Navigation – Plan du site
Notes et documents

La presse écrite en Ouzbékistan

Jean-Christophe Roux
p. 321-326

Texte intégral

1Dans la conjoncture contemporaine de ré-agencement des nouveaux États indépendants d’Asie centrale, les domaines de compétence entre les diverses branches du pouvoir ne sont pas distinctement répartis et tendent à être éclipsés par la toute-puissance présidentielle. Les médias auraient pu représenter l’un des seuls contrepoids possibles puisque, dès la perestroïka, le “quatrième pouvoir” avait pris son autonomie face au politique et profité de la glasnost’ pour s’autonomiser et porter un regard critique sur les autorités. Les médias soviétiques furent en effet, dans la deuxième moitié des années 1980, une puissante arme de démocratisation du pays. Après l’effondrement de l’URSS en 1991, ils se sont développés différemment selon les républiques en fonction du degré de liberté laissé par le pouvoir.

2La Constitution ouzbèke de 1992 reconnaît officiellement la liberté de la presse : l’article 67 consacré aux médias définit le rôle de la presse et garantit l’activité des journalistes en déterminant leurs droits et obligations. La législation ouzbèke sur la presse est réglementée par la Constitution du 8 décembre 1992, la loi sur l’activité éditoriale du 30 juin 1996, celle sur le statut du journaliste et la garantie du libre accès à l’information du 24 avril 1997 et enfin la loi sur les médias du 26 décembre 1997. Cette dernière précise que, « dans la République d’Ouzbékistan, la censure sur les médias est prohibée, aucun matériel ou rapport ne peut être confisqué, aucun texte ne peut être modifié ou complété avant sa parution. » La liberté de presse est officiellement limitée par les seuls secrets d’État. Enfin, l’article 20 de la loi anti-terroriste de janvier 2001 est venu réglementer les reportages dans les zones de conflits armés et limite les pouvoirs d’investigation des journalistes tant ouzbeks qu’étrangers. Une décennie après l’indépendance, les statistiques de 2001 données par le ministère de la Presse annoncent 719 médias, dont 507 journaux, 157 revues, 4 agences de presses et 51 radio-télévisions.

Évolution des organes de presse de 1991 à 2001

  

1991

2001

Journaux

30

507

Magazines

60

157

Agences de presse

1

4

Studios de télévision

n/a

51

3Parmi les principaux journaux officiels, on notera, en langue russe, Pravda Vostoka (ancien organe du Parti communiste ouzbek et qui dépend aujourd’hui de la communauté urbaine de Tachkent), Večernyj Taškent (sous la direction de la mairie de Tachkent), Molodëž’ Uzbekistana (auparavant dirigé par le Comité central du Komsomol, aujourd’hui par le mouvement de la jeunesse ouzbèke), et Narodnoe slovo. En ouzbek, on mentionnera Xalk Souzi, Ma’rifat et Uzbekistan Ovozi, dont le tirage moyen avoisine les 25 000 ou 30 000 exemplaires. Ces journaux, souvent de quatre pages seulement, contiennent pour l’essentiel des informations officielles, les décrets du Président, les résolutions du Cabinet des ministres. Parmi les journaux enregistrés dans le pays, plus de 76 % sont sous le contrôle direct de l’État, ce qui leur permet de bénéficier de réductions de taxes et d’aides et donc d’être vendus à un prix inférieur à leur coût réel.

4Tous les médias doivent se faire enregistrer au Comité d’État du tirage et de l’information. Les journaux locaux doivent le faire auprès de leur Comité local de contrôle de l’édition. Le MKK est le Comité de coordination qui valide les licences d’autorisation, il est composé de fonctionnaires des services de police et des services secrets. Trois universités forment les futurs journalistes, l’Université nationale et celle des Langues du monde, à Tachkent, et l’université d’État du Karakalpakistan à Nukus. Depuis 1957 il existait, comme partout en Union soviétique, une Union des journalistes d’Ouzbékistan, forte de 4 000 personnes. En 1996, le gouvernement la dissout pour ses critiques trop véhémentes, et la remplace par un Fonds d’aide aux médias. En avril 2001, une nouvelle Union des journalistes indépendants est fondée avec comme objectif d’essayer d’assouplir les procédures d’enregistrement des journaux. Une agence d’information soutenue par les États-Unis s’était déjà installée l’année précédente à Tachkent.

