Navigation – Plan du site
Dossier

Les frontières du royaume des Karakhanides

Boris Kočnev
Traduction de Ulugbek Mansurov
p. 41-48

Texte intégral

  • 1 O. Pritsak, “Die Karachaniden”, Der Islam, Bd. 31/1. Berlin, 1953, p. 24.
  • 2 V. V. Bartol’d, “Turkestan v èpohu mongol’skogo našestviâ” [Le Turkestan à l’époque de l’invasion m (...)

1À la suite d’O. Pritsak, il est traditionnellement convenu de considérer que la dynastie des Karakhanides est apparue en 840 et que pendant environ un siècle et demi leurs possessions se sont bornées au Tian Shan et aux régions voisines, c’est-à-dire, au Semiretchie et au Turkestan oriental. Mais quelles étaient les dimensions du royaume des Karakhanides d’alors, quelles régions en faisaient partie et quels furent les changements de ses frontières aux IXe et Xe siècles ? On ne le sait pas. On sait par Mas‘ûdî et Narshakhî que, en 893, le Samanide Ismâ‘îl b. Aḥmad a conquit Taraz à la suite de sa victoire sur le roi des Karlouks. On estime que ce dernier était d’origine karakhanide1 mais bien que cela soit fort probable, le fait ne peut être entièrement prouvé. Même dans la deuxième moitié du Xe siècle, l’influence des Samanides s’étendait parfois plus loin à l’est. Ainsi le commandant samanide Fâ’ik a fait construire un rabât près de Mirka, à mi-chemin entre Taraz et Balasaghoun2.

  • 3 O. Karaev, Istoriâ…, p. 253.
  • 4 B. Kochnev, “The Trade Relations of Eastern Turkestan and Central Asia in the Eleventh and Twelfth (...)

2Après avoir conquis le Mavarannahr au tournant des Xe et XIe siècles, les Karakhanides sont plus largement présents sur la scène historique. Ils apparaissent plus fréquemment qu’avant dans les sources écrites et frappent leur propre monnaie, ce qui fournit une source importante sur l’histoire de la dynastie. On peut donc, à partir de cette période, discuter de l’extension et des limites de l’empire karakhanide sur la base de faits fermement établis. Néanmoins, il est étrange que la question des frontières du royaume des Karakhanides n’ait pas été jusqu’à présent l’objet d’une étude spéciale. Même dans la monographie d’O. Karaev, consacrée à l’histoire du royaume des Karakhanides, l’auteur n’envisage que les frontières orientales. De plus, les idées de l’auteur sur les frontières méridionales sont si approximatives qu’il compte le minaret de Djarkourghan3 au nombre des monuments d’architecture karakhanide – oubliant l’existence d’une inscription portant le nom du Seldjoukide Sanjar sur ce monument. Et il est encore plus frappant que, sur “la carte du royaume des Karakhanides” de cette même monographie, les frontières ne soient pas indiquées. Certains ouvrages généraux et de référence indiquent ces frontières, cependant je ne connais aucune édition où elles sont toutes tracées correctement. Dans un de mes articles, j’ai publié la carte du royaume des Karakhanides4 où j’ai indiqué ses frontières approximatives, mais, en raison de la nature de l’article, aucune argumentation n’y était présentée. Je vais tâcher de combler ici cette lacune.

  • 5 V. V. Bartol’d, “Istoriâ Turkestana” [Histoire du Turkestan], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], (...)
  • 6 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 342.
  • 7 B. D. Kočnev, “Zametki po srednevekovoj numizmatike Srednej Azii” [Notes sur la numismatique médiév (...)
  • 8 V. V. Bartol’d, “Dvenadcat’ lekcij po istorii tûreckih narodov Srednej Azii” [Douze leçons sur l’hi (...)
  • 9 A. G. Malâvkin, Ujgurskie gosudarstva v IX-XII vv. [Les États ouïghours aux IXe-XIIe siècles], Novo (...)

