Navigation – Plan du site
L'espace kazakh ou comment diviser l'infini

La Grande Horde (Uly Žuz) au croisement des sources

Nurbulat Masanov
Traduction de Alié Akimova
p. 73-118

Résumés

Les origines des tribus de la Grande Horde (ou Žuz aînée) demeurent peu claires et sont largement hétérogènes. Il apparaît nécessaire de rassembler les sources disponibles sur l’organisation des trois hordes kazakhes d’ascendance mythique, qui partagent un fond ethnique commun. Cette organisation repose sur la gestion des hommes en un système tribal complexe et sur la gestion d’un territoire difficile à contrôler et nécessitant un modèle économique adapté à la précarité des ressources et à l’immensité des espaces.

Le but de ce chapitre est de présenter au lecteur francophone un état des connaissances sur les onze grandes tribus constituant la Grande Horde, avec une tentative de nommer leurs subdivisions claniques, de les localiser (près des rivières ou des piémonts), d’en présenter leur origine et leur « généalogie reconstruite », et de rapporter les polémiques existant à leur sujet. Pour ce faire, l’auteur puise aux sources qui relèvent de la tradition orale consignée par des observateurs du XIXe et du début du XXe siècle, mais également des généalogies tribales qui constituent une partie essentielle du patrimoine écrit de ces populations. Ces éléments sont propres à l’organisation nomade de la société kazakhe et expliquent le caractère descriptif du propos. Ils représentent un document significatif pour comprendre l’originalité de cette forme d’organisation du pouvoir sur l’espace et les groupes sociaux kazakhs, à la veille des bouleversements du XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Jusqu’à la veille de la colonisation russe, la société nomade des Kazakhs se divisait traditionnellement en communautés ethniques autonomes et indépendantes qui fonctionnaient parallèlement. La société kazakhe se reconnaissait une origine ethnique commune à caractère mythique, un certain Alaš ou Qotan étant considéré comme l’ancêtre éponyme. Elle se divisait en trois žuz (horde en français, orde en vieux français).

2Le mot žuz signifie littéralement « centaine » (cent hommes) et plusieurs chercheurs l’expliquent par la persistance du système décimal dans l’organisation militaire des nomades et en particulier dans l’armée de Gengis-Khan. Sur le plan sémantique, ce terme signifie « partie de quelque chose ».

3Le reste de la société, en particulier, les familles de hautes lignées étaient intégrées dans le groupe appelé Aq suyek (Os blanc) qui se subdivisait en Töre (descendants de Gengis-Khan) et Hoža (descendants du Prophète et de ses disciples). Les représentants de ces deux groupes occupaient donc une place privilégiée dans la société kazakhe. Le milieu des Töre formait l’élite au pouvoir, tandis que les leaders spirituels et religieux venaient du groupe Hoža. Les femmes appartenant à ces deux groupes ne pouvaient épouser quiconque d’un statut inférieur.i

Un système spécifique ethno-territorial

4La division des nomades kazakhs en trois hordes – la Petite, la Moyenne et la Grande (ou cadette, moyenne et aînée) – est liée au système de parenté et aux catégories généalogiques, ce qui a entraîné un système tribal complexe, s’appuyant sur des relations fortement subordonnées.

5Ce système en trois hordes est dû à la spécificité du processus historique, économique et culturel qui s’est déroulé dans les trois aires géographiques conjointes : le Semireč’e et le sud du Kazakhastan (Grande Žuz), l’ouest du Kazakhstan (Petite Žuz) et le nord, l’est et le centre du Kazakhstan (Moyenne Žuz). Cette spécificité du développement régional relève, comme d’ailleurs plusieurs autres aspects de la vie nomade, des catégories du système de parenté généalogique.

  • 1 L’essentiel de ce chapitre provient de la publication majeure de son auteur : Masanov, N.E., 2011 ( (...)

6Les Kazakhs de la Grande Horde occupaient traditionnellement le territoire du Semireč’e et en particulier le bassin du fleuve Ili et ses nombreux affluents, ceux situés au pied des montagnes Alatau, Qaratau et des chaînes de montagnes kirghizes, le territoire pris entre les fleuves Tchou et Talas et le haut et moyen Syr-Daria. Les pâturages d’hiver se trouvaient, en général, dans les plaines sablonneuses, les vallées et aux pieds des montagnes. Les lieux d’estivage se situaient dans les régions de hautes montagnes de l’Alatau et des Tian-Chan et au nord – le long des fleuves et des lacs. Ils pratiquaient l’élevage extensif, mais dans les vallées fluviales, dans les oasis et dans les plaines situées au pied des montagnes, ils avaient également recours à l’agriculture irriguée en construisant des canaux d’irrigation.1

Les premières mentions dans les sources : la polémique

7La Grande Horde, en tant que formation ethno-territoriale a été mentionnée

  • 2 Ibragimov & Ûdin, 1969, pp. 242-243.

8pour la première fois au début du xviie siècle2. Les tribus de cette horde, nommées également Ujsun sont souvent confondues avec les Usun des anciennes chroniques dynastiques chinoises. Cette hypothèse proposée au milieu du xixe siècle par l’orientaliste russe Grigor’ev fut ensuite développée à l’époque soviétique dans les ouvrages scientifiques concernant l’histoire ethnique du Kazakhstan méridional.

  • 3 Gafurov, 1972, p. 131 et sqq.

9Pourtant cette thèse, basée surtout sur la ressemblance entre ces deux termes ethniques n’est pas fondée, car ces ethnonymes sont séparés par un abîme temporel de 1 500 ans. Des raisons linguistiques peuvent être aussi invoquées. En fait, l’ancienne transcription chinoise du terme Usun étant o-swôan ou uosuan3, il est fort probable que les auteurs qui pensent que l’ethnonyme kazakh Ujsun n’a rien à voir avec l’ancien terme chinois u-sun aient raison.

  • 4 Rašid ad-Din, 1952, p. 274.

10À notre avis, l’ethnonyme kazakh Ujsun est plus récent et provient plutôt du terme mongol Ušin ou Hušin qui est lié au partage par Gengis-Khan de son empire entre ses quatre fils. On sait que son fils aîné Djochi a hérité de 4 000 soldats dont 2 000 appartenaient à une tribu nommée Hušin4. C’est Aristov qui fut le premier à attirer notre attention sur ce fait en disant que les Ujsun kazakhs ne sont que les traces d’une tribu mongole nommée Ujšin. De plus, la majorité des ethnonymes kazakhs concernant les tribus de la Grande Žuz ont des origines mongoles (Dulat, Žalajyr, etc.).

11À une époque postérieure, la tribu connue sous le nom d’Ujsun a fait partie des Ouzbeks du Dašt-i Qypčak et s’est déplacée probablement vers le sud et le sud-est du Kazakhstan au temps des campagnes de Muhammad Chaybani-Khan au Mavarannahr. Là, ils auraient pu s’emparer du pouvoir politique des tribus nomades locales. C’est au xvie ou au xviie siècle que les Ujsun, selon la tradition nomade, ont attribué leur nom à toutes les tribus conquises, sous le vocable général de Kazakhs de la Grande Žuz.

  • 5 Ûdin, 1965.

12Les peuples vivant sur le territoire de la Grande Horde à l’époque médiévale étaient sans aucun doute, les nomades qui ont fait partie de l’ulus Čagataj et, après sa disparition, du Mogolistan. Dans les narrations de l’époque, on note souvent le caractère clanique des tribus mongoles qui comprenaient les sous-tribus suivantes : Qerait, Qangl, Arkanud, Sulduz, Doglat, Čoras, Qurlagut, Qarluk, Itarči, Qonči-sagryči, Qušči, Bajrin, Qaliči, Bulgači, Arlat, Barlas, Dohtuj, Ârqi, Ordabegi, Merkit, Šunkarči, Narin, Dolan, Balyqči, Tatar, Turqat, Hibat, Uzbek, Daruga, Quqanut, Qaj, Qadak, Nojgut, etc.5

Retour sur le contentieux entre Kazakhs et Kalmouks (Djoungar)

13Il est évident que toutes ces tribus ne sont pas à l’origine des Kazakhs de la Grande Žuz, car une bonne partie d’entre elles vivait en dehors du territoire du Kazakhstan du sud-est, en Djoungarie et au Turkestan oriental. Ainsi, la tribu nommée Čoras vivait à l’est du Mogolistan, en dehors du Semireč’e. Il faut dire que la majorité des tribus mongoles ont quitté le territoire du Mogolistan au cours de campagnes militaires. Au cours du processus de kazakhisation du Kazakhstan du sud et du sud-est qui a commencé apparemment dans les années 1460 et a duré jusqu’aux xvi-xviie siècles, les tribus mongoles ont perdu successivement leur influence politique au profit de celle des Ouzbeks et des Kazakhs. En plus, il n’est pas à exclure que certaines tribus n’aient pas conservé leurs noms ethniques pour en acquérir de nouveaux, déjà kazakhs.

14Plus tard, à l’époque de l’expansion djoungare vers l’ouest, les Kazakhs de la Grande Horde ont lutté pour leurs pâturages pendant plusieurs années. Vers les années 1680, ils avaient totalement perdu leurs territoires à l’est du Semireč’e pour être poussés loin vers l’est, sur le territoire entre les fleuves Tchou et Talas et ensuite encore plus loin vers la région du Syr-Daria. Ainsi en 1697, selon les sources historiques, la frontière des Kalmouks (Djoungar)

  • 6 Gol’denberg, 1976, p. 232.
  • 7 Bakunin, 1995, p. 21.

[…] confinait à l’ouest aux peuples de la Horde kazakhe le long des fleuves Talas et Tchou et du mont Ulutau »6. Les sources historiques témoignent également que « les Zengor erraient le long du fleuve Ili et aux alentours du lac nommé Balkhach-nur, situé au 48O de latitude nord et dans lequel se jette le fleuve Ili. Ils avaient au pouvoir leurs khans et souverains...7

15Les légendes et traditions populaires témoignent de la lutte acharnée des Kazakhs contre les Djoungar. Ce n’est qu’après la défaite du khanat Djoungar par la Chine des Tsin en 1758, que les Kazakhs de la Grande Horde se réinstallent sur leur territoire au Kazakhstan du sud-ouest et, à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle, au Semireč’e, pour avancer ensuite vers l’est, en Asie intérieure sur le territoire de la Djoungarie.

La question de la possession de Tachkent

16Les sources historiques du milieu du xviiie siècle (1748) notent :

  • 8 Kireev, 1961, p. 408.

17On élit les khans de la Grande Horde [...] Le Khan vit à Tachkent, mais à l’heure actuelle ils n’ont pas de khan [...] Les khans n’y sont pas héritiers mais élus [...] Les noms des anciens khans ne sont pas connus, car il n’y existe pas d’histoire écrite8.

18En 1779 le capitaine G. Liligrane a écrit :

  • 9 Kireev, 1964, p. 96.

19Les Kirghizes de la tribu Kungrad ont fait la guerre contre les Kirghizes de la tribu Usun appartenant à la même Horde. Les Kungrad ont perdu 500 hommes et les Usun 200. C’est pourquoi les Koungrad se sont considérés vaincus et, ayant abandonné tous leurs biens, se sont sauvés pour chercher la protection d’Ablaj-Khan...9

  • 10 Kireev, ibid.

20En 1802, les envoyés russes Pospelov et Burnašev ont rapporté que les Kazakhs de la Grande Žuz non seulement ne dépendaient pas du souverain de Tachkent, mais gênaient souvent les urbains car leurs pillages qui duraient depuis longtemps représentaient un vrai danger. Plusieurs villages étaient à leur merci. Mais voilà que depuis trois ans ledit souverain s’est mis à les soumettre à son pouvoir, plus par force que par douceur. En 1798, il a conquis sans verser le sang toute la Grande Horde avec ses villes et ses villages. Depuis ce temps-là, ils sont devenus ses sujets et ont aidé à plusieurs reprises les Tachkentois dans la lutte contre leurs ennemis. Le nombre des Kirgiz-qajsak n’est pas inférieur à celui des Tachkentois10.

La structure tribale de la Grande Horde, divergence d’approche

21La composition tribale des Kazakhs de la Grande Žuz est évoquée dans toutes les sources depuis la fin du xviiie et jusqu’au début du xxe siècle, d’une façon contradictoire et inadéquate. Le témoignage le plus ancien de l’envoyé tatare Mirza Tevkelev, daté de 1748 précise que

  • 11 Kireev, 1961, p. 407.

Dans la Grande Horde, il y a dix tribus, toutes appelées Ojsun, mais ce titre se subdivise en Botboj ojsun, Čerm ojsun, Žanes ojsun, Sikam ojsun, Adbansuvan ojsun, Sary ojsun, Sly ojsun, Čanekly ojsyn, Kanly ojsun, Čalaer.11

22Ryčkov en 1759 a fait la description suivante des Kazakhs de la Grande Žuz :

  • 12 Ryčkov, 1896, p. 71.

Cette horde reconnaît comme son souverain le khan nommé Aubasar et son fils Ablyazi saltan. Cette horde est plus pauvre et moins nombreuse que celles qu’on décrit plus bas. Les plus illustres tribus qui la composent sont les suivantes : Žanys, Sejkym (de la tribu d’Aubasar khan), Šymyr, Ujsun, Kanly, Šanyškly, Alban-suan, Yssty. Elles sont sous le pouvoir d’Abljazi-saltan.12

  • 13 Kireev, 1964, p. 223.
  • 14 Valikhanov, 1984-1985, t. 1, p. 539.

23Les sources historiques du début du xixe siècle, en particulier la Description des tribus de la Grande Horde datée de 1825, témoignent que « Les Kirghizes de la Grande Horde s’appellent tous les Ujsun. Ils se divisent en cinq tribus nommées Dulat, Alban, Žalajyr, Čaprašty, Suan »13. Selon Valikhanov, Tobey avait un fils : Ujsyn, qui à son tour avait quatre fils : Mekren, Lajki et Qogam. Mekren est à l’origine de la tribu des Žalajyr. Qoelder a eu un fils nommé Qatagan, Majki a eu un fils nommé Abak et Qogam a eu pour fils Kanly. Abak est à l’origine des tribus Yssty, Bajdabek, Šaprašty et Ošakty. Sary Ujsun et Džaršak, fils de Bajdabek, ont donné naissance aux tribus Alban, Duvan et Suvan14.

