Navigation – Plan du site
L'espace kazakh ou comment diviser l'infini

Introduction : Penser la steppe ?

Catherine Poujol
p. 29-40

Texte intégral

1L’espace kazakh occupe le nord de l’Asie centrale et partage avec elle une partie de la trajectoire historique qui en fait sa spécificité : la diffusion des tribus scythes, le recouvrement des confédérations turciques, l’islamisation progressive de l’Eurasie jusqu’aux contrées tatares, la conquête mongole de Gengis -Khan, la poussée colonisatrice russe en direction de l’Afghanistan, la construction des cinq républiques socialistes soviétiques « d’Asie moyenne et du Kazakhstan » (selon les termes consacrés) délimitées entre 1924 et 1936 à partir du territoire du gouvernorat général du Turkestan et du gouvernorat des steppes, leur accession à l’indépendance durant l’automne et l’hiver 1991. Le Kazakhstan est d’ailleurs la dernière république soviétique à avoir proclamé son indépendance, le 16 décembre 1991.

2Lieu de passage de multiples vagues migratoires, de conquérants cherchant de nouvelles fortunes politiques, du cheminement des caravanes quittant la transversalité des Routes de la Soie pour les marchés de l’Oural et de la Sibérie, mais aussi point de départ du premier homme dans l’espace en 1961, les steppes kazakhes conjuguent tradition et modernité.

3Cet immense territoire de 2,7 millions de km2 (cinq fois la France) et peuplé de 17 millions d’habitants environ a subi de plein fouet un xxe siècle fait de ruptures et de transformations qui ont scellé la disparition du mode de vie nomade, de son écosystème, de son organisation sociale et d’une part considérable de son assise culturelle ancestrale pour l’ancrer dans une modernité démonstrative.

4Depuis son indépendance, ce jeune État plein d’avenir, ouvert au monde et tourné vers l’Europe se projette vers le futur à travers sa nouvelle capitale judicieusement déplacée vers le centre -nord du pays depuis 1997, après avoir « nomadisé » entre Orenbourg, Kzyl -Orda, Alma -Ata – Almaty. Il est l’héritier d’une culture « traumatisée par l’histoire » dont la richesse n’est pas entièrement assumée, en premier lieu par ses détenteurs, tant ils ont refoulé leur mémoire nomade au profit de celle des urbains, coulée dans le béton des villes.

5Pour le public occidental, ce territoire des confins évoque l’Empire des steppes en référence au célèbre ouvrage de René Grousset, un lieu difficile à situer aux marges de la Russie et de la Chine, connu pour son pétrole et ses matières premières abondantes et pour les documentaires exotiques sur la chasse au vol qui ont fleuri sur quelques chaînes de télévision française depuis la fin de l’urss. Aux mélomanes, il rappelle le poème symphonique du compositeur russe Borodine écrit en 1880 et intitulé « Dans les steppes de l’Asie centrale » où le pas des chevaux et des chameaux se superpose au chant des soldats russes. Comme pour le reste de la région, son empreinte mythique a souvent pris le dessus sur sa réalité historique.

Une histoire paradoxale

6L’histoire du Kazakhstan est donc paradoxale. Elle hésite entre assurance d’un ancrage plurimillénaire et difficulté d’assumer une mémoire largement immatérielle. Elle doit, pour acquérir sa plénitude, se débarrasser du complexe qui la mine face à l’histoire intangible des sédentaires, partenaires en civilisation dans cette vaste zone centrasiatique dans laquelle les steppes occupent l’espace septentrional entre mer Caspienne et plaines sibériennes.

7Ainsi l’histoire des steppes kazakhes se doit de dépasser l’arrogance des pouvoirs voisins s’exprimant dans l’urbanité, l’écrit et le durable et qui négligent toute notion de survie économique et d’adaptation optimale, pragmatique et modulable à un environnement inhospitalier. Elle n’est pas entièrement écrite, loin s’en faut. Elle n’est pas complètement mémorisée non plus, sauf à traquer la vérité historique dans les méandres des épopées, des généalogies réelles ou mythiques, des improvisations des poètes -akyn.

