Skip to navigation – Site map
Un mécontentement social, économique et culturel à l’origine des mobilisations politiques

L’ethnicisation des mobilisations collectives en Asie centrale depuis 1989

The Ethnicisation of Collective Mobilisations in Central Asia since 1989
Этнитизация коллективных мобилизаций в Центральной Азии с 1989 года
Olivier Ferrando
p. 195-223

Abstracts

In the late 1980s Central Asia has experienced the emergence of ethnic organisations that gave an institutional form – either representative or not – to national minorities and enabled them to enter into relation with the authorities. In a changing political environment, these organisations have endeavoured to defend the interests of their group, especially through ethno-political mobilisations, that is, collective actions based on ethnic group identity and framing claims of cultural, social, economic or political dimension.

By exploring the evolution of the structure and rhetoric developed by ethnic minorities in Uzbekistan, Tajikistan and Kyrgyzstan from the perestroika to the early years of independence, this article shows how the actors of civil society – both ethnic organizations and activists – act as a lobbying power to mobilise their community and address demands to state authorities. These examples provide a typology of ethnic activists with two distinct ex- and post-Soviet generations.

Top of page

Excerpt

Full text document will be published online on November 2017.

Outline

La structuration des minorités ethniques à la fin de la période soviétique et les premières années d’indépendance
La dépolitisation forcée des Tadjiks d’Ouzbékistan
L’auto-confinement culturel des Ouzbeks du Tadjikistan
La fragmentation de la société civile ouzbèke du Kirghizstan
Des revendications portées sur la scène publique par des mobilisations ethno-politiques
La théorie des mouvements sociaux et la construction des États-nations
L’activisme ethnique, une menace à la sécurité nationale : le cas de l’Ouzbékistan
Des négociations réussies au Tadjikistan et au Kirghizstan
Les risques d’une allégeance ethnique au pouvoir
Les jeunes élites ethniques : de nouveaux modèles de mobilisation ethno-politique
Au Tadjikistan, les effets de la guerre et du clivage régional
Au Kirghizstan, les modèles de mobilisation ethno-politique de la nouvelle élite ouzbèke
Conclusion : une typologie des activistes ethniques

First lines

À l’instar de la société soviétique, la population d’Asie centrale est composée d’une multitude de groupes nationaux, qu’ils soient originaires de la région ou arrivés, de manière volontaire ou forcée, après la colonisation russe puis l’instauration du régime soviétique. En Asie centrale, la question des nationalités est longtemps restée dominée par la doxa de l’amitié des peuples, laissant peu de marge à l’expression de revendications ethniques. C’est à la faveur de la politique d’ouverture voulue par Mikhaïl Gorbatchev, à son arrivée à la tête du Parti communiste de l’URSS en 1985, que les groupes nationaux ont pu exprimer plus librement leurs critiques à l’égard du régime et leur quête d’une plus grande autonomie politique, économique et culturelle. Forts de leurs élites administratives, les groupes titulaires des républiques d’Asie centrale (par exemple les Ouzbeks d’Ouzbékistan) furent les premiers à formuler des revendications nationales pour réhabiliter leur identité, qu’ils ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Olivier Ferrando, « L’ethnicisation des mobilisations collectives en Asie centrale depuis 1989 », Cahiers d’Asie centrale, 26 | 2016, 195-223.

Electronic reference

Olivier Ferrando, « L’ethnicisation des mobilisations collectives en Asie centrale depuis 1989 », Cahiers d’Asie centrale [Online], 26 | 2016, Online since 01 November 2017, connection on 24 March 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/3319

Top of page

About the author

Olivier Ferrando

Olivier Ferrando est docteur en science politique et chercheur associé au Centre de recherches internationales (CÉRI) de Sciences Po. Il a dirigé l’Institut français d’études sur l’Asie centrale (IFÉAC) à Bichkek de 2013 à 2016. Ses recherches portent sur les minorités ethniques en Asie centrale, les mobilisations identitaires et les transformations sociales de la région depuis la fin de l’URSS. Contact : olivierferrando@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Les cahiers de Revues.org