24L’orientaliste russe Venûkov affirme que :

  • 15 Venûkov, 1871, pp. 335-336.

Les Kirghizes de la Grande Horde se divisaient depuis longtemps en trois grandes tribus : Žalajyr à Qaratal, Adban des deux côtés de la chaîne montagneuse Altyn-Imel et en partie à Tcharyn, et Dulat à l’ouest de Tcharyn jusqu’au lac Balkhach et au sud de l’Ili jusqu’aux montagnes de l’Alatau.15

  • 16 Smirnov, 1887, pp. 318-319.

25À la seconde moitié du xixe siècle, Smirnov a noté que les Kazakhs de la Grande Žuz se divisaient en deux branches : Ujsun et Dulat. Les Ujsun comprennent les tribus suivantes : Sary Ujsun, Srgeli, Tarak, Yssty, Ošakty, Ojmaut, Šaprašty, Suan, Abdan et Qatagan. Les Dulat se divisent en Šymyr, Šanyškly, Žanys, Kangly, Alair, Botpaj et Sejkym16.

26Radlov à la fin du xixe siècle propose une structure assez originale des Kazakhs de la Grande Žuz. Il estime que cette horde se divise en « aile ouest et aile est ».

  • 17 Radlov, 1889, p. 111.

27Ce sont les tribus Suan et Abdan qui composent l’aile est qui s’étend de la frontière chinoise jusqu’au lac Issik-kul. La partie ouest comprend la tribu Syhim près de Tchimkent, Žamys, Temir, Šymyr, Botpaj près d’Aulieata et Qur ulus, Beš teng bala, Sireli, Yssty, Otaqči, Žalajyr, Šappas près de Tachkent. On y rencontre également les peuples-serfs appartenant au sultan : les Karakalpaks, les Turekpen, les Qangdi et les Telengut17.

De la généalogie appliquée au territoire

  • 18 Potanin, 1884, p. 14.

28Les traditions généalogiques des Kazakhs notées par le spécialiste d’ethnographie kazakhe Potanin, attestent que l’ancêtre des Kazakhs de la Grande Žuz a eu deux fils nommés Abak et Tarak.18 Abak, selon certaines sources, a eu trois fils : Dulat, Alban et Suan. Pour les autres sources Sary Ujsun fut son quatrième fils. Sa seconde femme (Toqal) fut à l’origine d’autres tribus au nombre de quatre : Šaprašty, Ošakty, Yssty et Srgeli. Tarak a donné naissance à la tribu Žalajyr. Les tribus Kangly et Šanyškly sont étrangères, nouvelles venues (kermè).

29Par ailleurs, selon des traditions populaires modernisées, les Kazakhs de la Grande Žuz se divisaient en groupes tribaux suivants : Žalajyr, Ošakty, Dulat, Kanly, Sary Ujsun, Šaprašty, Šanyškly, Syrgeli, Yssty, Alban, Suan. La place des Katagan, des Bestamgaly et de certains autres groupes dans cette horde n’est pas encore bien précisée.

30Ainsi, la structure hiérarchique des groupes tribaux de la Grande Horde n’est pas claire. Une remarque de Černovskij qui a étudié le système d’installation des Kazakhs dans le bassin du fleuve Tchou nous paraît interessante. Il a écrit :

  • 19 Černovskij, 1915, p. 14.

La Grande Horde s’est installée en haut du fleuve, elle est suivie par la Horde Moyenne et la Petite Horde se trouve en bas du fleuve. À l’intérieur de chacune d’elles, les aînés s’installent plus haut sur le courant du fleuve.19

31Il est probable que le droit d’aînesse strictement hiérarchisé de la plupart des tribus kazakhes ait déterminé leur territorialisation et ait été la conséquence directe de leur domination politique et militaire qui a servi de base au système de relations hiérarchiques et subordonnées. Il semble que la domination de certains groupes tribaux sur les autres ait pris plus tard une forme de mythes et ait été interprétée dans le cadre de principes et de catégories de parenté généalogique.

Approche démographique : complexité et approximation

  • 20 Sadykova, 1948, p. 512.
  • 21 Kireev, 1964, p. 214.
  • 22 Gagemejster, 1854, p. 10.
  • 23 Aristov, 1894, p. 400.
  • 24 Tynyšpaev, 1925, p. 63.

32Les sources du début du xixe siècle indiquent que le nombre global des Kazakhs de la Grande Horde atteignait 70 000 familles20. En 1824, le responsable du ministère des Affaires étrangères de Russie, Neselrode, écrit que 165 000 Kazakhs mâles de la Grande Horde sont devenus sujets russes21. Gagemejster a noté que leur nombre s’élevait à 200 000 personnes au milieu du xixe siècle22. Vers la fin du xixe siècle, Aristov estimait que le nombre des Kazakhs de la Grande Horde était de 110 000 familles23. Le chiffre avancé par Tynyšpaev – plus de 1 200 000 personnes – nous paraît excessif24. Selon ces deux dernières sources se rapportant à la fin du xixesiècle, la Petite Horde comptait, 1,2 million de personnes et la Moyenne, 1,5 million.

33En réalité et selon l’analyse de sources authentiques, le nombre des Kazakhs de la Grande Horde, à la charnière des xix-xxesiècles est estimé à 680-700 000 personnes dont 200 000 Dulat, 100 000 Žalajyr, 15-20 000 Ošakty, 110-120 000 Alban,10 000 Sary Ujsun, 55 000 Šaprašty, 35-40 000 Syrgeli, 60-65 000 Yssty, 30-35 000 Suan, 10 000 Anyškly et 50 000 Kanly.

34Ces chiffres sont confirmés par les documents du premier recensement de la population de l’Empire russe de 1897 qui a établi que 834 586 personnes vivaient dans les régions de Vernyj, Kopalsk, Džarkent, Aulie-Ata et de Tchimkent. Si l’on en déduit les membres de la Moyenne et de la Petite Horde, nous obtenons le chiffre sus-mentionné.

35L’annexion du territoire des Kazakhs de la Grande Horde par la Russie a eu lieu au milieu du xixe siècle. Une Commission de gestion spéciale des Kirghizes de la Grande Horde a été créée, dans un premier temps, en 1848, sous la direction d’un Commissaire. En 1856, cette gestion a été modifiée lors de la formation de la région d’Alatau. En 1854, les Kazakhs de la Grande Žuz vivant au nord du Semireč’e sont entrés dans la région militaire de Kopalsk. À la suite des réformes de 1867, 1886 et 1891, ils ont formé les districts de Kopalsk, Vernyj et de Džarkent au sein de la région de Semireč’e et les districts de Tchimkent et Aulie-Ata au sein de la région de Syr-Daria, qui faisaient partie de l’Empire russe.

La tribu Dulat

Sa localisation

36Ses membres occupent la majorité du territoire de la Grande Horde. Leurs zones de campement s’étendent de l’est à l’ouest à des centaines de kilomètres de l’Ili jusqu’au Talas et au Tchou ; des montagnes de l’Alatau et du Karatau jusqu’au cours moyen du Syr-Daria ; du sud jusqu’au nord du Tian-Chan, jusqu’au Tchou, aux sables de Moyunkum et au sud du lac Balkhach.

37Selon une information datée de 1846 :

  • 25 Kireev, 1964, p. 327.

38Les sultans et les bij de la Grande Horde appartenant aux tribus Dulat, Abdan, Suan, Čapraš, et Žalajyr ont pris la décision de considérer le sultan rebelle Kenesary Kasymov et ses partisans comme un ennemi, de rompre tout contact avec lui et de l’éloigner des lieux leur appartenant.25

39En 1858, le gouverneur des Kirghizs du Syr-Daria a fait savoir que les Kazakhs de la tribu Dulat, aidés des représentants des autres tribus

  • 26 Kireev, ibid.

[…] ont assiégé Aulie-Ata et les autres forteresses telles que Čulak, Aqsajuta, Tukpak-Čilek et ont contraint le gouverneur de Tachkent à s’enfermer à l’intérieur de la forteresse. Selon les dernières informations, la forteresse de Merk a été prise par la tribu Dulat.26

  • 27 Venûkov, 1871, p. 336.

40Plus tard, Venûkov parlant du loyalisme envers l’État russe des Kazakhs de la Grande Horde du sud-est du Kazakhstan, a noté que « les Dulat, voisins de nos terres de l’autre côté de l’Ili sont plus sûrs que les autres tribus, mais en 1861 au moment de l’insurrection des Kokandi dans cette région, ils ne se sont pas conduits d’une façon correcte »27.

41Plusieurs auteurs lient les origines des Dulat aux Turcs occidentaux, connus dans les anciennes chroniques chinoises sous le nom de Dulu. Une telle hypothèse est néanmoins fort discutable à nos yeux car l’ancienne transcription chinoise correspondait au nom ethnique Tuet-liuk, ce qui n’a rien à voir avec l’ethnonyme Dulat. Le savant Barthold a de surcroît indiqué que le rapprochement des termes Dulat et Dulu n’était pas du tout pertinent :

  • 28 Barthold, 1968, p. 270.

Jusqu’au xvIe siècle, écrit-il, cet ethnonyme se transcrivait comme « Duklat ». [Les Duklat] étaient au xiiie siècle, voisins des Tajdžiût vivant à Selenga, lesquels, selon Rašid ad-Din, étaient Mongols. Ces Duklat ne pouvaient rien avoir de commun avec les Dulu turcs.28

42Il est donc évident que le nom tribal Dulat vient directement de l’ethnonyme mongol Duklat. Les Duklat représentaient une des tribus les plus proches de celle de Gengis-Khan, ayant pour origine commune l’aïeul légendaire des Mongols, Alan-goa. Ils faisaient partie du groupe tribal Nirun et jouèrent un rôle très important dans l’ascension politique de Gengis-Khan.

43Barthold a écrit :

  • 29 Barthold, ibid., pp. 529-530.

Les Duklat, sont apparus en Asie centrale à la seconde moitié du xvie siècle. C’était une tribu d’élite dont les représentants ont occupé des postes clés dans l’État de Timour et de ses successeurs et dans les régions orientales de l’ancien État de Čagataj. Les Duklat du Turkestan chinois ont été encore plus puissants, car ils y régnaient sur d’immenses territoires en tant que princes, régents et étaient capables d’élever sur le trône ou d’en déloger les souverains de la dynastie régnante.29

44À l’époque suivante, les Duklat écrit comme Doglat, sont mentionnés comme une partie des tribus de Mogolistan. Ûdin, célèbre orientaliste kazakhstanais a écrit :

  • 30 Ûdin, 1965, p. 75 ; Gubareva, 1980, p. 232.

Les Doglat ont pris une part active à la vie politique du Mogolistan et représentaient une de ces plus puissantes tribus. Au cours des siècles, ils ont joué un rôle d’une grande importance dans la vie politique de Kachgar et de Khotan, aux frontières d’Andijan, de Fergana, de Hissar et probablement d’autres régions de l’Asie centrale.30

  • 31 Galkin, 1868, p. 6.

45Il paraît tout à fait certain qu’à la suite de tous ces événements, les Dulat sont entrés dans la Grande Horde pour devenir une des plus puissantes tribus de ce groupe ethno-territorial. En plus, selon les informations de Makšeev, les Dulat du groupe Ujsun sont aussi mentionnés comme faisant partie du groupe turcophone mi-sédentaire Kurama, installé dans la région de Kurama, ainsi que parmi les Turkmènes31.

Son importance numérique

  • 32 Aristov, 1894, p. 400.

46Les Dulat représentent une des plus importantes tribus de la Grande Horde. Au début du xixe siècle, ils comptaient, selon plusieurs auteurs, 40 000 familles. Vers le milieu du siècle, le chiffre précis était de 37 672 familles, pour atteindre selon Aristov 40 000 familles à la fin du siècle32.

  • 33 Tynyšpaev, 1925, p. 63.
  • 34 Abramov, 1867, p. 268.
  • 35 Radlov, 1889, p. 114.

47Tynyšpaev a évalué qu’au début du xxe siècle, on comptait 460 000 Dulat, soit 140 000 dans la région de Tchimkent, 140 000 dans celle d’Aulie-Ata, 100 000 et 80 000 dans celles de Vernyj et de Pišpek33. Cependant, l’analyse de ces chiffres est contestable. En effet, selon les informations officielles présentées par l’administration tsariste, en 1856 dans le nouveau district d’Alatau, il y avait 9 500 familles Dulat. Plus tard, Abramov a noté que, vers les années 1860, dans les environs d’Almaty vivaient 6 672 familles Dulat34. Selon Makšeev, pendant la même période, il y avait dans la région de Tchimkent, 4 800 familles Dulat et Šaprašty, dans la région d’Aulie-Ata 7 850, dans la région de Tachkent 380 familles, dans la région de Vernyj 12 09635.

  • 36 Grodekov, 1889, pp. 17-19.

48Au début des années 1870, Les Documents statistiques du Turkestan recensent 7 840 familles Dulat dans la région de Vernyj, ce qui représente 40,4 % de l’ensemble de la population de cette région, 5 250 familles dans celle de Tokmak, 11 902 familles – ou 59 510 Dulat – dans celle d’Aulie-Ata, soit 46,89 % de la population de la région. Vers la fin des années 1880, selon Grodekov, dans la région de Tchimkent, il y avait 8 824 familles Dulat36. L’on peut donc en conclure que le chiffre global, pendant cette période, s’élevait à 35 000 familles Dulat.

  • 37 Fedorov, 1910, p. 109.
  • 38 Rumâncev, 1913, pp. 48-68.

49Au tournant du xxe siècle, selon les sources de Fedorov, il y avait dans la région de Pišpek 43 546 Kazakhs Dulat37, ils étaient plus de 61 000 dans celle de Vernyj et, dans l’ensemble du Semireč’e, l’on en comptait plus de 104 600. En 1913, 2 457 familles Dulat vivaient dans la région de Tchou et dans le bas Talas. L’ouvrage Documents concernant l’étude de la région de Semireč’e, réunis sous la direction de Rumâncev, estime à 10 834 familles le nombre de Dulat dans la région de Vernyj au début du xxe siècle38.

