Navigation – Plan du site
Le rayonnement artistique

Farhad le peintre : à propos des ateliers de peinture de Boukhara à l’époque de ‘Abd al-‘Aziz Khan, 1645-1680

Yves Porter
p. 267-278

Texte intégral

  • 1 O. F. Akimushkin et A. A. Ivanov, « Une école artistique méconnue : Boxârâ au XVIIe siècle. Notes s (...)
  • 2 Outre l’article d’Akimushkin et Ivanov, d’autres publications traitent de la peinture de Boukhara à (...)

1Voici quelques années, un article écrit par O.F. Akimushkin et A. A. Ivanov donnait à connaître l’école de peinture de Boukhara à travers un texte jusque-là quasiment inconnu des historiens de l’art, le Moḥiṭ al-tavârikh de Mohammad Amin Bokhari1. Cet article fournit – outre la traduction du passage concernant les ateliers de peinture à l’époque de Sobhan Qoli Khan (1680-1702) – quantité de documents concernant la peinture et les arts du livre à Boukhara dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Il ne saurait être question de refaire ici ce travail2 ; le but de cette communication est d’apporter – grâce à un groupe de peintures apparues récemment sur le marché de l’art et dont certaines sont signées « Farhad » (Farhad) – quelques éléments nouveaux à l’étude de cette école de Boukhara. On pourra ainsi tenter d’esquisser comment la peinture ouzbèke du milieu du XVIIe siècle peut s’inscrire dans l’héritage des écoles timourides.

2Une première partie retrace l’historique des apparitions des pages de Farhad en ventes publiques, ainsi que l’identification progressive de l’œuvre de ce peintre. C’est ensuite le style de Farhad qui est analysé et confronté à la production de la peinture de Boukhara au XVIIe siècle. On trouvera en annexe un essai de répertoire des peintres ayant travaillé à Boukhara au XVIIe siècle, parmi lesquels Farhad se doit de retrouver sa place.

1. Les peintures de Farhad

  • 3 D’après l’empereur Babour, l’auteur de ce texte serait Kamâl al-din Ḥoseyn Gâzorgâhi et non Solṭân (...)

3Plusieurs pages provenant de la collection Pozzi sont apparues ces dernières années sur le marché. Tantôt classées comme turques, tantôt restituées à Boukhara, il est maintenant établi que ces pages proviennent d’une copie du Majâles al-‘oshshâq – texte souvent attribué à tort à Soltan-Hoseyn Bayqara3 – copié à Boukhara vers 1645-50, sous le règne de ‘Abd al-‘Aziz Khan. Le manuscrit était-il déjà dispersé quand Pozzi fit l’acquisition de ces pages ? D’autres pages sont-elles en circulation ? Autant de questions auxquelles le temps apportera peut-être une réponse.

Les pages de Farhad dans les ventes publiques

  • 4 Mes Ader, Picard, Tajan, expert A.-M. Kevorkian, Paris, vente du 11/05/82, n° 20-24.

4La première apparition de quelques-unes de ces pages date de 19824. Cinq peintures figuraient au catalogue sous l’étiquette « Turquie, XVIe siècle », sans identification du manuscrit dont elles étaient tirées.

  • 5 Mes Daussy-Ricqlès, experts J. Soustiel et M.-C. David, Paris, Drouot, vente du 26/02/90, n° 67 A-B (...)

5Une deuxième série de trois pages – dont deux signées par Farhad – a été présentée en 19905 avec la mention « Turquie. Art ottoman. c. 1600 » ; les peintures étaient identifiées comme des illustrations « issues probablement d’un Nafahât al-ons de Djâmi ».

  • 6 Me Boisgirard, expert A.-M. Kevorkian, Paris, Drouot, vente du 13/02/91, n° 174-175.
  • 7 A. Soudavar, Art of the Persian Courts, New York, 1992, p. 220-221.

6En 1991, deux des cinq peintures déjà présentées en 1982 repassaient en vente6. Ces deux pages, dont l’une est signée, portaient la même identification que celle proposée pour la vente du 26/02/90. L’autre page a été acquise par le collectionneur A. Soudavar7.

  • 8 Chester Beatty Library, ms Pers. 274, fol. 142b ; reproduit dans Pugachenkova et Galerkina, Miniatj (...)
  • 9 Me F. de Ricqlès, experts J. Soustiel et M.-C. David, Paris, Drouot, vente du 7/04/93, n° 88.

