Navigation – Plan du site
Dossier. Inde-Asie centrale : routes du commerce et des idées
Lectures politiques de l’Asie centrale

Du bond en avant au retour en arrière, évolution de la perception indienne de l’Asie centrale au cours du XXe siècle

Gilles Boquerat
p. 283-296

Texte intégral

1La réémergence de l’Asie centrale en tant qu’entité géopolitique distincte aux portes de l’Asie du Sud prit les dirigeants indiens au dépourvu. Ceux-ci s’étaient fort bien accommodés de la « neutralisation » de cette région durant la période soviétique. Si les liens historiques avaient pâti de la relative inaccessibilité de l’Asie centrale, New Delhi, fort de l’excellence de ses relations avec Moscou, à partir du milieu des années cinquante, pouvait au moins se féliciter de ce que l’Asie centrale ne fît planer aucune menace de déstabilisation. On était bien loin du « Grand Jeu » et de la lutte d’influence à laquelle se livrèrent Britanniques et Russes au nord et au sud de l’Oxus (Amou-Daria) au XIXe siècle. L’appartenance de l’Asie centrale à l’Empire soviétique avait été aussi interprétée positivement par le mouvement nationaliste indien qui vit, après la Révolution de 1917, une source d’inspiration dans les réformes sociales et économiques qui y furent menées. L’Asie centrale paraissait promise à un bond en avant au moment où le peuple indien luttait pour se libérer d’un colonisateur jugé responsable du sous-développement du pays.

2Or, la disparition de l’Union soviétique a non seulement remis en cause l’équilibre des grands ensembles mais aussi signifié le discrédit d’une idéologie, le communisme. La lecture indienne de l’Asie centrale se devait donc d’évoluer. Là où il y avait un modèle éventuel de développement, il y a maintenant, au cœur du continent euro-asiatique, de nouveaux États soucieux d’affirmer leur identité nationale mais aussi fragilisés économiquement et directement confrontés à la résurgence des conflits ethniques et religieux qui marquent le monde de l’après-guerre froide. Cela appelait les dirigeants indiens à un retour en arrière sur une perception d’abord géostratégique de l’Asie centrale, une primauté qui était celle du gouvernement britannique en Inde au siècle précédent.

La place de l’Asie centrale dans le mouvement nationaliste indien

  • 1 Report of the Proceedings of the Third Session of The Indian National Congress, p. 149 ; cité par S (...)

3Lorsque le Congrès national indien, qui devait mener le combat pour l’indépendance, naquit en 1885, la Russie avait déjà assis son contrôle sur l’Asie centrale et se trouvait aux portes de l’Afghanistan, ayant conquis tour à tour l’émirat de Boukhara en 1868 et le khanat de Khiva en 1873, annexé le khanat de Kokand en 1876 et finalement pris possession des régions turkmènes de Merv en 1884 et de Pandjeh l’année suivante. Alors qu’au début du XIXe siècle, plus de 3 500 kilomètres séparaient les empires russe et britannique en Asie, à la fin du siècle, l’espace séparant les deux empires n’était plus que de quelques centaines de kilomètres, voire quelques dizaines de kilomètres dans l’appendice de Wakhan. Pour autant le Congrès national indien, qui n’avait alors d’autre prétention que d’introduire des réformes administratives, constitutionnelles et économiques dans le cadre de l’Empire, refusa de céder à la russophobie du gouvernement britannique à Londres et à Calcutta. En 1887, un de ses principaux dirigeants, Bepin Chandra Pal, devait s’exclamer : « Je ne suis pas un russophobe... Je ne crois pas que l’avance russe ait été décidée dans le cadre d’une politique qui a pour but ultime l’invasion et la conquête de l’Inde1. »

4S’il y avait bien eu colonisation russe de l’Asie centrale, celle-ci ne fit pas l’objet d’une analyse critique de la part d’un parti qui, il est vrai, n’en était pas encore à remettre en cause l’appartenance de l’Inde à l’Empire britannique.

  • 2 Déclaration de Dinshaw Edulji Wacha, Report of the Seventh Indian National Congress, 1892, p. 23 ; (...)
  • 3 Discours de H. A. Waidya, Report of the Twentieth Indian National Congress, pp. 197-206 ; cité par (...)
  • 4 Quand, en 1931, un étudiant américain attira l’attention de Gandhi sur le risque de voir un retrait (...)

