Navigation – Plan du site
Dossier. Inde-Asie centrale : routes du commerce et des idées
Vue de l’extérieur

Les routes d’Asie centrale d’après le Cihân-Nümâ de Kâtib Çelebî

Jean-Louis Bacqué-Grammont
p. 311-322

Texte intégral

1Également connu sous le nom de Ḥâcî Ḫalîfe, Kâtib Çelebî (1609-1657) se présente comme un personnage atypique dans le milieu des lettres et du savoir de son temps. Au contraire de son contemporain Evliyâ Çelebî dont les dix tomes du Seyâḥat-nâme relatent près d’un demi-siècle de voyages continuels, ce fonctionnaire de la bureaucratie militaire n’eut du monde une expérience pratique qu’à l’occasion des campagnes auxquelles ses fonctions le contraignirent à prendre part. Mais sa curiosité s’étendant aux hommes et à la Terre entière put se satisfaire dans le travail impressionnant qu’il accomplit entre-temps dans son cabinet d’Istanbul : plus d’une vingtaine d’ouvrages, certains fort volumineux, allant de dictionnaires biographiques à l’histoire des campagnes navales des Ottomans en passant par l’encyclopédie géographique que nous allons évoquer ici : le Kitâb-i Cihân-nümâ, « le livre qui montre le monde » que les orientalistes de jadis traduisaient naturellement par Cosmorama.

2À de nombreux points de vue, le Cihân-Nümâ revêt une importance considérable, insuffisamment soulignée jusqu’ici, à notre avis du moins. Tout d’abord du fait de sa conception à la fois traditionnelle et novatrice. Si les géographes arabes et persans des siècles précédents avaient élaboré un genre littéraire qu’on peut qualifier d’encyclopédique – et que le Cihân-Nümâ continue à sa manière –, chacun d’eux puisait ses informations dans deux types de sources : les œuvres d’auteurs musulmans ou acceptés par la tradition musulmane, tel Ptolémée, d’une part, des témoins parmi leurs propres contemporains musulmans d’autre part. C’est là que Kâtib Çelebî introduit une audacieuse nouveauté : le recours aux acquits de la science géographique de l’Europe occidentale de son temps, se faisant traduire divers ouvrages du latin – ceux de Mercator en particulier – ou d’autres langues.

3Non moins audacieuse pour l’époque est ce qui, dans les lettres et les sciences ottomanes, doit constituer l’une des premières manifestations d’esprit critique, en faisant appel à la comparaison et au bon sens. En fait, s’agissant de la connaissance objective du monde, le propos mord bientôt sur le terrain des vérités admises sinon par le dogme, au moins grâce à la sanction d’une tradition indiscutée jusque-là. On peut ainsi apprécier en mainte occasion l’habileté avec laquelle Kâtib Çelebî parvient à concilier – du moins en apparence – les impératifs de sa critique et ceux d’une orthodoxie religieuse occasionnellement tatillonne :

« Puisse l’avertissement qui suit être entendu ! Une Tradition (ḥadîṯ) véridique du Prophète est parvenue, selon laquelle le Seyḥûn, le Ceyḥûn, le Nil et l’Euphrate font partie des fleuves du Paradis et, à leur origine, coulent depuis le dessous du Lotus du septième Ciel (sidretü-l-müntehâ). Parmi les commentateurs, les uns attribuent aux fleuves susdits un sens figuré du point de vue de la Foi et de l’Islam, d’autres affirment que telle est la vérité. Dans le commentaire du Müslim, Ḳâḍî ‘Iyâz choisit la première alternative : comme, pour la plupart, les fleuves susdits ne deviennent de grands fleuves que dans les pays islamiques, que ceux qui boivent [leur eau] sont des musulmans pour la plupart et que, de ce fait, en grandissant, la plupart des musulmans deviennent des compagnons du Paradis, [ces fleuves] ont donc dû sortir du Paradis, ou bien leur origine doit être l’endroit du Lotus. Dans ce cas, le doute est écarté et il n’est plus nécessaire de choisir. Mais, pour sa part, Imâm Nevevî attribue une autre raison à la vérité. Il dit que nous ignorons comment ce qui est à l’origine de ces quatre fleuves peut descendre sous le Lotus par l’intérieur de la terre, de quelle manière ils descendent et comment chacun d’eux prend ensuite une direction. Ce qui est requis par l’aspect de cette Tradition est que rien ne s’y oppose, ni du point de vue de la raison, ni de celui de la Loi canonique. Mais on dit qu’il ne livre pas ce qui s’oppose à ce qu’on dise que rien ne s’y oppose du point de vue de la raison, car la cause rationnelle de l’existence de ces fleuves est différente. Au total, comme le sujet susdit est porteur de discussion aux longs appendices, que ceux qui le souhaitent en ouvrent la porte ! »

