Navigation – Plan du site
I. Première partie
Les lettrés et leurs livres

L’horizon intellectuel d’un érudit du XVe siècle : nouvelles découvertes sur la bibliothèque de Muammad Pârsâ

Aširbek Muminov et Šovasil Zijadov
Traduction de Alié Akimova et Maria Szuppe
p. 77-98

Texte intégral

1Le rôle de Muḥammad ibn Muḥammad ibn Maḥmûd al-Ḥâfiẓî al-Bukhârî, mieux connu comme Khwâja Muḥammad Pârsâ (746-822/1345-1420), en tant que réformateur de l’islam centre-asiatique devient de plus en plus universellement admis parmi les chercheurs. Cependant, une étude approfondie de sa biographie et de son oeuvre, notamment l’extraction des faits historiques figurant dans les textes hagiographiques soufis de la confrérie Naqshbandîya, écrits tardivement en langue persane, s’est révélée difficile en raison du caractère extrêmement conventionnel et subjectif de l’hagiographie. Dans ces conditions, l’attention des chercheurs fut focalisée sur la « Bibliothèque de Muḥammad Pârsâ », car son étude permettrait de définir le cercle des intérêts scientifiques et intellectuels de son possesseur. Une empreinte de sceau en losange est la marque distinctive commune aux manuscrits provenant de cette bibliothèque. Les manuscrits avaient une ou plusieurs marques de ce genre, parfois même sur chaque feuillet, accompagnées de diverses dates entre la fin du XVIIIe et le milieu du XIXe siècles, avec les deux légendes suivantes : Waqf az kutub-i Khwâja Muḥammad Pârsâ, « Waqf [provenant] des livres de Khwâja Muḥammad Pârsâ », que nous abrégeons plus loin en « P » (voir l’illustration de couverture du présent volume), et Waqf-i Khwâja Pârsâ ibn Maḥmûd al-Bukhârî, « Waqf de Khwâja Pârsâ fils de Maḥmûd al-Bukhârî », que nous abrégeons plus loin en « B ».

  • 1 Lola Dodkhudoeva, « Rukopisi s pechat’ju vakfa Muḥammada Pârsâ iz arabskogo otdela fonda vostochnyk (...)
  • 2 A.B. Khalidov, « Rukopisi iz biblioteki Muḥammada Pârsâ », Peterburgskoe Vostokovedenie, 6 (Saint-P (...)
  • 3 Khalidov ajoute un manuscrit à ceux cités par Dodkhudoeva dans sa communication : Arabe 6325. Lorsq (...)
  • 4 Khalidov, p. 507. Souligné par nous-mêmes.
  • 5 Dodkhudoeva, « La bibliothèque de Khwâja Muḥammad Pârsâ à Boukhara ».
  • 6 L’auteur a ignoré cinq manuscrits mentionnés dans l’article cité ci-dessus et dans les autres publi (...)
  • 7 Selon les données des volumes I-VIII du Sobranie vostochnykh rukopisej (SVR), Tachkent, 1952-1967.
  • 8 Voir n. 3.

2Le premier chercheur qui a attiré l’attention sur les manuscrits de cette collection, conservés dans le Département arabe du Fonds des manuscrits orientaux de la Bibliothèque nationale de France (B.n.F), était Lola Dodkhudoeva1. Plus tard, en 1994, le professeur A.B. Khalidov a publié un article consacré aux manuscrits de cette bibliothèque2. Cet auteur a rassemblé les données sur 57 volumes manuscrits, dont 34 sont conservés à l’Institut d’orientalisme « Bîrûnî » de l’Académie des Sciences de l’Ouzbékistan (I.O.T.), 17 à la filiale de Saint-Pétersbourg de l’Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences de la Russie (I.O. S.-P.), 5 à la B.n.F.3, et 1 à la Bibliothèque de recherche de l’Université de Kazan (Tatarstan, Fédération de Russie). Il a retenu pour une analyse détaillée 49 manuscrits, transcrits du vivant de Khwâja Muḥammad Pârsâ, les 8 volumes restants ayant été intégrés à la « collection de Muḥammad Pârsâ » après la mort du « collectionneur4 ». En 1998, L. Dodkhudoeva (indépendamment de l’article de Khalidov) a publié une autre étude sur cette bibliothèque5. Dans l’appendice de son article, celle-ci donne l’information relative à 60 ouvrages contenus dans les manuscrits de la « bibliothèque de la khânaqâh » de Khwâja Muḥammad Pârsâ, dont 12 copies sont conservées à l’I.O. S.-P.6, 37 à l’I.O.T.7, 4 à la B.n.F.8, 2 à la section des Manuscrits orientaux de l’Académie des Sciences du Tadjikistan, 4 à la collection privée de Ch. G.-A. Bayburdi, et 1 à l’Université de Kazan.

3Selon la juste remarque du professeur Khalidov, les orientalistes s’intéressent depuis longtemps aux manuscrits de la bibliothèque de Muḥammad Pârsâ. Les volumes qui restent aujourd’hui de cette bibliothèque, dispersés dans six fonds des manuscrits du monde entier, et qui ont été découverts ces derniers temps, n’ont pas permis de répondre à une question essentielle : qui a commencé, le premier, à collectionner les manuscrits ? Muḥammad Pârsâ lui-même ? Ou bien avait-il déjà à sa disposition une bibliothèque réunie par quelqu’un d’autre et, dans ce cas-là, par qui l’avait-elle été ? La réponse à ces questions revêt une grande importance pour deux raisons : d’une part, pour l’étude de l’histoire de la production du livre et de l’histoire des bibliothèques dans le Mawarannahr ; d’autre part, parce que nous pourrions avoir une idée plus complète sur la personnalité de Khwâja Muḥammad Pârsâ, sur ses centres d’intérêt, sur les modes d’acquisition de sa grande érudition et sur les raisons qui l’avaient poussé à exercer son activité de réformateur.

  • 9 Khalidov, p. 507, 517.
  • 10 Khalidov, p. 511. Ici, le chercheur répète une erreur faite par les auteurs du SVR, voir SVR, IV, p (...)
  • 11 Le manuscrit de la collection privée de Sh. Ziyadov (n° inventaire 11) comprend le Kitâb al-taysîr (...)

4Les savants ont souvent remarqué que la recherche des manuscrits provenant de cette bibliothèque est encore loin d’être achevée. Ils ont conseillé de revoir les fonds des bibliothèques déjà étudiées9. Étant donné que les fonds de Paris et de Saint-Pétersbourg ont été étudiés d’une façon assez scrupuleuse, et que L. Dodkhudoeva a bien analysé les fonds du Tadjikistan, notre choix s’est naturellement porté sur le fonds de l’I.O.T. Comme, selon les notices du Sobranie vostochnykh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR, les manuscrits de la bibliothèque de Muḥammad Pârsâ ont été pour la plupart catalogués sous les numéros d’inventaire allant de 3101 à 3162, nous avons décidé de réexaminer ce groupe de manuscrits. Ensuite, nous avons également réexaminé les autres manuscrits du fonds pour établir si les empreintes de sceaux recherchées y figuraient. Au cours de ce travail, nous avons découvert 59 manuscrits qui, pour une raison ou une autre, avaient échappé à l’attention du professeur Khalidov (voir le tableau 1). Nous avons également constaté que le manuscrit n° 3266, qu’il avait cité parmi les 34 livres de la bibliothèque de Pârsâ, ne porte l’empreinte d’aucun des deux sceaux de son waqf10. Ainsi, le nombre de manuscrits de cette bibliothèque connus à l’heure actuelle comprend 121 volumes, dont 92 sont conservés à l’I.O.T., 17 à l’I.O. S.-P., 6 à la B.n.F., 2 dans le fonds des manuscrits orientaux de l’Académie des Sciences du Tadjikistan, 2 à la collection privée de Bayburdi, 1 à la collection privée de Sh. Ziyadov11, et 1 à la Bibliothèque de recherche de l’Université de Kazan.

  • 12 6 manuscrits de la B.n.F. ont les empreintes du même sceau.

5Les recherches ont montré que les légendes se trouvant sur les empreintes des sceaux des manuscrits du fonds de Tachkent présentent quatre versions différentes : Waqf-i Khwâja Pârsâ ibn Maḥmûd al-Bukhârî (sceau « B »), portant les dates suivantes : 1224/1809-10 (18 manuscrits), 1239/1823-4 (17 manuscrits), 1250/1834-5 (4 manuscrits) ; et Waqf az kutub-i Khwâja Muḥammad Pârsâ (sceau « P ») portant la date 1255/1839-40 (52 manuscrits)12. Le manuscrit n° 3249 possède un sceau rectangulaire de waqf avec la légende suivante : Waqafa hâẕâ-l-kitâb al-marḍâ al-bârî al-‘abd Muḥammad ibn Muḥammad al-Ḥâfiẓî al-Bukhârî, 772/1370-1 (f.1b, 2a, 318b, 319a).

  • 13 Le manuscrit de l’LO.T., n° 3105, f. 1a. Ici, il s’agit de noms des représentants de la famille con (...)