5Le bien-fondé de la politique offensive (forwardpolicy) britannique sur la frontière du nord-ouest, subordonnant notamment le Hunza et Chitral à sa suzeraineté et marchant en direction des cols de l’Hindou Kouch, fut mis en doute. À l’argument des Britanniques selon lequel cette politique était une réponse à l’avance russe en Asie centrale, le Congrès national indien répondit que, sous le prétexte de défendre l’Empire, il n’y avait en fait qu’« une pure et simple politique d’agression extérieure », dont le coût était de plus supporté par le peuple indien2. Lors de la vingtième session du Congrès national indien,- qui se tint en 1904, un des dirigeants, face à la détermination du vice-roi des Indes, Lord Curzon, d’étendre son influence au Tibet, en Afghanistan et en Perse, nia l’existence de nouvelles provocations de la Russie au Tibet ou à partir de l’Asie centrale. Si la loyauté au gouvernement britannique et les intérêts propres de l’Inde exigeaient une opposition sans réserve à toute tentative russe de violer les frontières de l’Inde, cela, précisa-t-il, ne signifiait pas que les Indiens devaient s’engager à combattre toute poussée russe hors des frontières de l’Inde. Ceci était « une tout autre affaire », conclut-il3. Corollairement, il y avait déjà la notion chez la plupart des nationalistes indiens que la Russie, et plus tard l’URSS, ne représentait pas une menace pesant sur l’Inde. À la fin des années vingt, Nehru, comme le fit Gandhi dans des termes relativement similaires4, remarqua :

  • 5 Jawaharlal Nehru, Soviet Russia, Bombay, Chetana, 1929, p. 131.

« En temps normal la Russie et l’Inde doivent avoir des relations de bon voisinage exemplaires avec seulement quelques points de friction mineurs. Les frictions continuelles que l’on observe aujourd’hui sont entre l’Angleterre et la Russie, et non pas entre l’Inde et la Russie5. »

6Quelques années après la signature de la convention anglo-russe de 1907, qui devait pour un temps reléguer au second plan la rivalité entre Londres et Moscou après que les deux partis se furent entendus sur leur sphère d’influence réciproque, allaient se manifester en Inde, au sein de la communauté musulmane, les premiers élans de sympathie envers l’Empire ottoman et le Califat au moment de la crise balkanique de l’automne 1912 à l’issue de laquelle Constantinople perdit presque tous ses territoires européens. Le sort réservé à la Turquie au lendemain de la Première Guerre mondiale, et donc au sultan ottoman, chef temporel et spirituel de la communauté musulmane, devait plus encore agiter les musulmans indiens qui purent alors compter sur le soutien du Congrès national indien et de celui qui n’allait pas tarder à dominer la scène politique en Inde, Mohandas Karamchand Gandhi.

7En réaction au démembrement de l’Empire ottoman auquel la Grande-Bretagne s’était ralliée, des milliers de musulmans indiens, à l’appel du comité indien du Califat, devaient choisir l’exode, avec pour certains l’objectif d’aller rejoindre en Turquie les troupes rebelles de Mustafa Kemal Pasha. Une cinquantaine de ces muhajir devaient parvenir à Tachkent à l’automne 1920 dans l’espoir d’obtenir une formation militaire que Manabendra Nath Roy, le révolutionnaire bengali, leur avait promise. M. N. Roy, qui se fit remarquer lors du second congrès du Komintern en s’opposant aux thèses de Lénine sur la question coloniale, jugées trop conciliantes vis-à-vis de la bourgeoisie nationale, avait été chargé, par le comité exécutif de l’Internationale communiste, du Bureau centre-asiatique de l’Internationale communiste à Tachkent. Son rôle était d’asseoir la révolution au Turkestan, notamment face à la révolte des basmatchis, puis de l’étendre aux pays voisins. Roy vit dans ces muhajir des recrues potentielles pour l’armée de libération de l’Inde qu’il souhaitait mettre sur pied et voir opérer à partir des zones tribales de la frontière indo-afghane. L’entraînement militaire alla de pair avec une formation politique qui eut pour effet de convertir quelques-uns de ces muhajir au communisme et incidemment de donner naissance, avec l’apport d’un petit groupe de militants communistes indiens venus de Kaboul, à un embryonnaire parti communiste indien, le premier en date.

8M. N. Roy dut toutefois rapidement renoncer à ces projets d’exportation de la révolution en Inde après que l’Afghanistan eut décidé de refuser toute assistance et que Londres, ayant eu vent de l’existence de l’école militaire indienne de Tachkent, eut signalé son déplaisir, dans une note du ministre des Affaires étrangères et ex-vice-roi des Indes, Lord Curzon, concernant les activités subversives soviétiques contre l’Empire britannique. Moscou, ne voulant pas alors prendre le risque de compromettre la reprise des relations commerciales avec l’Angleterre, préféra fermer l’école militaire. Dans le même temps, il fut décidé de fermer le Bureau centre-asiatique de l’Internationale communiste à Tachkent et d’ouvrir à la place une section orientale de l’Internationale communiste à Moscou pour s’occuper de la propagande révolutionnaire en Orient. M. N. Roy rentra à Moscou avec 22 étudiants parmi la centaine d’émigrés indiens qui avaient suivi la formation de l’école militaire. De l’expérience acquise en Asie centrale, il dira plus tard qu’elle avait été « très précieuse » même si « je ne pus rien faire pour l’Inde ».

