Navigation – Plan du site
Notices brèves

La médecine aux XVe et XVIe siècles dans le Mavarannahr et le Khorassan

Dilorom Yusupova
Traduction de Alié Akimova
p. 347-352

Notes de la rédaction

Traduit du russe par Alié Akimova

Texte intégral

1Aux XVe et XVIe siècles, poursuivant une tradition séculaire de médecine dont le représentant le plus célèbre aussi bien en Orient qu’en Occident est Ibn Sinâ (Avicenne), une grande attention fut portée à la médecine, à l’hygiène et aux établissements à vocation préventive. Les savants de l’époque de Timour (m. 1405) et des Timourides (1405-1506) écrivirent de nombreux ouvrages majeurs dans la plupart des domaines scientifiques, la médecine conservant une place singulière.

  • 1 Voir Fasih Ahmad ibn Dzalal ad-Din Muhammad al-Havafi [Faṣiḥ Khwâfi], Mojmal-e Fasihi, trad., préfa (...)
  • 2 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, manuscrit de l’Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences d (...)

2Dès la fin du XIVe siècle, Hérat avait son hôpital, connu sous le nom de Dâr al-Shefâ, construit sous le règne de Timour par Melkat Âghâ, fille de Khezr Oghlân (m. en jomâdâ II 844/28 octobre-26 novembre 1440)1. C’était un beau bâtiment élevé avec une parfaite maîtrise et situé du côté sud de la mosquée Jâme’ (congrégationnelle), en dehors de Hérat. Cet hôpital et le bâtiment appelé Dâr al-Ḥoffâẓ, qui se trouvait du côté nord, étaient séparés par un bassin (ḥowż) dont les médecins utilisaient l’eau à des fins curatives. Il y avait aussi un autre Dâr al-Shefâ (hôpital) construit à Bâgh-e Zâghân, dans les faubourgs de Hérat2.

  • 3 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, fol. 479b, 480b-481a, 491a.

3Les efforts de ‘Ali Shir Navâ’i permirent d’édifier à Hérat plusieurs bâtiments à destination publique dont l’hôpital Dâr al-Shefâ et Shefayya à Enjil, dans la banlieue de la ville. Les hôpitaux publics comprenaient aussi des pharmacies où les pharmaciens (dâru-pâz) préparaient toutes sortes de remèdes3.

  • 4 The Makarim al-Akhlaq by Ghiyath ad-Din b. Humam ad-Din Muhammad Khwândamir, éd. T. Gandjei, E. J. (...)

4Durant la période d’apogée des Timourides, on construisit beaucoup d’édifices et de lieux publics de repos destinés à fortifier et à améliorer la santé des gens. Par exemple, on consacra des sommes importantes à la construction de bains (ḥammâm). Comme en témoigne Khwândamir, ‘Ali Shir Navâ’i fit bâtir à Hérat et dans sa région plus de treize ḥammâm dans des lieux tels que Ziyâratgâh, Darra-ye Zangi, Tavâchi, Chehel-dokhtarân, Tarnâb, Panjdeh, Fayzâbâd, Sa’dâbâd, etc.4

  • 5 The Makarim al-Akhlaq, fol. 145b, 146b, 174a.

5On veilla aussi à l’approvisionnement de la population en eau potable et au bon fonctionnement du système d’irrigation. On creusa un grand nombre de nouveaux bassins, de canaux couverts et découverts. À Hérat et dans ses environs, on construisit plus de 22 bassins dont une partie servait à soigner les malades5.

6De nombreuses sources du XVe et du début du XVIe siècle, telles que le Ẓafar-nâma de Sharaf al-Din ‘Ali Yazdi, Mojmal-e faṣiḥi de Fasih Khavâfi (ou Khwâfi), ‘Ajâyeb al-makdur d’Ibn ‘Arabshâh, Kholâṣat al-akhbâr et Makârim al-akhlâq de Khwândamir, et d’autres, nous apprennent que des centaines de médecins qui avaient étudié dans les madrasa et autres institutions travaillaient dans ces hôpitaux.

7Les médecins de Hérat étaient renommés pour leur art de traiter les maladies ophtalmiques, vasculaires et intestinales. Des médecins qualifiés dispensaient leurs soins aux malades dans les hôpitaux, tout en enseignant dans les établissements de médecine. Certains d’entre eux composaient aussi de beaux vers ou des « imitations » (tatabbu’) d’oeuvres d’autres poètes, commentaient les traités médicaux de leurs prédécesseurs, maîtrisaient plusieurs langues, dont, bien évidemment, l’arabe.