3L’une des principales régions des Karakhanides était le Turkestan oriental, plus précisément la partie occidentale de celui-ci, avec Kachgar pour centre. Les Karakhanides y menaient déjà la guerre contre les infidèles à la fin du Xe siècle. En 388/988, le Karakhanide Arslân-khân ‘Alî b. Mûsâ a péri lors de la guerre pour la foi au nord-est de Yangi-Khissar. V. V. Barthold en a conclu que les terres des Karakhanides s’étendaient peu alors à l’est de Kachgar5. Qâdir-khân Yûsuf b. Hârûn/Ḥasan, qui est entré dans l’histoire et dans les légendes comme un combattant de la foi, a poussé les frontières karakhanides plus loin vers l’est. ‘Utbî et Ibn al-Aṯîr le mentionnent comme le souverain de Khotan en 397/10076. L’occupation de cette grande ville a probablement eu lieu à la limite des Xe et XIe siècles. Déjà en 406/1015-16, ou bien 407/1016-17, le même Qâdir-khân faisait frapper monnaie à Outch, l’Outch-Turfan actuel, ville du nord du Turkestan oriental7. Mahmoud Kachgari écrivait au début de la deuxième moitié du XIe siècle que les postes-frontières des Karakhanides au Turkestan oriental étaient Tchertchen (au sud), Koutcha et Boughour (au nord8). À première vue cette information est en contradiction avec les données des sources chinoises, selon lesquelles Koutcha reste un état indépendant jusqu’à la fin du XIe siècle (10969). Pour faire concorder ces témoignages, on peut dire que, tout en faisant partie du royaume des Karakhanides, Koutcha a gardé une autonomie considérable.

  • 10 O. Karaev, Istoriâ…, p. 112.
  • 11 V. V. Bartol’d, “Tûrki (istoriko-ètnografičeskij obzor)” [Les Turks (aperçu historique et ethnograp (...)

4Plus loin vers le nord, selon Mahmoud Kachgari, la frontière entre les musulmans et les Ouïghours passait par la région du lac Youldouz10. Il désignait là bien évidemment l’endroit directement au nord de Boughour, au delà du col Kök-Teke, où se trouvent actuellement les vallées marécageuses du Grand Youldouz et du Petit Youldouz. Il est possible que le pouvoir karakhanide se soit étendu plus loin au nord : au début du XIIIe siècle, la limite d’extension de l’islam était la région de l’actuel Manas (à l’ouest d’Ouroumchi11).

  • 12 O. Pritsak, “Von den Kachgaruk zu den Karachaniden”, Zeitscbrift der Deutschen Morgenländischen Ges (...)
  • 13 V. V. Bartol’d, “Dvenadcat’ lekcij…”, p. 85.
  • 14 K. M. Bajpakov, Srednevekovaâ gorodskaâ kul’tura Ûžnogo Kazahstana i Semireč’â (VI-načala XIII vv. (...)
  • 15 V. V. Bartol’d, “Tûrki…”, p. 590.
  • 16 K. M. Bajpakov, Srednevekovaâ gorodskaâ kul’tura…, p. 36.
  • 17 O. Karaev, Istoriâ…, pp. 104, 112.
  • 18 B. D. Kočnev, “Zametki po srednevekovoj numizmatike Srednej Azii” [Les notes sur la numismatique mé (...)

5Quant aux frontières nord-est du royaume des Karakhanides, O. Pritsak les fait passer par les lacs Ala Koul, Sassyk Koul et Balkhach12. Il n’argumente pas son point de vue, mais évidemment il est proche de la vérité. En effet, selon les données de Mahmoud Kachgari, les points avancés de l’islam se trouvaient à l’époque au nord de la rivière Ili, à l’endroit où celle-ci était proche du Balkhach et dans la région de la ville de Kemi-Talas13. Sur la carte de Mahmoud Kachgari, Kemi-Talas est située au nord de la ville d’Iki-Oghouz, que K. M. Bajpakov identifie à la ville de Dungen non loin de l’actuel Taldy-Kurgan14. Au nord-est d’Iki-Oghouz, se trouvait Kajalig qui était au début du XIIIe siècle le centre de la domination musulmane15. K. M. Bajpakov compare Kajalig aux vestiges de la ville d’Antonov, qui s’étendent sur la vallée de la rivière Lepsi au nord-est de Dungen16. O. Karaev reporte la conquête de ces territoires du nord-est par les Karakhanides à la deuxième moitié du Xe siècle17. Or, la campagne menée par le souverain karakhanide Arslân-tigîn a eu lieu, non pas au Xe siècle, mais au milieu du XIe siècle18. Dans l’état actuel des connaissances, on peut considérer que la conquête des terres au-delà de l’Ili n’a pas eu lieu après le milieu du XIe siècle.