4Après une introduction, détaillée et généreusement illustrée, aux principes de la science géographique de l’Europe nouvelle, le Cihân-Nümâ entreprend une description minutieuse de la surface de la Terre, deux zones en étant toutefois absentes. Il faut, en effet, rappeler que l’ouvrage est resté inachevé à la mort de l’auteur – ce qui nous prive du chapitre sur l’Europe occidentale –, mais aussi qu’il avait été précédé par une première version consacrée aux provinces européennes de l’Empire ottoman, qu’on ne trouve pas dans la seconde.

5D’autre part, après la mort de Kâtib Çelebî, sa grande œuvre géographique demeurée assez confidentielle devait connaître un avatar lui conférant une place particulièrement importante dans l’histoire culturelle de l’Empire ottoman. Lorsque, sous l’impulsion d’un groupe de hauts fonctionnaires de la Porte acquis à l’idée de l’ouverture vers l’Occident, le Hongrois converti Ibrâhîm Müteferriḳa créa à Istanbul la première imprimerie turque à caractères mobiles, le Cihân-Nümâ fut l’un des ouvrages qu’il choisit d’éditer en priorité, sur les conseils et avec l’aide de hautes personnalités inattendues qu’il remercie dans la préface : les şeyü-l-îslâm ‘Abdu-Llâh Efendî et Dâmâd-zâde Şeyḫ Aḥmed Efendî. Ainsi multiplié en 1732 grâce à l’imprimerie, le Cihân-Nümâ – comptant dans cette édition plus de 700 pages et enrichi d’interpolations dûment signées par Ibrâhîm Müteferriḳa – allait devenir pour plusieurs décennies l’ouvrage géographique de référence des gouvernants et des savants ottomans. L’audience dont il jouit alors ne faisant guère de doute, l’exact et l’inexact que l’on y trouve pèsent donc d’un poids particulier.

6Or, si l’on peut accorder du crédit à la description des régions centrales du monde islamique, sous autorité ottomane pour la plupart d’entre elles, et à celle des terres les plus lointaines dont la majeure partie des sources est d’origine européenne occidentale, d’autres zones sont présentées de manière curieusement déformée : celles dont ni les Ottomans ni les Européens n’avaient alors une connaissance pratique de la situation du moment.

7L’une de ces aires géographiques imprécises est l’Asie centrale avec ses prolongements sibériens, à propos desquels on voit s’entremêler imprécisions, erreurs, contradictions et anachronismes. D’après les noms des auteurs et des ouvrages invoqués comme sources, on constate que sont mis sur le même plan Yâḳûtî, Mas‘ûdî, Ibn Ḥawkal, Ḥamdo-Llâh Mostowfî et Bâbur, par exemple. D’où une sorte de patchwork chronologique où les Khazars se trouvent contemporains des Uzbeks, avec leur nom noté de tant de manières différentes qu’il en résulte un nombre excessif de mers Caspiennes : baḥr-i azar, baḥr-i azez, baḥr-i aziziâv, baḥr-i Aḥẓar, entre autres, sans compter Hirḳânûm, Ḳâspiyûm, etc.

8À côté des Khazars, l’auteur cite, sans se demander s’ils existent vraiment encore et au même endroit, les Bulgares de la Volga, les Kimek, les Comans (Ḳômânî) et autres Polovtses (Pôlôzî), en arrière-plan de la prise de Kazan par le dûḳa de Moscou Cuvânes, que le lecteur pourrait croire différent du dûḳa Demetriyôs, conquérant d’Astrakhan mentionné non loin de là.

