Navigation – Plan du site
Le début des Temps modernes : une époque d'incertitudes

Kharābātī (1638-1730), un poète populaire du Turkestan oriental

Alexandre Papas
p. 127-144

Résumés

Cet article présente un poète méconnu du Turkestan oriental surnommé Kharābātī (1638-1730). Un manuscrit original en turc chaghatay ainsi que plusieurs études en turc ouïgour nous permettent de décrire la vie et l’œuvre – un unique mathnawī – du poète. Alors que la plupart de ces études évoquent la figure d’un auteur moraliste et moderne, une lecture plus attentive révèle la dimension à la fois populaire, subversive et mystique de ses écrits. L’article contient la translittération et la traduction de la table des matières du mathnawī, et de quelques soixante-dix distiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La littérature du Turkestan oriental ou Xinjiang actuel reste méconnue. Rédigée jadis, le plus souvent, en langue chaghatay, dite aussi turc oriental, elle présente pourtant une diversité à la mesure d’un espace historiquement offert aux brassages des populations, aux échanges culturels, aux emprunts de langue ou de style, cependant que la tradition littéraire persane demeura longtemps le modèle à suivre. Au xviie siècle, par exemple, le poète Ibrāhīm ibn Yūsuf Khotanī traduisit du persan au chaghatay le fameux Manṭiq al-ṭayr de Farīd al-Dīn ‘Aṭṭār (c. 1145-c. 1221) (Khotani, 1995). Comme dans le reste de l’Asie centrale, la poésie sous toutes ses formes – didactique, lyrique, élégiaque, mystique, etc. – couvre une large part de ce qui s’est écrit, et s’écrit encore. L’auteur de vers auquel cet article s’apprête à donner la parole se nomme Muḥammad ibn ‘Abd Allāh Kharābātī. Ignoré du public occidental, y compris des spécialistes de l’Asie centrale, à l’exception de Martin Hartmann à travers quelques lignes mentionnant Chirabati (sic) (Hartmann, 1904, pp. 4, 15, 21), il fait aujourd’hui figure d’intellectuel éclairé du Xinjiang, héros précoce d’un peuple ouïgour alors en quête de moralité et de justice sociale. C’est ainsi que dans un livre signé Abbas Muniyaz – dont la couverture est produite en annexe n° 1 –, la pensée du poète s’égrène au fil des pages d’un roman plus imaginaire qu’historique, pensée tournée vers la lutte contre l’obscurantisme (Muniyaz, 2003). Ce même commentateur – enseignant dans un collège d’Aksu, du reste – explique dans deux brefs articles que Kharābātī, bien qu’il subisse l’influence de la poésie mystique, pétrie d’ésotérisme, est un ardent défenseur du savoir (ilim en ouïgour) quel qu’il soit et de ses transmetteurs (savants et professeurs) (Muniyaz, 2010a et 2010b).

2Si cette lecture contemporaine trouve des motifs légitimes dans les débats récents au sein de l’intelligentsia du Xinjiang, habile à distinguer les premières lueurs de l’humanisme (insanpärwärlik) moderne, elle rencontre peu de résonance dans l’œuvre même de Kharābātī, du moins dans l’unique texte qui nous soit parvenu, un mathnawī. J’inviterai donc à une autre lecture, plus retorse, peut-être même un peu assombrie, une fois à l’écoute de quelques vers puisés dans les milliers de distiques qui composent ce vaste poème.

La vie et l’œuvre

  • 1 Selon l’introduction d’Eziz Sabit, rédigée en 1982 dans Kharabati, 1985.

3Kharābātī serait né en 1638 dans le village de Choghtal, situé dans l’agglomération d’Egärchi à cinq kilomètres au sud d’Aksu. On ne sait rien ou presque de sa vie. Une biographie anonyme titrée Ḥājī Kharābātī Tadhkirasī – semble-t-il perdue depuis – ainsi que le témoignage d’un descendant recueilli dans les années 1980, du nom de Nuranjan, affirment que le jeune homme, issu d’une famille d’oulémas, a étudié à Aksu puis à Boukhara, il serait ensuite revenu dans sa région natale pour enseigner au double titre d’imam et de mudarris1. Plus tard, le savant aurait accompli le pèlerinage à La Mecque et rentra chez lui sain et sauf, avant de s’éteindre en 1730 à l’âge de 92 ans. Son corps repose dans un mausolée sis à Choghtal, aux côtés d’une mosquée et d’une madrasa, également semble-t-il d’une loge soufie (khānaqāh) aujourd’hui disparue, tous édifices financés à l’époque par un waqf qui fût démantelé en 1953, comme les autres fondations pieuses du Xinjiang à la suite de la réforme agraire (Dawut, 2001, pp. 174-175 ; Papas, 2008). Les activités pédagogiques et surtout religieuses, sinon initiatiques, se sont néanmoins poursuivies sur ces lieux jusqu’à aujourd’hui.

  • 2 Gunnar Jarring transcrit Chapūrchāq et pense qu’il s’agit d’un quartier de Kashgar.
  • 3 Sartekin, 2004, pp. 664-665, donne la liste suivante : «Kulliyat mäsnäwi Kharabati», Aqsu ädädiyati(...)

4Kharābātī serait l’auteur d’une seule œuvre : un mathnawī de près de 13 000 vers en turc chaghatay, selon le système métrique ‘arūḍ. Outre une édition ouïgoure amplement abrégée, parfois fautive, publiée à Urumqi en 1985-1986 par Eziz Sabit à partir d’une lithographie de Tachkent datée de 1330/1911-1912 et éditée par un certain Mullā Mīr Makhdūm ibn Mullā Shāh Yūnus, nous disposons d’un manuscrit apparemment complet de 211 folios, conservé à l’Université de Lund dans le fonds Gunnar Jarring, coté Prov. 90 (les premiers folios sont reproduits en annexe n° 2). Le livre, intitulé Jāmi‘-i Kharābātī, a été composé (taṣnīf) en 1145-1146/1732-1734, donc très tôt après la mort du poète, par Mullā Muḥammad Sayyid Khān et copié sans doute au xixe siècle par Mullā Hāshim à Chafūrchāq. Ces deux noms et ce lieu restent difficiles à identifier2. Au moins dix manuscrits sont attestés à l’Institut d’orientalisme de Tachkent, sous les cotes ivan uz 219, 1407, 3794/I, 5938/II, 7504, 7181/I, 7736/I, 11271, 11867, 12070. Quatre autres manuscrits ont été découverts au Bureau des textes anciens (qädimki äsärlär ishkhanisi) de la province de Khotan par Hörmätjan Fikrät, philologue à l’Université du Xinjiang. Le savant a préparé une nouvelle édition en 2011, et signé plusieurs articles qui se distinguent du lot des publications consacrées à Kharābātī3, dans la mesure où ils réintroduisent une lecture soufie longtemps occultée. J’y reviendrai en conclusion de cet article.

  • 4 Le foliotage correspond au manuscrit Prov. 90, Gunnar Jarring Collection, Université de Lund, dorén (...)

