Navigation – Plan du site
I. Première partie
Diversité des collections de manuscrits

Fonds nationaux et collections privées de manuscrits en écriture arabe de l’Ouzbékistan1

Aširbek Muminov
Traduction de Maria Szuppe
p. 17-38

Texte intégral

  • 1 Le présent article a été préparé sur la base des matériaux de la série des conférences intitulée «  (...)
  • 2 A.A. Semenov, « Uzbekistanskie fondy vostochnykh rukopisej i aktov », dans : Tezisy dokladov jubile (...)

1L’Ouzbékistan, aujourd’hui indépendant, est situé sur un territoire où se trouvaient autrefois les capitales et les villes principales des trois khanats tardifs de l’Asie centrale : Khiva, Boukhara et Kokand. Les sources écrites contiennent beaucoup de récits sur les grandes bibliothèques de souverains ou de dignitaires, celles des waqf accessibles au public dans les madrasa et les mosquées, ainsi que sur les collections privées de livres. L’année 1870 est une date charnière dans l’histoire des fonds des manuscrits en Asie centrale. À partir de cette date, au cours de changements tumultueux, les livres manuscrits commencent à avoir des nouveaux propriétaires, tels que les fondations d’Etat et les collectionneurs privés. Certains fonds nationaux de l’Ouzbékistan, qui faisaient alors partie des bibliothèques de l’ex-Union soviétique, ont été décrits dans des articles généraux2. Ces travaux énumèrent au total 21 fonds, dont deux n’existent plus aujourd’hui.

  • 3 A. Validov, « Vostochnye rukopisi v Ferganskoj oblasti », Zapiski Vostochnogo Otdelenija Imperators (...)

2Certaines des collections privées, qui existaient alors, ont été partiellement étudiées par les chercheurs de la Russie impériale3. Cependant, depuis ces dernières années, apparaissent de nouvelles informations sur des fonds de manuscrits autrefois inconnus et la qualité des études sur les anciennes bibliothèques augmente de façon significative.

  • 4 Deux missions franco-ouzbèkes, dirigées par Mme Maria Szuppe, ont été organisées dans le cadre de l (...)

3Pour prendre connaissance des fonds de manuscrits existant dans les différentes provinces de l’Ouzbékistan, nous avons effectué des enquêtes de terrain. Durant ces missions, nous avons pu examiner les bibliothèques nationales, celles des établissements religieux, ainsi que les collections privées4. Naturellement, dans leur majorité, les manuscrits sont concentrés dans la capitale, Tachkent.

Tachkent

4On compte en tout dix dépôts nationaux de manuscrits, la bibliothèque de l’administration religieuse (Direction des musulmans d’Ouzbékistan) et des dizaines de collections privées. Le plus grand et le plus riche de ces fonds est conservé à l’Institut d’orientalisme « Abû Rayḥân Bîrûnî » relevant de l’Académie des Sciences de la République de l’Ouzbékistan (abrégé plus loin en I.O.T.).

51. Institut d’orientalisme « Abû Rayḥân Bîrûnî » de l’Académie des Sciences de la République d’Ouzbékistan
(25 954 manuscrits et 4 860 documents) Adresse : Institut Vostokovedenija imeni Abû Rajḥân Bîrûnî Akademii Nauk Respubliki Uzbekistan, Tachkent 700170, Prospekt akademika Kh. Abdullaeva, 81.

6– Histoire de la constitution du fonds : le fonds s’est constitué en deux étapes : 1) en tant que partie de la Bibliothèque publique ; 2) en tant qu’Institut propre.

  • 5 Je. Kal’, Persidskie, arabskie i tjurkskie rukopisi Turkestanskoj publichnoj biblioteki, Tachkent, (...)
  • 6 Le journal Turkestanskie vedomosti, année 1895, n° 33, 34, 37.
  • 7 V.V. Bartol’d, « Turkestanskaja Gosudarstvennaja biblioteka i mestnaja musul’manskaja pechat’ », da (...)

71) Dès l’ouverture de la Bibliothèque publique de Tachkent, en 1870, on a commencé à collectionner les manuscrits. En 1889, le fonds des manuscrits comportait 68 volumes, contenant en tout 126 ouvrages identifiés par titre. Un premier catalogue scientifique de ces manuscrits a été préparé et publié5. En 1895, la bibliothèque contenait plus de 90 volumes6. Le catalogue manuscrit « Katalog rukopisej Turkestanskoj publichnoj biblioteki », conservé actuellement à l’I.O.T., fait en 1912 par A.A. Semenov pour compléter celui d’Je. Kal’, contient 231 manuscrits et 656 livres lithographiés, y compris la collection de Muḥammad ‘Alî Ṣâbirov (Dûkchî Îshân), confisquée en 1898 (213 manuscrits)7. Cette collection avait été d’abord transmise au Cercle turkestanais des Amis de l’Archéologie (Turkestanskij kruzhok ljubitelej arheologii), fondé en 1895. En 1900 et 1902, une partie de cette collection a été envoyée à Saint-Pétersbourg.

8Le 25 avril 1933, le Soviet des commissaires du peuple de la République socialiste soviétique d’Ouzbékistan a promulgué un décret « Sur le regroupement des fonds de manuscrits de la République ». Les collections de manuscrits des institutions suivantes ont été transférées au Département des manuscrits orientaux de la Bibliothèque publique d’Etat (B.P.E.) : l’Institut de recherche d’Ouzbékistan à Samarcande, la Bibliothèque « Ibn Sînâ » à Boukhara, et la Bibliothèque des Khans à Khiva. La collection de Muḥammad Pârsâ y fut transférée depuis l’ancienne Bibliothèque centrale de Boukhara. Dans les années qui ont suivi, la collection privée du qâżî de Tachkent, Muḥyi al-Dîn, a rejoint ce fonds.

  • 8 Voir « Perechen’ vostochnykh rukopisej V.L. Vjatkina v Gosudarstvennoj Publichnoj biblioteke UzSSR  (...)
  • 9 B.S. Sergeev, « Tsennejshie vostochnye rukopisi Gosudarstvennoj Publichnoj biblioteki UzSSR », dans (...)
  • 10 Voir, dans le présent volume, Sh. Vahidov et A. Erkinov, « Le fihrist (catalogue) de la bibliothèqu (...)

9En 1933, on a acheté la collection de V.L. Vjatkin (273 volumes)8 et, en 1934, les collections de Raḥmânov (143 volumes), de ‘Abd al-Ra’ûf Fiṭrat (150 volumes, dont le Qûtadghû bilig en écriture ouïghoure), et de Hâdî Ẓarîfov (40 volumes). À ce moment, la bibliothèque comptait quatre mille manuscrits9. En 1936, la collection du dernier qâżî-kalân de Boukhara, Mîrzâ Muḥammad Sharîf Ṣadr-i Żiyâ’ (1867-1932), fut transférée à la Bibliothèque publique d’État (environ 300 volumes)10.

102) Le 3 novembre 1943, lors de la création de l’Académie des Sciences (A.S.) de la R.S.S. d’Ouzbékistan tout le Département des manuscrits orientaux de la B.P.E. a été transformé en Institut d’Etudes des Manuscrits orientaux A.S. R.S.S.Ouz. On a également transféré vers cet Institut les collections de la Bibliothèque fondamentale A.S. R.S.S.Ouz. ce qu’il restait de la Bibliothèque des Khans de Khiva, et les fonds des divers établissements religieux de Khiva.

11En 1950, l’Institut d’Etudes des Manuscrits orientaux a reçu un nouveau nom, celui de l’Institut d’orientalisme (I.O.) de l’A.S. R.S.S.Ouz. En 1957, on lui a donné le nom d’un patron, Abû Rayḥân Bîrûnî (m. 1048).

  • 11 A.A. Semenov, « Sredneaziatskie rukopisnye fondy i vazhnost’ ikh izuchenija », dans : Materialy per (...)
  • 12 Polosin, « Fondy rukopisej i staropechatnykh knig », p. 201.

12Durant cette période, l’Etat avait coutume d’allouer des fonds pour acheter des manuscrits auprès de la population. En 1950, fut acquise la collection de Sa‘îd-Jânov de Boukhara. En 1958, le nombre des manuscrits dans ce fonds était de 15 500 volumes11. Vers le début des années 1990, le nombre des manuscrits a atteint 18 59412.

13En mai 1998, le gouvernement ouzbek a décidé de dissoudre l’Institut des Manuscrits de l’A.S. et de transférer son fonds de manuscrits et de livres rares à l’I.O.T. Ainsi, 7 329 volumes manuscrits (250 volumes ont été transmis au Musée de Littérature) et plus de 7 000 de lithographies sont venus accroître le fonds de l’I.O.T.

14– Composition du fonds. Les manuscrits ne sont pas classés d’après la langue, ce qui complique l’étude de ce fonds. Ce principe de l’indivisibilité du fonds explique, probablement, pourquoi le nombre d’ouvrages contenus dans les manuscrits reste toujours inconnu. Les spécialistes estiment que 40 % du fonds se compose d’ouvrages en arabe, 40 % – en persan, et 20 % environ – en turc oriental (chaghatây). Il y existe plusieurs ouvrages en ourdou (n° 1027, 5284), hébreu (n° 3345) et pashto (n° 4252).

  • 13 Les fiches descriptives des certains ont paru dans le Fichier des Manuscrits du Moyen Orient, Paris (...)

