Navigation – Plan du site
Un mécontentement social, économique et culturel à l’origine des mobilisations politiques

L’ethnicisation des mobilisations collectives en Asie centrale depuis 1989

The Ethnicisation of Collective Mobilisations in Central Asia since 1989
Этнитизация коллективных мобилизаций в Центральной Азии с 1989 года
Olivier Ferrando
p. 195-223

Résumés

Dès la fin des années quatre-vingt, des organisations ethniques apparaissent en Asie centrale pour donner une forme institutionnelle – représentative ou non – aux minorités nationales et leur permettre ainsi d’entrer en relation avec les autorités. Dans un environnement politique changeant, ces organisations n’ont eu de cesse de défendre les intérêts de leur groupe, notamment par le biais de mobilisations ethno-politiques, c’est-à-dire des actions collectives fondées sur l’identité ethnique du groupe et formulant des revendications d’ordre culturel, social, économique ou politique.

En étudiant l’évolution des structures et des discours portés par les minorités ethniques d’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Kirghizstan de la perestroïka aux premières années d’indépendance, cet article a pour objectif de montrer comment les acteurs de la société civile – organisations ethniques et activistes – interviennent comme force de lobby pour mobiliser leur communauté et porter des revendications auprès de leurs États de tutelle. Ces différents exemples permettent d’établir une typologie des activistes ethniques, où se distinguent les générations ex- et post-soviétique.

minorités ethniques, action collective, société civile, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizstan

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

La structuration des minorités ethniques à la fin de la période soviétique et les premières années d’indépendance
La dépolitisation forcée des Tadjiks d’Ouzbékistan
L’auto-confinement culturel des Ouzbeks du Tadjikistan
La fragmentation de la société civile ouzbèke du Kirghizstan
Des revendications portées sur la scène publique par des mobilisations ethno-politiques
La théorie des mouvements sociaux et la construction des États-nations
L’activisme ethnique, une menace à la sécurité nationale : le cas de l’Ouzbékistan
Des négociations réussies au Tadjikistan et au Kirghizstan
Les risques d’une allégeance ethnique au pouvoir
Les jeunes élites ethniques : de nouveaux modèles de mobilisation ethno-politique
Au Tadjikistan, les effets de la guerre et du clivage régional
Au Kirghizstan, les modèles de mobilisation ethno-politique de la nouvelle élite ouzbèke
Conclusion : une typologie des activistes ethniques

Aperçu du texte

À l’instar de la société soviétique, la population d’Asie centrale est composée d’une multitude de groupes nationaux, qu’ils soient originaires de la région ou arrivés, de manière volontaire ou forcée, après la colonisation russe puis l’instauration du régime soviétique. En Asie centrale, la question des nationalités est longtemps restée dominée par la doxa de l’amitié des peuples, laissant peu de marge à l’expression de revendications ethniques. C’est à la faveur de la politique d’ouverture voulue par Mikhaïl Gorbatchev, à son arrivée à la tête du Parti communiste de l’URSS en 1985, que les groupes nationaux ont pu exprimer plus librement leurs critiques à l’égard du régime et leur quête d’une plus grande autonomie politique, économique et culturelle. Forts de leurs élites administratives, les groupes titulaires des républiques d’Asie centrale (par exemple les Ouzbeks d’Ouzbékistan) furent les premiers à formuler des revendications nationales pour réhabiliter leur identité, qu’ils ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Ferrando, « L’ethnicisation des mobilisations collectives en Asie centrale depuis 1989 », Cahiers d’Asie centrale, 26 | 2016, 195-223.

Référence électronique

Olivier Ferrando, « L’ethnicisation des mobilisations collectives en Asie centrale depuis 1989 », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 26 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/3319

Haut de page

Auteur

Olivier Ferrando

Olivier Ferrando est docteur en science politique et chercheur associé au Centre de recherches internationales (CÉRI) de Sciences Po. Il a dirigé l’Institut français d’études sur l’Asie centrale (IFÉAC) à Bichkek de 2013 à 2016. Ses recherches portent sur les minorités ethniques en Asie centrale, les mobilisations identitaires et les transformations sociales de la région depuis la fin de l’URSS. Contact : olivierferrando@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org