Navigation – Plan du site
I. Première partie
Les lettrés et leurs livres

Lettrés, patrons, libraires. L’apport des recueils biographiques sur le rôle du livre en Asie centrale aux XVIe et XVIIe siècles

Maria Szuppe
p. 99-115

Texte intégral

  • 1 Pour les détails sur l’histoire politique et économique de la région, voir A. Burton, The Boukharan (...)

1Aux XVIe et XVIIe siècles, le Mavarannahr (Transoxiane) gouverné par les khans ouzbeks des dynasties cousines successives des Shaybânides et Jânides1, hérite à un degré important, tout comme l’Iran et l’Inde du Nord, des traditions culturelles timourides, sans qu’il s’agisse, et loin de là, d’une composante culturelle unique. Mais il est certain que c’étaient les traditions auxquelles les intellectuels et les lettrés centre-asiatiques s’identifiaient le plus volontiers et qui les ont marqués le plus profondément.

  • 2 Un certain nombre de taẕkira mentionne des femmes poètes et lettrées, alors que Fakhrî Haravî leur (...)

2L’ampleur de la vie intellectuelle et artistique dans l’empire timouride au XVe siècle (1405-1506), a été remarquable, grâce, entre autres, à un épanouissement sans précédent du mécénat princier et privé. C’est à cette époque que la culture littéraire se propage dans toutes les couches de la société, sans se limiter aux élites, et sans exclure le milieu féminin2.

3En dehors des œuvres que les savants, les littérateurs et les artistes ont laissées derrière eux et dont une partie s’est conservée jusqu’à nos jours, il existe un type particulier de sources écrites qui contiennent une quantité insoupçonnable de renseignements sur la vie intellectuelle de l’Asie centrale médiévale et moderne. Il s’agit des taẕkira, recueils de biographies et anthologies poétiques, genre littéraire très développé à l’époque, aussi bien en Iran et en Inde qu’en Asie centrale. Les taẕkira contiennent les biographies des personnages avec des échantillons de leurs œuvres poétiques. Ces biographies peuvent être arrangées selon l’ordre alphabétique (soit des noms, soit des takhalluṣ ou noms de plume), ou selon d’autres critères, d’habitude selon la classe sociale (les princes et les émirs, les religieux, les autres catégories), ou avec de vagues regroupements chronologiques (les personnages ayant vécu sous tel ou tel prince, ou les personnages décédés et ceux encore en vie à l’époque de l’auteur, etc.). La longueur des notices individuelles peut être très variable.

  • 3 Des manuscrits de ces ouvrages sont conservés en Asie centrale, parfois en nombre très important. V (...)
  • 4 Khwâja Ḥasan Nisârî Bukhârî est l’auteur du recueil de biographies intitulé Muẕakkir al-aḥbâb, écri (...)

4La nature de ces textes fait qu’ils fournissent des informations souvent inexistant dans d’autres sources écrites, notamment sur l’organisation et le fonctionnement de la vie sociale, économique, culturelle, et même politique. La tradition des taẕkira de Boukhara et de Samarcande des XVIe et XVIIe siècles se rattache surtout à l’école du Khorassan et se réclame plus particulièrement de noms tels que ceux de Dawlatshâh, Mîr ‘Alî Shîr Navâ’î ou ‘Abd al-Raḥmân Jâmî, mais aussi de Fakhrî Haravî. Elle reconnaît également l’apport des auteurs iraniens, tels Sâm Mîrzâ au XVIe et Muḥammad Ṭâhir Naṣrâbâdî au XVIIe siècle, et indo-iraniens, tel Kâmî Qazvînî, et d’autres3. Les principaux auteurs centre-asiatiques, Khwâja Ḥasan Nisârî Bukhârî (m. 1004/1595-96), Muṭribî Samarqandî (m. après 1037/1627), Badî‘ Muḥammad Malîḥâ Samarqandî (m. après 1100/1690) ou encore Muḥammad Ṣâdiq (mais son ouvrage est aujourd’hui perdu)4, font tous partie du même courant, et il y a un lien particulièrement fort entre les œuvres de Muṭribî et de Ḥasan Nisârî, son prédécesseur et maître.

5Malgré ce lien profond avec l’école du Khorassan, les taẕkira centre-asiatiques ont développé leurs caractéristiques propres. Leurs auteurs ont notamment la qualité de s’être investis, plus qu’ailleurs, dans les « recherches sur le terrain » pendant de nombreux voyages d’études tant dans les provinces du Mavarannahr qu’en dehors de ses frontières, voyages qu’ils ont entrepris dans le but de rassembler du matériel nouveau. Leurs ouvrages, intégrant les résultats de ces enquêtes, deviennent ainsi des sources de très grande valeur pour les biographies et les événements contemporains.

6Le présent article met à profit les informations trouvées dans les recueils biographiques consacrés aux poètes et aux savants centre-asiatiques des XVIe et XVIIe siècles. Il tente d’éclairer certains aspects de la vie intellectuelle de l’époque, notamment l’attitude envers le patrimoine écrit et littéraire, et envers celui qui le crée, l’importance du mécénat pour les lettrés, le rôle du livre et les moyens de promotion de la culture livresque en général.

Qu’est-ce qu’un lettré ?

  • 5 Muṭribî, Nuskha-yi zibâ-yi Jahângir, édition, p. 235-237/manuscrit, f. 168b-170a [plus loin : Nuskh (...)

7Quelques aspects caractéristiques de la vie intellectuelle de l’Asie centrale aux époques médiévale tardive et moderne doivent être soulignés ici. D’abord, le paradoxe de la quasi-impossibilité d’étudier l’Asie centrale seule, sans rendre compte de l’existence d’un vaste espace culturel commun au monde irano-musulman oriental dont elle fait partie. L’appartenance du Mavarannahr à cet espace le lie à l’Iran (surtout oriental et central) et à l’Inde du Nord, et le place en partenaire d’une continuelle circulation des œuvres et des idées. Bien que le multilinguisme soit la norme, le persan reste le véhicule privilégié de la création intellectuelle non religieuse sur ces territoires. Lorsque certains poètes du Mavarannahr composent également en turc oriental, appelé alors turkî ou chaghatây, ce fait est indiqué dans nos sources comme une information supplémentaire. C’est, par exemple, le cas de Dust Vafâ’ Biy Âtâliq Durmân à la fin de XVIe siècle, poète bilingue (dû-zabân), issu du milieu de l’aristocratie turco-mongole5.

  • 6 Taẕkira, f. 44a-b.
  • 7 Voir, par exemple, Brian V. Street, Literacy in theory and practice, Cambridge University Press, Ca (...)
  • 8 Nuskha, p. 133/f. 94a.

8Le deuxième paradoxe touche à la définition même d’un intellectuel ou d’un lettré, point important si nous devons essayer de comprendre l’ampleur de la vie intellectuelle génératrice – pour ce qui nous concerne – du patrimoine écrit. Sans prétendre à donner ici des réponses définitives, cette question doit être signalée : qui peut être qualifié de « lettré », de « littérateur », d’« érudit », de « poète » ?... À l’analyse des sources biographiques, il apparaît qu’un lettré ne se contentait que rarement de la seule composition de poèmes, mais cultivait d’autres domaines de l’art et du savoir, tel Asûdî-yi Bukhârî qui, au début du XVIIe siècle, était également ḥâfiẓ (récitant du Coran), calligraphe accompli, excellant en écritures naskh, sulset rayḥân, et expert en musique6. De plus, il semble essentiel de rappeler que la vie littéraire était alors présente à tous les niveaux de la société : phénomène facilité par la vivacité de la transmission orale, mais aussi par la relative ouverture, traditionnelle dans la société musulmane, de l’accès à une alphabétisation et à une éducation de base de toutes les couches de la société7. Cependant, il est le plus souvent impossible, sauf mentions explicites dans les sources de l’époque, de faire la part de l’écrit et de l’oral. De nombreux exemples tirés des nos sources montrent qu’un poète ou un littérateur, de même qu’un musicien ou un copiste etc., n’était pas toujours issu des couches aisées (militaire, religieuse, administrative). Aux célèbres « entretiens » (suḥbat) que Nisârî tenait dans sa maison de Boukhara, étaient admis non seulement les notables mais aussi les gens du commun (‘avâmm)8.

  • 9 Les exemples sont très nombreux. Citons Bâqî Kaffâsh, cordonnier (Taẕkira, f. 63b-64a), Dar‘a’î Jâr (...)
  • 10 Kâmî Qazvînî, f. 85b ; originaire du village de Kuljâr situé à 3 farsakh de Kâshân, il se consacra (...)
  • 11 Nuskha, p. 114/f. 78a-b, sur Mazâḥî.
  • 12 Nuskha, p. 202/f. 144a-b, sur Jujak Beg Qalandar.