  • 19 B. D. Kočnev, “Karahanidskij čekan Paraba (Otrara)” [La frappe de monnaie karakhanide à Parab (Otra (...)
  • 20 Je dois les données de ce document à l’amabilité de mon collègue de Moscou, V. N. Nastič.
  • 21 E. N. Ageeva, G. I. Pacevič, “Iz istorii osedlyh poselenij i gorodov Ûžnogo Kazahstana” [L’histoire (...)
  • 22 Ces monnaies non publiées, trouvées par G. M. Musabaeva, sont conservées au musée d’archéologie de (...)
  • 23 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, pp. 392, 406-407; V. V. Bartol’d, “Očerk istorii turkmenskogo naroda” (...)

6Depuis le Balkhach, la frontière du royaume atteignait le Syr Darya en passant par le cours inférieur du Tchou, mais les sources écrites n’en disent rien. Il est clairement établi qu’au XIIe et au début du XIIIe siècles, les Karakhanides possédaient Parab (Otrar) où existait un pouvoir assez fort pour battre monnaie19. Selon un document récent (XIXe siècle)20 dont les données remontent à l’époque pré-mongole, ce royaume comprenait Yasi et probablement Souzak, ville sur le versant nord du Karatau. En effet, tant les monnaies de cuivre des Karakhanides de la deuxième moitié du XIe-XIIe siècles, retrouvées à Baba-Ata, au sud-est de Souzak21, que leurs dirhems de cuivre et de plomb frappés vers le milieu du XIe siècle et retrouvés dans les vestiges de la ville d’Artik-Ata à l’ouest de Yasi, sur la rive gauche du Syr Darya22, témoignent que les villes du versant nord du Karatau appartenaient aux Karakhanides. Toutefois Sighnak, une grande ville en aval du Syr Darya, ne faisait pas partie du royaume des Karakhanides ; encore au début du XIIIe siècle, elle était restée le centre du domaine des Kiptchaks infidèles. Dans la première moitié du XIe siècle, avant même l’arrivée des Kiptchaks, elle appartenait aux Oghouz23. Par conséquent la frontière du royaume des Karakhanides passait quelque part entre Yasi et Sighnak.

  • 24 K. M. Bajpakov, Srednevekovaâ gorodskaâ kul’tura…, pp. 26-27, 127.
  • 25 S. G. Agadžanov, Očerki istorii oguzov i turkmen Srednej Azii IX-XIII vv. [Esquisses sur l’histoire (...)

7Cette conclusion est, semble-t-il, contredite par les informations de Mahmoud Kachgari sur les villes oghouz de Sabran, Karnak et Karatchouk que Bajpakov situe dans la région de Yasi24. Cela montre que durant la première moitié du XIe siècle, la région de Yasi appartenait aux Oghouz et que, quand ceux-ci tombèrent définitivement sous les attaques des Kiptchaks à la moitié du XIe siècle25, apparemment cette région passa, non pas aux Kiptchaks, mais aux Karakhanides.

  • 26 K. A. Akišev, K. M. Bajpakov, L. B. Erzakovič, Drevnij Otrar : Topografiâ, stratigrafiâ, perspektiv (...)
  • 27 R. Z. Burnaševa, V. N. Nastič, “Katalog monet iz raskopov i sborov na gorodiŝe Otrar-Tobe (1971-197 (...)
  • 28 Monnaie non publiée de la collection de V. N. Nastič.

8On a émis l’idée que Parab, elle aussi, appartenait à cette époque au royaume des Karakhanides26. Comme l’indiquent les monnaies retrouvées à Otrar-Tobe et datant de la deuxième moitié du XIe siècle, Otrar appartenait clairement aux Karakhanides. Il n’est pas impossible qu’ils s’en soient même emparé plus tôt. Cette idée est suggérée par la disposition de Parab qui se trouve en aval de la rivière Arys, en amont de laquelle se trouvait Isfidjab qui faisait bien partie du royaume des Karakhanides au début du XIe siècle27. En outre, un unique fels karakhanide28 frappé en 416/1025-26, a été émis, semble-t-il, à Farab (une autre forme du nom de Parab).

  • 29 B. D. Kočnev, “K istorii Dženda XI-XII vv.”, Izvestiâ Nacional’noj Akademii nauk Respubliki Kazahst (...)

9Djend, un centre important en aval du Syr Darya, a d’abord appartenu au yabghu oghouz du clan Barani, et ensuite aux Seldjoukides. Le Karakhanide Kamâl ad-Dîn Maḥmûd Arslân-khân s’y est établi pour une courte période. Il semble qu’il s’en soit emparé en 1138, mais il l’a perdu en 115229. Après ce bref épisode, Djend fut fermement conquis par les souverains du Khorezm (khorezmchah) de la dynastie des Anouchteginides.

