Navigation – Plan du site
II. Deuxième partie
Collections particulières, inscriptions, archives

Analyse structurelle des actes de waqf provenant d’Asie centrale, XIIIe-début XXe siècles

dans la perspective de l’établissement de modèles pour banques de données
Bahadir Kazakov
Traduction de Maria Szuppe
p. 211-232

Texte intégral

1Le présent article contient deux parties : la présentation d’un petit groupe de documents de waqf (fondations musulmanes de mainmorte) inédits et l’analyse formelle de ce type de documents (décomposition en éléments structurels constituants), accompagnée d’une analyse comparative. En conclusion, l’article signale également la question de l’établissement des modèles formels (formulaires) des documents pour la constitution de banques de données (Database) qui permettra ainsi l’accès aux documents d’archives centre-asiatiques grâce à l’Internet.

  • 1 Voir Bol’shaja Sovetskaja Entsiklopedija [plus loin : BSE], 1e éd., vol. 37, Moscou, 1938, col. 597 (...)
  • 2 A.S. Lappo-Danilevskij, Ocherki russkoj diplomatiki, Pétrograd, 1920, p. 135-136. Dans la diplomati (...)

2Notre travail concerne donc essentiellement l’analyse formelle (structurelle) des documents de waqf en utilisant les méthodes de la diplomatique – discipline pratique née en Italie aux XIVe-XVe s. pour établir l’authenticité des décrets royaux ou impériaux. Devenue une discipline scientifique (XVIIe-XVIIIe s.) grâce aux travaux de Jean Mabillon (1632-1707), historien français et moine bénédictin, notamment son De re diplomatica (1681 ; complété en 1704)1, elle a unifié les objectifs de la diplomatique propre – critique formelle des textes documentaires – avec les problèmes des disciplines voisines telles que la paléographie et l’archéographie. Au XIXe siècle, la diplomatique s’affranchit en qualité de discipline historiographique particulière dont l’objet d’étude est le formulaire (la forme intérieure) d’un acte. On pratique le démembrement des textes documentaires en trois parties : le protocole, la partie principale (le texte principal) et eschatocole. On a introduit les composantes des textes : les clauses. Chaque type de document possède son propre formulaire2.

  • 3 L. Fekete, Einfuhrung in die Osmanisch-Türkische Diplomatik, Budapest, 1926 (et son édition parallè (...)
  • 4 A. Zajaczkowski et J. Reichman, Zarys dyplomatyki osmansko-tureckiej, Varsovie, 1955. [Trad. en ang (...)
  • 5 S.M. Stern, Fatimid Decrees, London, 1964. L’auteur s’est consacré à la recherche historiographique (...)
  • 6 M.A. Usmanov, Zhalovannye akty Dzhuchieva ulusa, Kazan, 1979, p. 184-270. La dernière partie du liv (...)
  • 7 A.P. Grigor’ev, Mongol’skaja diplomatika XIII-XV vv., Leningrad, 1978.
  • 8 A.N. Bernshtam, « Ujgurskie juridicheskie dokumenty », dans : Problemy istochnikovedenija, 3, Mosco (...)

3Bien que la diplomatique orientale se développe dès le début du XXe siècle grâce aux savants tels que L. Fekete3, A. Zajaczkowski et J. Reichman4, S.M. Stern5, ou M.A. Usmanov6, le seul ouvrage monographique consacré à la « pure » diplomatique est, à notre connaissance, celui d’A.P. Grigor’ev. Ce dernier analyse la structure d’une grande quantité d’actes de donation et de lettres (au total 115 unités) émis au nom de souverains gengiskhanides – titulaires et de facto – en mongol, persan, chinois, arabe et turc7. Il existe également plusieurs autres travaux présentant les résultats de recherches dans le domaine de la diplomatique des documents musulmans privés8.

4Cependant, il n’existe pas à notre connaissance de publication sur la forme intérieure (structure) des waqf-nâma. Ainsi, le présent article est la première tentative d’une analyse textologique particulière du formulaire de waqf-nâma.

***

  • 9 Auparavant, nous avons travaillé sur deux autres types de documents : a) les actes commerciaux priv (...)

5Les matériaux présentés ici constituent les premiers résultats d’une recherche approfondie sur les textes des waqf-nâma établis au Mavarannahr (Transoxiane)9. Plusieurs waqf-nâma inédits, datant des XVIe-XIXe siècles, constituent le corpus principal de nos documents (groupe I) : ils proviennent de l’ancienne collection de la Bibliothèque régionale de Boukhara (B.R.B.), Bukharskaja Oblastnaja Biblioteka, actuellement conservée au Musée d’État de Boukhara. En plus de ce groupe principal, nous avons utilisé à titre de comparaison un certain nombre de waqf-nâma publiés, ayant été établis en Asie centrale entre le XIIIe et le XVIIIe siècles (groupe II).

  • 10 « Akty istoricheskie », dans : SIE, vol. 1, col. 314 ; BSE, 3e éd., vol. 1, p. 360.
  • 11 Pour la première énumération contemporaine des éléments de waqf-nâma établis en Asie centrale, voir (...)
  • 12 Cependant, le mutawallî est nommé suivant la condition posée par le wâqif (celui-ci ou ses descenda (...)
  • 13 Devenu propriété sociale, ce bien ne pouvait devenir une propriété personnelle, voir IES, p. 45. Il (...)

6Le waqf-nâma est considéré comme un type de document musulman privé10, possédant une forme intérieure complexe et un contenu juridique11. Formellement, ce document ressemble aux documents juridiques de transaction tout en se différenciant partiellement de ceux-ci dans la structure formelle et le contenu : a) son texte contient la déclaration publique du constituant (wâqif), exprimée grammaticalement au discours direct ou indirect ; b) il y a l’absence, de fait, du contractant, égal en droits à celui qui constitue le waqf, bien que, formellement, une telle personne existe : le mutawallî12 ; c) l’action légale présente une différence substantielle avec d’autres types de documents car le bien du constituant-donateur du waqf est inaliénable aussi bien en théorie qu’en pratique13.

Description des documents analysés

I. Les documents du corpus principal provenant de la collection de la B.R.B.

  • 14 Kazakov, dans Narody Azii i Afriki, n° 4 (1988), p. 148-149 ; eodem., « Documenty mecheti Mir-tabib (...)
  • 15 Deux documents de cette collection ont été publiés d’après des copies faites en 1940 par un calligr (...)
  • 16 La description en ouzbek, aujourd’hui perdue, aurait contenu 400 unités.
  • 17 B. Kazakov, « Novaja kollektsija dokumentov », dans : Pamjatniki istorii i kul’tury Bukhary, III, B (...)

7La collection de la B.R.B. reste peu connue, y compris parmi les spécialistes, notamment en dehors de la C.E.I., bien que quelques publications lui aient été consacrées14. Cette collection a été découverte en 1940 dans le fonds des manuscrits de la Bibliothèque régionale de Boukhara par Ol’ga D. Chekhovich, et redécouverte par nous-même en 198415. Nous n’avons pas pu trouver à la Bibliothèque la description en ouzbek faite en 1940, ni aucune sorte d’inventaire de cette collection, ce qui nous a obligé de refaire le classement systématique et la description des documents16. Ce travail, commencé dans les murs de la Bibliothèque et poursuivi dans le Musée de Boukhara où la collection a été transférée en 1986, a été terminé pour sa plus grande partie en 1991. La collection est maintenant classée systématiquement et décrite, et l’on peut effectivement l’évoquer en la considérant comme un véritable fonds documentaire17.

  • 18 Voir la courte notice de Kazakov, Narody Azii i Afriki, n° 4 (1988), p. 148-149.

8La collection B.R.B. contient 580 documents, conservés sous forme de feuillets ou rouleaux. Son intérêt scientifique est double : 1) chronologiquement, elle englobe des documents établis durant une période de 600 ans, entre 1326 et 1926 ; 2) elle possède une grande variété typologique contenant environ trente types différents de documents, tels que la fatwâ, la pétition, les comptes ou les rapports des différents services18, etc. Les documents de waqf ne constituent que 18 unités, mais qui ont été émises entre 1326 (n° inv. 195/144) et 1918 (n° inv. 146/129).

  • 19 La mosquée existait encore vers le milieu du XXe siècle ; une photo du bâtiment a été publiée, voir (...)

9Les données de la majorité des 18 waqf-nâma inédits ont été utilisées de façon sporadique comme matériel de comparaison et de contrôle. Cependant, l’analyse détaillée a été appliquée aux textes de 6 documents, qui constituent un ensemble, une sorte d’archives de waqf de la mosquée Mîr-Ṭabîb à Boukhara (groupe I.A-B)19.

