Navigation – Plan du site
Économies, sociétés, culture

Traits principaux de l’urbanisme dans le Mavarannahr et le Turkestan à la fin du XVe et au XVIe siècle

Margarita Filanovič
p. 169-182

Notes de la rédaction

*[dans les études soviétiques, l’archéologie s’arrêtait au XVIe siècle, après quoi on entrait dans le domaine de l’ethnographie. Les découvertes récentes de l’archéologie ont permis à cette dernière de « grignoter » des décennies...].

Texte intégral

1La fin du XVe et le XVIe siècle présentent un très grand intérêt pour l’histoire de l’urbanisme en Asie centrale, car c’est une période d’intenses échanges entre peuples sédentaires et nomades de la région. L’interaction des populations urbaines, rurales et nomades, dont le lieu de rencontre était toujours une ville, se marque de façon éclatante et a laissé des traces profondes dans l’aspect extérieur de la ville, dans la structure de sa population, dans la vie quotidienne, dans l’économie, dans la culture et l’idéologie. Mais comment retrouver ces traces ?

  • 1 V.V. Bartol’d, Istorija kul’turnoj žizni Turkistana, dans Sochinenija, vol. 2/1, Moscou, 1963 ; Ju. (...)

2Ce n’est pas un hasard si le Moyen Age tardif a retenu l’attention des savants, historiens orientalistes et ethnographes, qui fondaient sur les sources écrites l’étude des monuments consacrés aux différents aspects de la vie urbaine de cette époque. Dans leurs ouvrages, V. Bartol’d, Ju. Jakubovskij, M. Masson, B. Ahmedov, G. Pugachenkova, L. Rempel’, R. Mukminova, A. Belenitskij, E. Davidovich, O. Suhareva et d’autres ont analysé de façon approfondie les questions de l’histoire socio-économique, le rôle du commerce, de l’artisanat, sa structure ainsi que la stratification sociale des citadins, les systèmes de gestion urbaine, le rôle du clergé musulman et du pouvoir spirituel1.

3Cet ensemble de sources s’est vu récemment complété par les données archéologiques, numismatiques et toponymiques. L’étude de villes comme Samarcande, Boukhara, Tachkent, Shahrisabz, Shahrokhiya, Andijan, Khojent et quelques autres, pour certains aspects de la vie urbaine et leur évolution, a permis de passer des caractéristiques propres à chacune à une caractérisation globale du processus d’urbanisation à la fin du Moyen Age dans ses grandes tendances et ses particularités.

4Les fouilles archéologiques menées à grande échelle sur de vastes superficies dans certains sites-clés notamment ont favorisé ce phénomène, par exemple à Otrar, l’une des métropoles les plus anciennes du Turkestan, sur la rive droite du Syr-Darya. L’étude, plusieurs années durant, de villes comme Otrar, Sauran, Sayram, Yasi/Turkestan a permis de repousser aux XVIIe-XVIIIe siècles la limite chronologique, en Asie centrale, entre l’archéologie et l’ethnographie*.

5Il ne s’agit pas seulement de l’élargissement du cadre chronologique de l’archéologie, mais d’une énorme documentation pertinente qui fournit des informations ou des corrections historiques. Ce matériau a considérablement complété le tableau de la vie urbaine qui, jusque-là, ne pouvait être restitué qu’à partir des sources écrites ou ethnographiques.

6Dans cet article, nous nous proposons, tout d’abord, de révéler certains traits de l’urbanisme du Moyen Age tardif dans le Mavarannahr (Samarcande, Boukhara, Shahrisabz) et le Turkestan (Tachkent et le chapelet des villes bordant le Syr-Darya, la principale étant Otrar), c’est-à-dire de montrer la ville comme centre administratif, commercial, religieux, culturel, le point de rencontre des sédentaires, des artisans et des nomades ; et, dans un second temps, de retrouver les indices de pénétration des populations nomades dans les oasis tels qu’on peut les percevoir dans la vie des villes et les changements qui sont intervenus aux XVIe-XVIIe siècles avec l’avènement d’une dynastie de nomades.

Bref tableau de la situation politique

7Entre les derniers Timourides, maîtres de petits royaumes nés des ruines de l’immense empire timouride, les dissensions se sont exacerbées. Les rivalités internes à la dynastie timouride, en affaiblissant le pouvoir central, ont favorisé les progrès de la pénétration en masse dans le Mavarannahr des nomades de la steppe de Dasht-e Qipchaq ainsi que les progrès militaires de l’Etat des Ouzbeks nomades. L’armée dirigée par Mohammad Sheybani, au tournant des XVe et XVIe siècles, a traversé tout le Mavarannahr, conquérant l’une après l’autre ses villes principales, Boukhara, Samarcande, Tachkent, Shahrokhiya, etc.

8Le nouvel Etat fondé par les souverains sheybanides connaît, lui aussi, des conflits et des rivalités dynastiques. Le pouvoir central tente d’écraser les tentatives séparatistes de tel ou tel sultan ouzbek et ‘Abdallah Khan II, vers les années 1580, parvient à renforcer son pouvoir central – mais de façon éphémère. Par la suite, la rivalité entre dynasties, avec son cortège de pillages et de dévastations, reprend entre représentants des différentes branches de la dynastie sheybanide puis janide (astrakhanide).

