Navigation – Plan du site
Dossier

Les Samanides et les Karakhanides : une étape initiale de la géopolitique impériale

Sergej Klâštornyj
Traduction de Alié Akimova
p. 35-40

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1C’est dans une période troublée que le Khorassanien Abû Zayd al-Balkhî, sujet d’Ismâ‘îl Sâmânî et protégé du ministre samanide al-Jayhânî, rédigea son traité de géographie. L’ouvrage n’est conservé qu’à travers l’exposé qu’en donne son contemporain le géographe arabe al-Iṣṭakhrî, qui rapporte : « Toute la frontière du Mavarannahr est en proie aux hostilités : contre les Turks Oghouz, du Khorezm jusqu’aux environs d’Isfidjab, et contre les Turks Karlouks, d’Isfidjab aux confins du Ferghana ».

2Il semblerait à première vue qu’une ligne de front continue a divisé l’Asie centrale en deux mondes hostiles, l’Iran et le Touran, condamnés à d’éternels oppositions et conflits tant ethniques et culturels que religieux, du moins à partir des IXe et Xe siècles. En effet, si l’islam était déjà bien établi à l’ouest du Syr Darya, dans les steppes à l’est du fleuve, on vénérait le dieu céleste Tangri et sa compagne, la déesse Umaï; et dans les villes et les localités du Semiretchie et du Ferghana, on officiait dans les églises chrétiennes et les couvents manichéens, et célébrait le culte dans les temples du feu et les monastères bouddhiques.

3Pourtant, les écrits des autres géographes arabes et persans, basés sur les observations de voyageurs et de commerçants, voire d’espions ou d’ambassadeurs, offrent un tableau tout à fait différent. Dans les diverses localités du Mavarannahr, tant à l’ouest qu’à l’est du fleuve, Iraniens et Turks, musulmans et “infidèles” vivent ensemble en paix. Parmi les citadins et villageois du Semiretchie, les paysans sogdiens et leurs serviteurs sont majoritaires. Certains sont convertis à l’islam mais tous sont soumis à l’autorité du yabghu karlouk. Au Mavarannahr, la garde des Samanides est formée de soldats turks captifs (ghulâm), dont le commandement, lui aussi, est turk. De même, la frontière avec les Turks, à Isfidjab et Chach (localisés respectivement dans les environs de l’actuelle ville de Tchimkent au Kazakhstan et dans l’oasis de Tachkent), ainsi que celle avec les ghâzî iraniens, i.e. “combattants pour la foi”, était gardée et défendue, contre leurs compatriotes, par des milliers de soldats turks. Ibn-Ḥavqal, contemporain d’al-Iṣṭakhrî, décrit la ville frontière de Sutkent de la manière suivante : « (…) là sont regroupés des Turks appartenant à différentes tribus oghouz et karlouk, d’ores et déjà converties à l’islam. Selon leur usage, ils vivent dans des tentes et ne connaissent pas l’habitat construit ». Le même al-Iṣṭakhrî dit des Turks d’une autre bourgade frontalière, Biskent : « (…) ce sont des Oghouz, des Karlouks, et d’autres groupes tribaux, convertis à l’islam. (…) Tous sont des ghâzî ». Outre le titre honorifique de “ghâzi”, une autre appellation, celle de “Turkmènes”, désignait les Turks musulmans. Les plus grands savants centrasiatiques, comme le Khorezmien al-Birouni et le Mervien Ṭâhir Marvazî en témoignent. Mahmoud Kachgari, le philologue turk du XIe siècle, précise qu’on ne désigne comme « turkmènes » que les membres des deux tribus oghouz et karlouk. Il a écrit : « Les Karlouks sont une tribu turque nomade. Ils ne sont pas oghouz mais eux aussi sont turkmènes ». Et cette indication est indispensable pour comprendre les témoignages relatifs aux guerres menées par Ismâ‘îl Sâmânî contre les Turks.

