Navigation – Plan du site
II. Deuxième partie
Collections particulières, inscriptions, archives

Monuments épigraphiques de l’ensemble de Fatâbâd à Boukhara1

Bahtijar Babadžanov
Traduction de Alié Akimova et Jean During
p. 195-210

Texte intégral

  • 1 Nous remercions vivement Jean During pour ses conseils au cours de la rédaction de cet article, not (...)
  • 2 Les travaux les plus importants sur Sayf al-Dîn Bâkharzî sont : Iraj Afshâr, « Sayf al-Dîn Bâkharzî (...)

1L’ensemble de Fatḥâbâd est situé à un kilomètre à l’ouest environ de la forteresse extérieure de Boukhara. Son apparition est liée à l’activité d’Abû’l-Ma‘âlî Sa‘îd b. al-Muṭahhar, célèbre cheikh kubravî, plus connu sous le nom Sayf al-Dîn al-Bâkharzî al-Bukhârî. Son action, ainsi que le fonctionnement de cet ensemble ont été déjà étudiés en détail dans plusieurs ouvrages2. De nos jours l’ensemble architectural comprend la khânaqâh et la tombe de Sayf al-Dîn Bâkharzî, le mausolée de deux pièces du khan mongol Bûyân (Bayân)-Qulî Khân et une petite nécropole (mazâr).

2Dans cet article nous présenterons le relevé et la traduction de ce monument épigraphique unique des XIIIe-XIVe siècles qui n’avait, à ce jour, pas été publié.

Inscriptions de la tombe de Sayf al-Dîn Bâkharzî

  • 3 La photo de l’épitaphe provient des archives privées de Mme Elizaveta G. Nekrasova. Nous la remerci (...)

3Examinons d’abord la tombe de Sayf al-Dîn. Elle consiste en un enclos en bois qui comprenait jadis quatre plaques latérales et un couvercle également en bois. Trois plaques latérales se trouvent à présent au Musée des Beaux-Arts (Muzej Iskusstv) de Boukhara. Une des plaques porte une épitaphe flanquée d’un fin ornement (fig. 8)3. Ces sculptures sur bois du XIIIe siècle sont uniques en Asie centrale. L’épitaphe rédigée en arabe en graphie décorative de style dîvânî est particulièrement intéressante ; les signes diacritiques sont rares et apparaissent surtout pour dissiper les ambiguïtés. Tant que tous les monuments du même genre ne seront pas étudiés, nous ne saurons préciser le lieu de la fabrication de cette plaque (Iran, Khorassan, Transoxiane.,.). On peut supposer que l’épitaphe fut réalisée juste après la mort de Sayf al-Dîn Bâkharzî, vers 1262-64, date qui s’accorde avec les caractéristiques paléographiques de l’écriture.

4Le texte de l’épitaphe est en prose rimée et rythmée (saja’) ou plus précisément en ses variantes les plus complexes – mutavâzî et muṭarraf. L’auteur y joue subtilement avec les nuances de sens des termes et des expressions soufies, de façon à créer une harmonie sonore tout en donnant une profondeur à son texte, conformément à la spécificité du genre et aux normes esthétiques de son temps. L’épitaphe abonde en termes et allusions propres aux écrits soufis.

L’épitaphe de Sayf al-Dîn Bâkharzî

5Le début de l’épitaphe est arrangé en dix-sept lignes dans la partie centrale d’une des plaques, la fin du texte étant disposée sur la bordure de la plaque.

6Texte arabe :

[۱] سلام [٢] الله علی عباده[٣] فاعلم ایها الزائر في البیت المائر الی الله [٤] ان هنا مکمن آثار الربوﺒﻳﺔ و مخزن اسرار [٥] الاﻟﻬﻴﺔ و مدفن کنوز العرفان و مسکن [٦] خاﺻﺔ الرحمن الربوب في حجرﺓ الحق [٧] المحبوب عند الخالق المحلل (؟) بأنوار [٨] القدس المتمکن في مقاﺑﻠﺔ الأنس الباقي بجمال [٩] جماله الفاني في کمال کماله الغني بوفر افضاله [١٠] الفقیر الی قبوله و اقباله طرﻳﻘﺔ في العبودﻳﺔ [١١] مشهوءة و علامة في اقطار العرض [١٢] منشورة ضمیرة من مواهب الأنس مملوة [١٣] و قلبه بأنوار القدس مجلوءة برهانه [١٤] ظاهرة و سلطانه باهوة ذي العزة العالي [١٥] ابي المعالی سعید بن المطهر بن سعید سقاه الله من [١٦] شراب الزلفي و اسکنه و مقاعد القربی فرزقنا لقاءه یوم [١٧] المیعاد انه هو الهادي الی الرشاد

7Traduction :