9Dignitaires de la cour, militaires, fonctionnaires, scribes du bazar, maîtres artisans, commerçants : ils sont tous inclus, sans distinction, dans les recueils des biographies de poètes, littérateurs et savants9. Lorsqu’on y ajoute un agriculteur (mard-i kishâvarzî), écrivant sous le nom de plume de Ghażanfarî10, un mendiant11, ou un derviche errant, qalandar – parfois issu d’une « bonne famille », il est vrai12 –, il devient évident que, en dehors des poètes et savants officiels de la cour qui percevaient un salaire pour leur travail créatif, « lettré, poète, littérateur » n’est pas un métier mais un statut. Nous avons affaire à un groupe trans-social auquel on peut appliquer le terme générique d’« intellectuels ».

  • 13 Voir notamment R.D. McChesney, « "Barrier of Heterodoxy ?" : Rethinking the Ties Between Iran and C (...)
  • 14 Il ne s’agit ici ni de pèlerinage ni d’émigration politique forcée et définitive, qui est une ruptu (...)
  • 15 Nuskha, p. 202/f. 144a-b.
  • 16 Nuskha, p. 248-250/f. 177b-179a.
  • 17 Nuskha, p. 173/f. 122a-b, l’intellectuel semble être bien installé en Inde et se consacrer à la com (...)
  • 18 Nuskha, p. 173-175/f. 122b-124b.

10Enfin, l’étude des biographies individuelles de centaines de littérateurs et de savants, permet d’observer l’existence d’un va-et-vient constant des personnes entre l’Iran (malgré la prétendue « barrière » du chiisme-sunnisme, très perméable alors13), l’Asie centrale et l’Inde du Nord. Le milieu intellectuel n’est pas statique. Les gens voyagent dans tous les sens à l’intérieur de ce triangle imaginaire dont les points pourraient être symboliquement Ispahan et Chiraz, Boukhara et Samarcande, Kaboul et Delhi14. La circulation des nouveautés littéraires, des idées, etc. se trouve ainsi assurée. Les frontières politiques ne sont pas les frontières culturelles, et les gens s’intéressent à ce qui se fait ailleurs ; les nouveautés, comme les nouvelles voyagent. Ainsi, Jujak Beg Qalandar, originaire de Miyânkâl (district entre Samarcande et Boukhara), est allé à Samarcande, puis à Boukhara, puis vers l’Inde ; il a été aperçu à Agra par des gens de Samarcande qui ont colporté cette information en Mavarannahr15. Lorsque Muṭribî séjourne à Lahore, il apprend qu’un certain Mawlânâ Turâbî de Balkh, qu’il a rencontré une fois à Balkh, puis à Boukhara en 1035/1625-26, où il a trouvé la faveur du souverain Imâm-Qulî Khân, est devenu très célèbre à Samarcande16. De même, on reçoit parfois à Boukhara des nouvelles du littérateur Mawlânâ Ṣâliḥî Nadâ’î Shaykhî qui a quitté Boukhara pour l’Inde à cause du manque de faveur dont il jouissait auprès du grand émir Qul-Bâbâ Kukaltâsh (m. 1006/1598)17. Un autre proche de Qul-Bâbâ Kukaltâsh, Ḥâjjî Dust Muḥammad arrive de l’Asie centrale en Inde où il est reçu par l’empereur Akbar (r. 963-1014/1556-1605). Non seulement celui-ci le questionne en détail sur les poètes alors en vogue au Mavarannahr, mais aussi il lui demande de réciter leurs vers. Akbar ayant particulièrement apprécié ceux de Kamâlî, poète de Boukhara, il renvoie Dust Muḥammad dans cette ville avec le cadeau de 1000 roupies destiné à Kamâlî en témoignage de son admiration18.

Le mécénat en faveur des intellectuels

  • 19 Kâmî Qazvînî, f. 56b, la demande a été accordée.

11Des nombreuses mentions dans nos sources nous permettent de saisir l’importance que les souverains et dignitaires des dynasties ouzbèkes attachaient au cercle de savants et de lettrés qui les entouraient. Une anecdote édifiante à ce sujet est racontée à propos de Mawlânâ Abû’l-Khayr ‘Âshiq, originaire de Miyânkâl, ouléma renommé qui avait étudié également la médecine, l’astrologie (nujûm) – branches du savoir tenues en grande estime – et d’autres sciences ; il était aussi poète. Ancien proche de la cour du dernier timouride, Sulṭân-Ḥusayn Bâyqarâ (m. 912/1506), il passe au service des Ouzbeks Muḥammad Khân Shaybânî (m. 916/1510) puis ‘Ubaydallâh Khân (m. 946/1540). Lorsque ce dernier khan désire accorder une faveur à un émir fidèle, Kistân Qarâ Sulṭân, alors gouverneur de Balkh, celui-ci demande que ‘Âshiq passe à son service, pour qu’il puisse profiter de son savoir19.

  • 20 En Iran, les maisons de café (qahva-khâna) servaient également des lieux pour ces rencontres, voir (...)
  • 21 Sur le mécénat, voir les remarques intéressantes de McChesney, « Anthology », p. 73-78 ; L. Golombe (...)

12Cet exemple montre l’importance que l’on attachait à l’époque à la création littéraire et intellectuelle, tout comme au savoir en général. Il était courant que les savants et les lettrés se rassemblent, pour des discussions, dans les lieux publics (mosquées, madrasa), ainsi que dans les maisons privées20. Cependant, c’est le mécénat princier et privé qui a joué un rôle important dans le développement d’une vie intellectuelle intense, et ceci malgré les troubles politiques – inter-dynastiques et internationaux – et les épisodes guerriers qui agitaient l’Asie centrale à ces époques. Le mécénat s’exercait à chaque niveau depuis la cour royale, en passant par les cours provinciales et en finissant avec les maisons des dignitaires, grands et petits. Devenir le patron d’un cercle d’artistes et intellectuels était une exigence sociale pour les membres des élites, égale à celle du mécénat architectural ou de la charité pieuse. Symbole visible et matériel de la création intellectuelle, le livre devient non seulement un objet de savoir et d’art, mais aussi l’attribut d’un certain milieu social. Il occupe ainsi une place privilégiée dans les actions des mécènes, tant pour sa production que pour sa conservation21. Pour le Mavarannahr aux XVIe et XVIIe siècles, trois centres principaux de le vie intellectuelle prospèrent : Boukhara, Samarcande et Balkh ; ils sont suivis timidement, de loin, par Tachkent.

Les bibliothèques et les assemblées littéraires

  • 22 Sur l’organisation du travail des ateliers de production des livres, voir Yves Porter, Peinture et (...)
  • 23 Certains de ces manuscrits sont décrits pour la première fois par L. et L. Dodkhudoeva, dans le pré (...)
  • 24 Voir K. Kubo, « Metsenatskaja dejatel’nost’ Alishera Navoi », Obshchestvennye nauki v Uzbekistane, (...)
  • 25 Leurs noms ont été relevés par Kubo, « Metsenatskaja dejatel’nost’ », p. 25. Les peintres Bihzâd, m (...)
  • 26 Khwândamîr, Faṣlî az Khulâṣat al-akhbâr, éd. Sarvar Guyâ I‘timâdî, Kaboul, 1324 Sh/ 1945, p. 71-77 (...)

13Les bibliothèques (kitâb-khâna) étaient aussi bien des « trésoreries » (khazîna al-kutub) – lieu de conservation des volumes –, que des ateliers de production des manuscrits22. Elles fonctionnaient dans les cours royales et princières et sous leur patronage. À l’époque timouride, la bibliothèque de Shâh-Rukh puis de Sulṭân-Ḥusayn Bâyqarâ, à Hérat, était célèbre pour les chefs-d’œuvre qu’elle contenait ou qu’elle produisait23. À Hérat, en dehors du kitâb-khâna royal, celui de Mîr ‘Alî Shîr Navâ’î (m. 906/1501), un de plus puissants émirs timourides, grand mécène et homme de lettres, a certainement été pris comme modèle par les khans ouzbeks24. L’entourage immédiat de Navâ’î à Hérat compte, sur 67 personnes identifiées, 38 littérateurs, 11 calligraphes, 6 peintres et 6 musiciens25. Les sources de l’époque parlent avec émerveillement de sa bibliothèque privée et donnent la liste des calligraphes et peintres qui y sont employés contre un salaire26.

  • 27 Nisârî, f. 29a-b. Il s’agit du renommé calligraphe et peintre Mîrak Kitâbdâr. Khwândamîr, KhA, p. 7 (...)
  • 28 Akimushkin, « Biblioteka », p. 332.

14Vers le milieu du XVIe siècle, à Boukhara, fonctionnait le kitâb-khâna de ‘Abd al-‘Azîz Khân Ier (947-957/1540-1550), fils de ‘Ubaydallâh Khân Shaybânî, institution que Nisârî mentionne avec admiration. Son bibliotécaire-en-chef (kitâbdâr), Mawlânâ Sulṭân Mîrak « Munshî » (le Secrétaire), était un excellent calligraphe et un peintre remarquable27. D’autres bibliothécaires du XVIe siècle, qui ont suivi à ce poste Sulṭân Mirâk Kitâbdâr, sont cités par Akimushkin : Mawlânâ ‘Abdallâh Munshî, qui détenait le poste vers 961/1553-54, et Mîr Ḥusayn Ḥusaynî Naṣafî, qui était bibliothécaire dans la période après 961/1553-5428.