8Il lui faut se reconstruire, patiemment, obstinément, en convoquant toutes les sources disponibles, en faisant le siège des gisements d’archives qui s’ouvrent peu à peu aux chercheurs étrangers depuis deux décennies, quitte à en imaginer de nouvelles, là où les habitudes académiques s’arrêtent, les carcans idéologiques se referment, les questions ne sont pas posées.

9Tissée d’attendus sur l’immensité des espaces, la fluidité des allégeances, l’oralité des cultures, la rupture de leur mise à l’écrit, cette histoire doit aujourd’hui prouver son originalité en même temps que sa propre existence. En effet, victimes du « syndrome nomade », nombreux sont ceux qui s’interrogent, y compris parmi les Kazakhs contemporains, sur les contours de la culture steppique. Autant mythifiée que méconnue, elle est ancrée dans un passé rémanent et recouvre un terroir sans limites apparentes, mais pourtant encore bien délimité dans l’esprit de ses habitants et de leurs ancêtres, pasteurs -nomades.

10L’État kazakhstanais contemporain le sait bien, lui qui depuis plus de vingt ans travaille à restituer la mémoire d’une culture malmenée par un xxe siècle sans concession et qui a vu l’achèvement des processus de sédentarisation des nomades impulsés par la domination coloniale tsariste, les grandes famines, les déplacements de population, les répressions massives liées à la révolution bolchévique et au stalinisme dans les steppes, lui qui a payé au prix fort l’industrialisation du pays et sa participation à la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, il réécrit son histoire dans la perspective de combler les « taches blanches », d’en éclairer les drames, d’en magnifier la portée pour les générations actuelles et futures, et surtout afin de produire un sentiment national unitaire dans un pays constitué d’importantes minorités ethniques (Russes, Ukrainiens, Ouzbeks, Tatars, Allemands, Ouïgours), en plus de la nation éponyme kazakhe.

11L’histoire des steppes kazakhes se construit donc dans la contradiction des paradigmes. Elle hésite au long des siècles entre l’émiettement d’entités disjointes et le rassemblement en grandes structures suprarégionales, entre dispersion des pouvoirs et soumission à un chef unique. Elle conjugue le vide des espaces à la pérennité du souvenir, le construit du funéraire au déstructuré du vécu, la rumeur des villes aux silences de la nature intacte ou ponctuellement violentée par la quête industrielle, l’infini des paysages aux limites des zones urbaines. Elle est le lieu de rencontre et de sidération réciproque entre la culture européenne des sédentaires au nord, la culture musulmane des sédentaires au sud et celle « au milieu » des pasteurscavaliers que le xxe siècle a fini par sédentariser. Elle mêle ainsi le temps révolu des grands nomades transhumants à celui des colons descendus de Russie, le temps suspendu des Kazakhs nouvellement citadins, « les Kazakhs de l’asphalte », à celui arrêté des cadres slaves venus mettre en valeur les terres vierges et des innombrables peuples ou individus punis, déplacés en terre kazakhe par un pouvoir coercitif répondant aux contraintes réelles ou supposées de la Seconde Guerre mondiale, tous aujourd’hui à la recherche de leurs racines respectives qu’ils veulent catégoriquement démarquer.

12Elle illustre enfin la juxtaposition entre la modernité européenne exogène campée sur des soubassements chrétiens, mais largement acceptée par l’ensemble de la population par -delà les brassages ethniques et les déplacements forcés et la double allégeance aux traditions chamaniste et islamique des autochtones, aujourd’hui renouvelées depuis la disparition de l’idéologie soviétique, qui a lancé les citoyens du Kazakhstan dans une quête effrénée de leurs références religieuses et identitaires.

