Navigation – Plan du site

Dédicace à Nurbulat Masanov

Irina Erofeeva
p. 19-26

Texte intégral

1Les plus grandes avancées réalisées dans le dernier quart du xxe siècle dans l’étude de l’histoire et de la culture des anciens peuples nomades de l’Asie centrale sont étroitement liées au nom de Nurbulat Masanov (1954 -2006). Cet homme de science et analyste kazakh respecté, d’une personnalité vive et non conformiste, fut un talentueux organisateur des études historicoethnologiques. En tant que représentant éminent de l’école du nomadisme du Kazakhstan, il a apporté une contribution personnelle considérable au développement de ses meilleures traditions, assurant la continuité scientifique et la formation des jeunes cadres historiens et ethnologues.

2Nurbulat Masanov est né le 20 avril 1954 à Karaganda dans la famille du célèbre savant kazakh Edige Masanov (1926 -1965). Sa famille déménage ensuite à Alma -Ata où, en 1976, il finit brillamment la faculté historique de l’Université kazakhe d’État S.M. Kirov (renommée KazGu et KazNu après 1991). De 1976 à 1986, il travaille comme collaborateur scientifique adjoint et, après 1983, comme collaborateur scientifique principal de l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie S. Valikhanov de l’Académie des sciences de la République socialiste soviétique kazakhe (Iiae). De 1986 à 1988, il est secrétaire scientifique de la section des sciences humaines de l’Académie des sciences kazakhe. En 1980, Nurbulat Masanov soutient sa thèse de IIIe cycle en sciences historiques intitulée « La politique fiscale du tsarisme au Kazakhstan durant les années 1820 -1860 (analyse sociale et économique) » et, douze ans plus tard, il obtient à Moscou sa thèse de doctorat d’État à l’Institut d’anthropologie et d’ethnologie N.N. Miklukho -Maklaj de l’Académie des sciences de l’Urss, sur le sujet suivant :  » La spécificité du développement social des nomades kazakhs durant la période prérévolutionnaire (aspects historico -écologiques du nomadisme) ».

  • 1 Masanov, 1995a.

3En 1995, le texte de sa thèse est publié sous forme d’une monographie intitulée La Civilisation nomade des Kazakhs : les bases de l’activité vitale de la société nomade1. De 1992 à 1998, Nurbulat Masanov enseigne à l’Université d’État al -Farabi (KazGu) où il obtient d’abord le titre de chargé de cours et ensuite celui de professeur. En 1998, il doit quitter l’université contre son gré et, pendant quelques années, travaille comme analyste indépendant dans le domaine du nomadisme et de la politologie. À partir de 1998, il devient également professeur invité à l’École des hautes études en sciences sociales (Ehess) à Paris. Durant les trente -deux années de son activité scientifique, il a publié deux cents travaux scientifiques et de vulgarisation scientifique, la plupart consacrés à l’histoire et à la culture des nomades.

4À la fin de l’année 2005, N.E. Masanov est devenu directeur de l’Institut kazakh de recherches scientifiques sur l’étude de l’héritage culturel des nomades, formé sous l’égide du ministère de la Culture et l’Information de la république du Kazakhstan. Durant les dix mois passés à la tête de cet institut, il a eu le temps d’élaborer une stratégie à long terme pour le développement des études scientifiques consacrées aux problèmes de l’histoire et de la culture des nomades au Kazakhstan, de définir les principales directions de l’activité de la nouvelle institution scientifique et de faire un programme détaillé de son travail. Cependant, le 6 octobre de l’année suivante, le fondateur de cet institut quitte subitement ce monde, laissant sa famille, ses amis et la communauté scientifique désemparés.

5Nurbulat Masanov avait un esprit créatif, des connaissances et des intérêts scientifiques variés et était l’instigateur de plusieurs idées originales. Dans sa monographie fondamentale et dans une série d’articles spécialisés, il a clairement désigné et étudié en profondeur un large spectre de problèmes diversifiés de l’histoire et de la culture du nomadisme en Asie centrale. Cet homme de science élaborait ses théories avec une vision d’ensemble, appréhendant le nomadisme, autant comme un des modes les plus rationnels à l’époque préindustrielle d’utilisation des maigres ressources naturelles des régions arides couvrant presque le quart de la surface terrestre, que comme mode de fonctionnement social dans des niches écologiques circonscrites au moyen d’une économie nomade d’élevage. Selon sa conception, le nomadisme a joué un rôle déterminant dans la formation du système de gestion de l’environnement et de support économique de la population locale, dans la formation de sa culture matérielle et spirituelle, de sa mentalité et de sa conscience sociale, dans l’établissement de ses relations sociales, économiques et diplomatiques, ainsi que dans son organisation sociale et son système politique. L’histoire, durant trois millénaires, et la culture des peuples nomades du continent eurasiatique ont été étroitement liées avec le nomadisme.