50Ainsi, les Kazakhs de la tribu Dulat représentaient une partie importante de la population nomade kazakhe dans les trois régions du Kazakhstan du sud : Vernyj, Aulie-Ata et Tchimkent, ainsi que dans les régions limitrophes de l’actuelle Kirghizie. Leur nombre global à la fin du xixe et au début du xxe siècle était supérieur à 200 000.

Sa généalogie

51Les Dulat se divisaient en quatre groupes généalogiques importants : Botpaj, Šymyr, Sejkym et Žanys. Certaines traditions généalogiques y incluent aussi les Sary Ujsun, Yssty, Šaprašty et les groupes des autres tribus, mais cette information n’est pas confirmée par les actuels šežere (arbres généalogiques) kazakhs. Pourtant il ne faut pas exclure qu’au bas Moyen Âge, tous ces groupes aient pu faire partie des Dulat pour se séparer d’eux à une époque postérieure.

Ses clans

Les Sejkim

  • 39 Aristov, 1894, p. 396.
  • 40 Abramov, 1867, p. 267.
  • 41 Tynyšpaev, 1925, p. 65.

52Selon Ûžakov, ils se divisaient à leur tour en groupes tribaux suivants : Kosijrek, Šuuldak, Togotaj et Boras, et selon la liste de la région de l’Alatau en : Qara-kojly, Ak-kojly, Kkosijrek et Šuuldak39. D’après Abramov, la tribu Sejkym se divise en cinq clans : Qarakojly, Aqkojly, Kusayryk, Šuuldak et Biglan40. C’est dans l’ouvrage de Tynyšpaev que l’on trouve les informations les plus complètes. Il présente la structure suivante des Sejkym : Boras (Qara-kojly), Togotaj, Buas, Šuuldak (Bajseit), Kosayryk (Tokseit), Akylbek, Kuttybaj, Aq-kojly (Esbol, Eskeldy et Qara)41.

53Abramov a souligné que les Sejkym vivaient dans la région d’Almaty et que les autres trois grandes tribus Dulat (Butbaj, Čimyr et Žanyh) nomadisaient d’Almaty jusqu’à Tachkent et de l’autre côté du Kopal vers l’Ili. Le clan Sejkym possèdait ses propres territoires de campement d’été et d’hiver dans les montagnes de l’Alatau et dans les vallées des fleuves Turgen, Talgar, Bile-Bulak, Kuturbulak, Alamata, Kaskelen, Kargala, Čemolgan, Uzun-Agač, Qarastek.

Les Botpaj

  • 42 Aristov, 1894, p. 395.
  • 43 Tynyšpaev, 1925, p. 65.
  • 44 Ismagulov, 1977, p. 13.

54Selon Aristov, ce second clan se composait de deux groupes tribaux : les Kudajkul et les Čagataj. Le groupe Kudajkul était lui même formé des Bes-tursuk, Alim-žanys et Syirši. Celui des Čagataj comprenait les sousclans suivants : Esenbaj, Žan-kojlyk, Asan-tajlak, Akša, Kožaj, Bijdas et Kuralys42. Les Botpaj, selon Tynyšpaev, se divisaient en Kudajkul (Tortarys), Šagaj (Alty-arys), Bidas et Korolas43. Selon Ismagulov, le clan Botpaj était constitué des Bestorsyk, Bidas, Korolas, Kudajkul et Šagaj44.

Les Šymyr

  • 45 Aristov, 1894, p. 396.
  • 46 Tynyšpaev, 1925, p. 66.
  • 47 Ismagulov, 1977, p. 13.

55Selon Ûžakov, ce troisième clan se divisait en groupes suivants : Šinkoja et Bekbolat. Le groupe Šinkoja à son tour comprenait les sous-clans Temir et Šokaj ; les Bekbolat se subdivisaient en Klyš, Šilmambet et Bok-kajnat45. Selon d’autres informations, les Šymyr se divisaient en Kuntu, Sambet et Kokrek. Tynyšbaev présente une description similaire selon laquelle le clan Šymyr se divise en Bekbolat, Šinkoja et Temir46. Ismagulov ne mentionne que trois sous-clans à l’intérieur des Šymyr : Bekbolat, Temir et Šinkoja47.

56Quand Kenesary Kasymov a envahi le Kazakhstan du sud dans les années 1840,

  • 48 Kenesarin, 1992, p. 21.

57la lignée Čemyr Bajzak et Belži-bij avec Medeu-bij à leur tête, celle des Sejkim dirigée par Hudajbergen, la lignée Botpaj dont les chefs furent Sypataj-batyr et Andes-batyr, le groupe Šaprašty avec Sauryk-batyr, les Dulat dirigés par Rustem-sultan et d’autres chefs se sont présentés au conquérant avec des cadeaux et des preuves de leur soumission.48

Les Žanys

  • 49 Aristov, 1894, pp. 396-397.
  • 50 Aristov, ibid.
  • 51 Žunisbaev, 1962, p. 159.
  • 52 Ismagulov, 1977.

58Selon Aristov, ce quatrième clan se divisait en groupes tribaux suivants : Žarylkamys, Žantu, Žantaš, Žailmys, Bais, Karaman, Kapal, Otemis, Tortkara et Gyr49. Ûžakov y ajoute les Bogožal, Akpaj-kudaj, Alžankul et Otebaj-tole. La liste de la région d’Alatau rapporte que le clan Žanys se divisait en Žolseit, Žarty, Kybraj et Kudajkul50. Selon Tynyšpaev, le clan Žanys comprenait les sous-clans suivants : Žarylkamys, Šegir, Otej, Žalmambet (Bokejžaly), Žantu, Ojmaut et Žantan. Selon Žunisbaev, le fondateur du clan Žanys a eu trois femmes, dont l’aînée (Bajbiše) a été à l’origine des tribus Žarylkamys, Žantu et Žantak. La seconde femme a fondé les Kapal et Šegyr et la troisième, les Ojmaut et Bokenši51. Ismagulov présente une autre composition du clan Žanys comprenant les Otej, Šegir, Žarylkamys, Žalmambet, Žantaj, Ojmaut52.

  • 53 Nabiev, 1973, p. 65.

59Les sources historiques témoignent du fait qu’au début de l’année 1863, au moment du soulèvement des Qypčak contre Khudojar-Khan de Kokand, le chef des Žanys, Mumin-bek Šojbakov a envahi Tchimkent53.

60Le cri de guerre (uran) des Dulat est « Bakhtiâr ! ». Pourtant chacun des grands détachements de Dulat possédait son propre uran. Ainsi l’uran des Šymyr est « Šymyr ! » et « Kojgeldy ! » ; celui des Sejkym est « Sejkym ! », « Qyzyl ! » et « Rysbek ! » ; s’agissant des Botpaj : « Botpaj ! » et « Samen ! » ; et enfin chez les Žanys, on retient « Žanys ! » et « Tole ! ».

La tribu des Žalajyr

61Ses membres vivaient essentiellement dans la région de Kapal, au sud-ouest des chaînes de l’Alatau de Djoungarie, de l’Altynemel et de Malajsary et entre les fleuves Ili et Qaratal. Ils s’installaient également le long des innombrables affluents du Qaratal, dans les sables du lac Balkach et dans les montagnes d’Arkharly. Les Žalajyr se déplaçaient le long de la rive droite de l’Ili de Kapčagay à Arkharly, ainsi qu’à Malajsary, Ičkeulmes, Mukur, Labasy, sur les bords du Balkach et dans le cours inférieur des fleuves Biže et Tentek, les sables du Bektas et la région de Bekanas, enfin, dans les montagnes Qarakoj, Burakoj, Daulbaj, Kajrakty. On les trouvait également le long de deux rives du Qaratal, du Koksu et du lac de Sarykol. Une partie des Žalajyr habitait sur la rive gauche de l’Ili jusqu’aux montagnes de l’Alatau Zaili et sur la rive droite du moyen Tchou. Un groupe de Žalajyr vivait dans la région du Syr-Daria.

62Selon les traditions généalogiques kazakhes, dans le système des relations tribales de la Grande Žuz, la tribu Žalajyr possédait le droit d’aînesse de primogéniture. Aristov a écrit :

  • 54 Aristov, 1894, pp. 407-408.

63La tribu Žalajyr est considérée comme l’aînée. Lors de festins, avant de servir les mets, on posait la question : y a t-il dans l’assistance des représentants des Žalajyr, tribu aînée ? Cet honneur est surtout répandu au moyen Syr-Daria où les Žalajyr furent hautement appréciés en tant que chefs de la garde mongole.54

  • 55 Aristov, ibid., p. 296.

64En 1843, les clans Žalajyr suivants, Kušum, Murza, Bajšegyr, Spataj, Syirši et Orakty ont adressé au Gouverneur des Kirghizes de Sibérie, le colonel Višnevskij, une requête pour la création d’une région sur le fleuve Qaratal qui leur serait octroyée « pour nous protéger de l’oppression des Tachkentois et des Kara-kirghizes »55.

  • 56 Aristov, ibid., p. 318.

65La même année, les sultans et les bij des Žalajyr ont demandé à Višnevskij de leur accorder un système de gouvernement sous la direction de S. Ablajkhanov, qui serait différent de celui des Dulat sous prétexte « qu’il y avait beaucoup de gens furieux contre nous. Ils errent le long de l’Ili et nous qui sommes sous le pouvoir du sultan Alij Adilev, ne pouvons être protégés du mal qu’ils nous causent »56.

Ses origines

  • 57 Aristov, ibid., pp. 406-407.

66La majorité des chercheurs considère les Žalajyr dans le contexte de l’ethnogenèse générale des groupes tribaux de la Grande Žuz. Ainsi Aristov a noté que les Žalajyr avaient des origines communes avec les Dulat, les Kirghizes, les Karluk et les Adban57. L’origine de l’ethnonyme Žalajyr est liée au nom d’une tribu médiévale mongole Žalajyr. Selon les traditions généalogiques mongoles, Gengis-Khan et son clan Boržigin ont hérité de cette tribu qui appartenait à Unagan-bogol. Les grands émirs en proviennent.

  • 58 Barthold, 1968, p. 172.
  • 59 Gubareva, 1980, pp. 229-230.

67Barthold a avancé que, par la suite, les Žalajyr faisaient partie de l’ulus Čagataj où ils ont joué un rôle important en exerçant une grande influence. Ils ont quitté le Semireč’e pour l’Asie centrale à la seconde moitié du xiiie siècle. Au xive siècle, ils habitaient le bassin du moyen Syr-Daria et leur centre était Khodžent. Ils luttaient contre Timour pour s’emparer du pouvoir58. Les Žalajyr sont mentionnés dans le Babur-Name, où les noms des dignitaires de Babur ont été accompagnés des noms de leur tribu et en particulier, Kasim išik-aga Žalajyr59.

  • 60 Sultanov, 1977, pp. 166-168,170.
  • 61 Ibragimov & Ûdin, 1969, p. 452.

68L’ethnonyme ‘ir’ existerait dans la partie occidentale de l’ulus Čagataj, ainsi que parmi les Ouzbeks médiévaux des hordes du Dašt-i Qypčak et les Noga (Mangyt)60. Plus tard, Firdaws al-Ikbal a témoigné que les Ouzbeks du Mavarannahr se divisaient en quatre groupes, où « les Kongrat et les Qyat forment un tepe et les Žalajyr et Ali-eli se sont rangés du côté des Qyat »61.

69On peut donc supposer que les Žalajyr, qui habitaient d’abord l’ouest et le nord-ouest de la région, faisaient partie de l’ulus Čagataj et des Ouzbeks du Dašt-i Qypčak et du Mavarannahr. Au cours de la kazakhisation du Kazakhstan, ils ont migré vers le sud et sud-est de la région et, au xixe siècle, en tant que membre de la Grande Žuz, se sont installés dans les piémonts de l’Alatau djoungar. Les Žalajyr sont aussi mentionnés comme faisant partie d’un groupe turcophone kurama qui vivait au xixe siècle entre Tachkent et Khodjent.

Son importance numérique

  • 62 Radlov, 1989, p. 114.
  • 63 Černovskij, 1915, p. 14.

70Makšeev fut le premier à noter que, vers le milieu du xixe siècle, dans la région de Vernyj, il y avait 7 321 familles Žalajyr62. En 1880, dans la région de Tchimkent, on en comptait 296. Selon d’autres données, 734 familles Žalajyr vivaient dans le bas Talas et dans le bassin de Tchou, au début du xxe siècle63.

  • 64 Rumâncev, 1913, pp., 158, 192.
  • 65 Federov, 1903, pp. 107, 80.

71La source la plus fiable du début du xxe siècle, Documents concernant l’étude de la région du Semireč’e, note qu’un petit groupe Žalajyr de 112 familles se trouvait dans la région de Vernyj, tandis que dans celle de Kopal vivaient 20 000 familles64. Fedorov a évalué le nombre de Žalajyr au 1erjanvier 1908 dans la région de Kopal à 86 919 personnes et leur nombre total dans le Semireč’e à plus de 86 900 personnes65.

  • 66 Aristov, 1894, p. 400.
  • 67 Tynyšpaev, p. 63.
  • 68 Ismagulov, p. 15.

72Selon les données d’Aristov, le nombre approximatif de Žalajyr, à la fin du xixesiècle, était de 17 000 familles66. Tynyšpaev donne, au début du xxesiècle, un chiffre excessif de 130 000 personnes, y compris 120 000 dans la région de Kopal et 10 000 dans celle d’Aulie-Ata67. Par contre, Ismagulov a minimisé leur nombre en citant le chiffre de 45 000 personnes68. En fait, selon des sources avérées, le nombre de Žalajyr à la charnière des xix-xxesiècles a atteint à peu près 100 000 personnes.

Sa généalogie

  • 69 Kireev, 1964, p. 224.