Dépasser les raisons de la méconnaissance

13L’histoire des steppes kazakhes nous interpelle. Elle nous fascine, malgré le peu de connaissances précises dont nous disposons, pour le puissant appel au voyage qu’elle suscite dans nos contrées depuis le Moyen Âge, comme pour l’énigme géopolitique qu’elle continue de poser depuis le début du xxe siècle, quant à sa réalité et son impact sur l’histoire de ses voisins.

14C’est pourquoi, si l’on cherche à comprendre les raisons pour lesquelles l’histoire kazakhe est si peu documentée en Occident, on aboutit à un enchaînement de circonstances qui ont, chacune à sa façon, contribué à entretenir ce « trou noir » ou au moins cette « zone grise » historiographique au sein de l’orientalisme européen. Entre les récits des envoyés du pape Innocent Iv auprès de Gengis -Khan, Guillaume de Rubruquis et Jean du Plan Carpin, formant le socle intangible du regard exogène à l’époque médiévale et les travaux soviétiques et postsoviétiques en russe et en kazakh, inaccessibles au grand public occidental, la bibliographie occidentale est peu prolixe sur cette partie de l’Eurasie.

15L’espace kazakh, vaste portion spécifique de l’Asie centrale constituant un « monde en soi », ce que la période actuelle postsoviétique ne dément en aucune façon, offre donc le paradoxe de la concentration, de l’accumulation et de la conservation mémorielle inversement proportionnelle à la dilution de l’espace et à la rareté du bâti, une sorte d’hypertrophie de la mémoire immatérielle par rapport aux vestiges visibles. L’empilement des héritages qui font accéder cette zone à sa redéfinition contemporaine, doit être soigneusement étudié. Il recèle de nombreuses explications pour d’innombrables questions encore sans réponses. Parmi celles -ci, la prédisposition séculaire des habitants de la région à accueillir la modernité et l’innovation, dans le cadre de leurs relations sociales complexes est une des facettes de leur pragmatisme persistant, tout comme leur capacité à inventer de nouvelles stratégies de survie et d’adaptation à leur environnement, en tâchant de les insérer au mieux dans le carcan des traditions qui demeurent une structure formelle, déclarative, parfaitement malléable et évolutive en fonction des contraintes du moment.

16Les conséquences de cette fascination pour ce qui est vu comme le prolongement dans le temps de l’empire des steppes, sont perceptibles encore aujourd’hui. Elles sont autant individuelles que collectives, à travers les explorateurs, photographes, et autres marcheurs solitaires, les hommes d’affaires qui arrivent en masse, les touristes audacieux (cinq millions seraient attendus pour les trois mois que durera l’exposition internationale « Astana -expo 2017 »). Le caractère illimité des steppes a lui -même contribué à renforcer la puissance onirique de cet immense espace, que le binôme centralité/enclavement n’a fait qu’exacerber depuis le XIXe siècle.

17Ainsi, le rôle de plaque tournante des échanges commerciaux entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud dévolu à l’Asie centrale en général et à sa portion steppique en particulier, a développé cette idée d’incontournabilité du centre -continental, au moins, jusqu’à la fin du xve siècle, lorsque fut découvert par Vasco de Gama l’itinéraire maritime de contournement de la pointe de l’Afrique en dérivant jusqu’au Brésil. D’espace devant nécessairement être traversé, les steppes sont devenues dans sa portion méridionale, le lieu de déploiement d’un faisceau d’itinéraires à usage local et saisonnier, scellant, surtout après l’arrivée au pouvoir en Perse de la dynastie safavide (en 1500), le début d’une longue séquence d’enclavement qui explique, en partie, l’intérêt suscité en Russie pour son Sud. Enfin, le mythe de la centralité des steppes kazakhes a été largement renouvelé par les géopoliticiens de la fin du xIxe siècle et du xxe siècle, avec le concept de « pivot du monde » de Sir Halford Mackinder et plus tard, la théorie du Rimland promue par des politologues américains comme Nicholas Spykman.

