Navigation – Plan du site
Dossier. Inde-Asie centrale : routes du commerce et des idées
De l’architecture à la musique

La genèse centre-asiatique des minarets indiens

Galina Pugačenkova
p. 129-132

Texte intégral

1Le minaret, une tour auprès de la mosquée, d’où le muezzin appelle les croyants à la prière, est un élément spécifique de l’architecture islamique. La forme des minarets varie selon les pays, car elle est liée aux formes de l’architecture militaire et en particulier des tours. Aussi le minaret de la Giralda à Séville, celui d’Ibn-Tulun au Caire et le minaret Kalan à Boukhara sont-ils extrêmement différents, bien que leur fonction soit la même.

  • 1 V. A. Šiškin, Minaret i Mečet’ Čar-Sutun v Razvalinah Starogo Termeza, Tachkent, 1945, p. 99 ; A. B (...)

2Le Mawarannahr a connu dès les Xe-XIIe siècles un type de minaret propre, une tour ronde, s’amincissant vers le haut, couronnée d’une lanterne à arcatures couverte par une petite coupole-qubba. On le retrouve dans les mosquées Char-Sutun à Termez, Burana à Balasaghun, à Uzgend, à Boukhara (minaret Kalan), à Vabkend1. Dans leur décor règne la brique cuite, leurs fûts sont répartis en bandeaux, faisant alterner maçonneries simples et ornées de dessins géométriques « girih », avec parfois des inscriptions coufiques. Le minaret et sa lanterne sont couronnés d’une corniche à stalactites saillantes, en briques cuites.

  • 2 M. E. Masson, Minaret i Mečet’, Postroennye k Severu ot Amudar’i p° Utverždennomu Sel’žukidom Sandz (...)

3À la même époque, au sud du Mawarannahr, à la frontière des régions médiévales du Tokharestan et de Chaghanyan, près du village de Jar-Kurgan, furent bâtis une mosquée et un minaret. L’inscription porte la date de 505 de l’Hégire (1110) et donne le nom de l’architecte, ‘Alî b. Muhammad al-Sarakhsî2. Le Tokharestan étant à cette époque sous la domination des Turcs seljoukides, ce minaret constituait une sorte de « tour de victoire » en même temps qu’il avait une fonction religieuse. Pour le bâtir, on envoya le maître-maçon ‘Alî b. Muhammad qui venait des domaines turkmènes de Sarakhs, la grande ville de l’est du Khorassan (ruines aujourd’hui sur la frontière irano-turkmène).

4Le minaret de Jar-Kurgan, différent de ceux du Mawarannahr (y compris celui de la mosquée Char-Sutun à Termez, proche de lui géographiquement et chronologiquement), suit les traditions architecturales du Khorasan. Son fût, aminci vers le haut et couronné par une corniche de stalactites sur laquelle se trouvait la plate-forme pour les muezzins, repose sur une base octogonale. La construction originelle comportait deux autres cylindres superposés, le dernier de petite dimension, l’un et l’autre aujourd’hui disparus, mais l’existence du deuxième est attestée par le dessin d’un peintre russe de la seconde moitié du XIXe siècle.

Minaret de Jar-Kurgan.

Minaret de Jar-Kurgan.
  • 3 G. A. Pugačenkova, Novoe po Arhitekture Srednevekovogo Merva, Trudy Jutakè, t.12, Achkhabad, 1963, (...)

5Contrairement à la tradition architecturale du Mawarannahr, le fût du minaret de Jar-Kurgan est rythmé par des demi-colonnes gaufrées, que couronnent une arcature et une corniche de stalactites. Les murs gaufrés sont typiques de l’architecture préislamique du Khorassan et, en partie, du Khorezm ; on en voit dans le décor des kûshk (châteaux du haut Moyen Age) dont les vestiges jalonnent le Turkménistan du Sud, se rencontrent rarement en Karakalpakie et une seule fois à Termez3. On les retrouve également dans l’architecture de l’Asie centrale des périodes postérieures : ainsi les murs des caravansérails du XIe siècle de Rabat-i Malik sur l’ancienne route de Boukhara à Samarcande, et Akcha Kala dans les Karakoums.

  • 4 J. Sourdel-Thomine, « Deux minarets d’époque seljoukide en Afghanistan », Syria, 1953, p. 108.