1,2,3. Le salut de Dieu sur Ses serviteurs ! Sache, ô pèlerin, toi qui as visité cette demeure qui conduit vers Dieu,
4,5. qu’en vérité c’est ici (que se trouvent) les signes de la Seigneurie (âsâr al-rubûbîya), le trésor des secrets de la divinité, le tombeau de ce trésor de gnose
6. du Bienveillant et la dernière demeure de l’élu du Miséricordieux, qui fut guidé dans la demeure du Vrai,
7. de l’aimé des hommes et des créatures, qui fut purifié par les lumières
8. sacrées, qui fut établi parmi les intimes (de Dieu), qui fut ressuscité dans la beauté
9. de Sa beauté, qui s’annihila dans la perfection de Sa perfection, qui fut comblé de Ses bontés,
10. nécessiteux de Son acceptance et de Son accueil, dont la voie (ṭarîqat) fut l’adoration,
11. qui connut la renommée, et dont les signes (de grandeur) se répandirent dans toutes les nations de la terre.
12. Sa conscience est remplie de dons de la familiarité (avec Dieu),
13. son coeur est illuminé par les lumières du Très Saint, sa preuve
14. est évidente, son règne est prospère, il possède la munificence et la grandeur.
15. Abû’l-Ma‘âlî Sa‘îd b. al-Muṭahhar b. Sa‘îd – que Dieu l’abreuve
16, 17. d’une boisson qui le rapproche de Lui et l’établisse dans Sa proximité, et qu’il (nous) permette d’être accueillis par lui le jour de la résurrection. C’est Lui le guide sur le bon chemin !

8Le texte arabe suivant borde cette inscription :

و کان وقت ظهور نور وجوده و وجود نور ظهوره یوم السبت التاسع من شعبان لسنة ست و ثمانین و خمسمائة و قدتباشر بقدومه الاکواب و نضر بقدمه المکان ثم اختفی و استتر تحت قباب العزة فرجع راضیا مر ضیا الی رب الارباب و ذلک غیم لیلة السبت الخامس و العشرین من ذی قعدة لسنة تسع و خمسین و ستمائة

9Traduction :

Le jour de la manifestation de la lumière de son être et de l’apparition de la lumière de sa manifestation [= sa naissance], fut le samedi 9 sha’bân 586 [= le 11 septembre 1190]. Et tous les humains se réjouirent à la nouvelle de son arrivée et le monde s’épanouit sous ses pas. Puis il disparut sous la coupole de la grandeur, retournant dans la joie auprès du Seigneur des Seigneurs, au moment où le ciel se couvrit de nuages, la nuit du samedi le 25 ẕû’l-qa’da 659 [= le 21 octobre 1261].

Inscriptions du mausolée de Bûyân-Qulî Khân

  • 4 Ces photos ont été développées par A. Sejduzov et V. Telegin à partir de négatifs de 1957 dont l’au (...)

10À l’heure actuelle il ne reste que quelques fragments de ces inscriptions que nous avons déchiffrées à partir de photos d’archives4. Analysons d’abord les inscriptions placées sur le portail (voir fig. 1). Elles sont exécutées en lettres blanches sur fond turquoise (majolique sculptée). Tous les textes sont en écriture suls, plus précisément en un type de sulsmonumental avec des alif et des lâm aux hampes allongées, ce qui est caractéristique des monuments du XIVe siècle (le complexe de Shâh-i Zinda à Samarcande, par exemple). Sur les photos, nous ne distinguons pas de signes diacritiques, ce qui, avec les lacunes, rend difficile la lecture et la traduction.

Inscriptions du portail

  • 5 Les mots entre crochets sont ajoutés selon le sens de la partie conservée de la phrase. La formule (...)

11La partie supérieure du portail comporte un verset du Coran (28 : 88), un autre verset (41 : 30-33) étant inscrit sur l’arc d’entrée. Les deux cotés du portail portent un fragment d’un texte historique. Le début de l’inscription est sur le côté droit ; son milieu et sa partie finale portant la date de décès sont perdus5.

12Le texte arabe visible sur la partie droite est le suivant :

… السلطنة و الاقبال و بعد و فاتهم با نزاله و المرحمة و الخیرات و الافضال و روح ارواحهم ساعد في ساعت سعادة الذي خلق الخلائق بعد…

13Traduction :

[…de son vivant il reçut le don] du pouvoir (sulṭanat) et du succès (iqbâl), et après sa mort (il reçut le don) (du Paradis), de la grâce, des bienfaits et des vertus. Le Créateur éternel aida au repos de son âme à l’heure bienheureuse ; et après…

14On lit sur la partie gauche ces mots arabes :

السلطان الاکرم مفخر الی العالم بویان قلي خان ادخله في دار الجناب و زود و افان خیر الزاد التقوی و الآخرة خیر و ابقی و اتقون یا اولی الالباب و قد

15Traduction :

  • 6 Mot non déchiffré.