15Les manuscrits les plus anciens sont des copies du Coran non datées (n° 579, en écriture de type kûfî sur papier, et n° 11604, en même type d’écriture mais sur parchemin), que les spécialistes identifient, d’après les caractéristiques paléographiques, comme appartenant au Xe siècle. À ce jour, nous avons relevé avec certitude plus de 300 manuscrits datés transcrits avant le 28 jumâdâ I 905/1er janvier 150013.

16Le fonds des livres lithographiés en écriture arabe (plus de 37 000) possède toute une série de particularités mais, comme les lithographies sont inventarisées avec les autres livres, il est difficile de les étudier de façon séparée. Selon le Professeur A. Urunbaev, le fonds possède la collection complète de toutes les éditions centre-asiatiques lithographiées (Kâgân, Kokand, Samarcande, Ferghana, Tachkent, Khiva), publiées entre 1870 et 1930.

17L’Institut possède également un Département de microfilms, où sont conservées des copies de livres de son propre fonds (environ 6 000) et de celles d’autres établissements (environ 500).

  • 14 Le travail préparatoire en vue de la publication de ce groupe de documents est actuellement en cour (...)

18– Le degré d’étude. Il existe plusieurs fichiers de manuscrits en écriture arabe du fonds principal (IVRU-1) et de celui des « doubles », selon les données suivantes : 1) la cote ; 2) le nom d’auteur ; 3) le titre d’ouvrage ; 4) la matière (systématique). Le premier fichier contient 13 378 numéros pour le fonds principal, 5 247 numéros pour celui des « doubles (D) » (IVRU-2), et 7 329 pour le fonds de « Ḥ. Sulaymânov » (IVRU-3). Il n’existe pas de fichier de documents d’archives (IVRU-4), dont le nombre total représente près de 4 860 ; environ 3 147 documents acquis jusqu’en 1991 et conservés dans 91 dossiers, et 1 713 documents achetés en 199214. Les manuscrits qui ont été transférés de l’Institut des manuscrits de l’AS ont conservé leurs anciens numéros.

19Au total, 30 814 unités de conservation sont actuellement accessibles au lecteur.

  • 15 Sohranie Vostochnykh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR, [plus loin abrégé en SVR], volumes I-V  (...)

20Quinze volumes de catalogue descriptif des manuscrits de ce fonds ont été publiés jusqu’à nos jours15. Ces publications contiennent en tout 11 474 entrées. La thématique et le nombre des ouvrages décrits sont : 1) belles lettres, 6 340 ; 2) islam, 1 435 ; 3) soufisme, 962 ; 4) histoire, 553 ; 5) philosophie (falsafa), 320 ; 6) médecine, 430 ; 7) sciences exactes et naturelles, 309 ; 8) philologie, 313 ; 9) géographie et cosmographie, 140 ; 10) art, 57 ; 11) mémoires, récits de voyage, biographies et correspondances, 173 ; 12) encyclopédies, 32 ; 13) sciences occultes, 66.

  • 16 V.I. Beljaev, « Arabskie rukopisi iz Jemena v sobranijakh Tashkenta », dans : Sovetskoe vostokovedé (...)

21Quatre manuscrits provenant du Yémen ont été étudiés par V.I. Beljaev16.

  • 17 A.A. Semenov, Opisanie rukopisej proizvedenij Navoi, khranjashchikhsja v Gosudarstvennoj publichnoj (...)
  • 18 Voir n. 15. G. Masharîpova, Khorazmda bitilgan qöljozmalar, Tachkent, 1997 ; The Elite Possessions (...)
  • 19 Q. Munirov, Sharq qöljozmalari, Tachkent, 1962 ; S.A. Azimdzhanova et D.G. Voronovskij, « Sobranie (...)

22On a publié huit volumes de catalogues d’ouvrages de ‘Abd al-Raḥmân Jâmî, ‘Alî Shîr Nawâ’î, Khusraw Dihlawî, Abû Naṣr al-Fârâbî et Ibn Sînâ, ainsi que ceux datant de la période de la conquête russe de l’Asie centrale, et sur la confrérie de la Naqshbandîya17. Outre cela, on a publié des catalogues en langues orientales, rédigés d’après les matériaux du SVR18. Cependant, malgré la publication de tous ces catalogues et de plusieurs articles descriptifs, le fonds de l’Institut reste peu étudié19. La préparation et la publication d’un « bref catalogue complet » du fonds, construit selon le critère de langues, nous semble être indispensable.

  • 20 Semenov, « Sredneaziatskie rukopisnye fondy », p. 917.

232. Les Archives centrales d’État de la République d’Ouzbékistan
(400 000 documents) Adresse : Tsentral’nyj Gosudarstvennyj Arkhiv, Tachkent, ul. Chilanzarskaja, 2.
En 1958, les Archives centrales d’État (A.C.E.) possédaient plus de 700 fonds contenant au total presque 400 000 unités de conservation20. Les différents types de documents en écriture arabe étaient regroupés en dossiers parmi lesquels :

241) affaires foncières et taxes des institutions publiques des pouvoirs provinciaux ; 2) partie diplomatique de la Chancellerie du Gouvernement-Général du Turkestan ; 3) départements I et III de cette Chancellerie ; 4) fonctionnaires diplomatiques en fonction auprès du Gouvernement-Général du Turkestan ; 5) Agence politique de Russie et Résidence de Russie à Boukhara ; 6) chancellerie du qûsh-bêgî de Boukhara ; 7) chancellerie du Khan de Khiva ; 8) directeur du Département de l’Amû-Daryâ ; 9) livres contenant les décisions des qâżî (juges musulmans populaires) sur les affaires de droit criminel et de droit commun concernant les problèmes d’héritage et de dettes, ainsi que les registres de confirmation des divers accords.

  • 21 A.L. Troitskaja, Katalog arkhiva kokandskikh khanov XIX v., Moscou, 1968 ; P.P. Ivanov, Arkhiv khiv (...)
  • 22 G.Ju. Astanova, « Arkhiv kushbegi - vazhnyj istochnik po istorii agrarnykh otnoshenij v Bukharskom (...)

25En 1962, on a transféré aux A.C.E. les archives des Khans de Khiva et de Kokand. Un catalogue d’environ 5 000 documents provenant des archives des Khans de Kokand, ainsi qu’un autre contenant une partie des archives des Khans de Khiva ont été publiés21. Le fonds d’archives du qûsh-bêgî compte 2 655 dossiers englobant 100 956 documents de 28 types différents22.

263. La Direction des musulmans d’Ouzbékistan (2 300)
Adresse : Upravlenie musul’man Uzbekistana, Tachkent 700 002, ul. Zarqajnar, 103.
Le fonds des manuscrits se trouve dans la bibliothèque de la Direction des musulmans d’Ouzbékistan. On a commencé à collectionner les manuscrits à partir de 1943, dès la fondation de la Direction spirituelle des musulmans d’Asie centrale et de Kazakhstan. La collection a été fondée par Ishân Bâbâ-Khân, premier mufti (1943-1957) – chef des musulmans d’Asie centrale et de Kazakhstan –, qui a offert sa bibliothèque privée à cette institution. Le fonds s’est accru grâce aux efforts du mufti Żiyâ’ al-Dîn (Ziyovuddin) Khân Bâbâ-Khânov (1957-1982), qui consacra la moitié de son salaire à acheter des manuscrits auprès de la population. Beaucoup de gens ont fait don de leurs livres. Actuellement, le livre d’inventaire compte un peu plus de 2 300 volumes manuscrits. Selon l’ancien adjoint du mufti de la Direction des musulmans d’Ouzbékistan, ‘Abdulghanî ‘Abdullâev, dans les années 1970, il y avait plus de 3 000 volumes. En raison de l’incompétence des bibliothécaires, de nombreux manuscrits ont été perdus.

  • 23 A.F. Shebunin, « Kuficheskij Koran Imperatorskoj Sankt-Peterburgskoj Publichnoj biblioteki », dans  (...)
  • 24 Dzh. Kh. Ibadov, « O matematicheskikh rukopisjakh iz biblioteki SADUM », dans : Matematika na sredn (...)

27La copie la plus ancienne conservée dans ce fonds est le « Muṣḥaf de ‘Usmân »23. Le fonds contient beaucoup de copies de Coran, des tafsîr, des recueils de ḥadîs, des manuels standart de philologie arabe, de kalâm, de fiqh, de logique, etc. Outre le livre d’inventaire, la bibliothèque ne possède aucune autre documentation concernant les manuscrits. Ceux-ci ne comportent même pas de sceau de bibliothèque. Trente-deux traités de mathématiques provenant de ce fonds ont été décrits par ‘Ibâdov24.

  • 25 V.V. Bartol’d, « Sobranie rukopisej Dzhurabeka », dans : V.V. Bartol’d, Sochinenija, vol. VIII, Mos (...)

284. L’Université d’État de Tachkent (408)
Adresse : Tashkentskij Gosudarstvennyj Universitet, Tachkent 700095, VUZ gorodok, Nauchnaja biblioteka TashGU.
Le fonds est conservé dans la Bibliothèque de recherche de l’Université d’Etat de Tachkent. Il se compose de l’ancien fonds de l’Institut oriental du Turkestan, constitué lui-même des collections du Séminaire des Enseignants du Turkestan et du général Jura-Bek (23 manuscrits)25, ainsi que d’acquisitions occasionnelles des années 1920 et 1930.