5Détaillée, profuse mais déroutante, digne d’un inventaire à la Jacques Prévert, la structure du Mathnawī-yi Kharābātī se présente comme suit4 :

Incipit (ff. 1b-2a)
Huit oraisons (munājāt) (ff. 2a-6a)
Louange au Prophète (na‘t) (ff. 6a-7b)
Oraison (munājāt) (ff. 7b-8b)
Des repentants et des chercheurs de vérité (ahl-i tawba wa ahl-i taḥqīqlār bayānī) (ff. 8b-9a)
Conseil aux Turcs et aux Tadjiks (naṣīḥat-i turk wa tājik) (ff. 9a-10b)
De l’esprit, du vertueux et des guides (dar bayān-i ‘aql wa muttaqī wa rāhbarān) (ff. 10b-11a)
De la cruauté (dar bayān-i dil āzārī) (ff. 11a-b)
De la bonté (dar bayān-i yakhshīlīq) (ff. 11b-13a)
De la joie et de la peine (dar bayān-i shād wa gham) (ff. 13a-b)
De l’au-delà (naṣīḥat-i ‘uqbā) (ff. 13b-14b)
Du pie et de l’impie (dar bayān-i ṣālih wa munāfiq) (ff. 14b-15a)
Du bienfait de la supplique (khāṣiyat-i istighfār) (ff. 15a-16a)
Du fait de reprendre le cœur au monde (bū faṣlda köngilnī dunyādīn yighmāq) (ff. 16a-b)
Du bienfait de manger peu (bū faṣlda kam yemeknīng khāṣiyatī) (ff. 16b-17b)
Du fait d’accepter le destin et d’endurer le malheur (bū faṣlda qaḍāgha būlūp balāgha ṣabr qīlmāqnī aytūr) (ff. 17b-18b)
De la marque du croyant (bū faṣlda ishārat-i ahl-i īmānnī aytūrlār) (ff. 18b-19b)
Du bien et du mal (naṣīḥat-i nīk wa badnī aytūrlār) (ff. 19b-20b)
Des patients et des impatients (dar bayān-i ṣabr wa bīṣabrlārnī aytūrlār) (ff. 20b-21b)
De la compagnie des gens superficiels (ahl-i dunyālār ṣuḥbatī bayānīda) (ff. 21b-22a)
Du service au maître et au proche de Dieu (dar bayān-i khidhmat-i pīr wa hamsāya-yi ḥaqqī) (ff. 22a-23b)
Du lien entre la vertu des impotences et la purification (dar bayān-i waṣl-i faḍīlat-i ‘azija wa tahārat) (ff. 23b-24a)
De l’attention et du chemin de Dieu (dar bayān-i āgāhlīq wa rāh-i ḥaqq) (ff. 24a-25a)
De la vertu des cinq prières (dar bayān-i faḍīlat-i besh waqt namāz) (ff. 25a-b)
De l’indécence qu’il y a à beaucoup parler (bū faṣlda köp sözlāmāqnīng qabīḥlīqī) (ff. 25b-26a)
Du fait de chercher Dieu (dar bayān-i ḥaqq ṭalab bolmāqnī aytūr) (ff. 26a-b)
De la vertu du légal (dar bayān-i faḍīlat-i shar‘īnī aytūrlār) (ff. 26b-27a)
De la vertu du jeûne et de la prière (dar bayān-i faḍīlat-i rūza wa namāz) (ff. 27b-28a)
Du médecin habile (dar bayān-i ṭabīb-i ḥādhiqnī aytūrlār) (f. 28a)
Du fait d’entrer dans le chemin de Dieu (dar bayān-i rāh-i ḥaqq girmek) (ff. 28b-29a)
Du livre de conseil au seigneur (dar bayān-i pand-i ṣāḥib kitāb) (ff. 29a-30a)
Des préceptes divins (dar bayān-i farā’iḍhānī aytūrlār) (ff. 30a-b)
Des vaines possessions et de l’obéissance (dar bayān-i maghrūr māl wa ṭā‘at) (ff. 30b-31b)
De la vertu des oulémas (dar bayān-i faḍīlat-i ‘ulamānī aytūrlār) (ff. 31a-32b)
Du fait de désirer et d’emprunter à un nouveau riche (dar bayān-i ṭam‘ qilmāq wa yangī bāydīn qarḍ almāq) (ff. 32b-34a)
Du conseil aux doctes gens (bū faṣlda naṣīḥat-i ahl-i dānālārnī aytūrlār) (ff. 34a-b)
Des souverains justes et des souverains injustes (bū faṣlda pādishāh-i ‘ādil wa pādishāh-i ẓālimnī aytūr) (ff. 34b-35a)
De l’ordre et de l’interdiction (dar bayān-i amr wa naḥīnī aytūrlār) (ff. 35b-36b)
De la succession des temps (dar bayān-i tajdīd-i dawr) (ff. 36b-37a)
De l’intention du paysan (dar bayān-i niyat-i dihqān) (ff. 37a-38a)
Des états spirituels de l’artisan (dar bayān-i aḥwāl-i kāsib) (ff. 38a-b)
De la connaissance de l’homme (dar bayān-i ādam shināslīq) (ff. 38b-39b)
Du fait de s’abstenir des actes bons et mauvais (bū faṣlda yakhshī wa yamān īshlārdin parhīz qilmāqnī aytūrlār) (ff. 39b-40b)
Du bienfait du matin (bū faṣlda khāṣiyat-i ṣubḥnī aytūrlār) (ff. 41b-42b)
De la satisfaction des esprits (dar bayān-i rāḍī shudan-i arwāḥlārnī aytūrlār) (ff. 42b-43a)
Du chemin du compagnon (dar bayān-i rāh-i hamrāhnī aytūrlār) (ff. 43a-44a)
Du fait de trouver un guide (bū faṣlda bir rāhbarnī tāpmāqnī aytūrlār) (ff. 44b-45b)
Du fait d’être libéré de la société et d’être proche de Dieu (bū faṣlda jam‘iyatdīn khālī bolūp ḥaqqgha ya‘qīn bolmāqnī aytūr) (ff. 45b-46b)
Des états spirituels du cheikh (aḥwāl-i shaykhnī aytūr) (ff. 46b-47b)
De la recherche de Dieu (bū faṣlda ḥaqq ṭalablīklārnī aytūr) (ff. 47b-48b)
Des états spirituels des soufis (dar bayān-i aḥwāl-i ṣūfīlār) (ff. 48b-49b)
Du mauvais ego (dar bayān-i nafs-i bad aytūrlār) (ff. 49b-51a)
Des
hajjis (dar bayān-i ḥājjīlārnīng bayānī) (ff. 51a-b)
Du fait de se passer de l’attachement (bū faṣlda ta‘alluqdīn gechmaknī aytūrlār) (ff. 51b-53a)
De la connaissance présomptueuse (dar bayān-i ‘ilm-i gharūrnī aytūrlār) (ff. 53a-54a)
De ceux qui comptent sur les perfides (bū faṣlda bīwafālārdīn umīd qīlghānlārnī aytūrlār) (ff. 54a-55a)
Du fait de voyager pour la plupart des âmes (bū faṣlda jumla zi jānlār safar qīlmāqnī aytūrlār) (ff. 55a-56b)
Du maître parfait (dar bayān-i pīr-i kāmil) (ff. 56b-58b)
De l’ego mineur et de l’ego majeur (dar bayān-i nafs-i ṣaghīr wa kabīr) (ff. 58b-60a)
De la condition du tombeau (dar bayān-i aḥwāl-i qabr) (ff. 60a-61a)
De la bonne et de la mauvaise période (dar bayān-i nīk wa bad dawrānnī aytūr) (ff. 61b-62b)
Du savoir de la meilleure de toutes les choses (bū faṣlda barcha sheynī üzīdīn yakhshī bīlmak) (ff. 62b-64b)