73Les sources du début du xxe siècle nous fournissent les données suivantes concernant la composition des Žalajyr : Andas, Myrza, Kušuk, Syirši, Kalpe, Balgaly, Spataj, Qarašapan, Bajšygyr, Kajšyly, Aryktanym et Kyksyldar. En 1845, les sous-clans suivants de Žalajyr ont demandé la citoyenneté russe : Kušuk, Myrza, Spataj, Kalka, Akbuûm, Aryktanym, Bajšeger, Syirši, Qaračapan, Balgaly69.

74Au milieu du xixesiècle, Abramov a divisé les Žalajyr en deux groupes : les Čumanak et les Syrmanak. Les Čumanak se divisaient en Andas, Murza qarašapan, Orakty, Akbuûm, Kalpe et Spataj, Bajšygyr, Kajšyly, Aryktanym et Kyksyldar. Celui des Syrmanak comprenait les Aryktanym, Bajšygyr, Syirši, Balgaly et Kalšyly. Plus tard, le clan Kušuk y est entré.

  • 70 Valikhanov, 1984-1985, p. 542.
  • 71 Aristov, 1894, p. 397.
  • 72 Balkhašin, 1897, p. 29.

75Auparavant, Valikhanov a donné presque la même structure des Žalajyr, sans mentionner pourtant les Orakty70. Aristov a repris la structure Žalajyr telle que l’avait présentée Abramov71 tandis que Balhašin y a ajouté les Abdan et les Suan72, ce qui peut confirmer leur origine généalogique commune.

  • 73 Kudajberdy-uly, 1990, p. 67.
  • 74 Tynyšpaev, 1925, p. 68.

76Selon Šakarim Kudayberdy-uly, les Žalajyr se divisaient en : Andas, Myrza, Qakašapan, Orakty, Akbuûm, Kalpe, Sypataj, Aryk, Tynym, Syirši, Bajšegyr, Balgaly, Kajšyly et Kušik73. Mais c’est Tynyšpaev qui reconstitue la structure la plus ramifiée des Žalajyr. Selon lui, ils se divisaient en trois grands sous-clans : les Čumanak, les Syrmanak et les Syiršy. À leur tour, les Čumanak se divisaient en sous-groupes : Orakty, Myrza, Qaračapan, Mangytaj, Kušuk, Kalpe, Akbuûm et Supataj. Celui des Syrmanak comprenait les Kajšyly, Balgaly, Aryktnym et Bajčegyr ; celui des Syiršy réunissait Sugur, Togymbet, Baimbet et Syrmbet74.

  • 75 Amanžolov, 1959, p. 13.

77À l’époque soviétique une tentative de rendre la généalogie des Žalajyr plus ancienne a été entreprise. Margulan a essayé de lier les ethnonymes čumanak et syrmanak aux noms des fleuves Tchou et Syr-Daria, ainsi qu’aux anciens Turcs-tuzsue. C’était évidemment fort peu probable. Ismagulov a également proposé la structure suivante : les Syrmanak se divisaient en six clans : Aryktynym, Bajšygyr, Syiršy, Balgaly, Kajšyly et Kušuk. Les Čumanak comprenaient sept clans : Andas, Myrza, Qarašapan, Orakty, Sypataj, Akbuûm et Kalpe75.

78L’uran des Žalajyr est Bakhtiâr, koblan et Boribaj.

La tribu des Ošakty

79Cette tribu peu nombreuse et peu présente dans les sources historiques nomadisait principalement dans le bas Talas, sur les pentes sud-est du Karatau et dans les vallées des fleuves de la partie occidentale du Kazakhstan méridional.

Ses origines

  • 76 Aristov, 1894, p. 398.
  • 77 Vostrov & Mukanov, 1968, p. 52.
  • 78 Ûžakov, 1867, pp. 759-760.

80Aristov a fait une supposition assez étrange et infondée selon laquelle les Ošakty descendraient des Oghuz76. Certains auteurs les lient aux Yssty et aux Šaprašty77, tandis que d’autres aux Suan78. Les Ošakty n’étant pas nommés parmi les autres peuples turcophones, on peut supposer que ce terme est apparu assez tard et fait partie du vocable ethnique kazakh.

  • 79 Grebenkin, 1872, p. 84.
  • 80 Trepavlov, 2002, p. 504.

81Il faut noter qu’à la seconde moitié du xixesiècle, les Ošakty sont mentionnés comme faisant partie des Usun ouzbeks habitant la région du fleuve Zéravchan et participant à la prise de Samarcande. Grebenkin précise que « les chansons des Ujšun ainsi que leur langue sont kirghizes [kazakhes] »79. Il faut dire également que les Turkmènes Ëmud mentionnent un clan nommé Ošak. Ainsi la mention concernant les Akly-ujsun qui faisaient partie de la Horde Nogaj dans les documents russes des xvi-xviie siècles, représente un intérêt considérable80. On peut en déduire que le noyau de ce clan kazakh remonte aux Ujsun médiévaux, ou que les Ošakty se sont divisés en plusieurs groupes au cours de dissensions et qu’un de ces groupes est entré dans la Grande Žuz.

82Dans ce contexte, il paraît tout à fait normal que dans le système des relations tribales de la Grande Žuz les Ošakty aient occupé la seconde place après les Žalajyr. D’après les traditions généalogiques kazakhes Ûparbajbiče, la mère-fondatrice de la Grande Žuz, étant jeune fille a eu un fils naturel qu’elle a caché dans un four (ošak), d’où provient le nom de ce clan. Une légende entendue au cours d’enquêtes de terrain vante les femmes de ce clan considérées comme les meilleures cuisinières et ménagères parmi toutes les tribus kazakhes.

Son importance numérique

  • 81 Aristov, 1894, p. 400 ; Tynyšpaev, 1925, p. 63.

83Aristov donne le chiffre de 2 000 familles vers la fin du xixe siècle. Tynyšpaev, encore une fois, apporte des données excessives : 70 000 personnes, dont 60 000 dans la région d’Aulie-Ata et 10 000 dans celle de Tchimkent81.

  • 82 Grodekov, 1889, pp. 17-18.

84Les témoignages historiques ne confirment pas d’informations sur l’ampleur de cette tribu. Selon les Documents statistiques..., au début des années 1870 dans la région d’Aulie-Ata, on comptait 9 680 Kazakhs de la tribu Ošakty (7,6 % de la population de la région). Dans les années 1980, on ne dénombrait dans la région de Tchimkent que 527 familles Ošakty82. Au début du xxe siècle, 1 663 familles étaient recensées dans le bas Talas et dans le bassin du Tchou.

85Ainsi dans la seconde moitié du xixe siècle, le nombre global des Kazakhs Ošakty ne dépassait pas 15-20 000 personnes.

Sa généalogie

  • 83 Tynyšpaev, 1925, p. 67.

86Les arbres généalogiques kazakhs ne contiennent que très peu d’informations sur la généalogie de ce groupe tribal. Selon Tynyšpaev, il se divisait en : Bajly, Tasžurek, Konyr et Atalyk83.

87L’uran des Ošakty n’est pas mentionné dans les sources historiques que nous avons étudiées.

La tribu des Alban

88Cette tribu de la Grande Žuz habite à l’est, au sud du Semireč’e, dans le piedmont de la chaîne d’Altynemel, les pentes nord de l’Alatau et le long de l’Ili et de ses nombreux affluents du Tekes à Tcharyn. Un petit groupe d’Alban (Adban, Abdan) vit dans la région du Syr-Daria.

89À partir de la seconde moitié du xviiie siècle, les Alban s’avancent dans les régions de montagnes de la Djoungarie occidentale. À ce propos, Venûkov relève le fait suivant :

  • 84 Venûkov, 1871, p. 336.

90Les Adban traversent souvent la frontière dans la région de l’Ili en Chine, surtout depuis la fondation à Kuldža de la souveraineté musulmane. Džiten, un des bij Adban, a acquis une certaine notoriété par les raids qu’il faisait en traversant la frontière84.

  • 85 Kireev, 1964, p. 326.

91En 1846, le responsable des Kirghizes de Sibérie a envoyé un rapport au gouverneur de Sibérie occidentale où il notait que Kenesary Kasymov « ... avec ses partisans est venu chez les Kirghizes Abdan et Dulat pour s’approvisionner et acheter des chevaux qu’il payait cher... »85.

Ses origines

  • 86 Aristov, 1894, pp. 401,461.
  • 87 Vostrov & Mukanov, 1968, p. 24.

92Elles ne sont pas très claires, car on ne possède aucun témoignage concernant leur histoire et leur ethnogenèse. Certains chercheurs pensent que la parenté de Alban avec les Dulat laisse supposer que leurs histoires ethniques et leurs origines sont liées86. D’autres, comme Vostrov, ont tenté de lier l’apparition de l’ethnonyme alban au terme albatu, ce qui est mis en doute87. L’Albatu mongol était un vassal qui devait payer une redevance – l’alban – à son seigneur. Il est cependant peu vraisemblable que les Alban kazakhs soient liés au système fiscal mongol.

  • 88 Rašid ad-Din, 1952, p. 267.

93On ne trouve pas non plus l’ethnonyme alban dans le milieu des Ouzbeks du Dašt-i Qypčak, ni parmi les tribus de Mogolistan, la Horde Nogaj, l’ulus Čagataj et les Qypčaks médiévaux. Pourtant la tribu Albat est mentionnée comme faisant partie de Keraits médiévaux : « Le détachement de cents soldats d’Albakar faisait partie de l’armée de Gengis-Khan »88.

94On peut donc supposer que l’apparition du groupe tribal Alban se situe à une période plus tardive et à ce titre, étant purement kazakh, il ne pourrait être lié aux Mongols. A priori, on pense que ce terme pourrait désigner un certain groupe de nomades kazakhs qui, longtemps, furent dépendants des Oïrates (Kalmouks).

95Parmi les origines du groupe Alban figurent probablement les tribus turcophones nomades locales du Kazakhstan du sud et du Semireč’e. Les traditions généalogiques kazakhes indiquent que les Dulat appartenaient à l’un de ces groupes.

  • 89 Caplin, 1975, p. 105.

96En ce qui concerne l’ethnonyme alban, il se termine avec un affixe an qui, dans les anciennes langues turques désigne le pluriel. De plus, l’étymologie de ce mot, selon Caplin, peut être interprétée comme « héros » et « tribu des héros ». Il fait un rapprochement du mot alp (héros) confirmé par les inscriptions en turc ancien. On sait que ce mot a servi de base pour le nom d’une des tribus Qypčak Alp erli-alperi89.

Son importance numérique

  • 90 Grodekov, 1889, p. 18.
  • 91 Venûkov, 1872, p. 28.
  • 92 Pantusov, 1881, p. 150 ; Aristov, 1894, p. 400.

97Au début du xixe siècle, on comptait, selon certaines données, 8 477 familles Alban. Au début des années 1870 dans la région de Vernyj, il y avait 5 132 familles de ce groupe. En 1880, 230 familles habitaient dans la région de Tchimkent90. À la même époque, Venûkov a compté en Djoungarie du sud-ouest plus de 2 000 familles Alban91. Dans les années 1860, elles étaient 2 500 en Chine du nord-ouest. Pantusov, connu pour sa compétence, a donné un chiffre de 28 220 personnes habitant en 1870 dans la région de Kuldža. Aristov considérait que, vers la fin du xixe siècle, le nombre global d’Alban au Semireč’e avait atteint 15 500 familles92.

  • 93 Fedorov, 1903, p. 106.
  • 94 Tynyšpaev, 1925, p. 63.
  • 95 Ismagulov, 1977, p. 14.

98S’agissant du début du xxe siècle, les Documents concernant l’étude de la région du Semireč’e font état de 2 535 familles Alban dans la région de Vernyj. Fedorov avance le chiffre de 7 341 personnes dans cette région et 74 065 dans celle de Džarkent, soit plus de 82 000 personnes dans l’ensemble du Semireč’e93. Selon Tynyšpaev, on compte 80 000 personnes en tout – 70 000 dans la région de Džarkent et 10 000 dans celle de Vernyj94. Ismagulov donne un chiffre inférieur : 50 000 personnes95.

99En fait le nombre total d’Alban à la charnière des xix-xxesiècle a atteint 110 000-120 000 personnes, y compris celles vivant dans la région de Kuldža.

Sa généalogie

  • 96 Kudajberdy-uly, 1990, p 67.

100Les sources du xixe siècle présentent les clans suivants : Segizsary, Ajtbozum, Alžan, Konyrborik, Kyzylborik, Ak-kystyk, Qara-kystyk. Vers le milieu du siècle, cette liste est modifiée : on y trouve désormais les Ajtbozum, Segizsary, Qyzylborik, Konyrborik et Alžan. Valikhanov présente la subdivision suivante : Qyzyl-borik, Segizsary, Ajtbozum, Alžan, Kystyk et Konyr-borik. Radlov, Kaulbars, Venûkov et d’autres apportent des divisions similaires. Selon Šakarim Kudajberdy-uly, les Alban se divisaient en Qyzylborik, Konyrborik, Ajtbozum, Segizsary, Kurman, Alžan et Kystyk96.

  • 97 Tynyšpaev, 1925, p. 67.
  • 98 Aristov, 1894, p. 424.
  • 99 Ismagulov, 1977, p. 14.

101Selon l’arbre généalogique kazakh, Alban a eu deux fils : Šybyl et Sary. Šybyl à son tour a eu deux fils qui ont été à l’origine des Qyzyl-borik et des Konyr-borik. Sary a fondé les clans Ajtbozum, Segizsary, Kurman, Alžan et Ottokal-kystyk. Selon d’autres sources, Sary fut à l’origine des Segizsary, Ajt, Bozum et Kurman97. Certains auteurs considèrent les Ajt et les Bozum comme deux clans indépendants98, d’autres les réunissent en un seul, les Ajt-bozum99. Ismagulov présente une autre classification des Alban qui se diviseraient en deux branches : les Sary et les Šibyl. Les Sary comprenaient les Suierkul (avec un sous-clan Segizsary) et les Sujmendi (avec les Ajt, Bozym et Kystyk). Les Šibyl se divisaient en Kzylborik (avec Molboldy et Žolboldy), Konyrborik (avec Otej et Bojdak) et Kurtkamaj.

102L’uran des Alban est Rajymbek.

La tribu des Sary Ujsun

103Les documents de la région d’Alatau donnent les indications suivantes concernant la tribu Sary Ujsun :

  • 100 Aristov, 1894.