9D’une manière générale, le chapitre 37, sur le Turkestan et la Grande Plaine (Deşt-i Kebîr), apparaît comme l’un des moins fiables de l’ouvrage. Mais on ne saurait reprocher à l’auteur d’ignorer l’étendue de la Sibérie ou la position exacte de l’océan Arctique. En revanche, la longue digression sur « Les Yâ’cûc, les Mâ’cûc et la muraille du Biscornu » (Iskender Ẕû-l-ḳarneyn) constitue un morceau de critique rationnelle des sources dont, jusqu’alors, on n’avait guère l’habitude dans les littératures du monde islamique.

10Le même esprit critique préside à l’exposé sur les cours inférieurs respectifs du Seyḥûn et du Ceyḥûn, à juste raison puisque ce dernier avait changé depuis le temps des premiers géographes arabes. Mais Kâtib Çelebî ne parvient pas à se faire une idée précise sur la mer d’Aral : le « lac du Ḫârzem » est manifestement le même dans les chapitres sur la Transoxiane et le Ḫânzm, et il correspond bien au « lac de Kitây » du chapitre sur le Turkestan, mais l’auteur ne tire pas de cette triple équation les résultats qu’on pourrait en attendre.

11En ce qui concerne les routes, les trois chapitres mentionnés offrent une riche matière, tant en ce qui concerne la toponymie que les distances, comme le montre le document présenté en annexe. Toutefois, un rapide examen révèle que beaucoup de ces noms de lieux sont malaisés à identifier. Ici aussi, l’auteur a dû amalgamer des données tirées de sources excellentes, mais d’époques trop diverses pour qu’on puisse admettre sans examen rigoureux que tous ces itinéraires étaient réellement empruntés à la même époque : la sienne. Il conviendrait donc de remonter à l’origine de chacune de ces informations, ce qui n’est guère envisageable à court terme dans un cadre autre que collectif. Il convient aussi de garder présent à l’esprit le fait qu’à travers le Cihân-Nümâ, la Chine du Nord était, pour un vizir ottoman du XVIIIe siècle, distante d’une centaine d’étapes de la Kachgharie, après le temps paisible d’Uluġ Beg où, depuis Samarcande, deux mois suffisaient encore. On notera aussi l’absence d’itinéraires vers les territoires safavide et moscovite. Quant à la route de l’Inde, une seule apparaît si l’on passe au chapitre sur le Badakhchan et le pays de Kaboul pour trouver la suite.

12Enfin, les cartes figurant dans l’édition d’Ibrâhîm Müteferriḳa comportent des échelles où l’on trouve des équivalences d’unités de longueur fort utiles pour notre propos. On constate ainsi, d’après la carte de Turkestan, que 22 parasanges (fersa) 66 mîl = 3 étapes (merḥale) = 20 heures (sâ’at). Ailleurs, la carte de la Méditerranée porte un cartouche d’après lequel 66 mîl-i islâmiyân – 20 mîl-i frânçe = 60 mîl-i itâliyân.

Caravanes en Asie centrale

Caravanes en Asie centrale

N° 0-39615

N° 0-98084

photographies conservées au Central’nyj Gosarhiv Kinofotofonodokumentov Uzbekskoj SSR, Tachkent, Ouzbékistan

