. Cet article est écrit par deux auteurs, mais c’est Fedorov qui a rédigé la partie concernant la chronologie des Karakhanides. Malheureusement, on y voit l’approche superficielle qui caractérise toute l’œuvre de M. N. Fedorov (voir B. D. Kočnev, “O datirovke Akšyjrakskogo sosuda”, Rossijskaâ arheologiâ, 1996, n° 3, p. 211-215).

71 Un dirhem semblable a été publié par M. N. Fedorov (M. N. Fedorov, “Očerk istorii Vostočnyh Karahanidov konca X-načala XIII v. po numizmatičeskim dannym”, dans : Kirgiziâ pri Karahanidah [Le Kirghizstan sous les Karakhanides], Frunze, 1983, p. 138, n° 21), mais cette monnaie est par erreur datée de 430-434 (M. N. Fedorov, “Balasagun pri Karahanidah (po dannym numizmatiki)” [Balasaghoun sous les Karakhanides. Le matériel numismatique], Izvestiâ AN Kirg. SSR [Bulletin de l’Académie des Sciences de la RSS de Kirghizstan], 1975, n° 2, p. 91). La vraie date – 453 – est relevée sur les monnaies de la collection de A. M. Kamyšev et de V. G. Koševar.

72 B. D. Kočnev, “Svod…” Č.2, p. 286, n° 1315, 1321.

73 Ibid., p. 286, n° 1316-1317 ; M. Fedorov, “Some Unknown Qarakhanid Appanage Rulers of North Kirghizstan in the Time of Internecine Wars (1057-1068 A.D.)”, Jarmouk Numismatics. Vol. 11, Irbid, 1999, p. 37-38.

74 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 250-253.

75 Vèj Lântao, L’histoire de la dynastie Karakhanide (en chinois), Urumchi, 1986, p. 145.

76 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 287-288, n° 1328-1342.

77 V. V. Bartol’d, “Bogra-Han, upomânutyj v Kutadgu bilik…”, pp. 419-420.

78 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 288, n° 1343-1345.

79 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 42.

80 Ibid, p. 49 ; V. V. Bartol’d, “Očerk…”, p. 45.

81 V. V. Bartol’d, “Očerk…”, p. 45.

82 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 42, 49.

83 Ibid, p. 41.

84 B. D. Kočnev, “Togryl-han…”, p. 62-63.

85 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 42.

86 Ibid, p. 43.

87 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, pp. 427, 431.

88 V. V. Bartol’d, “Bogra-Han…”, p. 422.

89 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 57.

90 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 27.

91 O. Pritsak, Die Karachaniden…, p. 57 ; E. A. Davidovič, “Numizmatičeskie materialy dlâ hronologii i genealogii sredneaziatskih Karahanidov” [Le matériel numismatique pour la chronologie et la généalogie des Karakhanides d’Asie centrale], Numizmatičeskij sbornik [Recueil de Numismatique], č.2 (Trudy Gosudarstvennogo istoričeskogo muzeâ [Ouvrages du Musée Historique d’État], Vyp. XXVI), M. 1957, p. 118.

92 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 31.

93 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 259, n° 1008, 1009 ; p. 268, n° 1102, 1103.

94 V. V. Bartol’d, “Drevnetûrkskie nadpisi i arabskie istočniki” [Les inscriptions anciennes turques et les sources arabes], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T.5, M, 1968, p. 294, note 62.

95 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 386.

96 Les monnaies karakhanides tardives portent le nom arabisé du centre de frappe – Uzjand.

97 E. A. Davidovič, “Numizmatičeskie materialy…”, p. 118.

98 B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 32.

99 Ibid.

100 E. A. Davidovič, “Numizmatičeskie materialy…”, p. 99-100.

101 B. D. Kočnev, “Novye numizmatičeskie dannye po istorii Karahanidov vtoroj poloviny XII-načalo XIII v.” [Nouveau matériel numismatique concernant l’histoire des Karakhanides de la seconde moitié du XIIe, début du XIIIe siècle], dans : Kirgiziâ pri Karahanidah [Le Kirghizstan sous les Karakhanides], Frunze, 1983, p. 88 ; B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, p. 305.

102 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, pp. 428, 431.

103 B. D. Kočnev, “Svod…” č.2, pp. 270-275.

104 Voir : B. D. Kočnev, Karahanidskie monety…, p. 21-23 ; B. D. Kočnev, “Svod…” č.1, 2

105 M. Fedorov, “Rare Qarakhanid Coins from the Collections of Bishkek”, Oriental Numismatic Society Newsletter, n° 161. Autumn 1999, p. 10, n° 6.

106 La question des cours monétaires karakhanides a été partiellement traitée dans la thèse de doctorat de l’auteur (B. D. Kočnev. Karahanidskie monety : istočnikovedčeskoe i istoričeskoe issledovanie, M., 1993 ; leur liste a été publiée dans le résumé de cette thèse. Les noms suivants n’ont pas été intégrés dans le résumé en question : Adakhkat (les monnaies ne sont pas publiées), Khuṭṭalân (F. Timmermann, M. Fedorov. “An unpublished Dinar from the Wakhsh Area of present-day Tajikistan”, Oriental Numismatic Society Newsletter, N°164, summer 2000, p. 19), Dakhkat et Tirmiẕ (B. D. Kočnev. “Svod nadpisej na karahandiskih monetah : antroponimy i titulatura”, parties 1 et 2. dans : Vostočnoe istoričeskoe istočnikovedenie i special’nye istoričeskie discipliny. Fasc. 4-5, M., 1995, p. 275 ; M., 1997, p. 314.), Valvâlij (Fritz Rudolf Künker Münzenhandlung. Katalog zur 27 Auktion. Osnabrück, Mai 1996, S. 78, N° 840). Pour la localisation des noms qui figurent dans la liste, on peut se référer à l’ouvrage de A. M. Belenickij, I. B. Bentovič, O. G. Bol’šakov. Srednevekovyj gorod Srednej Azii [La ville médiévale de l’Asie centrale], L., 1973, p. 182-208 ; Û. F. Burâkov. Istoričeskaâ topografiâ Taškentskogo oazisa : istoriko-arheologičeskij očerk Cača i Ilaka [La topographie historique de l’oasis de Tachkent : une étude historique et archéologique de Chach et d’Ilak], Tachkent, 1975 ; Š. S. Kamaliddinov. Istoričeskaâ geografiâ Ûžnogo Sogda i Toharistana po araboâzyčnym istočnikam IX – načalo XIII vv., Tachkent, 1996, pp. 132-148, 169-201 ; B. D. Kočnev. “O lokahsacii domongol’skih monetnyh dvorov Fergany”, dans : Oš i Fergana v istoričeskoj perspective, Bichkek, 2000, p. 77-78.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les cours monétaires karakhanides (d’après B. D. Kotchnev)
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Kočnev, « La chronologie et la généalogie des Karakhanides du point de vue de la numismatique », Cahiers d’Asie centrale, 9 | 2001, 49-75.

Référence électronique

Boris Kočnev, « La chronologie et la généalogie des Karakhanides du point de vue de la numismatique », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 13 janvier 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/618

Haut de page

Auteur

Boris Kočnev

Institut d’archéologie de l’Académie des Sciences, Samarcande, Ouzbékistan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org