De l’ivresse du juge et du mufti (dar bayān-i mastlīk-i qāḍī wa muftī) (ff. 64b-70a)
Du voyageur de l’étrange (dar bayān-i musāfir-i gharībnī aytūr) (ff. 70a-74a)
De la vertu de l’amour (dar bayān-i faḍīlat-i ‘ishq) (ff. 74a-75a)
Du fait de ne pas trouver de solution à la mort (bū faṣlda ölūmgā chāra tāpmāslīqnī aytūr) (ff. 75a-77a)
De Khizr (dar bayān-i Khwāja-yi Khiḍr ‘alayhi al-salām) (ff. 77a-79a)
Du coup du sort (dar bayān-i sar zanish-i dunyā) (ff. 79a-80b)
Du devoir familial (dar bayān-i ṣila-yi raḥim) (ff. 80b-81b)
Anecdote (ḥikāyat) (ff. 81b-83a)
Anecdote (
ḥikāyat) (ff. 83a-84b)
Du serviteur involontaire (dar bayān-i bī ikhtiyār banda) (ff. 85a-86b)
Du voyeur (dar bayān-i körūgar) (ff. 86b-87a)
Anecdote (ḥikāyat) (ff. 87a-88a)
De ceux qui se fient aux gens superficiels (bū faṣlda ahl-i dunyāgha wa ‘umrgha i‘timād qīlghānlārnī aytūr) (ff. 88a-90b)
De la vaine connaissance religieuse et de la connaissance des états spirituels (bū faṣlda maghrūr ‘ilm-i qāl wa ‘ilm-i ḥālnī aytūrlār) (ff. 90b-92b)
Des oulémas inactifs (bū faṣlda ‘ulamā-yi bī ‘amallārnī aytūrlār) (ff. 92b-93a)
Du poète (bū faṣlda shā‘irnīng bayānī) (ff. 93a-94b)
Des passeurs de caravanes (bū faṣlda kārwānlārnī ötkānlārnī aytūr) (ff. 94b-96a)
Du monde perfide (bū faṣlda jahān-i bīwafānī aytūrlār) (ff. 96a-98a)
Anecdote (ḥikāyat) (f. 98a)
De l’amour (bū faṣlda ‘ishqnī aytūrlār) (ff. 98a-100a)
De l’ascétisme et de la piété (bū faṣlda zuhd wa taqwānī aytūrlār) (ff. 100a-102a)
Du monde des imposteurs et plein de fourbes (bū faṣlda dunyā-yi makkār wa pur ‘ayyārnī aytūrlār) (ff. 102a-104a)
Du peuple des délateurs (bū faṣlda khalq-i ghammāzlārnī aytūrlār) (ff. 104a-107a)
De la crainte chez le pécheur (bū faṣlda khawf dar jānī aytūrlār) (ff. 107a-108b)
Du diable plein de fourberie (bū faṣlda iblīs-i pur talbīsnī aytūr) (ff. 108b-111a)
Du trictrac, des échecs et de l’ensemble des membres (bū faṣlda nard wa shatranj wa jamī‘-i a‘ḍānī aytūr) (ff. 111a-113b)
De cheikh bonimenteur et cupide (bū faṣlda dīn purūsh wa dunyā ṭalab shaykhnī aytūr) (ff. 113a-114b)
Anecdote (ḥikāyat) (ff. 114b-116b)
De celui dont la prière est exaucée (bū faṣlda mustajāb-i du‘ānī aytūrlār) (ff. 116b-118a)
Anecdote (ḥikāyat) (ff. 118a-120a)
Du fait de nier la foi dans la colère (bū faṣlda khashmlīqda īmānnī yoq qīlmāqnī aytūr) (ff. 120a-122b)
De la manière de penser le monde (bū faṣlda andīsha-yi dunyā kayfiyatīnī aytūr) (ff. 122b-126b)
De l’enfer et du paradis (bū faṣlda dūzakh wa bihishtnī aytūrlār) (ff. 126b-129a)
Oraison (munājāt) (ff. 129a-131a)
Des états spirituels issus des tombes (bū faṣlda qabrdākī aḥwāllārnīng bayānī) (ff. 131a-133a)
Anecdote (ḥikāyat) (ff. 133a-134a)
De la Loi, de la Voie et de la Vérité (bū faṣlda sharī‘at wa ṭarīqat wa ḥaqīqatnī aytūrlār) (ff. 134a-135b)
Du fait d’accepter l’intercession du Prophète (bū faṣlda shafā‘at-i rasūl Allāhgha maqbūl bolmāqnī aytūr) (ff. 135b-137a)
Des bienfaits du « au nom de Dieu » (bū faṣlda bismillāhnīng khāṣiyatlārī bayānīnī aytūr) (ff. 137a-140a)
De la manière des bons et des mauvais actes (bū faṣlda yakhshī wa yamān īshlārnīng kayfiyatīnī aytūr) (ff. 140a-141b)
De la lutte contre son propre ego (bū faṣlda öz nafs birla jang qilmāqnī aytūrlār) (ff. 141b-142b)
Des états spirituels des renonçants (bū faṣlda isqaṭīlārnīng aḥwāllārnī aytūrlār) (ff. 142b-151b)
Du fait de passer sa vie rapidement (bū faṣlda ‘umrnī chust birla ötkārmaknī aytūr) (ff. 151b-153b)
De l’arithmétique du corps et de l’âme (bū faṣlda ḥisāb-i tan wa jānnī aytūrlār) (ff. 153b-157b)
De la gnose des gnostiques (bū faṣlda ‘āriflār ma‘rifatīnīng bayānīnī aytūr) (ff. 157b-160b)
De la gnose de la subsistance (bū faṣlda ma‘rifat-i rizqnī aytūrlār) (ff. 160b-163a)
De la vertu de l’hospitalité (bū faṣlda faḍīlat-i mihmān aytīp dūrlār) (ff. 163a-165a)
Des enfants et des voleurs (bū faṣlda ṭifllār wa oghrīlārnī aytūrlār) (ff. 165a-168a)
Des galants ignares (bū faṣlda ‘ishqbāz-i nādānlārnī aytūrlār) (ff. 168a-173b)
De la belle voix (dar bayān-i āwāz-i khūshnīng bayānī) (ff. 173b-174a)
Oraison (munājāt) (ff. 174a-b)
Des cinq prières (bū faṣlda besh waqt namāznīng bayānīnī aytūr) (ff. 174b-176b)
Des serviteurs proches de Dieu qui vont au paradis (bū faṣlda ḥaqq ta‘ālāgha yaqīn bandalār jannatgha bārmāqnīng bayānī) (ff. 177a-180b)
Du dhikr des idiots et des intelligents (bū faṣlda aḥmaq wa dānālārnīng dhikrīnī bayān qīldīlār) (ff. 180b-185a)
Du commandement (bū faṣlda sarwarlīknīng bayānī aytūr) (ff. 185a-190a)
De l’esprit complet et de l’esprit incomplet (bū faṣlda ‘aql-i kull wa ‘aql-i juzwīnī aytūr) (ff. 190a-194a)
De l’ego doté d’amour (bū faṣlda ‘ishq birla nafsnī aytūrlārnīng bayānī) (ff. 194a-197a)
Du fait d’ouvrir les yeux et de chercher un guide (bū faṣlda köz achīp bir rāhbarnī īzlāmāknī aytūr) (ff. 197a-201a)
De l’ivresse du vin d’amour (bū faṣlda may-i maḥabbatnīng mastlīknī aytūrlār) (ff. 201a-207a)
De la perfidie du monde (bū faṣlda dunyānīng bīwafālīqīnī aytūrlār) (ff. 207a-b)
De la date en conclusion (bū faṣlda khātimada tārīkhnīng bayānīnī qīlīpdūrlār) (ff. 207b-210b)