7En 1993, la mise en vente de l’une des pages déjà passées en 1990 donnait l’occasion aux experts de rectifier le tir. En effet, A.A. Ivanov a aimablement signalé aux experts que le peintre Farhad était sans doute le même qui a signé la peinture en marge d’un Bustân de Sa’di conservé à la Chester Beatty Library de Dublin daté de 16498. Cette communication a permis de restituer la page à « Boukhara, vers 1645 »9.

  • 10 Mes Laurin, Guilloux, Buffetaud ; experts J. Soustiel et M.-C. David, Paris, Drouot, vente du 01/07 (...)

8Une dernière page, provenant toujours de la même collection, a été vendue à Paris le 1er juillet 199610.

9Au total neuf pages d’un même manuscrit sont donc apparues à ce jour, dont nous donnons ici la liste pour la première fois ; notons que toutes ces pages sont conservées dans des collections privées anonymes, à l’exception du n° 1 :

  1. - Adam (vente 11/05/82 n° 20 ; 13/02/91 n° 175 ; coll. Soudavar) ;

  2. - Deux prisonniers devant un prince (vente 11/05/82 n° 21) ;

  3. - Le maître et l’élève (vente 11/05/82 n° 22 ; 13/02/91 n° 174), signée ;

  4. - Deux derviches (vente 11/05/82 n° 23, non reproduit) ;

  5. - Couples dans un pavillon (vente 11/05/82 n° 24, non reproduit) ;

  6. - Ghazzali (vente 26/02/90 n° 67 A), signée (Fig. 1, Pl. couleur IV) ;

  7. - Abu Yazid Basṭâmi (vente 26/02/90 n° 67 B ; 7/04/93 n° 88), signée (voir Fig. 2) ;

  8. - Mowlavi (vente 26/02/90 n° 67 C), voir Fig. 3, Pl. couleur IV ;

  9. - ‘Abdallah Anṣâri (vente 1/07/96 n° 8).

  • 11 Voir le catalogue de vente du 26/02/90 déjà cité, ainsi que toutes les parutions suivantes : vente (...)
  • 12 Voir par exemple : Boukhara ( ?), 1606, IO Tachkent, ms 3476, copiste Mir Ṣâleḥ ; Boukhara, fin XVI (...)

10Il convient cependant de corriger l’identification du texte dont ces pages sont tirées : il ne s’agit pas comme on l’a cru d’abord du Nafaḥât al-ons de Jami11 ; la confrontation avec le texte de Jami (rarement illustré du reste) a permis de l’établir. Le texte est bien celui du Majâles al-‘oshshâq, dont on connaît d’ailleurs plusieurs copies illustrées en Asie centrale12.

Analyse stylistique

  • 13 Saint-Pétersbourg, Bibliothèque Saltykov-Shchedrin, NPS 66. On trouvera les reproductions des illus (...)
  • 14 Voir la reproduction dans G. A. Pugachenkova et L. I. Rempel’, Vydajushchiesja pamjatniki arhitektu (...)

11Ces pages ont en commun un style assez homogène ; trois d’entre elles portent la signature de Farhad. À l’exception de la première, représentant la descente d’Adam sur Terre (n° 1), la composition des peintures est à la fois simple et conventionnelle, tirant volontiers parti d’un décor architectural aux lignes sobres. Remarquons par exemple, sur l’image représentant Ghazzali (n° 6, voir Fig. 1, Pl. couleur IV), la colonnette soutenant l’avancée sur le côté du pavillon ; on retrouve ces colonnettes – caractéristiques de l’architecture ouzbèke – notamment dans la Khamsa de 164813 (fol. 222a par exemple). Saisissons l’occasion pour signaler, sur cette dernière peinture, les décors muraux représentant des architectures en bleu sur fond blanc. On peut en effet les rapprocher aisément des peintures murales qui ornent le dars-khâna de la madrasa de ‘Abd-al ‘Aziz Khan à Boukhara14. Ceci permet de relier – par un lien certes ténu – les productions des ateliers de manuscrits à celle des grands décors peints de l’architecture.

  • 15 Soudavar (Art, p. 221) identifie d’ailleurs ce jeune homme à ‘Abd al-‘Aziz lui-même. Audrey Burton, (...)

