Navigation – Plan du site
Dossier. Inde-Asie centrale : routes du commerce et des idées
Lectures politiques de l’Asie centrale

Les Moghols et l’Asie centrale, à travers les monnaies de Shah Jahân figurant dans les trésors centre-asiatiques

Boris Kočnev
p. 257-263

Texte intégral

  • 1 Zejmal E. V., Drevnie monety Tadžikistana, Douchanbé, 1983, p. 58-62.

1Les rapports monétaires entre l’Inde et l’Asie centrale existent depuis l’Antiquité. Il suffit de mentionner le trésor de monnaies indiennes d’argent à poinçons multiples trouvé dans le site de Takht-i Sangin au Tadjikistan avec une obole du roi gréco-bactrien Eucratide (IIe siècle av. J.-C.)1. On trouve encore des monnaies indiennes en Asie centrale à des époques plus tardives, mais l’apparition dans les trésors centre-asiatiques de monnaies d’argent frappées par le souverain de l’Empire indien des Grands Moghols, le Babouride Shâh Jahân Ier (1628-1657), est liée à des circonstances particulières.

  • 2 Kočnev B. D., « Ob osobennostjax serebrjanogo obraščenija v Srednej Azii XVII veka », Obščestvennye (...)

2Le premier trésor de ce genre, trouvé en 1969 à Samarcande dans un chantier lors de travaux de construction près de la place du Régistan, comprenait 937 monnaies d’argent, dont 899 furent identifiées. 889 relèvent des souverains centre-asiatiques de la dynastie astrakhanide (ou janide) : Walî-Muhammad-khân (1605-1611), Imâm-Qulî-khân (1611-1641), Nadr-Muhammad-khân (1641-1645), ‘Abd al-‘Azîz-khân (1645-1680). Les 10 pièces restantes avaient été frappées sous Shâh Jahân2.

  • 3 Burnaševa R. Z., « Dva klada Džanidskix teneg XVII veka s territorii Južnogo Kazaxstana », Prošloe (...)

3Le second trésor fut découvert en 1937 dans les fouilles du site médiéval d’Otrar, dans le sud du Kazakhstan, sur le cours moyen du Syr-darya. Il contenait 48 pièces d’argent, parmi lesquelles 44 tanga des Astrakhanides : Imâm-Qulî-khân, Nadr-Muhammad-khân, ‘Abd al-‘Azîz-khân et 4 pièces de Shâh Jahân, dont 2 datées de l’an 1057 de l’Hégire (1647 de l’ère chrétienne)3.

  • 4 Dovutov D., « Klady srednevekovyx monet iz Tadžikistana (naxodki 1981-1985 gg.) », Vtoraja Vsesojuz (...)
  • 5 Données fournies par D. Dovutov dans sa communication au congrès numismatique cité ci-dessus (Zveni (...)

4Le troisième trésor fut mis au jour en 1938 pendant la construction d’une autoroute près d’un village nommé Karatag, dans la région de Hissar, non loin de la capitale du Tadjikistan, Douchanbé. Il rassemblait 1 307 pièces d’argent, dont certaines de l’époque des Astrakhanides Imâm-Qulî-khân, Nadr-Muhammad-khân, ‘Abd al-‘Azîz-khân, et d’autres de Shâh Jahân (leur nombre n’est pas indiqué)4. Certaines monnaies babourides portent la date et le lieu de leur frappe : Balkh, 1057 de l’Hégire5. L’étude des 14 monnaies du premier et du second trésors démontra qu’elles appartenaient au même type.

5Sur l’avers, dans un double cartouche carré (le carré intérieur forme une ligne continue, celui de l’extérieur est en pointillés), une inscription en caractères arabes : « Le Pâdishâh est le guerrier de la foi. Shâh Jahân. »

6Sur le revers, dans un autre double cartouche : « Il n’y a de Dieu que Dieu, et Muhammad est son Prophète. »

7Sur l’une des pièces du trésor du Registan, le nom ‘Umar se trouve en dehors du cartouche, ce qui laisse à penser que, comme les monnaies des Astrakhanides, celles-ci portaient les noms des quatre premiers califes « bien guidés » : Abû Bakr, ‘Umar, ‘Uthmân et ‘Alî.