10Le choix de ces documents a été dicté par leurs caractéristiques particulières : a) ils ont été émis sur une période relativement longue, entre 1794-95 et 1916 ; b) aucun ne constitue le waqf-nâma initial ; c) leur chancellerie varie : à côté des actes de waqf typiques, on trouve des documents légaux de forme juridique particulière ; d) ayant appartenu à un établissement culturel ordinaire, la mosquée de quartier, les documents se distinguent par leur style simple à l’inverse des longs et pompeux documents de grands waqf, établis par les khans, les membres de la famille régnante, les dignitaires, etc.

11Sur ces 6 documents, 4 constituent l’archive « principale ». Ils ont été collés ensemble sur les deux côtés d’un morceau de tissu : un document sur l’endroit et trois autres documents sur l’envers. Ils correspondent à un seul numéro d’inventaire : 327/491. Pour les distinguer, nous avons ajouté pour chacun des documents un chiffre supplémentaire correspondant à la chronologie de son établissement et à sa place sur le rouleau. Deux autres documents, conservés séparément, complètent ce groupe. Le plus ancien possède une structure et un contenu juridique particuliers, l’autre est un waqf-nâma typique. Tous les six documents ont été émis dans la ville de Boukhara.

12I.A.1. Le document le plus ancien (n° inv. 327-1/491-1, daté de 1209/ 1794-95) est également le document principal de la partie de l’archive conservée (Fig. 1a-b-c, p. 215). Le contenu, ainsi que la forme juridique et son aspect intérieur, notamment le volume comparatif du texte et le style de l’écriture confirment sa valeur de waqf-nâma initial.

  • 20 L’émir était réputé pour la construction des mosquées et des madrasa dans la ville de Boukhara et p (...)

13Formellement parlant, ce document ne se présente cependant pas comme un waqf-nâma. Il a été établi comme duplicata du waqf-nâma original perdu. La perte du document initial est notée dans le texte du document même : waqfîya-yi în arâżî-yi maẕkûra dar ayyâm-i fiṭrat barham khurda [ast] (l. 19), « Le document de waqf des terres sus-mentionnées [a été] perdu ». La date de l’établissement de l’acte initial reste inconnue. Le duplicata a été émis pendant le règne de l’émir de Boukhara, Shâh-Murâd Ma’ṣûm (1785-1800), issu de la dynastie des Manghits20.

14Une série d’éléments faisant partie du formulaire de waqf-nâma sont absents du duplicata comme, par exemple, la clause de l’adressant (nom du fondateur du waqf) ou la clause de la notification (déclaration du donateur qu’il constitue son bien en waqf et indication indirecte du type de document). Il n’y a pas non plus les signatures et les formules d’authentification habituelles, même pas de sceau de qâżî (juge musulman) sous le texte.

15Cependant, le document contient certains signes formels caractéristiques pour la structure du waqf-nâma, notamment deux sijilla avec la référence au qâżî « de Boukhara et des [localités] dépendantes » (l. 41-45), mais sans indiquer le nom du qâżî. À la fin du texte, on trouve la formule, habituelle pour les documents privés, stipulant que fut conclue publiquement cette transaction légale : ẕâlika bi maḥżar min al-‘udûl wa-l-siqât, « Ceci eut lieu en présence de [témoins qui sont des gens] justes et dignes de confiance ».

16Il faut noter un autre signe caractéristique de ce document : sous le texte et dans les marges à la hauteur des endroits où les feuilles ont été collées ensemble, on trouve les empreintes du sceau de l’Emir Ma’ṣûm. Ceci montre que le document a été préparé dans la chancellerie de la cour et non pas dans le service du qâżî.

  • 21 Voir n. 20.

Document authentique. Daté du règne de l’Emir Ma’ṣûm, possesseur du sceau qui est apposé sur le document. Encre noire, riche. Papier oriental fin, beige, rectangulaire, dimension 157 x 24 cm, collé sur un tissu épais, aux fils peu serrés, et grossier de couleur jaunâtre, de fabrication artisanale locale. Écriture nasta‘lîq, grande. 49 lignes. Sceau circulaire, 28 mm (6 empreintes, en trois paires, des deux côtés du texte et sous le texte) : Ma’ṣûm ibn [amîr] Dâniyâl [1288]21. Défauts : déchiré par endroits, empreintes du sceau floues. Bibliographie : Kazakov, « Dokumenty mecheti Mir-Tabib », p. 36.

17I.A.2. Document (n° inv. 327-2/491-2, daté de 1311/1894) collé sur le revers du tissu, le premier à partir du haut (Fig. 2, p. 217). Il a été établi selon le formulaire habituel de waqf-nâma. Le donateur est Qârî Niyâz Muḥammad, fils du mollah ‘Âshûr Muḥammad-Ṣûfî. L’objet de la donation est le bâtiment (uskuna) d’une boutique (dukkân) dont l’aspect n’est pas décrit, qui se trouvait dans le quartier du même nom de la mosquée Mîr-Ṭabîb. Les limites de cette propriété (lieux contingüs à la boutique) sont énumérés. Le donateur (wâqif) se nomme lui-même comme mutawallî et introduit la condition qu’après sa mort, le qâżî suprême de Boukhara lui succède à ce poste. Le document a été dressé dans les services du qâżî suprême de Boukhara.

Document authentique. Encre noire. Papier industriel, collé sur le tissu, rectangulaire, dimension 43x23 cm. Ecriture nasta‘lîq avec des éléments de dîwânî. 18 lignes. En bas du texte, empreinte d’un sceau circulaire, 46 mm, portant une date proche de la date de l’établissement du document : qâżî al-qużât Qâżî Mullâ Mîr Badr al-Dîn b. qâżî al-qużât Mullâ Mîr Ṣadr al-Dîn [1306]. Défauts : déchiré au début, le texte a été partiellement perdu. Bibliographie : Kazakov, « Dokumenty mecheti Mir-Tabib », p. 36.

18I.A.3. Document (n° inv. 327-3/491-3, daté de 1322/1904-05) collé sur le revers du tissu, en deuxième place à partir du haut (Fig. 3, p. 217). Il a été établi dans les services du qâżî de Boukhara d’après le formulaire habituel de waqf-nâma. La donatrice, Bîbî-Ay, fille de ‘Ârif-Khwâja, constitue en waqf 1,5 ṭanâb de terrain kharâjî (la localisation et les limites de cette propriété sont indiquées). La wâqifa s’est elle-même nommée à vie mutawallî de cette donation avec la condition qu’après sa mort, ce poste soit donné à l’imam de la mosquée Mîr-Ṭabîb.

Document authentique. Encre noire. Papier industriel, gris, rectangulaire, dimension 42x22 cm. Écriture dîwânî, nette. 18 lignes. Confirmé par un sceau circulaire, 46 mm, portant une date assez proche de la date de l’établissement du document : qâżî al-qużât Qâżî Mullâ Mîr Badr al-Dîn b. qâżî al-qużât Mullâ Mîr Ṣadr al-Dîn [1306]. Bibliographie : Kazakov, « Dokumenty mecheti Mir-Tabib », p. 36.

19I.A.4. Document (n° inv. 327-4/491-4, daté 1334/1916) collé sur le revers du tissu, en troisième et dernière place à partir du haut (Fig. 4, p. 217). Il a été établi dans les services du qâżî de Boukhara d’après le formulaire habituel de waqf-nâma. Les donateurs sont ‘Abd al-Wahhâb, fils de Ṭâyir-Bây, et Yâqût-Ây, fille d’Aḥmad-Bây. Ils ont constitué en waqf les bâtiments (uskuna) d’une maison d’habitation (ḥawlî) localisée dans le quartier Mîr-Ṭabîb (les propriétés contigües sont énumérées. Les donateurs se désignent eux-mêmes comme mutawallî avec la condition qu’après leur mort, ce poste soit donné à un âq-saqâl (un ancien) de ce quartier (guẕar).

Document authentique. Encre noire. Papier oriental artisanal fin, beige, à vergures verticales, rectangulaire, dimension 60x21 cm. 24 lignes. Écriture dîwânî, grande et espacée. Confirmé par un sceau circulaire, 49 mm, dont la date est proche de la date de l’établissement de l’acte : qâżî al-qużât Qâżî Mullâ Mîr Burhân al-Dîn b. qâżî al-qużât Qâżî Mullâ Mîr Badr al-Dîn, 1331.

  • 22 Sur le toponyme Atlamish (Atalmish), voir Sukhareva, Kvartal’naja obshchina Bukhary, p. 233-234.

20I.B.1.22 Acte de testament (n° inv. 177/159, daté de 1235/1819) : deux héritiers de la donatrice attestent que celle-ci (mawrisa) a fait la donation en waqf d’une parcelle de terre à la mosquée Mîr-Ṭabîb, bien qui est localisé dans le quartier Atlamish de la ville de Boukhara (Fig. 5, p. 219).