  • 6 Sharafuddin Ali Yazdij, Zafarnoma, trad., préface et notes d’A. Urinboev, Tachkent, 1972, fol. 384b (...)

8Sharaf al-Din ‘Ali Yazdi et Ibn ‘Arabshâh racontent que Timour ramena à Samarcande les chefs des ṭabib du Shâm (la Syrie), Mowlânâ Jamâl al-Din et Mowlânâ Soleymân. Mowlânâ Fazlallâh Tabrizi était son médecin personnel. Figuraient aussi parmi les médecins de la cour les fameux Mowlânâ ‘Ezz al-Din Mas’ud Shirâzi et Mowlânâ Farrokh Ṭabib6.

9Un médecin renommé, Mansur b. Mohammad b. Ahmed b. Yusof b. Faqih Elyâs, écrivit plusieurs traités, notamment le Resâla dar tashriḥ-e badan-e ensân (Traité sur l’anatomie de l’homme), également connu sous le titre de Tashriḥ-e Manṣuri, qu’il dédia à Pir Mohammad Bahâdor, petit-fils de Timour.

10Son deuxième ouvrage, le Kefâiya-ye Manṣuri ou Kefâiya-ye Mojâhed (Livre parfait pour Mojâhed), dont l’un des titres reprend le nom de son maître, Mojâhed al-Din, est dédié à Soltân-Zeyn al-‘Âbedin Kâshmiri (1420-1470). Dans cet ouvrage, terminé en 1423, l’auteur parle de l’état de santé normal de l’organisme humain, ainsi que des causes des maladies et de la protection de la santé. Il décrit les maladies qui affectent divers organes du corps humain, les méthodes de leur traitement, les remèdes simples ou plus complexes.

  • 7 Mojmal-e Fasihi, p. 201, 219.

11Selon Fasih Khavâfi, les plus grands médecins et savants de l’époque, Mowlânâ Shams al-Din Mohammad Adam (m. le 1er juillet 1441), originaire du village Tayyâbâd dans le Bâkherz (Jâm dans le Khorasan), et Mowlânâ Nezâm al-Din Shirâzi Ṭabib, jouissaient d’un grand prestige à la cour de Shâhrokh. En 1427, lorsque Baysonghor Bahâdor, fils de Shâhrokh tomba malade, ils réussirent à le guérir en quelques jours7.

12Borhân al-Din Nafis b. Ivaz b. Hâkim al-Kermâni, d’une famille de médecins originaire du Kermân, vint à Samarcande à l’invitation d’Ulugh Beg pour devenir son médecin personnel. En 1424, il rédigea en arabe un commentaire du livre de Najib al-Din Samarqandi (m. 1222), Al-asbâb wa’l-’alamât (Les causes et les symptômes [des maladies]) qu’il dédia à Ulugh Beg. Kermâni a intégré à son texte des extraits du livre commenté, grâce auxquels le traité de Najib al-Din Samarqandi est connu des scientifiques. Le même auteur rédigea aussi le Sharḥ al-mojâz, commentaire de l’ouvrage d’un autre médecin célèbre, ‘Ali b. al-Nafis al-Qarshi (m. 1288).

  • 8 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, fol. 479b, 480b-481a, 491a ; le même, Târikh-e ḥabib al-siyar fi ak (...)

13Parmi les médecins de la cour de Soltân-Hoseyn Bâyqarâ se trouvaient des savants tels que Mowânâ Mohammad Mu’in (m. 894/1489), Mowlânâ Qotb al-Din Mohammad Adam (m. 904/1499), Mowlânâ Mohammad Ṭabib (m. avant 905/1499-1500), Mowlânâ ‘Abd al-Hayy Tuni (m. avant 905/1499-1500), Masih al-Din Habiballâh (m. 905/1499-1500), et d’autres. La majorité des médecins bénéficiaient de la protection de ‘Ali Shir Navâ’i et exerçaient leur art tout en enseignant au Dâr al-Shefâ8.

14Les compétences de Mowlânâ Ghiyâs Mohammad b. Mowlânâ Jalâl al-Din Ṭabib (m. vers 905/1500), le qâżi de Sabzevâr, s’étendaient à de nombreux domaines scientifiques. Il excellait surtout en médecine et écrivit un célèbre commentaire du Mo’âljât-e ilâqi sous une forme concise et accessible. C’est aussi lui qui rédigea le Ḥâshiya-ye Sharḥ al-mojâz (Commentaire au Sharḥ al-mojâz) de Mowlânâ Nafis, c’est-à-dire Borhân al-Din Nafis b. Ivaz Kermâni, dont nous avons parlé précédemment.