6Avant Masanov, jamais une approche aussi complète des peuples nomades de l’Eurasie n’avait été entreprise dans les sciences humaines. Il a non seulement été le premier à désigner ces problèmes et à les introduire avec des concepts et des termes nouveaux, mais aussi à observer en détail les mécanismes de l’adaptation de l’homme aux conditions spécifiques du milieu géographique.

7Selon l’opinion de la grande majorité des savants russes et occidentaux les plus éminents, spécialistes du nomadisme, le grand apport de Nurbulat Masanov a consisté dans sa critique « déconstructrice » et argumentée de la conception classique définissant comme « relations patriarcales -féodales » le caractère de l’ordre social chez les Kazakhs, les Kirghizes, les Mongols, les Kalmouks et autres peuples nomades de l’Eurasie. Sur la base de la systématisation et de l’étude approfondie d’innombrables faits concrets tirés de sources authentiques et d’une vaste littérature scientifique, il a argumenté en détail l’idée du mode de production particulier au monde nomade. Dans ses travaux scientifiques, il a montré d’une manière convaincante que le monde nomade représentait une voie originale de l’évolution historique. De fait, dans le cadre de l’étude de l’histoire, de l’organisation sociale, de la vie politique et de la culture des peuples nomades du monde, l’utilisation de notions et termes empruntés aux connaissances venues de l’expérience socio -historique des peuples sédentaires agricoles n’est pas pertinente. Le mérite scientifique le plus important de N.E. Masanov est d’avoir élaboré une telle position théorique fondamentale, ce fut aussi sa plus grande contribution à l’étude des nomades dans le monde.

8L’approche écologico -historique de la question de l’émergence et de l’évolution du nomadisme dans l’Eurasie continentale était jusqu’alors méconnue dans la science historique ex -soviétique, voire même par une grande partie des historiens étrangers. Elle a été soigneusement argumentée par Masanov à un niveau conceptuel et théorique et elle a été strictement utilisée dans sa pratique de l’étude systémique de l’histoire des Kazakhs nomades. À vrai dire, avant lui, certains auteurs avaient écrit que l’aridité croissante du climat et que son implication dans le milieu naturel géographique avaient servi de conditions contribuant à la genèse du nomadisme dans la partie intérieure du continent. Or Nurbulat Masanov a amplement développé cette idée en établissant que le nomadisme était dans le passé non seulement l’unique mode d’adaptation de l’homme à un milieu aride, mais encore qu’il déterminait souvent la spécificité du fonctionnement du système de production matérielle, le caractère des rapports sociaux chez les nomades -éleveurs de bétail, ainsi que la diversité des formes de la culture matérielle et spirituelle. Son étude détaillée des mécanismes de fonctionnement du mode nomade de production à différentes périodes de l’histoire des nomades de la steppe est également fondamentale, propageant cette approche conceptuelle tant à l’époque soviétique que de nos jours. Dans ce contexte, l’apport essentiel de Masanov, dans l’ensemble de ses travaux sur les nomades, est la remise en question de la thèse classique de l’historiographie soviétique et moderne selon laquelle « le développement évolutionniste du nomadisme s’achève dans la sédentarisation ». Son affirmation argumentée pose, au contraire, que la sédentarisation se produit hors de la principale aire du système nomade, dans des zones marginales et dans les régions sédentaires agricoles. Sur la base de diverses données réelles, incluant les relevés statistiques rapportés dans les nombreuses sources de la fin XIXe -début du XXe siècle, il a démontré que le travail agricole ne constituait pas la condition sine qua non de la sédentarisation des nomades dans les zones arides, et que ce processus lui -même n’a pas connu de développement significatif au sein de la population nomade du Kazakhstan durant la période prérévolutionnaire.