… le sultan généreux6… ( ?), la gloire de ce monde, Bûyân-Qulî Khân – qu’il soit introduit dans les jardins du Paradis et nourri de la meilleure nourriture : la piété (taqwâ) ! La destination ultime est le Bien et le bonheur éternel ! Ô, vous saints du Seuil…

Inscriptions à l’intérieur du mausolée

  • 7 Sa‘dî-yi Shîrâzî, Kullîyât : Gulistân, Bustân, ghazalîyât, qaṣâ’id, éd. Muḥammad ‘Alî Farûghî, Téhé (...)

16À l’intérieur du mausolée, l’octaèdre des arcs est bordé d’une inscription en majolique sculptée (lettres blanches sur fond bleu), en un sulsserré (lapidaire) avare de signes diacritiques (voir fig. 2-7). Elle a pu être réalisée par des artisans iraniens car nous ne connaissons pas d’inscription analogue en Transoxiane. Il nous est apparu que le texte consiste en fragments de ghazal de Sa‘dî de Shîrâz, qui diffèrent quelque peu de la plus récente édition critique des œuvres complètes (Kullîyât) du poète7.

17Le premier ghazal débute à droite de l’entrée du mausolée. Nous indiquons les variantes (Kullîyât, p. 724-725) en dessous du texte persan :

بس بگردید و بگردد روزگار
دل بدنیا در نبند هوشار

ای که دست می دهد (١) کاری بکن
پیش از ان کز تو نیاید هیچ کار

انچ (٢) در شه نامه آورده اند
رستم و رویین تن (٣) و اسفندیار

تا بدانند این خداوندان ملک
کز بسی خلق است دنیا یادگار

ان همه (٤) رفتند و مای (٥) شوخ چشم
هیچ نگر فتیم از ایشان اعتبار

ای که وقت (٦) نطفه بودی بی خبر
وقت دیگر طفل گشتی (٧) شیر خوار

مدتی بالا گرفتی تا بلوغ
سرو یالایی شدی سیمین عذار

همچنین تا مرد نام آور شدی
فارس میدان و صدر روزگار (٨)

انچ (٩) دیدی برقرار خود [نماند]
و اینچ (١٠) دیدی (١١) هم نماند بر قرار

دیر و زود این شکل و شخص نازنین
خاک خواهد بودن و حالش غبار

این همه هیچست چون می بگذرد
تخت و بخت و امر و نهی و گیر و دار

نام نیکو گر بماند ز آدمی
به کزو ماند سرای زرنگار

سال دیگراکه میداند حساب
یا کجا رفت آنکه با ما بود یار (١٢)

شاه عالم یا گدا یا مفلس
مرد کشانند اندر خاکسار (١٣)

[صورت زیبا ظاهر هیچ نیست
ای برادر] سیرت زیبا بیار

هیچ می دانی (١٤) خرد یا روان
من بگویم گر برانی (١٥) استوار

ادمی را عقل با[ید در بدن
ورنه جان در کالبد دارد حمار]

[پیش] از ان گز دست بیرونت برد
گردش گردون (١٦) ز مام اختیار

[گنج خواهی در طلب رنجی ببر
خرمنی می بایدت] تخمی بکار

[چون خداوندت بزرگی] داد و حکم
خرده از خردان مسکین در گذار

...

[عذار خواهان را] خطاکاری
زینهاری را [بجان ده زینهار]

شکر نعمت را نکوی کن که حق
دوست دارد بندگان حق گذار

لطف او لطیفست بیرون از عدد
فضل او فضلست بیرون از شمار

گر بهر مویی زبانی باشدت
شکر یک نعمت ندانی (١٧) از هزار

نام نیک رفته گان ضایع مکن
تا بماند نام نیکت یادگار (١٨)

ملک بانان را نشاید روز و شب
گاهی اندر خواب (١٩) و گاهی در خمار

روز بازو داری شمشیر تیز
گر جهان لشکر بگیرد غم مدار

با غریبان لطف بی اندازه کن
تا رود نامت بنیکی در دیار

از درون خستگان اندیشه کن
و ز دعای مردم پرهیز گار

منجنیق آه مظلومان بصبح
سخت گرد ظالمان را در حصار

با بدان بد باش و با نیکان نکو
جای گل گل باش و جای خار خار

...