6Cependant, nous avons pu établir que les annotations les plus anciennes étaient celles figurant sur les feuillets de garde blancs précédant le texte ou dans d’autres parties des manuscrits, fait qui était passé presque inaperçu des chercheurs. L’annotation la plus ancienne (annotation 1), rédigée en arabe, se rapporte à l’époque de l’arrière-grand père de Muḥammad Pârsâ, Ḥâfiẓ al-Dîn Muḥammad ibn Muḥammad ibn Naṣr al-Kabîr al-Bukhârî (m. 1291). Voici son texte : « al-Shaykh al-imâm Muḥammad ibn Muḥammad ibn Naṣr, connu comme al-Ḥâfiẓ al-Bukhârî, a transmis ce livre en waqf (…). Et, il a ordonné que ce livre soit déposé dans le “Khizânat al-kutub (…) al-mawlawîya, al-ṣadrîya, al-imâmîya, al-ajallîya, al-burhânîya, al-ḥusâmîya, al-shahîdîya, al-sa‘îdîya” – que Dieu illumine leurs tombes (…) –, pour que les oulémas puissent s’en servir (…). Cette [donation est faite] le 1ersha’bân 672/10 février 1274 »13.

  • 14 Dâr al-fuqarâ’ (litt. : Maison des derviches, des pauvres) : il s’agit vraisemblablement d’un foyer (...)

7Dans la plupart des manuscrits, se trouve l’annotation suivante (annotation 2), en persan : « (Ce livre provient) des livres du waqf des bibliothèques [bien au pluriel] du “Dâr al-Fuqarâ’14” situé dans le (quartier de) Kû-yi Dihqân dans la ville de Boukhara. (Le livre est conservé) conformément aux conditions exprimées clairement dans le document de waqf des lieux (manâzil), qu’ils s’épanouissent à la grâce de Dieu. L’esclave de Dieu Muḥammad al-Ḥâfiẓî al-Bukhârî le confirme et en témoigne. Écrit sur son autorisation (iẕn), que (sa vie) se prolonge éternellement » (répété 8 fois ; voir tableau 1). La même notice (annotation 3) rédigée de la même écriture ferme du secrétaire-calligraphe, précise le nom du dignitaire : Abû Naṣr Muḥammad ibn Muḥammad ibn Muḥammad al-Ḥâfiẓî al-Bukhârî (m. 864 ou 865/1459-61), fils de Khwâja Muḥammad Pârsâ (manuscrits n° 177, f. 01b ; et n° 3278, f. 1a).

  • 15 Le présent document de waqf a été renouvellé sous Amîr Ma’ṣûm (Shâh Murâd) ibn Dâniyâl Âtâliq (1785 (...)
  • 16 Il s’agit probablement de la bibliothèque du khânaqâh de Sayf al-Dîn Bâkharzî (m. 1261), célèbre di (...)
  • 17 I.O.T., n° 3136, f. 2a ; I.O.T., n° 3907, f. 1a.

8Comme le démontrent les données contenues dans les manuscrits susmentionnés, cette bibliothèque a ses origines dans la bibliothèque publique, le « Khizânat al-Kutub » (Trésorerie des Livres), fondée par la dynastie des faqîh (juristes musulmans) hanafites de Boukhara – les Ṣadr –, pas plus tôt que le XIIe siècle. Au XIIIe siècle, la gestion de cette bibliothèque est passée de la famille des Ṣadr à un théologien hanafite célèbre, Ḥâfiẓ al-Dîn al-Kabîr al-Bukhârî. Une notice dans le manuscrit n° 3138, f. 1a (annotation 4), rédigée en arabe, en témoigne : « (…) ‘Alî ibn Maḥmûd ibn Muḥammad al-Ghijduwânî a fait de ce livre une donation en waqf à condition qu’il soit gardé au “Khizânat al-Kutub”, dépendant [al-mansûba] de Ḥâfiẓ al-Dîn Muḥammad ibn Muḥammad ibn Naṣr al-Bukhârî, que sa tombe soit illuminée (…) ». Il faut noter que, même après sa mort, la bibliothèque gardait son nom d’origine, « Khizânat al-Kutub ». Il est intéressant de remarquer que Ḥâfiẓ al-Dîn al-Bukhârî faisait la donation de ses livres en waqf, en les plaçant dans cette bibliothèque (voir le manuscrit n° 3105, f. 1a ; n° 5127, f. 1a). Il semblerait que la gestion du « Khizânat al-Kutub » ait été héréditaire : selon le document de waqf (waqfîya) de 810/1407-08, le représentant de cette famille, Khwâja Muḥammad Pârsâ, fut nommé gestionnaire de cette bibliothèque15. Ensuite, la gestion de ces fonds de livres (kitâb-khânahâ) est passée au fils de ce dernier, Muḥammad ibn Muḥammad ibn Muḥammad al-Ḥâfiẓî al-Bukhârî, connu sous le nom de Khwâja Abû Naṣr Pârsâ. C’est à son époque que l’on a enregistré à nouveau les livres des bibliothèques de ce waqf pour éviter qu’ils ne disparaissent. Les annotations 1, 2 et 3 en témoignent. C’est aussi à cette époque que l’on a annoté, entre autres, deux livres provenant des bibliothèques de Mawlânâ Amîr Zîrak Khujandî et du « Fatḥâbâd16 », qui se trouvaient dans ce fonds temporairement (‘ârîyat)17. Quand Khwâja Abû Naṣr Pârsâ a quitté Boukhara pour Balkh, les livres demeurèrent apparemment toujours conservés dans les bibliothèques du « Dâr al-Fuqarâ’ » du quartier Kû-yi Dihqân.

  • 18 Archives centrales d’Etat de la République d’Ouzbékistan, fonds I-323, doc. 457.
  • 19 O. A. Sukhareva, Kvartal’naja obshchina pozdnefeodal’nogo goroda Bukhary (v svjazi s istoriej kvart (...)
  • 20 Ici, il faut remarquer que, pour l’Asie centrale médiévale tardive, on omettait souvent une composa (...)

9À l’époque trouble de la fin du règne des Astrakhanides (première moitié du XVIIIe s.), les livres des bibliothèques publiques de Boukhara ont commencé à être sortis des bibliothèques pour être vendus sur le marché. Certains livres du waqf comportant des nouvelles annotations et des empreintes des sceaux de nouveaux propriétaires en témoignent (voir tableau 1). Sous le règne de Dâniyâl Âtâliq (1757-1785) et les autres souverains de la dynastie des Manghits (1757-1920), on a entrepris des mesures pour reconstituer les bibliothèques de waqf et pour leur restituer les livres possédant les empreintes des sceaux. Par exemple, en 1196/1781-2, une certaine Bîbî Ruqay’a, fille de Khwâja Kûchak, fit la donation en waqf des 45 ṭanâb (mesure de surface) des terres irriguées pour la mosquée de Khwâja Pârsâ à Boukhara18. Lors de l’enregistrement des livres de la bibliothèque publique, à des dates différentes, il semblerait que les annotations faites sur l’ordre de Khwâja Abû Naṣr Pârsâ (annotations 1, 2, 3) aient joué un rôle décisif ; l’autorité incontestable de son père Khwâja Muḥammad Pârsâ, célèbre soufi et traditionniste dont le nom, à cette époque-là, était attribué à Boukhara à un quartier, à une madrasa et à un mazâr19, revêt également une importance capitale. Cependant, il faut noter qu’au cours de cet enregistrement, le nom de Muḥammad ibn Muḥammad ibn Maḥmûd al-Ḥâfiẓî al-Bukhârî s’est transformé en Khwâja Pârsâ ibn Maḥmûd al-Bukhârî20.

  • 21 I.O.T., n°s 3108, 3111, 3114, 3127, 5965.

10À cette époque, la bibliothèque a été complétée par de nouvelles acquisitions. Lors des années difficiles, les souverains Manghits achetaient du blé récolté dans les terres du waqf et le payaient non pas en argent mais en manuscrits provenant de la bibliothèque de la cour (annotation 5, rédigée en persan) : « Ce livre a été reçu de son excellence Amîr à la place (d’argent) pour payer le grain récolté dans le village de Khwâja Pârsâ dans (la région de) Khutfar »21.

  • 22 Par exemple, comparer : Khwâja Pârsâ, Faṣl al-khiṭâb bi-waṣl al-aḥbâb, lithographie, Tachkent, 1913 (...)
  • 23 al-Kafawî, Katâ’ib a’lâm al-akhyâr, manuscrit I.O.T., n° 2929, f. 322a-b, 342b.
  • 24 Ibid., f. 343a.
  • 25 Khwâja Pârsâ, Haftâd-o-si firqa, manuscrit I.O.T., n° 10870-III, f. 284b-305b. Dans le même fonds, (...)