  • 30 Historical Atlas of the Muslim Peoples, Compiled by Dr. R. Roolvink. With a foreword by H. A. R. Gi (...)
  • 31 B. D. Kočnev, “Bor’ba Samanidov i Karahanidov za Buharu na rubeže X-XI vv.”, Obŝestvennye nauki v U (...)
  • 32 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 337.
  • 33 ibid., p. 334.
  • 34 V. V. Bartol’d, “Horezm”, dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T. III, Moscou, 1965, pp. 546-547.
  • 35 B. D. Kočnev, “K istorii Dženda…”, pp. 71-72.

10On attribue parfois le Khorezm aux Karakhanides30, ce qui est incontestablement fautif. À la fin du Xe siècle, le pouvoir réel était aux mains des souverains de la dynastie locale des Mamounides qui sont restés des vassaux des Samanides jusqu’à la chute de ces derniers. Le Khorezmchah ‘Alî b. Ma’mûn a soutenu activement le dernier prétendant samanide Ismâ‘îl b. Nûḥ (Muntaṣir) pendant sa lutte pour le Mavarannahr. Quand Ismâ‘îl a repris Boukhara aux Karakhanides en 390/1000, les monnaies ont été émises au nom d’‘Alî b. Ma’mûn31. Selon Barthold, après la défaite et la mort de Muntaṣir, ‘Alî s’est trouvé un certain temps dépendant des Karakhanides32. V. V. Barthold s’appuyait pour cela sur les informations d’‘Utbî selon lequel en 396-1006, le commandant karakhanide battu au Khorassan par Maḥmûd Ghaznavî avait envoyé son convoi à ‘Alî b. Ma’mûn33. Toutefois ce seul fait n’est pas suffisant pour parler de “dépendance”, il s’agit tout au plus d’une influence considérable des Karakhanides. Si vraiment cette influence existait, elle n’a pas duré longtemps : dès 408/1017, Maḥmûd Ghaznavî conquit le Khorezm. Sous le règne de son successeur, ce pays obtint l’indépendance, puis pendant deux ans fut occupé par le souverain de Djend. Après quoi, durant longtemps, il fit partie de l’empire des Seldjoukides et à partir de la fin du XIe siècle, y régnèrent les Anouchteginides34. À la fin de 1138 et au début de 1139, le Seldjoukide Sanjar conquit le Khorezm à la suite des combats contre son vassal anouchteginide insoumis Atsiz, et y nomma son neveu Sulaymân comme souverain. À propos de ce dernier, j’avais eu l’idée qu’il était parent de Sanjar du côté maternel et d’ascendance karakhanide du côté paternel35. Aujourd’hui, cette hypothèse ne me semble pas plus heureuse qu’au moment de sa formulation, de plus, le fait est que Sulaymân n’a pas pu se maintenir longtemps au Khorezm et a dû s’enfuir peu de temps après le départ de Sanjar. Si le Khorezm n’a jamais réellement fait partie du royaume des Karakhanides, les frontières de ce dernier devaient aller depuis Yasi vers le sud en embrassant une zone étroite sur la rive gauche du Syr Darya; vers l’ouest se trouvaient les déserts immenses du Kyzyl-Koum où il ne pouvait alors y avoir aucune frontière réelle. Plus loin la frontière allait à travers les territoires septentrionaux de Sogd et tournait dans l’oasis de Boukhara vers l’Amou Darya où elle atteignait la région de Farabra, autrement dit Faraba, qui n’était pas bien entendu le Farab/Parab du Syr Darya. Farabra, qui se trouvait sur la rive opposée de l’Amoul (Amou, Amouï) n’appartenait déjà plus aux Karakhanides. Ici la frontière tournait vers le sud, le long de l’Amou Darya. Sur les cartes, on la trace d’habitude sur le fleuve jusqu’à la confluence du Piandj et du Vakhch et ensuite le long du Piandj. À vrai dire, la frontière karakhanide dans cette région s’est souvent déplacée et n’est jamais passée directement par l’Amou Darya.