  • 6 Manabendra Nath Roy, M. N. Roy’s Memoirs, Delhi, Ajanta Publications, 1984 repr., p. 529.

« Mais je n’étais pas déçu, ajouta-t-il, parce que j’ai eu l’occasion de servir la cause de la révolution directement. En même temps, le contact avec un groupe représentant les différents niveaux de la société indienne chassa mes précédentes illusions et me donna une vue plus réaliste de celle-ci. J’étais convaincu que la révolution en Inde n’était pas pour demain, et que le chemin serait long et difficile6. »

9À partir des années vingt, les bouleversements intervenus en Asie centrale, devenue soviétique, allaient intéresser de nombreux intellectuels indiens. Faisant référence au début des années vingt, Nehru confia plus tard :

  • 7 Tibor Mende, Conversations avec Nehru, Paris, Seuil, 1956, p. 28.

« C’était l’époque où de grands changements survenaient dans les régions qui se trouvent au nord de l’Afghanistan : en Ouzbékistan, à Samarcande et à Boukhara. Mais nous n’avions pas d’informations précises. En tout cas, ce que nous pouvions apprendre donnait l’impression générale que de grands changements politiques et sociaux étaient en cours là-bas, et nous ne tenions guère compte de la violence qui les accompagnait. C’était en partie parce que la guerre continuait et qu’on ne pouvait rien empêcher, en partie parce que nous pensions que les histoires qui nous arrivaient étaient des inventions de la propagande adverse7. »

  • 8 André Malraux, Antimémoires, Paris, Gallimard, 1967, p. 591.

10Nehru, développant l’idée que l’industrialisation était devenue un mythe aussi puissant que l’avait été l’indépendance, dira un jour à André Malraux que rien ne l’avait plus frappé depuis la découverte de la nonviolence que la planification de l’Asie centrale8. Une planification qui reprenait pourtant à son compte un schéma colonial bien connu des Indiens avec le développement, au détriment de cultures céréalières, de la monoculture du coton – enclenché au temps de la colonisation russe – en vue de sa transformation dans les usines textiles situées en Russie.

  • 9 Selected Works of Jawaharlal Nehru, volume 8, second series, New Delhi, Oxford University Press, 19 (...)

11Le mouvement nationaliste indien était non seulement anti-impérialiste, mais aussi, comme le dira un jour Nehru, « vaguement en faveur d’un changement social9 ». À cet effet, les réformes alors engagées en Asie centrale passionnèrent d’autant plus que les problèmes auxquels étaient confrontés les dirigeants communistes sur la voie du développement économique et du progrès social paraissaient souvent comparables à ceux auxquels une Inde indépendante aurait à faire face : renforcer le secteur industriel dans une économie reposant essentiellement sur l’agriculture, intégrer harmonieusement au sein d’un État différentes communautés ethniques, linguistiques ou religieuses tout en respectant leur particularisme culturel, créer un système éducatif qui permette de lutter efficacement contre un faible taux d’alphabétisation, notamment chez les femmes. À tous ces problèmes, le régime soviétique semblait avoir apporté des solutions largement satisfaisantes.

12En septembre 1933, le futur Premier ministre indien, arguant que des réformes radicales en Inde étaient indissociables du départ des Britanniques, prit comme référence l’Asie centrale :

  • 10 Lettre à S. K. Mukherji, docteur à Allahabad, datée du 26 septembre 1933 ; Selected Works of Jawaha (...)

« Une douzaine d’années plus tôt, cette partie du monde était peut-être la plus arriérée et la plus superstitieuse. Les femmes y étaient maintenues dans une sujétion qui ne permettait aucun espoir. Aujourd’hui, la région a fait des progrès étonnants. Les femmes sont non seulement libres mais elles peuvent aussi prendre part à diverses occupations, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé. Il y a d’innombrables écoles et collèges, hôpitaux et cliniques dentaires, tous gérés principalement par du personnel local10. »

13La même année, dans une lettre adressée à sa fille, Indira, Nehru, évoquant le problème que poserait l’intégration en Inde des différentes minorités nationales, se félicitait qu’en URSS on eût essayé

« autant que possible, d’éviter la domination d’un groupe racial ou national sur un autre (...) Leur solution au problème (des minorités) a été un grand succès. Ils sont même allés jusqu’à reconnaître chaque nationalité propre et à les encourager à mener leur travail et leur éducation dans leur propre langue. »

14Nehru observe finalement que,

  • 11 Jawaharlal Nehru, Glimpses of World History, New Delhi, OUP, 1982 repr., p. 850.