 [هر که دد یا مردم بد پرورد
دیر زود] از جان بر آرندش دمار

با بد[ان چندانکه نیکویی کنی
قتل مار] افسان باشد جز بمار

ای که داری چشم و عقل و گوش هوش
پند من در گوش کن چون گوشاور

نشکند عهد من الا سنگدل
نشنود قول من الا بختیار

پادشاها[ن را ثنا گویند و مد]ح
من دعائی می کنم درویشوار

یا رب الهامش بنیکویی بده
در بقاء خویش (٢٠) بر خواردار

جاودان در (٢١) دور گیتی کام ده (٢٢)
در کنارش (٢٣) باد و دشمن بر کنار

———

(١) میرسد٬ (٢) اینکه٬ (٣) رویینه تن٬ (٤) اینهمه٬ (٥) ماای٬ (٦) وقتی٬ (٧) بودی٬ (٨) وصید و کارزار٬ (٩) انچه٬ (١٠) وینچه٬ (١١) بینی٬ (١٢) پار٬ (١٣) این دو مصراع در کلیات نیست٬ (١٤) دانی٬ (١٥) بداری (بدارند٬ بدارید)٬ (١٦) گیتی٬ (١٧) نگویی٬ (١٨) پایدار٬ (١٩) خمر٬ (٢٠) و ز بقای عمر٬ (٢١) از٬ (٢٢) دل٬ (٢٣) کنارت.

18Traduction :

- Beaucoup de choses changent et le monde se transforme
(Ainsi) le sage n’attache pas son coeur à ce monde.

- Tant que tu peux, accomplis de (bonnes) œuvres
jusqu’au moment où tu ne pourras plus faire quoi que ce soit.

- Ceux dont parle le Shâh-nâma
tels Rustam, Rûyin-tan et Isfandiyâr.

- Si les détenteurs du pouvoir savaient
que ce monde ne sera bientôt plus qu’un souvenir.

- Ils sont tous partis, mais nous, insouciants (shûkh-i chashm),
nous n’en avons tiré la leçon !

- Ô, toi, étant fœtus, tu étais encore ignorant (bî-khabar) ;
un moment plus tard tu devins un nourrisson tétant sa mère.

- Plus tard encore tu grandis et tu devins adulte
à la stature de cyprès, aux joues lisses.

- Ainsi cela continua-t-il jusqu’à ce que tu devins un homme respectable
cavalier sans peur (fâris-i maydân), seigneur (ṣadr) de ton temps.

  • 8 Les mots entre crochets ont été ajoutés en se référant au Kullîyât de Sa‘dî (p. 724-725).

- Ce que tu as vu ne subsistera pas
[Et ce que tu regardes n’est pas resté tel quel.]8

Tôt ou tard tous ces objets et ces gens attachants
deviendront poussière et leur état sera la suie.

Tout cela [ce qui est dans le monde] n’est rien et disparaît aussi vite qu’[une coupe de] vin :
le trône, le bonheur, tout ce qui est prescrit et prohibé, tout ce que tu as pris et donné !

Si l’homme laisse après sa mort un nom honorable,
cela vaut mieux que de laisser un palais doré.

Qui sait ce qui arrivera dans l’année qui vient
et où sont partis les amis qui étaient parmi nous ?

Que tu sois le roi de ce monde, un pauvre ou un mendiant
tu mourras et seras enseveli sous terre !

[L’apparence d’un beau visage (ṣûrat) n’est rien]
[ô, frère], trouve une belle voie (sîrat) !

Sais-tu ce qui est meilleur : la sagesse ou la vie ?
Je te le dirai, moi, si tu es assez solide.

L’homme doit abriter la raison dans son enveloppe physique
sinon, même l’âne posséderait une âme dans son corps !

Avant que (ton âme) te quitte
elle te fut donnée par ta mère selon la volonté des cieux.

[Si tu veux la richesse, donne-toi de la peine dans ton travail ]
[car pour obtenir une récolte] il faut semer le grain.

Comme ton Seigneur l’a décrété
le plus minuscule des êtres est mortel

-…/…

- [Pardonne] au pécheur [qui se repente.]
[Accorde-leur] ta grâce [de bon coeur].

Remercie sincèrement pour les bienfaits, car Dieu
aime les serviteurs qui respectent le droit

Sa Grâce est douce et incommensurable,
Sa Bonté est une bonté incalculable.

Si chacun de tes cheveux pouvait parler
tu ne pourrais même pas remercier pour seule une de Ses grâces sur mille.

N’abandonne pas à l’oubli les noms honorables de ceux qui sont partis,
afin que subsiste le souvenir de ton propre nom honorable.

Ce n’est pas la peine de posséder le pouvoir jour et nuit
(car) nous sommes tantôt dans le sommeil, tantôt dans la somnolence.

Le jour où tu as une main forte et un sabre bien affûté,
ne te désole pas, même si le monde entier se ligue contre toi !

Prodigue des bontés infinies aux nécessiteux
et ton nom sera célèbre dans ton pays.

Pense profondément à l’état de ceux qui souffrent
et écoute les prières bénies des vertueux.

- Un jour sous les coups du bélier des opprimés
les oppresseurs seront exterminés dans leur propre forteresse.

Avec les méchants sois dur, et avec les bons, bienveillant,
avec les fleurs sois une fleur et dans les ronces une épine !

[Celui qui élève un animal sauvage ou un être humain méchant]
[Tôt ou tard] (sera) exterminé par eux.

[Quoique nous fassions du bien] aux mauvais
tuer le serpent n’est pas un crime, c’est sa faute à lui.