  • 36 B. D. Kočnev, “Partiâ monet iz sklada, soderžaŝego dirhemy Saganiana XI veka”, Drevnosti Povolž’â i (...)
  • 37 Le fait que la chaîne de montagnes du Khissar était la frontière septentrionale du royaume kouchan, (...)
  • 38 V. V. Bartol’d, “Drevnetûrkskie nadpisi i arabskie istočniki” [Les inscriptions anciennes des Turcs (...)
  • 39 M. Fedorov, “The Genealogy of the Qarakhanid rulers of Tirmiidh and Balkh”, Oriental Numismatic Soc (...)
  • 40 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, pp. 399-400.
  • 41 Dirhem d’une collection privée, St-Pétersbourg.
  • 42 V. V. Bartol’d, “Turkestan..”, p. 408.
  • 43 ibid., p. 402.
  • 44 Les dinars de cette sorte ont été publiés pour la première fois par D. Sourdel (D. Sourdel, Inventa (...)
  • 45 F. Timmermann, M. Fedorov, “An Unpublished Dinar from the Wakhsh Area of present-day Tajikistan”, O (...)
  • 46 M. Fedorov, “The Genealogy…”, p. 20.
  • 47 St. Album, A Checklist of Islamic Coins, Second edition, Santa Rosa, 1998, p. 88.

11Après qu’en 389/999 le pouvoir des Samanides se fut effondré, ses territoires ont été divisés entre les Ghaznévides et les Karakhanides. En 391/1001, un traité a été conclu selon lequel la frontière entre les deux États a été établie dans la région de l’Amou Darya. Il n’y a pas d’informations sur les détails de la délimitation. On ne doute pas que les conditions qui ont présidé à ce bornage correspondent à la situation légèrement postérieure lorsque seul Tchaganian (Ṣaghâniyân), parmi les régions du Tokharistan au nord de l’Amou Darya, appartenait aux Karakhanides et que leur pouvoir ne s’étendait même pas jusqu’à Termez. La frappe de monnaie karakhanide à Ṣaghâniyân a duré jusqu’en 418/1027-28, mais peu de temps après 406/1015-16, cette région est probablement tombée sous l’influence des Ghaznévides et après 418/1027-28, elle est passée sous leur pouvoir. En 430/1039, le Karakhanide Ibrâhîm b. Naṣr a conquis Ṣaghâniyân et y a frappé sa monnaie jusqu’en 434/1142-43, après quoi la région est passée pour longtemps aux Seldjoukides36. À partir de cette époque, la frontière méridionale du royaume des Karakhanides est arrêtée, comme sous les Kouchans, dans les chaînes de montagnes du Khissar37 (Gissar). Ainsi, selon Abû Ḥafṣ ‘Umar Nasafî (mort en 537/1142-43), les terres du khan de Samarcande s’étendaient au sud jusqu’à Dâr-i âhanîn (la porte de fer)38. Déjà en 558/1162-63 et 559/1163-64, le Karakhanide Mas‘ûd b. Ḥasan frappait monnaie à Termez39 et vers 560/1164-65 ou bien exactement cette année-là, il conquit Balkh et Andkhoud avec l’aide des Karakhitay40. Le pouvoir karakhanide s’est alors propagé partout à travers le Tokharistan. Mais pas pour longtemps : en 587/1191, le Gouride Muḥammad b. Mas‘ûd a émis sa monnaie à Balkh41, bien que Ibn al-Aṯîr attribue la conquête de Balkh à son fils Samu et la date de 594/119842. V. V. Barthold présente le récit de la conquête de Vakhch et de Ṣaghâniyân par Muḥammad b. Mas‘ûd avec l’expression très prudente “si l’on en croit Jûzjânî43”, ce qui indique qu’il a douté de l’authenticité de cette information. Celle-ci est pourtant totalement confirmée par les dinars mentionnant le sultan gouride et frappés à Vakhch en 597/1200-0144 et à Khuttalân en 596/1199-120045. Les mêmes monnaies portent le titre des souverains karakhanides qui, par conséquent, ont gardé leur pouvoir sur quelques régions et villes du Tokharistan, y compris Termez, où le Karakhanide Maḥmûd a émis ses dinars en 604/1207-0846. Dans certaines régions, le pouvoir des Karakhanides a perduré même après les conquêtes de l’Anouchteginide Muḥammad b. Tikish qui, sur les dinars de Vakhch frappés vers 610/1213-14, est mentionné comme suzerain du Karakhanide ‘Arabshâh b. Abû Bakr47. Comme il n’y a pas de monnayage karakhanide connu à Balkh après 585/1189-90, et que dès 587/1191-92 celui des Gourides y est attesté, il est fort probable que de ce moment-là, jusqu’à la chute des Karakhanides, la frontière méridionale de leur territoire passait le long de l’Amou Darya.

  • 48 M. A. Bubnova, “Arheologiâ Pamira za 40 let” [40 ans d’archéologie du Pamir], dans : Pamirovedenie (...)