18Une telle perspective permettait d’inscrire ce territoire dans une nouvelle modernité, laquelle allait radicalement changer la donne dans l’espace steppique pour parvenir aux recompositions géostratégiques contemporaines, aux projets de développement des infrastructures de transport, comme « la nouvelle Route de la Soie ». Depuis la fin de l’urss, ces projets marquent de leur empreinte technologique cette zone du monde au coeur du vieux continent eurasiatique, chemin qui reste le plus court pour relier la Chine à l’Europe, la « fenêtre de la Chine sur l’Europe », avant d’en devenir « La porte ».

La fin du xixe siècle ou l’introduction de la modernité ?

19Si le pouvoir russe a mis plus d’un siècle à asseoir son influence dans la zone médiane des steppes qui le séparait les déserts méridionaux d’Asie centrale de son propre territoire, il ne lui faudra que quelques décennies pour introduire certains éléments de modernité qui vont favorablement interpeler les cultures locales. Ce dialogue entre innovations technologiques et préservation des valeurs traditionnelles fait incontestablement partie de l’histoire moderne des steppes kazakhes. La construction du chemin de fer Transaralien au début du xxe siècle succède à l’épopée du Transcaspien réalisée en marge de la conquête russe des territoires turkmènes jusqu’à Samarcande et Tachkent entre 1880 et 1888. Elle sera complétée par la mise en service du Turksib en 1931, fer de lance de la planification soviétique en Asie. Dès lors, la perception de l’espace et du temps sera radicalement modifiée pour la première fois dans la longue histoire des échanges continentaux par caravanes.

20Une volonté de renouvellement culturel, de participation aux processus politiques en cours, de reconquête d’une certaine autonomie dans le cadre contraignant de l’administration tsariste touche les élites locales. Dans le même temps, quelques intellectuels russes, notamment Dostoïevski envoyé en relégation à Semipalatinsk pendant quatre ans, voient s’ouvrir devant eux un champ d’application de leurs idées politiques et culturelles, un laboratoire d’expérience du contact avec le peuple, de collecte ethnographique d’une culture en sursis, à la veille de profondes transformations.

21De périphérie lointaine peuplée de « bons sauvages », remuant et insoumis comme l’écrivait dans sa correspondance avec Voltaire l’impératrice Catherine II qui préférait les voir convertis à l’islam plutôt que restés chamanistes, les steppes devenaient espace central.

La centralité d’une périphérie ?

22Se pose alors la question du rapport entre centre et périphérie. La ceinture steppique qui place les grands socles sédentaires à une certaine distance les uns des autres, sauf en quelques points névralgiques dans la région des Pamirs et du Badakhchan, ne serait -elle qu’une dilution spatiale de toutes les périphéries ? Certes oui, lorsque l’on se place du point de vue du voisinage sédentaire, mais certes non, si l’on prend l’histoire des steppes au miroir de ses propres questionnements.

23Le rapport entre l’histoire locale et l’histoire globale doit se faire comme partout, sans que la catégorie « culture nomade », « histoire nomade » même dans son effacement au profit d’une culture sédentarisée, modernisée, constamment réinventée, ne vienne perturber la réflexion. Au contraire, ces catégories doivent quitter leur rôle de seul objet d’étude anthropologique pour accéder pleinement au champ historique.

24Si les steppes kazakhes ont été plusieurs fois dans l’histoire, une périphérie lointaine pour un Empire ou un État dont le centre de gravité se situait ailleurs, on ne peut que remarquer l’apport original du xxe siècle : celui de forger une centralité nouvelle au sein de ce qui jusqu’alors n’était qu’une périphérie. Telle pourrait être l’histoire de la construction de l’État socialiste kazakh à partir des années 1930 : celle du Kazakhstan, séparé comme entité distincte de l’Asie centrale. Enfanté dans la douleur, mais advenu là où l’espace à dominer était vu en termes de compromis incertain entre la souche kazakhe démographiquement minoritaire et la souche slave, devenant majorité parmi les minorités, au moins jusqu’à la fin des années 1970, lorsque la proportion de Russes, Ukrainiens et Biélorusses a commencé à baisser sensiblement. Le dernier recensement soviétique de 1989 faisait état de 44 % de Kazakhs, pour 40 % de Russes.