11À ce jour, on a pu découvrir que 122 ouvrages de la bibliothèque mentionnée ci-dessus ont été transcrits antérieurement à la date de la mort de Khwâja Pârsâ, rassemblés en 93 volumes (voir tableau 2). La plupart de ces ouvrages ont donc pu être utilisés par lui-même en tant que sources pour ses propres travaux22. Parmi les sources qu’il utilisait, les ouvrages d’auteurs hanafites étaient majoritaires. C’est tout à fait naturel pour Boukhara, centre hanafite reconnu. D’autant plus que Khwâja Pârsâ lui-même a reçu de son maître, Ḥâfiẓ al-Dîn Abû-l-Ṭâhir Muḥammad ibn Muḥammad ibn al-Ḥusayn ibn ‘Alî al-Ṭâhirî al-Khâlidî al-Ushî, l’héritage des traditions hanafites de la célèbre famille de Boukhara, les Maḥbûbî ; un document (ijâza) en ce sens a été rédigé à Boukhara en sha’bân 776/janvier-février 137523. Jusqu’à la fin de sa vie, Khwâja Pârsâ s’adonnait au fiqh (jurisprudence musulmane) hanafite, comme le montre un ijâza (du fiqh hanafite) qu’il a délivré à Boukhara en faveur de son disciple Ilyâs ibn Yaḥyâ ibn Ḥamza al-Rûmî, le 21 sha’bân 821/23septembre 141824. Comme tous les hanafites tardifs, Khwâja Pârsâ suivait le kalâm (théologie musulmane) maturidite dans la résolution des questions théologiques. Dans son traité sur les 73 sectes (Haftâd-o-si firqa), il cite un ḥadîslégèrement modifié selon lequel le seul groupe qui sera « sauvé » le jour du Jugement dernier (nâjiya) sera celui des maturidites (ahl-i Sawâd-i a’zam)25. D’ailleurs, l’épithète tardive d’Abû Ḥanîfa (m. 767), Imâm-i (Sawâd-i) A‘ẓam (Imâm des Successeurs), vient évidemment de cette dernière expression.

  • 26 al-Kafawî, f. 322a, 342b.
  • 27 Khwâja Pârsâ, Faṣl al-khiṭâb, p. 139.

12Le maître de Pârsâ, Ḥâfiẓ al-Dîn al-Ṭâhirî al-Khâlidî al-Ûshî était aussi le transmetteur des traditions qui lui venaient de ‘Alâ’ al-Dawla al-Simnânî (1261-1336) par l’intermédiaire de son disciple Sirâj al-Dîn ‘Umar ibn ‘Alî al-Qazwînî. Il faut dire qu’al-Ṭâhirî al-Ûshî, qui réunissait deux traditions (hanafite et mystique), a été gratifié des épithètes suivantes : « Unificateur des sciences sur la sharî‘a et sur la Vérité » (jâmi‘ ‘ilmay al-sharî‘a wa-l-ḥaqîqa) et « Unificateur des sciences sur le Caché et sur l’Apparent » (jâmi‘ ‘ilmay al-bâṭin wa-l-ẓâhir)26. Pârsâ a reçu trois fois le droit de transmission de l’héritage d’al-Simnânî (ijâza) : deux fois à Boukhara, à la fin de shawwâl 766/juillet 1365 et au milieu de rajab 773/janvier 1372, et une fois à Osh au milieu de ẕû-l-qa’da 775/fin avril-début mai 137427.

  • 28 Encyclopédie de l’Islam2, Paris-Leyde 1960 -, vol. IX, art. « al-Simnânî », p. 637-638.

13Nous savons que ‘Alâ’ al-Dawla al-Simnânî, continuateur des deux maîtres soufis Najm al-Dîn Kubrâ (m. 1221) et Shihâb al-Dîn Abu Ḥafṣ al-Suhrawardî (m. 1234), était un traditionniste sunnite de stricte observance28.

  • 29 Par exemple, Maḥmûd ibn Dâwûd al-Afshanjî (m. 1273), Risâla dar bayân-i maẕhab-i ahl-i sunnat wa-ja (...)
  • 30 « Risâla-yi ṣâḥibîya », Farhang-i Îran zamîn, 1/1 (Téhéran, 1332 Sh/1953), p. 79.

14La période suivant la conquête mongole est caractérisée dans le Mawarannahr par l’affaiblissement progressif des positions de représentants de l’islam « livresque » (théorique). Cela s’est manifesté par l’abandon de la langue arabe en faveur de la langue persane, parlée par la population, et par la rédaction de compendia sur le fiqh hanafite et le kalâm maturidite à la place des volumineux ouvrages antérieurs, purement scientifiques29. Cette tendance s’est fortifiée surtout à l’époque de Khwâja Pârsâ qui a rédigé en persan le commentaire sur le Fiqh al-Kaydânî, dont un des rares manuscrits est conservé dans le fonds de l’I.O.T. sous le numéro 4846-II (f. 51b-120b). Dans ces conditions, le milieu spirituel représenté par les chefs locaux, qualifiés dans la littérature scientifique de « clergé rural », a commencé à se renforcer. Les traditions bien enracinées et la volonté de rattacher la silsila (lignée) d’Abd al-Khâliq al-Ghijduwânî (m. 1179 ou 1220), une des plus anciennes autorités spirituelles de ce milieu, à Yûsuf al-Hamadânî (m. 1140), soufi et faqîh appartenant au maẕhab (école de droit islamique) shafi‘ite, démontrent l’existence de contacts étroits qui le liaient aux shafi‘ites à une certaine étape de son développement30.

15À l’époque d’Amîr Tîmûr (Tamerlan, 1370-1405), ce milieu rural, grâce à son influence sur de larges couches de la population, notamment sur les nomades, a pris de l’importance au sein des autres groupes de théologiens. Sa popularité croissante peut être expliquée par le fait qu’il était plus proche de croyances anciennes, et des cultes et pratiques religieuses populaires. Sous les Timourides, où l’islam a retrouvé en partie son statut de religion d’Etat, les représentants de ce milieu ont commencé à vouloir jouer un rôle prépondérant dans la vie sociale et politique. Dans ce contexte, il est apparu nécessaire de trouver une « base islamique » théorique à leurs pratiques rituelles, jusque là inconnues et même considérées comme douteuses du point de vue de la tradition religieuse normative. C’est Khwâja Pârsâ, traditionniste le mieux préparé à cette tâche, qui a rempli cette fonction de théoricien.

16En tant que porteur d’une pratique islamique traditionnelle d’une part, et en tant que savant renommé « en sciences soufies » d’autre part, Pârsâ a créé son enseignement d’« explication » théorique de la pratique mystique existante. Il l’a perfectionné après avoir comblé les grandes lacunes théoriques de l’école des Khwâjagân, en adoptant la terminologie, les notions, les concepts et les approches de représentants des périodes « classique » et postérieures du soufisme (essentiellement le Kitâb al-ta‘arruf li-maẕhab ahl al-taṣawwuf du soufi hanafite Abû Bakr al-Kalâbâdî et les commentaires sur cet ouvrage). On voit ce procédé d’une façon concrète dans ses propres ouvrages tels que Faṣl al-khiṭâb bi-waṣl al-aḥbâb, al-Taḥqîqât, al-I‘tiqâdât, al-Fuṣûl al-sitta, Tafsîr al-Qur’ân, etc.

  • 31 Encyclopédie de l’Islam1, vol. VIII, art. « Pârsâ’iyya » (par R.D. McChesney), p. 280.
  • 32 W. Madelung, « Yûsuf al-Hamaḏânî and Naqšbandiyya », Quaderni di Studi Arabi, 5-6 (1987-8), p. 499- (...)

17Ainsi, Khwâja Pârsâ, par ses ouvrages aussi bien que par ses « pratiques » de la ṭarîqat (confrérie), et étant « à l’intérieur de la Naqshbandîya », a été à l’origine d’une nouvelle direction dans l’ordre des Khwâjagân / Naqshbandîya, celle des théoriciens « connaisseurs de livres » qui, plus tard, furent nommés les Pârsâ’îya31. Visiblement, dans ce milieu, on notait et on réunissait les récits sur « les exploits religieux » (manâqib) des autorités de la ṭarîqat sous forme d’ouvrages hagiographiques. Il semblerait qu’à cette époque on ait été tenté de « hanafiser » le « passé shafi‘ite » des certaines autorités : Yûsuf al-Hamadânî devient le descendant direct d’Abû Ḥanîfa, tandis que ‘Abdallâh al-Baraqî et Abû-l-Ḥasan al-Andaqî, représentants des célèbres familles hanafites de Boukhara, deviennent les disciples d’al-Hamadânî qui ont précédé Khwâja Aḥmad al-Yasawî et Khwâja ‘Abd al-Khâliq al-Ghijduwânî32.

  • 33 Manuscrit I.O.T., n° 3100, f. 179b-188b, 208a-212a. Ces décisions étaient mises par écrit par Muḥam (...)

18Le groupe des Naqshbandis, qui a élaboré son enseignement conformément aux exigences de l’islam normatif, a été assez rapidement remarqué par les représentants du pouvoir local séculier de Boukhara. Une donation en waqf au profit de la bibliothèque de Khwâja Pârsâ sous le Timouride Khalîl Sulṭân (1405-1409) en témoigne. Même après le départ forcé de Muḥammad Pârsâ pour le ḥajj et sa mort à Médine en 1420, le groupe des « connaisseurs de livres » (Pârsâ’îya) continuait à jouir de l’autorité à Boukhara, ainsi que chez les traditionnistes du Khorassan. Les oulémas du Khorassan s’adressaient justement à Boukhara pour demander aux Pârsâ’îya de prononcer des jugements (fatwâ) sur les questions concernant le rituel du ẕikr33.

19Une étude plus détaillée des manuscrits de la bibliothèque de Khwâja Muḥammad Pârsâ pourrait fournir des données précieuses sur l’histoire de la production du livre en Asie centrale et sur les débuts de la confrérie Naqshbandîya. Les manuscrits des ouvrages de Khwâja Muḥammad Pârsâ, conservés dans le fonds de Tachkent (I.O.T.), ont une importance particulière pour les recherches sur l’œuvre de cet auteur.