12D’une façon générale, les figures représentées sont traitées de manière assez stéréotypée : les personnages âgés, barbus, portent tous le même turban à calotte, avec un pan flottant sur l’épaule ; ils ont tendance à se tenir courbés, sinon voûtés. On peut rapprocher cette iconographie du sage/vieillard de la peinture montrant Elias et Khezr dans la Khamsa de 1648 (fol. 406a). Chez les jeunes gens, on notera l’importance de l’arrondi de l’épaule – interrompu par un cou droit et dégagé – et repris par le double cercle de la nuque et du turban haut-placé, parfois agrémenté d’une aigrette. Ce type du jeune homme se voit également sur la page du Bustân de Dublin15.

  • 16 Voir notamment « La dame et le banquier », illustration d’une Khamsa d’Amir Khosrow attribuée à Beh (...)
  • 17 National Museum, New-Delhi, Acc. n° 50.356. Reproduit dans L. Ashton (éd.), The Art of India and Pa (...)

13Certains visages se remarquent par leur stricte frontalité, formule déjà essayée dans les cercles de Behzad, avec plus ou moins de bonheur16. Ainsi, la figure d’Adam (n° 1) se détache sur un fond de flammes dorées. On retrouve cette position dans l’un des sages spectateurs de Bastami (n° 7, voir Fig. 2, PL couleur IV). Cette assemblée de sages figure au premier plan une rangée de personnages vus de dos, dont certains tournent la tête, en conversation ; cette attitude rappelle une illustration d’un Târikh-e alfi moghol (c. 1594-1595) représentant une scène dans une mosquée17. L’influence indienne dans la peinture de Boukhara n’apparaît d’ailleurs à cette époque que par petites touches éparses mais présentes.

  • 18 Manuscrit copié par Khamdani pour Ish-Mohammad de Khiva, IO Tachkent, ms 1811.

14Un objet retient également notre attention sur cette peinture : l’aiguière à double anse, à l’épaulement ourlé d’un motif en pétales ; on retrouve la même forme (avec d’autres couleurs/matériaux) sur une illustration (fol. 49b) du Shâh-nâma daté de 1556-7, illustré une cinquantaine d’années plus tard par Morad Samarqandi18.

15La frontalité apparaît également sur le visage du jeune homme à l’arrière-plan de la peinture représentant Ansari (n° 9) (on peut remarquer également les tiges de fleurs sur la droite et la coupe en céramique à couvercle doré). On retrouve encore cette frontalité sur le visage d’une des servantes figurant sur la page du Bustân de Dublin (cette page comporte également des tiges de fleurs fantaisistes, ainsi que des plats à couvercle de métal). Une illustration de la Khamsa de 1648 montre une jeune fille (fol. 396b, Nushaba ramenée à Eskandar) qui ressemble étonnamment à cette servante.

2. Le style de Farhad dans l’évolution de la peinture de Boukhara

  • 19 Voir par ex. le Ẓafar-nâma de 1628-29, IO Tachkent, ms 4472 ou certaines illustrations du Bustân co (...)
  • 20 Voir par exemple la Khamsa de 1648, fol. 151 ou 166.
  • 21 « Bârbad joue devant Khosrow », Shâh-nâma daté 1664, IO Tachkent, ms 3463, fol. 508a.

16Les peintures que l’on vient rapidement d’étudier se distinguent, on l’a vu, par un style cohérent. La manière conventionnelle de peindre les personnages n’exclut pas une certaine douceur des traits, tout en arrondis. Les têtes sont souvent petites et rondes, avec des bouches minuscules et de petits yeux fendus. Comparées au style de Boukhara du milieu du XVIe siècle, les figures de Farhad sont plus petites, mais possèdent plus de relief, de modelé (dû à une influence indienne ?). Confrontées au genre quasi-caricatural du début du XVIIe siècle19, les illustrations de notre peintre sont d’une étrange sagesse. De même, les peintures de Farhad semblent se défendre d’un certain « modernisme » que l’on peut observer dans la composition hardie ou dans les figures longilignes et les visages typés de certaines œuvres contemporaines, qui possèdent un caractère national ouzbek indéniable20. Elles se distinguent aussi des silhouettes enveloppées (on serait tenté de dire aussi plus « indiennes ») qui caractérisent la manière d’un Mohammad Moqim21.