21Ce document a une structure particulière. D’un côté, nous avons ici des caractéristiques d’un document privé, par exemple, deux sijilla, ce qui est habituel pour le waqf-nâma, ou la formule obligatoire dans les actes de testament indiquant que le document légal a été établi en présence de témoins : kâna ẕâlika bi-maḥżar (...) (l. 20). De l’autre côté, nous avons ici des anomalies évidentes dans la chancellerie du document : a) les deux sijilla sont établies au nom du souverain (janâb-i ‘âlî imâm al-humâm sulṭân al-‘aṣr [ḥażrat-i amîr, sallamahu Allâh ta‘âlâ], l. 17-18 ; le titre et la bénédiction dépassent sur la marge droite) et non pas au nom du qâżî, ce qui est habituel ; b) le document est authentifié par le sceau de l’émir et non pas du qâżî comme il devait l’être ; c) il n’existe aucun signe d’authentification en bas du texte laissé par les témoins.

22Ainsi, on peut considérer ce document comme un duplicata d’un waqf-nâma perdu, tout comme c’est le cas du document I.A.1.

Document authentique. Encre noire. Papier oriental fin, beige, collé sur un tissu épais et grossier de fabrication artisanale locale, dimension 50x24 cm. 20+4+1 lignes. Écriture dîwânî. Confirmé par le sceau en forme d’amande, 15x12 mm, de l’Émir de Boukhara, Amîr Ḥaydar le Manghit : Sayyid Amîr Ḥaydar, 1225.

23I.B.2. Document (n° inv. 126/109, daté de 1311/1893-94) établi dans les services du qâżî suprême de Boukhara selon le formulaire habituel des waqf-nâma (Fig. 6, p. 219).

  • 23 Sur cet ouvrage, voir Sobranie Vostochnykh Rukopisej, vol. IX, Tachkent, 1977, notice n° 7434.

24Le wâqif, un jeune habitant de Boukhara, Âchildî-Bây, fils de Muḥammad Sharîf, constitue en un waqf modeste un exemplaire du livre intitulé Ṣalât-i Mas‘ûdî (de Mas‘ûd b. Maḥmûd)23 et le bâtiment (uskuna) d’une boutique d’épicerie (l. 7-8). Il se désigne lui-même comme mutawallî, poste qui, après sa mort, doit revenir à l’imam de la mosquée Mîr-Ṭabîb (l. 11).

Document authentique. Encre noire. Papier industriel fin, beige, rectangulaire, 42-24 cm., collé sur deux sortes de tissus. 20+2 lignes. Écriture dîwânî, nette. Confirmé par le sceau circulaire, 46 mm, du qâżî suprême de Boukhara (identique au sceau apposé sous le texte du document I.A.2., ci-dessus).

II. Les sources complémentaires : waqf-nâma d’Asie centrale déjà publiés, XIIIe-XVIIIe s.

  • 24 Les documents plus anciens existent mais ils sont conservés en copie dans des ouvrages narratifs ou (...)
  • 25 A.K. Arends, A.B. Khalidov et O.D. Chekhovich (éds.), Bukharskij vaqf XIII v., Moscou, 1979 : texte (...)

25II.1. Le document le plus ancien d’origine centre-asiatique, conservé indépendamment, est constitué de deux fragments d’un waqf-nâma du XIIIe siècle24 : a) un fragment avec la copie de 698/1299 d’un original arabe et b) sa traduction en persan copiée à la fin du XVIIIe siècle. Le waqf a été établi en faveur de deux mosquées localisées dans le tuman de Samjan du wilâyat de Boukhara et en faveur des descendants du wâqif, lui-même haut dignitaire de Boukhara, ‘Abd al-Raḥîm b. Muḥammad al-Istijâbî. Il a constitué en waqf deux villages avec la terre et l’eau, ainsi que les diverses dépendances (ateliers d’artisans, etc.)25.

  • 26 Edition : O.D. Chekhovich, Bukharskie dokumenty XIV v., Tachkent, 1965, p. 7-29, particulièrement : (...)
  • 27 Pour la description de ce document, voir B. Kazakov, « Opyt opisanija aktov », dans : Materialy sov (...)

26II.2. Un waqf-nâma de fondation, de 726/1326, en faveur du mausolée et de la khânaqâh du cheikh Sayf al-Dîn Bâkharzî de Boukhara, érigés dans la banlieue de la ville26. Son importance pour nous est due aux caractéristiques suivantes : a) l’énumération et la description partielle des sujets de cette action légale : le mausolée, la khânaqâh, etc. ; b) les conditions posées par le wâqif sont expliquées en détail ; c) une copie de ce document fait partie de la collection B.R.B. d’où proviennent les documents inédits analysés ici27.

27Les trois exemplaires connus du texte de ce document sont des copies : deux faites à Tachkent (XIVe s.) et une à Boukhara (fin du XVIIIe s.).

28II.3. Trois waqf-nâma établis au nom du cheikh Khwâja Aḥrâr de Samarcande.

  • 28 Éditions : 1) O.D. Chekhovich, « Iz istochnikov po istorii Samarkanda XV vv. », dans : Iz istorii S (...)

29Daté de 874/1470 : donation en waqf des parcelles de terre, des moulins et des boutiques-ateliers en faveur d’une madrasa érigée par le wâqif à Samarcande28.

  • 29 Edition : Chekhovich, Samarkandskie dokumenty XV-XVI vv., doc. 10 : texte (p. 107-174), trad. russe (...)

30Daté de 894/1489 : donation de plusieurs villages, parcelles de terre, vergers et autres biens immobiliers, ainsi que d’esclaves et d’animaux de labeur en faveur de deux « couvents » (buq‘a), d’une mosquée à Samarcande et des descendants du wâqif29.

  • 30 Edition : Chekhovich, Samarkandskie dokumenty XV-XVI vv., doc. 11 : texte (p. 236-262), trad. russe (...)

31Sans date (avant ou en 1490) : donation de villages entiers, parcelles de terre, boutiques-ateliers, bains, moulins et autres biens en faveur du wâqif lui-même, de ses descendants et de la madrasa bâtie par le wâqif à Samarcande30.

  • 31 Édition : R.G. Mukminova, K istorii agrarnykh otnoshenij. Po materialam "vaqf-name", Tachkent, 1966 (...)

32II.4. Premier quart du XVIe s. : waqf de Mihr-Sulṭân Khânum, bru de Muḥammad Khân Shaybânî (m. 1510), en faveur de deux madrasa appellées « de Shaybânî Khân » à Samarcande. Les copies sont transcrites dans un livre, au XVIe et XVIIIe siècles, sans date31.

  • 32 Édition : Iz arkhiva sheykhov Dzhujbari, Moscou-Leningrad, 1938, doc. 367 ; la trad. russe dans : P (...)

33II.5. Milieu du XVIe siècle : waqf de Khwâja Islâm Jûybârî en faveur de ses descendants. La copie fait partie d’un livre-archive du XVIe siècle32.

  • 33 Édition : O.D. Chekhovich et A.B. Vil’danova, « Vaḳf Subḥân-ḳulî-khâna », Pis’mennye pamjatniki Vos (...)

34II.6. Daté de 1105/1693 : waqf du Khan de Boukhara de la dynastie des Jânides, Subḥân-Qulî Khân (1680-1702) et d’une certaine Pâdshâh-Bîbî Khânum en faveur du mausolée construit dans le mazâr de Khwâja Bahâ’ al-Dîn Naqshband, non loin de Boukhara, à la mémoire de Qamar-Bânû Khânum, enfant royale33.

  • 34 Édition : Chekhovich, Bukharskie dokumenty XIV v., doc. 5 : texte (p. 208-209), trad. russe (p. 210 (...)

35II.7. Daté de 1158/1745 : waqf d’un certain Ḥâjji Majnûn b. Mullâ ‘Abdallâh en faveur du mazâr de Sayf al-Din Bâkharzî à Boukhara. Le document semble être un waqf-nâma complémentaire34.

Analyse du formulaire de waqf-nâma

36Le formulaire commun étudié par le spécialistes dans le domaine de la diplomatique européenne, appliqué à la structure particulière de waqf-nâma donne le modèle suivant :

  • Invocation : mention des noms et épithètes de Dieu ;

  • Préambule : louange du Prophète Muḥammad et argumentaire éthico-religieux pour la fondation d’un waqf ou d’une donation complémentaire en faveur d’un waqf déjà existant (mosquée, madrasa, mazâr, etc.) ;

  • Date : date de l’établissement du waqf-nâma ;

  • Constituant : wâqif : fondateur du waqf ou donateur complémentaire ;

  • Chancellerie : type et lieu des services notariaux où le document est légalisé ;

    • 35 Dans la diplomatique classique, cette clause n’existe pas. C’est l’auteur du présent article qui, l (...)