5Les violations des droits de la presse sont flagrantes et multiples. Les journaux occidentaux sont quasiment introuvables, le Central Asia Times est bien moins diffusé en Ouzbékistan que dans les républiques voisines du Kazakhstan et du Kirghizstan. Pulat Gadoev, correspondant du journal Khak sisi, de Karši, fut arrêté en mai 1998 officiellement pour corruption et condamné à 11 années de prison. Il a été libéré fin 1999 mais ne trouve plus de travail. En 1999, les autorités d’Urgenč ont fermé le journal Panorama – Facts and Opinion, qui aurait mené des enquêtes contre les autorités locales et était proche de la chaîne de télévision ALC-TV, fermée quant à elle à quatre reprises depuis son ouverture en 1995 et liquidée en 1999. Le journaliste Mažid Abdurajmov publia dans Novyj vek, le 15 janvier 2001, un article relatant l’abus de pouvoir d’un haut fonctionnaire de Boisum (Surkhan-Daria) et a été emprisonné malgré sa grève de la faim. La Taškentskaâ pravda a publié le 18 juin 2001 un grand article critiquant les autorités locales. Le 6 juillet, celles-ci et le maire de Tachkent, qui soutenait financièrement le journal, ont décidé de le fermer, argumentant qu’il coûtait trop cher, et en ont ouvert un autre en ouzbek, Toshkent Haqiqati, sans réengager le même personnel.

6Le 20 juillet 2003, Bahrom Hamroev, représentant à Moscou du trimestriel d’opposition Kharakat imprimé aux États-Unis et distribué en Ouzbékistan, opposant politique et défenseur des droits de l’homme, est arrêté à Moscou pour détention de drogue. Il est également accusé par le FSB (ex-KGB) d’être lié à des islamistes. L’organisation russe Mémorial et le comité Helsinki estime que son arrestation est un “cadeau” offert par les autorités russes à l’Ouzbékistan quelques jours avant une visite officielle de Vladimir Poutine à Tachkent. En mai 2003, le directeur de l’information de la quatrième chaîne de la télévision d’État a été licencié pour avoir filmé en direct la réaction de I. Karimov au cour de la conférence de la BERD, au moment où le président de cette dernière lui reprochait de ne pas avoir condamné l’usage de la torture. Le 25 septembre 2003, la cour de Tachkent condamne en appel le journaliste et défenseur des droits de l’homme Ruslam Šaripov à quatre ans de prison pour homosexualité (art. 120) et relation avec un mineur (art. 128). Il n’est autre que l’ancien président de l’organisation de défense de la liberté de la presse (UIJU), correspondant de l’agence de presse russe Prima et était soutenu par l’OSCE et l’ambassade américaine. Le 14 février 2001, il avait mis en place un organisme ouzbek non-gouvernemental, Human Rights Society of Uzbekistan, afin d’informer des atteintes aux droits de l’homme et à l’information sur le territoire. Enfin, le 6 novembre 2003, Galina Buharbaeva, représentante de l’Organisation internationale d’Aide au développement des médias en Ouzbékistan (IWPR), est brutalisée lorsqu’elle tente de s’interposer entre la milice et la militante des droits de l’homme Elena Urlaeva. Pour l’année 2003, treize journalistes défendant les droits de l’homme ont été incarcérés ou interpellés, quatre agressés, un menacé et onze entravés ou mis sous pression.

Les principaux journaux nationaux

Nom

Année de création

Institution fondatrice

Fréquence de parution

Tirage (en 2001)

Langue

Adolat

1995

Conseil politique du parti Adolat

hebdomadaire

6 582

ouzbek

Fidokor

1999

Parti Fidokorlar

hebdomadaire

32 000

ouzbek

Golos Uzbekistana

 ?

Conseil Central du NDPOu

hebdomadaire

6 000

russe

Hurriyat

1996

M. Dustmoukhamad

hebdomadaire

4 000

ouzbek

Ichontch

1991

 ?

hebdomadaire

18 090

ouzbek

Inson va konun

1996

Ministère de la Justice

bimensuel

10 000

ouzbek

Khalk suzi

1991

Conseil de Olii Majis, Cabinet des Ministres

5 /semaine

34 610

ouzbek

Khayot va konun

1994

Ministère de la Justice

mensuel

10 000

ouzbek

Novyj vek

1992

 ?

hebdomadaire

12 000

ouzbek

Millii tiklanich

1995

Parti Millii Tiklanich

hebdomadaire

3 000

ouzbek

Molodëž’ Uzbekistana

1926

Fondation pour la jeunesse Kamolot

hebdomadaire

5 000

russe

Moulokot

1991

Parti NDPOu

mensuel

7 723

ouzbek

Na postou

1930

Ministère de l’Intérieur

hebdomadaire

9135

russe

Narodnoe slovo

1994

Cabinet des ministres

5 /semaine

10 708

russe

Novosti nedeli

1997

Bourse de Tachkent

hebdomadaire

5 107

russe

Nurly jol

 ?

Cabinet des ministres

2 /semaine

8 509

kazakh

Ozbekiston adabioti va san’ati

1956

Ministère de la Culture et Union des écrivains

hebdomadaire

15 000

ouzbek

Ozbekiston kanoti

1934

Comité des syndicats d’aviation

hebdomadaire

 ?

russe et ouzbek

Ozbekiston ovozi

1918

Conseil central du NDPOu

3 / semaine

24 045

ouzbek

Ozbekiston Respublikasi Olii Majlisining ahborotnomasi

1944

Journal parlementaire

mensuel

4 000

russe et ouzbek

Ovozi Tojik

1924

Cabinet des ministres

3 / semaine

3 100

tadjik

Postda

1930

Ministère de l’Intérieur

hebdomadaire

47 231

ouzbek

Pravda Vostoka

1917

Cabinet des ministres

5 / semaine

11409

russe

Respublika

1996

Agence nationale d’information

hebdomadaire

3 000

ouzbek

Šark yulduzi

1932

Éditions Gafur Guliam

mensuel

12 762

ouzbek

Sobranie postanovlenij Kabineta Ministrov

 ?