25Dès lors, l’avènement d’un État indépendant s’accompagnera de mesures d’incitation au renforcement de la nation éponyme. En 2010, les chiffres sont les suivants : 53 % de Kazakhs, 30 % de Russes. La majorité mathématique de la portion kazakhe de la population est assurée. Il n’y avait plus qu’à la conforter en appelant vers la mère -patrie des milliers de Kazakhs qui l’avaient quittée au cours des deux siècles précédents, appelés aujourd’hui les Oralman. L’histoire du Kazakhstan indépendant s’appuie sur cette nouvelle configuration permettant au peuple kazakh de reprendre possession de l’intégralité de l’espace géographique, historique et culturel tout en ménageant, dans le discours politique, une place pour le multiculturalisme et le dialogue interreligieux, ce qui nécessite un certain savoir -faire politique et social.

26La création d’une nouvelle capitale à Akmola en 1997, devenue Astana, sera la marque de l’ancrage définitif d’un centre de pouvoir au centre d’un territoire, l’emblème du décollage économique d’un pays et de la volonté de maintenir la souveraineté d’un État unitaire dans les frontières héritées de l’urss quoi qu’il arrive. Il restera aux jeunes générations kazakhes un long chemin à parcourir pour assumer leur héritage mémoriel. Les jeunes citadins notamment devront envisager autrement les milliers de pétroglyphes gravés sur les rochers qui constituent la plus grande bibliothèque à ciel ouvert du monde, se réapproprier la lisibilité des collines innombrables que sont les kurgan abritant les restes des sultans, des poètes fameux ou des bergers anonymes et leur fonction de « signalétique de la steppe » pour se repérer dans l’adyr, l’espace sauvage des Anciens. Il faudra à terme qu’ils assument leur « territoire du vide » dont les entrailles gorgées de ressources fascinent bien au -delà des archéologues et livrent régulièrement des trésors ensevelis, porteurs d’une culture persistante faite de signes d’un passé lointain tout autant que récent, ouverte à l’innovation, réactive à la modernité. Il faudra qu’ils s’approprient l’histoire locale et globale des steppes, l’une et l’autre n’étant à ce jour pas totalement écrites.

De la nécessité des études ciblées

27L’espace kazakh est situé au coeur d’une Asie centrale dont on connaît les grands mouvements historiques, les conquêtes déferlantes, les ruptures politico -culturelles majeures. Large segment d’une centralité que l’on mesure surtout à l’aune des pressions ethno -politiques, économiques, culturelles exercées par les voisins, il pose en permanence, sans la résoudre, l’équation à plusieurs inconnues du temps long dans un espace non circonscrit, mais traversé de frontières invisibles.

28Ainsi, outre les périodes tsariste et soviétique pour lesquelles la documentation russe est abondante, ce que l’on a plus de mal à appréhender est l’inscription de séquences historiques complètes dans un territoire délimité. L’histoire des steppes kazakhes est possible dans les grandes lignes, en tant qu’histoire totale sur le long terme. Elle devient plus floue dès lors que l’on s’attache à une question précise dans une portion de territoire donné, à une époque donnée, hormis l’histoire des principales villes du pays, de leur construction à leur devenir actuel à laquelle l’historiographie soviétique et postsoviétique a largement contribué.

29Conçu comme une succession de terroirs parfois difficilement identifiables, l’espace kazakh résiste à l’analyse des structures de pouvoir, des échanges, des flux économiques, des contraintes sociales, des permanences culturelles, telle qu’on la pratique pour les sociétés sédentaires voisines de Transoxiane, comme de Russie ou de Chine. Il faut donc s’efforcer de combler ces lacunes, au moins partiellement, car il existe une nouvelle école d’études kazakhes qui, à l’échelle locale comme internationale a porté ses fruits depuis deux décennies. Mais la tâche reste ardue tant elle est d’envergure, par le silence des sources sur de nombreuses questions, leur forme parfois difficilement exploitable scientifiquement. C’est pourquoi il faut privilégier les études ponctuelles, « micro -régionales » sur des thèmes précis tout en conjuguant les approches différentes : historique, politique, sociologique, démographique, anthropologique.