    Notification : déclaration publique faite par le wâqif :
    a) iqrâr : annonce précédée de deux formules juridiques,
    b) objet : biens constitués en waqf (mawqûfât),
    c) sujet35 : institution ou personne recevant la donation et les droits de propriété,
    d) conditions posées par le wâqif concernant la gestion de sa donation ;

  • Sceaux : sijilla, sceau certifiant le document ;

    • 36 Izakson, Natsional’nye fondy, p. 66 ; Chekhovich, « O diplomatike », p. 229 ; Kazakov, « Bukhoro ta (...)

    Témoins : signatures, sceaux ou noms des témoins36.

37D’une façon conventionnelle, on appellera chacune des composantes énumérées ci-dessus la clause, leurs caractéristiques indépendantes, les éléments. Parmi les éléments, on peut distinguer les formules, relativement constantes, d’habitude en langue arabe, qui peuvent être des phrases entières ou des groupes de mots ayant une importance juridique. Les clauses sont analysées dans l’ordre de leur apparition dans le texte de waqf-nâma, c’est-à-dire dans l’ordre réel de leur succession.

Invocation

38Dans les textes des groupes I.A. et B à l’exception du I.A.1 et I.B.1 qui n’ont pas la structure formelle du waqf-nâma, cette clause est identique dans sa partie initiale : « huwa al-wâqif (...) », avec des variantes dans la partie suivante : « bi-asrâr al-‘ibâd » (LA.2), « ‘alâ al-żamâ’îr » (I.A.3-4), et « wa al-mâlik » (I.B.2).

39Jusqu’au XVe s., l’invocation a la forme de : « b-ism-Allâh al-Raḥmân al-Raḥîm » (II.2.a-b, II.3), formule coranique traditionnelle. Vers le milieu du XVIe s., apparaît une autre formule, « huwa al-wâqif » (II.5 ), tandis qu’à la fin XVIIe s. (II.6 ) revient la même formule que dans les documents du groupe I.A-B.

40Le XVIe siècle se présente donc comme une période intermédiaire : une nouvelle formule fait son apparition, d’abord dans sa variante courte, huwa al-wâqif, ensuite dans sa variante plus longue, qui s’est répandue dans la période médiévale tardive, huwa al-wâqif ‘alâ al-żamâ’îr, la variante de celle-ci étant huwa-l-wâqif bi-asrâr al-‘ibâd.

Préambule

41Dans les documents musulmans, y compris les waqf-nâma, le préambule n’a pas de composition stable et ne peut donc pas être soumis à une analyse comparative.

Date (datation)

42Selon la règle, la date de l’établissement du waqf-nâma est notée par une formule. Dans les documents du groupe I.A-B, cette formule apparaît au début de la partie principale du document (partie consacrée à l’affaire traitée), après l’invocation et le préambule. Dans les textes avec préambule, on trouve avant la date les mots « ammâ ba’d » (I.A.2-4, I.B.1-2). La formule de la datation a la même composition dans tous les documents analysés. Elle commence par les mots « dar ta’rîkh », « à la date de... », suivis de la mention du jour du mois, du mois et de l’année, cette dernière figure en chiffres inscrits au-dessus du mot « sana » (année) (I.A.2 et 4) ; parfois, l’année est en plus écrite en toutes lettres ( I.A.4). Dans les documents I.B.1-2, seuls le mois et l’année sont mentionnés. La formule se termine par le verbe persan « être » conjugé au passé de la 3e personne du singulier : « bûd ».

43Dans les documents anciens, la date est notée de la façon suivante : – à la fin du texte principal, avant l’énumération des témoins (II.1, XIIIe s., l. 201 : jour / mois / année en toutes lettres ; II.2, XIVe s., l. 94 : avec deux variantes : le jour du mois est indiqué par le mot « ghurra », début, et le mois est désigné avec deux épithètes) ; – à la fin du texte principal, avant les sijilla (II.3.a, l. 60 : la date complète, avec la mention du jour de la semaine) ; – à la fin du texte, après le sijilla (II.6, XVIIe s., l. 93) ; – au début du texte principal, après les mots « dar ta’rîkh » (II.5, milieu XVIe s., l. 18) ; – au début du texte, sans « nombre », mais avec une épithète pour désigner le nom du mois (II.7, milieu XVIIIe s., l. 1 ; invocation et préambule manquent).

44Ainsi, la composition de la clause de la date est sensiblement identique dans tous les documents des XIIIe-XXe siècles mais la formule change de place : la date se déplace de la fin de la partie principale (XIIIe-XVe s.) vers le début de cette partie du texte (milieu XVIe s., et du milieu du XVIIIe s. à 1916).

Constitutant (intitulé) : le wâqif, fondateur ou donateur

45Cette clause se compose de deux parties : a) le nom propre, le nom du père, le métier, le titre, le nom honorifique, etc. du wâqif ; b) le statut juridique du wâqif dans l’accomplissement de cet acte légal. Individuelles pour chaque document, ces données ne peuvent pas faire l’objet de comparaison. Nous pouvons seulement étudier la composition de ces éléments et leur place dans la structure du document.

46Les éléments de cette clause sont pratiquement analogues et se distinguent uniquement par leur nombre. Dans les documents du groupe I.A-B, le wâqif est mentionné immédiatement après la date. Pour les documents du groupe II, nous avons deux variantes : 1) dans les documents où la date est indiquée à la fin du texte principal, le wâqif est mentionné après l’invocation et le préambule (par ex. II.1, II.2) ; 2) dans les documents où la date est placée au début de ce texte (anciens et tardifs, comme II.7), le wâqif apparaît après la date.

47Quelques exemples : – I.A-2, l. 4 : métier – qârî, nom honorifique – mollah, particularités – description de sa barbe et de sa taille, nom du père (le mot arabe walad a été utilisé pour « fils ») ; – I.A.3, l. 4 : l’adressant est une femme (indiquée indirectement par musammât, « la ci-nommée »), nom, nom honorifique (âyim, dame) ; – I.A.4, l. 4-5 : deux wâqif de sexes différents : pour l’homme – nom, nom honorifique (bây), particularités (la couleur de son visage, description de sa barbe et de sa taille), nom du père (précédé du mot walad), pour la femme – indication indirecte de son sexe (musammât), nom, nom honorifique (ây), nom du père avec le mot bint (fille) ; – I.B.2 : remarque introductive sur la célébrité du wâqif et de ses ancêtres (mukhabbar ba-ism va nasab-i khûd), nom, nom honorifique (bây), particularités, nom du père (avec le mot walad).

48Dans les documents du groupe de comparaison, la clause contient les éléments suivants : – II.1, l. 3-15 (Boukhara, XIIIe s.) : a) wâqif : noms honorifiques (ṣadr, amîr, imâm), épithètes, louange, nom ; b) père du wâqif : épithètes, nom ; c) grand-père du wâqif : épithètes et nom ; – II.2, l. 18-34 (Boukhara, XIVe s.) : a) wâqif : épithètes et nom ; b) père du wâqif : épithètes, nom ; c) grand-père du wâqif : épithètes et nom ; – II.3.a, l. 18-27 (Samarcande, 1470) : a) wâqif : épithètes, louanges et nom ; b) père du wâqif : épithètes, nom ; – II.4, l. 109-110 (Samarcande, déb. XVIe s.) : a) épithètes de la donatrice du waqf et de son (b) père ; – II. 5 (Boukhara, milieu XVIe s.) : a) wâqif : épithètes et nom (l. 19-21) ; b) père du wâqif : épithètes, nom (l. 21-23) ; – II.6 (Boukhara, fin XVIIe s.) : a) courte épithète, nom personnel, poste occupé et nom du père de l’adressant légal (formel), c.-à.-d. le plénipotentiaire (wakîl) (l. 28) ; b) identification de deux mandants, le Khan et une femme noble avec toute une série d’épithètes et de titres (l. 28-36) ; – II.7, l. 1 (Boukhara, milieu XVIIIe s., invocation manque) : a) wâqif : nom et nom du père avec l’épithète walad.