  • 29 Akimushkin, « Biblioteka », p. 325-326. La bibliothèque est considérée comme une partie essentielle (...)
  • 30 Nisârî, f. 88b-89a. Sulṭân-‘Alî Mashhadî est notamment l’auteur d’un traité sur l’art de la calligr (...)
  • 31 Nisârî, f. 30b, 89a-b. Il s’agit sans aucun doute de Kamâl al-Dîn Mîr Jân, connu comme Mîr ‘Alî Har (...)

15La bibliothèque apparaît ainsi non pas comme la création d’un seul homme ou d’un seul règne, mais comme une institution qui se constitue et se développe pendant de longues années, voire des siècles. Akimushkin fait une remarque judicieuse posant la question de savoir quelle était la partie de la bibliothèque timouride de Hérat qui enrichit celle de Boukhara lorsque les Shaybanides ont dû évacuer le Khorassan à plusieurs reprises durant la première moitié du XVIe siècle29. Nombre d’artistes et de savants timourides restent au service des Shaybanides à Hérat, tel le célèbre calligraphe Sulṭân-‘Alî Mashhadî (m. 926/1520), qui porte le titre de Malik al-kuttâb, le « Roi des calligraphes », sous Muḥammad Khân Shaybânî (à Hérat, 913-916/1507-1510)30. D’autres, comme son disciple renommé Mîr ‘Alî « Kâtib » (le Calligraphe), originaire de Hérat, suivent les Shaybanides en Asie centrale. Mîr ‘Alî Kâtib, mentionné par Nisârî aussi comme Amîr ‘Alî Ḥusaynî, portait le titre de Malik al-kuttâb non seulement à la cour de ‘Abd al-‘Azîz, mais déjà sous le règne de son père, ‘Ubaydallâh Khân ; il excellait en écritures ta‘lîq et naskh et était admiré pour ses poésies, notamment pour son talent à composer des chronogrammes31.

  • 32 Pour le fonctionnement de cette bibliothèque sous ‘Abd al-‘Azîz Khân II, voir les articles d’Y. Por (...)
  • 33 Voir Szuppe, « Female intellectual milieu », p. 129 et les notes correspondantes ; il était marié a (...)

16La bibliothèque de Boukhara, « héritée » des Shaybanides par les Jânides, continue de fonctionner à la fin du XVIe et au XVIIe siècle, notamment sous ‘Abdallâh Khân II (991-1006/1583-1598), Imâm-Qulî Khân (1019-1051/1611-1641) et ‘Abd al-‘Azîz Khân II (1645-1680)32. Au même moment, dans les cours provinciales, les gouverneurs et les princes de rang royal entretenaient leurs propres bibliothèques. Par exemple, à la fin de l’époque timouride, le propre frère de Mîr ‘Alî Shîr Navâ’î, Amîr Darvîsh ‘Alî, détenait le poste de bibliothécaire-en-chef à Balkh33.

  • 34 Nisârî, f.l35a-b ; et Nuskha, p. 74-78/f. 48a-50b. Né à Marv dans le Khorassan, il serait arrivé à (...)
  • 35 Nuskha, p. 75, 77/f. 48b, 50a.
  • 36 Nuskha, p. 75, 77/f. 48b, 50a ; Fazlullah, « Poets », p. 121.

17Un des plus célèbres poètes et satiristes de Samarcande et Boukhara, Kamâl al-Dîn Mushfiqî (m. 994/1588), dont les talents incluaient des connaissances en astrologie (nujûm) et une bonne pratique de la géomancie (raml), détenait le poste de kitâbdâr à Samarcande, alors l’apanage des khans kuchkunjides. Il a du être nommé à cette fonction dès avant 974/1566, car il est déjà mentionné avec ce titre par Nisârî. Il l’aurait gardé sous les gouvernorats des Kuchkunjides Sulṭân-Sa‘îd Khân (975-980/1567-1573) et Javânmard-‘Alî Khân (980-986/1573-1578)34. Selon Muṭribî, après « l’arrivée au pouvoir » de ‘Abdallâh Khân II (il s’agit de sa prise de Samarcande, en 1578), il se présenta à sa cour et le khan, absolument ébloui par ses dons de poète, l’a maintenu à son poste de kitâbdâr. Ce souverain admirait tellement ses vers qu’ils les faisait inscrire sur du papier d’or (kâghaẕ-i zarrî)35. Mais c’est seulement après son voyage en Inde, effectué en 986-987/1578-1580, et pendant lequel il avait sans succès tenté de se faire admettre à la cour d’Akbar, que Mushfiqî rejoignit celle de ‘Abdallah II à Boukhara, y obtenant le titre honorifique de Malik al-shu’arâ’, le « Roi des poètes »36.

  • 37 Nuskha, p. 220/f. 157b-158a. Sur ordre du khan, on l’avait aveuglé, et on lui avait coupé la langue (...)
  • 38 Nuskha, p. 221-222/f. 158a-159a. Tombé dans la défaveur, lui aussi, il s’enfuit à Balkh.
  • 39 Mîrzâ Ḥusayn protégeait particulièrement les ḥâfiẓ qu’il faisait venir par trentaine à la fois pour (...)

18Les taẕkira nous livrent les noms de deux bibliothécaires-en-chef à Boukhara en poste durant le règne d’Imâm-Qulî Khân. Le premier de ces dignitaires, Mîrzâ Yâdgâr Kitâbdâr, toujours en vie en 1035/1625-26 mais affreusement mutilé après avoir perdu la faveur du khan, avait été un calligraphe renommé, notamment pour les écritures naskh et nasta‘lîq37. Mîrzâ Ḥusayn Kitâbdâr, qui a remplacé Mîrzâ Yâdgâr à son poste, était également considéré comme un calligraphe hors pair en naskh et nasta‘lîq. Non seulement il était poète, écrivant ses vers sous le nom de plume de Nâkâm, mais il s’intéressait également aux sciences38. Mîrzâ Ḥusayn, frère utérin de Qâżî Mîrzâ Beg (m. 1030/1621), gouverneur de Boukhara sous Imâm-Qulî Khân, était également connu comme un généreux mécène des savants et des poètes de Boukhara, de Samarcande, de Ḥiṣâr et de « partout ailleurs » ; Muṭribî le connaissait personnellement39.

  • 40 Nuskha, p. 224-225/f. 160b-161a, dit qu’il avait été un « protégé » (tarbiyat yâfta) de Mîrzâ Beg. (...)
  • 41 Nuskha, p. 250-251/f. 179a-180a, il a fini sa carrière en Inde à la cour de Jahângîr.

19Des artistes, des calligraphes, des peintres et des relieurs cherchaient à se faire engager par le kitâb-khâna, comme par exemple un certain Ḥâjjî Shitâbî à qui sa bonne maîtrise des écritures naskh et ta‘lîq permit de trouver un emploi dans la bibliothèque royale (pâdshâhî) d’Imâm-Qulî Khân, après la mort de son patron précédent, Qâżî Mîrzâ Beg40. Mawlânâ Darvîsh Muḥammad Samarqandî surnommé « Kâtib-muṣavvir » (calligraphe-peintre), disciple de Muṭribî et ancien protégé de Qâżî Mîrzâ Beg à Boukhara, avait reçu le titre honorifique de Malik al-kuttâb à la cour du prince Nadr Muḥammad Khân b. Dîn Muḥammad Khân, gouverneur de Balkh sous le règne de son frère Imâm-Qulî Khân. Calligraphe inégalé en styles naskh et ta‘lîq, il avait la particularité de savoir imiter l’écriture des autres calligraphes, notamment celle de Mîr ‘Alî, sans que personne ne puisse les distinguer41.

  • 42 Subtelny, « Literary Life ». Il y a de nombreux exemples dans les sources.
  • 43 Nuskha, p. 133/f. 93b-94a ; Taẕkira, f. 72b-73a, 114a-115a, et passim.

20En dehors de la cour, le mécénat des intellectuels s’exerçait grâce aux dignitaires et aux personnalités en vue de toutes sortes. Les « assemblées » ou « entretiens » littéraires (majlis, ou suḥbat), dont les plus célèbres – et considérées comme inégalées – avaient été celles de Mîr ‘Alî Shîr Navâ’î à Hérat au XVe siècle, permettaient la rencontre et l’échange entre un nombre important d’intellectuels et de lettrés, attisant les rivalités et stimulant la créativité42. Ainsi à Boukhara, la renommée des assemblées littéraires et séances de travail chez Nisârî, qui avait une grande influence sur ses contemporains, s’est répandue dans tout le Mavarannahr. Non seulement ses propres disciples se rassemblaient chez lui, mais aussi les intellectuels de passage, les voyageurs-poètes, les grands et les notables (akâbir va ashrâf) et, comme nous l’avons déjà dit, le peuple de Boukhara43.