9Il a examiné de manière absolument inédite les principes de l’organisation sociale chez les nomades eurasiatiques, en premier lieu chez les nomades kazakhs prérévolutionnaires. Les aspects vitaux de la nauté, comme la coopération au travail dans l’exploitation rationnelle des pâturages et du pacage du bétail, ont été révélés par ses travaux qui ont défini de manière assez complète deux types de communautés nomades, « minimale » et « élargie », chacune avec leurs propres fonctions. Ses recherches sur le principe généalogique de l’organisation sociale des nomades et sur la grande variété des structures sociales de la population nomade kazakhe, en tant que « communauté associative » et « organisation militaro -politique », présentent une grande valeur scientifique et pratique. Sur ce thème, il est arrivé à cette conclusion fondamentale : en raison de la faible densité de la population, de l’absence de villes et de villages sédentaires dans les régions nomades ainsi que du faible développement de la division du travail collectif chez les nomades, les formes avancées de pouvoir et du gouvernement ne furent pas développées. Ce qui lui permet d’établir que l’institution d’État fut importée dans la steppe kazakhe par l’Empire russe ; lequel créa sur le territoire du Kazakhstan un nouveau système d’administration territoriale, des institutions de pouvoir supra -clanique, un système fiscal, etc. Néanmoins, l’autocratie russe ayant conservé l’ancien système des relations socioéconomiques et de la propriété communale de la terre chez les nomades, l’organisation traditionnelle sociale de la société kazakhe s’était, selon Masanov, adaptée avec succès à ces innovations.

10À la différence de la majorité écrasante de ses éminents collègues de l’ex -Union soviétique Nurbulat Masanov n’était pas seulement un savant de cabinet étudiant le passé historique des nomades. Obéissant aussi à des buts idéologico -moraux précis, tout en occupant une position civile active, il s’est efforcé de développer dans la pratique la fonction sociale de la science historique et, sur la base de sa connaissance profonde de l’expérience nomade des proches ancêtres des Kazakhs contemporains, il donna d’amples et nombreuses interviews aux organes des mass média ainsi que des recommandations écrites aux divers représentants de l’élite politique nationale sur les voies les plus optimales de réforme de l’économie du Kazakhstan indépendant, ainsi que sur les institutions publiques et gouvernementales. Grâce à sa constante activité culturelle et civilisatrice, politique et sociale, il a incarné le lien entre le passé historique qu’il a étudié au cours de sa vie scientifique et cette époque qu’il a embrassée durant ses années de pleine maturité, joignant par son intelligence et sa nature énergique l’histoire à la modernité, et créant de ce fait une nouvelle forme de connaissance qu’il voulait inscrire dans de nouveaux rapports sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Les idées fondamentales de N. Masanov sont argumentées dans les travaux suivants:

Masanov N.,
2003, « The Economy, Production and Trade », in Chahryar Adle, History of Civilizations of Central Asia, Vol. 5 : Development in Contrast: From the Sixteenth to the Mid -nineteenth Century, Paris : Unesco Publications, pp. 373 -125.

2002, « Perceptions of Ethnie and All -National Identity in Kazakhstan », in N. Oka (ed.), The Nationalities Question in Post -Soviet Kazakhstan, Chiba : Inst. of Developing Economies, JETRO, pp. 1 -68.

2000, « Osobennosti funkcionirovaniâ tradicionnogo kočevogo obŝestva kazakhov » [Particularités du fonctionnement de la société traditionnelle nomade des Kazakhs], Sezonnyj èkonomičeskij cikl naseleniâ severo -zapadnogo Prikaspiâ v bronzovom veke [Cycle économique saisonnier de la population du nord -ouest de la région Caspienne a l’âge du bronze], vol. 120, Moskva : Trudy Gosudarstvennogo istorickogo muzeâ, pp. 116 -130.

1998, « Vzaimodejstvie migracionnykh sistem Kazakhstana, Rossii, Kitaâ i Srednej Azii » [Interaction des systèmes migratoires du Kazakhstan, de la Russie, de la Chine et de l’Asie centrale], Sovremennye ètnologičeskie processy i migracionnaâ situaciâ v Central’noj Azii [Processus ethnopolitiques et situation des migrations modernes en Asie centrale], Moskva, pp. 55 -66.

1998, « Fenomen kočevogo obŝestva kazakhov » [Le phénomène de la société nomade des Kazakhs], in Ăuezkhan Qodar & Zamza kodar, Kul’turnye konteksty. Kazakhstan: istoriâ i sovremennost’ [Contextes culturels. Kazakhstan : histoire et modernité], Almaty : Nisa, pp. 45 -56.