Haut de page

Annexe

MESÂLIK-I MÂ-VERÂ’-NNEHIR

Semerḳanddan Balḫa Şehr-i Sebz ve ḳaṣaba-i Şeyḫ Ṣâdik ve ḳaṣaba-i Dih-i Nev ve ḳaṣaba-i Ṣafâ ve ḳaṣaba-i Bûyâ ve Tirmiẕ ve Balḫ birer merḥale dir
Semerḳanddan Üsrûşene iki merḥale ve Ferġâna otuz beş fersaḫ-dir
râh-i Ferġâna Ceyḥündan ibtidâ olunsa Tirmiẕden Bîkend ve Ṭavâvîs ve Kermîne ve Debûsiye ve Semerḳand ve Esârkît ve Ribâṭ ve Suġd Câc yoli bu menzilden ayrilur ve Merzġid ve Zâmîn Benâkes yoli buradan ayrilur ve Sâbâṭ ve Özkend ve Sâvket ve Ḫucend ve Kende ve Sûḫ ve Rûstây ve Rîzvâmiş ve Ḳubâ ve Evş ve Özkend birer merḥale dir
râh-i Câc ser-ḥadd-i Islâma varinca evvelâ Atârkîden Ḳaṭrân Dere ve gérü Atârkîden Ḥarfân ve Dîzek ve Şaḳḳ-i Ḥüseyn ve Üstûrket ve Seket ve Ribâṭ-i Abû-l-’Abbâs buna Aykir daḫi dérler ve ‘Adkez ve Isbîcâb ve Bâḥkes cümle birer merḥale dir andan Ṭirâz iki merḥale araliḳda şenlik yoḳ-dur kenâr-i Ceyḥündan gidilürse Ṭirâza varinca yigirmi iki merḥale dir
ve Semerḳanddan Ḫârzeme ma’mûreden gidilürse on iki merḥale dir Âmûdan Vîze ve Merd ve Pîn ve Esyâs ve Ma’ân ve Ṭâhiriyye ve ‘Âne ve Ciger-bend ve Sedv ve Hezâr-esb birer merḥale dir
râh-i Bedaḥşân Menekden Köbri alti merḥale andan Vaḫş-âb ve Eberkend ve ‘Alâverd ve Helîk ve Menek ikişer merḥale dir rûstâ-yi Menek güẕergâh-i Bedaḫşân-dir

[MESÂFÂT]

Tirmiẕden Ḥaremenkân ve Dar-i Zengî birer merḥale andan ve Caġanyân ve Cenge ve Şûmâna ikişer merḥale andan Eyü-nân ve Pişkirü ve Pül-i Sengîn ve gérü Eyü-nândan Îlaḳ ve Derbend birer merḥale andan Gâvgeliẓ iki merḥale andan Caġanyân üc merḥale dir
mesâfât-i Buḫârâ Abû Muḥkesden [363] Bîkend birer merḥale ve Ḥacâre üc fersaḫ-dir şehirden Ma’ân beş ve Zübde dört ve Ṭavâvîs dört ve Bedmâ Muḫkes bir fersaḫ-dir
mesâfât-i Suġd ve Semerḳand
Semerḳanddan Asârîkes dört andan Red’as dört andan Baḥîkes ṭoḳuz
ve Semerḳanddan Devân iki andan Gîver Muḥkes iki
Semerḳanddan Isbîcer yedi andan Kâsân beş ve Zerḳân üç ve Kâsândan Erhecer iki fersaḫ-dir
mesâfât-i Keyş ve Naḫşeb mâ-beyni üç merḥale
Keyşden Caġanyân alti merḥale ve Yüket beş merḥale ve Sûye iki merḥale dir
Naḫşebden Keyşte dört fersaḫ-dir ve Bezde alti fersaḫ-dir
mesâfât-i Üsrûşene Ḥarḳânadan Direk beş fersaḫ andan Zâmîn ṭoḳuz andan Sâbâṭ üç fersaḫ-dir
Üsrûşeneden Da’kes râh-i Ḫucend üzerinde üç fersaḫ andan Ḫucend ve ‘Irk alti fersaḫ-dir
mesâfât-i Şâş ve Isbîcâb Benâkesden Ḫarsîkes bir fersaḫ andan Sûrket üç fersaḫ andan Dihḳânet iki andan Bârânket bir andan Benkes iki andan Caġarket iki Firmket iki fersaḫdir ve Ebrûket ve Ketâl ve ‘Advâl ve Kefrene ve Ecbûrîn birer merḥale dir
Rûd-i Îlâk ile Rûd-i Câc arasinda Yükik cânib-i ġarbîsinde Balḫ îrmaḳlari ṭûlen ve ‘arẓen beş fersaḫ-dir Ḥabâbaḥkesden Rûd-i Câc iki fersaḫ andan Bîket üç andan ḥudûd-i sekene bir Ḥâbûrket üç Ḥûmânket dört fersaḫ-dir
Bîkendden îsbîcâb dört merḥale andan Bîket iki merḥale
Sâbîkendden Fârâb iki merḥale Sâvġardan Ṣayran birer merḥale-dir
Aḫsîkesden Kâsân beş fersaḫ ve ser-ḥadd ṭoḳuz fersaḫ-dir
Ḳubâdan Esîḳân üç fersaḫ andan kenâr-i rûd yedi fersaḫ ser-ḥaddan Mekâḥis beş fersaḫ ve Evâl on fersaḫ dir Ḳubâdan şehr-i Ma’an yedi fersaḫ-dir