« en dépit de cette tendance à repousser l’uniformité à l’intérieur de l’Union, les différentes composantes sont bien plus proches les unes des autres qu’elles ne l’ont jamais été sous le gouvernement centralisé des Tsars (...) Chaque République de l’Union a, en théorie, le droit de faire sécession à tout moment, mais il y a peu de chance que cela se produise à cause des grands avantages de la Fédération des républiques socialistes par rapport à l’hostilité du monde capitaliste11. »

15Vision résolument optimiste au moment où l’autonomie de décisions promise dans la constitution était peu à peu vidée de son sens par une centralisation accrue du contrôle politique et de la politique économique, en recourant notamment à une campagne de sédentarisation forcée et à la collectivisation de l’agriculture, lancée en 1928, qui conduisit à des exécutions et des déportations massives.

16L’analyse des changements survenus en Asie centrale telle que l’a forgée Nehru, dans les années vingt et trente, était colorée par une perception encore largement dithyrambique de l’Union soviétique où la fin semblait pouvoir, dans certains cas, contribuer à justifier les moyens. Dénonçant en 1937 la politique britannique dans la province frontalière du nord-ouest de l’Inde, Nehru remarquait que les troubles, déjà fort anciens, étaient restés sans solution, du fait de l’approche hostile des Britanniques, alors qu’en fait le problème était avant tout économique :

  • 12 Entretien avec la presse, à Penang, le 23 mai 1937 ; Selected Works of Jawaharlal Nehru, volume 8, (...)

« Les tribus mènent des razzias parce qu’elles manquent, entre autres choses, de nourriture. La Russie a réglé sur sa frontière un problème similaire avec les mêmes gens par la colonisation. Un tel arrangement est plus satisfaisant que d’opérer des expéditions punitives12. »

17L’année suivante, alors qu’il se trouvait en Europe, Nehru songea à rentrer en Inde par la voie terrestre en passant par les républiques soviétiques d’Asie centrale qui l’intéressaient tant, un voyage auquel il dut finalement renoncer.

18Les purges staliniennes des années trente, l’opportunisme du pacte germano-soviétique, le peu de cas fait des traités de non-agression conclus avec la Pologne et les États baltes, l’invasion de la Finlande par l’Armée rouge en 1940 devaient porter un coup sérieux au prestige moral de l’Union soviétique. Un désenchantement qui ne conduisit toutefois pas au reniement des acquis de l’expérience communiste. En 1942, Nehru rappelait une nouvelle fois :

« En Russie, comme en Inde, il y a un grand nombre de communautés diverses, différant grandement l’une de l’autre, avec toutefois pour point commun le fait qu’elles étaient, avant la Révolution d’Octobre, toutes esclaves. Nous pouvons apprendre beaucoup de la façon dont la Révolution russe a réglé cette question. Au Tadjikistan, à Samarcande, à Boukhara et dans d’autres endroits, seulement 5 % de la population savait lire et écrire. Mais en l’espace de cinq ans, des progrès furent réalisés dans tous les domaines, aussi bien l’éducation, la santé que l’industrie. Les progrès peuvent être réalisés non pas par des gens venus de l’extérieur, recevant de gros salaires, et en ouvrant de nouveaux départements, mais bien par un esprit révolutionnaire. »

  • 13 Discours à la conférence des Amis de l’Union soviétique, Lucknow, le 22 février 1942 ; Selected Wor (...)

19Et de citer le cas de la population du Tadjikistan, « la plus arriérée dans l’Union soviétique », qui avait fait des progrès remarquables13.

  • 14 Discours inaugural prononcé le 23 mars 1947 ; Jawaharlal Nehru’s Speeches, volume 1, New Delhi, Min (...)

20C’est donc tout naturellement que Nehru, lorsqu’il devient Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du gouvernement intérimaire indien, le 2 septembre 1946, envisage de nouer des relations étroites avec les républiques soviétiques d’Asie centrale. Celles-ci, aux côtés des trois républiques de Transcauscasie, furent présentes à la première grande initiative diplomatique de l’Inde indépendante, la conférence des Relations asiatiques qui se tint à Delhi au printemps 1947. Le Premier ministre indien accueillit chaleureusement leurs délégués, saluant en eux « ces républiques d’Asie qui ont progressé si rapidement durant notre génération et qui ont tant à nous apprendre14 ». Les espoirs de coopération resteront un vœu pieux car l’URSS du début de la guerre froide n’était pas disposée à ouvrir ses portes à une Inde accusée, au-delà du non-alignement déclaré, d’être de mèche avec les puissances occidentales. Vijayalakhsmi Pandit, la sœur de Nehru, qui fut le premier ambassadeur indien en poste à Moscou (1947-1949), essaya en vain d’obtenir l’autorisation de visiter les républiques soviétiques d’Asie centrale. Il fallut attendre le mois de juin 1955 et la première visite officielle de Nehru en Union soviétique pour qu’un haut dignitaire indien puisse visiter l’Asie centrale. Accompagné de sa fille Indira Gandhi, Nehru se rendit à Tachkent, à Samarcande, au Kazakhstan et au Turkménistan. Il est vrai qu’entre-temps, les relations indo-soviétiques s’étaient nettement améliorées, Moscou voyant dans l’Inde, dont le non-alignement ne faisait plus de doute, un rempart en Asie contre l’impérialisme américain et l’expansionnisme chinois.