  • 26 Z.V. Shmidt et O.D. Trud, « Vostochnyj fond fundamental’noj biblioteki Tashkentskogo gos. universti (...)
  • 27 A.A. Semenov, Opisanie persidskikh, arabskikh i turetskikh rukopisej Fundamental’noj Biblioteki Sre (...)

29Dans le livre d’inventaire, 447 manuscrits et 898 livres lithographiés ont été inscrits. Aujourd’hui, il reste 408 manuscrits et 802 lithographies26. Beaucoup de manuscrits ont été définitivement perdus, d’autres abîmés par l’eau. Ce fonds possède 7 manuscrits transcrits avant le XVIe siècle et un remarquable recueil des riwâyât des muftis boukhariotes du XIXe siècle (n° 313). A.A. Semenov a fait la description de 339 ouvrages contenus dans les manuscrits de ce fonds27.

  • 28 Saidbek Ḥasanov, « Ilm va ma‘rifat maskani », Adabiyot közgusi, n° 1 (1998), p. 3-12.

305. Le Musée d’Etat de littérature « ‘Alî Shîr Nawâ’î » de l’Académie des Sciences (360)
Adresse : Gosudarstvennyj muzej literatury imeni Alishera Navoi AN RUz, Tachkent 700011, ul. Navoi, 69.
Constitué le 18 janvier 1967, dans les années 1979-1991, le musée faisait partie de l’Institut des Manuscrits A.S. Le 1er juillet 1991, il a été séparé de l’Institut des Manuscrits et transformé en un musée indépendant28. Le livre d’inventaire enregistre 110 volumes orientaux manuscrits. L’établissement d’un catalogue de travail sur fiches est actuellement en cours. Suite à la fermeture de l’Institut des manuscrits, 250 manuscrits qui lui appartenaient autrefois viennent d’être rendus au musée. Ainsi, le nombre total des manuscrits atteint aujourd’hui 360 volumes. Les acquisitions se poursuivent.

316. L’Université pédagogique d’Etat « Niẓâmî » de Tachkent (282)
Adresse : Tashkentskij gosudarstvennyj pedagogicheskij universitet imeni Nizami, Tachkent 700100, ul. Jûsuf Khâṣṣ Ḥâdzhib, 3.
282 manuscrits sont conservés dans le bureau d’études « N. Mallaev » auprès de la chaire de Littérature ouzbèke classique. La majorité de ce fonds est constituée d’ouvrages de belles lettres en langues turkî et en persan. Les mansucrits sont utilisés pendant les cours.

  • 29 Akimushkin, « Uzbekistan », p. 619.

327. La Bibliothèque d’État « ‘A. Nawâ’î » (77)
Adresse : Gosudarstvennaja biblioteka imeni A. Navoi, Tachkent GSP, 700000, Mustaqillik maydâni, 5. (tél. : 139-43-40).
L’ancienne information selon laquelle le fonds se composait de 233 manuscrits, dont 69 en arabe, 64 en persan et 100 en langues turkî, n’a pas pu être confirmée lors de notre examen de cette collection29. Dans le fonds de livres rares et de manuscrits (directeur : R. Fayżullaev), se trouvent 77 manuscrits, dont 28 en arabe, 35 en persan et 14 en langues turkî. Il existe un catalogue de travail sur fiches. Les manuscrits sont conservés avec les livres lithographiés (au nombre de 221) et possèdent une numérotation commune avec ceux-ci.

338. Le fonds Oltin Meros (Âltin Mîrâs) (60)
Adresse : Mezhdunarodnyj blagotvoritel’nyj fond « Oltin Meros », Tachkent GSP 700000, ul. Shâdlik, 6 (tél. : 67-25-49).
Le fonds a été constitué en 1996 auprès d’une organisation publique nommée Ma‘nawîyat wa ma‘rifat. Selon Maḥmûd Ḥasanî, membre de la commission pour l’achat des livres, depuis l’ouverture plus de 60 manuscrits ont été acquis parmi la population.

  • 30 Ibid.

349. Le Musée d’Etat d’histoire d’Ouzbékistan (23)
Adresse : Gosudarstvennyj muzej istorii Uzbekistana, Tachkent, 700049, prospekt Sharafa Rashîdova, 3.
Fondé en 1867, il posséderait environ 90 manuscrits30. Nous n’avons trouvé que 23 manuscrits lors de notre examen du fonds. Les manuscrits ont été enregistrés dans plusieurs livres d’inventaire différents et, par conséquent, possèdent une numérotation désordonnée. En 1976, Sh. Ẕûnnûnov a préparé un catalogue de livres manuscrits et lithographiés, resté alors inédit et aujourd’hui perdu. Parmi les autres objets du patrimoine conservés dans ce musée et enregistrés dans plus de 30 livres d’inventaire, on remarque 80 000 pièces de monnaie (dont 70 % minimum en écriture arabe), ainsi que les pierres tombales (qayrâq) portant des inscriptions datées du XIVe siècle.

3510. Le Musée d’Etat d’histoire des Timourides (16)
Adresse : Gosudarstvennyj muzej istorii Temuridov, Tachkent, 700000, ul. Amira Temura, 1.
Ce musée a été fondé le 18 octobre 1996. Parmi ses 16 manuscrits, 14 proviennent d’autres fonds nationaux pour y être exposés (ainsi, 10 manuscrits de l’LO.T., n°s 777, 1224, 4439, 4441, 4448, 4599, 6805, 7570, 9233, 9386 ; 3 du Musée de la région de Kokand, n°s 9/1, 13, 19 ; et 1 du Musée d’État de Boukhara, n° 28320/II), et 2 autres ont été achetés. Le musée envisage d’acquérir d’autres manuscrits mais uniquement ceux consacrés à l’histoire des Timourides (1370-1506).

3611. L’Institut d’État des langues orientales de Tachkent (6)
Adresse : Tashkentskij gosudarstvennyj institut vostokovedenija, Tachkent 700047, ul. Lâhûtî, 25.
L’Institut a été fondé en 1990 sur la base de la Faculté des langues orientales de l’Université d’État de Tachkent. Au total, il possède 6 livres manuscrits et 184 feuillets avec des fragments. Parmi les manuscrits, le n° 1494, copié en 1305/1887-88, conservé dans le « fonds du professeur Sh.M. Shâmuḥammedov », se compose de 181 feuillets sur papier de Kokand, et possède une reliure en carton exécutée par Mîr ‘Âdil Khwâja ṣaḥḥâf (le relieur). Les dimensions du feuillet sont de 266 x 154 mm, celles de la surface écrite, 185 x 95 mm. Le manuscrit se compose de 23 cahiers (kurrâsa) ; il possède des réclames. Le sceau du possesseur a été apposé : ‘Abd al-Raḥîm ibn Aḥmad. C’est un volume composite qui contient quatre ouvrages :
1. Ṣalâḥ ibn Mubârak al-Bukhârî, Anîs al-ṭâlibîn wa-‘uddat al-sâlikîn, f. 1b-141b, en persan.
2. Khwâja Muḥammad Pârsâ, Faṣl al-khiṭâb bi-waṣl al-aḥbâb, chapitre « al-Qawl fî rijâl al-ghayb wa-l-aqṭâb », 8 feuillets (145b-152b), en arabe.
3. Mu‘în al-Fuqarâ’, Kitâb-i Mullâ-zâda, 29 feuillets (153b-181a), en persan.
4. Dar bayân-i shamâ’il-i Nabî, ‘alayhi-l-salâm, 1 feuillet (181a), en persan.

37Récemment, on a acquis quatre manuscrits : un Khamsa de Nawâ’î ; le Sabât al-‘âjizîn de Ṣûfî Allâh-Yâr, le Chahâr kitâb, et le Sharḥ dar ‘ilm al-farâ’iż. La chaire d’Historiographie et de textologie conserve le sixième manuscrit, ainsi que 33 feuillets des fragments. Ce dernier manuscrit contient le Dîwân-i Ḥikmat attribué à Khwâja Aḥmad Yasawî (f. 1a-100b) et le Qiṣṣa-yi Imâm Ḥasan wa Imâm Ḥusayn (f. 101a-187b).

3812. Le Musée d’État des arts (5)
Adresse : Gosudarstvennyj muzej iskusstv, Tachkent, 700060, ul. Mâwarâunnahr, 16.
Fondé en 1918, le musée possède 5 manuscrits, 4 rouleaux et 246 feuillets avec des fragments en arabe et en persan.

  • 31 Khajdarbek N. Bababekov, Katalog rukopisnykh i litograficheskikh knig iz lichnoj biblioteki, Tachke (...)

3913. La collection privée de H.N. Bâbâbekov (206)
Adresse : Tachkent, 700190, massiv Jûnus-âbâd, kvartal 7, dom 14, kvartira 27. (tél. 21-38-43).
Le collectionneur est un professeur de l’Université pédagogique d’État de Tachkent, spécialiste de l’histoire du khanat de Kokand. Le fonds contient 206 manuscrits et 320 documents. Le plus ancien manuscrit (le Majmû‘ al-aḥâdîs) est daté de 740/1339. Les manuscrits ont été acquis dans la vallée du Ferghana. Dans leur grande majorité, ce sont des ouvrages historiques, des manuels de madrasa et de maktab, des livres « populaires ». Le premier volume du catalogue de cette collection a été publié, le second est en cours de préparation31.