Chancellerie

49Dans les waqf-nâma du groupe principal (I.A-B), la désignation de la chancellerie est placée en début du texte, après la date et l’identification du wâqif. On indique le service notarial (dans la majorité des cas il s’agit des bureaux du qâżî), le type de l’unité territoriale et son nom. La formule se présente ainsi : « dâr al-qażâ’-i balda-yi fâkhira-yi Bukhârâ-yi sharîf », « [Tel-et-tel] étant venu dans la maison de la justice ... ». (I.A.2, l. 4-5 ; I.A.3, l. 4 ; I.A.4, l. 5 ; I.B.2, l. 5). C’est aussi le cas de la majorité des documents de waqf du XIXe et du début du XXe siècle de la collection B.R.B., sauf pour deux documents où apparaissent une autre unité territoriale et un autre toponyme : « (...) wilâyat-i Shahrisabz » (n° inv. 14/73, daté de 1315/1898 ; et n° inv. 15/72, daté de 1323/1905).

50Dans les waqf-nâma des XIIIe et XIVe siècles, la chancellerie est mentionnée à la fin du texte principal : II.1, l. 262 : « maḥżar qażâ’î bi-qurâ Bukhârâ » ; II.2, l. 951 : indication indirecte : « kataba (...) al-qâżî bi-qurâ Bukhârâ wa nawâḥîhâ ». Dans ceux des XVe-XVIIIe siècles que nous avons utilisés, la chancellerie n’est pas indiquée.

51Ainsi, nous pouvons supposer que la désignation de la chancellerie sous forme d’une formule standard s’est répandue, dans l’émirat de Boukhara tout au moins, à partir du début du XIXe siècle.

Notification ou déclaration

a) iqrâr (annonce) et ses formules juridiques

52La déclaration ou l’annonce publique (iqrâr) écrite et confirmée par les témoins de l’expression d’une volonté faite oralement devant le qâżî, constitue la partie principale du waqf-nâma. Elle mentionne le type de l’acte légal, l’énumération et la définition du bien constitué en waqf, la description et la localisation de la fondation (sujet de la donation), et enfin les conditions fixées par le wâqif. Chacun de ces éléments possède son importance propre et mérite d’être étudié en tant qu’une clause séparée. Cependant, dans leur majorité ils contiennent des données réelles, différentes dans chaque document. Etant donné qu’ils ne peuvent pas faire l’objet d’analyse comparative, ces données apparaissent en tant qu’exemples.

53La déclaration publique du wâqif est précédée des deux formules :

54– la formule procédurale de constatation légale de l’expression de la volonté du wâqif.

55Dans les principaux documents analysés, elle se présente avec les variantes suivants : « iqrâr-i mu‘tabar-i shar‘î namûd » (I.B.1, l. 3 ; I.A.2, l. 5 ; I.A.3, l. 5 ; I.B.2, l. 5), « iqrâr-i ṣaḥîḥ wa-i‘tirâf-i ṣarîḥ-i mu‘tabar-i shar‘î namûd » (I.A.4, l. 6).

56Les waqf-nâma du XVe siècle de Boukhara (II.1-2) et de Samarcande (II.3.a-b) ne contiennent pas cette formule. Dans le II.5, l. 18-19 (Boukhara, milieu XVIe s.), la formule est doublée : « iqrâr-i ṣaḥîḥ-i shar‘î wa-i‘tirâf-i mu‘tabar-i shar‘î kard ». Absente du document II.6 (Boukhara, XVIIe s.), dans le document II.7 (Boukhara, milieu XVIIIe s.), elle prend sa forme habituelle : « iqrâr-i mu‘tabar-i shar‘î » (l. 1-2).

57Les documents, qui contiennent la formule de constatation, sont tous rédigés au discours direct dans leur partie exprimant la volonté du wâqif (iqrâr, voir plus loin).

58– la formule juridique de la capacité légale du wâqif

59Elle est habituellement placée avant la déclaration du wâqif : « ḥâl jawâz iqrârih shar‘an » (I.A.2, l. 5-6 ; I.B.2, l. 6). Deux variantes existent : 1) la désinence est celle de la 3e personne au féminin singulier (le donateur est une femme, I.A.3, l. 5) ; 2) la désinence est celle du duel (deux donateurs, I.A.4, l. 6).

60Dans le I.B.1 (l. 6-7), d’une façon inhabituelle, la formule est incluse dans la déclaration du wâqif et est relative non pas au fait de la déclaration mais à l’acte légal lui-même : « dar ḥâl-i ḥayât va nifâẕ-i jamî’-i taṣarrufât-i khûd ».

61Parmi les autres documents : II.1 (Boukhara, XIIIe s.) la formule de la capacité légale est comprise dans la première partie de la confirmation notariale de l’acte légal : « ...[l. 124] ... al-wâqif... [l. 129]... waqafa fî ḥâl ṣiḥḥatih wa nifâẕ [l. 130] taṣarrufât-uh fî-l-wujûh kullihâ » ; II.2 (Boukhara, XIVe s.) contient cette formule sous forme de confirmation de la capacité d’agir du wâqif, conjugée à la 3e personne du singulier : « ... waqf wa ṣadaqa kard [wâqif-i maẕkûr]... dar ḥâl-i ḥayât-i khûd va dar waqt-i nufûẕ-i taṣarrufât-i khûd dar hama-yi wujûh » ; II.3 (Samarcande, XVe s.), ne contient pas une telle formule ; II.4 (Samarcande, déb. XVIe s.) donne la même formule, exprimée à la 3e personne, comme confirmation : « waqf namûd va taṣadduq-i shar‘î farmûd... ḥâl ḥayâtihâ wa ṣihhat badanihâ wa qiyâm ‘aqlihâ va nifâẕ jamî’ taṣarrufâtihâ fî-l-wujûh kullihâ » (f. A. 13b-14a) ; II. 5 (Boukhara, milieu XVIe s.) donne la formule sous une forme laconique et rythmique : « [l. 18] iqrâr kard... [l. 23]... dar ḥâl-i ṣiḥḥat-i ẕât wa nifâẕ-i jamî’-i taṣarrufât » ; II.6 (Boukhara, XVIIe s.) ne contient pas cette formule.

62La première phrase laconique de l’iqrâr même, dans laquelle on a notamment formulé le type et la nature de l’acte légal (ici, waqf), peut être appelée l’annonce publique dans un sens particulier et restreint du terme. Les éléments principaux de cette formule, indépendamment de leur forme grammaticale, sont identiques dans les waqf-nâma typiques, comme le démontre l’analyse des variantes de cette formule dans les documents utilisés ici :

63Groupe I.A-B : I.B.1 : « [l. 3]... iqrâr kard [muqirr] ... [l. 5] ... ha ân jumla ki... [l. 6]... waqf va taṣadduq-i shar‘î kard » ; I.B.2 : » [l. 4]... [muqirr]... [l. 5] iqrâr namûd bar în jumla ki man muqirr waqf kardam va taṣadduq-i shar‘î namûdam » (même formule dans I.A.2, l. 6 ; I.A.3, l. 5 ; I.A.4, l.).

64Groupe II : II.1 (Boukhara, XIVe s.) : « [l. 34] ... waqf kard wâqif-i maẕkûr », et la version originale arabe correspondante : « [l.34] ... fa-waqafa » ; II.2, l. 77 (Boukhara, XIVe s.) : « waqf va ṣadaqa kard în [wâqif] » ; II.3.b, l. 2 (Samarcande, XVe s.) : « waqf farmûd va ṣadaqa-yi jâriya namûd » ; II.4, fol. A13b (Samarcande, déb. XVIe s.) : « waqf namûd wa taṣadduq farmâd » ; II.5 (Boukhara, milieu XVIe s.) : « waqf kardam » ; II.6, l. 37 (Boukhara, XVIIe s.) : « waqf kardand ».

b) objet de l’acte légal, mawqûf (pluriel : mawqûfât)37

  • 37 I.P. Petrushevskij, Islam v Irane, Leningrad, 1966, p. 160.
  • 38 I.P. Petrushevskij, Zemledelie i agrarnye otnoshenija, Moscou-Leningrad, p. 247-248 ; O. Zhalilov, (...)
  • 39 Chekhovich, « O diplomatike », p. 229.
  • 40 Marghînânî, al-Hidâya, vol. II, p. 145-146 ; IES, p. 45.

65Il s’agit des objets de la donation. Pour la plupart, il s’agissait des biens immobiliers rapportant un revenu38 comme, par exemple, les parcelles de terre arable (I.A.1, l. 3 ; I.B.1, l. 7 ; I.A.3, l. 6) ou divers bâtiments tels que la boutique d’épicerie (I.B.2, l. 7) ou la maison habitable (I.A.4, l. 8). Lorsque l’objet de la donation est un bien immobilier, les documents contiennent la description de son aspect, les indices quantitatives, la localisation, les limites frontalières (liste des propriétés et bâtiments contigus)39. Il n’était pas rare de constituer en waqf des biens mobiliers, notamment les livres (I.B.2, l. 7). Cependant, la transmission des biens mobiliers en waqf était une question discutable dans la jurisprudence islamique (fiqh), en ce qui concerne notamment l’argent liquide40.