12Cette frontière passait, en effet, comme on le considère habituellement sur le Piandj, c’est à dire comprenait la partie tadjikistanaise du Pamir. Lors des fouilles du site de haute montagne de Bazardara, dans le Pamir oriental, on a trouvé des monnaies karakhanides du XIe siècle et des matériaux témoignant de l’existence de rapports avec d’autres parties du Pamir (Chougnan, Vakhan) et surtout avec le Ferghana. À la suite des études sur le matériel découvert, M. A. Bubnova en est également venue à la conclusion que les mines d’argent de cette région appartenaient aux Karakhanides48.

13Plus loin vers l’est, la frontière débouche sur le Turkestan oriental où notre promenade à travers les frontières du royaume des Karakhanides avait commencé et où elle touche à sa fin. Il ne faut pas oublier que la carte ainsi dressée n’a pas le même degré de précision pour toutes les régions.

Haut de page

Notes

1 O. Pritsak, “Die Karachaniden”, Der Islam, Bd. 31/1. Berlin, 1953, p. 24.

2 V. V. Bartol’d, “Turkestan v èpohu mongol’skogo našestviâ” [Le Turkestan à l’époque de l’invasion mongole], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T.I, Moscou, 1963, p. 317. L’épisode de Fâ’ik et Mirka mentionné par Muqaddasî est tout à fait différemment commenté par O. Karaev. Selon lui, à la veille de leur chute, les Samanides ne pouvaient pas s’emparer de cette région. Fâ’ik a alors reçu Mirka comme lot de terrain (iqṭâ‘) pour son aide militaire aux Karakhanides en 995-996 et y a fait construire un rabâd (sous cette forme chez O. Karaev), « dont le marché lui a été très rentable » (O. Karaev, Istoriâ Karahanidskogo kaganata (X-načalo XIII vv. )[Histoire du kaganat karakhanide (Xe-début du XIIIe)], Frunze, 1983, p. 212). Certainement O. Karaev confond rabâd (banlieue) et rabât (fortification frontalière), mais surtout il oublie que Muqaddasî avait écrit sur l’époque samanide (pas plus tard qu’en 989).

3 O. Karaev, Istoriâ…, p. 253.

4 B. Kochnev, “The Trade Relations of Eastern Turkestan and Central Asia in the Eleventh and Twelfth Centuries according to Numismatic Data”, dans : Silk Road Art and Archaeology, 3, Kamakura, 1994, p. 278. Pour une raison incompréhensible, la même carte est donnée dans l’article de S. Vivdenko sur l’art kouchane (ibidem p. 144).

5 V. V. Bartol’d, “Istoriâ Turkestana” [Histoire du Turkestan], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T. II, čast’ 1, Moscou, 1963, p. 128.

6 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 342.

7 B. D. Kočnev, “Zametki po srednevekovoj numizmatike Srednej Azii” [Notes sur la numismatique médiévale de l’Asie centrale], čast’ 1, Istoriâ material’noj kul’tury Uzbekistana [Histoire de la culture matérielle de l’Ouzbékistan], Vypusk 14, Tachkent, 1978, pp. 124-125.

8 V. V. Bartol’d, “Dvenadcat’ lekcij po istorii tûreckih narodov Srednej Azii” [Douze leçons sur l’histoire des peuples turciques de l’Asie centrale], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T. V., Moscou, 1968, p. 81.

9 A. G. Malâvkin, Ujgurskie gosudarstva v IX-XII vv. [Les États ouïghours aux IXe-XIIe siècles], Novosibirsk, 1983, p. 213.

10 O. Karaev, Istoriâ…, p. 112.

11 V. V. Bartol’d, “Tûrki (istoriko-ètnografičeskij obzor)” [Les Turks (aperçu historique et ethnographique)], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T. V, Moscou, 1968, p. 590.

12 O. Pritsak, “Von den Kachgaruk zu den Karachaniden”, Zeitscbrift der Deutschen Morgenländischen Gesellscbaft, Bd. 101. Leipzig, 1951, Karte 2.

13 V. V. Bartol’d, “Dvenadcat’ lekcij…”, p. 85.

14 K. M. Bajpakov, Srednevekovaâ gorodskaâ kul’tura Ûžnogo Kazahstana i Semireč’â (VI-načala XIII vv. ) [La culture urbaine médiévale du Kazakhstan du sud et du Semiretchie (VIe – début XIIIe siècles)], Alma-Ata, 1985, p. 36.