Toi qui as les yeux, les oreilles et la raison,
tends l’oreille à mes conseils pareils à des boucles d’oreilles !

Personne ne rejettera mes conseils, sauf un cœur de pierre.
Personne n’entendra mes paroles excepté une homme chanceux !

[On glorifie et loue] les souverains,
mais moi, je prie pour eux à la façon d’un derviche.

- Ô Seigneur, inspire les bons
et fais leur connaître la vie éternelle !

- Que l’Éternité soit dans ce monde ce que leur cœur désire.
Qu’ils soient à ton côté, et leurs ennemis à l’écart.

  • 9 Voir Kullîyât, p. 792.

19Le second ghazal9 est écrit à la suite du premier (infra les variantes par rapport à l’édition du Kullîyât, p. 792) :

...
... این عالم روانند

زن و فرزند و خویش و یار و پیوند
برادر خواندگان کاروان اند (١)

چه باید (٢) بستن اندر صحبتی ای دل
که بی ایشان نمانی یا بمانند

ناول (٣) خاک بود ست اد[میزاد]
...

[یکی بر تربتی] فریاد میخواند
که اینان یاد شاهان جهانند

بگفتم تخته (٤) بر کن ز خاکی (٥)
به بین (٦) تا پادشاه یا پاسبانند

بگفتا تخته بر کندن چه حاجت
چو می دانی که مشتی استخون اند (٧)

———

(١) کاروانند٬ (٢) نباید٬ (٣) نه اول٬ (٤) تخته ای٬ (٥) کوری٬ (٦) ببین٬ (٧) که میدانم که مشتی استخوانند.

20Traduction :


… quittent ce monde,

La femme, les enfants, la famille, amis et proches,
les confrères (passeront comme la) caravane !

Que faut-il retenir du tête à tête, ô mon cœur,
que tu restes sans eux, ou qu’eux restent sans toi ?

L’homme n’a pas toujours été poussière
….

[Quelqu’un sur une tombe] s’exclamait :
« Ceci est le souvenir des rois du monde » !

Je dis : « Enlève donc la dalle pour voir
si c’était un roi ou une sentinelle ».

Puis il dit : « A quoi bon déterrer la dalle
puisque tu sais qu’ils ne sont qu’une poignée d’os ? »

21Il est à noter que l’épigraphie architecturale de la Transoxiane des époques chaghatây tardive et haute timouride utilise souvent les ghazal, madḥ et marsiya de Sa‘dî, composés dans le style moralisateur (mawâ’iẓ). Ainsi, trois au moins des mausolées du complexe de Shâh-i Zinda (Samarcande), datant du XIVe siècle, comportent les poésies de Sa‘dî. Mais le plus souvent on rencontre les vers de ce poète sur les cénotaphes des XVe-XVIIe siècles. La comparaison de ces textes avec les pièces originales du Kullîyât de Sa‘dî révèle de nombreuses différences. Une de raisons en est que certains mots (surtout d’origine arabe) sont remplacés par des synonymes persans qui, de toute évidence, étaient plus courants et usuels dans le contexte local.

22De plus, les signes diacritiques, dans les poésies de Sa‘dî ou de Ḥâfiẓ inscrites sur les pierres funéraires et les monuments architecturaux de la Transoxiane des XIVe-XVIe siècles, étaient mis très irrégulièrement ou totalement absents, comme c’est le cas de nos textes. Cette remarque est aussi valable pour certains manuscrits, mais surtout pour les documents juridiques rédigés ou recopiés à cette époque. Il semble bien que les lecteurs contemporains n’avaient nul besoin de signes diacritiques pour comprendre des textes littéraires qu’ils connaissaient bien, notamment les poésies classiques, ou les expressions stéréotypées, comme par exemple les formules juridiques.

Quelques données historiques

  • 10 Niẓâmuddîn Shâmî, Ẓafar-nâma, éd. critique F. Tauer, vol. II, Prague, 1956, p. 9-10 [plus loin : Sh (...)
  • 11 Voir cependant les remarques de J. Aubin sur les « khans et derviches » ainsi que les « khans-dervi (...)
  • 12 Shâmî, p. 11 ; Yazdî, f. 94 b.

23Les sources concernant Bûyân-Qulî Khân sont assez pauvres. En 749/1348, il fut placé sur le trône par l’émir turc qaraunas-chaghatây, Amîr Qazghân, qui détenait le pouvoir réel dans le royaume. Bûyân-Qulî Khân devint ainsi, en Transoxiane, le second et le dernier khan fantoche de la dynastie chaghatây après l’assassinat de Dâshmandcha (Dânishmandcha) Khân (r. 1346-1348)10. Les sources soulignent la piété et la dévotion de Bûyân-Qulî Khân qui ne s’opposait aucunement à ce qu’Amîr Qazghân gouverne en son nom11. Un chroniqueur de l’époque timouride, Sharaf al-Dîn ‘Alî Yazdî, idéalise leurs relations lorsqu’il écrit, à propos de la campagne contre Malik Abû’l-Ḥusayn, qu’Amîr Qazghân « suivait l’étrier de Bûyân-Qulî Khân »12.