104Cette tribu nomadise toujours sur la rive droite de l’Ili. Ses lieux de campement d’hiver sont dans les montagnes de Kunčuel, Čurk et Aču-tasly, tandis que ceux d’été se trouvent dans la vallée de Ters-akka (affluent du Koksu) et sur la pente sud de la montagne Kuturkej100.

105Aristov a écrit que les Sary Ujsun se sont installés sur la rive droite de l’Ili en 1868 après l’instauration du gouvernement général du Turkestan, au moment où l’Ili est devenu frontière entre les régions de Vernyj et de Kopal.

106Les Sary Ujsun ont choisi la région de Vernyj pour vivre à côté des Dulat qui leur étaient familiers. Leurs lieux de campement se trouvaient dans les sables désertiques de Sary-Tau kum où la végétation était pauvre.

107Les Sary Ujsun vivaient essentiellement sur la rive droite du bas Ili et près du fleuve Kurtu au nord jusqu’à Qara-Turangy perdu dans les sables de Sary-Tau Kum, ainsi que sur la rive droite du Talas, le long du fleuve Kuragaty jusqu’à son embouchure dans le Tchou. En 1832, le sultan Suk Ablajkhanov a écrit au gouverneur de la région d’Omsk :

  • 101 Kireev, 1964, p. 262.

Les Kazakhs Sary Ujsun avec le sultan Rustem et les Kirghizes subordonnés qui ont assassiné cinquante-six habitants de Kokand se sont réfugiés dans la vallée Qar-Qara pour fuir les mesures de rétorsion de la part des Tachkentois.101

Ses origines

  • 102 Valikhanov, 1984-1985, pp. 206, 400.

108La majorité des chercheurs les lient aux Usun des sources chinoises102, ce qui est infondé car on ne peut pas se baser uniquement sur la consonance des mots. La thèse de l’origine historique commune des Ujsun kazakhs et des U-sun des chroniques chinoises est absolument fausse.

109Pourtant Aristov croyait qu’ils étaient les descendants des anciens Usun, fondateurs du peuple Kara-kirghiz. Après la dégradation de l’union Usun, les Sary Ujsun ont perdu le pouvoir, quitté le milieu des Kara-kirghizes et ont rejoint les Kangly et les Dulat. L’origine kirghize des Sary Ujsun est confirmée par :

  • L’absence de noms similaires à ceux qui étaient répandus parmi les

110Kangly et les Dulat.

111- La présence de mots kryk ou kyrk qui a été à l’origine d’ethnonyme

112kyrgyz.

113- La différence de tamga des Sary Ujsun de ceux des Kangly et des

114Dulat.

  • 103 Aristov, 1894, p. 463.

115- Le nom même de cette tribu...103

116Aristov note également :

  • 104 ibid., p. 464.

117[…] étant peu nombreux et d’origine particulière la tribu Sary Ujsun ne pouvait pas jouer un rôle important dans la Grande Horde et par conséquent elle ne fut pas notée dans les grands événements historiques. Probablement, elle fut contrainte d’errer dans les Montagnes de sable jaune.104

  • 105 Galkin, 1868, p. 8.

118On peut donc parler de l’origine médiévale du terme Sary Ujsun qui fut probablement lié à la tribu mongole Ušin/Hušin et aux Ujsun/Ujšun ouzbeks du Dašt-i Qypčak et de la Horde Nogaj. Les Ujsun sont aussi mentionnés parmi le clan Toqtamys des Turkmènes (Aq-ujsun et Qara-ujsun)105.

119Les Ujsun se sont déplacés du nord-ouest vers le sud et sud-est du Kazakhstan, apparemment au moment de la conquête de Mavarannahr par les Ouzbeks. Ils y ont eu une domination politique et ont attribué leur nom aux Kazakhs de la Grande Žuz. Les Sary Ujsun feraient partie des Ujsun médiévaux et auraient gardé ce nom historique. C’est pourquoi ils seraient mentionnés aussi bien parmi les tribus des Ouzbeks du Mavarannahr que au sein du groupe turcophone mi-sédentaire Kurama qui vivait sur le territoire de la région de Kurama. On ne peut pas exclure que les Ujsun kazakhs au cours de la segmentation soient entrés dans la composition des Ouzbeks et aient ainsi fondé les Kurama.

Son importance numérique

  • 106 Grodekov, 1889, p. 17.
  • 107 Aristov, 1894, p. 396.
  • 108 Rumâncev, 1913, pp. 126-148.
  • 109 Fedorov, 1903, pp. 106, 80.
  • 110 Tynyšpaev, 1925, p. 63 ; Ismagulov, 1977, p. 12.

120Au milieu du xixe siècle, il y avait 1 700 familles Sary Ujsun. En 1885, les Sary Ujsun étaient 3 433 dans la région de Vernyj. Vers la fin du siècle, on dénombre 1 200 familles. En 1880, dans la région de Tchimkent, 40 familles106. Selon Aristov, vers la fin du xixesiècle leur nombre était de 1 500 familles107. Au début du xxe siècle, les Documents concernant l’étude de la région du Semireč’e estiment qu’il y 1 464 familles dans la région de Vernyj108. Fedorov mentionne 10 145 personnes pour la même région vers 1908, et 10 000 personnes pour la région du Semireč’e109. Un petit groupe de Sary Ujsun (328 familles) vivait dans le bas Talas et dans le bassin du Tchou. Tynyšpaev évalue leur présence à 10 000 personnes qui, toutes, vivaient dans la région de Vernyj. Ismagulov cite un chiffre excessif de 15 000 personnes110.

  • 111 Ismagulov, ibid.

121En fait, le nombre total de Sary Ujsun à la charnière des xixe et xxesiècles s’élevait à près de 10 000 personnes111.

Sa généalogie

  • 112 Aristov, 1894, p. 422.
  • 113 Kudajberdy-uly1990, p. 67.

122Selon Aristov, les Sary Ujsun se divisaient en groupes suivants : Kutlumbet, Žanaj, Žolaj-tanaj, Žan-dosaj, Kuluke et Qyrk112 ; selon d’autres données, ce sont les : Žakyp, Rajymberdy, Žangeldy, Kojke, Qyrk, Kalča et Kuluke. Šakarim Kudajberdy-uly présente les groupes suivants : Kuttymbet, Žanaj, Žolaj, Talaj, Žandosaj, Kuleke et Qyryk113. Une autre version, que l’on doit notamment à Ismagulov, ne distingue que deux groupes : Kalča et Žakyp.

123L’uran des Sary Ujsun n’est pas noté dans les sources étudiées.

La tribu des Šaprašty

124Cette tribu nomadisait dans les vallées de l’Ili et ses affluents de la rive droite, sur la rive droite du Tchou et dans les piedmonts de l’Alatau. La majorité des Šaprašty vivaient dans la région d’Almaty.

  • 114 Kireev, 1964, p. 251.

[En 1831] le sultan Suk Ablajkhanov [...], le frère du défunt khan Valiy, confirme sa loyauté envers les honorables bij et envers les régions Čapračlin et Âlair dépendant de lui où habitent 50 000 personnes de sexe masculin...114

125En 1832, le boukhariote Izberdeev a fourni une information, selon laquelle

  • 115 Kireev, ibid, p. 260.

il a été au marché de janvier à avril de l’année courante chez les Kirghizes errant le long des Sept fleuves, et portant les nom de Dulat, Atban, Žalajyr et Šaprašty. Le marché a été moins profitable que l’année précédente car les percepteurs envoyés de Tachkent s’y trouvaient...115

126Les sources historiques témoignent du fait suivant :

  • 116 Kireev, ibid., pp. 317-318.

[En 1846], « les sultans et les bij de la Grande Horde appartenant aux tribus Dulat, Abdan, Suan, Šapraš et Žalajyr ont pris la décision de considérer le sultan rebelle Kenesary Kasymov et ses partisans comme un ennemi et de rompre tout contact avec lui...116

Ses origines

127Elles sont inconnues, mais la thèse proposée par certains chercheurs selon laquelle les Šaprašty descendent des anciennes tribus Čigil et Čumul, mentionnées par Mahmud Kachgari, nous paraît absolument impossible. Les traditions généalogiques kazakhes les lient également aux Dulat et Sary Ujsun.

128On ne peut que supposer que leur origine remonte aux groupes turcophones des nomades locaux du Kazakhstan méridional. En ce qui concerne l’ethnonyme šaprašty, il est évident que son origine est purement kazakhe, car il est inconnu en dehors du Semireč’e.

Son importance numérique

  • 117 Andreev, 1795-96, p. 80.
  • 118 Aristov, 1894, p. 400 ; Tynyšpaev, 1925, p. 63.

129À la fin du xviiie siècle, Andreev a écrit que dans la région des Ujsun, il y avait 1 500 familles Šaprašty qui nomadisaient vers le sud du Tarbagataj117. Vers le milieu du xixe siècle, leur nombre a atteint 2 000 familles pour s’élever, à la fin du siècle, à 7 000 familles, selon Aristov. Tynyšpaev, quant à lui, évalue leur présence dans la région de Vernyj à 70 000 personnes, ce qui est excessif. En réalité, au début des années 1870, dans cette région, il n’y avait que 4 000 familles Šaprašty118.

  • 119 Fedorov, 1910, pp. 63, 106.

130Les Documents concernant l’étude de la région du Semireč’e relèvent 8 384 familles dans la région de Vernyj au début du xxe siècle. Fedorov, au 1er janvier 1908, donne le chiffre de 50 210 personnes dans la région de Vernyj, 2 326 personnes dans la région de Pišpek et 51 500 personnes dans tout le Semireč’e. Un petit groupe Šaprašty – 368 familles – vivait dans le bas Talas et dans le bassin du Tchou. Selon ses estimations, le nombre total de Šaprašty atteint, donc vers le début du xxe siècle, 55 000 personnes119.

Sa généalogie

  • 120 Kireev, 1964, p. 224.
  • 121 Kireev, ibid, pp. 305, 318.

131La Description des tribus de la Grande Horde, publiée en 1825, atteste que les Šaprašty se composaient des groupes suivants : Teke, Tolemis, Šybyl, Ekej, Eskoža, Ažike et Kenej120. En 1845, les groupes Asyl, Šybyl, Apkyš, Ekej et Eskoža ont demandé la protection russe (podanstvo). En 1846, les bij des trois groupes Ajsyl, Ajkum et Ekej ont demandé au gouverneur Višnevskij de nommer chef le sultan Suk Ablajkhanov121.

  • 122 Aristov, 1894, p. 400.
  • 123 Junisbaev, 1962, p. 162.

132Selon Aristov, les Šaprašty se divisaient en : Ikej, Iskoža, Asyl, Emyl et Toretukum122. Žunisbaev cite trois groupes : Maldystyk, Želdystyk et Kyldystyk. Les Želdystyk se subdivisent en Asyl et Šybyl ; les Keldystyk ne comportent qu’un seul groupe – Aykym – et les Maldystyk réunissent les Ekej et Emil123.

133L’uran des Šaprašty est Qarasaj.

La tribu des Srgeli

134Au xixe et au début du xxe siècle, les Srgeli sont localisés sur la rive gauche du moyen Tchou, au bas Talas et en amont du fleuve Bugun, ainsi que dans le piedmont du Qaratau près des lacs Akkol, Astčikol, Sorkol, Bijlikol et de la rivière Assa.

  • 124 Valikhanov, 1984-85, t.1., pp. 224-225.

135Apparemment, les Kazakhs Srgeli ont pris une part active à la lutte contre l’invasion des Djoungars. Les légendes kazakhes exaltent les personnages des preux chevaliers (batyr) Srgeli Elčibek-batyr, Žajlaubaj-batyr et d’autres qui ont acquis une notoriété par leurs exploits à l’époque héroïque de la première moitié du xviiiesiècle124.

Ses origines

  • 125 Vostrov & Mukanov, 1968, pp. 52-53.
  • 126 Aristov, 1894, pp. 404, 416.
  • 127 Grebenkin, 1872, p. 100.
  • 128 Masanov, 1980, p. 132.

136L’origine des Srgeli est liée selon Vostrov à la Horde Nogaj125. Aristov indique aussi une affinité des tamga (emblèmes) Srgeli avec ceux des autres groupes tribaux kazakhs et en particulier, avec les tamga des Kangly, des Qypčak et même des Kerej126. Or il est essentiel de noter l’appartenance de ce groupe, non seulement à la Grande Žuz, mais aussi à une grande tribu ouzbèke Ûz et à une autre tribu ouzbèke, celle des Qanžigaly-ktaj proche de celle des Qypčak127. Cela indique que les Srgeli descendent à l’époque médiévale des Qypčak et ont plus tard fait partie des Ouzbeks du Dašt-i Qypčak. Cela peut également signifier que leurs origines et leur histoire ont été liées à un moment donné. L’existence de l’ethnonyme srgeli parmi les Kazakhs du groupe Uak de la Horde Moyenne confirme cette hypothèse128.

137On peut donc supposer que l’ethnogenèse des Srgeli, à la différence de certaines tribus de la Grande Žuz dont les origines furent liées à l’ulus Čagataj, a été directement affiliée aux Qypčak et aux Ouzbeks du Dacht-i Qypčak. Les ancêtres des Srgeli seraient venus au Kazakhstan du sud avec les tribus ouzbèkes pendant la conquête de Mavarannahr par ces dernières.

Son importance numérique

  • 129 Grodekov, 1889, pp. 17-20.
  • 130 Radlov, 1989, p. 114.
  • 131 Černovskij, 1915, p. 14.
  • 132 Aristov, 1894, p. 400, et 1986, p. 352.
  • 133 Tynyšpaev, 1925, p. 63.

138En 1880, il y avait 4 871 familles Srgeli dans la région de Tchimkent129. Avant cette date, Makšeev en a dénombré 800 et 1 410 dans la région de Tachkent130. Au début du xxe siècle, dans le bassin du Tchou et dans le bas Talas, on ne comptait plus qu’une centaine de familles Srgeli131. Selon Aristov, leur nombre total à la fin du xixe siècle a atteint 7 000 familles132. Tynyšpaev donne le chiffre excessif de 70 000 personnes dans la région de Tchimkent133. On trouve le chiffre 35 000-40 000 personnes à la charnière des xixe-xxe siècles.