  • 41 Charles, Le Droit musulman, p. 80.

66Selon le fiqh, il était exigé que le bien constitué en waqf soit de bonne qualité et la propriété indiscutable du wâqif41. Par conséquent, la clause consacrée à l’objet de l’acte contenait une formule juridique particulière : « [waqf kardam]... az akhlâṣ-i amwâl va aṭyab-i amlâk-i khûdam khâliyan ‘an ḥaqq al-ghayr » (I.B.2, l. 6). Cette formule apparaît dans tous les waqf-nâma typiques.

c) sujet de l’acte légal, mawqûf ‘alayhi42

  • 42 IES, p. 45 (col. de gauche).
  • 43 Il est d’usage de l’appeler « constituant » ou « inscription », SIE, vol. 5, col. 230.

67Dans la diplomatique européenne, ainsi que dans les travaux sur la diplomatique musulmane que nous avons pu consulter (traitant, il est vrai, surtout des actes publics de rois et sultans), cet élément du formulaire n’est pas traité comme une composante séparée43. Dans le formulaire de waqf-nâma, le sujet correspond à une fondation de waqf ou à des personnes concrètes à qui sont transmis les droits de propriété.

68Dans notre corpus de documents, il s’agit d’un seul sujet, la mosquée Mîr-Ṭabîb à Boukhara. Celle-ci est décrite dans quatre documents qui mentionnent : I.A.1, l. 10-14 (daté 1794-95) : la localisation et les structures contiguës ; I.B.2, l. 9 (daté 1819-20) : la localisation, avec une esquisse du bâtiment ; I.B.2, l.10, et I.A.2, l. 8 (tous deux, fin du XIXe s.) : les descriptions les plus détaillées.

69Une catégorie particulière de waqf était le waqf-i awlâdî, « waqf [en faveur] de [ses] descendants ». C’est dans un waqf-nâma du cheikh Khwâja Islâm Jûybârî de Boukhara (II.5, XVIe s.) que l’expression de la volonté du wâqif est formulée de la façon la plus nette, laconique et sans ambiguïté : « [l. 31] ... waqf kardam durust-i shar‘î bar awlâd va aḥfâd-i khûdam ẕukûran [l. 32] qarnan ba’d qarn ».

d) conditions du wâqif : shurûṭ (sing. : sharṭ)

  • 44 Izakson, « Natsional’nye fondy », p. 66 ; Chekhovich, « O diplomatike », p. 229 ; Kazakov, « Dokume (...)

70Cette composante occupe la plus grande partie de la clause de la notification et contient l’expression des plusieurs volontés du wâqif44 :

  • 45 Charles, Le Droit musulman, p. 81 ; Petrushevskij, Islam, p. 160.

71– nomination au poste de mutawallî :
Dans la majorité des cas, le donateur se nomme lui-même, à vie, premier mutawallî (I.B.2, I.A.2, I.A.3, I.A.4), pratique admise par le fiqh45. Après la mort du premier mutawallî I wâqif, plusieurs possibilités étaient ouvertes : la transmission de ce poste à ses descendants, nomination d’une personne choisie par le wâqif (I.B.1, l’imam de la mosquée ; I.A.2, le grand qâżî de Boukhara ; I.A.4, un âq-saqâl du quartier) ou d’un fonctionnaire.

  • 46 [N.d.R.] Voir à titre de comparaison, pour les très grands waqf comme celui du complexe Ikhlâṣîya, (...)

72– nomination du personnel de service :
La composition du personnel, identique pour chaque type de waqf (mosquée, madrasa, etc.), dépend du type de la fondation, de son importance et de la position sociale du wâqif. Par exemple, dans le document I.A.1 (l. 29-31), nous avons la nomination de l’imam de la mosquée et du muezzin46.

  • 47 Marghînânî, al-Hidâya, vol. II, p. 149.

73– distribution des revenus :
Ces données apparaissent comme identiques, en principe, pour chaque type de document. Ici, nous avons les éléments communs suivants : s’il s’agit d’un bâtiment (maison, boutique, mosquée), l’argent de son revenu doit être d’abord employé à sa réparation (I.A.2 ; I.B.2). Selon le fiqh, cela est considéré comme un devoir47.

  • 48 Chekhovich, Bukharskie dokumenty XIV v., p. 12 (introduction).

74Une condition obligatoire posée par le wâqif indépendamment du sujet du waqf est le salaire du mutawallî. La part versée à ce dernier correspond habituellement au ‘ushr, c’est-à-dire un dixième des revenus (I.A.1, l. 21). Cette condition est incluse dans l’acte original de la fondation du waqf. S’il s’agit de la madrasa, on prévoit le salaire du mudarris (enseignant) et du personnel de service, ainsi que les moyens pour les étudiants (II.4, ff. A87a, 91a). Si le waqf est multiple, on attribuait des moyens à divers groupes de personnel (II.2)48.

Sceaux de légalisation : muhr, khâtim (ou khatm)

75Le formulaire de waqf-nâma d’Asie centrale contient très rarement la clause de la corroboration, même dans les cas où les documents ont une forme indirecte. Par exemple : « le qâżî ... par l’apposition de son sceau qui adornera ce document de waqf plus loin ... a décidé » (II.6, l. 89-90 ; très similaire dans I.B.2, l. 2). Dans les deux cas, la notion de « sceau » est transmise par le mot « khatm ».

  • 49 Chekhovich, Samarkandskie dokumenty XV-XVI vv., p. 536 (fac-similé) ; Kazakov, Novaja kollektsija d (...)

76Les sceaux des personnes légalisant le document, habituellement le qâżî, sont normalement apposés sous la dernière ligne du texte. Dans les documents tardifs, ils se trouvent de côté gauche du feuillet, près du bord. Leur forme est, en principe, circulaire49.

Témoins : shuhûd / shâhidûn, siqât

77Les noms des témoins sont mentionnés dans les documents suivants : II.2, l. 944, 953 et sqq. ; II.3, l. (shâhidûn), 65 et 67 (ḥâżirûn) ; II. 4 à 6 (XVIe et XVIIe s.) : shâhidûn, siqât, et ‘udûl.

78Dans les documents du groupe principal (I.A-B), nous trouvons les termes suivants : l’expression « al-‘udûl wa-l-siqât » (I.A.1, l. 48) ; siqât (I.B.1, l. 20) ; et muslimûn dans tous les autres documents de ce groupe.

***

79L’analyse comparative des composantes et des éléments du formulaire des documents de waqf étudiés permet de faire plusieurs remarques :
1) les documents de waqf de l’époque prémongole et du début de l’époque mongole sont établis en langue arabe ;
2) les documents de waqf de l’époque post-mongole, et jusqu’en 1920, conservent un grand nombre de formules juridiques et procédurales en langue arabe, inclus dans le texte persan ;
3) à partir du milieu du XVIe siècle, on observe une tendance à la simplification, exprimée par la disparition du préambule et de beaucoup d’épithètes ;
4) à partir du XVIe siècle, une formalisation du texte commence :
a) datation : la date, exprimée par une formule, apparaît dans la partie initiale du texte principal (II. 5, daté de 1551) ; la formule et sa place dans la structure du document restent inchangées avec des rares exceptions (II.6, XVIIe s.) jusqu’à l’établissement du pouvoir soviétique ;
b) la chancellerie revêt une forme indépendante et occupe une place déterminée : elle se trouve après la date ;
c) les sceaux de légalisation commencent à être apposés en bas du texte et deviennent circulaires ;
d) la confirmation légale par les témoins a une forme différente selon la période : signatures, sceaux, ou énumération des noms.

80Ainsi, les documents de waqf sont majoritairement établis et légalisés selon une forme déterminée. Cette formalité de l’aspect des documents facilite l’établissement des modèles pour les banques de données historiques et documentaires. L’établissement de tels modèles pose toute une série de problèmes ; certains d’entre eux n’ont pas pu être esquissés dans cette étude. Quels éléments apparaissent essentiels pour être inclus dans un modèle ? Quels sont ceux qui ne sont pas pertinents (par exemple l’invocation, le préambule, etc.) ? Dans quel ordre doit-on arranger les clauses particulières ? Doit-on ou non inclure dans le modèle la description paléographique des documents ? etc.

81Il semble en effet indispensable d’intégrer les documents d’archives de l’Asie centrale dans le circuit international d’échanges scientifiques, notamment dans le réseau électronique. Cela permettrait non seulement de mieux les étudier sur le plan historique et de l’analyse formelle mais aussi une meilleure conservation de ces sources historiques précieuses.

Fig. 1a. Waqf-nâma, Boukhara, 1209/1794-95 (début, milieu, fin).