  • 44 Nuskha, p. 231/f. 165a. Nadr Muḥammad était frère utérin cadet d’Imâm-Qulî Khân. L’événement eut li (...)
  • 45 Taẕkira, f. 57b-60b, il était l’auteur de ghazal, de poèmes épiques (Yûsuf va Zulaykhâ, Tuḥfat al-a (...)
  • 46 Nuskha, p. 140/f. 99a-b.

21À Balkh, Nadr Muḥammad Khân organisait des assemblées et des « concours » littéraires ; un de ces concours portait sur la meilleure « réponse » (javâb) à une qaṣîda particulière pré-choisie44. À Boukhara, Muṭribî et Mawlânâ Bâqî Darzî Bukhârî, lequel enseignait les sciences religieuses (‘ulûm) à Boukhara et à Samarcande, avaient l’habitude de se dire mutuellement des javâb dans les assemblées organisées chez lui par Fatḥallâh Qûshbegî45. Le javâb était un exercice poétique alors très à la mode et le restera plus tard ; il s’exerçait parfois entre deux, ou même plusieurs personnes, à de très grandes distances géographiques. Ainsi par exemple, Qul-Bâbâ Kukaltâsh, grand émir et vizir de ‘Abdallâh Khân II, lorsqu’il était gouverneur de Hérat, écrivait des ghazal et les envoyait à Ḥasan Nisârî à Boukhara pour que celui-ci compose des javâb à ces vers46.

  • 47 Nuskha, p. 139-143/f. 98b-101a, pour Qul-Bâbâ Kukaltâsh, et ibid., p. 140/f. 99a-b, pour son projet (...)
  • 48 Nuskha, p. 173/f. 122a-b. Voir aussi note 17.
  • 49 Nuskha, p. 147-148/f. 104a-105a, pour Râmitânî (qui lui a également dédié un panégyrique au moment (...)
  • 50 Nuskha, p. 217-218/f. 155a-156a, sur Mawlânâ Ṣâbirî, et ibid., p. 171-172/f. 120b-121a, sur Mawlânâ (...)

22Le même Qul-Bâbâ Kukaltâsh, qui écrivait sous le nom de plume de Muḥibbî, a composé un nombre de vers assez important pour qu’ils soient rassemblés en un dîvân. Il était l’un de ces grands mécènes du Mavarannahr de la fin du XVIe siècle dont le modèle était Mîr ‘Alî Shîr Navâ’î. Non seulement il s’entoura de poètes, de savants et d’artistes, organisait des assemblées et des fêtes où les danses et la musique n’étaient pas absentes, mais il exerça aussi un mécénat dans le domaine de l’architecture en faisant ériger des madrasa, des mosquées, des khânaqâh et des rabâṭ (foyers des derviches et des voyageurs), des hammams et autres constructions d’utilité publique au Mavarannahr et au Khorassan. Son grand projet d’écrire (ou de faire écrire) un recueil des poèmes de tous les poètes contemporains, prenant pour modèle le Majâlis al-nafâ’is de Navâ’î, n’a finalement pas été réalisé47. Mais il passa des commandes pour la composition d’autres ouvrages, alors que certains auteurs lui dédiaient leurs oeuvres. Il commanda à Mawlânâ Ṣâliḥî Nadâ’î un traité sur l’art des énigmes poétiques, les mu‘ammâ ; l’ouvrage terminé ne lui ayant pas plu, l’auteur dut quitter sa cour48. Les mu‘ammâ, un autre genre très à la mode aux XVIe et XVIIe siècles, devaient être particulièrement appréciés par Qul-Bâbâ Kukaltâsh, car d’autres auteurs lui dédièrent des ouvrages sur ce sujet, tels Qâżî Pâyanda Muḥammad Râmitânî, en plus de son autre ouvrage plus général sur l’art poétique (intitulé Tanqîd al-durar), et Jamîlî Bukhârî49. Parmi les poètes et savants de son entourage, il y avait encore Mawlânâ Ṣâbirî, fils du célèbre savant Ḥâfiẓ-i Tâshkandî (Kuhakî) qui l’accompagna dans son voyage en Iran, ainsi que Mawlânâ Mulla [sic !] Nâ’î50.

  • 51 Nuskha, p. 230-231/f. 164b-165a.
  • 52 Nuskha, p. 230-231/f. 164b-165a. Le khan écartait complètement le suffixe « yây » qui dénote un adj (...)
  • 53 Nuskha, p. 250-251/f. 179a-180a. Voir aussi plus haut.

23Lors de son séjour à Balkh en 1035/1625-26, Muṭribî fut accueilli à la cour de Nadr Muḥammad Khân. Celui-ci devint pour un temps le patron du littérateur, ce qui explique la profusion de louanges que l’auteur déverse sur ce prince, dont le gouvernement aurait apporté aux gens de Balkh la prospérité et le bonheur, etc.51. Nous avons déjà parlé plus haut des assemblées et concours littéraires qui se tenaient à la cour de Nadr Muḥammad Khân. Mais nous ne pouvons pas savoir de manière sûre, dans ce cas comme dans tous les autres, dans quelle mesure le gouverneur s’intéressait véritablement à la poésie et jusqu’à quel point il ne faisait que se conformer aux courants culturels et sociaux de son époque, mais il semble certain que sa cour devint un pôle d’attraction pour les différents intellectuels. Les poètes qui y venaient, nous raconte Muṭribî, se voyaient octroyer un nom de plume par le khan en personne ; c’était surtout le cas lorsque les poètes en question étaient « des émirs » (membres des élites politico-militaires). Du coup, certaines personnes se retrouvaient parfois avec des noms de plume inhabituels ou étonnants (‘ajab takhalluṣhâ paydâ shuda ast)52. Parmi les gens qui ont profité du patronage de Nadr Muḥammad Khân, il y eut Mawlânâ Darvîsh Muḥammad « Kâtib-muṣavvir », déjà mentionné plus haut, calligraphe et littérateur expert dans l’art de la rédaction (inshâ’), les belles lettres (sukhanârâ) et la poésie (naẓm)53.

  • 54 Taẕkira, f. 50a-51a, ne mentionne pas le Taẕkira-yi Darvîsh ‘Alî-yi Changî.
  • 55 Taẕkira, f. 79a-80a. Ne pas confondre ce personnage avec Davâ’î Bukhârî, disciple de Nisârî (sur lu (...)

24Un des princes de la dynastie jânide, Bâqî Muḥammad Khân, pendant la courte période où il était gouverneur de Samarcande (dès 1598), avait notamment sous sa protection le musicien, et musicologue, Darvîsh ‘Alî-yi Changî (Ibn-i Changî) qui était non seulement un virtuose du chang (tout comme l’était son père), mais aussi l’auteur d’un traité sur l’art de la rédaction (inshâ’) et d’un ouvrage consacré à la musique et aux musiciens, connu comme Taẕkira-yi Darvîsh ‘Alî-yi Changî54. Il y avait également, dans l’entourage de Bâqî Muḥammad Khân, un certain Davâ’î Samarqandî, poète spécialisé en ghazal mais surtout, comme le suggère son nom de plume, « Davâ’î » (le Droguiste), expert en sciences médicales (‘ilm-i ṭibb) et auteur d’un traité sur la médecine intitulé Favâ’id-i hâshimîya55.

  • 56 Taẕkira, f. 62a-b ; Burton, The Bukharans, p. 28.
  • 57 Taẕkira, f. 62b-63b.

25Nous pourrions multiplier ces exemples, pour les khans et les sultans des dynasties ouzbèkes qui tous suivaient le même modèle pour adhérer à leur image de grandeur. Ainsi, Bâqî de Boukhara, spécialiste des quatrains, était rattaché à la cour d’Abû’l-Khayr Sulṭân b. Javânmard ‘Alî Khân (désigné à l’apanage de Samarcande en 986/1578, à la place de son père emprisonné par ‘Abdallâh Khân II)56 ; ‘Abd al-Mu’min Khân b. ‘Abdallâh Khân II (r. février-juin 1598/1006) avait à son service Bûrî-yi Balkhî, qui participait aux « entretiens » (suḥbat) tenus à la cour du khan57, etc.

L’attitude des collectionneurs envers leurs livres : quelques exemples

Samarcande

  • 58 Nuskha, p. 183-184/f. 131a.
  • 59 Nuskha, p. 183-185/f. 130b-133b ; Taẕkira, f. 109a-113a ; voir aussi, Akhmedov, Istoriko-geografich (...)