17Il semble donc qu’il y ait bien un style de Farhad, s’exprimant dans une douceur quasi-intemporelle, qui expliquerait les difficultés des experts mentionnés plus haut à dater et à localiser ces peintures. En effet, l’atmosphère qui s’en dégage a quelque chose de nostalgique, car elle évoque un retour vers des formes anciennes – de l’école timouride de Hérat ou de ses suites à Boukhara – sans toutefois montrer la virtuosité de celles-ci. En ce milieu du XVIIe siècle, c’est peut-être dans ces illustrations du Majâles al-‘oshshâq que l’héritage timouride se fait encore le plus sentir. Cet air « timouride » va pourtant disparaître dès cette époque, puisqu’il est pratiquement indécelable dans la Khamsa de 1648.

  • 22 Soudavar, Art, p. 221.
  • 23 IO Tachkent, ms 65, déjà mentionné en note 12.

18Enfin, par sa finesse d’exécution – sinon par son invention – l’œuvre de Farhad apparaît comme une charnière, l’un des derniers fleurons de l’école de Boukhara22. La copie du Majâles al-‘oshshâq de la fin du XVIIe siècle23 montre bien à quel stade de décadence est tombée la peinture à Boukhara.

19Le peintre Farhad ne semble guère connu par les textes ; il n’est d’ailleurs pas mentionné par Mohammad Amin Bokhari (Moḥiṭ al-tavârikh) parmi les peintres de l’atelier royal et je ne l’ai pas encore trouvé cité dans d’autres sources. On ne le connaît donc pour le moment que grâce aux trois signatures des pages que nous venons d’étudier, ainsi que par celle qui apparaît sur le Bustân de 1649. On pourrait certes tenter de lui attribuer d’autres peintures, dont certaines illustrations de la Khamsa de 1648. Mais sans aller pour l’heure aussi loin, on peut en toute sécurité rajouter désormais quelques éléments à l’histoire de la peinture de Boukhara. Un nom, d’abord, qui vient enrichir de manière non négligeable la liste des peintres boukhariotes (voir infra), et qui établit de façon certaine que Farhad travaillait à Boukhara à l’époque de ‘Abd al-‘Aziz Khan – peut-être dans ses ateliers. Des œuvres aussi, qui nous permettent de saisir l’évolution et les hésitations de l’école de Boukhara au milieu du XVIIe siècle. Bien des questions ont été soulevées, dont peu ont trouvé de réponse ; beaucoup reste donc à faire dans ce domaine. En somme, nous ne livrons ici que quelques briques pour l’édification (ne devrait-on pas plutôt parler de reconstruction ?) d’une histoire de la peinture de Boukhara.

Fig. 1 : Ghazzâli, signé Farhad

Fig. 1 : Ghazzâli, signé Farhad

Majâles al-‘oshshâq, manuscrit dispersé, ancienne coll. Pozzi.

Fig. 2 : Abu Yazid Basṭâmi, signé Farhad

Fig. 2 : Abu Yazid Basṭâmi, signé Farhad

Majâles al-‘oshshâq, manuscrit dispersé, ancienne coll. Pozzi.

Fig. 3 : Mowlavi

Fig. 3 : Mowlavi

Majâles al-‘oshshâq, manuscrit dispersé, ancienne coll. Pozzi.

Haut de page

Annexe

Les peintres de Boukhara au XVIIe siècle

Nous avons essayé de récapituler ici les renseignements que nous possédons concernant les peintres de Boukhara au XVIIe siècle. Il ne s’agit pour l’instant que d’un aide-mémoire, qui aura besoin d’être approfondi et augmenté au gré d’éventuelles découvertes.

Les peintres actifs dans la deuxième moitié de ce siècle, connus notamment grâce à Mohammad Amin Bokhari, ont été répertoriés par Akimushkin et Ivanov dans l’article déjà cité24 ; c’est le cas de ‘Avaz Mohammad, Gol-Mohammad, Khwaja Geda Naqqâsh (dont on ne connaît aucune œuvre signée), Mohammad Moqim, Molla Behzad et Salim. Farhad se situe justement à la jonction entre les artistes de la première moitié et ceux de la deuxième moitié du XVIIe siècle. Ces divers peintres ont souvent contribué aux mêmes manuscrits, raison pour laquelle nous les avons regroupés à la fin, avec leurs références.

• ‘Avaz (‘Avaż) Mohammad25
Khamsa de Neẓâmi, (cf. liste infra, n° 6), six peintures. Une peinture isolée, datée de 1100 ?/1688-8926 ?