Fig. 1a. Waqf-nâma, Boukhara, 1209/1794-95 (début, milieu, fin).

Musée d’État de Boukhara, n° 327-1/491-1

Fig. 1b. Waqf-nâma, Boukhara, 1209/1794-95 (début, milieu, fin).

Fig. 1b. Waqf-nâma, Boukhara, 1209/1794-95 (début, milieu, fin).

Musée d’État de Boukhara, n° 327-1/491-1

Fig. 1c. Waqf-nâma, Boukhara, 1209/1794-95 (début, milieu, fin).

Fig. 1c. Waqf-nâma, Boukhara, 1209/1794-95 (début, milieu, fin).

Musée d’État de Boukhara, n° 327-1/491-1

Fig.2. Waqf-nâma, Boukhara, 1311/1894.

Fig.2. Waqf-nâma, Boukhara, 1311/1894.

Musée d'État de Boukhara, n° 327-2/491-2

Fig.3. Waqf-nâma, Boukhara, 1322/1904-05.

Fig.3. Waqf-nâma, Boukhara, 1322/1904-05.

Musée d'État de Boukhara, n° 327-3/491-3

Fig. 4. Waqf-nâma, Boukhara, 1334/1916.

Fig. 4. Waqf-nâma, Boukhara, 1334/1916.

Musée d'État de Boukhara, n° 327-4/491-4

Fig. 5. Acte de testament, Boukhara, 1235/1819.

Fig. 5. Acte de testament, Boukhara, 1235/1819.

Musée d'État de Boukhara, n° 177/159

Fig. 6. Waqf-nâma, Boukhara, 1311/1893-94.

Fig. 6. Waqf-nâma, Boukhara, 1311/1893-94.

Musée d'État de Boukhara, n° 126/109

Haut de page

Notes

1 Voir Bol’shaja Sovetskaja Entsiklopedija [plus loin : BSE], 1e éd., vol. 37, Moscou, 1938, col. 597. Aussi, BSE, 1e éd., vol. 22, Moscou, 1935, col. 492-493 ; BSE, 3e éd., vol. 8, Moscou, 1972, p. 288 ; Sovetskaja Istoricheskaja Entsiklopedija [plus loin : SIE], vol. 5, Moscou, 1964, col. 229.

2 A.S. Lappo-Danilevskij, Ocherki russkoj diplomatiki, Pétrograd, 1920, p. 135-136. Dans la diplomatique européenne, les formulaires de nombreux types de documents ont été étudiés d’une façon approfondie, SIE, vol. 5, col. 230.

3 L. Fekete, Einfuhrung in die Osmanisch-Türkische Diplomatik, Budapest, 1926 (et son édition parallèle en hongrois). Il fait une analyse historiographique formelle des décrets royaux turcs-ottomans (firmân) en employant la méthodologie de la diplomatique européenne.

4 A. Zajaczkowski et J. Reichman, Zarys dyplomatyki osmansko-tureckiej, Varsovie, 1955. [Trad. en anglais : Handbook of Ottoman-turkish Diplomatics, La Haye – Paris 1968]. Leurs recherches ont été consacrées également aux actes publics turcs-ottomans et aux lettres des sultans.

5 S.M. Stern, Fatimid Decrees, London, 1964. L’auteur s’est consacré à la recherche historiographique et l’analyse des formulaires des actes de donation égyptiens ; il donne aussi bien le fac-similé des documents arabes étudiés que leur traduction en anglais.

6 M.A. Usmanov, Zhalovannye akty Dzhuchieva ulusa, Kazan, 1979, p. 184-270. La dernière partie du livre traite des actes de donation en türk de la Horde d’or (les Jochides) et de leurs formulaires.

7 A.P. Grigor’ev, Mongol’skaja diplomatika XIII-XV vv., Leningrad, 1978.

8 A.N. Bernshtam, « Ujgurskie juridicheskie dokumenty », dans : Problemy istochnikovedenija, 3, Moscou-Leningrad, 1940, p. 61-84 ; O.D. Chekhovich, « Ob aktovykh materialakh po istorii Bukhary », dans : Istoricheskie zapiski, 16, Moscou, 1945, p. 233-234 ; J.A. Wakin, The function of documents in Islamic law, New York, 1972, p. 1-72 ; L.Ju. Tugusheva, « Delovye dokumenty ujgurov XIII-XIV vv. », Narody Azii i Afriki, n° 2 (Moscou, 1988), p. 79-80 ; O.D. Chekhovich, « O diplomatike », dans : Istochnikovedenie i tekstologija Vostoka, Moscou, 1984, p. 227 ; P.G. Bulgakov, « Formuljary nekotorykh dokumentov po chastnomu pravu », dans : Materialy po istorii Srednej Azii, Tachkent, 1991, p. 67-79.

9 Auparavant, nous avons travaillé sur deux autres types de documents : a) les actes commerciaux privés (sur l’exemple des actes d’achat-vente), et b) les actes légaux publics (décrets des khans et actes de donation). Deux études consacrées aux résultats de ces recherches ont été acceptées pour paraître dans le Pis’mennye pamjatniki Vostoka, revue annuelle d’historiographie publiée à Moscou (abrégé en : PPV). La décomposition de l’ancienne Union soviétique ayant considérablement ébranlé le monde de l’édition, ces études attendent toujours d’être publiées. Voir aussi nos brèves esquisses basées sur l’analyse formelle (structure) des trois principales formes des documents historiques : décret du khan, waqf-nâma, et document commercial (acte d’achat-vente) : B.A. Kazakov, Dokumental’nye pamjatniki Srednej Azii, Tachkent, 1987, p. 56-66.

10 « Akty istoricheskie », dans : SIE, vol. 1, col. 314 ; BSE, 3e éd., vol. 1, p. 360.

11 Pour la première énumération contemporaine des éléments de waqf-nâma établis en Asie centrale, voir M. Izakson, « Natsional’nye fondy Tsentral’nogo arkhiva », dans : Bibliografia Vostoka, I, Moscou, 1932, p. 66. Plusieurs variantes d’énumérations similaires ont été publiées par Ol’ga D. Chekhovich (1912-1982), dans Samarkandskie dokumenty XV-XVI vv., Moscou, 1974 ; et « O diplomatike », p. 229.

12 Cependant, le mutawallî est nommé suivant la condition posée par le wâqif (celui-ci ou ses descendants peuvent aussi être nommés mutawallî). Par conséquent, le mutawallî, c’est-à-dire le contractant formel, ne fait en réalité qu’accomplir la volonté du donateur, voir Kazakov, Dokumental’nye pamjatniki, p. 60 ; R. Charles, Le Droit musulman, 6e éd., Paris, P.U.F., 1982 (Que sais-je ?, 702), p. 80-81 ; Islam. Entsiklopedicheskij slovar’ [plus loin : IES], Moscou, 1991, p. 45.

13 Devenu propriété sociale, ce bien ne pouvait devenir une propriété personnelle, voir IES, p. 45. Il est vrai que cette question a suscité des opinions divergentes dans les différentes écoles de jurisprudence islamique (maẕhab), voir Burhân al-Dîn Marghînânî, al-Hidâya, trad. russe, Tachkent, 1893, vol. II, p. 137 ; Charles, Le Droit musulman, p. 80-81.

14 Kazakov, dans Narody Azii i Afriki, n° 4 (1988), p. 148-149 ; eodem., « Documenty mecheti Mir-tabib », dans : Bartol’dovskie chtenija, résumés des communications, Moscou, 1990, p. 35-36. Le terme « collection B.R.B. » a été utilisé pour la première fois par O.D. Chekhovich (Dokumenty k istorii agrarnykh otnoshenij (1954), p. 182, 190).

15 Deux documents de cette collection ont été publiés d’après des copies faites en 1940 par un calligraphe local, voir O.D. Chekhovich, Dokumenty k istorii agrarnykh otnoshenii v Bukharskom khanstve, Tachkent, 1954, p. XXIII, doc. n°s 39 et 41.

16 La description en ouzbek, aujourd’hui perdue, aurait contenu 400 unités.

17 B. Kazakov, « Novaja kollektsija dokumentov », dans : Pamjatniki istorii i kul’tury Bukhary, III, Boukhara, 1994, p. 36-64 ; eodem., « Vidy sredneaziatskikh dokumentov », dans : Pamjatniki istorii i kul’tury Bukhary, IV, Boukhara, 1995, p. 43-87. Les fonds de la B.R.B. contiennent également des feuillets provenant des différents livres, des brouillons de notes, des rouleaux de papier avec des exercices de mathématiques, etc.

18 Voir la courte notice de Kazakov, Narody Azii i Afriki, n° 4 (1988), p. 148-149.

19 La mosquée existait encore vers le milieu du XXe siècle ; une photo du bâtiment a été publiée, voir O.A. Sukhareva, Kvartal’naja obshchina Bukhary, Moscou, 1976, p. 235-236.