ROUTES DE LA TRANSOXIANE

De Samarcande à Balh
Şehr-i Sebz, les bourgades de Şeyḫ Ṣâdik, de Dih-i Nev, de Ṣafâ et de Bûyâ et Tirmiẕ et Balḫ sont chacune à une étape (merḥale)
De Samarcande à Üsrûşene
Il y a deux étapes et le Ferġâna se trouve à 35 parasanges (fersaḫ).
Route du Ferġâna
Si on la fait commencer au Ceyḥûn et à Tirmiz :

  • Bîkend,

  • Ṭavâvîs,

  • Kermîne,

  • Debûsiye,

  • Samarcande,

  • Esârkît,

  • Ribâṭ,

  • Suġd (c’est à cette étape que se trouve l’embranchement de la route de Câc),

  • Merzġid

  • Zâmîn (c’est à cette étape que se trouve l’embranchement de là route de Benâkes).

  • Sâbâṭ,

  • Özkend,

  • Sâvket,

  • Hucend,

  • Kende,

  • Sûḫ,

  • Rûstây,

  • Rîzvâmiş,

  • Kubâ,

  • Evş et Özkend se trouvent chacun à une distance d’une étape.

Route de Câc
Jusqu’à la limite [des terres] de l’islam, il y a, à partir d’Atârki, Ḳaṭrân Dere. De nouveau à partir d’Atârkî : Ḥarfân, Dîzek, Şaḳḳ-i Ḥüseyn, Üstûrket, Seket, Ribâṭ-i Abû-l-’Abbâs qu’on appelle aussi Ayḳir, ‘Adkez, îsbîcâb et Bâḥkes, chacun étant distant [de l’autre] d’une étape. De là, Ṭirâz se trouve à deux étapes et il n’y a ni construction ni culture entre les deux. Si l’on va par la rive du Ceyḥûn, il y a 22 étapes jusqu’à ce qu’on parvienne à Ṭirâz.
Si l’on va de Samarcande au Ḫârzem en passant par le pays habité, il y a douze étapes. Depuis l’Âmû, Vîze, Merd, Pîn, Esyâs, Ma’ân, Ṭâhiriyye, ‘Âne, Ciger-bend ve Sedv et Hezâr-esb se trouvent chacun à une distance d’une étape.
Route du Badakhchan
Via Menek, Köbri est à six étapes. De là, Vaḫş-âb, Eberkend, ‘Alâverd, Helîk et Menek se trouvent chacun à deux étapes. Le village (rûstâ) de Menek est le point d’accès (güẕergâh) au Badakhchan.

[DISTANCES]

Depuis Tirmiẕ
Ḥaremenkân et Dâr-i Zengî se trouvent chacun à une étape. Caġanyân, Cenge et Şûmâna, deux étapes chacun. De là, Eyü-nân, Pişkirü, Pül-i Sengîn, puis de nouveau, depuis Eyünân, Îlaḳ et Derbend à une étape chacun. De là, Gâvgeliẓ, deux étapes. De là, Caġanyân, trois étapes.
Distances de Boukhara
Via Abû Muḥkes, Bîkend, une étape, Ḥacâre trois parasanges. De la ville à Ma’ân, cinq [parasanges], Zübde quatre, Ṭavâvîs quatre, Bedmâ Muḥkes une.
Distances de Suġd et de Samarcande
De Samarcande, Asârîkes à quatre parasanges, Red’as quatre, de là, Baḥîkes, neuf.
De Samarcande, Devân à deux [parasanges], de là, Gîver Muḥkes, deux.
De Samarcande, Isbîcer à sept [parasanges], de là, Kâsân cinq, Zerḳân trois, et deux de Kâsân à Erhecer.
Distances de Keyş et de Naḫşeb Il y a trois étapes entre elles.
De Keyş à Caġanyân, six étapes, cinq jusqu’à Yüket et deux jusqu’à Sûye
De Naḫşeb à Keyş, quatre parasanges, et six jusqu’à Bezde.
Distances d’Üsrûşene
Via Harkâna, Direk à cinq parasanges, de là, Zâmîn à neuf et de là Sâbâṭ à trois. — D’Üsrûşene à Da’kes, par la route de Ḫucend, trois parasanges, de là, Ḫucend et ‘Irḳ à six.
Distances de Şâş et d’Isbîcâb
Via Benâkes, Ḥarsîkes à une parasange, de là, Sûrket à trois, de là, Dihḳânet à deux, de là, Bârânket à une, de là, Benkes à deux, de là, Caġarket à deux, de là, Firinket à deux, Ebrûket, Ketâl, Advâl, Kefrene et Ecbûrîn à une étape chacune.
Entre la rivière d’Îlâḳ et celle de Câc, les rivières de Balḫ, du côté occidental de Yükik, s’étendent sur cinq parasanges en longitude et en latitude. Via Ḥabâbaḥkes, la rivière de Câc se trouve à deux parasanges, de là, trois jusqu’à Bîket, de là, une jusqu’à la limite des terres habitées, trois jusqu’à Ḥâbûrket et quatre jusqu’à Ḥûmânket.
De Bîkend à Isbîcâb
Quatre étapes, de là, deux jusqu’à Bîket.
De Sâbîkend à Fârâb
Deux étapes, par Sâvġar jusqu’à Ṣayran, une étape entre chacune.
D’Aḥsîkes à Kâsân
Cinq parasanges, et neuf jusqu’à la limite.
De Kubâdan à Esîkân
Trois parasanges, de là, sept jusqu’à la rive du fleuve, cinq de la limite à Mekâḥis, dix jusqu’à Evâl, sept de Ḳubâ jusqu’à la ville de Ma’an.