• Farhad
Bustân de Sa’di, (n° 2), f. 142b.
Majâles al-‘oshshâq, (n° 7) ; neuf illustrations dont trois signées Farhad.

• Gol-Mohammad27
Une peinture du Dâstân-e Qerân-e Ḥabashi (n° 3).

• Mohammad Amin28
Khamsa de Neẓâmi (n° 6), deux peintures.
Divân de Khwâju Kermâni (n° 4).
Peut-on voir, dans cet artiste, l’auteur des dessins des panneaux de céramique ornant la madrasa ‘Abd al-‘Aziz Khan à Boukhara29 ?

• Mohammad Darvish
Bustân de Sa’di, (n° 1), f. 26b30.

• Mohammad Moqim
Mentionné par Mohammad Amin31, l’artiste (actif c.1626-1671) est encore vivant en 1699 ; parmi ses œuvres figurent des pages séparées32 et des manuscrits :
Shâh-nâma de Ferdowsi (n° 9).
Shâh-nâma de Ferdowsi (n° 10), sans doute plusieurs peintures, dont une signée, f. 508a33.
Khamsa de Neẓâmi (n° 6) ; dix peintures34.
Dâstân-e Qerân-e Ḥabashi (n° 3) ; quatre peintures signées.

• Mohammad Nader Samarqandi
Une page d’album, Cachemire, 161635.

• Mohammad SharifBustân de Sa’di (n° 1), f. 1636.
Deux peintures en pendant, dont l’une signée (Louvre, sect. isl. inv. 7109) – et son pendant (Washington, coll. Vever, Sackler s86.0304)37.

• Molla Behzad38
Khamsa de Neẓâmi (n° 5) ; 17 peintures.
Khamsa de Neẓâmi (n° 6) ; quatre peintures39.
Dâstân-e Qerân-e Ḥabashi (n° 3), six peintures.
Divân de Kwâju Kermâni (n° 4).

• Morad-e Samarqandi
Shâh-nâma de Ferdowsi (n° 8).
Marges signées de deux peintures : Louvre 7109 et Sackler s86.030440.
Bustân de Sa’di (n° 1), deux peintures en pleine page signées, f. 134r et 159v41.
Ẓafar-nâma de Yazdi (n° 11). Les peintures de ce manuscrit ont un style « caricatural » qui rappelle celui de Mohammad Morad Samarqandi. Peut-on les attribuer à ce peintre ? Curieusement, Galerkina a attribué ces peintures à Mohammad Moqim42.

• Salim (Mohammad Salim)
Shâh-nâma de Ferdowsi (n° 9).
Dâstân-e Qerân-e Ḥabashi (n° 3), deux peintures.
Une page de Shâh-nâma43.

Liste des manuscrits cités en annexe

1. Bustân de Sa’di, copié par Mir Ṣâleḥ al-Kâteb c. 1570, Chester Beatty Library, Dublin, Pers. 297 ; illustrations de Mohammad Darvish, Mohammad Sharif et Morâd, ajoutées en 1616 à Boukhara44.

2. Bustân de Sa’di, Boukhara, 1649, Chester Beatty Library, Dublin, Pers. 274 ; copiste : Naṣir Ketâbdâr ; illustration de Farhad.

3. Dâstân-e Qerân-e Ḥabashi d’Abu Ṭâher b. Ḥasan b. Musà al-Ṭarsusi. Berlin, Staatsbibliothek Preussischer Kulturbesitz, ms. or. 31180 ; illustrations de Gol-Mohammad, Mohammad Moqim, Mollâ Behzâd et Salim45.

4. Divân (ou Khamsa ?) de Khwâju Kermâni, ancienne collection F. Sarre, actuellement non-localisé46 ; illustrations de Mohammad Moqim, Mohammad Amin et Mollâ Behzâd.

5. Khamsa de Neẓâmi, datée 1037/1628 ; copistes : ‘Abdallâh b. Ṭâher et Mohammad Bokhâri ; vingt peintures dont 17 signées par Mollâ Behzâd47.

6. Khamsa de Neẓâmi, 1668-1671, Chester Beatty Library, Dublin, n° 27648 ; superviseur : ‘Abd al-Raḥmân Ketâbdâr ; calligraphes Mollâ Barqi et Mollâ ‘Arab-Shâh ; illustrations ‘Avaż Moḥammad, Mohammad Amin, Moḥammad Moqim, Mollâ Behzâd.