20 L’émir était réputé pour la construction des mosquées et des madrasa dans la ville de Boukhara et pour l’intérêt qu’il portait aux waqf, voir Istorija narodov Uzhekistana, vol. II, Tachkent, 1993, p. 45-46. D’ailleurs, la copie de Boukhara du waqf-nâma du mausolée de Sayf al-Dîn Bâkharzî (1326) a été également dressée durant le règne de l’émir Ma’ṣûm et confirmée par son sceaux.

21 Voir n. 20.

22 Sur le toponyme Atlamish (Atalmish), voir Sukhareva, Kvartal’naja obshchina Bukhary, p. 233-234.

23 Sur cet ouvrage, voir Sobranie Vostochnykh Rukopisej, vol. IX, Tachkent, 1977, notice n° 7434.

24 Les documents plus anciens existent mais ils sont conservés en copie dans des ouvrages narratifs ou des recueils de formulaires, voir O.D. Chekhovich, « Obzor arkheografii Srednej Azii », dans : Srednevekovyj Vostok, Moscou, 1980, p. 267-268.

25 A.K. Arends, A.B. Khalidov et O.D. Chekhovich (éds.), Bukharskij vaqf XIII v., Moscou, 1979 : texte (p. 47-60), trad. russe (p. 63-79), fac-similé (p. 107-129).

26 Edition : O.D. Chekhovich, Bukharskie dokumenty XIV v., Tachkent, 1965, p. 7-29, particulièrement : description des copies (p. 24 et sqq.), une brève annotation (p. 33), texte (p. 33-114), trad. russe, (p. 115-189). Nous utilisons le texte de la copie publiée comme « document 1 » dans cette édition. C’est le plus ancien document conservé dans les fonds du Musée de Boukhara.

27 Pour la description de ce document, voir B. Kazakov, « Opyt opisanija aktov », dans : Materialy soveshchanija po voprosam vostochnoj arkheografii, Moscou, 1990, p. 84-87.

28 Éditions : 1) O.D. Chekhovich, « Iz istochnikov po istorii Samarkanda XV vv. », dans : Iz istorii Samarkanda epokhi Ulugbeka, Tachkent, 1965, p. 328-361 : texte, trad. russe, commentaires et fac-similé ; 2) O.D. Chekhovich, Samarkandskie dokumenty XV-XVI vv., Moscou, 1974, doc. 5 : texte (p. 72-78), trad. russe (p. 79-84), fac-similé (p. 531-537). Nous avons utilisé la 2eédition du document.

29 Edition : Chekhovich, Samarkandskie dokumenty XV-XVI vv., doc. 10 : texte (p. 107-174), trad. russe (p. 175-235), fac-similé (p. 552-575).

30 Edition : Chekhovich, Samarkandskie dokumenty XV-XVI vv., doc. 11 : texte (p. 236-262), trad. russe (p. 262-287), fac-similé (p. 577-585).

31 Édition : R.G. Mukminova, K istorii agrarnykh otnoshenij. Po materialam "vaqf-name", Tachkent, 1966, p. 3-8, 85-99 (copies), 103-222 (texte), 227-313 (trad. russe). Sur ce waqf de Mihr-Sulṭân Khânum, voir également R.G. Mukminova, « Le rôle de la femme dans la société de l’Asie centrale sous les Timourides et les Sheybanides », dans : L’héritage timouride : Iran – Asie centrale – Inde, XVe-XVIIIe siècles, Cahiers d’Asie centrale 3-4 (1997), Edisud, Tachkent – Aix-en-Provence, 1997, p. 203-212, et notamment p. 205-207.

32 Édition : Iz arkhiva sheykhov Dzhujbari, Moscou-Leningrad, 1938, doc. 367 ; la trad. russe dans : P.P. Ivanov, Khozjajstvo dzhujbarskikh sheikhov, Moscou-Leningrad, 1954, doc. 367.

33 Édition : O.D. Chekhovich et A.B. Vil’danova, « Vaḳf Subḥân-ḳulî-khâna », Pis’mennye pamjatniki Vostoka, 1973 (Moscou, 1979), p. 212-213 (intr.), 213-219 (sceaux), 220-226 (texte), 227-233 (trad. russe).

34 Édition : Chekhovich, Bukharskie dokumenty XIV v., doc. 5 : texte (p. 208-209), trad. russe (p. 210).

35 Dans la diplomatique classique, cette clause n’existe pas. C’est l’auteur du présent article qui, le premier, a proposé de distinguer cette notion, voir B. Kazakov (Qazoqov), « Bukhoro tarikhij huzhzhatlarining ichki tuzilishi (formuljari) », Navqiron Bukhoro (Boukhara, 1992), p. 7.

36 Izakson, Natsional’nye fondy, p. 66 ; Chekhovich, « O diplomatike », p. 229 ; Kazakov, « Bukhoro tarikhij », p. 6-8.

37 I.P. Petrushevskij, Islam v Irane, Leningrad, 1966, p. 160.

38 I.P. Petrushevskij, Zemledelie i agrarnye otnoshenija, Moscou-Leningrad, p. 247-248 ; O. Zhalilov, « Kheva vaqf huzhzhatlari », Sharqshunoslik, n° 4 (Tachkent, 1993), p. 64-66.

39 Chekhovich, « O diplomatike », p. 229.

40 Marghînânî, al-Hidâya, vol. II, p. 145-146 ; IES, p. 45.

41 Charles, Le Droit musulman, p. 80.

42 IES, p. 45 (col. de gauche).

43 Il est d’usage de l’appeler « constituant » ou « inscription », SIE, vol. 5, col. 230.

44 Izakson, « Natsional’nye fondy », p. 66 ; Chekhovich, « O diplomatike », p. 229 ; Kazakov, « Dokumental’nye pamjatniki », p. 61 ; eodem., « Kollektsija dokumentov », p. 66-68.

45 Charles, Le Droit musulman, p. 81 ; Petrushevskij, Islam, p. 160.

46 [N.d.R.] Voir à titre de comparaison, pour les très grands waqf comme celui du complexe Ikhlâṣîya, à Hérat, où des dizaines de nominations du personnel avec leurs salaires, sont prévus : M. Subtelny, « A Timurid Educational and Charitable Foundation : the Ikhlâṣiyya Complex of ‘Alî Shîr Navâ’î in 15th century Herat and its Endowment », The Journal of the American Oriental Society, 111.1 (1991), p. 38-61.

47 Marghînânî, al-Hidâya, vol. II, p. 149.

48 Chekhovich, Bukharskie dokumenty XIV v., p. 12 (introduction).

49 Chekhovich, Samarkandskie dokumenty XV-XVI vv., p. 536 (fac-similé) ; Kazakov, Novaja kollektsija dokumentov, p. 112 (fac-similé).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a. Waqf-nâma, Boukhara, 1209/1794-95 (début, milieu, fin).
Crédits Musée d’État de Boukhara, n° 327-1/491-1
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 1b. Waqf-nâma, Boukhara, 1209/1794-95 (début, milieu, fin).
Crédits Musée d’État de Boukhara, n° 327-1/491-1
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/578/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 1c. Waqf-nâma, Boukhara, 1209/1794-95 (début, milieu, fin).
Crédits Musée d’État de Boukhara, n° 327-1/491-1
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/578/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig.2. Waqf-nâma, Boukhara, 1311/1894.
Crédits Musée d'État de Boukhara, n° 327-2/491-2
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/578/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig.3. Waqf-nâma, Boukhara, 1322/1904-05.
Crédits Musée d'État de Boukhara, n° 327-3/491-3
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/578/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 4. Waqf-nâma, Boukhara, 1334/1916.
Crédits Musée d'État de Boukhara, n° 327-4/491-4
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/578/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 5. Acte de testament, Boukhara, 1235/1819.
Crédits Musée d'État de Boukhara, n° 177/159
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/578/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 6. Waqf-nâma, Boukhara, 1311/1893-94.
Crédits Musée d'État de Boukhara, n° 126/109
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/578/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bahadir Kazakov, « Analyse structurelle des actes de waqf provenant d’Asie centrale, XIIIe-début XXe siècles », Cahiers d’Asie centrale, 7 | 1999, 211-232.

Référence électronique

Bahadir Kazakov, « Analyse structurelle des actes de waqf provenant d’Asie centrale, XIIIe-début XXe siècles », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 25 mars 2010, consulté le 01 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/578

Haut de page

Auteur

Bahadir Kazakov

Musée d’État de Boukhara, Rue Afrâsiâb, 2, 705001 Boukhara, Ouzbékistan.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org