Abréviations utilisés dans le texte et dans les appendices

  • B – sceau du type B (voir le texte de l’article)

  • B.n.F. – Bibliothèque nationale de France, Paris

  • b. – ibn (fils de)

  • coll. – collection

  • Dodkhudoeva – L. Dodkhudoeva, « La bibliothèque de Khwâja Muḥammad Pârsâ à Boukhara », Cahiers d’Asie centrale 5-6 (1998), p. 125-142.

  • Douchanbé – Académie des Sciences de la République de Tadjikistan, Douchanbé

  • Khalidov – A.B. Khalidov, « Rukopisi iz biblioteki Muḥammada Pârsâ », Peterburgskoe Vostokovedenie, 6 (1994), p. 506-519.

  • M. – Muḥammad

  • NMMONouvelles des Manuscrits du Moyen Orient (Paris)

  • I.O.T. – Institut d’orientalisme « Bîrûnî » de l’Académie des Sciences de la République d’Ouzbékistan, Tachkent

  • P – sceau du type P (voir le texte de l’article)

  • SVRSobranie vostochnykh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR, Tachkent, 1952-1987.

Tableau 1 : Les manuscrits de la bibliothèque de Muḥammad Pârsâ conservés à l’I.O.T.

N° inventaire et nombre de folios

Date de transcription (H / A.D.)

Sceau de la bibliothèque : type, année H.

Annotations écrites

Autres caractéristiques

Bibliographie du manuscrit

1

177/I. f. 1b-96b

819/ 1416

P. 1255

Annotation 3

Possesseurs : ‘Alî ibn al-Khiḍr ibn Abî Aḥmad ; « (provenant) des livres de Khwâja ‘Abd Raḥmân Khwâja-yi Ḥiṣâr » (f. 01a)

SVR, I, 304 ; Dodkhudoeva, n° 55

  

177/II, f.97b-144b

638/ 1240

P. 1255

SVR, I, 302. 308

  

177/III, f. 153b-199b

672/ 1273

P. 1255

Relieur : M. Amîn ibn Ḥâjjî Khwâja. 1195/ 1780-1

SVR, IV, 327

2

429 ; 376 f.

705 / 1305

B. 1250

Note : « waqf-i Khwâja Pârsâ, fihrist, sana 1207/1792-3 » (f. 372b)

Abu Naṣr al-Ḥâfiẓî confirme, en 845/1441-2, que le livre est la propriété de Khwâja ‘Abd al-Malik (f. 3a)

SVR, I, 188 ; Khalidov, 514

3

440 ; 196 f.

fin XVIIIe-XIXe s.

B, 1259

SVR, I, 230 ; Dodkhudoeva, n° 60

4

443, 306 f.

1071 / 1660

B, 1259

SVR, VI, 112-113 ; Dodkhudoeva, n° 44

5

508, 282 f.

783/ 1381

P, 1255

Annotation 2

SVR, III, 153 ; SVR, VIII, 344 ; Khalidov, 512, Dodkhudoeva, n° 29-30

6

1707 ; 738 f.

début XIXe s.

B, 1224

SVR, IV, 224-5 ; Dodkhudoeva, n° 11

7

2022/I ; f. 1a-60b

647/ 1250

P. 1255

Rédacteur : Maḥmûd b. Ḥabîb al-Zajâ’î, 700/1300-01 (l. 45b)

  

2022/II ; f. 75b-109b

699 / 1300

P, 1255

Rédacteur : Maḥmûd b. Ḥabîb al-Zajâ’î(f. 109b)

  

2022/III, f. 115b-128b

677/ 1278

P, 1255

Rédaction de Maḥmûd b. Ḥabîb al-Zajâ’î, 709 / 1309-10 (f. 129a)

8

3101, 132 f.

344 / 955

P, 1255

Annotation 2

Deux chaînes de transmetteurs citées (f. 1a)

SVR, IV, 121-122

9

3102 ; 196 f.

660-663/ 1262-1265

B, 1224

Empreintes non identifiées de deux sceaux des possesseurs. Copié à Samarcande dans la madrasa al-Amîrîya, située en face du mashhad de Abû-l-‘Âliya, continuateur (tâbi‘) de ‘Umar b. al-Khaṭṭâb. Copiste : ‘Abd al-Qâhir b. Abî Bakr b. ‘Alî al-Marghînânî

10

3103 ; 714 f.

XVIIIe-XIXe s.

B, 1238

11

3104 ; 193 f.

642/ 1244

B, 1224

SVR, IV, 345-6 ; Khalidov, 511 ; Dodkhudoeva, n° 51

12

3105 ;326 f.

649/ 1251

P, 1255

Annotation 1

Note sur le f. 327b : « M. b. Maḥmûd b. M. b. M. al-ma‘rûf bi-Imâm qarya-yi (…) naquit le 10 rabî‘ II 659 [15 mars 1261] à Boukhara »

13

3106 ; 239 f.

727/ 1327

P, 1255

14

3107 ; 203 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

15

3108 ; 320 f.

XVe s. (indices paléographiques)

B, 1239

Annotation 5

Possesseur : ‘Alî b. Walî b. Ḥamza al-Jazâtarî, fin ẕû-l-qa’da 1018 : fin février 1610.

SVR, IV, 229-30 ; Dodkhudoeva, n° 6

16

3109/I ; f. 1b-70b

muḥarram 785 / mars 1383

B, 1224

SVR, IV, 213

  

3109/II ; f. 72b-217b

ẕû-l-qa’da 785 / avril 1384

B, 1224

SVR, IV, 192

17

3110 ; 331 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

B, 1224

Possesseurs : 1) Mullâ M. Khân Qâdirî khalaf-i Shâh Mullâ Ṣâliḥ M. Shaykh al-Islâm-i marḥûm ; 2) Nûr M. b. Shaykh ‘Abdallâh. Notice (f. 1a) concernant l’achat du livre par Amîr Aḥmad b. Mawlânâ Maḥmûd al-Balkhî à Mîrak al-Gulshanî, à Samarcande en ramaḍân 1192/septembre-octobre 1778

Empreintes des sceaux : 1 ) Shaykh M. Ḥasan b. Shaykh Aḥmad, 1141/1728-9 ; 2) M. b. Wâhânî, 1155/1742-3 ; 3) M. Khân Nâ’ib Shaykh al-Islâm, 1213/1798-9 ; 4) M., 1215/1800-1

SVR, IV, 277

18

3111 ; 345 f.

786/ 1384

B, 1239

Annotation 5

Acheté pour 13 qurûsh. Reliure et papier abrû d’origine ottomane.

19

3112 ;297 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

B, 1239

SVR, IV, 188

20

3113 ; 252 f.

1018/ 1609-10

B, 1239

21

3114 ; 348 f.

1117/ 1705

B, 1239

Annotation 5

22

3115 ;218f.

XVIIIe s. (indices paléographiques)

B, 1239

SVR, IV, 216-17

23

3116 ; 253 f.

647/ 1250

P, 1255

SVR, IV, 53

24

3117 ; 848 f.

1063/ 1653

B, 1239

SVR, 71-72, 78 ; Dodkhudoeva, n° 21

25

3118 ; 380 f.

996/ 1587-8

B, 1239

26

3119 ; 249 f.

première moitié du XIIIe s.

P, 1255

SVR, II, 18

27

3120 ; 288 f.

771 / 1369-70

P, 1255

Annotation 2

A la fin rajab 784/octobre 1382, le possesseur était ‘ Abd al-Qâdir b. Ismâ‘îl al-Ḥarbawî Shaykh-zâda, dans le ribâṭ de al-Shaykh al-kabîr, à Shîrâz.

28

3121 ; 562 f.

815/ 1411

B, 1224

Notice datée du 15 muḥarram 1116/21 mai 1704 (f. 562b)

29

3122 ; 348 f.

1135/ 1722-3

B, 1239

30

3123 ; 347 f.

début XIIIe s.

P, 1255

La chaîne de transmetteurs est indiquée, datée du ṣafar 615/avril-mai 1218 (f. 1a). Annotation 2

SVR, IV, 140-1 ; Khalidov, 509 ; Dodkhudoeva, n° 47

31

3124 ; 261 f.

791 / 1389

B, 1224

SVR, IV, 227 ; Khalidov, 511

32

3125 ; 137 f.

668/ 1269

P, 1255

Copié à Konya

SVR, IV, 69 ; Khalidov, 509 ; Dodkhudoeva, n° 14

33

3126 ; 395 f.

748/ 1347

P, 1255

Gloses par Shaykh al-Islâm Abû-l-Su’ûd al-‘Imâdî. Possesseurs : 1 ) al-Walî al-Ḥamîd al-Muḥaddis ; 2) ‘Umar b. Ismâ‘îl ; 3) al-Sa‘îd M. Amîn al-Fustawî ; 4) Mîrzâ-zâda Shaykh M.

Empreinte de sceau : ‘Umar-zâda

SVR, IV, 226-27 ; Dodkhudoeva, n° 4

34

3127 ; 376 f.

XVIIe-XVIIIe s.  (indices paléographiques)

B, 1239

Annotation 5

Empreintes de sceau : mudarris Mîr M. Ḥusaynî, 1187/1773-4.

35

3128 ; 348 f.

XVIIe-XVIIIe s. (indices paléographiques)

P, 1255

Relieur : Mîr M. Mîrak b. M. Amîn Khwâja Ṣaḥḥâf, 1197/ 1782-3

36

3129/I ; f. 1b-101b.