1997, « Sovremennoe sostoânie skotovodstva v Kazakhstane » [L’état actuel de l’élevage du bétail au Kazakhstan], in V.V. Naumkin, K.H. Shapiro & A.M. Khazanov, Pastoralizm v Central’noj Azii. Materialy meždunarodnoj naučnoj konferencii « Sostoânie i perspektivy razvitiâ životnovodstva v respublikakh Central’noj Azii v usloviâkh perekhoda k rynočnoj ekonomike » [Comptes rendus de la conférence internationale scientifique « L’État et les perspectives du développement de l’élevage dans les républiques d’Asie centrale dans les conditions de passage à l’économie de marché »], Moskva : Rossijskij centr strategičeskikh meždunarodnykh issledovanij, pp. 216 -231.

1996, « Kazakhskaâ političeskaâ i intellektual’naâ élita: klanovaâ prinadležnost’ i vnutriètničeskoe soperničestvo » [L’élite politique et intellectuelle kazakhe : composition clanique et rivalités internes], Vestnik Evrazii 2(1), pp. 46 -61.

1995, « Ètničeskij sostav, geografîâ rasseleniâ i čislennost’ kazakhskogo étnosa » [La composition ethnique, la distribution géographie et le nombre de l’ethnie kazakhe], Kazakhi. Istoriko -etnografičeskoe issledovanie [Les Kazakhs. Étude historico -ethnographique], Almaty : Dajk -Press, pp. 9 -21.

1995, Kočevaâ civilizaciâ Kazakhov, osnovy žiznenoj dejatel’nosti Kazakhov [La civilisation nomade des Kazakhs : les bases de l’activité vitale de la société nomade], Almaty, Moskva : Sotsinvest & Horizon, 320p.

1995, « Istoričeskaâ tipologiâ gosudarstvennykh struktur i problema ikh preemstvennosti : na primere gosudarstvenno -potestarnykh struktur kazakhskogo obŝestva » [La typologie historique des structures d’État et le problème de leur succession : l’exemple des structures étatiquespolitiques de la société kazakhe], in V.V. Bočarov, Ètničeskie aspekty vlasti [Les aspects ethniques du pouvoir], Sankt -Peterburg : Âzykovoj Centr, pp. 36 -51.

1993, « Kazakhi v xx stoleti : ètničeskoe razvitie i istoričeskie sud’by » [Les Kazakhs dans le xxe siècle: développement ethnique et fortunes historiques], Rasy i narody 22, pp. 98 -117.

Masanov N., Amrekulov N.,
1994, Kazakhstan meždu prošlym i buduŝim, [Le Kazakhstan entre passé et futur], Almaty, Beren.

Masanov N. & Savin I.,
1997, « Kazakhstan. Model’ ètnologičeskogo monitoringa » [Kazakhstan. Modèle de monitoring ethnologique] Ètnodemografičeskie processy i emigracija iz suverennogo Kazakhstana, pp. 55 -60, Moskva.

Masanov N., Abylkhožin Z.B. & Erofeeva I.V.,
2007, Naučnoe znanie i mifotvorčestvo v sovremennoj istoriografii Kazakhstana [Connaissance scientifique et mythologisation dans l’historiographie moderne du Kazakhstan], Almaty : Dajk -Press.

Masanov N., Abylkhozin Z.B., Erofeeva I.V., Alekseenko A.N. & Baratova G.S.,
2000, Istoriâ Kazakhstana : narody i kul’tury [Histoire du Kazakhstan : peuples et cultures], Almaty : Dajk -Press, 2001.

Haut de page

Notes

1 Masanov, 1995a.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irina Erofeeva, « Dédicace à Nurbulat Masanov », Cahiers d’Asie centrale, 23 | 2014, 19-26.

Référence électronique

Irina Erofeeva, « Dédicace à Nurbulat Masanov », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/2537

Haut de page

Auteur

Irina Erofeeva

Irina Viktorovna Erofeeva, docteur en histoire, est spécialiste de l’histoire du Kazakhstan aux xvIIIe et xIxe siècles. Elle a été la directrice de l’Institut kazakh de recherches scientifiques sur l’étude de l’héritage culturel des nomades de 2006 à 2011, suite au décès prématuré de N. Masanov. Elle a publié sous son nom propre ou en collaboration avec ce dernier et d’autres auteurs de nombreux ouvrages portant sur les khans kazakhs ou la période des premiers contacts entre le monde kazakh et la Russie. Son dernier ouvrage, sous presse, concerne l’héritage épistolaire des souverains kazakhs. ierof@mail.ru

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org