Cabinet des ministres

mensuel

6 000

russe et ouzbek

Solik va bojkhona habarlari

1994

Comité d’État aux impositions

hebdomadaire

20 000

ouzbek

Taškent okšomi

1966

Marie de la ville de Tachkent

3 / semaine

15 000

ouzbek

Taškentskaâ pravda

1954

Mairie de la région de Tachkent

2 / semaine

5 542

russe

Tafakkour

1995

Centre Ma’naviat va mar’rifat

mensuel

3 000

ouzbek

Častnaâ sobstvennost’

1994

Comité d’État aux biens et à la privatisation, fondation Zakovat

bimensuel

4 000

russe

Turkiston

1926

Fondation Komolot

2 / semaine

12 000

ouzbek

Vatanparvar

1992

Ministère de la Défense

3 / semaine

 ?

ouzbek

Večemyj Taškent

1966

Mairie de Tachkent

3 / semaine

7 283

russe

Zvezda Vostoka

1932

Union des écrivains

mensuel

3 000

russe

Les principaux journaux régionaux

Nom

Année de création

Institution fondatrice

Fréquence de parution

Tirage

Langue

Andijonnoma

1921

Région d’Andijan

2 / semaine

1 000

ouzbek

Andižanskaâ pravda

1917

Région d’Andijan

2 / semaine

1 000

russe

Buhoromo

1920

Région de Boukhara

2 / semaine

1 300

ouzbek

Buhorskij vestnik

1920

Région de Boukhara

2 / semaine

 ?

russe

Jizakh Khakikati

1974

Région de Jizzak

2 / semaine

900

russe et ouzbek

Kachkadario

1935

Région du Kachka-Daria

2 / semaine

1 100

russe et ouzbek

Dustlik Bairogui

1983

Région de Navoi

2 / semaine

900

ouzbek

et russe

Namangan khakikati

1918

Région de Namangan

2 / semaine

1 300

ouzbek et russe

Zarafchan

1917

Région de Samarcande

3 / semaine

1 200

ouzbek

Sarmarkandskij vestnik

1917

Région de Samarcande

3 / semaine

1 100

ouzbek

Ovozi Samarkand

1989

Région de Samarcande

3 / semaine

1 200

tadjik

Sirdaryo Khakikati

1917

Région du Syr-Daria

2 / semaine

800

ouzbek et russe

Sourkhon tongui

1935

Région du Surkhan-Daria

2 / semaine

1 600

tadjik et russe

Fargona Khakikati

1917

Région de Ferghana

3 / semaine

1 800

ouzbek et russe

Khorazm Khakikati

1920

Région du Khorezm

2 / semaine

1 200

ouzbek et russe

Erkin Karakalpakstan

1919

Cabinet des ministres du Karakalpakistan

3 / semaine

900

karakalpake et russe

Les principaux journaux d’affaire

Nom

Date de création

Institution fondatrice

Fréquence de parution

Tirage

Langue

Bankovskie vedomosti

1995

Banque centrale Zakovat

bimensuel

4 000

russe

Bank ahborotnomasi

1995

Banque centrale Zakovat

bimensuel

4 500

ouzbek

Bizness-Osië

1999

Comité fiscal, Éditions Mir èkonomiki i prava

hebdomadaire

10 000

ouzbek

Bizness-Vestnik Vostoka

1991

Agence financière Taškent

hebdomadaire

10 000

ouzbek

Delovoj partner

1932

Ministère des Relations Économiques Extérieures

hebdomadaire

10 000

ouzbek,

russe,

anglais

Èkonomičeskij vestnik Uzbekistana (ancien Èkonomika i statistika)

1991

Comité d’État aux prévisions et statistiques

mensuel

5 000

russe

Nalogovye i tamožennye vesti

1994

Comité d’État aux importations, fondation Zakovat

hebdomadaire

2 500

russe

Ozbekistan Iktisodii Akhborotnomasi

1919

Comité d’État aux prévisions et statistiques

mensuel

6 000

ouzbek

Sources d’informations : Rapport sur les médias en Ouzbékistan du bureau de l’OSCE 2001, Institute for War, Peace and Reporting de Tachkent 2001, Service de la presse de l’Ambassade de France 2001, Human Rights Society of Uzbekistan, Reporters sans frontières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Roux, « La presse écrite en Ouzbékistan », Cahiers d’Asie centrale, 13/14 | 2004, 321-326.

Référence électronique

Jean-Christophe Roux, « La presse écrite en Ouzbékistan », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 13/14 | 2004, mis en ligne le 23 avril 2009, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/199

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org