7. Majâles al-‘oshshâq, Boukhara, c. 1645-49. Manuscrit dispersé ; neuf illustrations dont trois signées Farhad.

8. Shâh-nâma de Ferdowsi, copié pour Ish-Moḥammad de Khiva en 1556-7, illustré à la fin XVIe-début XVIIe par Mohammad Morâd Samarqandi49.

9. Shâh-nâma de Ferdowsi (étendu avec Farâmarz, Bahman et Narimân-nâma), Boukhara, 1650-60, ancienne collection O. Homberg ; 85 peintures dispersées, dont certaines signées Moqim ou Salim50.

10. Shâh-nâma de Ferdowsi, 1664, Institut d’Orientalisme de Tachkent, n° 3463 ; nombreuses illustrations dont l’une signée Mohammad Moqim51.

11. Ẓafar-nâma de Yazdi, Samarcande, 1628, Institut d’Orientalisme de Tachkent, ms. 4472 ; illustrations de Morâd ( ?).

Haut de page

Notes

1 O. F. Akimushkin et A. A. Ivanov, « Une école artistique méconnue : Boxârâ au XVIIe siècle. Notes sur les calligraphes et les peintres de la Bibliothèque des Ashtarxânides d’après Moḥammad-Amin Boxâri », dans Art et société dans le monde iranien, C. Adle (éd.), Paris, 1982, p. 127-139.

2 Outre l’article d’Akimushkin et Ivanov, d’autres publications traitent de la peinture de Boukhara à cette époque, dont O. I. Galerkina, « Sredneaziatsko-indijskie svjazi v miniatjure XVI-nachale XVII vv. », Kul’tura i iskusstvo narodov Srednej Azii v drevnosti i srednevekov’e, Moscou, 1979, p. 105-191 ; G. Pugachenkova et O. Galerkina, Miniatjury Srednej Azii v izbrannyh obrazcah, iz sovetskih i zarubežnyh sobranij, Moscou, 1979. Voir aussi l’article de B. Schmitz, « The Bukharan school of miniature painting », Encyclopædia Iranica, art. « Bukhârâ », VI, p. 527-530.

3 D’après l’empereur Babour, l’auteur de ce texte serait Kamâl al-din Ḥoseyn Gâzorgâhi et non Solṭân Ḥoseyn. Le Moghol ne semble d’ailleurs pas goûter ce genre de littérature ; voir Bâbur-nâma, Memoirs of Bâbur, trad. A. S. Beveridge, Delhi, 1989 (éd. originale : Londres, 1905), vol. I, p. 281. La traductrice signale en outre (n. 2) que « Khwând-amir’s authority can be added to Bâbur’s ».

4 Mes Ader, Picard, Tajan, expert A.-M. Kevorkian, Paris, vente du 11/05/82, n° 20-24.

5 Mes Daussy-Ricqlès, experts J. Soustiel et M.-C. David, Paris, Drouot, vente du 26/02/90, n° 67 A-B-C.

6 Me Boisgirard, expert A.-M. Kevorkian, Paris, Drouot, vente du 13/02/91, n° 174-175.

7 A. Soudavar, Art of the Persian Courts, New York, 1992, p. 220-221.

8 Chester Beatty Library, ms Pers. 274, fol. 142b ; reproduit dans Pugachenkova et Galerkina, Miniatjury, p. 154.

9 Me F. de Ricqlès, experts J. Soustiel et M.-C. David, Paris, Drouot, vente du 7/04/93, n° 88.

10 Mes Laurin, Guilloux, Buffetaud ; experts J. Soustiel et M.-C. David, Paris, Drouot, vente du 01/07/96, n° 8.

11 Voir le catalogue de vente du 26/02/90 déjà cité, ainsi que toutes les parutions suivantes : vente du 13/02/91, Soudavar, Art, et ventes du 7/04/93 et 01/07/96.

12 Voir par exemple : Boukhara ( ?), 1606, IO Tachkent, ms 3476, copiste Mir Ṣâleḥ ; Boukhara, fin XVIIe s., IO Tachkent, ms 65. Signalons ici l’ouvrage de A. M. Ismailova, Oriental miniatures of Abu Raihon Beruni Institute of Orientology of the UzSSR Academy of Sciences, Tachkent, 1980, dans lequel on trouvera des reproductions des manuscrits conservés dans cette bibliothèque (dont le nom est abrégé ici en IO Tachkent).