  • 13 Shâmî, p. 11 ; Muntakhab, p. 90-89, 203. Pour les précisions sur la date de son assassinat, voir Au (...)
  • 14 Shâmî, p. 11 ; Muntakhab, p. 203. Aussi, Manz, Tamerlane, p. 44.
  • 15 Yazdî, f. 94 b. Les historiens timourides ont pris cette accusation comme fondée (voir Faṣîḥî, p. 9 (...)
  • 16 Yazdî, f. 94 b.
  • 17 J. Richard, « La conversion de Berke », p. 173-184. Voir plus en détail : Devin DeWeese, Islamizati (...)

24En tout état de cause, « la piété et la dévotion » de Bûyân-Qulî Khân – s’il ne s’agit pas uniquement de l’expression conventionnelle pour forger l’image du souverain – « arrangeaient » aussi bien Qazghân que son fils et héritier, ‘Abdallâh. Ce dernier emmena même Bûyân-Qulî Khân à Samarcande, ville qu’il choisit pour y établir son état-major. Bientôt, en 759/1358, au cours d’une partie de chasse, Amîr Qazghân fut tué dans une embuscade dressée par son gendre Qutlûgh Timûr Bulday, sur une des îles du Jayḥûn (Amû Daryâ, ou Oxus)13. Selon l’auteur du Muntakhab al-tavârîkh, Amîr ‘Abdallâh, qui succéda à Qazghân, était trop jeune et trop peu expérimenté pour gouverner : « sa première erreur fut de faire exécuter Bûyân-Qulî Khân »14. Cette exécution est également critiquée par Yazdî, qui ajoute cependant à son récit certains détails anecdotiques – tentative probable de justification a posteriori de l’action de l’émir. Selon lui, Amîr ‘Abdallâh soupçonnait Bûyân-Qulî Khân « d’éprouver un amour charnel » pour sa femme15. Yazdî ajoute que le cercueil (na’sh) contenant le corps de Bûyân-Qulî Khân fut transporté à Boukhara et enterré près du « mausolée lumineux … de Sayf al-Dîn Bâkharzî »16. Telle fut, apparemment, la volonté du défunt qui avait, semble-t-il, des liens spirituels avec les descendants et disciples boukhariotes de Sayf al-Dîn Bâkharzî. En effet, ce dernier, ainsi que ses descendants, ont joué un rôle important dans le processus d’islamisation des khans et dignitaires turco-mongols17. De toute façon, ce n’est pas par hasard que Bûyân-Qulî Khân fut enterré près de la tombe de Sayf al-Dîn Bâkharzî : sa piété et sa dévotion, dont toutes les sources font état, furent probablement inspirées par les disciples et successeurs du grand cheikh kubravî.

Construction du mausolée de Bûyân-Qulî Khân

  • 18 Nina B. Nemtseva, « Arkhitekturnyj kompleks na okraine Bukhary », dans : Kul’tura Srednego Vostoka. (...)

25La mention de la date de la construction n’est pas conservée sur le mausolée même. Sans que nous puissions en dire davantage sur le début des travaux de la construction, l’inscription du portail révèle que le bâtiment a été achevé après la mort de Bûyân-Qulî Khân (1358). L’archéologue N. B. Nemtseva, qui a étudié les bâtiments conservés de Fatḥâbâd, considère que la khânaqâh et le mausolée de Sayf al-Dîn Bâkharzî, situés l’un à côté de l’autre, doivent être datés du règne de Timour (Amîr Tîmûr, 1370-1405), tandis que le mausolée de Bûyân-Qulî Khân remonterait à l’époque pré-timouride18. Nous devons ajouter que la paléographie des inscriptions confirme la datation proposée par Nemtseva.

  • 19 Manz, Tamerlane, p. 45-57.
  • 20 Muntakhab, p. 191b, 222 ; Yazdî, f. 110 a ; Vasilij V. Bartol’d, « Ulugbek i ego vremja », dans son (...)
  • 21 Une fille d’Amîr Ḥusayn épousa le fils de Kâbul-Shâh, tandis qu’une fille de Buyân-Qulî Khân épousa (...)