26Certains, et probablement même la majorité des princes et des dignitaires, étaient propriétaires de collections personnelles de manuscrits. Haut dignitaire de l’État des Shaybanides, puis des Jânides, et le propre patron de Muṭribî à Samarcande, Ḥâjjî Biy Atâliq Qûshchî (m. 1019/1610)– dont le vrai nom était Malik Muḥammad Biy Durmân – possédait « des bons livres » (kitâbhâ-yi khûb) qu’il permettait à Muṭribî de consulter. Ce dernier décrit rapidement dans son ouvrage comment, ayant été admis à la cour du dignitaire, il se vit invité à la fréquenter régulièrement ; pour remédier à ses soucis matériels, il reçut une allocation quotidienne de viande, de l’huile pour lampe58, etc. Très versé en sciences religieuses et profanes (‘ulûm va funûn), Ḥâjjî Biy Atâliq était également poète sous le nom de plume de Ḥâjjî. Ses activités de mécène – à Samarcande où il avait été gouverneur (dès 993/1585) avant d’être appelé à d’autres postes – l’amenaient à organiser des sessions littéraires auxquelles furent conviés des intellectuels et des littérateurs59.

Kâshghar

  • 60 Pour tout ce passage, voir Nuskha, p. 231-232/f. 165b-166a. ‘Abd al-Karîm est l’un des derniers rep (...)
  • 61 Il s’agit du Dîvân d’Afżal al-Dîn Badîl b. ‘Alî Khâqânî Shirvânî (m. 594/1198).

27Muṭribî consacre également un paragraphe sur son séjour à la cour de ‘Abd al-Karîm Sulṭân, souverain (pâdshâh) du pays de Kâshghar60. Ce récit nous fait entrevoir un autre aspect de l’attitude envers le patrimoine écrit. À la différence de tous les autres souverains que décrit notre auteur, ‘Abd al-Karîm Sulṭân, n’est pas poète lui-même. C’est la première fois que nous rencontrons un tel cas, mais il ne devait pas être si rare ; le fait d’être « poète » était surtout une partie de l’image idéale du souverain. L’éloignement relatif du Kâshghar des territoires shaybanides et jânides, ainsi que sa situation fréquente d’adversaire politique, peut expliquer le fait que l’auteur n’a pas vraiment vu la nécessité d’en parler selon les conventions habituelles. En tout état de cause, le manque avoué de veine poétique n’empêche en rien ‘Abd al-Karîm de déployer une activité de mécène pour attirer les poètes et les savants (fużalâ’) auprès de lui. Comme dans n’importe quel autre lieu, des assemblées littéraires ont donc lieu à sa cour. Il y a cependant un autre détail intéressant que note Muṭribî. Le souverain possède des coffres entiers (ṣundûqhâ) pleins de « bons livres » de toutes sortes (az bar jins) qu’il a collectionnés. Cependant il ne les lit pas. Il a l’habitude de remettre un livre à un lettré de sa cour et de lui en ordonner la lecture à haute voix. Muṭribî lui-même a été sollicité par ‘Abd al-Karîm et lui a fait la lecture du Dîvân de Khâqânî ; à plusieurs reprises, le souverain lui a demandé le sens de certains mots difficiles61.

28Non seulement, ‘Abd al-Karîm Khân n’est pas poète mais, sans aller aussi loin que de le prendre pour un illettré complet, nous pouvons légitimement soupçonner qu’il ne sait pas lire le persan, principale langue de culture littéraire de l’époque, qu’il semble aussi ne pas connaître très bien. Ceci ne l’empêche pas de jouer son rôle de mécène et de collectionner des livres, symboles de sa position élevée et de son prestige. On rappellera ici que le plus grand mécène de cette époque, l’empereur Akbar lui-même, dont la première éducation avait été très chaotique, ne maîtrisait pas bien la lecture ni l’écriture ; la grande culture qu’il a acquis par la suite lui est venue surtout par imprégnation auditive.

Les livres et leur diffusion

  • 62 Voir, dans ce volume, A. Muminov et Sh. Ziyadov, « L’horizon intellectuel d’un érudit du XVe siècle (...)

29Tout en voyant clairement que la société centre-asiatique musulmane, et plus généralement turco-indo-iranienne, donnait une place importante à l’intellectuel, au livre et à la culture littéraire, nous ne pouvons pas apprécier la juste part de l’écrit et de l’oral dans cette société, le degré réel de la diffusion de la culture littéraire, l’ampleur des phénomènes de mode, etc. Nous connaissons un peu les modes et les goûts littéraires grâce aux citations dans nos sources et, aussi, par la composition des collections des manuscrits, comme celle de Muḥammad Pârsâ à Boukhara au XVe siècle ou celle de Muḥammad Raḥîm Khân à Khiva au XIXe siècle62. Mais beaucoup d’autres questions restent encore sans réponse.

  • 63 Nuskha, p. 161-162/f. 114a.
  • 64 Voir, dans ce volume, Sh. Vahidov et A. Erkinov, « Le fihrist (catalogue) de la bibliothèque de Ṣad (...)

30Il est difficile d’estimer le nombre des livres en circulation aux XVIe et XVIIe siècles. Ceux qui se sont conservés jusqu’à présent constituent souvent les exemplaires de luxe ou de bonne qualité, ayant subsisté plus aisément, alors que l’on connaît l’existence d’une production de « masse ». La plupart des exemplaires peu chers, exécutés dans les bazars, ne sont pas conservés. En revanche, différents fonds des manuscrits disposent d’un nombre relativement important de ce type de livres datant des époques tardives, surtout du XIXe siècle, qui ont été moins victimes de la détérioration. Les sources mentionnent parfois, trop rarement pour l’époque qui nous intéresse, des scribes installés dans le bazar, tel Ma’ṣûmî Bukhârî, fils de Sharaf al-Dîn ‘Alî Vazîr, qui travaillait dans le « bâzâr-i Shîrâzî », à Boukhara intra-muros63. Ces scribes gagnaient leur vie en exécutant, parmi d’autres choses, des copies de livres sur commande. En dehors des copistes de métier, des amateurs copiaient les ouvrages pour leur propre usage ou pour celui de leur proches et amis. Pour le XIXe siècle en Asie centrale, nous disposons de données qui permettent de voir le nombre important de livres, allant parfois jusqu’à des centaines, qu’un seul copiste arrivait à exécuter durant sa vie active ; il n’y a pas de raisons sérieuses de penser que la situation n’était pas comparable aux XVIe et XVIIe siècles64.

  • 65 Sur le commerce des livres aux XVIe et XVIIe siècles en Iran et en Inde, voir les quelques remarque (...)
  • 66 Porter, Peinture, p. 170. Pour comparaison, voir la description du bazar d’Istanbul par Evliyâ’ Che (...)

31Le bazar était le lieu où étaient installés non seulement les scribes, mais aussi les marchands des livres ou plutôt des bouquinistes – peut-on parler déjà de libraires ? –, car les ouvrages qu’ils vendaient étaient essentiellement des vieux livres65. Les sources contemporaines de l’Asie centrale, tout comme les sources iraniennes, contiennent extrêmement peu d’informations sur l’organisation et le fonctionnement du commerce des livres. Les études faites sur l’Iran soulignent que les bouquinistes pouvaient être parallèlement relieurs et restaurateurs du livre (ṣaḥḥâf), papetiers (varrâq)66, etc.

  • 67 Nuskha, p. 165-166/f. 116b. Mushfiqî composait notamment des vers pour moquer certaines caractérist (...)

32Cependant, en Asie centrale, Muṭribî mentionne à plusieurs reprises des bouquinistes de sa connaissance, qu’il désigne par le nom exact de leur métier, kitâb-furûsh, marchand de livres. Dans le dernier quart du XVIe siècle à Boukhara, Mawlânâ Fatḥallâh Fatḥî Kitâb-furûsh avait son commerce installé sous la « voûte du bazar des dinandiers » (zîr-i ṭâq-i bâzâr-i misgarân). Il n’est pas précisé s’il y possédait une échoppe ou s’il n’avait qu’un étal ; rien non plus ne nous permet de soupçonner que son métier principal pût être autre que celui de bouquiniste. Notre source mentionne ce kitâb-furûsh aussi bien pour ses qualités de poète que pour le fait qu’il était détesté par le renommé Mushfiqî, le « Roi des poètes » de ‘Abdallâh Khân II. Mushfiqî avait l’habitude de le railler en public, et ceci même durant les assemblées littéraires en présence du khan67.

  • 68 Nuskha, p. 245/f. 176a.

33Lors de son séjour à Balkh, Muṭribî, toujours à la recherche des informations sur des poètes et littérateurs pouvant alimenter le taẕkira qu’il était en train d’écrire, rendait visite à la boutique (dukkân) de Mullâ Ibrâhîm Kitâb-furûsh ; c’est là qu’il a rencontré, par exemple, le poète Mawlânâ Ṣâliḥ Badakhshî68.