Translittération, traduction et commentaire de quelques distiques

6Cet article ne prétendant pas à l’exhaustivité, et en attendant une étude plus approfondie qui sera réalisée dans un avenir proche, je me borne à analyser l’incipit et trois chapitres du début du mathnawī, en mettant de côté les oraisons, la louange au Prophète et quelques passages ici et là. Kharābātī commence par une invocation (Kharābātī, Mathnawī, ff. 1b-2a) :

Aytāyin ḥamdīngnī ay yazdān-i pāk
Ī
chtīlār khūn jigar mardān-i pāk

Dis ta louange : ô Dieu parfait
Toi, des hommes purs qui ont tant souffert

Khāliqā khalqīngnī kördūm bī ‘adad
Hich nima yoqtūr sanīngdīk bī madad

Créateur, j’ai vu ta création innombrable
Il n’y a rien qui ne puisse t’égaler

Sanīng dhātīng taṣawwurdīn munazzah
Samawātīng tasalsuldīn munazzah

Ton essence dépasse l’imagination
Tes cieux dépassent le raisonnement

‘Anāṣirdīn qīlīpsan ādamīzād
Birawnī dīwdīk birnī parīzād

Des éléments, tu as fait des hommes
Les uns comme des démons, les autres nés d’une fée

Falak tūgrūksīz wa ūstūn ṭinābsīz
Binā qīldīng īkī ‘ālam shitābsīz

Le ciel sans tente et le sol sans cordage
Tu as bâti ces deux mondes sans hâte

Qīlīp istāra-yi zīnat falakkā
Yorūtūp tūn īchīda kör dīmakkā

Tu as paré le ciel d’étoiles
Pour éclairer la nuit et dit « regarde »

Qīlīp ni‘matnī san yerdīn parāwān
Anī yer ādamlār shād u khandān

Tu as rendu la terre abondante
Et la terre a rendu les hommes heureux

Nicha kim özgalārgha ursalār dam
Anīng rizqīnī hargiz qīlmādīk kam

« Quel que soit l’être qui respire
Nous ne lui avons jamais réduit sa pitance »

Hama zi jāngha berdīng ni‘matīngnī
Nithār-i īt ādamīgha raḥmatīngnī

Tu as distribué tes faveurs à toutes les âmes
Prodigué de la viande à l’humanité

Pādishāhā tūn ū kūn yaksān sangā
Bandanī ‘afw īlāmāk āsān sangā

Seigneur, le jour et la nuit sont pareils pour toi
Pardonner le serviteur est facile pour toi

Jān qūshī jinnatgā parwāz aylāgāy
Tīl sanīng ḥamdīngnī āghāz aylāgāy

L’oiseau de l’âme va s’envoler au paradis
La langue va entamer ta louange

Yakhshī ṣūrat birla ādam aylādīng
‘Aqlnī ādamgha hamdam aylādīng

Tu as fait l’homme avec une belle apparence
Tu as fait de l’esprit le compagnon de l’homme

Dānanī ādamgha san dām aylādīng
Nafsnī ol dānagha rām aylādīng

Tu as fait un appât pour piéger l’homme
Tu as apprivoisé son ego

Dunyāda ādamnī bunyād aylādīng
Lidhdhat-i dunyā bīla shād aylādīng

Tu as établi l’homme dans le monde
Tu l’as réjoui avec les plaisirs du monde

‘Āqibat ol dānagha boldī rawān
Kīldī bū ‘ālamga ādam shūl zamān

À la fin, l’âme devint l’appât
À ce moment, l’homme vint au monde

Boldī ādamgha jahān mātamsarā
Kördī tūn kūn miḥnat ū jawr ū jafā

Pour l’homme, le monde devint un lieu de deuil
Jour et nuit, il ne vit que douleur, violence et oppression

Boldī bū matāmsarā ichra mudām
Yighlādī furqatda ūch yūz yil dawām

Il resta continuellement dans ce lieu de deuil
Pleurant sa séparation d’avec Dieu durant trois cents ans

Taqdīrīng mūndāgh īkān parwardigār
Tabdīrīng andāgh īkān ay kirdigār

Ainsi fut ton décret, Providence
Ainsi fut ta décision, ô Créateur

Ahl-i ‘āqilgha jahān miḥnat dūrūr
Ahl-i ghāfilgha jahān rāḥat dūrūr

Pour les gens sensés, le monde est douleur
Pour les insensés, le monde est douceur

Bolghāy ‘āqilgha jahān zindān sarā
Kīlghūsīdūr bāshīgha chindān balā

À l’homme sensé, le monde sera un cachot
Ne lui arriveront que des fléaux

Kharābātī bū kūn wayrānalīkda
Qālibdūr gham bīla ḥayrānlīkda

Kharābātī, dès ce jour dans la destruction
Sera ton corps, dans la peine et la stupéfaction

  • 5 Dans Yusup 2010, l’article indique très justement que Kharābātī fait souvent référence à tel ou tel (...)