30C’est là le but du présent ouvrage : offrir au lecteur occidental soucieux de mieux connaître ce nouvel État surgi des décombres de l’urss, en plein essor économique aujourd’hui, un détour historique argumenté sur ce qui fonde sa personnalité spécifique dans le concert des nations contemporaines. À travers des questionnements précis, des analyses approfondies, une richesse d’approche historique, anthropologique, sociologique, qui témoigne du renouvellement des perspectives de recherches dans cette partie de l’Eurasie, se laissent découvrir l’intérêt et l’originalité de l’histoire des steppes kazakhes au xixe siècle et au tournant du xxe siècle.

31Dédié à Nurbulat Masanov, disparu prématurément le 6 octobre 2006, ce recueil s’ouvre par un hommage rendu par deux de ses proches amis historiens, Irina Erofeeva et Vincent Fourniau. Il rassemble les contributions de plusieurs spécialistes français du monde kazakh, historiens et anthropologues qui, en une succession de chapitres très documentés, offrent au lecteur français et francophone, un livre rare, s’appuyant sur un corpus de sources difficilement accessibles et pourtant fort utiles pour découvrir la richesse historique et culturelle d’un pays et d’un territoire encore largement méconnus dans une période de profondes mutations.

32C’est pourquoi cet ouvrage s’ouvre en première partie sur une analyse de l’espace kazakh à travers son organisation immatérielle. Ainsi, dans le premier chapitre, Seïtkassym Aouelbekov s’interroge sur la division d’un espace infini en apparence, mais qui s’organise en une déclinaison de frontières géo -sociales invisibles, délimitant les comportements sociaux en un faisceau d’itinéraires individuels connus et assumés par la mémoire collective. Cette grille d’analyse est appliquée à la société contemporaine en une série d’exemples particulièrement éclairants.

33Le deuxième chapitre présente une étude approfondie de la très complexe subdivision des tribus et clans de la Grande Horde que l’on doit au grand spécialiste kazakh Nurbulat Masanov auquel est dédié l’ouvrage. Il fournit un exemple très mal connu d’organisation généalogique spécifique au monde nomade dont on comprend qu’elle subira un choc frontal lorsque le pouvoir sera exercé selon une logique de sédentaires, construisant un modèle de gouvernance totalement différent, malgré la persistance de quelques éléments de repérage social pour les ex -nomades confrontés aux transformations du xxe siècle (ce qui sera critiqué par le pouvoir soviétique sous le terme « žuzisme »).

34Dans le troisième chapitre, Laura Yerekesheva met en lumière une utile présentation des questions religieuses dans la steppe durant la première moitié du xixe siècle. À partir de documents d’archives, l’auteur retrace en particulier la subtile alchimie des conversions au christianisme qui ont touché la partie la plus pauvre des populations nomades, en prélude à l’instauration d’une zone de contiguïté pluriconfessionnelle qui traversera le siècle suivant, par -delà l’idéologie soviétique.

35La deuxième partie est consacrée aux ruptures politiques et sociales, notamment celles induites par la colonisation russe. Le quatrième chapitre est signé par Marlène Laruelle qui établit la grille événementielle nécessaire à la compréhension de l’émergence du Kazakhstan contemporain dans ses rapports complexes avec la Fédération de Russie. Elle retrace les grandes lignes de la stratégie russe en direction des steppes kazakhes dont les multiples conséquences sont déclinées au fil du texte, en termes de relations bilatérales entre le pouvoir tsariste et les trois hordes, de réactions sociales à travers les nombreuses révoltes qui ont embrasé la région et présente les principales dispositions juridiques destinées à la contrôler, la pacifier, la russifier, avant le tournant de la Révolution de 1917.