8Les flans des monnaies de Shâh Jahân, comme ceux des Astrakhanides, ont une forme légèrement irrégulière. Leurs dimensions : 22-25, 22-26, 23-24, 23-25, 23-25, 23-25, 23-26, 23-26, 23-27, 23-27, 24-26, 24-27, 24-27, 26-30 mm. Leur poids : 4,2, 4,2, 4,2, 4,2, 4,25, 4,25, 4,3, 4,3, 4,3, 4,3, 4,3, 4,4, 4,4, 4,4 g.

  • 6 Lane-Poole St., The Coins of the Moghul Emperors of Hindustan in the British Museum, Londres, 1892, (...)
  • 7 Davidovič E. A., Istorija monetnogo dela Srednej Azii XVII-XVIII vekov (Zolotye i serebrjanye monet (...)

9Ces monnaies diffèrent en plusieurs points des monnaies d’argent de Shâh Jahân frappées dans les ateliers traditionnels des Babourides. Les caractères de leurs légendes ont un relief plus marqué. Les pièces ordinaires de Shâh Jahân ont une forme plus régulière ; la roupie pèse environ 11,5 g, la demi-roupie 5,7 g, le quart de roupie 2,8 g6. Ces chiffres diffèrent beaucoup de ceux qui sont mentionnés ci-dessus, sauf la demi-roupie, qui s’en rapproche par le poids mais pour une taille inférieure (environ 18 mm). Par contre, les monnaies portant le nom de Shâh Jahân, d’après la forme du flan, le poids et la dimension, s’apparentent aux tanga frappés par les Astrakhanides au milieu du XVIIe siècle dans les ateliers monétaires de Boukhara et de Balkh7. C’est pourquoi on peut les classer dans la même catégorie que ces tanga.

  • 8 R. Z. Burnaševa, op. cit., p. 79.

10R. Z. Burnaševa explique ainsi leur présence : les pièces auraient été frappées à Balkh par l’Astrakhanide Nadr-Muhammad au moment où il demanda à Shâh Jahân de l’aider à recouvrer le trône perdu de Boukhara8. Il est nécessaire de s’arrêter sur cette aventure, qui entraîna Shâh Jahân à Balkh, pour vérifier la validité de cette hypothèse.

  • 9 Elliot H. M., The History of India, as told by its own historians. The Muhammadan period, vol. VII, (...)

11Shâh Jahân est un arrière-petit-fils du Timouride Babour, originaire de Ferghana, qui, au cours de sa lutte contre les Ouzbeks chaybanides, fut contraint de quitter l’Asie centrale pour s’installer de l’autre côté de l’Amou-darya où il fonda l’empire des Grands Moghols. Sous le règne de Shâh Jahân l’empire devint immense, s’étendant sur presque toute l’Inde et l’Afghanistan, et une partie du Makrân avec une partie de la province de Kandahar à l’Ouest. Shâh Jahân rêvait également de conquérir les domaines des Astrakhanides sur les deux rives de l’Amou-darya, et notamment Samarcande et Boukhara, d’autant plus précieuses à ses yeux qu’elles avaient autrefois appartenu à ses ancêtres, les Timourides9. La réalisation de ces projets ambitieux aurait entraîné la création d’un immense empire sunnite capable de contrebalancer l’Iran chiite voisin.

  • 10 Mirzaev A. M., « Privlečenie istoričeskix istočnikov sopredelnyx stran dlja vyjasnenija nekotoryx v (...)