4014. La collection privée de S.N. Mîr-Jalîlov (134)
Les manuscrits ont été collectionnés par un industriel de la ville de Turkestan, issu de la famille des khwâja, Sayyid Nâṣir Mîr-Jalîlov (1883-1937). En 1917, lorsque la population effrayée par l’arrivée du nouveau pouvoir, vendait ses livres ou les jetait dans la rue, S.N. Mîr-Jalîlov s’est mis à les acquérir. Son fonds est composé de deux parties : 1) les manuels des établissement d’enseignement religieux (Coran, ḥadîs, travaux sur le fiqh hanafite, les uṣûl al-dîn, la logique et la philologie arabe, recueils de poèmes en persan et en turkî) ; 2) les livres répandus parmi la population locale (Dîwân-i Ḥikmat, Dîwân de Mashrab, Jang-nâma-yi Imâm Muḥammad Ḥanafîya, Qiṣṣa-yi Imâm Ḥasan wa Imâm Ḥusayn). La copie la plus ancienne, le Kitâb al-hidâya de Burhân al-Dîn al-Marghînânî, a été transcrite en 777/1375-76. La plus grande partie du fonds est constituée par les copies du XVIIIe-XIXe siècles.

4115. La collection privée de Yûnus-Khân dâmullâ Ḥakîm-Jânov (22)
Le fonds possède 22 volumes manuscrits, essentiellement réunis dans le Turkestan oriental. Durant ces dernières années, les manuscrits les plus précieux ont été transmis à l’Institut des manuscrits.

4216. La collection privée de Najmiddîn Kâmilov (11)
Dans la collection de ce spécialiste du soufisme, renommé en Ouzbékistan, se trouvent 11 volumes manuscrits, datant tous du XIXe siècle : Yûsuf wa Zulaykhâ de Ṣâbir Ṣayqalî, Nafaḥât al-uns de Jâmî, Kîmiyâ-yi sa‘âdat de Ghazâlî, Dîwân de Nawâ’î, Shawq-i Gulistân de Murâd Khwâja ibn Îshân Khwâja, Akhlâq-i jalâlî de Dawânî (deux exemplaires), Dîwân-i Ḥikmat d’Aḥmad Yasawî, Ḥûr-liqâ’ (livre populaire), Sharḥ qaṣîdat al-burda, et Dîwân d’Amîrî.

  • 32 Voir, dans le présent volume, l’article d’A. Muminov et Sh. Ziyadov, « L’horizon intellectuel d’un (...)

4317. La collection privée de Shâh-Wâṣil Ziyâdov (Shavasil Ziyadov) (11)
Adresse : Tachkent, 700019, massiv Sebzor, dom 8, kvartira 6. (tél. 144-18-73).
Le fonds compte 11 manuscrits. L’un d’entre eux, al-Taysîr fî-l-qirâ’ât al-sab’ d’Abû ‘Amr ‘Usmân ibn Sa‘îd al-Dânî, provient de la bibliothèque de Khwâja Muḥammad Pârsâ (m. 1420) et présente un intérêt particulier32. Cette copie a été transcrite le 22 jumâdâ II 761/10 mai 1360.

4418. La collection privée de Sayyid Karîm Ḥakîmov (10)
Adresse : Tachkent 700133, ul. ‘Alî Qûshchî, 1-proezd, 3. (tél. : 75-91-40).
Le fonds a été rassemblé par Sayyid Karîm Ḥakîmov (1897-1976), représentant d’une famille des khwâja de Tachkent. Il contient 10 manuscrits et 3 documents.

4519. La collection privée de Ḥabibullâh Qârî Sirâj al-Dîn-Ûghlî (9)
Actuellement, les manuscrits sont conservés chez le petit-fils du collectionneur, Akram Ḥabîbullaev, qui habite à l’adresse suivante : Tachkent 700050, massiv Qârasû-6, dom 19A, kvartira 36 (tél. : 66-07-18).

46Le propriétaire de cette bibliothèque, Ḥabîbullâh Qârî (m. 1976), a longtemps été l’imam de la mosquée du village de Qarnâq, dans la région de Turkestan (sud du Kazakhstan). Ses ancêtres enseignaient dans la madrasa locale. Il reste seulement 9 manuscrits de cette bibliothèque, autrefois plus riche : un Coran, un recueil de traités sur la grammaire arabe, le Mishkât al-maṣâbîḥ de Ṭayyibî, le Ḥadîs-i nawrûzî, le Mukhtaṣar al-wiqâya de Maḥbûbî, un commentaire de ce dernier par Fakhr al-Dîn Ilyâs ibn Maḥmûd al-Rûmî, le Sharḥ Fiqh al-Kaydânî de Sa‘d al-Dîn al-Taftâzânî, le Fuṣûl al-aḥkâm fî uṣûl al-iḥkâm de Jamâl al-Dîn ibn ‘Imâd al-Dîn al-Ḥanafî, et le Tarjima-yi Maslak al-muttaqîn de Qûzî Khwâja ibn Ḥâfiz Khwâja.

4720. La collection privée de Ma‘rûf Yûldâshev (7)
Adresse : Tachkent, massiv Yalânghâch, dom 15, kvartira 24 (tél. : 162-07-08).
Le fonds contient au total sept manuscrits, qui ont été acquis dans la vallée du Ferghana. On y trouve deux copies du Coran, plusieurs « livres populaires » en turkî, comme le Fawz al-najât, le Rawżat al-shuhadâ’, le Bâbâ Rawshan, le Qiṣṣa-yi Ibrâhîm walad-i Ad’ham (ces deux derniers réunis en un volume), le Ghazât-nâma-yi ḥażrat ‘Alî, ainsi que le Sharḥ-i Fiqh-i Kaydânî, en persan.

4821. La collection privée de K. Sulṭânov (6)
Adresse : Tachkent 700001, ul. Alp Jamâl, 1.
La collection contient 6 manuscrits.

4922. La collection privée de Ṣadir-Khân Erkinov (3)
Le fonds se compose des trois manuscrits : le Dîwân de Ḥâfiẓ-i Shîrâzî, le Khamsa et le Dîwân de Nawâ’î.

Samarcande

  • 33 A. Pulatov et Kh.K. Akhrarov (éds), Spisok vostochnykh rukopisej Fundamental’noj Biblioteki Samarka (...)

5023. L’Université d’État « Nawâ’î » de Samarcande, Bibliothèque de recherche, Département des manuscrits orientaux (5 000)
Adresse : Samarkandskij gosudarstvennyj universitet imeni Navoi, Samarcande 703004, Universitetskij bul’var, 15, Nauchnaja biblioteka SamGU imeni A.Dzhami, otdel vostochnykh rukopisej (tél. : 35-33-14).
L’Université a été fondée en 1927. On a commencé à acquérir les manuscrits à partir de 1959. Leur nombre total est d’environ 5 000. Ils sont enregistrés dans un livre d’inventaire et catalogués sur fiches (pour l’usage interne). Une liste alphabétique des ouvrages contenus dans 793 manuscrits a été publiée33. Malgré les efforts des chercheurs locaux, ce fonds riche et intéressant demeure le moins étudié.

5124. Le Musée-réserve de la province de Samarcande « Akmal Ikrâmov » (1 000)
Adresse : Samarkandskij oblastnoj muzej-zapovednik imeni Akmala Ikrâmova, Samarcande 703000, ul. Sh. Rashîdova, 51.
Depuis 1940, le musée collectionne les manuscrits. Selon le conservateur général du musée, M. Aḥmad-Khân Obloqulov, le fonds possède environ 1 000 volumes manuscrits et le même nombre de lithographies. Ils ont été enregistrés dans le livre d’inventaire mais il n’y a pas de fichier. Trente-neuf manuscrits sont actuellement exposés dans le Musée d’histoire et de la culture des peuples d’Ouzbékistan (adresse : Samarcande, ploshchad’ Registân, 1). Parmi ceux-ci, il faut noter la copie d’un Coran koufique provenant du waqf d’Amîr Ḥaydar (souverain de Boukhara, 1800-1826) et le Coran « de Bâyṣûnghur » dont les dimensions sont de 107 x 156 cm., daté de 1271/1854-55.

5225. L’Institut d’Etat des Langues étrangères de Samarcande (100)
Adresse : Samarkandskij gosudarstvennyj institut inostrannykh jazykov, Samarcande 703004, ul. Âkhûnbâbâeva, 93.
Fondé en 1996, l’Institut possède plus de 100 manuscrits.

  • 34 Akimushkin, « Uzbekistan », p. 612.

53() La Bibliothèque centrale de la région de Samarcande « A.S. Pouchkine » ()
Selon d’anciennes informations, la bibliothèque possédait environ 150 manuscrits34. Lors de notre visite, en août 1998, la directrice Mme Shahâdat Aḥmedova a affirmé que, il y a environ 15-20 ans, dans le cadre de la centralisation, les manuscrits avaient été transférés dans le fonds des manuscrits de l’Université d’Etat de Samarcande.

Kokand (Qûqân)

  • 35 Voir Ferganskij oblastnoj muzej literatury imeni Gafura Guljama. Putevoditel’, Tachkent, 1983, p. 4 (...)
  • 36 Akimushkin, « Uzbekistan », p. 611.