4Plusieurs siècles avant ces événements, les vallées du Tian Shan septentrional furent colonisées et urbanisées par des populations originaires de la Sogdiane et du Khorassan, du Ferghana et de Chach. La Route de la soie, reliant entre elles les civilisations de l’Extrême-Orient et de la Méditerranée, fut le moteur de ce mouvement de populations. Les caravanes commerciales drainaient des populations dépourvues de terre et d’aisance dans leur patrie d’origine. Ces gens ont construit des villes, labouré la terre, gardé et servi les caravanes et, plus important encore, se sont adaptés au monde environnant des nomades, avec lesquels ils ont créé un nouveau mode de relations et d’échanges. Vers le milieu du VIe siècle, des formes politiques de coexistence se sont mises en place entre les villes et les terres cultivées, d’une part, et les campements nomades et les territoires de pâture, de l’autre. Le Kaghanat turk, premier empire nomade d’Eurasie, dont le pouvoir était établi en Asie centrale et dont les frontières occidentales s’étendaient jusqu’à la Mer d’Azov et au Caucase, instaura ces nouvelles structures politiques. Cet empire intégrait tous les territoires qui reliaient alors la Chine à l’Iran et à Byzance. De la Sogdiane à la muraille de Chine, un monde pluri-ethnique et pluri-confessionnel se mit en place, rassemblant Turks et Iraniens au sein de formes de coexistence économique et de syncrétisme culturel solidement établies, dont la stabilité fut parfois menacée mais jamais détruite par le brigandage ni par les rivalités et hostilités locales.

5Au début du VIIIe siècle, la situation changea. Dans le Mavarannahr, le pouvoir des Arabes se renforça et l’islamisation en cours devint irréversible à partir du milieu du siècle. Ceux qui refusèrent le nouveau pouvoir et la nouvelle foi traversèrent le Syr Darya, où ils furent confrontés à une autre menace, l’agressivité de la Chine des Tang. Entre 740 et 749, l’armée chinoise atteint le Syr Darya. Les souverains de Chach et de Taraz furent mis à mort, l’héritier des kaghans turks fut assassiné et sa capitale Souyab, détruite. Seuls les Karlouks résistèrent encore à l’armée Tang.

6L’aide vint finalement de l’ouest. Le gouverneur arabe des provinces orientales, Abû Muslim, inquiet de la progression chinoise, envoya deux forts détachements dans le Semiretchie pour appuyer les Karlouks. Le destin du cœur de l’Eurasie se décida en 751 au cours d’une bataille qui dura cinq jours près du fleuve Talas, où les Arabes défirent les Chinois. Une fois les Arabes repartis vers le Khorassan, les Karlouks renforcèrent leur pouvoir entre le Syr Darya et l’Irtych Noir.

7En 840, le yabghu karlouk prit le titre de kaghan, dignité suprême dans la hiérarchie de la Grande steppe. La même année, Nûḥ ibn Asad Sâmânî, après la campagne victorieuse du Ferghana, s’empara d’Isfidjab. Il dut faire face aux deux États tribaux turks à la fois : au kaghanat karlouk dans le Semiretchie et à l’État des Oghouz du bas Syr Darya. Deux autres pouvoirs se formèrent alors dans leurs marges, celui des Kirghiz de l’Ienisseï et de l’Altaï et celui des Kimaks de la région de l’Irtych.

8Les changements de configuration politique à l’est de l’Asie centrale créèrent une situation nouvelle pour l’État samanide. La menace militaire se faisait de plus en plus présente et dès lors, il n’était plus possible de se contenter d’une défense passive. C’est pourquoi, après s’être emparé d’Isfidjab, Nûḥ ibn Asad garda au pouvoir les représentants de l’ancienne dynastie des Qara-tigîn, devenus ses vassaux. De plus, il renonça aux revenus que lui procurait cette riche région. De fait, le gouverneur d’Isfidjab n’envoyait chaque année aux Samanides… que quatre monnaies de cuivre et un balai ! Ibn Ḥavqal décrit Isfidjab : « Cette région est vaste et fertile. De toutes les villes du Khorassan et du Mavarannahr, Isfidjab est la seule ville qui ne paie pas de kharâj ». Les représentants de la dynastie des Qara-tigîn, convertis à l’islam, occupèrent, plus d’une fois, de hauts postes à la cour des Samanides et le soutien d’un souverain fort et influent d’Isfidjab valait plus que de l’or. Cette ville occupait en effet une place clé, où se croisaient toutes les routes militaires et commerciales menant vers les pays de la Grande steppe : au nord vers les Oghouz, à l’est vers les Karlouks et au nord-est vers les Kirghiz et les Kimaks.

9En 812, les villes d’Isfidjab et d’Otrar attirèrent l’attention du futur khalife al-Ma’mûn, alors gouverneur du Khorassan. Il attribua à Sâmân un titre prestigieux et le persuada de se convertir à l’islam. Faḍl ibn Sahl, le général d’al-Ma’mûn, attaqua Isfidjab et l’oasis d’Otrar, envahit le territoire des Karlouks, tua le chef de la garde frontière et fit fuir le yabghu karlouk, qui se sauva chez les Kimaks. Le siège du yabghu se trouvait non loin d’Isfidjab, et al-Maqdisî écrit à son sujet : « Ordu est une petite ville où habite le souverain des Turkmènes. Il envoie constamment des présents au souverain d’Isfidjab ». Comme nous l’avons déjà souligné, le terme “Turkmènes” désigne les Karlouks, proches d’Isfidjab et convertis à l’islam.