12Le prétexte fut fourni par les Astrakhanides eux-mêmes. En 1628, lors de l’avènement de Shâh Jahân, le gouverneur de Kaboul se rendit à la capitale, tandis que son fils partait avec son armée dans les montagnes pour soumettre une tribu révoltée. Le souverain de Balkh, Nadr-Muhammad, frère du roi Imâm-Qulî-Khân, en profita pour avancer ses troupes vers Kaboul, qu’il assiégea durant trois mois, jusqu’à ce que Shâh Jahân envoie son armée, après quoi Nadr-Muhammad rentra à Balkh, non sans avoir dévasté les environs de Kaboul10.

  • 11 Axmedov B. A., Istorija Balxa (XVI-pervajapolovina XVIII v.), Tachkent, 1982, p. 15.
  • 12 Axmedov B. A., « Bezymjannyj dokument o torgovyx i političeskix svjazax Balxskogo xanstva s Rossiej (...)
  • 13 Elliot H. M., op. cit., p. 70-79 ; Saksena B. P., op. cit., p. 195-199 ; Bartold V. V., « Termez », (...)

13En 1641, Nadr-Muhammad devint le chef de l’Etat astrakhanide, mais en 1645 il fut détrôné par son fils ‘Abd al-‘Azîz et se retira à Balkh. Cette ville ancienne était le centre d’une grande et riche province, qui comprenait non seulement la région de Balkh, mais aussi celles de Bamian, le Tokharestan, le Badakhchan, Tchaganian et Khuttalan11. Un document du XVIIe siècle cite plus de cinquante districts subordonnés à Balkh12. Nadr-Muhammad distribua certaines parties de son domaine à ses fils mais, ne pouvant s’entendre avec eux, il demanda finalement l’aide de Shâh Jahân. Celui-ci profita de l’occasion pour expédier à Balkh une armée nombreuse et bien équipée, commandée par son fils Murâd-Bakhsh. En réalité, Shâh Jahân n’avait nulle intention de secourir Nadr-Muhammad ; il voulait conquérir une riche province. En l’apprenant, Nadr-Muhammad quitta Balkh et se dirigea vers l’ouest, mais, rattrapé, il fut défait au cours d’une bataille. Il se réfugia en Iran où le roi séfévide Shâh ‘Abbâs II l’accueillit avec de grands honneurs. A Balkh, les Indiens s’emparèrent de riches trésors. Une partie de la province de Balkh au nord de l’Amou-darya passa sous leur domination. Termez, où ils laissèrent une garnison sous les ordres de Sa‘âdat-khân, devint leur tête de pont13.

  • 14 Saksena B. P., op. cit., p. 222.
  • 15 Elliot H. M., op. cit., p. 71.
  • 16 Ibid., p. 71-81 ; Saksena B. P., op. cit., p. 204-208 ; Axmedov B. A., op. cit., p. 111-113 ; Muham (...)

14Dans la lettre qu’il adressa à Shâh ‘Abbâs II, Shâh Jahân justifia la campagne de Balkh par le désir de défendre la vie et l’honneur des musulmans locaux opprimés14. Pourtant, après la conquête de la province de Balkh, les soldats se mirent à piller et à persécuter le peuple. Ces violences sont décrites par l’auteur indien ‘Abd al-Hamîd Lâhurî15. L’hostilité de la population envers les conquérants ainsi que les difficultés du séjour dans un pays étranger aux mœurs différentes poussèrent non seulement les simples soldats mais aussi les émirs et même le prince Murâd-Bakhsh à quitter le pays pour rentrer en Inde. Shâh Jahân en fut irrité et il remplaça Murâd-Bakhsh par son autre fils Aurangzeb à la tête d’une armée supplémentaire. C’était d’autant plus urgent que la lutte contre les Astrakhanides avait repris son cours : Nadr-Muhammad fit irruption d’Iran avec l’armée irakienne et khorassanienne du roi séfévide ; ‘Abd al-‘Azîz-khân arriva par le Nord avec des détachements ouzbeks, kazakhs et karakalpaks. Il n’y eut pas de bataille décisive mais la guerre prit la forme d’escarmouches et de raids, dévastateurs pour le pays et fatigants pour les soldats étrangers. A l’approche de l’hiver, les vivres vinrent à manquer. Aurangzeb, ne pouvant gagner une guerre aussi longue, décida d’abandonner à Nadr-Muhammad la province conquise. Ayant rassemblé son armée entière, y compris les régiments de Termez, il quitta Balkh pour rentrer dans son pays. Mais pendant le voyage ses troupes furent constamment attaquées, aussi durent-elles se déplacer en formation de marche. En passant le col de Khwâja Zaïd, les Indiens, surpris par un climat rude auquel ils n’étaient pas habitués, souffrirent du grand froid et des chutes de neige. Au cours de cette retraite, de nombreux soldats indiens furent tués ou faits prisonniers, puis vendus comme esclaves sur les marchés de Samarcande, Turkestan et Tachkent16.