491 / 1098

P, 1255

Possesseur : M. b. Abî-l-Muẓaffar Maymûn b. Naṣr b. M. b. ‘Âṣim al-Muqri’ al-Sulamî al-Bazdawî. Annotation 2.

Donnateur en waqf : Mawlânâ M. b. Mawlânâ ‘Ârif Danak Kardânî (f. 2a)

SVR, IV, 92-93 ; Khalidov, 508

  

3129/II ; f. 102b-198b

667/ 1268

P, 1255

Texte écrit sous la dictée de Shams al-a’imma al-Kardarî (m. 1244)

SVR, III, 145 ; Dodkhudoeva, n° 28

37

3130 ; 476 f.

965/ 1558

P, 1255

Possesseur : Miyân Aḥmad b. Raḥmatallâh

SVR, IV, 71 ; Dodkhudoeva, n° 20

38

3131 ; 247 f.

654/ 1257

P, 1255

Annotation 2

Relieur : Mîr M. Mukhtâr b. Mîr Amân Khwâja Ṣaḥḥâf, 1197/1782-3.

39

3132/I ; f. 1b- 187b

1005/ 1597

B, 1224

SVR, VIII, 320-321

  

3132/II ; f. 188b-232b

1046/ 1636

B, 1224

SVR, VIII, 288

40

3133 ; 500 f.

XVIIIe s. (indices paléographiques)

B, 1239

Empreinte de sceau : Mullâ Badal M., 1177/1763-4

41

3134 ; 252 f.

XVIIIe s. (indices paléographiques)

P, 1255

42

3135 ; 147 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

SVR, XI, 122 ; Dodkhudoeva, n° 53

43

3136 ; 238 f.

XVIIIe s. (indices paléographiques)

P, 1255

« De la bibliothèque de Mawlânâ Zîrak Khujandî, temporairement dans les bibliothèques du Kû-yi Dihqân. Daté du jumâdâ II 1252 [septembre 1836]. ‘Abdallâh b. M. ‘Awwâḍ al-Balkhî collationna (ce livre) avec l’original » (f. 238b)

44

3137 ; 176 f.

416/ 1025

P, 1255

Possesseurs : 1 ) Ḥâjjî Yamîn al-Dîn ; 2) Ṣâliḥ b.’Alî b. Maḥâsin al-Hâshimî ; 3) ‘Abd al-Raḥmân b. al-Ḥasan ibn (…)

45

3138 ; 397 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

Annotation 4

Empreinte de sceau : Mîr ‘Abd al-Raḥmân b. M. Mîrak Khwâja Ṣiddîqî

SVR, IV, 321-322 ; Khalidov, 512 ; Dodkhudoeva, n° 33

46

3139 ; 165 f.

691 / 1292

B, 1224

SVR, V, 349 ; Khalidov, 512 ; Dodkhudoeva, n° 50

47

3140 ; 215 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

Annotation 2

Certifié par Abu ‘Abdallâh Sulaymân b. Ismâ‘îl

48

3141 ; 269 f.

XIIIe s. (indices paléographiques)

P, 1255

SVR, I, 192

49

3142 ;233 f.

XVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

Possesseur : M. b. Khallâl b. al-Ḥusaynî

Relieur : M. Sharîf Ṣaḥḥâf

50

3143 ; 207 f.

697/ 1298

P, 1255

SVR, IV, 201 ; Khalidov, 511 ; Dodkhudoeva, n° 2 ; NMMO, fiche n° 238

51

3144/I ; f. 1b-24b

XIVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

Relieur : M. Sa‘îd b. M. ‘Âlim Ṣaḥḥâf, 1196/1781-2

3144/II ; f. 25b-96a

XIVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

SVR, VIII, 23-27 ; Dodkhudoeva, n° 25

52

3145 ; 188 f.

666/ 1268

P, 1255

53

3146 ; 295 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

Relieur : Mîr ‘Azîz Khwâja Ṣaḥḥâf

54

3147 ; 617 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

B, 1224

SVR, IV, 196

55

3148 ; 199 f.

1109/ 1697-8

B, 1224

56

3149 ; 244 f.

733/ 1332

P, 1255

SVR, V, 103-105 ; Khalidov, 514 ; Dodkhudoeva, n° 58

57

3150 ; 323 f.

648/ 1250

B, 1224

SVR, IV, 56-59 ; Khalidov, 508 ; Dodkhudoeva, n° 13

58

3151 ; 196 f.

863/ 1459

P, 1255

SVR, V, 403-405

59

3152 ; 306 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

B, 1239

Confirmation (f. 1a) que le texte fut copié en 577/1181-2 à Boukhara

60

3153/I ; f. 1b-125b

752/ 1351

P, 1255

Possesseur : ‘Abd al-Wahhâb b. M. b. Abî-l-Karam al-‘Âjizî al-Ḥanafî, ṣafar 752/mars-avril 1351

Empreinte de sceau : Mîr ‘Abd al-Raḥmân b. M. Mîrak Khwâja Ṣiddîqî

  

3153/II ; f. 128b-282b

662/ 1264

P, 1255

Nom du possesseur précédent effacé à dessein (f. 285b)

SVR, II, 397-398

61

3154 ; 135 f.

646-682/ 1248-1283

B, 1224

Les folios 44b-75b manquent

Empreinte de sceau : Mîr ‘Abd al-Raḥmân b. M. Mîrak Khwâja Ṣiddîqî

SVR, III, 142-143 ; SVR, IV, 12, 145, 150

62

3155 ; 128 f.

656/ 1258

P, 1255

Écrit à Boukhara dans la mosquée de Mawlânâ Shams al-Dîn al-Kardarî, sous la dictée de Ḥâfiẓ al-Dîn [al-Kabîr]

NMMO, fiche n° 236

63

3156 ; 359 f.

536/ 1141

P, 1255

Relieur : M. ‘Âlim b. Mullâ Naqî Ṣaḥḥâf

64

3157 ; 2491 f.

489/ 1096

P, 1255

Annotation 2. La chaine des transmetteurs du livre est indiquée (f. 249b)

SVR, IV, 184-187 ; Khalidov, 510 ; Dodkhudoeva, n° 35 ; NMMO, fiche n° 240

65

3158 ; 373 f.

716/ 1316

P, 1250

SVR, IV, 323 ; Khalidov, 512 ; Dodkhudoeva, n° 34

66

3159 ; 617 f.

XVIIe s. (indices paléographiques)

B, 1239

SVR, IV, 80-81

67

3160 ; 636 f.

1006/ 1597-98

B, 1239

68

3161 ;543 f.

XVIe s. (indices paléographiques)

B, 1239

SVR, IV, 212-213

69

3162 ; 475 f.

778/ 1377

P, 1255

Empreinte de sceau : Mîr ‘Abd al-Raḥmân b. M. Mîrak Khwâja Ṣiddîqî, 991/1583-84

70

3194 ; 363 f.

XVe-XVIe s. (indices paléographiques)

B, 1224

Relieur : Mîr M. Mîrak b. M. Amîn Khwâja Ṣaḥḥâf, 1197/1782-83 ‘

71

3249 ; 319 f.

695/ 1296

pas de sceaux des types analysés

Chaine des transmetteurs : depuis l’auteur jusqu’à Ḥâfiẓ al-Dîn al-Bukhârî (le folio avant le texte)

Empreinte de sceau : M. b. M. al-Ḥâfiẓî al-Bukhârî

NMMO, fiche n° 235  

72

3278 ; 283 f.

739/ 1338

P, 1255

Annotation 2, écrite d’une autre main à l’époque plus tardive

Reliure ottomane. Notice sur l’intérieur du plat : « (provenant) du waqf de Khwâja Muḥammad Pârsâ »

73

3287/I ; f. 1b-77b

773/ 1371

B, 1224

SVR, IV, 177-179 ; Khalidov, 510 ; Dodkhudoeva, n° 7

  

3287/II ; f. 78b-154b

B, 1224

74

3288 ; 229 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

75

3289 ; 236 f.

657/ 1259

B, 1224

Dans les marges : fragments d’al-Jâmi‘ al-ṣaghîr de Qâḍî-Khân

SVR, IV, 176

76

3290 ; 163 f.

705-776/ 1306-74

P, 1255

Date de la mort de Mawlânâ Ḥusâm al-Dîn Abû-l-Ḥasan al-Aṣîlî, 775/1373-4 (f. 164a)

77

3291 ; 107 f.

725/ 1325

P, 1255

Relieur : Mîr Khwâja b. ‘Azîz Ṣaḥḥâf

78

3292 ; 92 f.

735/ 1335

P, 1255

Possesseur : ‘Abd al-Malik b. M. b. M. b. M. al-Bukhârî

79

3293 ; 248 f.

XIIIe-XIVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

80

3296 ; 214 f.

avant 613/1217

P, 1255

Possesseur : Abu M. ‘Abd al-Malik b. M. b. ‘Abd al-Malik b. Ṭâhir b. …

81

3907 ; 189 f.

544.545/1149.51

P, 1255

De la bibliothèque du Fatḥâbâd, temporairement au Kû-yi Dihqân

Possesseur : Mas‘ûd b. Aḥmad b. Aḥmad al-Mu‘aṭṭirî al-Shâshî. Relieur : Mîr Khwâja b. ‘Azîz Ṣaḥḥâf

SVR, III, 74-77 ; SVR, IV, 324 ; SVR, V, 402-403

82

4467 ; 139 f.