34Les boutiques remplissaient non seulement le rôle de « points de vente », mais aussi de lieux de rencontre pour les intellectuels et les savants, d’autant plus que certains kitâb-furûsh étaient eux-mêmes des lettrés. Ainsi, grâce aux visites dans leur boutique des poètes locaux et ceux de passage, ils étaient informés des nouvelles ou des nouveautés. Du fait de ce lien étroit avec le milieu des intellectuels, au point de s’attirer parfois des animosités, les kitâb-furûsh jouaient peut-être un rôle plus large que celui des simples commerçants.

***

35Les taẕkira de l’Asie centrale conservent donc des témoignages très vivants, et évoquent des scènes de la vie culturelle, prises sur le vif. Ils nous permettent notamment de nous interroger sur le statut d’un « intellectuel » aux XVIe-XVIIe siècles dans le Mavarannahr, mais aussi en Iran oriental et en Inde musulmane. Les mécènes et leurs protégés, représentant tous les domaines du savoir, les bibliothécaires et les calligraphes, les collectionneurs des livres manuscrits royaux ou privés, les intellectuels non liés à la cour, les scribes du bazar et les marchands des livres participaient tous – à des degrés et à des niveaux différents – à la création et à la conservation du patrimoine intellectuel de leur époque.

Haut de page

Notes

1 Pour les détails sur l’histoire politique et économique de la région, voir A. Burton, The Boukharans. A Dynastic, Diplomatic and Commercial History, 1550-1702, Curzon Press, Londres, 1997, et son abondante bibliographie ; eodem., « Descendants et successeurs de Timour : la rivalité territoriale entre les régimes ouzbek, safavide et moghol », Cahiers d’Asie centrale, 3-4 (1997), p. 23-39.

2 Un certain nombre de taẕkira mentionne des femmes poètes et lettrées, alors que Fakhrî Haravî leur dédie au milieu du XVIe siècle un recueil biographique entier, le Javâhir al-‘ajâ’ib ; voir M. Szuppe, « Female intellectual milieu in Timurid and post-Timurid Herât : Faxri Heravi’s biography of poetesses, Javâher al-‘ajâyeb », dans : M. Bernardini (éd.), La civilta Timuride corne fenomeno internazionale, Istituto per l’Oriente, Rome, 1996, vol. I, p. 119-137 (Oriente Moderno, Nouvelle Série, vol. XV/1-2,1996).

3 Des manuscrits de ces ouvrages sont conservés en Asie centrale, parfois en nombre très important. Voir en premier lieu A.A. Semenov (éd.), Sobranie vostochnykh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR, Tachkent, 1953-, 11 volumes parus. La consultation du catalogue sur fiches de l’Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences de l’Ouzbékistan à Tachkent [plus loin : LOT.] apporte d’importants compléments d’information. Voir aussi Fihrist-i dastnavishâ-yi tâjîkî-fârsî-yi Kitâbkhâna-yi Dawlatî-yi R.S.S. Tâjîkistân bâ nâm-i Abû’l-Qâsim Firdawsî, vol. I (A. Yunusov, éd.), Douchanbé, 1971, vols II et III (N. Karamatulloeva, éd.), Douchanbé, 1974 et 1983. Depuis longtemps pressentis comme une source historique précieuse, les taẕkira confirment cette promesse comme le prouvent les récents travaux, consacrés à des auteurs particuliers. Voir Iraj Afshâr, « Le Tazkera-ye Nasrâbâdi. Ses données socio-économiques et culturelles », dans : J. Calmard (éd.), Etudes Safavides, IFRI, Paris-Téhéran, 1993, p. 1-12 ; Robert McChesney, « The Anthology of Poets : Muzakkir al-Ashab as a Source for the History of Seventeenth-Century Central Asia », dans : M.M. Mazzaoui et V.B. Moreen (éds), Intellectual Studies on Islam, Essays written in honor of Martin B. Dickson, Salt Lake City, 1990, p. 57-84 ; et les travaux de Bori A. Akhmedov sur les taẕkira de l’Asie centrale : « Tazkire kak istoricheskij istochnik », dans : Bartol’dovskie chtenija, vol. V (1981), p. 14-16 ; eodem., « Tazkira Mutribî kak istochnik po istorii i kul’ture XVI-XVII v.v. », dans : Istochnikovedenie i tekstologia srednevekovogo Blizhnego i Srednego Vostoka, Moscou, 1984, p. 36-44 ; eodem., Istoriko-geograficheskaja literatura Srednej Azii XVI-XVIII vv. (pis’mennye pamjatniki), Tachkent, 1985. Ils s’ajoutent à ceux, plus anciens, de 2. Jusupov (« Trud Malekho Samarkandi ‘Muzakkir al-askhab’ kak istoricheskij istochnik XVII v. », dans : Tezisy dokladov Respublikanskoj Konferentsii molodykh uchenykh Tadzbikskoj SSR posvjashchennoj XXV s’ezdu KPSS, Douchanbé, 1977, p. 74-75), d’A. Mirzoev (« Boz yak ahamiyati muhimi tazkirai Maleho », Sharqi surkh, 7 (1961), p. 148-152), et de ‘A. Habibi (« Mudhakkir-i aḥbâb-i Nithârî », Âryâna, 19/11 (1340 Sh/1921-22). Voir aussi, pour des considérations plus générales, N. Bland, « On the earliest Persian biography of Poets, by Muḥammad Aùfi, and some other works of the class called Tazkirat ul Shuârâ », Journal of the Royal Asiatic Society, 9 (1848), p. 111-176.

4 Khwâja Ḥasan Nisârî Bukhârî est l’auteur du recueil de biographies intitulé Muẕakkir al-aḥbâb, écrit en 974/1566 (manuscrit utilisé ici : I.O.T., n° 4282 ; édition : Sayyid Muḥammad Fazlullah, Hyderabad, 1389 H/1969 ; traduction en ouzbek (en caractères cyrilliques) : Ḥasankhozha Nisorij, Muzakkiri aḥbob, trad. Ismoil Bekzhon, Tachkent 1993). Muṭribî Samarqandî est l’auteur de deux textes, Taẕkira-yi shu’ara, écrit en 1013/1604-05 (manuscrit I.O.T., n° 2253) et Nuskha-yi zibâ-yi Jahângîr, écrit en 1035/1625-26 (manuscrit India Office, Londres, n° 8617, portant le titre de Târîkh-i Jahângirî ; plusieurs éditions et traductions partielles ; édition intégrale utilisée ici : Ismâ‘îl Beg Jânûf et Sayyid ‘Alî Mawjânî, Qom, 1377 Sh./1998). Badî‘ Muḥammad Malîḥâ Samarqandî a écrit Muẕakkir al-aṣḥâb vers 1100/1690 (manuscrit utilisé ici LOT., n° 4270). Muḥammad Ṣâdiq, contemporain de Muṭribî (fin XVIe-première moitié du XVIIe s.) était l’auteur d’un recueil biographique des poètes contemporains intitulé Riyâż al-shu’arâ’, qui jouissait apparemment d’une certaine notoriété à son époque mais que nous connaissons seulement grâce aux mentions dans d’autres sources (Muṭribî, Taẕkira-yi shu’arâ’, ms I.O.T., n° 2253, f. 192b-193b [plus loin : Taẕkira] ; Maliḥâ Samarqandî, Muẕakkir al-aṣḥâb, ms I.O.T., n° 4270, f. 40a [plus loin : Malîḥâ]). Une autre source à exploiter ultérieurement serait certainement le Nishtar-i ‘ishq de Ḥusayn-Qulî Khân ‘Azîm-âbâdî ‘Âshiq (manuscrit I.O.T., n° 2090 ; édition non critique : Aṣghar Jân-fidâ, Douchanbé 1981-1988, 5 vols), un énorme recueil de biographies des poètes centre-asiatiques, iraniens et indiens, écrit au début du XIXe siècle, mais compilant les données de plus d’une vingtaine de sources des XVIe-XVIIIe siècles.

5 Muṭribî, Nuskha-yi zibâ-yi Jahângir, édition, p. 235-237/manuscrit, f. 168b-170a [plus loin : Nuskha] ; Taẕkira, f. 93b-94a, où il est cité avec son nom de plume de Vafâ’î. Parmi d’autres exemples : Shâh Fanâ’î, « poète chaghatây » (‘Alâ’ al-Dawla b. Yaḥyâ Sayfî « Kâmî » Qazvînî, Nafâ’is al-ma’âsir, manuscrit I.O.T., n° 1858/I, f. 93a-b [plus loin : Kâmî Qazvînî]), Mawlânâ Vâqifî de Marv (Nisârî, f. 80b), Mughûl Khâtûn, fille de Sulṭân-Maḥmûd Khân de Tachkent et épouse de Muḥammad Khân Shaybânî, puis de ‘Ubaydallâh Khân Shaybânî (pour les mentions dans les sources, voir Szuppe, « Female intellectual milieu », p. 129), etc.