MESÂLIK-I ḪÂRZEM

Gürgencden Semerḳand on merḥale ve Nesâ on merḥale dir bu yol çöl ve ḳumsal olub iki üç ḳonaḳda bir su bulunur ve Ḫorâsân şehirlerinden Merv yüz yigirmi dört fersaḫ-dir
bu ṭarîḳ-la Gürgâncdan Sûrâvân alti fersaḫ
andan Enderâbân iki fersaḫ
andan Mâr-i Ḥasmeyn alti fersaḫ
andan Dîh-i Azraḳ yedi fersaḫ
andan Hezâr-esb on fersaḫ
andan Sendebûr on fersaḫ
andan Ribâṭ-i Dehân-i Şîrt dört fersaḫ maḥall-i mezbûr iki ṭaġ arasi teng vâdî-dir nehri Ceyḥûn andan ‘azîm ṣît ü ṣedâ ile geçer işidenleri mebâbet aḫẕ eder
andan Şehr-i Ḥafr-bend beş fersaḫ
andan Der’ân yedi fersaḫ âḫir ḥadd-i Ḫarezm-dir
andan Ribâṭ-i Bûh on fersaḫ
andan Ṭâhirî on fersaḫ
andan Seng-âbad alti fersaḫ
andan Ribâṭ-i Nûşager yedi fersaḫ bu maḥallde iki bin kulac ḳadar zemîn rîg-i revândir
andan Çâh-i bîrîn yedi fersaḫ
andan Ribâṭ-i Sûrân sekiz fersaḫ andan Abdân Genc sekiz fersaḫ andan Dîh-i Saḳrî iki fersaḫ andan Merv beş fersaḫ-dir

ROUTES DU ḪARIZM

De Gürgenc à Samarcande
Dix étapes, dix jusqu’à Nesâ. Cette route passe par le désert et des lieux sableux, on trouve un ruisseau toutes les deux ou trois étapes. Parmi les villes du Ḫorâsân, Merv se trouve à 124 parasanges.
Par cette route, il y a :
six parasanges de Gürgânc à Sûrâvân
de là jusqu’à Enderâbân, deux parasanges
de là jusqu’à Mâr-i Ḥasmeyn, six
de là jusqu’à Dîh-i Azraḳ, sept
de là jusqu’à Hezâr-esb, dix
de là jusqu’à Sendebûr, dix
de là jusqu’à Ribâṭ-i Dehân-i Şîrt, quatre. L’endroit susdit est une vallée étroite entre deux montagnes. Le fleuve Ceyḥûn y passe à grand bruit et fracas, saisissant d’effroi ceux qui l’entendent.
de là jusqu’à la ville de Ḥafr-bend, cinq parasanges
de là jusqu’à Der’ân, sept. C’est la limite finale du Ḫarezm
de là jusqu’à Ribâṭ-i Bûh, dix parasanges
de là jusqu’à Ṭâhirî, dix.
de là jusqu’à Seng-âbâd, six
de là jusqu’à Ribâṭ-i Nûşager, sept. À cet endroit, le sol est fait de sable mouvant sur [une étendue de] deux milles brasses (ḳulac)
de là jusqu’à Çâh-i bîrîn, sept,
de là jusqu’à Ribâṭ-i Sûrân, huit,
de là jusqu’à Abdân Genc, huit,
de là jusqu’à Dîh-i Sakrî, deux,
de là jusqu’à Merv, cinq.