733/ 1333

P, 1255

SVR, XI, 96-98 ; Dodkhudoeva, n° 43

83

4739 ; 238 f.

776/ 1376

P, 1255

Annotation 2

SVR, IV, 187-188 ; Khalidov, 511 ; Dodkhudoeva, n° 36 ; NMMO, fiche n° 239

84

4884/I ; f. 1a-62b

735/ 1334

B, 1250

Possesseur : ‘Alâ’ al-Dîn al-Bukhârî

  

4884/II ; f. 67a-162a

735/ 1334

B, 1250

  

4884/III ; f. 164a-231b

734/1334

B, 1250

SVR, IV, 281 ; Khalidov, 512 ; Dodkhudoeva, n° 3

  

4884/IV ; f. 235b-261b

735/ 1334

B, 1250

85

4994 ; 102 f.

723/ 1323

P, 1255

Notice datée du ṣafar 788/ mars-avril 1386 (f. 49b)

86

5126 ; 258 f.

529 / 1134-5

P, 1255

Rédaction faite dans la grande mosquée de Boukhara

87

5127 ; 294 f.

XIIIe s. (indices paléographiques)

P, 1255

Possesseur : M. b. M. b. Naṣr al-mad’û bi al-Ḥâfiẓ al-Bukhârî. Annotation 2 (f. 171a)

88

5881 ; 264 f.

XIIIe s. (indices paléographiques)

P, 1255

SVR, IV, 198-201 ; Khalidov, 511 ; Dodkhudoeva, n° 1

89

5965 ; 448 f.

765/ 1364

B, 1239

Annotation 5

SVR, IV, 228-229 ; Khalidov, 511-512 ; Dodkhudoeva, n° 5

90

6097 ; 210 f.

XIIIe s. (indices paléographiques)

P, 1255

SVR, IV, 139-140 ; Khalidov, 509 ; Dodkhudoeva, n° 6

91

9533 ; 267 f.

740/ 1339

B, 1224

Notice tardive (f. 1a) : « waqf-i kitâb-khâna-yi Khwâja Pârsâ »

Copié à Sarây al-jadîda [dans le Dasht-i Qipchâq - ?]

92

10416 ; 129 f.

XIVe s. (indices paléographiques)

P, 1255

Relieur : M. Sharîf Ṣaḥḥâf

Tableau 2 : Ouvrages contenus dans les manuscrits de la bibliothèque transcrits antérieurement à la mort de Khwâja Muḥammad Pârsâ (en complément de l’article d’A. B. Khalidov, op. cit.)

Titre d’ouvrage

Auteur

Matière

Lieu de conservation

Date de copie

Langue

1

Ta’wîlât ahl al-sunna (2e daftar)

Abu Manṣûr M. b. M. al-Mâturîdî (m. 333/944-5)

tafsîr

I.O.T., 5126

529/1134-5

arabe

2

même ouvrage (dernier daftar)

même auteur

tafsîr

I.O.T., 5127

XIIIe s. (indices paléograph.)

arabe

3

Sharḥ al-ta’wîlât (1er daftar)

‘Alâ’ al-Dîn Abû Bakr M. b. Aḥmad al-Samarqandî (m.vers 540/ 1145)

tafsîr

I.O.T., 3249

15 muḥarram 695 / 25 novembre 1296

arabe

4

même ouvrage (2e daftar)

même auteur

tafsîr

I.O.T., 3155

10 jumâdâ I 656/16 mai 1258

arabe

5

Madârik al-tanzîl

Abû-l-Barakât ‘Abdallah b. Aḥmad al-Nasafî (m. 710/1310)

tafsîr

I.O.T., 3146

XIVe s.(indices paléograph.)

arabe

6

al-Wasîṭ fî-l-tafsîr

Abû-l-Ḥasan ‘Alî b. Aḥmad al-Wâḥidî (m. 468/1075)

tafsîr

I.O.T., 3156

rabî‘ II 536/ novembre 1141

arabe

7

[Tafsîr-i Qur’ân]

tafsîr

B.n.F. Suppl. persan 1671

XIVe s.(indices paléograph.)

persan

8

al-Jâmi‘ li-‘ilm al-Qur’ân (10e partie)

Abû-l-Ḥasan ‘Alî b. ‘Isa al-Naḥwî

sciences du Coran

I.O.T., 3137

6 ẕû-l-qa‘da 416/30 décembre 1025

arabe

9

Kitâb al-taysîr fî-l-qirâ’ât al-sab’

Abû ‘Amr ‘Usmân b.Sa‘îd al-Dânî (m. 444/ 1053)

sciences du Coran

Ziyadov (coll. privée)

22 jumâdâ II 761/10 mai 1360

arabe

10

Gharîb al-ḥadîs

Abu ‘Ubayd al-Qâsim b. Salâm (m. 223/837)

ḥadîs

I.O.T., 3101

344 / 955

arabe

11

Kitâb al-nihâya fî gharîb al-ḥadîs wa-l-âsâr

al-Mubârak b. al-Asîr al-Jazarî (m.606/1209)

ḥadîs

I.O.T., 3120

771/1369-70

arabe

12

Tashîl ṭarîq al-wuṣûl ilâ aḥâdîs al-zâ’ida ‘alâ-jâmi‘ al-uṣûl

Muḥ. b. Ya‘qûb al-Fîrûzâbâdî al-Shâfî’î (m. 817/1414)

ḥadîs

I.O.T., 3121

23 ṣafar 815/ 6 juin 1411

arabe

13

Baḥr al-fawâ’id (al-mashhûr bi-Ma‘ânî al-akhbâr)

Abu Bakr M. b. Ibrâhîm al-Kalâbâdî al-Bukhârî (m. 380/990)

ḥadîs

I.O.T., 3152

XIIIe-XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

14

même ouvrage

même auteur

ḥadîs

I.O.T., 3162

21 ramadân 778/3 février 1377

arabe

15

[Kitâb al-aḥâdîs]

ḥadîs

I.O.T., 3154/I

fin jumâdâ I 662/mars 1264

arabe

16

al-Aḥâdîs al-ratnîya

Humâm al-Dîn Aḥmad ibn ‘Abd al-‘Azîz al-Khalafî al-Anṣârî

ḥadîs

I.O.T., 3154/IV

shawwâl 682 / janvier 1248

arabe

17

[Majmû‘ al-aḥâdîs]

‘Umar b. M. al-Nasafî (m.537/1142)

ḥadîs

Douchanbé, 4496

743/1342-3

arabe

18

al-Muyassar (Sharḥ Maṣâbîḥ al-sunna)

Shihâb al-Dîn Faḍlallâh b. Ḥusayn al-Tûrpishtî (m. 661/1263)

ḥadîs

I.O.T., 3278

4 ṣafar 739/23 août 1338

arabe

19

al-Muḥîṭ al-Burhânî (2e moitié)

Burhân al-Dîn Maḥmûd b. Aḥmad al-Bukhârî (m. vers 570/1174)

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 3102

660-663 / 1262-1265

arabe

20

Fuṣûl al-Ustrûshanî

Abû-l-Fatḥ M. b. Maḥmûd al-Ustrûshanî (m. 632/1234)

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 3109/1

muḥarram 785/ mars-avril 1383

arabe

21

Khizânat al-fatâwâ

Aḥmad b. M. b. Abî Bakr al-Bukhârî (m. 542/1147)

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 3109/II

ẕû-l-qa’da 785/ avril 1384

arabe

22

al-Kâfî fî sharḥ al-Wâfî (jild I)

Abû-l-Barakât al-Nasafî

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 3110

XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

23

Sharḥ talkhîṣ al-jâmi‘ al-kabîr (parties I et II)

M. b. Maḥmûd b. Aḥmad al-Nasafî

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 3111

22 ṣafar 786 / 17 avril 1384

arabe

24

Khuṭab al-nikâḥ

Humâm al-Dîn Aḥmad b. ‘Abd al-‘Azîz al-Khalafï al-Anṣârî

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 3154/V

shawwâl 682 / décembre 1283-janvier 1284

arabe

25

al-Farâ’iḍ al-sirâjîya

Sirâj al-Dîn M. b. M. al-Sijâwandî

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 2022/I

1 sha’bân 647 / 9 novembre 1250

arabe

26

[Masâ’il al-munâsakha fî-l-farâ’iḍ]

Abû Bakr b. ‘Alî b. Abî Bakr b. ‘Abd al-Jalîl b. Abî Bakr al-Farghânî

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 2022/II

21 ẕû-l-ḥijja 699/9 septembre 1300

arabe

27

al-Jâmi‘ al-ṣaghîr

Ḥusâm al-Dîn ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azîz b. Mâza (m. 536/1141)

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 3289

shawwâl 657 / septembre-novembre 1259

arabe

28

[Istikhrâjât]

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 3291/VI

XIVe s. (indices paléograph.)

persan

29

Jawâhir al-fiqh

Niẓâm al-Dîn b. Burhân al-Dîn al-Marghînânî

furû‘ al-fiqh

I.O.T., 9553

jumâdâ II 740 / décembre 1339-janvier 1340

arabe

30

Kashf al-asrâr fî sharḥ usûl al-Pazdawî (Ie partie)