9Une situation politique aussi compliquée n’est guère propice à l’épanouissement de l’urbanisme, cependant, quand on considère plus attentivement l’histoire urbaine, le contexte politique apparaît plus complexe que grave. Dans la période précédente, les grandes villes du Mavarannahr (sauf Urgenj qui fut dévastée lors des campagnes militaires de Timour), avaient connu un essor. Tachkent, Andijan, les villes du Turkestan en bordure du Syr-Darya et, surtout, Samarcande et Shahrokhiya, mais aussi des villes ruinées lors de la conquête mongole et laissées à l’abandon, avaient été restaurées et entourées de nouvelles enceintes – comme Shahrokhiya, l’ancienne Benaqat – lorsqu’elles jalonnaient les routes commerciales ou revêtaient un intérêt stratégique.

  • 2 Suhareva, K istorii gorodov.

10À l’époque sheybanide, on ne bâtit pas de nouvelles villes, sauf dans le sud du Khorezm qui, après la destruction des réseaux d’irrigation, reprit lentement vie et vit naître la nouvelle ville d’Urgenj et la nouvelle Kat (Kâs). L’activité de construction urbaine, à cette époque, se borne, pour l’essentiel, à des ouvrages intérieurs, comme la reconstruction des remparts des villes anciennes. Ces anciennes villes ont toutes connu un destin différent, en fonction de leur statut ou de leurs bases économiques. Mais les travaux entrepris sur les remparts témoignent de l’état de la vie quotidienne de chacune. Parfois, les nouveaux remparts entourent un territoire urbain élargi, ce qui, pour Suhareva, atteste de son dynamisme, soit au contraire ils ceignent une auréole réduite, signe de régression. La permanence au même endroit des anciens remparts est aussi l’indice d’un ralentissement dans l’extension, voire d’une stagnation de l’organisme urbain2.

  • 3 Ibid., p. 59.

11Mais, dès qu’on commence à étudier cet aspect de certaines villes du Mavarannahr et du Turkestan en utilisant les résultats des fouilles de ces remparts, le tableau est tout autre. En effet, Boukhara est devenue, au XVIe siècle, sous les Sheybanides, la ville principale puis, avec ‘Abdallah Khan II, la capitale de l’État, rôle qu’elle a conservé plus tard dans le khanat de Boukhara. De ce fait, elle a connu une intense activité de construction ; de plus, elle est restée un grand centre artisanal et s’est considérablement agrandie parce qu’une bonne partie des habitants de Shash (la ville de Tachkent dévastée lors de la conquête des souverains de Boukhara) et des villages de l’oasis de Marv ont été déplacés dans la région de Boukhara. La ville, très peuplée et agrandie, a été pourvue, au XVIe siècle, d’une nouvelle enceinte percée de portes et englobant beaucoup d’anciens faubourgs3.

12Les recherches archéologiques récentes ont pourtant montré que le territoire total de la ville, à cette époque, était moindre qu’à l’époque samanide (Xe siècle), époque où elle avait connu une splendeur sans pareille. Le mur d’enceinte de Boukhara sous le règne de ‘Abdallah Khan a reculé de 500 m vers l’intérieur par rapport au rempart samanide. Samarcande aussi, dans la description qu’en fait Babour au début du XVIe siècle, était très peuplée et possédait de nombreux marchés et ateliers. Promue par les premiers souverains capitale de l’État sheybanide, la première, Samarcande fut ornée de nouveaux édifices comme les madrasa de Sheybani Khan et de Mehr-Soltan Khanom. On restaura également certaines de ses madrasa, khânqâh et mosquées. C’est aussi dans cette ville que furent enterrés les représentants de la dynastie sheybanide, dans le dakhma rectangulaire de la madrasa de Sheybani Khan. La ville s’agrandit, englobant une partie des faubourgs, mais conserva les anciens remparts qui l’entouraient déjà à l’époque timouride. C’est probablement ainsi que s’explique le déplacement de la capitale à Boukhara sous ‘Obeydallah Khan. Dès lors, c’est la ville de Boukhara qui absorbe l’énergie constructrice des souverains.

  • 4 Zajn ad-Din Vasifi, Bada’i al-vaqa’i, éd. A. Boldyrev, vol. 1, Moscou, 1961 (2e édition), p. 385.

13Les villes proches du Syr-Darya, centres majeurs, se maintinrent, en dépit des guerres et des rivalités dynastiques, car leur potentiel artisanal et commercial était considérable, à la fois pour le commerce de transit et pour celui avec les nomades. Tachkent, par exemple, renforcée sur ordre de Timour d’une nouvelle enceinte, conserva son rôle d’avant-poste sur la frontière de la steppe frondeuse. À cette époque, chaque porte de sa puissante muraille portait le nom de la tribu (ulus) mongole chargée de la défendre. C’est dans cette ville, et dans les autres du Turkestan, en particulier Shahrokhiya et Sayram, que la grande armée du conquérant passa l’hiver précédant la campagne de Chine en 1404. La ville conserva aussi sa fonction militaire sous Ulugh Beg lorsqu’il devint souverain du Mavarannahr. Au début du XVIe siècle, Tachkent fut conquise par Sheybani Khan qui en confia l’administration à son oncle Soyunj Khan, fondateur de la branche de Tachkent des Sheybanides. Le sort ultérieur de la ville changea beaucoup à cause de sa situation dans la zone frontière avec la steppe. Aux XVIe et XVIIe siècles, la ville fut alternativement soumise au pouvoir central ou conquise par des khans kazaks. La ville du XVIe siècle ne dépasse pas les dimensions de l’époque timouride. Le mur d’enceinte du XVe siècle a été conservé et les sources écrites nous donnent le nom de certaines portes : Parkent, Samarcande, Kokcha, Shavli, Registan. Au XVIe siècle, en différents endroits, le mur fut doté à son sommet de machines d’artillerie de jet4.