6 Taẕkira, f. 44a-b.

7 Voir, par exemple, Brian V. Street, Literacy in theory and practice, Cambridge University Press, Cambridge, 1993 (première éditon, 1984), p. 132-157 (exemple de la « Maktab Literacy » dans le Khorassan des années 1970).

8 Nuskha, p. 133/f. 94a.

9 Les exemples sont très nombreux. Citons Bâqî Kaffâsh, cordonnier (Taẕkira, f. 63b-64a), Dar‘a’î Jârjûnî, fabricant des cottes de maille et des pointes de flèches (zarra-sâz, paykân-gar) (Taẕkira, f. 83b-85b), Jamîl Mîrak Tâshkandî, chargé de chancellerie de Muḥammad Bâqî Biy Dîvân-Begî Durmân, un grand émir de ‘Abdallâh Khân II (Taẕkira, f. 71b), Hashyâr, esclave militaire (Taẕkira, f. 92a-b), Zilâlî Samarqandî, marchand (Taẕkira, f. 107b), etc. Bâbur cite un poète de la cour timouride de Hérat, Ahlî, qui était un « homme du commun » (Bâbur, Le Livre de Babur, trad. J.-L. Bacqué-Grammont, Publications Orientalistes de France, Paris, 1980, p. 216 [plus loin : Bâbur].

10 Kâmî Qazvînî, f. 85b ; originaire du village de Kuljâr situé à 3 farsakh de Kâshân, il se consacra aux études religieuses.

11 Nuskha, p. 114/f. 78a-b, sur Mazâḥî.

12 Nuskha, p. 202/f. 144a-b, sur Jujak Beg Qalandar.

13 Voir notamment R.D. McChesney, « "Barrier of Heterodoxy ?" : Rethinking the Ties Between Iran and Central Asia in the 17th Century », dans : Ch. Melville (éd.), Safavid Persia. The History and Politics oṭan Islamic Society, London-New York, 1996, p. 231-267 ; aussi eodem., « A Pilgrim’s Progress : The Iranian Segment of Abd al-Aziz Khan’s Hajj of 1681-1682 », communication inédite au « 3rd Conference on Safavid Studies », Edimbourg, 19-22 août 1998.

14 Il ne s’agit ici ni de pèlerinage ni d’émigration politique forcée et définitive, qui est une rupture, socialement et géographiquement parlant. Ce genre d’émigration s’était produite périodiquement, par poussées, comme par exemple les départs des littéraires, artistes et savants de Hérat dans les années qui suivirent la prise du pouvoir dans le Khorassan par les Safavides (premier quart du XVIe s.), vers l’Inde et vers l’Asie centrale. Voir, M. Haneda, « Emigration of Iranian Elites to India during the 16th-18th centuries », Cahiers d’Asie centrale 3-4 (1997), p. 129-143 ; S.M. Fazlullah, « Some Persian poets of Transoxiana (Beyond the Oxus) who migrated to India during the early Mughal period (10th century A.D./16th century H.) », dans : R.N. Dandekar and all. (éds), Sanskrit and Indological Studies, Dr V Raghavan Felicitation Volume, Delhi-Patna-Varanasi, 1975, p. 113-126 ; et d’autres.

15 Nuskha, p. 202/f. 144a-b.

16 Nuskha, p. 248-250/f. 177b-179a.

17 Nuskha, p. 173/f. 122a-b, l’intellectuel semble être bien installé en Inde et se consacrer à la composition de traités sur les sciences (‘ulûm).

18 Nuskha, p. 173-175/f. 122b-124b.

19 Kâmî Qazvînî, f. 56b, la demande a été accordée.

20 En Iran, les maisons de café (qahva-khâna) servaient également des lieux pour ces rencontres, voir Malîḥâ, f. 65a, 268a, et passim, pour Ispahan à la fin du XVIIe s.

21 Sur le mécénat, voir les remarques intéressantes de McChesney, « Anthology », p. 73-78 ; L. Golombek, « Discourses of an imaginary arts council in Fifteenth-century Iran », dans : L. Golombek et M. Subtelny (éds), Timurid Art and Culture. Iran and Central Asia in the Fifteenth Century, E.J. Brill, Leiden, 1992, p. 1-17 ; M.E. Subtelny, « Art and Politics in Early 16th Century Central Asia », The Central Asiatic Journal, 27 (1983), p. 123-148.

22 Sur l’organisation du travail des ateliers de production des livres, voir Yves Porter, Peinture et arts du livre. Essai sur la littérature technique indo-persane, IFRI, Paris-Téhéran, 1992, p. 149-165.

23 Certains de ces manuscrits sont décrits pour la première fois par L. et L. Dodkhudoeva, dans le présent volume (« Manuscrits orientaux du Tadjikistan : la collection Semenov »). Nous avons moins d’information sur le fonctionnement du kitâb-khâna de Hérat à l’époque safavide au XVIe siècle ; il était particulièrement actif sous les gouverneurs Shâmlû (troisième quart du XVIe, puis le début du XVIIe s.), notamment sous ‘Alî-Qulî Khân où il était dirigé par Yûl-Qulî Beg, dont le nom de plume était Anîsî ‘Irâqî (voir Taẕkira, f. 54a-55a). Pour le kitâb-khâna safavide à Tabriz, voir O.F. Akimushkin, « O pridvornoj kitâbkhâne sefevida Takhmasba I v Tabrize », dans : Srednevekovyj Vostok : istorija, kul’tura, istochnikovedenie, Moscou, 1980, p. 5-19.

24 Voir K. Kubo, « Metsenatskaja dejatel’nost’ Alishera Navoi », Obshchestvennye nauki v Uzbekistane, 9 (1991), p. 23-26 ; M.E. Subtelny, « Scenes from the Literary Life of Tîmûrid Herât », dans : R.M. Savory et D.A. Agius (éds), Logos Islamikos : Studia Islamica in Honorent Georgii Michaelis Wickens, Toronto, 1984, p. 137-155.

25 Leurs noms ont été relevés par Kubo, « Metsenatskaja dejatel’nost’ », p. 25. Les peintres Bihzâd, maître de la peinture timouride, et Shâh Muẓaffar seraient des anciens protégés (tarbiyat-karda) de Navâ’î (voir Kubo, loc. cit., d’après le Ta’rîkh-i Rashîdî de Mîrzâ Ḥaydar) ; Bâbur, p. 216-217, les cite aussi tous les deux parmi les peintres de l’époque de Sulṭân-Ḥusayn Bâyqarâ.

26 Khwândamîr, Faṣlî az Khulâṣat al-akhbâr, éd. Sarvar Guyâ I‘timâdî, Kaboul, 1324 Sh/ 1945, p. 71-77 [plus loin : Khwândamîr, KhA]. Pour le problème des salaires, voir Porter, Peinture, p. 164-165.

27 Nisârî, f. 29a-b. Il s’agit du renommé calligraphe et peintre Mîrak Kitâbdâr. Khwândamîr, KhA, p. 75, le mentionne comme Khwâja Mîrak. Voir aussi O.F. Akimushkin, « Biblioteka Shibanidov v Bukhare XVI veka », dans : I. Baldauf et M. Friederich (éds), Bamberger Zentralasienstudien, K. Schwartz Verlag, Berlin, 1994, p. 325-341, et notamment p. 329, 330-332 ; A.N. Boldyrev, « Tezkire Khasana Nisori kak novyj istochnik dlja izuchenija kul’turnoj zhizni Srednej Azii XVI v. », dans : Trudy Otdela Vostoka, Ermitage, vol. III, Leningrad, 1940, [291-299], p. 298. ‘Abd al-‘Azîz Khân écrivait des vers sous le nom de plume de ‘Azîzî (Kâmî Qazvînî, f. 61a-63b).

28 Akimushkin, « Biblioteka », p. 332.

29 Akimushkin, « Biblioteka », p. 325-326. La bibliothèque est considérée comme une partie essentielle du trésor ; souvent, elle se déplace avec la cour ; voir Porter, Peinture, p. 167-168.

30 Nisârî, f. 88b-89a. Sulṭân-‘Alî Mashhadî est notamment l’auteur d’un traité sur l’art de la calligraphie, voir Porter, Peinture, p. 25, 28 et passim, ainsi que sa bibliographie.

31 Nisârî, f. 30b, 89a-b. Il s’agit sans aucun doute de Kamâl al-Dîn Mîr Jân, connu comme Mîr ‘Alî Haravî, célèbre calligraphe originaire de Hérat (m. à Boukhara vers 951/1544), auteur du Midâd al-khuṭṭûṭ, traité sur la calligraphie (voir Porter, Peinture, p. 60 et passim). Nous saisissons cette occasion pour remercier Yves Porter pour ses remarques éclairantes lors de la mise au point de ce paragraphe. Voir aussi Akimushkin, p. 327, n. 5.