‘Alâ’ al-Dîn ‘Abd al-‘Azîz b. Aḥmad al-Bukhârî (m.730/1329)

uṣûl al-fiqh

I.O.T., 3106

12 rabî‘ I 727 / 7 février 1327

arabe

31

[Kitâb al-uṣûl]

uṣûl al-fiqh

I.O.T., 3293

XIIIe-XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

32

al-Muntakhab fï uṣûl al-maẕhab

Ḥusâm al-Dîn al-Akhsîkatî (m. 644/1246)

uṣûl al-fiqh

I.O.T., 4944/I

5 ramaḍân 723/ 8 septembre 1323

arabe

33

Uṣûl al-Shâshî

Niẓâm al-Dîn al-Shâshî

uṣûl al-fiqh

I.O.T., 4944/II

XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

34

Kashf al-âsâr fî manâqib Abî Ḥanîfa

‘Abdallâh b. M. al-Subaẕmûnî (m. 340 / 951-2)

biographie

I.O.T., 3105

14 ramaḍân 649/ 1er décembre 1251

arabe

35

[Kitâb al-manâqib]

biographie

I.O.T., 3107

XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

36""‘

Kifâyat al-ṭâlib fî manâqib ‘Alî b. Abî Ṭâlib

M. b. Yûsuf b. M. al-Qurashî al-Shâfî’î

biographie

I.O.T., 3131

13 ẕû-l-ḥijja 654/ 3 janvier 1257

arabe

37

Asrâr al-balâgha fî-l-ma‘ânî wa-l-bayân

‘Abd al-Qâhir b. ‘Abd al-Raḥmân al-Jurjânî (m. 471/1078)

philologie arabe

I.O.T., 3140

XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

38

al-Îḍâḥ (Sharḥ Maqâmât al-Ḥarîrî)

Nâṣir b. ‘Abd al-Sayyid al-Muṭarrizî (m. 610/ 1213)’

philologie arabe

I.O.T., 3141

avant la 2e moitié du XIIIe s.

arabe

39

al-Îḍâḥ fî-l-ma‘ânî wa-l-bayân

M. b. ‘Abd al-Raḥmân al-Qazwînî Khaṭîb Dimashq (m. 739/1338-9)

philologie arabe

I.O.T., 3142

XVe s. (indices paléograph.)

arabe

40

Talqîḥ al-bâb fî tanqîḥ ṭuruq al-abwâb

philologie arabe

I.O.T., 3145

shawwâl 666/ juin-juillet 1268

arabe

41

Maqâmât al-Ḥarîrî

Qâsim b. ‘Alî al-Harîrî (m. 516/1122)

philologie arabe

I.O.T., 3153/II

10 muḥarram 662 / 14 novembre 1264

arabe

42

Sharḥ al-Mufaṣṣal fî-l-nahw

al-Zamakhsharî (m. 1144)

philologie arabe

I.O.T., 3288

XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

43

[al-Lama‘ât fî qawâ’id al-naḥw]

philologie arabe

I.O.T., 3290/IV

12 ẕû-l-ḥijja 705/ 28 juin 1306

arabe

44

al-Shâfiya fî-l-taṣrîf

Ibn al-Ḥâjib (m. 646/ 1248)

philologie arabe

I.O.T., 4884/I

1er muḥarram 735/ 1er septembre 1334

arabe

45

[Usûl fî ‘ilm al-balâgha]

philologie arabe

I.O.T., 4884/IV

3 muḥarram 735/ 3 septembre 1334

arabe

46

Kitâb al-tâj fî-l-mi‘râj

Abû Sa‘îd al-Ḥasan b. ‘Alî al-Wâ’iẓ

soufisme

I.O.T., 3154/III

jumâdâ II 646 / septembre-octobre 1248

arabe

47

Kitâb al-ta‘arruf li-maẕhab al-taṣawwuf

Abu Bakr al-Bukhârî al-Kalâbâdî (m. 390/ 990)

soufisme

I.O.T., 3154/VI

fin muḥarram 683/ octobre 1283

arabe

48

[Risâla fî-l-samâ’]

soufisme

I.O.T., 3154/VII

638/1240

arabe

49

al-Risâla al-qudsîya

Abû Ḥâmid al-Ghazâlî

soufisme

I.O.T., 3907/II

15 ramaḍân 544/17 janvier 1150

arabe

50

Kitâb hidâyat al-mustarshidîn

Abu Bakr b. M. al-Bâqillânî

théologie

I.O.T., 3296

avant 613/1217

arabe

51

al-Iqtiṣâd fî-l-i‘tiqâd

Abû Ḥâmid al-Ghazâlî

kalâm

I.O.T., 3907/I

544/1149

arabe

52

Miḥakk al-naẓar

même auteur

logique

I.O.T., 3907/III

13 jumâdâ II 545/8 octobre 1150

arabe

53

al-Munqiẕ min al-ḍalâl

même auteur

philosophie

I.O.T., 3907/IV

1 ẕû-l-ḥijja 545/ 21 mars 1151

arabe

54

al-Tamhîd li-qawâ’id al-tawḥîd

Abû-l-Mu‘în al-Nasafî (m. 1114)

kalâm

I.O.T., 177/III

8 rajab 672 / 18 janvier 1274

arabe

55

Mukhtaṣar muntahâ al-su’âl wa-l-‘amal fî ‘ilmay al-uṣûl wa-l-jadal

Ibn al-Ḥâjib (m. 646/1248)

kalâm

I.O.T., 3152/I

milieu du ṣafar 752/avril 1351

arabe

56

[al-Ḥâshiya] ‘alâ-l-Mukhtaṣar bi-l-kalâm

kalâm

I.O.T., 3290/I

2 jumâdâ I 776/9 novembre 1374

arabe

57

[al-Ta‘rîfât]

kalâm

I.O.T., 3290/II

XIVe s.

arabe

58

[Majâlis al-mawâ’iẓ]

kalâm

I.O.T., 10416

XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

59

al-Sawâd al-a’ẓam lî-l-kalâm

Abû-l-Qâsim al-Ḥakîm al-Samarqandî (m. 342/953)

kalâm

Bayburdî (coll. privée)

795/1392-3

arabe

60

I‘tiqâdât

même auteur

kalâm

Bayburdî (coll. privée)

795/1392-3

arabe

61

al-Ẓuhûr al-muqtaṭifa min ta’rîkh Makka al-musharrafa

Taqî al-Dîn M. b. Shihâb al-Dîn Aḥmad al-Ḥasanî

géographie

I.O.T., 177/I

819/1416

arabe

62

Kitâb ma‘rifat al-Qibla

‘Imâd al-Dîn ‘Abd al-Qâhir b. Ṭâhir b. Shâbûr

géographie

I.O.T., 177/II

12 rabî‘ II 638/ 30 décembre 1240

arabe

63

Tarjima-yi Kitâb al-Yamînî

histoire

I.O.T., 3144/II

XIVe s. (indices paléograph.)

persan

64

[al-Uṣûl fî masâ’il al-jabr wa-l-muqâbala]

sciences exactes

I.O.T., 2022/III

10 ṣafar 677 / 4 juillet 1278

arabe

65

[Risâla fî-l-‘ilm al-ḥisâb]

sciences exactes

I.O.T., 3291/V

21 ẕû-l-qa’da 725 / 30 octobre 1325

arabe

66

al-Amad al-aqṣâ

‘Ubaydallâh ibn ‘Umar ibn ‘Isâ al-Dabûsî (m. 430/1039)

éthique

I.O.T., 3129/II

21 ṣafar 677/ 1 décembre 1268

arabe

67

[Risâla fî-l-lughawîyât wa-l-ma‘nawîyât]

dédié à Jalâl al-Dîn Abû-l-Ma‘âlî al-Khâlidî al-Muṣaddar al-Samarqandî

logique

I.O.T., 3290/III

ẕû-l-ḥijja 705 / mai-juin 1306

arabe

68

Barâhîn a’mal al-khaṭa’ayn

Afḍal al-Dîn ‘Umar b. Ghaylân (XIIe s.)

logique

I.O.T., 3291/II

XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

69

[Risâla fî isbât al-nafs]

logique

I.O.T., 3291/III

sha’bân 725 / juin-juillet 1325

arabe

70

Maṭâli‘ al-anwâr

Sirâj al-Dîn M. b. Abî Bakr al-Urmawî

logique

I.O.T., 4884/II

9 ramaḍân 735/ 4 mai 1335

arabe

71

[Ash‘âr]

Burhân b. Ḥasan (XIIe s.)

poésie

I.O.T., 3144/I

XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

72

[Ash‘âr]

poésie

I.O.T., 3291/I

XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

73

Intikhâb min Dîwân al-Muta-nabbi’ (ma’a sharḥ al-imâm al-Wâḥidî)

Abu Ṭâlib Aḥmad b. Ḥusayn al-Ju’fî al-Kindî

poésie

I.O.T., 3292/I

fin ẕû-l-qa’da 735/juillet 1335

arabe

74

[Waṣâyâ-yi Iflâṭûn wa Arisṭûṭâlîs]

philosophie

I.O.T., 3292/II

XIVe s. (indices paléograph.)

persan

75

[Risâla fî-l-ṭibb]

médecine

I.O.T., 3291/IV

21 ẕû-l-qa’da 725/30 octobre 1325

arabe

76

al-Masâ’il fî-l-ṭibb

Fakhr al-Dîn al-Râzî (m. 606/1209)

médecine

I.O.T., 3135

XIVe s. (indices paléograph.)

arabe

Haut de page

Notes

1 Lola Dodkhudoeva, « Rukopisi s pechat’ju vakfa Muḥammada Pârsâ iz arabskogo otdela fonda vostochnykh rukopisej Natsional’noj biblioteki Frantsii », dans : Kniga v razvitii kul’tury narodov Vostoka : istorija i sovremennost’, (résumé des communications d’un symposium international), Douchanbé, 1990, p. 31-33.