13 Saint-Pétersbourg, Bibliothèque Saltykov-Shchedrin, NPS 66. On trouvera les reproductions des illustrations mentionnées ici notamment dans F. Suleimanova, Miniatures illuminations of Nisami’s « Hamsah », Tachkent, 1985.

14 Voir la reproduction dans G. A. Pugachenkova et L. I. Rempel’, Vydajushchiesja pamjatniki arhitektury Uzbekistana, Tachkent, 1958, fig. 57. Les divers décors de la madrasa de ‘Abd al-‘Aziz Khan mériteraient d’ailleurs une étude plus approfondie, aussi bien pour ce qui est des peintures murales que pour les céramiques. Une inscription dans l’oratoire, sous deux cartouches calligraphiques très effacés, se lit « Râqema Ostâd Najaf Qoli ... (Daruni ?) » ; s’agit-il d’un peintre ou d’un calligraphe ? Le bouquet en mosaïque de céramique ornant le panneau sur la façade à droite de l’entrée porte le nom « Ḥâjji Moḥammad Amin ». S’agit-il du peintre mentionné par Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 137 et n. 38 ? Mohammad Yusof Monshi mentionne cette madrasa (renseignement transmis par Audrey Burton) ; il serait intéressant de vérifier si cet auteur signale les artistes qui y ont travaillé.

15 Soudavar (Art, p. 221) identifie d’ailleurs ce jeune homme à ‘Abd al-‘Aziz lui-même. Audrey Burton, que je remercie ici pour ces renseignements, me signale que d’après Mahmud b. Vali, ‘Abd al-‘Aziz est né en 1023-4/1614-15. Il aurait donc près de 35 ans en 1649 ; on imagine mal un homme de cet âge représenté sans barbe. Le « portrait » de ‘Abd al-‘Aziz ne serait-il pas plutôt à voir dans le Bahram des Haft Peykar de la Khamsa de 1648 (voir fol. 151a notamment) ?

16 Voir notamment « La dame et le banquier », illustration d’une Khamsa d’Amir Khosrow attribuée à Behzad, Hérat 1485 (Dublin, Chester Beatty Library, ms 163).

17 National Museum, New-Delhi, Acc. n° 50.356. Reproduit dans L. Ashton (éd.), The Art of India and Pakistan, Londres, 1947, pl. 118.

18 Manuscrit copié par Khamdani pour Ish-Mohammad de Khiva, IO Tachkent, ms 1811.

19 Voir par ex. le Ẓafar-nâma de 1628-29, IO Tachkent, ms 4472 ou certaines illustrations du Bustân copié en 1525 et illustré au début du XVIIe s. (Dublin, Chester Beatty Library, p. 297), notamment « Sa’di visite un temple indien », par Morad.

20 Voir par exemple la Khamsa de 1648, fol. 151 ou 166.

21 « Bârbad joue devant Khosrow », Shâh-nâma daté 1664, IO Tachkent, ms 3463, fol. 508a.

22 Soudavar, Art, p. 221.

23 IO Tachkent, ms 65, déjà mentionné en note 12.

24 Voir note 1.

25 Cité par Mohammad Amin ; cf. Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 136-137.

26 Sotheby, 1/12/1969, n° 156 ; Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 137.

27 Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 138.

28 Ibid., p. 137.

29 Voir notre note 14. Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 137 n. 38, signalent que G. A. Pugachenkova a attribué à Mohammad Amin « sans aucun fondement, l’inscription de la madrese de ‘Abd al-‘Aziz Khan (« Neizvestnye sredneaziatskie miniatjury », p. 314) ». L’inscription sous les bouquets de la madrasa est une simple signature, non une véritable « calligraphie ». Les deux savants ajoutent : « au moins trois calligraphes du nom de Mohammad Amin ont travaillé en Transoxiane et en Iran à cette époque ». J’avais d’ailleurs déjà soulevé le problème de ces Mohammad Amin homonymes dans un tout autre cadre (Y. Porter, Peinture et arts du livre, Paris-Téhéran, 1992, p. 52). Il est probable qu’il s’agisse ici d’un autre Mohammad Amin, sans rapport avec les précédents.

30 Reproduit dans Pugachenkova et Galerkina, Miniatjury, p. 168, fig. 56.

31 Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 132, 136.