  • 5 R.G. Mukminova, « Iz istorii pozdnesrednevekovogo Tachkenta », ONU 11, (1981), p. 40.
  • 6 M.I. Filanovich, « Tachkent, gorod na severo-vostochnyh granicah imperii Timura », ONU 7-10 (1996), (...)

14Tous les grands édifices de Tachkent qui nous sont parvenus datent du XVIe siècle : l’ensemble des mausolées du cimetière de Sheykh Khavandi Tahur, l’ensemble du mausolée d’Abu Bakr Mohammad Kaffal Shashi et la madrasa de Baraq Khan avec le mausolée de Soyunj Khan, la madrasa de Kukeldash. Mais, à l’exception de la dernière, ces bâtiments se trouvaient hors les remparts, dans les faubourgs. Les sources nous décrivent, dans le faubourg nord, sur le canal de Key Kavus (le Kalkauz d’aujourd’hui), le jardin du même nom où se tenait la résidence d’été des khans sheybanides. C’est dans ce jardin que se réunissaient les savants, poètes, chanteurs et musiciens attachés à la cour des Sheybanides de Tachkent5. La ville de Tachkent conserva ses remparts timourides jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, au moment où les faubourgs furent absorbés dans le territoire urbain, lui-même entouré de nouveaux murs qui tinrent jusqu’à la conquête russe6.

15Tous les matériaux accessibles à l’analyse, y compris les résultats des fouilles archéologiques, permettent de conclure qu’il n’y eut pas de changement dans l’évolution de la ville au début ou au milieu du XVIe siècle. Elle était, tout comme Boukhara et Samarcande, un grand centre commercial, artistique et culturel.

16Pourtant, son destin ultérieur fut plus complexe et, sans doute à la fin du XVIe ou au XVIIe siècle, elle connut une certaine stagnation due, notamment, aux événements politiques. Pendant cette période, à diverses reprises, la ville fut assiégée et dévastée et passa de mains en mains. Son écrasement par ‘Abdallah Khan II, après un siège assez long, provoqua une véritable catastrophe. D’après les sources, les bâtiments, les marchés, les palais furent détruits ainsi que les villes de Farakat, Chinas et Shahrokhiya, dominées par Tachkent. Tous leurs habitants furent déportés au-delà du Syr-Darya. ‘Abdallah Khan donna l’ordre de détruire les remparts et de brûler la ville. Malgré tout, les remparts furent restaurés et la ville se perpétua. Mais la plus grande catastrophe dans l’histoire de la ville fut certainement le massacre de l’ensemble de ses habitants par Emam-Qoli Khan de Boukhara, qui entendait ainsi venger la révolte de Tachkent et le meurtre de son fils en 1613.

  • 7 M.E. Masson et G.A. Pugachenkova, « Shahrisjabz pri Timure i Ulugbege », dans Trudy SAGU, vol. 61, (...)
  • 8 Z.I. Usmanova, « Arheologicheskoe izuchenie Shahrisjabz », dans Srednevekovaja gorodskaja kul’tura (...)

17Shahrisabz connut un autre sort car elle était l’enfant chéri de Timour. Hafez-e Abru rapporte qu’Amir Timour la fit fortifier en 1378 par des remparts de plan rectangulaire flanqués de 70 tours7. La ville fut divisée en quartiers particuliers dont l’un réservé à l’aristocratie et au clergé musulman, près du palais d’Aq Saray édifié par Timour. Dans les autres vivaient les artisans. À l’époque timouride, la ville était très peuplée et prospère. Mais en 1507, lorsque le Mavarannahr passa aux mains des Sheybanides, elle changea complètement d’état et de statut et tout ce qui avait trait à la dynastie timouride fut détruit. ‘Abdallah Khan II ordonna de démolir tous les édifices élevés par Timour et la ville devint un endroit ordinaire dont le territoire se rétrécit progressivement, si bien qu’au XVIIIe siècle, lorsqu’on construisit de nouveaux remparts, ceux-ci se trouvèrent en retrait par rapport à ceux du XVe siècle8.

18La structure en deux parties de la ville est tout-à-fait caractéristique de l’époque : le noyau fortifié ou citadelle abritait le centre administratif et le palais ; le territoire de la ville à proprement parler était entouré d’enceintes englobant, déjà à l’époque timouride, tout comme à Samarcande et Tachkent, les rabaṭ les plus anciens qui pouvaient eux-mêmes être protégés par leurs propres murs ou en être démunis. Les rabaṭ, faubourgs artisanaux, subsistaient de l’époque (IXe-XIIIe siècle) où la ville était composée de trois parties. Au-delà des remparts s’étendaient les banlieues rurales étroitement unies à la ville par des liens économiques. Les sources écrites ont déjà montré que la ville du Moyen Age tardif était une concentration de quartiers d’habitat et d’artisanat, de bâtiments publics religieux (mosquées, madrasa, khânqâh) et civils (caravansérails, bains, marchés avec des tim et des chahâr-su(q) à coupoles).