7Ce qui frappe, à la lecture de ces vers introductifs, c’est avant tout la simplicité du style comme de la langue. Le poète d’Aksu compose des vers dénués d’images complexes ou de virtuosité syntaxique. Son écriture mobilise un vocabulaire somme toute limité, probablement assez proche du turc oriental tel qu’on le parlait dans les oasis de Kashgarie et d’ailleurs, moyennant quelques persanismes supplémentaires. Plutôt que de déduire de ces caractéristiques une piètre qualité littéraire, il faut voir ici à l’œuvre à la fois une origine et une intention essentiellement populaires. L’imam de village Kharābātī va droit au but5. Par ailleurs, si l’on retrouve la classique ritournelle du cycle tragique qui fait succéder à la création la séparation et le désespoir des retrouvailles entre les créatures et le Créateur, il demeure un profond sentiment de pessimisme que rien ne semble altérer. Ce que la suite du texte confirme. Lisons le chapitre intitulé « Conseil aux Turcs et aux Tadjiks » (naṣīḥat-i turk wa tājik) (Kharābātī, Mathnawī, MS Prov. 90, ff. 9a-10b) :

Bū naṣīḥat-i bād-i āl āy chūng kīchīk
Khwāh turkī khwāharab khwāh tājīk

Ce conseil s’adresse aux descendants, ô tous
Qu’ils soient turcs, arabes ou tadjiks

Zamānī fikr qīl āy ghāfil ādam
Wafā qīlmās sangā hargiz bū ‘ālam

Réfléchis un moment, ô homme insensé
Jamais le monde ne te fut fidèle

Hama ötkānlār āl ḥasratda yāzghāy
Ki qālghānlār hama miḥnatda qālghāy

Tous les gens qui le quittent le regrettent
Tous ceux qui y restent en souffrent

Nicha kūnlūk jahāngha bolma maghrūr
Bolūrsan ‘āqibat albatta ranjūr

Tu ne seras pas fier longtemps face au monde
Assurément, à la fin tu seras mal en point

Wafā köz tūtmāghīl fānī jahāndīn
Köngilnī qaṭ‘ qīl yakhshī yamāndīn

N’attends aucune promesse du monde périssable
N’extraie pas au coeur le bien du mal

Wafāsīz dunyāgha könglūngnī yerma
Dīn ū millatnī könglūngdīn āyerma

Ne mène pas ton coeur à ce monde infidèle
N’éloigne pas de ton coeur la foi et la religion

Wafāsīzlārgha hargiz bolmāghīl shād
Özūngdīn qīlmāghīl īmān barbād

Ne te réjouis jamais des perfidies
Ne dissipe pas la foi qui est en toi

Kīshī könglīn berīp dunyānī ālsa
‘Ajab īrmās ki ol dūzakhqa bārsa

Celui qui donne et porte son coeur au monde
Il n’est pas surprenant qu’il aille en enfer

Jahān mālīgha hargiz bolmāghīl shād
Anī tark aylā bolghīl ghamdīn āzād

Ne te réjouis jamais des biens du monde
Puisses-tu y renoncer, tu seras libéré du tourment

Zamānī bolmāghīl ‘ālamda ghāfil
‘Ibādat tīza qīlghīl bolma kāhil

Pas un instant, dans le monde, ne sois insouciant
Sois prompt dans la dévotion, ne sois pas indolent

Bolūp dūr gharq-i ghaflat ichra ‘ālam
Ajal yetsa ūshīgha kīlghāy ādam

Le monde est plongé dans l’insouciance
Quand viendra la fin, l’homme s’y noiera

Qarīlīqda yigītlīk qīlmaghāy ‘ūd
Ajal yetsa pashīmān qīlmaghāy sūd

Dans la vieillesse, la jeunesse ne reviendra pas
Quand viendra la fin, le contrit ne fera pas de profit

Tūnūkūn ichra hargiz bolma bīhūsh
Ölūmnī qīlmāghīl bir dam farāmūsh

De jour comme de nuit, ne sois jamais inconscient
N’oublie pas un instant la mort

Köngil ūzsāng jahāndīn āwīzād
Bolūrsan īkī ‘ālam ghamdīn āzād

Détache le coeur pendu au monde
Tu seras libéré de la peine ici-bas et au-delà

Wafā qīlmās bū ‘ālam ay barādar
Köngil bersa qīlūr ḥayrān ū abtar

Ne te fie pas au monde, ô frère
Si tu lui donnes ton coeur, tu seras déçu

Bu ‘ālam yüz tuman jānnīng jafāsī
Jami‘-i ma‘ṣiyatlārnīng anāsī

Ce monde est l’oppresseur de cent mille âmes
La mère de toutes les révoltes

Qīlūr ghāfil khudādīn kecha kūndūz
Qālūr ghaflatda dā’īm har shab rūz

N’oublie jamais Dieu, de jour, de nuit
Oublie le monde, chaque jour, chaque nuit

Kīnalārgha sabab dūr ūshbū ‘ālam
Köngil bergān kīshī alghāy shab ū gham

Ce monde est la cause de toutes les haines
Qui lui donne son coeur connaîtra la nuit de douleur

(…)

(…)

Kharābātī jahāngha bolma āghūsh
Ölūmnī qīlmāghīl hargiz farāmūsh

Kharābātī, ne t’éprends pas du monde
N’oublie jamais la mort

  • 6 Voir par exemple Papas, 2012.

8Ici le terme āl traduit non pas tant la dynastie ou la famille que les groupes humains en général, lignées diverses arabes, turques ou tadjikes, dont l’identité ethnique est rapidement évacuée. L’auteur s’adresse aux peuples et à chacun parmi eux, prodiguant ses conseils aux foules anonymes, bien au-delà du public princier auquel les écrits de naṣīḥat sont habituellement destinés6. S’agit-il, au reste, de conseil proprement dit ? Le lecteur découvre plutôt des maximes itératives, quasi aphorismes qui semblent davantage devoir être entendus que lus, du moins faciles à retenir, et dont le sens est obvie. Des anaphores servent le propos comme sa mémorisation. Kharābātī martèle qu’il faut oublier le monde et ne penser qu’à Dieu. Une mystique élémentaire veut donc poindre malgré la prédisposition crépusculaire du texte. La suite du mathnawī – en particulier, le chapitre sur la cruauté (dar bayān-i dil āzārī) et celui sur la bonté (dar bayān-i yakhshīlīq) – prend l’apparence d’un enseignement moral mais, là encore, l’enjeu est d’emblée mystique. De la cruauté, il est dit (Kharābātī, Mathnawī, ff. 11a-b) :

Har kīshī qaṣd-i dil āzār dūr
Bīgumān āndīn khudā bīzār dūr

Tous ceux qui cherchent à nuire
Sans doute ont-ils renoncé à Dieu

Kim köngil āghrītsa könglīn āghrītūr
Mālik-i dūzakh anī qān yighlātūr

Celui qui fait de la peine au coeur aura le coeur en peine
Le seigneur des enfers le fera souffrir

Bīnawālārgha kīshī kulfat qīlūr
Bīgumān tangrī angā la‘nat qīlūr

Celui qui insulte les indigents
Sans doute Dieu le maudira

Bī gunāh har kim yatīmnī yighlātūr
Yer ū kök ū ‘arsh-i kursī īrghātūr

Celui qui fait souffrir l’innocent orphelin
Confondra la terre, le ciel et le trône divin

Har kīshī könglīnī san āghritmāghīl
Öz qolūng birla özūngnī ūrmāghīl

Ne fais de peine à quiconque
Ne te frappe pas toi-même

Ol kīshī kīm ‘umrīdīn bīzār dūr
Khalq arā dā’im köngil āzār dūr

Celui qui renonce à sa vie
Parmi les créatures, il souffrira sans cesse

Köp sitam qīlghāndīn īmān āndah yoq
Bū marīḍ dardīgha darmān āndah yoq

Car il a beaucoup opprimé, en lui il n’y a plus de foi
Au mal de cet homme malade, il n’y a plus de remède