  • 9 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, fol. 479b, 490b.
  • 10 Ibid., loc.cit. ; Alisher Navoij, Majolisun nafois, texte adapté par S. Ganijeva, Tachkent, 1961, p (...)

15Mowlânâ Ghiyâs Mohammad dédia ses deux commentaires à ‘Ali Shir Navâ’i. Pendant longtemps, il enseigna à la madrasa l’explication des textes médicaux, tout en soignant les malades du Dâr al-Shefâ9. Il possédait, nous apprennent Khwândamir et ‘Ali Shir Navâ’i, un réel don poétique et écrivit le tatabbu’ (imitation) du Mazhân al-asrâr (Trésor des mystères) de Nezâmi10.

  • 11 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, fol. 491a.

16‘Ali Shir Navâ’i tenait en grande estime l’art médical de Mowlânâ Darvish ‘Ali Ṭabib, qui connaissait le traitement spécifique de diverses maladies. Il enseignait au Dâr al-Shefâ de Melkat Âghâ où il pratiquait également la médecine. Mowlânâ Darvish ‘Ali possédait un grand talent pour composer des énigmes rimées (mo’ammâ) et des vers. Il écrivit aussi des ouvrages littéraires, tel que le Taẕkera al-nofus enshâ’i (Recueil des hommes de lettres), ainsi que des vers à l’occasion de la mort de ‘Ali Shir Navâ’i11.

  • 12 Khwândamir, Ḥabib al-siyar, vol. III/4, p. 343 ; Alisher Navaij, Majolisun nafois, p. 139-140.

17Mowlânâ Kamâl al-Din Mas’ud Shirvâni enseigna pendant plusieurs années dans les célèbres madrasa de Hérat, la Gowhâr-Shâd et l’Ekhlâsiyya. Il possédait un don remarquable non seulement pour la médecine, mais aussi pour la logique et la phonétique. Plus tard, il donna des cours à la madrasa Ghiyâsiyya. Il était en outre considéré comme un spécialiste hors du commun de la saignée, thérapeutique largement pratiquée à cette époque. C’est à sa plume que nous devons deux traités de médecine : Ḥâshiya-ye sharḥ-e ḥekmat al-’ayn (Commentaire au Ḥekmat al-’ayn) et Resâla (Traité), textes qui jouissaient d’une grande popularité parmi les étudiants. Il écrivit également de beaux poèmes12.

  • 13 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, fol. 180b-182a, 494b ; eodem, Ḥabib al-siyar, vol. III/4, p. 342.

18Mowlânâ Nezâm al-Din ‘Abd al-Hayy Ṭabib soigna ses premiers malades au Dâr al-Shefâ de Navâ’i. Sa renommée était telle que, lorsque Khwâja ‘Obeydallâh Ahrâr (806/1404-895/1490) tomba malade, ‘Abd al-Hayy fut appelé à Samarcande et il réussit à le guérir. De retour à Hérat, il se rapprocha de la cour de Soltân Hoseyn Bâyqarâ, et devint même le médecin attitré de son harem. ‘Abd al-Hayy maîtrisait à la perfection les méthodes de traitement des maladies vasculaires. C’est lui qui soigna notamment ‘Ali Shir Navâ’i jusqu’à sa mort survenue en 906/1501 à la suite d’un ictus13.

  • 14 Voir, [Khwândamir], Qânun-i Homâyuni of Khwândamir, éd. M. Hidayat Hosein, Calcutta, 1940, p. 30, 5 (...)

19Le célèbre médecin Mowlânâ Yusof b. Mohammad Ṭabib (m. 950/1543-44), auteur d’une série de traités de médecine, quitta Hérat pour l’Inde à l’invitation de Babour dont il devint le médecin personnel puis celui de son fils Homâyun. Son fils, Esmâ’il, lui aussi médecin et savant, traduisit en persan l’ouvrage d’un savant de Boukhara, Abu Mansur al-Qumri, maître d’Ibn Sinâ, intitulé le Kitâb al-tanwîr fî’l-istilâhat al-ṭibbîyyat (Livre d’explication des termes médicaux)14. Par leur appui multiforme à la médecine et au traitement des malades, Timour et les Timourides, ainsi que leurs proches et courtisans, marquèrent leur intérêt pour cette science et la santé publique.