32 Pour le fonctionnement de cette bibliothèque sous ‘Abd al-‘Azîz Khân II, voir les articles d’Y. Porter, « Farhad le peintre. À propos des ateliers de peinture de Boukhara à l’époque de ‘Abd al-‘Azîz Khan (1645-1680), Cahiers d’Asie centrale, 3-4 (1997), p. 267-278 ; eodem., « Remarques sur la peinture de Boukhara au XVIe siècle », Cahiers d’Asie centrale, 5-6 (1998), p. 147-167 ; et eodem., « Le kitâb-khâna de ‘Abd al-‘Azîz Khân (1645-1680) et le mécénat de la peinture à Boukhara », dans le présent volume.

33 Voir Szuppe, « Female intellectual milieu », p. 129 et les notes correspondantes ; il était marié avec Âfâq Bega Jalâyir, poétesse timouride mentionnée dans plusieurs sources de la fin du XVe et du début du XVIe s.

34 Nisârî, f.l35a-b ; et Nuskha, p. 74-78/f. 48a-50b. Né à Marv dans le Khorassan, il serait arrivé à Samarcande en 960/1553 pour rejoindre la cour du sultan kuchkunjide, Javânmard-‘Alî Khân, le jeune frère de Sulṭân-Sa‘îd Khân (voir aussi Fazlullah, « Poets », p. 120-121).

35 Nuskha, p. 75, 77/f. 48b, 50a.

36 Nuskha, p. 75, 77/f. 48b, 50a ; Fazlullah, « Poets », p. 121.

37 Nuskha, p. 220/f. 157b-158a. Sur ordre du khan, on l’avait aveuglé, et on lui avait coupé la langue et les oreilles ; la disgrâce a visiblement eu des raisons politiques.

38 Nuskha, p. 221-222/f. 158a-159a. Tombé dans la défaveur, lui aussi, il s’enfuit à Balkh.

39 Mîrzâ Ḥusayn protégeait particulièrement les ḥâfiẓ qu’il faisait venir par trentaine à la fois pour se faire réciter le Coran (chacun récitant vraisemblablement un juz’ du Coran, c’est-à-dire un trentième du texte), voir Nuskha, p. 221-222/f. 158a-159b.

40 Nuskha, p. 224-225/f. 160b-161a, dit qu’il avait été un « protégé » (tarbiyat yâfta) de Mîrzâ Beg. Sur l’assassinat de Mîrzâ Beg en 1030/1621, voir Burton, The Bukharans, p. 154.

41 Nuskha, p. 250-251/f. 179a-180a, il a fini sa carrière en Inde à la cour de Jahângîr.

42 Subtelny, « Literary Life ». Il y a de nombreux exemples dans les sources.

43 Nuskha, p. 133/f. 93b-94a ; Taẕkira, f. 72b-73a, 114a-115a, et passim.

44 Nuskha, p. 231/f. 165a. Nadr Muḥammad était frère utérin cadet d’Imâm-Qulî Khân. L’événement eut lieu en 1035/1625-26. Présent à ce moment à la cour de Balkh, l’auteur n’a pas su le résultat du concours, car il avait déjà pris la route pour l’Inde.

45 Taẕkira, f. 57b-60b, il était l’auteur de ghazal, de poèmes épiques (Yûsuf va Zulaykhâ, Tuḥfat al-aḥrâr) et de nombreux traités sur les sciences religieuses.

46 Nuskha, p. 140/f. 99a-b.

47 Nuskha, p. 139-143/f. 98b-101a, pour Qul-Bâbâ Kukaltâsh, et ibid., p. 140/f. 99a-b, pour son projet de recueil.

48 Nuskha, p. 173/f. 122a-b. Voir aussi note 17.

49 Nuskha, p. 147-148/f. 104a-105a, pour Râmitânî (qui lui a également dédié un panégyrique au moment de la conquête du Khorassan et l’a envoyé à Hérat ; Kukaltâsh lui obtint le poste de juge de Hérat) ; Taẕkira, f. 70b, pour Jamîlî Bukhârî, qui était un expert en mu‘ammâ.

50 Nuskha, p. 217-218/f. 155a-156a, sur Mawlânâ Ṣâbirî, et ibid., p. 171-172/f. 120b-121a, sur Mawlânâ Mulla Nâ’î (qui était encore en vie en 1035/1625-26).

51 Nuskha, p. 230-231/f. 164b-165a.

52 Nuskha, p. 230-231/f. 164b-165a. Le khan écartait complètement le suffixe « yây » qui dénote un adjectif de relation (yây-i nisbat) ; ainsi le poète Saylî s’est vu attribuer le nom de « Mustaqîm », Zayghamî le nom de « Gudâz », etc.

53 Nuskha, p. 250-251/f. 179a-180a. Voir aussi plus haut.

54 Taẕkira, f. 50a-51a, ne mentionne pas le Taẕkira-yi Darvîsh ‘Alî-yi Changî.

55 Taẕkira, f. 79a-80a. Ne pas confondre ce personnage avec Davâ’î Bukhârî, disciple de Nisârî (sur lui, voir Taẕkira, f. 80a-81b).

56 Taẕkira, f. 62a-b ; Burton, The Bukharans, p. 28.

57 Taẕkira, f. 62b-63b.

58 Nuskha, p. 183-184/f. 131a.

59 Nuskha, p. 183-185/f. 130b-133b ; Taẕkira, f. 109a-113a ; voir aussi, Akhmedov, Istoriko-geograficheskaja literatura, p. 167. Enfant, Ḥâjjî Biy Âtâliq a accompagné son père à La Mecque d’où son titre de « ḥâjjî ». Son frère, Qâsim Biy, s’entourait aussi également des poètes : il appréciait particulièrement Âtashî Bukhârî (Taẕkira, f. 56a-57a).

60 Pour tout ce passage, voir Nuskha, p. 231-232/f. 165b-166a. ‘Abd al-Karîm est l’un des derniers représentants de la lignée des Chaghatâyides du Moghulistan. L’affirmation de l’auteur qu’il était un gendre d’Imâm-Qulî Khân est cependant invraisemblable, car Imâm-Qulî naquit vers 998/1589-90 (il avait 9 ans au début de 1007/1598-99), donc un an environ avant la fin du règne de ‘Abd al-Karîm. Burton, The Bukharans, p. 571, donne les dates de son règne à Kâshghar qui débute entre 967 et 985/1560-1577, et se termine à la fin de 999/automne 1591.

61 Il s’agit du Dîvân d’Afżal al-Dîn Badîl b. ‘Alî Khâqânî Shirvânî (m. 594/1198).

62 Voir, dans ce volume, A. Muminov et Sh. Ziyadov, « L’horizon intellectuel d’un érudit du XVe siècle : nouvelles découvertes sur la bibliothèque de Muḥammad Pârsâ » ; et A. Erkinov et Sh. Vahidov, « Une source méconnue pour l’étude de la production de livres à la cour de Muḥammad Raḥîm Khân II (Khiva, fin XIXe s.) ».

63 Nuskha, p. 161-162/f. 114a.

64 Voir, dans ce volume, Sh. Vahidov et A. Erkinov, « Le fihrist (catalogue) de la bibliothèque de Ṣadr-i Żiyâ’ : une image de la vie intellectuelle dans le Mavarannahr ».

65 Sur le commerce des livres aux XVIe et XVIIe siècles en Iran et en Inde, voir les quelques remarques judicieuses d’Y. Porter, Peinture, p. 169-170.

66 Porter, Peinture, p. 170. Pour comparaison, voir la description du bazar d’Istanbul par Evliyâ’ Chelebî qui fait état de 100 boutiques de relieurs (mujallidân) employant 300 personnes et de 60 boutiques de marchands de livres (ṣaḥḥâf) employant 200 personnes (Evliyâ’ Chelebî, Siyâḥat-nâma, Istanbul, 1314/1897, vol. I, p. 609).

67 Nuskha, p. 165-166/f. 116b. Mushfiqî composait notamment des vers pour moquer certaines caractéristiques physiques et habitudes de Mawlânâ Faṭhallâh ; la haine était réciproque. D’ailleurs, Mushfiqî était connu pour détester et avoir été détesté par un certain nombre de personnes qui n’appréciaient pas ses satires (voir, par exemple, Nuskha, p. 177/f. 125b). Voir aussi Nisârî, fol. 135a-b ; Fazlullah, « Poets », p. 120-121.

68 Nuskha, p. 245/f. 176a.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Szuppe, « Lettrés, patrons, libraires. L’apport des recueils biographiques sur le rôle du livre en Asie centrale aux XVIe et XVIIe siècles », Cahiers d’Asie centrale, 7 | 1999, 99-115.

Référence électronique

Maria Szuppe, « Lettrés, patrons, libraires. L’apport des recueils biographiques sur le rôle du livre en Asie centrale aux XVIe et XVIIe siècles », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 25 mars 2010, consulté le 24 février 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/571

Haut de page

Auteur

Maria Szuppe

CNRS, UMR 7528 « Monde iranien », 27, rue Paul Bert, 94204 Ivry-sur-Seine, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org