2 A.B. Khalidov, « Rukopisi iz biblioteki Muḥammada Pârsâ », Peterburgskoe Vostokovedenie, 6 (Saint-Pétersburg, 1994), p. 506-519.

3 Khalidov ajoute un manuscrit à ceux cités par Dodkhudoeva dans sa communication : Arabe 6325. Lorsque notre collègue Francis Richard et nous-mêmes avons examiné le fonds des manuscrits orientaux à la Bibliothèque nationale de France (en 1998), nous n’avons pas trouvé d’empreinte des sceaux de Muḥammad Pârsâ sur les manuscrits Arabe 6318 (Lola Dodkhudoeva, « La bibliothèque de Khwâja Muḥammad Pârsâ à Boukhara », Cahiers d’Asie centrale 5-6 (1998), p. 125-142, n° 27) et Arabe 6404 (Khalidov, p. 509). Le catalogue ne parle pas non plus de leur présence (voir E. Blochet, Bibliothèque Nationale. Catalogue des manuscrits arabes des nouvelles acquisitions (1884-1924), Paris, 1925, n° 6318, 6404). Cependant, grâce au concours de Francis Richard, que nous remercions, nous avons pu découvrir deux autres manuscrits possédant l’empreinte du waqf de Muḥammad Pârsâ : Arabe 6583 et Supplément persan 1671 (voir F. Richard, « Manuscrits persans de la Bibliothèque nationale de France se rapportant à l’Asie centrale musulmane », dans le présent volume). Ainsi, six manuscrits portant l’empreinte des sceaux du waqf de Muḥammad Pârsâ sont conservés dans le fonds de la Bibliothèque nationale de France.

4 Khalidov, p. 507. Souligné par nous-mêmes.

5 Dodkhudoeva, « La bibliothèque de Khwâja Muḥammad Pârsâ à Boukhara ».

6 L’auteur a ignoré cinq manuscrits mentionnés dans l’article cité ci-dessus et dans les autres publications du connaisseur du fonds de Saint-Pétersbourg, A. Khalidov.

7 Selon les données des volumes I-VIII du Sobranie vostochnykh rukopisej (SVR), Tachkent, 1952-1967.

8 Voir n. 3.

9 Khalidov, p. 507, 517.

10 Khalidov, p. 511. Ici, le chercheur répète une erreur faite par les auteurs du SVR, voir SVR, IV, p. 203. L’autre erreur du SVR a été répétée par L. Dodkhudoeva : n° 52 dans son tableau ; SVR, IV, p. 346.

11 Le manuscrit de la collection privée de Sh. Ziyadov (n° inventaire 11) comprend le Kitâb al-taysîr fî-l-qirâ’ât al-sab’ d’Abû ‘Amr ‘Usmân ibn Sa‘îd al-Dânî(m. 444/1053). Il a été copié le 22 jumâdâ II 761/10 mai 1360. 190 feuillets. Il possède une empreinte de sceau « P » datée de 1255/1839-40. Le livre a été très endommagé par des rongeurs.

12 6 manuscrits de la B.n.F. ont les empreintes du même sceau.

13 Le manuscrit de l’LO.T., n° 3105, f. 1a. Ici, il s’agit de noms des représentants de la famille connue des Ṣadr de Boukhara : Burhân al-Dîn ‘Abd al-‘Azîz ibn ‘Umar, connu comme « al-Ṣadr al-Mâḍî » (m. 1102), ses fils Ḥusâm al-Dîn ‘Umar, connu comme « al-Ṣadr al-Shahîd » (m. 1141), et Aḥmad connu comme « al-Ṣadr al-Sa‘îd » (XIIe s.).

14 Dâr al-fuqarâ’ (litt. : Maison des derviches, des pauvres) : il s’agit vraisemblablement d’un foyer ou d’un refuge pour les étudiants, les soufis itinérants et les voyageurs.

15 Le présent document de waqf a été renouvellé sous Amîr Ma’ṣûm (Shâh Murâd) ibn Dâniyâl Âtâliq (1785-1800). Archives Centrales d’État de la République d’Ouzbékistan, fonds I-323, doc. 55/13-14 ; 1291/16.

16 Il s’agit probablement de la bibliothèque du khânaqâh de Sayf al-Dîn Bâkharzî (m. 1261), célèbre disciple de Najm al-Dîn Kubrâ (m. 1221). Ce khânaqâh se trouvait dans la banlieue est de Boukhara. Pour les détails voir O.D. Chekhovich, Bukharskie dokumenty XIV v., Tachkent, 1965. Voir aussi, dans le présent volume, B. Babajanov, « Monuments épigraphiques de l’ensemble de Fatḥâbâd à Boukhara ».

17 I.O.T., n° 3136, f. 2a ; I.O.T., n° 3907, f. 1a.

18 Archives centrales d’Etat de la République d’Ouzbékistan, fonds I-323, doc. 457.

19 O. A. Sukhareva, Kvartal’naja obshchina pozdnefeodal’nogo goroda Bukhary (v svjazi s istoriej kvartalov), Moscou, 1976, p. 220, 250-251, 294-295.

20 Ici, il faut remarquer que, pour l’Asie centrale médiévale tardive, on omettait souvent une composante habituelle des noms propres, Muḥammad. Ainsi, par exemple, un célèbre transmetteur des ḥadîs Muḥammad ibn Ismâ‘îl al-Bukhârî (810-870) est devenu Khwâja Ismâ‘îl al-Bukhârî.

21 I.O.T., n°s 3108, 3111, 3114, 3127, 5965.

22 Par exemple, comparer : Khwâja Pârsâ, Faṣl al-khiṭâb bi-waṣl al-aḥbâb, lithographie, Tachkent, 1913, p. 4, 57, 363, et les n° 51, 46 et 10 du tableau 2.

23 al-Kafawî, Katâ’ib a’lâm al-akhyâr, manuscrit I.O.T., n° 2929, f. 322a-b, 342b.

24 Ibid., f. 343a.

25 Khwâja Pârsâ, Haftâd-o-si firqa, manuscrit I.O.T., n° 10870-III, f. 284b-305b. Dans le même fonds, il y a un autre manuscrit de cet ouvrage dont le titre est Haftâd-o-dû firqa (72 sectes), n° 12573.

26 al-Kafawî, f. 322a, 342b.

27 Khwâja Pârsâ, Faṣl al-khiṭâb, p. 139.

28 Encyclopédie de l’Islam2, Paris-Leyde 1960 -, vol. IX, art. « al-Simnânî », p. 637-638.

29 Par exemple, Maḥmûd ibn Dâwûd al-Afshanjî (m. 1273), Risâla dar bayân-i maẕhab-i ahl-i sunnat wa-jamâ’a, manuscrit I.O.T., n° 1986-II, le célèbre Mukhtaṣar al-wiqâya de ‘Ubaydallâh ibn Mas‘ûd al-Maḥbûbî (m. 1346), et Fiqh al-Kaydânî de Luṭfallâh al-Naṣafî (m. vers 1349).

30 « Risâla-yi ṣâḥibîya », Farhang-i Îran zamîn, 1/1 (Téhéran, 1332 Sh/1953), p. 79.

31 Encyclopédie de l’Islam1, vol. VIII, art. « Pârsâ’iyya » (par R.D. McChesney), p. 280.

32 W. Madelung, « Yûsuf al-Hamaḏânî and Naqšbandiyya », Quaderni di Studi Arabi, 5-6 (1987-8), p. 499-509 ; D. DeWeese, « The Mashâ’ikh-i Turk and the Khojagân : Rethinking the Links between the Yasavî and Naqshbandî Sufi Traditions », Journal of Islamic Studies, 7/2 (1996), p. 180-207.

33 Manuscrit I.O.T., n° 3100, f. 179b-188b, 208a-212a. Ces décisions étaient mises par écrit par Muḥammad Bâqir ibn Fakhr al-Dîn al-Rûmî vers 857/1453 (f. 212a).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aširbek Muminov et Šovasil Zijadov, « L’horizon intellectuel d’un érudit du XVe siècle : nouvelles découvertes sur la bibliothèque de Muammad Pârsâ », Cahiers d’Asie centrale, 7 | 1999, 77-98.

Référence électronique

Aširbek Muminov et Šovasil Zijadov, « L’horizon intellectuel d’un érudit du XVe siècle : nouvelles découvertes sur la bibliothèque de Muammad Pârsâ », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 25 mars 2010, consulté le 01 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/569

Haut de page

Auteurs

Aširbek Muminov

Institut des Langues orientales, Université d’Etat de Tachkent, Rue Lâhûtî, 25, 700047 Tachkent. Ouzbékistan

Articles du même auteur

Šovasil Zijadov

Institut d’orientalisme, Académie des Sciences d’Ouzbékistan, Prospekt Akademika Kh. Abdullaeva, 81, 700170 Tachkent. Ouzbékistan.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org