Qīl yāmānlīq yakhshīlīq bol īrkīshī
Öz yolīgha chāhnī qāzmīsh kīshī

L’homme bon qui fait le mal
Il creuse lui-même un gouffre sur son chemin

Yakhshīlīq qīlghīl yāmānlīq qīlmāghīl
Öz tangga köp sitamlār qīlmāghīl

Faites le bien, ne faites pas le mal
N’aggravez pas votre propre oppression

Ay qayāsh könglūngnī har kim āghritūr
‘Udhrlār aytīp anīng aldīda tūr

Ô ami, quiconque fait de la peine à ton coeur
Fera ses excuses face à Dieu

Ay oghūl āghritma har jāndārnī
Körmagāysan tangrīnīng dīdārnī

Ô fils, ne fais pas souffrir les vivants
Ou tu ne feras pas la rencontre de Dieu

(…)

(…)

Man nechūk aylāy köngilnī shādlār
Qaysī bir ghamdīn qīlāy faryādlār

Moi, comment vais-je réjouir les coeurs ?
Duquel vais-je pleurer la douleur ?

9Lancées à tout type d’hommes – les mauvais comme les bons, les anonymes comme les proches –, les injonctions de Kharābātī à ne pas répandre le mal ou l’injustice rappellent certes les habituels appels à la morale qui menacent le contrevenant du châtiment divin. Elles pointent aussi d’un doigt accusateur la cruauté ordinaire des sociétés, au nom même de l’ambition mystique qui doit animer chaque individu. Le poète travesti en procureur réclame désormais la justice et le bien (ibid., ff. 11b-13a) :

Ay qayāsh īstāsāng bolmāq amān
Yakhshīlīq bisyār qīl khalq-i jahān

Ô ami, si tu veux être sauvé
Répands le bien dans le monde

Bolsa kimnīng ‘ādatī jūd ū karam
Ol khalā’īq ichra bolghāy muḥtaram

Si quelqu’un a pour habitude la générosité
Parmi les gens, il sera respecté

Har kīshī īsh ākhirīnī közlāmās
Ol kīshīlārnīng közīnī köz dīmās

Tous ceux qui ne voient pas la finalité de leurs actes
Ne tiennent aucun compte de ce qu’ils voient

Ay barādar öznī ‘ābid aylāgīl
Jahd īla bū bāshnī sājid aylāgīl

Ô frère, fais de toi un serviteur
Incline cette tête avec ardeur

Ham thawāb aylār kīshī ham ma‘ṣiyat
Nī terīlsa orghāy ānī ‘āqibat

Qu’un être fasse oeuvre pie ou impie
Quoi qu’il plante, il récoltera une conséquence

Kimki gardankish dūr shah tārāj ītār
Balki ānīng shahrīdīn ikhrāj ītār

Celui qui se rebelle pille le roi
Mais il sera chassé de sa ville

Nicha īshlārdīn kīshī tāpqāy shikast
Aytāyīn qīlghīl ānī ay ḥaqq parast

Quoi qu’un être fasse, il trouve l’échec
Qu’il se consacre à adorer Dieu

(…)

(…)

Ṭiflgha majnūngha san tāsh atmāghīl
Biwafālārgha sirring fāsh etmāghīl

Ne jette pas la pierre à l’enfant ou au fou
Ne révèle pas ton secret aux perfides

Qarḍ-i khalqnī qīlghāsan awwal adā
Farḍ-i ḥaqqnī qīlghāsan āndīn bijā

Paye d’abord la dette des créatures
Puis exécute le précepte de Dieu

Āchighingī yūtghīl ay pīr ū jawān
Kim yūtār āchighnī ol yolghāy amān

Avale ta colère, vieillard ou jeunot
Celui qui avale sa colère sera sauvé

Örūsa yūzīnī yarātqān ḥayydīn
Yürgūsī nafas ū hawānīng keyindīn

Celui qui détourne son visage de Dieu
Il aura son souffle retourné

(…)

(…)

Jahd ū jahd aylāp ki darwīsh olghāsan
Yūz nadāmat birla dilrīsh olghāsan

Multiplie les efforts pour être derviche
Multiplie les repentirs pour être blessé

Kim īshīn shāyasta dargāh aylāsa
Nī ‘ajab tangrīm anī shāh aylāsa

Celui qui agit convenablement à la loge
Pas étonnant que Dieu en fasse un roi

Khalq arā har kimki sarkashnīng qīlūr
Rāḥat ū ‘izzat ishikīn bāghlātūr

Parmi les gens, à tous ceux qui désobéissent
La porte du repos et de l’estime reste close

Bersa kim könglinī ḥaqqdīn özgāga
Tāmgha-yi la‘natnī bāsqāy yūzīgha

Celui qui donne son coeur à un autre que Dieu
Marquera son visage du signe de la malédiction

(…)

(…)

Nafs amrīdīn qīlmaghān mardān bolūr
Ākhiratda khalq arā sulṭān bolūr

Il est brave celui qui n’obéit pas à l’ego
Dans l’autre monde, parmi les créatures, il sera sultan

Nafsnī tark aylāsa taskīn bolūr
Khalq arā īkī jahān maskīn bolūr

S’il renonce à son ego, il connaît même l’apaisement
Parmi les créatures, dans les deux mondes, il sera même mendiant

Nafs-i ammāra mū ham sākin bolūr
Ham köngil öz nafsdīn īman bolūr

Est-ce l’ego concupiscible qui peut être apaisé ?
Ou bien le coeur, de son ego être protégé ?

Har kīshī öz ḥaqqgha qāni‘ dūrūr
Ḥazrat-i Aḥmadgā ol tābi‘ dūrūr

Tout homme qui se contente de Dieu
Se soumet au Prophète Muhammad

Istāgīl ū istāgīl ū istāgīl
Jumla ḥājatnī khudādīn istāgīl

Demande, demande et demande encore
Adresse toutes tes demandes à Dieu

Ghāfilā ‘umr öttī dā’im bī khabar
Qīl ‘ibādat tangrīgha shām ū saḥar

L’insouciant a passé sa vie sans rien savoir
Toi, fais tes dévotions à Dieu matin et soir

Man nichūk kim aylāy köngilnī shādlār
Qaysī bir ghamdīn qīlāy faryādlār

Moi, comment vais-je réjouir les coeurs ?
Duquel vais-je pleurer la douleur ?

10L’ordre de bien agir, paradoxalement, n’a d’efficace qu’une fois la conscience prise de la nullité de toute action, lorsque leur sens même, autrement dit, perd sa validité. Aucun contenu moral ne se dégage donc. La désillusion absolue offre pour issue unique la dévotion. Kharābātī n’hésite jamais dans son verdict : chaque créature faite homme est condamnée à la vie mystique, à devenir derviche, à renoncer au monde, pour espérer revenir à son Créateur. Nul besoin au fond d’une autorité, d’une confrérie, d’une généalogie, puisqu’aucune de ces institutions n’apparaît ici. Ne subsiste de cette vaste entreprise de purgation que le dialogue entre le poète et ses auditeurs, quoi qu’il en soit du mutisme des seconds et des doutes du premier.