  • 17 The Mughul Empire (The History and Culture of the Indian People, vol. VII), Bombay, 1974, p. 207.

15C’est donc sur une humiliation que s’acheva la tentative des Grands Moghols pour annexer le territoire de Balkh. Elle entraîna de grandes pertes matérielles et humaines, causa des malheurs indescriptibles à la population de cette province en ruinant son économie et en anéantissant le bien-être du peuple. Une autre conséquence de cette aventure fut la diminution du commerce entre l’Asie centrale et l’Inde17.

  • 18 Frye R. N., « Balkh », Encyclopædia of Islam2, Leyde-Londres, 1959, p. 1001 ; Fourniau V., « Balkh  (...)
  • 19 Axmedov B. A., Istoriko-geografičeskaja literatura Srednej Azii XVI-XVIII vekov (pis’mennyepamjatni (...)
  • 20 Teufel R, « Quellenstudien zur neueren Geschichte der Chanate », Zeitschrift der Deutschen Morgenlä (...)
  • 21 Stori Č. A., Persidskaja literatura. Bibliograficeskij obzor, traduit de l’anglais, remanié et comp (...)
  • 22 Axmedov B. A., op. cit., p. 102. B. Axmedov date le même événement du 29 jumâda I 1055 (18, p. 108) (...)
  • 23 ‘Abd al-Hâjj Habîbî, Târîkh-i Afghânistân dar ‘asr-i Gurgânî-yi Hind, Kaboul, 1320/1963, p. 108.

16Comme on peut l’imaginer, plusieurs auteurs centre-asiatiques et indiens relatèrent cette expédition et ses conséquences. Parfois ils sont contradictoires et les savants modernes ne s’accordent pas sur la datation ou la durée de la campagne de Balkh. Même des publications aussi sérieuses que l’Encyclopédie de l’Islam et l’Encyclopaedia iranica datent l’occupation moghole de Balkh de 1051 à 1057 (1641-1647)18. Mais B. Ahmedov, qui fait durer la domination des Babourides à Balkh un peu plus de deux ans et demi (1055-1058 / 1645-1648), est plus proche de la vérité19. Cette datation se fonde en partie sur le Târîkh-i Muqîm-khânî, mais cette source, qui n’est pas tout à fait certaine, est postérieure à 170420. Si l’on fait appel aux témoignages des contemporains, ils citent d’autres dates : Muhammad Sâlih Kanbo Lâhurî, contemporain et historiographe de Shâh Jahân, dans l’œuvre consacrée à l’expédition de Balkh, date la conquête de Balkh par Murâd-Bakhsh du 28 jumâda I 1056 / 12 juin 164621. Muhammad Salîm donne la même date à un jour près : 29 jumâda I 105622. Enfin, on trouve également le 25 jumâda I 105623.

  • 24 Elliot H. M., op. cit., p. 79 ; Saksena B. P., op. cit., p. 208 ; The Mughul Empire, p. 206.
  • 25 Ces dates sont indiquées depuis longtemps dans la documentation scientifique : Bartold V. V, « Term (...)

17Par contre, il n’y a pas de divergence sur la retraite d’Aurangzeb : selon Muhammad Tâhir ‘Inâyat-khân et d’autres, il commença à retirer ses troupes au mois de ramadân 1057 / octobre 164724. Ainsi l’occupation moghole de Balkh ne dura ni six ans, ni plus de deux ans et demi, mais moins de dix-huit mois, en 1056-1057 / 1646-164725.