5426. Le Musée de littérature de la région du Ferghana « Ghafûr Ghulâm » (2 000)
Adresse : Ferganskij oblastnoj muzej literatury imeni Gafura Guljama, Kokand 713027, ul. Istiqlâl, 69.
Le musée, ouvert le 8 février 1961, réunit les fonds des musées de la maison de Muqîmî (1943-1961) et de la maison de Ḥamza (1959-1961)35. Selon des informations non confirmées, le fonds posséderait 6 000 manuscrits36. Cependant, selon le directeur du musée, M. ‘Abdulaṭîf Turdialiev, sur 8 472 objets conservés dans le musée, 2 000 sont des manuscrits.

  • 37 A. Murodov, Örta Osiyo khattotlik san’ati tarikhidan, Tachkent, 1971, p. 198.
  • 38 A. Madaminov, M. Hakimov et S. Sotvoldiev, « Qöqon adabijot muzeji fondida Alisher Navoij asarlarmi (...)

55‘A. Murâdov donne des informations sur 24 manuscrits de ce fonds qu’il avait étudiés37. Les copies des ouvrages de ‘Alî Shîr Nawâ’î ont été brièvement décrites38. Actuellement, la description de 1 000 manuscrits est prête à la publication.

5627. Le Musée régional de la ville de Kokand (250)
Selon sa directrice, Mme M. Manṣûrova, le musée possède 500 livres dont la moitié est constituée de manuscrits.

Boukhara

  • 39 R. Al’meev et B. Kazakov, « Rukopisnyj fond Bukharskogo gosmuzeja (sostav, popolnenie, izuchenie) » (...)

5728. Le Musée-réserve d’État d’histoire et d’architecture de Boukhara (547)
Adresse : Bukharskij gosudarstvennyj istoriko-arkhitekturnyj muzej-zapovednik, Boukhara 705001, ul. Afrâsiâb, 2.
Le nombre total des manuscrits est de 547, dont 206 en arabe, 248 en persan et 93 en turkî. Parmi les manuscrits, est conservé l’authographe du Nawâdir al-waqâ’i‘ d’Aḥmad Dânish. D’autre part, le musée possède un fonds de 2 580 documents qui se compose de deux parties : 1) la collection propre du musée (environ 2 000 documents) ; 2) l’ancien fonds de la Bibliothèque « Abû ‘Alî Ibn Sînâ » de la région de Boukhara, qui a intégré le musée en 1986 (580 documents)39.

  • 40 A.A. Semenov, Katalog rukopisej Istoricheskogo otdela Bukharskoj Tsentral’noj biblioteki, Tachkent, (...)

5829. La Bibliothèque « Abû ‘Alî Ibn Sînâ » de la région de Boukhara (100)
Adresse : Bukharskaja oblastnaja biblioteka imeni Abû ‘Alî Ibn Sînâ, Boukhara, ul. Bibliotechnaja, 4.
La bibliothèque a été ouverte en 1921. Elle possède environ 100 manuscrits en arabe et persan40.

5930. L’Université d’État de Boukhara (25)
Dans la bibliothèque de cette institution sont conservés environ 25 manuscrits.

6031. La Madrasa Mîr-i ‘Arab ( ?)
Selon ‘Abdulghanî ‘Abdullaev, la madrasa possède plusieurs manuscrits.

Noukous (Nukus)

  • 41 Nous remercions vivement M. Sifatdin Utepbergenov pour avoir facilité notre voyage à Noukous dans l (...)

6132. La Bibliothèque de recherche du Département Qâraqalpâq (D.Q.Q.) de l’Académie des Sciences de la République d’Ouzbékistan (194)41
Adresse : Fundamental’naja biblioteka Qâraqalpâqskogo Otdelenija Akademii Nauk RUzb., Nukus 742000, ul. Amira Temura, 179A.
La bibliothèque a été fondée en 1946. Selon le catalogue sur fiches, elle possède 308 manuscrits et 261 lithographies. Cependant, après avoir examiné le fonds, nous avons établi qu’en réalité le département des manuscrits ne possédait que 179 manuscrits. Dans le département des lithographies, nous avons découvert 15 autres manuscrits.

  • 42 Il s’agit des manuscrits suivants (numéros selon le livre d’inventaire de l’Institut d’orientalisme (...)

62La bibliothèque a commencé à collectionner les manuscrits à partir de 1939. Selon le livre d’inventaire du fonds « D » (IVRU-2) de l’I.O.T. (notice signée par Yûsufjânov et ‘A.P. Qayûmov), 46 manuscrits de ce fonds ont été transférés à Noukous à l’occasion des 25 ans de la République autonome de Qâraqalpâqistân42. Le fonds n’est pas du tout étudié. Lorsqu’on refait les reliures, on conserve toujours les anciennes.

63Le fonds possède un large éventail de manuels de madrasa, de poésie persane et turkî, de « livres populaires », ainsi que 22 volumes contenant des notes sur les épopées et le folklore qâraqalpâqs. Une attention particulière doit être accordée au Ḥikâyât-i Khwârazm (nos 127, 128) et le Ta’rîkh-i Khwârazm de Mullâ Pren (n° 306).

6433. L’Institut d’Histoire, d’archéologie et d’ethnographie D.Q.Q. A.S. (103)
Adresse : Institut Istorii, arkheologii i etnografii Q.Q.O. A.N. R.Uz., Nukus 742000, ul. Amira Temura, 179A.
Le fonds des manuscrits a été inauguré en 1994. Le livre d’inventaire fait état de 380 entrées. Parmi celles-ci, il y a 103 manuscrits orientaux (plus beaucoup de fragments) et 194 lithographies ; le reste est constitué de photocopies, de livres imprimés et de manuscrits écrits en alphabet cyrillique. Le Département d’historiographie travaille sur l’édition d’un « Corpus de sources orientales sur l’histoire et l’histoire de la culture des peuples de la Région d’Aral du sud » (Korpus vostochnykh istochnikov po istorii i istorii kul’tury narodov Juzhnogo Priaral’ja) sous la direction de M. M. Qarlybaev. Le Département réunit les copies des monuments épigraphiques et les données sur les fonds privées des manuscrits au Qâraqalpâqistân.

6534. Le Musée régional de la République du Qâraqalpâqistân (49)
Adresse : Qâraqalpâqstanskij gosudarstvennyj kraevedcheskij musej, Nukus 742000, ul. Qâraqalpâqistân, 2.
Plus de 120 livres sont conservés dans le musée. Selon M. ‘Abd al-Salîm (Abdusalim) Idrîsov, parmi ceux-ci il y a 49 manuscrits. Le fonds n’est pas étudié.

Ferghana

6635. L’Université d’État de Ferghana (300)
Selon Shâdmân Vâḥidov, sur environ 1 000 volumes de livres manuscrits et lithographiés appartenant à l’Université, un tiers environ constitue les manuscrits.

6736. Le Centre Public « Ma‘nawîyat wa ma‘rifat » (200)
Le « Laboratoire d’études des manuscrits orientaux » a été ouvert en 1998 auprès du Département municipal de l’organisation publique de la République « Ma‘nawîyat va ma‘rifat », sous la direction de Muḥammad-Jân Madghâzîev. Depuis son apparition, environ 500 livres manuscrits et lithographiés, dont 200 volumes manuscrits, ont été acquis auprès de la population. Les copies les plus intéressantes sont les Dîwân de Majzûb Namangânî et de Sayfî Farghânî, ainsi qu’une histoire légendaire (dâstân) Gul-nâma, etc.

Andijân

  • 43 Akimushkin, « Uzbekistan », p. 609.

6837. Le Musée de littérature et des arts « Bâbur » (120)
Jusqu’en 1980, ce musée existait en tant que filiale du Musée de littérature « Nawâ’î » de l’A.S. Ensuite, il a été transformé en Musée de littérature « Bâbur » auprès du Ministère de la Culture. Dès lors, le musée a commencé à garder les manuscrits au lieu de les envoyer à Tachkent. Selon certaines informations, 862 manuscrits y seraient conservés43. Cependant, le Professeur R.’A. Tillabaev, ancien directeur du Musée (1978-1983), considère que ce chiffre est fortement exagéré. Il pense que le fonds compte environ 120 volumes de livres manuscrits.

6938. Le Musée régional d’Andijân (44)
Adresse : Andidzhânskij oblastnoj kraevedcheskij muzej, Andidzhân, ul. Fiṭrat, 259.
Le musée possède environ 44 manuscrits.

7039. L’Université d’État d’Andijân ( ?)
Fondée en 1966, la bibliothèque universitaire possède plusieurs manuscrits.

7140. La Bibliothèque de la Région d’Andijân ( ?)
La bibliothèque a été ouverte en 1906. Elle possède plusieurs manuscrits en arabe, persan et langues turkî.

7241. La collection privée de Muḥammad-Khân ‘Abduraḥmânov (50)
Ce fonds contient environ 50 manuscrits.

Chimbây

  • 44 I.O. Novitskij, « Arabo-persidskie pis’mennye istochniki goroda Chimbaja », dans : Tezisy nauchno-p (...)