21Il sera dorénavant courant pour les dirigeants indiens d’inclure une escale en Asie centrale lors de visites officielles en Union soviétique. Un consulat indien fut ouvert à Tachkent et à Alma-Ata. L’Asie centrale devait être à nouveau sur le devant de l’actualité en Inde lorsque le nouveau Premier ministre indien, Lal Bahadur Shastri, s’y rendit en janvier 1966 pour y retrouver autour d’une table de négociation le président pakistanais, Ayub Khan, afin de normaliser leurs relations après le conflit qui les avait opposés en septembre de l’année précédente. Shastri devait d’ailleurs décéder subitement à l’issue de la conférence de Tachkent.

La perception indienne de l’Asie centrale

  • 15 P. S. Suryanarayana, « Central Asia : Need for a Bold Policy », The Hindu, 11 juillet 1993.

22Les bonnes relations entretenues avec l’Union soviétique, symbolisées par le traité d’amitié, de paix et de coopération signé en août 1971, firent que jusqu’à la disparition de celle-ci, l’Inde eut un accès, certes limité, à l’Asie centrale, fût-ce via Moscou. Ce qui fit dire à un commentateur indien que l’Asie centrale était, durant l’ère soviétique, « la face la plus cachée de la lune », et que l’Inde fut alors « peut-être le seul pays non communiste à pouvoir avoir des aperçus de cette face cachée de l’État soviétique15 ». De nombreux étudiants indiens ont ainsi fréquenté les instituts universitaires de Tachkent.

  • 16 Ahmed Rashid, The Resurgence of Central Asia : Islam or Nationalism ?, Karachi, OUP, 1994, p. 209.

23L’Inde s’était finalement satisfaite de cet accès limité, mais privilégié, à l’Asie centrale. Cela peut expliquer pourquoi New Delhi sembla être pris de court par l’effondrement de l’Union soviétique. Ce n’est qu’en novembre 1991 que Narasimha Rao écrivit aux présidents des Républiques soviétiques de Russie, du Turkménistan, du Kazakhstan et du Kirghizstan pour les inviter à se rendre en Inde afin de stimuler l’établissement de relations directes. Dans le même temps, il était décidé d’élever les missions indiennes à Tachkent, Alma-Ata et Kiev au rang d’ambassades, ce qui prendra d’ailleurs plusieurs mois. La Turquie, l’Iran, le Pakistan – les voisins orientaux de l’Inde – avaient été plus prompts à réagir à la nouvelle configuration régionale. Pour ces pays, l’Asie centrale était « une vieille idée reprenant vie16 ». Ce fut notamment l’occasion de donner un second souffle à l’Organisation de coopération économique (Economic Cooperation Organization) en lui adjoignant les six États musulmans de la Communauté des États indépendants (CEI) et l’Afghanistan en novembre 1992. Le Pakistan a vu dans l’accession à l’indépendance des Républiques d’Asie centrale (RAC) un moyen de consolider son entreprise de reconstruction historique visant à privilégier les liens historiques avec les peuples islamisés et à minorer l’héritage sous-continental.

24L’empressement de la Turquie, de l’Iran et du Pakistan à nouer des liens étroits avec les RAC ne fut pas sans susciter quelques inquiétudes parmi celles-ci. L’affirmation des identités nationales s’accorde mal des idéologies transnationales et les RAC n’étaient pas disposées à substituer un patronage de la Turquie à celui de la Russie au nom d’une solidarité « pan-turque ». L’Iran est toujours soupçonné de vouloir alimenter la contestation islamiste, même si Téhéran a pris soin de mettre l’accent sur le développement des relations économiques. Or les dirigeants des RAC, pour la plupart issus de l’ancien appareil d’État communiste, ont affirmé que l’islam comme fédérateur géopolitique n’était pas acceptable et ont clairement affiché leur intention de maintenir le cap de la laïcité et de la séparation de la religion et de l’État. Quant au Pakistan, son image s’est trouvée ternie par son incapacité à trouver une issue au conflit afghan après avoir aidé à la chute de Najibullah, et à juguler les réseaux islamistes militant sur son territoire, voire les activités de ses propres services secrets qui se seraient volontiers satisfaits de l’émergence de régimes islamiques conservateurs en Asie centrale. De plus, la thèse d’un espace musulman asiatique proposée par Islamabad est globalement refusée par les dirigeants des RAC qui considèrent que l’avenir appartient à un ensemble euro-asiatique où la Russie et la Chine doivent aussi trouver leur place.