6Les deux minarets bâtis par les Ghaznévides Mas‘ūd III et Bahrâm à Ghazna rappellent celui de Jar-Kurgan. De fait, ils furent construits à la même époque et dans le même but, près d’une mosquée aujourd’hui disparue, comme « tours de victoire », bien que la vaillance des deux Ghaznévides ne fût pas éclatante. Ces minarets adoptent la même composition en étoile avec les pans qui se coupent à angle droit. Seul subsiste l’élément du bas, mais une ancienne gravure nous en montre un second4.

Tour de Mas‘ūd III à Ghazna.

Tour de Mas‘ūd III à Ghazna.
  • 5 E. Maricq et G.Wiet, Le minaret de Djam. Mémoires de la Délégation archéologique française en Afgha (...)

7À partir de là, le type du minaret à trois éléments que l’on a évoqué se répand de plus en plus au sud-est. À soixante kilomètres de Hérat, dans les montagnes, à la jonction de trois gorges, se dresse le majestueux minaret de Jam, construit sous le règne de Ghiyâth al-Dîn Muhammad ibn Sâm, pour commémorer une glorieuse bataille. Ce minaret comporte désormais quatre éléments au lieu de trois, amincis vers le sommet, richement décorés de motifs géométriques et épigraphiques disposés verticalement sur l’élément du bas et en bandeaux horizontaux sur les trois autres5.

  • 6 G. A. Pougatchenkova, Chefs-d’œuvre d’Architecture de l’Asie centrale, XIVe-XVe siècle, Presses de (...)

8On continue à élever des minarets aux siècles suivants. Mais désormais ils ne sont plus jamais uniques et tantôt se dressent aux angles de la mosquée, tantôt encadrent le portail principal, tantôt encore couronnent par paires l’iwan de la cour. De plus, ils peuvent entrer dans la composition de bâtiments profanes et, reprenant leur fonction préislamique de tours, flanquent le portail d’un palais (Ak Saray à Shahr-i Sabz) ou les angles des madrasa. C’est autour d’eux que s’organise l’ensemble des bâtiments non cultuels, bien que leur forme même répète la typologie originelle. Parmi les modèles les plus éclatants, celui de Hérat à l’époque timouride : au XVe siècle, une épouse de Shâhrûkh, Gawharshâd, y fait bâtir une masjid-i jum’a (mosquée du vendredi) et une madrasa, et le sultan Husayn Bâyqarâ une autre madrasa. Les minarets jouent un rôle important dans la composition de ces bâtiments : ils gardent toujours trois éléments mais le gaufrage des murs disparaît au profit d’un revêtement en carreaux, en briques glaçurées, en maïolique et en mosaïque, alors en plein épanouissement. Leur ornementation colorée couvre richement la surface des fûts et les corniches des minarets6.

  • 7 V. A. Smith, A History of Tine Arts in India and Ceylon, Bombay, 3e éd., p. 154,159 ; S. I. Tjuljae (...)

9Le minaret Qutb-Minar à Delhi symbolise les progrès de l’islam dans l’Inde déjà conquise depuis longtemps par les Ghaznévides. C’est Qutb al-Dîn qui le fit construire au début du XIIIe siècle (1231), à côté du temple vichnouïte entre-temps transformé en mosquée. Il comprend cinq éléments, imite la composition du minaret de Jam, mais ses parois présentent des demi-colonnes et des demi-pilastres, comme celui de Jar-Kurgan et les tours de victoire de Ghazna, et des bandeaux portant des inscriptions d’une calligraphie raffinée et des corniches-stalactites très ouvragées. Avec ses 70 mètres, c’est l’un des plus grandioses du monde islamique7.

  • 8 S. I. Tjuljaev, op. cit., p. 17, fig. 87-88.
  • 9 V. Smith, op. cit., p. 159 ; S. I. Tjuljaev, op. cit., p. 17, fig. 81.
  • 10 V. Smith, op. cit., p. 159 ; S. I. Tjuljaev, op. cit., p. 17, fig. 80.
  • 11 V. Smith, op. cit., p. 160 et suiv. ; S. I. Tjuljaev, op. cit., p. 18, fig. 84-86.