Sa généalogie

  • 134 Aristov, 1894, p. 396.
  • 135 Tynyšpaev, 1925, p. 67.

139Selon les traditions généalogiques kazakhes, l’aïeul des Srgeli a eu huit fils qui ont fondé huit groupes tribaux : les Bajžigit, Qarabatyr, Batyrlar, Uštamgaly, Ilibaj, Žakabaj, Ajtbozum et Torttamgaly134. Dans d’autres sources, les groupes ont été les suivants : Torttamgaly, Uštamgaly, Batyrlar, Qarabatyr, Žanaj et Bozeke135.

140L’uran des Srgeli est Bakhtiâr, Toganas.

La tribu des Ytsy (ou Sty)

  • 136 Aristov, 1894, p. 398.

141Cette tribu vivait essentiellement au Semireč’e, dans l’embouchure de l’Ili et de ses affluents, près du lac Balkhach, le long de l’Ili moyen jusqu’aux piedmonts de l’Alatau, sur la rive gauche du Tchou, sur les pentes sud-est du Qaratau, près du fleuve Bugun, le long du moyen Qarasu, sur la rive droite du Talas et au bord des lacs Bijlikol, Akkol, Ačikol et du fleuve Assy dans les régions de Tchimkent et d’Aulie-Ata136.

Son origine

  • 137 Aristov, 1894, p. 405, 415 ; Amanžolov, 1959, p. 14.
  • 138 Vostrov & Mukanov, 1968, p. 49.
  • 139 Ibragimov & Ûdin, 1969, p. 156 et sqq.

142Les origines de cette tribu, selon Aristov et Amanžolov, sont liées aux Kangly médiévaux137. Vostrov déclara a priori que les Ysty nomadisaient depuis le xiiie siècle entre les fleuves Tchou et Talas138. Pourtant, il est évident que l’ethnonyme ysty est apparu plus tard et que cette tribu ne figure pas parmi celles du Mogolistan, du Dašt-i Qypčak, ni de la Horde Nogaj, comme elle ne faisait pas partie des Mongols ou des Qypčaks médiévaux. En réalité, la première information concernant les Ysty est datée du milieu du xviiie siècle139.

  • 140 Aristov, 1894, p. 400.
  • 141 Černovskij, 1915, p. 14.

143Dans le système hiérarchique tribal de la Grande Žuz, la tribu Ysty était la cadette et la plus dépendante. À la fin du xixe siècle, Aristov a noté que cette tribu ne jouait pas de rôle important dans la Grande Žuz et que « les Ysty peu nombreux et étrangers aux Dulat vivent dans le delta de l’Ili ou dans le Sary-tau-kum, endroit peu adapté au bon niveau de vie des éleveurs nomades »140. On sait que Černovskij pensait que les tribus inférieures étaient situées en aval du fleuve141.

Son importance numérique

  • 142 Vostrov & Mukanov, 1968, p. 24.
  • 143 Loginov, 1872, p. 92.
  • 144 Grodekov, 1889, pp. 17-19.
  • 145 Aristov, 1894, p. 400.
  • 146 Fedorov, 1910, p. 80, 106.
  • 147 Černovskij, 1915, p. 14.
  • 148 Tynyšpaev, 1925, p. 63

144Au milieu du xixesiècle, leur nombre a atteint 7 514 familles142. Dans les années 1870, il y avait 6 425 personnes dans la région d’Aulie-Ata143. En 1880, en comptait 3 521 familles dans la région de Tchimkent144. Vers la fin du xixe siècle, selon Aristov, le nombre total d’Ysty était de 6 000 familles145. Fedorov cite, pour le 1er janvier 1908, le chiffre de 11 574 personnes dans la région de Vernyj et 11 600 personnes – dans tout le Semireč’e146. À la même époque, on comptait 1 835 familles dans le bas Talas et dans le bassin du Tchou147. Tynyšpaev cite un chiffre inférieur de 50 000 personnes, y compris 20 000 dans la région de Tchimkent, 20 000 dans celle d’Aulie-Ata et 10 000 dans la région de Vernyj148.

145Ainsi, le nombre total d’Ysty à la charnière des xixe-xxe siècles était de 60 000-65 000 personnes.

Sa généalogie

  • 149 Aristov, 1894, p. 396 ; Tynyšpaev, 1925, p. 67.
  • 150 Tynyšpaev, ibid.

146Selon les traditions généalogiques kazakhes, les Ysty se divisaient en deux groupes : les Tlik et les Ojk149. Les Tlik, selon Tynyšpaev, se divisaient en Konyr, Tasša et Sulgetaj ; les Ojk en Kyzylkurt, Kokče-koz et Auz-sujgen150.

147L’uran des Ysty est Žauatar.

La tribu des Suan (Suvan)

  • 151 Aristov, 1894, p. 398.

148Ils vivent dans les piedmonts de l’Altynemel et sur les pentes sud-est de l’Alatau djoungar, sur la rive droite de l’Ili vers Kokterek à l’ouest et vers la rivière Khorgos à l’est. Un petit groupe habite dans la région du Syr-Daria et dans les régions limitrophes de la Chine occidentale151.

Son origine

  • 152 Ibragimov & Ûdin, 1969, p. 156.
  • 153 Caplin, 1975, p. 105.
  • 154 Radlov, 1989, p. 104.

149Selon les traditions généalogiques, les Alban et les Suan ont des origines communes152. Les deux ethnonymes qui se terminent par un affixe « an » – marque du pluriel153 – ne sont connus que dans le cadre de notions kazakhes ; mais le mot suan existait également parmi les Ouzbeks154.

  • 155 Aristov, 1894, p. 401 ; Amanžolov, 1959, pp. 35, 88 ; Ûdin, 1965, p. 59 ; Vostrov &

150Certains chercheurs lient les Suan aux Dulu, Duglat ou Doglat, comme c’était le cas des Alban155. Cette thèse est néanmoins fragile, car elle ne se fonde que sur d’éventuelles consonances de certaines transcriptions chinoises d’ethnonymes turcs ancien où figure le mot suan. On suppose que suan représente un ethnonyme de l’époque postérieure à l’origine kazakhe.

151Il semble plus censé de lier cet ethnonyme au mot kazakh su (l’eau), ainsi qu’à sa forme suvan, aux mots anciens ouïghours et de l’Orkhon suv, sub. Plus tard, ce mot se serait transformé en suan, ce qui veut dire « tribu vivant auprès de l’eau ». Cela devait être un grand lac ou un fleuve, tels que le Syr-Daria ou l’Ili. L’ethnonyme suan qui existait dans le milieu ouzbek témoigne en faveur du Syr-Daria.

Son importance numérique

  • 156 Andreev, 1796, 116, p. 79.
  • 157 Aristov, 1894, p. 400.
  • 158 Tynyšpaev, 1925, p. 63.
  • 159 Venûkov, 1872, p. 28.
  • 160 Pantusov, 1881, p. 149.

152À la fin du xviiie siècle, Andreev a écrit que 3 500 familles Suan vivaient dans la région de Bajsuan156. Vers la fin du xixe siècle, selon Aristov, elles étaient 4 000157. Tynyšpaev et d’autres citent un chiffre excessif de 40 000 personnes vivant dans la région de Džarkent158. Un certain nombre de Suan se trouvait en Chine, au nombre de 7 200, selon Venûkov159. Pantusov estime que dans la région de Kuldža dans les années 1870, il y avait 9 010 personnes160.

  • 161 Fedorov, 1910, p. 108.

153En 1908, Fedorov a évalué leur nombre à 23 664 personnes et dans toute la région du Semireč’e à plus de 22 000 personnes161. Ainsi, vers le début du xxe siècle, le nombre total des Suan s’élevait à 30 000-35 000 personnes.

Sa généalogie

  • 162 Kireev,1964, p. 224.
  • 163 Kireev, ibid, p. 305.
  • 164 Valikhanov, 1961, t. 1, p. 542.
  • 165 Aristov, 1894.
  • 166 Tynyšpaev, 1925, p. 66.

154Les traditions généalogiques kazakhes du début du xixe siècle nous fournissent les groupes suivants : Tokarstan, Bajtugaj, Bagys et Žasagyr162. Selon les arbres généalogiques du milieu du même siècle, on parle des Bajtugaj, Turdymbet et Murat163. Selon Valikhanov : Bajtugaj, Tokarstan et Koškar164 ; selon Aristov : Bajtugaj et Tokarstan165 ; selon Tynyšpaev : Murat,Turdymbet et Baubek qui sont réunis par un nom commun Tokarstan166.

155L’uran des Suan est Rajymbek, Bajsuan.

La tribu des Šanyškyly

  • 167 Valikhanov, 1961, t. 1, p. 204 ; Aristov, 1894, pp. 398-399, 404 ; Bejsembiev, 1987, p. 79.

156Les légendes généalogiques de la Grande Horde représentent cette tribu comme kerme (parvenus, étrangers). Ses membres vivaient en général dans les régions de Tchimkent et Tachkent le long du Syr-Daria, dans les piémonts du Qaratau, dans les vallées de rivières Keles, Arys et Čirčik167.

Ses origines

  • 168 Aristov, 1894, p. 403-404.
  • 169 Aristov, ibid, pp. 395, 405.

157Certains auteurs les lient, d’ailleurs sans aucun fondement, aux Kangly et aux Qypčak médiévaux168. Les traditions généalogiques kazakhes les rapprochent plutôt de la tribu ouzbeko-kazakhe des Hatagin169.

  • 170 Rašid ad-din, 1952, pp. 14-15, 117-118.

158Les Hatagin représentaient la tribu mongole la plus proche du clan de Gengis-Khan, car son origine remontait au fils aîné de l’aïeule légendaire des Mongols Alan-goa. Les Bugu-hatangi faisaient partie du groupe tribal Nirun et ont lutté contre l’ascension politique de Gengis-Khan170.

  • 171 Rašid ad-din, ibid., p. 117.

159Les Hatagin et les tribus Saldjiut, Durban, Tatar et Honkirat ont juré fidélité par un serment qui est le plus fort dans le milieu des Mongols et qui consiste dans le rite suivant : ils tuent un étalon, un taureau et un chien et disent : « Ô, Seigneur du ciel et de la terre, voici notre serment. Ces mâles représentent la racine et la source de ces animaux. Si nous ne sommes pas fidèles à notre pacte, que le destin de ces bêtes nous frappe. » Ainsi ont-ils juré leur fidélité dans la lutte contre Gengis-khan et On-khan171.

  • 172 Karmyševa, 1976, pp. 103-107, 238-246.
  • 173 Trepavlov, 2002, p. 500.

160Les Hatagin sont une grande tribu mongole turquisée plus tard. Après leur installation au Semireč’e, ils ont joué un rôle important dans l’histoire de l’Asie centrale172. Ils ont également fait partie de la Horde Nogaj173.

  • 174 Ibragimov & Ûdin, 1969, p. 326.
  • 175 Valikhanov, 1961, t. 1, p. 452.

161Vers la fin du xvie siècle, les Hatagin se sont déplacés vers Kachgar à cause d’un conflit dans la région ; ceux qui sont restés ont été tués au cours de la lutte entre Tursun-Muhammad et Esim. Ûdin, orientaliste kazakhstanais, suppose que, depuis cette époque, les Hatagin ne sont plus présents parmi les tribus kazakhes174. Pourtant les traditions populaires disent que les Hatagin qui ont échappé à la mort se sont attribué le nom de Šanyškly175.

  • 176 Ûdin, 1965.
  • 177 Aristov, 1894, pp. 399, 403, 405.

162Ûdin insista sur l’erreur de cette thèse176. Selon d’autres données, les Hatagin représentaient un groupe tribal à part, occupant une position indépendante parmi les tribus de la Grande Horde177.

163Grebenkin a noté que « le physique des Hatagin du Mavarannahr ressemblait

  • 178 Grebenkin, 1872, p. 86.

164à celui des Kirghizes du Syr-Daria, mais les traits kirghizes y sont plus adoucis »178.

  • 179 Gadžieva, 1979, p. 61.

165Pour conclure, relevons les analogies que présente l’ethnonyme šanyškly chez d’autres peuples turcophones, en particuliers, chez les Nogaj179. Tout porte à croire qu’à la charnière des époques médiévale et moderne, cet ethnonyme existait dans le milieu des peuples turcophones parallèlement avec celui de hatagin, qu’il finit par supplanter au xviie siècle au cours de la kazakhisation du sud du Kazakhstan. Cela était probablement dû à l’intégration des Hatagin et des Šanyškly ou à l’ascencion politique des Šanyškly par rapport aux Hatagin, ou encore, au fait que les Šanyškly aient pu absorber les Hatagin.

Son importance numérique

  • 180 Grodekov, 1889, pp. 18-19.

166Selon Aristov, le nombre de Šanyškly et de Kanly a atteint siècle 10 000 familles à la fin du xixe. Dans les années 1880, dans la région de Tchimkent il n’y avait que 65 familles Šanyškly et 415 familles Šanyškly et Kanly180.

  • 181 Radlov, 1889, p. 114.

167Selon Makšeev, dans la région de Tachkent il y avait 2 000 familles Šanyškly181. Ainsi leur nombre total était de plus de 10 000 personnes.

Sa généalogie

  • 182 Tynyšpaev, 1925, p. 67.

168Selon Tynyšpaev, les Šanyškly comprenaient les groupes tribaux suivants : Korbaka, Darhan, Kryksadak, Bektau, Žansyp, Bogys182.

169L’uran des Šanyškly est ayrylmas, bajterek, šanyškly.

La tribu des Kanly

  • 183 Valikhanov, 1961, p. 203-204, 451-452 ; Aristov, 1894, pp. 398-399.

170Cette tribu vivait essentiellement le long de la rive gauche d’Ili et dans les piedmonts de l’Alatau. Les groupes peu nombreux de Kanly vivaient également dans les autres régions de Semireč’e et du Kazakhstan du sud en voisinage avec les nomades Šanyškly183.