10Nûḥ ibn Asad apprécia correctement la situation et conclut une alliance avec un vassal puissant. L’oasis d’Otrar, sur le cours inférieur du Syr Darya – position qui permettait le contrôle de la frontière avec les Oghouz – ne futconquise qu’un quart de siècle plus tard par Naṣr ibn Aḥmad, neveu de Nûḥ et frère aîné d’Ismâ‘îl.

11La ville de Taraz, capitale du Semiretchie occidental, offrait une autre position stratégique. Cette ville est mentionnée dans un manuscrit manichéen du IXe siècle comme « le pays doré d’Argu ». L’épanouissement de Taraz en tant que centre urbain est lié à la migration au VIe siècle de paysans (dihqan) boukhariotes. Jusqu’au XIe siècle, on y parlait encore le sogdien, conjointement avec le turk. Selon l’historien boukhariote Narshakhî, « l’émir et les dihqan » – c’est à dire la noblesse sogdienne – y régnaient.

12Mais la ville obéissait aussi aux suzerains turks : au kaghan karlouk, prince de la tribu karlouk Tchigil, qui portait le titre somptueux de “lion tchigil, pilier du trône Alp Barguchan Tarkan-beg”. Taraz possédait la plus grande église chrétienne nestorienne et le plus grand monastère manichéen, que fréquentaient Iraniens, Sogdiens et Syriens.

13Le rôle stratégique et la richesse d’Isfidjab et de Taraz au IXe et Xe siècles, étaient dûs non seulement à leur position sur des grandes routes commerciales mais aussi à leur situation dominante sur le marché intérieur centrasiatique, dont le développement résulte d’un commerce intensif avec la Steppe. L’activité économique des nomades et leur prééminence militaire déterminait en grande partie la diversité et le volume des produits présents sur les marchés du Semiretchie. Les marchés de Taraz et d’autres villes étaient approvisionnés non seulement en chevaux, bétail, viande, laine et peaux, mais aussi en deux marchandises stratégiques et indispensables : l’argent et les esclaves. L’argent, grâce auquel on a frappé monnaie au Mavarannahr jusqu’au XIIe siècle, provenait entre autres des mines de Chaldji. Les captifs turks, avec lesquels les Samanides complétaient leur garde, étaient, eux, achetés très chers sur les marchés aux esclaves du Proche-Orient. Ces captifs turks constituaient la garde des Samanides. Les caravanes transportaient vers la Steppe du blé et des fruits secs mais surtout des tissus – de la simple cotonnade au brocart de Samarcande –, de la céramique de grande qualité et des produits manufacturés en métal.

14Apparemment, les premières campagnes orientales des Samanides n’avaient pas d’autre objectif que de frapper l’ennemi par des attaques préventives et de constituer des lignes de défense. Pourtant, les guerres d’Ismâ‘îl Sâmânî sur le front oriental ne se limitèrent pas à cette seule stratégie. Ismâ‘îl Sâmânî mena en effet trois campagnes vers l’est dont nous allons analyser le déroulement et les conséquences.

  • 1 V. V. Barthold. Sočineniâ [Œuvres complètes], t. 1, p. 282.
  • 2 A. Û. Âkubovskij, Istoriâ narodov Uzbekistana (Histoire des peuples de l’Ouzbékistan), t. 1, Tachke (...)

15Dans la littérature scientifique, on évoque seulement la prise de Taraz en 893. L’académicien V. V. Barthold constate1 que : « Ismâ‘îl a mené une campagne victorieuse contre Talas. Il a transformé la principale église de cette ville en mosquée ». A. Û. Âkubovskij soutient la même version, en ajoutant le fait suivant2 : « C’était la dernière grande campagne des Samanides contre la steppe nomade ».

16Ces assertions ne font qu’effleurer le problème. En effet, nous sommes confrontés à toute une série de questions embarrassantes. Premièrement, on ne sait rien sur les diverses invasions des Turks dans le Mavarannahr au IXe siècle, bien que les sources témoignent de confrontations armées avec les Turks aux frontières d’Isfidjab, de Chach et du Ferghana. De même, il reste à élucider qui furent les initiateurs de ces hostilités, des ghâzî ou des pillards turks. Deuxièmement, une seule campagne – celle de 893 – est évoquée alors qu’en dix ans Ismâ‘îl en mena trois en territoire karlouk. Troisièmement, le refus d’Ismâ‘îl de rénover ou de construire des enceintes dans les oasis, immortalisé par le mot célèbre : « Je suis l’enceinte de Boukhara », montre qu’à cette époque, le Mavarannahr n’était pas sérieusement menacé par une invasion turcique. Tout cela nous oblige à considérer les objectifs des campagnes orientales d’Ismâ‘îl Sâmânî d’une façon tout à fait différente.