26Le mausolée de Bûyân-Qulî Khân et ses inscriptions peuvent donc être datés entre 1358 (mort de Bûyân-Qulî Khân) et 1370 (début du règne de Timour). Cette période, politiquement instable, fut marquée par la lutte pour le pouvoir des émirs locaux (dont le futur grand vainqueur, Timour) et par les fréquents raids des khans mongols19. Il nous semble que, dans ce chaos politique, ce n’était qu’à une seule occasion qu’un heureux concours des circonstances aurait pu permettre la construction du mausolée de Bûyân-Qulî Khân. En 765/1363-64 en effet, les émirs Ḥusayn et Timour convoquèrent un quriltây (assemblée) des émirs et noyân (officiers) turcomongols pour installer un khan mongol sur le trône en Transoxiane. Leur intention était de satisfaire la masse des tribus turco-mongoles qui considéraient que seul un descendant de Gengis Khân avait le droit au trône. Les deux émirs parvinrent à faire nommer comme khan un neveu de Bûyân-Qulî Khân, Kâbul-Shâh (1363-1370). Les sources décrivent celui-ci comme « portant les hardes du derviche » et écrivant des poésies mystiques, qui étaient encore connues au XVe siècle20. Un tel khan convenait apparemment à tous les partis antagonistes, du moins pour un certain temps. La situation politique se stabilisa pour deux ans environ. Tous les prétendants au pouvoir (réels et formels) appartenaient à la famille du khan « assassiné de façon illicite »21 ; les circonstances favorables à la construction de son mausolée étaient ainsi réunies.

Fig. 1. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : portail.

Fig. 1. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : portail.

Cl. archives, cf. note 3.

Fig. 2. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Fig. 2. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Cl. archives, cf. note 3.

Fig. 3. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Fig. 3. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Cl. archives, cf. note 3.

Fig. 4. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Fig. 4. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Cl. archives, cf. note 3.

Fig. 5. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Fig. 5. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Cl. archives, cf. note 3.

Fig. 6. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Fig. 6. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Cl. archives, cf. note 3.

Fig. 7. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Fig. 7. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.

Cl. archives, cf. note 3.

fig. 8. Épitaphe de Sayf al-Dîn Bâkharzî (Fatḥâbâd, Boukhara, XIIIe s.), Musée des Beaux-Arts, Boukhara.

fig. 8. Épitaphe de Sayf al-Dîn Bâkharzî (Fatḥâbâd, Boukhara, XIIIe s.), Musée des Beaux-Arts, Boukhara.

Cliché E. G. Nekrasova

Haut de page

Notes

1 Nous remercions vivement Jean During pour ses conseils au cours de la rédaction de cet article, notamment la mise au point des traductions de l’arabe et du persan.

2 Les travaux les plus importants sur Sayf al-Dîn Bâkharzî sont : Iraj Afshâr, « Sayf al-Dîn Bâkharzî », Majalla-yi Dânishkâda-yi Adabîyât-i Dânishgâh-i Tihrân, 9/4 (1341/1962), p. 28-74 ; Jean Richard, « La conversion de Berke et les débuts de l’islamisation de la Horde d’Or », Revue des Études islamiques, 35 (1967), p. 173-184. Voir également la bibliographie et les sources cités dans ces deux articles. Aussi, Ol’ga D. Chekhovich, Bukharskie dokumenty XIV veka, Tachkent, 1965.

3 La photo de l’épitaphe provient des archives privées de Mme Elizaveta G. Nekrasova. Nous la remercions pour sa permission de la publier ici.

4 Ces photos ont été développées par A. Sejduzov et V. Telegin à partir de négatifs de 1957 dont l’auteur reste inconnu (Archives de la Direction générale de la conservation et de la restauration des monuments de la culture de la République d’Ouzbékistan, n° 1391-1397). Nous remercions A. Voskovskij et M. Akhrarov pour leur aide dans la recherche de ces négatifs.

5 Les mots entre crochets sont ajoutés selon le sens de la partie conservée de la phrase. La formule que nous avons reconstituée est très courante.

6 Mot non déchiffré.

7 Sa‘dî-yi Shîrâzî, Kullîyât : Gulistân, Bustân, ghazalîyât, qaṣâ’id, éd. Muḥammad ‘Alî Farûghî, Téhéran, 1376 Sh./1997, p. 724-725 [plus loin : Kullîyât].