36La question cruciale de l’organisation politique et économique du pouvoir colonial dans les steppes est traitée dans le cinquième chapitre par Isabelle Ohayon dans une étude minutieuse de la « première sédentarisation forcée des nomades », des politiques administratives et fiscales qui ont conduit à l’intégration des pasteurs nomades des trois hordes kazakhes au corps social territorialisé entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle. Ce travail complexe qui s’appuie sur de fructueux sondages dans les archives kazakhes permet de mieux comprendre dans quel contexte déjà fortement transformé, vont s’inscrire les bouleversements mieux connus de l’histoire soviétique dans cette zone en général et durant la période stalinienne, en particulier.

37Une facette localisée des transformations, des ruptures et de la modernisation à l’oeuvre dans les steppes est mise en scène au sixième chapitre par Laure du Teilhet qui relate, dans ses grandes lignes, l’histoire de la région d’Akmolinsk et de la ville de Celinograd, future Astana, ayant servi de ville pionnière pour la campagne des « terres vierges » lancée par Khrouchtchev entre 1950 et 1960 et qui est, depuis 1997, la capitale du Kazakhstan indépendant. Ayant enquêté auprès des anciens pionniers soviétiques vivant encore dans la partie originelle de la ville, l’auteur rend compte d’expériences vécues d’anonymes aux origines et aux idéaux multiples, ce qui tranche avec l’image monolithique en usage encore aujourd’hui.

38La troisième partie met en exergue l’action des individus exilés par la contrainte ou simplement politisés dans cette région éloignée des zones centrales de turbulences qui vont agiter la fin du xIxe et le tournant du xxe siècle. Sébastien Peyrouse livre au chapitre sept, l’histoire peu connue des exilés russes et polonais dans les steppes, leur production intellectuelle, leur influence sur les intellectuels locaux, leur statut juridique, préfigurant leur participation à l’histoire soviétique locale. L’auteur démontre que la diversité nationale du Kazakhstan contemporain provient en grande part du rôle de zone de déportation dévolu à cette région par le pouvoir russe. Le chapitre huit que l’on doit à Xavier Hallez termine l’ouvrage par une présentation circonstanciée des acteurs et des différentes pièces qui ont eu pour théâtre divers centres de la zone kazakhe à partir des premiers bouleversements révolutionnaires qui ont touché l’édifice impérial tsariste de 1905 jusqu’en 1920, ouvrant la décennie cruciale du xxe siècle. Par sa connaissance intime des archives russes et kazakhes, l’auteur décrypte les méandres politiques et idéologiques qui ont vu la mise en place d’une « autonomie nationale kazakhe », bien avant la création de la République socialiste soviétique du Kazakhstan en 1936.

39Devant le développement des technologies informatiques liées à la recherche, la mise en ligne de documents d’archives, la mise à disposition de textes auparavant inaccessibles, de sources orales collectées par des anthropologues pouvant séjourner longuement au sein des populations concernées par cette recherche, il nous a paru nécessaire de souligner l’importance grandissante des études ciblées, des bibliographies disponibles pour aller plus loin, des forages ponctuels dans des gisements de sources désormais accessibles, des éclairages spécifiques sur des aspects méconnus de l’histoire kazakhe, politique, mais également intellectuelle, binôme rarement convoqué tant il reste tributaire d’une vision essentialiste et réductrice de la culture nomade dans ce qu’elle a laissé comme traces conscientes ou non dans les mentalités du xxe siècle et jusqu’à nos jours. Bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Poujol, « Introduction : Penser la steppe ? », Cahiers d’Asie centrale, 23 | 2014, 29-40.

Référence électronique

Catherine Poujol, « Introduction : Penser la steppe ? », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/2540

Haut de page

Auteur

Catherine Poujol

Catherine Poujol est professeur des universités à l’Institut national des langues et civilisations orientales et l’auteur de nombreuses publications sur l’Asie centrale. Son dernier ouvrage : L’Asie centrale, au carrefour des mondes, Paris : Ellipses, 2013. catherine.poujol@inalco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org