  • 26 Wright H. N., Catalogue of the Coins in the Indian Museum of Calcutta. Including the Cabinet of the (...)
  • 27 Masson M. E., « Istoričeskij ètud po numizmatike Džagataidov (po povodu Talasskogo klada monet XIV (...)

18Il apparaît donc évident que les tanga de Balkh sur lesquels figure le nom de Shâh Jahân datés de 1057 / 1647 ne peuvent appartenir au monnayage de l’Astrakhanide Nadr-Muhammad, comme le prétend R. Z. Burnaševa. Ils furent sans aucun doute frappés par Shâh Jahân lorsque ses troupes occupaient encore la province de Balkh. Ils ne représentaient pas une émission unique : à Balkh on frappait aussi de la monnaie d’or et d’argent au nom de Shâh Jahân26. Enfin, nous savons qu’on frappait de la monnaie d’argent à Badakhchan, à l’époque de l’occupation babouride27.

19La monnaie d’or et d’argent mentionnant le nom de Shâh Jahân remplissait avant tout une fonction politique : affirmer le droit d’un souverain musulman à frapper sa monnaie dans les domaines soumis. Autrement dit, cette monnaie avait pour but d’affermir dans la conscience des sujets et des voisins, par des moyens familiers à la société musulmane médiévale, l’établissement du pouvoir des Grands Moghols dans la province de Balkh.

20Pour mieux remplir cette fonction, la monnaie devait circuler dans le pays conquis. Il s’agissait avant tout de pièces d’argent, car au XVIIe siècle les Astrakhanides ne frappaient pas de monnaie d’or. C’est pourquoi on frappa à Balkh des tanga de Shâh Jahân sur le modèle des pièces astrakhanides qui circulaient dans le pays avant la conquête et étaient familières au peuple. Le contenu des trois trésors centre-asiatiques témoigne que le calcul était bon, car les tanga du type de Balkh émis par Shâh Jahân circulèrent en même temps que la monnaie astrakhanide non seulement à l’intérieur de la province, mais aussi en dehors de ses frontières, et jusqu’à 700 km du lieu du monnayage.

Haut de page

Notes

1 Zejmal E. V., Drevnie monety Tadžikistana, Douchanbé, 1983, p. 58-62.

2 Kočnev B. D., « Ob osobennostjax serebrjanogo obraščenija v Srednej Azii XVII veka », Obščestvennye Nauki v Uzbekistane, 1974, n° 6, p. 53-54.

3 Burnaševa R. Z., « Dva klada Džanidskix teneg XVII veka s territorii Južnogo Kazaxstana », Prošloe Kazaxstana po arxeologičeskim istočnikam, Alma-Ata, 1976, p. 60-79.

4 Dovutov D., « Klady srednevekovyx monet iz Tadžikistana (naxodki 1981-1985 gg.) », Vtoraja Vsesojuznaja numizmatičeskaja konferencija, Résumés des communications, Moscou, 1987, p. 36.

5 Données fournies par D. Dovutov dans sa communication au congrès numismatique cité ci-dessus (Zvenigorod, 1987).

6 Lane-Poole St., The Coins of the Moghul Emperors of Hindustan in the British Museum, Londres, 1892, p. LXXVII.

7 Davidovič E. A., Istorija monetnogo dela Srednej Azii XVII-XVIII vekov (Zolotye i serebrjanye monety Džanidov), Douchanbé, 1964, p. 263-276.

8 R. Z. Burnaševa, op. cit., p. 79.

9 Elliot H. M., The History of India, as told by its own historians. The Muhammadan period, vol. VII, Londres, 1877.

10 Mirzaev A. M., « Privlečenie istoričeskix istočnikov sopredelnyx stran dlja vyjasnenija nekotoryx voprosov istorii Srednej Azii », Izvestija Akademii Nauk Tadžikskoj SSR, Otdelenie obščestvennyx nauk, 1975, n° 2, p. 13.