25L’Inde apparut donc comme un partenaire d’autant moins à négliger qu’il était déjà connu. Le président ouzbek, Islam Karimov, se rendit en Inde, en août 1991, avant même l’indépendance de son pays (il revint à New Delhi en janvier 1994). Ce fut l’occasion pour lui de manifester son intérêt pour l’expérience indienne en matière d’économie de marché. En février 1992, le président kazakh, Nursultan Nazarbaev, choisit, pour sa première visite officielle, de se rendre en Inde. Il fut bientôt suivi par ses homologues kirghiz, en mars, et turkmène, en avril. En février 1993, c’était au tour du Premier ministre tadjik, Abdumalik Abdullajanov, de se déplacer à New Delhi. De son côté, le Premier ministre indien, Narasimha Rao, se rendit en Ouzbékistan et au Kazakhstan, en mai 1993, et plus récemment, en septembre 1995, au Turkménistan et au Kirghiztan. Ironie de l’histoire, alors que l’Inde de Nehru avait voulu voir dans les républiques soviétiques d’Asie centrale un modèle de développement dont il faudrait s’inspirer, c’était maintenant au tour de l’Inde de proposer son aide dans la construction d’un État moderne, démocratique, laïc et d’offrir son expérience dans la gestion d’une économie mixte et l’adaptation de celle-ci à un processus de libéralisation. L’Inde a déjà offert des stages de formation à de futurs diplomates des pays de l’Asie centrale.

  • 17 Annual Report 1994-95, Ministry of Commerce, Government of India, p. 103.
  • 18 A la fin de l’année 1993, il y avait, en Asie centrale, 10 joint-ventures avec l’Ouzbékistan, 4 ave (...)

26Les échanges de visites officielles furent l’occasion de signer des accords bilatéraux dans les domaines de la coopération économique, scientifique et technique. Il reste toutefois que l’Asie centrale ne représente pas un enjeu économique important pour l’Inde. Si à la fin des années quatre-vingt, l’ex-Union soviétique comptait pour 16 % dans les exportations et 6 % dans les importations indiennes, la Russie absorbait – et absorbe toujours – environ 80 % des échanges commerciaux avec l’Inde, une grande partie du reste de ces échanges s’effectuant avec l’Ukraine. Au cours du premier semestre de l’année budgétaire 1994-95 (d’avril à octobre 1994), les nouvelles républiques d’Asie centrale comptaient pour 3 % des échanges commerciaux avec les États de l’ex-URSS, dont la part dans le commerce extérieur de l’Inde a entre-temps nettement baissé17. Malgré l’existence de quelques joint-ventures18 et l’offre de crédits destinés à favoriser leur création et à stimuler les échanges commerciaux, l’importance économique de l’Asie centrale pour l’Inde est destinée à rester relativement mineure dans les années à venir, d’autant que de nouveaux concurrents sont apparus sur le marché intérieur de ces pays, à commencer par la Turquie et la Chine qui entend renouer avec les traditions commerciales de la route de la soie. L’accroissement des échanges commerciaux se heurte d’abord à une conjugaison d’obstacles physiques – les RAC sont enclavées – et politiques, liés, d’une part, à la guerre civile en Afghanistan et, d’autre part, à de probables difficultés pour l’Inde d’obtenir du Pakistan un droit de transit pour les marchandises échangées. En conséquence de quoi la principale route commerciale utilisée oblige au transit des biens par la Russie et les ports de la mer Noire. La signature, en avril 1995, d’un accord trilatéral entre l’Inde, l’Iran et le Turkménistan devrait permettre d’accroître le trafic commercial entre l’Inde et les RAC via l’Iran, une voie d’acheminement qui voyait déjà transiter un tiers de ce commerce : les marchandises sont expédiées par voie maritime de Bombay au port iranien de Bandar Abbas, d’où elles sont transportées vers la frontière turkmène.

  • 19 The Hindu, 25 mai 1993.

27L’intérêt de l’Inde pour les RAC est aujourd’hui avant tout politico-stratégique. Le rejet du fondamentalisme et la défense de la laïcité face à une réislamisation des sociétés furent des thèmes récurrents lors des échanges de visites officielles entre les dirigeants indiens et ceux de l’Asie centrale. Un traité définissant les principes devant régir les relations et la coopération entre l’Inde et l’Ouzbékistan, signé en mai 1993, mit l’accent sur la nécessité de condamner « toute forme de haine, de violence, de fondamentalisme et d’extrémisme religieux ». Un souci qui pouvait alors être à rapprocher au moins autant de la menace de déstabilisation islamiste en Asie centrale que du fanatisme hindou, six mois après la destruction, à Ayodhya, de la mosquée construite au XVe siècle par Babur, le fondateur de l’Empire moghol, dont le nom se rapporte autant à l’histoire de l’Inde qu’à celle de l’Ouzbékistan. De l’extrémisme au terrorisme, il n’y avait qu’un pas et Narasimha Rao le franchit lorsqu’il déclara que « cette région (l’Asie centrale) doit être exempte d’idéologies extrémistes, de camps d’entraînement pour des militants, d’infiltration illégale d’armes, de terrorisme et de narcotiques », soulignant implicitement les liens pouvant exister entre les réseaux terroristes et les réseaux de contrebande d’armes et de drogue19. Un souci qu’il savait être partagé par le président Karimov alors soucieux d’éviter toute propagation de la guerre civile au Tadjikistan. De leur côté, les Indiens s’inquiètent de voir la longue frontière entre le Tadjikistan et l’Afghanistan, notamment à cause de la proximité du Cachemire, devenir un lieu de passage privilégié pour trafiquants d’armes et de drogue en dépit de la présence de garde-frontières russes.