15 V. V. Bartol’d, “Tûrki…”, p. 590.

16 K. M. Bajpakov, Srednevekovaâ gorodskaâ kul’tura…, p. 36.

17 O. Karaev, Istoriâ…, pp. 104, 112.

18 B. D. Kočnev, “Zametki po srednevekovoj numizmatike Srednej Azii” [Les notes sur la numismatique médiévale de l’Asie centrale], čast’ 9, Istoriâ material’noj kul’tury Uzbekistana [L’histoire de la culture matérielle de l’Ouzbékistan], Vypusk 22, Tachkent, 1988, pp. 200-203.

19 B. D. Kočnev, “Karahanidskij čekan Paraba (Otrara)” [La frappe de monnaie karakhanide à Parab (Otrar)], dans : Srednevekovaâ gorodskaâ kul’tura Srednej Azii i Kazahstana [La culture urbaine médiévale de l’Asie centrale et du Kazakhstan], Alma-Ata, 1983, pp. 109-120.

20 Je dois les données de ce document à l’amabilité de mon collègue de Moscou, V. N. Nastič.

21 E. N. Ageeva, G. I. Pacevič, “Iz istorii osedlyh poselenij i gorodov Ûžnogo Kazahstana” [L’histoire des colonies sédentaires et des villes du Kazakhstan du sud], Trudy instituta istorii, arheologii i ètnografii Akademii nauk Kazahskoj SSR [Travaux de l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie de l’Académie des Sciences de la RSS du Kazakhstan], T. 5, Alma-Ata, 1958, p. 60, note 4. Et dans ce cas-là, et plus loin, il s’agit de monnaies soit de cuivre, soit de mauvais aloi qui, à la différence des monnaies de bon aloi, circulaient seulement sur le territoire du pays de monnayage.

22 Ces monnaies non publiées, trouvées par G. M. Musabaeva, sont conservées au musée d’archéologie de l’Académie des Sciences du Kazakhstan.

23 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, pp. 392, 406-407; V. V. Bartol’d, “Očerk istorii turkmenskogo naroda” [Esquisses sur l’histoire du peuple turkmène], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T. II, čast’ 1, Moscou, 1963, p. 560.

24 K. M. Bajpakov, Srednevekovaâ gorodskaâ kul’tura…, pp. 26-27, 127.

25 S. G. Agadžanov, Očerki istorii oguzov i turkmen Srednej Azii IX-XIII vv. [Esquisses sur l’histoire des Oghouzs et des Turkmènes de l’Asie centrale aux IXe-XIIIe siècles], Ašhabad, 1969, p. 158.

26 K. A. Akišev, K. M. Bajpakov, L. B. Erzakovič, Drevnij Otrar : Topografiâ, stratigrafiâ, perspektivy [L’ancien Otrar : topographie, stratigraphie, perspectives], Alma-Ata, 1972, p. 33.

27 R. Z. Burnaševa, V. N. Nastič, “Katalog monet iz raskopov i sborov na gorodiŝe Otrar-Tobe (1971-1977 gg.)” [Le catalogue de monnaies des fouilles du site d’Otrar-Tobe (1971-1977)], pp. 289-341 dans : K. A. Akišev, K. M. Bajpakov, L. B. Erzakovič, Drevnij Otrar… ; V. N. Nastič, “Katalog monet gorodiŝa Otrar-Tobe (1979-1985 gg.)” [Le catalogue de monnaies du site d’Otrar-Tobe (1979-1985)], pp. 224-254 dans : K. A. Akišev, K. M. Bajpakov, L. B. Erzakovič, Otrar v XIII-XVvv. [Otrar aux XIIIe-XVe siècles], Alma-Ata, 1987.

28 Monnaie non publiée de la collection de V. N. Nastič.

29 B. D. Kočnev, “K istorii Dženda XI-XII vv.”, Izvestiâ Nacional’noj Akademii nauk Respubliki Kazahstan, Seriâ obŝestvennyh nauk, 1995, n°4, pp. 67-73.

30 Historical Atlas of the Muslim Peoples, Compiled by Dr. R. Roolvink. With a foreword by H. A. R. Gibb, Amsterdam, 1957. Dans la carte numéro 14 représentant l’orient musulman vers 1090, le royaume des Karakhanides comprend tout l’espace entre l’Amou Darya et le Syr Darya jusqu’à la mer d’Aral, y compris le Khorezm du nord, mais le Ferghana, le Semiretchie et le Turkestan oriental sont attribués aux Karakhitay.

31 B. D. Kočnev, “Bor’ba Samanidov i Karahanidov za Buharu na rubeže X-XI vv.”, Obŝestvennye nauki v Uzbekistane, 1997, n°9-11, pp. 31-34.