17Notons qu’en 893, Ismâ‘îl était à la fois le souverain de Boukhara et le gouverneur d’une principauté du Mavarannahr ruinée par des guerres intestines, mais qu’il n’était pas encore devenu gouverneur du Khorassan. Ismâ‘îl effectua sa première campagne orientale à la veille de l’inévitable guerre contre le Khorassan. Le but de cette campagne était de s’approprier les trois mines d’argent permettant de payer l’armée et les fonctionnaires et d’accéder au plus grand marché aux esclaves turk-ghulâm, contingent principal de l’armée des Samanides. L’accès aux richesses des villes commerçantes du Khorassan permettait aussi de renflouer les finances du Mavarannahr, épuisé par les guerres intestines.

18La campagne de 893 fut d’abord dirigée contre le siège du khan karlouk à Ordu, c’est à dire contre l’armée mobile des Turks, et non contre Taraz. Le khan, son armée et ses dignitaires furent capturés au cours d’une attaque éclair. Juste après cette victoire et ce siège difficile (Narshakhî écrit en effet qu’Ismâ‘îl « eut beaucoup de difficultés »), Taraz et les bourgs environnants, en l’absence de soutien extérieur, capitulèrent. La plupart des enceintes furent détruites. Ismâ‘îl établit solidement et pour longtemps sa domination sur le pays conquis d’Argu. De toute évidence, tous les objectifs fixés furent atteints, les “infidèles” vaincus, leurs temples transformés en mosquées, leurs centres de commerce avec la steppe et les routes de transit contrôlés. Aux yeux du monde musulman, Ismâ‘îl devint le grand combattant pour la foi, celui qui propagea l’islam loin à l’est. En fait, cette campagne prépara politiquement et matériellement la guerre du Khorassan qui commença cinq ans plus tard. Pourtant, la victoire sur le khan karlouk n’était pas définitive.

19Selon Ibn al-Faqîh, auteur en 903 du Kitâb al-buldân, Ismâ‘îl, devenu en 900 gouverneur du Khorassan, réunit vingt mille soldats et organisa une campagne victorieuse contre la Steppe. En 904, comme le rapporte Ibn al-Aṯîr, un général anonyme d’Ismâ‘îl conduisit une guerre épuisante et défit l’armée des Turks. Cette campagne fut la dernière guerre des Samanides contre les Turks jusqu’à la fin du Xe siècle.

20Entre temps, comme le rappelle al-Mas‘ûdî, le khan karlouk s’est attribué le titre de Ṭabghâch-khân, littéralement “le khan de la Chine” (i.e. de Kachgarie). Quelques décennies plus tard, les Karlouks adoptèrent l’islam sous l’influence de la mission musulmane de Boukhara. Ainsi les Samanides, après avoir anéanti la puissance des Karlouks dans le Semiretchie occidental, déplacèrent le centre de gravité de ces derniers vers Kachgar et vers le lac Issyk-Koul. Les Karlouks, à la tête de l’union des tribus turciques qu’eux-mêmes islamisèrent, fondèrent la nouvelle dynastie de Ṭabghâch-khân. Ils se proclamèrent descendants de la “Maison d’Afrasiab” et du roi légendaire du Touran, et préparèrent ainsi la chute des Samanides vers la fin du millénaire.

Haut de page

Notes

1 V. V. Barthold. Sočineniâ [Œuvres complètes], t. 1, p. 282.

2 A. Û. Âkubovskij, Istoriâ narodov Uzbekistana (Histoire des peuples de l’Ouzbékistan), t. 1, Tachkent, 1950, p. 222.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sergej Klâštornyj, « Les Samanides et les Karakhanides : une étape initiale de la géopolitique impériale », Cahiers d’Asie centrale, 9 | 2001, 35-40.

Référence électronique

Sergej Klâštornyj, « Les Samanides et les Karakhanides : une étape initiale de la géopolitique impériale », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 13 janvier 2010, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/615

Haut de page

Auteur

Sergej Klâštornyj

Académie des Sciences de Russie, St-Petersbourg, Russie

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org