Ses origines

  • 184 Aristov, 1894, pp. 403-404 ; Tynyšpaev, 1925, pp. 6-7.
  • 185 Barthold, 1968, p. 272 ; Ždanko, 1950, p. 111.

171Certains auteurs les lient aux anciens Kangûam, Kangly médiévaux et aux Qypčak184. D’autres mettent en doute, à juste titre, la thèse de liens entre anciens Kamgûam et kangly médiévaux185. Il est évident que l’ethnonyme kazakh kanly vient du turc kangly ce qui justifie les origines Qypčak de la tribu Kanly.

  • 186 Trepavlov, 2002, p. 500.
  • 187 Ûdin, 1965, p. 74.
  • 188 Gubareva, 1980, p. 231.

172Il faut noter que l’ethnonyme kanly/kangly est largement répandu sur le territoire d’implantation des peuples turcs. On le rencontre dans la Horde Nogaj et les tribus ouzbèkes du Dašt-i Qypčak186. À l’époque postérieure, ils ont fait partie des tribus de Mogolistan, ont été nommés Bečik et joué un rôle important dans l’histoire du Kazakhstan du sud-est187. Le Babur name mentionne les Bečik comme l’une des deux tribus mongoles les plus puissantes188. De toute évidence, cette dénomination a disparu cédant la place à l’ethnonyme kanly. Cependant, on trouve parfois l’ethnonyme bečik parmi les Ouzbeks du Mavarannahr.

Son importance numérique

  • 189 Grodekov, 1889, pp. 17-19.
  • 190 Radlov, 1889, p. 114.

173Dans les années 1880, dans la région de Tchimkent, le nombre global de Kanly et de Šanyškly ne dépassait pas 444 familles189. Au milieu du xixesiècle, Makšeev s’appuyant sur les données officielles a dénombré 3 500 familles dans la région d’Aulie-Ata et 1 650 dans celle de Tachkent190.

  • 191 Aristov, 1894, p. 400.

174Aristov a avancé un chiffre de 50 000 personnes à la charnière des xix-xxesiècles191.

  • 192 Rumâncev, 1913, pp. 22-36.
  • 193 Fedorov, 1910, p. 106.

175Les Documents concernant l’étude de la région du Semireč’e ont fixé la présence des Kanly, au début du xxe siècle dans la région de Vernyj, à 1 202 familles192. Fedorov cite le chiffre de 19 228 personnes dans la région de Vernyj et 18 000 personnes dans tout le Semireč’e193. Ainsi, le nombre général de Kanly peut être évalué pour cette période à 160 000 personnes. Tynyšpaev surestime cette présence à 160 000 Kanly et Šanyškly vivant seulement dans la région de Tachkent. Par contre, Ismagulov donne un chiffre inférieur, soit 40 000 personnes.

Sa généalogie

  • 194 Tynyšpaev, 1925, p. 67.
  • 195 Kajdarov, 1984, p. 41.
  • 196 Tynyšpaev, 1925, p. 67.

176Selon les traditions généalogiques kazakhes, les Kanly se divisaient en Sary-kanly (Bes [ata]) et Qara-kanly (Alty-ata)194 ; dans d’autres sources, on y trouve également les Kyzyl-kanly et les Ak-kanly195. Les Sary-kanly comprenaient les Omurtka, Kumurska, Alimbet, Akbarak, Sultanym et Tokaj ; les Qara-kanly se divisaient en Toguzbaj, Onbaj, Karnamas, Kaspan, Badrak et Kyzyl-kanly196.

177L’Uran des kanly est Ayyrlmas, Bajterek.

Conclusion

178On comprend que la structure de la Grande Horde est complexe, formée d’unités qui peuvent provenir d’autres tribus, ou se retrouver dans d’autres segments ethniques de cet immense espace. Ainsi, une partie des onze tribus constituant la Grande Horde décrites dans ce chapitre est bien d’origine autochtone et leur l’ethnogenèse est liée aux tribus de l’ulus Čagataj et des tribus du Mogolistan. Cependant, l’autre partie des tribus de la Grande Horde fut, dans les temps anciens, liée aux Ouzbeks du Dašt-i Qypčak, à la Horde des Nogaj et aux Ouzbeks de Mavarannahr ainsi qu’à des groupes portant des ethnonymes kazakhs (Šanyšklyet Ošakty). Ce mélange de tribus ouzbèkes et mongoles avéré dans la Grande Horde témoigne de leur histoire ethnique commune, ce qui rend leur étude à la fois intéressante et difficile à mettre en oeuvre.

179On peut dire qu’au cours du processus de kazakhisation du Kazakhstan du sud et sud-est, les tribus ouzbèkes et mongoles se sont mélangées. Les tribus ouzbèkes se sont déplacées de l’ouest à l’est et du nord-ouest au sud-est pour occuper une partie occidentale du futur territoire des Kazakhs de la Grande Horde, tandis que les tribus locales Čagataj et mongoles, sont restées aux endroits traditionnels de leur habitation dans la partie est et moyenne avec les pâturages au pied des montagnes dans le sud de la région et les déserts arides. Ces mouvements de population sont mentionnés dans la tradition orale, ainsi que dans les sources compilées par les observateurs du xixe et du début du xxe siècle.

180La reconstitution de la structure d’une des trois hordes kazakhes est un sujet rarement abordé, tant il relève de la compilation d’une mémoire éparse, transmise de génération en génération, avec ses zones d’ombre, de mythes et ses informations reposant essentiellement sur le décompte approximatif des populations concernées, leurs lieux de pâturage, leurs stratégies d’alliance et l’analyse de l’ethnonymie qui reste totalement tributaire de la mémoire généalogique.

Haut de page

Bibliographie

Abramov N.A.
- 1867 « Almaty ili ukreplenie Vernoe s ego okrestnostâmi », [Almaty et les fortifications de Vernyj et ses environs], Zapiski Russkogo Geografičeskogo Obŝestva, t. 1, Sankt Peterburg.

Amanžolov S.
- 1959 Voprosy dialoktologii i istorii kazakhskogo âzyka [Questions de dialectologie et d’histoire de la langue kazakhe], Alma-Ata : Izd. AN Kazssr.

Andreev I.G.
- 1795-1796 « Opisanie Srednej Ordy Kirgiz-Kajsakov s kasaûŝimisâ do sego naroda.., » [Description de la Horde moyenne des Kirgiz-Kajsak et des peuples qui les concernent], Novye ežemesâčnye sočineniâ, t. СХCXVIII, Sankt-Peterburg, pp. 110-118.

Aristov N.A.
- 1894 « Opyt vyâsneniâ ètničeskogo sostava kirgiz-kazakov Bol’šoj Ordy i Kara-kirgizov na osnovanii rodoslovnykh skazanij i svedenij o rodovykh tamgakh » [Essai d’explication de la composition ethnique de la Grande Horde et des Kara-Kirghizes, à partir des récits généalogiques et des informations sur les emblèmes claniques], Živaja Starina, tomes iii-iv, Sankt Peterburg, pp. 391-486.

Bakunin V.M.
- 1995 Opisanie Kalmyckikh narodov i osoblivo iz nikh torgoutskogo i postupkov ikh khanov i vladel’cev. Sočinenie 1761 goda [Description des peuples kalmouks, en particulier des Torgouts et des actions de leurs khans et dirigeants, composé en 1761], Elista : Kalmykskie knigi iz.

Barthold V.V.
- 1968 Sobranie sočinenij [OEuvres complètes], tome V, Moscou : Nauka.

Bejsembiev T. K.
-
1987 « Tarikh’i Šakhrukhi’ kak istoričeskij istočnik » [L’histoire de Chahruh, comme source historique], Alma-Ata : Nauka.

Caplin F.S.
- 1975 Ètnonomiâ v Altajstike [Ethnonomie altaïstique], Seria 2, Lingvistiki, Moskva.

Cernovskij A.A.
- 1915 Naselenie/Materialy po kirgizskomu zemlepol’zovaniû rajona reki Ču i nizov’ev reki Talasa Aulie-Atinskogo i Černiâevskogo uezdov [Population/Matériaux sur l’utilisation des terres par les Kirghizs du district du fleuve Tchou et du cours supérieur du Talas des districts d’Aulie-Ata et de Černiaevsk], Taškent.

Fedorov D.
- 1903 Opyt voenno-statističeskogo opisaniâ Ilijskogo kraâ [Essai de description militaro-statistique du district militaire de l’Ilij], 1ère partie, Taškent.

Gadzieva S.Š.
- 1979 Očerki istorii semi i braka u nogajcev xix-načalo xx vv. [Essais d’histoire de la famille et du mariage chez les Nogaj de la fin du xixe et du début du xxe siècle], Moskva.

Gafurov B.G.
- 1972, Tadžiki, drevenejšaâ, drevnaâ, i srednevekovaâ istoriâ [Les Tadjiks, histoire antique, ancienne et médiévale], Moskva : Nauka.

Gagemejster Û.
- 1854 Statističeskoe obozrenie Sibiri [Aperçu statistique de la Sibérie], Partie i-iii, Sankt Peterburg.

Galkin M.N.
-
1868 Ètnografičeskie i istoričeskie materialy po Srednej Azii i Orenburgskomu kraû [Matériaux ethnographiques et historiques sur l’Asie centrale et la région d’Orenbourg], Sankt Peterburg.

Gol’denberg L.A.
- 1976 « Stat’â S.U. Remezona “o Kalmykakh kak ves’ma izvestnom v Sibiri narode” » [Les articles de S.U. Remezov « sur les Kalmouks, peuple très connu de Sibérie »], Strany i Narody Vostoka, série xviii, Moskva, pp. 228-233.

Grebenkin A.D.
- 1872 « Uzbeki 
» [Les Ouzbeks], Russkij Turkestan, vyp. ii, Moskva, pp. 51-108.

Grodekov N.I.
- 1889 Kirgizy i Karakirgizy Syrdarynskoj oblasti [Les Kirghizes et les Kara-Kirghizes de l’oblast’ du Syr-Daria], tome 1 : « Ûridičeskij byt », Taškent.

Gubareva S.S.
- 1980 « Babur Name kak istočnik dlâ izučeniâ ètnonimii Srednej Azii » [Babur Name, comme source historique pour l’étude de l’ethnonymie d’Asie centrale], Onomastika Vostoka, Moskva, pp. 227-234.

Ibragimov S.K. & Ûdin V.P.
- 1969 Materialy po istorii kazakhskikh khanstv xv-xviii vekov isvlečenie iz persidskikh i tûrskikh sočinenij [Matériaux sur l’histoire des khanats kazakhs xv-xviiie siècles, tirés des manuscrits persans et turcs], Alma-Ata : Nauka.

Kajdarov A.T.
- 1984 « K istorikolingvističeskoj kharasteristike ètnonyma
kangly/kanly » [Caractéristique historico-linguistique de l’ethno-nyme Kangly/Kanly], Tûrskaâ Onomastika, Akademiâ Nauk Kaz. Ssr, Alma-Ata, pp. 34-47.

Karmyševa B.Kh.
- 1976 Očerki ètničeskoj istorii ûžnykh rajonov Tažikistana i Uzbekistana, po ètnografičeskim dannym [Essais sur l’histoire ethnique des regions méridionales du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan d’après les données ethnographiques], Moskva : Nauka.

Kenesarin, A.
- 1992 Sultany Kenesary i Syzdyk [Le sultan Kenesary et Syzdyk], Alma-Ata : Žalyn.

Kireev F.N.
- ed.1961 Kazakhsko-russkie otnošeniâ v xvi-xviii vekakh [Les relations kazakho-russes aux xvie-xviiie siècles], Akademiâ Nauk Kaz ssr, Alma-Ata.

Kireev F.N.
- ed.1964 Kazakhsko-russkie otnošeniâ v xviii-xix vekakh [Les relations kazakho-russes aux xviii-xix siècles], Alma-Ata : Nauka.

Kudajberdy-Uly Šakarim
- 1990 Rodoslovnaâ Tûrkov, Kirgizov, Kazakhov, i khanskikh dinastii [Généalogie des Turcs, des Kirghizs, des Kazakhs et des dynasties de khans], Alma-Ata : Dastan.

Loginov A.A.
- 1872 « O čislitel’nosti kočevogo naseleniâ Aulieatynskogo uezda » [À propos des chiffres de la population nomade de l’uezd d’Aulie-ata], Materialy po Statistike Turkstanskogo Kraâ, tome 1, Sankt Peterburg, pp. 79-95.

Masanov N.E.
- 2011 Kočevaâ civilizaciâ Kazakhov : osnovy žiznedeâtel’nosti nodmadskogo obŝestva [La civilisation nomade des Kazakhs, les fondements du mode de vie de la société nomade], Moskva, Almaty : Fond Nurbulat Masanov, Print-S [édition augmentée de 2005, L.E Masanova, I. Erofeeva (eds.)].

, 1980 « K ètničeskoj istorii uakov » [À propos de l’histoire ethnique des Uakov], Problemy izučeniâ i okhrany pamâtnikov Kazakhstana, Alma-Ata, pp. 129-135.

Pantusov N.N.
- 1881 Svedeniâ o Kuldžinskom raione za 1871-1877 gody [Informations sur la région de Kouldja de 1871 à 1877], Orenburg.

Potanin G.N.
- 1883 Očerki Severo-Zapadnoj Mongolii [Essais sur le nord-ouest de la Mongolie], 3e édition, Sankt Peterburg.

Radlov V.V.
- 1889 Iz Sibiri, Stranicy dnevnika [De Sibérie, pages de carnet personnel], Moskva : Nauka.

Rasid Ad-Din
- 1952 Sbornik letopisej [Recueil de manuscrits], traduction du persan par O.I., Smirnov, tome 1, livre 2, Moskva, Leningrad : Akademiâ Nauk Sssr.

Rumâncev P.P.
- ed. 1913 Materialy po obsledovaniû tuzemnogo i russkogo starožil’českogo khozâjstva i zemleizpol’zovaniâ v Semirečeskoj oblasti [Matériaux d’observation des anciennes implantations indigènes et russes et de l’utilisation des terres dans l’oblast’ de Semireč’e], t. iv (ii), Sankt-Peterburg.