32 Les mêmes signalent une page (datée 1036/1626-7) vendue chez Sotheby (Londres), 13/12/1972, n° 188 ; une autre, Sotheby 6/07/64, n° 22 et une page à la Chester Beatty Library de Dublin, Ac. n° 693 (ibid.).

33 Pugachenkova et Galerkina, Miniatjury, p. 188, fig. 66.

34 L’une d’elles reproduite dans Pugachenkova et Galerkina, Miniatjury, p. 194, fig. 69.

35 Bibliothèque de Saint-Pétersbourg (Dorn 489). Pugachenkova et Galerkina, Miniatjury, p. 166, fig. 55 ; bien que la peinture, comme l’album dont elle est issue, dénote un style fortement indianisé, la nisba de son auteur autoriserait son insertion dans cette liste. On peut rajouter d’autres pages à celle-ci, voir notamment F. Richard et A. Okada, À la cour du Grand Moghol, Paris, 1986, p. 38-39, n° 12.

36 Reproduit dans Pugachenkova et Galerkina, Miniatjury, p. 170, fig. 57.

37 Reproduits respectivement dans Arabesques et jardins de paradis, Paris, 1989, n° 171 et dans G. Lowry et S. Nemazee, A Jeweller’s eye : Islamic Arts of the book in the Vever collection, Washington, 1988, n° 67.

38 Mentionné par Mohammad Amin, voir Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 134, 137.

39 L’une d’elles (f. 57) reproduite dans Pugachenkova et Galerkina, Miniatjury, p. 192, fig. 68.

40 Voir note 37.

41 L’une reproduite dans Galerkina, « Srednieaziatsko-indijskie svjazi », p. 189, ill. 61 ; l’autre dans D. James, Islamic Masterpieces of the Chester Beatty Library, Londres, 1981, p. 24, n° 29.

42 Galerkina, « Srednieaziatsko-indijskie svjazi », p. 109 ; voir aussi Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 136 n. 30, qui contestent cette attribution.

43 Sotheby, 27/03/1973, n° 228 ; Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 138 ; ne s’agit-il pas d’une page du Shâh-nâma « Homberg » ? (n° 9 ; voir aussi notre note 50).

44 James, Islamic Masterpieces, p. 24.

45 Voir I. Stchoukine, B. Flemming, P. Luft et H. Sohrweide, Illuminierte islamische Handschriften, Wiesbaden, 1971, p. 179-185, n° 66 ; Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 136 et n. 27.

46 Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 136 n. 28, signalent cinq photographies de ce manuscrit conservées à l’Islamisches Museum de Berlin.

47 Sotheby, 5/07/1965, n° 177 ; Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 137.

48 A.J. Arberry et al., The Chester Beatty Library. A Catalogue of Persian Manuscripts and Miniatures, Dublin 1959-62, vol. III, p. 48, n° 276.

49 IO Tachkent, ms 1811.

50 Le descriptif du manuscrit se trouve dans le catalogue de la vente Homberg (Paris 1931) n° 93, pl. XLII-XLIV. Des apparitions ultérieures de ces pages figurent dans les catalogues des ventes suivantes : Sotheby, Londres, 27/03/73 n° 228 ; Soustiel-David, Miniatures orientales de l’Inde – 2, Paris, 1974, n° 33 à 38 ; Soustiel-David, (Paris, Drouot) 22/03/96 n° 99.

51 Voir Akimushkin et Ivanov, « Une école artistique », p. 136 n. 24.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Ghazzâli, signé Farhad
Crédits Majâles al-‘oshshâq, manuscrit dispersé, ancienne coll. Pozzi.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 2 : Abu Yazid Basṭâmi, signé Farhad
Crédits Majâles al-‘oshshâq, manuscrit dispersé, ancienne coll. Pozzi.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3 : Mowlavi
Crédits Majâles al-‘oshshâq, manuscrit dispersé, ancienne coll. Pozzi.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Porter, « Farhad le peintre : à propos des ateliers de peinture de Boukhara à l’époque de ‘Abd al-‘Aziz Khan, 1645-1680 », Cahiers d’Asie centrale, 3/4 | 1997, 267-278.

Référence électronique

Yves Porter, « Farhad le peintre : à propos des ateliers de peinture de Boukhara à l’époque de ‘Abd al-‘Aziz Khan, 1645-1680 », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 3/4 | 1997, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/495

Haut de page

Auteur

Yves Porter

Université de Provence, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org