32 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, p. 337.

33 ibid., p. 334.

34 V. V. Bartol’d, “Horezm”, dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T. III, Moscou, 1965, pp. 546-547.

35 B. D. Kočnev, “K istorii Dženda…”, pp. 71-72.

36 B. D. Kočnev, “Partiâ monet iz sklada, soderžaŝego dirhemy Saganiana XI veka”, Drevnosti Povolž’â i drugih regionov, Vypusk III, (Numizmatičeskij sbornik, T. II), Nižnij Novgorod, 2000, pp. 229-244.

37 Le fait que la chaîne de montagnes du Khissar était la frontière septentrionale du royaume kouchan, fut établi par M. E. Masson sur la base de découvertes monétaires (M. E. Masson, “K voprosu o severnyh granicah gosudarstva “Velikih Kušan” [À propos des frontières du nord de l’État des Grands Kouchans], Obŝestvennye nauki v Uzbekistane [Les sciences sociales en Ouzbékistan], 1968, n°8, pp. 14-25). La justesse des faits établis par M. E. Masson a été admirablement prouvée par son élève È. V. Rtveladze qui a découvert le système des fortifications de l’époque kouchane sur les montagnes du Khissar (È. V. Rtveladze, “Stena Darbanda Baktrijskogo” [Le mur de Darband de Bactriane], Obŝestvennye nauki v Uzbekistane [Les sciences sociales en Ouzbékistan], 1986, n°12, pp. 34-39.

38 V. V. Bartol’d, “Drevnetûrkskie nadpisi i arabskie istočniki” [Les inscriptions anciennes des Turcs et les sources arabes], dans : Sočineniâ [Œuvres complètes], T. IV, Moscou, 1968, p. 294 et note 62.

39 M. Fedorov, “The Genealogy of the Qarakhanid rulers of Tirmiidh and Balkh”, Oriental Numismatic Society Newsletter, n°164, Summer 2000, p. 19. M. Fedorov lui-même date ces dirkhems de Termez non des années 558-559 de l’hégire, mais de 568-569 de l’hégire, alors qu’ils portent le nom du calife Mustanjid mort en 566/1170.

40 V. V. Bartol’d, “Turkestan…”, pp. 399-400.

41 Dirhem d’une collection privée, St-Pétersbourg.

42 V. V. Bartol’d, “Turkestan..”, p. 408.

43 ibid., p. 402.

44 Les dinars de cette sorte ont été publiés pour la première fois par D. Sourdel (D. Sourdel, Inventaire des monnaies musulmanes anciennes du Musée de Caboul, Damas, 1953, p. 114, n°1258-1260), mais il n’a pas examiné une partie des inscriptions et en a lu fautivement une autre. L’identification est fondée sur le déchiffrement des trois monnaies analogues appartenant à la collection “Forschungsstelle für islamische Numismatik” de Tübingen (numéros d’inventaire 94-50-4, 96-7-40, F A 9 C 6). L’une d’elles porte le commencement de la date (“sept”) qui est reconstituée comme 597 de l’hégire grâce à la présence du nom du sultan gouride Samâ’ b. Muḥammad (588-602 de l’hégire).

45 F. Timmermann, M. Fedorov, “An Unpublished Dinar from the Wakhsh Area of present-day Tajikistan”, Oriental Numismatic Society Nesletter, n°164, Summer 2000, p. 19.

46 M. Fedorov, “The Genealogy…”, p. 20.

47 St. Album, A Checklist of Islamic Coins, Second edition, Santa Rosa, 1998, p. 88.

48 M. A. Bubnova, “Arheologiâ Pamira za 40 let” [40 ans d’archéologie du Pamir], dans : Pamirovedenie [Études du Pamir], Vypusk 2, Douchanbe, 1985, pp. 69-70; M. A. Bubnova, “K voprosu o zemledelii na Zapadnom Pamire v IX-XI vv.” [À propos de l’agriculture dans le Pamir de l’ouest aux IXe-XIe siècles], dans : Prošloe Srednej Azii [Le passé de l’Asie centrale], Douchanbe, 1987, p. 64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Kočnev, « Les frontières du royaume des Karakhanides », Cahiers d’Asie centrale, 9 | 2001, 41-48.

Référence électronique

Boris Kočnev, « Les frontières du royaume des Karakhanides », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 13 janvier 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/617

Haut de page

Auteur

Boris Kočnev

Institut d’archéologie de l’Académie des Sciences, Samarcande, Ouzbékistan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org