Ryčkov P.I.
- 1896 Istoriâ Orenburgskaâ po učreždeniû Orenburgskoj gubernij, 1730-1750, [Histoire d’Orenbourg d’après la création du gouvernement d’Orenburg, 1730-1750], Orenburg.

Sadykova Anžela
- ed. 1948 Materialy po istorii kazakhskoj Ssr, [Matériaux sur l’histoire de la Rss du Kazakhstan], tome iv, 1785-1828 gg, Moskva ; Leningrad : Akademiâ Nauk Sssr.

Smirnov E.
- 1887 Syrdarynskaâ oblast’ [L’oblast’ du Syr-Daria], Sankt-Peterburg.

Sultanov T.I.
- 1977 « Opyt analiza spisok 92 plemen Ilatiâ » [Essai d’analyse des listes des 92 tribus Ilatiâ], Srednaâ Aziâ v drevnosti i srednevekov’e [L’Asie centrale dans l’Antiquité et au Moyen Âge], Istoriâ i kul’tura, Moskva : Nauka, pp. 165-176.

Trepavlov V.V.
- 2002 Istoriâ Nogajskoj Ordy [Histoire de la horde Nogaj], Moskva : Vostočnaâ literatura, RAN.

Tynysbaev M.
- 1925 Materialy k istorii kirgiz-kazakskogo naroda [Matériaux pour l’histoire du peuple Kirgiz-kazak], Taškent.

Ûdin V.P.
-
1965 « O rodoplemennom sostave Mogulov, Mogulistana, i Mogulii i ikh ètničeskikh svâzakh s Kazakhami i drugimi sosednimi narodami » [À propos de la généalogie des Mogols, du Mogolistan, et de leurs liens ethniques avec les Kazakhs et les autres peuples voisins], Izvestiâ Akademii Nauk Kaz. Sssr, série 3, pp. 52-65.

Ûzakov Û.
- 1867 Naši priobreteniâ v Srednej Azii [Nos acquisitions en Asie centrale], t. II : « Čimkenskij okrug », Otečestvennye Zapiski 7.

Valikhanov Č.
- 1961 Sobranie sočinenij v pâtykh tomakh [Recueil des oeuvres en cinq tomes], Alma-Ata : Nauka, t.1.

Venûkov M. Û.
- 1871 « Zametka o naselenii Čžungarskogo pograničnogo prostranstva » [Notice sur la population de l’espace frontalier djoungar], Izvestiâ Irgo vii (7).

1872 « Tablica plemennogo sostava naseleniâ Kuldžinskogo okruga » [Tables de composition tribale de la population de l’okrug de Kuldja], Izvestiâ irgo viii (1).

Vostrov V.V., Mukanov M.S.
- 1968 Rodoplemennoj sostav i rasselenie Kazakhov, konec xix-načalo xx vv. [Composition tribale et distribution des Kazakhs, fin du xixe-début du xxe siècle], Alma-Ata : Nauka.

Zdanko T.A.
- 1950 Očerki Ètničeskoj istorii Karakalpakov [Essais d’histoire ethnique des Karakalpaks], Moskva : Akademiâ Nauk Sssr.

Zunisbaev K.
- 1962 « Qazahstannyng xvii-xviii ghassyrladandagi tarihina », Voprosy Istorii Kazakhstana i Vostočnogo Turkestana, Alma-Ata, Akademiâ Nauk Kaz. Ssr.

Haut de page

Notes

1 L’essentiel de ce chapitre provient de la publication majeure de son auteur : Masanov, N.E., 2011 (édition augmentée de 1995), Kočevaâ civilizaciâ Kazakhov : osnovy žiznedeâtel’nosti nodmadskogo obŝestva [La civilisation nomade des Kazakhs, les fondements du mode de vie de la société nomade].

2 Ibragimov & Ûdin, 1969, pp. 242-243.

3 Gafurov, 1972, p. 131 et sqq.

4 Rašid ad-Din, 1952, p. 274.

5 Ûdin, 1965.

6 Gol’denberg, 1976, p. 232.

7 Bakunin, 1995, p. 21.

8 Kireev, 1961, p. 408.

9 Kireev, 1964, p. 96.

10 Kireev, ibid.

11 Kireev, 1961, p. 407.

12 Ryčkov, 1896, p. 71.

13 Kireev, 1964, p. 223.

14 Valikhanov, 1984-1985, t. 1, p. 539.

15 Venûkov, 1871, pp. 335-336.

16 Smirnov, 1887, pp. 318-319.

17 Radlov, 1889, p. 111.

18 Potanin, 1884, p. 14.

19 Černovskij, 1915, p. 14.

20 Sadykova, 1948, p. 512.

21 Kireev, 1964, p. 214.

22 Gagemejster, 1854, p. 10.

23 Aristov, 1894, p. 400.

24 Tynyšpaev, 1925, p. 63.

25 Kireev, 1964, p. 327.

26 Kireev, ibid.

27 Venûkov, 1871, p. 336.

28 Barthold, 1968, p. 270.

29 Barthold, ibid., pp. 529-530.

30 Ûdin, 1965, p. 75 ; Gubareva, 1980, p. 232.

31 Galkin, 1868, p. 6.

32 Aristov, 1894, p. 400.

33 Tynyšpaev, 1925, p. 63.

34 Abramov, 1867, p. 268.

35 Radlov, 1889, p. 114.

36 Grodekov, 1889, pp. 17-19.

37 Fedorov, 1910, p. 109.

38 Rumâncev, 1913, pp. 48-68.

39 Aristov, 1894, p. 396.

40 Abramov, 1867, p. 267.

41 Tynyšpaev, 1925, p. 65.

42 Aristov, 1894, p. 395.

43 Tynyšpaev, 1925, p. 65.

44 Ismagulov, 1977, p. 13.

45 Aristov, 1894, p. 396.

46 Tynyšpaev, 1925, p. 66.

47 Ismagulov, 1977, p. 13.

48 Kenesarin, 1992, p. 21.

49 Aristov, 1894, pp. 396-397.

50 Aristov, ibid.

51 Žunisbaev, 1962, p. 159.

52 Ismagulov, 1977.

53 Nabiev, 1973, p. 65.

54 Aristov, 1894, pp. 407-408.

55 Aristov, ibid., p. 296.

56 Aristov, ibid., p. 318.

57 Aristov, ibid., pp. 406-407.

58 Barthold, 1968, p. 172.

59 Gubareva, 1980, pp. 229-230.

60 Sultanov, 1977, pp. 166-168,170.

61 Ibragimov & Ûdin, 1969, p. 452.

62 Radlov, 1989, p. 114.

63 Černovskij, 1915, p. 14.

64 Rumâncev, 1913, pp., 158, 192.

65 Federov, 1903, pp. 107, 80.

66 Aristov, 1894, p. 400.

67 Tynyšpaev, p. 63.

68 Ismagulov, p. 15.

69 Kireev, 1964, p. 224.

70 Valikhanov, 1984-1985, p. 542.

71 Aristov, 1894, p. 397.

72 Balkhašin, 1897, p. 29.

73 Kudajberdy-uly, 1990, p. 67.

74 Tynyšpaev, 1925, p. 68.

75 Amanžolov, 1959, p. 13.

76 Aristov, 1894, p. 398.

77 Vostrov & Mukanov, 1968, p. 52.

78 Ûžakov, 1867, pp. 759-760.

79 Grebenkin, 1872, p. 84.

80 Trepavlov, 2002, p. 504.

81 Aristov, 1894, p. 400 ; Tynyšpaev, 1925, p. 63.

82 Grodekov, 1889, pp. 17-18.

83 Tynyšpaev, 1925, p. 67.

84 Venûkov, 1871, p. 336.

85 Kireev, 1964, p. 326.

86 Aristov, 1894, pp. 401,461.

87 Vostrov & Mukanov, 1968, p. 24.

88 Rašid ad-Din, 1952, p. 267.

89 Caplin, 1975, p. 105.

90 Grodekov, 1889, p. 18.

91 Venûkov, 1872, p. 28.

92 Pantusov, 1881, p. 150 ; Aristov, 1894, p. 400.

93 Fedorov, 1903, p. 106.

94 Tynyšpaev, 1925, p. 63.

95 Ismagulov, 1977, p. 14.

96 Kudajberdy-uly, 1990, p 67.

97 Tynyšpaev, 1925, p. 67.

98 Aristov, 1894, p. 424.

99 Ismagulov, 1977, p. 14.

100 Aristov, 1894.

101 Kireev, 1964, p. 262.

102 Valikhanov, 1984-1985, pp. 206, 400.

103 Aristov, 1894, p. 463.

104 ibid., p. 464.

105 Galkin, 1868, p. 8.

106 Grodekov, 1889, p. 17.

107 Aristov, 1894, p. 396.

108 Rumâncev, 1913, pp. 126-148.

109 Fedorov, 1903, pp. 106, 80.

110 Tynyšpaev, 1925, p. 63 ; Ismagulov, 1977, p. 12.

111 Ismagulov, ibid.

112 Aristov, 1894, p. 422.

113 Kudajberdy-uly1990, p. 67.

114 Kireev, 1964, p. 251.

115 Kireev, ibid, p. 260.

116 Kireev, ibid., pp. 317-318.

117 Andreev, 1795-96, p. 80.

118 Aristov, 1894, p. 400 ; Tynyšpaev, 1925, p. 63.

119 Fedorov, 1910, pp. 63, 106.

120 Kireev, 1964, p. 224.

121 Kireev, ibid, pp. 305, 318.

122 Aristov, 1894, p. 400.

123 Junisbaev, 1962, p. 162.

124 Valikhanov, 1984-85, t.1., pp. 224-225.

125 Vostrov & Mukanov, 1968, pp. 52-53.

126 Aristov, 1894, pp. 404, 416.

127 Grebenkin, 1872, p. 100.

128 Masanov, 1980, p. 132.

129 Grodekov, 1889, pp. 17-20.

130 Radlov, 1989, p. 114.

131 Černovskij, 1915, p. 14.

132 Aristov, 1894, p. 400, et 1986, p. 352.

133 Tynyšpaev, 1925, p. 63.

134 Aristov, 1894, p. 396.

135 Tynyšpaev, 1925, p. 67.

136 Aristov, 1894, p. 398.

137 Aristov, 1894, p. 405, 415 ; Amanžolov, 1959, p. 14.

138 Vostrov & Mukanov, 1968, p. 49.

139 Ibragimov & Ûdin, 1969, p. 156 et sqq.

140 Aristov, 1894, p. 400.

141 Černovskij, 1915, p. 14.

142 Vostrov & Mukanov, 1968, p. 24.

143 Loginov, 1872, p. 92.

144 Grodekov, 1889, pp. 17-19.

145 Aristov, 1894, p. 400.

146 Fedorov, 1910, p. 80, 106.

147 Černovskij, 1915, p. 14.

148 Tynyšpaev, 1925, p. 63

149 Aristov, 1894, p. 396 ; Tynyšpaev, 1925, p. 67.

150 Tynyšpaev, ibid.

151 Aristov, 1894, p. 398.

152 Ibragimov & Ûdin, 1969, p. 156.

153 Caplin, 1975, p. 105.

154 Radlov, 1989, p. 104.

155 Aristov, 1894, p. 401 ; Amanžolov, 1959, pp. 35, 88 ; Ûdin, 1965, p. 59 ; Vostrov &

Mukanov, 1968, p. 46.

156 Andreev, 1796, 116, p. 79.

157 Aristov, 1894, p. 400.

158 Tynyšpaev, 1925, p. 63.

159 Venûkov, 1872, p. 28.

160 Pantusov, 1881, p. 149.

161 Fedorov, 1910, p. 108.

162 Kireev,1964, p. 224.

163 Kireev, ibid, p. 305.

164 Valikhanov, 1961, t. 1, p. 542.

165 Aristov, 1894.

166 Tynyšpaev, 1925, p. 66.

167 Valikhanov, 1961, t. 1, p. 204 ; Aristov, 1894, pp. 398-399, 404 ; Bejsembiev, 1987, p. 79.

168 Aristov, 1894, p. 403-404.

169 Aristov, ibid, pp. 395, 405.

170 Rašid ad-din, 1952, pp. 14-15, 117-118.

171 Rašid ad-din, ibid., p. 117.

172 Karmyševa, 1976, pp. 103-107, 238-246.

173 Trepavlov, 2002, p. 500.

174 Ibragimov & Ûdin, 1969, p. 326.

175 Valikhanov, 1961, t. 1, p. 452.

176 Ûdin, 1965.

177 Aristov, 1894, pp. 399, 403, 405.

178 Grebenkin, 1872, p. 86.

179 Gadžieva, 1979, p. 61.

180 Grodekov, 1889, pp. 18-19.

181 Radlov, 1889, p. 114.

182 Tynyšpaev, 1925, p. 67.

183 Valikhanov, 1961, p. 203-204, 451-452 ; Aristov, 1894, pp. 398-399.

184 Aristov, 1894, pp. 403-404 ; Tynyšpaev, 1925, pp. 6-7.

185 Barthold, 1968, p. 272 ; Ždanko, 1950, p. 111.

186 Trepavlov, 2002, p. 500.

187 Ûdin, 1965, p. 74.

188 Gubareva, 1980, p. 231.

189 Grodekov, 1889, pp. 17-19.

190 Radlov, 1889, p. 114.

191 Aristov, 1894, p. 400.

192 Rumâncev, 1913, pp. 22-36.

193 Fedorov, 1910, p. 106.

194 Tynyšpaev, 1925, p. 67.

195 Kajdarov, 1984, p. 41.

196 Tynyšpaev, 1925, p. 67.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nurbulat Masanov, « La Grande Horde (Uly Žuz) au croisement des sources », Cahiers d’Asie centrale, 23 | 2014, 73-118.

Référence électronique

Nurbulat Masanov, « La Grande Horde (Uly Žuz) au croisement des sources », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/3070

Haut de page

Auteur

Nurbulat Masanov

Né le 20 avril 1954, à Karaganda, spécialiste du nomadisme kazakh, politologue, ethnologue, directeur de l’Institut kazakh de recherches scientifiques sur les problèmes de l’héritage culturel des nomades, décédé le 6 octobre 2006 à Almaty.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org