Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le volume des Cahiers d’Asie centrale, qui vous est proposé pour cette rentrée 1999, illustre la collaboration scientifique à multiples facettes sur laquelle est fondée l’activité de l’Institut français d’Études sur l’Asie centrale.

2À partir de ce numéro, les Cahiers d’Asie centrale seront publiés chaque année en deux livraisons, au lieu de la livraison annuelle d’un numéro double comme ce fut le cas jusqu’au numéro 5/6.

3La formule de ce volume reste fidèle à celle qui est chère aux différentes équipes qui se sont succédées à l’IFÉAC : les Cahiers d’Asie centrale doivent refléter l’ancienneté des études sur l’Asie centrale dans l’orientalisme français, l’actuelle production de la jeune école dont l’IFÉAC stimule et cristallise le développement, les liens professionnels vivants entre chercheurs français et d’Asie centrale. Ici, en onze articles, nous espérons satisfaire ces exigences que sont l’érudition et la clarté, l’ouverture et la rigueur, la diversité et la cohérence du propos.

4Ce volume est spécialement consacré à la présentation et l’analyse de sources rares et encore trop méconnues, écrites dans les principales langues patrimoniales de l’Asie centrale islamique : le persan, le chagatây et l’arabe.

5La plupart des articles qui le composent font suite, de façon enrichie, à des communications présentées à l’occasion du séminaire « Patrimoine manuscrit de l’Asie centrale islamique » organisé à l’IFÉAC en octobre 1997. On doit la parution de ce volume à la coordination active et attentive de M. Richard, de Mme Szuppe et de M. Muminov, et à la précieuse participation des traducteurs et des correcteurs, qui sont ici remerciés.

6Le patrimoine manuscrit de l’Asie centrale a toujours été l’objet d’enjeux importants, et ce volume voudrait renvoyer l’écho de l’actualité de ce thème. Aux époques où étaient composées les sources écrites étudiées ici, aussi bien que plus tard, à la période soviétique, puis aujourd’hui dans le cadre de pays indépendants, la question se pose de leur conservation, de leur représentativité dans le domaine toujours plus vaste de la vie intellectuelle des sociétés concernées, aussi bien que de la valeur patrimoniale qui leur fut accordée à chaque période.

7En cela le présent volume exprime la modernité des débats actuels en Asie centrale. En 1991, les composantes soviétiques de cette région du monde ont connu un double bouleversement avec l’acquisition de l’indépendance et l’abandon de l’idéologie étatique précédente. Ces bouleversements affectent tout spécialement la notion de patrimoine au sens large du terme, et bien sûr celle de patrimoine intellectuel.

8Les articles de ce volume concentrent toute leur attention sur le cœur des régions dépositaires de ce patrimoine manuscrit islamique, la Transoxiane et le Khorezm. Dans la partie de l’Asie centrale qui est souvent définie comme nomade (actuels Kazakhstan, Kirghizstan et Turkménistan), la transmission du savoir et l’élaboration de nouvelles traditions furent moins appuyées sur l’écrit qu’en Transoxiane. Mais depuis l’islamisation, le patrimoine manuscrit de ces régions, riche et particulièrement peu connu, est également en persan, chagatay et arabe. Par ailleurs la vie intellectuelle de la Transoxiane ne s’exprimait pas seulement par le livre, mais une partie de son patrimoine intellectuel peut nous être connue par des traditions non écrites. Durant l’hiver 1999-2000, nous espérons publier dans le numéro 8 des études qui devraient prolonger vers d’autres horizons les thèmes développés dans ce numéro. Ils s’enrichiront ainsi mutuellement de l’unité/diversité qui caractérise la notion d’Asie centrale.

9Depuis les premières traductions d’oeuvres écrites en persan par les orientalistes français et européen jusqu’aux abondantes publications de documents réalisées aux périodes tsaristes et soviétiques, le patrimoine manuscrit de l’Asie centrale s’est lentement dévoilé aux chercheurs et savants du monde entier. Bien que des centaines de sources écrites aient été partiellement ou entièrement publiées avec une traduction en russe et un appareil critique, un nombre probablement plus grand encore de sources écrites et de manuscrits fut détruit ou caché, en particulier durant les années 1930. Une partie d’entre eux est retrouvée aujourd’hui, soit chez des particuliers, soit dans des fonds d’archives où ils étaient restés non catalogués. Le contexte dans lequel ces « nouvelles sources » sont accueillies leur est tout à fait favorable. Nous comptons sur la communauté des savants pour les interpréter avec une attention scrupuleuse : elles ne sont pas des gisements naturels d’information et ne répondent pas toujours aux attentes de la réécriture de l’histoire et du renouvellement de la tradition.

10L’ambition de ce volume est de s’inscrire dans le prolongement de cette longue tradition de connaissance des sources, avec le souci d’associer à l’érudition l’esprit de synthèse et l’originalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Fourniau, « Avant-propos », Cahiers d’Asie centrale, 7 | 1999, 5-6.

Référence électronique

Vincent Fourniau, « Avant-propos », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 25 mars 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/557

Haut de page

Auteur

Vincent Fourniau

Directeur de l’Institut français d’Études sur l’Asie centrale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org