28L’Inde espère aussi obtenir des RAC un soutien diplomatique. Au moment où la diplomatie indienne est fort occupée à déjouer sur la scène internationale les tentatives du Pakistan pour parvenir à une condamnation de la politique indienne au Cachemire, une attitude bienveillante des RAC, au sein de l’Organisation de la conférence islamique et de l’Organisation de coopération économique serait un indéniable succès. L’Inde, qui depuis 1989 est confrontée à une situation insurrectionnelle au Cachemire que le Pakistan a attisée par un soutien matériel, a cherché à faire cautionner par les dirigeants des RAC son refus d’une internationalisation du problème du Cachemire dont la solution, selon New Delhi, ne peut passer que par des négociations bilatérales avec Islamabad dans le cadre des accords de Simla signés en 1972. Bien qu’à sa périphérie, le Cachemire ne soit pas à l’abri des développements politiques en Asie centrale, les indépendantistes cachemiris ont pu trouver dans les indépendances des RAC une source supplémentaire de légitimation à leur propre aspiration ; quant à New Delhi, sa crainte est de voir la contestation au Cachemire bénéficier de soutiens. Le Premier ministre indien, lors de sa visite à Tachkent, en mai 1993, rappela à cet effet que les deux pays partageaient l’opinion que « les terrorismes d’État et transfrontalier ne sont pas seulement une ingérence directe dans les affaires intérieures d’un pays, mais aussi une menace pour leur souveraineté et leur intégrité territoriale ».

29L’engagement mutuel à respecter « l’inviolabilité des frontières actuelles entre les États » indiquait autant la volonté de l’Inde de favoriser la stabilité politique en Asie centrale face aux revendications ethniques que de faire entériner par les ex-républiques soviétiques la position qui avait été adoptée par l’URSS sur la question du Cachemire.

Le grand jeu revisité

  • 20 George N. Curzon, Persia and the Persian Question, 1892 ; cité par Anthony Verrier, Francis Younghu (...)
  • 21 Le pacte fut signé par les représentants de six États de la CEI : l’Arménie, la Fédération de Russi (...)
  • 22 The Hindu, 1er juillet 1994.
  • 23 The Hindu, 5 août 1995.

30Si, au XIXe siècle, la Russie et la Grande-Bretagne se tenaient tête au Turkestan, en Afghanistan, en Transcaucasie et en Perse, régions que Lord Curzon qualifia dramatiquement « de pièces sur un échiquier sur lequel se jouait une partie pour la domination du monde20 », il y a, aujourd’hui, entre Moscou et New Delhi, une convergence d’intérêts en Asie centrale. Si la Russie n’a plus un contrôle politique direct sur l’Asie centrale, elle n’en considère pas moins cette région comme faisant partie de sa sphère d’influence, ce que New Delhi lui a toujours reconnu, notamment en encourageant la Russie à participer activement, au sein de la CEI, à la sécurité des frontières et à la stabilité politique de l’Asie centrale, en application du pacte de sécurité collective signé à Tachkent en mai 1992 et d’accords de coopération militaire bilatéraux signés entre la Russie et les RAC21. Cela fut encore réaffirmé lors de la visite à Moscou de Narasimha Rao, en juin 1994, au cours de laquelle deux documents révélateurs furent signés. Dans le premier, « la Déclaration de Moscou sur la protection des intérêts des États pluralistes », l’Inde se félicitait des efforts de la Russie pour la promotion d’un esprit de bon voisinage et de coopération entre les États de l’ex-URSS. Dans le second document, intitulé « Déclaration sur l’approfondissement et l’intensification de la coopération entre la République indienne et la Fédération de Russie », les deux parties ont réitéré leur intérêt particulier pour l’avancement de la paix et de la stabilité dans les régions s’étendant entre les frontières des deux États. Indiens et Russes exprimèrent leur préoccupation devant la poursuite du conflit en Afghanistan et son impact négatif sur les États voisins, notamment au Tadjikistan et en Ouzbékistan22. Le ministre russe des Affaires étrangères, Andréï Kozyrev, à l’occasion de la visite à Moscou, en août 1995, de son homologue indien, Pranab Mukherjee, rappela la volonté de la Russie d’obtenir la coopération de l’Inde dans la prévention de l’extension du fondamentalisme islamique à l’Asie centrale et reçut de son collègue indien l’assurance que l’Inde apporterait sa contribution à un développement économique soutenu dans les RAC23. Si les indépendances ont ouvert de nouvelles perspectives de coopération nourries par un dialogue qui n’est plus assujetti à la tutelle politique et au carcan idéologique du centralisme bureaucratique de l’ère soviétique, la politique indienne en Asie centrale admet aussi la nécessité de préserver les liens de ces nouveaux États avec la Russie, étant donné leur association historique et leur dépendance vis-à-vis de celle-ci. Une connivence entre Moscou et New Delhi que les acteurs du « Grand Jeu » auraient été bien loin d’imaginer.