  • 9 Materialy po istorii kazahskih khanstv XV-XVIII vv., Alma-Ata, 1969, p. 353.
  • 10 K.A. Pishchulina, « Prisyrdar’inskie goroda i ih znachenie v istorii kazahskih hanstv v XV-XVV vv.  (...)

19La conception de la structure et des éléments de construction a été extrapolée à partir des modèles du XIXe siècle ou bien des édifices anciens conservés dans le tissu urbain des villes de Samarcande, Boukhara, Tachkent et autres ; là, on a pu assez récemment étudier la structure des quartiers anciens (XVIe-XVIIe siècles) car les fouilles archéologiques des villes de la zone du Syr-Darya en ont dégagé de grandes superficies. De toutes, c’est Otrar qui a été le mieux étudiée. Elle joua un rôle majeur dans la région dont elle constituait l’une des plus grosses agglomérations. Les sources révèlent qu’elle était un centre économique et politique important. Au XVIe siècle, Sheybani Khan conquit les villes de la zone du Syr-Darya et fit d’Otrar, qui possédait une puissante forteresse, la base de ses conquêtes ultérieures9. Puis la rivalité entre ulus ouzbeks et kazaks continua de plus belle pour la possession de ces villes10.

  • 11 K.A. Akishev, K.M. Bajpakov et L.B. Erzakovich, Pozdnesrednevekovyj Otrar (XVI-XVIII vv.), Alma-Ata (...)
  • 12 A.M. Belenickij, I.B. Bentovich et O.G. Bol’shakov, Srednevekovyj gorod Srednej Azii, Leningrad, 19 (...)
  • 13 O.A. Suhareva, Buhara XIX-nach. XX vv. : Pozdnesrednevekovyj gorod i ego naselenie, Moscou, 1966, p (...)

20Les fouilles du site d’Otrar éclairent la structure d’un organisme urbain et font également sentir le potentiel économique d’une ville à la fin du Moyen Age. On a pu déterminer qu’un quartier était l’élément principal du tissu urbain. Il se présentait comme un petit ilôt d’une vingtaine de maisons d’habitation étroitement serrées. Elles n’avaient généralement pas d’issue sur la grand’rue que longeaient leurs façades aveugles mais ouvraient sur une petite place, une courette ou une ruelle, probablement couvertes d’une espèce de toiture légère, comme le supposent les chercheurs d’Otrar, et munies de portes fermées la nuit11. Cette structure, qui a dû naître à l’époque pré-islamique – comme les fouilles de Penjikent, ville sogdienne des VIIe-VIIIe siècles le laissent penser12 –, s’est perpétuée jusqu’au XIXe siècle où la disparition de la porte intérieure a réduit l’isolement des quartiers. Cette évolution s’observe à Boukhara à la fin du Moyen Age13.

  • 14 Suhareva, Kvartal’naja obshchina, p. 17.
  • 15 M.I. Filanovich, Tashkent, p. 87 ; ead., « Materialy k istoricheskoj topografii srednevekovogo Tash (...)
  • 16 R.G. Mukminova, « Remeslo i remeslenniki vo vremena Timura i Timuridov », ONU 7-10 (1996), p. 73.
  • 17 Filanovich, Tashkent, p. 87.
  • 18 Suhareva, Kvartal’naja obshchina, p. 288-289.

21Le quartier ou maḥalla jouait aussi un rôle important du point de vue administratif car ses chefs (aq-saqâl) étaient associés à la gestion urbaine14. Dans le tissu urbain d’Otrar, on a dégagé une ou deux maisons à deux foyers (tandir) dans la même pièce centrale, qui appartenaient peut-être à ces chefs, généralement élus par leurs concitoyens appartenant aux couches moyennes. Deux traits caractérisent ce type de quartier : d’une part, la cohabitation des riches, des pauvres et des couches moyennes, ce qui confirme les données ethnographiques ; d’autre part, le mélange des artisans qui ne se regroupaient pas par métiers. On a découvert, par exemple, un quartier où se mêlaient des potiers, des forgerons, des tailleurs de pierre. Les fouilles de Tachkent amènent à la même conclusion15. En revanche, on sait par les sources écrites et la toponymie qu’un autre type de quartier existait, concentrant des artisans de même profession. Ibn ‘Arabshah et Clavijo nous indiquent, pour la période précédente, la répartition des artisans à Samarcande selon leur activité et nous apprennent l’existence de corporations artisanales (ce sont les premiers renseignements relatifs à l’organisation corporative dans les villes) où tous les membres élisaient leurs chefs et occupaient les mêmes rues16. Ce système s’est renforcé au siècle suivant comme l’atteste le nom des maḥalla du XIXe siècle. À Tachkent, par exemple, jusqu’à une époque récente, existaient des vieux quartiers baptisés Degriz (les fondeurs), Mesgarlik (chaudronniers), Parchabâf (tisseurs de brocart), Igârchi (selliers), Timurchilik (forgerons), Zargarlik (joailliers), etc.17. Même chose à Boukhara18.

  • 19 S.B. Lunina, « Goncharnoe proizvodstvo v Merve, X-nach. XIII vv. », dans Trudy Ju.TAKE, vol. 11, Ac (...)
  • 20 P.M. Bajpakov, « Goncharnoe remeslo v pozdnesrednevekovom Otrare », dans Srednevekovaja gorodskaja (...)
  • 21 Belenickij, « Organizacja remesla v Samarkande », p. 46.