10En Inde, beaucoup de mosquées furent dotées de minarets, surtout à l’époque des Grands Mogols. On y élabora de nombreuses variantes des minarets à trois éléments. Par exemple, celui de la grande mosquée du vendredi à Delhi (1644-1658), dont chaque élément présente des pans gaufrés8. La construction de tours décoratives en forme de minarets, à l’angle des mausolées, se répand et le minaret, perdant sa fonction religieuse, devient un simple élément architectural. Le mausolée d’I’timâd al-Dawla (1622-1628) est flanqué de lourdes tours octogonales couronnées de pavillons également octogonaux9 ; celui de l’empereur Akbar (terminé en 1613) possède des minarets traditionnels à trois éléments gaufrés10. Les minarets à trois éléments d’un chef-d’œuvre de l’architecture mondiale, le Taj-Mahal à Agra (1615-1632), ne sont plus liés au corps du mausolée et s’élèvent aux quatre angles du piédestal en pierre qui l’entoure. Son unique fonction consiste à organiser l’espace autour du tombeau central. Ses éléments sont lisses et c’est la parfaite maîtrise du travail de la pierre du revêtement qui en constitue l’unique décoration11. Il est à noter que des architectes et des artistes venus de Samarcande, Boukhara, Chiraz, Bagdad et de la Syrie ont participé à la construction et à la décoration du complexe monumental du Taj-Mahal, avec des Indiens, et sous la direction de l’architecte Ustâd-’Isa, que certaines sources présentent comme indien et d’autres comme iranien.

11Ainsi le minaret, une des formes architecturales dont la composition générale aussi bien que la décoration architecturale furent élaborées dans le Khorassan, gagna progressivement l’Inde où il s’enrichit de nombreuses variantes avant de trouver son interprétation propre.

Haut de page

Notes

1 V. A. Šiškin, Minaret i Mečet’ Čar-Sutun v Razvalinah Starogo Termeza, Tachkent, 1945, p. 99 ; A. Bernštam, Arhitekturnye Pamjatniki Kirgizii, Moscou, 1950, p. 40 ; V. A. Nil’sen, Monumental’naja Arhitektura Buharskogo Oazisa, Tachkent, 1956, p. 83.

2 M. E. Masson, Minaret i Mečet’, Postroennye k Severu ot Amudar’i p° Utverždennomu Sel’žukidom Sandzarom Proektu, Achkhabad, 1975 ; Z. A. Aršavskaja, È. V. Rtveladze, Z. A. Hakimov, Srednevekovye Pamjatniki Surhandar’i, Tachkent, 1982, p. 70 ; G. A. Pugačenkova, Puti Razvitija Arhitektury Južnogo Turkmenistana pory Rabovladenija i Feodalizma, Moscou,1958, p. 131.

3 G. A. Pugačenkova, Novoe po Arhitekture Srednevekovogo Merva, Trudy Jutakè, t.12, Achkhabad, 1963, p. 227.

4 J. Sourdel-Thomine, « Deux minarets d’époque seljoukide en Afghanistan », Syria, 1953, p. 108.

5 E. Maricq et G.Wiet, Le minaret de Djam. Mémoires de la Délégation archéologique française en Afghanistan, t. 16, Paris, 1959.

6 G. A. Pougatchenkova, Chefs-d’œuvre d’Architecture de l’Asie centrale, XIVe-XVe siècle, Presses de l’UNESCO, Bologne, 1981, p. 128, 174-175 ; L. Golombek et D. Wilber, The Timurid Architecture of Iran and Turan, Princeton-New Jersey, 1988, p. 305 ; 314 ; 155-158 ; 161 ; 202.

7 V. A. Smith, A History of Tine Arts in India and Ceylon, Bombay, 3e éd., p. 154,159 ; S. I. Tjuljaev, Arhitektura Indii, Moscou, 1939, p. 14, fig. 65-67.

8 S. I. Tjuljaev, op. cit., p. 17, fig. 87-88.

9 V. Smith, op. cit., p. 159 ; S. I. Tjuljaev, op. cit., p. 17, fig. 81.

10 V. Smith, op. cit., p. 159 ; S. I. Tjuljaev, op. cit., p. 17, fig. 80.

11 V. Smith, op. cit., p. 160 et suiv. ; S. I. Tjuljaev, op. cit., p. 18, fig. 84-86.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Minaret de Jar-Kurgan.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tour de Mas‘ūd III à Ghazna.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Galina Pugačenkova, « La genèse centre-asiatique des minarets indiens », Cahiers d’Asie centrale, 1/2 | 1996, 129-132.

Référence électronique

Galina Pugačenkova, « La genèse centre-asiatique des minarets indiens », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 1/2 | 1996, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/430

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org