Conclusion

  • 7 Ce dernier item est un livre de synthèse qui reprend les articles précédents avec de nombreux compl (...)

11De quel soufisme parle-t-on dans ce mathnawī ? Hörmätjan Fikrät a montré que le recueil faisait usage de l’ensemble des allégories mystiques (l’amour, l’amant, le vin, l’ivresse, etc.) de la poésie classique, ainsi que du vocabulaire technique soufi (le combat contre l’ego, les états spirituels, le dhikr, etc.) (Fikrät, 2003a, 2003b, 2007a, 2007b et 20117). Il s’agit bien d’un texte soufi, écrit par un auteur versé dans le soufisme, au point que l’on a pu surnommer Kharābātī « l’enfant de Mawlānā Rūmī » (farzand-i Mawlānā Rūmī), bien que les deux mathnawī ne soient guère comparables. D’autre part, il convient de signaler l’existence d’un commentaire (sharḥ) du mathnawī qui forme la première partie d’un manuscrit dudit mathnawī, copié en 1304-1305/1906-1907 et conservé à Tachkent (cote ivan uz 5938) (Fikrät, 2009). Le texte, titré Turkī-yi Kharābātī [Le Turc de Kharābātī] mais aussi Risāla-yi dar ḥaqīqat-i faqr [Traité sur la vérité de la pauvreté], s’évertue à expliquer le concept de pauvreté (faqr). En outre, il fait allusion à la proximité de Kharābātī avec la voie Naqshbandiyya dans des vers qui reprennent quelques-uns des onze enseignements initiatiques naqshbandis, tels que « l’attention sur les pas » (nazar bar qadam) et « le voyage dans la patrie » (safar dar watan). C’est là un système de références que l’on trouve déjà chez le célèbre ‘Alī Shīr Nawā’ī (1441-1501) (Toutant, 2013, pp. 512, 580, 595). Or si dans ce dernier cas, l’affiliation à la ṭarīqa la plus importante d’Asie centrale ne fait aucun doute, l’identité ‘confrérique’ de notre auteur laisse perplexe puisqu’à ma connaissance aucune autre trace d’affiliation n’existe. Il semble en réalité que, loin des ordres soufis ou bien même de groupes informels mais définis – loin, par conséquent, de la façon dont certains spécialistes de l’Asie centrale se représentent la mystique musulmane, rondement réduite à des modalités d’affiliation, de succession et de lignage – le soufisme de Kharābātī procède d’un courant socioreligieux constitué de figures relativement marginales, quoique populaires, dont le principal enseignement porte sur le renoncement radical voire l’errance existentielle. Ce courant, qui prit le nom médiéval de Qalandariyya, fut en effet extrêmement présent dans le Turkestan oriental des xviie et xviiie siècles (Papas, 2010). À ces éléments de contexte, il faut ajouter deux indices : le nom de plume de notre poète émane du terme kharābāt, qui signifie la ruine, la taverne, le bordel. Or ce mot fait partie du vocabulaire de prédilection des qalandar d’Asie centrale, à la suite des poètes mystiques persans du Moyen Âge. Secondement, le manuscrit du mathnawī susmentionné comprend un traité sur la pauvreté spirituelle, qui correspond au genre du faqrnāma, ou livre de la pauvreté, dont la popularité fut grande parmi les qalandar indiens et centrasiatiques. Ces signes divers incitent à penser que Muḥammad ibn ‘Abd Allāh Kharābātī appartenait à ce courant bien qu’il ne pratiquât pas l’errance et restât apparemment sédentaire. Figure paradoxale, l’imam de Choghtal aurait été aussi radical que proche du peuple, aussi vindicatif qu’accessible aux fidèles.

Haut de page

Bibliographie

Dawut Rahilä, 2001, Uyghur mazarliri [Les Mausolées des Ouïgours], Urumqi: Shinjang Khälq Näshriyati.

Fikrät Hörmätjan [Fikrat Hurmatdžon], 2003a, «Harobotij va uning ‘masnaviji Harobotij’ asari» [Kharābātī et son œuvre le mathnawī-yi Kharābātī], Imom al-Buhoriy saboqlari, Vol. 2-3, pp. 115-116.

−, 2003b, «Rumij va Harobotij» [Rūmī et Kharābātī], O’zbek tili va adabiyoti, Vol. 5, pp. 46-49.

−, 2007a, «Mäsnäwi Khärabati’diki täsäwwupi obraz wä timsalar» [Images et adages du soufisme dans le mathnawī de Kharābātī], Bulaq, Vol. 2, pp. 49-58.

−, 2007b, «‘Mäsnäwi Khärabati’din» [Sur le mathnawī de Kharābātī], Bulaq, Vol. 4, pp. 5-30.

−, 2009, «‘Shärhi Khärabati’ häqqidä däsläpki mulahizä» [Examen préliminaire du Sharḥ-i Kharābātī], Bulaq, Vol. 6, pp. 79-82.

−, 2011, Khärabati wä uning ädäbi mirasi [Kharābātī et son héritage littéraire], Urumqi, Shinjang Universiteti Näshriyati.

Hartmann Martin, 1904, «Die osttürkischen Handschriften der Sammlung Hartmann», Mitteilungen des Seminars für orientalische Sprachen zu Berlin, Vol. vii, n° ii, Berlin: Georg Reimer, pp. 1-21.

Kharābātī Muammad ibn ‘Abd Allāh, MS Prov. 90, Gunnar Jarring Collection, Université de Lund.

Kharabati Muhämmät binni Abdulla, 1985, Mäsniwi Kharabati [Le Mathnawī de Kharābātī], édité par Eziz Sabit, Kashgar: Qäshqär Uyghur Näshriyati.

Khotani Ibrahim ibn Yüsüp, 1995, Mäntiquttäyr [Le Langage des oiseaux], Urumqi: Shinjang Khälq Näshriyati.

Muniyaz Abbas, 2003, Riyazätkar ädib: Kharabati [L’Écrivain ascétique : Kharābātī], Urumqi: Shinjang Khälq Näshriyati.

−, 2010a, «Khabarati näziridä ilim wä alim» [Le Savoir et le savant du point de vue de Kharābātī], Shinjang ijtimayi pänlär munbri, Vol. 2, pp. 31-38.

−, 2010b, «Kharabati näziridiki qährimanliq» [L’Héroïsme du point de vue de Kharābātī], Shinjang ijtimayi pänlär munbri, Vol. 4, pp. 38-45.

Papas Alexandre, 2008, « Les tombeaux de saints musulmans au Xinjiang : culte, réforme, histoire », Archives de sciences sociales des religions, Vol. 142, pp. 47-62.

−, 2010, Mystiques et vagabonds en islam. Portraits de trois soufis qalandars, Paris : Cerf.

, 2012, “Islamic Brotherhoods in Sixteenth Century Central Asia: the Dervish, the Sultan, and the Sufi Mirror for Princes,” in Nicola Terpstra, Adriano Prosperi et Stefania Pastoria (eds.), Faith’s Boundaries: Laity and Clergy in Early Modern Confraternities, Turnhout: Brepols, pp. 209-231.