7342. La collection privée d’Ûzâq Raḥmatullaev (100)
Environ 300 ouvrages manuscrits et lithographiés identifiés font partie de ce fonds. Ils ont été acquis dans la madrasa de Qâraqum Îshân, dans les régions de Maẓlûmkhân-Ṣûlû et Sulṭân-Bâbâ44. La liste des ouvrages conservés dans ce fonds se trouve à l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie du D.Q.Q. A.S. Dans ce dernier Institut, on conserve les informations sur les collectionneurs du Qâraqalpâqistân, république autonome de l’Ouzbékistan, y compris leur adresse et le nombre de manuscrits.

74Le manuscrit contenant « l’histoire de la ville de Chimbây » est d’un intérêt particulier. Le nombre des manuscrits est d’environ 100 volumes.

Shahrisabz (Shahr-i Sabz)

7543. Le Musée de la culture matérielle « Amir Timour » (6)
Fondé en 1996, le musée possède 6 manuscrits et 2 documents d’archives.

  • 45 Voir Sh. Bek Vâhidûf [Vahidov] et A. Erkinûf [Erkinov], Fihrist-i nuskhahâ-yi khaṭṭî-yi kitâbkhâna- (...)
  • 46 Ibid.

7644. La collection privée de Rawnaqî (80)45
Le collectionneur, Fayżallâh Khwâja ibn ‘Inâyatallâh Khwâja (1890-1978), qui avait fait ses études à la madrasa, écrivait des vers en ouzbek et en persan sous le nom de plume « Rawnaqî » et « Ramzî ». Jusqu’en 1928 il a travaillé dans les organes judiciaires musulmans et, entre 1938 et 1948, soviétiques ; puis, depuis 1948 jusqu’à sa retraite en 1960, il fut magasinier dans un entrepôt. Une fois à la retraite, il se mit à transcrire des livres et à fabriquer des sceaux. Le fonds conserve un feuillet où il a calligraphié la « basmala » avec 25 types d’écriture différents. De même, le fonds possède un livre avec les empreintes de 70 sceaux qui ont été, vraisemblablement, fabriqués par lui-même. Après la mort du collectionneur, les livres ont été dispersés parmi les familles apparentées jusqu’à ce que son gendre, Jura-Khân ‘Aṣâmov, les réunisse dans un seul lieu. Actuellement, la municipalité désire ouvrir un musée sur la base de ce fonds qui serait localisé dans une partie de la maison familiale. Le catalogue complet du fonds des manuscrits vient de sortir46.

77Le fonds se compose de 80 manuscrits, 70 livres lithographiés et 45 documents d’archives. En ce qui concerne les manuscrits, 78 volumes contiennent en tout 134 ouvrages : 70 en arabe, 55 en persan et 9 en turkî. Deux manuscrits n’ont pas pu être ouverts car leurs feuillets restent collés. La majorité de ce fonds est constituée de manuels, de travaux sur le maẕhab hanafite, de recueils poétiques, d’ouvrages soufis et de recueils de lettres. Plusieurs manuscrits méritent une attention particulière : les « modèles de l’établissement des documents du juge (qâżî) » (n° 33, 71), le Irshâd-nâma (n° 69), le Risâla-yi madînat al-Rijâl ya’nî shahr-i Tirmiẕ (n° 28/11), et le Taẕkira-yi Bughrâ-khânî (n° 80). D’autre part, le fonds contient les autographes de Fayżallâh Khwâja Rawnaqî : le Bayâż (n° 19, 72) et son journal (n° 81).

7845. La collection privée de Zayn al-Dîn (Zayniddin) Khwâjaqulov (10)
Sa bibliothèque contient 10 manuscrits.

Termez (Tirmîẕ)

7946. Le Musée d’ethnographie de la région du Surkhân-Daryâ (62)
Le nombre total des manuscrits est de 62 volumes dont 14 en arabe. Il existe un registre d’inventaire.

Qarshi (Karshi)

8047. Le Musée régional de la région du Qashqa-Daryâ (27)
Adresse : Kashkadar’inskij oblastnoj kraevedcheskij muzej, Karshi, ul. Nasaf, 309.
Le musée a été ouvert en 1974. Les manuscrits, acquis entre 1974 et 1989, sont enregistrés dans le registre d’inventaire général. Le musée possède au total 27 manuscrits, 1 document et 12 dossiers avec de nombreux fragments manuscrits. Le document présente un intérêt particulier : c’est une généalogie de descendants de Zangî-Âtâ, établie en muḥarram 1283/mai-juin 1866.

Khiva

8148. Le Département Régional de l’Académie des Sciences de la République d’Ouzbékistan : Académie de Ma’mûn du Khorezm (75)
Adresse : Regional’noe otdelenie Akademii Nauk R.Uz. – Khorezmskaja Akademija Ma’mûna, Khorezmskaja oblast’, 741400 Khiva, Tsentr 1.
En 1998, on a ouvert auprès de l’Académie des Sciences, un fonds des livres rares où ont été transférés 108 livres en écriture arabe, dont 70 manuscrits, provenant de la Bibliothèque Régionale d’Urgench. Selon G. Masharîpova, 3 manuscrits ont récemment été achetés et 2 autres reçus en donation de la part de la population. Le fonds possède un seul fichier.

8249. Le Musée-réserve « Îchân-qal’a » (24)
Le musée possède 24 manuscrits, 64 rouleaux et 139 feuillets isolés en arabe et turkî. Les manuscrits possèdent leur livre d’inventaire.

Namangân

8350. La collection privée de Dâghî (15)
Adresse : Namangân 716015, ul. Beshkapa, 28.
La fondateur était le poète Yûldâsh Khwâja Âtâ Khwâja-Ûghlî Dâghî (1877-1974). La collection contient 15 manuscrits, dont l’unique copie du Dîwân de Dâghî.

Khatirchi

8451. La collection privée de Hamrâqul Riżâev (15)
Adresse : Navoijskaja oblast’, Khatirchi, ul. Alishera Navoi, 13.
Dans ce fonds sont conservés 15 manuscrits. La majorité des copies ont été faites dans le wilâyat (province) de Khatirchi à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Le fonds représente ce qu’il reste de l’héritage du grand-père du propriétaire actuel. Les autres livres ont été distribués chez des particuliers.

Nurota (Nûr-âtâ)

8552. Le Musée régional « Chashma » (2)
Adresse : Navoijskaja oblast’, Nurota, Rajonnyj kraevedeheskij muzej.
Parmi d’autres objets exposés, le musée conserve deux manuscrits.

Katta Langar

  • 47 Sur ce Coran, voir, dans le présent volume, la contribution de F. Déroche, « Note sur les fragments (...)
  • 48 Voir, dans le présent volume, Sh. Vahidov et A. Erkinov, « Le fihrist (catalogue) de la bibliothèqu (...)

8653. Le mausolée de Langar-Âtâ (1)
Adresse : Kashkadar’inskaja oblast’, Kamashinskij rajon, qishlâq Katta Langar.
Auprès du mausolée du saint Ḥażrat Langar-Âtâ, est conservée une très ancienne copie du Coran, vénérée par la population locale et écrite sur parchemin en écriture de type kûfî47. Les caractéristiques paléographiques permettent de dater cette copie du IXe siècle au plus tard. Actuellement, 13 feuillets existent. Les dimensions de chaque feuillet sont de 32 x 52 cm. Le texte se compose clairement de deux parties. Le feuillet la-b représente deux morceaux de parchemin collés l’un à l’autre ; le texte des versets 14-26 de la sourate XVIII du Coran qu’il contient est en écriture ancienne. La seconde partie (f. 2a-13b) a été transcrite dans une autre écriture et contient un autre fragment du Coran (IV, 136 – VI, 82). La reliure, non originale, a été exécutée par Muḥammad Nâṣir en 1255/1839-40. Selon Jura-Khân ‘Aṣâmov, il y avait autrefois 143 feuillets. Vraisemblablement, les autres feuillets se sont retrouvés entre les mains de collectionneurs à différentes époques. Un feuillet de ce Coran est conservé à l’I.O.T. de Tachkent sous le numéro 11604, parmi les livres de Muḥammad Sharîf Ṣadr-i Żiyâ’48.

***

87Ainsi, dans les cinquante-trois fonds des manuscrits recensés en Ouzbékistan à ce jour, sont conservés 40 409 manuscrits et 407 876 documents d’archives en écriture arabe.

  • 49 A. Nabiev, Tarikhij ölkashunoslik, Tachkent, 1996, p. 299.

88Cet état de fait confirme que, d’après le nombre des « monuments » du patrimoine écrit en caractères arabes, l’Ouzbékistan occupe la première place en Asie centrale, et une des plus importantes dans le monde. Cependant, la découverte de nouvelles collections de manuscrits n’est pas terminée. Le premier terrain de ces recherches reste d’abord les musées qui sont actuellement plus de 30 au niveau national et 150 au niveau municipal49. Une autre source de découvertes est représentée par les collections privées. Les gens d’Asie centrale ont maintenu la pieuse coutume de conserver chez eux des livres en graphie arabe. C’est un signe de prestige, particulièrement chez les femmes, d’apporter des livres précieux lors de réunions ou de commémorations, etc., et de les donner à lire dans l’assemblée. Cependant, les fonds importants sont rares. Une des explications de cette situation est l’existence de la coutume suivante : après la mort du collectionneur, les livres sont distribués aux membres de la famille et aux amis.

89Les conditions de conservation de manuscrits restent peu satisfaisantes, y compris dans beaucoup de fonds nationaux. Beaucoup de manuscrits souffrent de mauvais traitements et nécessitent une restauration urgente. Leur enregistrement, travail préliminaire, catalogage, etc., avancent lentement, et d’une façon très inégale selon le niveau de compétence des conservateurs et spécialistes.