22Des ilôts semblables se sont constitués dans les faubourgs, comme on le note à partir du IXe-Xe siècle et les artisans de ces quartiers se transmettaient leur activité de père en fils19. Un quartier de potiers (XVIe-mi XVIIe siècles) a été dégagé sur le site d’Otrar : il montre que les pièces d’habitation ne se distinguaient pas des ateliers et que le four de potier était installé à l’intérieur même de la maison. Certains ateliers étaient communs à deux ou trois maisons d’habitation et appartenaient peut-être à deux ou trois artisans. Les fouilles de ce quartier laissent supposer que les artisans d’Otrar se regroupaient dans des corporations semblables à celles que l’on connaît par les resala (statut des corporations) lentement élaborées au cours des siècles20. À Samarcande, par exemple, on sait qu’au XVIe siècle un atelier servait de base à la corporation et que chaque atelier avait son maître (ostâd), un apprenti (shâgerd), un ouvrier (kârgar) et un « compagnon » (sharik ou « partenaire »)21.

  • 22 I.M. Džabarov, « Novye materialy k istorii goncharnogo remesla v Horezme », dans Keramika Horezma, (...)

23Les statuts réglaient la transmission de l’enseignement du maître à son élève, y compris pour les secrets professionnels et les recettes de fabrication. Aux XVIe-XVIIe siècles, les artisans se spécialisèrent dans une fabrication particulière à l’intérieur de leur corporation. Certains potiers, par exemple, confectionnaient la vaisselle de petit ou bien de grand format, d’autres des kobur (tuyaux pour l’adduction ou l’évacuation de l’eau), d’autres encore les fours à pains (tandir, tandur ou tanur)22.

  • 23 Akishev, Bajpakov et Erzakovich, Pozdnesrednevekovyj Otrar, p. 196.
  • 24 K.A. Akishev, K.M. Bajpakov et L.B. Erzakovich, « Žilishche pozdnesrednevekovogo Otrara (XVI-XVIII (...)

24Traditionnellement, les artisans se regroupaient aussi par profession sur les marchés urbains. Toutes les sources soulignent cette particularité pour les villes du Mavarannahr, mais il est très difficile de distinguer les artisans des marchands car les boutiques étaient parfois reliées aux ateliers sur les marchés et parfois incluses dans le tissu d’habitation, ce que les fouilles ont très clairement mis en évidence23. Le marché principal se trouvait sur la place centrale habituellement appelée Registan. Il s’est maintenu à Boukhara et à Samarcande mais en changeant d’aspect architectural à travers les siècles. À Tachkent, des fouilles ont permis de le dégager là où une des portes de la ville du XVIe siècle s’appelait précisément Registan. La principale richesse de la ville au Moyen Age tardif venait des artisans, qui composaient aussi la majorité de la population. C’étaient des citadins comme les autres, sauf les riches propriétaires d’ateliers, les chefs des corporations, les maîtres héréditaires. Outre cette catégorie sociale, les couches supérieures de la ville comprenaient les marchands, l’aristocratie, le clergé musulman et les fonctionnaires. À Otrar, on a dégagé surtout des maisons du type citadin ordinaire. Le type d’immeuble à pièces groupées autour d’une cour centrale, caractéristique des périodes anciennes et aussi du XIXe siècle, ne prédominait pas à Otrar aux XVIe-XVIIe siècles. Deux autres types principaux se démarquent : les maisons à pièces en enfilade ; et des maisons compactes où des pièces adjacentes entourent une salle principale située au centre et chauffée par un foyer autour duquel s’ordonnent des pièces d’habitation ou à vocation économique et l’étable. Dans chaque maison, un profond eyvân d’entrée, élément indispensable, ouvre sur une ruelle étroite du quartier24.

  • 25 Mukminova, Socialnaja diferenciacija, p. 35.

25On n’a pas retrouvé à Otrar de quartier réservé aux riches. Pourtant, des textes nous apprennent qu’au XVIe siècle à Boukhara, par exemple, les citadins aisés s’installaient dans un quartier central de la ville25. Leurs bâtiments à plusieurs pièces et diverses annexes se situaient à proximité des marchés et des chahâr-suq (châr-su).

  • 26 R.R. Rahimov, Mužskie doma v tradicionnoj kul’ture Tadžikov, Leningrad, 1990, p. 55.
  • 27 A.N. Boldyrev, Zajn ad-Din Vasifi, tadžikskij pisatel’ XVI v., Stalinabad, 1957, p. 108.