Sartekin Eziz Atawulla, 2004, Uyghurchä näshr qilinghan äsärlär katalogi (tarikh-mädäniyät qismi) [Catalogue des travaux publiés en ouïgour (section histoire et civilisation)], Urumqi: Shinjang Universiteti Näshriyati.

Toutant Marc, 2013, La Culture des derniers Timourides: études des pratiques d’imitation à travers l’exemple de la Khamsa de Mīr ‘Alī Shīr Nawā’ī (1441-1501), Thèse de doctorat, Paris : ehess, inédit.

Yusup Älanur, 2010, «‘Kulliyat mäsnawi Kharabati’ wä uning ilham mänbäsi ‘hädis’tä ipadilängän ijtimayi äkhlaqi qarashlar toghrisida» [Sur la vision des vertus sociales présentée dans le mathnawī de Kharābātī et sa source d’inspiration, le hadith], Bulaq, Vol. 6, pp. 76-92.

Haut de page

Notes

1 Selon l’introduction d’Eziz Sabit, rédigée en 1982 dans Kharabati, 1985.

2 Gunnar Jarring transcrit Chapūrchāq et pense qu’il s’agit d’un quartier de Kashgar.

3 Sartekin, 2004, pp. 664-665, donne la liste suivante : «Kulliyat mäsnäwi Kharabati», Aqsu ädädiyati, Vol. 4, 1980 ; Eziz Sawut, «Muhämmät binni Abdulla Kharabati», Aqsu ädäbiyati, Vol. 4, 1980 ; id., «Kulliyat mäsnäwi Kharabatidin tallanma», Bulaq, Vol. 2, 1981 ; Abdushükür Muhämmätimin, «Ottura äsir jahalitigä oqulghan shikayätnamä», Bulaq, Vol. 18, 1986 ; Ghäyrätjan Osman, «Kharabati wä kulliyat mäsnäwi Kharabat», in Uyghur klassik ädäbiyati tarikhidin tezis, Urumqi: Shinjang Universiteti Näshriyati, 1987 ; Wahitjan Ghupur et Äsqär Hüsäyin, «Muhämmät binni Abdulla Kharabati wä uning kulliyat mäsnäwi Kharabati degän äsiri», in Uyghur klassik ädäbiyati tezisliri, Beijing: Millätlär Näshriyati, 1987 ; Ghäyrätjan Osman, «Muhämmät binni Abdulla Kharabati wä uning ädäbi ijadiyiti häqqidä», Shinjang ijtimayi pänlär tätqiqati, Vol. 4, 1992 ; Abdulajan Muhämmät Ümidyar, «Kharabati ijadiyitidiki gumanizm wä täräqqipärwärlik ruhi», Qäshqär pedagogika instituti ilmi jurnili, Vol. 4, 1993 ; Abdushükür Muhämmätimin, «Muhämmät Abdula Kharabati», in Uyghur ädäbiyati tarikhi, Vol. 3, Urumqi: Shinjang Khälq Näshriyati, 1993 ; Shäripidin Ömär, «Muhämmät binni Abdulla Kharabati», in Ottura äsir Uyghur klassik ädäbiyati, Urumqi: Shinjang Khälq Näshriyati, 1996 ; Iminjan Äkhmidi, «Muhämmät binni Abdulla Kharabati», in Uyghur ädäbiyati tarikhidiki namayändilär, Urumqi: Shinjang Khälq Näshriyati, 1996 ; Qähriman Abdukerim, «Abdulla Kharabatining maarip idiyisi», Shinjang maarip geziti, Vol. 5, 1996 ; Äshräp Abdulla, «Mäsnäwi Kharabatidiki ilim-märipät qarashliri toghrasida», Shinjang kütüpkhanichiliqi, Vol. 4, 1996 ; Qähriman Abdukerim, «Mäsnäwi Kharabatidiki insanshunasliq qarashliri toghrasida», Ürümchi kächlik geziti, Vol. 8, 1996 ; Abdukhaliq Mättursun, «Mäsnäwi Kharabatida ipadilängän hayat-mamatliq qarshi toghrasida», Ürümchi kächlik geziti, Vol. 11, 1997 ; Mättokhti Äkhmät, «Kulliyat mäsnäwi Kharabati wä ijtimayi äkhlaq täshäbbusi», Khotän pedagogika ali tekhnikumi ilmi jurnili, Vol. 4, 1996 ; Äshräp Abdulla, «Shair Muhämmät Abdulla Kharabatining ilim wä alim häqqidiki qarashliri toghrisida», Shinjang ijtimayi pänlär tätqiqati, Vol. 4, 1998 ; Äkhmät Kälpin Insani, «Äkhlaqi tärbiyä wä kulliyat mäsnäwi Kharabati», Shinjang yashliri, Vol. 5, 2002 ; Güljamal Mämtimin, «Kulliyat mäsnäwi Kharabatining ädiyiliki», in Uyghur klassik ädäbiyat tarikhi, Urumqi: Shinjang Maarip Näshriyati, 2002 ; Abbas Muniyaz, «Abdulla Kharabati», Aqsu ädäbiyati, Vol. 1, 2002.

4 Le foliotage correspond au manuscrit Prov. 90, Gunnar Jarring Collection, Université de Lund, dorénavant noté Kharābātī, Mathnawī. Les omissions et erreurs les plus manifestes du copiste, assez nombreuses du reste, ont été corrigées par l’auteur sans les signaler.

5 Dans Yusup 2010, l’article indique très justement que Kharābātī fait souvent référence à tel ou tel hadith. Hélas l’auteur interprète ce qui relève de l’éducation traditionnelle d’un imam comme le savoir d’un intellectuel humaniste.

6 Voir par exemple Papas, 2012.

7 Ce dernier item est un livre de synthèse qui reprend les articles précédents avec de nombreux compléments, la seconde partie comprenant une édition du mathnawī. Remerciements chaleureux à Thierry Zarcone et Marc Toutant qui m’ont fourni ces références.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Papas, « Kharābātī (1638-1730), un poète populaire du Turkestan oriental », Cahiers d’Asie centrale, 24 | 2015, 127-144.

Référence électronique

Alexandre Papas, « Kharābātī (1638-1730), un poète populaire du Turkestan oriental », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 24 | 2015, mis en ligne le 10 mars 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/2879

Haut de page

Auteur

Alexandre Papas

Alexandre Papas est chargé de recherche au CNRS, affilié au Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (cetobac) à Paris. Historien de l’islam et de l’Asie centrale du xvie siècle à nos jours, il a notamment publié : Soufisme et politique entre Chine, Tibet et Turkestan (Paris, 2005) ; Mystiques et vagabonds en islam (Paris, 2010) ; Voyage au pays des Salars (Paris, 2011) ; Central Asian Pilgrims, co-éd. avec Th. Welsford et Th. Zarcone (Berlin, 2011) ; Family Portraits with Saints, co-éd. avec C. Mayeur-Jaouen (Berlin, 2013) ; L’Autorité religieuse et ses limites en terres d’islam, co-éd. avec N. Clayer et B. Fliche (Leyde, 2013). Contact : papas.5@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org