Haut de page

Notes

1 Report of the Proceedings of the Third Session of The Indian National Congress, p. 149 ; cité par S. P. Singh, Political Dimensions of India-USSR Relations, Bombay, Allied Publishers, 1987, p. 2.

2 Déclaration de Dinshaw Edulji Wacha, Report of the Seventh Indian National Congress, 1892, p. 23 ; cité par Bimla Prasad, The Origins of Indian Foreign Policy, Calcutta, Bookland, 1960, p. 43.

3 Discours de H. A. Waidya, Report of the Twentieth Indian National Congress, pp. 197-206 ; cité par Bimla Prasad, ibid., p. 50.

4 Quand, en 1931, un étudiant américain attira l’attention de Gandhi sur le risque de voir un retrait des Britanniques de l’Inde laisser la porte ouverte à une invasion russe, Gandhi rétorqua : « Est-ce à l’ordre du jour de la Russie de gouverner les peuples qui ne sont pas sous le joug britannique ? » Pour le Mahatma, la réponse était clairement négative ; Young India, 2 juillet 1931 ; cité par Bimla Prasad, ibid., p. 118.

5 Jawaharlal Nehru, Soviet Russia, Bombay, Chetana, 1929, p. 131.

6 Manabendra Nath Roy, M. N. Roy’s Memoirs, Delhi, Ajanta Publications, 1984 repr., p. 529.

7 Tibor Mende, Conversations avec Nehru, Paris, Seuil, 1956, p. 28.

8 André Malraux, Antimémoires, Paris, Gallimard, 1967, p. 591.

9 Selected Works of Jawaharlal Nehru, volume 8, second series, New Delhi, Oxford University Press, 1989, p. 312.

10 Lettre à S. K. Mukherji, docteur à Allahabad, datée du 26 septembre 1933 ; Selected Works of Jawaharlal Nehru, volume 5, p. 548.

11 Jawaharlal Nehru, Glimpses of World History, New Delhi, OUP, 1982 repr., p. 850.

12 Entretien avec la presse, à Penang, le 23 mai 1937 ; Selected Works of Jawaharlal Nehru, volume 8, New Delhi, Orient Longman, 1975, p. 665.

13 Discours à la conférence des Amis de l’Union soviétique, Lucknow, le 22 février 1942 ; Selected Works of Jawaharlal Nehru, volume 12, New Delhi, Orient Longman, 1979, p. 141.

14 Discours inaugural prononcé le 23 mars 1947 ; Jawaharlal Nehru’s Speeches, volume 1, New Delhi, Ministry of Information and Broadcasting, 1983 repr., p. 299.

15 P. S. Suryanarayana, « Central Asia : Need for a Bold Policy », The Hindu, 11 juillet 1993.

16 Ahmed Rashid, The Resurgence of Central Asia : Islam or Nationalism ?, Karachi, OUP, 1994, p. 209.

17 Annual Report 1994-95, Ministry of Commerce, Government of India, p. 103.

18 A la fin de l’année 1993, il y avait, en Asie centrale, 10 joint-ventures avec l’Ouzbékistan, 4 avec le Turkménistan et 3 avec le Kazakhstan (contre 33 avec la Fédération de Russie) ; The Economic Times, 13 novembre 1994.

19 The Hindu, 25 mai 1993.

20 George N. Curzon, Persia and the Persian Question, 1892 ; cité par Anthony Verrier, Francis Younghusband and the Great Game, Jonathan Cape, London, 1991, p. 94.

21 Le pacte fut signé par les représentants de six États de la CEI : l’Arménie, la Fédération de Russie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan.

22 The Hindu, 1er juillet 1994.

23 The Hindu, 5 août 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Boquerat, « Du bond en avant au retour en arrière, évolution de la perception indienne de l’Asie centrale au cours du XXe siècle », Cahiers d’Asie centrale, 1/2 | 1996, 283-296.

Référence électronique

Gilles Boquerat, « Du bond en avant au retour en arrière, évolution de la perception indienne de l’Asie centrale au cours du XXe siècle », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 1/2 | 1996, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/450

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org