26Un élément remarquable de ces maisons était une grande salle de séjour (mehmân-khâna), signe extérieur de la richesse du maître de maison en même temps que de sa finesse aristocratique. L’apparition d’une telle pièce dans un immeuble privé constitue une particularité tout-à-fait caractéristique de cette époque. Parallèlement existaient des mehmân-khâna publiques de quartier où se tenaient des réunions. Leur origine – maisons pour les hommes ou âlâv-khâna (maisons du feu) de l’Antiquité – remonte à la nuit des temps26. Les réunions qui se tenaient dans cette salle ont progressivement perdu leur caractère rituel, d’abord clairement exprimé par le feu qui brûlait, pour devenir des assemblées à caractère laïc. C’est dans la mehmân-khâna, centre de toute la vie communautaire de la maḥalla, que l’on venait déclamer récits et légendes, chanter, jouer de la musique ou danser. Au XIXe siècle, elle se transforma en chây-khâna, élément de base indispensable dans chaque maḥalla, aujourd’hui encore. L’apparition des mehman-khâna dans les maisons privées des aristocrates et des riches marchands a permis à ceux-ci de tenir, à tour de rôle, des majles où le repas partagé était entrecoupé de déclamations, de musiques et de danses. Vasefi, poète et mémorialiste de la fin du XVIe siècle, les décrit très bien. À Samarcande, par exemple, entrant dans la maison de Khwaja Yusof Malamati, vizir très influent à la cour du khan Kuchkunji, Vasefi assista à « un majles florissant comme un paradis céleste. Ici, on versait du vin pur dans des gobelets d’or en alternant hors d’oeuvre et pistaches salées avec des sourires sucrés [...]. Des interlocuteurs raffinés échangeaient d’intelligents propos, à rendre le paradis céleste jaloux d’un pareil festin27 ».

27Les émirs tenaient ce genre de majles dans leurs palais et leurs chahâr-bâgh, comme le chahâr-bâgh-e Key Kavus des Sheybanides de Tachkent, dans un des faubourgs de la ville. Un cercle littéraire s’y réunissait, dont on trouve mention chez Vasefi venu de Hérat à la cour des sultans sheybanides de Tachkent, ville qu’il considérait comme sa seconde patrie.

28Les bains aussi tenaient une grande place dans la structure urbaine. Une dizaine de ces bâtiments ont été trouvés dans des quartiers de Boukhara, Samarcande et ailleurs. Leur étude comparative avec d’autres bâtiments fait apparaître toute une zone au XVIe siècle où les principes du plan et de la décoration étaient les mêmes. Cette zone comprend les villes de Boukhara, Otrar, Tachkent. On peut donc, partant de là, évoquer une même école architecturale, qui se serait constituée dans cette région à partir de la fin du XVIe ou de la première moitié du XVIIe siècle.

  • 28 B. Kazakov, « Zemsko-gorodskaja znat’ feodalnoj Buhary (po dannym sredneaziatskih istoricheskih akt (...)

29La masse considérable de citadins comprenait les nobles féodaux et le clergé musulman. Outre ces propriétaires fonciers, elle comptait aussi des entreprises qui prospéraient dans la ville (caravansérails, boutiques, timcha, ateliers) et s’occupaient de commerce. La documentation témoigne que prenaient part à ces opérations commerciales soit des nobles laïcs soit des clercs. Les cheikhs Juybaris possédaient un grand nombre de propriétés immobilières à Boukhara. Ils organisaient aussi de grandes caravanes commerciales. Les membres de l’aristocratie turco-mongole vaquaient aux mêmes occupations28.

La pénétration des populations nomades dans les villes

30L’avènement des dynasties nomades et l’inondation, par les nomades aussi, des oasis entraînèrent des modifications dans la structure des élites, notamment par la redistribution des propriétés et des postes principaux dans l’administration de l’État. Mais cette question mérite une étude spéciale qui déborde du cadre de notre article.

31Peut-on cependant observer ce processus, qui doit être mis en rapport avec les structures ethniques de la population urbaine, dans les matériaux fiables de l’archéologie et de l’anthropologie ? Nous possédons des données historiques sur la population des villes du Turkestan, ainsi Mahmud b. Vali écrit :

  • 29 Mahmud Ibn Vali, « More tajn otnositelno doblestej blagorodnyh », (extrait), dans Materialy po isto (...)

« Depuis le moment où le sultan Uzbek Khan [XIVe siècle] s’est emparé de l’étendard du pouvoir de l’État et jusqu’à nos jours, les habitants de ce pays s’appellent les Ouzbeks. C’est aussi vrai dans les pays limitrophes du Touran mais, dans les pays éloignés, on appelle les habitants de ces régions, comme autrefois, les Turcs. Ce peuple est célèbre par son mauvais caractère, son habileté, son audace, sa hardiesse29 ».

  • 30 E.A. Smagulov, « K voprosu ob etnicheskoj atribucii kul’tury pozdnesrednevekovogo Otrara », dans Po (...)
  • 31 E.E. Nerazik, « O nekotorih napravlenijah etnicheskih svjazi naselenija Južnogo i Jugo-vostochnogo (...)

32L’archéologie a permis de déterminer la pénétration dans les villes de cette nouvelle composante ethnique venue des steppes : les fouilles d’Otrar ont prouvé la fabrication à grande échelle, à partir du XVIe siècle, de récipients domestiques portant des marques spéciales (tamghâ’)30. Autre indice important de l’influence de cette ethnie nouvellement arrivée sur la vie de cette ville du Syr-Darya : un élément particulier de l’habitat, que l’on retrouve au Khorezm, le système de chauffage par kan (sorte de couloir prolongé sous les banquettes et destiné au passage de la fumée et de la chaleur) et poêles à cheminée courbe près des parois. L’origine de ce système vient des populations nomades du Dasht-e Qipchaq (Ouïghours, Qipchaqs) et il était connu aussi des Ouzbeks du delta de l’Amou-Darya, c’est-à-dire des descendants des tribus arrivées au XVIe siècle de la région occupée par les Ouzbeks sur le Syr-Darya. Ce sont probablement les nomades arrivés avec Sheybani Khan au Mavarannahr qui ont apporté ce système aux villes du Syr-Darya31.