Haut de page

Notes

1 Voir Fasih Ahmad ibn Dzalal ad-Din Muhammad al-Havafi [Faṣiḥ Khwâfi], Mojmal-e Fasihi, trad., préface et notes de D. Yu. Yusupova, Tachkent, Fan, 1980 p. 218-219. [Pour les éditions persanes, voir ibid., p. 278]. Melkat Âghâ fut d’abord mariée à ‘Omar Sheykh b. Amir Timour. Elle en eut deux fils, Mirzâ Eskandar et Mirzâ Bâyqarâ. Plus tard, elle épousa Shâhrokh, un autre fils de Timour. De ce second mariage elle eut un fils, Mirzâ Soyurghatmish. Voir ‘Abd al-Razzâq Samarqandi, Maṭla’ al-sa’dayn va majma’ al-baḥrayn, éd. Muhammad Shafi’, Lahore, 1368 H./1949, vol. II/2, p. 750.

2 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, manuscrit de l’Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences de l’Ouzbékistan, Tachkent [plus loin : IO Tachkent], n° inv. 2209, fol. 472b, 474b, 475a, 481a ; Khwândamir, Ma’âser al-moluk bâ zamima-ye khâṭema-ye Kholâṣat al-akhbâr va Qanun-e Homâyuni, éd. Mir Hâshem Mohaddes, Téhéran, 1372 Sh./1994, p. 175.

3 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, fol. 479b, 480b-481a, 491a.

4 The Makarim al-Akhlaq by Ghiyath ad-Din b. Humam ad-Din Muhammad Khwândamir, éd. T. Gandjei, E. J. W. Gibb Memorial Series, Londres, 1947, fol. 147a. Khwândamir, Ma’âser al-moluk, p. 174-175, 177.

5 The Makarim al-Akhlaq, fol. 145b, 146b, 174a.

6 Sharafuddin Ali Yazdij, Zafarnoma, trad., préface et notes d’A. Urinboev, Tachkent, 1972, fol. 384b, 426b, 427b, 741b ; Ibn Arabshoh, ‘Ajoib al-makdur fi tarihi Taymur, 2 vol., trad. Ubajdulla Uvatov, Tachkent, 1992, vol. I, p. 346, vol. II, p. 85.

7 Mojmal-e Fasihi, p. 201, 219.

8 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, fol. 479b, 480b-481a, 491a ; le même, Târikh-e ḥabib al-siyar fi akhbâr afrâd bashar, éd. Jalâl al-Din Homâ’i, Téhéran, 1323 Sh./1954, vol. II/4, p. 342, 344. Il semblerait que Mowlânâ Qotb al-Din Mohammad Adam était précisément ce médecin qui a écrit l’ouvrage intitulé Setâ-ye żaruriya dar pezeshki dont parle le savant iranien Parviz Azqâ’i « O dvuh knigah po medicine napisannyh v epohu Temuridov », Tezisy (Actes) mezdunarodnoj nauchnoj konferencji "Amir Temur i ego mesto v mirovoj istorii", Tachkent, 1996, p. 114-115.

9 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, fol. 479b, 490b.

10 Ibid., loc.cit. ; Alisher Navoij, Majolisun nafois, texte adapté par S. Ganijeva, Tachkent, 1961, p. 160.

11 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, fol. 491a.

12 Khwândamir, Ḥabib al-siyar, vol. III/4, p. 343 ; Alisher Navaij, Majolisun nafois, p. 139-140.

13 Khwândamir, Kholâṣat al-akhbâr, fol. 180b-182a, 494b ; eodem, Ḥabib al-siyar, vol. III/4, p. 342.

14 Voir, [Khwândamir], Qânun-i Homâyuni of Khwândamir, éd. M. Hidayat Hosein, Calcutta, 1940, p. 30, 53. Il s’agit probablement du même Yusof Heravi que P. Azqâ’i mentionne comme l’auteur du traité sur la médecine, le Baḥr al-javâher, voir Azqâ’i, « O dvuh knigah » (voir n. 8).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dilorom Yusupova, « La médecine aux XVe et XVIe siècles dans le Mavarannahr et le Khorassan », Cahiers d’Asie centrale, 5/6 | 1998, 347-352.

Référence électronique

Dilorom Yusupova, « La médecine aux XVe et XVIe siècles dans le Mavarannahr et le Khorassan », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 5/6 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 23 avril 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/553

Haut de page

Auteur

Dilorom Yusupova

Institut d’Orientalisme, Académie des Sciences, Tachkent. Ouzbékistan

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org