90Ainsi, la préparation et la publication de brefs catalogues complets pour chaque fonds des manuscrits apparaît comme un important devoir scientifique. À cet effet, il serait très utile d’organiser des séminaires de travail destinés aux spécialistes, conservateurs et représentants des différents fonds de manuscrits.

Haut de page

Notes

1 Le présent article a été préparé sur la base des matériaux de la série des conférences intitulée « Les fonds manuscrits de l’Ouzbékistan et leur rôle dans l’étude de la culture islamique en Asie centrale », que nous avons présentées en avril 1998 à l’École Pratique des Hautes Études, Paris, dans le cadre du séminaire dirigé par M. François Déroche (« Antiquités et codicologie arabes »).

2 A.A. Semenov, « Uzbekistanskie fondy vostochnykh rukopisej i aktov », dans : Tezisy dokladov jubilejnoj sessii AN UzSSR, posvjashchennoj dvadtsatipjatiletiju UzSSR, Tachkent, 1949, p. 92-93 ; Vostokovednye fondy krupnejshikh bibliotek Sovetskogo Sojuza, Moscou, 1963 ; O.F. Akimushkin et Ju.E. Borshchevskij, « Materialy dlja bibliografii rabot o persidskikh rukopisjakh », Narody Azii i Afriki, n° 6 (Moscou, 1963), p. 233-237 ; B.A. Rozenfel’d, « Arabskie i persidskie fiziko-matematicheskie rukopisi v bibliotekakh Sovetskogo Vostoka », dans : Fiziko-matematicheskie nauki v stranakh Vostoka, vol. I (4), Moscou, 1966, p. 256-289 ; B. Utas, « Manuscript collections in the USSR, Iran, Afghanistan and Germany », Annual Newsletter of the Scandinavian Institute of Asian Studies, 8 (1974), p. 38-39 ; I.B. Mikhajlova (avec la collaboration d’A.B. Khalidov), Bibliografija arabskikh rukopisej, Moscou, 1982, p. 226-251 ; E. Birnbaum, « Turkish manuscripts : cataloguing since 1960 and manuscripts still uncatalogued. Part III : U.S.S.R., Iran, Afghanistan, Arab lands (except Palestine), Israel and Palestine, India and Pakistan, China », The Journal of the American Oriental Society, 103 (1983), p. 692-695 ; V.V. Polosin, « Fondy rukopisej i staropechatnykh knig, aktovykh i epigraficheskikh materialov na jazykakh narodov sovetskogo i zarubezhnogo Vostoka v SSSR », dans : Materialy Vsesojuznogo rabochego soveshchanija po problemam vostochnoj arkheografii (Leningrad, 1-4 mars 1988), Moscou, 1990, p. 200-202 ; Anas B. Khalidov, « Collections of Islamic manuscripts in the former Soviet Union and their cataloguing », dans : The significance of Islamic manuscripts, Proceedings of the Inaugural Conference of Al-Furqân Islamic Heritage Foundation (30th November-1st December 1991), J. Cooper (éd.), Londres, Al-Furqân Islamic Heritage Foundation (Publication No. 3), 1992, p. 32-35 ; O.F. Akimushkin, « Uzbekistan », dans : World Survey of Islamic Manuscripts, vol. 3, Londres, 1994, p. 607-625.

3 A. Validov, « Vostochnye rukopisi v Ferganskoj oblasti », Zapiski Vostochnogo Otdelenija Imperatorskogo Russkogo Arkheologicheskogo Obshchestva, 22 (1913-14), 1915, p. 303-320 ; eodem., « O sobranijakh rukopisej v Bukharskom khanstve », ibid., 23 (1915), 1916, p. 245-262.

4 Deux missions franco-ouzbèkes, dirigées par Mme Maria Szuppe, ont été organisées dans le cadre de l’Institut Français d’Études sur l’Asie centrale (IFÉAC) : dans la vallée du Ferghana (août 1997) et dans le sud de l’Ouzbékistan (août 1998).

5 Je. Kal’, Persidskie, arabskie i tjurkskie rukopisi Turkestanskoj publichnoj biblioteki, Tachkent, 1889. Le compte-rendu de V. Rozen, dans : Zapiski Vostochnogo Otdelenija Imperatorskogo Russkogo Arkheologicheskogo Obshchestva, 5 (Saint-Pétersbourg, 1891), p. 123-124.

6 Le journal Turkestanskie vedomosti, année 1895, n° 33, 34, 37.

7 V.V. Bartol’d, « Turkestanskaja Gosudarstvennaja biblioteka i mestnaja musul’manskaja pechat’ », dans : V.V. Bartol’d, Sochinenija, vol. IX, Moscou, 1973, p. 556-563.

8 Voir « Perechen’ vostochnykh rukopisej V.L. Vjatkina v Gosudarstvennoj Publichnoj biblioteke UzSSR », dans : Trudy Gosudarstvennoj Publichnoj biblioteki UzSSR, vol. I, Tachkent, 1935, p. 60-91.

9 B.S. Sergeev, « Tsennejshie vostochnye rukopisi Gosudarstvennoj Publichnoj biblioteki UzSSR », dans : Trudy Gosudarstvennoj Publichnoj biblioteki UzSSR, vol. I, Tachkent, 1935, p. 134-141.

10 Voir, dans le présent volume, Sh. Vahidov et A. Erkinov, « Le fihrist (catalogue) de la bibliothèque de Ṣadr-i Żiyâ’ : une image de la vie intellectuelle dans le Mavarannahr (fin XIXe-début XXe s.) ».

11 A.A. Semenov, « Sredneaziatskie rukopisnye fondy i vazhnost’ ikh izuchenija », dans : Materialy pervoj Vsesojuznoj Nauchnoj Konferentsii Vostokovedov v g. Tashkente ..., Tachkent, 1958, p. 915.

12 Polosin, « Fondy rukopisej i staropechatnykh knig », p. 201.

13 Les fiches descriptives des certains ont paru dans le Fichier des Manuscrits du Moyen Orient, Paris, S.E.M.M.O., 1998, VII/1, fiches n° 235, 236, 237, 238, 239 et 240, signées par nous-mêmes et Sh. Ziyadov. D’autres sont en cours de préparation.

14 Le travail préparatoire en vue de la publication de ce groupe de documents est actuellement en cours, par A. Urunbaev, T. Horikawa, T. Fayziev, G. Dzhuraeva et K. Isogai, Katalog khivinskikh kazijskikh dokumentov, Tachkent-Kyoto, (en préparation).

15 Sohranie Vostochnykh rukopisej Akademii Nauk Uzbekskoj SSR, [plus loin abrégé en SVR], volumes I-V : A.A. Semenov (éd.), volumes VI et VIII : A.A. Semenov et D.G. Voronovskij (éds), volumes VII et IX : A. Urunbaev et L.M. Epifanova (éds), vol. X : D.G. Voronovskij (éd.), vol. XI : A. Urunbaev et R.P. Dzhalilova (éds), Tachkent, 1952-1987 ; SVR. Tochnye i estestvennye nauki, A.B. Vil’danova (éd.), Tachkent, 1998 ; SVR. Istorija, D.Ju. Jusupova et R.P. Dzhalilova (éds), Tachkent, 1998 ; Katalog fonda Instituta rukopisej, A.P. Kajumov (éd.), vol. I-II, Tachkent, 1988-1989.

16 V.I. Beljaev, « Arabskie rukopisi iz Jemena v sobranijakh Tashkenta », dans : Sovetskoe vostokovedénie, IV, Moscou, 1947, p. 35-72.

17 A.A. Semenov, Opisanie rukopisej proizvedenij Navoi, khranjashchikhsja v Gosudarstvennoj publichnoj biblioteke UzSSR, Tachkent, 1940 ; L.M. Epifanova, Rukopisnye istochniki Instituta vostokovedenija Akademii nauk UzSSR po istorii Srednej Azii perioda prisoedinenija k Rossii (Bukhara), Tachkent, 1965 ; A. Urunbaev et L.M. Epifanova (éds), Rukopisi proizvedenij Abdarrakhmana Dzhami v sobranii Instituta vostokovedenija Akademii nauk Uzbekskoj SSR, Tachkent, 1965 ; Q. Munirov et A. Nosirov, Navoij asarlarining UzSSR Fanlar akademijasi Sharqshunoslik instituti töplamidagi qöljozmalari, Tachkent, 1970 ; A. Kaziberdov, Sochinenija Abu Nasra al-Farabi v rukopisjakh Instituta vostokovedenija AN UzSSR, Tachkent, 1975 ; Q. Munirov, Amir Khusrav Dehlavij asarlarining ÖzSSR Fanlar akademijasi Sharqshunoslik instituti töplamidagi qöljozmalari, Tachkent, 1975 ; B. Vakhabova, Rukopisi proizvedenij Ibn Siny v sobranii Instituta vostokovedenija AN UzSSR, Tachkent, 1982 ; Naqshbandijja tariqatiga oid qöljozmalar fihristi, Tachkent, 1993.

18 Voir n. 15. G. Masharîpova, Khorazmda bitilgan qöljozmalar, Tachkent, 1997 ; The Elite Possessions of the Manuscripts. Al-Bayruni Institute for Oriental Studies, Tachkent, Dubaï, 1995 (en arabe) ; The List of the Persian Manuscripts of the Treasury of Abu Rayḥân Bîrûnî Oriental Institute, vol. I/1 : « History », Téhéran, 1997 (en persan).