  • 32 M. Dž. Džurakulov, E.G. Nekrasova et T.K. Hodžajev, Pozdnefeodalnyje nekropoli Buhary kak istoriche (...)

33Les renseignements les plus crédibles viennent cependant des études anthropologiques de la population des villes du Moyen Age tardif. Celle menée sur les personnes enterrées dans les cimetières de Boukhara et dans les mausolées et tombeaux familiaux, du point de vue de la structure sociale, permet de conclure qu’à la fin du XVIe siècle, la population urbaine a reçu un apport important de caractères physiques divers, notamment mongoloïde. On a noté ce phénomène en étudiant les Ouzbeks vivant au sud de la mer d’Aral, dans la vallée du Ferghana et l’oasis de Tachkent. Pour l’anthropologue Hodžajev, c’est à partir du XVIe siècle que ce phénomène a commencé32.

34De ce bref aperçu de certains traits de l’urbanisme en Asie centrale à la fin du Moyen Age, on peut conclure que l’avènement de dynasties nomades et la rivalité très forte qui s’ensuivit, pas plus que les conséquences politiques de tous les différends dynastiques des XVe-XVIe siècles, n’ont véritablement entravé le processus de l’évolution des villes de la région. Dans la mesure où l’on n’en construisit pas de nouvelle, la majorité des anciennes villes importantes ont continué à prospérer et poursuivi l’essor qui avait commencé à l’époque précédente, celle des Timourides.

35Cette conclusion s’applique également aux villes du Mavarannahr et à la région du Syr-Darya (le Turkestan) qui, au cours des siècles, sont restées des zones de contact entre sédentaires et nomades. Trois facteurs ont stimulé cette évolution : la situation sur les voies commerciales qui continuaient de fonctionner ou qui ont pris de l’importance, indépendamment de la situation politique ; la proximité des gisements qui fournissaient des matières premières aux artisans urbains ; des échanges très intenses de produits et de matières premières entre nomades et sédentaires. L’arrivée dans les oasis d’une nouvelle vague de populations nomades, malgré les dommages causés à l’agriculture, ne se marqua pas immédiatement dans la vie urbaine, bien que les éléments nouvellement arrivés aient pénétré tout de suite la population urbaine. Quelques éléments de la vie quotidienne appartenant à la culture des tribus nouvelles ont laissé des traces sensibles dans les villes, surtout celles situées dans la zone de contact.

Haut de page

Annexe

Abréviations

HAEE – Horezmskaja Arheologo-Etnograficheskaja Ekspedicija

Ju.TAKE – Južno-Turkmenistanskaja Arheologicheskaja Kompleksnaja Ekspedicija

KSIIMK – Kratkije Soobshchenija Instituta Istorii Material’noj Kul’tury

ONU – Obshchestvennyje Nauki Uzbekistana

SAGU – Sredne-Aziatskij Gosudarstvennyj Universitet

Haut de page

Notes

1 V.V. Bartol’d, Istorija kul’turnoj žizni Turkistana, dans Sochinenija, vol. 2/1, Moscou, 1963 ; Ju. Jakubovskij, Feodalnoe obshchestvo Srednej Azii i ego torgovlja s Vostochnoj Evropoj, X-XV vv., dans Matenaly po istorii Uzbeskoj, Tadžikskoj i Turkmenskoj SSR, partie 1, Leningrad, 1932 ; M.E. Masson, Stolichnyje goroda v oblasti Nizoviev Kashkadar’i s drevnejshih vremen, Tachkent, 1973 ; B.A. Ahmedov, Istoriko-geograficheskaja literatura Srednej Azii, XV1-XVII vv. Pis’mennye pamjatniki, Tachkent, 1985 ; G.A. Pugachenkova et L.I. Rempel’, Istorija iskusstv Uzbekistana, Moscou, 1965 ; R.G. Mukminova, Ocherki po istorii remesla v Samarkande i Buhare v XVI v., Tachkent, 1976 ; ead., Socialnaja differenciacia naselenija gorodov Uzbekistana, Tachkent, 1985 ; A.M. Belenickij, « Organizacija remesla v Samarkande XV-XVI vv. », dans KSIIMK, vol. 6, Moscou, 1940 ; EA. Davidovich, Istorija denežnogo obrashchenija srednevokogoj Srednej Azii, Moscou, 1983 ; O.A. Suhareva, K istorii gorodov Buharskogo hanstva, Tachkent, 1958 ; ead., Kvartal’naja obsbchina pozdnefeodal’nogo goroda Buhary (v svjazi s istoriej kvartalov), Moscou, 1976.

2 Suhareva, K istorii gorodov.

3 Ibid., p. 59.

4 Zajn ad-Din Vasifi, Bada’i al-vaqa’i, éd. A. Boldyrev, vol. 1, Moscou, 1961 (2e édition), p. 385.

5 R.G. Mukminova, « Iz istorii pozdnesrednevekovogo Tachkenta », ONU 11, (1981), p. 40.

6 M.I. Filanovich, « Tachkent, gorod na severo-vostochnyh granicah imperii Timura », ONU 7-10 (1996), p. 86.

7 M.E. Masson et G.A. Pugachenkova, « Shahrisjabz pri Timure i Ulugbege », dans Trudy SAGU, vol. 61, Tachkent, 1953, p. 30-32.