8 Les mots entre crochets ont été ajoutés en se référant au Kullîyât de Sa‘dî (p. 724-725).

9 Voir Kullîyât, p. 792.

10 Niẓâmuddîn Shâmî, Ẓafar-nâma, éd. critique F. Tauer, vol. II, Prague, 1956, p. 9-10 [plus loin : Shâmî] ; Mu‘în al-Dîn Naṭanzî, Extraits du Muntakhab al-tavârîkh-i Mu‘înî (Anonyme d’Iskandar), éd. Jean Aubin, Téhéran, 1336 Sh./1957, p. 113, 203 [plus loin : Muntakhab] ; Sharaf al-Dîn ‘Alî Yazdî, Ẓafar-nâma, éd. Asam Urunbaev (avec le facsimilé du texte), Tachkent, 1972, f. 94 b [plus loin : Yazdî] ; Faṣîḥ Khwâfî, Mujmal-i Faṣîḥî, éd. Maḥmûd Farrukh, 3 vols., Mashhad, 1339 Sh./1960-61, vol. II, p. 74 [plus loin : Faṣîḥî]. Pour un aspect important de l’histoire politique et dynastique du khanat de Chaghatây, encore mal connue, voir l’excellent article de Jean Aubin, « Le khanat de Čaġatai et le Khorassan (1334-1380) », Turcica 8/2 (1976), p. 16-60 ; il s’agit avant tout d’une analyse détaillée des interrelations des khans et émirs qaraunas-chaghatây avec les souverains locaux du Khorassan, mais également de tracer les grandes lignes du processus historique menant à l’émergeance du pouvoir fort de l’émir Qazghân, préfigurant celui de Timour. Voir notamment ibid., p. 35-36, pour la campagne de Qazghân et de Bûyân-Qulî Khân contre Hérat (1351). Voir aussi, Jean Aubin, « L’éthogénèse des Qaraunas », Turcica 1 (1969), p. 65-94 ; et Beatrice Forbes Manz, The rise and rule of Tamerlane, Cambridge University Press, Cambridge, 1989, chapitre 3 (« Temür’s rise to power : the politics of the Ulus Chaghatay »), paticulièrement p. 43-45 sur le pouvoir de Qazghân.

11 Voir cependant les remarques de J. Aubin sur les « khans et derviches » ainsi que les « khans-derviches » (« Le khanat Čaġatai », p. 23-24, 27-28).

12 Shâmî, p. 11 ; Yazdî, f. 94 b.

13 Shâmî, p. 11 ; Muntakhab, p. 90-89, 203. Pour les précisions sur la date de son assassinat, voir Aubin, « Le khanat Čaġatai », p. 43 et n. 124.

14 Shâmî, p. 11 ; Muntakhab, p. 203. Aussi, Manz, Tamerlane, p. 44.

15 Yazdî, f. 94 b. Les historiens timourides ont pris cette accusation comme fondée (voir Faṣîḥî, p. 90).

16 Yazdî, f. 94 b.

17 J. Richard, « La conversion de Berke », p. 173-184. Voir plus en détail : Devin DeWeese, Islamization and native religion in the Golden Hord. Baba Tükles and Conversion to Islam in Historical and Epic Tradition, The Pennsylvania State University Press, Pennsylvania, 1994, p. 83, 86, 357-358.

18 Nina B. Nemtseva, « Arkhitekturnyj kompleks na okraine Bukhary », dans : Kul’tura Srednego Vostoka. Gradostroitel’stvo i arkhitektura, Tachkent, 1989, p. 104-114. Nous remercions Mme Nemtseva d’avoir attiré notre attention sur cet article, ainsi que pour ses commentaires. Les recherches archéologiques complémentaires sur le mausolée de Bûyân-Qulî Khân, accomplies en 1993 par E.G. Nekrasova, confirment les données de N.B. Nemtseva.

19 Manz, Tamerlane, p. 45-57.

20 Muntakhab, p. 191b, 222 ; Yazdî, f. 110 a ; Vasilij V. Bartol’d, « Ulugbek i ego vremja », dans son Sochinenija, vol. II/2, Moscou 1964, p. 37-38 ; Aubin, « Le khanat Čaġatai », p. 28.

21 Une fille d’Amîr Ḥusayn épousa le fils de Kâbul-Shâh, tandis qu’une fille de Buyân-Qulî Khân épousa Jahângîr, fils de Timour (Shâmî, p. 40).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : portail.
Crédits Cl. archives, cf. note 3.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 2. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.
Crédits Cl. archives, cf. note 3.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 3. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.
Crédits Cl. archives, cf. note 3.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/577/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 4. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.
Crédits Cl. archives, cf. note 3.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 5. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.
Crédits Cl. archives, cf. note 3.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/577/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 6. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.
Crédits Cl. archives, cf. note 3.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/577/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 7. Mausolée de Bûyân-Qulî Khân à Fatḥâbâd, XIVe s. : inscriptions du ziyârat-khâna.
Crédits Cl. archives, cf. note 3.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/577/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre fig. 8. Épitaphe de Sayf al-Dîn Bâkharzî (Fatḥâbâd, Boukhara, XIIIe s.), Musée des Beaux-Arts, Boukhara.
Crédits Cliché E. G. Nekrasova
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/577/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bahtijar Babadžanov, « Monuments épigraphiques de l’ensemble de Fatâbâd à Boukhara », Cahiers d’Asie centrale, 7 | 1999, 195-210.

Référence électronique

Bahtijar Babadžanov, « Monuments épigraphiques de l’ensemble de Fatâbâd à Boukhara », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 25 mars 2010, consulté le 25 février 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/577

Haut de page

Auteur

Bahtijar Babadžanov

Institut d’orientalisme de Académie des Sciences de l’Ouzbékistan, Prospekt akademika Kh. Abdullaeva, 81, 700170 Tachkent, Ouzbékistan.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org