MESÂLIK-I TÜRKISTÂN

Selefde Ḫotandan Ḫiṭâya on dört günde varilur idi ve bu mâ-beyin nev’en şenlik idi ḫalḳ ḳâfileye muḥtâc olmayub bir iki nefer gider idi ḥâlâ ol râh Ḳalmâḳ istîlâsi île baġlanub münsedd oldi şimdi gitdikleri yol yüz menzil-dir Uluġ Beg élçisi Ḫâca Ġiyâs rivâyeti ile ol ṭarîḳ Semerkandan iki ayda çülgâh-i Yilduza uçünci ay avâḫirinda Ṭurḳân nâm şehre andan yigirmi merḥalede Ḳâmil nâm şehre andan yigirmi beş merḥalede ser-ḥadd-i Ḫitây olan derbend-i Sekcûya varilur mâ-beyin cümle bî-âbân-dir.
ve Türḳistân dâr-i mülki olan Kâşġardan Semerḳand otuz merḥale ġarba ve Lâhûr yigirmi dört merḥale cenûba ve Yasidan Semerḳand on yedi merḥale ve Buḫârâ yigirmi beş merḥale ve Tâşkend ṭoḳûz yâ on merḥale dir ve Tâşkendden Semerḳand ġarba alti merḥale ve Endicân yedi merḥale ve Endicândan Moġôlistân sekiz merḥale andan Ṭürḳân on merḥale dir

ROUTES DU TURKESTAN

Autrefois, on allait de Ḫotand au Ḫiṭây en quatorze jours. L’espace entre les deux était plus ou moins peuplé et cultivé. Les gens n’avaient pas besoin de caravane et une ou deux personnes faisaient la route. À présent, cette route a été coupée du fait de l’invasion des Kalmouks. Maintenant, la route qu’on emprunte est de cent étapes (menzil). D’après ce que narrait Ḫâca Ġiyâs, ambassadeur d’Uluġ Beg, depuis Samarcande, on parvenait en deux mois au district (çülgâh) de Yilduz, à la ville appelée Ṭurḳân dans la dernière décade du troisième mois, de là, en vingt étapes, à la ville appelée Ḳâmil, de là, en vingt-cinq étapes, au défilé de Sekcû qui est la limite du Ḫiṭây. Tout l’espace intermédiaire est un désert.
De Kâşġar qui est la capitale (dâr-i Mülk) du Turkestan, Samarcande se trouve à trente étapes à l’ouest, Lahore à vingt-quatre étapes au sud. De Yasi à Samarcande, il y a dix-sept étapes, vingt-cinq jusqu’à Boukhara, neuf ou dix jusqu’à Tâşkend. De Tâşkend, Samarcande est à six étapes à l’ouest et Endicân à sept étapes. D’Endicân au Moġölistân, il y a huit étapes et, de là, dix étapes jusqu’à Ṭürḳân.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Caravanes en Asie centrale
Légende N° 0-39615
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende N° 0-94348
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende N° 2-12134
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende N° 0-93922
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende N° 0-98084
Crédits photographies conservées au Central’nyj Gosarhiv Kinofotofonodokumentov Uzbekskoj SSR, Tachkent, Ouzbékistan
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/454/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Bacqué-Grammont, « Les routes d’Asie centrale d’après le Cihân-Nümâ de Kâtib Çelebî », Cahiers d’Asie centrale, 1/2 | 1996, 311-322.

Référence électronique

Jean-Louis Bacqué-Grammont, « Les routes d’Asie centrale d’après le Cihân-Nümâ de Kâtib Çelebî », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 1/2 | 1996, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/454

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Bacqué-Grammont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org