8 Z.I. Usmanova, « Arheologicheskoe izuchenie Shahrisjabz », dans Srednevekovaja gorodskaja kul’tura Kazahstana i Srednej Azii, Alma Ata, 1983, p. 214.

9 Materialy po istorii kazahskih khanstv XV-XVIII vv., Alma-Ata, 1969, p. 353.

10 K.A. Pishchulina, « Prisyrdar’inskie goroda i ih znachenie v istorii kazahskih hanstv v XV-XVV vv. », dans Kazahstan v XV-XVIII vv., Alma-Ata, 1969, p. 42.

11 K.A. Akishev, K.M. Bajpakov et L.B. Erzakovich, Pozdnesrednevekovyj Otrar (XVI-XVIII vv.), Alma-Ata, 1981, p. 135.

12 A.M. Belenickij, I.B. Bentovich et O.G. Bol’shakov, Srednevekovyj gorod Srednej Azii, Leningrad, 1973, p. 24.

13 O.A. Suhareva, Buhara XIX-nach. XX vv. : Pozdnesrednevekovyj gorod i ego naselenie, Moscou, 1966, p. 86.

14 Suhareva, Kvartal’naja obshchina, p. 17.

15 M.I. Filanovich, Tashkent, p. 87 ; ead., « Materialy k istoricheskoj topografii srednevekovogo Tashkenta », dans Arheologicheskije raboty na novostroikah Uzbekistana, Tachkent, 1990, p. 43-50.

16 R.G. Mukminova, « Remeslo i remeslenniki vo vremena Timura i Timuridov », ONU 7-10 (1996), p. 73.

17 Filanovich, Tashkent, p. 87.

18 Suhareva, Kvartal’naja obshchina, p. 288-289.

19 S.B. Lunina, « Goncharnoe proizvodstvo v Merve, X-nach. XIII vv. », dans Trudy Ju.TAKE, vol. 11, Achgabat, 1961, p. 217 et suiv.

20 P.M. Bajpakov, « Goncharnoe remeslo v pozdnesrednevekovom Otrare », dans Srednevekovaja gorodskaja kul’tura Kazahstana i Srednej Azii, Alma-Ata, 1983, p. 17 et suiv.

21 Belenickij, « Organizacja remesla v Samarkande », p. 46.

22 I.M. Džabarov, « Novye materialy k istorii goncharnogo remesla v Horezme », dans Keramika Horezma, Trudy HAEE, vol. 4, Moscou, 1959, p. 394-395.

23 Akishev, Bajpakov et Erzakovich, Pozdnesrednevekovyj Otrar, p. 196.

24 K.A. Akishev, K.M. Bajpakov et L.B. Erzakovich, « Žilishche pozdnesrednevekovogo Otrara (XVI-XVIII w.) », dans Žilishche narodov Srednej Azii i Kazahstana, Moscou, 1982, p. 126.

25 Mukminova, Socialnaja diferenciacija, p. 35.

26 R.R. Rahimov, Mužskie doma v tradicionnoj kul’ture Tadžikov, Leningrad, 1990, p. 55.

27 A.N. Boldyrev, Zajn ad-Din Vasifi, tadžikskij pisatel’ XVI v., Stalinabad, 1957, p. 108.

28 B. Kazakov, « Zemsko-gorodskaja znat’ feodalnoj Buhary (po dannym sredneaziatskih istoricheskih aktov) », dans Pozdnefeodalnyj gorod Srednej Azii, Tachkent, 1990, p. 179-180.

29 Mahmud Ibn Vali, « More tajn otnositelno doblestej blagorodnyh », (extrait), dans Materialy po istorii Srednej i Centralnoj Azii, X-XX vv., Tachkent, 1988, p. 246 (traduction de l’auteur).

30 E.A. Smagulov, « K voprosu ob etnicheskoj atribucii kul’tury pozdnesrednevekovogo Otrara », dans Pozdnefeodalnyj gorod Srednej Azii, Tachkent, 1990, p. 212-215.

31 E.E. Nerazik, « O nekotorih napravlenijah etnicheskih svjazi naselenija Južnogo i Jugo-vostochnogo Priaralija », dans Istorija, arheologija i etnografija Srednej Azii, Moscou, 1968, p. 204 ; S.M. Ahindžanov et L.B. Erzakovich, « K voprosu o proishoždenii kanov na Syrdar’e », dans Izvestija Akademii Nauk Kazahskoj SSR, vol. 2, Alma-Ata, 1972, p. 64-69.

32 M. Dž. Džurakulov, E.G. Nekrasova et T.K. Hodžajev, Pozdnefeodalnyje nekropoli Buhary kak istoricheskij istochnik, Samarcande, 1991, p. 45-46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Margarita Filanovič, « Traits principaux de l’urbanisme dans le Mavarannahr et le Turkestan à la fin du XVe et au XVIe siècle », Cahiers d’Asie centrale, 3/4 | 1997, 169-182.

Référence électronique

Margarita Filanovič, « Traits principaux de l’urbanisme dans le Mavarannahr et le Turkestan à la fin du XVe et au XVIe siècle », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 3/4 | 1997, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/486

Haut de page

Auteur

Margarita Filanovič

Institut d’Archéologie de l’Académie des Sciences, Tachkent, Ouzbékistan (IFEAC, chercheur associé)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org