11 Axmedov B. A., Istorija Balxa (XVI-pervajapolovina XVIII v.), Tachkent, 1982, p. 15.

12 Axmedov B. A., « Bezymjannyj dokument o torgovyx i političeskix svjazax Balxskogo xanstva s Rossiej », Obščestvennye nauki v Uzbekistane, 1973, n° 5, p. 49.

13 Elliot H. M., op. cit., p. 70-79 ; Saksena B. P., op. cit., p. 195-199 ; Bartold V. V., « Termez », Sočinenija, t. III, Moscou, 1965, p. 507.

14 Saksena B. P., op. cit., p. 222.

15 Elliot H. M., op. cit., p. 71.

16 Ibid., p. 71-81 ; Saksena B. P., op. cit., p. 204-208 ; Axmedov B. A., op. cit., p. 111-113 ; Muhammad Yusuf Munši, Mukim-Xanskaja istorija, Tachkent, 1956, p. 100-101 ; Tarix-i Kipčaki. Materialy po istorii kazaxskix xanstv XV-XVIII vekov (Izvlečenija izpersidskix i turkskix sočinenij), Alma-Ata, 1969, p. 395-396.

17 The Mughul Empire (The History and Culture of the Indian People, vol. VII), Bombay, 1974, p. 207.

18 Frye R. N., « Balkh », Encyclopædia of Islam2, Leyde-Londres, 1959, p. 1001 ; Fourniau V., « Balkh », Encyclopædia Iranica, vol. III, Londres-New York, 1989, p. 591.

19 Axmedov B. A., Istoriko-geografičeskaja literatura Srednej Azii XVI-XVIII vekov (pis’mennyepamjatniki), Tachkent, 1985, p. 96.

20 Teufel R, « Quellenstudien zur neueren Geschichte der Chanate », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, XXXVIII, Leipzig, 1884, p. 240.

21 Stori Č. A., Persidskaja literatura. Bibliograficeskij obzor, traduit de l’anglais, remanié et complété par Ju. A. Bregel, II, Moscou, 1972, p. 1139.

22 Axmedov B. A., op. cit., p. 102. B. Axmedov date le même événement du 29 jumâda I 1055 (18, p. 108), probablement par un lapsus calami, car cette date ne concorde pas du tout avec les autres.

23 ‘Abd al-Hâjj Habîbî, Târîkh-i Afghânistân dar ‘asr-i Gurgânî-yi Hind, Kaboul, 1320/1963, p. 108.

24 Elliot H. M., op. cit., p. 79 ; Saksena B. P., op. cit., p. 208 ; The Mughul Empire, p. 206.

25 Ces dates sont indiquées depuis longtemps dans la documentation scientifique : Bartold V. V, « Termez », p. 507 ; id., « Otčet o komandirovke v Turkestan, avgust-sentjabr’ 1920 », Sočinenija, VIII, Moscou, 1973, p. 382, mais nous sommes contraint d’y revenir à cause de divergences d’opinions.

26 Wright H. N., Catalogue of the Coins in the Indian Museum of Calcutta. Including the Cabinet of the Asiatic Society of Bengal, III, Bénarès-Delhi, 1972, p. 111.

27 Masson M. E., « Istoričeskij ètud po numizmatike Džagataidov (po povodu Talasskogo klada monet XIV v.) », Trudy Sredneaziatskogo Gosudarstvennogo Universiteta, N. S., CXI, Tachkent, 1957, p. 92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Kočnev, « Les Moghols et l’Asie centrale, à travers les monnaies de Shah Jahân figurant dans les trésors centre-asiatiques », Cahiers d’Asie centrale, 1/2 | 1996, 257-263.

Référence électronique

Boris Kočnev, « Les Moghols et l’Asie centrale, à travers les monnaies de Shah Jahân figurant dans les trésors centre-asiatiques », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 1/2 | 1996, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/445

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org