19 Q. Munirov, Sharq qöljozmalari, Tachkent, 1962 ; S.A. Azimdzhanova et D.G. Voronovskij, « Sobranie vostochnykh rukopisej Akademii nauk Uzbekskoj SSR », dans : Vostokovednye fondy krupnejshikh bibliotek Sovetskogo Sojuza, Moscou, 1963, p. 110-127 ; A.U. Urunbaev et A.A. Akhmedov, « Katalogizatsija, pervichnaja obrabotka i izuchenie pis’mennogo nasledija narodov Vostoka v IV AN UzSSR », dans : Materialy vsesojuznogo rabochego soveshchanija po problemam vostochnoj arkheografii, (Leningrad, 1-4 mars 1988), Moscou, 1990, p. 134-146 ; ‘A. Qayumov, « Qöljozma merosni örganish masalalari », Obshchestvennye nauki v Uzbekistane, 7-8 (1992), p. 42-46.

20 Semenov, « Sredneaziatskie rukopisnye fondy », p. 917.

21 A.L. Troitskaja, Katalog arkhiva kokandskikh khanov XIX v., Moscou, 1968 ; P.P. Ivanov, Arkhiv khivinskikh khanov, Leningrad, 1940.

22 G.Ju. Astanova, « Arkhiv kushbegi - vazhnyj istochnik po istorii agrarnykh otnoshenij v Bukharskom khanstve XIX-nachale XX veka », Obshchestvennye nauki v Uzbekistane, n° 7 (1985), p. 55-58.

23 A.F. Shebunin, « Kuficheskij Koran Imperatorskoj Sankt-Peterburgskoj Publichnoj biblioteki », dans : Zapiski Vostochnogo Otdelenija Imperatorskogo Arkheologicheskogo Obshchestva, 6 (Saint-Pétersbourg, 1891), p. 69-133 ; Shajkh Ismoil Makhdum, Toshkentdagi Usmon Mushafming tarikhi, Tachkent, 1995 ; A.A. Khasanov, « K istorii svjashchennogo Korana Osmana v Tashkente », Bjulleten’ GKNT Respubliki Uzbekistan, n° 1 (1997), p. 25-31. L’édition en fac-similé de l’original : Samarkandskij kuficheskij Koran, po predaniju pisannyj tret’im khalifom Osmanom (644-656), éd. S.I. Pisarev et F.I. Uspenskij, Institut Archéologique de Saint-Pétersbourg, Saint-Pétersbourg, 1905, 708 p. ; voir aussi A. Jeffery et I. Mendelson, « The Orthography of the Samarqand Qur’an Codex », The Journal of the American Oriental Society, 3 (1942), p. 175-194.

24 Dzh. Kh. Ibadov, « O matematicheskikh rukopisjakh iz biblioteki SADUM », dans : Matematika na srednevekovom Vostoke, Tachkent, 1978, p. 154-160.

25 V.V. Bartol’d, « Sobranie rukopisej Dzhurabeka », dans : V.V. Bartol’d, Sochinenija, vol. VIII, Moscou, 1973, p. 313-314.

26 Z.V. Shmidt et O.D. Trud, « Vostochnyj fond fundamental’noj biblioteki Tashkentskogo gos. universtiteta », dans : Nauchnye trudy Tashkentskogo universiteta, 1968, vol. 339 ; Bibliografija, vol. 14, Tachkent, 1968, p. 44-56.

27 A.A. Semenov, Opisanie persidskikh, arabskikh i turetskikh rukopisej Fundamental’noj Biblioteki Sredneaziatskogo Gosudarstvennogo Universiteta, Tachkent, 1935 ; eodem., Opisanie tadzhikskikh, persidskikh, arabskikh i tjurkskikh rukopisej Fundamental’noj Biblioteki Sredneaziatskogo gosudarstvennogo universiteta im. V.I. Lenina, II, Tachkent, 1956 (Sredneaziatskij gosudarstvennyj universitet im. V.I. Lenina. Materialy k bibliografii, vol. VI).

28 Saidbek Ḥasanov, « Ilm va ma‘rifat maskani », Adabiyot közgusi, n° 1 (1998), p. 3-12.

29 Akimushkin, « Uzbekistan », p. 619.

30 Ibid.

31 Khajdarbek N. Bababekov, Katalog rukopisnykh i litograficheskikh knig iz lichnoj biblioteki, Tachkent, 1989.

32 Voir, dans le présent volume, l’article d’A. Muminov et Sh. Ziyadov, « L’horizon intellectuel d’un érudit du XVe siècle : nouvelles découvertes sur la bibliothèque de Khwâja Muḥammad Pârsâ ».

33 A. Pulatov et Kh.K. Akhrarov (éds), Spisok vostochnykh rukopisej Fundamental’noj Biblioteki Samarkandskogo gosudarstvennogo universiteta imeni Alishera Navoi, sous la direction d’A.A. Abbasov, Samarcande, 1977.

34 Akimushkin, « Uzbekistan », p. 612.

35 Voir Ferganskij oblastnoj muzej literatury imeni Gafura Guljama. Putevoditel’, Tachkent, 1983, p. 47-49.

36 Akimushkin, « Uzbekistan », p. 611.

37 A. Murodov, Örta Osiyo khattotlik san’ati tarikhidan, Tachkent, 1971, p. 198.

38 A. Madaminov, M. Hakimov et S. Sotvoldiev, « Qöqon adabijot muzeji fondida Alisher Navoij asarlarming qöljozmalari », Adabij meros, (3) 57 (1991), p. 10-15.

39 R. Al’meev et B. Kazakov, « Rukopisnyj fond Bukharskogo gosmuzeja (sostav, popolnenie, izuchenie) », dans : Materialy Vsesojuznogo rabochego soveshchanija po problemam vostochnoj arkheografii, (Leningrad, 1-4 mars 1988), Moscou, 1990, p. 17-24 ; G. Kurbanov et M. Parastepanakh, « Novye postuplenija Bukharskogo muzeja », Obshchestvennye nauki v Uzbekistane, n° 1 (1987), p. 55-56. Voir aussi, dans le présent volume, l’article de B. Kazakov, « Analyse structurelle des actes de waqf provenant d’Asie centrale, XIIIe-déb. XXe s. ... ».

40 A.A. Semenov, Katalog rukopisej Istoricheskogo otdela Bukharskoj Tsentral’noj biblioteki, Tachkent, 1925 (les manuscrits qui y sont décrits se trouvent, selon toute vraisemblance, à l’I.O.T.) ; M. Abrarova, « Iz istorii matematiki v Bukhare », dans : Matematika na srednevekovom Vostoke, Tachkent, 1978, p. 97-112.

41 Nous remercions vivement M. Sifatdin Utepbergenov pour avoir facilité notre voyage à Noukous dans le but d’examiner le fonds des manuscrits.

42 Il s’agit des manuscrits suivants (numéros selon le livre d’inventaire de l’Institut d’orientalisme « Bîrûnî », fonds IVRU-2) : 2, 12, 124, 140, 142, 147, 148, 151, 190, 270, 325, 335, 339, 429, 438, 468, 527, 703, 712, 727, 733, 762, 777, 792, 939, 963, 981, 1026, 1065, 1096, 1405, 1584, 1661, 1848, 1934, 1996, 2021, 2428, 2451, 2501, 2529, 2554, 2692, 2757, 2765, 2884.

43 Akimushkin, « Uzbekistan », p. 609.

44 I.O. Novitskij, « Arabo-persidskie pis’mennye istochniki goroda Chimbaja », dans : Tezisy nauchno-prakticheskoj konferentsii “Shakhtemir-Chimbaj”, Noukous, 1995, p. 28-32.

45 Voir Sh. Bek Vâhidûf [Vahidov] et A. Erkinûf [Erkinov], Fihrist-i nuskhahâ-yi khaṭṭî-yi kitâbkhâna-yi Rawnaqî, Shahr-i Sabz, “Üzbakistân”, Kitâbkhâna-yi Buzurg-i Hażrat-i Âyatallâh al-‘Uẓmâ-yi Mar’ashî-yi Najafî, Qom 1377 Sh./1998.

46 Ibid.

47 Sur ce Coran, voir, dans le présent volume, la contribution de F. Déroche, « Note sur les fragments coraniques anciens de Katta Langar (Ouzbékistan) ».

48 Voir, dans le présent volume, Sh. Vahidov et A. Erkinov, « Le fihrist (catalogue) de la bibliothèque de Ṣadr-i Żiyâ’ », notamment n° 174 du tableau.

49 A. Nabiev, Tarikhij ölkashunoslik, Tachkent, 1996, p. 299.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aširbek Muminov, « Fonds nationaux et collections privées de manuscrits en écriture arabe de l’Ouzbékistan », Cahiers d’Asie centrale, 7 | 1999, 17-38.

Référence électronique

Aširbek Muminov, « Fonds nationaux et collections privées de manuscrits en écriture arabe de l’Ouzbékistan », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 25 mars 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/563

Haut de page

Auteur

Aširbek Muminov

Institut d’État des Langues orientales. Rue Lâhûtî, 25, Tachkent 700047, Ouzbékistan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org